Navigation – Plan du site
Quelle histoire globale au XVIe siècle ?

« Raccogliere, e metter insieme » : la compilation comme support d’une histoire globale. Les Navigationi et viaggi de G. B. Ramusio, Venise, 1550-59

Fiona Lejosne

Résumés

La compilation des Navigationi et viaggi est systématiquement citée dans les ouvrages traitant de l’émergence de l’histoire globale, du fait de l’échelle adoptée ou de la variété des sources utilisées par Ramusio pour mettre à jour l’image du monde au milieu du XVIe siècle. Cet article fait l’hypothèse que l’élément central de l’histoire globale telle que l’élabore Ramusio est le dispositif de la compilation qui permet de regrouper un ensemble de sources et de les faire entrer en résonance. Mais les Navigationi et viaggi mettent aussi en évidence les limites de l’histoire globale en pointant le caractère fondamentalement local de la production d’un savoir sur le monde.

Haut de page

Texte intégral

1Les Navigationi et viaggi, recueil d’une soixantaine de textes géographiques et de récits de voyage qui parut à Venise au milieu du XVIe siècle, constituent une première tentative européenne de renouvellement des savoirs sur le monde plus d’un siècle après les premières expéditions portugaises. Publiés par la branche vénitienne des éditeurs Giunti, les premiers volumes paraissent de manière anonyme : ce n’est qu’à partir de 1559 qu’est révélé le nom de leur artisan, Giovanni Battista Ramusio. Ce dernier, en plus d’être le concepteur de ce remarquable projet éditorial, était connu dans la Venise de la première moitié du XVIe siècle pour ses fonctions professionnelles : il effectua en effet toute sa carrière au service de la Chancellerie vénitienne en tant que secrétaire.

2L’ouvrage que Ramusio publia en trois volumes au milieu du XVIe siècle est le couronnement d'un travail de collecte de textes et de témoignages qu’il avait vraisemblablement entrepris dès les années 1520. Les textes recueillis sont intégrés dans une structure portante constituée des discours – discorsi – de Ramusio, qui mettent en relation ces textes entre eux et en offrent un commentaire. L’intention du compilateur, affichée dès la dédicace du premier volume, est celle d’une remise à jour du savoir géographique. Pour ce faire, Ramusio ne propose pas un travail cartographique, mais une compilation de textes. Il affirme d’ailleurs que la volonté de représenter visuellement l’ensemble du monde connu est vaine, puisque, au vu des incertitudes nombreuses sur certaines zones du monde, cette représentation globale ne pouvait être que provisoire.

  • 1 Serge Gruzinski signale que Tarih-i Hind-i garbi (« Histoire de l'Inde de l’Ouest »), un ouvrage éc (...)
  • 2 Serge Gruzinski, Les Quatre parties du monde : histoire d’une mondialisation, Paris : La Martinière (...)
  • 3 Anne M. Blair, Too Much to Know: Managing Scholarly Information before the Modern Age, New Haven – (...)
  • 4 Dans la dédicace du premier volume : « Questa mia fatica (quale essa si sia) ch’io ho preso in racc (...)

3Dans l’historiographie portant sur l’émergence de l’histoire globale au XVIe siècle, le recueil des Navigationi et viaggi est systématiquement cité1. L’ambition de décrire l’intégralité du monde connu, la variété des sources recueillies ou encore la réception de l’ouvrage à une échelle mondiale font du recueil vénitien un produit de la « première mondialisation » telle qu’elle est décrite par Serge Gruzinski2. La mise en relation d’espaces lointains, mais aussi l’augmentation du nombre de textes, d’images et de cartes tentant de rendre compte de ces espaces lointains s’explique par la multiplication des voyages exploratoires conduits par les Européens à partir du début du XVe siècle. Ramusio, comme nombre de ses contemporains, se confronte au défi du « too much to know » qui, comme le souligne l’ouvrage d’Ann Blair qui a pour titre cette expression, implique de développer une stratégie de gestion et de mise en forme des connaissances3 : au XVIe siècle, un Vénitien qui souhaite connaître le monde dans sa globalité doit parvenir à exploiter ensemble la grande quantité d’informations qui se présentent à lui sous la forme de textes rédigés, de données rapportées et retransmises çà et là dans la correspondance, d’éléments glanés par les ambassadeurs vénitiens ou encore de témoignages oraux. Mettre à jour l’image du monde signifie donc donner un ordre et une forme à cette masse d’informations. Or le caractère véritablement novateur des Navigationi et viaggi se trouve dans le dispositif de représentation du monde mis en place par la forme compilatoire qui permet, d’une part, de proposer une solution en termes d’organisation des données par l’action de « raccogliere e metter insieme » les textes et, d’autre part, de répartir ces textes et ces données en un tout signifiant, propre à représenter l’écoumène. La citation utilisée dans le titre de cette communication provient de plusieurs discorsi dans lesquels Ramusio livre à ses lecteurs des éléments de réflexion sur la démarche qu’il a employée pour construire le recueil4. Ce verbe et ce syntagme verbal indiquent deux actions successives et soulignent qu’une compilation ne consiste pas uniquement en une juxtaposition de textes collectés, mais que leur « metter insieme », leur mise en commun – c’est-à-dire la façon dont ils sont regroupés dans l’ouvrage – est partie intégrante du travail du compilateur.

  • 5 Entretien dont Ramusio rend compte dans la « Dichiaratione di alcuni luoghi ne libri di M. Marco Po (...)
  • 6 Voir 1559 fol. 4r°a, 1980 p. 25.

4La variété des sources rassemblées dans les Navigationi et viaggi n’est pas tout à fait à la hauteur des attentes que l’on pourrait avoir vis-à-vis d’une histoire globale : Ramusio lui-même souligne que, malgré sa volonté d’avoir recours à des sources non européennes, il fut confronté au problème de leur disponibilité et de leur accessibilité dans une langue qu’il puisse comprendre. Il trouva néanmoins des expédients pour contourner ces difficultés. Ainsi, à plusieurs reprises dans le recueil il est question de l’interprète Michele Membré, qui travaillait pour la République de Venise comme drogman et qui aida par exemple Ramusio lors de son entretien avec le marchand persan Hajji Mohammed5. En ce qui concerne Abūl-Fidā', géographe syrien du début du XIVe siècle, Ramusio aurait eu accès à des extraits de son œuvre par le biais de la traduction de l'arabe au latin effectuée par Guillaume Postel. Le texte est utilisé dans les Navigationi et viaggi pour démontrer la véracité de certaines informations fournies par Marco Polo ; Ramusio présente aussi Abūl-Fidā' comme une source essentielle pour la compréhension des textes de géographie concernant l’Asie et l’Afrique. Il souligne toutefois qu’il n’a pu le lire in extenso car seule une partie du texte était alors disponible en latin6.

  • 7 « di corto m’aspetto un’altro, che venga dal Polo Antartico à farvi intender, come si stà là in que (...)

5Malgré les limites pratiques ou linguistiques qui ne permirent pas la prise en compte d’un grand nombre de sources non européennes, Ramusio put toutefois prendre appui sur un vaste réseau de correspondants grâce auxquels il était en capacité d’obtenir des témoignages de première main sur différents espaces du globe. Cela lui valut même une boutade de la part du médecin véronais Girolamo Fracastoro qui, dans une lettre à Ramusio datée du 16 février 1539, commente ainsi l’expansion de ce réseau : « sous peu, je m’attends à ce qu’arrive un autre, qui viendrait du Pôle Antarctique pour vous faire savoir comment l’on se porte dans cette région-là »7.

  • 8 « Ma la cagione che mi fece affaticar volentieri in questa opera, fu, che vedendo, & considerando l (...)
  • 9 Voir les récents travaux conduits à l’Université Ca’ Foscari dans le cadre du projet d’édition numé (...)

6L'enjeu n’est pas seulement celui d’une variété des sources, mais aussi celui de leur fiabilité. Ramusio, dont le constat de départ est l’obsolescence manifeste des cartes de Ptolémée8, ne propose pas de le mettre à jour stricto sensu. La démarche proposée diffère de celle de Ptolémée à deux titres : la mise en forme des données ne passe pas chez Ramusio par l’utilisation de la cartographie mais par le recours au texte, et le matériau textuel proposé aux lecteurs n’est pas une ré-élaboration de l’expérience des voyageurs, mais se veut au contraire une restitution fidèle, au plus proche de cette expérience. Ainsi, tout le processus d’édition mis en œuvre par Ramusio pour établir la compilation tend au plus grand respect possible de l’expérience qui est au fondement d’une majorité des textes recueillis. Ramusio a recours, pour ce faire, aux outils développés par l’humanisme : il adopte une démarche philologique qui nécessite la recherche des différentes leçons, leur comparaison, la confrontation des différentes sources entre elles et l’édition d’une version qu'il considère comme la plus proche de l’originale. À cet égard, le travail réalisé pour préparer le texte de Marco Polo est remarquable. Même si les philologues ont récemment démontré qu’il n’avait pas utilisé les bonnes versions manuscrites9, la démarche mise en œuvre par Ramusio était tout à fait valide, à tel point que, jusqu’au début du XXe siècle, le Milione édité par Ramusio apparaissait comme la version imprimée la plus fiable qui soit.

7Partir de l’expérience des voyageurs pour rendre compte du monde tel qu’il est connu à la suite du grand élan exploratoire européen du XVe siècke et du début du XVIe siècles : voilà résumée l’intention de Ramusio avec les Navigationi et viaggi. Le titre est significatif de cette démarche : il propose de partir d’expériences – les « navigations et voyages » – entendues comme plurielles. Toutefois, l’expérience des voyageurs ne peut proposer, en termes géographiques, qu’une chorographie ou une topographie : c’est-à-dire la description d’un espace que tout voyageur a effectivement sous les yeux lors de ses déplacements. La représentation du monde que nous livre le recueil des Navigationi et viaggi est donc celle de la grande échelle de la ville ou de la région, et non celle de la petite échelle du monde. De même, les quelques cartes qui accompagnent le recueil ne se présentent jamais sous la forme de planisphère et livrent uniquement des représentations régionales ou continentales. Dans les discorsi non plus, aucune image complète du monde n’est livrée : Ramusio, à la différence de nombre de géographes de l’époque, n’emploie par le procédé discursif de l’emboîtement par lequel la globalité est d’abord décrite avant de procéder à sa division en parties et sous-parties. Au contraire, les Navigationi et viaggi offrent une description de l’espace qui suit de manière plus ou moins linéaire les parcours effectués à la surface de la terre.

8Le recours aux récits de voyage comme source privilégiée de connaissance du monde offre un dépassement des catégories traditionnelles de la représentation spatiale. La totalité n’est plus divisée selon des découpages plus ou moins arbitraires – les « parties » ou continents, les régions, etc. – mais elle se construit au fil des déplacements effectifs dont rendent compte ces récits. Aux schémas traditionnels de représentation de la globalité se substituent des parcours parfois singuliers, parfois collectifs, qui établissent des catégories spatiales alternatives. Le récit hodéporique permet un dépassement du territoire et de la frontière (physique ou politique). Le recueil des Navigationi et viaggi n’offre-t-il, pour autant, qu’une représentation locale et fondée sur le tracé des déplacements effectués ? Quelle place y est laissée à la globalité ?

  • 10 On peut notamment citer : Libretto di tutta la navigatione... (Venise 1504) ; Fracanzio da Montalbo (...)
  • 11 Joan-Pau RubiÉs, « From the 'History of travayle' to the history of travel collections: The Rise of (...)

9Les itinéraires constituent des passages d’un espace à un autre, qui se matérialisent dans le recueil par le passage d’un texte à l'autre. Ces itinéraires sont donc établis grâce à la forme cumulative de la compilation. L’assemblage de textes, l’acte de « raccogliere, e metter insieme », rend possible une spatialité qui va au-delà de la localité chorographique. La construction de ce dispositif a supposé différentes étapes à l’occasion desquelles le compilateur a dû procéder à des choix. En se fondant sur les informations livrées par Ramusio dans les discorsi, ainsi que sur différentes sources extérieures aux Navigationi et viaggi (notamment la correspondance du géographe vénitien), on peut identifier les étapes suivantes dans la démarche de Ramusio : d'abord, la collecte des textes, puis leur sélection et l’établissement philologique de la version à publier (ainsi que la traduction vers le vernaculaire italien, quand nécessaire) et, enfin, l’organisation du recueil par la répartition des textes au sein de la structure établie. Le choix de la forme compilatoire comme réponse à la multiplication des documents sources n’est pas particulièrement novateur. Ramusio hérite d’une série d’initiatives éditoriales qui virent le jour à Venise dès la première décennie du XVIe siècle10, si bien que Joan-Pau Rubiés parle de cette période comme du « Venetian moment » des recueils à caractère géographique et hodéporique11. Toutefois, pour saisir toute l’originalité du dispositif d’histoire globale mis en place par Ramusio, il importe surtout de s’intéresser à la question de l’organisation du matériau textuel. À mon sens, la forme de la compilation telle qu’elle est conçue par Ramusio n’est pas uniquement une réponse à la quantité d’informations : le problème du « too much to know » est certes résolu par l'adoption de ce genre (qui idéalement se présente comme ouvert aux ajouts, ce qui, d’ailleurs, eut lieu par diverses rééditions des Navigationi et viaggi jusqu’en 1606), mais ce n’est pas le principal ni le seul avantage de la forme compilatoire.

  • 12 Souvent appelée « conférence », voir Romain Descendre et Fiona Lejosne, « Giovanni Battista Ramusio (...)

10D’une part, le fait de rassembler des textes contenant différentes expériences individuelles permet de les comparer pour en confronter le contenu. Cette forme est donc la garantie d’une démarche scientifique qui rend possible la production d’un ensemble de connaissances dont la fiabilité est assurée par le fait qu’elles résultent d’une multiplicité de sources. La confrontation12 se fait de manière équivalente sur tout type de sources (témoignage oral retranscrit, texte inédit, récit du canon de la littérature de voyage, etc.) et Ramusio incite à cette démarche comparative dans ses para-textes. Face à un savoir dont les expériences directes des XVe et XVIe siècles ont démontré le caractère erroné ou incomplet, la solution proposée consiste donc à mettre à disposition des lecteurs les sources sur la base desquelles ils devront construire le savoir. La démarche implique d’ailleurs de pouvoir utiliser à la fois les sources antiques comme les sources modernes qui, notamment dans le premier volume, sont placées côte à côte. Ramusio, en ce sens, n’écrit pas lui-même une histoire globale mais il en établit les bases nécessaires en livrant des sources textuelles variées et fiables.

11D’autre part, la forme de la compilation garantit la possibilité d’une représentation spatiale globale parce que l’organisation des textes dans les Navigationi et viaggi est telle qu’elle permet de faire émerger un tout qui se présente comme cohérent, à défaut d’être complet. Sur les critères qui ont présidé à la structuration du recueil, Ramusio ne livre que peu d’indications et, le plus souvent, les éléments de justification fournis permettent surtout d’éclairer les rapprochements au niveau micro-structurel : ponctuellement, par exemple, il explique pour quelles raisons deux textes ont été placés l’un à la suite de l’autre. Au contraire, les motifs d’organisation de la macrostructure sont peu détaillés. Lorsque des informations à ce propos apparaissent, c’est souvent dans les titres ou dans les discours de dédicace, mais avec des indications parfois contradictoires entre elles. Toutefois, la question de la macrostructure est essentielle quand on entend étudier l’œuvre de Ramusio comme une manifestation de l’histoire globale. Sur la structuration du recueil, on est donc contraint à livrer des interprétations qui restent à l’état d’hypothèses.

12Dans les Navigationi et viaggi, les textes sont répartis en trois volumes qui parurent à différentes dates. Le premier fut publié pour la première fois en 1550 et connut dès 1554 une réédition augmentée. Le second parut de manière posthume, en 1559 : Ramusio était mort depuis deux ans mais, selon les informations fournies par l’éditeur Tommaso Giunti dans l’adresse aux lecteurs, la publication avait dû être renvoyée du fait d’un incendie survenu dans l’imprimerie. En effet, le troisième volume était paru avant le second, puisqu’il sortit en 1556. La répartition des textes entre ces trois volumes ne correspond pas exactement à une division géographique de l’espace décrit. Même si, à grands traits, le premier volume semble consacré à l’Afrique et à l’océan Indien, le second à l’Asie et le troisième au continent américain, on peut observer de nombreuses exceptions à cette tripartition apparente.

13L’exemple du premier volume est particulièrement utile pour proposer une hypothèse sur la structuration de la compilation : toutes les « exceptions » à un volume africain et indien correspondent à des explorations commanditées par les Portugais. Ainsi, on y trouve les voyages de Pedro Álvares Cabral et d’Amerigo Vespucci vers le Brésil. Cet écart est d’ailleurs expliqué dans l’introduction aux lettres attribuées à Vespucci, lorsque Ramusio souligne que :

  • 13 « Ma è da notare, che in questo volume, non si fa menzione delle navigazioni fatte da Amerigo Vespu (...)

Mais il faut noter que, dans ce volume, n’est pas fait mention des navigations faites par Amerigo Vespucci le Florentin aux Indes occidentales par ordre du Roi de Castille, mais seulement des deux qu’il fit sur commission du Roi du Portugal13.

14La distinction est nette : les voyages exécutés « par ordre du Roi de Castille » sont renvoyés au troisième volume car ils ont été effectués pour le compte d’une autre puissance que celle dont les gestes sont rapportées dans ce premier volume, le Portugal. Sur la base de cette indication, on peut considérer que la structuration en trois volumes correspond à une division du monde en fonction de son exploration par les différentes puissances européennes : les Portugais pour le premier volume, les Vénitiens pour le deuxième et les Espagnols pour le troisième. En y regardant de plus près, on remarque que toutes les expéditions d’un même volume n’ont pas nécessairement été organisées par la puissance concernée. Mais la tripartition est, selon cette interprétation, surtout à prendre en compte comme la reconnaissance du rôle joué par ces trois puissances dans l’ouverture des possibilités d’exploration : les routes concernées, qu’elles soient maritimes ou terrestres, ont été ouvertes par les Portugais, les Vénitiens ou les Espagnols et, pour cette raison, Ramusio souligne qu’on leur est redevable de la production d’informations concernant les espaces en question. Comme souligné précédemment, les parcours spatiaux sont au cœur de la connaissance de l’espace que nous livre ce recueil : à la fois du point de vue des textes, qui sont le plus souvent des récits de voyage, et en termes de macrostructure, c’est-à-dire par les itinéraires qui résultent du regroupement de ces textes.

15Cette répartition a, de plus, le mérite de mettre le doigt sur deux aspects essentiels de la perspective qu’adopte l’histoire globale : elle permet de replacer des phénomènes en cours, les « Grandes découvertes », dans un contexte global, et elle met en avant l’interconnexion qui caractérisent ces phénomènes, où se mêlent enjeux politiques, commerciaux et enjeux de savoir. Dans les Navigationi et viaggi, la globalité des événements décrits, qui étaient alors toujours en cours, n’est pas perçue uniquement comme une expansion de la zone d’action des puissances européennes engagées dans les découvertes. En d’autres termes, l’expansion n’est pas uniquement quantitative : certes, les explorations des XVe et XVIe siècles ont permis d’atteindre des espaces jusqu’alors inconnus des Européens, mais elles ont aussi renforcé la perception des liens qui existaient entre des espaces physiquement éloignés. Dans le contexte vénitien, on prend conscience de cette interconnexion au tout début du XVIe siècle, lorsque l’inquiétude croît face à l’ouverture du caminho da Índia par les Portugais, cet itinéraire qui leur permet d’accéder aux épices indiennes par voie maritime en contournant l’Afrique et de faire ainsi concurrence au commerce de la Sérénissime. De même, Ramusio démontre qu’il a conscience de l’interconnexion entre les espaces lorsqu’il place les récits sur l’expédition de Magellan dans le premier volume des Navigationi et viaggi : cette circumnavigation du monde est bien la preuve que l’on peut accéder aux mêmes îles que les Portugais en empruntant un autre itinéraire.

16La démarche comparative, à laquelle la forme compilatoire incite le lecteur, favorise la prise de conscience des échanges et interactions entre différentes zones du globe. On peut déceler dans cette approche, et dans cette capacité à mettre en relation des événements apparemment lointains ou distincts, une sensibilité que Ramusio avait acquise dans le cadre de ses fonctions professionnelles : les institutions vénitiennes, auprès desquelles il travailla pendant cinq décennies, produisaient souvent des délibérations qui dressaient des tableaux de l’imbrication entre situation géopolitique et commerciale. Dans les Navigationi et viaggi, la connaissance précise des actions conduites par différentes puissances dans le monde ainsi que la capacité à déceler les interconnexions entre ces espaces et ces puissances sont au fondement du « Discorso sopra il commercio delle spezie » dans lequel Ramusio dresse de manière magistrale un tableau à la fois diachronique et synchronique des routes empruntées par le commerce des épices. Ce discorso est, à mon sens, l’illustration en mots de l’approche géopolitique qui fait toute la spécificité du savoir géographique tel que Ramusio l’élabore dans les Navigationi et viaggi. Le « Discorso sopra il commercio delle spezie » est composé de deux parties. Dans la première, Ramusio nous livre un historique de différentes routes empruntées dans le passé, en s’appuyant sur différentes sources anciennes. Dans la seconde partie, il rapporte les propos d’un philosophe et mathématicien anonyme qu’il aurait rencontré lors d’un séjour chez Girolamo Fracastoro. Son discours prend appui sur différents récits, tous recueillis dans le volume, illustrant ainsi comment la lecture des Navigationi et viaggi pouvait être mise à profit pour une connaissance des relations entre différents espaces. Les propos du philosophe incitent à la mise en œuvre de nouvelles politiques exploratoires au cours desquelles chaque puissance européenne pourrait procéder à l’ouverture de sa propre route des épices : sont successivement évoquées les perspectives des Polonais, des Moscovites, des Français, des Espagnols, des Anglais ainsi que, de manière énigmatique, l’hypothèse d’une nouvelle route en Méditerranée orientale, peut-être destinée aux Vénitiens. L’ensemble de cette seconde partie du discorso se présente comme un projet de mise à mal du monopole que les Portugais tentaient alors de mettre en place.

  • 14 Par exemple, dans le « Discorso sopra il commercio delle spezie » : « Si maravigliava fuor di misur (...)
  • 15 S. Conrad, op. cit., p. 171.

17À la fois par la macrostructure du recueil et dans certains textes écrits par Ramusio comme le « Discorso sopra il commercio delle spezie », il apparaît que les contours de cette histoire globale vers laquelle tendent les Navigationi et viaggi reposent sur une lecture foncièrement géopolitique de la connaissance du monde. Les récits de « navigations et voyages » par le biais desquels Ramusio entend dresser une image du monde connu sont ancrés dans le présent des explorations. La logique est sans faille : l’expérience de l’espace permet de le connaître, et cette expérience nécessite des financements et une logistique dont seuls les grands princes sont capables14 ; ainsi, la mise par écrit et le savoir qui peuvent être produits à l’occasion des explorations sont aussi le fruit de décisions politiques ou économiques. Les deux élans – la production du savoir et la satisfaction d’un intérêt national – ne sont pas exclusifs : néanmoins, la construction des trois volumes renvoie bien les récits de voyage à leur contexte de production. Chez Ramusio, la connaissance de l’espace n’apparaît pas comme une démarche scientifique abstraite mais comme le résultat d’une exploration ou d'une ouverture des routes dont la composante politique ne peut être niée. Ainsi, Ramusio apparaît singulièrement conscient du caractère local de la production des savoirs, ce que Sebastian Conrad, dans un ouvrage de synthèse sur les enjeux de l’histoire globale, nomme « positionality of historical perspectives »15. Cette prise de conscience est, selon l’historien allemand, un des marqueurs de l’émergence de l’histoire globale. Aujourd'hui, sous l’influence notamment des études post-coloniales, l’histoire globale tente d’adopter une perspective qui prenne en compte les incidences du contexte dans lequel le discours historique est construit, en étudiant les conséquences sur son élaboration et sur ses éléments de langage.

18Or, la conscience d’une « positionality » de la production des savoirs n’empêche pas la géographie globale proposée par Ramusio d’être fondamentalement euro-centrée. Dans les Navigationi et viaggi, ce sont les Portugais, les Vénitiens et les Espagnols qui rendent possible la connaissance du monde : ils le font mettre par écrit et le partagent – ou la censurent – par des canaux de diffusion manuscrits ou imprimés. Même si certaines sources extra-européennes sont prises en compte ponctuellement, elles sont intégrées à un schéma résultant d’une géopolitique et d’une épistémologie ancrée dans les logiques propres à l’Europe occidentale de la première modernité. Tout texte recueilli dans la compilation est renvoyé à la réalité géopolitique et épistémologique de sa production. Or, dans le deuxième volume de la compilation, les Vénitiens sont érigés au même niveau que les Portugais et les Espagnols en matière de production de savoirs. Outre les interrogations que cela soulève sur la réalité de cette situation au milieu du XVIe siècle, cela indique que Ramusio ne se situe pas lui-même au-delà ou en-deçà de cet ancrage épistémologique.

19En consacrant un volume entier à Venise, il est évident que Ramusio propose une histoire partiellement anachronique. Les textes qui sont recueillis dans le deuxième volume – le volume vénitien – sont d’ailleurs généralement les plus datés, à l’instar du récit de Marco Polo qui ouvre le volume. Toutefois, ce choix ne doit pas seulement être interprété comme la tentative de maintenir coûte que coûte l’image prestigieuse d’une République déjà sur le déclin, mais plutôt comme la formulation d’un message de la part de Ramusio aux Vénitiens eux-mêmes : son geste, typique d’un secrétaire qui a pour fonction de seconder et de conseiller les patriciens, apparaît comme une tentative de leur rappeler les gloires passées et de leur indiquer les voies possibles d’explorations futures. Toutefois, même si les Navigationi et viaggi ont connu une belle diffusion à Venise et ailleurs, le recueil n’a pas été entendu en ce sens par les lecteurs du patriciat.

20La compilation de Ramusio offre non seulement la somme la plus complète des récits de voyage relatant les explorations récentes et encore en cours au milieu du XVIe siècle, mais elle propose aussi un état des lieux de la production des savoirs géographiques cent-cinquante ans après les premières expéditions portugaises dans l'océan Atlantique. Ramusio répond ainsi à un intérêt indéniable de ses contemporains pour l’ailleurs, le lointain, le nouveau et le retrouvé. En compilant les textes recueillis, il les homogénéise par la langue et par l’utilisation scientifique à laquelle il les destine : en cela, sa démarche est similaire à celle de ses contemporains qui proposent une histoire du monde qui fait appel à un dispositif – quel qu'il soit – permettant la réduction de l'espace global en un seul objet textuel ou cartographique.

21Néanmoins, la compilation des Navigationi et viaggi est un objet à part dans cette production géographique de la première modernité dans la mesure où elle met le doigt de manière tout à fait originale sur ce qui apparaît comme inséparable de la production des savoirs : les enjeux qui ont présidé à leur formulation et à leur diffusion. Le cas des explorations des XVe et XVIe siècles est d’ailleurs particulièrement représentatif de l’interdépendance entre conflits géopolitiques et intérêts scientifiques. Ainsi, les Navigationi et viaggi nous incitent à questionner les fondements de l’histoire globale : le décentrement, étape préalable à l’écriture d'un monde interconnecté, ne semble pas entièrement réalisable dans la mesure où cette écriture est renvoyée à son contexte – nécessairement local – de production. Il s’agit là à mon sens de l’un des apports majeurs de Ramusio à l’histoire globale : sa compilation fonctionne comme une mise en garde contre toute géographie et toute histoire qui prétendraient s’extraire des contingences locales de leur mise par écrit et de leur formalisation.

Haut de page

Notes

1 Serge Gruzinski signale que Tarih-i Hind-i garbi (« Histoire de l'Inde de l’Ouest »), un ouvrage écrit de manière anonyme à Istanbul au cours de la décennie 1580, puise dans la compilation de Ramusio pour les sources concernant le Nouveau Monde (principalement dans le troisième volume : Pierre Martyr d’Anghiera et Gonzalo Fernández de Oviedo). Voir Serge Gruzinski, Quelle heure est-il là-bas? Amérique et islam à l'orée des temps modernes, Paris : Seuil, 2008, p. 106-107. Chez Sanjay Subrahmanyam, le compilateur vénitien est évoqué comme l’un des précurseurs en matière de représentation à échelle mondiale : « Le premier mouvement, face à cette réalité en évolution rapide, est celui de la description ethnographique suivi par la compilation, comme on le voit dans le célèbre texte Delle navigazioni e viaggi de Giambattista Ramusio », Sanjay Subrahmanyam, Aux Origines de l’histoire globale. Leçon inaugurale prononcée le jeudi 28 novembre 2013, texte en ligne : http://books.openedition.org/cdf/3606, 2014, consulté le 08/05/2018. Plus récemment, Sebastian Conrad mentionne Ramusio et sa compilation, aux côtés du Polonais Marcin Bielski, comme celui qui, grâce à son « awareness of other worlds » a été capable d’établir « a kind of armchair world history ». Voir Sebastian Conrad, What is global history ?, Princeton : Princeton University Press, 2008, p. 21-22.

2 Serge Gruzinski, Les Quatre parties du monde : histoire d’une mondialisation, Paris : La Martinière, 2004.

3 Anne M. Blair, Too Much to Know: Managing Scholarly Information before the Modern Age, New Haven – Londres : Yale University Press, 2010.

4 Dans la dédicace du premier volume : « Questa mia fatica (quale essa si sia) ch’io ho preso in raccogliere, e metter insieme alcuni scrittori delle cose dell’Africa, e dell’India », 1554 n. p., 1978 p. 3, et dans le « Discorso sopra alcune lettere, et navigationi fatte verso le Indie Orientali » : « Ho pensato esser laudevol cosa il raccogliere e metter insieme (meglio che si è potuto) alcune lettere di viaggi », 1554 fol. 129v°b, 1978 p. 599. Les références aux Navigationi et viaggi sont données comme suit : année de publication du volume dans l’édition originale et pagination, année de publication du volume dans l’édition moderne et pagination. L’édition moderne de référence est la suivante : Giovanni Battista Ramusio, Marica Milanesi (éd.), Navigazioni e viaggi, Turin : Einaudi, 1978-1988.

5 Entretien dont Ramusio rend compte dans la « Dichiaratione di alcuni luoghi ne libri di M. Marco Polo ».

6 Voir 1559 fol. 4r°a, 1980 p. 25.

7 « di corto m’aspetto un’altro, che venga dal Polo Antartico à farvi intender, come si stà là in quella parte », dans Girolamo Ruscelli (éd.), Lettere di diversi autori eccellenti. Libro primo nel quale sono i tredici autori illustri, et il fiore di quante altre belle lettere si sono vedute fin qui. Con molte belle lettere del Bembo, del Navagero, del Fracastoro, et d'altri famosi Autori non più date in luce, Venise : Giordano Ziletti, all’insegna della stella, 1556, p. 749.

8 « Ma la cagione che mi fece affaticar volentieri in questa opera, fu, che vedendo, & considerando le tavole della geographia di Tolomeo, dove si descrive l’Africa, & la India esser molto imperfette, rispetto alla gran cognitione che si ha hoggi di quelle regioni, ho stimato dover esser caro, & forse non poco utile al mondo il mettere insieme le narrationi de gli scrittori de' nostri tempi, che sono stati nelle sopradette parti del mondo », 1554 n. p., 1978 p. 4.

9 Voir les récents travaux conduits à l’Université Ca’ Foscari dans le cadre du projet d’édition numérique du Milione dans la version des Navigationi et viaggi. Description du projet et accès à l’édition : http://virgo.unive.it/ecf-workflow/books/Ramusio/main/aboutproject.html, consulté le 08/05/2018.

10 On peut notamment citer : Libretto di tutta la navigatione... (Venise 1504) ; Fracanzio da Montalboddo, Paesi novamente retrovati... (Vicence 1507) ; Viaggi fatti da Vinetia, alla Tana... (Venise 1543). Il faudrait compléter cette liste par la production manuscrite contemporaine, nombreuse et florissante en matière de géographie et de récits de voyage.

11 Joan-Pau RubiÉs, « From the 'History of travayle' to the history of travel collections: The Rise of an Early Modern Genre », in : Daniel Carey et Claire Jowitt (éd.), Richard Hakluyt and Travel Writing in Early Modern Europe, Ashgate : Farnham, 2012, p. 25-41.

12 Souvent appelée « conférence », voir Romain Descendre et Fiona Lejosne, « Giovanni Battista Ramusio et la ‘conférence’ des récits : Anciens et Modernes dans les Navigationi et viaggi », à paraître dans un volume collectif aux éditions Classiques Garnier.

13 « Ma è da notare, che in questo volume, non si fa menzione delle navigazioni fatte da Amerigo Vespucci Fiorentin all'Indie occidentali per ordine degli Re de Castiglia, ma solamente di quelle due che ei fece di commissione del Re di Portogallo », 1554 fol. 130r°a, 1978 p. 601.

14 Par exemple, dans le « Discorso sopra il commercio delle spezie » : « Si maravigliava fuor di misura come non sia ricordato alli Principi grandi, alliquali Iddio ha deputato questa cura, & che tengono sempre alli consigli loro huomini grandi si di lettere, come d’intelletto, ch’una delle piu ammirabili, & stupende operationi, che potessero far in vita loro, saria il far conoscere insieme gli huomini di questo nostro hemispero con quelli dell’altro opposito », 1554 fol. 413r°a-v°b, 1979 p. 980.

15 S. Conrad, op. cit., p. 171.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fiona Lejosne, « « Raccogliere, e metter insieme » : la compilation comme support d’une histoire globale. Les Navigationi et viaggi de G. B. Ramusio, Venise, 1550-59 », e-Spania [En ligne], 30 | juin 2018, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27800 ; DOI : 10.4000/e-spania.27800

Haut de page

Auteur

Fiona Lejosne

Triangle UMR 5206

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals