Navigation – Plan du site
La España de Carlos II

Del rey hechizado al rey legítimo : Charles II et la mise en scène du pouvoir royal dans les processions madrilènes

Emmanuelle Buvat-Bruyère

Résumés

Cette étude considère la mise en scène du pouvoir royal au sein des processions madrilènes envisagées comme un moyen d’assoir la légitimité religieuse et politique de Charles II, dernier roi de la lignée des Habsbourg, dont l’autorité est sans cesse contestée. Véritables instruments de propagande royale, les cortèges religieux toujours plus ostentatoires participent d’une stratégie politique qui cherche à donner l’illusion d’un peuple uni derrière son souverain. Ces manifestations contribuent à façonner l’image symbolique d’un monarque fort, vertueux et chrétien tout en consolidant son rôle de Defensor Fidei et Patriae en ces sombres années de règne où oppositions et conflits menacent l’héritage de la Maison d’Autriche. Il reste à savoir si cette légitimité lui suffit pour s’imposer sur l’échiquier politique et religieux de la Monarchie Catholique en cette fin de XVIIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsqu’en 1662, après avoir participé en personne à un grand carrousel célébré à Paris, Louis XIV s’adresse au dauphin afin de lui expliquer la légitimité de telles festivités, il évoque l’intérêt de la mise en scène du pouvoir royal en ces termes :

  • 1 Mémoires de Louis XIV pour l’instruction du dauphin, 2 vols., Paris : édition de Charles Dreyss, 16 (...)

Un prince et un roi de France peut encore considérer quelque chose de plus dans ces divertissements publics, qui ne sont pas tant les nôtres que ceux de notre Cour et de tous nos peuples. Il y a des nations où la majesté des rois consiste, pour une grande partie, à ne se point laisser voir, et cela peut avoir ses raisons parmi des esprits accoutumés à la servitude, qu’on ne gouverne que par la crainte et la terreur, mais ce n’est pas le génie de nos Français, et, d’aussi loin que nos histoires nous en peuvent instruire, s’il y a quelque caractère singulier dans cette monarchie, c’est l’accès libre et facile des sujets au prince. C’est une égalité de justice entre lui et eux, qui les tient pour ainsi dire dans une société douce et honnête, nonobstant la différence presque infime de la naissance, du rang et du pouvoir. Que cette méthode soit pour nous bonne et utile, l’expérience l’a déjà montré, puisque dans tous les siècles passés il n’est mémoire d’aucun empire d’aussi longue durée que celui-ci l’a été, et qui toutefois ne semble pas prêt à finir1.

  • 2 José Manuel NIETO SORIA, « Del rey oculto al rey exhibido : Un síntoma de las transformaciones polí (...)
  • 3 Fernando BOUZA ÁLVAREZ, « El rey a escena. Mirada y lectura de la fiesta en la génesis del efímero (...)

2Si Philippe II représentait l’archétype du « roi caché »2 délibérément critiqué ici par Louis XIV, ses successeurs, de Philippe III à Charles II, adoptent une philosophie politique identique à celle évoquée par le roi de France. Les fêtes et, dans le cas qui nous intéresse, les manifestations religieuses madrilènes, sont conçues par les autorités telle une sorte d’épiphanie où la communauté des fidèles peut se donner à voir et se contempler dans toute sa cohérence sociale et politique, manifestant sa stricte hiérarchie sociale mais exaltant en même temps son unité. En outre, ces événements étaient l’occasion de réunir l’ensemble de la société madrilène, le roi, les courtisans, les religieux, et l’intégralité des sujets, car ce spectacle était le fruit de la collaboration et de la présence de tous ; le peuple lui donnait vie et chacun avait en quelque sorte le sentiment d’y prendre part. Philippe III, puis surtout Philippe IV avaient compris que les processions générales constituaient le lieu idéal permettant d’exprimer les valeurs constitutives de la communauté politique qui, bien plus que la force et la violence, devaient apparaître comme reposant sur l’harmonie, la confiance, la joie et la paix, résultat d’une « société douce et honnête »3. Il fallait alors que le peuple puisse s’identifier au monarque. La participation directe et réitérée du roi parmi les cortèges religieux le rendait plus proche de ses sujets, ce qui leur permettait de mieux le comprendre. Se mettant à la portée de tous par ces actes de dévotion, il savait ainsi gagner le cœur de son peuple et accentuait son image légitime de Majesté Catholique.

3Or, si cette stratégie politique et religieuse était déjà largement utilisée par Philippe IV, elle devient absolument nécessaire sous Charles II afin d’affermir la légitimité de ce monarque à la santé si fragile, et dont on craint l’absence de descendance − dans un contexte politique, économique et européen particulièrement inquiétant pour la Monarchie Catholique − qui viendrait mettre un terme définitif à la lignée des Habsbourg d’Espagne. En outre, la situation de régence inédite dès 1665, les tensions particulièrement exacerbées entre les différentes factions désireuses de s’emparer du pouvoir monarchique et l’instabilité politique sans précédent qui en résulte en ce dernier quart de siècle accentuent la nécessité d’apaiser le peuple en véhiculant l’image d’un roi fort, vertueux, vigoureux et puissant : en un mot tout le contraire de ce que représentait Charles II. C’est alors la piété du roi, sa mise en scène par sa participation aux festivités religieuses et par tout un travail de propagande artistique destinée à souligner la vertu royale − relations de fête, monuments éphémères à la gloire de Charles II, portraits, gravures… − qui viennent lui octroyer une certaine légitimation religieuse, préalable indispensable dans son cas, à l’obtention d’une légitimité politique. Il conviendra alors de s’interroger sur la spécificité du règne de Charles II eu égard à la personnalité du monarque et à la complexité de cette fin de siècle afin de percevoir combien la légitimité religieuse entre au service d’une légitimité politique. Dès lors, comment assoir la légitimité de Charles II ? Il semble que la mise en scène du pouvoir royal au sein des cérémonies religieuses ait été perçue comme l’un des moyens d’y parvenir.

  • 4 Rappelons que la Cour ne s’installe à Madrid qu’en 1561 sous Philippe II et que cette ville n’acqui (...)

4C’est pourquoi, il s’agira tout d’abord d’étudier la quête de légitimité religieuse de Charles II à travers les processions madrilènes, véritables vecteurs de l’ostentation du pouvoir royal susceptibles de servir une propagande monarchique. Cette légitimité religieuse lui confère alors une légitimité politique dans une société baroque où le religieux et le politique apparaissent telles deux entités indissociables aux influences mutuelles. Ces mises en scène processionnelles de la royauté contribuent ainsi à consolider le pouvoir du souverain désormais reconnu comme apte à assurer un contrôle de la foi et des pratiques religieuses populaires. On établira ainsi l’emprise grandissante du monarque sur ces cortèges par une stratégie politique donnant au peuple l’illusion d’une unité sociale dans une capitale où l’ancrage géographique du pouvoir royal sur le territoire est loin d’être total en raison de l’installation relativement tardive de la Couronne à Madrid4.

5Pour ce faire, nous nous fonderont sur les nombreuses relations de fêtes destinées à exalter les vertus du roi pieux et très chrétien participant aux processions madrilènes ainsi que sur les archives de la municipalité madrilène qui décrivent la magnificence des cortèges religieux présidés par le souverain, leurs coûts toujours plus élevés et les nouvelles festivités instituées par Charles II. L’analyse de ces documents nous permettra alors de nous interroger sur la spécificité des processions en cette fin de XVIIe siècle, sur la particularité de leurs enjeux qui participe d’un dispositif plus global de propagande royale. En quoi ces cérémonies festives deviennent-elles un instrument politique indispensable au dernier roi Habsbourg ? L’étude des Libros de Consejo des archives historiques nationales permettra enfin de percevoir la préoccupation du pouvoir royal pour ces manifestations publiques, son emprise progressive dans les cortèges tout en dégageant l’originalité des formes et des usages de cette mise en scène rituelle à l’époque de Charles II.

À la recherche d’une légitimité religieuse

Un coût et un faste processionnels toujours plus exorbitants

  • 5 Les chiffres présentés ont été calculés en réaux constants avec comme année de bas 1600 eu égard à (...)
  • 6 Notons que ces dépenses démesurées reposent sur un paradoxe, résultat d’une stratégie politique à d (...)

6Si Philippe IV avait déjà parfaitement perçu l’intérêt des processions générales ordinaires et extraordinaires pour mettre en scène sa toute puissance, Charles II, qui assiste à la contestation de sa légitimité dès son plus jeune âge, tâche de s’imposer en participant physiquement à des cérémonies toujours plus fastueuses et onéreuses afin de se forger l’image d’un roi vertueux et d’un Princeps Christianus, tout en transmettant au peuple le simulacre d’une Monarchie prospère. Bien que ses années de règne constituent la période du XVIIe siècle économiquement la plus fragile, le budget octroyé aux cérémonies religieuses n’a paradoxalement jamais été si exorbitant. C’est ainsi qu’un véritable tournant apparaît dès 1671, quand le coût des festivités consacrées aux deux canonisations de François Borgia et Ferdinand III atteint une somme jamais égalée pour s’élever à 96 935 réaux soit respectivement à 34 121 et 62 814 réaux5. La somme réservée à la procession au cours de ces festivités suit la même logique, et connaît elle aussi une forte hausse. Alors que la part du budget global attribué à la procession s’élevait autour de 75 % lors des processions de canonisation précédentes, il atteint 97 % pour la canonisation de Ferdinand III en 1671. La somptuosité de l’événement donne une impression de force et de dynamisme à une Monarchie affaiblie et présente un gage illusoire de la bonne santé économique de la Couronne qui ne cesse d’exiger de la municipalité une participation financière plus conséquente. La mise en œuvre de processions extraordinaires chaque fois plus imposantes permet d’ailleurs de contrebalancer l’affaiblissement d’autres manifestations religieuses à l’image de la Semaine Sainte. C’est pourquoi le roi ordonne à la Villa d’investir une grosse quantité d’argent dans tout ce qui est visuellement perceptible : les décors des rues – elle verse 8 600 réaux lors de la canonisation de Pierre d’Alcántara en 1669 –, les illuminations – et surtout la cire pour les cierges – 65 364 réaux pour celle de Ferdinand III. L’émerveillement du peuple qui découle de cette scénographie festive contribue ainsi à lui insuffler de l’admiration envers son souverain6. Toutefois, les dépenses sans cesse croissantes ne suffisent pas à accorder au roi une légitimité satisfaisante : sa présence au sein des cortèges se révèle indispensable et il y endosse un rôle très spécifique.

Présence et rayonnement royal : les processions d’actions de grâce

7C’est assurément à travers les processions d’action de grâce que le pouvoir royal et Charles II acquièrent un véritable rayonnement. La dynamique de cette forme de cortèges repose en effet sur la mise en place d’un spectacle offert au peuple dans une visée propagandiste qui permet d’accentuer la légitimation de la Couronne. Les habitants des rues fréquentées par le cortège décoraient leurs fenêtres comme ils avaient l’habitude de le faire pour toutes les processions. Tandis que des monuments éphémères, des estrades sur lesquelles on exécutait des danses étaient élevés pour l’occasion. Une foule immense assistait au passage du cortège comme l’évoque Gabriel de Cepeda qui décrit le défilé royal organisé pour fêter la première sortie publique du jeune roi Charles II en 1668 :

  • 7 Gabriel de CEPEDA, Historia de la milagrosa y venerable imagen de Nuestra Señora de Atocha patrona (...)

Estaban prevenidas desde la puerta de Palacio hasta la de Atocha varias formas de festejos, musicos, tablados, danças, esmerandose mas el arte en riquezas, ramilletes, macetas, y otros adornos de tapizeria, y de pintura en la Plateria, Puerta de Guadalaxara, Plaça Mayor, Atrio del Convento de Santo Tomas, y Santissima Trinidad; era en tanto estremo el concurso de la gente, que los Soldados de la Guarda, aun con apremio abrian con dificultad camino; el compas del Convento de Atocha estava ricamente vestido de finas colgaduras, sobre un vistoso dosel, que cubria una pintura, estava retratado Su Magestad puesto en un hermoso busto7.

  • 8 Nithard, confesseur et favori de Marie-Anne d’Autriche, s’attire rapidement la colère des nobles et (...)
  • 9 Gabriel MAURA Y GAMAZO insiste sur cet aspect en ces termes : « Mariana y el Inquisidor [Nithard] a (...)
  • 10 Ibid., p. 352, « La presencia de Carlos II entre sus súbditos despertó en ellos caluroso entusiasmo (...)

8Le chroniqueur offre ici une vision triomphale du cortège d’action de grâce. Tous ces décors entourant le cortège d’une atmosphère festive doivent le rendre inoubliable et favoriser la propagande monarchique. L’exemple précédemment cité est révélateur du travail de manipulation effectué par le pouvoir royal, car si dans certains cas les processions d’actions de grâce se justifient tout à fait par l’obtention d’un bienfait propre à la Monarchie, il ne correspond ici en rien à ces critères. Le cortège a juste pour fonction de célébrer la personne du monarque et il se transforme en un véritable prétexte grâce auquel le nouveau roi se donne à voir en public. On peut se demander si cette procession ne constituait pas un moyen de rassurer le peuple en mettant un terme à la politique austère du père Nithard8 au moment le plus critique de son opposition à don Juan José d’Autriche dans un contexte politique délicat lié à la signature du traité d’Aix-la-Chapelle avec la France9. Elle permettait avant tout d’accorder une certaine reconnaissance non seulement au nouveau monarque mais plus encore à sa mère régente Marie-Anne d’Autriche, tout en divertissant le peuple. Dès lors, la mise en scène du jeune roi apparaît telle une stratégie de propagande d’une régente qui se sert de Charles II pour afficher et ainsi affirmer sa mainmise personnelle sur le pouvoir. L’autorité monarchique, par l’organisation de cérémonies à Nuestra Señora de Atocha réussit donc dans la plupart des cas à atteindre son objectif : celui de rassembler les Madrilènes à sa cause. La Couronne affirme sa légitimité et offre au peuple une véritable représentation de son hégémonie. Le roi et le pouvoir royal en ressortent grandis et les Madrilènes ne peuvent qu’être fascinés par tant de magnificence10.

  • 11 Archivo General del Palacio Real, Administrativa, Legajo 369 : « Cuerpos et imágenes de santos y re (...)
  • 12 « Sabado a 9 de marzo de 1697 resolvio el rey Nuestro Señor salir en publico por los corredores a l (...)

9Ce sont cependant les processions où défilent exclusivement des membres de sa Cour qui offrent l’image la plus aboutie de la toute-puissance de Charles II. L’exemple du transfert de san Diego est assez caractéristique de cette volonté du roi de soigner le cortège. En 1696, une procession de prières publiques avait été conçue pour l’obtention de la guérison de Charles II qui avait souhaité se voir apporter le corps de san Diego, saint qu’il révérait tout particulièrement11. Tout juste rétabli, Charles II décida de lui rendre grâce par l’organisation d’une messe et d’une procession en son honneur le 9 mars 169712. Le roi souhaita cependant aller plus loin dans la vénération du saint. Il choisit de faire transférer son corps à San Gil, église toute proche de son palais, au cours d’une procession le 19 mars. Le pouvoir royal prit alors en charge la décoration de l’église. Les tapissiers du roi ornèrent toute sa façade au moyen de plusieurs tentures empruntées au monastère de la Encarnación. Même s’il n’était pas du tout prévu que la municipalité défile aux côtés des membres de la Cour et de l’Église, le roi l’obligea pourtant à intervenir financièrement en l’incitant à paver la rue qui reliait le palais à l’église et à installer des barrières pour contenir la foule susceptible d’y assister. Elle dut aussi orner d’une tenture et d’un dais le balcon principal de la demeure royale d’où la reine pourrait prendre part à la procession.

10La procession commença depuis les couloirs de l’Alcazar, descendit l’escalier principal pour atteindre la porte d’honneur. De là, elle gagna directement San Gil : les lieutenants et sergents des deux gardes, escortés de quelques soldats marchaient à sa tête. Puis, avançaient deux alcaldes, deux pages arborant l’étendard illuminé de la Chapelle royale. Les religieux de San Gil et les Franciscains – seul ordre à être représenté parmi le cortège puisque san Diego était l’un des leurs – suivaient au son de la musique de la Chapelle royale. D’autres pages du roi éclairaient ensuite le corps du saint déposé sur un autel porté par les chapelains d’honneur ; apparaissaient le prélat officiant assisté d’autres ministres du culte, les majordomes munis de verges ainsi que les Grands d’Espagne. Le monarque arrivait enfin, et la procession s’achevait avec le nonce, les ambassadeurs et les gentilshommes de la chambre. Les gardes espagnole et allemande entouraient le cortège fermé par les archers. Ayant atteint San Gil, l’ensemble des processionnaires pénétra dans l’église pour y chanter le Te Deum, le Tantum ergo et un motet en l’honneur du saint, entonnés par le chœur de la Chapelle royale. Après l’office, le roi regagna sa demeure en carrosse. Cette forme de procession est assez singulière puisque, s’il s’agit bien d’une procession particulière royale – seuls le monarque et les membres de la Cour ci-dessus énumérés y participent – le peuple peut aussi y assister en tant que spectateurs. Certes, ce genre de cortège ne représente qu’un microcosme de la société et, en cela, il diffère de ceux du Corpus Christi par exemple ; mais le roi et la Cour offrent encore une fois aux Madrilènes une véritable mise en scène de leur puissance. Peut-être est-ce d’ailleurs à travers ce type de processions que le roi exprime le mieux sa suprématie, étant donné qu’aucune autre autorité ne peut la remettre en cause. Le cas de la procession de san Diego est à ce titre caractéristique de la volonté du souverain d’organiser son propre cortège par une mise en scène de sa personne dans un souci d’autoaffirmation destinée à influencer non seulement ses sujets madrilènes mais surtout l’opinion des ambassadeurs, représentants des cours étrangères prêtes à exercer sur l’Espagne toute forme d’ingérence à visée expansionniste en cette fin du XVIIe siècle.

  • 13 Outre les nouvelles manifestations religieuses instaurées quelques années plus tard par Charles II, (...)
  • 14 Archivo Parroquial de San Ginés, Libro de contaduría 1620-1670, fol. 119.

11Outre les cortèges à forte symbolique royale, Charles II tâche d’imposer sa légitimité en prenant part à nombre croissant de processions et à un rythme chaque fois plus rapide13. On assiste alors à une quasi saturation de l’espace processionnel madrilène par le monarque qui intervient partout afin d’afficher non seulement sa bonté, son intense piété mais aussi sa solide santé. Ainsi en 1676 Charles II ne se content-t-il pas d’offrir un coffre en argent et des pierres précieuses à l’église paroissiale San Ginés au cours de sa visite la nuit du Jeudi saint, il revient le lendemain, lors d’une nouvelle procession, pour y ajouter plusieurs croix et six candélabres14. La procession durant laquelle le roi « anda las estaciones » lui permet de faire preuve de foi et de piété tout en faisant montre de sa générosité qui cadre bien avec l’esprit du Jeudi saint et avec le symbole du lavement des pieds qu’il avait déjà effectué dans la matinée. Elle évoque une sorte de chemin de croix où le souverain effectue son propre parcours et ses propres stations pour prier devant les statues et monuments religieux. À cette époque où Charles II devient majeur et où est censée s’achever la régence de Marie-Anne d’Autriche, cette image se dote d’une connotation particulière : celle d’un roi fort, désormais adulte et prêt à assumer ses fonctions ; un roi entièrement dévoué à son peuple qui, à l’instar du Christ, se doit de le protéger et de le sauver.

  • 15 Luís MARTÍNEZ KLEISER, Viejas estampas de la Semana Santa madrileña : pregón pronunciado en el teat (...)

12Les documents mentionnant la procession de 1676 indiquent également le trajet réalisé par le monarque et la famille royale « que hicieron estación en los templos del Espíritu Santo, las religiosas de Pinto, los Trinitarios, las Descalzas, Jesús Nazareno, Santa Catalina de Sena y los Capuchinos del Prado ». L’année suivante, ils se rendent à « la capilla del Palacio, Santa María, el Sacramento, San Isidro el Real, el Salvador, las Monjas de Constantinopla y la parroquia de San Juan »15. Le chemin emprunté par le roi est bien modifié d’une année sur l’autre et traverse entièrement Madrid. Le roi essaie de rendre visite aux principaux ordres religieux – Franciscains, Dominicains, Bernardins, Trinitaires, Capucins – et d’alterner chaque année entre les couvents et les églises paroissiales. S’il éprouve très certainement un désir personnel de se recueillir à l’intérieur de ces différents lieux de culte tout en souhaitant imposer une certaine équité entre chacun d’entre eux, il veut assurément étendre son rayonnement à l’ensemble des couvents madrilènes en les marquant du sceau de sa présence.

Dévouement royal : les processions eucharistiques, propagande et représentation

  • 16 Antonio ÁLVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « Virtud coronada : Carlos II y la piedad de la Casa de Austria » (...)

13Le succès croissant des processions du Viatique général – processions paroissiales qui ne justifient pourtant aucune participation royale – poussent à nouveau Charles II, déjà très sensible au culte du Saint Sacrement, à s’immiscer en leur sein. Outre le fait de révéler la profonde dévotion du monarque qui désire, par sa présence dans le cortège, entrer en communion avec ses sujets, cette intervention possède avant tout un but éminemment politique à travers l’image que la procession transmet de sa personne. Si la dynastie des Habsbourg a de tout temps été profondément attachée au culte eucharistique, c’est véritablement sous Charles II que l’intervention du roi dans les processions du Viatique général atteint son apogée. Les récits se révèlent chaque fois identiques : le roi croise « par hasard » au détour d’une rue un cortège présidé par un curé portant le Saint Sacrement à un malade. Le monarque rejoint la procession et l’accompagne ensuite jusqu'à ce qu’elle regagne son église d’origine. La multiplication des exemples est manifeste de la volonté du roi de s’afficher tel un souverain voué à la cause des plus démunis. Bien entendu, cette participation n’était pas anodine. Elle rappelait celle de Rodolphe Ier, comte de Habsbourg, fondateur de la dynastie du même nom en 1271. La légende raconte qu’au cours d’une partie de chasse, Rodolphe entendit la cloche annonçant l’arrivée du Viatique. Lorsqu’il se rendit compte que le curé porteur du Saint Sacrement s’apprêtait à traverser le fleuve à pied, il lui céda son cheval et s’agenouilla, dans un geste profond d’humilité, pour adorer le corps très saint du Christ. Cet épisode fonde le lien profond qui unit la dynastie des Habsbourg d’Autriche et d’Espagne, de Charles Quint à Charles II, au Saint Sacrement, tel un « mayorazgo ideológico » selon l’expression d’Antonio Álvarez-Ossorio Alvariño16.

  • 17 Jodocus de BACKER, Al religiosissimo heroe Carlos Segundo, rey catolico de las Españas : En ocasion(...)

14Sous Charles II, cinq relations de fête – dont quatre poèmes – sont publiées pour exalter ces événements et constituent autant de vecteurs propagandistes à la gloire du roi susceptibles de lui conférer une légitimité religieuse et de la propager à travers les frontières de la Monarchie Catholique. Les poèmes célèbrent de manière hyperbolique le don que fait Charles II de son carrosse au curé de la paroisse San Marcos pendant la procession du Viatique de 168517. Ils commencent tous par un éloge grandiloquent de la personne du monarque, comme le met en lumière l’utilisation d’un vocabulaire emphatique et pompeux :

  • 18 Gaspar Agustín de LARA, op. cit. L’emploi du premier mot du titre du poème « Parangón » place d’emb (...)

Aquel acto de excelso rendimiento
De Humildad elevada efecto summo,
De Fe profunda manifiesta causa,
De Amor sublime, ardiente zelo, oculto (fol. 36r)18.

15Ils se poursuivent par une description de la scène glorifiant, en des termes encore plus dithyrambiques, la bonne action du roi. Le rythme des vers s’accélère pour maintenir le lecteur en haleine et s’achever en une apothéose – le don du carrosse proprement dit –, véritable acmé du poème, avant de s’immobiliser un instant, insistant ainsi sur l’humilité du souverain devant l’ultime grandeur de la présence du Fils de Dieu dans l’Eucharistie :

16Outre ces nombreuses descriptions, il convient de mentionner l’illustre gravure de Romeyn Hooghe représentant la même scène. On y discerne Charles II agenouillé devant le Saint Sacrement, cédant son carrosse au curé porteur du Viatique. Il faut assurément y voir une référence directe au tableau de Rubens et à la légende de Rodolphe Ier. La foule y est bien plus nombreuse que dans la peinture de Rubens, le tableau beaucoup moins épuré, symbole de la profusion du style baroque. Il reflète aussi l’ampleur de la Cour qui accompagne le souverain dont la dévotion s’avère aussi intense que celle de son ancêtre. L’abondance des personnages comme du décor contribue à magnifier la scène, à exalter l’ampleur de la foi de Charles II et la relation particulière de toute une lignée avec le culte eucharistique.

17Quelques mois plus tard, un autre épisode similaire, celui de la participation du roi au cortège du Viatique général de la paroisse San Marcos est rapporté en des termes identiques dans une relation de fête anonyme. Après une introduction, comme d’ordinaire à la louange du monarque, on y apprend que :

  • 19 Relación verdadera en que se da quenta y declara el real acompañamiento que hizo nuestro católico m (...)

Sucedio pues que el referido, quatro nombrado en todo el Orbe por su piedad Christiana, Carlos II (que Dios Guarde) aviendo encontrado al supremo rey de los reyes y señor de los señores, el domingo 16 de mayo, que salia de su parroquia san Marcos, como se acostumbra en toda la Christiandad, en procesion a visitar a aquellos, que por sus enfermedades no avian podido cumplir su divino precepto, se apeo del coche, y tomando una vela, que le dio su mayordomo, le fue sirviendo, hasta que dando vuelta a su casa, le dejo en ella, despues de haber hecho siete visitas, dejando muestras de su magnificencia singular, correspondiente a su grandeza. Pues en todas las partes en que estuvo, dejo muy consolados los enfermos, dandoles muy gruesas limosnas, con que pudiesen aliviar sus trabajos y necesidades suficientemente, por las quales acaso estavan tan postrados en la cama (pero con la visita celestial y con las dadivas de su religioso monarca, no dudo que les pondran fin), acompañando al principio solamente de sus mayordomos de semana; si bien despues, de la nobleza toda, que movida de semejante ejemplo y llevada de la atencion, y devocion al culto divino de su Principe, no pudo dejar de imitarle, acompañandole hasta dejarle en su real trono, maravillada la accion tan digna de ponderarse, y inaudita a todos aquellos a cuyos oidos llegare19.

18Cet exemple traduit bien le retentissement de l’accompagnement processionnel de Charles II ainsi que sa grande bonté face aux malades, son humilité, sa charité, puisqu’il leur apporte aussi une aide matérielle. Tous ces extraits appartiennent à une littérature hyperbolique à visée clairement politique voire propagandiste. Ils doivent transmettre l’image d’un monarque à l’écoute de son peuple, fidèle dans sa foi qui, à l’instar du Christ, se consacre au secours des malades tel le serviteur de son peuple. Ils incitent les Madrilènes à éprouver un grand respect à son égard. Le roi en ressort grandi, son peuple lui exprimant une profonde gratitude face à une telle marque de dévotion et le reconnaissant comme son souverain absolu. Piété, charité, justice, don de soi : autant de qualités ou de vertus cardinales propre au roi sage, digne représentant de Dieu sur terre qui obtient ainsi une légitimité entière pour servir de guide à son peuple grâce à la providence divine. La multiplication des publications élogieuses évoquant son intervention au sein de ces processions, précisément en 1685, permet également d’éclipser un thème récurrent dans les imprimés de cette année : l’évolution de la guerre contre les Turcs dans le royaume de Hongrie.

  • 20 Álvaro Pascual CHENEL, « Fiesta sacra y poder político: la iconografía de los Austrias como defenso (...)
  • 21 Dans son propre testament destiné à Charles II, Philippe IV exprimait déjà sa volonté de voir son f (...)
  • 22 Antonio ÁLVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, op. cit., p. 41. Voir aussi Alfredo RODRÍGUEZ G. DE CEBALLOS, « R (...)

19Relations de fête, gravures, tableaux, sculptures, architecture éphémère sont autant d’éléments artistiques permettant de forger l’image d’un roi pieux, vertueux, et de servir une propagande aussi bien religieuse que politique. Afin de fédérer l’ensemble du peuple de la Monarchie Catholique derrière son souverain, ces textes et ces images univoques sont transmises à l’ensemble des territoires du monarque, reproduites ou bien réalisées jusqu’aux confins des Indes comme le soulignent par exemple les nombreux portraits de Charles II destinés à représenter le monarque comme Defensor Fidei du catholicisme et plus spécifiquement de la dévotion eucharistique et mariale propre à la Maison d’Autriche, cette Pietas Austriaca, leitmotiv de si nombreuses représentations artistiques20. Cette volonté de présenter Charles II tel un prince chrétien correspondait au code religieux et éthique de la Maison d’Autriche21. La Pietas Austriaca avait déjà été établie depuis longtemps sous la plume des jésuites Roberto Bellarmino, Pedro de Ribadeneira, Juan Eusebio Nieremberg où le binôme roi/royaume s’incarnait dans la vertu du souverain qui, par sa dévotion exemplaire, sa soumission aux commandements divins et ecclésiastiques, son implication dans la défense de la foi catholique, obtenait de grandes faveurs divines pour son peuple via la providence divine, faveurs qui pourraient notamment se concrétiser par la naissance d’un héritier tant attendu pour perpétrer la lignée des Habsbourg d’Espagne22. Cependant, sous Charles II, cette propagande devient bien plus systématique, la légitimité religieuse ainsi conquise se révélant un préalable indispensable à l’obtention d’une légitimité politique.

De la légitimité religieuse à la légitimité politique

Vers un contrôle de la foi : Charles II comme Defensor Fidei

20La légitimité obtenue par Charles II dans la sphère religieuse se répercute immédiatement sur la sphère politique en raison de l’indissociabilité de ces deux secteurs à l’époque moderne. C’est pourquoi le monarque, désireux d’assoir politiquement sa légitimité religieuse et de se comporter en Defensor Fidei, doit absolument rassembler son peuple derrière lui afin d’instaurer une unité de pensées, de croyances, de pratiques religieuses au sein d’une communauté de fidèles susceptible de le soutenir corps et âme. D’où sa nécessité de ramener l’ordre vers des croyances et des rites communs. Pour ce faire, il décide d’étendre son contrôle de la foi via la création de nouvelles processions et l’encadrement de la religion populaire.

  • 23 Charles II décide en 1685 de consacrer une fête à Nuestra Señora del Carmen et à saint Bernard, en  (...)
  • 24 Ibid.

21Bien entendu, l’évolution des processions dépend au préalable des réformes dogmatiques et des directives prônées par la papauté ou par les Pères conciliaires de Trente. La tendance à privilégier les processions eucharistiques – la Fête-Dieu, l’Octave du Corpus et le Viatique Général – plutôt que les processions patronales, participe d’un mouvement post-tridentin plus global qui aspire à réaffirmer le dogme de la transsubstantiation comme élément fondateur du catholicisme face aux multiples hérésies. Toutefois, Charles II affermit son pouvoir sur la scène politique et religieuse en imposant et en instaurant dans le calendrier liturgique de nouvelles manifestations religieuses symboliques. Il s’inscrit ainsi dans l’histoire comme le souverain Habsbourg ayant institué le plus grand nombre de fêtes religieuses patronales23. Dès cette époque, les nouvelles processions votives ne provinrent pas d’initiatives locales tel que cela était ordinairement le cas jusqu’alors, mais émanèrent des préoccupations du dernier des Habsbourg. Le roi et ses conseillers encouragèrent directement la fondation de ces célébrations publiques consacrées aussi bien à de nouveaux saints patrons locaux qu’à des saints protecteurs de la Monarchie24. Dans la plupart des cas, la municipalité se limitait à sanctionner par un vote les ordres du souverain, ce qui indique le poids de la Couronne et de Charles II dans l’instauration des processions municipales.

  • 25 « En Madrid a 10 dias del mes de diciembre de 1687 estando juntos en el ayuntamiento de esta villa (...)

22En d’autres occasions, le gouvernement profita de l’initiative de la municipalité pour entériner de nouvelles processions. Ainsi celle de saint Damase Ier commença-t-elle comme célébration extraordinaire destinée à rendre grâce à Dieu pour le recouvrement de la santé de Charles II en 1687. Quand le concejo pria le Conseil de Castille de l’autoriser à effectuer les dépenses nécessaires à ces festivités, celui-ci l’enjoignit d’organiser perpétuellement cette manifestation religieuse « no solo porque el santo era natural y patron de Madrid, sino tambien por la sucesion de Sus Majestades y buenos sucesos de la Monarquia »25. De cette manière, Charles II parvient donc à s’imposer sur l’échiquier politique et religieux de cette fin de siècle. Cependant, c’est assurément par le biais de la mise en œuvre d’un processus d’encadrement et de régulation de la religion populaire que le monarque tente de s’affirmer en insufflant respect et autorité à ses sujets.

  • 26 Si on prend l’exemple de 1663, pas moins de trente licences sont attribuées. Voir Archivo Histórico (...)

23Pendant la première moitié du XVIIe siècle, les membres de la Sala de Alcaldes de Casa y Corte ainsi que ceux du Conseil de Castille étaient très indulgents, car ils autorisaient l’ensemble des fêtes et processions de quartier. Le nombre considérable de licences accordées chaque année le prouve26. Les autorités ecclésiastique et royale avaient beaucoup d’estime pour ces cortèges, leur prolifération dans les rues madrilènes servant l’image de la Monarchie catholique. Les processions, à caractère plus ou moins spontané, reflétaient la ferveur de Madrid, Villa y Corte catholique, enthousiaste et prête à se mobiliser en faveur des mêmes valeurs religieuses que son souverain. Néanmoins, à partir du dernier quart de siècle, les autorités dirigeantes madrilènes, désireuses de limiter la religiosité populaire, tâchèrent de faire appliquer des consignes strictes en imposant une religion officielle et une ligne de conduite très rigoureuse dans la pratique rituelle. La politique de contrôle de ces manifestations religieuses se renforça et certaines tensions se manifestèrent entre les fidèles et la Sala de Alcaldes, représentante des directives royales. Celle-ci commença, dès 1674, à imposer des règlements plus stricts quant à la concession des licences. Si, jusqu’à cette date, les Madrilènes pouvaient encore organiser des fêtes de quartier sans en référer obligatoirement à cette institution, cette pratique devint désormais impossible :

  • 27 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. 1259, « Autos de 5 y 6 de abril de 1674 ».

En la villa de Madrid a cinco dias del mes de abril de 1674 años los señores del consejo de Su Magestad mandaron que de aqui adelante en las calles y plaçuelas desta corte no se agan altares ni palenques ni recorra sortija ninguna ni se agan suyças ni otras fiestas algunas por ningunos gremios ni otras personas con ningun pretexto sin tener licencia de su Excelentisimo el señor Presidente pena de que seran castigados con todo vigor y remitese la execucion y castigo de la contravencion a la sala de alcaldes. Miguel Fernandez de Noruega (fol. 95r)27.

24Cette mesure concernait les moindres détails des préparatifs des festivités, les décors des rues, la confection d’autels ou le défilé d’objets religieux. Les participants devaient obtenir une autorisation, non seulement de la Sala de Alcaldes, mais aussi du plus haut personnage de l’État après le roi, le Président du Conseil de Castille. Afin que cet édit fût connu de tous, des crieurs publics le proclamèrent « en altas e intelegibles voces » aux points stratégiques de la ville, Puerta de Guadalaxara, Plazuela de Santa Cruz et Puerta del Sol. Cette disposition jouissait pourtant d’une portée limitée, la plupart des organisations de fidèles ayant déjà adopté depuis longtemps les pratiques mentionnées dans le décret. Elle traduisait cependant les préoccupations suscitées par les fêtes de quartier et l’attitude vigilante des autorités. La nécessité d’obtenir une permission formelle constituait les prémices d’une volonté du pouvoir royal d’exercer un contrôle très ferme sur ces manifestations publiques en vue de les canaliser et de s’imposer tant religieusement que politiquement. Cette politique se durcit rapidement et se traduisit par une démarche d’éradication de ces processions. Pour justifier cette pratique, deux aspects furent particulièrement dénoncés : le danger de certains agissements tels l’utilisation de pétards, de feux d’artifice, de coups de feux au passage de la procession et le trop grand degré de ferveur des acteurs des cortèges au détriment de ceux organisés pour les célébrations religieuses ordinaires.

  • 28 Jusqu’alors, les lancers de pétards étaient autorisés du moment que les organisateurs, les poudrier (...)

25Les alcaldes de Casa y Corte promulguèrent alors une série de décrets, à partir de 1677, visant à interdire les lancers de pétards, en raison de la dangerosité et des dégâts matériels que ceux-ci pouvaient occasionner28. Ils souhaitaient, de cette manière, limiter voire interdire temporairement ces célébrations :

  • 29 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1262.

Que se renueven los autos acordados por el gobierno que prohiben los cohetes asi los que llaman volanderos como de carretilla o de otro cualquier genero y que se notifique a todos los que tratan en este ejercicio que no los hagan ni vendan para dentro ni fuera de la corte con apercivimiento que seran castigados con todo rigor si lo contravinieren; y si pareciere se podra publicar por pregon esta orden prohibiendo absolutamente los cohetes para que ninguno alegue ignorancia de ella por haverse entendido tambien que algunos particulares religiosos con motivo de celebridad de sus fiestas [como si la dieron mayor al culto divino con este ruidoso aparato] los fabrican en sus casas y que se reconozca las de todos los coheteros para deshacerles quantos de estos instrumentos havieren en ellas con que se evitaran tantas desgracias como se ha experimentado que ocasionan hasta haver llegado a suceder algunas muertes (fol. 157r)29.

26Le Conseil de Castille réfrénait les fabricants de poudre, régulait le trafic des localités voisines et luttait contre la fabrication clandestine de cette substance dans les couvents madrilènes. Il devint intransigeant envers ceux qui transgressaient les ordres, en les punissant con « todo rigor » et en détruisant tout leur matériel. La condamnation fut d’ailleurs précisée lors de la publication d’un nouveau décret, plus détaillé que le précédent en 1678 :

  • 30 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1263.

Mandaron que los autos de la sala proveido en 20 de septiembre del año pasado de 1677, de octubre de 1677 en que se manda que ningun cochero ni otra persona sea osado de hacerse fabricar cohetes en esta corte para ninguna fiesta de las que se celebran en ella ni tampoco para fuera de Madrid ni otras invenciones de fuego ni dispararlos en ninguna dichas fiestas pena de cien ducados a los que contrabinieren a lo referido. Se guarden y cumplen en todo por todo segun y como en dichos autos se contiene y solas penas en ellas impuestas y en su execucion y cumplimiento ningun fabricante de coetes y artificios de fuego los haga fabrique por ningun caso ni de ningun genero ni los venda para dentro ni fuera desta corte; y que a los dichos fabricantes se les desagan y quemen todos los instrumentos que se les hallaren y aprendieron para las fabricas de dichos coetes de manera que queden absolutamente imposibilitados de poderla continuar donde se dispararen dichos coetes y otras invenciones de fuego contando haverse disparado y por cualquiera persona que sea se le saquen a los mayordomos de ella cien ducados de que desde luego se les condena de mas que contra unos y otros se procedera a las demas penas que ubiese lugar de derecho y que para que lo referido sea notorio a todo se publique este auto en las partes acostumbradas desta corte lo señalaron (fol. 234r)30.

  • 31 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1279, fol. 469r.
  • 32 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1269, fol. 305r.

27Une amende de cent ducats fut infligée aux fabricants de poudre qui intervenaient au cours de ces cérémonies ainsi qu’aux mayordomos des confréries. Un document de 1694 confirme d’ailleurs que les religieux du couvent de San Phelipe devaient « estar castigados muy severamente » en raison du tir de nombreux pétards à l’intérieur de leur monastère. De tels actes enfreignaient les règles établies par le Conseil de Castille, « faltando al respecto y veneracion que se debe tener a las ordenes del consejo », puisqu’il était désormais interdit de lancer le moindre pétard31. Rien n’est pourtant dit sur la nature de la condamnation et ces directives se révélèrent en réalité peu efficaces. C’est pourquoi le Conseil de Castille les édita à nouveau en 1684 dans l’espoir qu’elles seraient davantage respectées32. L’opposition aux fêtes de quartier vint exclusivement des autorités royales, l’Église ayant eu, quant à elle, tendance à les encourager. Certains couvents obtinrent même le privilège de continuer à lancer des pétards et des feux d’artifice, si bien que ces processions particulières ne purent entièrement disparaître.

  • 33 La plupart des licences sollicitées par les organisateurs des processions de quartier sont accordée (...)
  • 34 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1263, fol. 218r. « En la villa de Madrid a catorce dias del mes de se (...)
  • 35 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1271, fol. 76v : « Aviendo reconocido los papeles de mi oficio parece (...)

28Face à cet échec, le Conseil de Castille redoubla de fermeté en s’attaquant directement à la nature même des processions de quartier. Il les jugeait néfastes, car elles commençaient à susciter plus de ferveur parmi les participants que les processions générales voire les festivités royales. Si, dans un premier temps, il décida d’accorder sa licence aux organisateurs des processions qui déclaraient n’utiliser aucun pétard, feux d’artifice, ou poudre en général33, il se durcit en 1678 en interdisant l’ensemble des processions de quartier qui parcouraient les rues madrilènes. Celles-ci devaient désormais se dérouler à l’intérieur d’un édifice religieux quel qu’il fût. Le Conseil de Castille alléguait l’aspect profane de l’espace public, inadapté au caractère sacré des processions qui l’arpentaient. Certes, la distinction entre espace urbain sacré et profane n’était pas nouvelle, mais elle était à présent utilisée pour obliger les habitants à poursuivre leur dévotion à l’intérieur des églises34. On condamnait les festivités de quartier tant pour leur manque de respect de l’ordre public que pour des considérations religieuses. Le Conseil de Castille critiquait l’absence de dévotion des très nombreux spectateurs « a que concurre muchedumbre de gente, mas por curiosidad que por devocion » ainsi que le coût très élevé de ces manifestations. Il s’agissait en fait de simples prétextes destinés à prendre le contrôle de ces cortèges. Pourtant, de nouvelles exceptions apparurent. Le Conseil de Castille, reconnaissant lui-même sa contradiction, accepta l’organisation d’une procession dans les parages de la croix située Puerta Cerrada, dès lors que n’étaient lancés ni pétards ni feux d’artifice35. Il se plia en réalité aux exigences de l’archevêché de Tolède qui avait validé les ordonnances de la confrérie définissant les critères de la célébration d’une telle fête dans les rues de Madrid. Ce cas révèle bien le rôle parfois contradictoire des autorités civile et ecclésiastique. En revanche, le Conseil maintint ferme ses positions en s’opposant, en septembre 1694, à l’organisation d’une procession en l’honneur de Nuestra Señora del Sagrario par les habitants de la calle del Pez :

  • 36 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1279.

En Madrid a seis dias del mes de septiembre de 1694 los señores don Francisco de Villavieta Ramirez del consejo de Su Magestad y alcalde de su casa y corte: mandaron se notifique a don Juan Mathias de Parada y a don Juan Antonio de Parada su hijo que viven en la calle de las Veatas que pena de 200 ducados no hagan ni permitan hacer la fiesta que tienen dispuesta el hacer en la calle del Pez a Nuestra Señora del Sagrario asi lo provihieron y señalaron (fol. 371r)36.

  • 37 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1282, fol. 299r.

29Rien ne l’empêchait dans ce cas précis de faire respecter les règles initiales qu’il avait établies. Afin de les renforcer, il publia de nouveau en 1697 l’édit de 1678, de manière encore plus catégorique, sans donner cette fois-ci la moindre explication quant à ce choix37.

30Le pouvoir royal, par l’intermédiaire du Conseil de Castille et de la Sala de Alcaldes, tente ainsi de s’assurer la maîtrise des processions de quartier comme de leur espace festif en leur imposant des règles chaque fois plus draconiennes. Il semble y être parvenu sur certains aspects. Toutefois, les fidèles ne s’avouent pas vaincus, tant la tradition de ces célébrations publiques est ancrée dans leur esprit. Ces formes de manifestations religieuses leur permettent de prendre possession d’une géographie particulière, celle de leur quartier, qui devient un symbole identitaire. Par conséquent, les décrets les plus catégoriques du Conseil de Castille ne purent éradiquer intégralement ces manifestations religieuses. Certes, elles étaient désormais condamnées à se déployer dans les églises, mais ces processions ne disparurent pas pour autant entièrement du paysage madrilène. La mainmise de Charles II sur les cérémonies religieuses madrilènes particulières s’avère donc toute relative et traduit la vigueur du peuple à organiser ses propres rituels festifs. Dès lors, cette adhésion spontanée vient concurrencer les processions générales organisées officiellement en grande pompe par les autorités madrilènes, les rend plus factices et remet en cause l’adhésion générale que le pouvoir prétend susciter en se mettant en scène.

31C’est pourquoi, afin de mettre un terme à cette dévotion individuelle et de favoriser la dévotion collective, la Couronne multiplie l’organisation de processions générales pour l’ensemble des Madrilènes, selon le calendrier liturgique, ou bien au gré des événements religieux conséquents – canonisation, béatification, jubilé, translation de reliques, fondation de couvents, prière publique ou action de grâce. Elle parvient ainsi à effacer les particularismes tout en normalisant le cadre des processions. Ces multiples initiatives permettent d’uniformiser la pratique rituelle dans la capitale, contrairement à ses villages environnants tout en donnant l’illusion d’une profonde unité sociale et politique.

Stratégie politique et maintien de l’ordre social

  • 38 Rappelons qu’en cette fin de siècle, eu égard à un ensemble d’insatisfactions économiques et social (...)
  • 39 José Antonio MARAVALL, La cultura del Barroco, Barcelona : Ariel Letras, [1975], 11e ed. , 2008, p. (...)
  • 40 Antonio Bonet CORREA va jusqu’à utiliser le terme de Real maravilloso pour désigner ces fêtes baroq (...)

32Sous Charles II, le pouvoir royal utilise les processions dans un but politique afin de canaliser le peuple. Il les considère tel un moyen efficace pour apaiser la foule qui commence à se rebeller38 et pour lutter contre les éventuels débordements issus des conditions misérables dans lesquelles vit le petit peuple. Ces mesures préventives répondent à une stratégie de maintien de l’ordre définie par le pouvoir et favorisent la conservation de l’équilibre social et politique entre les différentes couches sociales. Telle une catharsis, le spectacle processionnel concourt à la création d’un temps spécifique, idéal, en rupture avec la monotonie et les difficultés quotidiennes de l’existence, un temps où l’évasion est de rigueur pour alléger le poids de la pauvreté, surtout à une époque où les crises de subsistances représentent une menace constante. Tout est par conséquent mis en œuvre pour égayer le peuple. C’est ce qui explique les sommes toujours plus colossales versées pour les processions, leurs décors et leurs illuminations. L’accumulation d’illuminations à l’intérieur et à l’extérieur des cortèges processionnels possède par exemple un aspect salvateur pour l’homme du XVIIe siècle. Le caractère magique de la lumière qui s’oppose aux ténèbres, son aspect artificiel attire les hommes condamnés à supporter les longues nuits d’hiver, l’obscurité nocturne des rues de la capitale et la faible lueur de l’intérieur des édifices. Comme l’a montré José Antonio Maravall, « en el barroco, el afán de desplazar el día por la noche, venciendo la oscuridad de ésta por medio de un puro sacrificio humano es un afán insaciable de su forma de entender el mundo, de su cosmovisión »39. Les festivités et parmi elles les processions donnent au peuple timide et obéissant qui souhaite s’étourdir, l’illusion momentanée de dominer la nature et d’en être le spectateur privilégié. La profusion des décors, des feux d’artifices, des pétards offre un spectacle merveilleux40, où le peuple comme les autorités sont pris dans un tourbillon qui leur laisse croire que richesse et pouvoir sont encore au cœur des Royaumes d’Espagne.

33En outre, les processions doivent créer un simulacre d’égalité et de bienveillance entre le souverain et son peuple puisque le roi, par son omniprésence et sa grande mansuétude − son intervention au sein des processions du Viatique général l’a amplement soulignée − s’affiche tel un roi accessible. Un véritable processus d’identification s’opère chez des sujets qui, dès lors, se sentent proches de leur protecteur. Par conséquent, les protagonistes des processions étaient à la fois le roi et ses représentants, emblèmes vivants du pouvoir royal qui, par l’acte même d’exposer la splendeur de leur majesté aux fidèles, transformaient cette foule de spectateurs en des symboles vivants du corps monarchique. Cette mise en scène donnait l’illusion au peuple d’être partie intégrante de la manifestation religieuse. Il avait l’impression de ne pas être écarté, ce qui renforçait le sentiment de cohésion recherché.

  • 41 Voir les rivalités opposant Valenzuela, Juan José d’Autriche, Oropesa, Portocarrero. Dès les débuts (...)
  • 42 Álvaro PASCUAL CHENEL, « Juegos de imagen y apariencia : simulación, disimulación y propaganda polí (...)

34Quel est alors l’intérêt d’obtenir une unité de façade ? Certes, l’image d’une foule de fidèles regroupés derrière son souverain, défenseur de la foi, lui donnait davantage de légitimité face à la présence de l’Église et de la municipalité, deux institutions ancrées depuis bien plus longtemps que la Couronne sur le territoire madrilène et principales organisatrices des manifestations religieuses ; mais elle permettait surtout de présenter Madrid comme bastion du catholicisme et de conférer une grande crédibilité à cette jeune capitale. Si la somptuosité des cortèges y participe, c’est assurément la symbiose du peuple dans la foi qui prédomine. Elle montre que Madrid et ses habitants, à l’image de leur souverain, appliquent les décrets du Concile de Trente, et luttent contre les hérésies. La capitale des Espagnes s’apparente alors à une ville sainte au même titre que Rome. L’ostentation, synonyme de légitimation prend ici tout son sens. Si le roi parvient ainsi à s’ériger en véritable Defensor Fidei, il vise également à devenir un réel « Defensor Patriae », en s’affirmant comme véritable chef politique chargé de rassurer son peuple en feignant une grande force et une unité profonde à la tête de la gouvernance de la Monarchie face aux différentes factions qui s’affrontent pour l’obtention du pouvoir41. Quelle plus belle image transmettre à des visiteurs étrangers dans un contexte de fin de siècle où chaque cour européenne semble vouloir dès lors tirer profit de la chétivité du monarque et de son absence de descendance pour susciter tout type d’ingérence à visées expansionnistes ?42

35Il existe bien une forme d’instrumentalisation des processions où le pouvoir royal cherche à gagner la confiance du peuple afin d’obtenir légitimité et crédibilité et surtout d’éviter tout souffle de révolte ou de contestation en lui offrant, par ces représentations festives, une échappatoire, une soupape à ses difficultés quotidiennes. Ce recours à l’apparat et à la propagande processionnels traduit bien la volonté de la Couronne de dissimuler les carences du roi et de simuler sa dignité, son autorité et sa majesté. Cette stratégie politique vise à masquer une instabilité − tant intérieure au territoire qu’extérieure − qui menace de saper les fondements désormais fragiles de la Monarchie. Si le roi parvient ainsi à assoir sa légitimité religieuse et politique, c’est surtout par une tentative d’appropriation du territoire processionnel qu’il affirme son emprise religieuse.

L’ancrage de la légitimité : une tentative d’appropriation du territoire processionnel

  • 43 A.G.P, Sección histórica, Etiquetas reales, Caja 50, Exp. 3 : « Salida de Su Magestad en público en (...)
  • 44 Ce nouveau schéma est conservé aux Archives Générales de Simancas. Voir A.G.S., Archivo Histórico, (...)
  • 45 A.G.S., Ibid.

36Charles II réussit à se mettre en scène pour transformer les processions générales en de véritables cérémonies royales. Pour ce faire, il remanie les étiquettes royales approuvées par Philippe IV en 1651 en insistant davantage sur l’omniprésence du monarque au sein des processions d’action de grâce afin de modifier durablement leur essence et de leur attribuer le statut de « processions de Cour ». Ces cortèges constituent désormais une véritable représentation de la Cour autour de son souverain qui attend d’être acclamé par son peuple selon la coutume et se caractérisent par leur aspect très structuré reproduisant à petite échelle l’organisation de la Maison du roi43. C’est pourquoi des conflits de préséance ne manquèrent pas d’éclater au sein même des membres du pouvoir royal irrités parfois d’être relégués derrières certains ambassadeurs étrangers. Par exemple, pour célébrer la victoire de Vienne en 1683, Charles II fit organiser une procession d’action de grâce à Nuestra Señora de Atocha. S’établit dès lors une correspondance entre ce dernier et le Conseil d’État quant à la place que devaient adopter le nonce et les ambassadeurs. Le premier s’était plaint des modifications qui avaient été apportées à son rang dans le cortège, ce qui lui conférait une position stratégique moins prisée qu’à l’ordinaire. En effet Charles II avait décidé, en 1683, d’effectuer quelques transformations sur le schéma originel qui indiquait la localisation des représentants de chaque institution44. Le Conseil d’État voulait savoir quelles réponses donner au nonce et aux ambassadeurs sur trois sujets précis. Le premier concernait le lieu exact qu’ils devraient occuper dans le cortège afin que « en la funcion no haya el menor motivo de altercado »45, étant donné que le roi refusait de leur montrer le déroulé de la célébration. Le deuxième révélait leur intention de faire entrer leurs chevaux dans la cour du Palais royal et la troisième avait trait à leurs coches. Le roi répondit de la sorte :

  • 46  Ibid.

Los Cardenales han de llevar en este acompañamiento el mismo lugar que tienen en los de a pie, y los Embaxadores iran en el que les toca detras de mi Persona en fila igual: al Cavallerizo mayor, y Mayordomo Mayor he mandado lo que han de ejecutar; los coches de mi Persona y familia han de hacer un cuerpo e ir unidos sin interpolacion, y a ellos se seguiran los de los Cardenales y Embaxadores, a quienes se respondera con noticia de mi resolucion en la forma que parece al Consejo, previniendoles la circunstancia de que en el zaguan del Palacio no han de entrar mas Cavallos que el de mi Real Persona, y el del Cavallerizo mayor como es estilo y dispone la etiqueta46.

37Le roi s’imposait ici comme souverain absolu. Il ne laissait aucune marge de manœuvre aux membres de la haute noblesse du Conseil d’État qui devaient se soumettre à ses directives tout en acceptant la position privilégiée du nonce et des cardinaux présents pour célébrer la victoire de la chrétienté.

38En outre, le roi se sert d’un espace processionnel bien spécifique pour imprégner la géographie madrilène d’une connotation royale et l’ancrer ainsi dans l’esprit des fidèles en favorisant l’adhésion des Madrilènes à la Monarchie. Les processions d’action de grâce traversaient Madrid d’est en ouest. Elles partaient du Palais royal pour rejoindre la Plaza Mayor après être passées devant Santa María de la Almudena et descendaient la Calle de Atocha jusqu’à son sanctuaire. Les processions orchestrées par la Monarchie permettent au roi de consolider un espace géographique qu’il s’était peu à peu approprié. Les parcours processionnels comprennent invariablement le Palais royal, les couvents de la Encarnación et des Descalzas Reales, hauts lieux de la Couronne avant d’atteindre l’ermitage de Nuestra Señora de Atocha. La symbolique royale des itinéraires processionnels et la présence du monarque en personne contribuent à centrer toute l’attention du peuple sur Charles II tout en fédérant le pouvoir royal qui l’emporte facilement sur les autres institutions absentes de ces manifestations. Au cours de ces processions, ce n’est plus la Vierge ou le saint qui est vénéré mais bel et bien le souverain.

***

  • 47 Voir Maurizio FAGIOLO DELL’ARCO, L’Effimero barocco, Rome : Bulzoni, 1978, p. 5 : « En la fiesta de (...)
  • 48 José Jaime GARCÍA BERNAL, El Fasto público en la España de los Austrias, Séville : Universidad de S (...)

39Les processions constituent donc pour Charles II, souverain fréquemment vilipendé pour sa chétivité et son absence de descende, un véritable moyen, de s’affirmer dans la sphère religieuse et politique. C’est grâce à elles que le roi parvient à se mettre en scène par une autoreprésentation et une autoaffirmation de sa puissance, en imposant son discours symbolique, ses garanties et par conséquent sa présence absolument nécessaire. Les processions deviennent l’instrument indispensable d’une stratégie politique destinée à réaffirmer et promouvoir un renforcement du pouvoir et de l’autorité du monarque. L’espace et l’environnement géographique sacralisé pour l’occasion doivent alors suppléer les carences d’autoreprésentation du roi en recourant à la simulation au travers d’un jeu symbolique offert par un décor théâtral qui s’appuie sur la topographie madrilène environnante. Les récepteurs de ce message, les spectateurs, deviennent les complices de l’ostentation du pouvoir royal. S’offrant à leur tour aux yeux de tous, ils éprouvent la satisfaction d’être reconnus par le souverain tels des témoins privilégiés de ce prestige triomphant et d’appartenir à une même communauté sacrale qui cherche, dans ces cortèges, une consolation mutuelle face aux difficultés du quotidien. Autoaffirmation et autocomplaisance vont de pair dans les manifestations religieuses. Véritables exégèses pour le peuple, celles-ci oscillent en permanence entre la construction et la déconstruction non seulement de l’espace urbain mais aussi des règles de vie et des hiérarchies quotidiennes afin de représenter les règles du pouvoir absolu et l’entière hégémonie du modèle idéologique dominant47. Les deux concepts abstraits du merveilleux et du pouvoir, piliers de la culture baroque, ont besoin à la fois d’artifice et de vraisemblance pour convaincre et émouvoir le public. L’espace processionnel devient un espace à tous points de vus éphémère mais psychologiquement solide, durable et récurrent car il résulte d’un processus complexe où apparaissent de nombreuses images symboliques. Les notions abstraites du merveilleux et du pouvoir sont ainsi transformées en des représentations visibles, sensibles, concrètes à la portée de tous. La ville devient le lieu de garantie véridique du pouvoir absolu et de ses corolaires : l’abondance, l’ordre, le savoir absolu. Le public, ému face à tant de magnificence, y adhère48.

40Véritables propagandes royales pour Charles II, les processions générales s’apparentent en somme à des vecteurs de l’ostentation de la Couronne au même titre que l’art et la littérature, visant à conférer légitimité et crédibilité au vulnérable souverain. Ces manifestations religieuses sont conçues tel d’authentiques spectacles offerts aux fidèles, puisque l’ostentation devient synonyme de légitimation à l’époque baroque. On observe alors, dans les processions générales, une représentation du pouvoir royal qui associe l’art visuel à la culture de la Cour dans ce que l’on pourrait qualifier de « baroque de l’éphémère ». L’utilisation de monuments éphémères – pyramides, autels, arcs de triomphe –, de décors fastueux, d’emblèmes, de hiéroglyphes, en somme, de tout un ensemble de symboles, fascine le peuple et entre dans l’esprit de la Réforme catholique. La religiosité populaire se mêle à la religiosité des élites ; toutes les couches sociales sont réunies dans un même élan derrière le souverain, bienfaiteur de son peuple. Le temps de la procession affiche l’image d’une union de tous les sujets dans une parfaite symbiose évoquée dans chaque relation de fêtes. L’Église et la municipalité soutiennent le pouvoir royal dans cette entreprise qui participe en fait d’une stratégie politique de maintien de l’ordre. La procession est instrumentalisée et considérée comme un moyen de distraire et d’éblouir la foule. Fondée sur l’illusion des décors, elle doit à la fois émerveiller, émouvoir et instruire en inculquant une idéologie unique. Le peuple a l’impression de participer pleinement à la scène dont il n’est en réalité qu’un simple spectateur. Tout n’est au fond que leurre, car la procession renvoie, certes une image, mais elle est avant tout image d’elle-même. La cohésion qui règne entre les différentes couches sociales n’est d’ailleurs qu’une harmonie déguisée, puisque chacun, y compris les spectateurs, conserve la place qu’il occupe traditionnellement dans cette société cloisonnée.

41Les processions constituent, en fait, pour le pouvoir royal des occasions supplémentaires de s’intégrer dans le paysage madrilène. L’ascendant de la Monarchie sur les manifestations religieuses s’exprime alors à plusieurs niveaux. Celle-ci intervient tout d’abord dans l’espace interne du cortège en y introduisant de plus en plus de représentants du pouvoir royal. Ce procédé est plutôt satisfaisant pour l’autorité royale qui voit l’ensemble des cortèges des processions générales s’enrichir de membres de la Maison du roi et de représentants de plusieurs institutions dépendant de la Monarchie, tels ceux des différents conseils. Les processions sont désormais régies par un cérémonial et un protocole extrêmement stricts. La participation de plus en plus fréquente du monarque en personne qui défile aux côtés de ses sujets jusqu’à saturer l’espace processionnel transforme profondément la signification originelle des processions générales qui s’apparentent désormais à des cérémonies royales.

42Cependant, cette emprise du pouvoir royal est loin d’être absolue, car si celui-ci réussit à exercer un monopole sur l’espace des cortèges, il ne parvient pas à s’imposer sur les processions particulières des quartiers malgré la promulgation de réglementations plus rigoureuses au moment où la propagation de telles célébrations commençait réellement à concurrencer les processions officielles. On s’aperçoit alors que cette légitimité qui s’appuie sur les cortèges religieux, simulacres et représentations quasi théâtrales d’une réalité imaginaire n’est qu’une légitimité de façade. L’image de Charles II façonnée lors des cortèges religieux et véhiculée à ses sujets – un roi pieux, vertueux, un prince chrétien Defensor Fidei de cette Pietas Austriaca (surtout eucharistique et mariale) et Defensor Patriae – destinée à forger la fausse normalité d’une Monarchie solide, immuable et inébranlable en ayant recours à la rhétorique, à l’apparence et à la persuasion se révèle en fait un leurre et comporte de bien nombreuses limites.

Haut de page

Notes

1 Mémoires de Louis XIV pour l’instruction du dauphin, 2 vols., Paris : édition de Charles Dreyss, 1680, p. 567. Il s’agit ici de « L’Appendice II de 1662 ».

2 José Manuel NIETO SORIA, « Del rey oculto al rey exhibido : Un síntoma de las transformaciones políticas en la Castilla Bajo Medieval », Medievalismo. Boletín de la Sociedad española de estudios medievales, 2, 1992, p. 5-27.

3 Fernando BOUZA ÁLVAREZ, « El rey a escena. Mirada y lectura de la fiesta en la génesis del efímero moderno », Espacio, tiempo y forma. Revista de la facultad de geografía e historia, Historia Moderna, Serie 4, t. 10, Madrid, 1997, p. 33-52.

4 Rappelons que la Cour ne s’installe à Madrid qu’en 1561 sous Philippe II et que cette ville n’acquiert son statut définitif de capitale qu’en 1606 sous Philippe III. Voir Manuel FERNÁNDEZ ÁLVAREZ, « El establecimiento de la capitalidad de España en Madrid », Madrid en el siglo XVI, Madrid : Instituto de Estudios Madrileños, 1960, p. 7-28 ; Constancio GUTIÉRREZ, s.j., « Madrid, de Villa a Corte », Madrid en el siglo XVI, Madrid : Institutos de Estudios Madrileños, 1962, p. 7-32, ainsi que les différents livres et articles d’Alfredo ALVAR EZQUERRA, El nacimiento de una capital europea, Madrid entre 1561 y 1606, Madrid : Ayuntamiento de Madrid, 1987 ; Id., Felipe II, la Corte y Madrid en 1561, Monografía de historia urbana 1, El mundo cultura, Madrid : C.S.I.C., 1985, p. 3-77 ; Id., « Los traslados de corte y Madrid de los Austrias (1561 y 1601-1606) », El Madrid de Velázquez y Calderón : Villa y Corte en el siglo XVII, vol. 1, Estudios históricos, Madrid : Caja de Madrid, 2000, p. 41-60.

5 Les chiffres présentés ont été calculés en réaux constants avec comme année de bas 1600 eu égard à l’instabilité financière de l’époque.

6 Notons que ces dépenses démesurées reposent sur un paradoxe, résultat d’une stratégie politique à double tranchant. Si ce faste permet de susciter enchantement et enthousiasme parmi le peuple, il nourrit également les pasquins et les libelles contre le gouvernement, notamment de la part des partisans de don Juan José d’Autriche, qui condamnent avec véhémence les dépenses inutiles de la Couronne, l’incapacité de la régente et des hommes de la Junta de Gobierno à gérer le patrimoine royal ainsi que l’absence de réforme destinées à améliorer les finances de l’État.

7 Gabriel de CEPEDA, Historia de la milagrosa y venerable imagen de Nuestra Señora de Atocha patrona de Madrid : discurrese sobre su antiguedad, origen y prodigios en defensa de dos graues coronistas, Madrid : Imprenta Real, 1670, p. 448-449.

8 Nithard, confesseur et favori de Marie-Anne d’Autriche, s’attire rapidement la colère des nobles et du clergé et devient de plus en plus impopulaire auprès des Madrilènes après avoir imposé des mœurs strictes en interdisant notamment les représentations théâtrales et les courses de taureaux. La guerre de Dévolution (1667-1668) favorisa également sa destitution.

9 Gabriel MAURA Y GAMAZO insiste sur cet aspect en ces termes : « Mariana y el Inquisidor [Nithard] afanándose ahora por contener como antes por fomentar murmuraciones del público madrileño, apresuradamente organizaron la serie de salidas en público a los santuarios de mayor devoción retrasadas hasta entonces por el luto de Corte y la incierta salud del Rey niño ». Voir Gabriel MAURA Y GAMAZO, Carlos II y su Corte, t. 1, 1661-1669, Madrid : Librería de F. Beltrán, 1911, p. 350-351.

10 Ibid., p. 352, « La presencia de Carlos II entre sus súbditos despertó en ellos caluroso entusiasmo, mezcla de respetuosa conmiseración al niño pálido y enfermizo, de protectora ternura al Rey que con infantil gravedad acogía las aclamaciones de su pueblo y de atávico amor al descendiente de tantos ilustres Monarcas. Algún reflejo de esta popularidad alcanzó Doña Mariana porque la Madre cariñosa y desvelada eclipsó a la Reina adusta e incapaz ».

11 Archivo General del Palacio Real, Administrativa, Legajo 369 : « Cuerpos et imágenes de santos y reliquias ».

12 « Sabado a 9 de marzo de 1697 resolvio el rey Nuestro Señor salir en publico por los corredores a la capilla real, fue la primera salida, aun no vien convalecido por haver sido tan grave y prolija la enfermedad, […] quiso el rey Nuestro Señor se pusiese el cuerpo de san Diego en su caja en el altar mayor junto con el milagroso niño de Nuestra Señora del Sagrario de Toledo y otras reliquias que tubo Su Magestad a la vista de su cama, hizose altar de graderia que coloco todo con la decencia devida, fue fiesta en hacimiento de gracias, avisose a todos los que acompañan a Su Magestad en semejantes funciones hallaronse en ella el cardenal Arzobispo de Toledo (que hizo el oficio de pontifical), el nuncio, embajadores, grandes, mayordomos, gentiles hombres de la voca y de la casa, pajes y los demas criados que acostumbra, cantose el te deum laudamus; y misa solemne y prosiguio todo este dia la festividad con musica a la siesta y para encerrar el Santisim  Sacramento que lo hizo el patriarca con procesion por la capilla en la forma acostumbrada. Y aunque se alento Su Magestad a esta salida publica y su deseo fue hallarse en su cortina en la capilla real en toda esta funcion se dio su celo al prudente acuerdo de entrarse en la tribuna, asi como llego a la capilla donde permanecio a todo el referido oficio divino sin los riesgos que pudo mostrar su aun no robusta combalezida salud, pero todos los del acompañamiento referido tomaron sus lugares observando la misma plaza que si Su Magestad estuviera en su cortina y sitial ». Voir aussi Gabriel MAURA Y GAMAZO, op. cit., p. 355.

A.G.P., Administrativa, Legajo 369 : « Cuerpos et imágenes de santos y reliquias ».

13 Outre les nouvelles manifestations religieuses instaurées quelques années plus tard par Charles II, le roi intègre désormais systématiquement l’ensemble des cortèges des processions générales ordinaires et extraordinaires de la capitale quand son état de santé le lui permet.

14 Archivo Parroquial de San Ginés, Libro de contaduría 1620-1670, fol. 119.

15 Luís MARTÍNEZ KLEISER, Viejas estampas de la Semana Santa madrileña : pregón pronunciado en el teatro español de Madrid el día 13 de abril de 1946, Madrid : ediciones Sáez, 1946, p. 42.

16 Antonio ÁLVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, « Virtud coronada : Carlos II y la piedad de la Casa de Austria », Política, religión e Inquisición. Homenaje a Joaquín Pérez Villanueva, Madrid : Ediciones de la Universidad Autónoma de Madrid, 1996, p. 29-58. Voir aussi Jerónimo PARESDES GONZÁLEZ, « Los Austrias y su devoción a la Eucaristía », Religiosidad y ceremonias en torno a la eucaristía, Madrid : Ediciones Escurialenses, 2003, p. 653-664.

17 Jodocus de BACKER, Al religiosissimo heroe Carlos Segundo, rey catolico de las Españas : En ocasion, que encontrando à un Sacerdote, que con humilde culto conducia el Viatico a un enfermo ofreció su Real Carroça para mas decente trono del Divino Monarca, acompañandole a pie su Magestad hasta el pobre albergue del doliente, Madrid, 1685 ; Gaspar Agustín de LARA, Parangón de la fe de Austria, regulado por la acción religiosamente católica que el Rey Nuestro Señora don Carlos Segundo hizo el sábado 20 de henero deste año, apeandose de su carroza para que fuese en ella el sacerdote que halló en el campo con el beático, a quien acompañó a pie, hasta el lecho de un pobre hortelano a quien se ministraba y desde allí a San Marcos, ayuda de parroquia de San Martín desta corte, Madrid, 1685 ; don Antonio de LODOSA, Soneto al dexar el coche del Rey Nuestro Señor para que entrasse en el un Sacerdote, que llevava el Viatico a una caseria, s.l., s.d. ; Refiere un vassallo una religiosa accion de su monarca Carlos II sin hiperboles ni lisonjas por parecerle que lo grande se elogia con relatarlo, lo qual hace literalmente en diez y seis octavas, Madrid, 1685.

18 Gaspar Agustín de LARA, op. cit. L’emploi du premier mot du titre du poème « Parangón » place d’emblée le lecteur dans cette recherche d’exemplarité qui, par son style trop ampoulé, perd en crédibilité.

19 Relación verdadera en que se da quenta y declara el real acompañamiento que hizo nuestro católico monarca Carlos II (que Dios guarde) el domingo 16 deste presente mes de mayo en la procesión del Santisimo Sacramento que salió de la iglesia de san Marcos a visitar a los Impedidos de su Parroquia. Dase cuenta de las grandes limosnas que Su Magestad hizo en ella y como le acompañó hasta su casa, s.l., s.a. Cet extrait, que nous avons volontairement coupé dans un souci de concisión se poursuit de la sorte : « Pero aunque es muy debido a tan soberano señor culto semejante, supuesto que en su comparacion, no solo todos los reyes de la tierra, sino todo lo criado, es nada ; con todo eso espero que su divina Magestad correspondera a este cortejo como quien da siempre ciento por uno, concediendole como todo poderoso, el bien que tanto deseamos, de que tenga sucesion prospera, para alivio de su vasallos y amparo de todos sus reynos, que estan tan desconsolados, que creo que no hubiera cosa que les diera gusto a no confiar, que el no aversela dado ya, ha sido para hacer mayor el beneficio, dandosela quando menos la espere y mas la desee; para que con esto, reconocido a los divinos favores, buelva a reiterar estos servicios, cumpliendo con la obligacion devida, a que no dudo corresponda su santo zelo, haziendo y ordenando, hagan todos sus vasallos lo mismo, dandole las gracias deste singular beneficio, cumpliendo con la que deven a la ley evangelica que profesan y en virtud de la qual, han triunfado siempre sus enemigos ».

20 Álvaro Pascual CHENEL, « Fiesta sacra y poder político: la iconografía de los Austrias como defensores de la Eucaristía y la Inmaculada en Hispanoamérica », Hipogrifo, 1.1, Madrid : C.S.I.C., 2013, p. 57-86. Álvaro Pascual CHENEL dégage notamment l’influence du tableau du sévillan Lucas Valdés Carlos II acompaña al viático tras cederle la carroza sur l’œuvre de l’école de Cuzco et du cercle de Basilio de Santa Cruz, Conducción de la Eucaristía, mettant ainsi en lumière la circulation des œuvres picturales au sein des territoires monarchiques dans une visée propagandiste.

21 Dans son propre testament destiné à Charles II, Philippe IV exprimait déjà sa volonté de voir son fils adopter le code d’honneur du Princeps Christianus : « También ruego y encargo a mis sucesores que por tiempo fueren, goviernen mas las cosas por consideraciones de religión, que no por respeto de el estado político; que con esto obligaran a Dios nuestro Señor a que con particularidad los alude y asista, posponiendo las comodidades propias al servicio y exaltación de su Fe; y Yo en las cosas grandes que se han ofrecido, tuvo por mejor y más conveniente faltar a las raçones de Estado, que dispensar y disimular un punto en materia que mira a la religión », Testamento de Felipe IV, ed. Antonio DOMÍNGUEZ ORTIZ, José Luis de la Peña, Madrid : Editora Nacional, 1982, clausula 8, p. 13.

22 Antonio ÁLVAREZ-OSSORIO ALVARIÑO, op. cit., p. 41. Voir aussi Alfredo RODRÍGUEZ G. DE CEBALLOS, « Retrato de Estado y propaganda política : Carlos II (en el tercer centenario de su muerte) », Anuario del departamento de historia y teoria del arte, vol. 12, Madrid : U.A.M., 2000, p. 93-109.

23 Charles II décide en 1685 de consacrer une fête à Nuestra Señora del Carmen et à saint Bernard, en 1686 à saint Ignace de Loyola et à sainte Élisabeth, en 1694 à saint Jérôme, en 1697 à Nuestra Señora de las Mercedes et en 1700 à saint Jean de Dieu et à saint François de Paule. Voir respectivement A.V.M., Secr., 2.273.21 ; 2.273.23 ; 2.273.26 ; 2.273.28 ; 2.274.3.

24 Ibid.

25 « En Madrid a 10 dias del mes de diciembre de 1687 estando juntos en el ayuntamiento de esta villa los señores corregidor y Madrid entre otros acuerdo tubieron el siguiente: En este ayuntamiento se trato que respecto que Madrid en 28 de noviembre pasado y ocho de este mes acordo se hiciere una fiesta al glorioso san Damaso en su dia en hacimiento de gracias por la saludo del rey Nuestro Señor, de Sus Magestades en las resoluciones y buenos sucesos de la Monarchia; ahora basta ponerse acuerdo que la fiesta sea perpetua en el dia del santo de cada un año en las iglesias que Madrid señalase al tiempo que se aya de hacer y el coste que tubiere cada año se saque de la consignacion de las fiestas de toros y se de quenta deste acuerdo a los señores del consejo para su aprobacion. Y todos los cavalleros regidores fueron deste acuerdo », Archivo de la Villa de Madrid, Secr. 2.273.24, fol. 5r. Voir aussi María José del RÍO BARREDO, Fiestas públicas en Madrid, op. cit., p. 136.

26 Si on prend l’exemple de 1663, pas moins de trente licences sont attribuées. Voir Archivo Histórico Nacional, Consejos, Lib. Gob. 1248, fol. 133-156, 163-169, 172, 179, 186-193, 195-202, 207-210, 212-213, 225, 322-325, 337-342, 347-348.

27 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. 1259, « Autos de 5 y 6 de abril de 1674 ».

28 Jusqu’alors, les lancers de pétards étaient autorisés du moment que les organisateurs, les poudriers et les artificiers acceptaient de réparer les éventuels dommages causés lors des explosions. Voir A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1248, fol. 172v, 190v, 191v.

29 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1262.

30 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1263.

31 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1279, fol. 469r.

32 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1269, fol. 305r.

33 La plupart des licences sollicitées par les organisateurs des processions de quartier sont accordées lorsqu’est spécifié « que no se disparen coetes ni otras invenciones de fuego de mano segun y en la forma que se a echo los demas años », voir A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1272, fol. 163r et 165v ; Lib. Gob. , 1279, fol. 371r, 385r.

34 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1263, fol. 218r. « En la villa de Madrid a catorce dias del mes de septiembre de 1678 años, los señores don Antonio de Sevil Santelices, del consejo de Su Magestad y alcaldes de su casa y corte, estando haciendo audiencia en la carcel real della: dijeron que por quanto con ocasion de la devocion se han introducido en esta corte a hazer fiestas en diferentes calles y portales a cruces, a imagenes de Nuestra Señora y otros santos que estan colocadas en ellas, siendo de menos culto y reverencia por formarse algunos altares, que solo devian hacerse en los templos y en ellos celebrarse estas festividades sin hacerse en lugares tan publicos, y profanos, cantando en ellos Letanias, y Salves; a que concurre muchedumbre de gente, mas por curiosidad que por devoción; de que resultan los inconvenientes que estos dias se han experimentado, demas de los gastos tan crecidos y superfluos que en ellas se hacen. Para remedio de lo qual mandavan y mandaron, que de oy en adelante no se puedan hacer ni hagan dichas fiestas ni formar altares a las cruces, imagenes de Nuestra Señora, y otros santos que estan colocadas en diferentes portales, y calles de esta corte, ni cuelguen ni atajen las calles ni portales, sino que si los que suelen hacer dichas fiestas les moviere su devocion a continuarlas, sea en una iglesia, la que eligieren, pues ay tantas en la corte donde poderse celebrar con mas reverente culto, como se debe, pena de doscientos ducados, que se executaran contra cada uno de los mayordomos y oficiales de dichas fiestas y contra los vecinos y moradores de las casas donde estuvieren las dichas cruces e imagenes, demas de que se procedera contra unos y otros a las demas penas que se hallare por derecho. Y que para que lo referido venga a noticia de todos se imprima este auto y se ponga y fixe copia autentica del en las partes mas publicas de esta corte, para que ninguno pueda pretender ignorancia ».

35 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1271, fol. 76v : « Aviendo reconocido los papeles de mi oficio parece por ellos que en 14 de septiembre de 1678 proveyo auto la sala para que de alli adelante no se hiziesen altares ni imagenes y cruzes que estavan colocadas en las partes y calles de esta corte sino es que las fiestas las hicieren en las iglesias que les parece a las personas que tubieron esta devocion. Sin embargo del qual la sala a dado licencia todos los años siguientes a los mayordomos que refieren esta peticion para azer fiesta a la santa Cruz en el paraje de esta con que no disparen coetes ni otras ynvenciones de fuego. Por tener licencia del consejo del señor arzobispo de Toledo en las ordenanzas que a esta ermandad tiene conformadas para poder azer fiesta a esta santa Cruz. Como parece de los papeles que quedan en mi oficio a que me remito Madrid y mayo 12 de 1686. Matheo de Velasco Panza ».

36 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1279.

37 A.H.N., Consejos, Lib. Gob. , 1282, fol. 299r.

38 Rappelons qu’en cette fin de siècle, eu égard à un ensemble d’insatisfactions économiques et sociales, la colère des Madrilènes qui se mettent à se doter d’une véritable conscience politique gronde pour atteindre son paroxysme lors de l’émeute d’avril 1699. Voir Teófanes EGIDO LÓPEZ, « El motín madrileño de 1699 », Investigaciones históricas: Época moderna y contemporánea, n°2, 1980, Valladolid : Universidad de Valladolid, p. 253-294.

39 José Antonio MARAVALL, La cultura del Barroco, Barcelona : Ariel Letras, [1975], 11e ed. , 2008, p. 492.

40 Antonio Bonet CORREA va jusqu’à utiliser le terme de Real maravilloso pour désigner ces fêtes baroques. A.B. CORREA, « La fiesta barroca », op. cit., p. 5.

41 Voir les rivalités opposant Valenzuela, Juan José d’Autriche, Oropesa, Portocarrero. Dès les débuts du règne de Charles II, les mécontents étaient menés par le bâtard don Juan José d’Autriche qui, au moyen de plusieurs putschs réussit à se défaire du jésuite Nithard en 1660 et plus tard de Valenzuela en 1676. Outre la force militaire utilisée, il parvint à provoquer une guerre psychologique de propagande contre la régente et ses favoris à partir de lettres, de dénonciations, de manifestes, de pasquins qui marquèrent profondément les masses populaires. Voir Gabriel MAURA Y GAMAZO, op. cit., p. 169 ; Teófanes EGIDO, Sátiras políticas de la España moderna, Madrid : Alianza, 1973, p. 180-203; Alfonso Rodríguez G. DE CEBALLOS, op. cit., p. 93.

42 Álvaro PASCUAL CHENEL, « Juegos de imagen y apariencia : simulación, disimulación y propaganda política durante el reinado de Carlos II », El Universo simbólico del poder en el Siglo de Oro, Pampelune : Universidad de Navarra, 2012, p. 176-204.

43 A.G.P, Sección histórica, Etiquetas reales, Caja 50, Exp. 3 : « Salida de Su Magestad en público en hacimiento de gracias a Dios por algun buen suceso, juramento de príncipes u otra ocasion semejante, el rey Nuestro Señor a caballo y la reina Nuestra Señora en coche » fol. 214r-215r. Le monarque chevauche un cheval tandis que la reine, les princes et les infants, s’ils assistent au cortège, sont à l’intérieur d’un carrosse. Tous les serviteurs du couple royal ainsi que les gardes espagnole et allemande attendent dans la cour du Palais que le roi se soit hissé sur sa monture et que la reine ait pénétré dans son carrosse. Une fois les souverains prêts, le cortège, qui s’ouvre au son des trompettes et des timbales, quitte le Palais en direction du sanctuaire de Nuestra Señora de Atocha. Apparaissent les membres de la Cour, les capitaines, les caballeros, les nobles titrés et les gentilshommes de bouche. Puis s’avancent les secrétaires d’état, les majordomes de la reine, du roi, les Grands d’Espagne et les carrosses des dames d’honneur de la reine ; enfin, apparaissent le roi, la reine et les infants. À côté du roi chemine à pied son premier écuyer et derrière les écuyers, les pages et les officiers de son écurie et les archers. De l’autre côté, les écuyers de l’écurie de la reine suivis du premier écuyer accompagnent la procession. Viennent ensuite le grand écuyer, le mayordomo mayor puis les membres du Conseil d’État ainsi que les gentilshommes de la chambre. Les gardes espagnole et allemande entourent le cortège, tandis que les archers ferment la marche. Quand la reine ne prend pas directement part au défilé, celui-ci s’en trouve quelque peu modifié. Les capitaines des gardes allemande et espagnole ouvrent le cortège accompagné des joueurs de trompettes et de timbales montés à cheval. Puis viennent les alcaldes de Corte, les capitaines ordinaires, les caballeros, les nobles titrés et les gentilshommes de bouche, les secrétaires d’état, les majordomes et les Grands d’Espagne. Les écuyers et les gardes précèdent le cheval du roi, tandis qu’à sa droite défile le premier écuyer. À sa suite chemine le carrosse du grand écuyer, ceux des ambassadeurs, du mayordomo mayor, du capitaine des archers et enfin les conseillers d’État et gentilshommes de la chambre. Ce cortège introduit bien la Cour espagnole dans toute sa splendeur, puisqu’aucun représentant de l’Église ni de la municipalité n’est convié. Il évoque également de manière très explicite la hiérarchie sociale, les éléments le composant étant disposés selon un ordre croissant d’importance. Il est enfin entouré des gardes espagnole et allemande qui définissent l’espace interne du cortège. Cet agencement renforce le pouvoir du souverain qui commande entièrement tous ses sujets. Voir aussi A.G.P., Ibid., « Salida de Su Magestad en público a cavallo sólo en acimiento de gracias a Dios por algún buen suceso o en otra ocasión » fol. 215v-217r.

44 Ce nouveau schéma est conservé aux Archives Générales de Simancas. Voir A.G.S., Archivo Histórico, Leg. 3924.

45 A.G.S., Ibid.

46  Ibid.

47 Voir Maurizio FAGIOLO DELL’ARCO, L’Effimero barocco, Rome : Bulzoni, 1978, p. 5 : « En la fiesta del seiscientos es asimismo el tiempo en que puede asistirse a la transformación del espacio urbano pero, igualmente, gracias a lo efímero, a la de la noción cronológica habitual; la ritualidad festiva se convierte, así, en una forma simbólica de suspensión espacio-temporal ».

48 José Jaime GARCÍA BERNAL, El Fasto público en la España de los Austrias, Séville : Universidad de Sevilla, Secretariado de publicaciones, 2006, p. 339-403.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Buvat-Bruyère, « Del rey hechizado al rey legítimo : Charles II et la mise en scène du pouvoir royal dans les processions madrilènes », e-Spania [En ligne], 29 | février 2018, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27561 ; DOI : 10.4000/e-spania.27561

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Buvat-Bruyère

Sorbonne Université, CLEA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals