Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Trajectoires des socio-écosystème...Comment cohabiter avec la Loire à...

Trajectoires des socio-écosystèmes du bassin de la Loire

Comment cohabiter avec la Loire à Nevers à la fin du Moyen Âge ? Tâtonnements et adaptations face à un fleuve changeant : l'exemple des battis

Ways to coexist with the Loire river in Nevers at the end of the Middle Ages. Trials and adaptations to a changing river: the example of the 'battisPrénom et nom de l’auteur
Marion Foucher
p. 1-24

Résumés

À la fin du Moyen Âge, l'instabilité du chenal de Loire devient l'un des problèmes majeurs que rencontrent les habitants de Nevers. Documentée par une très riche comptabilité municipale à partir de 1389, la chronique des aléas du fleuve et, en réponse, des stratégies développées par la ville détaille les tâtonnements de la communauté médiévale face à un environnement changeant. Un type d'ouvrage de contrainte va concentrer les efforts, les battis. Si les sources comptables permettent d'en restituer l'architecture et la mise en œuvre, il faut néanmoins solliciter les sources iconographiques plus tardives pour discuter de leur place dans l'environnement ligérien.

Haut de page

Texte intégral

1Encerclés par trois cours d’eau, la Loire, la Nièvre et la Passière, la ville de Nevers et ses habitants ont dû composer tout au long de leur histoire avec l’élément fluvial en marge du développement urbain (Fig. 1). Pour la fin du Moyen Âge, la comptabilité municipale permet d’envisager avec finesse cette relation homme/milieu complexe, à la fois vertueuse et conflictuelle – Vertueuse, parce que la ville exploite abondamment ses cours d'eau ; Conflictuelle, parce qu'ils sont changeants, la Loire particulièrement avec une instabilité allant grandissante à la fin du Moyen Âge. La double thématique n'est pas nouvelle, héritière d'une longue tradition de recherche sur les relations homme-milieu de manière générale et sur l'occupation du val de Loire, la cohabitation avec le fleuve et son contrôle de manière particulière (Dion, 1961 ; Burnouf & Carcaud, 1999 ; Miejac, 1999 ; Garcin et al., 2006). Le corpus documentaire neversois apporte ici d'original une chronique extrêmement précise non seulement des travaux et infrastructures en rivière, mais également des modalités d'action de la communauté, de sa prise de conscience des évolutions des rythmes et comportements du fleuve dès la fin du XIVe siècle. Cette documentation concerne enfin un espace encore peu exploré par les chercheurs, la grande majorité des travaux étant plus fortement concentrés sur le cours en aval de sa confluence avec l'Allier (Burnouf & Carcaud, 1999 ; Castanet, 2008 ; Burnouf, 2009).

Figure 1 - Plan schématique de la ville de Nevers au XVe siècle, à la confluence entre les cours de la Loire, de la Nièvre et du ruisseau de la Passière. État restitué d'après les comptes municipaux et vestiges en place (DAO Foucher, d'après Charrier, Chabrolin, Harris, Stainmesse (1984) - modifié Foucher 2023).

Figure 1 - Plan schématique de la ville de Nevers au XVe siècle, à la confluence entre les cours de la Loire, de la Nièvre et du ruisseau de la Passière. État restitué d'après les comptes municipaux et vestiges en place (DAO Foucher, d'après Charrier, Chabrolin, Harris, Stainmesse (1984) - modifié Foucher 2023).

2Ces divers travaux, comme les sources des ingénieurs modernes, témoignent de formes multiples de contrainte du chenal, répondant à des enjeux, des problématiques ou des contextes politiques différents. L'ouvrage qui a le plus fortement marqué le corridor ligérien depuis le Moyen Âge, et peut-être de ce fait concentré l'intérêt des chercheurs, est la levée – digue construite sur les berges et longeant le lit mineur (Dion, 1961). D'autres aménagements ont existé pourtant, à l'instar des épis ou des battis. Si les premiers sont de petites dimensions et d'action limitée, liés surtout à l'érosion des berges (Fig. 2), les seconds relèvent d'aménagements comparables aux levées, tant en termes d'extension, de coût pour la communauté voire de mode de construction. Ils s'en démarquent néanmoins par leur position relative au lit mineur, s'agissant d'ouvrages longilignes submersibles, construits directement dans le chenal. Cette différence essentielle soulève de fait la question de leur rôle exact dans l'espace fluvial par rapport aux levées et à la gestion des crues. Leur déploiement par les communautés riveraines, ou leur(s) action(s) sur l'hydrosystème ligérien restent encore largement à explorer.

Figure 2 - Position et action des épis en rivière. A. "Desseins relatifs à la théorie et à l'usage qu'on peut faire des épys pour interrompre le cours des dégradations qui arrivent aux rivières" (Source : Belidor, 1753 – BnF 4-S-3571 (4)) ; B. Exemple d'épis en contexte : le grand site de la Charité-sur-Loire sur la carte de l'ingénieur Mathieu de 1725 (BnF GE DD-2987 (1218 B)).

Figure 2 - Position et action des épis en rivière. A. "Desseins relatifs à la théorie et à l'usage qu'on peut faire des épys pour interrompre le cours des dégradations qui arrivent aux rivières" (Source : Belidor, 1753 – BnF 4-S-3571 (4)) ; B. Exemple d'épis en contexte : le grand site de la Charité-sur-Loire sur la carte de l'ingénieur Mathieu de 1725 (BnF GE DD-2987 (1218 B)).
  • 1 En dernière date, le PCR Les cours d’eau en Bourgogne Franche Comté. Patrimoine immergé et évolutio (...)

3Cette enquête ciblée sur la ville de Nevers s’inscrit dans le cadre de projets de recherches pluridisciplinaires du laboratoire Artehis (UMR CNRS 6298) dédiés, depuis une quinzaine d’années, à l'occupation ancienne de la Loire moyenne1. Ce focus sur le cas neversois apporte un contrepoint fructueux aux recherches archéologiques et géomorphologiques menées en parallèle sur ce secteur de la Loire moyenne. D'autres "fenêtres" d'investigation avaient permis d'étudier l'évolution du chenal sur le temps long et, en regard, les travaux des communautés urbaines, à la Charité-sur-Loire par exemple (Steinmann, 2015 ; Foucher & Dumont, 2019), ou de fouiller l'un de ces battis, à Sully-sur-Loire (Dumont et al., 2023). La "fenêtre" d'étude dédiée à Nevers est l'occasion d'accéder au contexte de l'un de ces chantiers, initié à la fin du Moyen Âge, et d'envisager la gestion des aléas du fleuve, qu'ils soient saisonniers (crues, glaces) ou de long terme (déplacements du chenal de Loire) (Foucher, 2023a).

4Dès les premiers registres de compte, datés des dernières décennies du XIVe siècle, ces aléas apparaissent problématiques et fragilisent les infrastructures et pratiques existantes : au fil des années, la communauté expérimente diverses solutions pour faire face au phénomène, oscillant entre adaptation (de ses infrastructures) et maîtrise (du fleuve). Le détail comptable permet de percevoir la chronique de ces évènements et le processus de réflexion de la communauté dans sa gestion de la crise. Parmi les actions engagées, la plus importante – tant en termes de coût, d'emprise sur le cours d'eau et de longévité – concerne ces battis. Si les détails de leur structure, de l'organisation technique et humaine de leurs chantiers de construction et d'entretien peuvent se restituer, se posent néanmoins plusieurs questions essentielles, que ce soit leur position dans le territoire neversois ou leur rôle réels – ces deux points n'étant pas clairement exprimés dans les sources de la fin du Moyen Âge. Pour en discuter, le recours à d'autres documents, particulièrement les sources iconographiques plus tardives, permettra de pister ces ouvrages de contrainte longilignes dans les lits majeur et mineur, anciens comme actuels, et d'en mieux cerner la fonction.

Nevers et la Loire à la fin du Moyen Âge : chronique d'une relation dégradée

La comptabilité municipale et la gestion des infrastructures collectives

  • 2 Soit une masse documentaire de 17 420 folios. Les registres comptables sont conservés aux Archives (...)

5L'autonomie de la commune de Nevers est ancienne, officiellement proclamée par les descendants de Pierre de Courtenay en 1231 (Crouzet, 1858). La charte de franchise octroyée alors aux Neversois institue un gouvernement municipal dont la gestion est annuellement confiée à quatre échevins. Revient à la charge de ces derniers, notamment, l'entretien des infrastructures collectives pour le bien commun. Dans les dernières décennies du XIVe siècle (au moins dès 1382 – AMN CC1 fol. 64v), la municipalité met en place à la suite des cours ducales et royales un système de comptabilité moderne lui permettant de bien gérer son budget et ses missions et de pouvoir en rendre compte (littéralement). Sauf quelques lacunes, ces comptes sont préservés sur une période longue allant de 1389 à 17862, constituant une source documentaire originale, inexploitée pour les questions relatives à la Loire.

  • 3 Le dépouillement de ce fond se concentre pour l'instant sur le début de la série, entre la fin du X (...)

6Chaque registre correspond à un exercice comptable annuel géré et mis en registre par un receveur nommé annuellement par les quatre échevins. Il se présente sous la forme d'un cahier parchemin dont l'organisation reste plus ou moins inchangée au cours du temps. Pour la période médiévale, la seule réellement prospectée en l'état du projet en cours3, le compte s'ouvre systématiquement par la nomination du receveur, l'indication des noms des quatre échevins et de la période comptable concernée. Le corps de la comptabilité à proprement parlé est ensuite organisé en deux parties, elles-mêmes distribuées en chapitres. La première partie concerne la recette, c’est-à-dire les revenus de la municipalité, essentiellement alimentée par les taxes perçues aux portes. La partie se clôt par la somme totale des revenus annuels. S'ouvre ensuite la seconde partie, détaillant toutes les dépenses engagées par la ville au cours de l'année comptable. Elles sont généralement organisées par grands chantiers (fortifications, pavé des rues, ponts…) ou thématiques (dépense commune, gage des officiers, etc.). Chacun de ces chapitres liste les marchés engagés en détaillant le nom des artisans, le type de contractualisation (marché en tâche, à la journée, corvée, etc.), leur mission, la période d'intervention et leur temps de travail, les éventuelles circonstances pouvant avoir un impact sur le prix ou la réalisation de la mission, le coût à l'unité (de la matière ou du temps de travail) et le coût total du marché. Chaque chapitre est clos par la synthèse des sommes engagées. Le registre se termine par la balance comptable, confrontant recettes et dépenses pour le temps du compte. Par rapport à d'autres comptabilités qui lui sont contemporaines, celle de Nevers se singularise par un enregistrement hebdomadaire peu fréquent et jusqu'ici inexpliqué : cette pratique est d'ailleurs ici exclusivement réservée aux ouvrages de Loire. Le reste est listé à l'année.

7Parmi les infrastructures collectives relevant de la responsabilité municipale, la ville concentre une large part de son budget annuel aux aménagements en rivière, en premier lieu les ponts, les chaussées surélevées et ponceaux, ou encore les battis dont il est ici question.

Dire un paysage qui change

8Les registres des dernières années du XIVe siècle ne font pas état de réelles catastrophes au sens d'évènement traumatique aux séquelles lourdes et durables, ni, comme les orages ou les tremblements de terre, causant des peurs religieuses réparées à force de processions et prières (Leguay, 2005 ; Labbé, 2017). Ils livrent néanmoins un enregistrement des rythmes de la rivière et des conséquences engendrées. Dans l'essentiel des cas, ils témoignent, via les actions mises en place par les échevins et responsables des ouvrages, de l'intégration systématique du risque fluvial dans la gestion urbaine. C'est ce que suggère l'importance des préparatifs réalisés en amont des évènements, dès que "l’eau cressoit" (AMN CC13-fol. 35), au regard des rares missions d'urgence et des dégâts relativement mesurés sur ces années. C'est aussi ce que sous-entend la balance équilibrée des finances municipales, dont les dépenses excèdent rarement la recette annuelle sur cette période précoce. En regard de ce que coûte les travaux en rivière, la mise en défense de la ville en pleine guerre de Cent ans impose des efforts financiers bien plus conséquents (Fig. 3).

Figure 3 - Recettes et dépenses annuelles de la municipalité de Nevers entre 1389 et 1418. Le hiatus entre les quatre premières années et la suite de la comptabilité s'explique par la diversification des missions de la ville (notamment l'apparition des travaux de fortification dans le contexte de la guerre de Cent Ans) et, en miroir, celle de ses sources de revenus. Les informations manquantes pour certaines années ou pour certains postes budgétaires sont liés à des lacunes documentaires (Foucher M. ; sources AMN CC1 à CC23).

Figure 3 - Recettes et dépenses annuelles de la municipalité de Nevers entre 1389 et 1418. Le hiatus entre les quatre premières années et la suite de la comptabilité s'explique par la diversification des missions de la ville (notamment l'apparition des travaux de fortification dans le contexte de la guerre de Cent Ans) et, en miroir, celle de ses sources de revenus. Les informations manquantes pour certaines années ou pour certains postes budgétaires sont liés à des lacunes documentaires (Foucher M. ; sources AMN CC1 à CC23).
  • 4 L'inventaire des évènements (crues, embâcles et débâcles) fait l'objet d'un travail critique, mené (...)
  • 5 e.g. "pour attayer et retenir" (AMN CC7, fol. 14) ; "que on cuidoit retenir" (AMN CC10, fol. 40) ; (...)

9En regardant entre les lignes, sur les premières vingt-cinq années comptables dépouillées (1389-1415), l'environnement fluvial apparaît pourtant explicitement changeant, et la fréquence des avaries sur les infrastructures en visible augmentation. En parallèle des incidents liés aux crues ou aux glaces4, le receveur emploie aussi tout un champ lexical de la lutte, du sauvetage, de la réparation, voire de la volonté contrariée, qui méritera une enquête systématique5. De manière évidente, le fleuve évoluant, les structures existantes apparaissent progressivement ne plus suffire ou n'être plus adaptées. À plusieurs reprises, les premiers ouvrages sont donc complétés, renforcés ou prolongés. Les Neversois rencontrent alors deux problèmes majeurs associés : la fragilité du vieux pont médiéval de Loire – un pont de bois à chevalets charpentés sur moles de pierres – et la migration du chenal vers le sud, dans les terrains bas de la plaine alluviale. Non seulement le fleuve s'éloigne de la ville, de son port, de son pont, de ses pêcheries et moulins, mais le processus d'avulsion en rive gauche créé de nouveaux chenaux difficiles à franchir.

  • 6 "Croire à tort, s'imaginer. Chercher en vain à, tenter en vain de", par extension, "Chercher à, avo (...)

10Dès 1396, les comptes évoquent la construction d'"un pont de boys où ruisseau Rogement pour passer aux grans prez" (AMN CC4, fol.13), encore dits "grans prez du rivaige" en 1399 (AMN CC7, fol. 29v) : on justifie sa création "pour passer […] plus aisiément quant les eaues sont grans lequel est bien nécessaires au commun". Malgré les difficultés d'identification toponymique, d'après la configuration du site de Nevers (terrasse calcaire en rive droite, plaine alluviale en rive gauche) et l'emplacement de bras avérés en rive gauche au début de la période moderne (cf. fig. 3 et infra), ce chantier semble répondre à l'activation, dès cette période haute, de nouveaux chenaux – a minima de l'apparition de bras temporaires qui semblent les préfigurer. Ces terrains au sud du lit majeur apparaissent régulièrement dans les comptes difficilement carrossables. L'hypothèse est renforcée par la mention de travaux effectués quelques années plus tard, à l'extrémité méridionale du grand pont de Loire, au niveau de sa dernière pile et/ou de sa culée. En ce début de XVe siècle, des maçons sont chargés de construire un batardeau maçonné et fondé sur pieux de chêne, "pour tourner l'eaul" d'une pile "que on cuidoit6 retenir" (AMN CC10, fols. 40-42v). Quelques décennies plus tard, les mentions récurrentes de "vieille Loire" ou de "fausse rivière" suggèrent encore l'évolution des chenaux voire une métamorphose fluviale (AMN CC72, CC232). Mais en l'attente de l'étude géomorphologique, les seuls mots du receveur des comptes ne permettent pas de caractériser ni l'ancien ni le nouveau style fluvial. D'importants chantiers visent alors à étendre le pont au-delà du faubourg Saint-Antoine en rive gauche, formant une ligne de ponts que l'on retrouve sur les vues modernes (AMN CC77 ; ADN 1Fi Nevers ; AN F14 100 66-4 ; ENPC fol. 4969 - Fig. 4).

Figure 4 - Veüe de la Ville de Nevers, E. Martellange (1612) : alignement des ponts permettant d'enjamber chenaux et zones humides et, côté ville, le nouveau pont de pierre remplaçant le pont charpenté (Source : BnF, département des Estampes et photographie, RESERVE UB-9-BOITE FT 4 - modifié).

Figure 4 - Veüe de la Ville de Nevers, E. Martellange (1612) : alignement des ponts permettant d'enjamber chenaux et zones humides et, côté ville, le nouveau pont de pierre remplaçant le pont charpenté (Source : BnF, département des Estampes et photographie, RESERVE UB-9-BOITE FT 4 - modifié).

Les ponts de Nevers et de la Charité-sur-Loire : un scenario qui se répète ?

  • 7 Chantiers menés sur le long-terme et par à-coups : 1453-1456 (AMN CC49, CC50), 1468-1470 (CC63, CC6 (...)

11Autour du pont de Nevers, les actions de réparation se multiplient d'abord, avant que ne soit envisagé un premier chantier de reconstruction de la structure en 1407-1408 (AMN CC16). La nouvelle architecture semble située à l'endroit de la précédente et reste de bois. Quelques changements techniques sont néanmoins envisagés, notamment le recours plus fréquent aux sabots ferrés qui assurent au pont un meilleur ancrage dans le fond du chenal (AMN CC15, CC16). La tentative s'avère pourtant insuffisante, puisque la communauté fait le choix plus drastique, à partir de la seconde moitié du XVe siècle, d'abandonner la structure charpentée et de la remplacer pile après pile par un pont maçonné7.

12Quelques décennies plus tôt, un siècle maximum, la ville de la Charité-sur-Loire a rencontré un problème similaire. Les migrations du chenal de Loire et le changement de régime fluvial avaient contraint la communauté à modifier jusqu'à l'emplacement de ses infrastructures, notamment le pont qui avait été construit en 1249 (Foucher & Dumont, 2019 ; Steinmann, 2015). Entre la seconde moitié du XIIIe siècle et le milieu du XIVe siècle, la ville a fait migrer sa solution de franchissement de près de 400 mètres vers l'est, selon un axe nouveau (Fig.5-A&B). Dès cette période, le choix est fait d'abandonner le mode de construction précédent (pont de bois) pour une architecture de pierre. À quelques 25 km en amont, les Neversois ont eu selon toute vraisemblance connaissance de ce scenario, sachant que les échanges entre les deux communautés sont réguliers à cette période (e.g. AMN CC4, fols. 12, 25v ; CC18, fols. 7v, 16 ; CC19, fol. 23v, CC37, fol. 55v …). Sur ces décennies, les échevins de Nevers n'hésitent d'ailleurs pas à missionner leurs artisans, pour échanger savoir-faire et expertises avec d'autres bâtisseurs et observer les solutions envisagées ailleurs – que ce soit vers la ville proche de la Charité, en 1431 par exemple, "pour veoir et visiter la fason des canonnières et boulevar dudit lieu de la Cherité et pour avoir advis d'en faire" (AMN CC32, fol. 50), ou à plus grande distance comme à Auxonne à l'est de Dijon pour apprendre à faire des moulin-pendants (AMN CC37, fol. 49) ou à Orléans en 1503-1504, pour "veoir et visiter les voultes des ponts d'icelle ville et en parler aux maistres maçons de par-delà, pour semblablement esgard aux voultes qu'on veult faire es piles des ponts de Loire" (AMN CC80 fol. 34). Sur cette période, les communautés sont donc connectées et attentives à ce qui se passe ailleurs.

Figure 5 - Schéma restitutif des grandes étapes d'évolution du lit mineur de la Loire, des ponts et ouvrage de contrainte de la Charité-sur-Loire, entre le milieu du XIIIe siècle et 1789 (Source : Foucher M., 2023).

Figure 5 - Schéma restitutif des grandes étapes d'évolution du lit mineur de la Loire, des ponts et ouvrage de contrainte de la Charité-sur-Loire, entre le milieu du XIIIe siècle et 1789 (Source : Foucher M., 2023).

13Éventuellement forts de l'expérience de leurs voisins d'aval, l'inquiétude des Neversois quant au devenir des infrastructures et au potentiel de divagation du chenal est palpable – et fondée. En parallèle des travaux de renforcement du pont de bois puis de construction d'un pont maçonné, échevins, habitants et professionnels réfléchissent aussi à divers moyens de juguler le comportement du fleuve.

Contraindre le fleuve : les battis

Une tentative parmi d'autres

14Ce qui émerge d'abord de cette comptabilité, c'est la gestion concertée, anticipée et contrôlée par les représentants de la ville des ouvrages en rivière. Tous les ans, des visites de contrôle sont organisées sur sites, auxquelles se joignent à la fois les administratifs (le receveur, les échevins) et des experts nommés par la ville. Ces deniers sont des maîtres artisans, généralement charpentiers ou maçons, qui auront souvent la charge ultérieure des chantiers à réaliser. Les visites impliquent non seulement de passer "tout au lonc dudit pont", mais également d'embarquer sur la sentine municipale pour "voyr et visiter dessoubz le pont de Loyre" (AMN CC1, fol. 40, 62 ; CC3, fol. 5 ; CC7, fol. 30, etc.). Elles s'intègrent dans une routine, "pour veoir s'il y faillet riens" (AMN CC1, fol. 17v) et alimentent ensuite les réunions communales qui ont lieu tous les ans à la Saint Martin (11 novembre). Annoncées par un crieur public, ces discussions collectives réunissent les bourgeois assemblés qui organisent les chantiers annuels et établissent les stratégies de travaux.

15Au début du XVe siècle, les mentions comptables relatives à ces réunions traduisent les réflexions et tâtonnements d'une société confrontée à une situation qui sort de son cadre de routine habituel. En 1406, les échevins organisent un "disner fait en [l']hostel [du receveur], le lundi second jour d'aoust" – soit à une date inhabituelle – au cours duquel "lesdiz quatre [échevins], ledit receveur et contreroleur et plusieurs autres de la dicte ville assamblez pour mettre sus le fait des batteiz de Loyre que l'on vouloit fere". L'entreprise paraît complexe puisqu'à l'ordre du jour, il s'agit de prendre "conseil et advis comment l'on procéderoit ne par quelle manière", et, mention rare, que les ouvriers y œuvrant doivent être formés et encadrés par des professionnels. Un important chantier est alors en cours, ayant nécessité le recours à la corvée ; une forme de recrutement très rare à Nevers, réservée aux moments d'urgence ou quand le volume de main d'œuvre excède la normale (AMN CC14, fols. 17-20). Une centaine d'hommes, à qui on a fourni autant de pelles, sont envoyés creuser des fossés en eau sur les grèves de Loire, en rive droite, visant à "prendre le cours de l'eaul et deschargier le bateiz de Loyre" (AMN CC14, fol. 17 et suiv.). Ce chantier fait écho à celui mené sur la rive opposée, dont le but est là de protéger l'extrémité sud du pont de l'érosion d'un chenal qui tend à se déplacer. Les comptes suivant suggèrent l'effet tout relatif de la manœuvre, puisque les problèmes (d'érosion comme de migration) persistent.

Les battis : ouvrages submersibles en Loire

16Les principales dépenses, en argent comme en temps de travail et volumes de matériaux investis, concernent un type d'ouvrage qui existe dès avant l'ouverture du premier compte conservé (1389) : les battis. Prolongés ou augmentés, régulièrement entretenus, l'ampleur des chantiers qui leur sont consacrés leur vaut de bénéficier régulièrement d'un chapitre comptable dédié. Il s'agit de l'une des trois missions municipales de construction collective d'envergure, au même rang que les fortifications et les ponts.

  • 8 "Éviter, empêcher quelque chose" (DMF 2015, op.cit.).
  • 9 "Exercer sur quelqu'un ou quelque chose. Une poussée qui déplace, imprimer un mouvement à quelqu'un (...)
  • 10 "Petit courant d'eau, ruisseau ; canal, conduite" (DMF 2015, op.cit.).

17Ces ouvrages précédant le premier compte, leur nature et leur fonction ne sont jamais clairement exprimés par le receveur. Mais quelques indices ponctuels suggèrent des infrastructures construites en pleines eaux et non, comme une levée, sur ses abords (Foucher, 2023b). Il s'agit d'abord des conflits d'usage avec "tous les poissonniers du rivaige et autres", auxquels ont défend de mettre "nunls engins à pescher poisson envoyron les diz bateiz à plus près de II toyses pour obvier8 adce qu’ils ne desacouvrissent les fagoz ne la cloyson des diz bateiz. Quar quant il lèvent la ramée des diz fagoz pour bouter9 leurs panes et engins dessoubz, l’eaul de la rivière il prant son conduit et y fait ung grant pertuis" (AMN CC1, fol. 49). Le recours exclusif aux bateaux, que ce soit pour acheminer artisans et matériaux ou comme plateformes de travail lors des chantiers, en est un autre argument. Enfin, les comptes mentionnent à plusieurs reprises des duits10 dans les battis, qui peuvent avoir servi de passe navigable, à l'instar des pertuis ménagés dans les ouvrages icaunais (Quantin, 1885).

18Hors du microcosme textuel de Nevers, le terme de battis se retrouve ailleurs sur le cours de la Loire dans les sources anciennes relatives aux ouvrages d'Orléans ou de Sully-sur-Loire par exemple. Les ouvrages auxquels le terme renvoie, correspondent également à de longs ouvrages de contraintes, linéaires et submersibles (ADL 3E3270 ; Dumont et al., 2023 ; Thion, 2019).

Artisans et techniques à l'œuvre

19La mise en place de ces battis est surtout une affaire de charpentiers, malgré l'emploi de volumes significatifs de pierres. Leur architecture se révèle être une imbrication complexe de plusieurs éléments distincts : les fagoz ou rouleaux (fascines), les pieux et les pierres. Les fagots sont préfabriqués, généralement directement sur les îles où sont récoltés l'aulne et l'osier nécessaires. Ils sont alors liés au moyen d'une "clais rolon" "à coutrer", "à coucher et lier" les perches (AMN CC1, fol. 9, 19v). Les pieux sont importés depuis les forêts municipales, notamment du Bois du Ponceau situé en aval, vers la confluence avec l'Allier (AMN CC1). Là, ont été coupés divers types de pièces de dimensions et de fonction variables (paulx et ongarz), menés ensuite par des équipes de mariniers jusqu'au rivage de Loire. Les pieux sont taillés en pointe à cette étape de la chaîne opératoire (AMN CC1, fol. 7v, 8, 46 ; CC14, fol.8, etc.). Les pierres enfin complètent l'architecture. Le simple qualificatif de "pierre" et non de "quartiers", conjugué à l'absence stricte de tailleurs de pierre ou de maçons sur ces chantiers, laissent supposer des blocs sans mise en forme ni maçonnerie. Plusieurs carrières locales sont sollicitées, qu'elles soient ouvertes à l'amont ou à l'aval de la ville (Perrières de Saint Eloy, de Saint-Gildard/Saint-Judas – AMN CC1, CC14 fol. 7v ; CC15, fols. 6v-12).

20La construction proprement dite se fait en plusieurs étapes.

  • Les artisans commencent par battre les pieux dans le fond du chenal, grâce à un engin embarqué sur un ou deux bateaux. D'après le détail comptable relatif à la fabrication d'un nouvel engin "pour battre les aiguilles" en 1405, l'outil comporte un maillet levé par un système de cordages raccordés à une roue (AMN CC14, fols. 5v-6v). Correspondant à une sonnette, le maniement de l'engin implique la coordination de plusieurs ouvriers, entre le conducteur, ceux dans la roue et ceux maniant pieux ou cordages. À la base de la structure, sont disposés les ongarz, sortes de "crampon pour l'assise de fondations dans une rivière" (DMF 2015).

  • Entre les pieux battus, les ouvriers sont ensuite chargés d'"yceulx faigoz mettre et coucher entre les paulx", avant de les recouvrir de pierres (AMN CC1, fol. 45v). La même méthode paraît être employée lors des réparations ponctuelles, avec l'ajout de pieux battus et de rouleaux (fascines), "et yceulx [rouleaux] forrer de pierre pour mettre où fondement dudit pertuis" ou "pour mettre au fons de l’aigue encontre la pointe des paux du bateiz" (AMN CC1, fol. 50 et 59). En 1405, la méthode a évolué et, outre les pieux battus entre lesquels sont disposés les fagots recouverts de pierres, sont ajoutés de petits pieux battus au maillet (AMN CC 13, fol. 34).

21Malgré les ressemblances flagrantes avec les vestiges fouillés à Sully-sur-Loire de deux siècles postérieurs (pieux battus non ferrés encadrant un noyau de fascines lestées de pierres – Fig. 6), les structures neversoises s'en distinguent par l'absence de planches, et de ce fait, de clous et de cales verticales servant à les maintenir (Dumont et al., 2023).

Figure 6 - Vue en coupe d'un des battis de Sully-sur-Loire, avec les niveaux de fascines et galets maintenus par les rangées de pieux. (Cliché Foucher, 2019).

Figure 6 - Vue en coupe d'un des battis de Sully-sur-Loire, avec les niveaux de fascines et galets maintenus par les rangées de pieux. (Cliché Foucher, 2019).
  • 11 Pour la saisonnalité des chantiers en rivière, voir Foucher (2023b).

22L'investissement communal est conséquent. La comptabilité hebdomadaire et le détail des informations enregistrées permettent d'envisager l'ampleur du chantier, notamment en termes de main d'œuvre. Au plus fort de l'activité sur les battis, toujours concentrés sur la fin de l'été et l'automne11, plusieurs centaines d'homme peuvent œuvrer conjointement dans la Loire : en une seule mention comptable datée de 1405, le receveur évoque ainsi le paiement de 206 ouvriers (AMN CC14, fol. 10v). Ces chantiers sont également très consommateurs en matières premières : une estimation faite pour les travaux d'entretien (les seuls détaillés dans les sources) entre 1389 et 1408 compte plus de 3066 pieux, 121 ongars, 421 perches, 28700 fascines, 4200 clous et plusieurs tonnes de pierre. Ces chiffres sont sans doute en deçà de la réalité, toutes les quantités n’étant pas exprimées par le receveur.

23L'essentiel des interventions annuelles concerne avant tout les réparations, qu'il s'agisse d'un entretien courant ou du colmatage de brèches faites par les glaces ou les crues. Entre autres exemples, en 1390, les artisans Jehan Cuesin, Guiot Luisat, Jehan Bonnet et Guille Tardereaul sont chargés de "commencer à battre en une grant rompeure que les grans creue de l'eau ont faite où second bateiz" et "boscher plusieurs granz pertuiz" (AMN CC1, fol. 7). L'année suivante, il convient encore de "batre des paulx en une ronpure qui estoit forse novellement par une grant creue d'eaul qui avoit esté de nouvel" (AMN CC1, fol. 20). En parallèle, à cause de l'évolution du lit mineur, les structures existantes sont adaptées à plusieurs reprises et complétées, soit renforcées, soit prolongées. Durant l'été 1391, "la seconde alée des bateiz" est par exemple doublée et prolongée (AMN CC1, 44v).

Pister les battis dans le paysage ligérien

Hypothèses de localisation

  • 12 Sermoise-sur-Loire est un village situé en rive gauche, à 4 km au sud-est du pont. L'extension de s (...)

24Ni l'emplacement exact de ces battis ni leur morphologie générale ne sont jamais clairement explicités dans les comptes jusqu'ici dépouillés : ces ouvrages existent déjà à l'ouverture du premier compte, le receveur ne décrit donc pas les infrastructures en place, seulement les travaux ponctuels qui relèvent de l'exercice comptable. Il semble qu'à la charnière des XIVe et XVe siècles il en existe au moins deux, le premier et le second, dont on ignore néanmoins la relation (AMN CC1, fol.7, 46, 57v ; CC13, fol. 31). Construits dans l'eau, comme précédemment évoqué, ces ouvrages sont installés dans un environnement fluvial fait d'îles, à proximité du grand pont de Loire et vraisemblablement localisés plutôt en rive gauche si l'on en juge par les lieux de stockage des matériaux livrés pour leur construction (AMN CC1 fols. 8, 20, 45 ; CC13, fol. 29). Pieux, fagots, et autres ne semblent jamais déchargés du côté de la ville, mais toujours "au pont de Loire", "au chef de pont" (AMN CC1, fol. 11), voire même en amont "en la justice de Sermaise" (AMN CC1, fol. 44v) et "au droit de Saint Eloy" (fol. 57v), ce qui laisse préjuger de leur extension12.

Loire et battis dans le corpus iconographique des XVIe-XVIIIe siècles

  • 13 L'identité du dessinateur à l'origine de cette vue reste inconnue, Casper Merian étant seulement co (...)

25L'essentiel de la documentation iconographique neversoise est largement postérieur au début de la comptabilité, les deux vues les plus précoces de la ville remontant seulement à la seconde moitié du XVIe siècle (BnF, département des Estampes-1566 ; département Cartes et plans, GE DD-459 (I, 2 RES)-1575). À cette date, le pont charpenté a été remplacé depuis longtemps par un pont de pierre et les battis décrits dans la comptabilité restent toujours difficiles à cerner. La seule vue ancienne où une structure de contrainte immergée figure explicitement est celle publiée en 1656 par le graveur allemand Casper Merian (Fig. 7-B). Sur ce document, une construction longiligne se développe dans l'eau de la Loire, partant du pont en direction de l'amont et du côté de la rive gauche. Le dessinateur13 a détaillé sa structure, pleine et bordée d'alignements parallèles de pieux plantés dans l'eau. Ces caractéristiques (position et architecture) le rapprochent des éléments de description des battis recueillis dans les comptes ou des vestiges fouillés à Sully-sur-Loire (Dumont et al., 2023).

Figure 7 - L'emplacement des battis en amont du pont dans les cartes des XVIIe et XVIIIe siècles : les plans ont en commun la porte fortifiée, la chapelle du bout du pont et les ouvrages enjambant les chenaux secondaires de la plaine alluviale. A. Extrait du plan de Nevers publié en 1600 (BnF GED-3841) ; B. Extrait de la vue de Nevers et de sa façade sur Loire publiée en 1656 centrée sur le battis partant du pont (ZEILLER / MERIAN 1656) ; C. Extrait de la carte du cours de la Loire levée par l'ingénieur Mathieu en 1727-1730 (École nationale des ponts et chaussées, fol. 4969).

Figure 7 - L'emplacement des battis en amont du pont dans les cartes des XVIIe et XVIIIe siècles : les plans ont en commun la porte fortifiée, la chapelle du bout du pont et les ouvrages enjambant les chenaux secondaires de la plaine alluviale. A. Extrait du plan de Nevers publié en 1600 (BnF GED-3841) ; B. Extrait de la vue de Nevers et de sa façade sur Loire publiée en 1656 centrée sur le battis partant du pont (ZEILLER / MERIAN 1656) ; C. Extrait de la carte du cours de la Loire levée par l'ingénieur Mathieu en 1727-1730 (École nationale des ponts et chaussées, fol. 4969).

26D'après la vue de 1656, l'ouvrage est rattaché au pont à hauteur d'une porte fortifiée, et un escalier permet de relier le tablier au niveau de circulation de la digue immergée. C'est cette position par rapport au pont qui permet ensuite de suivre l'aménagement (a minima son emplacement) dans le reste de la documentation. À l'endroit de la porte fortifiée à la tête de pont de la rive gauche, les autres cartographes et artistes du XVIIe siècle ne placent pas explicitement de digue, mais tous indiquent une longue bande émergée (île ou banc de sable) qui se développe en amont et en aval du pont (Fig. 7-A).

27Entre la fin du Moyen Âge et la période moderne, les cartes et plans témoignent des évolutions du lit majeur de la Loire au niveau de Nevers, mais aussi des transformations apportées aux ponts, digues, berges et ports … Toutefois, la porte fortifiée et la chapelle de Notre Dame du bout pont demeurent. Leur persistance permet de prendre la mesure de ces changements opérés jusqu'au XVIIIe siècle (Fig. 7-C). La porte fortifiée se situe à l'extrémité du premier pont, qui enjambe le grand chenal nord bordant la ville. D'après de nombreux indices topographiques dans la comptabilité municipale (liés aux confluences avec la Nièvre et la Passière, aux portes de la ville, etc.), ce chenal correspond dans ses grandes lignes à celui actif à la fin du Moyen Âge. Les vues et plans de la ville des XVIe et XVIIe siècles placent tous dans son prolongement une succession d'autres ouvrages qui enjambent les bras ouverts dans la plaine alluviale au sud (Fig. 4, 7). Ces chenaux sont récents et correspondent aux déplacements de la Loire et à son changement de régime, déjà amorcés à la fin du XIVe siècle (cf. supra ; Foucher, 2023a).

28Au siècle suivant, le levé de l'ingénieur Mathieu, réalisé vers 1727-1730, fait état d'un chenal de Loire déjà différent. Le fleuve se concentre alors en un seul chenal principal, celui du nord, que franchit le pont côté ville. Le second chenal, qui se développait aux siècles précédents entre la porte du pont et la chapelle (voir Fig. 7-A) n'est plus qu'un bras mort, dont l'ouverture amont apparaît déjà totalement colmatée et en voie de végétalisation. Ne reste qu'un troisième bras en eau, au sud, mais dont les connexions amont avec le chenal de Loire sont bouchées (Fig. 8). Au niveau des battis représentés sur la vue publiée par Merian, se situe en 1727-1730 la berge sud du chenal moderne. L'ingénieur fait figurer le long de cette berge plusieurs ouvrages de contrainte, des épis (vraisemblablement récents à la date du levé) et des ouvrages longilignes discontinus. Ces derniers sont particulièrement intéressants. D'abord par leur ancienneté manifeste : plusieurs portions sont visiblement en voie d'ensablement au moment du levé, d'autres tronçons sont déjà largement à l'écart du chenal actif de 1727-30. En second lieu, leur position et leur extension correspondent aux rares éléments topographiques identifiés dans les comptabilities des XIVe/début XVe siècles : un ouvrage proche de la rive gauche du chenal médiéval, partant du pont et se dirigeant vers l'amont – jusque au droit de Sermoise-sur-Loire, voire jusqu'à Saint Eloi (AMN CC1 fols. 44v, 57v – cf. supra).

Figure 8 - Extrait de la planche de Nevers issue de l'atlas des cartes des rivières de Loire et d'Allier levé par l'ingénieur Mathieu. Dans l'encadré blanc, l'ouvrage discontinu en cours d'ensablement ; en bas, la levée de Sermoise, postérieure. Les levés de terrain ont été réalisés en 4 années entre 1727 et 1730 (ENPC 4969, pl. 10).

Figure 8 - Extrait de la planche de Nevers issue de l'atlas des cartes des rivières de Loire et d'Allier levé par l'ingénieur Mathieu. Dans l'encadré blanc, l'ouvrage discontinu en cours d'ensablement ; en bas, la levée de Sermoise, postérieure. Les levés de terrain ont été réalisés en 4 années entre 1727 et 1730 (ENPC 4969, pl. 10).

Comptes, cartes anciennes et lit majeur actuel – essai de dialogue

29La carte de 1727-1730 est un relevé d'ingénieur particulièrement soucieux de représenter l'état du fleuve et de ses aménagements, puisqu'il s'agit d'un atlas commandé par Dubois, "Conseiller du roy en ses conseils, directeur général des Ponts et Chaussées de France, Turcies & Levées" et dont le but explicite est de documenter le cours de la Loire et de l'Allier "affin de connoître leurs différents cours & changements de navigation causés par les cruës de l'eau & sable qu'elles roulent continuellement n'y ayant des levées que depuis Orléans jusqu'à Gien ; pourquoi on y fait différents ouvrages de pierre et de bois, pour les contenir & les empescher d'inonder les campagnes qui sont très fertiles" (ENPC 4969, fol. 1). On peut donc supposer un certain degré de rigueur dans la représentation du cours d'eau et des infrastructures que l'on veut pouvoir gérer.

30Mais malgré cette rigueur et l'abondance de points de repères communs à la carte et aux documents actuels, les essais de géoréférencement du document ancien restent approximatifs. Ils permettent néanmoins de cibler un secteur probable, hors du lit mineur et au nord de la levée de Sermoise, notamment vers les parcelles bordant la rive gauche de part et d'autre des chemins publics du Peuplier Seul et, dans son prolongement, du Pont des Américains. La topographie actuelle des terrains est encore marquée de reliefs longilignes, préservés au sud de ces deux chemins. Un premier tronçon, d'axe est-ouest, se devine dans la végétation dense bordant le début du chemin du Pont des Américains. La structure change ensuite d'axe, pour se diriger vers le sud-est. Là, elle traverse une pâture (Fig. 9).

Clichés aériens 2020 ; B et C., Photo Foucher).

31Faites lors de la dernière campagne d'août 2022, ces observations ne permettent évidemment pas d'associer strictement les battis médiévaux aux infrastructures longilignes levées par Mathieu ou aux vestiges encore visibles. La parenté entre ces deux derniers reste néanmoins particulièrement probable, tant en termes de dimensions, d'orientation que de morphologie.

Conclusion : une lutte au long cours

32Ces ouvrages s'inscrivent dans la longue occupation à la fois bénéfique et conflictuelle de la Loire : l'enjeu majeur, assumé et exprimé par les représentants de la ville de Nevers est bien "de retenir la rivière en son ancien cours qu'elle a depuis longtemps commencé à délaisser" en 1599, "de sorte qu'elle passe sous les ponts de la ville et qu'ils ne deviennent inutiles au public" en 1601-1602 (AMN CC246CC162). Des stratégies équivalentes sont à l'œuvre en aval, à la Charité-sur-Loire, où le chenal, après avoir migré vers l'est à la fin du Moyen Âge, tend à repartir vers la plaine alluviale en rive gauche – et, comme à Nevers, délaisser le grand pont de Loire. En 1578, le prieur du prieuré de la Charité "donna ordre pour faire rétablyr la levée qui estoit au delà du fauxbourg affin de détourner l'eau de la rivière et la faire passer toutte du costé de la ville, en sorte qu'il n'y passoit presque point d'eau dans l'autre bras du costé du Berry" (Anonyme (1991), fol. 233). On cherche encore en 1598 à "reculler la rivière de Loyre, pour la contenir dans son ancien cours, et par ce moyen éviter les grandes ruynes qu'elle pourroit faire même des fauxbourgs de ladite ville" et, en 1611, à "empescher la faulce riviere et la rejetter dans l’antien lit" (Musée de la Charité, LP 972.1.111 ; AM La Charité, 3D15). À Nevers, que l'ouvrage de contrainte en cours d'ensablement sur la carte de 1727-1730 soit ou non le battis mentionné dès 1389, il paraît agir de la même manière que ceux de la Charité-sur-Loire : en ramenant le flux sous le pont principal et à la ville, et en contrant les propensions du lit mineur à migrer dans la plaine alluviale. Contrairement à la levée, il n'a aucune action sur les crues.

33Sur cette section de Loire moyenne, et pour la fin du Moyen Âge et le début de l'époque moderne, l'enjeu majeur de la communauté urbaine n'apparaît pas tant porté sur la lutte contre les crues que sur celle contre les divagations du lit mineur. Les sources ne mentionnent d'ailleurs pas de levées sur les berges, alors que leur mise en œuvre est bien attestée en aval à la même période (Dion, 1961). Entre autres pistes, le projet de recherches en cours poursuit l'analyse régressive des ouvrages de contraintes (battis, levées et épis) autour de Nevers, à partir des cartes modernes et de la comptabilité, en dialogue avec une approche géomorphologique du lit majeur (R. Steinmann). L'action réelle de ces battis sur le système ligérien se pose notamment, en regard des levées qui seront construites sur les berges en rive gauche à la période moderne et dont l'effet sur l'hydrosystème, tant en termes de contrainte latérale que d'enfoncement du lit mineur, a été démontré en aval (Garcin et al., 2006 ; Castanet, 2008). Cette enquête, ciblée sur un type d'ouvrage bien particulier, s'inscrit enfin dans une réflexion plus large sur les modalités d’implication des communautés passées sur l’espace fluvial, permettant d’envisager pour ces périodes anciennes les aspects sociaux, économiques, mentaux ou techniques de cette cohabitation.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme (1991). Histoire chronologique du prieuré de la Charité, Ordre de Cluny, La Charité-sur-Loire, Les Amis de La Charité-sur-Loire (transcription et édition), 223 p.

Belidor B. F. de (1753). Architecture hydraulique, ou l'Art de conduire, d'élever et de menager les eaux pour les différens besoins... par M. Belidor, commissaire provincial d'artillerie, professeur royal de mathématiques, aux écoles du même corps.... Seconde partie, tome second, qui comprend l'art de diriger l'eau de la mer & des rivieres à l'avantage de la défense des places, du commerce et de l'agriculture. Paris, Charles-Antoine Jombert libraire, 480 p.

Burnouf J. et Carcaud N. (1999). Le val de Loire en Anjou Touraine : un cours forcé par les sociétés riveraines. Médiévales, 36, p. 17-29.

Burnouf J. (2009). Vulnérabilité des sociétés médiévales aux aléas météorologiques et climatiques. Archéologie du Midi médiéval, 27, p. 249-254.

Castanet C. (2008). La Loire en val d’Orléans. Dynamiques fluviales et socio-environnementales durant les derniers 30 000 ans : de l’hydrosystème à l’anthroposystème. Thèse de doctorat sous la direction de J. Burnouf et M. Garcin, Université Paris I Panthéon Sorbonne, 589 p.

Charrier J.-B., Chabrolin M., Harris J.-P., Stainmesse B. (1984). Histoire de Nevers, première patrie : des origines au début du XIXe siècle. Roanne, Éditions Horvath, 230 p.

Crouzet H. (1858). Droits et privilèges de la commune de Nevers. Nevers, Imprimerie I. M. Fay, 220 p.

Dion R. (1961). Histoire des levées de la Loire. Paris, Roger Dion, 312 p.

Dumont A., Foucher M., Lavier C., Moyat P. (2023). Contraindre la Loire au XVIIe siècle : histoire et archéologie des digues de Saint-Père/Sully-sur-Loire (45). Actes des Journées « bois, Échanges interdisciplinaires sur le bois et les sociétés », 112-128. Paris, ASE - Archéologie, Sociétés et Environnement, 3-1.

Faucheux L.-E. (1857). Catalogue raisonné de toutes les estampes qui forment l'œuvre d'Israël Silvestre : précédé d'une notice sur sa vie. Paris, Librairie Vve Jules Renouard, 336 p.

Foucher M. (2019). La Charité‐sur‐Loire. Catalogue analytique des vues de la ville et de ses aménagements. In Dumont A., Foucher M., Moyat P., Lavier C., Bordessoulles M., Kefi N., Jarret P., Polinski A., Saillant M., Robin Y., Desmeules J., Prospections et sondages 2019 - fleuve Loire, Archéologie fluviale – DRASSM, rapport d'opération programmée 2019 – SRA Centre Val de Loire, Annexe 5.

Foucher M. (2023a). Vivre au bord de l'eau à Nevers à la fin du Moyen Âge. In E. Lorans, Th. Pouyet, G. Simon (dir.), L’eau dans les villes d’Europe au Moyen Âge (IVe-XVe s.) : un vecteur de transformation de l’espace urbain, 153-165. Tours, FERACF, supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, 84.

Foucher M. (2023b). Lutter contre les crues et contrôler la Loire. Archéologia, 619, p. 44-45.

Foucher M. et Dumont A. (2019). Un pont dans les caves. Évolution de l'urbanisme et des franchissements de Loire à de la Charité-sur-Loire (58), du Moyen Âge à l'Époque moderne. In Alix C., Gaugain L. et Salamagne A. (dir.), Caves et celliers dans l'Europe médiévale et moderne, 299-308. Tours, Presses Universitaires François Rabelais.

Gady B. et Trey J. (2018). La France vue du Grand Siècle. Dessins d'Israël Silvestre (1621-1691). Paris, Lienart, Louvre éditions, 208 p.

Garcin M., Carcaud N., Gautier E., Burnouf J., Castanet C., Fouillet N. (2006). Impacts des héritages sur un hydrosystème : l’exemple des levées en Loire moyenne et océanique. In Allée P. et Lespez L., L’érosion entre société, climat et paléoenvironnement. Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, p. 225-236.

Labbé Th. (2017). Les catastrophes naturelles au Moyen Âge. Paris, CNRS éditions, 352 p.

Leguay J.-P. (2005). Les catastrophes au Moyen Âge. Paris, éditions Jean-Paul Gisserot, 224 p.

Mesmin E., Gautier E., Arnaud-Fassetta G., Foucher M., Martins G., Gob F. (à paraître). Characterization of periods of high and low hydrological activity in the Loire River, France, between the 14th and mid-19th centuries. Journal of hydrology.

Miejac E. (1999). La Loire aménagée du Moyen Âge à l'époque Moderne entre Cosne-sur-Loire et Chaumont-sur-Loire. Archéologie médiévale, 29, p. 169-190.

Quantin M. (1885). Histoire de la rivière d'Yonne. Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne, 39, p. 349-498.

Steinmann R. (2015). L’influence climatique et anthropique sur trois cours d’eau bourguignons : géoarchéologie de sites de franchissement sur la Loire, la Saône et le Doubs au cours de l’Holocène. Thèse de doctorat sous la direction de J.-P. Garcia et A. Dumont, Université de Bourgogne, 2. vol.

Thion C. (2019). La Loire à Orléans au XVIe siècle. In Alix C., Demonet M.-L., Rivaud D., Vendrix Ph. (éd.). Orléans ville de la Renaissance, 142-155. Tours, Presses Universitaires François Rabelais.

Haut de page

Notes

1 En dernière date, le PCR Les cours d’eau en Bourgogne Franche Comté. Patrimoine immergé et évolution des hydrosystèmes sur la longue durée (porté par A. Dumont) et le Projet Amorçage RiBoPAG (Les RIvières de BOurgogne Franche Comté au Petit Âge Glaciaire (XIV-XIXe s.). Gestion des crues et impact sur les aménagements (digues et ponts)).

2 Soit une masse documentaire de 17 420 folios. Les registres comptables sont conservés aux Archives Municipales de Nevers (AMN), dans la série CC.

3 Le dépouillement de ce fond se concentre pour l'instant sur le début de la série, entre la fin du XIVe et la première moitié du XVe siècle.

4 L'inventaire des évènements (crues, embâcles et débâcles) fait l'objet d'un travail critique, mené en collaboration avec E. Mesmin dans le cas de son doctorat (LGP, UMR 8591), lié à la fois à l'estimation du moment de l'évènement, de son ampleur et de son impact (Mesmin et al. (à paraître)).

5 e.g. "pour attayer et retenir" (AMN CC7, fol. 14) ; "que on cuidoit retenir" (AMN CC10, fol. 40) ; "mettre à sauvetté" (AMN CC2, fol. 5v) ; "visiter pour la réparation du pont de Loyre qui naguères est cheu pour les glaces" (AMN CC36, fol. 6) ; "que l'eaul ne l'emenast" (AMN CC6, fol. 21v) ; "ung chevalet qui estoit en avanture de cheoir" (AMN CC13, fol. 25v) ; "en péril de noyer quant les crues estoient grandes" (AMN CC6, fol. 10v) ; "en péril de l'eaue" (AMN CC19, fol. 13), etc…

6 "Croire à tort, s'imaginer. Chercher en vain à, tenter en vain de", par extension, "Chercher à, avoir l'intention de, tenter". Pour les termes techniques ou d'ancien français, nous nous sommes basée sur le Dictionnaire du Moyen Français (DMF) du projet ATILF - CNRS & Université de Lorraine (version 2015 (DMF 2015) : http://www.atilf.fr/dmf).

7 Chantiers menés sur le long-terme et par à-coups : 1453-1456 (AMN CC49, CC50), 1468-1470 (CC63, CC64) ; 1476-1477 (CC70), 1485-1486 (CC74), 1493-1494 (CC76), 1503-1507 (CC80 à CC82).

8 "Éviter, empêcher quelque chose" (DMF 2015, op.cit.).

9 "Exercer sur quelqu'un ou quelque chose. Une poussée qui déplace, imprimer un mouvement à quelqu'un ou quelque chose" (DMF 2015, op.cit.).

10 "Petit courant d'eau, ruisseau ; canal, conduite" (DMF 2015, op.cit.).

11 Pour la saisonnalité des chantiers en rivière, voir Foucher (2023b).

12 Sermoise-sur-Loire est un village situé en rive gauche, à 4 km au sud-est du pont. L'extension de sa justice aux XIV-XVe siècle reste à définir. Saint-Eloi est une paroisse située sur la berge opposée, à peu près à la même hauteur.

13 L'identité du dessinateur à l'origine de cette vue reste inconnue, Casper Merian étant seulement connu pour ses travaux de graveur et Martin Zeiller, géographe, étant l'auteur des textes de l'ouvrage qu'illustre Merian. D'après les similitudes avec la vue de Nevers d'Israël Silvestre (ADN 1Fi Nevers 50 - voir notamment la représentation des bateaux ; Faucheux (1857) ; Gady & Trey (2018)) et sachant que Merian a déjà utilisé l'une de ses vues pour la gravure de la Charité-sur-Loire (Foucher 2019), l'hypothèse d'un dessin de Silvestre est probable – mais reste à prouver.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Plan schématique de la ville de Nevers au XVe siècle, à la confluence entre les cours de la Loire, de la Nièvre et du ruisseau de la Passière. État restitué d'après les comptes municipaux et vestiges en place (DAO Foucher, d'après Charrier, Chabrolin, Harris, Stainmesse (1984) - modifié Foucher 2023).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 2 - Position et action des épis en rivière. A. "Desseins relatifs à la théorie et à l'usage qu'on peut faire des épys pour interrompre le cours des dégradations qui arrivent aux rivières" (Source : Belidor, 1753 – BnF 4-S-3571 (4)) ; B. Exemple d'épis en contexte : le grand site de la Charité-sur-Loire sur la carte de l'ingénieur Mathieu de 1725 (BnF GE DD-2987 (1218 B)).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7538/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 3 - Recettes et dépenses annuelles de la municipalité de Nevers entre 1389 et 1418. Le hiatus entre les quatre premières années et la suite de la comptabilité s'explique par la diversification des missions de la ville (notamment l'apparition des travaux de fortification dans le contexte de la guerre de Cent Ans) et, en miroir, celle de ses sources de revenus. Les informations manquantes pour certaines années ou pour certains postes budgétaires sont liés à des lacunes documentaires (Foucher M. ; sources AMN CC1 à CC23).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7538/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Titre Figure 4 - Veüe de la Ville de Nevers, E. Martellange (1612) : alignement des ponts permettant d'enjamber chenaux et zones humides et, côté ville, le nouveau pont de pierre remplaçant le pont charpenté (Source : BnF, département des Estampes et photographie, RESERVE UB-9-BOITE FT 4 - modifié).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7538/img-4.png
Fichier image/png, 261k
Titre Figure 5 - Schéma restitutif des grandes étapes d'évolution du lit mineur de la Loire, des ponts et ouvrage de contrainte de la Charité-sur-Loire, entre le milieu du XIIIe siècle et 1789 (Source : Foucher M., 2023).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7538/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Figure 6 - Vue en coupe d'un des battis de Sully-sur-Loire, avec les niveaux de fascines et galets maintenus par les rangées de pieux. (Cliché Foucher, 2019).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7538/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Figure 7 - L'emplacement des battis en amont du pont dans les cartes des XVIIe et XVIIIe siècles : les plans ont en commun la porte fortifiée, la chapelle du bout du pont et les ouvrages enjambant les chenaux secondaires de la plaine alluviale. A. Extrait du plan de Nevers publié en 1600 (BnF GED-3841) ; B. Extrait de la vue de Nevers et de sa façade sur Loire publiée en 1656 centrée sur le battis partant du pont (ZEILLER / MERIAN 1656) ; C. Extrait de la carte du cours de la Loire levée par l'ingénieur Mathieu en 1727-1730 (École nationale des ponts et chaussées, fol. 4969).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7538/img-7.png
Fichier image/png, 381k
Titre Figure 8 - Extrait de la planche de Nevers issue de l'atlas des cartes des rivières de Loire et d'Allier levé par l'ingénieur Mathieu. Dans l'encadré blanc, l'ouvrage discontinu en cours d'ensablement ; en bas, la levée de Sermoise, postérieure. Les levés de terrain ont été réalisés en 4 années entre 1727 et 1730 (ENPC 4969, pl. 10).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7538/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Crédits Clichés aériens 2020 ; B et C., Photo Foucher).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7538/img-9.png
Fichier image/png, 432k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Foucher, « Comment cohabiter avec la Loire à Nevers à la fin du Moyen Âge ? Tâtonnements et adaptations face à un fleuve changeant : l'exemple des battis »Dynamiques environnementales, 51 | 2023, 1-24.

Référence électronique

Marion Foucher, « Comment cohabiter avec la Loire à Nevers à la fin du Moyen Âge ? Tâtonnements et adaptations face à un fleuve changeant : l'exemple des battis »Dynamiques environnementales [En ligne], 51 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/7538 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.7538

Haut de page

Auteur

Marion Foucher

UMR Artehis 6298

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search