Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Cabo Verde O despertar de Darwin de CORREIA E SILVA António et COHEN Zelinda

Lisbonne, Rosa de Porcelana editora, 2017
Dominique Lecompte
p. 166-167
Référence(s) :

Cabo Verde O despertar de Darwin de CORREIA E SILVA António et COHEN Zelinda. Lisbonne, Rosa de Porcelana editora, 2017. ISBN 978-989-99746-3-0

Texte intégral

1La vie et l’œuvre de Charles Darwin sont bien connues et en particulier son voyage sur le HMS Beagle de 1831 à 1836 et son passage en Patagonie et aux Galápagos où ses observations sur la différentiation des espèces dans le cadre d’un archipel donnèrent lieux à son énoncé de la théorie de la sélection naturelle et à la publication en 1859 de son œuvre la plus célèbre, « l’Origine des Espèces ». Les faits que l’île de Santiago au Cap-Vert ait été le premier territoire hors des îles britanniques visité par le jeune naturaliste du 16 janvier au 8 février 1832 (il n’avait pas pu débarquer à l’escale de Ténériffe) et que le petit carnet rouge portant la mention « Cape Verdes » soit le premier de la longue série de ceux sur lesquels il notera jour après jour toutes ses observations sont moins connus. Il faut donc saluer la publication du petit livre (144 pages) qu’un couple d’historiens capverdiens consacre à l’évocation du « Cap-Vert – l’éveil de Darwin », ouvrage par ailleurs richement illustré de photographies de la flore et de la faune insulaire, de paysages des lieux visités par Darwin, de plans et de gravures anciennes. L’objet de cette publication étant d’autre part de fournir une sorte de guide de visite à l’attention de touristes curieux de découvrir Santiago au-delà de ses plages. Une grande carte est également joint en annexe présentant les divers chemins suivis par le naturaliste lors de son passage dans l’île.

2Œuvre d’historiens (António Correia e Silva est professeur à l’Université Nationale du Cap-Vert dont il a été le premier recteur et ancien Ministre de l’Enseignement Supérieur et Zélinda Cohen est spécialiste de l’administration des premiers siècles de la colonisation), l’ouvrage met sans cesse en relation les annotations que Darwin a pu faire figurer dans son carnet et ce qu’était le contexte historique du Cap-Vert de l’époque. La colonie était alors misérable, dépendance d’une métropole qui avait perdu le Brésil une dizaine d’années auparavant, en pleine guerre civile entre les absolutistes et les libéraux et fortement affectée par la récente prohibition du commerce des esclaves au Nord de l’Équateur imposée par l’Angleterre.

3Neuf courts chapitres suivent l’ordre chronologique dans lequel Darwin a exploré une partie du Sud de l’île. Le premier présente le jeune apprenti naturaliste d’à peine 22 ans qui embarque en 1831 sur le Beagle, navire de la principale puissance maritime et commerciale de l’époque. Les chapitres ultérieurs suivent ses émerveillements suite à la découverte progressive de la réalité biologique, climatique, géologique mais aussi sociale et culturelle d’un univers totalement nouveau à ses yeux. Tout d’abord le débarquement à Praia de Santa Maria, alors une misérable bourgade de quelques rues, le spectacle d’une population noire ou métis en partie servile, manquant de presque tout, les porcs divaguant dans les rues… la visite aux autorités, aux puits qui alimentaient la ville et la première vision de la végétation tropicale, palmiers, bananiers, tamariniers, autant de sujets d’émerveillement. Vient ensuite l’exploration de petit îlot de Santa Maria, dans la baie de Praia, décrit par Darwin comme « un endroit misérable, et désolé » dont il étudie la géologie et la faune, particulièrement sur l’estran où il s’intéresse au camouflage des pieuvres, aux coraux et débute sa collecte de spécimens. Vient ensuite une série d’incursions aux alentours de Praia, d’abord la découverte des ruines de l’ancienne capitale de Ribeira Grande, impressionné par la monotonie et sécheresse du paysage mais enthousiasmé par la découverte des jardins de papayers, bananiers, cannes à sucre et surtout des cocotiers, la « riche collecte de fleurs et encore plus de mollusques d’eau douce » à laquelle il se livre dans la vallée de la ribeira. Pour finir le jeune naturaliste découvre l’intérieur de l’île, la région de Trindade et de Santo Domingos, à une quinzaine de kilomètres de Praia. Étonnement face à des groupes d’enfants nus portant des fagots de bois plus grands qu’eux, d’un groupe de « vingt jeunes filles noires, vêtues avec le meilleur goût » en train de chanter, collecte de nombreuses plantes et animaux et découverte en particulier des grands baobabs de Trindade (encore visibles de nos jours) qui le laissent fort impressionné.

4Darwin repassera brièvement à Praia le 4 septembre 1836 lors du voyage de retour du Beagle vers l’Angleterre et trouvera l’île fortement changée, cette courte escale ayant lieu en saison des pluies alors que le premier séjour s’était déroulé en milieu de saison sèche. La ville et les alentours de Praia ont d’autre part été fortement affectés par les contrecoups de la guerre civile au Portugal avec la révolte de troupes absolutistes qui ont mis la ville à sac, de façon presque concomitante avec une révolte des esclaves. Outre une importante collecte de spécimens de plantes, d’animaux et de roches (il publiera en 1844 sa « Geological observation on the volcanic islands visited during the voyage ») il déclarera « ne jamais oublier le plaisir ressenti lors de mon premier passage dans une caverne de lave ou à la vue du ressac de l’Atlantique sur les plages rugueuses ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Lecompte, « Cabo Verde O despertar de Darwin de CORREIA E SILVA António et COHEN Zelinda », Dynamiques environnementales, 37 | 2016, 166-167.

Référence électronique

Dominique Lecompte, « Cabo Verde O despertar de Darwin de CORREIA E SILVA António et COHEN Zelinda », Dynamiques environnementales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/921

Haut de page

Auteur

Dominique Lecompte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Dynamiques environnementales est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals