Navigation – Plan du site
Quelle histoire globale au XVIe siècle ?

La Araucana de Alonso de Ercilla, un chant d’histoire globale

Mauricio Onetto Pavez

Résumés

L’article suggère que La Araucana d’Alonso de Ercilla est un poème épique qui n’avait pas seulement l’objectif littéraire de faire connaître un conflit local, celui qui opposait les indigènes et les Espagnols qui cherchaient à conquérir le Chili. Nous y trouvons aussi le désir de créer ou d’imprégner d’historicité les nouvelles latitudes découvertes à l’extrême sud de l’Amérique grâce au passage par le détroit de Magellan, – des lieux secrets et des terres inconnues qui se trouvaient aux antipodes du monde –, afin de s’approprier leur passé et de pouvoir les intégrer dans l’Histoire universelle. Dans sa démarche, l’auteur met en évidence sa conception de l’Histoire et sa manière de la comprendre, de même que le caractère global qui doit prévaloir lors de sa réalisation. Pour démontrer ces idées, notre étude est centrée sur les chants dans lesquels apparaît le mage Fitón.

Haut de page

Texte intégral

Une expérience aux antipodes

  • 1 VOLTAIRE, La Henriade, Rouen : Chez Jean Racine, 1789, p. 401-402.

Il est vrai que si Alonzo est dans un seul endroit supérieur à Homère, il est dans tout le reste au-dessous du moindre des Poètes. On est étonné de le voir tomber si bas, après avoir pris un vol si haut. Il y a sans doute beaucoup de feu dans ses Batailles ; mais nulle invention, nul plan, point de variété dans les descriptions, point d’unité dans le dessein. Ce Poème est plus sauvage que les Nations qui en sont le sujet1.

  • 2 Cf. Sandro ABATE, « Humanismo y colonialismo: la poética del capitalismo eurocéntrico en tres obras (...)

1Dans la deuxième partie de sa fameuse épopée, La Henriade, – L’Essai sur la poésie épique – Voltaire consacre un chapitre complet à l’analyse de La Araucana d’Alonso de Ercilla. La citation précédente en est extraite. Ses mots pourraient sembler justes si l’on considère uniquement la narration de la bataille entre les indigènes du Chili et les Espagnols qui cherchaient à le conquérir. Cependant, submergé par son eurocentrisme, Voltaire se prive de découvrir les recoins secrets de l’œuvre, qui plus que narrer des batailles locales ou tenter de réécrire des scènes de guerre d’autres temps et d’autres lieux, – en se basant sur des auteurs tels qu’Aristote, Virgile, et certaines prophéties2, propose une lecture contextualisée et innovante d’une série de problématiques de sa propre époque. Voltaire tombe dans le piège tendu par Ercilla, c’est-à-dire qu’il ne voit que la saturation de récits qui racontent chaque fois les mêmes batailles, négligeant la richesse des réflexions cachées dans les recoins du texte. Contrairement à Voltaire, et selon ce que nous observons dans le poème, Ercilla prétendait que celui qui saurait lire ces recoins serait capable de contrôler le monde lui-même.

  • 3 Il existe de nombreuses études qui analysent La Araucana. Les nommer et discuter nous prendrait un (...)
  • 4 Alonso de Ercilla fut envoyé au Chili par Philippe II pour observer et renforcer la campagne milita (...)
  • 5 Voir Serge GRUZINSKI, La machine à remonter le temps. Quand l’Europe s'est mise à écrire l’histoire (...)
  • 6 Le débat sur les « anciens et les modernes » fut l’un des plus importants du XVIe siècle. Certains (...)

2La Araucana d’Alonso de Ercilla a été publiée en trois parties : la première en 1569 et les deux autres en 1578 et 1589. Traduite de nombreuses fois, elle fut rapidement reconnue dans toute l’Europe et dans une partie du territoire américain. Ce fut l’un des livres les plus analysés du XVIe siècle. Ses vers ont été étudiés sur le plan sémantique et rhétorique, mais aussi dans leur dimension religieuse, guerrière, ses paysages, etc.3 Cependant, les dimensions géopolitiques et historiques qui sont à l’origine de l’élaboration de cette œuvre n’ont presque jamais été étudiées. Nous croyons d’ailleurs que ces dimensions ont été les véritables motivations du soldat-poète, après un séjour de 17 mois au Chili entre 1557 et 1559, à la demande du roi Philippe II lui-même4. Nous nous référons ici à sa réflexion sur le ‘mémorable’ et sur ce qui soit être considéré comme l’Histoire, en tant qu’exercice de réduction et d’homogénéisation des événements et des temps5, à la dualité ancienneté-modernité qu’il développe tout au long du texte, ainsi qu’au fait de situer et de caractériser les espaces du monde sous forme cosmographique ou de les exposer de manière globale6.

  • 7 La guerre à laquelle fait allusion Ercilla entre indigènes et Espagnols est connue comme la « Guerr (...)
  • 8 Certains auteurs ont signalé qu’avec ce poème, Ercilla a voulu représenter un certain « amour » pou (...)
  • 9 Miguel MARTÍNEZ, « Writting on the edge: the poet, the printer, and the colonial frontier in Ercill (...)
  • 10 Les mots de Gruzinski nous semblent particulièrement explicatifs sur ce point : « La globalisation (...)

3Cela est peut-être dû au fait que La Araucana camoufle ces dimensions, dont nous pensons qu’elles la guident et la déterminent, au sein d’une série de récits qui racontent une guerre sans répit entre les Espagnols et les indigènes du Chili7. L’auteur voulait sans doute attirer l’attention de la Monarchie sur une zone lointaine, que les ennemis de l’Espagne projetaient de rejoindre et de s’approprier8. Néanmoins ce poème épique ne doit pas se lire uniquement comme une tentative de faire connaître en Europe un conflit local ou une expérience personnelle9, mais plutôt comme un récit qui, en même temps qu’il construit une histoire locale, élabore une histoire aux dimensions mondiales et universelles10. Ercilla s’approprie l’espace-temps indigène, le colonise et le synchronise en une Histoire universelle occidentale au moyen d’une écriture en huitains hendécasyllabes, représentative de la Renaissance.

  • 11 Quelques textes qui travaillent l’idée de secret à cette époque : Peters EDWARD, « The Desire to Kn (...)

4Mais Ercilla ne se contente pas de cela. Il prétend aussi par ses chants donner une historicité à une série de sensibilités que l’Occident avait généré envers ces territoires considérés comme les antipodes du monde, c’est-à-dire qu’il voulait octroyer un temps et un espace « réel et véritable » à des lieux qui n’en possédaient pas et qui faisaient encore l’objet de fantasmes et de spéculations en Europe. En d’autres mots, nous pensons que l’un de ses plus grands désirs fut de d’imprégner d’historicité et de mémoire une série de lieux qui étaient encore « cachés », « secrets » et « inconnus », dont les Histoires universelles ne parlaient quasiment pas11. Construire une histoire de ces lieux était aussi une manière de se les approprier, et c’était traduire avec des mots ces illusions qui avaient motivé tant d’hommes comme lui à s’embarquer dans une aventure aux antipodes du monde. En ce sens, nous pensons que sa proposition est mondiale parce que, comme nous le verrons, sa prose circule dans le monde entier et parce qu’il reconnaît que ces lieux furent les moteurs de découvertes et de changements à niveau mondial.

5Pour démontrer ces idées nous nous focaliserons sur une série de chants qui ont comme protagonistes Ercilla et un mage indigène appelé Fitón.

L’apparition du mage Fitón

6Le mage Fitón apparaît pour la première fois dans le Chant XVIII de la Deuxième partie de La Araucana. Il est fait allusion à lui lors du récit d’un événement dont l’auteur savait qu’il était digne de mémoire et d’universalisation. Il s’agit de la Bataille de Saint-Quentin, victoire espagnole sur les troupes du roi de France en 1557. Les vers de ce chant relatent à quel point la bataille fut dure, définissant les Français comme « indomptables », le même terme qui sera utilisé pour définir les Araucans dans le reste du récit.

  • 12 L’utilisation de la figure du mage admet un certain degré de respect de la part d’Ercilla pour les (...)

7Fitón apparaît au cours de l’explication sur les conséquences géopolitiques de cette guerre, dans le cadre d’un événement magico-onirique. Dans un rêve, une femme vêtue d’un blanc immaculé invite Ercilla à connaître Fitón, qu’elle décrit comme « un grand et magique sorcier », un vieil homme qui, des années auparavant, avait été un « fameux soldat » araucan et lui donne les coordonnées permettant de trouver sa « demeure cachée ». Fitón est présenté comme une tentation qui lui dévoilera un grand événement du futur, que la femme en blanc ne se sent pas capable de relater et dont personne n’a jamais écrit l’histoire (l’événement en question, que nous verrons plus loin, est la bataille de Lépante)12.

  • 13 Alonso de ERCILLA, La Araucana, Santiago : Imprenta Elzeviriana, 1910, Canto XVIII, p. 307 ; Nous u (...)

Mas si quieres saber de esta jornada
El futuro suceso nunca o
ído,
Y la cosa m
ás grande y señalada
Que jam
ás en historia se ha leído13

8La véritable tentation ici est la possibilité d’écrire le futur (qui en réalité était alors un événement passé). L’idée de circuler et de s’approprier les temps et les faits dignes de mémoire nous parle d’un désir de positionner une histoire.

  • 14 Ibid., Canto XXIII, p. 374.

Que en tu escondida cueva entendería
Extra
ños casos, dignos de memoria,
Con que ilustrar pudiese [Ercilla] m
ás su historia.

[ ] Y que noticia le darías de cosas
Ya pasadas, presentes y futuras,
Haza
ñas y conquistas milagrosas,
Peregrinos sucesos y aventuras,
Temerarias empresas espantosas,
Hechos que no se han visto en escrituras:
Este encarecimiento le molesta,
Y nos tiene suspensos tu respuesta»14

9Entre le Chant XIX et le chant XXII, Fitón disparaît. Ce n’est que dans le chant XXIII que son monde est complètement révélé, et on le retrouve dans les chants XXIV, XXVI et XXVII. Cependant, Ercilla a de nouveau recours à un médiateur pour le faire apparaître. Il s’agit du neveu du mage, un vieil homme appelé Guaticolo, qui l’amène chez lui après l’avoir conduit par des chemins à la végétation dense, des « sentiers étroits », des « fourrés et des arbres fermés ». Cette sensation d’étouffement est particulièrement remarquée par Ercilla. En effet, Guaticolo trouve le soldat perdu dans la forêt, désorienté, sans une ligne temporelle pour le guider, submergé dans l’« inculte » – en référence à l’absence de culture – avec une sensation de vertige due au fait d’être dans un espace inconnu :

  • 15 Ibid., Canto XXIII, p. 374.

Gran rato anduve así descarriado,
Que la oculta salida no acertaba,
Cuando sent
í por el siniestro lado
Un arroyo que cerca mormuraba;
Y al vecino rumor encaminado,
Al pie de un roble que a la orilla estaba
Vi una peque
ña y mísera casilla
Y junto a un hombre anciano la cortilla:

[ ] El cual dijo [Guatiocolo]:
«¿Qué hado o desventura
Tan fuera de camino te ha tra
ído
Por este inculto bosque y espesura
Donde jamás ninguno he conocido ?15

  • 16 Ricardo Padrón a travaillé de manière très rigoureuse la relation sémantique entre le Détroit, prov (...)

10Ce n’est pas un hasard que les chemins soient présentés avec ces caractéristiques. C’est une première manière d’inciter ses lecteurs à insérer dans une histoire ces espaces, personnes et paysages encore inconnus, auxquels on ne pouvait accéder que par des chemins « étroits ». L’usage de ce terme n’est pas non plus un hasard. Tout au long de son œuvre, Ercilla attribue à l’« étroit » une propriété résolutive, de solution, tant dans sa dimension spirituelle – un passage souffrant, tel que le verrait un protestant – mais aussi géopolitique16. Le mot « étroit » ne rappelle pas seulement que le Détroit de Magellan était l’une des entrées privilégiées pour aller chercher les illusions de richesses en ces temps-là, il nous rappelle aussi que depuis sa « découverte » en 1520, en tant qu’événement historique, le Détroit est une pièce essentielle de l’histoire de la planète et de l’histoire universelle. On trouve une série d’exemples de l’utilisation du mot « étroit » dans les chapitres où apparaît Fitón (mais aussi tout au long de l’œuvre) :

  • 17 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXIII, p. 376.
  • 18 Ibid., Canto XXIII, p. 373.
  • 19 Ibid., Canto XXIII, p. 373.

Luego de allí los dos nos levantamos,
Y atando a mi caballo de la rienda,
A paso apresurado caminamos
Por una estrecha e intricada senda,
La cual seguida un trecho, nos hallamos
En una selva de
árboles horrenda,
Que los rayos del sol y claro cielo
Nunca all
í vieron el umbroso suelo17.

Halleme a la bajada de un repecho
Cerca de dos caminos desusados,
Por donde corre Rauco m
ás estrecho,
Que le ci
ñen dos cerros los costados;
Y mirando a lo bajo y m
ás derecha,
En una selva de
árboles copados
Vi una mansa corcilla junto al r
ío
Gustando de las yerbas y roc
ío18.

P
údelo bien hacer, que en las quebradas
Era grande el rumor de la corriente,
Y con pasos y orejas descuidadas
Pac
ía la tierna yerba libremente;
Pero cuando sinti
ó ya mis pisadas
Y al rumor levant
ó la altiva frente,
Dej
ó el sabroso pasto y arboleda
Por una estrecha y
áspera vereda19.

11À son arrivée chez le mage, Guaticolo avertit le soldat-poète qu’il est important de ne pas tout mesurer avec une perspective humaine, c’est-à-dire dans un ordre linéaire du temps et de l’espace. Il l’invite à s’ouvrir à un autre monde aux multiples dimensions, qui coexistent sous le pouvoir du sorcier. En d’autres mots, Ercilla avant même sa rencontre avec Fitón invite à prendre en considération l’importance de s’approprier ces espaces qui abritent des dimensions qui ne peuvent être mesurées ni délimitées mais qui permettent de comprendre ce qui a eu lieu dans le temps.

  • 20 Ibid., Canto XXIII, p. 376 ; le supposé pouvoir sur les temps et les astres n’était pas un moindre (...)

Al pie de una asperísima montaña,
Pocas veces de humano pie pisada,
Hace su habitaci
ón y vida extraña
En una oculta y l
óbrega morada,
Que jam
ás el alegre sol la baña
Y es a su condici
ón acomodada,
Por ser fuera de t
érmino inhumano,
Enemigo mortal del trato humano.

[…]
Mas su saber y su poder es tanto
Sobre las piedras, plantas y animales,
Que alcanza por su ciencia y arte cuanto
Pueden todas las causas naturales;
Y en el escuro reino del espanto
Apremia a los callados infernales
A que digan por
áspero conjuro
Lo pasado, presente y lo futuro.

[…] Los otros poderosos elementos
A las palabras d
éste están sujetos,
Y a las causas de arriba y movimientos
Hace perder la fuerza y los efectos:
Al fin por su saber y encantamientos
Escudri
ña y entiende los secretos,
Y alcanza por los astros influentes
Los destinos y hados de las gentes20.

12L’importance de s’approprier l’inconnu et le secret n’était pas une moindre chose, parce qu’il savait que c’était depuis ces lieux que l’on pouvait comprendre une partie de l’histoire à laquelle il appartenait, puisque ces espaces avaient motivé une série d’entreprises d’expansion dans toute la planète, décisives dans son histoire.

Le monde du mage Fitón

  • 21 Pour creuser sur les différentes conceptualisations et perspectives sur l’histoire globale : Sebast (...)
  • 22 La grotte de Fitón peut être considérée comme un « cabinet de curiosité », un concept qui commençai (...)

13Faire une histoire « globale » signifie englober21, faire en sorte que tout ait sa place, parler de tout et particulariser en même temps, c’est un véritable exercice de synthèse. La demeure de Fitón est la représentation de tout cela, c’est un lieu qui peut abriter toutes les histoires, mais c’est aussi une expérience de voyage dans le temps et l’espace. Les objets qui la composent agissent comme des médiateurs et révélateurs de sens de toutes les époques et de tous les territoires. C’est une sorte de livre d’histoire universelle, cosmographique, mais sous forme de cabinet d’où se révèle la conscience-monde de l’auteur, par le biais de la figure du mage22.

14Le foyer du mage est une caverne divisée en deux grandes pièces ; la première partie de la crypte, comme elle est aussi appelée dans le texte, est composée de monstruosités et de putréfactions issus de différents lieux de la planète. Des choses que l’on cache parce qu’elles « sécrètent », qui ne sont pas dignes de mémoire, qui ne peuvent figurer dans l’Histoire, et sont donc séparées. Secret et sécrétion fusionnent ou fonctionnent ensemble, maintenant le même sens étymologique de « séparation ».

  • 23 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXIII, p. 377.

Sangre de hombres bermejos enojados,
Espumajos de perros, que rabiosos
Van huyendo del agua, y el pellejo
Del pecoso chersidros cuando es viejo.

[…] También en otra parte parecía
La coyuntura de la dura hiena,
Y el meollo del cencris, que se cría
Dentro de Libia en la caliente arena;
Y un pedazo del ala de una arpía,
La hiel de la biforme anfisibena,
Y la cola del áspide revuelta,
Que da la muerte en dulce sueño envuelta.

[…] Moho de calavera destroncada
Del cuerpo que no alcanza sepultura;
Carne de niña por nacer, sacada
No por donde la llama la natura;
Y la espina también descoyuntada
De la sierpe cerastas, y la dura
Lengua de la hemorrois, que aquel que hiere
Suda toda la sangre hasta que muere.

[…] Vello de cuantos monstruos prodigiosos
La superflua natura ha producido;
Escupidos de sierpes venenosos;
Las dos alas del jáculo temido;
Y de la seps los dientes ponzoñosos,
Quel hombre o animal della mordido,
De súbito hinchado como un odre,
Huesos y carne se convierte en podre.

[…]
Estaba en un gran vaso transparente
El corazón del grifo atravesado,
Y ceniza del fénix, que en Oriente
Se quema él mismo de vivir cansado:
El unto de la scítala serpiente,
Y el pescado echineis, que en mar airado
Al curso de las naves contraviene
Y a pesar de los vientos las detiene.
[…] No faltaban cabezas de escorpiones
Y mortíferas sierpes enconadas;
Alacranes, y colas de dragones,
Y las piedras del águila preñadas:
Buches de los hambrientos tiburones;
Menstruo y leche de hembras azotadas,
Landres, pestes, venenos, cuantas cosas
Produce la natura ponzoñosas23.

15La deuxième partie de la demeure est totalement différente. Son sol et ses murs sont composés de divers types de pierres, lumières, métaux, peintures, sculptures. Le plus reluisant qu’ait connu l’humanité au cours du temps se trouve ici, comme le dit l’auteur lui-même : « les arts, la vertu, les lettres, la modération ». D’une certaine manière, la Renaissance, latente en ces années-là, est présente dans la crypte.

  • 24 Ibid., Canto XXIII, p. 381.
  • 25 Ibid.

Tenía el suelo por orden ladrillado
De cristalinas losas transparentes,
Que el color entrepuesto y variado
Hacía labor y visos diferentes;
El cielo alto, diáfano, estrellado
De innumerables piedras relucientes,
Que toda la gran cámara alegraba
La varia luz que dellas revocaba.

[…] Sobre columnas de oro sustentadas
Cien figuras de bulto en torno estaban,
Por arte tan al vivo trasladadas
Que un sordo bien pensara que hablaban;
Y dellas las hazañas figuradas
Por las anchas paredes se mostraban,
Donde se vía el extremo y excelencia
De armas, letras, virtud y continencia,
[…]24

Después de haber un rato satisfecho
La codiciosa vista en las pinturas;
Mirando de los muros suelo y techo
La gran riqueza y varias esculturas,
El mago me llevó al globo derecho,
Y vuelto allí de rostro a las figuras,
Con el corvo callado señalando,
Comenzó de enseñarme, así hablando:

[…] « Habrás de saber, hijo, que estos hombres
Son los más desta vida ya pasados,
Que por grandes hazañas sus renombres
Han sido y serán siempre celebrados;
Y algunos, quede baja estirpe y nombres
Sobre sus altos hechos levantados,
Los ha puesto su próspera fortuna
En el más alto cuerno de la luna25.

  • 26 Cf. Alessandra RUSSO, L’image intraduisible : une histoire métisse des arts en Nouvelle-Espagne (15 (...)
  • 27 Cf. Benjamin SCHMIDT, Inventing Exoticism. Geography, Globalism, and Europe’s Early Modern World, P (...)

16Ercilla présente cette chambre comme un espace intraduisible26, pour deux raisons : 1) pour son incommensurabilité, pour le fait d’abriter des objets magnifiques et exotiques27 de toutes les époques et parce qu’il est complexe d’évoquer cela de manière synthétique ; 2) parce que personne n’avait encore jamais écrit à son sujet. L’inculte-occulte est intraduisible, par conséquent, il n’a pas d’histoire, et c’est pourquoi il faut écrire à son sujet.

  • 28 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXIII, p. 380.

Me metió de la mano a otro aposento
Y luego en una cámara hermosa,
Que su fábrica extraña y ornamento
Era de tal labor y tan costosa
Que no sé lengua que contarlo pueda,
Ni habrá imaginación a que no exceda
28.

17Ercilla savait qu’écrire une histoire limite les illusions, c’est une manière d’encapsuler et d’enregistrer dans un espace-temps, par conséquent cette tâche lui semble encore plus complexe dans ces espaces incommensurables, secrets, occultes, inconnus. Néanmoins il voit l’écriture comme un exercice nécessaire à la compréhension pour, au moins, les situer. Son œuvre nous dit aussi que c’est l’écriture de l’Histoire qui différencie l’Européen de ce monde inculte et occulte, inachevé car il ne possède pas cet outil.

  • 29 Ibid., Canto XXIII, p. 378.

Diciéndome: «No es poco atrevimiento
El que, siendo tan mozo, has hoy tomado
De venir a mi oculto alojamiento.
Do sin mi voluntad nadie ha llegado;
Mas, porque sé que algún honrado intento
Tan lejos a buscarme te ha obligado,
Quiero, por esta vez, hacer contigo
Lo que nunca pensé acabar conmigo»
29.

  • 30 Il convient de rappeler qu’en ces années-là, dans toute l’Europe, on construisait des représentatio (...)

18Cependant, l’accumulation d’objets et de savoirs de toutes les époques et de différents endroits du monde ne suffit pas à construire une histoire globale. Il faut penser le monde dans sa totalité. Et cela, Ercilla le sait aussi30. C’est pourquoi il place au centre de cette chambre ce qu’il présente comme l’objet le plus étincelant et le plus remarquable, une grande sphère-miroir :

  • 31 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXIII, p. 381.

En medio desta cámara espaciosa,
Que media milla en cuadro contenía,
Estaba una gran poma milagrosa,
Que una luciente esfera la ceñía,
Que por arte y labor maravillosa
En el aire por sí se sostenía,
Que el gran círculo y máquina de dentro
Parece que estribaban en su centro
31.

  • 32 Concernant l’importance des sphères à cette époque, voir : Elly DEKKER, « The doctrine of the spher (...)

19Cette sphère n’est pas un objet quelconque, c’est le centre de la demeure et l’objet à partir duquel l’Espagnol centre sa proposition historique32. C’est dans cette sphère que réside le pouvoir du mage d’observer les faits du passé, du présent et du futur. Elle lui permet de réduire et de voir dans sa totalité tout ce qui a eu lieu dans le temps :

  • 33 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXIII, p. 381.
  • 34 Ibid., Canto XXIII, p. 382.

« Y esta bola que vees y compostura
Es del mundo el gran término abreviado,
Que su dificilísima hechura
Cuarenta años de estudio me ha costado.
Mas no habrá en larga edad cosa futura
Ni oculto disponer de inmóvil hado
Que muy claro y patente no me sea
Y tenga aquí su muestra y viva idea
33.

[…] Yo, con mayor codicia, por un lado
Llegué el rostro a la bola transparente,
Donde vi dentro un mundo fabricado
Tan grande como el nuestro, y tan patente
Como en redondo espejo relegado,
Llegando junto el rostro, claramente
Vemos dentro un anchísimo palacio,
Y en muy pequeña forma, grande espacio34.

20Considérant les vers antérieurs, nous pensons qu’Ercilla nous indique trois éléments importants dans la construction d’une histoire globale.

  • 35 Sur ce sujet, voir notre travail : « Modernidad, Historicidad y Construcción de Territorialidades d (...)

21Premièrement, l’intégration du « globe », dans sa dimension cosmographique et géopolitique, dans la construction de l’histoire universelle. Les quarante années d’étude nécessaires à la réalisation de cette sphère coïncident avec le départ de l’expédition de Magellan, en 1519, qui a reconfirmé la rotondité de la Terre (rappelons qu’Ercilla se rend au Chili entre 1557 et 1559)35.

22Deuxièmement, il nous dit que l’art véritable réside dans la synthèse, dans la réduction, en dépit des difficultés que cela comporte. L’auteur le souligne dès les premiers vers du Chant XVIII, qui voit apparaître la figure du mage :

  • 36 A. de ERCILLA, ibid., Canto XVIII, p. 295-296.
  • 37 Ibid., Canto XXVII, p. 440.

¿ Cuál será el atrevido que presuma
Reducir el valor vuestro y grandeza
A t
érmino pequeño y breve suma,
Y a tan humilde estilo tanta alteza ?
Que, aunque por campo pr
óspero la pluma
Corra con f
értil vena y ligereza,
Tanto el sujeto y la materia arguye
Que todo lo deshace y disminuye.
Y el querer atreverme a tanto, creo
Que me ser
á juzgado a desatino,
Pues, llegado a raz
ón, yo mismo veo
Que salgo de los t
érminos a tino;
Mas de serviros siempre el gran deseo,
Que siempre me ha tirado a este camino,
Quiz
á adelgazará mi pluma ruda
Y la torpeza de la lengua muda.

Y as
í vuestro favor (del cual procede
Ésta mi presunción y atrevimiento)
Es el que agora pido, y el que puede
Enriquecer mi pobre entendimiento:
Que si por vos, se
ñor, se me concede
Lo que a nadie neg
áis, soltaré al viento
Con
ánimo la ronca voz medrosa,
Indigna de contar tan grande cosa
36.

Siempre la brevedad es una cosa
Con gran raz
ón de todos alabada,
Y vemos que una pl
ática es gustosa
Cuanto m
ás breve y menos afectada;
Y aunque sea la prolija provechosa,
Nos importuna, cansa y nos enfada:
Que el manjar m
ás sabroso y sazonado
Os deja, cuando es mucho, empalagado.

[…] Pues yo que en un peligro tal me veo,
De la larga carrera arrepentido,
¿Cómo podré llevar tan gran rodeo
Y ser sabroso al gusto y al o
ído ?
Pero, aunque de agradar es mi deseo.
Estoy ya dentro en la ocasi
ón metido;
Que no se puede andar mucho en un paso,
Ni encerrar gran materia en chico vaso37.

23Troisièmement, il nous indique qu’il faut penser le temps et l’espace de manière globale, même si c’est dans cette perspective qu’il est inculte et occulte. Le fait que tout tienne dans la « boule » était la représentation d’un désir supérieur : que tout, y compris ce qui était inculte et occulte, devait être dévoilé pour être contrôlé, que tout devait être situé dans un espace-temps déterminé. Le moyen de traduire l’intraduisible était de donner, par le biais de l’écriture, la propriété de « réel » et « véritable » à des choses qui n’avaient pas ces caractéristiques :

  • 38 Ibid., Canto XXVI, p. 437.
  • 39 Ibid., Canto XXVII, p. 440.

Quisiera ver la bola, mas no osaba
(Sin licencia del mago) avecinarme;
Mas
él, que mis deseos penetraba,
Teniendo voluntad de contentarme,
Asido por la mano me acercaba,
Y comenzando
él mesmo a señalarme,
El mundo me mostr
ó, como si fuera
En su forma real y verdadera
38

Era en grandeza tal que no podr
ían
Veinte abrazar el c
írculo luciente,
Donde todas las cosas parec
ían
En su forma distinta y claramente:
Los campos y ciudades se ve
ían,
El tr
áfago y bullicio de la gente,
Las aves, animales, lagartijas,
Hasta las m
ás menudas sabandijas.

[…] El mágico me dijo: «Pues en este
Lugar nadie nos turba ni embaraza,
Sin que un m
ínimo punto oculto reste
Ver
ás del universo la gran traza:
Lo que hay del norte al sur, del leste al oeste,
Y cuanto ci
ñe el mar y al aire abraza
R
íos, montes, lagunas, mares, tierras,
Famosas por natura y por las guerras39.

Synchronisation universelle

  • 40 S. GRUZINSKI, op. cit., p. 15.

Historiciser tous azimuts, c’était à la fois fabriquer du temps historique et l’imposer comme une notion universelle aux autres sociétés du globe40.

24Cependant, l’écriture d’une histoire sur les secrets, l’inconnu et l’occulte devait être rapportée à une histoire plus grande, une histoire globale, universelle, européenne. C’était la seule manière de légitimer cette tentative d’originalité. C’est pourquoi Fitón connecte la guerre d’Arauco avec une guerre universelle, d’origine européenne, comme le fut la bataille de Lépante qu’il définit comme une « journée universelle » :

  • 41 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXIV, p. 387.

La sazón, gran Felipe, es ya llegada
En que mi voz, de vos favorecida,
Cante la universal y gran jornada
En las ausonias olas definida;
La soberbia otomana derrocada.
Su mar
ítima fuerza destruida,
Los varios hados, diferentes suertes,
El sangriento destrozo y crudas muertes
41.

25L’histoire globale que propose Ercilla a sans aucun doute des aspects cosmographiques. Il s’agit d’une cosmographie qui nous parle de l’univers et de la Terre, à partir d’un terrain de guerre. La guerre est présentée comme l’expression maximale de la construction d’une histoire, à partir de laquelle on peut comprendre ce que renferme le globe :

  • 42 Ibid., Canto XXIII, p. 382.
  • 43 Ibid., Canto XXVI, p. 429.

Mas, pues tus apariencias generosas
Son de escribir los actos de la guerra,
Y por fuerza de estrellas rigurosas
Tendr
ás materia larga en esta tierra,
Dejar
é de aclararte algunas cosas
Que la presente poma y mundo encierra,
Mostr
ándote una sola que te espante,
Para lo que pretendes importante
42

As
í el entendimiento y pluma mía,
Aunque usada al destrozo de la guerra,
Huye del grande estrago que este d
ía
Hubo en los defensores de su tierra;
La sangre, que en arroyos ya corr
ía
Por las abiertas grietas de las sierras,
Las l
ástimas, las voces y gemidos
De los míseros bárbaros rendidos43.

26Depuis une caverne en Arauco et par le biais d’une pomme magique, Ercilla cherche à légitimer et homogénéiser les temps, à raccourcir les distances entre les deux conflits, entre les deux mondes, en nous rappelant qu’ils font tous les deux partie d’une même sphère. L’intention de voir au travers de la pomme – ce qui symbolise la circulation à travers elle – est une expérience qui légitime aussi le fait d’écrire une histoire, de devenir un chroniqueur pour en être le témoin.

  • 44 Ibid., Canto XXIII, p. 382.

[…] Mas, pues tus apariencias generosas
Son de escribir los actos de la guerra,
Y por fuerza de estrellas rigurosas
Tendr
ás materia larga en esta tierra,
Dejar
é de aclararte algunas cosas
Que la presente poma y mundo encierra,
Mostr
ándote una sola que te espante,
Para lo que pretendes importante:

[…] Que, pues en nuestro Arauco ya se halla
Materia a tu prop
ósito cortada,
Donde la espada y defensiva malla
Es m
ás que en otra parte frecuentada,
S
ólo te falta una naval batalla,
Con que ser
á tu historia autorizada,
Y escribir
ás las cosas de la guerra
As
í de mar también como de tierra.

[…] La cual verás aquí tal, que te juro
Que, vista, la tendremos por dudosa,
Y en el pasado tiempo y el futuro
No se vio ni ver
á tan espantosa;
Y el gran Mediterr
áneo mar seguro
Quedar
á por la gente victoriosa,
Y la parte vencida y destrozada
La mar
ítima fuerza quebrantada.

[…] Por tanto, a mis palabras no te alteres,
Ni te espante el horr
ísono conjuro,
Que, si atento con
ánimo estuvieres,
Ver
ás aquí presente lo futuro:
Todo, punto por punto, lo que vieres,
Lo disponen los hados, y aseguro
Que podr
ás, como digo, ser de vista
Testigo y verdadero coronista »44.

27La description de la bataille de Lépante est centrée sur l’énumération des nationalités en présence, comme si l’on racontait une bataille mondiale. Ercilla nomme aussi une série de personnages de renom politique en ces années-là, comme le secrétaire Juan de Soto ou des navigateurs tels qu’Andrea Doria et des fournisseurs comme Agustín de Barbarigo. Il fait enfin apparaître des personnages de l’histoire antique, mêlant diverses temporalités au sein d’un même événement qu’il situe dans le futur, la bataille de Lépante.

  • 45 Ibid., Canto XXIII, p. 383.

Y por aquel lugar se descubría
El turbado y revuelto mar Ausonio,
Donde se defini
ó la gran porfía
Entre C
ésar Augusto y Marco Antonio;
As
í en la misma forma parecía
Por la banda de Lepanto y Favonio,
Junto las Curchulares, hacia el puerto,
De galeras el ancho mar cubierto.

[…] Mas, viendo las devisas señaladas
Del Papa, de Felipe y venecianos,
Luego reconoc
í ser las armadas
De los infieles turcos y cristianos,
Que, en orden de batalla aparejadas,
Para venir estaban a las manos,
Aunque a mi parecer no se mov
ían,
Ni m
ás que figuradas parecían.

[…] Pero el mago Fitón me dijo:
«Presto Verás una naval batalla extraña,
Donde se mostrar
á bien manifiesto
El supremo valor de vuestra España»45

Une histoire globale depuis le Chili

28Dans les chants XXVI et XXVII, les derniers où apparaît Fitón, Ercilla renforce sa perspective globale depuis le plan local. Sa narration consiste à dévoiler le monde à partir des images avec lesquelles était associé le Chili à cette époque : la guerre, et l’idée de se trouver sur une terre idyllique aux antipodes du monde.

29À propos de la guerre, il décrit dans son chant XXVI les sensations que gardèrent les Espagnols après une bataille contre le cacique Caupolicán, relatée longuement dans le chant XXV. Il universalise ces sensations et les extériorise comme il l’avait fait précédemment avec Lépante : toujours sous le filtre de la connexion occulte-secret-étroit :

  • 46 Ibid., Canto XXVI, p. 428.
  • 47 Ibid., Canto XXVI, p. 431.

Siguen los nuestros la victoria apriesa,
Que a
ún no quieren venir en el partido,
Y de la inculta bre
ña y selva espesa
Inquieren lo secreto y escondido:
El gran estrago y mortandad no cesa,
Suena el destrozo y
áspero ruido,
Tirando a tiento golpes y estocadas
Por la espesura y matas intricadas.

[…] Jamás de los monteros en ojeo
Fue caza tan buscada y perseguida,
Cuando con ancho c
írculo y rodeo
Es a t
érmino estrecho reducida, […]46

Los duros golpes todo el bosque atruenan,
Andando de ambas partes tan estrechos
Que vinieron algunos de impacientes
A los brazos, a pu
ños y a los dientes.

[…] Pero la muerte allí definidora
De la cruda batalla porfiada,
Ayudando a la parte vencedora,
Remat
ó la contienda y gran jornada:
Que la gente araucana en poca de hora
En aquel sitio estrecho destrozada, […]47

  • 48 Cf. Juliette FERDINAND (éd.), Art to Science. Experiencing Nature in the European Garden, 1500-1700(...)

30Depuis la découverte du Détroit de Magellan, on croyait que les terres de la partie sud du Chili étaient porteuses de richesses et qu’elles permettaient d’accéder à la Terre Inconnue, voire au Paradis lui-même. L’apparition de cette terre abondante a lieu avec le retour d’Ercilla à la caverne du mage, dans la cour de sa demeure, une espèce d’Eden clandestin au milieu d’une guerre, où des milliers d’histoires sont gravées, c’est-à-dire où les illusions de toutes les époques sur ces lieux reculés sont enregistrées48 :

  • 49 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXVI, p. 437.
  • 50 Ibid., Canto XXVI, p. 437.

Yo de le ver así maravillado,
Y m
ás de la siniestra profecía,
Mi caballo en un l
íbano arrendado,
Le quise hacer un rato compa
ñía:
Y al fin de muchos ruegos acetado,
Siendo el viejo decr
épito la guía,
Hendimos la espesura y bre
ña extraña,
Hasta llegar al pie de la monta
ña.

En un lado secreto y escondido,
Donde no hab
ía resquicio ni abertura,
Con el potente b
áculo torcido
Blandamente toc
ó en la peña dura;
Y luego con horr
ísono ruido
Se abri
ó una estrecha puerta y boca escura,
Por do tras
él entré, erizado el pelo,
Pisando a tiento el pe
ñascoso suelo.

[…] Salimos a un hermoso y verde prado
Que recreaba el
ánimo y la vista,
Do estaba en ancho cuadro fabricado
Un muro de belleza nunca vista,
De vario jaspe y p
órfido escacado,
Y al fin de cada escaque una amatista;
En las puertas de cedro barreadas
Mil sabrosas historias entalladas
49.

Abriéronse en llegando el mago apunto,
Y en un jard
ín entramos espacioso,
Do se puede decir que estaba junto
Todo lo natural y artificioso:
Hoja no discrepaba de otra un punto,
Haciendo cuadro o c
írculo ingenioso;
En medio un claro estanque, do las fuentes
Murmurando enviaban sus corrientes.

[…] No produce natura tantas flores
Cuando m
ás rica primavera envía,
Ni tantas variedades de colores
Como en aquel jard
ín vicioso había:
Los frescos y suav
ísimos olores,
Las aves y su acorde melod
ía
Dejaban las potencias y sentidos
De un ajeno descuido poseídos50.

  • 51 S. GRUZINSKI, op.  cit., p. 225.

31Pour souligner l’importance de cette antipode du monde dans la construction d’une histoire globale – « l’unité du genre humain » –51, Ercilla revient à la Sphère depuis son Jardin. Il y énumère, délimite et caractérise chacun des lieux qui composent le globe, en intégrant les terres du Chili et de l’Amérique dans un macro récit. Ce voyage sidéral par le monde débute et s’achève dans un fort de la vallée de Tucapel, l’un des points culminants du conflit entre les Espagnols et les Araucans. Voici certains des vers qui évoquent ce voyage :

  • 52 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXVII, p. 441.
  • 53 Ibid., Canto XXVII, p. 446.

« Mira a Persia, y Carmania, que confina
Con Sus
ïana, al lado del poniente,
Donde el forjado acero se fulmina
De pasta y temple fino y excelente:
Drangiana, y Gredosia, que camina
Hasta el mar de India y ferias del Oriente,
Y adelante, siguiendo aquella v
ía,
Ver
ás la calurosa Aracosía.

[…] « Dentro y fuera del Gange mira tanta
Tierra de India al levante prolongada:
Vees el Catay y su ciudad de Canta
Que sobre el Indo mar est
á fundada:
La China, y el Maluco, y toda cuanta
Mar se extiende del leste, y la apartada
Taprobana famosa, antiguamente
T
érmino y fin postrero del Oriente52.

[…]
« Mira a Sevilla; vees la realeza
De templos, edificios y moradas,
El concurso de gente, y la grandeza
Del trato de las Indias apartadas,
Que de oro, plata, perlas y riqueza
Dos flotas en un a
ño entran cargadas,
Y salen otras dos de mercanc
ía,
Con gente, munición y artillería53.

32Les vers montrent que le Nouveau Monde est traité de manière différente. Le récit présente l’Amérique comme l’espace-temps de continuation avec l’ancien monde et son histoire. En reprenant les mots de Serge Gruzinski, cela pourrait être compris de cette manière :

  • 54 S. GRUZINSKI, op. cit., p. 328.

En s’exportant en Amérique, l’histoire à l’européenne s’adapte à un nouvel objet, le Nouveau Monde, et à un nouveau contexte, la colonisation. Loin de se dévirtualiser ou même de déraper, cette histoire en profite pour se roder et s’affirmer54.

33À partir de maintenant, les nouveaux héros sont les conquérants tels que Colomb et Cortés :

  • 55 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXVII, p. 447.

« Mira a Cádiz, donde Hércules famoso,
Sobre sus hados pr
ósperos corriendo,
Fij
ó las dos columnas victorioso,
Nihil ultra en el m
ármol escribiendo;
Mas Fernando Cat
ólico glorioso,
Los mojonados t
érminos rompiendo,
Del ancho y Nuevo Mundo abri
ó la vía,
Porque en un mundo solo no cab
ía.

« Mira a la banda diestra las Terceras
Que est
án de portugueses ocupadas;
Y corriendo al sudueste las primeras
Islas que descubri
ó Colón, pobladas
De gentes nunca vistas extranjeras,
Entre las cuales son m
ás señaladas
Los Lucayos, San Juan, la Dominica,
Santo Domingo, Cuba, y Jamaica.

[…] « Vees de Bahama la canal angosta,
Y siguiendo al poniente, la Florida,
La tierra in
útil y torcida costa
Hasta la Nueva-Espa
ña proseguida,
Donde Cort
és, con no pequeña costa
Y gran trabajo y riesgo de la vida
Sin t
érmino ensanchó por su persona
Los límites de España y la corona55.

34Le Chili et le Détroit de Magellan apparaissent comme les territoires limites avant de faire le tour du monde, avant de se diriger vers les Moluques.

  • 56 Ibid., Canto XXVII. p. 450.

« Vees, volviendo a la costa, los collados
Que corren por la banda de Atacama,
Y la desierta costa y despoblados,
Do no hay ave, animal, yerba ni rama.
Vees los copayapos, indios granados,
Que de grandes flecheros tienen fama:
Coquimbo, Mapoch
ó, Cauquen, y el río
De Maule y el de Itata y Biob
ío.

[…] « Vees la ciudad de Penco y el pujante
Arauco, estado libre y poderoso;
Ca
ñete, la Imperial, y hacia el levante
La Villa-rica y el volc
án fogoso;
Valdivia, Osorno, el Lago; y adelante
Las islas y archipi
élago famoso;
Y siguiendo la costa del sur derecho
Chilo
é, Coronados y el estrecho

[…] Por donde Magallanes con su gente
Al Mar del Sur sali
ó desembocando
Y tomando la vuelta del poniente
Al Maluco gui
ó noruesteando.
Vees las islas de Acaca y Zab
ú enfrente,
Y a Mat
án, do murió al fin peleando;
Bruney, Bohol, Gilolo, Terrenate,
Machi
án, Mutir, Badán, Tidore, y Mate.

« Vees las manchas de tierras, tan cubiertas
Que pueden ser apenas divisadas:
Son las que nunca han sido descubiertas.
Ni de extranjeros pies jam
ás pisadas;
Las cuales estar
án siempre encubiertas
Y de aquellos celajes ocupadas
Hasta que Dios permita que parezcan,
Porque m
ás sus secretos se engrandezcan.

« Y como vees en forma verdadera
De la tierra la gran circunferencia,
Pudieras entender, si tiempo hubiera,
De los celestes cuerpos la excelencia,
La m
áquina y concierto de la esfera,
La virtud de los astros y influencia,
Varias revoluciones, movimientos,
Los cursos naturales y violentos56.

35Pour conclure, remarquons que la matérialisation d’une œuvre comme La Araucana nous parle des dispositifs culturels et politiques sur lesquels comptait la Monarchie espagnole dans son ambition de devenir universelle, mais elle nous parle aussi de la conscience qu’ont eu quelques-uns de ses membres de l’urgence de penser de manière « globale ». Il convient de rappeler que l’année même de la publication de la deuxième partie de l’œuvre, Drake réussit la traversée du détroit de Magellan – 1578 –, provoquant l’une des premières guerres mondiales de l’Histoire – entre chrétiens et protestants dans tous les continents –, deux ans avant l’union des deux couronnes qui fait de Philippe II le souverain de presque toute la planète.

Haut de page

Notes

1 VOLTAIRE, La Henriade, Rouen : Chez Jean Racine, 1789, p. 401-402.

2 Cf. Sandro ABATE, « Humanismo y colonialismo: la poética del capitalismo eurocéntrico en tres obras del siglo XVI », Lingüística y Literatura, 70, 2016, p. 173-190; María Gabriela Huidobro Salazar, « Ecos de la Eneida en el anónimo poema La Guerra de Chile », Cuadernos de Filología Clásica. Estudios Latinos, (2), 2012, p. 335-345; Christopher KARK, « Destiny as the Harbinger and Destroyer of the Golden Age in “La Araucana” », Revista Canadiense de Estudios Hispánicos, 38, 2014, p. 485. 502.

3 Il existe de nombreuses études qui analysent La Araucana. Les nommer et discuter nous prendrait un article entier. Voir à ce sujet le site web: “Alonso de Ercilla y la épica virreinal” el cual posee múltiples informaciones y bibliografía sobre la obra: http://www.cervantesvirtual.com/portales/alonso_de_ercilla/

4 Alonso de Ercilla fut envoyé au Chili par Philippe II pour observer et renforcer la campagne militaire par la terre qui se réaliserait pour parvenir à la zone du détroit de Magellan. Ercilla s’y est rendu dans le même bateau qui était parti d’Espagne en 1555 avec le vice-roi du Pérou tout juste nommé Andrés Hurtado de Mendoza y Cabrera et le gouverneur du Chili Jerónimo de Alderete, qui mourut pendant le voyage. Plus tard, c’est le fils du vice-roi – García Hurtado de Mendoza – qui assuma la gouvernance du Chili en 1557 et Ercilla se mit à son service.

5 Voir Serge GRUZINSKI, La machine à remonter le temps. Quand l’Europe s'est mise à écrire l’histoire du monde, Paris : Fayard, 2017, p. 13.

6 Le débat sur les « anciens et les modernes » fut l’un des plus importants du XVIe siècle. Certains textes qui étudient cette discussion et les changements cosmographiques à son origine sont ceux de : Jean-Marc BESSE, Les grandeurs de la Terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance, Lyon : ENS Éditions, 2003 ; Anthony GRAFTON, New Worlds, Ancient Texts. The Power of Tradition and the Shock of Discovery, Cambridge : Harvard University Press, 1995.

7 La guerre à laquelle fait allusion Ercilla entre indigènes et Espagnols est connue comme la « Guerre d’Arauco ». De nombreuses études ont été écrites à son sujet, parmi elles se démarquent : Guillaume BOCCARA, Guerre et ethnogenèse mapuche dans le Chili : l’invention de soi, Paris, Montréal : l’Harmattan, 1998 ; José Manuel DÍAZ BLANCO, Razón de Estado y Buen Gobierno. La Guerra Defensiva y el imperialismo español en tiempos de Felipe III, Séville: Universidad de Sevilla, 2010 ; Hugo CONTRERAS CRUCES, « Robos, juegos y borracheras de indios: sociedad indígena y representaciones españolas tempranas en Chile central, 1540-1560 », Memoria americana, 24 (2), 2016, p. 39-57.

8 Certains auteurs ont signalé qu’avec ce poème, Ercilla a voulu représenter un certain « amour » pour la terre du Chili, bien que considérant toujours les dimensions géopolitiques en jeu. Voir : Ricardo PADRÓN, The Spacious Word: Cartography, Literature, and Empire in Early Modern Spain, Chicago: Prensa de la Universidad de Chicago, 2004 ; Alfredo JOCELYN-HOLT, Historia general de Chile, Santiago : Editorial Sudamericana, 2004 (ver « Epilogo »).

9 Miguel MARTÍNEZ, « Writting on the edge: the poet, the printer, and the colonial frontier in Ercilla’s La Araucana (1569-1590) », Colonial Latin American Review, 26 (2), p. 132-153.

10 Les mots de Gruzinski nous semblent particulièrement explicatifs sur ce point : « La globalisation de l’Histoire démarre au XVIe siècle depuis les côtes de l’Europe ibérique avant d’envahir et de contaminer progressivement le reste du monde. Au rebours de la thèse habituelle du XIXe siècle et l’inscrit dans le sillage des Lumières, notre parcours privilégie la scène des origines, celle du Nouveau Monde à l’orée des Temps modernes. Avec l’idée d’explorer les conditions de ce bond en avant. D’où l’hypothèse que c’est au XVIe siècle, et plus précisément dans l’Amérique des Ibériques, que surgit ce qui deviendra le tremplin de la conscience historique européenne ». S. GRUZINSKI, op. cit, p. 16.

11 Quelques textes qui travaillent l’idée de secret à cette époque : Peters EDWARD, « The Desire to Know the Secrets of the World », Journal of the History of Ideas, 62 (4), 2001, p. 593-610 ; María PORTUONDO GAMBA, Ciencia secreta. La cosmografía española y el Nuevo Mundo, Madrid : Iberoamericana Vervuert, 2013.

12 L’utilisation de la figure du mage admet un certain degré de respect de la part d’Ercilla pour les savoirs indigènes : « L’historicisation ibérique ne rejette donc pas les voix indigènes dans les ténèbres de l’ignorance et du non-sens. Elle réserve un sort à des mémoires sans écriture qui ne reposent pas sur la transmission des textes, qu’ils soient authentiques ou falsifiés (Annius de Viterbe). La colonisation des mémoires ne s’exerce pas sous la forme d’une méconnaissance, d’une indifférence ou d’une allergie à ce que l’on croit capter des traditions indigènes. En revanche ces matériaux ne cessent d’être remaniés et passés au crible des catégories des historiens européens, à commencer par la ligne de partage qui sépare l’historique du fabuleux – ce qui a existé et ce qui n’existe pas –… », S. GRUZINSKI, op. cit., p. 313.

13 Alonso de ERCILLA, La Araucana, Santiago : Imprenta Elzeviriana, 1910, Canto XVIII, p. 307 ; Nous utilisons la version éditée et analysée par José Toribio Medina.

14 Ibid., Canto XXIII, p. 374.

15 Ibid., Canto XXIII, p. 374.

16 Ricardo Padrón a travaillé de manière très rigoureuse la relation sémantique entre le Détroit, provenant de l’image du détroit de Magellan, et l’intérêt géopolitique tel qu’il est proposé par Ercilla. Voir R. PADRÓN, op. cit., p. 195 y ss.

17 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXIII, p. 376.

18 Ibid., Canto XXIII, p. 373.

19 Ibid., Canto XXIII, p. 373.

20 Ibid., Canto XXIII, p. 376 ; le supposé pouvoir sur les temps et les astres n’était pas un moindre enjeu à cette époque. Une partie de la géopolitique est basée sur cela. Fitón symbolise la figure du « master of time », voir Anthony GRAFTON, Cardano’s Cosmos. The World and Works of a Renaissance Astrologer, Cambridge, Londres : Harvard University, 2001 ; Darin HAYTON, The Crown and the cosmos. Astrology and the politics of Maximilian I, Pittsburgh : University of Pittsburgh, 2015.

21 Pour creuser sur les différentes conceptualisations et perspectives sur l’histoire globale : Sebastian CONRAD, What is global History?, Princeton : Princeton, University Press, 2016.; En ce qui concerne les interactions globales entre les nouvelles territorialités : Charles PARKER, Global Interactions in the Early Modern Age, 1400-1800, New York : Cambridge University, 2010.

22 La grotte de Fitón peut être considérée comme un « cabinet de curiosité », un concept qui commençait à se développer avec force en Europe à cette époque. Voir : Florike EGMOND, « Figuring Exotic Nature in Sixteenth-Century Europe: Garcia de Orta and Carolus Clusius », in : Palmira FONTES DA COSTA (éd.), Medicine, Trade and Empire: Garcia de Orta’s Colloquies on the Simples and Drugs of India (1563) in Context, Farnham : Ashgate, 2015, p. 167-193 ; Krzysztof POMIAN, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris-Venise, XVIe-XVIIIe siècle, Paris : Gallimard, 1987 ; Pamela SMITH, Paula FINDLEN (éds.), Merchants and Marvels: commerce, science and art in Early Modern Europe, New York, Londres : Routledge, 2013 ; Pour un regard sur les objets qui se globalisent : Anne GERRITSEN, Giorgio RIELLO (éd.), The Global Lives of Things. The material culture of connections in the Early Modern World, New York : Routledge, 2016.

23 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXIII, p. 377.

24 Ibid., Canto XXIII, p. 381.

25 Ibid.

26 Cf. Alessandra RUSSO, L’image intraduisible : une histoire métisse des arts en Nouvelle-Espagne (1500-1600), Paris : Les Presses du Réel, 2013.

27 Cf. Benjamin SCHMIDT, Inventing Exoticism. Geography, Globalism, and Europe’s Early Modern World, Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 2015.

28 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXIII, p. 380.

29 Ibid., Canto XXIII, p. 378.

30 Il convient de rappeler qu’en ces années-là, dans toute l’Europe, on construisait des représentations du monde - Atlas, Cosmographies universelles, etc. Voir : Frank LESTINGANT, L’atelier du Cosmographe ou l’image du monde à la Renaissance, Paris: Albin Michel, 1991.

31 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXIII, p. 381.

32 Concernant l’importance des sphères à cette époque, voir : Elly DEKKER, « The doctrine of the sphere: A Forgotten Chapter in the History of globes », Globe Studies, 49 (50), 2001-2002, p. 25-44 ; voir aussi un texte indispensable sur les significations du nouveau globe créé depuis la traversée du Détroit par Magellan : Peter SLOTERDIJK, Esferas II. Globos, Madrid : Ediciones Siruela, 2004, p. 695 y ss.

33 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXIII, p. 381.

34 Ibid., Canto XXIII, p. 382.

35 Sur ce sujet, voir notre travail : « Modernidad, Historicidad y Construcción de Territorialidades desde un Pasaje-Mundo. El Estrecho de Magallanes tras su “descubrimiento” », Magallania, 45, p. 37-58 ; les récits de cette expédition se trouvent dans l’ouvrage de Xavier de CASTRO, Le voyage de Magellan (1519-1522). La relation d’Antonio Pigafetta & autres témoignages, Paris : Chandeigne, 2007.

36 A. de ERCILLA, ibid., Canto XVIII, p. 295-296.

37 Ibid., Canto XXVII, p. 440.

38 Ibid., Canto XXVI, p. 437.

39 Ibid., Canto XXVII, p. 440.

40 S. GRUZINSKI, op. cit., p. 15.

41 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXIV, p. 387.

42 Ibid., Canto XXIII, p. 382.

43 Ibid., Canto XXVI, p. 429.

44 Ibid., Canto XXIII, p. 382.

45 Ibid., Canto XXIII, p. 383.

46 Ibid., Canto XXVI, p. 428.

47 Ibid., Canto XXVI, p. 431.

48 Cf. Juliette FERDINAND (éd.), Art to Science. Experiencing Nature in the European Garden, 1500-1700, Treviso: ZeL Edizioni, 2016.

49 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXVI, p. 437.

50 Ibid., Canto XXVI, p. 437.

51 S. GRUZINSKI, op.  cit., p. 225.

52 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXVII, p. 441.

53 Ibid., Canto XXVII, p. 446.

54 S. GRUZINSKI, op. cit., p. 328.

55 A. de ERCILLA, ibid., Canto XXVII, p. 447.

56 Ibid., Canto XXVII. p. 450.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mauricio Onetto Pavez, « La Araucana de Alonso de Ercilla, un chant d’histoire globale », e-Spania [En ligne], 30 | juin 2018, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27852 ; DOI : 10.4000/e-spania.27852

Haut de page

Auteur

Mauricio Onetto Pavez

Universidad Autónoma de Chile, Instituto de estudios sociales y humanísticos (IDESH)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals