Navigation – Plan du site
Quelle histoire globale au XVIe siècle ?

Introduction

Bernard Lavallé

Texte intégral

  • 1 Jean-Michel SallmanN, Le grand désenclavement du monde 1200-1600, Paris : Payot, 2011.
  • 2 Ibidem, p. 11.

1Le « grand désenclavement du monde »1 commencé au XIIIe siècle a connu au XVe puis au XVIe siècle à la fois une accélération et une amplification aux conséquences, pour la première fois, planétaires. L’humanité jusque-là « cloisonnée, divisée en plusieurs civilisations qui échangent peu et jamais directement »2 a cessé, de plus en plus vite et sur des espaces de plus en plus grands, voire énormes, de vivre selon ce vieux modèle et a connu une mutation à la base de ce qu’il est convenu d’appeler l’histoire moderne.

2Les pays ibériques ont joué dans ce vaste processus un rôle essentiel. La prise de Ceuta, au Maroc, par le Portugal en 1415 marqua le début de la circumnavigation de l’Afrique. Une fois passé le cap de Bonne Espérance (1488), elle allait se prolonger vers l’Inde (1498) puis l’Asie du Sud-Est. Après, en 1511, la prise de Malacca ouvrit de nouveaux horizons, notamment vers la Chine tant fantasmée mais aussi dans les mers adjacentes du Pacifique dont certains archipels avaient le monopole d’épices tant convoitées.

3Si ses débuts outremer furent plus lents, la Castille suivit la même voie avec, dès le début des années 1400, l’arrivée de Jean de Béthencourt aux Canaries dont l’existence était connue depuis la fin du siècle précédent et surtout, à partir de 1492, la route de l’Atlantique et la découverte de l’Amérique.

4Cette « expansion », pour reprendre un terme de l’historiographie traditionnelle, s’est accompagnée d’une autre « explosion », celle du dire, du témoignage sur ce qui était en train de se passer, ce que les Européens découvraient et faisaient dans ces – pour eux si lointaines – contrées du monde. Outre les textes nés des exigences administratives ou politiques de ces voyages, la curiosité et l’intérêt suscités par les régions et les peuples rencontrés, la volonté de laisser une trace de leurs exploits par ceux qui les avaient accomplis, sont à l’origine d’une masse énorme de textes, très différents quant à leur nature, leur objet, leur qualité, leur fiabilité ou leur précision. Ils n’en ont pas moins constitué pour les Européens, et pour des siècles, la source première de leur information et de la structuration dans leur pensée du monde. Leur perspective européocentriste fut renforcée longtemps, jusqu’au milieu du siècle dernier, par la toute-puissance des empires coloniaux européens constitués par la suite.

5L’intérêt de la recherche historique moderne pour les diverses parties du monde n’est pas un fait récent. L’émergence de puissances non européennes et la mise en question du colonialisme au XXe siècle, entre autres, ont suscité un déplacement des regards et surtout une modification significative des perspectives jusque-là bien établies, pour ne pas dire enracinées. Dans ce cadre, à bien des égards, nouveau, de manière tout à fait normale étant donné le contexte, ces efforts ont d’abord été concentrés sur des objets particuliers : le dépassement de confrontations avec des centres aussi lointains qu’imposés, des histoires nationales à construire, des affrontements régionaux à expliquer et à surmonter.

6Dans un second temps, l’émergence de ces nouveaux objets ne pouvait suffire. Dans bien des cas, de manière paradoxale, mais à la réflexion explicable, ils continuaient de se couler à bien des égards dans les cadres et les hiérarchies de l’histoire qu’ils prétendaient critiquer voire remplacer.

  • 3 Sanjay Subrahmanyam, « Holding the World in balance : The connected histories of the iberian overse (...)

7En ce qui concerne les Ibériques en Asie et en Amérique, comme l’a montré avec d’autres Sanjay Subrahmanyam, les concepts d’Histoire globale et d’Histoire connectée des dernières décennies ont amené à revoir la lecture depuis longtemps bien établie des « expansions européennes »3. Ils les ont réinscrites dans des perspectives qui les relient entre elles, mais peut-être plus encore cessent d’en faire de simples phénomènes périphériques d’empires en période de croissance.

  • 4 Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde, histoire d’une mondialisation, Paris : Éditions de la (...)

8L’Histoire globale ne s’est pas contentée de se consacrer à l’étude d’un nombre toujours plus grand de nouvelles régions du monde, elle les a montrées insérées dans de vastes dynamiques qui les intégraient et les inscrivaient dans des processus d’interaction parfois déterminants. Le « rapprochement des pans de mondes qui se transforment au contact les uns des autres », et du « cercle des mondes mêlés » selon les belles formules de Serge Gruzinski4, ne cherchent plus, comme on l’a fait longtemps, à déterminer le sens de ces processus à partir des politiques imaginées dans les centres impériaux, de l’autre côté du monde, et pour leur bénéfice exclusif. Il s’est agi désormais de montrer aussi les effets combinés et réciproques de ces éléments du puzzle, le pli qu’ils prirent de se penser en relation avec leurs semblables, parfois très éloignés, sans forcément passer par l’intermédiaire, en principe obligé, de leurs capitales et de leurs gouvernements européens. Que l’on pense, par exemple, aux effets transpacifiques du Galion de Manille mettant à la disposition de l’Amérique, et de l’Europe, les produits asiatiques négociés au parián de la capitale philippine, aux libertés que s’apprirent à prendre entre elles les diverses régions du vaste empire américain, aux porosités intéressées, notamment dans l’aire caraïbe, des empires pourtant ennemis en Europe.

  • 5 Ruggiero Romano, Coyunturas opuestas, la crisis del siglo XVII en Europa e Hispanoamérica, Mexico : (...)

9Cette globalité nouvelle, aux dimensions inouïes, a été sous-tendue et nourrie par le monde des échanges économiques qui souvent détournèrent à leurs profits les figures impériales imposées, par exemple celles de la Carrera de Indias. Elle s’est affirmée au XVIIe siècle que l’on a trop souvent et trop longtemps apprécié à l’aune de son histoire européenne, au point d’oublier qu’il y eut alors de par le monde d’autres conjonctures tout aussi prégnantes mais de signes et d’effets parfois différents 5.

Haut de page

Notes

1 Jean-Michel SallmanN, Le grand désenclavement du monde 1200-1600, Paris : Payot, 2011.

2 Ibidem, p. 11.

3 Sanjay Subrahmanyam, « Holding the World in balance : The connected histories of the iberian overseas empires, 1500-1640 », The American Historial Review, 112, 5, 2007, p. 1359-1385, et Aux origines de l’histoire globale, Paris : Collège de France-Fayard, 2014.

4 Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde, histoire d’une mondialisation, Paris : Éditions de la Martinière, 2004, p. 10.

5 Ruggiero Romano, Coyunturas opuestas, la crisis del siglo XVII en Europa e Hispanoamérica, Mexico : El Colegio de México-FCE, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Introduction », e-Spania [En ligne], 30 | juin 2018, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27734

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals