Navigation – Plan du site
Quelle histoire globale au XVIe siècle ?

Les tracés du monde : réflexions sur les voies d’une première globalisation 1519-1579

Louise Bénat-Tachot

Résumés

La date de 1519 fut un tournant de l’histoire du continent américain et de son inscription entre deux masses océaniques. Il convient d’analyser cette date dans toutes ses dimensions pour en comprendre les enjeux géographiques, coloniaux et internationaux. Il s’agit de démontrer que l’histoire de la passe magellanique ouvrit spectaculairement un chapitre de l’histoire globale. Le détroit de Magellan fut porteur de toute sorte d’espoirs, il fut un espace intermittent de défis internationaux et d’exploits nautiques qui peut prendre toute sa place particulière dans l’histoire des zones stratégiques et la navigation mondiale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia General y Natural de las Indias, Madrid : Atlas, BAE, 3,1 (...)
  • 2 Balboa décida de confier à deux amis fidèles Juan de Caicedo y Rodrigo Colmenares la mission d’alle (...)
  • 3 Lorsque Balboa revient à Santa María la Antigua del Darién, il a vaincu les quelques résistances in (...)

1Il y a cinq siècles, quatre navigations ouvraient le monde connu d’une façon à la fois espérée et inouïe. En 1513, une poignée d’Espagnols dont la liste est reproduite dans la chronique de Gonzalo Fernandez de Oviedo franchissait l’étroite bande de terre hostile et montagneuse de l’isthme panaméen et parvenait à surplomber une immense étendue d’eau qui sera appelée Mer du sud, puisque l’expédition, partie de la côte nord atlantique, s’était dirigée plein sud. Que découvrent exactement ces Espagnols ? López de Gómara – et dans une moindre mesure Fernández de Oviedo – mettent en scène un Nuñez de Balboa qui, surplombant depuis la cordillère panaméenne cette nouvelle mer, tombe à genoux, lève les mains au ciel pour louer le Seigneur. Tous chanteront un te deum et planteront une croix. En fait, ils ont vu un golfe qu’ils ont baptisé San Miguel puisque le 29 septembre, jour de la « toma de posesión » était la fête de l’archange saint Michel1. Les raisons qui poussèrent Balboa à engager avec ses soldats cette terrible marche sont explicitées dans la lettre que le découvreur adressa au monarque : de l’or, des perles et peut être les premières informations de la part de ces indiens qui affirment que plus au sud, il y a des contrées riches et peuplées2. Cette terre évoquée par les caciques (Comogro) de la côte occidentale de l’isthme où l’or se trouve en abondance et la fameuse codicia constituent le fil rouge de l’ensemble des expéditions3.

2Balboa baptise cette mer « mer du sud », il aurait pu tout aussi bien la baptiser la mer riche « mar rico » puisque les rames qu’utilisent les indiens Nahes sont ornées de perles « granos de aljofar engastadas y asentadas en la madera de los remos »4. Le découvreur n’envisage guère une connexion avec l’Asie, il trace un morceau de littoral qui se limite aux îles perlières et aux quelques kilomètres de côtes du golfe découvert. (cf. Le planisphère de Castigione 15255).

  • 6 Gonzalo Fernández de Oviedo, HNGI, op. cit., 3, p. 221.

3Plus tard, les chroniqueurs dont Oviedo mettront l’accent sur l’ampleur de la découverte : « este servicio del descubrimiento de la mar del sur, ser el primero de los cristianos que la vido, y con grandísima diligencia que la buscó y halló a solo Vasco Nuñez se debe este trofeo: él fue el primero que en ella navegó, el que primero puso navíos en ella, de todos los cristianos »6. L’exploit est ici l’ouverture de nouvelles routes sur des eaux jamais naviguées.

4Pourtant le Pacifique comme façade continentale et étendue océanique, plateforme du processus d’expansion commencera à être configuré six ans plus tard en cette même année de 1519 par trois évènements :

  • la décision du pire ennemi de Núnez de Balboa, Pedrarias Dávila de délocaliser Santa María la Antigua del Darién située dans le golfe d’Urabá pour fonder la ville de Panama le 15 août 1519 sur la côte occidentale de l’isthme. L’axe des conquêtes futures se déplaçait ainsi vers l’ouest.

  • la circumnavigation de Magellan-Elcano, extraordinaire aventure nautique qui allait donner la première vision géographique d’une immensité océanique (86 700 km). Si la fondation de Panama (65 km de traversée de l’isthme) fut un acte essentiel d’un point de vue stratégique pour la dynamique de l’expansion côtière, le tour du monde est tout aussi essentiel pour l’inscription hydrographique et territoriale de l’Amérique dans le monde.

  • Le grand mouvement de l’ouverture du monde ne s’arrête pas là. En 1519, Hernán Cortés débarquait sur les côtes du golfe du Mexique et engageait un mouvement de pénétration territoriale. À peine la ville de Tenochtitlán sera-t-elle tombée après un siège funeste, que Cortés envisage des expéditions vers la côte pacifique, de façon soutenue au point que cette partie du Pacifique sera appelée Mar de Cortés ; il traverse ainsi de part en part le continent américain sur plus de 800 km.

  • 7 Signalons qu’un quatrième exploit nautique est chanté par Oviedo dans cette liste des plus hauts fa (...)

5Oviedo en classant à la fin de son œuvre les grands exploits des Espagnols, trace sur une mappemonde les lignes qui vont non seulement permettre que soit dessinée l’Amérique comme continent mais aussi que l’Amérique s’inscrive en relation avec l’Asie et qu’enfin s’ouvre la façade pacifique vers le Nicaragua et le Pérou à partir de la ceinture du continent, Panama. Grâce à cet ensemble d’exploits et plus encore grâce à la découverte de la passe magellanique, les géographes et les politiques du temps allaient penser la question de l’inter-océanité dans des termes nouveaux. Balboa et Cortés traversaient le continent, Magellan le contournait7.

6Pourtant tout différencie la découverte locale, bricolée, aventureuse de la Mer du sud par les quelques dizaines d’Espagnols qui accompagnent Balboa, Balboa le clandestin, et le chef acclamé par sa troupe ou encore l’expédition teintée d’illégitimité de Cortés montée depuis Cuba, dans le droit fil des expéditions de troc de Hernández de Córdoba et Grijalva qui l’ont précédée et dont l’objectif était l’enrichissement de leur commanditaire Diego Vélasquez, et l’expédition de Magellan. Le projet de Magellan est impérial, il est global et précis – il s’agit d’aller aux Moluques pour mettre en place le commerce le plus lucratif du temps – et il est fondé sur une démonstration cartographique – Magellan a en sa possession des cartes portugaises et un globe qui prouveraient l’existence d’un passage au sud du continent – et sur une affirmation politique : les Moluques sont dans la zone castillane définie par la démarcation de Tordesillas. La préparation de l’expédition exigea deux années de complexe montage financier avec les banquiers pimenteros de Burgos, en tractation avec le jeune roi Charles 1er, les Flamands qui l’entourent dont Le Sauvage et le soutien actif de Fonseca.

7Du point de vue cartographique c’est bien la navigation de Magellan qui va façonner le monde. Au retour de la Victoria (1522), les cartographes comme Nuño García et Diego Ribeiro (1526-1529) prennent le relais et dressent les premières cartes où apparaît la vaste étendue du Pacifique. Les informations circuleront très vite en Europe et c’est à cette date que commence une histoire globale au sens strict du terme qui va de pair avec la vision du Pacifique à partir de l’Amérique et de l’Europe occidentale.

8En effet, il est impossible de penser ces tracés qui vont « périmétrer » le monde sans évoquer la geste des Portugais qui par l’Atlantique austral ont contourné l’Afrique et atteint Malacca dès 1510. C’est même depuis Ternate où séjourne Serrão, compagnon et correspondant de Magellan que reprend vigueur le projet castillan d’atteindre les Moluques par l’ouest. C’est du Portugal que viennent les promoteurs, du Portugal que viennent les cartes (et ce fameux globe, aujourd’hui disparu), du Portugal que viennent les pilotes.

9Mon propos est de réfléchir à la façon dont à partir de 1519 jusqu’en 1579 s’opère à la fois une étape fondatrice non seulement de la découverte mais de la conscience des espaces terrestres et océaniques, conscience des dimensions, des formes, mais plus encore des enjeux.

10Deux aspects seront l’objet de cette étude, dans la perspective d’une histoire globale.

  • L’Amérique perçue comme continent (mapping America)

  • Le passage magellanique comme zone stratégique pour cerner la totalité du monde (emcompassing the world).

Un continent

11Le processus d’émergence de l’Amérique comme espace continental est l’autre lecture possible de la circumnavigation : autrement dit penser l’Amérique signifie à la fois la penser comme masse continentale sur un arc inter polaire et comme une nouvelle partie du monde entre l’Europe et l’Asie, entre deux masses océaniques. Même si l’opération cartographique en cours oblige à laisser des blancs, à accepter d’interrompre le tracé côtier de la façade pacifique à la différence de la façade atlantique : peu importe le schéma côtier, fût-il de terres nondum cognitae, il fait pressentir un continuum8. Cette « attente cosmographique » qui, en 1519, élargit la spatialité du monde, est étayée par un faisceau de données d’inégale importance mais qu’il convient de réunir car elles participent d’un même contexte étonnant.

  • 9 Miguel León Portilla, Hernán Cortés y la mar del sur, Madrid : Ediciones Cultura hispánica, 1985, 2 (...)

12Alors que Magellan trouve et passe le détroit et traverse l’océan Pacifique pour atteindre les Moluques, Hernán Cortés se porte à la tête de la première expédition qui pénètre à l’intérieur des terres sur près de 300 kilomètres. Toutes les expéditions antérieures avaient opéré des entradas, des raids ou bien s’étaient établies dans des îles. Les seuls territoires complètement dominés étaient les grandes Antilles, la frange côtière de terre ferme et l’isthme panaméen. Hernán Cortés fut donc le premier à s’enfoncer dans les terres, désireux de contrôler un territoire qui n’avait rien à voir avec les expéditions précédentes. Mais il y a plus. Sur les cendres à peines refroidies de Tenochtitlan, Cortés propose à l’Empereur de poursuivre sa conquête jusqu’en Chine et engage un mouvement vers la côte occidentale, comme si la projection asiatique était plus noble et désirable, comme si la véritable gloire se trouvait au-delà du Pacifique, comme si la Mésoamérique ne suffisait pas. Miguel León Portilla9 observe que dès le mois de mai 1522 – date de la 3e lettre –, Cortés informe le roi à la fois de la chute de Tenochtitlan et de son désir d’aller vers « el Mar del sur » pour « descubrir y hallar muchas islas ricas y perlas y piedras preciosas y especiería ». Il s’engage à explorer les routes terrestres qui pourraient connecter les deux océans, soit par Oaxaca et l’isthme de Tehuantepec, soit par le nord-ouest, Michoacán et Colima.

  • 10 En la dernière de 1539 Francisco de Ulloa remonta jusqu’à l’embouchure du Colorado à 28 degrés de l (...)

13À la fin des années 20, l’ambitieux et intuitif conquérant avait ébauché une cartographie des ports possibles sur la côte pacifique : du sud au nord Tehuantepec, Huatulco, Acapulco, Zihuatanejo, Zacatula, Santiago etc. Il armera quatre expéditions entre 1527 et 1532. Dès 1529, il obtient une cédule royale l’autorisant à procéder à la découverte et colonisation des îles « en el mar del sur de la Nueva España ». Puis il prend la tête d’une nouvelle expédition en 1535 (de Mazatlán vers la Basse Californie), confirmant ainsi que la Californie est une péninsule10.

  • 11 Miguel León Portilla, Cortés y la mar del Sur, Mexico : Cultura hispánica, 1985, p. 34.

14Quatre années après Balboa, Cortés créait le deuxième chantier naval américain sur la façade pacifique, ce dont il informait le roi en 1522, « he comenzado a hacer cerca de la costa navíos y bergantines… ». Ce sera pour le conquérant un gouffre financier. Charles Quint de son côté voyait bien l’intérêt qu’il y avait à rechercher et découvrir un autre détroit par le nord du continent équivalent à celui de Magellan en zone australe. C’est pourquoi il déclare à Cortés dans une cédule du 26 juin 1526, après le retour de Sebastián Elcano à bord de la Vitoria « y porque soy informado que en la costa abajo de esa tierra hay un estrecho para pasar del mar del norte al mar del sur […] yo os encargo y mando que luego con mucha diligencia, procuréis de saber si hay el dicho estrecho »11. Il est surprenant de considérer la voracité ou l’élan que le conquérant tout comme son prince manifestent pour l’orient, source des richesses, du commerce lucratif, des gains à venir.

  • 12 María del Carmen MENA GARCÍA, La ciudad en un cruce de caminos (Panamá y sus orígenes urbanos), Sév (...)
  • 13 Remarquons que les fondations opérées par Pedrarias – Nata en particulier – inaugurent la pratique (...)
  • 14 Oviedo observe au sujet de l’emplacement de Nata : « el asiento deste pueblo es muy gentil e dispue (...)

151519, Pedrarias Dávila décide d’abandonner la ville de santa María la Antigua del Darién cinq ans après sa fondation dans le golfe d’Urabá et de fonder le port de Panamá. Fondation hasardeuse car la zone est malsaine et hostile à la vie pour des Européens12. Il n’empêche, cette fondation ouvre une nouvelle ère dans le processus d’identification territoriale du continent. Panamá c’est la porte du Pérou et du Nicaragua (et son possible passage interocéanique à travers les lacs de Managua, Nicaragua et le Río San Juan) mais c’est aussi pour le pilote Juan de Castañeda qui remonte jusqu’à Nicoya, l’occasion de fonder la ville de Nata13. Les fondations faites par Pedrarias – Nata en particulier – inaugurent la pratique du plan urbanistique en damier bien avant la fondation de Lima : Nata a un plan réticulaire (orthonormé) à grande échelle. Cette dimension urbanistique, doit être rapportée aux vastes espaces sur lesquels elle va être inscrite. En effet ce type de plan essayé à Nata sera une excellente solution pour les plaines de l’intérieur14. Eduardo Tejeira Davis qui s’est attaché à cette question explique que chaque vecino fut doté d’une surface généreuse de terre et comme tous les solares étaient identiques, et l’espace vaste, il y eut peu de conflits. Peu à peu l’idée de la cuadrícula s’est généralisée dans la région et s’est améliorée grâce à un tracé toujours plus précis et rigoureux ce qui facilitait la gestion urbaine dès la fondation.

  • 15 Eduardo Tejeira Davis Pedrarias Dávila y sus fundaciones en Tierra Firme (1513-1522), une comparais (...)

16Cette dimension qui coïncide avec les autres grands évènements, mérite d’être soulignée car la fondation de Nata inaugure une ère de fondations de villes coloniales où se manifeste un évident souci de gestion urbaine et d’esthétique ainsi que de goût pour les cérémonies coloniales. On y trouve des espaces « mas á propósito para las fiestas de a caballo ». Selon Eduardo Tejeira Davis, Nata est le paradigme de la nouvelle urbanisation continentale espagnole très éloignée des réalités des colons de la première heure : « se está haciendo referencia a realidades muy distintas de las que encontró la primera generación de colonos españoles »15.

17Dans ces conditions, on voit que l’Amérique émerge, dégagée d’une vision purement atlantique, comme un continent à la fois projeté vers l’Asie mais aussi en construction : les deux dimensions d’extraversion et d’intraversion font que le continent dans sa dimension coloniale interne se construit en synergie avec son inscription globale : c’est là le double défi des chrétiens occidentaux.

18La parution en 1519 de la Suma de geografía del bachiller Fernández de Enciso illustre une manière de coïncidence entre les expériences nautiques et de découverte et la pensée géographique moderne. La Suma de Geografia de Martín Fernández de Enciso est le premier manuel de géographie, dans le sens le plus large du mot, rédigé en castillan et traduit en anglais dans les années suivantes. Postérieurement, d’autres éditions espagnoles virent le jour en 1530 et 1546 (Séville). Dès cette date précoce, Enciso dans son prologue déclare :

  • 16 Suma de Geografía del bachiller Martín Fernández de Enciso, tirada fac simile, Madrid : 1948, colec (...)

Has de saber que a estas cinco zonas que dividen en partes la esfera, según los astrólogos son sujetas cinco plagas de la tierra: las dos que son sujetas a las dos zonas que están debaxo de la tórrida entre los trópicos hiemal y estival, según los astrólogos no son moradas por respeto del grande calor dela tórrida zona; y por la experiencia parece lo contrario, porque las indias, tierra firme e islas occidentales […] son muy pobladas y están debaxo de la tórrida zona. […] Y también paresce por la experiencia que entre las otras dos partes que están entre los polos y los dos trópicos ártico y antártico que se habitan aunque ellos las pusieron por inhabitables a causa del mucho frío. [il fait référence à l’Irlande et à la Scandinavie]16.

  • 17 Ibidem, p. 20-21.
  • 18 Ibid., p. 26.

19Enciso propose une vision globale du monde, séparé en deux hémisphères dont il parcourt les lignes cosmographiques en exposant les particularités de chacun des « cercles » (« horizontes ») du globe en relation avec la trajectoire du soleil (durées nuit/jour). La durée d’ensoleillement pour les différents habitants du globe est détaillée17. Mieux encore : en faisant le calcul de la mesure du monde (16,5 lieues par degré soit presque 6 000 lieues), il calcule ce qui reste à découvrir « falta para ser descubierta toda la longitud del mundo » : « es desde el puerto de las Figueras hasta el de Gatigaran que es en el oriente, sea 1650 leguas por descubrir en el universo ». Un tel calcul n’est pas anodin, Enciso affirme que cette partie encore inconnue tombe dans l’escarcelle de la Castille « caen en la partición de V. A. »18. Cependant, une telle perspective sur le monde est radicalement nouvelle car Enciso ne se centre pas sur la glorification de ce qui a été découvert mais sur l’ouverture, la perspective de ce qui reste à découvrir pour englober la totalité du monde.

20Quelques décennies plus tard, vers 1550 des humanistes fameux comme Pietro Bembo, López de Gómara ou Giovanni Battista Ramusio chanteront avec un vigoureux optimisme l’habitabilité du monde à partir de l’expérience américaine. Trente ans avant Enciso, l’année même de la circumnavigation, inaugurait cette vision d’un globe habitable et habité qui ne fallait que finir de découvrir. Ce n’est pas un hasard : l’Amérique est un magnifique laboratoire pour penser le monde, sa mesure et son habitabilité : depuis les Esquimaux jusqu’aux Patagons, sous toutes les latitudes, et sur des hauteurs insoupçonnées, d’un pôle à l’autre, le continent américain offre l’éventail des peuplements, des paysages, des climats sur deux hémisphères. Il faut insister donc sur cette ouverture de la conscience monde qui semble se cristalliser en ces années 1519-1522.

  • 19 Peter Sloterdijk, Sphères II, Globe, traduit de l’allemand par O. Manonni, Paris : Sell, 2000.

21Si, comme l’affirme Peter Sloterdijk, la modernité se définit à la fois, comme conscience du globe et extraversion des hommes de l’Europe occidentale, au point de faire coïncider l’écoumène et le globe – changement de l’image morphologique du monde comme macro sphère –, l’année 1519 est alors le point de départ de l’entrée des Européens dans la modernité peut être davantage que 149219.

Un passage : la question du détroit

  • 20 Cf. Louise BÉnat-Tachot « Un projet ambitieux et éphémère : la Casa de la Contratación de la Coruña(...)

22Les conséquences directes de la circumnavigation sont connues : après un moment d’enthousiasme épicier qu’illustre la création de la Casa de la Coruña, en 152420, la multiplication des expéditions pour les Moluques à un rythme soutenu depuis ce port, depuis Séville et depuis la côte pacifique de la Nouvelle Espagne d’abord avec Cortés puis avec le vice-roi Mendoza ne parviendra pas à reproduire le premier exploit nautique. Le détroit s’avère être davantage un piège pour la navigation qu’une alternative à la route portugaise.

23Gómara le raconte avec son style concis habituel. Toutes les expéditions après celle de Magellan sont de lamentables échecs. De la plus importante celle de Loaysa, il nous dit « Desparciéronse las otras con el tiempo y tuvieron mal fin ». Celle de Sebastián Gaboto « se volvió del río de la Plata, sin pasar el estrecho ». Celle que Cortés organisa avec son parent Álvaro de Saavedra Cerón en 1528 est une nouvelle frustration : « Pero aún hasta agora, que sepamos, no se ha descubierto por allí lo que imaginaba ».

  • 21 Francisco López de Gómara, Historia de las Indias, cap. 103, « De otros españoles que han buscado l (...)
  • 22 Dans une période de tensions croissantes entre Charles Quint et l’empire ottoman d’une part et les (...)

24En 1534, Simón de Alcazaba y perdit la vie : « iba con doscientos y cuarenta españoles a las Malucas el año de treinta y cuatro. No se supo valer ni llevar con la gente, y así lo mataron a puñaladas ». Peu après, Gutierre de Vargas, (1539-1540) évêque de Plasencia, beau-frère d’Antonio de Mendoza, « pensando enriquecer más que otros » s’est aussi perdu dans la tempête, la flotte s’est dispersée sans parvenir aux Moluques. « Nunca más se supo de los 150 hombres ». En 1542 celle de Villalobos n’a pas un meilleur destin : « Perdiéronse las naves y vino la gente a poder de portugueses »21. Mais ce qui obscurcit définitivement le ciel antarctique est la rétro-vente des îles au roi de Portugal pour 350 000 ducats en 152922.

25Depuis l’Espagne la géopolitique européenne une fois de plus – après le traité de Tordesillas – décidait du destin du détroit et d’une certaine façon le muselait. La question de la bi-océanité qui hante l’imaginaire géopolitique de l’Amérique se réglera de façon pratique en traversant l’isthme et il en sera ainsi pendant toute la période coloniale.

26Le processus de globalisation belliqueux qui était né avec la recherche de l’accès aux épices va devenir de basse intensité, sans toutefois disparaître complètement ; mais ce finis terrae américain cesse de préoccuper la Couronne pendant au moins plus de trois décennies : le Pacifique austral sont des eaux réduites au silence.

  • 23 En 1566, avec le retour de Legazpi, une route trans-pacifique connecte la Nouvelle Espagne et les P (...)

27La question du détroit va se reposer avec une forme d’urgence après cette période d’engourdissement23.

28Certes la route de retour des Philippines vers la côte américaine découverte finalement par Legazpi et Urdaneta et l’expédition de Mendaña de Neira vers les îles Salomon depuis Lima marquèrent une nouvelle étape du processus de découverte du Pacifique mais en aucune manière elles ne modifiaient le regard posé sur le détroit au point d’en faire une route alternative à l’isthme panaméen. Mais c’est en 1579 avec l’irruption de Francis Drake de façon tout à fait inattendue sur le flanc occidental de l’Amérique du sud que les autorités espagnoles croyaient protégée par la géographie du détroit et que l’on croyait inexpugnable qui va mettre le feu aux poudres. Drake réussit à passer le redoutable détroit et à piller les ports espagnols de la côte pacifique (Arica, Lima, Panamá) avant de boucler le deuxième tour du monde à l’aide des pilotes espagnols et portugais qu’il a fait prisonniers.

29La couronne dut reconsidérer la valeur stratégique de la zone d’un point de vue militaire et estima urgent de fortifier le détroit, point d’accès au sud du continent et aux chargements d’argent de Potosí qui transitaient par-là : cela devint une priorité absolue – tâche qui fut confiée à Sarmiento de Gamboa –.

30On voit que la construction de l’hydrographie de la côte pacifique ne présente pas de réelle symétrie avec la façade atlantique : elle a une histoire plus complexe et moins linéaire. Au rythme soutenu des explorations par segments successifs de la côte atlantique à la recherche du « paso » s’oppose l’histoire pacifique, intermittente, avec des temps de latence : cela est dû aux échecs nautiques, aux difficultés climatiques, à l’importance croissante de l’exploitation minière et enfin au sentiment qu’aucun ennemi ne pouvait apparaître par le sud et troubler les eaux du lac espagnol. La décade des années 80 va faire à nouveau entrer le détroit dans l’agenda de la Couronne.

Singularité du Détroit de Magellan : un détroit inachevé

  • 24 Conférence de Georges Tolias dans Annuaire de l’EPHE, résumés des conférences et travaux (148-2015 (...)

31Dans quelle mesure le passage trouvé par Magellan fait entrer cette partie du monde dans la grande histoire des détroits de la planète ? L’importance géostratégique des détroits est une histoire qui remonte à l’Antiquité. Dans quelle mesure le détroit de Magellan présente-t-il une singularité – et peut être une exceptionnalité – pour être le théâtre d’une histoire tragique, chaotique et dans une certaine mesure tronquée ou inachevée. Dans un article récent, Georges Tolias24 observe le rôle des îles et des détroits dans la configuration de la géographie du globe depuis l’Antiquité jusqu’au XVe siècle.

  • 25 Louise BÉnat-Tachot, «  De l’île à l’Islario : fonction et statut de l’île dans l’écriture de la co (...)

32Les îles sont une affaire de connectivité : elles constituent les escales et les échelles des voyages maritimes ; or ces dernières se multiplient au XVe siècle et ainsi elles créent des réseaux de plus en plus denses. L’Amérique s’inscrit de ce point de vue dans une forme de continuité. C’est ainsi que dès leur découverte, les îles des Antilles se convertissent y compris en plateformes nécessaires, contrôlables des expéditions vers la Terre Ferme25.

33La géographie des îles, qui selon Strabon – le penseur par antonomase des îles – était toujours éclectique et incertaine, se transforme aux XVe et XVIe siècles avec les navigations ibériques. Les îles s’insèrent dans la géographie du globe ; mieux encore, elles sont les jalons des grandes circulations et composent la vaste toile des échanges et des communications océaniques : îles Canaries, îles Antilles, îles Philippines, îles Mariannes, îles Moluques.

  • 26 Le Insularium illustratum de Henricus Martellus Germanus, compilé entre 1480 et 1490, tout comme le (...)

34Les détroits proposaient d’autres repères naturels pour penser l’espace. Dans l’Antiquité, les colonnes d’Hercule et le détroit de Gibraltar, le système de l’Hellespont et du Bosphore de Thrace ainsi que le détroit de Kertch entre la mer d’Azov et la Mer Noire étaient pensés comme les charnières du monde, qui délimitaient ses différentes parties, Afrique, Europe et Asie. Les îles et les détroits étaient donc des outils pour penser l’espace26.

  • 27 Depuis l’Antiquité la confrontation des façades maritimes de la Grèce orientale et de l’Asie Mineur (...)

35Le détroit des Dardanelles et du Bosphore furent sans doute les détroits par excellence pour être le croisement de grandes voies de communication maritimes intercontinentales entre des villes d’une importance légendaire comme Troie, mais surtout Byzance alias Constantinople alias Istanbul, capitale d’empire27. Avec les croisades, les détroits furent des clés, des points de repère en Méditerranée et l’Europe chrétienne avait appris à ses dépens l’importance de leur contrôle en particulier depuis la chute de Constantinople en 1453.

  • 28 Giovanni.Battista Ramusio, Navigazioni e viaggi (1550-1556), 1. « Discorso di M. Giovanni. Battista (...)

36Une telle conception était toujours en vigueur en 1550 : il suffit de lire le discours de G. B. Ramusio sur l’épicerie28, discours repris par López de Gómara pour mesurer à quel point le contrôle de ces réseaux de communication et ces passages névralgiques étaient essentiels pour le commerce des épices en particulier.

  • 29 Pomponius Mela, De chorographia 1 , p. 6-7.
  • 30 Dans la Suma de geografía, Enciso utilise les bassins hydrographiques comme des unités descriptives (...)

37Les détroits ont toujours posé de grandes questions géologiques et hydrographiques. G. Tolias analyse comment la réalité géographique des détroits est pressentie de façon différenciée par Pomponius Mela qui y voit des contractions de la masse aquatique – ce qui en fait un système de démarcation des mers successives –29 tandis que Denys d’Alexandrie au siècle suivant inverse le point de vue et les présente comme des scissions de la terre continentale, démarcation de systèmes terrestre différenciés. En tout état de cause, ce sont des seuils, des zones de contact entre espaces maritimes et espaces continentaux30.

38L’importance des détroits est telle que dès les XIVe et XVe siècles apparaît en Italie la production de guides de navigation comme par exemple Compasso a mostrare a navicare dall’uno stretto all’altro, de Antonio da Uzzano (1442). Dans un des premiers atlas au début du XIVe siècle, l’atlas de Petrus Vesconte, (1320), atlas de la Méditerranée et des côtes atlantiques de l’Europe, les détroits occupent une position structurante (six des neuf cartes marginales sont des détroits (Gibraltar, Messina, Dardanelles, Bosphore de Thrace (strecto di Turchia) et Bosphore Cimmérien actuel détroit de Kertch).

  • 31 La prise d’Ormuz résultait du plan de Manuel Ier, qui, en 1505 résolut de bipasser le commerce musu (...)

39De leur côté les Portugais avaient bien compris l’importance de ces places stratégiques en occupant le Détroit de Malacca entre la péninsule malaise et l’île de Sumatra ou par l’occupation d’Ormuz qui unit le golfe d’Oman au golfe persique (occupation militaire qui dura entre 1515 et 1622)31. C’était là les espaces clé d’une geste nautique moderne tout comme les Dardanelles et le Bosphore étaient des espaces qui avaient exhibé de façon très récente leur rôle géopolitique dans la question du pouvoir des empires.

40Le contrôle militaire et politique du détroit déterminait dorénavant le cours de l’histoire et pas seulement du point de vue économique mais aussi politique : cela dotait les détroits d’un poids spécifique dont la possibilité de le contrôler militairement avec l’artillerie et de passer des armées d’une mer à l’autre ou d’un continent à l’autre. La transgression de ces espaces dès lors était un geste géopolitique de grande portée qui altérait le cours de l’histoire : c’est ce que venait de démontrer l’irruption des armées ottomanes sur l’Europe de l’est ou encore les frères Barberousse maîtres d’Alger qui faisaient peser une menace constante sur le détroit de Gibraltar et la Méditerranée occidentale.

41Si on considère la question du détroit de Magellan, on observe de sérieuses différences. C’est bien avec le passage de Drake que l’histoire de ce qui n’était qu’un passage connaît une accélération soudaine et que cette passe magellanique prend la dimension géopolitique et stratégique que je viens d’évoquer. Mais c’est un détroit qui sépare une terre connue et une terre inconnue, cas unique dans l’histoire : c’est à la fois un seuil structurant de la géographie du monde et le lieu d’une géographie spéculative ou douteuse. Drake et les intrus (Anglais et Hollandais qui vont suivre) affectent le détroit d’une vocation militaire, lieu par lequel peuvent passer des bateaux ennemis mais il y a plus : c’est un lieu que les ennemis peuvent occuper, (poblar) si les Espagnols n’arrivent pas à s’y installer et à le contrôler.

  • 32 Serge STOLF, « E. S. Piccolomini et les Turcs : l’Europe face à son ennemi », Cahiers d’études ital (...)

42Brutalement se reproduisait dans le Nouveau Monde le drame qu’évoquait le pape géographe Enea Silvio Piccolomini32 lorsqu’il insistait sur l’importance des détroits. Pour alerter les princes chrétiens d’occident sur le péril économique et militaire que représentait pour la chrétienté le contrôle par les Ottomans de cette charnière du monde, il définissait les détroits comme un seuil stratégique de la chrétienté. Le même scenario semblait se reproduire pour le contrôle du détroit de Magellan. Mais dans ce dernier cas, les ennemis étaient les luteranos, nouveaux hérétiques qui allaient constituer une constante menace en cette fin de XVIe siècle.

43D’une certaine façon, le passage incommode, voire impraticable revenait sur scène avec les attributs des détroits dans l’histoire et dans la culture géographique depuis les Grecs face aux Perses. Le détroit de Magellan entrait dans le large mouvement de politisation des détroits, programme qui activait une sorte d’héritage impérial et qui convertissait ces espaces naturels en espaces de pouvoir.

44Cependant cette histoire demeurait inachevée et ne réussit pas à mobiliser les nations : pas de grande bataille navale, pas d’occupation territoriale ni de grandes routes commerciales. Cela s’explique évidemment par la géographie hostile, complexe, difficile à cartographier (un labyrinthe de canaux et d’îles), et surtout peut être le gigantisme de cet espace au bout du monde.

45Pierre Martyr fut un des premiers à pointer ce gigantisme : les bateaux de Magellan ont mis plus d’un mois (du 21 octobre au 27 novembre) pour parcourir les 110 lieues du détroit qui, en outre, se compose de plusieurs angosturas (très dangereuses). Les températures glaciales, les vents insupportables, des brouillards durables expliquent l’échec des expéditions postérieures. Les bateaux de Drake, de Hawkins ou de Cavendish subirent à leur tour les mêmes obstacles.

46À la suite de l’attaque de Drake, l’idée de fortifier le détroit entrait dans une conjoncture globale de l’union des deux couronnes qui transformait la monarchie hispanique en un empire de dimensions gigantesques (Brésil Amérique, Guinée, Afrique, Goa, Tidore, Malacca jusqu’à Macao et Manille). Il fallait dans ces conditions penser la défense à un niveau global et disposer de données précises sur les dimensions des terres et des routes de navigation.

  • 33 Joaquín Zuleta Carrandi, La fortificación del estrecho de Magallanes : un proyecto al servicio de l (...)

47L’envoi d’une flotte armée dans la zone australe du continent américain avait un caractère d’urgence car la diplomatie et les réseaux d’espionnage des Austrias révélaient la préparation en Angleterre de flottes dont le but était d’atteindre le Pacifique pour fondre sur les ports du Pérou ou bien d’aller directement aux Moluques pour y commercer ou encore pour fonder une colonie dans le détroit austral. Il s’agissait d’empêcher cela et de châtier les intrus33.

  • 34 Parecer de Juan Bautista Gesio: Estrecho de Magallanes ES.41091.AGI/29.3.4.2//PATRONATO, 33, N.2, R (...)

48J. B. Gessio, ce mathématicien napolitain et conseiller de Felipe II explicite ses craintes dans plusieurs mémoriaux. Non seulement les Anglais naviguent dans le détroit mais ils pourraient s’en emparer pour « asegurar sus navegaciones ». Si cela devait se faire, il serait très difficile de les déloger (« fuese cosa muy trabajosa a hecharlos fuera »)34.

49Les conséquences seraient donc désastreuses, explique Gesio, car les Anglais pourraient lancer des explorations de découverte vers d’autres côtes encore inexplorées « que descubriese toda la otra costa desde el estrecho por el Río de la Plata y costa del Brasil y por la contra costa o sea la hipotética Nueva Guinea ».

50Une autre raison rendait difficile la fortification du détroit et son contrôle. Gesio l’explique clairement : il n’y a pas de raison de faire une fortification si on n’a pas exploré « palmo a palmo » la zone du détroit avec tous ses canaux et ses extensions septentrionales. Si la côte australe du détroit est une île et qu’il existe des passages plus au sud, toute fortification perd intérêt car ce ne sera qu’un contrôle partiel. C’est un des arguments que vont utiliser les opposants à la flotte armée du détroit (la Armada del estrecho) et au projet de colonisation et de fortification. Cet argument était très puissant et dépendait d’une hypothèse géographique car si la partie sud du détroit était une terre « continuada », on pouvait fermer le détroit et le défendre mais s’il s’agissait d’îles alors il pouvait y avoir d’autres passes qui connectent le Pacifique et l’Atlantique.

no se sabe si la tierra de la otra parte del estrecho al sur es tierra firme continuada hacia el antárctico o si son islas […] digo que conviene descubrir la tierra hacia el antárctico… y cuando se hallase otro estrecho y otra entrada y salida en aquella tierra por haber islas, entonces se ha de mudar de parecer en poblar el estrecho.

  • 35 Consulta del Consejo de Indias, Madrid 26 VIII 1579. Zuleta signale que le général Flores Diego Rob (...)

51Le Conseil des Indes en 1579 arrivait à des conclusions similaires « no se sabe que haya disposición para poderse hacer en parte que impida el paso al enemigo, por entenderse que hay muchas canales de entradas y salidas »35.

52J.B. Gessio étudie néanmoins de quelle manière on pouvait éventuellement protéger le détroit – par un système de patrouilles maritimes : des bateaux patrouilleraient entre le Chili, le Pérou et jusqu’à la Nouvelle Espagne –.

  • 36 Cf. Documentos inéditos para la historia de Magallanes: real provisión, capitulación de Pedro Sarmi (...)

53En revanche, Diego de Flores (general de la armada) s’opposa à un tel système tout comme au reste du projet de fortification du duc d’Albe et de Sarmiento de Gamboa. Selon lui, rien ne vaudrait pour le détroit qui lui semblait être une frontière pratiquement impossible à dominer. L’extension territoriale du détroit, son gigantisme et les conditions climatiques faisaient que ces échafaudages paraissaient dérisoires. On sait que l’expédition de Gamboa dans le détroit et la tentative de peuplement seront de douloureux échecs36. La question de la défense impossible ou douteuse du détroit va se poser de façon récurrente.

  • 37 Antonio de Herrera, Historia general de los hechos de los castellanos en las islas i tierra firme d (...)

54Selon Antonio de Herrera au début du XVIIe siècle, il semble que le détroit soit à nouveau écarté de l’agenda de la couronne. En 1601, le chroniqueur officiel de la Couronne, décrit la région du détroit : « no se han pacificado ni poblado ya que no se pudo conservar la población por la mucha frialdad ». Avec un évident pragmatisme il déclare « aquella navegación es difícil y peligrosa por las continuas tempestades y grandes refriegas de vientos que hay en todo tiempo »37.

55Il remarque que le détroit est loin d’être exploré « ni hay relación cierta de la costa » toutes les données hydrographiques – qui viennent du rapport du pilote Ladrillero et des Relaciones geográficas de López de Velasco – mettent en évidence non seulement ce qui est connu mais surtout ce qui reste incertain ou inconnu. Herrera de toute évidence rejette la théorie d’une terra australis qui justifierait les fortifications – thèse en vogue vingt ans plus tôt – il est en faveur de probables îles.

56Pour en faire la démonstration, le chroniqueur intègre l’expérience et les rapports des corsaires anglais eux-mêmes :

nunca se ha acabado de navegar desde la mar del sur a la mar del norte ni los corsarios que la han pasado de norte a sur […] El referido Ricardo Aquines dice que anduvo muchos días por el estrecho y afirma que toda la tierra de la vanda del sur no es tierra firme sino muchas islas […] lo mismo dijo Francisco Drake.

  • 38 « Como se sabe habrá que esperar 1616 los holandeses Schouten y Lemaire que descubren el cabo Horno (...)

Si donc ce sont des îles, comment et surtout pourquoi contrôler et fermer le détroit ???38 Enfin répète inlassablement Herrera :

la navegación por el estrecho es tan difícil y peligrosa por los crecientes de los dos mares que se juntan en medio del estrecho que cuando los navíos no llevasen más de amarras para sustentarse y no perder lo navegado, irían harto cargados.

57Herrera ne met pas un point final à l’histoire du détroit et à ses enjeux stratégiques. L’état de manque de fortification du détroit fut mis à profit par d’autres nations dès le XVIIe siècle. La zone australe devint un espace d’explorations et de navigation internationale en particulier la Terre de Feu qui fut explorée et cartographiée par les hollandais Willem Schouten et Jacob Le Maire. Ces deux explorateurs découvrirent, en 1616, le cap Horn et parcoururent la côte sud de la Terre de Feu39, ce qui provoquera une nouvelle contre-offensive espagnole.

58L’histoire du détroit se trouva à nouveau liée à la géopolitique européenne, en effet l’expédition des frères Bartolomé et Gonzalo Nodal ne répondait plus seulement à une activité corsaire, mais, à la suite de la rébellion des Pays-Bas contre Philippe II, les Hollandais réorientèrent leur politique commerciale et planifièrent des incursions directes dans les Moluques, dans la mer caribéenne (tabac et sucre) et au Brésil (café). Cela supposait naviguer dans les eaux de la monarchie catholique et provoqua la prolifération des compagnies de commerce hollandaises en particulier la VOC (Vereenigde Oostindische Compagnie, 1602, soit la Compagnie des Indes Orientales Unies) qui s’est attribué l’exclusivité du commerce entre le Cap de Bonne Espérance et le détroit de Magellan : une véritable machinerie commerciale.

  • 40 Cf. Ignacio Díaz Fernández, Estudio preliminar y transcripción del manuscrito de Diego Ramírez de A (...)

59En 1615 dans une de ses lettres, Francisco de Tejada, président de la Casa de la Contratación lance un cri d’alerte semblable à celui de J.B. Gessio trente ans plus tôt sur le risque d’un contrôle du détroit par des puissances étrangères et il suggère une expédition pour s’y opposer. Cette lettre qui faisait réponse à l’expédition de 1615 d’Isaac Lemaire sera le déclencheur de l’expédition des frères Nodal de 1618 et de l’excellent cosmographe Diego Ramirez40. Ces derniers parvinrent jusqu’au cap Horn, allèrent plus au sud et firent le tour de la Terre de Feu pour déboucher ensuite sur le détroit de Magellan.

60Les expéditions courageuses et une meilleure connaissance de la cartographie australe ne permit pas une occupation du détroit : il faudra attendre le XIXe siècle pour que le Chili en 1843 prenne possession du détroit et construise Fort Bulnes.

  • 41 Voir la persistance sur les cartes de la terre australe comme un gigantesque continent imaginaire d (...)

61L’histoire de la passe magellanique ouvrit spectaculairement un chapitre de l’histoire globale : le détroit fut porteur de toute sorte d’espoirs, il fut un espace intermittent de défis internationaux et d’exploits nautiques mais il fut surtout le contrefort de la terra australis41, rêverie des nations en mal de nouvelles terres, ouvrant par là un autre volet de l’histoire globale, celle des imaginaires…

Haut de page

Notes

1 Cf. Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia General y Natural de las Indias, Madrid : Atlas, BAE, 3,1992. L’auteur affirme avoir eu entre les mains « todas las escripturas de Vasco Nuñez y después que murió tomé la cuenta de sus bienes por mandado del Emperador » ; Oviedo est sans doute la source la plus fiable sur ce point, il annonce deux prises de possession la première depuis le haut de la colline où tous les Espagnols se mettent à genoux et prient en chantant un te deum, et c’est Balboa qui seul, ayant pris de l’avance sur ses hommes a découvert l’étendue d’eau à ses pieds le 25 septembre et une deuxième prise de possession beaucoup plus élaborée le 29 septembre, jour de la saint Michel. Le moment propice de la marée montante permet de scénographier la prise de possession : « con una espada desnuda y una rodela en las manos, entró en el agua de la mar salada hasta que le dio en las rodillas y comenzose a pasear diciendo “vivan los muy altos y poderosos reyes […] en nombre de la Corona Real de Castilla tomo y aprehendo la posesión real e corporal” ». Il est intéressant de noter que la déclamation de Balboa sous la plume d’Oviedo devient un acte de possession de toute la mer australe : le Roi devient le seigneur « de aquestas indias islas y tierra firme septentrional y austral con sus mares así en el polo ártico como en el antárctico en la una y otra parte de la línea equinoccial ». p. 214.

2 Balboa décida de confier à deux amis fidèles Juan de Caicedo y Rodrigo Colmenares la mission d’aller voir le roi en son nom et de demander la protection royale pour mener à bien ses projets ; ces derniers remirent au monarque une lettre (dont l’authenticité n’est pas parfaitement établie) dans laquelle Balboa fait part des informations récoltées au sujet d’une autre mer au sud. Il exposait son projet de conquête et demandait 1 000 hommes ; Balboa précisait : « Dicen que los habitantes de la otra vertiente son pacíficos e inclinados al comercio. Afirman que por el otro mar se puede navegar hasta en canoa, porque es de ordinario apacible y no entra jamás en furor como este otro Océano. Creo que debe haber en él muchas islas. Se dice también que se encuentran en él muchas y muy gruesas piedras; que los caciques poseen grandes cestos llenos de ellas y que todos los indios y las indias poseen algunas... », « El río que va desde el pueblo del cacique Comagro al otro mar, antes de llegar a él se divide en tres brazos, y cada uno de ellos tiene su desembocadura particular. Se dice que por el brazo que entra en el mar más a poniente, llegan canoas llenas de perlas, para cambiarlas o venderlas a Comagro; y por el que desemboca al Levante, entran las que vienen cargadas de oro, con el mismo fin, lo que es realmente cosa increíble e inaudita... », Carta de Vasco Núñez de Balboa al Rey de España (20 de enero de 1513), texte disponible en ligne: https://es.wikisource.org/wiki/Carta_de_Vasco_Núñez_de_Balboa_al_Rey_de_España_(20_de_enero_de_1513).

3 Lorsque Balboa revient à Santa María la Antigua del Darién, il a vaincu les quelques résistances indigènes rencontrées, il rapporte de l’or mais surtout des perles et il a identifié l’île de Terarequi avec ses bancs d’huîtres perlières : ce sera le deuxième gisement après l’île de Cubagua dont Colomb a pressenti l’existence dès son 3e voyage.

4 « Señaló por coto y padrón aquel isleo de san Simón que allí estaba en el pasaje e frontero de la isla de las perlas, Terarequi ; Vasco Nuñez le puso por nombre isla rica », in : Gonzalo Fernández de Oviedo, HNGI, op. cit., 3, p. 216-217.

5 https://www.facsimilefinder.com/facsimiles/castiglioni-world-map-facsimile.

6 Gonzalo Fernández de Oviedo, HNGI, op. cit., 3, p. 221.

7 Signalons qu’un quatrième exploit nautique est chanté par Oviedo dans cette liste des plus hauts faits des Espagnols. Il s’agit de la descente du fleuve Amazone par Francisco de Orellana en 1541 : une nouvelle fois la question de l’inter océanité et de la transversalité du continent américain se reposait car il s’agira de connecter l’océan Atlantique, avec Quito. Gonzalo FernÁndez de Oviedo, op. cit, 5, p. 303.

8 Voir le planisphère de Diego Ribeiro de 1529 : cartographicimages.net/Cartographic_Images/346_Ribero.html

9 Miguel León Portilla, Hernán Cortés y la mar del sur, Madrid : Ediciones Cultura hispánica, 1985, 200 p.

10 En la dernière de 1539 Francisco de Ulloa remonta jusqu’à l’embouchure du Colorado à 28 degrés de latitude nord.

11 Miguel León Portilla, Cortés y la mar del Sur, Mexico : Cultura hispánica, 1985, p. 34.

12 María del Carmen MENA GARCÍA, La ciudad en un cruce de caminos (Panamá y sus orígenes urbanos), Séville : Escuela de Estudios hispano americanos, 1992, 317 p.

13 Remarquons que les fondations opérées par Pedrarias – Nata en particulier – inaugurent la pratique du plan urbanistique réticulaire bien avant la fondation de Lima. Nata a un plan orthonormé à grande échelle avec une place centrale et des lots subdivisés en quatre unités ou solares selon des normes clairement établies : « [...] que por las calles y plazas del dicho pueblo salgan derechas e por orden e concierto hice y funde el dicho pueblo haciendo cada ylera de las que en esta dicha plaza parescen de quatro solares juntos e confines e la dicha isleta toda cercada de calles públicas e cada solar de todos los susodichos que ansi van señalados le señale e por la pressente le señalo cient pasos que son doscientos y un pies de marca así de delantera como de traviesa e para la iglesia e casa del cavildo señale dos solares de los susodichos de los cuales a de quedar para la iglesia la mayor parte dellos e para la casa del cavildo el resto y entre la iglesia e la dicha casa del cavildo una calle en medio lo cual quede a dispusicion del teniente que agora es en mi lugar en esta ciudad para que los señale según que en esta traza aparece e ansy mysmo para la plaza pública señale una isleta entera que sera quatro solares de los susodichos… », in : Alfredo Castillero Calvo, Fundación y orígenes de Natá, Panama : Litho Impresora, 1972, p. 12-13.

14 Oviedo observe au sujet de l’emplacement de Nata : « el asiento deste pueblo es muy gentil e dispuesto para ganados e todas granjerías; e hay muchas vacas e puercos e yeguas y es tierra de mucha caza e montería, porque cerca hay montañas e boscajes en tierra alta », Gonzalo Fernández de Oviedo, HGNI, 3, p. 318.

15 Eduardo Tejeira Davis Pedrarias Dávila y sus fundaciones en Tierra Firme (1513-1522), une comparaison entre Panamá la Vieja et Nata manifeste un processus de fondation créatif et non pas l’application inflexible d’idées préconçues. Dans cette période, les problèmes pratiques étaient assurément plus importants que les considérations formelles ou philosophiques ; il fallait donc avoir un esprit ouvert et réceptif aux différents facteurs qui se présentaient dans les différents lieux « Aquí ayuda recordar que Carlos V insistía – como se lee en sus Instrucciones de 1523 para Hemán Cortés – en que "desde acá [o sea, desde Europa] no se puede dar regla particular ». Article disponible en ligne https://fr.scribd.com/document/318253640/Pedrarias-Davila-y-sus-fundaciones-en-Tierra-Firme-1513-1522-Eduardo-Tejeira-Davis

16 Suma de Geografía del bachiller Martín Fernández de Enciso, tirada fac simile, Madrid : 1948, colección joyas bibliográficas, n°208, p. 14.

17 Ibidem, p. 20-21.

18 Ibid., p. 26.

19 Peter Sloterdijk, Sphères II, Globe, traduit de l’allemand par O. Manonni, Paris : Sell, 2000.

20 Cf. Louise BÉnat-Tachot « Un projet ambitieux et éphémère : la Casa de la Contratación de la Coruña, ou les aléas de la géopolitique impériale », dans Nejma Kermele et Bernard LavallÉ, L’Amérique en projet : Utopies, controverses et réformes dans l’empire espagnol (XVIe-XVIIIe siècle), Paris : L’Harmattan, 2009, p. 312.

21 Francisco López de Gómara, Historia de las Indias, cap. 103, « De otros españoles que han buscado la Especiería », Madrid : Atlas, BAE, 1942, p. 221-222.

22 Dans une période de tensions croissantes entre Charles Quint et l’empire ottoman d’une part et les princes protestants de l’autre, il était impensable d’ouvrir un autre front aux antipodes avec une nation catholique liée par un double mariage à la couronne de Castille.

23 En 1566, avec le retour de Legazpi, une route trans-pacifique connecte la Nouvelle Espagne et les Philippines : cela a suscité une activation du commerce avec la Chine par le truchement des marchands chinois installés dans ces îles. L’Amérique se trouvait unie aux îles si convoitées. En 1567-68 Álvaro de Mendaña de Neira navigua depuis le Pérou jusqu’aux îles Salomon dans le pacifique sud. Une vingtaine d’îles furent explorées ; pour revenir les expéditionnaires durent emprunter la même route que le Galion de Manille pour arriver à Acapulco en passant par l’île de San Francisco (île Wake).

24 Conférence de Georges Tolias dans Annuaire de l’EPHE, résumés des conférences et travaux (148-2015&2016). Cf. « Représentations de l’espace, fin du Moyen Âge – époque moderne ». Tolias explique en particulier : « Dans l’imaginaire grec de la structure du monde, les détroits jouaient un rôle déterminant. La ligne notionnelle qui naissait dans le Tanaïs traversait le Palus Méotide et le Bosphore Cimmérien, alimentait le Pont-Euxin puis traversait les détroits et se continuait au sud de la Méditerranée pour rejoindre les bouches du Nil et épouser son cours. À l’embouchure du Nil, cette ligne descendant du nord en croisait une autre, horizontale, qui avait ses origines dans le lointain contrepoids de l’Hellespont à l’extrême occident, les Colonnes d’Hercule. Ainsi, l’intersection de deux lignes notionnelles unissant fleuves et détroits de l’est et de l’ouest, du nord et du sud de la Méditerranée, marquait les limites des parties du monde connu, des « continents ». L’agencement du monde terraqué prenait ainsi en compte les intersections marquantes entre la masse aquatique et la masse continentale, les larges courants maritimes et terrestres qui s’avérèrent de la sorte ses principes structurants. https://journals.openedition.org/ashp/1947

25 Louise BÉnat-Tachot, «  De l’île à l’Islario : fonction et statut de l’île dans l’écriture de la conquête », in : Eliseo Trenc (coord.), Au bout du voyage, l’île : Mythe et réalité, Reims : Presses Universitaires de Reims, 2001, p. 56-87

26 Le Insularium illustratum de Henricus Martellus Germanus, compilé entre 1480 et 1490, tout comme le Islario general de todas las islas del mundo de Alonso de Santa Cruz, compilé en 1545, comptent parmi les premières tentatives de décrire l’ensemble du monde à partir du modèle descriptif insulaire ; entre les xve et XVIe siècles, les livres des îles et les livres des cités connurent des développements quasiment parallèles.

27 Depuis l’Antiquité la confrontation des façades maritimes de la Grèce orientale et de l’Asie Mineure était une succession de bassins et de canaux qui unissaient la mer Egée et la mer Noire et qui constituaient une articulation centrale de l’écoumène.

28 Giovanni.Battista Ramusio, Navigazioni e viaggi (1550-1556), 1. « Discorso di M. Giovanni. Battista Ramusio sopra 1varii viaggi per li quali sono state condotte fino a tempi nostro le spezierie e altri nuovo che potriano usare per condurle ».
http://ww2.bibliotecaitaliana.it/xtf/view?docId=bibit001323/bibit001323.xml

29 Pomponius Mela, De chorographia 1 , p. 6-7.

30 Dans la Suma de geografía, Enciso utilise les bassins hydrographiques comme des unités descriptives de la navigation méditerranéenne (le détroit de Gibraltar et de Messine en particulier). Précisément, le détroit de Gibraltar, (« a do es Tarifa » dit-il) est le point d’accroche pour passer en revue la géographie du Vieux Monde.

31 La prise d’Ormuz résultait du plan de Manuel Ier, qui, en 1505 résolut de bipasser le commerce musulman dans l’océan indien en occupant Aden, pour bloquer le commerce à travers Alexandrie, Ormuz, en passant par  Beyrouth et Malacca pour contrôler le commerce vers la Chine. La flotte de Tristão da Cunha fut envoyée pour prendre le fort de Socotra et contrôler l’entrée de la Mer Rouge, ce qui fut fait en 1507.

32 Serge STOLF, « E. S. Piccolomini et les Turcs : l’Europe face à son ennemi », Cahiers d’études italiennes, 21, 2015, p. 105-117, https://journals.openedition.org/cei/2696. À partir de la chute de Constantinople et de l’Empire byzantin en 1453, la correspondance et plusieurs écrits d’Enea Silvio Piccolomini analysent cette politique d’expansion comme un danger pour les fondements culturels et spirituels de l’Europe. Les Turcs deviennent « l’ennemi » de la civilisation. Ils sont dépeints par Piccolomini, à la suite d’autres humanistes, comme les nouveaux barbares : cette altérité permet de mieux définir l’identité européenne, héritière de Rome et de la Chrétienté.

33 Joaquín Zuleta Carrandi, La fortificación del estrecho de Magallanes : un proyecto al servicio de la imagen de la monarquía. (GRISO Universidad de Navarra) 2013, p. 163. https://revistas.ucm.es/index.php/RCHA/article/viewFile/42682/40556

34 Parecer de Juan Bautista Gesio: Estrecho de Magallanes ES.41091.AGI/29.3.4.2//PATRONATO, 33, N.2, R.7 (1579-8-27), fol. 1.

35 Consulta del Consejo de Indias, Madrid 26 VIII 1579. Zuleta signale que le général Flores Diego Robles et Cristóbal de Eraso (General de la flotte des Indes) partageaient cet avis, in : Joaquín Zuleta Carrandi, La fortificación del estrecho de Magallanes : un proyecto al servicio de la imagen de la monarquia. (GRISO Universidad de Navarra) 2013.p. 169.

36 Cf. Documentos inéditos para la historia de Magallanes: real provisión, capitulación de Pedro Sarmiento de Gamboa para la fortificación y población del estrecho de Magallanes, Introducción y notas Joaquín Zuleta Carrandi, www.limbos.org/sur/gamboa.htm. les deux fondations de 300 colons, ont été décimées : presque tous moururent d’inanition ce qui valut à Ciudad del Rey don Felipe d’être rebaptisée Port de la faim par le corsaire Thomas Cavendish (Puerto de hambre) en 1587.

37 Antonio de Herrera, Historia general de los hechos de los castellanos en las islas i tierra firme del mar océano, edición y estudio de M. Cuesta Domingo, Madrid : Editorial Complutense, 1991, 4 t., 1, p. 210-211.

38 « Como se sabe habrá que esperar 1616 los holandeses Schouten y Lemaire que descubren el cabo Horno para zanjar esta duda. La geografía magallánica será definitivamente aclarada con la expedición de los hermanos Nodal en 1619 que circunnavegaron la tierra de fuego », Joaquín Zuleta Carrandi, op. cit., 2015, p. 51.

39 Voir la carte de 1635 en ligne http://www.memoriachilena.cl/602/w3-article-641.html

40 Cf. Ignacio Díaz Fernández, Estudio preliminar y transcripción del manuscrito de Diego Ramírez de Arellano, “reconocimiento de los estrechos de Magallanes y san Vicente, con algunas cosas curiosas de navegación (1621), Valence : Universidad de Valencia, 2010, thèse dirigée par Víctor Navarro Brotons, chap. 1.

41 Voir la persistance sur les cartes de la terre australe comme un gigantesque continent imaginaire dont le typus orbis terrarum d’Ortelius est un modèle (1570).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Bénat-Tachot, « Les tracés du monde : réflexions sur les voies d’une première globalisation 1519-1579 », e-Spania [En ligne], 30 | juin 2018, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27769 ; DOI : 10.4000/e-spania.27769

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals