Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Trajectoires des socio-écosystème...L'impensé social des pratiques de...

Trajectoires des socio-écosystèmes du bassin de la Loire

L'impensé social des pratiques de délocalisation préventive. Ce que les cas de Blois et Ault apportent aux débats sur l'adaptation au changement climatique

The social unthought of preventive relocation practices. The contribution of the Blois and Ault cases to the debate on adaptation to climate change
Sofia Guevara et Jerôme Cardinal
p. 1-28

Résumés

Cet article vise à éclairer les défis en aménagement des délocalisations des biens et des personnes face au changement climatique, à partir de l’étude de deux projets pilotes mis en œuvre dans le déversoir de la Bouillie (Blois), exposé au risque d’inondation, et à Ault, commune exposée à l’érosion du trait de côte. Fondée sur un travail qualitatif (entretiens et analyse d’archives), l’approche se centre sur la relation entre les habitants et les dispositifs d’aménagement mis en place pour les impliquer. Il montre les lacunes des pratiques institutionnelles pour intégrer la dimension sociale d’opérations aussi bouleversantes pour les territoires de vie, négligeant les pertes immatérielles qu’elles peuvent induire.

Haut de page

Texte intégral

Les auteur.e.s tiennent à remercier l'ensemble des acteurs rencontrés dans le cadre de l'enquête. Par ailleurs, nous tenons à remercier la révision bienveillante et rigoureuse des deux évaluateurs.trices anonymes ainsi que de l’équipe éditoriale de la revue Dynamiques Environnementales.

Introduction

1La montée en puissance des politiques d’adaptation au changement climatique depuis les années 2000 active les débats sur les possibles déplacements des populations face à la montée des eaux et à des événements climatiques extrêmes plus fréquents. Si pendant les Trente Glorieuses, les destructions de villages pour la construction d’infrastructures industrielles étaient justifiées par la promesse de progrès économiques et de retombées collectives qui la sous-tendaient (Bodon, 1997 ; Belkacem, 2022 ; Faure, 2008), le contrat social en jeu dans un contexte d’adaptation au changement climatique n’est plus le même : l’horizon des mesures anticipatrices comme celles que nous étudions dans cet article, demeure une recherche de sécurité face à un avenir écologique incertain et une intensification de risques naturels (Koslov, 2016).

2Le changement climatique invite ainsi les sciences sociales à penser les pertes qu’il induit, tant en termes matériels, que politiques, sociaux et épistémiques (Elliott, 2018). Il s’agit d’interroger la façon dont la possible disparition de lieux de vie ou de la transformation de leur usage est cadrée par les politiques d’adaptation et ce que ce cadrage révèle sur les mécanismes institutionnels existants pour accompagner de telles transformations. Dans le même temps, la littérature souligne l’importance de co-créer avec les habitants afin de faciliter l’acceptation sociale des projets de transformation (Tubridy et al., 2022 ; Faure, 2008). Les travaux soulignent alors les tensions éthiques, temporelles et démocratiques dans lesquelles de tels projets se trouvent, entre injonctions d’urgence et besoin de temps de débats (Chateauraynaud & Debaz, 2017). Enfin, alors que certains auteurs pointent la question des compensations proposées aux habitants en échange de la cession de leur bien (Meur-Ferec, 2021), d’autres interrogent la capacité de ces compensations à penser et intégrer les pertes matérielles comme symboliques associées aux bouleversements des environnements vécus des habitants (Singto et al., 2022).

3Face aux risques d’inondation et d’érosion côtière, la question des délocalisations préventives est traitée depuis plusieurs années en Amérique du Nord (Hébert & Aubé, 2015 ; Dyckman et al., 2014) ou encore dans les petites îles de l’océan Pacifique (Bertana, 2019), mais en France elle est récente et diffère des délocalisations pour le développement de grandes infrastructures (Bodon, 1997 ; Faure, 2008 ; Singto et al., 2022), pour des programmes de renouvellement urbain (Faure, 2008) ou comme stratégie de planification post-catastrophe. Dans les espaces littoraux, le cas de Séchilienne constitue souvent l’exemple rare de gestion préventive fondée sur une « présomption de risque » d’éboulement d’une falaise (Decrop, 2004 ; Decrop, 2014 ; Badré & Huet, 2006). Dans des contextes fluviaux, Villeneuve-Saint-Georges dans le Val-de-Marne (à partir de 2010) et la Bouillie à Blois (à partir de 2003) ont fait office de territoires pilotes (Rode, 2022).

4L’objectif de cet article est de penser la question des pertes matérielles et immatérielles des délocalisations par l’étude de deux opérations menées face à des aléas naturels en France, plus précisément à Ault (Baie de Somme) et à Blois, citées souvent comme des exemples (CEPRI, 2023). Nous revenons sur leur histoire, sur les tensions qui les ont façonnées et sur ce qu’elles éclairent sur la manière de penser collectivement une délocalisation. Le terme « délocalisation » renvoie ici à des opérations d’aménagement visant le déplacement des biens et des activités d’un site donné. La « relocalisation » fait allusion à un processus incluant une délocalisation suivie d’une relocalisation planifiée politiquement de l’ensemble des enjeux déplacés (MEDDE, 2013). Nous nous focaliserons sur le cadrage de l’opération par les porteurs du projet et sur le dialogue avec les populations concernées. Ainsi, la problématique qui guide cet article est : de quelle manière les porteurs du projet cadrent-ils la délocalisation de biens et de personnes face au risque et comment les contestations des résidents s’inscrivent dans les dispositifs d’aménagement ? La notion de cadrage renvoie aux moyens (discours, expertises, dispositifs de concertation) mobilisés par les concepteurs des projets pour les façonner et les mettre en œuvre, organisant ce faisant les rapports sociaux spécifiques avec les destinataires (Lascoumes & Le Galès, 2004).

  • 1 Une partie des résultats d’Ault sont également mobilisés dans le cadre d’une monographie spécifique (...)

5Dans une première partie nous précisons notre approche comparative et l’intérêt d’une analyse croisée des deux projets (1). Ensuite, nous montrerons que dans les deux cas, les porteurs du projet peinent à anticiper le bouleversement social et symbolique d’une possible délocalisation (2). Enfin, nous verrons les spécificités de chaque histoire, complémentaires dans leurs enseignements. A Blois malgré ses impacts limités, la contestation a des effets quant aux conditions matérielles d’éviction des résidents et parvient à poser la compensation monétaire comme une condition sine qua non de la désurbanisation (3). A Ault, la mobilisation élargit les termes du débat pour insister sur les mises en discussions collectives de telles opérations (4)1.

L’apport d’une analyse relationnelle et croisée entre Ault et Blois

6Les deux projets analysés présentent plusieurs similarités et différences. Il convient de les préciser afin de mieux souligner le caractère heuristique de leur mise en perspective. Alors qu’à Ault, le projet visait une « relocalisation » des habitats délocalisés vers l’arrière-pays, à Blois, la phase de délocalisation est plutôt associée à des démarches de relogement individualisées, nous conduisant à parler de délocalisation/désurbanisation sans relocalisation globale dans ce cas.

Deux projets pilotes pour gérer le risque

7La première similarité entre les deux cas réside dans l’objectif des deux projets, qui est de faire face à un phénomène naturel susceptible de générer de dommages : l’inondation ou l’érosion côtière dans un littoral à falaise.

Désurbaniser pour prévenir l’inondation à Blois

8Le premier cas analysé concerne la désurbanisation du déversoir de la Bouillie lancée à partir des années 2003 à Blois (Rode, 2017a). Ce processus de désurbanisation touche aujourd’hui à sa fin, le foncier rendu disponible devenant le lieu d’un projet de recomposition spatiale intégrant l’inondabilité du site (Cardinal, 2023). La Bouillie est une zone d’expansion de crues aménagée au XVIIème siècle, située dans le sud de la Ville de Blois, dans le Loir-et-Cher (Figure 1).

Figure 1 - Le déversoir de la Bouillie au sein du Parc Agricole Naturel Urbain

Figure 1 - Le déversoir de la Bouillie au sein du Parc Agricole Naturel Urbain
  • 2 Le nom « Voyageurs » vise à s’éloigner de l’appellation « Gens du Voyage » qui fait référence à une (...)
  • 3  Une zone d’aménagement différé est un outil qui vise à la maîtrise foncière : il permet aux collec (...)

9Longtemps interdite, l’urbanisation s’y développe au cours du XXème siècle et s’intensifie à partir de 1945 du fait des besoins fonciers caractéristiques de l’après-guerre. Les quartiers du Glacis et de la Fouleraie naissent, et s’inscrivent alors dans la continuité du quartier de Vienne, situé au sud de Blois, en rive gauche de la Loire et historiquement considéré dans la ville comme « le quartier qui [a] toujours été délaissé » (entretien, ancien habitant, juin 2021). En 2003, on compte 400 personnes vivant sur le site et 20 entreprises y ont leurs activités (Rode, 2017a). Les résidents sont majoritairement âgés (67 % du panel avait plus de 55 ans), issus des classes populaires (70 %), ou de la petite classe moyenne (MINEA, 2000). De nombreux Voyageurs2 s’y sédentarisent également à partir de l’après-guerre. Pour gérer le risque d’inondation, le Plan de Prévention du Risque Inondation de 1999 classe le déversoir en zone inconstructible à aléa très fort ; il confirme l’interdiction de l’extension de l’urbanisation prévue en aval du quartier de Vienne, où les projets immobiliers sont alors gelés. L’urbanisation du déversoir est aussi présentée comme un facteur obstruant l’écoulement des eaux (Doussin, 2009). La désurbanisation de la Bouillie devient alors une priorité de la collectivité et des services de l’Etat au travers du Plan Loire II et façonnée sur la base d'un travail d'experts pluridisciplinaires associés à la démarche. En 2003, une Zone d’Aménagement différé3 (ZAD) de 52 ha est créée. Cette procédure va plus loin que la seule inconstructibilité du quartier. Elle vise à rendre au territoire sa vocation historique de zone d’expansion des crues de la Loire, en procédant à la démolition du bâti.

Relocaliser pour gérer l’érosion à Ault

  • 4 Sources : Insee, RP2008, RP2013 et RP2019, exploitations principales, géographie au 01/01/2022. htt (...)

10Le deuxième cas d’étude est Ault, commune littorale de la Baie de Somme, localisée sur des falaises de craie (Mineo-Kleiner & Meur-Ferec, 2016). Sa surface est de 6 km² (Agence Urbanités, 2017) et sa population de 1397 habitants4. La commune est exposée à l’érosion, si bien que plusieurs rues ont disparu au fil des deux derniers siècles (Figure 2). A ce titre, la commune fait partie de l’un des cinq sites retenus pour l’appel à projet de relocalisation du ministère de la Transition Ecologique en 2012 (MEDDE, 2013).

Figure 2 - Evolution du trait de côte à Ault

Figure 2 - Evolution du trait de côte à Ault

11Depuis les années 1970, du fait d’un solde migratoire négatif, Ault perd des résidents. La part des personnes âgées de plus de 60 ans est la plus importante aujourd’hui, passant de 29,4 % à 44,8 % entre 2008 et 2019. Sur la même période, la part des résidences principales dans le parc de logements de la commune baisse de 7 points pour être à 32,9 % en 2019, au bénéfice des résidences secondaires (60,5 %), comme dans beaucoup de territoires littoraux (Meur-Ferec, 2021 ; Blondy et al., 2016).

12En 2011-2012, la commune et le Syndicat mixte engagent une réflexion pour développer un projet de territoire pour gérer l’érosion de manière soutenable écologiquement et économiquement (MEDDE, 2013). Cette démarche se démarque par rapport à la gestion du phénomène jusqu’à alors, caractérisés par une longue histoire d’ouvrages de confortement et de défense pour se protéger contre la force de la mer. Les ouvrages construits dans les années 1970, la casquette et la « digue 83 » (Figure 3), sont emblématiques de cet héritage. Le coût de leur construction et entretien a pesé sur les finances communales jusque dans les années 2000 comme l’attestent les rapports consultés (INterland, 2012, p. 4‑5) et les entretiens : « …il y a eu cette digue 83 [...] et la fameuse casquette […]. Tout ça, il a fallu rembourser sur 35 ans et on a terminé de rembourser en 2018. » (Ancien élu, novembre 2022).

Figure 3 - Habiter la Falaise à Ault

Figure 3 - Habiter la Falaise à Ault
  • 5 « 80 Maisons promises à la destruction », Courrier picard, 22/01/2013, p, 9 ; « 80 expropriations à (...)

13Ainsi, ils répondent à l’appel du ministère de la Transition Ecologique en 2012 (MEDDE, 2012), pour explorer la relocalisation. En janvier 2013, l’annonce publique de ce projet laisse suggérer qu’il concernerait 80 maisons localisées sur le trait de côte5, ce qui a généré des fortes réactions de la part des habitants (Mineo-Kleiner, 2017). Si aujourd’hui le projet de recomposition annoncé il y a plus de dix ans se poursuit dans sa globalité, la relocalisation des logements n’est plus du tout mentionnée.

Deux cas pilotes étudiés souvent par la politique publique

14La deuxième similarité entre les des deux cas réside dans la méthode mobilisée dans la littérature pour les analyser. Ils ont été étudiés, tous les deux, par l’analyse exclusive des politiques publiques. Les travaux sur La Bouillie ont été majoritairement concentrés sur les jeux d’acteurs institutionnels menant à la construction des dispositifs d’action publique pour la désurbanisation (Doussin, 2009 ; Rode, 2017a), ou sur les effets de recomposition urbaine induite par ces politiques de prévention des risques d’inondation (Gralepois, 2020 ; Rode, 2008, 2010). Les enjeux sociaux et les inégalités sous-tendues par ces opérations d’urbanisme ont aussi été questionnés (Rode, 2010, 2017b, 2008), sans qu’un travail d’enquête spécifique vers les habitants et usagers du territoire n’ait été mené. A Ault, les analyses soulignent les différentes façons de penser la relocalisation (en termes temporels et financiers) selon les acteurs publics (Mineo-Kleiner & Meur-Ferec, 2016). Lorsqu’il s’agit d’évoquer les populations, les travaux, réalisés en 2014, ont souligné la perte d’aménités paysagères induites par une possible délocalisation et l’hypothèse d’une mise à distance du risque pour expliquer le rejet du projet (Mineo-Kleiner, 2017). La question de la compensation reste dans ces travaux très circonscrite à une dimension monétaire, les effets symboliques d’une possible relocalisation étant moins explorés.

  • 6 Cette collecte de donnée s’inscrit dans le Projet de recherche européen JPI Climate nommé SOLARIS ( (...)

15En complément de ces travaux, la démarche de l’article est à double entrée, analysant l’histoire des projets plus de dix ans après leur annonce. D’une part, nous attirons l’attention sur les dispositifs institutionnels mis en place pour accompagner les déplacements, puis d’autre part, sur la relation des habitants à ces derniers. Cette analyse relationnelle, faisant des aller-retours entre les dispositifs et les mobilisations citoyennes, repose sur un travail de terrain qualitatif d’entretiens semi-directifs, d’analyse d’archives institutionnels (bilans de concertation, rapports d’experts) et d’analyse de la presse6. Au total, nous avons réalisé 29 entretiens à Blois (dont 15 avec des habitants et usagers, et 14 avec des acteurs institutionnels et experts) et 32 entretiens à Ault (dont 10 avec des habitants et des représentants d’Organisations Non Gouvernementales et 22 avec des acteurs institutionnels et experts). La plupart de ces entretiens a été réalisé en face à face. Toutefois, une dizaine, s’est déroulé en distanciel. Quant à l’analyse de la presse, il s’est agi notamment d’articles des journaux Courier Picard et de L’Eclaireur entre 2013 et 2023 pour Ault, et de la Nouvelle république de 2003 à 2023 pour La Bouillie.

Deux projets contestés par leurs procédures

16Troisièmement, dans les deux cas, les projets étudiés ont rencontré de fortes contestations. Certes, comme nous le verrons, les projets n’ont pas le même niveau d’aboutissement sur chaque territoire. De même, les populations concernées dans chaque étude de cas n’ont pas le même profil sociologique. Si les défis environnementaux affectent le monde social dans sa globalité (Beck, 2010), les ressources mobilisées pour faire face à ces transformations ne sont pas les mêmes selon les cas, ce qui influence les formes finales prises par les projets analysés. Pour autant, malgré ces différences dans les configurations locales et leurs histoires, dans les deux cas, les contestations pointent les mêmes lacunes dans la manière de penser les implications sociales et symboliques de la délocalisation, justifiant l’approche croisée de ce travail et la montée en généralité.

Deux projets sous-estimant le coût symbolique d’un déplacement

17L’analyse des deux projets de délocalisation menés à Blois et à Ault montre que les praticiens considèrent peu le coût symbolique d’un possible déplacement. Cette sous-estimation est visible par la manière dont les deux projets sont annoncés par la presse, par l’approche technicienne dans la conception et la mise en œuvre du projet ainsi que par l’absence d’arènes de concertation sur son contenu et ses conséquences.

Le cas de Blois

Une volonté d’accompagnement social et de concertation initialement forte…

18En 2000, l’étude MINEA, éclaire les enjeux sociaux entourant la mise en œuvre d’une telle opération de désurbanisation dans un quartier populaire. Commandée par le préfet, cette étude donne à voir la composition sociale des habitants des quartiers de la Fouleraie et du Glacis situés dans la zone d’expansion des crues. Elle met en avant que la Bouillie est le point d’ancrage d’habiter populaire, par le relatif faible coût d’accès au foncier au regard de sa centralité dans l’espace urbain blésois : les habitants du Glacis sont à moins de 20 minutes à pied du centre historique de Blois. Elle souligne aussi que beaucoup d’habitants y vivent depuis longtemps, et ont auto-construit une partie ou la totalité de leur maison (17 %). Cet investissement personnel est systématiquement abordé en entretien avec les anciens habitants, qui établissent une relation avec la valeur affective des lieux : « notre maison, nous l’avons tellement restaurée, qu’elle est faite comme nous l’avons souhaité, ceci au prix d’efforts et de privations multiples » (Archives personnelles d’anciens habitants mobilisés, octobre 2003).

19Favoriser l’acceptabilité de la désurbanisation est alors présenté comme un préalable nécessaire par les acteurs institutionnels, en charge du montage de l’opération. Les experts pluridisciplinaires associés à la démarche jouent un rôle important, en influençant fortement l’orientation de l’étude MINEA. Leurs études sur les enjeux de vulnérabilité (réseaux, infrastructures, industries) face au risque d’inondation dans la Loire (Doussin, 2009 ; Rode, 2009) sont prolongées à la Bouillie par le recrutement d’une personne formée en anthropologie : « On avait quand même la conscience que c'était un public particulier qui s'était construit une histoire […] et une des manières de l'aider à bouger c'était de tenir compte du fait que s'il était là c'était par choix» (entretien, acteur institutionnel, février 2023).

  • 7 Le compte-rendu d’une réunion de janvier 2001 présente l'idée que garantir une indemnisation financ (...)

20Pour prendre en compte le contexte territorial et minimiser la violence de l’opération pour les habitants, les recommandations formulées par MINEA insistent sur la nécessité de « mettre en place une concertation à la fois globale et spécifique pour chaque usager » et « d’accompagner durablement avant, pendant et après l'action » (MINEA, 2000, p. 7). Ces recommandations générales sont discutées, dans le cadre de comités de pilotage plusieurs fois par an au début des années 2000 et réunissent élus, bureaux d’études, services communaux, intercommunaux et services de l’Etat, sans les usagers et habitants de l’espace. La responsabilité politique d’avoir autorisé au moins tacitement la construction d’une zone inondable y est aussi questionnée, formalisant l’irruption officielle de la thématique de la « réparation » pour la première fois dans les débats sur la Bouillie7. Ces éléments montrent que le cadrage de l’opération par les acteurs institutionnels intégrait a priori ses enjeux sociaux.

Qui n’est pas mis en œuvre : le traumatisme de la ZAD de la Bouillie

21Cependant, dans la mise en œuvre de la ZAD, les objectifs d’accompagnement, de concertation et de réparation disparaissent. On note une rupture forte avec la première phase qui avait pourtant anticipé les conflictualités qui vont émerger à la Bouillie. Les raisons sont connues et développées par Doussin (2009) : le portage de projet assuré par l’Agglomération marque le désengagement de l’Etat très proactif dans son élaboration et conduit à une perte de connaissances et de compétences qui fragilise l’Agglomération ; une approche par étape remplace l’approche transversale initiale et favorise la domination d’un prisme technicien. Il ne s’agit pas ici de revenir sur le développement de ces raisons, mais d’analyser la construction de la conflictualité avec les habitants que ces tâtonnements engendrent.

22Le caractère technicien de la mise en œuvre de l’opération se traduit par la requalification du rôle du déversoir axée sur la protection des enjeux économiques et sociaux du reste de la ville de Blois d’une part, et des habitants très exposés de la Bouillie d’autre part. L’opération doit rendre au site sa « vocation initiale », ou « première » soulignant l’illégitimité qui entoure les constructions existantes. Les raisons socio-économiques de l’ancrage d’habitants sur le territoire et leurs spécificités n’y sont finalement pas questionnées.

23Ainsi, les anciens habitants enquêtés qualifient les premières réunions publiques comme un traumatisme profond, en particulier “cette réunion d’octobre 2003” (entretien, ancien habitant, janvier 2022), qui annonce aux habitants la mise en place de la ZAD, trois jours avant la signature de l’arrêté préfectoral.

24Pendant cette période, la découverte est double pour plusieurs habitants : ils prennent connaissance de l’inondabilité de leur quartier, sans sensibilisation préalable au risque, et de la décision immédiate de procéder à une désurbanisation progressive, sans étape préliminaire. La réponse apportée est qualifiée de « disproportionnée » pour le collectif d’habitants qui se construit (tract mars 2005) : « on les fout à la porte, comme des chiens » (entretien, ancien habitant, janvier 2022).

25L'outil ZAD est utilisé pour inscrire la procédure sur le temps long et éviter le traumatisme associé à une mesure d’expropriations via une Déclaration d’utilité publique. Pour autant, le décalage entre le discours institutionnel d’urgence, et l’horizon du temps long, offert par l’outil ZAD, fait émerger des rumeurs sur les agendas cachés des acteurs politiques locaux, qui auraient un intérêt spéculatif à l’acquisition du foncier de la Bouillie. Ces rumeurs circulent sur les tracts de l’époque diffusé par le collectif d’habitants : “qui va profiter des 78 hectares, bien placés en bordure de ville ? Les Requins se battent déjà pour s’approprier les futurs terrains libérés” (tract, mars 2005).   

26Si quelques réunions publiques sont organisées au départ, elles sont moins nombreuses au fil des années, laissant la place à des négociations bilatérales dédiées à la vente des biens sur l’espace de la ZAD. L’entrée par le risque d’inondation de la part des acteurs institutionnels offre des marges de mise en discussion limitées des décisions. L’absence d’arènes dédiées, en dehors des rencontres bilatérales, conduit les habitants mobilisés de la Bouillie à investir les réunions de quartier, qui débordent alors de leur cadre habituel : la Bouillie en devient le sujet principal. Une lutte virulente, soutenue par plusieurs dizaines d’habitants au début du mouvement se met en place autour du Collectif des citoyens de la Bouillie. Elle articule plusieurs demandes : annulation de la ZAD, demande d’accompagnement social, indemnisation au prix du marché pour permettre un relogement dans des conditions équivalentes, etc. Ces revendications embrassent toutes une volonté de reconnaissance des espaces vécus et un sentiment de mésestime des habitants que nourrit les difficultés rencontrées par les parties prenantes dans la mise en place de la désurbanisation : erreurs de communication, approche technicienne, négligence des espaces vécus, absence d’arènes de concertation sur le projet et ses conséquences.

Le cas d’Ault

Une mobilisation forte face à un projet considéré peu transparent

  • 8 « 80 Maisons promises à la destruction », Courrier picard, 22/01/2013, p, 9 ; « 80 expropriations à (...)
  • 9 « Le Bois de Cise dans l’attente », Courrier Picard, 16/02/2013.
  • 10 Courrier Picard, 23/06/2013, p.2
  • 11 Cet opposant se présente déjà pour les élections de 2014 et perd par une vingtaine de voix contre l (...)

27A Ault, l’annonce par conférence de presse en janvier 2013 de la démarche de repli et d’une possible relocalisation de 80 maisons est très mal reçue par les habitants8. Face aux réactions, la possibilité d’une relocalisation sera rapidement nuancée par les autorités locales9. Une association d’habitants, AE, se constitue rapidement pour « sauver le front de mer » par des habitants de la commune qui échangeaient depuis un certain temps sur l’état de l’entretien des infrastructures collectives à Ault. Plusieurs entretiens avec des acteurs institutionnels suggèrent que cette association serait portée par des personnes à haut revenu, non nées à Ault, qui souhaiteraient garder leur vue sur mer, « les bobos de la côte »10. Toutefois, l’analyse de la trajectoire des membres rencontrés montre que beaucoup, et notamment les membres du bureau, dont son leader de 2013 à 2020, n'habitent pas dans la zone exposée. Les entretiens et les documents de presse consultés montrent par ailleurs que la mobilisation d’AE dépassait largement son bureau et que son soutien allait au-delà des 80 maisons. La stratégie de repli est un sujet majeur dans la vie politique locale, comme en témoigne le résultat des élections municipales de 2020 (un des membres d’AE se présente et gagne par une majorité écrasante, soit 71,93 % des voix)11. Par rapport à la mobilisation de Blois, l’analyse des parcours de vie de plusieurs des enquêtés montre qu’ils disposent davantage de ressources de mobilisation. Nous retrouvons des cadres supérieurs retraités ou des intermittents du spectacle avec des emplois du temps flexibles qui permettent de s’investir dans des actions de mobilisation. Nombre d’entre eux disposent également d’un parcours militant (en parti politique ou syndicat). En 2020, le nouveau président de l’association est un ancien praticien en urbanisme, ayant travaillé sur la concertation dans sa carrière.

  • 12 Courrier Picard, 14/05/2014.

28L’analyse des archives d’AE montre que ses modes d’action sont multiples : des réunions publiques, des manifestations sur l’espace public et des distributions de tracts, entre autres : « Je participais à tous les conseils municipaux, je faisais toutes les réunions du Syndicat mixte » (Ancien membre du bureau d’AE, juillet 2022). L’association s’engage aussi dans des batailles juridiques. L’accès à un rapport d’expert sur lequel se base la stratégie de repli concentrera les tensions entre 2013 et 2015. Face au refus de la commune de donner accès à ce rapport, AE dépose une plainte avec succès auprès du tribunal administratif d’Amiens12.

29Ainsi, les effets sociaux de l’annonce d’une possible relocalisation ont été, tout comme à Blois, sous-estimés. Les entretiens et l’analyse des archives de la presse témoignent d’un sentiment de trahison de la part des habitants qui insistent sur un manque de transparence quant aux décisions sur le projet : « il y a une journaliste du Courrier Picard qui vient sonner à notre porte et qui nous apprend […]et on est toute une bande à appeler la mairie… » (Ancienne habitante et membre d’AE, juillet 2022.).

Une concertation qui n’intègre pas la contestation

  • 13 Zone d’Aménagement Concerté : procédure d’aménagement à l’initiative de l’Etat ou d’une collectivit (...)

30Pourtant, des dispositifs de concertation sont mis en place à la même période, entre 2011 et 2019, laissant suggérer une démarche de participation. Ils s’inscrivent dans les procédures de création de la ZAC13 du Moulinet, réserve foncière en arrière-pays qui pourrait héberger la relocalisation (MEDDE, 2013) ; puis dans le projet de recomposition du centre bourg exécuté aujourd’hui. Le travail de terrain laisse entrevoir toutefois le caractère limité des réunions publiques pour mettre en discussion le contenu du projet : « la concertation, c’était avec les collègues, au sein du syndicat mixte…avec la population, non, c’était plutôt information […]. Concertation, il y en a eu une où on demandait ce que pensaient les gens. Ça s’est mal terminé » (Ancien élu, novembre 2022).

  • 14 SMBSGLP, 2019, Bilan de concertation, Annexes II, partie 3. 31 octobre 2014, « Les commentaires lib (...)

31L’analyse des documents qui restituent ces démarches montre que la question de la relocalisation n’est évoquée en 2011 que lorsqu’il s’agit de parler d’un camping. Aucune annotation sur les résidences n’est faite. Il n’y a qu’une seule mention de la contestation, lors d’un atelier fait en 2014 : « Quand aurez-vous l’honnêteté de dévoiler le projet de démolition des maisons ? J’ai acheté sur le front de mer et non pour aller sur le Moulinet »14. Malgré la présence de dispositifs de concertation, le projet de recomposition du centre bourg est considéré comme peu transparent. Les habitants l’associent au développement de la ZAC du Moulinet, au manque d’entretien des ouvrages de défense (digue, casquette) et par conséquent à l’abandon du front de mer. La distance entre le bilan de concertation 2014 – 2019 et le travail de terrain (presse et entretiens) suggèrent, comme dans le cas de Blois, une difficulté de la part des praticiens à composer avec une contestation sociale : « On n’a jamais répondu à leurs attaques. Comme ça, ça a évité les conflits. Ils [AE] envoyaient des courriers, des mails pratiquement tous les jours. » (Ancien élu, novembre 2022). Lorsqu’ils se réfèrent à ces conflits, les praticiens insistent sur le choix du mot « relocalisation », qu’ils considèrent aujourd’hui « maladroit » (Entretien, Services de l’Etat, avril 2022). « On lançait le projet. On ne savait pas exactement ce que l’on voulait faire » (Ancien élu d’Ault, novembre 2022). Les actions à entreprendre ne semblent pas stabilisées alors que le projet devient public.

Le cadrage monétaire de la compensation dans l’expertise

32L’analyse des rapports d’experts qui sous-tendent la conception du projet révèle par ailleurs la sous-estimation des pertes symboliques associées à une relocalisation. Plus particulièrement, l’analyse du rapport d’experts qui concentre toutes les tensions entre la commune et les habitants mobilisés entre 2013 et 2015, montre que l’accompagnement social de la délocalisation est formulé principalement comme une question d’indemnisation monétaire chiffrée et intégrée dans le coût global du scenario de la relocalisation (INterland, 2012). Cela permet la comparaison du budget du scenario à celui du maintien des ouvrages de défense contre la mer « … [le rapport] devait prescrire pour Ault, des hypothèses avec effectivement, […] des rachats d’habitations. » (Bureau d’études, juillet 2022). Si l’étude évoque les implications symboliques du déplacement, ces dernières sont formulées comme relevant d’enjeux majeurs pour la commune et son identité, non pas pour les résidents délocalisés. Dans les scenarii proposés, la collectivité, pour reprendre les formulations d’Elliott (2018), doit en effet perdre sa vocation balnéaire pour devenir une « ville belvédère » (INterland, 2012).

33Ainsi, tout comme à Blois, le cadrage de l’aménagement, axé notamment sur les enjeux collectifs des finances publiques et de l’identité du territoire, élude le coût symbolique du déplacement pour les personnes, renvoyées à leurs statuts de propriétaires individuels. Contrairement à Blois, une étude des trajectoires sociales des personnes concernées n’a pas été réalisée à Ault. Or, alors que les scenarii du rapport controversé évoquent des possibles dans la refonte du projet de la commune, la contestation sociale est quant à elle forte et réelle.

A Blois, les lacunes de l’accompagnement social et la question de la compensation

34Malgré l’existence de données pouvant l’asseoir, l’accompagnement social à Blois demeure très lacunaire. Certes, les mobilisations des habitants conduisent progressivement à plusieurs victoires symboliques, qui vont améliorer les modalités financières de rachat des biens immobiliers, et quelques mesures symboliques. Les marges de manœuvre des mobilisations demeurent toutefois réduites, et la prise en compte du quartier de la Bouillie comme espace vécu trop limitée pour que l’on puisse évoquer un processus cohérent et global de réparation.

Des stratégies de résistance plurielles qui conduisent à quelques succès financiers et symboliques

35Dans le cas de Blois, les entretiens réalisés avec les experts qui ont accompagné le projet ont mis en avant un manque de dispositifs d’accompagnement financier pour faciliter la désurbanisation. Les mobilisations engendrées en réaction conduisent à des ajustements de la part des acteurs politiques locaux qui ne remettent cependant pas en question le fond du projet.

  • 15 La virulence des échanges en réunion de quartier est narrée par plusieurs enquêtés présents lors de (...)

36Les stratégies de lutte déployées sont caractérisées par une présence active des militants-habitants dans les réunions de quartier, et semblent avoir deux buts assez distincts. Certains, très mobilisés, s’accordent à lui attribuer une valeur exutoire, permettant d’évacuer les rancœurs que nourrissent le sentiment d’absence de reconnaissance des habitants et leurs faibles marges de manœuvre : “on démolissait Perruchot et ses adjoints, et on leur salopait leur réunion publique” (entretien, ancien habitant, janvier 2021). Les habitants font ainsi usage d’un pouvoir de nuisance15. En parallèle, et parfois de façon concomitante se construit un travail de négociation, qui aboutit à un repositionnement des acteurs locaux sur la prise en compte des enjeux d’accompagnement social. Cette double mobilisation conduit à un déplacement selon deux angles.

  • 16 La Nouvelle République, La Bouillie " inonde " la réunion de quartier, 6 décembre 2004

37Elle nourrit premièrement des remous politiques locaux. Le maire de Blois entre 2001 et 2008 évoque plusieurs fois la possibilité de dessaisir l’Agglomération de Blois de la gestion du dossier ZAD, marquant sa complexité et l’absence d’anticipation d’une contestation de cette ampleur (les slogans utilisés par certains opposants le marquent : “la Bouillie sera ton Viêtnam”)16. Dénoncée par l’Etat, cette éventualité ne sera pas mise en œuvre mais marque l’influence du collectif des habitants au début du projet.

  • 17 Le procédé d’évaluation du prix de la maison est décrit par les habitants comme étant expéditive, a (...)
  • 18 En mai 2005, le député-maire de Blois interroge le Ministre de l’Environnement à l’Assemblée Nation (...)

38Elle est deuxièmement marquée par quelques victoires matérielles. Les habitants dénoncent vivement les estimations des Services des domaines, considérées sous-estimées17. Le maire de Blois, également député, en parle lors des questions au Gouvernement en 200518. Une compensation financière plus importante se met en place à partir de 2008.

  • 19 On retrouve cette expression dans un courrier de novembre 2005, adressé par la mairie de Blois aux (...)

39Au-delà de l’aspect purement pécuniaire, des enseignements parallèles tirées de la forte conflictualité sur le territoire de la Bouillie et des opérations de relogement en cours dans la ZUP des quartiers nord de la ville nourrissent aussi la mise en place d’un volet humain plus étayé, jusqu’alors négligé dans l’opération. A partir de novembre 2005, un “interlocuteur privilégié”19 travaillant déjà dans l’accompagnement social des habitants de la ZUP, est chargé du suivi des habitants de la Bouillie. Cette embauche marque l’inflexion dans le cadrage de l’opération et la mise à l’agenda politique local de l’accompagnement social et permet de singulariser l’action publique et d’aider les individus dans leur démarche pour trouver un bien équivalent dans les alentours. Les sollicitations dépassent parfois le cadre de l’aide au déplacement, notamment pour répondre aux besoins spécifiques des personnes âgées (aide à la constitution de dossier pour recevoir l’allocation personnalisée à l’autonomie, par exemple). En novembre 2007, quatre ans après le début de la lutte, un tract distribué dans les boîtes aux lettres concède l’obtention de “quelques résultats” auprès des acteurs institutionnels grâce au travail de “harcèlements” des militants associatifs, et d’avoir permis “un accompagnement social et financier sur conditions de ressources pour les plus démunis d’entre nous”.

Un accompagnement social limité dans le temps, des traumatismes à long terme

40Pour autant, ces victoires apparentes de la mobilisation doivent être nuancées à plusieurs égards.

41Tout d’abord, le cadre des possibilités d’expression démocratique est restreint. L’outil ZAD n’est pas soumis à enquête publique. Ensuite, le caractère inondable des quartiers étudiés et la faible mise en débat des outils de gestion du risque d’inondation en France réduisent les marges de négociations des habitants (Roux, 2006 ; Ledoux, 2006). Un important travail de documentation technique est réalisé par certains membres du collectif, qui développe une contre-expertise qui relativise les conséquences négatives de l’inondation sur le quartier ou insiste sur la possibilité de monter des solutions alternatives à la désurbanisation, visant à endiguer le quartier de Vienne. Si la démarche est saluée par plusieurs acteurs institutionnels, les propositions formulées sont jugées fantaisistes et hors cadre, parce qu’elles s’opposent à la vision intégrée de la gestion du risque promue à travers la désurbanisation. Considérant la technicité des procédures, les gestionnaires jugent l’implication des habitants - au-delà des processus d’information - trop contraignante. Ainsi, le cadrage des opérations de désurbanisation, comme opération de sécurisation et de gestion du risque d’inondation, complexifie fortement l’expression des mécontentements. Les revendications des habitants sont corsetées par le cadre de négociations principalement défini par les acteurs institutionnels et s'adaptent au fil des années.

42Ainsi, la demande d’annulation de la ZAD est progressivement mise de côté par les membres du collectif, qui actent l’inflexibilité des acteurs institutionnels sur le sujet. Les revendications des habitants se centrent sur l’amélioration de l’accompagnement social et la lutte pour la reconnaissance : “On a été obligé de s’adapter dans les revendications, on n’a pas eu le choix, il fallait trouver des solutions pour les gens, pour les accompagner” (Entretien, ancien habitant, janvier 2022). Ces revendications sont financières et symboliques : elles visibilisent l’épaisseur des espaces vécus, pour négocier des conditions de déplacement jugées plus justes.

43Si l’accompagnement social était une recommandation explicitement mise en avant par le diagnostic social établi par MINEA, elle est d’abord non prise en compte. Finalement, les élus de l’Agglomération « redécouvrent » (Doussin, 2009) le rapport en 2005, et mettent en place des mesures, 2 ans après la mise en place de la ZAD. Ainsi, le délai avant cet accompagnement ou encore la non-rétroactivité de certaines aides financières accordées à partir de 2008 a entaché l’opération, accru le sentiment de manque de reconnaissance vécu par les habitants et a questionné certains acteurs institutionnels : “plus on est mobilisé tôt, plus on peut faire des choses […] A la Bouillie, le traumatisme était déjà là” (entretien, acteur institutionnel, mars 2023). A posteriori, la majorité des acteurs institutionnels mobilisés durant la mise en place de la ZAD et interrogés reconnaissent le caractère brutal de la politique menée et la faible considération des espaces vécus : « On n’avait peut-être pas mesuré qu’on brisait le souvenir de gens qui avaient vécu là pendant des années, qui se voyaient terminer là […] c’était une population modeste, qui avait construit avec de l’entraide... Une vraie vie de quartier, une vraie vie sociale » (acteur institutionnel, entretien, avril 2022). Ces conséquences à court et long terme empêchent les acteurs institutionnels locaux d’imaginer la transposabilité de la démarche de la Bouillie, pourtant initialement pensée comme une démarche exemplaire par ces mêmes acteurs. Pour autant, ces décalages critiques a posteriori demeurent des positions individuelles qui n’engendrent pas d’action spécifique.

44On peut aussi questionner ce que recouvrent les compensations mises en place. L'hypothèse que la modulation des indemnités offertes aux habitants en fonction des revenus, et leur augmentation au fil des années ont pu permettre le relogement dans des "conditions satisfaisantes” (Rode, 2014) peut être discutée. Sans disposer d'une vision exhaustive des trajectoires des anciens habitants du quartier, le travail de terrain permet de relever différentes stratégies :

  • Un départ vers des membres du cercle familial qui habitent en dehors de la région ;

  • Un départ pour une location, qui permet des relogements dans le quartier de Vienne auquel sont attachés beaucoup d’habitants ;

  • Un départ pour des communes plus éloignées du centre, pour conserver un bien immobilier équivalent (disposant d’un jardin, à la surface similaire, etc) ;

  • Un départ vers des lieux d’accueil spécialisés pour les personnes âgées.

  • 20 Les logements proposés par les services municipaux remplissent rarement tous les critères des habit (...)

45Plusieurs de ces stratégies marquent un renoncement à certaines aménités que garantissaient leur précédent logement : soit à sa centralité et sa présence dans le quartier de Vienne, soit aux qualités mêmes du bâti dont ils étaient propriétaires. Un sentiment de déclassement émane alors des descriptions que les nouveaux habitants font de leur lieu de vie, qu’ils aient bénéficié du support d’acteurs institutionnels dans leur recherche de logement ou non20.

46Enfin, ces indemnités ne sont pas questionnées sur leurs finalités propres. Sont-elles un outil de réparation ? Les revendications de l’association des opposants soulèvent ces enjeux de réparation dans un tract destiné aux habitants en novembre 2007 : “C’est ensemble que nous obtiendrons réparation des préjudices subis”. La notion de préjudice dépasse ici le seul préjudice financier associé au départ et englobe aussi une dimension morale. Les enquêtés mettent en avant le développement de problèmes de santé, notamment psychiques, qu’ils associent au moins en partie au traumatisme du départ, vécu comme forcé. Le projet de désurbanisation peut menacer, voire endommager, les capabilités des anciens habitants. Les capacités à faire face (Benitez & Reghezza, 2018), conditionnées par les moyens et ressources (individuelles, collectivités, nationales, collectives, communautaires, etc) dont un individu va disposer, peuvent alors être restreintes par le projet de désurbanisation, induisant le déplacement ou la création de nouvelles formes de vulnérabilité chez les individus concernés. Si les sommes obtenues par les habitants ont effectivement été augmentées, elles ne peuvent être considérées comme une entreprise de réparation d’ensemble : suivant les réflexions de Singto (2021), les pertes matérielles et symboliques apparaissent interconnectées pour penser ce que ces bouleversements produisent.

Un compensation financière nécessaire mais non suffisante

47A Ault, tout comme à Blois, les habitants cherchent à déplacer le débat pour qu’il ne soit pas uniquement circonscrit à la question technique du risque. Revenir sur les modes d’actions d’AE permet d’illustrer particulièrement cet élargissement opéré par les habitants mobilisés. L’analyse de leurs modes d’intervention rend compte d’une production de savoirs sur la falaise qui sort du seul cadrage du danger, sans exclure pour autant des savoirs experts. Les habitants font preuve d’une capacité à pluraliser les sources d’information sur la falaise et pointent les limites du système de compensation existant pour accompagner des démarches de relocalisation. Si la compensation financière est nécessaire, la formulation de la cause par AE montre qu’elle est non suffisante.

Pluraliser les savoirs sur la falaise, redéfinir les enjeux de la relocalisation

48L’association AE est relancée en février 2013, à la suite de l’annonce publique du projet de relocalisation. Comme indiqué ci-dessus, AE dispose de plusieurs modes d’action (figure 4). Ses bénévoles produisent également une exposition itinérante et un parcours sonore. L’exposition, réalisée sur des panneaux qui peuvent être déplacés hors murs, insiste sur la continuité temporelle de la falaise et de son peuplement, au-delà de l’échelle d’une seule vie humaine. Le parcours sonore, quant à lui, repose sur des petits panneaux mis en place sur les barrières du sentier littoral avec des codes QR pour que le promeneur puisse écouter des informations sur l’histoire de la falaise le long de son parcours. Les deux supports reviennent premièrement sur l’histoire géologique de l’entité environnementale, soit l’histoire de sa conformation et son intérêt paléontologique, accumulant des silex, des oursins, des os de mammouth, que l’on peut constater à l’œil nu : « La falaise est vieille, il y a 80000000 d'années ici c'était la mer. […] ». L’objectif est de souligner que la falaise n’est pas uniquement une entité dangereuse, elle est aussi le témoignage des différents âges de la Terre.

Figure 4 - Les différents modes d’action d’AE

Figure 4 - Les différents modes d’action d’AE

49Le parcours sonore présente l’histoire sociale qui a pu se déployer sur la falaise. La mise en récit souligne le caractère changeant du trait de côte. Elle évoque ainsi le repli du peuplement mais aussi sa capacité à résister au fil des âges : « Et donc en 1570 à peu près, il y a eu une énorme tempête, qui a démoli la moitié du village […] Donc ce village, il a survécu…, juste quelques bicoques […]. Le port a vécu encore 2 siècles. » (Exposition guidée, avril 2022).

50Un tel cadrage redéfinit les enjeux de la délocalisation, non réductibles à un dilemme exclusif des propriétaires du front de mer. L’enjeu majeur du débat réside, suivant la narration, dans le lien collectif et millénaire à l’entité environnementale.

51Ces productions des habitants mobilisés pourraient être lues comme des « résistances » au sens d’Elliot (2018), c’est-à-dire des visions critiques des bouleversements générés par le changement climatique et notamment du discours qui les incarnent, soit le récit des experts. Pourtant, loin de se construire en dépit ou contre l’avis des experts, ces productions prennent appui dessus. Elles mobilisent par exemple les données techniques pour faire figurer le futur recul de la falaise. Dans la photographie aérienne montrée par l’exposition (Figure 5), les tracés de différentes couleurs représentent les projections expertes du trait de côte à différentes échéances (à 50 ans, à 100 ans). Les deux productions intègrent également les conclusions de l’expertise menée sur le problème de l’assainissement, financée par les autorités locales en 2003 (Tellier & Ancelin, 2003).

Figure 5 - L’exposition « L’histoire des falaises »

Figure 5 - L’exposition « L’histoire des falaises »

52Ainsi, les habitants font preuve d’une capacité à s’approprier les données expertes et à sélectionner celles qui confortent la mise en œuvre de la stratégie de repli à plus long terme. Mettre l’accent sur le sujet de l’assainissement redirige la focale du problème pour attirer l’attention sur l’aménagement du territoire et moins sur la mer. Cela permet de souligner les facteurs d’érosion sur lesquels il est davantage possible d’agir.

Des données expertes au rapport sensible à la falaise pour démocratiser le débat

53En plus des références à des travaux scientifiques, les deux présentations mobilisent des savoirs artistiques qui rendent compte d’un lien affectif et sensible à la falaise. En effet, tant l’exposition comme le parcours sonore reviennent d’une part sur les propos d’écrivains tels que Victor Hugo. Ce dernier a visité de son vivant Ault et mentionne dans ces écrits que la ville aurait été engloutie. L’évocation de l’auteur tout en soulignant ses « quelques inexactitudes » sert d’appui pour honorer, et en même temps tourner en dérision, l’existence du mythe de l’engloutissement. Ce faisant les deux narrations accentuent l’attrait pour ce territoire, qui représente autant danger qu’affect.

54En plus des écrits littéraires, le parcours sonore introduit des paroles de résidents et des célébrités de la culture populaire picarde. Ces témoignages inscrivent la falaise dans des histoires récentes et incarnées : « Pourquoi voulez-vous que j’ai peur de la mer ? ». Ils participent de la même démarche qui vise à pointer le caractère ambivalent et dual qu’il est possible de tisser avec ce territoire.

55Ainsi, au travers du parcours sonore et de l’exposition, les habitants multiplient les sources d’information ainsi que les supports pour les mettre en récit (par l’usage d’images historiques des falaises, des sons enregistrés de la mer, du vent et des galets). Ce faisant ils engagent les sens du spectateur et font émerger leur rapport sensible au territoire. Il est possible de rattacher ces productions à l’esthétique environnementale qui vise à multiplier les manières d’énoncer la problématique écologique en sortant du seul cadrage scientifique pour souligner l’enjeu des « appréciations culturelles » (Blanc, 2018). En définitive, tout en se fondant sur des données techniques, ces productions transmettent une volonté de montrer toute l’épaisseur de la signification sociale de la falaise.

56Ainsi, si la mobilisation d’AE pourrait être lue comme une stratégie de relativisation et de mise à distance temporel du futur danger (Duchêne et al., 2003 ; Mineo-Kleiner, 2017), ce qui constitue le moteur principal de ces productions, constitue non pas le danger en soit, mais le débat sur la possible délocalisation et la façon dont il est cadré démocratiquement (Chateauraynaud & Debaz, 2017) : « Nous on a voulu retracer toute l'histoire […] pour se dire : comprenons bien l'évolution de ce lieu pour participer au débat qui, on espère, aura lieu de manière démocratique […] L'histoire d’Ault, c’est l’histoire des falaises, c'est aussi l'histoire de l'élévation et de la baisse du niveau de la mer, et l'histoire de l'avenir c'est, avec le réchauffement climatique… » (Exposant, Exposition itinérante, avril 2022).

57Ainsi, à Ault, les habitants, tout en articulant les savoirs experts, pluralisent les connaissances et montrent que si la compensation financière n’est pas remise en cause, en tout état de cause elle ne permet pas de compenser ce détachement du territoire de vie. Cette capacité à mettre en récit la falaise et les enjeux sociaux de la relocalisation permet sans doute à la mobilisation de sortir, contrairement à Blois, le cadre du débat du seul périmètre des 80 maisons, au-delà du trait de côte. Cet élargissement éclaire sans doute l’adhésion massive à AE. « On était arrivé à 250 adhérents. Tous les gens du bord de mer se sont dit : « Qu’est-ce qui se passe ? Il faut que l’on adhère à AE. » Parce que la commune n’a jamais fait d’information » (Ancien membre du bureau d’AE, juillet 2022). In fine, ce qui se joue dans la délocalisation, c’est aussi la façon dont le nouveau projet territorial se construit de manière démocratique.

Conclusion

58A l’heure où les projets de délocalisation sont discutés face aux bouleversements générés par le changement climatique, l’article propose une réflexion sur les défis de telles opérations, en mettant l’accent sur les pertes matérielles et immatérielles (Elliott, 2018).

59L’analyse de deux projets à Blois et Ault en mobilisant une approche relationnelle, attentive aux dispositifs d’aménagement et aux habitants, permet d’éclairer les lacunes des outils institutionnels existants pour accompagner ces opérations. Ces lacunes concernent notamment les savoirs mobilisés pour accompagner la transformation spatiale. A Blois, les bouleversements de la désurbanisation pour les populations qui y habitent ont été éludés, malgré des études sociales existantes. A Ault, ce bouleversement social a été comptabilisé, circonscrit uniquement à l’indemnisation des biens, sous-estimant ce qu’une délocalisation implique en perte immatérielle, et en termes de débat sur le futur du territoire.

60La mise en perspective des deux projets, lancés à dix ans d’écart, montre que la circulation des savoirs entre praticiens sur l’accompagnement social des projets est difficile, voire inexistante, ce qui permet de discuter la capacité des expérimentations (projets pilotes) à générer des bouleversements des pratiques dans l’aménagement, notamment lorsqu’il s’agit d’évoquer le volet social. Bien que la désurbanisation à Blois ait été menée 10 ans auparavant, à Ault, les praticiens sous-estiment aussi le rôle de la concertation et le volet social du projet.

61En outre, l’analyse souligne le rôle des mobilisations dans les issues des projets d'aménagement. Dans les deux cas, nous assistons à des inflexions, bien que d’envergures différentes. Le cas de Blois met l’accent sur les formes de mobilisation qui parviennent à se faire entendre, et conduire à un ajustement du projet de délocalisation, sans conduire à un bouleversement du projet initial. A Ault, les habitants, disposant des ressources de mobilisation importantes, parviennent à fédérer un soutien populaire autour de l’opposition au projet. L’article apporte ainsi à la littérature sur la concertation (Mees et al., 2018), confirmant que les dispositifs d’aménagement peinent à se renouveler et à composer avec des formes de participation exprimées.

62Enfin, les deux cas confirment que le cadrage politique des enjeux climatiques ne peut pas se limiter à une formulation technique du risque, entendu ici comme une situation de danger potentielle. Ce cadrage infuse le regard politique porté sur les compensations et les pertes exclusivement en des termes monétaires et procéduraux. L’analyse sur le long terme des issues de la mobilisation de Blois montrent que ces opérations ont aussi des conséquences en cascade 20 ans plus tard.

Haut de page

Bibliographie

Agence Urbanités. (2017). Plan Local d’Urbanisme. Rapport de présentation. Mairie de Ault, p. 156.

Beck U. (2010). Remapping social inequalities in an age of climate change: For a cosmopolitan renewal of sociology. Global Networks, 10(2), p. 165‑181. https://doi.org/10.1111/j.1471-0374.2010.00281.x

Blanc N. (2018). De l’esthétique environnementale à la recherche création. Nouvelle revue d’esthétique, 22(2), p. 107. https://doi.org/10.3917/nre.022.0107

Bodon V. (1997). La modernité au village : Étude comparée de l’aménagement des barrages de Tignes et de Serre-Ponçon, des années 1920 à la fin des années1960. Thèse de de doctorat en histoire, Univeristé Lyon 2, p. 653

Cardinal J. (2023). Questionner les effets inégalitaires de la mise en place d’une solution fondée sur la nature face aux risques d’inondation. Étude de cas du territoire de La Bouillie, à Blois. Développement durable et territoires, 14(2). https://doi.org/10.4000/developpementdurable.22869

CEPRI. (2023). La recomposition spatiale et l’intégration du risque dans l’aménagement. Centre européen de prévention du risque d’inondation.

Cerema. (2020). Fiche Aménagement opérationnel, ZAC. Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement.

Chateauraynaud F. et Debaz J. (2017). Aux bords de l’irréversible : Sociologie pragmatique des transformations. Éditions Pétra. Paris, p. 648.

Costa S. (2013). « Le recul des falaises crayeuses de Haute-Normandie et de Picardie : Du refus radical au déplacement des populations ». In Bawedin V. Baie de Somme : Des falaises d’Ault au Marquenterre. Actes de l’atelier EUCC-France 18-19 octobre 2013. Réseau Européen des Littoraux, p. 26‑32.

DDTM 80. (2015). Plan de Prévention des Risques Naturels Falaises Picardes. Note de présentation, p. 26.

Doussin N. (2009). Mise en œuvre locale d’une stratégie globale de prévention du risque d’inondation : Le cas de la Loire moyenne. Thèse de doctorat en géographie, Université de Cergy Pontoise, p. 485.

Duchêne F., Martinais E. et Morel-Journel C. (2003). « Le risque comme représentation : Une contribution de la géographie sociale ». In Moriniaux V. Questions de géographie : Les risques. Paris, Editions du temps, p. 88‑105.

Dyckman C.S., John C.S. et London J.B. (2014). Realizing managed retreat and innovation in state-level coastal management planning. Ocean & Coastal Management, 102, p. 212‑223. [En ligne] URL : http://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S0964569114002919

Elliott R. (2018). The Sociology of Climate Change as a Sociology of Loss. European Journal of Sociology, 59(3), p. 301‑337. https://doi.org/10.1017/S0003975618000152

Faure A. (2008). Des normes sociales pour les déplacements de population causés par les grands barrages. France, XXe siècle : L’exemple des barrages de Tignes et Serre-Ponçon dans les Alpes et les barrages de L’Aigle et Bort-les-Orgues dans la Haute-Dordogne. Revue de géographie alpine, 96‑1, p. 15‑28. https://doi.org/10.4000/rga.385

Fournier M. (2010). Le riverain introuvable ! La gestion du risque d’inondation au défi d’une mise en perspective diachronique Une analyse menée à partir de l’exemple de la Loire. Thèse de doctorat en aménagement, Université François Rabelais de Tours, p. 431.

Hébert C. et Aubé M. (2015). Évaluation d’options d’adaptation aux changements climatiques Relocalisation à Sainte-Marie-Sainte-Raphaël, Cap-Bateau et Pigeon Hill. Institut de Recherche sur les Zones Côtières / Fonds en Fiducie pour l’environnement du Nouveau-Brunswick, 49 p.

Gralepois M. (2020). « La face cachée de la Loire. La fabrique urbaine à l’arrière des digues : Cas de la ville de Blois ». In Bougeard-Delfosse C. et Boyer V., Territoires fabriqués, territoires instrumentalisés. Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 181-192.

INterland. (2012). Etude stratégique du développement communal et de gestion durable de l’érosion côtière—Lot 2. Rapport final, 170 p.

Jodelet D. (2001). « Le phénomène Nimby ». In L’Environnement, question sociale. Paris, Odile Jacob, p. 91‑97. https://doi.org/10.3917/oj.roche.2001.01.0091

Lascoumes P. et Le Galès P. (Éds.). (2004). Gouverner par les instruments. Paris, Presses de Sciences Po, p. 370.

Ledoux B. (2006). La gestion du risque inondation. Paris, Éd. Lavoisier, Tec & doc, p. 766.

MEDDE. (2012). Appel à projets 2012. Expérimentation de la relocalisation des activités et des biens : Recomposition spatiale des territoires menacés par les risques littoraux. Stratégie Nationale de Gestion Intégrée du trait de côte, Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’énergie.

MEDDE. (2013). Vers la relocalisation des activités et des biens. 5 territoires en expérimentation. Séminaire national de lancement du 14 février 2013. Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Mees Ha., Alexander M., Gralepois M., Matczak P., Mees He. (2018). Typologies of citizen co-production in flood risk governance. Environmental Science & Policy, 89, p. 330‑339. https://doi.org/10.1016/j.envsci.2018.08.011

Meur-Ferec C. (2021). « Risques côtiers : Des littoraux toujours sous pression ». In Rebotier J., Les Risques et l’Anthropocène. Regards alternatifs sur l’urgence environnementale. Paris, ISTE, p. 2‑30.

MINEA. (2000). Etude d’aménagement du bras de décharge du déversoir de la Bouillie.

Mineo-Kleiner L. (2017). L’option de la relocalisation des activités et des biens face aux risques côtiers : Stratégies et enjeux territoriaux en France et au Québec. Thèse de doctorat en géographie, Université de Bretagne occidentale, p. 350.

Mineo-Kleiner L. et Meur-Ferec C. (2016). Relocaliser les enjeux exposés aux risques côtiers en France : Points de vue des acteurs institutionnels. VertigO, 16(2). https://doi.org/10.4000/vertigo.17656

Rode S. (2008). La prévention du risque d’inondation, facteur de recomposition urbaine ? L’Information géographique, 72(4), p. 6‑26.

Rode S. (2010). De l’aménagement au ménagement des cours d’eau : Le bassin de la Loire, miroir de l’évolution des rapports entre aménagement fluvial et environnement. Cybergeo, 506. https://doi.org/10.4000/cybergeo.23253

Rode S. (2017a). « Une Zone d’Aménagement Différé pour rétablir un champ d’expansion des crues ». In Salvador P.-G., Scarwell H.-J. et Schmitt G., Urbanisme et inondation : Outils de réconciliation et de valorisation. Lille, Presses universitaires du Septentrion, p. 127-148.

Rode S. (2017b). Les berges fluviales secondaires : Des marges urbaines à résorber ? Bulletin de l’association de géographes français, 94(3), p. 472‑488. https://doi.org/10.4000/bagf.2139

Roux J. (2006) La participation du public dans deux plans de prévention des risques d'inondation : les cas contrastés du Sornin et du Furan dans la Loire. Rapport CRESAL, DDE Loire.

Shah E., Vos J., Veldwisch G.J., Boelens R., Duarte-Abadía B. (2021). Environmental justice movements in globalising networks: A critical discussion on social resistance against large dams. The Journal of Peasant Studies, 48(5), p. 1008‑1032. https://doi.org/10.1080/03066150.2019.1669566

Singto C., Fleskens L. et Vos J. (2022). Compensation for displacement caused by dam building: Representation, recognition, and outcomes in Thailand. Impact Assessment and Project Appraisal, 40(5), p. 356‑371. https://doi.org/10.1080/14615517.2022.2052474

Tellier J. et Ancelin O. (2003). Etude des ruissellements et de l’érosion des sols dans le bassin versant d’Ault. SOMEA.

Vacher L. et Vye D. (2016). Les résidents secondaires, des acteurs essentiels des systèmes touristiques littoraux français ? Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement, 30. https://doi.org/10.4000/tem.3344

Vanclay F. (2017). Project-induced displacement and resettlement: From impoverishment risks to an opportunity for development? Impact Assessment and Project Appraisal, 35(1), p. 3‑21. https://doi.org/10.1080/14615517.2017.1278671

Haut de page

Notes

1 Une partie des résultats d’Ault sont également mobilisés dans le cadre d’une monographie spécifique sur ce cas, à paraître en 2024.

2 Le nom « Voyageurs » vise à s’éloigner de l’appellation « Gens du Voyage » qui fait référence à une catégorie administrative utilisée par l’État français, et correspond à une identification plus couramment usitée par les Voyageurs (Bergeon, 2014).

3  Une zone d’aménagement différé est un outil qui vise à la maîtrise foncière : il permet aux collectivités de faire usage d’un droit de préemption sur un espace dédié à une opération d’aménagement. Elle s’inscrit dans un temps relativement long de six ans renouvelables. 

4 Sources : Insee, RP2008, RP2013 et RP2019, exploitations principales, géographie au 01/01/2022. https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=COM-80039#tableau-POP_G2

5 « 80 Maisons promises à la destruction », Courrier picard, 22/01/2013, p, 9 ; « 80 expropriations à l'étude », L’éclaireur, 22/01/2013, p. 28.

6 Cette collecte de donnée s’inscrit dans le Projet de recherche européen JPI Climate nommé SOLARIS (SOLidarité dans les politiques d'adaptation au changement climatique : vers plus de justice socio-spatiale face aux multiples risques).

7 Le compte-rendu d’une réunion de janvier 2001 présente l'idée que garantir une indemnisation financière des propriétaires, qui n’intégrerait pas la dépréciation progressive des biens demeurant au fur et à mesure des démolitions à proximité pourrait symboliser la “reconnaissance de l'erreur des pouvoirs publics qui ont laissé construire.” (MINEA, 2000, p.103).

8 « 80 Maisons promises à la destruction », Courrier picard, 22/01/2013, p, 9 ; « 80 expropriations à l'étude », L’éclaireur, 22/01/2013, p. 28.

9 « Le Bois de Cise dans l’attente », Courrier Picard, 16/02/2013.

10 Courrier Picard, 23/06/2013, p.2

11 Cet opposant se présente déjà pour les élections de 2014 et perd par une vingtaine de voix contre l’équipe municipale sortante.

12 Courrier Picard, 14/05/2014.

13 Zone d’Aménagement Concerté : procédure d’aménagement à l’initiative de l’Etat ou d’une collectivité qui définit un périmètre d’intervention dans l’objectif de l’aménager ou mettre en place des équipements qui seront cédés par la suite à des utilisateurs publics ou privés (Cerema, 2020).

14 SMBSGLP, 2019, Bilan de concertation, Annexes II, partie 3. 31 octobre 2014, « Les commentaires libres sur le projet en général ».

15 La virulence des échanges en réunion de quartier est narrée par plusieurs enquêtés présents lors des échanges.

16 La Nouvelle République, La Bouillie " inonde " la réunion de quartier, 6 décembre 2004

17 Le procédé d’évaluation du prix de la maison est décrit par les habitants comme étant expéditive, approximative et aléatoire. Pour le collectif des Citoyens de la Bouillie, les sommes proposées correspondent à 60% de la valeur réelle des biens (La Bouillie info, novembre 2005).

18 En mai 2005, le député-maire de Blois interroge le Ministre de l’Environnement à l’Assemblée Nationale lors des questions au Gouvernement sur les dispositions que l’Etat pourrait mettre en place afin que l’indemnisation soit “juste et suffisante” et “acceptable” pour les habitants concernés.

19 On retrouve cette expression dans un courrier de novembre 2005, adressé par la mairie de Blois aux habitants du quartier.

20 Les logements proposés par les services municipaux remplissent rarement tous les critères des habitants : l’aide au relogement est une aide à la recherche plus qu’une proposition concrète de nouveaux logements.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Le déversoir de la Bouillie au sein du Parc Agricole Naturel Urbain
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7598/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Figure 2 - Evolution du trait de côte à Ault
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7598/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Figure 3 - Habiter la Falaise à Ault
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7598/img-3.png
Fichier image/png, 596k
Titre Figure 4 - Les différents modes d’action d’AE
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7598/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Figure 5 - L’exposition « L’histoire des falaises »
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7598/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sofia Guevara et Jerôme Cardinal, « L'impensé social des pratiques de délocalisation préventive. Ce que les cas de Blois et Ault apportent aux débats sur l'adaptation au changement climatique  »Dynamiques environnementales, 51 | 2023, 1-28.

Référence électronique

Sofia Guevara et Jerôme Cardinal, « L'impensé social des pratiques de délocalisation préventive. Ce que les cas de Blois et Ault apportent aux débats sur l'adaptation au changement climatique  »Dynamiques environnementales [En ligne], 51 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/7598 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.7598

Haut de page

Auteurs

Sofia Guevara

Laboratoire Gef, Conservatoire National des Arts et Métiers

Chercheure associée Laboratoires CITERES et LATTS.

Jerôme Cardinal

Laboratoire CITERES, Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search