Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce dossier monographique s’inscrit dans la logique de la préparation à la question d’agrégation ; il répond ainsi à la volonté d’offrir un panorama des différentes problématiques du règne de Charles II sans sacrifier aux dernières avancées scientifiques. Il est le résultat d’une journée d’études qui s’est tenu samedi 27 janvier 2018 et que nous avons souhaité publier sans délai pour la mettre à disposition de tous les étudiants. La question d’agrégation porte un titre, « Le siècle d’or en sursis. Le règne de Charles II (1665-1700) », et nous faisons figurer le lien pour accéder au texte définissant les enjeux du sujet tel qu’il a été publié le 24 mars 2017.

http://media.devenirenseignant.gouv.fr/​file/​agregation_externe/​12/​5/​p2018_agreg_ext_lve_espagnol_741125.pdf

2La question ainsi formulée est passionnante, pour ce qu’elle ose courageusement mettre au programme un règne méconnu et tenu, à tort, pour médiocre. Le règne de Charles II a souvent été escamoté par les histoires nationales, comme un temps – pourtant long – sans intérêt, un temps obscur, un âge de billon de mauvais aloi, opposé à un seculum aureum – siècle de fer, siècle d’or, le jeu d’opposition fut éculé à satiété –, un temps qu’il valait mieux passer sous silence pour parvenir aux Bourbons. Les études nombreuses depuis quelques temps démontrent que le règne de Charles II fut bien plus complexe et passionnant que ce que l’on a voulu croire, par commodité, par facilité et peut-être par ignorance. C’est tout l’enjeu de ce dossier qui engage à se défaire d’une série de mythes ; à se défaire un tant soit peu du poids de la comparaison accablante.

3Coincé entre plusieurs temps, le règne de Charles II fut terni par contre-point historique. Face à l’utopie du Siècle d’or et à la nostalgie des temps glorieux passés, Charles II devient, par antonomase, la déchéance absolue rendant nécessaire la régénération de la nouvelle dynastie – laquelle sans cesse veilla, toutefois, à entretenir la sémiologie et les caractéristiques propres des Habsbourg pour alimenter le mythe existentiel d’un continuum historique –. Philippe V était venu sauver une monarchie moribonde, dont Charles II était la synecdoque, et restaurer ainsi les vertus des Habsbourg. L’historiographie des Lumières travailla à la fabrique de cette mystification, au moins autant que l’historiographie libérale espagnole, ou française, du XIXe siècle :

Au XVIIe siècle, l’Espagne présente le phénomène d’une décadence mortelle au milieu d’une puissance intacte. Le colosse vidé au dedans, se tient debout encore, les pieds sur deux mondes. Son énorme empire est à peine entamé : elle a perdu le Portugal, la Hollande, le Roussillon et la Franche-Comté : mais c’est comme si l’on avait coupé les ongles d’un géant. Il lui reste encore, en Europe, le royaume de Naples et le duché de Milan, la Sardaigne, la Sicile et les Flandres ; une côte immense en Afrique ; des royaumes en Asie, avec tout le rivage de l’océan des Indes ; en Amérique, le Mexique, le Pérou, le Brésil, le Paraguay, le Yucatan, la Nouvelle-Espagne ; sur la mer des îles innombrables, parmi lesquelles les Baléares, les Açores, les Canaries, les Philippines, Madère, Cuba, Porto-Rico, Saint-Domingue.

  • 1 Paul de SAINT-VICTOR, Hommes et dieux. Études d’histoire et de littérature, « la cour d’Espagne sou (...)

Et pourtant cet immense empire, qui a si longtemps étouffé la terre, n’est maintenant qu’un simulacre impuissant. L’Europe le méprise ; elle en fait son jouet et sa dérision. Ce qui était une terreur est devenu un épouvantail qui n’effraie plus même les principicules. La formidable armée de l’Espagne, brisée à Rocroy, n’a pas rejoint ses tronçons ; bandes déguenillées d’invalides qui vieillissent dans leurs garnisons. Sa flotte gigantesque n’est plus qu’une épave ; les restes de l’Armada pourrissent dans ses ports1

4Le règne de Charles II est aussi le règne en vis-à-vis de celui de Louis XIV, un des plus grands rois de France, celui précisément du « Grand Siècle » qui s’ouvre sur une ère nouvelle de paix et de grandeur :

  • 2 Jean-Michel DEQUEKER-FERGON, Une histoire de France, Toulouse : Le Pérégrinateur, 2016.

1660. La paix, cette fois, est générale. Face au Habsbourg d’Autriche, Mazarin est parvenu à rassembler les princes allemands dans une ligue du Rhin cependant que la victoire de Turenne, en juin 1658 (bataille des Dunes), a permis de signer avec l’Espagne, sur une petite île de la Bidassoa – l’île des Faisans –, le traité dit des Pyrénées : la France conserve l’Artois, le Roussillon et la Cerdagne ; Louis XIV doit épouser l’infante Marie-Thérèse, qui recevra une dot de 500 000 écus d’or en échange de sa renonciation à ses droits à la couronne espagnole ; Condé est pardonné2.

5Le dossier engage, enfin, à démêler plus finement une histoire européenne touffue et confuse qui a occulté la grande quantité de réformes menées sous le duc de Medinaceli (1680-1685), puis sous le comte d’Oropesa (1685-1691 ; 1698-1699), au point qu’on a parlé de « auge del reformismo » pendant les deux dernières décennies du règne. D’ailleurs, sans celles-ci, les succès de Philippe V auraient été, à n’en pas douter, moins francs, moins immédiats.

6Ainsi, la récupération économique au XVIIIe siècle procède-t-elle du « répit » fiscal à la fin du règne de Charles II – malgré les guerres et les taxes importantes –, dû à une réduction du fruit fiscal global – et à une rentabilisation de la fiscalité – au regard de ce qui était prélevé sous Philippe IV. La pression fiscale avait été proprement monstrueuse pendant la guerre de Trente ans (1618-1648), au point que la société espagnole a intériorisé la pesanteur administrative comme consubstantielle de son mode de fonctionnement. Par ricochet sans doute, les prélèvements, sous Charles II, ne furent pas perçus comme insupportables comme du temps de son père. De nombreuses réformes furent menées avec une efficacité plus ou moins grande, en fonction des périodes et du chaos de la politique extérieure, par des hommes bien formés et compétents, tels Medinaceli, Oropesa, le marquis de los Vélez ou le marquis de Leganés. Ce souci de réformer est présent de façon précoce, et même lors de la décennie exécrable des années 70 (la « década trágica de Castilla » selon les mots de Antonio Domínguez Ortiz), don Juan José d’Autriche, en conscience, conserve cette préoccupation de réduire les pesanteurs administratives et de renforcer la prééminence de la justice royale ; de mener à bien les réformes politiques nécessaires au redressement moral de la cour (c’est, certes, une vieille lune démagogique…) ; et bien sûr de rentabiliser la politique fiscale. Trois antiennes, trois échecs… jusqu’aux réformes de 1680-1686.

  • 3 Christopher STORRS, La resistencia de la Monarquía Hispánica, 1665-1700, Madrid : Actas, 2013.
  • 4 José Javier RUIZ IBÁÑEZ et Bernard VINCENT, Los siglos XVI-XVII. Política y sociedad, Madrid : Sínt (...)
  • 5 Louis de ROUVROY, duc de SAINT-SIMON, Mémoire de Monsieur le duc de Saint-Simon ou l’observateur vé (...)

7Quoi qu’il en soit, en dépit des défaites et des difficultés tant de politique intérieure que de politique extérieure, il appert que l’empire de Charles II, à sa mort, demeure le plus grand empire ultramarin et se trouve alors encore en phase d’expansion. C’est sans doute ce qui interpelle et que l’historiographie a parfois minoré : cette capacité de résistance de la monarchie catholique, de « résilience »3 même, cette « supervivencia »4. Malgré le désordre politique, l’inflation, les disettes qui accablent le peuple, il en coûte terriblement aux ennemis de l’Espagne de s’imposer, et Louis XIV en fait l’expérience à ses dépens à compter de Ratisbonne (si l’on en croit Saint-Simon5). Pour avoir résisté de la sorte, il a bien fallu que le socle de cette puissance monarchique fût solide et solidement enraciné dans l’idée de sauvegarde de la grandeur et de la réputation de la monarchie catholique. De quoi cette résistance fut-elle le nom ?

8Le dossier se compose ainsi de sept contributions dessinant les contours du règne à travers ses finances et les tentatives constantes de réformes et de rentabilisation fiscale (Carmen Sanz Ayán) ; à travers la Carrera de Indias et les enjeux du commerce américain tel qu’il fut agencé pour se déployer au bénéfice de la Castille et des Habsbourg, même si la réalité fut tout autre (José Manuel Díaz Blanco). María Victoria López Cordón montre combien la minorité du roi mit à rude épreuve le gouvernement et les institutions, contraintes à suivre des règles spécifiques reconnaissant la pleine potestas de l’héritier et régulant son incapacité au gouvernement. Tout cela donna naissance à une forme nouvelle de pratique politique qui altéra le fonctionnement institutionnel habituel. Et la chose se vérifie dans la mise en scène du pouvoir royal lors des processions madrilènes afin d’exalter la figure du Defensor Fidei et Patriae saturant l’espace public (Emmanuelle Buvat-Bruyère). Lors des fêtes sous Charles II, les images, les constructions éphémères, l’architecture des chars et autres catafalques, les commémorations religieuses ou les triomphes construisent ainsi une scène baroque qui doit se lire comme un gigantesque palimpseste urbain où la grandeur de la monarchie catholique se déchiffre dans la profusion des images symboliques, plus absconses pour nous qu’elles ne le furent sans doute pour les contemporains, habitués à ce genre de hiéroglyphes (José Jaime García Bernal). D’une redoutable efficacité, la fête sous Charles II inculque l’idéologie de la monarchie (c’est-dire, ses codes politiques et moraux) aux quatre coins de l’Empire, à Valparaiso comme à Manille. Le public fut divers, lettrés, marchands, artisans, religieux, aristocrates ou analphabètes ; et pour en saisir les traits saillants, Ofelia Rey Castelao s’attache aux politiques culturelles, ou à leur absence, à l’imprimerie, au commerce du livre, à la diffusion informelle souvent d’une culture ouverte à la nouveauté et aux influences étrangères que rend palpable l’émergence de la génération des novatores. Enfin, Pierre Civil a entrepris de brosser le portrait du Napolitain Luca Giordano, peintre de cour et porteur de modernité, qui mit son talent, sa palette lumineuse et sa virtuosité au service de Charles II à partir de 1692. Tout en piochant dans un réservoir d’images de propagande qui ont fixé un processus heuristique de la grandeur, Luca Giordano redonna du souffle apologétique à la puissance espagnole.

Ce dossier a été préparé avec le précieux concours d’Adeline Léandre.

Haut de page

Notes

1 Paul de SAINT-VICTOR, Hommes et dieux. Études d’histoire et de littérature, « la cour d’Espagne sous Charles II », 1832, http://obvil.paris-sorbonne.fr/corpus/critique/st-victor_hommes-dieux#body-166.

2 Jean-Michel DEQUEKER-FERGON, Une histoire de France, Toulouse : Le Pérégrinateur, 2016.

3 Christopher STORRS, La resistencia de la Monarquía Hispánica, 1665-1700, Madrid : Actas, 2013.

4 José Javier RUIZ IBÁÑEZ et Bernard VINCENT, Los siglos XVI-XVII. Política y sociedad, Madrid : Síntesis, 2007, « La supervivencia », p. 268-303.

5 Louis de ROUVROY, duc de SAINT-SIMON, Mémoire de Monsieur le duc de Saint-Simon ou l’observateur véridique sur le règne de Louis XIV…, Paris : Chez Buisson, 1789, p. 21 : « […] Depuis, jusqu’en 1688, le tems se passa dans le cabinet, moins en fêtes qu’en dévotions & en contraintes. Ici finit l’apogée de ce règne, & le comble de gloire & de prospérité. Les grands Capitaines, les grands Ministres au dedans & au dehors n’étoient plus ; mais il en restoit les élèves […] ». https://books.google.fr/books?id=lUNC1qszODsC&pg=PA21&lpg=PA21&dq=saint+simon+ici+finit+l%27apog%C3%A9e+de+ce+r%C3%A8gne&source=bl&ots=DP-KXVJCp_&sig=lBP9QhE_PGgL-SnDfujL4XsiUh8&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi0xb-1kPvYAhVN_KQKHUn6CuIQ6AEIKDAA#v=onepage&q=saint%20simon%20ici%20finit%20l'apog%C3%A9e%20de%20ce%20r%C3%A8gne&f=false.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Perez, « L’Espagne de Charles II (1665-1700) », e-Spania [En ligne], 29 | février 2018, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27519

Haut de page

Auteur

Béatrice Perez

Sorbonne Université, CLEA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals