Navigation – Plan du site
Stratégies argumentatives dans le dialogue espagnol du Siècle d’Or

Introduction

Elvezio Canonica

Texte intégral

1Les articles présentés dans ce numéro sont le fruit d’un colloque organisé à Bordeaux les 11 et 12 mai 2017 autour des « Stratégies argumentatives dans le dialogue espagnol au Siècle d’Or »1. Ce colloque international a pu compter sur la présence de plusieurs membres de l’équipe Dialogyca (BDDH. Biblioteca Digital del Diálogo Hispánico) de l’Université Complutense de Madrid, qui constitue sans doute, à l’heure actuelle, l’observatoire le plus important sur le « genre dialogue » au Siècle d’Or, qui a déjà édité plusieurs éditions critiques et a mis en place une importante base de données2. Les travaux avaient été organisés en quatre sections, dont l’ordre a été respecté dans la présente publication. Tout d’abord, nous nous étions interrogés sur le cadre théorique du dialogue et ce, dans une perspective diachronique. A. Vian, à travers le prisme inédit de l’autocitation, analyse plusieurs exemples issus des auteurs de l’Antiquité et du Moyen-âge jusqu’à l’époque moderne, en montrant que le dialogue, dès sa naissance chez les Grecs, avait été le genre le plus propice à la naissance de la subjectivité. Dans le cas précis, le procédé de l’autocitation est un indice important de l’auto-conscience de l’écrivain et, partant, de la construction de la subjectivité littéraire moderne dont le dialogue, en tant que genre autonome, est le vecteur.

  • 3 Le dieu caché: étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine(...)
  • 4 « La poética del silencio en el Siglo de Oro. Su pervivencia », Bulletin Hispanique, 88, 1-2, 1986, (...)

2Une autre modalité peu explorée dans les études consacrées au dialogue est celle soulevée par P. Ruiz, désignée comme « l’auteur caché », une formule qui fait écho au célèbre essai de Lucien Goldmann sur le « dieu caché »3. C’est la problématique du ‘silence’, si bien étudiée par Aurora Egido4, qui est à la base de ce retournement, car l’absence apparente de conclusion au dialogue sur lequel l’auteur de l’article se penche, donne lieu à une continuation de la part du premier éditeur du dialogue, une édition qui est à la fois un hommage et une trahison. Mais dans le silence aporétique du personnage qui clôt le dialogue et qui refuse de trancher entre les deux interlocuteurs on trouve une sorte de signature cachée d’un auteur moderne, antidogmatique et qui utilise une stratégie argumentative d’origine philosophique (l’aporia des sceptiques qui anticipe et renvoie à la notion d’époché husserlienne).

  • 5 P. RUIZ PÉREZ, « Sátira menipea y linaje narrativo: una lectura actualizada », in: P. RUIZ, A. VIAN (...)

3Le deuxième volet était consacré au dialogue à contenu « scientifique », autour de l’agriculture (C. Baranda) et de la pharmacologie (L. Sanz). Dans le premier cas, nous avons affaire, encore, à un exemple de réécriture, car le dialogue en question est republié à quelques années de distance avec une forte composante arbitrista, qui était moins perceptible dans la première édition. Cela montre bien le changement des stratégies discursives, qui adoptent une composante « pragmatique », plus pertinente dans ce domaine. Quant au deuxième cas, le dialogue qui traite de la composition de la triaca est emblématique de la culture humaniste des médecins au milieu du XVIe siècle, comme Laguna et Jarava, et devient un symbole de la réversibilité sociale, ce qui se produit aussi dans le genre narratif de cette époque. Comme le rappelle P. Ruiz, « las narraciones contaminadas por la sátira menipea asumen la naturaleza bifronte de la triaca, como veneno y antídoto, como muestra de la enfermedad social y posible remedio para su curación, por más que esa ambigüedad se suma a la producida por la parodia, la paradoja y la ironía »5.

4Un troisième volet avait été constitué par le dialogue à caractère moral et didactique. Deux contributions se penchent sur les stratégies argumentatives dans des domaines politico-religieux (Ph. Rabaté et J. Espejo). Dans le premier des deux articles, sont analysés sous cet angle les deux dialogues les plus connues de Alfonso de Valdés, dans lesquels le secrétaire de Charles V essaie de justifier le sac de Rome par les troupes impériales faisant appel, dans El diálogo de las cosas acaecidas en Roma, à une opposition temporelle entre le temps historique et celui des origines du christianisme, d’où est issue l’institution de la papauté, tandis que dans le Diálogo de Mercurio y Carón se fait jour une autre polarisation entre temps historique et temps mythique ou « utopique ». Dans le deuxième article, J. Espejo porte à la connaissance de la communauté scientifique une véritable trouvaille, le dialogue : Segunda parte de La torre de David moralizada por via de diálogos para todo género de gentes. Il s’agit d’une œuvre qui était citée, mais dont le texte restait introuvable et que l’auteur de cet article a pu localiser à la Bibliothèque Nationale de Vienne, en Autriche. L’étude des stratégies argumentatives, dans ce cas, sert à comprendre la personnalité de cet auteur anonyme, qui pourrait être le même qui composa la première partie de ce texte, qui nous est parvenue. Il s’agit donc d’une contribution qui va sans doute ouvrir des perspectives pour les chercheurs, et qui pourrait aboutir à terme, on le souhaite, à une édition critique.

5Un quatrième domaine de notre colloque avait été consacré aux « modalités discursives » du dialogue, afin d’essayer de connaître de l’intérieur, par l’analyse textuelle, les procédés qui permettent au dialogue de fonctionner en tant que texte littéraire. Dans une première contribution, J. Ferreras met en lumière l’importance de l’oralité que le dialogue est chargé de reproduire artistiquement, en tant que reflet de la « conversation de rue ». L’oralité implique également la prise en charge de différents « registres linguistiques » qui caractérisent les personnages par la loi du decorum, suivant l’origine, citadine ou rurale, du personnage en question. Cette question des « registres linguistiques » est au centre de la contribution de E. Canonica, qui considère un aspect peu étudié d’un des plus célèbres dialogue du XVIe siècle, le Viaje de Turquia : celui du plurilinguisme. Il s’agit d’une stratégie argumentative dont on met en lumière les différentes facettes (explicite, implicite et mixte) et qui a pour but, outre le comique verbal, la création d’une opposition entre le monolinguisme « babélique » du clergé autochtone dont, more linguarum, on souligne l’ignorance, et le plurilinguisme du voyageur de retour sur ses terres, qui renvoie à l’effusion des fruits de l’Esprit Saint à la Pentecôte, dont le plurilinguisme était le symbole le plus marquant.

6Enfin, une dernière modalité analysée par trois contributions était consacrée à l’hybridation générique entre le dialogue et d’autres genres littéraires ou formes artistiques. Dans le cas étudié par F. Quero, c’est le genre des miscellanées qui s’introduit subrepticement dans le dialogue ici proposé, strictement contemporain du Viaje de Turquía, qui prend la forme narrative d’un voyage, pendant lequel les deux compères discutent de lo humano y de lo divino. Si cette forme de philosopher en marchant rappelle, bien entendu, l’école péripatéticienne, le recours aux savoirs des miscellanées, dont on perçoit bien l’importance, revêt une importance symbolique, car le voyage est aussi une itinéraire dans le labyrinthe de l’omnium scibile de l’époque. L’impossibilité de sortir de ce labyrinthe est le reflet moral de la vanité de toute connaissance humaine, et ce n’est pas un hasard que le livre de l’Ecclésiaste soit le texte de le plus souvent cité.

7L’hybridation n’est pas seulement générique, mais peut outrepasser les frontières littéraires : c’est la contribution de F. Escobar qui met en lumière les correspondances entre le dialogue présent dans un texte littéraire, dans ce cas le prosimètre (La Galatea de Cervantès) et la musique de l’époque. Il est bien connu que les vers qui émaillent les prosimètres étaient très souvent accompagnés d’une mention faisait état de leur exécution musicale chantée, avec ou sans accompagnement musical. L’auteur de cette contribution, qui est aussi musicologue, nous permet d’entendre (par des fichiers audio en annexe) la traduction musicale d’un certain nombre de dialogues de cette œuvre pastorale cervantine.

8Pour finir, last but not least, nous est proposée une contribution de M. Elvira dans laquelle le dialogue s’insère dans le cadre d’une des polémiques le plus célèbres au Siècle d’Or espagnol : celle qui tournait autour de la poésie gongorine et de sa place en tant que modèle à suivre ou à rejeter. Inspirée par la polémique italienne autour de la questione della lingua, qui avait choisi la forme du dialogue comme arme de combat. En Espagne, en revanche, ce modèle générique n’est pas suivi, et la polémique pro- ou antigongorine préférait utiliser d’autres genres, comme l’écriture épistolaire. Or il se trouve au moins un cas, qui est analysé ici, où c’est bien le dialogue qui est employé dans ce contexte. La contribution présentée ici est donc d’autant plus novatrice que ce dialogue, par sa qualité de unicum, pose des problèmes ecdotiques (il est resté inédit) et contextuels (on s’interroge sur son auteur), ce qui ouvre de nouvelles perspectives aux chercheurs.

Haut de page

Notes

1 Organisé par l’EREMM (Equipe de Recherche sur l’Espagne Médiévale et Moderne), composante de l’EA 3656 AMERIBER, avec le soutien de l’Institut Cervantès de Bordeaux. Le colloque avait été l’occasion de présenter publiquement le volume Sátira menipea y renovación narrativa en España ; del lucianismo a Don Quijote (P. Ruiz, A. Vian, E. Canonica, P. Darnis, éd..), Bordeaux, Presses Universitaires – Cordoba, UCOPress, Editorial Universidad de Cordoba, 2017), en hommage à Michel CAVILLAC, ancien Professeur émérite de l’Université de Bordeaux Montaigne.

2 http://www.dialogycabddh.es/.

3 Le dieu caché: étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine, Paris: Gallimard, 1971.

4 « La poética del silencio en el Siglo de Oro. Su pervivencia », Bulletin Hispanique, 88, 1-2, 1986, p. 93-120.

5 P. RUIZ PÉREZ, « Sátira menipea y linaje narrativo: una lectura actualizada », in: P. RUIZ, A. VIAN, E. CANONICA, P. DARNIS (éd.), Sátira menipea y renovación narrativa en España ; del lucianismo a Don Quijote, Bordeaux, Presses Universitaires – Cordoba, UCOPress : Editorial Universidad de Cordoba, 2017, p. 24. Voir dans ce volume, à ce propos, l’article de F. GERNERT, « Erasmo, Luciano y algunos médicos humanistas de la primera mitad del siglo XVI (Andrés Laguna y Juan de Jarava) », ed. cit., p. 145-161.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elvezio Canonica, « Introduction », e-Spania [En ligne], 29 | février 2018, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27341

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals