Navigation – Plan du site
Quelle histoire globale au XVIe siècle ?

Théorie et pratique de l’histoire du monde dans la Historia Pontifical y Católica de Gonzalo de Illescas

Nejma Kermele

Résumés

La Historia Pontifical y católica de Gonzalo de Illescas fut une œuvre majeure de la seconde partie du XVIe siècle, qui connut de multiples éditions et fut diffusée en Espagne comme en Amérique. Cet article vise à étudier la méthode d’écriture de l’Histoire pratiquée par Illescas et de voir par quels procédés l’auteur réussit à articuler une histoire des Papes, ancrée dans une tradition historiographique clairement référencée, à une histoire inédite du monde ibérique et du temps présent, dépassant ainsi les cadres de l’histoire universelle pour développer une histoire globale, capable de rendre compte des nouvelles réalités du monde.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Francisco de QUEVEDO, España defendida, Victoriano Roncero (ed), New York : Idea/Igas, 2012, p. 43. (...)
  • 2 Sur le protonationalisme de Quevedo, voir aussi Antonio Azaustre Galiana, « Estructura y argumentac (...)
  • 3 F. de QUEVEDO, op. cit., p. 43. Sur cette citation de Quevedo, voir également Emilio GARCÍA LOZANO, (...)
  • 4 On trouve sur la page de titre l’indication suivante : « Primera parte de la Historia Pontifical y (...)
  • 5 Voir à ce propos Irving A. LEONARD, Los libros del conquistador, Mexico : Fondo de Cultura Económic (...)
  • 6 L’œuvre de Gonzalo de Illescas se compose de deux parties, objets de notre étude. Les troisième et (...)

1Dans une œuvre de jeunesse, au titre révélateur, España defendida1, véritable panégyrique de l’Espagne, pensé en réponse aux critiques des nations étrangères2, Francisco de Quevedo se livre à un éloge de la langue castillane et cite, dans un passage à la rhétorique flamboyante, une série d’auteurs et de textes en espagnol qui rivalisaient, selon lui, sans conteste avec les plus importantes œuvres classiques en latin ou en grec. Le paragraphe déroule une litanie de noms parmi lesquels, placé entre Ambrosio de Morales, Gerónimo Zurita, Oviedo, Gómara, Florián de Ocampo, Esteban de Garibay, apparaît celui de Gonzalo de Illescas et un éloge de son œuvre « Cuál es más dichoso trabajo ni más estimado estudio, que el de Illescas en la Pontifical ?3 » La mention abrégée du titre suffit à elle seule à apprécier la popularité du texte. La Historia Pontifical fut en effet un véritable best-seller, aux éditions multiples4, une histoire diffusée en Espagne comme en Amérique5, populaire au point qu’après la mort d’Illescas d’autres auteurs en écrivirent des suites6.

  • 7 Roger CHARTIER, « La conscience de la globalité », Annales, Histoire, Sciences Sociales, 56-1, 2001 (...)

2Il s’agit pour nous, de présenter dans un premier temps l’auteur, le lieu de la composition de l’œuvre, Dueñas, que nous considérons comme un lieu carrefour au cœur de la Castille, puis d’aborder rapidement la question de la censure sans laquelle la Historia Pontifical est difficilement compréhensible. Nous nous pencherons ensuite sur quelques sources, modèles et structures de ce texte pour tenter de comprendre sur quel socle et de quelle manière Gonzalo de Illescas pense l’histoire. Enfin, nous nous interrogerons sur quelques procédés d’écriture qui révèlent la vocation à la globalité de cette histoire7 apparemment traditionnelle (une histoire des papes), tout en construisant, comme l’avait bien senti Quevedo – mais le paradoxe n’est ici, à notre sens, qu’apparent – une histoire locale et proto-nationale. Confronté aux limites de ses modèles (les nombreuses histoires des papes préexistantes) et au défi de penser différemment le monde à partir de la découverte de l’Amérique – et plus généralement confronté à une altérité au statut incertain entre légende et histoire, ou à des légendes qui pouvaient trouver dans le Nouveau Monde des espaces où exister – Illescas cherche à dépasser le cadre spatial donné de la chrétienté européenne pour l’élargir à une vision globale, ce qui l’oblige à saisir différemment les rapports entre synchronie et chronologie et à retravailler de façon dynamique les relations entre local et global. C’est notamment à partir de figures emblématiques qu’il articule ces différentes dimensions.

L’auteur, le lieu, le texte

Une histoire vue de Dueñas

  • 8 Pour une biographie plus détaillée, voir Emilio GARCÍA LOZANO, art. cit., p. 454-456.
  • 9 Outre la Historia Pontifical, nous connaissons deux autres travaux d’Illescas, il traduit en 1572 l (...)
  • 10 G. de ILLESCAS, op. cit., t. II, p. 338.
  • 11 Don Fabrique lui prête notamment des livres, voir G. de ILLESCAS, op. cit., t. II, p. 129. Emilio G (...)
  • 12 Illescas explicite les relations entre les Acuña et les Rois Catholiques, G. de ILLESCAS, op. cit., (...)
  • 13 Juan de VILLUGA, Repertorio de todos los caminos de España : hasta agora nunca vistos…, Medina del (...)
  • 14 Voir par exemple la thèse de Salvador DOMINGO MENA, Caminos burgaleses : los caminos del norte (sig (...)
  • 15 Sanjay SUBRAHMANYAM , Aux origines de l’Histoire globale, Paris : Fayard et Collège de France (édit (...)
  • 16 Il apprend par exemple directement de Fray Alonso de la Vera Cruz la réunion de cosmographes à Madr (...)
  • 17 Dans le livre II de la première partie, Illescas fait référence à l’augustin Fray Jerónimo Román et (...)
  • 18 G. de ILLESCAS, op. cit., t. I, p’. 16, p’. 22.
  • 19 Nous suivons ici l’analyse d’Emilio García Lozano. E. GARCÍA LOZANO, art. cit., p. 456.

3Gonzalo de Illescas naquit en 1521 à Dueñas dans la région de Palencia8. Issu d’une famille aisée et lettrée, Illescas fit des études assez poussées tout d’abord à Dueñas au collège des Augustins puis à Salamanque où il obtint le titre de bachelier et se fit curé. De retour dans sa ville natale, il devint titulaire d’un bénéfice et se mit au service de Don Alonso de Aragón, ambassadeur à Venise. Il suivit son protecteur en Italie et en France mais la mort saisit Don Alonso et Illescas fut contraint de rentrer à Dueñas. Ce fut à ce moment-là vers 1552-1553 qu’il se mit à écrire son œuvre majeure : la Historia Pontifical. Il devint, semble-t-il également durant cette période, docteur en droit canon. Mise à part la Historia Pontifical, nous connaissons deux autres travaux d’Illescas, des travaux de traduction dont nous ne pouvons montrer ici le détail mais qui démontrent sa maîtrise du portugais et son goût pour la théologie9. À partir de 1553, Illescas ne quitte Dueñas que pour quelques visites à son frère à Valladolid, pour quelques voyages notamment au Portugal ou pour assister au célèbre autodafé du docteur Cazalla10 en 1559. Il bénéficie de la protection de Don Fadrique de Acuña, seigneur de Dueñas, qu’il évoque à de nombreuses reprises et dont il loue la bibliothèque11. Rappelons brièvement l’importance du célèbre lignage des Acuña (d’origine portugaise) qui furent extrêmement proches de la couronne, en particulier des Rois Catholiques Isabelle et Ferdinand, proximité qui leur permit de jouer un rôle particulier sur le plan politique dans la première moitié du XVIe siècle12. Dueñas était donc un lieu connecté aux forces politiques castillanes mais aussi relié aux réseaux économiques et culturels. Il s’agit en effet d’un lieu stratégiquement situé à la croisée des chemins, le premier menait à Palencia, le second à Burgos et ce chemin reliait Valladolid – alors un des sièges de la Cour –au nord de la Péninsule, à la Navarre, à l’Aragon et finalement à l’Europe13. Rappelons également, et c’est fondamental pour notre sujet, que l’Ordre des Augustins s’était installé à Dueñas dès le XIIIe siècle et que ce fut là qu’au XVIe les Augustins célébrèrent leurs chapitres provinciaux, le plus célèbre étant celui de 1557 qui vit l’intervention de Fray Luis de León contre le relâchement de la règle (ce discours est d’ailleurs appelé « discurso de Dueñas »). C’était donc un lieu de contacts, de réseaux, de vie intellectuelle intense, d’échanges14, qui possédait une imprimerie, vraisemblablement deux bibliothèques importantes, un « local » connecté, un lieu où les histoires entraient « en conversation » pour reprendre l’expression de Sanjay Subrahmanyam15. Nous savons en particulier – cela est dit clairement dans le texte – qu’une partie des sources orales d’Illescas – notamment sur l’Asie – provenait des Augustins16, qu’il avait noué une amitié avec le chroniqueur de l’ordre, Fray Gerónimo Román17, auteur de deux poèmes laudatifs présents dans le paratexte de la Historia Pontifical18. Illescas mourut au milieu de l’année 157419 après avoir corrigé la troisième édition de son grand œuvre.

Editions et censures

  • 20 Voir entre autres Virgilio PINTO CRESPO, Inquisición y control ideológico en la España del siglo XV (...)

4La question des éditions du texte est intimement liée à la censure dont le texte a fait l’objet. Quelques zones d’ombre persistent encore mais nous pouvons poser quelques faits basés sur les études déjà réalisées20, sur une lecture attentive des différents exemplaires que nous avons pu consulter, sur certains documents notamment d’inquisition. Notons tout d’abord que la Historia pontifical écrite par Illescas se compose de deux forts volumes qui offrent chacun une partie, la première comporte cinq livres, un sixième livre occupe l’intégralité de la seconde partie.

  • 21 V. PINTO CRESPO, op. cit., p. 92.
  • 22 Ibid, p. 93.
  • 23 Sur les dates d’édition de la Historia Pontifical voir supra et José Antonio BARBÓN RODRÍGUEZ, « La (...)
  • 24 La seconde approbation rédigée par le frère bénédictin Juan de Robles précise « Por mandado del Con (...)
  • 25 Voir V. PINTO CRESPO, op. cit., p. 183.
  • 26 G. de ILLESCAS, op. cit., t. I, p’. 10v.
  • 27 Ibid, p. 364.
  • 28 Jésus MartÍnez de BUJANDA, Index des livres interdits, Sherbrooke : Centre d’études de la Renaissan (...)

5La première édition à Dueñas date de 1565. Une autre édition est rapidement mise en œuvre mais, en 1568 alors que le livre est sous presse, l’éditeur reçoit l’interdiction de poursuivre l’impression21 et une première correction du texte a lieu. Cela invalidait de fait la première édition de 156522, devenue introuvable aujourd’hui. Quant à l’édition de 1569, il nous a été impossible (et c’est aussi le cas du seul chercheur à s’être intéressé à la question23) de trouver un volume deux (partie II, livre 6). Nous n’avons donc pu consulter que le premier volume (partie I, livre 1 à 5) disponible sur Internet, volume qui contient le paratexte des deux éditions antérieures. Les approbations des censeurs qui s’y trouvent permettent d’affirmer que la première et la seconde partie ont été éditées soit dans le même temps24, soit à peu de temps d’intervalle (il est possible qu’il y ait eu une édition peut-être de la seconde partie quelques mois après en 1566 à Valladolid25). La troisième édition (1573) fit également l’objet d’une censure en deux temps : d’une part lecture et censure du contenu religieux et d’autre part lecture et censure du contenu historique effectuées par Jerónimo Zurita26 qui est appelé ici en tant qu’expert pourrions-nous dire « en vérité historique »27. La Historia Pontifical figure dans l’Index d’Anvers de 1570, qui n’introduit qu’une seule interdiction supplémentaire par rapport à l’Index de Valdès de 1559 et cette interdiction concerne justement la Historia Pontifical. L’interdiction est réitérée dans l’Index de Quiroga de 1583 qui bannit toutes les éditions antérieures à 1573, puis dans l’index romain de Sixte V de 159028. Le texte définitif se trouve donc dans l’édition de 1573 doublement censurée comme nous l’avons vu.

  • 29 AHN, Inquisición, legajo 3189. Voir également Enrique Gacto Fernández, art. cit.

6Quelles étaient les raisons de la censure ? Le dossier d’Inquisition29 montre qu’ont été condamnées les critiques à l’encontre de l’Angleterre après le divorce d’Henri VIII, l’Inquisition ayant été ici instrumentalisée et mise au service d’intérêts relevant de la raison d’État mais comme le fait remarquer Enrique Gacto, il est intéressant de relever que, de fait, était en cause le zèle papiste d’Illescas, jugé excessif.

  • 30 Enrique Gacto, art. cit., p. 33.

Si ataca a Enrique VIII es por haber roto con Roma, por no acatar la decisión pontificia de no invalidar su matrimonio con Catalina ; si denigra a la reina Isabel es en cuanto cabeza de una Iglesia cismática y en cuanto mujer de vida inmoral. Nos enfrentamos así en la paradoja de que la Inquisición condena los escritos de Illescas por defender fervorosamente los valores que la propia Inquisición estaba encargada de defender. O dicho en términos castizos, pocas veces tan apropiados, a Illescas se le condena por ser más papista que el Papa30.

7Nous voudrions compléter ce bref dossier (qu’il conviendrait de reprendre en cas de découverte d’un exemplaire de 1565), en citant la fin d’une lettre d’Arias Montano, écrite à Anvers en août 1571 et adressée au président du Conseil des Indes Juan de Ovando. Montano insiste sur le caractère exclusivement politique de la censure réalisée à l’encontre d’Illescas ; il fait en effet référence à la problématique anglaise mais aussi et surtout à l’utilisation qui pourrait être faite du texte – une histoire des papes – en pays protestant ; il s’agit donc là d’une mesure prophylactique, l’orthodoxie d’Illescas n’étant pas véritablement mise en cause :

  • 31 Baldomero Macías ROSENDO, La correspondencia de Benito Arias Montano con el presidente de Indias Ju (...)

Algunas personas me han preguntado por cartas si osarán allá comprar o leer el libro que hizo aquel cura de Dueñas de la Historia Pontifical, visto que en los catálogos de acá está vedado. Yo no les he respondido ; mas a v[ustra] m[erced] daré la razón d’esto. Él se prohibió por vía de Estado y se me declaró a mi la razón d’ello. Y la que se me dio era cierta, y a mí me constava como testigo de vista, que estando yo en corte de Inglaterra supe parte de aquello que muchos días después se trattó en estos estados. Y aunque yo no respondí que sabía tal cosa, sino me hize nuevo en ella, por sólo serme encargado que requiriesse al prototypographo con aquella razón, lo huve de hace, y ansí se puso en las postreras impressiones en la margen ; no que se vedava del todo por vía ecclesiástica como los demás, vedávasse que ni se imprimiesse ni se vendiesse en estos estados. Y esté v[ustra] m[erced] cierto que si allá no haze daño, como por ventura no lo hará, que acá lo puede hazer y mucho, porque dizen los flamencos que no han menester mejor libro para dar vexámenes a los pontífices que aquél, los que se los quisieren dar. Empero, no fue ésta la razón que tocava al Consejo de Estado31.

8Enfin, nous signalons, sans pouvoir développer ici ce point, une ultime censure qui eut lieu en 1640, visant à expurger l’épisode de la papesse Jeanne. Ce dernier demeure cependant parfaitement lisible dans les éditions antérieures.

  • 32 « De manera que ya puedo dezir, que este libro no es mío, sino de los más doctos hombres del mundo, (...)

9Le texte de l’érudit Illescas est donc soumis à de nombreuses influences et corrections aujourd’hui difficiles à démêler. Comme il l’écrit lui-même, son texte a tellement été corrigé qu’il n’en reconnaît plus l’entière paternité32. En effet, au croisement des routes de la religion et de la politique, la Historia Pontifical de Gonzalo de Illescas se développe dans plusieurs dimensions qui relèvent tout autant du travail sur une tradition existante comme d’une ouverture propre au XVIe siècle sur de nouveaux horizons.

Une écriture de l’Histoire : sources, méthodes et enjeux

Las leyes de la historia33

  • 33 Ibid, p. 212.

10Gonzalo de Illescas se livre, à des moments précis du texte, à quelques exposés théoriques qui portent tous sur l’écriture de l’histoire. Il s’agit d’un texte extrêmement travaillé, qui obéit à un plan qui se modifie, s’affine et se consolide au fur et à mesure de l’écriture.

  • 34 G. de Illescas, op. cit., t. I, p. 1-6.
  • 35 Ibid, p. 3.

11Illescas présente dans son introduction générale (Prólogo y Argumento al Christiano Lector) sa méthode34. Elle s’appuie tout d’abord sur une attention toute particulière portée à la langue et au style, attention qui s’exprime de multiples manières dans le texte. Le volume s’ouvrait sur un dialogue entre le latin et l’espagnol, qui visait à prouver, dans le droit fil de la pensée de Nebrija, la nécessité de la langue vernaculaire. Le style pour Illescas doit obéir avant tout à deux principes : clarté et intelligibilité. Ni jargonnante ni formaliste ni populaire, la langue d’Illescas veut trouver un juste milieu entre élégance simple et efficacité ; le but étant de rendre le texte plus agréable à lire. Autre caractéristique, la brièveté, même si l’auteur explique sans cesse que son œuvre est nécessairement longue « No podrá dexar de ser algo larga esta obra porque lo es el tiempo della, y la materia de que ha de tratar »35.

  • 36 Ibid, p. 1.
  • 37 Estaban de GARIBAY, Los quarenta libros del compendio historial de las chronicas y universal Histor (...)
  • 38 Guy LOBRICHON et Paul PAYAN, « Quelle écriture de l’histoire des papes d’Avignon », in : François B (...)
  • 39 Platina est cité dans la bibliographie d’Illescas ainsi que dans le prologue de la première partie, (...)

12La Historia Pontifical se situe au confluent de plusieurs traditions. Dans son prologue au lecteur, Illescas définit le genre auquel son œuvre appartient ; il s’agit d’une Histoire, c’est-à-dire d’un récit qui répond au désir naturel du lecteur « de querer saber las cosas pasadas, y las presentes, (si fuesse possible) las por venir »36. Esteban de Garibay remarque au début du Compendio historial de España dont la première édition date de 1571 que les distinctions classiques entre Histoire, Annales, Chronique ont disparu et que « A este genero de escritura los unos llamaron Anales, y los otros Historias, y otros Chronicas, que en amplo significado son una mesma cosa… »37. Illescas s’inscrit cependant dans un mouvement littéraire humaniste qui entend reprendre la tradition des Annales pontificales et du liber pontificalis tombée en désuétude lors du schisme avignonnais mais remise au goût du jour par Bartolomeo Sacchi dit Platina (1421-1481), humaniste, en charge de la Bibliothèque vaticane, qui avait publié des Vitae Pontificum à Venise en 1479 dont le succès ne s’était pas démenti depuis lors38 et qui est clairement utilisé par Illescas39. Ce dernier insiste cependant dès le début du texte sur la portée novatrice et globalisante de son œuvre :

  • 40 G. de Illescas, op. cit., p. 2v.

Porque puesto que Platina, y otros algunos authores Latinos, tomaron principal cuydado de escribir las vidas de los Pontifices, aquellos no juntaron con las vidas la Historia Catholica del estado de la religión Christiana, y por el contrario, los que escrivieron Historia Ecclesiastica, como son Eusebio, Socrates, Sozomeno, Theodorito, y otros algunos, no llegaron con ella de quinientos años adelante : ni hazen relación muy particular de lo que toca a los Pontifices. De manera, que (si bien se mira) esta será obra nueva…40

Le temps du monde

13Le texte hérite cependant des annales l’obsession du temps. Les dates, jalons de la longue durée, sont égrenées dans les marges du texte qui fournissent par ailleurs des notes récapitulatives, autres points d’accroche essentiels pour guider le lecteur, pour favoriser une perception à la fois particularisante et globale des faits, une perception globale car comme le soulignait Bernard Guené dans un ouvrage aujourd’hui classique :

  • 41 Bernard GUENÉE, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : Aubier, 2011, p. 1 (...)

La conviction des chrétiens que tout ce qui était arrivé, tout ce qui arrivait, tout ce qui allait arriver était le seul résultat de la volonté divine les avait forcés à considérer d’un seul regard l’histoire du monde entier de sa création à sa fin. La foi chrétienne appelait l’histoire universelle41.

  • 42 Le modèle des six âges du monde est dû à Saint Augustin qui établit la chronologie suivante : 1er â (...)

14Cette notion d’universalité, consubstantielle à la foi chrétienne, apparaît comme un des marqueurs du texte d’Illescas. Il y déploie une temporalité, modulée à partir de la base augustinienne de la périodisation en six âges, reprise entre autres par Isidore de Séville qui affirmait que la naissance du Christ marquait le début du sixième et dernier âge42. Illescas, comme d’autres auteurs, en propose une variante dont la logique appuie son propos. La naissance du Christ reste une articulation fondamentale dans le sens où elle marque la naissance de l’Église et donc de l’histoire. Chez Illescas, le texte s’ouvre donc sur une vie détaillée du Christ, acte dont la signification ecclésiologique est évidente : placer la vie du Christ en tête, c’est magnifier l’institution de la papauté.

  • 43 G. de ILLESCAS, op. cit., t. I., p. 3.
  • 44 Fin des temps…, p. 139.

15La Historia Pontifical s’inscrit donc dans un modèle de compréhension du temps : le monde a un début et une fin, le monde obéit à une organisation. Cette organisation explique la partition en six livres de la Historia pontifical. À l’instar de Vincent de Beauvais dans le Miroir Historial, Illescas énumère les âges de l’Église « Infancia, Niñez, Adolescencia, Virilidad, Vejez y Decrepita »43. Ces six périodes scandent la vie de l’Église et donc du monde comme celle de l’homme44. Illescas s’inscrit de manière très claire dans une conception eschatologique de l’histoire ; pour lui les temps sont proches et l’explication qu’il en donne est tout aussi historique que morale. Illescas consacre plusieurs pages de sa préface aux lecteurs à expliquer la progression historique de l’hérésie au sein de l’Église, hérésie qui atteint son point culminant avec l’apparition de Luther :

  • 45 G. de ILLESCAS, op. cit., t. I, p. 4.

Veremos muchas y muy perniciosas heregias y cismas que se han sembrado en ella [la Iglesia], por industria del Demonio y de sus ministros, y duran hasta oy. Lo qual ansi junto, es indicio manifiesto, de que no tenemos muy lejos el ultimo día del juyzio, y que en el mundo se quiere acabar : y que (como dize San Pablo) nosotros somos aquellos, en quien han venido los fines de los siglos45.

  • 46 Ibid, p. 1v.
  • 47 Ibid, p. 2.

16La fin des temps est proche, et l’Histoire école de vérité, sur le modèle des Évangiles, est un moyen pour le lecteur de mieux discerner le chemin du salut, en prenant conscience de l’imminence de la fin des temps, de l’universalité de l’Église et de son message militant. Illescas souligne l’originalité de son œuvre en pointant la carence en Espagne d’une telle histoire messianique « considerando yo pues (Christiano y amigo Lector) la falta grande que tenemos de libros españoles que traten de esta materia »46. Mais de fait, l’originalité est ailleurs. Illescas propose dans la première partie en cinq livres de la Historia Pontifical une histoire double : celle des papes et de l’Église, puis il condense dans un chapitre excentré par rapport au corps du texte les hauts faits de l’Espagne en éternel état de crise. Les échelles et les points de vue varient. Le premier récit se déploie à l’échelle micro : la biographie, ou mieux l’hagiographie des papes et en lien étroit, à l’échelle macro, se développe l’histoire de l’Église comme institution mondialisée et mondialisante, qui progresse spatialement sur le mode de la conquête : « Aqui hallara el curioso Lector, quando y como se fue ensanchando por el mundo nuestra Sancta Religión que tiempos y por cuya industria la recibieron y professaron diversas provincias y naciones »47.

17Parallèlement à ces deux récits qui sont menés conjointement, l’auteur consacre, pour des raisons selon lui de praticité, le dernier chapitre des parties I, II, III et IV à l’écriture d’une histoire locale, celle de Espagne :

  • 48 Ibid, p. 4v.

Y porque con mayor claridad se pueda entender y encomendar se a la memoria que a nuestra España, en cinco, o seys lugares adonde mas a proposito me quadro que venian : porque el Español (a quien yo entiendo servir particularmente con este mi trabajo) halle recogido, todo lo que quisiere saber de su patria : sin andar lo a buscar por toda la Historia. De suerte, que vendra a ser también esta mi obra, una breve recapitulación y summario de todas las cosas notables de España : y un arbol y linea de la genealogia de nuestros Catholicos y poderosos Principes y Reyes della48.

18L’importance croissante de l’Espagne dans la seconde partie du texte, dans une histoire pontificale centrée principalement sur l’Italie et la France dans la première partie, répond bien évidemment à la position de son auteur : c’est une histoire vue de Dueñas, mais elle marque aussi ce qu’Illescas perçoit et conçoit comme un basculement qui fait désormais de l’Espagne le centre d’un monde étendu à l’Amérique dans une dynamique historique comprise comme l’extension de la chrétienté. Ce décentrement ouvre à Illescas une nouvelle écriture de l’histoire qui se déploie à partir de l’Espagne pour devenir une histoire globale.

Les défis de l’histoire globale

Le temps de l’Espagne

19La seconde partie du texte, qui ne comporte, nous l’avons dit, qu’un seul livre, le livre VI, nous permet d’interroger la transition entre histoire universelle et histoire globale. L’Histoire qui se globalise s’appuie sur des procédés spatiaux et temporels qui induisent des changements de méthodologie et une autre écriture.

20Ce sixième livre est marqué par l’irruption dans la narration du temps présent. Il déroule une histoire qui commence avec l’installation des papes en Avignon et se termine en 1573 (date de la troisième édition revue et corrigée). La focalisation temporelle explicite dans le titre montre le poids nouveau de l’Espagne depuis les Rois Catholiques Isabelle et Ferdinand et surtout depuis l’avènement de Charles Quint.

  • 49 G. de Illescas, op. cit., t. II, page de titre.

Segunda parte de la historia pontifical y catolica en la qual se prosiguen las vidas y hechos de Clemente Quinto y de los demas pontifices sus predecessores hasta Pio Quinto y Gregorio Decimo Tercio. Contiene ansi mismo la Recapitulación de las cosas y Reyes de España. Con una mas particular relación, de las esclarecidas hazañas de los Reyes Católicos, y del invictissimo Cesar Carlos Quinto Maximo, y del Serenissimo y muy Catolico Rey Don Philipe Segundo49.

  • 50 La dernière partie peut, pour des raisons évidentes, s’appuyer sur l’expérience directe ou indirect (...)

21Cette histoire contemporaine est inédite – Illescas insiste à de nombreuses reprises sur le caractère nouveau de ce récit basé sur l’expérience50, par opposition au reste qui relevait majoritairement de la compilation et de la mise en récit – ce qui explique la place qui lui est accordée et la nouvelle méthodologie mise en œuvre. Cette histoire nouvelle s’inscrit dans un mouvement de dilatation spatiale que permettent à la fois la fixation des frontières en métropole via la Reconquista et les découvertes américaines et asiatiques ; cette dynamique introduit l’Espagne dans le jeu d’une politique qui n’est plus simplement européenne, mais qui devient globale. Le poids de l’Amérique est en ce sens fondamental. C’est une nouvelle vision scientifique du monde que l’Amérique permet d’élaborer et d’affirmer, ce qui explique que, comme plusieurs de ses contemporains, Illescas aborde la Découverte, en se référant à la question fameuse de l’habitabilité du monde et en démontrant que le monde entier est désormais connu grâce à l’action d’un seul homme :

  • 51 Ibid, p. 130v.

Pero agora por la curiosidad y aviso de solo un hombre, avemos venido a saber estas cosas que los antiguos ignoraron : conviene a saber que la Torrida Zona se habita, que que ay Antipodas sin duda alguna51.

  • 52 Ibid, p. 102.

22Or, après les découvertes de Colomb, sous l’égide des Rois catholiques, l’Espagne acquiert un statut central dans le mouvement téléologique d’extension de la chrétienté. De province chrétienne, elle devient centre du rayonnement de la foi vers les terres nouvelles. Dès lors, les deux courants juxtaposés tout au long de l’œuvre, celui de l’histoire de l’Église et celui de l’histoire de l’Espagne se rejoignent. Il s’agit d’écrire une seule et même histoire, plus dense car issue d’une pensée englobante : « por fuerza ha de yr más lleno el río, pues llevara dos arroyos que hasta aquí yvan cada uno por sí »52. La métaphore est reprise dans le texte notamment au chapitre XIX qui voit l’avènement des Rois Catholiques, agents de cette unité recouvrée et acteurs d’un processus en constante évolution :

  • 53 Ibid, p. 86v.

Y entonces por piedra Angular, y lago adonde se vinieron a juntar estos dos arroyos : y a cerrarse el edificio, pondré a los ya dichos Reyes Catolicos, en quienes vinieron a juntar los Reynos de la corona de Aragon, con los de Castilla : porque aquella y lo demas tocante a las inmortales hazañas destos felicissimos Principes, pondrase dentro del cuerpo de la historia principal. No todo por que no bastarian mis fuerzas, sino la parte que bastare para cumplir con lo que tengo prometido53.

Synchronie et connexion : vers l’écriture d’une histoire globale

  • 54 « De las cosas notables que de poco tiempo a esta parte sabemos de la Religion y manera de vivir de (...)
  • 55 « Del principio y origen del Reino y felicidad del grande Ismael Sofi Rey de Persia § III » Ibid., (...)

23L’importance et la nouveauté des faits expliquent l’écriture d’une histoire qui accorde au monde séculier une place primordiale, qui ouvre sur la totalité du monde. Mais cette extension a pour corollaire une difficulté. Même s’il n’y a plus qu’une seule histoire, celle-ci se subdivise, se régionalise en fonction des différentes contrées où s’étend le catholicisme, qu’elles relèvent de faits avérés (Éthiopie, Amérique54) ou imaginaires (le gouvernement chrétien du prêtre Jean) placés dans la même temporalité. Illescas met sur le même plan la découverte de l’Amérique par Colomb, les échanges entre Portugais et Éthiopiens et la dissidence religieuse d’Ismaël Ier shah d’Iran, compris comme un précurseur possible de la christianisation de la Perse55. L’histoire, dès lors, devient tableau :

  • 56 Ibid., p. 128.

Comunmente se suele dezir, que la pintura no es otra cosa sino una historia para satisfazer a los ojos : y (por el contrario) que la historia es una pintura para cumplir con los oydos. Por manera que la historia y la pintura tienen un mesmo oficio, para satisfación de diversos sentidos. Pero en esto difieren la una de la otra, que la pintura puede poner delante en una mesma tabla muchas cosas que acontecieron juntas, y representar ni mas ni menos, como acaecieron : lo qual no tiene la historia, porque necessariamente las cosas que se cuentan en ella, han de yr sucessivamente unas tras otras como vinieron a suceder. Y si acaecieron en unos mesmos días, ha se de relatar de fuerza, unas primero y otras después, a elección del Historiador que las cuenta. Y si esto es ansi (como lo es) no se maravilla nadie, si he dexado para este lugar a algunas cosas que sucedieron juntamente con otras que atras quedan, y primero que las que agora acabo de contar56.

  • 57 Ibid., p. 129.

24La capacité à saisir cette simultanéité est l’un des traits les plus originaux du texte d’Illescas, qui l’amène à mettre en cause les modèles narratifs chronologiques, même si c’est pour insérer dans la même temporalité historique – celle de l’ère chrétienne – des faits survenus dans des espaces distants, lointains et relevant de processus historiques disjoints. À ceci près que, comme le propose Illescas, cette simultanéité est aussi le fruit de l’interconnexion de ces histoires. Ainsi, ce sont les Éthiopiens qui viennent selon lui au Concile de Florence (1439, mais le texte – par ailleurs si exact sur les dates – ne précise pas ici la chronologie retenue) et qui expliquent aux autres participants le chemin terrestre qu’ils ont emprunté pour y parvenir. Il y a probablement une confusion entre Éthiopiens et Arméniens (le concile de Florence visait à réconcilier chrétiens latins et orthodoxes) : ce qui importe c’est l’idée des circulations et la mise en relation des différents espaces. De même la découverte par les Portugais – sur lesquels le texte insiste – des voies maritimes, connecte le Portugal et le royaume du Prêtre Jean, lequel se voit offrir par ses visiteurs « entre otras cosas un Mapamundi o carta de marear con cierta relacion de todas nuestras navigaciones »57.

  • 58 Le même procédé se repète lorsqu’Illescas traite de la paix entre Charles VIII et Maximilien d’Autr (...)
  • 59 Sebastian CONRAD, Historia global, una nueva visión para el mundo actual, Barcelone : Editorial Pla (...)
  • 60 Idem.
  • 61 Nous voudrions ici remercier Serge Gruzinski qui a attiré notre attention sur Gonzalo de Illescas, (...)

25Ce double effort de simultanéité du tableau historique et de connexion58 relève bien de ce qu’analyse Sebastian Conrad qui insiste sur le concept de synchronie des évènements historiques, concept caractéristique selon lui de l’histoire globale. « al no privilegiar las nociones convencionales sobre la continuidad, muchos historiadores globales sugieren que debe darse más prioridad a las simultaneidades »59. De fait, il s’agit de penser l’histoire comme un phénomène dynamique, d’étudier « las constelaciones sincrónicas »60, de construire « des ponts sur la mer »61, d’observer les connexions et par ce faire, de participer à un processus d’interprétation à une échelle planétaire et globale. Illescas ne va certes pas jusqu’à théoriser son écriture de manière aussi précise. Mais sa façon de traiter l’histoire de la découverte de l’Amérique par Colomb et de la relier à d’autres figures d’un possible renouveau de la chrétienté nous semble répondre à cet enjeu, au nouveau défi de la mondialisation qu’induisent les découvertes.

  • 62 La préface du livre six pose un état effrayant de la chrétienté dans un monde aux mains des païens (...)
  • 63 « Martin Luddero fue hijo de Juan Ludder, y de Margarita su muger, personas viles y de baxa suerte. (...)
  • 64 Et comme on le dit aujourd’hui aux États-Unis : Western hemisphere.

26Dans son texte, cette double articulation (simultanéité et connexion) repose également sur la mise en valeur de figures emblématiques, notamment celles de Cortés et de Luther qui fonctionnent de manière spéculaire comme deux annonciateurs de la fin des temps. À la mise en péril de la chrétienté – déjà affaiblie et « arrinconada en esta ultima parte del mundo »62 – par le schisme luthérien répond l’extension de celle-ci par les conquêtes américaines de Cortés. Illescas pousse la démonstration jusqu’à les faire naître la même année63 (ce qui est bien entendu factuellement inexact) pour comprendre de façon globale le déplacement de l’hémisphère chrétien qui ne serait plus l’Europe, mais son extension décalée vers l’Amérique64 ce qui contrebalance la progression de l’hérésie dans l’Ancien monde (prologue de la seconde partie). De la même façon, le bilan final, même s’il montre la puissance de la Sublime Porte en détaillant les possessions turques, insiste sur la prospérité de l’Espagne, prospérité directement liée à son nouveau poids géostratégique et à son action énergique en faveur de la foi :

  • 65 G. de ILLESCAS, op. cit., t. II, p. 363v.

En las nuestras Occidentales se iban cada día descubriendo nuevas tierras. España gozaba de una estraña felicidad con el prudentissimo govierno y assistencia del Rey don Philipe, sin zizaña de heregias, y con abundancia de mantenimientos y de salud universalmente65.

  • 66 Ibid., p. 364v.

27Cette extension ibérique a pour corolaire une stabilisation de l’Europe, dont Illescas souligne le calme retrouvé (même s’il est relatif car la guerre se poursuit dans les Flandres). Le texte se termine donc sur ce bilan plus positif de l’état de la Chrétienté, permettant ainsi à Illescas d’affirmer la nécessité de cette histoire « provechosa y necessaria »66 car elle offre au lecteur espagnol les clés d’une géopolitique qui en se mondialisant se complexifie chaque jour davantage.

***

28Même si le texte de Gonzalo de Illescas a été abondamment réédité et même continué, on n’a pas toujours souligné la façon dont son texte introduit à partir de l’histoire pontificale une dimension nationale (voire nationaliste) bien vue par Quevedo et, dans le même temps place l’Espagne au centre du monde. Même si la représentation de la sphère comme totalité pour signifier l’Empire de la chrétienté ibérique est relativement diffusée, la tentative faite par Illescas pour saisir à la fois la globalité du monde et l’enchevêtrement des histoires en font l’originalité. Même si Illescas ne développe pas l’ensemble des exemples – potentiellement infinis – qui pourraient nourrir ces histoires multiples et connectées, il s’efforce de les rendre intelligibles à travers deux types de procédés qui les ordonnent intellectuellement. D’une part, comme nous l’avons dit, des figures exemplaires qui articulent les différents mondes, les différents moments et leur donnent sens, depuis les premiers papes jusqu’aux figures contemporaines. D’autre part, la diversité des histoires introduit également des moments exemplaires – royaume théocratique du prêtre Jean comme image de l’Utopie, tyrannie du monde musulman – qui contribuent à l’intelligibilité de la diversité du monde et permettent au lecteur de la Historia Pontifical de s’ouvrir à la globalité nouvelle.

Haut de page

Notes

1 Francisco de QUEVEDO, España defendida, Victoriano Roncero (ed), New York : Idea/Igas, 2012, p. 43. L’œuvre fut écrite dans les années 1609. Voir Pablo Jauralde, « Quevedo, de España defendida a la segunda parte de la Política de Dios », e-Spania [En ligne], 23 | février 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 17 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/25341; DOI : 10.4000/e-spania.25341

2 Sur le protonationalisme de Quevedo, voir aussi Antonio Azaustre Galiana, « Estructura y argumentación de España defendida, de Francisco de Quevedo », Bulletin hispanique [En ligne], 114-1 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 17 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/bulletinhispanique/1633,DOI :10.4000/bulletinhispanique.163

3 F. de QUEVEDO, op. cit., p. 43. Sur cette citation de Quevedo, voir également Emilio GARCÍA LOZANO, « Gonzalo de Illescas : historiador y cronista de Indias », in : Actas del II Congreso de Historia de Palencia, Palencia : Diputación Provincial de Palencia, Departamento de cultura, 1990, t. IV, p. 465.

4 On trouve sur la page de titre l’indication suivante : « Primera parte de la Historia Pontifical y Catolica en la qual se contienen las vidas y hechos notables de todos los sumos pontifices romanos. Con el discurso de la predicación ápostolica. Y el estado de la Iglesia Christiana Militante, desde que Christo Nuestro Señor nació, hasta nuestros tiempos. Con más una breve recapitulación de las cosas de España. Y de la decendencia de los Reyes della. Desde Halarico Primero, hasta Don Felipe Segundo nuestro Señor. Compuesta y ordenada por el doctor Gonzalo de Illescas, Abad de San Frontes y Beneficiado de Dueñas ».

Nous en avons consulté plusieurs éditions en France et en Espagne. Différentes éditions ont été numérisées et sont consultables sur le net, nous signalons tout particulièrement l’édition de la première partie datant de 1569 numérisée par Google, https://play.google.com/books/reader?id=Rs2CddN4EOMC&printsec=frontcover&output=reader&hl=fr&pg=GBS.PP1

Nous citons, pour ce travail, d’après l’édition de la première partie de 1700, publiée à Barcelone, par Sebastian de Cormellas et numérisée par la Bibliothèque Nationale d’Espagne (Bne), cette édition reproduit la troisième édition de 1573 comme le démontrent les dates citées notamment dans le prologue. http://bdh-rd.bne.es/viewer.vm?id=0000012959&page=1

Il existe plusieurs versions numérisées de la seconde partie dont une par la Bne qui date de 1613 et une de 1622 numérisée par Google (Gonzalo de Illescas, Segunda parte de la Historia pontifical y católica, Barcelone : Sebastian de Cormellas, 1622). Nous citons à partir de cette dernière qui contient l’ensemble du paratexte.
https://play.google.com/books/reader?id=Bj20Dle47gYC&pg=GBS.PA2

Nous indiquons chaque fois que cela est possible la page de l’édition imprimée de référence (p.) ; à défaut nous indiquons la page du PDF (p’.)

5 Voir à ce propos Irving A. LEONARD, Los libros del conquistador, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 2006 (édition numérique), chap. XI, XIII, Apéndice (doc. II, III, VII, VIII), ainsi que Carlos Alberto GONZÁLEZ SÁNCHEZ, Los mundos del libro : medios de difusión de la cultura occidental en las Indias de los siglos XVI y XVII, Séville : 2001, p. 93, p. 183, p. 216, p. 224,

6 L’œuvre de Gonzalo de Illescas se compose de deux parties, objets de notre étude. Les troisième et quatrième parties furent écrites par Luis de Bavia, respectivement en 1608 et en 1613 (Madrid). Notons qu’une autre quatrième partie fut également rédigée par Fray Marcos de Guadalajara et publiée à Saragosse en 1612. Fray Marcos rédigea ensuite une cinquième partie, publiée en 1630 à Madrid. Enfin, une sixième partie écrite par Juan Baños de Velasco vit le jour à Madrid en 1678.

7 Roger CHARTIER, « La conscience de la globalité », Annales, Histoire, Sciences Sociales, 56-1, 2001, p. 119-123.

8 Pour une biographie plus détaillée, voir Emilio GARCÍA LOZANO, art. cit., p. 454-456.

9 Outre la Historia Pontifical, nous connaissons deux autres travaux d’Illescas, il traduit en 1572 la Mística Theologia de son ami Sebastián Toscano, publiée à Madrid en 1573 ainsi qu’un autre ouvrage théologique d’Hector Pinto, intitulé Segunda parte de los dialogos de la Imagen de la Vida. Cette traduction publiée en 1580 connut un certain succès, puisqu’il y eut huit éditions en quinze ans. Voir Emilio GARCÍA LOZANO, art. cit., p. 459.

10 G. de ILLESCAS, op. cit., t. II, p. 338.

11 Don Fabrique lui prête notamment des livres, voir G. de ILLESCAS, op. cit., t. II, p. 129. Emilio García Lozano utilise ce passage pour montrer la très large culture d’Illescas et la diversité de ses sources, E. GARCIA LOZANO, art. cit., p. 458-459.

12 Illescas explicite les relations entre les Acuña et les Rois Catholiques, G. de ILLESCAS, op. cit., t. II, p. 90-91.

13 Juan de VILLUGA, Repertorio de todos los caminos de España : hasta agora nunca vistos…, Medina del Campo : ed de Pedro de Castro, 1546. La carte originale de Villuga a été reprise et travaillée par Gonzalo Menéndez-Pidal, voir G. Menéndez-Pidal, Los caminos en la historia de España, Madrid : Cultura Hispánica, 1951. La copie numérisée de cette carte est disponible sur le site de la Real Academia de la Historia, Biblioteca Digital : http://bibliotecadigital.rah.es/dgbrah/es/consulta_aut/registro.cmd?id=5516

Voir également Alonso de MENESES, Reportorio de caminos (Alcalá de Henares : 1576), Madrid : Ministerio de Educación y Ciencia, 1976, p. 64 et 103.

14 Voir par exemple la thèse de Salvador DOMINGO MENA, Caminos burgaleses : los caminos del norte (siglos XV y XVI), Burgos, 2015, p. 686 (disponible en ligne).

15 Sanjay SUBRAHMANYAM , Aux origines de l’Histoire globale, Paris : Fayard et Collège de France (édition numérique), 2014, emplacement 577.

16 Il apprend par exemple directement de Fray Alonso de la Vera Cruz la réunion de cosmographes à Madrid en 1566, qui posait la question de la bulle Inter Caetera et essayait de déterminer si les Moluques entraient dans l’espace que la bulle attribuait à l’Espagne, G. de ILLESCAS, op. cit., t. II, p. 133.

17 Dans le livre II de la première partie, Illescas fait référence à l’augustin Fray Jerónimo Román et à un de ses ouvrages «  Remitome en esto y en otras particularidades desta religion a lo que diligentisimamente tiene ya escrito y publicado, el docto varon Fray Hieronymo Roman, profeso desta orden, y natural de la muy leal ciudad de Logroño », il ne peut s’agir qu’une première version manuscrite de la Chronica de la Orden de los Ermitaños del glorioso Padre Sancto Augustín, divididas en doze centurias, que Jerónimo Román publie en 1569 à Salamanque, G. de ILLESCAS, op. cit., lib. 2, t. II, p. 70.

18 G. de ILLESCAS, op. cit., t. I, p’. 16, p’. 22.

19 Nous suivons ici l’analyse d’Emilio García Lozano. E. GARCÍA LOZANO, art. cit., p. 456.

20 Voir entre autres Virgilio PINTO CRESPO, Inquisición y control ideológico en la España del siglo XVI, Madrid : Taurus, 1983, E. GARCÍA LOZANO, art. cit., Stafford POOLE, Juan de Ovando. Governing the Spanish Empire in the Reign of Philip II, Oklahoma : University of Oklahoma Press, 2004, p. 94-95, Enrique Gacto Fernández, « Censura política e Inquisición : la Historia Pontifical de Gonzalo de Illescas », Revista de la Inquisición, Madrid : Editorial Complutense, 1992, n°2, p. 23-40, disponible en ligne : http://revistas.ucm.es/index.php/RVIN/article/view/RVIN9292110023A

21 V. PINTO CRESPO, op. cit., p. 92.

22 Ibid, p. 93.

23 Sur les dates d’édition de la Historia Pontifical voir supra et José Antonio BARBÓN RODRÍGUEZ, « La conquista de América en la Historia Pontifical de Gonzalo de Illescas », in : Estudios de literatura española y francesa. Siglos XVI y XVII, Homenaje a Horst Baader, Francfort : ed de Frauke Gewecke, Verlag Klaus Dieter Vervuert, 1984, p. 207-219.

24 La seconde approbation rédigée par le frère bénédictin Juan de Robles précise « Por mandado del Consejo de Su Magestad, vi la segunda parte de la Historia Pontifical que compuso el Doctor Illescas, y pareceme que está escrita de manera que se puede leer con toda seguridad, sin aver en ella cosa que aun a los muy simples pueda escandalizar. Es obra digna de ser leyda de toda suerte de gentes, porque veran aqui un estilo Castellano, casto y elegante sin affectación y donde las hazañas de la gente de España se relatan mejor que en otra Historia que ayamos visto. Pareceme que se deve imprimir una y muchas veces, y que al Autor se le deven muchas gracias. Y porque ansi lo siento, salvo mejor juyzio, lo firme de mi nombre, en Madrid 21 de septiembre 1564 », G. de ILLESCAS, op. cit., t. I, p’. 10.

25 Voir V. PINTO CRESPO, op. cit., p. 183.

26 G. de ILLESCAS, op. cit., t. I, p’. 10v.

27 Ibid, p. 364.

28 Jésus MartÍnez de BUJANDA, Index des livres interdits, Sherbrooke : Centre d’études de la Renaissance, Editions de l’Université de Sherbrooke, Genève : Droz, 1984-2002, vol. 6, 7, 8.

29 AHN, Inquisición, legajo 3189. Voir également Enrique Gacto Fernández, art. cit.

30 Enrique Gacto, art. cit., p. 33.

31 Baldomero Macías ROSENDO, La correspondencia de Benito Arias Montano con el presidente de Indias Juan de Ovando, Huelva : Universidad de Huelva, Biblioteca Montaniana 15, 2016, p. 235-236.

32 « De manera que ya puedo dezir, que este libro no es mío, sino de los más doctos hombres del mundo, pues los que le vieron y limaron, y le aprovaron lo son sin contradición alguna. », G. de ILLESCAS, op. cit., t. II, p. 364.

33 Ibid, p. 212.

34 G. de Illescas, op. cit., t. I, p. 1-6.

35 Ibid, p. 3.

36 Ibid, p. 1.

37 Estaban de GARIBAY, Los quarenta libros del compendio historial de las chronicas y universal Historia de todos los Reynos de España, Barcelona : Sebastián de Cormellas, 1628, t.1, p. 10.

38 Guy LOBRICHON et Paul PAYAN, « Quelle écriture de l’histoire des papes d’Avignon », in : François BOUGARD et Michel SCOT (éd), Liber, Gesta, histoire. Écrire l’histoire des évêques et des papes de l’Antiquité au XXIe siècle, Turnhout : Brepols, 2009, p. 194.

39 Platina est cité dans la bibliographie d’Illescas ainsi que dans le prologue de la première partie, G. de Illescas, op. cit., t. I, p’. 11 et p. 2v, p. 37, p. 38.

40 G. de Illescas, op. cit., p. 2v.

41 Bernard GUENÉE, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : Aubier, 2011, p. 148.

42 Le modèle des six âges du monde est dû à Saint Augustin qui établit la chronologie suivante : 1er âge : d’Adam au déluge, 2/ du déluge à Abraham 3/ d’Abraham à David 4/ de David à la Captivité de Babylone 5/ de Babylone au Christ 6/ du Christ à aujourd’hui. Voir Denis HÜE, « Au bout de l’histoire : Vincent de Beauvais », Fin des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval, Aix-en Provence : Presses Universitaires de Provence, 1993, p. 139.

43 G. de ILLESCAS, op. cit., t. I., p. 3.

44 Fin des temps…, p. 139.

45 G. de ILLESCAS, op. cit., t. I, p. 4.

46 Ibid, p. 1v.

47 Ibid, p. 2.

48 Ibid, p. 4v.

49 G. de Illescas, op. cit., t. II, page de titre.

50 La dernière partie peut, pour des raisons évidentes, s’appuyer sur l’expérience directe ou indirecte du lecteur « porque se topara cosas grandes, y que las mas dellas, o las vimos, o las oymos contar a nuestros padres. », ibid, p. 40.

51 Ibid, p. 130v.

52 Ibid, p. 102.

53 Ibid, p. 86v.

54 « De las cosas notables que de poco tiempo a esta parte sabemos de la Religion y manera de vivir de los Christianos que viven en Etiopia y se llaman generalmente Abisinos, cuyo rey es el Preste Juan de las Indias § 1 », Ibid., chap. XXII, p. 254-259.

« Del notable descubrimiento y conversion de las Islas y Tierra firme del nuevo mundo, que en nuestros dias ha parecido en Occidente, § II », Ibid., chap. XXII, p. 259-264.

55 « Del principio y origen del Reino y felicidad del grande Ismael Sofi Rey de Persia § III » Ibid., chap. XXII, p. 264-267.

56 Ibid., p. 128.

57 Ibid., p. 129.

58 Le même procédé se repète lorsqu’Illescas traite de la paix entre Charles VIII et Maximilien d’Autriche ; sont mises sur le même plan la fin de cette guerre et la victoire des Rois Catholiques sur les Maures de Grenade. Au-delà du calendrier, une même pensée messianique permet de connecter ces événements « Acabose esta guerra de Francia, en el año de mil y quatrocientos años y noventa y dos, celebradissimo muchas cosas muy notables que en él acontecieron, de las quales la mas memorable, y digna de memoria fue, la conquista y ultima victoria que nuestros reyes Catholicos uvieron de los moros de Granada… », ibid., p. 104.

59 Sebastian CONRAD, Historia global, una nueva visión para el mundo actual, Barcelone : Editorial Planeta, 2017, emplacement 1070.

60 Idem.

61 Nous voudrions ici remercier Serge Gruzinski qui a attiré notre attention sur Gonzalo de Illescas, nous lui empruntons cette expression, titre du chapitre six d’un ouvrage dans lequel il interroge les connexions ibériques à l’époque moderne, voir Serge GRUZINSKI, Les quatre parties du monde, Histoire d’une mondialisation, Paris : Ed. de La Martinière, 2004, p. 145-174. Du même auteur, voir également, Serge Gruzinski, « Les mondes mêlés de la Monarchie catholique et autres "connected histories", in : Annales, Histoire, Sciences sociales, 56e année, n°1, 2001, p. 85-117.

62 La préface du livre six pose un état effrayant de la chrétienté dans un monde aux mains des païens ou des infidèles dans lequel seule l’Espagne apparaît comme un espace préservé, grâce – et Gonzalo de Illescas ne manque pas de le souligner en rappelant les procès contre les protestants de 1556 – à l’Inquisition voulue et soutenue par les rois catholiques d’Espagne, G. de ILLESCAS, op. cit., t. II, Prefación y argumento sobre el segundo libro de la Historia Pontifical y Católica, p. 3-4.

63 « Martin Luddero fue hijo de Juan Ludder, y de Margarita su muger, personas viles y de baxa suerte. Nacio en la villa de Islebio, lugar de Saxoniz, del señorío de los Condes de Mensel, en el año de Christo Nuestro Redentor de mil quatrocientos y ochenta y cinco, en el mismo año que como vimos arriba, nacio en Medellín el famosissimo varon Hernando Cortès Marques del Valle. Y ansí parece cosa que no se deve passar sin alguna consideración, que en un mismo año aya nacido Martin Luthero en Saxonia para turbar el mundo, y para meter debaxo de la bandera del demonio a muchos de los fieles y Catolicos Christianos, que vivian en paz y quietud dentro de la Religión Cristiana : y Cortès en España, para atraer a la Iglesia infinita multitud de gentes barbaras, que por tantos años avia estado debajo del poder de Sathanas, embueltos en vicios, y ciegos con la ydolatria. De suerte que Luthero nacio para tentación y probación de los escogidos, y Cortés para que se cumpliesse, y se multiplicase el numero de los Christianos. Porque assi como nacieron casi en unos mesmos dias, assi también començaron cada uno su negocio en un mesmo año : Luthero a corromper el Evangelio, entre los que le conocian y le avian ya recibido, y Cortès a publicarle limpia y sinceramente, a las gentes que nunca avian tenido noticia ninguna del, ni avian oydo predicar a Christo. », Ibid., t. II, p. 177.

José Luis Martínez remarque que « Gabriel Lobo Lasso de la Vega, en su poema épico Primera parte del Cortés valeroso y Mexicana (Madrid, 1588), cuya segunda versión se llama Mexicana (Luis Sánchez, Madrid, 1594), fue el iniciador de una falsedad muy repetida, la de afirmar que, para salvar a la Iglesia, Cortés nació :

en el año mismo que Lutero
monstruo contra la Iglesia,
horrible y fiero
(XIII, 5) »

L’historien cite ensuite les autres auteurs ayant repris l’idée : Antonio de Saavedra Guzmán dans El peregrino indiano (« Cuando nació Lutero en Alemania, nació Cortés el mismo día en España, III), Fray Gerónimo de Mendieta dans la Historia eclesiástica indiana (Lib. III, cap. I), idée que l’on retrouve chez Fray Juan de Torquemada dans la Monarquía indiana (prologue au Livre IV), voir José Luis MARTĺNEZ, Hernán Cortés, México : Fondo de Cultura Económica, 1990 (édition électronique, 2015), p. 126.

Nous pouvons bien entendu nous demander si Gonzalo de Illescas n’est pas à l’origine de cette association dont l’efficacité est indéniable...

64 Et comme on le dit aujourd’hui aux États-Unis : Western hemisphere.

65 G. de ILLESCAS, op. cit., t. II, p. 363v.

66 Ibid., p. 364v.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nejma Kermele, « Théorie et pratique de l’histoire du monde dans la Historia Pontifical y Católica de Gonzalo de Illescas », e-Spania [En ligne], 30 | juin 2018, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27783 ; DOI : 10.4000/e-spania.27783

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals