Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Cabo Verde História natural das ilhas Desertas The natural history of the Desertas islands. Santa Luzia Branco e Raso de VASCONCELOS Raquel, FREITAS Rui et HAZEVOET Cornelius J. (ed.)

Sociedade Caboverdiana de Zoologia, 2015
Dominique Lecompte
p. 167
Référence(s) :

Cabo Verde História natural das ilhas Desertas The natural history of the Desertas islands. Santa Luzia Branco e Raso de VASCONCELOS Raquel, FREITAS Rui et HAZEVOET Cornelius J. (ed.). Sociedade Caboverdiana de Zoologia, 2015. ISBN 978-84-606-5793-4

Texte intégral

1Les ouvrages traitant du milieu naturel capverdien sont extrêmement rares, aussi faut-il saluer l’effort réalisé par l’équipe des éditeurs des universités de Porto, Pompeu Fabra de Barcelone, de l’Université Nationale du Cap-Vert (pôle de Mindelo) et du Jardin Botanique Tropical de Lisbonne qui ont su rassembler une équipe de 19 spécialistes internationaux pour réaliser cet ouvrage luxueusement illustré et accompagné d’un CD en présentant la version anglaise. Une dizaine de chapitres traitent successivement de tous les aspects du milieu naturel de l’île de Santa Luzia et des îlots Raso et Branco, petit ensemble d’îles actuellement inhabitées et classées réserve naturelle, situées entre São Vicente et São Nicolau au sein du groupe des îles du Vent de l’archipel du Cap-Vert. Chaque chapitre est accompagné d’une abondante bibliographie.

2Le premier et le troisième chapitre traitent du milieu naturel, de la géographie, de ce que l’on connait de la géologie des Desertas ainsi qu’une étude détaillée des courants marins. Ils présentent une série de cartes illustrant le relief, les milieux naturels entièrement aride et volcanique et, la bathymétrie.

3Le second chapitre aborde l’occupation humaine et rappelle que, si les îles sont actuellement désertes, Santa Luzia bien que pratiquement dépourvue d’eau potable a été habitée de façon permanente durant le XIXe siècle et la première moitié du XXe essentiellement par des familles pratiquant l’élevage caprin, des porcs et la chasse aux goélands avec des conséquences désastreuses sur la faune et la flore originelle.

4Le quatrième chapitre présente la biodiversité marine, algues, coraux, invertébrés et vertébrés, faisant le point sur les résultats des campagnes océanographiques les plus récentes (Macaronésia 2000) et sur la situation des populations de tortues Caretta Caretta protégées depuis plusieurs années.

5Le cinquième chapitre présente la végétation avec de nombreuses photos, en particulier des espèces endémiques, en faisant le point sur les variations liées aux divers habitats existants sur les îles et sur les effets passés du surpâturage.

6Le sixième et le septième chapitre abordent les reptiles terrestres. Ceux-ci constituent l’un des principaux points d’intérêt des Desertas, quatre espèces et plusieurs sous-espèces de geckos étant présentes, notamment le Gecko de Bouvier de Raso (Hemidactylus bouvieri razoensis), le gecko des murs de Raso (Tarentola raziana), le gecko géant (Tarentola gigas), le plus grand reptile du Cap-Vert (1,55 m) et plusieurs espèces de lézards, toutes menacées par les chats et les rats qui ont été introduits dans les îles, plusieurs espèces étant classées en risque d’extinction. Le septième chapitre tout entier est consacré à une espèce mythique le Lézard géant (Chioninia coctei) dont l’extinction (aucun spécimen n’a été observé depuis 1912) est due en partie à la capture excessive durant tout le XIXe siècle pour les musées européens mais aussi par la chasse par les pêcheurs et prisonniers déportés sur l’Ilheu Branco.

7Le huitième et le neuvième chapitre traitent de l’avifaune nidifiant sur les îles et des dégâts causés par l’homme et les espèces introduites qui ont en particulier entrainé la disparition des importantes colonies de pétrels existant autrefois à Santa Luzia. Un chapitre entier est consacré en particulier de l’un des oiseaux les plus rares du monde, l’alouette de Raso (Alauda razae) qui parvient à se maintenir du fait de l’absence sur l’îlot des prédateurs introduits sur les îles voisines. Un dernier chapitre traite enfin des espèces végétales et animales introduites et des mesures de conservation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Lecompte, « Cabo Verde História natural das ilhas Desertas The natural history of the Desertas islands. Santa Luzia Branco e Raso de VASCONCELOS Raquel, FREITAS Rui et HAZEVOET Cornelius J. (ed.) », Dynamiques environnementales, 37 | 2016, 167.

Référence électronique

Dominique Lecompte, « Cabo Verde História natural das ilhas Desertas The natural history of the Desertas islands. Santa Luzia Branco e Raso de VASCONCELOS Raquel, FREITAS Rui et HAZEVOET Cornelius J. (ed.) », Dynamiques environnementales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/dynenviron/925

Haut de page

Auteur

Dominique Lecompte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Dynamiques environnementales est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Bordeaux
  • OpenEdition Journals