Navigation – Plan du site

Le géopatrimoine de l’île de São Nicolau (Cap-Vert). Inventaire et stratégie de valorisation

The Geoheritage of the island of São Nicolau (Cape Verde). Inventory and valuation strategy
O Geoheritage da ilha de São Nicolau (Cabo Verde). Estratégia de inventário e avaliação
Belmira Goth, Lúcio Cunha et Anabela Ramos
p. 114-129

Résumés

Cet article a pour objectif de faire connaître l’inventaire des sites géo-patrimoniaux, réalisé sur l’île de São Nicolau (Cap-Vert) de façon à les valoriser selon une stratégie géo-touristique. La méthodologie inhérente au procédé de localisation, d’inventorisation et d’évaluation du géopatrimoine sur l’île, objet de notre étude, a suivi les propositions de la ProGeo, plus ou moins modifiées et adaptées en raison des caractéristiques insulaires du territoire. Treize géosites répartis sur l’île ont été inventoriés, y compris une Zone Protégée : en effet, ils présentent des éléments d’intérêt scientifique (structural, formes littorales, formes volcaniques, ressources minérales) culturel et didactique ; par ailleurs ils se distinguent par leur rareté, par leur diversité paysagères et par d’autres caractéristiques que l’on peut y trouver. Le pays possède une grande richesse de sites naturels qui se traduit par un précieux patrimoine géologique et géomorphologique. Le lien entre les éléments du géopatrimoine et d’autres qui lui sont associés tels, le patrimoine biologique, le paysage et la culture, reflète les valeurs territoriales et la manière dont ils peuvent être conservés et valorisés.

Haut de page

Notes de l’auteur

Entre le moment où nous écrivons ce texte et sa publication, deux démonstrations montrent que le contexte des risques naturels est très complexe au Cap-Vert. En effet, ces deux dernières années, il y avait des événements de risque volcanique et risque biologique avec des conséquences environnementales, économiques et sociales très graves pour la population du Cap-Vert. L’éruption du volcan de l’île Fogo (23 Novembre 2014-7 Février 2015) a eu un fort impact, avec la destruction totale de deux villages, en laissant environ un millier de personnes sans-abri, détruisant des routes, la couverture superficielle des terres fertiles (matériaux volcaniques), les maladies de la peau et respiratoires (exposition et inhalation des gaz), la perturbation du trafic aérien (annulation de certains vols intérieurs en raison du manque de visibilité). En termes de risque biologique, la ville de Praia et d’autres villes qui avaient été touchées par les flambées de dengue/paludisme, en 2009, ont été affectées en 2016 par une vague de virus zika, à la suite de la prolifération des moustiques lié au manque de bonnes installations sanitaires, avec au moins 15 cas de bébés nés avec microcéphalie.

Texte intégral

Ce travail a été financé par le CEGOT, Fonds du Gouvernement portugais par le biais de la FCT – Fondation pour les Sciences et la Technologie, Feder e Compete, 2020.

Introduction et objectifs

1Dans de nombreux cas, certains éléments naturels, de par leur signification scientifique, didactique, esthétique, symbolique et culturelle, peuvent être considérés comme des valeurs patrimoniales. Dans cette perspective, le Cap-Vert a suscité notre intérêt afin de mieux connaître le précieux patrimoine naturel abiotique (géopatrimoine), et tout particulièrement celui de l’île São Nicolau, pour lequel nous proposons une méthode d’étude, ainsi qu’un inventaire des éléments géopatrimoniaux.

2Cette étude a pour but d’atteindre plusieurs objectifs :

  • Analyser la géologie et la géomorphologie du Cap-Vert, avec une attention toute particulière pour l’île qui est l’objet de notre étude ;

  • Inventorier et évaluer les éléments géopatrimoniaux de façon à contribuer à l’implantation d’une stratégie de géoconservation sur la base de modèles de sériation ;

  • Appliquer la stratégie de géoconservation de façon à garantir une gestion durable des ressources géologiques et géomorphologiques ;

  • Valoriser et promouvoir le géopatrimoine, de façon à ce que les décideurs locaux, ainsi que le public, puissent reconnaître ses valeurs.

Vue de la vallée de Ribeira Brava sur l’île de São Nicolau

Vue de la vallée de Ribeira Brava sur l’île de São Nicolau

Cliché : Christof46, 2016, Wikimedia commons

Localisation et caractérisation de la zone étudiée

3L’île de São Nicolau s’insère dans le groupe Barlavento de l’archipel du Cap-Vert, l’orientation générale de cette île est nord-est sud-ouest (NW-SE), elle se situe entre les parallèles 16º 28’ N” et 16° 40’ 41” N et les méridiens 24° 00’ 47” et 24° 25’ 57” W, elle occupe une superficie d’environ 343 km2 et atteint son point culminant à 1 312 m d’altitude au-dessus du niveau moyen de la mer, à Monte Gordo (Macedo et al., 1988) (figure 1).

Figure 1 : L’île de São Nicolau et l’archipel du Cap-Vert

Figure 1 : L’île de São Nicolau et l’archipel du Cap-Vert

4Sa configuration est très différente des autres îles ; nous pouvons distinguer deux parties divisées par la faille du Campo da Preguiça. La partie la plus large correspond au corps de l’île, à l’ouest, qui s’oppose à l’autre partie, plus effilée, à l’ouest, sous forme d’une queue.

5Du point de vue géologique, l’île de São Nicolau ainsi que les autres îles constituent l’archipel du Cap-Vert qui est d’origine volcanique. En particulier, cette île est constituée de couches basaltiques désignées par « série basaltique » entremêlées de pyroclastes, de brèches, de conglomérats, de lapilli, de tufs et de scories (Bacelar, 1932, p. 99). Les matériaux pyroclastiques se répartissent principalement sur les périphéries du massif volcanique montagneux du Monto Gordo et sur l’ensemble de l’île, surtout sur les versants où apparaissent aussi des dépôts calcaires fossilifères tertiaires, d’un grand intérêt du point de vue stratigraphique.

6En termes géomorphologiques, il convient de mettre en relief deux massifs montagneux imposants qui dominent la partie centrale : le Monto Gordo de 1 312 m d’altitude et le Alto das Cabaças, de 656 m d’altitude s’alignant d’est en ouest. Les reliefs les plus accentués ont parfois des versants avec une inclinaison supérieure à 40º, donc abruptes, certains sous forme d’amphithéâtre (Monteiro et Cunha, 2011) assez significatifs pour l’île du point de vue orographique.

7Les cours d’eau qui ont peu d’affluents, forment de larges vallées, généralement profondes. Ces cours d’eau à caractère torrentiel et temporaire, ainsi que ces larges vallées aux fréquents dépôts alluviaux grossiers rendent difficile leur utilisation pour la pratique de l’agriculture.

8Le climat de l’archipel du Cap-vert est influencé par la position de l’anticyclone des Açores et par la convergence intertropicale (CIT), qui déterminent la dynamique du climat des îles (Ribeiro, 1960, p. 49-50). São Nicolau bénéficie d’un climat doux qui n’est pas très différent de celui du pays (Ribeiro, 1960, p. 49-50). La température est clémente, pouvant atteindre des valeurs maximales mensuelles de 26 à 27º C. En règle générale, ce sont l’alizé du NE, caractérisé par un temps sec, et la mousson, durant une courte période à la fin de l’été (de juillet à octobre), qui dominent : leur arrivée sur l’archipel peut provoquer de violentes pluies.

Approche conceptuelle et méthodologique

9L’inventaire des éléments géopatrimoniaux a fait l’objet d’une étude de la bibliographie, portant sur les thématiques à caractère scientifique, aussi bien au niveau national qu’international, qui abordent des thèmes associés au géopatrimoine.

10Donc, tout d’abord, nous mettons en évidence les travaux de Brilha (2005) sur le territoire portugais, de Joyce (2010) avec l’inventaire des géosites sur le territoire australien, et de Gomez et al. (2010) sur la Serra Nevada, en Espagne.

11En ce qui concerne l’Archipel du Cap-Vert, Landim (2013) a présenté à l’Université de Évora un mémoire de Master sur le thème « Serra da Malagueta (Santiago Cabo Verde) : Stratégie de Conservation et Valorisation du Patrimoine Historique et Culturel ». Pour la même île, un travail de Pereira (2010) a aussi été présenté : « la conceptualisation d’une stratégie de géoconservation pour le Cap-Vert et son application sur l’île de Santiago. » Sur la même thématique, concernant l’Île do Fogo, nous mettons en évidence les travaux de Alfama (2007) sur « L’inventaire, la caractérisation et la proposition de valorisation du patrimoine géologique de l’île do Fogo » et ceux de Pereira et Alfama sur « Patrimoine Géologique de l’Île de Santiago et de l’île de Fogo (Cap-Vert) ». Enfin, Victória (2008) a traité, lui, « Le rôle des géosciences et la place de la géologie au Cap Vert », thème dans lequel il a abordé également certaines questions concernant le géopatrimoine cap-verdien.

12Au cours du premier Congrès de Développement Régional au Cap-Vert, Pereira et al. (2009) ont fait une proposition pour la « Compréhension du Patrimoine Géologique et de la Géoconservation dans la Conservation de la Nature au Cap-Vert ».

13En ce qui concerne l’île de São Nicolau, l’étude bibliographique a consisté en la consultation de « Géologie de l’Archipel du Cap-Vert » de Bebiano (1932), de l’étude des « Sols de l’île de São Nicolau » de Nunes (1962), de « L’étude des précipitations sur São Nicolau » de Olivry (1981) ainsi que du travail de Monteiro et Cunha (2009) sur les « Tempêtes de septembre sur l’île de São Nicolau ».

Méthodologie appliquée

14La méthodologie inhérente au procédé d’inventaire et d’évaluation du géopatrimoine concernant l’île, objet de notre étude, inclut des recherches bibliographiques liées au géopatrimoine, un travail sur le terrain et l’élaboration d’une cartographie appliquant la méthodologie développée par Bilha (2005), qui correspond aussi à la proposition de ProGeo (2012), plus ou moins modifiée pour des questions d’adaptation aux caractéristiques insulaires du territoire.

15Le travail sur le terrain s’est concentré sur la sélection de géosites qui ont un intérêt patrimonial, telles la reconnaissance géologique et géomorphologique, ainsi que d’autres éléments qui s’articulent entre eux sur place. La sélection a été réalisée d’après une fiche d’évaluation dont les résultats ont été adaptés au cas par cas, selon les illustrations photographiques et cartographiques. Treize géosites répartis sur l’île ont été identifiés, y compris une zone protégée, le Parc Naturel de Monto Gordo (figure 2).

16L’évaluation a consisté au calcul de la valeur que chaque géosite représente selon les critères utilisés, de façon à établir des priorités de sélection de ces mêmes géosites que nous prétendons conserver et valoriser. Par conséquent, nous avons pris en compte les critères suivants :

A- Critères scientifiques intrinsèques au géosite

17A.1- Abondance/rareté

18A.2- Extension en m2

19A.3- Degré de connaissance scientifique

20A.4- Utilité comme modèle pour l’illustration des processus géologiques

21A.5- Diversité des éléments d’intérêt

22A.6- Site local

23A.7- Association avec des éléments de nature culturelle

24A.8- Association avec des éléments du milieu naturel

25A.9- État de conservation

B- Critères liés à l’utilisation potentielle des géosites

26B.1- Possibilité de réaliser des activités (scientifiques, pédagogiques, touristiques, récréatives)

27B.2- Conditions d’observation

28B.3- Possibilités de collecte d’objets géologiques

29B.4- Accessibilité

30B.5- Proximité d’habitations

31B.6- Nombre d’habitants

32B.7- Conditions socioéconomiques

C- Critères concernant la nécessité de protection des géosites

33C.1- Menaces actuelles

34C.2- Situation actuelle ou légale.

35C.3- Intérêt pour l’exploitation minière

36C.4- Valeur des terrains (euros/m2)

37C.5- Régime de propriété

38C.6- Fragilités

Le parc naturel de Monte Gordo

Le parc naturel de Monte Gordo

Debaixo da Rocha, Tarrafal

Debaixo da Rocha, Tarrafal

Résultats

39D’après nous, les treize géosites présentés reflètent le potentiel géopatrimonial de l’île de São Nicolau (figure 2). Sa présentation est le résultat de l’application de différentes phases de la méthodologie suivante.

Inventaire et caractérisation

40La caractérisation de chacun des géosites est liée à sa valeur scientifique et esthétique, au besoin de protection, à son utilisation et à son potentiel. Ils se distinguent aussi par la variété des formations géologiques ou formes de relief, pour ce qu’ils représentent en termes de ressources minérales, parmi d’autres valeurs qui s’y articulent.

41Chaque géosite, selon ses caractéristiques, peut présenter un ou plusieurs éléments d’intérêt scientifique (structurel, stratigraphique, formes littorales et volcaniques, fajãs, ressources minérales...), d’intérêt culturel et didactique. Ces sites remarquables se caractérisent également par la rareté, la diversité paysagère et d’autres éléments qui s’articulent entre eux (tableau 1).

Tableau 1 : Principales caractéristiques des sites du géopatrimoine inventoriés

Tableau 1 : Principales caractéristiques des sites du géopatrimoine inventoriés

Carberim, Tarrafal

Carberim, Tarrafal

Évaluation

42Après l’étape de l’inventaire des éléments identifiés, les géosites ont fait l’objet d’une évaluation selon des indices quantitatifs.

43Cette évaluation tente de mesurer la valeur de chaque géosite pour chacun des critères utilisés. Le résultat de l’évaluation nous permet d’établir des priorités dans le choix des géosites, selon leur intérêt patrimonial et avec les stratégies de géoconservation que nous voulons établir.

44La définition des critères ou des modèles d’évaluation des éléments patrimoniaux a fait l’objet d’une analyse très discutée faite par plusieurs chercheurs. Ainsi, plusieurs propositions de nouvelles méthodologies font surface afin de réduire la subjectivité associée à cette méthode d’évaluation. Dans ce travail mené sur l’île de São Nicolau, nous avons opté pour une adaptation des critères définis par Brilha (2005) aux caractéristiques locales, notamment la taille, le faible nombre d’habitants, les publications, les conditions économiques, etc.

45Chaque élément patrimonial proposé pour la zone étudiée est évalué sur une échelle croissante allant de 0 à 5. Compte tenu de la formule utilisée, nous considérons :

46Q - correspond à la valeur finale de la pertinence du site géologique (arrondie à une décimale) ;

47A, B et C - correspondent à la somme des résultats obtenus pour chaque ensemble de critères.

48Dans ce cas, plus la valeur de Q est élevée, plus grande est la pertinence du géosite et plus grand est le besoin d’appliquer une stratégie de géoconservation (tableau 2).

Tableau 2 : Résultats des critères d’évaluation des géosites

Tableau 2 : Résultats des critères d’évaluation des géosites

Valorisation géopatrimoniale

49On entend par valorisation géopatrimoniale, un ensemble d’actions d’information et d’interprétation qui aident le public à reconnaître la valeur des éléments du géopatrimoine. Ces actions peuvent correspondre à la réalisation de panneaux informatifs et/ou interprétatifs, qui sont placés à proximité des parcours thématiques, qui s’étendent sur différents géosites dans une région. Pour ce travail, nous avons suivi trois étapes dans la phase de diffusion et de valorisation.

50Dans la première étape, deux géosites ont été pris en compte :

  • Monte Gordo (GS 9), ayant obtenu le score le plus élevé et étant déjà reconnu comme une zone protégée et valorisée ;

  • Carbeirinho (GS 3).

51Dans une deuxième phase, nous avons pris en compte les géosites ayant obtenu des scores inférieurs à ceux de Monte Gordo et de Carbeirinho, comme c’est le cas de Monte Sentinha (GS 12) ; Fajã de Baixo (GS 11) ; Miradouro do Caminho Novo (GS 13) ; Debaixo da Rocha (GS 5) ; Forte da Preguiça (GS 7) ; Piscinas de Juncalinho (GS 6) ; Ribeira Funda (GS 1) e Carriçal (GS 8).

  • 1 Le dôme rocheux de la Praia Branca (GS 4), bien que présentant des signes importants de dégradation (...)

52Dans une troisième phase, nous avons pris en compte les géosites en attente d’une évaluation préalable de leur vulnérabilité1, tels que Praia do Barril (GS 2), Domo da Praia Branca (GS 4) et Hortelã (GS 10).

53Cette valorisation pourra aider à promouvoir des stratégies de développement du géotourisme, une activité en pleine croissance dans le monde entier (Dowling, 2010 ; Moreira, 2011) et de plus en plus importante dans les politiques et pratiques de développement local, et par conséquent, de grande utilité dans un pays insulaire et périphérique comme le Cap-Vert. Nous proposons la création d’un parcours géotouristique qui permettrait de visiter l’île et ses éléments géopatrimoniaux en deux ou trois jours.

Discussion et considérations finales

54La conservation de la nature du Cap-Vert et l’intérêt pour le thème du géopatrimoine font leur chemin au niveau scientifique grâce à des publications et des travaux de recherche effectués sur certaines îles. Les études universitaires précitées, celles d’Alfama (2007), de Pereira (2010) et de Landim (2013) en sont la preuve. Actuellement, des plans de gestion environnementale sont élaborés – certains sont déjà approuvés – pour la création de parcs naturels sur quelques îles, tels que le Parc Naturel de Monte Gordo, sur l’île de São Nicolau, le Parc Naturel de l’île de Fogo et le Parc Naturel de Serra da Malagueta sur l’île de Santiago. Avec la protection de la géodiversité présente dans ces parcs naturels, le thème du géopatrimoine commence à prendre plus d’importance.

55En août 2012, le réseau parlementaire pour l’environnement dans la lutte contre la désertification et la pauvreté – la RPALCDP –, a présenté le projet « Les 7 merveilles naturelles du Cap-Vert » afin de préserver les excellentes conditions naturelles qu’offre le pays. Pour promouvoir et diffuser le potentiel paysager du pays, l’accent a été mis sur les monuments naturels, les paysages et les lieux d’intérêt scientifique, en soulevant l’importance du patrimoine naturel et des écosystèmes. Les résultats montrent clairement l’importance du géopatrimoine de S. Nicolau ; dans la catégorie 3 – Îlots, roches, piédestaux, rochers et grottes monumentales à l’intérieur du territoire ou entourés d’eau –, le Carbeirinho l’a remporté ; et dans la catégorie 7 – paysages ou zones d’intérêt scientifique, zones protégées ou à protéger, avec ou sans végétation, zones endémiques végétales ou animales intrinsèques au Cap-Vert, belvédères naturels, vallées et bassins hydrographiques, dépôts de sédiments à des fins industrielles –, Monte Gordo en est sorti vainqueur.

56Répondant aux défis environnementaux auxquels le pays fait face, en raison de la fragilité des écosystèmes, et en tenant compte de la conjugaison de plusieurs facteurs, dont le climat et l’action anthropique, le gouvernement met en place une législation avec pour objectif la protection et la conservation des ressources naturelles. Face à la nécessité de préserver les ressources géologiques naturelles, qui sont exploitées de manière incontrôlée (Lopes, 2010, p. 54-64), compte tenu des besoins des populations, la question de l’extraction des ressources naturelles (sables, mâchefers, graviers) a pris une place plus importante au sein du gouvernement et suscite une volonté de sensibilisation de la population.

57Dans l’ordonnance nº 3/2006, le gouvernement a élaboré le deuxième plan d’action pour l’environnement (PANA II) – document d’orientation pour les interventions dans le secteur de l’environnement pour la période 2004-2014. Ce document décrit un ensemble de problèmes environnementaux impliquant les secteurs publics, privés et municipaux/gouvernementaux.

58Il met également en évidence plusieurs thèmes, notamment l’éducation environnementale et la protection de la biodiversité, avec un programme de conservation pour la biodiversité terrestre et marine.

59En 1990, la loi n° 102/90 du 29 décembre, prévoit la mise en place les bases du patrimoine culturel et naturel. En 1993, le décret-loi nº 86/93 du 26 juillet définit les bases de la politique environnementale. En 2003, le décret-loi n° 3/2003 du 24 février établit le régime juridique des zones protégées qui contribuent à la création de certains parcs naturels.

60La Constitution de la République en 1980 a déjà annoncé (dans l’article 7, alinéa k) des mesures sur la protection du paysage naturel, des ressources naturelles et de l’environnement. Cette protection se rapporte au patrimoine historique, culturel et artistique national, mettant l’accent (dans l’article 6, alinéa b) sur la souveraineté de l’ensemble du territoire englobant les eaux, la mer, ainsi que les vallées respectives et les sous-sols.

61La législation cap-verdienne révèle une forte préoccupation de la gestion des ressources naturelles, en particulier en ce qui concerne les ressources hydriques, en raison de l’irrégularité des précipitations, de l’exploitation des ressources géologiques et de l’érosion.

62Le Cap-Vert possède une grande richesse, du point de vue du géopatrimoine, souvent directement liée aux valeurs écologiques et culturelles, et qui pourra être utilisée dans la promotion et le développement de ses sites, surtout dans une perspective de géotourisme, de tourisme rural et de tourisme actif.

63Le gouvernement et les autorités municipales tentent, par le biais de la création de certaines zones protégées, de résoudre les problèmes résultant des conflits d’intérêt, notamment de l’exploitation des ressources minérales et de la fragmentation des écosystèmes.

64Il est à espérer que ce travail, identifiant, évaluant et intègrant les différents géosites dans une stratégie de protection et de valorisation, sera une contribution précieuse pour un développement économique durable d’un pays qui réunit les conditions législatives et gouvernementales suffisantes permettant une politique de conservation de la nature en interaction étroite avec un aménagement du territoire raisonné. Du point de vue du géotourisme, cela pourrait favoriser le développement stratégique, afin de préserver ces géosites, de les valoriser et de rendre les territoires qui les entourent des lieux d’intérêt pour la pratique d’activités pédagogiques, récréatives et de loisirs, avec d’innombrables avantages en termes de création de richesse et de développement local.

Cultures en terrasse dans la Vallée de Paul sur l’île de Santo Antão

Cultures en terrasse dans la Vallée de Paul sur l’île de Santo Antão

Cliché : Jean-Claude Bartout

Les salines du cratère de Pedra Lume sur l’île de Sal

Les salines du cratère de Pedra Lume sur l’île de Sal

Cliché : Marguerite Deglane, 2017

Haut de page

Bibliographie

Alfama V. I. B., (2007). Património geológico da Ilha do Fogo (Cabo Verde) : Inventariação, caraterização e proposta de valorização (Patrimoine géologique de l’île de Fogo (Cap-Vert) : Inventorisation, caractérisation et proposition de valorisation), mémoire de Master soutenu à l’Université de Minho dans le domaine du patrimoine géologique, 216 p.

Alves C. S., (2009). A importância do Ecoturismo no Património Arquitetónico de Cabo Verde, das Potencialidades à Prática (L’importance de l’écotourisme dans le patrimoine architectonique du Cap-Vert), mémoire de Master en Architecture soutenu à l’Institut Supérieur Technique de Lisbonne, Lisbonne, p. 1-149.

Brilha J., (2005). Património geológico e geoconservação : A conservação da Natureza na sua vertente geológica (Patrimoine géologique et géoconservation : la conservation de la Nature dans son domaine géologique), Viseu, Palimage editores, 190 p.

Bacelar B. J., (1932). A geologia do Arquipélago de Cabo Verde (La géologie de l’Archipel du Cap-Vert), Oficina Gráfica de Lisboa, 275 p.

Dowling R. K., (2010). Geoutourim’s global growth. Geoheritage, Springer.

Erot, (2012). Esquema Regional do Ordenamento do Território (Schéma régional d’aménagement du territoire).

Joyce E. B., (2010). Australia´s Geoheritage : History of Student, a New Inventory of Geosites and applications to Geotourism and Geoparks ; vol. 2, n° 1-2 ; p. 39-56.

Landim J., Mendes J., (2013). Serra da Malagueta (Santiago Cabo Verde) : Estratégia de Conservação e Valorização do Património (Serra da Malagueta [Santiago Cap-Vert] : Stratégie de Conservation et Valorisation du Patrimoine), mémoire de Master soutenu à l’Université d’Évora, Évora, p. 1-133.

MAAP – Ministério do Ambiente Agricultura e Pescas, (s/data). Segundo Plano de Ação Nacional para o Ambiente, Ministère de l’environnement, de l’agriculture et de la pêche (s/date) – « Deuxième plan National pour l’environnement », Pana II, Cabo Verde, 2004-2014.

Monteiro S., Cunha L., (2011). Cheias Rápidas em Cabo Verde. Um breve apontamento acerca das tempestades de setembro de 2009 na ilha de São Nicolau (Crues rapides au Cap-Vert. Une brève note au sujet des tempêtes de septembre 2009 sur l’île de São Nicolau), coleção Iberografias, Guarda, Centre d’Études Ibériques, vol. 17, p. 117-189.

Moreira J., (2011). Geoturismo e interpretação ambiental (Géotourisme et interprétation environnementale), Editora da UEPG, Ponta Grossa, 156 p.

Nunes M., (1962). Os Solos da ilha de São Nicolau (Arquipélago de Cabo Verde) (Les sols de l’île de São Nicolau, Archipel du Cap-vert) Junta de Investigação de Ultramar, estudos ensaios e documentos, coleção 94, Lisboa, 108 p.

Olivry J. C., (1981). Estudos de precipitações em São Nicolau (República das ilhas de Cabo Verde), (Études des précipitations à São Nicolau [République des îles du Cap-Vert]), Ministério do Desenvolvimento Rural (Ministère du Développement Rural), Centro ORSTOM de Dakar, p. 55.

Pereira J. M. V., (2010). Concetualização de uma estratégia de geoconservação para Cabo Verde e sua aplicação para a ilha de Santiago (Conceptualisation d’une stratégie de géoconservation pour le Cap-Vert et son application pour l’île de Santiago), mémoire dans le domaine de la connaissance de la Géologie soutenu à l’Université de Minho, Minho, 404 p.

Pereira P., Pereira D., Alves M. I. C., (2007). Avaliação do património geomorfológico : proposta de metodologia (Évaluation du patrimoine géomorphologique : proposition d’une méthodologie), in Revista da Associação Portuguesa de Geomorfólogos, vol. V, Lisboa, p. 235-245.

Teixeira A. P. S. D., (2004). A ilha de São Nicolau nos séculos XV-XVIII, (L’île de São Nicolau aux XV-XVIIIe siècles), mémoire de Master en Histoire des Découvertes et Expansion portugaise soutenu à la Faculté des Sciences Sociales et Humaines de l’Université Nova de Lisboa, Lisboa, 230 p.

Thomas A. R., (2011). The English Origins of Geotourism (As a Vehiche for geoconservation) and their Relevance to Current studies, Ata geographica Slovenica, support numérique, 51-4, p. 343-360.

Haut de page

Notes

1 Le dôme rocheux de la Praia Branca (GS 4), bien que présentant des signes importants de dégradation, se caractérise par une probable de perte des éléments qu’il possède, mais bien moindre par rapport à la Praia do Barril (GS 3) et à Hortelã (GS 10). Pour cette raison, il ne fait pas partie, dans une troisième phase, des géosites qui sont en attente d’une évaluation préalable de leur vulnérabilité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vue de la vallée de Ribeira Brava sur l’île de São Nicolau
Crédits Cliché : Christof46, 2016, Wikimedia commons
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Figure 1 : L’île de São Nicolau et l’archipel du Cap-Vert
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Le parc naturel de Monte Gordo
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/878/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Debaixo da Rocha, Tarrafal
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/878/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/878/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Tableau 1 : Principales caractéristiques des sites du géopatrimoine inventoriés
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/878/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Carberim, Tarrafal
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/878/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Hortelã
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/878/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Tableau 2 : Résultats des critères d’évaluation des géosites
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/878/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Monte Sentinha
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/878/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Cultures en terrasse dans la Vallée de Paul sur l’île de Santo Antão
Crédits Cliché : Jean-Claude Bartout
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/878/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Les salines du cratère de Pedra Lume sur l’île de Sal
Crédits Cliché : Marguerite Deglane, 2017
URL http://journals.openedition.org/dynenviron/docannexe/image/878/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Belmira Goth, Lúcio Cunha et Anabela Ramos, « Le géopatrimoine de l’île de São Nicolau (Cap-Vert). Inventaire et stratégie de valorisation », Dynamiques environnementales, 37 | 2016, 114-129.

Référence électronique

Belmira Goth, Lúcio Cunha et Anabela Ramos, « Le géopatrimoine de l’île de São Nicolau (Cap-Vert). Inventaire et stratégie de valorisation », Dynamiques environnementales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/878 ; DOI : 10.4000/dynenviron.878

Haut de page

Auteurs

Belmira Goth

Estudos Ambientais e Ordenamento do Território. Faculdade de Letras da Universidade de Coimbra. 3004-530 Coimbra, Portugal

Lúcio Cunha

CEGOT e Depº Geografia e Turismo. Faculdade de Letras da Universidade de Coimbra. 3004-530 Coimbra, Portugal

Articles du même auteur

Anabela Ramos

CITEUC – Centro de Investigação da Terra e do Espaço da Universidade de Coimbra. Observatório Astronómico, Almas de Freire - Sta Clara 3040-004 Coimbra, Portugal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Dynamiques environnementales est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals