Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Trajectoires migratoires et prati...

Trajectoires migratoires et pratiques urbaines : réflexions sur les mobilités ouest-africaines

Anne-Laure Counilh et Hélène Simon-Lorière
p. 3-5

Texte intégral

L’idée de ce dossier est née de l’initiative des doctorants du laboratoire MIGRINTER de réfléchir ensemble sur les mobilités ouest-africaines. À partir du constat que plusieurs d’entre nous menaient leurs recherches sur des terrains ouest-africains, nous avons souhaité partager nos réflexions lors d’un séminaire qui s’est tenu le 17 février 2011 à la MSHS de l’Université de Poitiers. Au-delà de la diversité de nos thématiques et de nos approches, nous avons décidé de travailler en binôme pour enrichir et croiser nos travaux. La journée de séminaire s’est articulée autour de deux grands thèmes : les trajectoires migratoires (1) et les pratiques des migrants (2) ; thèmes autour desquels s’articulent le dossier.

1À travers des discussions informelles sur nos expériences de terrain, des questionnements communs sont apparus et des problématiques récurrentes ont retenu notre attention. Nous avons alors décidé de relever le défi de travailler en binômes en croisant nos regards sur ces thématiques. Les contributions réunies ci-après sont le résultat de cette démarche qui nous a amenés à réfléchir tous ensemble, puis en groupes thématiques, puis par deux, et enfin de nouveau tous ensemble avec le public et les discutants. A cet égard, nous tenons à adresser nos vifs remerciements à Philippe Gervais-Lambony (Professeur à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense) et à Jérôme Lombard (chargé de recherche à l’IRD) pour nous avoir apporté leurs critiques éclairantes lors de cette journée.

2Les trajectoires migratoires constituent le premier grand thème autour duquel a travaillé une partie d’entre nous à partir de données de terrain.

3Daniel Senovilla et Elh Ousmane Cissé proposent une réflexion sur le thème de la circulation des mineurs migrants entre le Sénégal et l’Espagne. Après avoir identifié dans un premier temps le rôle des différents acteurs impliqués dans le processus de départ au Sénégal (le mineur migrant lui-même, sa famille, ainsi que les différents intermédiaires), ils interrogent la pertinence de la définition et du traitement du mineur étranger non accompagné et séparé au regard des normes élaborées aux échelles internationale, européenne puis espagnole. Ils attachent une attention particulière à la pratique du « confiage » de ces mineurs sénégalais, sous l’autorité d’un adulte parfois lui-même migrant en situation irrégulière, pour mettre en avant les effets juridiques de la prise en compte de cette réalité.

4Claire Boulanger et Kévin Mary, qui travaillent respectivement sur les Maliens de France et sur les Maliens d’Amérique du Nord, mettent en perspective leurs travaux de manière à comparer les champs migratoires reliant le Mali à ces deux espaces. La première différence réside dans le constat que les migrants concernés sont de catégories sociales différentes et que la structuration de ces champs semble stabilisée entre le Mali et la France alors qu’elle est encore en construction entre ce pays d’Afrique francophone et les Etats-Unis. Dès lors, ils interrogent la notion de transnationalisme au prisme des conséquences entraînées par ces disparités sur les relations que les émigrés entretiennent avec leur pays d’origine, en termes de communication, d’échanges de biens, de capitaux, d’idées, de pratiques ou encore de jeux d’influences.

5Mickaël Quintard s’est penché sur les aspects méthodologiques de la recherche de terrain. À partir de son expérience de doctorant dont le terrain au Niger a été récemment remis en cause, il cherche à construire une réflexion sur la place du terrain en géographie dans le contexte d’un terrain sensible. Il revient sur les évènements qui perturbent depuis quelques temps les recherches dans les espaces sahariens et pose la question de la pertinence d’y faire du terrain dans un contexte dangereux pour l’intégrité physique du chercheur. Son article raconte un « glissement de terrain ». Il replace dans un contexte théorique et méthodologique la question du terrain « sensible » avec d’habiles variations sur les terrains « minés » et les terrains « perdus », sans omettre l’espoir d’un terrain renouvelé. 

6Notre second thème a permis de travailler sur les pratiques des migrants, notamment autour de la notion de l’habiter.

7Guillaume Le Roux et Julie Chapon mettent en regard des approches quantitatives et qualitatives sur un terrain commun de recherches, Ouagadougou. Ils s’intéressent tous deux aux pratiques urbaines de circulants (leurs logiques résidentielles, leurs activités) avec deux orientations différentes : l’une cherchant à éclairer les relations entre circulations et répartition sur un territoire urbain et l’autre cherchant à comprendre les pratiques d’un groupe de circulants. Ils soulignent les défis qui se posent à eux en termes d’observation et d’analyse de ces circulations (rythme, mise en relation des lieux, réseaux sociaux, pratiques dans les lieux) et mettent en avant le logement comme une clef pour éclairer ces pratiques.

8Anne-Laure Counilh et Hélène Simon-Lorière essaient de rapprocher leurs observations et analyses sur des populations qui se sentent en transit dans deux contextes différents : des migrants à Nouadhibou (Mauritanie) d’une part, des réfugiés à Conakry (Guinée) d’autre part. Elles mettent en valeur le rôle des temporalités (temps de la survie quotidienne, durée de présence en ville, temps du projet migratoire mis en lien avec celui du parcours déjà accompli) dans les pratiques urbaines de ces migrants, en termes de logements et de mobilités urbaines, et dans leurs relations aux autres citadins, en insistant sur les conséquences du sentiment de transit et sur les tensions observées entre immobilité et hyper-mobilité.

9À travers ces cinq articles, des thèmes ont attiré notre attention pour poursuivre la réflexion dans un cadre plus large que celui de l’Afrique de l’Ouest. Certaines notions sont anciennes mais demeurent des axes de réflexion fondamentaux, comme le transnationalisme ; d’autres réapparaissent sous des formes nouvelles et à approfondir, comme les notions de co-présence et d’habiter. Ces réflexions n’auraient pas pu se développer de la même manière sans le soutien de l’équipe d’e-migrinter que nous remercions chaleureusement de nous avoir donné l’opportunité de publier ces quelques idées en train de se construire. Enfin, nous témoignons notre gratitude à nos camarades doctorants pour s’être investis avec sérieux et dynamisme dans cette aventure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Laure Counilh et Hélène Simon-Lorière, « Trajectoires migratoires et pratiques urbaines : réflexions sur les mobilités ouest-africaines »e-Migrinter, 7 | 2011, 3-5.

Référence électronique

Anne-Laure Counilh et Hélène Simon-Lorière, « Trajectoires migratoires et pratiques urbaines : réflexions sur les mobilités ouest-africaines »e-Migrinter [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 20 juillet 2017, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/e-migrinter/857 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-migrinter.857

Haut de page

Auteurs

Anne-Laure Counilh

Doctorante en géographie, Migrinter UMR 6588 CNRS – Université de Poitiers
alcounilh@gmail.com

Articles du même auteur

Hélène Simon-Lorière

Doctorante en géographie, Migrinter UMR 6588 CNRS – Université de Poitiers
hsimonloriere@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search