Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Trajectoires des socio-écosystème...S’adapter pour préserver les mara...

Trajectoires des socio-écosystèmes du bassin de la Loire

S’adapter pour préserver les marais de Bourges ? Une zone humide urbaine à la croisée des changements socio-environnementaux

Which adaptation to preserve the Bourges marshes ? An urban wetland at the crossroads of socio-environmental changes
Caroline Le Calvez, Oumar Marega et Bertrand Sajaloli
p. 1-26

Résumés

Mobilisant une approche du changement climatique comme fait socialisé, la contribution documente les perceptions et l’adaptation aux sécheresses et aux inondations dans les marais classés de Bourges (France). Dans un contexte local où se révèle une concomitance des changements socio-environnementaux et climatiques se pose la question des réponses des usagers de la zone humide à ces événements hydro-climatiques. Les investigations menées par le biais d’une vaste enquête de terrain ciblant plus particulièrement les maraîchers-jardiniers ont permis de montrer que les sécheresses cristallisent l’attention car elles déstabilisent la matérialité et la symbolique des marais. Toutefois, les réponses restent individuelles et relèvent de l’ajustement. Au final, ces événements ont davantage été des catalyseurs de préoccupations anciennes liées à la gestion et à l’entretien de ce vaste marais patrimonialisé.

Haut de page

Texte intégral

Cette publication est le résultat d’un travail collectif. Nous remercions tout particulièrement les relecteurs.trices pour leurs remarques précieuses, les personnes rencontrées lors des différentes phases d’enquête, ainsi que les étudiant.e.s ayant activement participé à la construction du corpus de données discursives mobilisées dans cet article.

Introduction

1Qu’elles soient au cœur des villes ou à leurs abords, les zones humides contribuent à rendre les villes habitables et résilientes, par exemple en matière d’atténuation du changement climatique et d’adaptation à ses conséquences (CEREMA, 2015 ; Erwin, 2009). On leur prête de multiples aménités qui réconcilient les citadins avec la nature spontanée, construisent une identité aux villes à grand renfort de patrimonialisation institutionnelle et assurent ainsi la fabrique de la ville durable (Carré & Sajaloli, 2016 ; Dournel & Sajaloli, 2012 ; Dournel, Franchomme & Sajaloli, 2011 ; Donadieu, 1999). Enfin, intégrées aux trames bleues et vertes, elles favorisent, en connectant les différents quartiers de la ville, en rassemblant des groupes culturels hétérogènes autour des lieux de nature, une médiation sociale susceptible de diminuer les tensions liées aux disparités socio-spatiales (Grésillon et al., 2012 ; IAU, 2011). Pourtant, cet éloge des lieux d’eau urbains n’est pas sans ambiguïtés.

2Alors qu’une majorité de Français habite dans des espaces urbains d’après l’INSEE, les villes affrontent de multiples enjeux : adaptation au changement climatique, lutte contre les îlots de chaleur urbains, qualité du cadre de vie, préservation de la biodiversité urbaine, développement de l’économie locale en circuit court, amélioration de la qualité des eaux, contrôle du ruissellement, maîtrise des inondations… Les zones humides sont donc au cœur de nombreux défis liés à leurs fonctions écosystémiques (Maltby, 2009 ; Barnaud & Fustec, 2007), aux valeurs qui leur sont attribuées aussi bien socio-économiques, culturelles, qu’environnementales tout en étant des milieux particulièrement sensibles aux changements tant naturels que sociaux. Fragilisées par l’artificialisation accrue et par les mutations d’usages qui accentuent la pression sur leurs ressources (sol, eau, paysage…), encore convoitées, voire détruites, par l’urbanisation, elles sont en effet vulnérables aux événements hydro-climatiques - sécheresses et inondations. Cette vulnérabilité ouvre un vaste champ de questionnements sur les interactions entre les sociétés et les zones humides face aux changements socio-environnementaux (Scarwell & Franchomme, 2005) en particulier au sein des zones humides urbaines (Sajaloli et al., 2024), autour de l’influence d’événements hydro-climatiques qui peuvent être rattachés à un contexte général qui est celui du changement climatique, sur des usages, sur le jeu des acteurs, et enfin sur la qualification même de ces pratiques comme relevant d’une adaptation individuelle et/ou collective (Frère et al., 2020 ; Marega et al., 2019 ; Van Gameren et al., 2014 ; Adger et al., 2005).

  • 1 L’étude des marais de Bourges a été menée entre 2021 et 2023 dans le cadre du programme de recherch (...)

3Le cas des marais de Bourges est à ce titre représentatif des zones humides urbaines qui accueillent des enjeux socio-environnementaux forts1 et concomitants. Ces anciens marais maraîchers sont désormais un espace de loisirs, investis de valeurs esthétiques et de bien-être, au sein duquel la mémoire maraîchère est encore vive. Les évolutions récentes des modes de valorisation entraînent les acteurs des marais dans une recherche perpétuelle d’un double équilibre : paysager et patrimonial entre la terre et l’eau, mais aussi social entre les aspirations dissemblables de ces mêmes acteurs des marais.

4Au sein d’un espace qui connaît des changements socio-environnementaux marqués depuis la fin du 20e siècle, nous nous sommes intéressés à la façon dont les événements hydro-climatiques récents - inondations et sécheresses - sont vécus et perçus par les usagers, en particulier les événements ponctuels très marquants comme les sécheresses depuis 2018. Nous nous proposons ainsi d’éclairer ces préoccupations, vives et récentes, concomitantes, dans une perspective sensible et de nous demander en quoi elles activent ou réactivent des vulnérabilités locales et si les perceptions se traduisent par des actions mises en place in situ pour atténuer les effets de ces événements et/ou s’adapter (Marega et al., 2019 ; Bertrand et Richard, 2015). La présente contribution constitue ainsi un premier socle de connaissances sur une zone humide urbaine longtemps restée sous les radars de la géographie.

Un marais maraîcher face à des événements hydro-climatiques récents et intenses

5Milieux mobiles en perpétuelle transformation (Beck et al., 2023 ; Sajaloli et al., 2022 ; Barnaud & Fustec, 2007 ; Sajaloli, 1999), milieux contraignants, les zones humides enregistrent des interventions anthropiques depuis le Néolithique. Les marais aménagés, qui appartiennent à la vaste catégorie des terres humides, selon P. Donadieu (1996), et des zones humides, d’après la réglementation française, renvoient aux paysages entre terre et eau et sont, lorsqu’ils sont maraichers comme à Bourges, des espaces paradigmatiques des interactions qui se sont nouées au fil du temps entre les sociétés et ces milieux et que les changements globaux interrogent.

Un vaste système hydraulique urbain hérité du maraîchage

  • 2 Nous reprendrons cette appellation simplifiée dans la suite du propos.

6Les marais de l’Yèvre et de la Voiselle à Bourges (Région Centre-Val de Loire), appelés communément « marais de Bourges »2, sont situés dans la traversée urbaine de la vallée de l’Yèvre, rivière affluente du Cher. Ils sont les derniers grands témoins d’une vaste mosaïque de zones humides qui enserrait la ville jusqu’au 20e siècle (Camuzat, 2016 ; Fournier, 2007). Avec le Val d’Auron situé plus à l’ouest de Bourges, ils constituent les derniers bastions de cette ancienne « enceinte humide » à avoir échappé à l’assèchement, l’artificialisation, voire au comblement pur et simple.

7Entre terre et eau, les marais de Bourges sont dominés par le vert des planches de culture et des arbres, et par le bleu des canaux qui dirigent l’eau. Cette maîtrise de l’eau et de la terre, initiée par les communautés locales au gré de l’évolution des modes de valorisation foncières et hydrauliques a véritablement modelé le fond de vallée (Chéron, 1999). Leur configuration actuelle, véritable labyrinthe de près de 150 hectares de petits canaux et de parcelles toutes en longueur, est l’aboutissement de huit siècles d’aménagements réalisés au gré des changements de propriétaires et de l’évolution des besoins alimentaires, mais aussi stratégiques ou artisanaux de la population de Bourges (Camuzat, 2016 ; Fournier, 2007 ; Chaton, 1984). Les marais de Bourges sont un espace en perpétuel agrandissement, depuis les premières grandes opérations de drainage réalisées au 12e siècle par les communautés monastiques locales jusqu’aux grandes opérations de maîtrise des écoulements et d’exondation des terres. Ces dernières constituent les opérations dominantes qui ont modelé les marais depuis le 17e siècle jusqu’à la fin du 19e siècle, la configuration des marais ne se stabilisant que peu avant la 1ere Guerre mondiale.

8Le système hydraulique hérité est partagé en deux grands secteurs qui se distinguent par leur alimentation en eau (figure 1). Les marais du Haut correspondent à la zone alimentée par le cours de l’Yèvre et son affluent le Langis. La zone des marais du Bas, séparée du Haut par la digue de l’Yèvre, est alimentée par la Voiselle, le Faux-Pallouet, le Grand Canal de Dessèchement et par la nappe de l’Oxfordien. L’ensemble du réseau de drains principaux et secondaires, appelés localement des coulants, est encadré par des ouvrages hydrauliques qui régulent les niveaux d’eau.

Figure 1 - Les marais urbains de l’Yèvre et de la Voiselle à Bourges (Marega, 2023).

Figure 1 - Les marais urbains de l’Yèvre et de la Voiselle à Bourges (Marega, 2023).
  • 3 Si, sémantiquement, le maraichage est lié à une production commercialisée de légumes, aujourd’hui d (...)

9Bien que disparu depuis 1976, le maraîchage professionnel continue d’imprimer sa marque dans les marais de Bourges. Leur organisation spatiale faite de 1200 parcelles longilignes entourées de près de 420 coulants et fossés, de petits chemins piétons et de lignes d’arbres, sont caractéristiques de l’activité passée qui continue de modeler ce paysage. Plus de 1000 propriétaires, et un nombre encore inconnu de locataires, y pratiquent désormais le maraîchage en amateur ou le jardinage sans que l’on ne puisse véritablement les distinguer3. La fonction d’agrément des marais est également visible au sein des parcelles. Les propriétaires et les locataires ne mobilisent que rarement l’ensemble de l’espace disponible pour la culture des légumes et parfois des fruits. Une partie - plus ou moins étendue - est immanquablement dédiée à la plaisance et aux sociabilités associées. Les cabanes et les équipements de loisirs visibles dans les parcelles attestent de cette diversification des rôles de la parcelle de marais.

  • 4 Décret du 24 juillet 2003 portant classement d’un site.

10En 2003, l’identité maraîchère historique du site est reconnue par le classement de 130 ha et par l’inscription de 25 ha au titre de la loi de 1930 sur les monuments historiques et naturels4. Les marais acquièrent ainsi le statut de patrimoine paysager hérité du maraîchage et doivent être sauvegardés intégralement et transmis aux générations futures. En ce sens, une régulation des usages fixée par une Charte des usagers des marais classés de Bourges est fixée en 2011. Rédigée par un collectif d’associations soucieuses de la sauvegarde des marais, elle s’adresse à tous les usagers en les incitant à privilégier des pratiques respectueuses de « l’esprit des lieux » et de la diversité biologique. Au même titre que la parcellisation et le drainage des marais à l’époque moderne, décisifs pour leur fonctionnement et leurs usages, le classement constitue un tournant dans la trajectoire des marais de Bourges. Il reflète les évolutions d'utilisation des marais au cours du 20e siècle et introduit de nouvelles pratiques. En effet, il invite à repenser les pratiques agricoles et horticoles du site dans la mesure où il guide les acteurs vers la structuration d’un projet basé sur la conservation et la valorisation patrimoniale du système « marais » appuyé sur des usages tournés vers le loisir.

11Ces acteurs sont justement divers (figure 2). Les propriétaires et les locataires des parcelles, les promeneurs, joggeurs et pêcheurs sont les usagers des marais qui pratiquent cet espace urbain, se l’approprient et contribuent ainsi à le façonner. Des associations les regroupent et les représentent. Deux associations de maraîchers-jardiniers ont un rôle pivot dans les marais, Patrimoine Marais (PM) et l’Association des maraîchers de Bourges (AMB). Nées de la scission d’une seule association, elles regroupent chacune près de 350 adhérents. Leur rôle est de favoriser l’entraide entre maraîchers-jardiniers et leur défense, et de faire vivre le patrimoine, de le valoriser. D’autres associations qui relèvent de la solidarité œuvrent dans les marais en proposant de cultiver des parcelles. Depuis quelques années, la ville de Bourges réinvestit également le site, d’une part en tant que propriétaire, d’autre part en cherchant à impulser une dynamique collective de préservation de l’environnement en modifiant les pratiques maraîchères (interdiction du brûlage…). Les acteurs institutionnels de la gestion de l’eau et des milieux aquatiques, eux, mettent en place des actions de restauration de la vallée de l’Yèvre et ont un rôle pilote de gestion des inondations.

Figure 2 - Les principaux groupes d’acteurs des marais de Bourges

Figure 2 - Les principaux groupes d’acteurs des marais de Bourges
de facto

Des événements hydro-climatiques sources de vulnérabilité ?

12À l’instar de la France métropolitaine toute entière (Haut Conseil pour le Climat, 2023), les marais de Bourges subissent les effets du changement climatique. Une des manifestations de ces effets est la tendance au réchauffement avec une hausse des températures moyennes de 0,3 °C par décennie sur la période 1959-2009 en région Centre-Val Loire (DDT 18, 2022). A l’échelle du Cher, un focus sur les cumuls saisonniers de précipitations agrégées du printemps 2018 à l’automne 2021 par rapport à la normale de référence 1981-2010 met en évidence des saisons moins pluvieuses que la normale. D’après les données de Météo-France (2021), sur 15 saisons observées, 10 saisons sont moins pluvieuses que la normale sur ces dernières années dans le Cher. De plus, toujours à l’échelle départementale et sur la même période récente, l’indice d’humidité des sols SWI (Soil Wetness Index) montre des sols plus secs que la normale (1981-2010) avec des niveaux critiques atteints en fin d’été lors des années 2018, 2019, 2020 (DDT 18, 2022).

  • 5 La formule de calcul de cet indice se résume ainsi : SPI = (Xi - Xm) / Si où Xi est le cumul de la (...)

13Plus spécifiquement à Bourges, pour présenter et comprendre le contexte climatique, nous avons analysé l’évolution des précipitations à partir de l'Indice Standardisé des Précipitations (ou Standardized Precipitation Index désormais SPI) de McKee, Doesken & Kleist (1993). Le SPI est un indicateur de référence recommandé par l'OMM (Organisation Météorologique Mondiale) afin de faciliter la surveillance des sécheresses et la gestion des risques liés au climat5. Etant donné qu’une sécheresse se caractérise par son intensité et sa durée, le SPI rend compte de la sévérité des épisodes de sécheresse et leur répartition dans le temps. Les périodes sèches ou humides sont identifiées respectivement par des valeurs positives ou négatives ( tableau 1).

Tableau 1 - Valeurs de l’indice SPI (McKee et al., 1993).

Tableau 1 - Valeurs de l’indice SPI (McKee et al., 1993).
  • 6 Plus ancienne date de la série de données obtenue et traitée dans cette étude.

14Suivant l’échelle temporelle, cet indice évalue la sécheresse météorologique, agronomique ou hydrologique. Sur le plan agricole, les anomalies de précipitation sur une période de 1 à 6 mois affectent sensiblement l’humidité du sol, alors que les débits des cours d’eau ainsi que les stocks dans les réservoirs et nappes phréatiques sont plus dépendants des quantités précipitées à plus long terme, raison pour laquelle l’indice a été calculé sur 12 mois afin de mieux appréhender l’évolution des sécheresses hydrologiques à Bourges entre 19626 et 2021 pour les données les plus récentes.

15D’après le SPI les périodes extrêmement humides sont marquées par une tendance à la baisse depuis le début des années 2000 (figure3). Cela n’empêche pas pour autant une violence des épisodes pluvieux lorsqu’ils surviennent, causant des crues comme ce fut le cas en 2016 suite au débordement du lac du Val d’Auron. Les épisodes de crues touchent plus spécifiquement les marais du Bas du fait de la présence de la nappe et des drains de décharge de l’Yèvre qui arrivent dans la zone, notamment le Grand canal de dessèchement et la Voiselle. Les inondations hivernales des marais du Bas sont largement relayées dans la presse locale comme en 2018, 2020, 2022 et 2023.

Figure 3 - Indice Standardisé des Précipitations entre 1962 et 2021 à Bourges (Marega, 2023).

Figure 3 - Indice Standardisé des Précipitations entre 1962 et 2021 à Bourges (Marega, 2023).

16Concernant les sécheresses, l’analyse du SPI entre 1962 et 2021 révèle l’irrégularité du phénomène. À la sécheresse quasi ininterrompue de mai 1964 à août 1965 succède l’année 1966 extrêmement humide. D’autres grands épisodes de sécheresses scandent la période : 1976, 1989, 1992, 2011, et l’année 2018 qui reste la plus sèche des 60 dernières années. Si l’on observe une certaine variabilité des périodes plus sèches à Bourges, elles ont tendance à devenir plus intenses, en témoignent celles de 2018 et 2022 qui ont entraîné un assec d’une partie des coulants dans les marais du Haut. Cette vulnérabilité accrue dans la zone du Haut est notamment liée à l’alimentation exclusive par les eaux de l’Yèvre qui entraîne une baisse des niveaux d’eau lorsque les étiages sont sévères à l’amont et lorsqu’ils sont associés à un déficit pluviométrique.

17La disparition totale de l’eau dans les coulants pendant les périodes de sécheresses cristallise l’attention dans la mesure où celle-ci empêche les activités des marais du Haut de s’y dérouler par défaut d’accès. Ces événements pourraient entraîner sur le plus long terme une modification des activités et du paysage maraîcher classé des marais de Bourges. Globalement, on observe donc à Bourges une grande variabilité avec l’alternance, périodes sèches, périodes humides. Les variations annuelles sont marquées par rapport à la variation tendancielle sur la période observée de 1962 à 2021, ce qui perturbe les signaux d’un éventuel changement climatique qui reste difficile à caractériser à l’échelle locale. Malgré cette difficulté, les événements hydro-climatiques (sécheresse, inondation) sont mobilisés dans les discours des acteurs des marais pour évoquer et discuter de la question de l’adaptation au changement climatique.

Eclairer l’adaptation aux événements hydro-climatiques à l’aune des perceptions

18Les inondations et les sécheresses sont des risques qu’il est indispensable d’appréhender dans leur dimension sensible afin de documenter la manière dont ils sont vécus, perçus, pris en charge. Outre les évidences scientifiques sur l’accélération du changement climatique à l’échelle mondiale comme peuvent en témoigner les rapports successifs du GIEC à travers l’analyse et la modélisation de différents paramètres du climat (température, précipitations, nombre de jours de gel…), la perception du phénomène reste difficile à cerner dans ses multiples manifestations auprès des acteurs locaux (Michel-Guillou et al., 2017 ; Michel-Guillou, 2014). Ainsi, aborder le changement climatique comme fait socialisé invite à comprendre les perceptions qui s’expriment par l’intermédiaire des organes sensoriels, des biais cognitifs et des filtres de la mémoire (GIS – Climat, 2013). En plus de la dimension perçue, ce changement climatique est aussi vécu différemment selon les acteurs et les spécificités des territoires (Marega et al., 2019).

19Les inondations et les sécheresses sont appréhendées comme des indices sensibles (Laville, 2017), familiers de la variabilité climatique ou du changement climatique. En ce sens, l’étude a cherché à caractériser ce que disent les usagers des marais de Bourges de ces événements hydro-climatiques récents, la manière dont ils les perçoivent et le poids qu’ils leur donnent au regard des multiples enjeux qui traversent les marais. En outre, un deuxième niveau d’investigation interroge les réponses des usagers en les analysant à l’aune de la grille de lecture de l’adaptation, c’est-à-dire l’ensemble des mesures de réduction de l’exposition et de la vulnérabilité aux aléas par un ajustement au climat actuel ou attendu, ainsi qu’à ses conséquences (Haut conseil pour le climat, 2021). Ces mesures d’adaptation peuvent relever de l’anticipation, de la réaction de la part des acteurs publics et privés de manière autonome et ou planifiée (La Jeunesse et Quevauviller, 2015 ; Adger, 2001). Dans la présente étude, le caractère planifié de l’adaptation qui relève plus de la dimension institutionnelle n’est pas investi. Ici, nous étudions plus une somme d’actions prises de manière indépendante par les acteurs socio-économiques en réponse aux événements hydro-climatiques. On peut parler d’adaptation autonome ou spontanée (Van Gameren et al., 2014). La principale caractéristique de cette forme d’adaptation est la mobilisation d’une diversité de mesures réactives face à une contrainte climatique sans forcément faire référence au changement climatique.

  • 7 Initialement destiné à être réalisé selon la méthode du face-à-face, le choix d’une passation à dis (...)

20Cet ancrage théorique et ces objectifs ont guidé le choix de recourir à deux outils d’enquête éprouvés en sciences et humaines sociales. Un questionnaire a été réalisé en 2021 et diffusé sur Internet à la population de Bourges7. Son objectif était d’acquérir un premier volet de connaissances sur les usages des marais, sur la perception du changement climatique et des événements hydro-climatiques des dernières années (depuis 2018). Au total, sur 238 répondants, ce sont 232 personnes fréquentant les marais de Bourges qui ont répondu. Parmi elles, 73 % sont des femmes, et 53 % fréquentent les marais depuis plus de 10 ans. On observe une sur-représentation de la catégorie d’âge 35-49 ans qui représente plus d’un tiers du nombre de répondants fréquentant les marais. Les résultats indiquent une faible présence des popriétaires (n=20) et des locataires de parcelles (n=3), qui ont en majorité plus de 50 ans d’après les résultats. Néanmoins, les réponses apportées sur le changement climatique montrent que ce sont ces derniers qui se déclarent les plus impactés par le changement climatique et qui déclarent des modifications de leurs pratiques.

21Cette première investigation a été approfondie en ciblant le vaste groupe des propriétaires et locataires de parcelles qui pratiquent le maraîchage-jardinage. Pour cette deuxième phase, la méthode de l’entretien semi-directif a été privilégiée ce qui a permis d’interroger plus finement les interlocuteurs sur le changement climatique et sur les événements hydro-climatiques qu’ils vivent depuis leur installation dans les marais. Le nombre d’entretiens réalisé a été estimé a priori en fonction de la diversité des pratiques et, lors de l’enquête, en fonction de l’atteinte du seuil de saturation selon le principe appliqué dans les méthodes qualitatives. Au total, 30 entretiens ont ainsi été réalisés dans les marais auprès de 6 femmes et 24 hommes, qui ont été ensuite analysés thématiquement. Les premiers résultats indiquent que pour plus de 90 % des répondants au questionnaire et pour près de 70 % des personnes rencontrées en entretien, le changement climatique affecte les marais de Bourges.

Des vulnérabilités plurielles dans les marais de Bourges

22Le fil conducteur de cette deuxième partie est celui de la place qu’occupent les derniers événements hydro-climatiques dans les préoccupations des usagers dans un marais urbain au sein duquel des fragilités existent par ailleurs, liées aux évolutions des usages.

Une multifonctionnalité source de tensions et de fragilités

23Outre les activités qui se déploient dans les espaces privés dominants et qui sont dans la continuité d’une vocation nourricière des marais, d’autres usages ont émergé qui incarnent l’avènement d’un marais de loisirs intra-urbains (figure 4). La promenade, le sport, dans une moindre mesure le tourisme, sont pratiqués par une population qui fréquente majoritairement les marais du Bas, accessibles à pied depuis les différents quartiers de Bourges. Les pratiquants parcourent les interstices publics entre les parcelles privées (chemins, digue, bords de coulants et de rivières). A l’inverse, la partie haute des marais qui n’est accessible qu’en barque reste l’apanage du maraîchage et du jardinage d’après les résultats des enquêtes.

24La cohabitation des différentes activités est parfois difficile ; les marais de Bourges sont marqués par une tension récurrente entre espace privé et espace public. Les activités de maraîchage-jardinage, la proximité résidentielle, l’attachement à un espace patrimonialisé créent un sentiment d’appartenance et d’être prioritaire dans l’utilisation des lieux qui est régulièrement source de tensions avec les promeneurs, les touristes, voire même avec les élus de la collectivité, elle-même propriétaire de quelques parcelles. Les « extérieurs » sont ainsi régulièrement perçus par les « gens des marais » comme des éléments perturbateurs qui dénaturent l’esprit des lieux et détruisent la tranquillité. Sont mentionnées les dégradations (déchets, …), l’occupation illégale de cabanes, les vols, les voitures - pourtant interdites dans les marais - et qui sont autant de faits qui troublent les marais. Ces tensions entre endogénéité/exogénéité marquent de facto les changements socio-économiques contemporains et déclenchent parmi les groupes de maraîchers-jardiniers des mécanismes de méfiance voire de rejet des pratiques de loisirs pourtant bien ancrées dans les marais.

Figure 4 - En haut à gauche : L’Yèvre qui permet de circuler pour accéder aux parcelles des marais du Haut. En arrière-plan, une parcelle arborée qui témoigne de l’enfrichement (Sajaloli, 2022). En haut à droite : vue sur les parcelles cultivées des marais du Bas. En arrière-plan on devine le toit de la cathédrale de Bourges (Sajaloli, 2022).

Figure 4 - En haut à gauche : L’Yèvre qui permet de circuler pour accéder aux parcelles des marais du Haut. En arrière-plan, une parcelle arborée qui témoigne de l’enfrichement (Sajaloli, 2022). En haut à droite : vue sur les parcelles cultivées des marais du Bas. En arrière-plan on devine le toit de la cathédrale de Bourges (Sajaloli, 2022).

En bas à gauche : tous les espaces ne sont pas accessibles. Certains chemins sont réservés aux propriétaires et locataires des parcelles de marais (Le Calvez, 2022). En bas à droite : la pratique du sport est localisée sur les principaux chemins qui sont facilement accessibles à pied. Ici des joggeurs le long de la Voiselle (Le Calvez, 2020).

25Le poids décroissant du maraîchage, qui a longtemps structuré l’espace et les sociabilités, révèle également des fragilités que la multifonctionnalité de ces espaces ne doit pas occulter. En effet, certaines zones des marais, délaissées par les propriétaires des parcelles, subissent un enfrichement qui se traduit par une végétalisation importante des parcelles et une dégradation des berges et des canaux par manque d’entretien. En progression depuis une décennie, il est lié à plusieurs facteurs concomitants : le vieillissement de la population des propriétaires qui engendre des problèmes d’entretien des parcelles et les transmissions familiales vers des héritiers parfois très éloignés de Bourges qui ne valorisent pas les terres. L’enfrichement constitue pour les deux associations de maraichers et les usagers des parcelles voisines une menace pour les activités de production légumière : faune indésirable (rats, canards), végétation arborée ombrageant fortement les parcelles adjacentes, altération du paysage maraîcher défendu et valorisé par le classement de 2003. Toutefois, ces zones laissées sans intervention humaine ne sont toutefois pas dénuées d’intérêt car elles accueillent une biodiversité intéressante en plein cœur de Bourges et en font un poumon vert et un espace perçu comme « naturel » à préserver. Dans tous les cas, la fermeture paysagère est une dynamique qui interroge la capacité collective à sauvegarder l’héritage maraîcher et à définir un projet de territoire alors que le modèle de la zone humide non aménagée gagne du terrain.

26Les formes contemporaines de la multifonctionnalité des marais de Bourges questionnent le partage de l’espace. Elles réévaluent le poids des usages et des héritages et redistribuent les rôles respectifs des acteurs au sein des marais en constante évolution tout en devant rester conformes à l’héritage maraîcher qui a guidé le classement. Elles révèlent ainsi des fragilités et une incertitude sur le devenir de cet espace patrimonialisé.

Les inondations : un phénomène perçu comme gênant tout en étant empreint de normalité

27L’histoire des marais de Bourges est étroitement liée aux inondations et à leur gestion, phénomènes récurrents dont on garde trace au travers de la documentation archivistique abondante, notamment pour les 19e et 20e siècles (Chaton, 1984). Les inondations étaient d’abord provoquées par une maximisation des niveaux d’eau au droit des ouvrages hydrauliques des moulins entraînant de nombreux conflits entre meuniers et maraîchers qui voyaient leurs terres ennoyées régulièrement lorsqu’elles se situaient en amont. La fin de l’industrie minotière dans la première moitié du 20e siècle ne fait pas disparaître ces phénomènes, bien au contraire. La disparition de l’entretien des biefs et plus généralement celui de l’ensemble du système hydraulique, en particulier l’absence de curage régulier, entraînent des débordements dans les parties basses des marais où se concentraient les moulins. Les inondations apparaissent ainsi comme des phénomènes hydro-climatiques renforcés par des problématiques d’entretien. Selon Chaton (1984), les acteurs et les usagers n’ont eu de cesse de trouver des solutions à ces submersions destructrices pour les cultures, en allant jusqu’à créer une association syndicale autorisée dans la première moitié du 20e siècle pour faciliter la circulation de l’eau par une coordination des acteurs. La gestion contemporaine des inondations dans les marais en est l’héritière avec l’intervention du Syndicat Intercommunal de la vallée de l’Yèvre qui est missionné sur la prévention et la lutte contre les inondations.

28A l’échelle individuelle, l’inondation est un phénomène ambivalent pour les usagers contemporains des marais. Destructrice et donc combattue quand elle immerge trop longtemps les terres ou lorsqu’elle a lieu à une période où les cultures sont déjà développées, elle a également un pouvoir fertiliseur lorsqu’elle dépose les limons sur les parcelles, ce que les discours des usagers rencontrés relatent.

« Moi l’hiver dernier j’étais inondé. L’eau arrivait à certains niveaux. Donc ce n’est pas un problème de changement climatique, c’est naturel. Le marais c’est normal que ça soit un petit peu inondé c’est un peu ce qui fait les caractéristiques des marais, alors à partir du moment où que ça inonde un peu ça va te déposer des alluvions et cela aussi aide la culture. Ça fertilise les sols : les inondations n’ont pas affecté ma culture » (ID_21).

29L’inondation apparaît ainsi comme un phénomène avec lequel il faut composer. Chacun s’en accommode malgré les impacts engendrés en termes de décalage du calendrier de culture ou les dégâts occasionnés sur les parcelles : les inondations sont perçues, notamment par les maraichers de longue date, comme des événements traditionnels des marais, qui ont en outre des avantages agronomiques. La présence de l’eau étant intrinsèque aux marais et les inondations étant gérées par des organismes collectifs, ces événements sont perçus et vécus comme gênants pour les activités. Il y a une certaine normalité du phénomène dans la mesure où il est connu, circonscrit à des zones spécifiques, en l’occurrence les marais du Bas. Pour ces usagers les inondations sont des phénomènes qui ne déstabilisent que ponctuellement les marais sans mettre à mal le système marais. Il n’y a pas de construction d’une vulnérabilité, encore moins d’une mise en danger des marais, face à ces événements, au plus, ce sont les parcelles concernées qui sont fragilisées. Toutefois, si la dimension « traditionnelle » du phénomène fait consensus, des usagers anciennement implantés dans des parcelles situées dans les marais du Bas, depuis plus de 20 ans pour certains, perçoivent tout de même une augmentation de leur intensité et de leur régularité, évolution qui est systématiquement rattachée au changement climatique. Dans ce cas précis, les inondations deviennent peu à peu des manifestations des changements en cours qui pèsent sur les marais à l’image des sécheresses. Il existe cependant un traitement distinct des deux types d’événements dans les discours, ce que retranscrit un jardinier rencontré dans les marais qui explique « qu’il y a moins d’eau actuellement qu’avant. C’est plus la sécheresse que l’inondation à mon avis qui sévit dans les marais » (ID_4).

Les assecs : une manifestation des sécheresses qui cristallise l’attention

30La sécheresse est un phénomène communément appréhendé par 72 % des répondants au questionnaire. La question sur « les formes de manifestations des sécheresses dans les marais » et ses modalités de réponses que les répondants pouvaient sélectionner, ont permis d’identifier les indices sensibles que laissent la sécheresse dans les marais. Pour les répondants, la sécheresse se matérialise donc principalement par la baisse des niveaux d’eau dans les coulants, puis par un sol asséché, des restrictions d’eau liées aux arrêtés sécheresse, des odeurs de vase, des changements paysagers, une mortalité accrue des plantes, des difficultés à cultiver les sols (figure 5). Ces résultats issus de l’enquête par questionnaire ont été croisés avec les résultats obtenus via l’analyse des discours recueillis lors des entretiens.

Figure 5 - Les effets de la sécheresse dans les marais de Bourges selon les répondants à l’enquête par questionnaire de 2021 (n = 232). Les répondants pouvaient cocher plusieurs modalités.

Figure 5 - Les effets de la sécheresse dans les marais de Bourges selon les répondants à l’enquête par questionnaire de 2021 (n = 232). Les répondants pouvaient cocher plusieurs modalités.

31Les entretiens recensent une diversité de phénomènes présentés dans les discours comme des causes à l’absence d’eau ou a minima à l’accentuation du manque d’eau en période estivale dans les marais.

32(i) La première cause énoncée est la gestion défectueuse du système hydraulique et en particulier le manque d’entretien des ouvrages de contrôle des niveaux d’eau, comme le mentionne un usager rencontré qui explique qu’« [O]outre l’aspect climatique qui rentre en compte, la cause de la sécheresse est une mauvaise gestion de l’eau. Il est urgent de refaire les ouvrages hydrauliques » (ID_6, 2020). La régulation du niveau d’eau dans les différents secteurs des marais est historiquement garantie par un système d’ouvrages, partiellement automatisés, situés en amont et dans les marais. Les marais du Haut sont particulièrement dépendants des ouvrages amont pour leur alimentation en eau. Toutefois, plusieurs ouvrages sont aujourd’hui en mauvais état (renards hydrauliques, vannes abîmées). Ils sont dès lors accusés de ne plus remplir leur rôle régulateur et d’être en partie responsables du manque d’eau dans les marais.

33(ii) L’entretien des marais apparaît également comme insuffisant ou en tout cas mal effectué. De fait, le développement des friches et de l’activité de jardinage dans les parcelles s’accompagne de plantations d’arbres, de coins de parcelles avec de la pelouse. Ces nouvelles utilisations des parcelles - ou l’absence d’utilisation - vont de pair avec une plus grande irrégularité de l’entretien du système hydraulique qui enserre les parcelles et en particulier des curages des coulants, ce qui entraîne irrémédiablement leur comblement. Pour les plus petits coulants, ce défaut d’entretien conduit à ce que l’eau ne recouvre plus ces zones envasées. Les curages, autrefois entrepris à la main, sont effectués avec des engins mécanisés d’enlèvement des sédiments. Cette technique désormais dominante est évoquée comme participant activement du manque d’eau, dans la mesure où elle aurait conduit à un sur-élargissement des canaux, ce qui augmente la surface en eau et accentue l’évaporation, ainsi qu’une destruction de la couche argileuse protectrice historiquement présente dans le fond des canaux.

34(iii) Les activités et les usages des sols en amont des marais sont également pointés du doigt dans les entretiens. Pour les acteurs, les travaux hydro-agricoles (curages, rectification, creusement du lit…) qui ont été réalisés dans la seconde moitié du 20e siècle sur les cours d’eau de l’amont du bassin ont conduit à des infiltrations accrues et à une modification des écoulements qui a accentué les basses eaux en période estivale. Les peupleraies plantées dans le fond de la vallée de l’Yèvre agissent comme des drains et fracturent les sols, engendrant une accumulation de renards hydrauliques par lesquels l’eau s’infiltre dans les sols calcaires. L’exploitation de la ressource en eau par l’agriculture (céréaliculture dominante) est également mentionnée comme une cause probable de déficit sans que la pression ne soit quantifiée à ce jour.

  • 8 Lorsque les coulants sont totalement à sec, le passage à pied est rendu dangereux par la vase accum (...)

35Ainsi, à l’inverse des inondations, les sécheresses, tout particulièrement lorsqu’elles entraînent des assecs, représentent pour les acteurs une mise en péril des marais. La vulnérabilité repose à la fois sur des motifs matériels, car il n’y a plus d’accès aux parcelles habituellement entourées d’eau8, donc plus de culture ou de récolte possible, mais elle agit aussi sur l’image que l’on se fait des marais de Bourges. Un marais maraîcher sans eau dans les coulants n’en est plus un dans l’esprit des personnes rencontrées. Les causes endogènes et exogènes avancées par les acteurs ne font pas du changement climatique le facteur explicatif dominant, mais bien plutôt un des facteurs au sein d’une longue liste de changements antérieurs et concomitants qui renvoient d’une part à la planification de la gestion de l’eau dans le bassin versant depuis l’arrêt des usages professionnels des marais et d’autre part aux mutations de l’usage des sols dans la vallée de l’Yèvre durant ces 50 dernières années. L’enjeu du changement climatique apparaît de fait peu investi pour une majorité de personnes rencontrées. Cette relative absence conduit à relativiser le poids de l’argument du changement climatique dans l’explication des changements intervenus dans les marais.

Quelle(s) adaptation(s) aux événements hydro-climatiques par les jardiniers-maraîchers des marais ?

36L’enquête par questionnaire et entretiens identifie les actions mises en place individuellement et collectivement par les usagers jardiniers et maraîchers des marais. Un focus est opéré dans cette section sur les réponses de cette catégorie d’acteurs qui apparaît particulièrement tributaire des ressources - sol, eau - qui peuvent être impactées par les sécheresses.

Des actions réactives individuelles

37Dans les marais de Bourges, l’alimentation en eau des plantes cultivées est manuelle ou automatisée avec un système de goutte-à-goutte. L’eau est essentiellement prélevée dans les coulants, ou est issue des précipitations et stockée. L’ensemble des pratiques d’arrosage relève plus des pratiques horticoles qu’agricoles. Or, la disparition de l’eau dans les coulants lors des sécheresses ainsi que le manque d’eau perçu conduisent les jardiniers-maraîchers à modifier leurs pratiques.

38La première réponse est une forme de rationalisation de l’arrosage destinée à limiter les volumes prélevés et ensuite consommés. Une partie de répondants maraîchers et jardiniers déclare même réagir aux effets des sécheresses en arrêtant momentanément l’arrosage quitte à perdre les récoltes. Une autre solution consiste en une modification du système technique avec l’utilisation croissante du goutte-à-goutte à l’échelle des plates-bandes et des parcelles. L’objectif est alors de réduire les apports en eau au strict minimum pour la plante. On peut également mentionner la modification des heures d’arrosage pour limiter l’évaporation.

39Une autre pratique consiste en une sécurisation de la ressource en eau grâce à un stockage préalable de l’eau (figure 6), ou à la modification de la source d’approvisionnement (précipitations) comme l’explique ce jardinier : « Bon il faut mettre l’eau de l’autre côté dans des grands fûts au cas où il n’y a pas de l’eau pour la réutiliser, en cas de carence » (ID_26), ou cette autre personne qui explique qu’à ce jour elle ne fait pas grand-chose, « si ça arrive je verrai avec les anciens qui pourront m’aider. Actuellement pour les cultures on remplit des bidons d’eau et puis c’est tout » (ID_12). Il s’agit alors d’accroitre la disponibilité de la ressource (figure 6).

Figure 6 - Les systèmes de stockage de l’eau fleurissent dans les marais de Bourges. Ici un marais équipé de 3 bidons (Houedi, 2022).

Figure 6 - Les systèmes de stockage de l’eau fleurissent dans les marais de Bourges. Ici un marais équipé de 3 bidons (Houedi, 2022).

40Les pratiques culturales évoluent également. Le paillage est employé afin de limiter l’évaporation dans les sols. L’utilisation de plantes moins gourmandes en eau est également mentionnée comme une solution, comme chez ce maraîcher : « Hormis les plantations je ne fais pas grand-chose sur ma parcelle » (ID_28). On note aussi une adaptation des périodes de semis, suivant des pratiques anciennes et d’autres revenues à la mode, tel qu’expliqué par une des personnes interrogées « …on a un calendrier agricole on s’adapte selon la saison selon la météo ; il suit un peu le calendrier de la lune, la nature » (ID_22). Pour un autre, « [I]il faudrait moins arroser déjà et puis il faut désherber intelligemment, vous pouvez couper les orties mais pas tout arracher » (ID_7). Ces adaptations techniques et agronomiques sont mises en place à l’échelle des parcelles et leur emploi varie selon les répondants en fonction de la localisation de la parcelle en période de sécheresse et donc d’accès à l’eau en période de sécheresse (marais du Haut ou du Bas), en fonction des plantes cultivées, de l’expérience et des conseils reçus, et enfin en fonction des types savoir-faire mobilisés (permaculture, pratiques conventionnelles…).

41La perception de l’urgence fluctue d’une personne à une autre. Si la plupart des discours recueillis témoignent d’une absence d’urgence et d’une multitude de mesures prises petit à petit, d’autres – moins nombreux – évoquent une inertie dommageable et doutent d’une véritable capacité collective des acteurs des marais à anticiper les effets à venir du changement climatique et des sécheresses. Ces jardiniers-maraîchers, qui sont soit investis dans les associations ou l’ont été, sont aussi les plus critiques vis-à-vis de la gestion actuelle des marais et déplorent, comme dans le cas des sécheresses, l’absence de collégialité de la gestion.

« Bon, en termes de prévention, on n’est pas au top. On va se trouver dans des problèmes et là on va chercher à trouver des solutions. Ici à mon avis personne ne s’inquiète. On dit cette année c’était un peu sec et c’est tout. Et on reste dans le déni, on reste dans notre petit confort, et on fait croire aux autres qu’ils ne peuvent rien y faire donc attendons » (ID_5).

42D’autres jardiniers-maraîchers expliquent qu’il est impossible d’anticiper et donc de construire une stratégie d’adaptation a priori, car les changements sont très incertains dans leur ampleur, leur intensité. Les usagers des marais et en particulier les jardiniers-maraîchers s’adaptent donc au fil de l’eau, voire a posteriori.

« Il n’y a pas de mesures d’adaptation à ces changements, on fait en fonction de ce que l’on voit. Voilà pourquoi nous avons des salades d’été et de la salade d'hiver. Les changements ces derniers temps ralentissent tout. On ne peut pas anticiper ces changements parce qu’on ne sait pas ce qui viendra après. On se contente du temps qu’il fait et on essaie de semer par saison selon la température » (ID_14).

43Dans un certain nombre de cas, l’adaptation relève plutôt d’un mécanisme classique d’ajustement du jardinier à la météorologie, au temps qu’il fait, que d’une véritable anticipation des évolutions climatiques. Cette personne rencontrée ne dit pas autre chose concernant le trop plein d’eau, « Il n’y a aucune technique d’adaptation contre la montée des eaux, ramené de la terre. On s’adapte à la météo » (ID_18).

Un premier pas vers l’adaptation ?

44Les résultats présentés dressent un premier bilan et appellent plusieurs remarques sur l’adaptation des jardiniers-maraîchers aux sécheresses. Premièrement, aucun jardinier-maraîcher rencontré ne mentionne de mesure(s) prise(s) à une échelle collective. L’ensemble des mesures relèvent d’une gestion individuelle et à la parcelle du risque de manque d’eau, qu’ils soient locataires ou propriétaires. Pourtant, les maraîchers-jardiniers rencontrés font un même constat : des changements sont bel et bien à l’œuvre dans les marais. Cependant, ce constat partagé ne se traduit par aucun engagement collectif qui pourrait constituer un cadre propice à l’ajustement ou à l’adaptation des pratiques face aux sécheresses.

45Il n’existe pas de stratégie collective, mais bien plutôt une somme de mesures individuelles réactives qui peinent à s’inscrire dans un cadre global de l’adaptation de manière complémentaire et planifiée. Ces ajustements visent le maintien des activités mais paradoxalement ne permettent pas de conserver l’essence et l’intégrité du système, ici le marais maraîcher dans sa configuration actuelle, car les assecs sont devenus réguliers. Sans être véritablement dans une posture de passivité, les usagers attendent néanmoins de voir ce qui va se passer. L’adaptation transformationnelle et proactive (IPCC, 2022), qui anticipe et transforme le socio-écosystème dans sa globalité, n’est pas à l’ordre du jour dans les marais. Ceci dit, les événements comme les assecs sont récents ce qui peut constituer un frein à la saisie de leur portée.

46Enfin, les dysfonctionnements de l’infrastructure et les défauts de gestion et d’entretien apparaissent ici comme des leviers paradoxaux dans l’enjeu de l’adaptation. En effet, de nombreux jardiniers-maraîchers et usagers demandent que soient réparés les ouvrages afin de résoudre le manque d’eau. Une personne rencontrée le dit sans détour : « Pour prévenir ces changements, il faut régulariser l’eau en amont, nettoyer les coulants, refaire les digues, la remise en état de toutes ses infrastructures. Réguler les cours d’eau pour éviter les variations du niveau de l’eau » (ID_19). Toutefois, faire reposer principalement la résolution des sécheresses et des assecs sur la réparation des infrastructures et sur la restauration d’un entretien traditionnel des marais s’avère sans doute insuffisant, sans compter que cela obère d’autres pistes de réflexion sur la transformation des marais via une planification de l’adaptation. D’un autre côté, c’est bien autour du mauvais état de l’infrastructure qu’une dynamique collective émerge, absente sur le thème de l’adaptation des pratiques des jardiniers-maraîchers.

Conclusion

47La vulnérabilité est plurielle dans les marais de Bourges. Les sécheresses sont des événements qui contribuent à mettre en lumière des préoccupations antérieures et actuelles qui étaient jusqu'alors présentes à bas-bruit. Celles-ci ressurgissent comme des problèmes collectifs à l’aune de ces événements hydro-climatiques. Les difficultés à cohabiter avec les usages citadins, à entretenir le système hydraulique, à maintenir un parcellaire ouvert dédié aux productions légumières constituent des fragilités qui sont réactivées et réactualisées à l’aune d’une fragilité nouvelle, celle engendrée par les sécheresses et encore peu saisie comme telle. De fait, le caractère profondément aménagé et contrôlé de cet espace apparaît comme un obstacle à l’appréhension des fragilités nouvelles. Les réponses techniques appelées par les usagers de leurs vœux illustrent d’une certaine manière la continuité de l’emprise humaine. La zone humide ne peut pas être pensée autrement que comme un symbole de la maîtrise des communautés locales sur ce fond de vallée, une maîtrise qui a contribué à en construire sa valeur, reconnue par le classement de 2003.

48Les marais de Bourges sont ainsi à la croisée des chemins tant sur le plan des pratiques que de la gestion de la zone humide pour répondre aux enjeux contemporains. Espace aux vulnérabilités socio-économiques et environnementales entremêlées et soudainement remises en évidence à l’aune des sécheresses, il fait l’objet d’attachements forts à la mémoire maraîchère légitimant la conservation en l’état des paysages maraîchers classés. Si le processus d’adaptation aux sécheresses est enclenché chez certains usagers maraîchers et jardiniers, les acteurs rencontrés réagissent pour l’instant de manière dispersée en se concentrant sur des mesures réactives, et à l’échelle individuelle. Ces résultats documentent les premières réactions post-sécheresse des acteurs, sans qu’il soit possible de présager de la suite du processus. Les précautions sont donc de mise, l’analyse n’éclairant le processus qu’à un instant t au travers d’indices recueillis.

49Ces résultats ouvrent toutefois deux réflexions conjointes, la première liée aux rythmes de l’adaptation aux événements hydro-climatiques et plus globalement au changement climatique. L’adaptation des populations est intrinsèquement liée aux cultures, aux économies, aux sociabilités et aux environnements dans lesquelles elles vivent. Les processus d’adaptation s’inscrivent ainsi dans des rythmes différents au niveau spatial et temporel (La Jeunesse & Quevauviller, 2015 ; Adger et al., 2005). Sans compter que les stratégies individuelles et collectives d’adaptation sont bien dynamiques et provisoires (Laville, 2017). Dans le cas des marais de Bourges, il reste donc difficile d’évaluer « l’état d’avancement » de l’adaptation aux sécheresses. Une deuxième réflexion éminemment liée à la première est celle du positionnement réflexif des chercheurs et chercheuses qui étudient les réponses des sociétés à des événements hydro-climatiques en cours et par conséquent sur lesquels le recul temporel et analytique reste mince. Il semble bien que la posture soit celle de la précaution et de la modestie face à des événements et des faits sociaux dont la portée reste parfois difficile à évaluer.

50Enfin, si localement les acteurs esquissent des mesures et des mobilisations qui peinent encore à faire advenir une communauté, l’accélération de la planification territoriale sur les changements climatiques (études menées dans le cadre du SAGE Yèvre-Auron) et la publication récente de plans nationaux dédiés à la préservation des écosystèmes et des ressources (4e Plan national d’action en faveur des zones humides, Plan Eau 2023…) constituent un cadre opportun pour les acteurs des marais pour définir des stratégies collectives à l'échelle locale et ainsi sauvegarder les marais.

Haut de page

Bibliographie

Adger W.N. (2001). Scales of governance and environmental justice for adaptation and mitigation of climate change. Journal of International Development, 13(7), p. 921-931, doi : 10.1002/jid.833

Adger W.N., Arnett N. et Tompkins E. (2005). Successful adaptation to climate change across scales. Global Environmental Change, 15, p.77-86

Barnaud G. et Fustec E. (2007). Conserver les zones humides : pourquoi ? Comment ? Versailles, Ed Quae, EducAgri Editions, 230 p.

Beck C., Bridault A., Dournel S., Gregoire F., Marinval M-C, Sajaloli B., Valette Ph. (2023). “L’état de référence. Un mythe écologique à déconstruire pour initier une gestion participative des zones humides ?”. In Valette Ph. (dir.), Géohistoire des zones humides d’ici et d’ailleurs, Regards croisés sur des trajectoires d’artificialisation et de conservation. Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, p. 167-185.

Bertrand F. et Richard E. (2015). La délicate existence locale de l’adaptation aux changements climatiques : avec, sans, ou à côté de l’atténuation, Développement durable & territoires, 6(3). https://doi.org/10.4000/developpementdurable.11048. DOI : 10.4000/developpementdurable.11048

Camuzat F. (2016). Les marais de l’Yèvre du Langis et de la Voiselle de Bourges : du marécage aux marais classés, une aventure humaine. Joué-les-Tours, Editions La Simarre, 226 p.

Carré C. et Sajaloli B. (2016). “Les territoires urbains de l’eau. Entre délaissement et consécration, la réversibilité des marges en question”. In Grésillon E., Alexandre F., Sajaloli B., La France des marges. Paris, Armand Colin, coll. Horizon Histoire-Géographie, p. 248-264.

CEREMA (2015). Intégrer les milieux humides dans l’aménagement urbain. Des valeurs à partager sur le territoire. Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, 17 p. https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/CEREMA_Publication_Integrer-milieux-humides-dans-amenagement-urbain.pdf

Chaton R. (1984). Marais et moulins de Bourges. La Charité-sur-Loire, Editions Delayance, 133 p.

Chéron Y. (1999). Les marais de Bourges, un jardin dans la ville. Zones Humides Infos, 23, p. 6-7.

Commissariat Général Au Développement Durable (2021). Les effets potentiels et perçus du changement climatique, 8 p. https://www.notre-environnement.gouv.fr/rapport-sur-l-etat-de-l-environnement/themes-ree/milieux-et-territoires-a-enjeux/zones-humides/evaluation-nationale-des-sites-humides-emblematiques-2010-2020/article/les-effets-potentiels-et-percus-du-changement-climatique?lienretour=https%253A%252F%252Fnotre-environnement.gouv.fr%252Frecherche%253Frecherche%253D%252A%2526amp%253Bdebut_json%253D4320&lien-ressource=recherche

Direction Départementale des Territoires du Cher (2022). Changement climatique dans le Cher Impacts, atténuation et adaptation. Partie 2 Diagnostic climatique. Juin 2022.

Donadieu P. (dir.) (1996). Paysages de marais. Paris, Ed. J-P. de Monza, 200 p.

Donadieu P. (1999). Des marais dans la ville. Zones Humides Infos, 23, p. 2-5.

Dournel S. et Sajaloli B. (2012). Les milieux fluviaux et humides en ville, du déni à la reconnaissance de paysages urbains historiques. Urban History Review/Revue d’Histoire Urbaine, 42(2), p. 5-21. [en ligne], disponible sur URL : http://urbanhistoryreview.ca/octobre2012french.html, https://hal-univ-orleans.archives-ouvertes.fr/hal-01017121

Dournel S., Franchomme M. et Sajaloli B. (2011). “Géohistoire d’une résurgence d’eaux troubles : les zones humides urbaines et les cités fluviales du Nord de la France (début XIXe-fin XXe s.)”. 3ème Colloque international du Groupe d’Histoire des Zones Humides « Zones humides et villes d’hier et d’aujourd’hui : des premières cités aux fronts d’eau contemporains », Université de Valenciennes et du Haut Cambrésis, 25-27 mars 2010, Revue du Nord, 26, Hors-série collection Histoire.

Erwin K.L. (2009). Wetlands and global climate change: the role of wetland restoration in a changing world. Wetlands Ecology and Management, 17, p. 71-84.

Fournier P. (2007). La ville au milieu des marais aux XVIIe et XVIIIe siècles. Discours théoriques et pratiques de l’espace. Histoire urbaine, 18, p. 23-40.

Frère S., Marega O., Hellequin A.P., Flanquart H., Calvo-Mendieta I., Berry B., Cornet S. (2020). Individual responsability and climate action: some lessons from a perception survey administered in Hauts-de-France. International Journal of Environmental Studies, 78(1), p. 28-56. https://doi.org/10.1080/00207233.2020.1802941

GIS-Climat (2013). La question climatique : savoirs, représentations, discours. Actes des ateliers de mars et novembre 2013, Représentations individuelles et collectives du changement climatique : perspectives interdisciplinaires, connaissances, croyances et représentations dans la compréhension des questions climatiques, 40 p.

Grésillon É., Cohen M., Lefour J., Goeldner L., Simon L. (2012). Les trames vertes et bleues habitantes : un cheminement entre pratiques et représentations. L’exemple de la ville de Paris (France). Développement durable et territoires, 3(3), mis en ligne le 06 décembre 2012, consulté le 13 juillet 2023. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/9470; DOI : https://doi.org/10.4000/developpementdurable.9470

Haut conseil pour le climat (2021). Renforcer l’atténuation. Engager l’adaptation. Rapport annuel, juin, 184 p.

Haut conseil pour le climat (2023). Acter l’urgence, engager les moyens. Rapport annuel, 200 p. https://www.hautconseilclimat.fr/wp-content/uploads/2023/06/HCC_RA_2023-web-opti-1.pdf

Institut d’Aménagement et d’Urbanisme (IAU) de l’Île de France (2011). La multifonctionnalité des trames verte et bleue en zones urbaines et périurbaines. Synthèse bibliographique, 178 p. https://www.institutparisregion.fr/fileadmin/NewEtudes/Etude_900/La_multifonctionnalite_des_trames_verte_et_bleue_en_zones_urbaines_et_periurbaines.pdf

Laville B. (2017). “L’adaptation entre stress climatique et accommodation aux nouvelles conditions du climat”. In Euzen A., Laville B., Thiebault S. (dir.). L’adaptation au changement climatique, une question de société. Paris, CNRS Editions, p. 27-35.

La Jeunesse I. et Quevauviller P. (2015). Changement climatique et cycle de l'eau : impacts, adaptation, législation et avancées scientifiques. Cachan, Editions Lavoisier, 236 p.

Maltby E. (2009). “The Changing Wetland Paradigm”. In Maltby E. et Barker T. (eds). The Wetlands Handbook. Wiley-Blackwell Editions, p. 3-42.

MacKee T.B., Doesken N.J. et Kleist J. (1993). The relationship of drought frequency and duration to time scales. Preprints. Eighth Conf. on Applied Climatology. Anaheim, CA, Amer. Meteor. Soc., p. 179-184.

MacKee T.B., Doesken N.J. et Kleist J. (1995). Drought monitoring with multiple time scales. Proceedings of the Ninth Conference on Applied Climatology, p. 233-236.

Marega O., Frère S., Hellequin A.P., Calvo-Mendieta I., Flanquart H., Berry B., Cornet S. (2019). Contribution à l’étude des barrières et des leviers d’action face au changement climatique. VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], 19(2). https://doi.org/10.4000/vertigo.26117

Michel-Guillou E. (2014). La représentation sociale du changement climatique : enquête dans le sens commun, auprès de gestionnaires de l'eau. Les cahiers internationaux de psychologie sociale, 104(4), p. 647-669.

Michel-Guillou E., Richard I. et Weiss K. (2017). Évaluation locale d’un problème global : la représentation sociale du changement climatique en France et au Groenland. Bulletin de psychologie, 548(2), p. 117-129. doi : 10.3917/bupsy.548.0117

Sajaloli B. (1999). Le marais urbain : un laboratoire environnemental ? Zones Humides Infos, 24, p. 16-17.

Sajaloli B., Beck C., Marinval M.-C., Gregoire F., Dournel S. (2022). “Les zones humides européennes, un laboratoire pour écrire l’histoire environnementale au XXIe siècle”. In Frioux S. et Bécot R. (eds), Écrire l’histoire environnementale au XXIe siècles. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 45-62.

Sajaloli B., Le Calvez C. et Marega O. (2024). Les zones humides du Nord et des Suds face au changement climatique. Zones humides Infos, 105, Société Nationale de Protection de la Nature, 32 p.

Van Gameren V., Weikmans R. et Zaccai E. (2014). L'adaptation au changement climatique. Paris, Editions La Découverte, 123 p.

Zones Humides Infos (2008). Zones humides et changement climatique. 59-60, 32 p. https://www.snpn.com/wp-content/uploads/2016/08/ZHI-59-60-changement-climatique-web.pdf

Haut de page

Notes

1 L’étude des marais de Bourges a été menée entre 2021 et 2023 dans le cadre du programme de recherche-action BOUDIOU « D’une sécheresse à l’autre. Les marais urbains de Diourbel (Sénégal) et de Bourges (Cher, France) face au changement climatique. Diagnostic scientifique, recherche de solutions adaptatives et mobilisation citoyenne ». Le programme BOUDIOU a été financé par la Région Centre-Val de Loire, la mairie de Bourges et l’association Saibatou Espoir.

2 Nous reprendrons cette appellation simplifiée dans la suite du propos.

3 Si, sémantiquement, le maraichage est lié à une production commercialisée de légumes, aujourd’hui disparue, l’inertie culturelle et l’identité même des usagers confortent l’emploi de ce terme alors même que celui de jardinage, en développement dans les parcelles de loisir, serait plus adéquat.

4 Décret du 24 juillet 2003 portant classement d’un site.

5 La formule de calcul de cet indice se résume ainsi : SPI = (Xi - Xm) / Si où Xi est le cumul de la pluie pour une année i ; Xm et Si, sont respectivement la moyenne et l'écart type des pluies annuelles observées pour une série donnée (McKee et al 1993, 1995).

6 Plus ancienne date de la série de données obtenue et traitée dans cette étude.

7 Initialement destiné à être réalisé selon la méthode du face-à-face, le choix d’une passation à distance a finalement été retenu en raison de la crise de la Covid-19 de 2020-2021. Les sites internet de la ville et de l’agglomération ont relayé le questionnaire, et celui-ci a été mis en ligne sur les réseaux sociaux et via les partenaires du projet.

8 Lorsque les coulants sont totalement à sec, le passage à pied est rendu dangereux par la vase accumulée. Lorsqu’il reste un très faible niveau d’eau, les barques ne peuvent pas circuler.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Les marais urbains de l’Yèvre et de la Voiselle à Bourges (Marega, 2023).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 2 - Les principaux groupes d’acteurs des marais de Bourges
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Tableau 1 - Valeurs de l’indice SPI (McKee et al., 1993).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7672/img-3.png
Fichier image/png, 11k
Titre Figure 3 - Indice Standardisé des Précipitations entre 1962 et 2021 à Bourges (Marega, 2023).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7672/img-4.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 4 - En haut à gauche : L’Yèvre qui permet de circuler pour accéder aux parcelles des marais du Haut. En arrière-plan, une parcelle arborée qui témoigne de l’enfrichement (Sajaloli, 2022). En haut à droite : vue sur les parcelles cultivées des marais du Bas. En arrière-plan on devine le toit de la cathédrale de Bourges (Sajaloli, 2022).
Légende En bas à gauche : tous les espaces ne sont pas accessibles. Certains chemins sont réservés aux propriétaires et locataires des parcelles de marais (Le Calvez, 2022). En bas à droite : la pratique du sport est localisée sur les principaux chemins qui sont facilement accessibles à pied. Ici des joggeurs le long de la Voiselle (Le Calvez, 2020).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7672/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Titre Figure 5 - Les effets de la sécheresse dans les marais de Bourges selon les répondants à l’enquête par questionnaire de 2021 (n = 232). Les répondants pouvaient cocher plusieurs modalités.
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7672/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Figure 6 - Les systèmes de stockage de l’eau fleurissent dans les marais de Bourges. Ici un marais équipé de 3 bidons (Houedi, 2022).
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/7672/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Le Calvez, Oumar Marega et Bertrand Sajaloli, « S’adapter pour préserver les marais de Bourges ? Une zone humide urbaine à la croisée des changements socio-environnementaux »Dynamiques environnementales, 51 | 2023, 1-26.

Référence électronique

Caroline Le Calvez, Oumar Marega et Bertrand Sajaloli, « S’adapter pour préserver les marais de Bourges ? Une zone humide urbaine à la croisée des changements socio-environnementaux »Dynamiques environnementales [En ligne], 51 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/7672 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dynenviron.7672

Haut de page

Auteurs

Caroline Le Calvez

Laboratoire CEDETE, Université d’Orléans

Articles du même auteur

Oumar Marega

Laboratoire CEDETE, Université d’Orléans

Bertrand Sajaloli

Laboratoire CEDETE, Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search