Navigation – Plan du site
Fronteras de Ultramar: fenómenos de hibridación en las ciudades del Mar de China (siglos XVI-XVII)

À la frontière de l’Europe et de l’Asie ? Le cas de Nagasaki aux XVIe-XVIIe siècles

Hélène Vu Thanh

Résumés

Cet article analyse le cas de la ville de Nagasaki pendant la période du siècle chrétien du Japon (XVIe-XVIIe siècles). La ville est en effet donnée aux missionnaires jésuites par le daimyô (seigneur local) d’Ômura au début des années 1580, ce qui amène la Compagnie de Jésus, arrivée en 1549 au Japon, à administrer la ville. Dès lors, Nagasaki s’affirme comme un cas à part parmi les villes du pays du Soleil levant, porteuse d’une identité urbaine spécifique. Siège de l’évêché, seule ville du Japon où la population est entièrement catholique, Nagasaki est en outre le port où accostent les navires portugais qui effectuent la liaison avec la Chine et Macao. Ceci est un facteur de dynamisation du territoire et d’hybridation culturelle, mais cette situation est également porteuse d’incertitudes et de conflictualité, qui ne font que croître au tournant du xviie siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le visiteur est chargé d’inspecter les missions en Asie. Sur Valignano, voir Adolfo Tamburello, M.  (...)

1En 1583, le visiteur jésuite des Indes orientales, Alessandro Valignano, affirme1 :

  • 2 Alessandro VALIGNANO, Les Jésuites au Japon, Relation missionnaire (1583), éd. et trad. Jacques Bés (...)

[…] Nagasaki [est] un port de mer très bon et très sûr. Grâce aux nôtres, depuis quelques années, il s’est développé en une petite ville maritime de quatre cents feux, où se groupent les chrétiens persécutés par leurs seigneurs non chrétiens, qui de toutes parts ont été exilés et s’y sont réfugiés. Comme ordinairement le navire des Portugais touche à ce port, il ne cesse de prendre de l’importance. Don Barthélémy, pendant mon séjour au Japon, a donné ce territoire à la Compagnie2.

  • 3 Sur François Xavier, voir Georg SCHURHAMMER, Francis Xavier, his Life, his Time, vol. 4, Japan (154 (...)
  • 4 Sur la mission du Japon, on peut consulter Charles R. BOXER, The Christian Century in Japan 1549-16 (...)
  • 5 Sur cette période de l’histoire du Japon, voir John Whitney HALL (éd.), The Cambridge History of Ja (...)

2En quelques mots, le visiteur évoque la situation singulière de Nagasaki dans le Japon du XVIe siècle, mais également la position précaire de la communauté chrétienne, depuis les débuts de l’évangélisation du pays par François Xavier en 15493. La Compagnie de Jésus, qui dispose alors du monopole sur l’évangélisation du Japon, a pour principal objectif de protéger les chrétiens des nombreuses persécutions, sans pour autant les isoler du reste de la société japonaise, dont la conversion à une vaste échelle est toujours envisagée4. Ce projet, du point de vue de Valignano, ne peut se faire qu’avec l’appui d’autorités locales, mais aussi celui des marchands portugais qui accostent chaque année sur les côtes japonaises. La fondation de Nagasaki participe de ce projet qui vise à transformer, dès les années 1570, ce modeste village de pêcheurs en une ville dynamique, dotée d’un statut administratif singulier et définie par un projet religieux et social qui l’est tout autant. Cet article vise donc à interroger la notion de frontière dans le cas de Nagasaki, seule ville entièrement chrétienne du Japon, qui s’est développée dans un contexte particulièrement complexe. En effet, le pays est la proie de guerres civiles depuis la fin du XVe siècle, qui a vu l’effondrement du pouvoir central au profit des seigneurs locaux (daimyô). Trois chefs de guerre successifs parviennent progressivement à réunifier le pays sous l’autorité d’un seul homme : Oda Nobunaga (1534-1582), Toyotomi Hideyoshi (1536-1598) et Tokugawa Ieyasu (1543-1616)5.

  • 6 Sur Nagasaki, on peut consulter Alexandra CURVELO, « Nagasaki. An European Artistic City in Early M (...)
  • 7 Pour un résumé des évolutions du concept de frontière, voir Laurent JEANPIERRE, « Frontière », in : (...)
  • 8 Sur les aspects politiques de la frontière, voir notamment Daniel NORDMAN, Frontières de France. De (...)

3L’historiographie de la mission japonaise ne s’est intéressée que de manière parcellaire à Nagasaki, soulignant principalement les aspects de circulations culturelles et artistiques, même si l’on observe un regain d’intérêt pour la ville chrétienne6. Le concept de frontière est quant à lui peu présent dans l’historiographie des missions en Asie, alors même qu’il s’est par ailleurs beaucoup renouvelé ces dernières années, sous l’influence des recherches en sciences sociales7. Cet article a donc aussi pour objectif d’intégrer les apports de ces dernières à l’étude du port de Nagasaki. La définition la plus commune de la notion de frontière est de nature politique : la frontière est ce qui marque la séparation entre deux territoires, les limites entre deux souverainetés8. Cette interprétation ne correspond que partiellement à la situation de Nagasaki car, si les jésuites ont été soucieux de définir un cadre administratif précis pour la ville, ils n’ont jamais eu l’intention d’en faire une république chrétienne indépendante du reste du Japon. Cette position ambiguë s’avère cependant difficile à tenir dans un pays dont le paysage politique est en pleine recomposition. Mais la frontière est également un objet culturel et social : la fondation de Nagasaki comme une cité chrétienne crée un jeu d’inclusion et d’exclusion qui participe à l’élaboration d’une identité spécifique, par différenciation avec le reste de la société japonaise, mais également des autres communautés chrétiennes du pays du Soleil levant. Par ailleurs, la ville se constitue comme un espace-frontière, c’est-à-dire un lieu où divers systèmes politiques, culturels et religieux sont mis en contact. Ceci est sans conteste un facteur de dynamisation du territoire et d’hybridation culturelle, grâce à la venue régulière de marchands européens ou asiatiques. Mais cet espace-frontière est également porteur d’incertitudes et de conflictualité, car il est l’objet de négociations permanentes entre les différents acteurs qui s’y côtoient. Dans le cas de Nagasaki, la frontière agit comme un révélateur de la montée des tensions entre les chrétiens et le pouvoir japonais. Dans ce processus, les jésuites jouent un rôle essentiel en tant que « constructeurs » des frontières politiques, religieuses ou sociales à Nagasaki. Mais ils perdent progressivement leur capacité à maintenir l’unité autour du projet chrétien. C’est précisément cette occasion que saisit le pouvoir central japonais pour reprendre le contrôle de Nagasaki. Il y a donc une transformation de la ville qui, d’un espace ouvert, devient un territoire fermé où les rapports entre les groupes sociaux sont définis et contrôlés par l’État. L’indétermination dont était porteur l’espace-frontière de Nagasaki finit par porter préjudice à la communauté chrétienne du Japon au tournant du XVIIe siècle.

Fonder une ville chrétienne : la délimitation des frontières administratives de Nagasaki

Négocier les limites du territoire et de la souveraineté

  • 9 Sur les liens entre les missionnaires et les marchands portugais, voir Hélène VU THANH, « Les liens (...)
  • 10 Sur les difficultés politiques rencontrées par Ômura Sumitada à cette période, voir Nathalie KOUAMÉ (...)
  • 11 Le Nau do trato, appelé également navire de Macao, effectue la liaison entre la Chine et le Japon. (...)
  • 12 L. FRÓIS, opcit., vol. II, 1e partie, chap. 98, fol. 356.

4Dès les années 1560, les jésuites entendent porter secours à une communauté chrétienne en butte aux exactions de plusieurs daimyô en la regroupant sur un territoire protégé. À cette fin, ils entament des négociations avec le daimyô Ômura Sumitada. Chaque partie voit dans le projet le moyen de réaliser ses ambitions. Pour la Compagnie de Jésus, la cession d’un port représente un moyen de lier définitivement les intérêts de la mission à ceux d’un seigneur local, en faisant miroiter la venue régulière du navire des Portugais (nau do trato) effectuant la liaison entre la Chine et le Japon9. Quant au daimyô d’Ômura, ses bonnes intentions à l’égard des missionnaires, symbolisées par sa conversion au christianisme en 1563, participent de sa volonté d’affirmer sa position politique fragile vis-à-vis de ses puissants voisins, qui menacent régulièrement d’envahir son fief, et de bénéficier des retombées commerciales10. Sumitada propose ainsi de céder le port de Yokose.ura, mais la ville est réduite en cendres à la suite d’une rébellion. Le projet n’est pas abandonné et les jésuites, aidés d’un pilote portugais, se mettent en quête d’un nouveau site permettant au Nau do trato d’aborder sans difficulté sur les côtes d’Ômura11. Le choix s’arrête en 1570 sur le port de Nagasaki, qui n’est alors qu’une bourgade de 1 500 habitants. La Compagnie décide immédiatement de peupler la ville avec les nombreux réfugiés chrétiens, expulsés de fiefs hostiles au christianisme12. Nagasaki se construit donc comme une ville-refuge, un lieu privilégié de rassemblement de la communauté chrétienne et de contact avec les Portugais.

  • 13 Diego PACHECO, « The Founding of the Port of Nagasaki and its Cession to the Society of Jesus », Mo (...)
  • 14 L’acceptation de la donation de Nagasaki n’est pas sans susciter des débats à l’intérieur de la Com (...)
  • 15 A. VALIGNANO, op. cit., p. 93.
  • 16 Alfonso de LUCENA, Erinnerungen aus der Christenheit von Ōmura. De algumas cousas que ainda se alem (...)

5Cependant, ce n’est pas avant 1580 que la cité est officiellement donnée à la Compagnie de Jésus par le daimyô13. Cette donation s’explique par la volonté du seigneur local de pérenniser la venue des marchands lusitaniens sur ses terres, alors que ces derniers ont accosté l’année précédente dans le fief de son voisin, le daimyô d’Arima. Aux yeux de la Compagnie de Jésus, et notamment du visiteur Alessandro Valignano qui effectue alors son premier séjour au Japon, la donation permet d’affermir la position politique des jésuites dans la région, tout en assurant à la mission des revenus réguliers qui lui font cruellement défaut14. En effet, le texte de la donation confie la direction de Nagasaki et des terres autour de la ville aux jésuites : à charge pour ces derniers de désigner une personne responsable (yakunin) d’administrer la justice, puisque des religieux ne sauraient rendre des sentences. Les missionnaires disposent ainsi d’un pouvoir administratif non négligeable, puisqu’ils sont en mesure de demander à ce que les lois japonaises soient modérées, notamment en ce qui concerne la peine de mort15. La donation prévoit également le transfert des droits d’ancrage du Nau aux missionnaires (évalués à 700 taels). Cependant, le daimyô n’abdique pas entièrement sa souveraineté sur les territoires, et il continue de percevoir certains droits fiscaux sur les navires qui fréquentent la baie16.

  • 17 J. W. HALL (éd.), op. cit., p. 110-111 et 118.
  • 18 Cette importance du modèle local se retrouve dans la topographie de la ville d’après J. S. A Elison (...)
  • 19 Reinier H. HESSELINK, « I Go Shopping in Christian Nagasaki. Entries from the Diary of a Mito Samur (...)

6Nagasaki se constitue donc comme un espace à part au sein du fief d’Ômura, disposant de frontières administratives et juridiques propres, qui permettent à la ville de devenir un espace privilégié pour les échanges. En effet, cette définition d’un territoire chrétien s’accompagne d’un projet économique qui fait la part belle au commerce maritime avec les Portugais. Dès lors, Nagasaki s’inscrit dans le développement urbain que connaît alors le reste du pays, avec l’essor de villes marchandes comme Sakai, tournées vers le commerce avec la Chine et la Corée, ou des jôka machi (les « villes au pied du château »), lieux de résidence des daimyô17. Nagasaki demeure ainsi une ville sensiblement plus proche du modèle local que d’autres villes investies par les Lusitaniens en Asie, comme Macao ou Ternate, d’autant que le pays n’est pas colonisé par les Portugais18. Il y a donc une véritable dialectique de la frontière à Nagasaki : elle est à la fois ce qui sépare (et protège) la communauté chrétienne du reste du territoire japonais, où le mélange des confessions reste la règle ; mais elle n’est nullement une frontière fermée, qui verrait un repli des chrétiens sur eux-mêmes. Les circulations de population y sont nombreuses et les non chrétiens viennent régulièrement dans la ville afin d’acheter des produits que l’on ne trouve nulle part ailleurs. C’est le cas du samurai Ôwada Shigekiyo qui se rend à Nagasaki en 1593, mandaté par son seigneur, originaire de la province de Mito, pour effectuer des achats de tissus divers ou de vaisselle19. Il n’en reste pas moins que la fondation de Nagasaki comme une ville chrétienne crée une disparité au sein du pays, qui reste bouddhiste dans sa très grande majorité.

Administrer Nagasaki : une remise en cause du statut particulier de la ville ?

  • 20 Cette décision s’inscrit dans une stratégie plus générale de reprise en main du sud du pays par le (...)
  • 21 Le jésuite Lucena les désigne sous le nom d’otona, terme qui désigne les responsables de chaque qua (...)
  • 22 Le daikan est chargé de collecter les taxes des résidences en dehors de la ville.
  • 23 Voir le règlement édicté par Hideyoshi en 1591 et édité dans C. R. BOXER, O grande navio de Amacau. (...)

7La constitution de Nagasaki comme un espace-frontière, ouvert sur l’extérieur, ne peut manquer d’attirer l’attention du pouvoir central japonais : Toyotomi Hideyoshi, maître du Japon depuis 1582, décide de reprendre la ville à la Compagnie de Jésus en 158720. Si Nagasaki demeure une cité chrétienne, son administration n’est plus sous l’autorité des jésuites, mais d’officiers locaux, contrôlés par deux bugyô (gouverneurs), nommés par Hideyoshi. Cependant, la plupart des administrateurs de Nagasaki demeurent des chrétiens21, et ils appartiennent le plus souvent à l’élite marchande, à l’image de Murayama Tôan Antonio, nommé daikan en 160522. À ces autorités locales, il convient d’ajouter le capitaine-majeur portugais, qui possède tout pouvoir sur ses hommes pendant la durée de son séjour dans le port23. Enfin, bien que ne disposant plus des vastes prérogatives accordées précédemment par le daimyô d’Ômura, la Compagnie de Jésus demeure une autorité morale importante. Les jésuites peuvent en outre compter sur l’appui de l’évêque du Japon, Pedro Martins, également membre de la Compagnie, et qui arrive à Nagasaki en 1596.

  • 24 A. de LUCENA, op. cit., p. 210.
  • 25 Valentim CARVALHO, Apologia, éd. José Eduardo Franco, Lisbonne : Centro cientifico e cultural de Ma (...)
  • 26 Aucun missionnaire n’est cependant expulsé du Japon en 1587. Sur la persécution de 1587, voir H. VU (...)
  • 27 L. FRÓIS, op. cit., vol. V, 3e partie, chap. 58, fol. 278.

8Si la reprise en main par le pouvoir central n’a pas remis en cause le statut de ville chrétienne de Nagasaki, il est en revanche certain que cette situation a pour effet de brouiller les frontières administratives et de créer des conflits de compétence ou d’influence entre les différentes instances politiques, économiques ou religieuses. Certes, il existe des cas de coopération, qui reflètent la place toujours prépondérante des religieux dans la direction de la cité : les administrateurs chrétiens prennent ainsi régulièrement conseil auprès des jésuites24 ; quant à l’évêque, il est invité par le bugyô à participer en tant que juge à des procès opposant Japonais et Portugais25. Néanmoins, la Compagnie de Jésus doit dorénavant composer avec le pouvoir central japonais, là où il lui était plus facile d’obtenir des concessions de la part du petit daimyô d’Ômura. Hideyoshi n’hésite pas à ordonner la destruction des églises à Nagasaki et dans tout le pays en 1587. Cette décision, qui sonne comme un coup de tonnerre pour les jésuites, n’est cependant qu’un moyen pour le pouvoir central de mettre en garde les missionnaires contre toute tentative d’ingérence dans les affaires politiques, locales ou nationales26. Cependant, Hideyoshi dès 1593 ordonne la construction d’une nouvelle église à Nagasaki en signe de bonne volonté envers les Portugais27.

9Ces exemples permettent de souligner deux éléments. D’une part, si la cohésion de la société urbaine est encore assurée grâce à l’influence des religieux, le christianisme devient aussi un facteur de tension, particulièrement avec le pouvoir central. D’autre part, le maintien du commerce avec les Portugais apparaît comme la véritable motivation de celui-ci pour continuer à tolérer la situation exceptionnelle de Nagasaki, en dépit de son entreprise autoritaire de centralisation. Toute modification de cet équilibre peut avoir des conséquences pour la Compagnie de Jésus et la présence chrétienne au pays du Soleil levant. Dans les années 1590, si le pouvoir central entend intervenir dans l’organisation administrative interne de Nagasaki, il ne dispose pas encore des moyens de redéfinir les frontières politiques de la ville. La situation de ville chrétienne implique donc pour les diverses autorités d’entretenir des rapports permanents, qui oscillent entre la coopération et la tension. Cette situation équivoque est aussi un facteur de dynamisme pour la ville.

Dynamisme de la frontière : Nagasaki comme lieu de circulation et d’hybridation

Physionomies urbaines : Nagasaki, une ville japonaise et chrétienne

  • 28 A. de LUCENA, op. cit., p. 206.
  • 29 Voir L. FRÓIS, op. cit., vol. II, 1e partie, chap. 100, fol. 363v et Francesco CARLETTI, Voyage aut (...)
  • 30 J. S. A ElisonAS, art. cit., p. 79.

10La situation d’espace-frontière de Nagasaki façonne sa société et son paysage urbain, et elle contribue à singulariser la ville par rapport au reste du Japon. Nagasaki possède ainsi une population d’origines très diverses, fruit de son double statut de cité-refuge et de son ouverture sur le commerce outremer. Si beaucoup de Japonais viennent s’y établir, la communauté portugaise demeure modeste, malgré les souhaits de Valignano de voir des casados s’installer dans la ville28. Des mariages sont célébrés entre Portugais et Japonaises, sans compter les unions éphémères pendant les quelques mois où résident les marchands à Nagasaki29. À cette présence lusitanienne, il convient d’ajouter celle des Espagnols venus de Manille, à partir des années 1590, mais aussi des Hollandais au début du XVIIe siècle. Enfin, la ville comporte une communauté coréenne et une communauté chinoise, témoignant du brassage des populations européennes et asiatiques à Nagasaki30.

  • 31 Voir la reproduction de ce paravent dans Alexandra CURVELO, Chefs-d’œuvre des paravents Nanban, Par (...)
  • 32 Sur les églises au Japon, voir Sofia DINIZ, « Jesuit Buildings in China and Japan : a Comparative S (...)
  • 33 Précisons que cette politique n’est pas sans susciter des débats à l’intérieur de la Compagnie de J (...)
  • 34 Lettre annuelle de 1603, dans Biblioteca da Ajuda [BA], Jésuítas na Ásia, 49-IV-59, fol. 124 v°.

11Ce métissage se retrouve de façon inégale dans la physionomie de la ville. Plus qu’une influence occidentale, il faudrait parler ici d’une influence chrétienne qui imprime sa marque de manière hétérogène sur le paysage urbain. Ainsi, sont représentés sur un paravent de l’école Kanô, conservé au Museu Nacional de Arte Antiga de Lisbonne, quelques bâtiments de la ville, et notamment la résidence des jésuites31. Rien ne distingue cette dernière des autres édifices, si ce n’est la présence d’une croix à l’extérieur. À l’intérieur, le sol est recouvert de tatamis, conformément au mode de vie japonais32. Ce choix de se fondre dans le paysage local s’inscrit dans la politique d’accommodation, promue par le visiteur Valignano, qui préconise l’adaptation aux coutumes sociales du pays, afin de mieux faire accepter le christianisme et de se fondre dans la société japonaise33. Il n’est pas incompatible avec certaines innovations architecturales, notamment la construction d’une église avec un clocher en 160334.

  • 35 BA, Jésuítas na Ásia, 49-VI-8, fol. 5v-6v.
  • 36 L. FRÓIS, op. cit., vol. V, 3e partie, chap. 60, fol. 293v.
  • 37 Sur les confréries au Japon, voir João Paulo Oliveira e COSTA, « The Misericórdias among Japanese C (...)
  • 38 Lettre d’Antonio López, Nagasaki, 01/10/1592, ARSI, Japsin 1-II, fol. 310-311v.
  • 39 L. FRÓIS, op. cit., vol. IV, 2e partie, chap. 1, fol. 118v.
  • 40 Léon BOURDON, La Compagnie de Jésus et le Japon, Paris/Lisbonne : Centre Calouste Gulbekian, 1993, (...)

12Si Nagasaki se distingue peu des autres villes japonaises du point de vue architectural, il n’en est pas de même dans le domaine social, où la nouvelle religion imprime sa marque. En effet, les missionnaires souhaitent faire de Nagasaki une « nouvelle Rome », où les pratiques religieuses des nouveaux convertis sont aussi proches que possible de celles en vigueur dans les vieilles chrétientés. Le statut particulier de Nagasaki, seule ville entièrement chrétienne du Japon et siège des plus hautes autorités religieuses catholiques, justifie l’imposition par l’évêque Martins d’un calendrier liturgique en tout point semblable à celui du Portugal. Les chrétiens de Nagasaki se voient donc contraints de respecter les mêmes jours de jeûne et de fêtes qu’en Europe35. Nagasaki représente en cela une exception à l’échelle du Japon : le calendrier liturgique comporte des assouplissements dans les territoires christianisés de longue date, comme le fief d’Ômura, et seules les fêtes les plus importantes, comme Pâques, sont imposées dans le reste du pays. De même, la ville voit le développement de certaines pratiques sociales, liées au christianisme, comme l’exercice de la charité au sein des confréries. Si d’autres villes sont dotées d’une misericórdia (Ômura en possède une également)36, l’influence et la richesse de celle de Nagasaki sont sans égales parmi ses homologues37. La misericórdia de Nagasaki possède en outre la particularité de financer un hôpital qui prend en charge les lépreux38. Ceci constitue une rupture importante par rapport aux usages locaux, marqué par l’ostracisation des malades39. Si d’autres villes, comme Funai au Bungo, ont vu l’ouverture d’un établissement semblable par la Compagnie de Jésus dans les débuts de la mission, le discrédit jeté sur les chrétiens conduit les missionnaires à abandonner cette stratégie, en raison de la répugnance des élites à embrasser une religion associée aux pauvres et aux malades40. Nagasaki demeure donc, à partir des années 1580, la seule ville du Japon où les jésuites possèdent un hôpital.

13L’identité de ville chrétienne de Nagasaki est donc le produit d’un travail constant d’établissement et d’entretien de frontières culturelles et sociales, non seulement par rapport au reste du Japon, mais aussi par rapport aux autres communautés chrétiennes du pays. Les pratiques sociales propres à Nagasaki permettent de souder la communauté urbaine et d’assurer une forme de solidarité et d’unité entre ses membres, mais elles accentuent l’exceptionnalité de la ville. Par ailleurs, elles ne gomment pas les frontières ethniques, notamment entre les marchands européens et asiatiques, à l’origine de la richesse de Nagasaki.

Entre frontières religieuses et ethniques : le développement du commerce interculturel

  • 41 George Bryan Souza, The Survival of Empire. Portuguese Trade and Society in China and the South Chi (...)

14Nagasaki se présente comme le point de contact entre le circuit du commerce maritime, contrôlé par les Portugais, et celui du marché intérieur, régi par les grands marchands japonais. Ces derniers viennent de tout le Japon pour accéder aux produits amenés chaque année par les Portugais, et notamment pour acheter la soie chinoise qui constitue la majorité de la cargaison du Nau do trato. Si les Lusitaniens ne sont pas les seuls marchands à venir au Japon (Nagasaki en particulier est fréquentée par des négociants venant d’autres territoires asiatiques, comme la Chine ou les Philippines espagnoles), ils fournissent un tiers des importations de soie au début du XVIIe siècle et sont donc des partenaires commerciaux essentiels41.

  • 42 Ces interrogations sont notamment posées dans le cadre des études portant sur le commerce trans-cul (...)
  • 43 Il est également probable que les Portugais auraient, dans tous les cas, vendu la soie aux plus off (...)
  • 44 Mihoko OKA, « A great merchant in Nagasaki in 17th century. Suetsugu Heizô II and the System of Res (...)
  • 45 C. R. BOXER, Fidalgos in the Far East 1550-1770: Fact and Fancy in the History of Macao, La Hague : (...)

15La ville devient un lieu d’échanges entre des groupes marchands divisés par des différences culturelles et religieuses qui ne coïncident que partiellement. En effet, les marchands lusitaniens sont en affaire aussi bien avec les marchands japonais venus de tout le pays, et majoritairement bouddhistes, mais également avec les négociants de Nagasaki, convertis au christianisme. Dans ce processus, la religion catholique participe-t-elle à la définition des frontières de chaque groupe de marchands, les marchands catholiques (Portugais et Japonais) s’alliant face aux marchands japonais bouddhistes ? La religion est-elle un facteur renforçant la cohésion et la confiance entre les marchands, malgré leurs différences culturelles et facilite-t-elle ainsi les transactions ?42 Rien n’est moins sûr. D’une part, l’instauration du système de la pancada en 1604 (itowappu en japonais) par le shogun Tokugawa ne permet pas aux marchands portugais d’échanger exclusivement avec les négociants chrétiens de Nagasaki, qui auraient ensuite eu à charge de redistribuer la soie aux commerçants japonais du reste du pays43. La pancada impose la formation d’une guilde de marchands japonais de Sakai, Kyoto et Nagasaki, auxquels s’ajoutent ensuite des marchands d’Edo et d’Osaka, qui obtiennent le monopole de l’achat à prix fixe et de la distribution de la soie amenée par les Portugais. D’autre part, si des marchands japonais chrétiens prêtent des sommes importantes aux Portugais de Macao (système de la respondência) pour financer le commerce maritime, il ne semble pas que ces opérations financières soient motivées par le désir de rendre service à des coreligionnaires44. Des daimyô non chrétiens prêtent également de l’argent aux Lusitaniens. Et surtout, le système se maintient après l’interdiction du christianisme en 1614, puisque l’on possède un bon de respondência, signé par le capitaine-majeur Dom João Pereira, en 163845. Si les transactions entre Portugais et Japonais ont pour cadre la ville chrétienne de Nagasaki, il ne semble pas que le catholicisme influence les modalités des transactions commerciales ou renforce la confiance entre les partenaires commerciaux qui choisiraient, de manière privilégiée, d’établir des relations avec des coreligionnaires. Le catholicisme ne gomme donc pas les frontières culturelles qui existent entre les groupes de marchands résidant à Nagasaki.

  • 46 Sur Rodrigues, voir Michael COOPER, Rodrigues the Interpreter, an Early Jesuit in Japan and China, (...)
  • 47 Rappelons également que les jésuites investissent eux-mêmes dans le commerce de la soie entre la Ch (...)
  • 48 V. CARVALHO, op. cit., p. 93 et Alessandro Valignano, « Apologia », dans ARSI, Japsin 41, fol. 83.

16Cependant, afin de faciliter les négociations entre Portugais et Japonais, et donc de franchir les barrières culturelles, que représente notamment la différence linguistique et religieuse, les marchands choisissent de faire appel à des intermédiaires, recrutés au sein de la Compagnie de Jésus. Les procureurs jésuites, chargés des affaires économiques et financières de la mission, se trouvent contraints de jouer les intermédiaires entre les marchands portugais et japonais, à toutes les étapes de vente de la soie. Le premier procureur à jouer ce rôle est João Rodrigues, dit l’Interprète, au début du XVIIe siècle46. Figure éminente de la mission, Rodrigues est connu pour son exceptionnelle maîtrise de la langue locale, qui explique le choix de recourir à ses bons offices de négociateur. Sa proximité avec le shogun, dont il est le traducteur officiel jusqu’en 1607, est un autre argument mis en avant par les jésuites pour justifier son implication dans des affaires commerciales, peu compatibles avec son office religieux47. Les jésuites acceptent également que le collège São Paulo de Nagasaki serve de lieu privilégié pour les négociations, en raison de la confiance qu’accordent les deux parties à la Compagnie de Jésus48. Plus encore que les talents linguistiques des missionnaires (les marchands portugais auraient pu faire appel aux nombreux métis vivant à Nagasaki), c’est le crédit dont jouissent les jésuites au sein de la société locale qui poussent les marchands à rechercher leur arbitrage. Cette position des jésuites entre deux groupes culturels s’avère délicate : s’ils franchissent les barrières de la neutralité pour favoriser l’un ou l’autre groupe, cela ne manquera pas de fragiliser leur position à Nagasaki.

Conflictualités à Nagasaki : redéfinir les frontières ?

Contentieux internes : l’impossible cohésion autour de la Compagnie de Jésus

17La frontière politique et confessionnelle de Nagasaki perdure tant que se maintient la cohésion de la société urbaine autour du projet social et religieux, et tant que le pouvoir central conserve un intérêt à manifester sa bonne volonté à l’égard des chrétiens. La spécificité de Nagasaki comme espace-frontière repose ainsi sur des jeux d’alliance complexes, sans cesse en recomposition, aussi bien à l’intérieur de la cité que dans les rapports de cette dernière avec un shogunat en pleine affirmation. Or, des causes d’affrontement ne cessent de surgir entre les différents acteurs, à l’échelle locale ou nationale, au tournant du XVIIe siècle.

  • 49 Hélène VU THANH, « Diplomates et missionnaires ? Le rôle des franciscains entre les Philippines et (...)
  • 50 Jerónimo de Jesús, « Relación del glorioso martirio del Padre Fray Pedro Bautista… », Archivum Fran (...)
  • 51 Carla TRONU, « Sacred Space and Ritual in Early Modern Japan: The Christian Community of Nagasaki ( (...)
  • 52 Sur le martyre de 1597, voir Hélène VU THANH « The Glorious Martyrdom of the Cross. The Franciscans (...)

18Dans Nagasaki, divers conflits viennent entamer l’unité de la communauté et soulignent les multiples fractures qui traversent la société urbaine, malgré le ciment du christianisme. L’arrivée des ordres mendiants en provenance des Philippines49 et leur installation à Nagasaki dans les années 1580 constituent une première brèche dans la cohésion de la cité autour d’un même projet religieux50. En effet, les jésuites voient d’un mauvais œil l’arrivée de ces concurrents missionnaires et met tout en œuvre pour les chasser de la ville et du Japon. À défaut d’y parvenir, l’évêque Cerqueira, membre de la Compagnie de Jésus et successeur de Pedro Martins en 1598, fait tout ce qui est en son pouvoir pour repousser les franciscains vers les marges de la communauté, en rejetant leurs églises à la périphérie de la ville et en refusant de les intégrer au système paroissial qu’il est en train d’instaurer51. Les religieux sont donc incapables de présenter un front uni, et les échos de leurs incessantes disputes remontent jusqu’aux plus hautes instances du pouvoir central, qui se montre déjà suspicieux à l’égard de missionnaires, liés à des puissances étrangères. Le martyre de 1597, qui voit la crucifixion de 26 religieux sur les collines de Nagasaki, résonne ainsi comme un sérieux coup de semonce à l’attention des chrétiens52.

  • 53 V. CARVALHO, op. cit, p. 79.
  • 54 Ibid., p. 80-81.

19À ces dissensions religieuses s’ajoute une fracture au sein de la communauté marchande de Nagasaki, agitée par des querelles entre négociants portugais et japonais. Frei Sebastião rapporte ainsi une affaire se déroulant en 161053 : les Japonais, sur ordre de Bernardo Funamoto, incendient le navire d’un Portugais du nom de Vicente Rosário, qui perd sa précieuse cargaison d’argent et de soie. L’affaire est portée devant le bugyô de Nagasaki, Safioye qui, secondé par l’évêque Cerqueira et les principaux magistrats de la ville, rend sa sentence en faveur des Japonais. Mais les jésuites s’opposent à cette décision, ce qui attise les tensions entre les missionnaires et le bugyô. Cette version est contredite par le provincial de la Compagnie de Jésus, Valentim Carvalho, qui dément tant l’implication de l’évêque dans le procès que l’opposition des jésuites au jugement rendu par Safioye. Il souligne au contraire les bonnes relations entretenues entre la Compagnie et le bugyô, qui rend fréquemment visite aux missionnaires dans leur maison54. Dans tous les cas, cette affaire met en cause l’influence de la Compagnie de Jésus sur les marchands et les multiples liens qui les unissent aux Portugais. Elle souligne la position délicate des jésuites qui doivent composer avec le pouvoir central, représenté par le bugyô, tout en conciliant les intérêts des divers marchands portugais ou japonais. Cette affaire révèle surtout que le soutien apporté par la Compagnie aux Portugais alimente la méfiance et les rancœurs des marchands locaux à leur égard, ce qui mine la cohésion de la société urbaine et le fondement de la prospérité de la ville.

  • 55 L’affaire est rapportée par l’évêque Cerqueira dans « Certidão de D. Luís Cerqueira acerca da apost (...)

20Enfin, des tensions surgissent également au niveau politique entre la Compagnie et celui qui a longtemps été un soutien actif des chrétiens, le daimyô d’Ômura. Le fils de dom Bartolomeu, Dom Sancho, est cosignataire du texte de la donation de la ville aux jésuites en 1580. La rupture avec ces derniers est la double conséquence de la croissance de Nagasaki au début du XVIIe siècle et de l’emprise de plus en plus grande de l’administration shogunale dans les affaires de la ville55. Nagasaki connaît alors une forte poussée démographique, qui a pour conséquence de voir la construction de nouvelles habitations sur les terres d’Ômura, qui jouxtent Nagasaki, le terrain à bâtir étant saturé à l’intérieur de la ville. Le daimyô voit d’un bon œil cette situation, car il prélève des taxes sur ces logements, mais les représentants du shogun se montrent plus circonspects, en raison des nombreux conflits de juridiction avec l’administration du daimyô. Le shogun diligente sur place un inspecteur qui recommande la réunion des deux villes en 1605 ; en compensation, le daimyô d’Ômura reçoit la terre d’Urakami. Cependant, ce dernier s’estime lésé, car cette terre rapporte bien moins que celle qu’il a cédée. Accusant les jésuites, et particulièrement João Rodrigues l’Interprète, d’avoir suggéré cette solution au pouvoir central, dom Sancho décide de rompre avec la Compagnie : il apostasie et chasse les missionnaires de ses territoires. Cette affaire révèle que, loin d’être fixée de manière définitive, la frontière politique et juridique de Nagasaki est soumise à des redéfinitions qui mettent en évidence l’importance accrue d’un pouvoir central en mesure d’imposer sa volonté à des acteurs locaux, incapables de présenter un front commun.

Fermeture ou transformation de la frontière ?

  • 56 Peter NOSCO, « Early Modernity and the State’s Policies towards Christianity 16th-17th Century Japa (...)
  • 57 Nathalie KouamÉ, « L’État des Tokugawa et la religion. Intransigeance et tolérance religieuses dans (...)
  • 58 João Paulo Oliveira e COSTA, « Le jésuite Juan Baeza et la communauté chrétienne de Nagasaki pendan (...)
  • 59 Hubert Cieslik, « The Great Martyrdom in Edo 1623. Its Causes, Course, Consequences”, Monumenta Nip (...)

21L’arrivée au pouvoir d’une nouvelle dynastie en 1603 a des répercussions importantes pour Nagasaki, car les trois premiers shogun Tokugawa vont œuvrer sans relâche à consolider leur pouvoir. Tout d’abord, les Tokugawa mènent une politique religieuse qui entend redéfinir les relations entre l’État et les religions. Cette politique s’applique également au bouddhisme : 44 mesures sont édictées en 1615 pour contrôler les temples, qui passent au service de l’État56. C’est dans ce contexte général qu’il convient replacer les décrets de 1612 et 1614 interdisant le christianisme et ordonnant l’expulsion des missionnaires du Japon. L’indépendance des missionnaires à Nagasaki (malgré l’étroite surveillance des bugyô), ainsi que leurs liens privilégiés avec des puissances étrangères (les Ibériques, mais également la papauté), sont considérés comme potentiellement subversifs par le bakufu57. Si le christianisme n’est pas immédiatement éliminé de Nagasaki, ni même du Japon, il n’en reste pas moins que les missionnaires sont contraints d’exercer leur ministère clandestinement, tandis que les convertis japonais sont frappés par les persécutions. Quelques missionnaires parviennent à survivre plusieurs années à Nagasaki, cachés par des Japonais fidèles à leur foi58, mais la traque des chrétiens s’accentue dans les années 162059. La frontière religieuse et le refuge que constituait Nagasaki pour les chrétiens ont vécu.

  • 60 Michael S. LAVER, The Sakoku Edicts and the Politics of Tokugawa Hegemony, Amherst/New York : Cambr (...)
  • 61 C. R. BOXER, Fidalgos in the Far East…, p. 119-120.
  • 62 N. KOUAMÉ, art. cit., p. 112.
  • 63 M. S. LAVER, op. cit., p. 98-99.
  • 64 Les Hollandais ne parviennent pas avant les années 1620 à disposer de sources d’approvisionnement e (...)

22À ce contrôle de la frontière religieuse s’ajoute la volonté de surveiller plus étroitement les échanges maritimes entre le Japon et les autres puissances, européennes ou asiatiques. Dès 1621, le shogun interdit aux Japonais de partir à l’étranger, mais également à ses ressortissants résidant outremer de revenir au Japon. Dans le cas des marchands étrangers, le bakufu n’est pas en mesure de se passer de leurs services, mais il entend redéfinir les règles du commerce à son profit et contrôler plus efficacement ses frontières extérieures60. Dans un premier temps, le bakufu ne peut se passer des Lusitaniens pour le commerce de la soie et en raison des intérêts financiers qui lient de nombreux marchands japonais aux Portugais de Macao61. La frontière commerciale est cependant contrôlée plus fermement qu’auparavant : dès 1624, les Espagnols sont interdits de commercer sur les côtes japonaises62. Un décret en 1635 contraint les navires à fournir aux bugyô une liste des passagers, des membres d’équipage et des cargaisons63. Ces restrictions sont mises en place car les autorités craignent que les Portugais ne continuent d’introduire clandestinement des prêtres et des objets chrétiens, au mépris de la prohibition du christianisme. Parallèlement, le shogunat est soucieux de diversifier ses partenaires commerciaux : il encourage les marchands anglais et hollandais à intensifier leurs échanges avec le Japon, mais il les contraint à n’aborder que dans le seul port d’Hirado64.

  • 65 Le déménagement du comptoir est évoqué par François CARON, Le puissant royaume du Japon, la descrip (...)
  • 66 Alexandra CURVELO, « Nagasaki/Deshima After the Portuguese in Dutch Accounts of the 17th Century », (...)

23Enfin, à la fin des années 1630, le shogunat décide de reprendre complètement le contrôle de Nagasaki dans le domaine commercial et de régenter définitivement sa fonction d’espace-frontière. Les autorités saisissent le prétexte de la révolte chrétienne de Shimabara (1637) pour interdire d’accès les marchands portugais à partir de 1639. Désormais, les Hollandais sont les seuls étrangers autorisés à venir commercer. Mais ces relations économiques font l’objet d’un contrôle rigoureux. Les Hollandais sont transférés d’Hirado sur l’îlot artificiel de Dejima, construit en face de Nagasaki65. Si les Portugais étaient autorisés à circuler librement dans la ville, il n’en est pas de même pour les marchands hollandais, restreints au seul périmètre de la petite île en forme d’éventail, ceinte d’une palissade. Un pont relie le comptoir à la ville, mais il est gardé en permanence ; une autre porte donne sur la baie et sert principalement pour le chargement des marchandises66. Ce changement du paradigme de la frontière de Nagasaki illustre les évolutions intervenues avec la transformation de l’État moderne des Tokugawa : dorénavant, c’est ce dernier qui entend définir et contrôler les frontières extérieures, et plus largement la société. Dans ce contexte, il s’avère impossible de maintenir le statut exceptionnel de Nagasaki : de zone-frontière poreuse, mettant en relation des espaces de natures différentes, Nagasaki redevient une ville ordinaire, maintenant tout juste sa spécificité grâce au commerce avec les Hollandais. Mais ceci ne peut se faire qu’au prix d’un rejet de la frontière hors des limites terrestres de la ville : c’est dorénavant la mer qui fera office de séparation et permettra de limiter les interactions avec l’extérieur.

24L’étude de Nagasaki révèle donc que la ville se construit comme un espace-frontière : la ville se distingue non seulement du reste du fief d’Ômura, mais également du territoire japonais dans son ensemble. Il existe une véritable profondeur de la frontière, qui permet à la ville d’acquérir une identité qui lui est propre, marquée par le christianisme et le commerce avec l’outremer. Elle est également un vecteur de dynamisme de par la capacité de la ville à mettre en contact des acteurs et des systèmes commerciaux européens et asiatiques. La situation de Nagasaki à l’échelle du Japon, et plus généralement du reste de l’Asie, est tout à fait originale de ce point de vue : ville entièrement chrétienne, non soumise à une puissance ibérique mais régulièrement en contact avec les Européens, elle parvient à conserver sa physionomie japonaise tout en s’appropriant des éléments de la nouvelle religion, dont de nouvelles valeurs sociales. Au-delà de cette double identité, chrétienne et nippone, l’analyse de la frontière met en valeur la pluralité des échelles d’interaction entre les acteurs : les autorités religieuses, économiques, politiques tissent de multiples liens de coopération, de dépendance ou de rivalités à l’intérieur de la ville, au niveau local, mais aussi à l’échelle nationale, avec un pouvoir central qui est alors en pleine affirmation. Loin de n’être que de nature politique ou administrative, la frontière se révèle également ethnique ou sociale, remettant en cause l’unité de la communauté urbaine autour du projet chrétien de fondation de la ville. C’est cet aspect mouvant de la frontière, porteur d’incertitudes, qui finit par incommoder le shogunat. Au final il y a donc un véritable effet-révélateur de la frontière à Nagasaki : celle-ci souligne le rôle exceptionnel de la Compagnie de Jésus, qui acquiert pendant longtemps une position dominante dans l’espace et dans la société urbaine. Mais elle révèle également les changements qui sont à l’œuvre à la tête du pays, avec un pouvoir central qui entend contrôler étroitement la société et les relations nouées avec les pays étrangers. Porteuse d’un projet ambigu, soutenu par des étrangers et en proie à des redéfinitions constantes, la ville de Nagasaki ne peut qu’être progressivement reprise en main par le shogunat dès la fin du XVIe siècle. Le projet de cité chrétienne, porté par le visiteur Valignano, disparaît avec un État japonais réunifié et centralisateur.

Haut de page

Notes

1 Le visiteur est chargé d’inspecter les missions en Asie. Sur Valignano, voir Adolfo Tamburello, M. Antoni Üçerler et Maria Di Russo (éd.), Alessandro Valignano, uomo del Rinascimento : ponte tra Oriente e Occidente, Rome : Institutum Historicum Societatis Iesu, 2008.

2 Alessandro VALIGNANO, Les Jésuites au Japon, Relation missionnaire (1583), éd. et trad. Jacques Bésineau, Paris : Desclée de Bouwer, 1990, p. 92.

3 Sur François Xavier, voir Georg SCHURHAMMER, Francis Xavier, his Life, his Time, vol. 4, Japan (1549-1552), Rome : Institutum Historicum Societatis Iesu, 1982.

4 Sur la mission du Japon, on peut consulter Charles R. BOXER, The Christian Century in Japan 1549-1650, Berkeley : University of California Press, 1951 et Hélène VU THANH, Devenir japonais. La mission jésuite au Japon, 1549-1614, Paris : PUPS, 2016.

5 Sur cette période de l’histoire du Japon, voir John Whitney HALL (éd.), The Cambridge History of Japan, vol. 4, Early Modern Japan, Cambridge : Cambridge University Press, 1991.

6 Sur Nagasaki, on peut consulter Alexandra CURVELO, « Nagasaki. An European Artistic City in Early Modern Japan », Bulletin of Portuguese/Japanese Studies, 2, 2001, p. 23-35 ; Helena RODRIGUES, Nagasáqui Nanban das origines à expulsão dos Portugueses, mémoire de maîtrise inédit, Université nouvelle de Lisbonne, 2006 ; Reinier H. HESSELINK, The Dream of Christian Nagasaki. World Trade and the Clash of Cultures, 1560-1640, Jefferson : McFarland, 2015.

7 Pour un résumé des évolutions du concept de frontière, voir Laurent JEANPIERRE, « Frontière », in : Olivier CHRISTIN (dir.), Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris : Métailié, 2010. Voir aussi Philippe HAMMAN, Pascal HINTERMEYER, « Revisiter les frontières », Revue des sciences sociales, 48, « Les frontières », 2012, p. 8-15.

8 Sur les aspects politiques de la frontière, voir notamment Daniel NORDMAN, Frontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècles, Paris : Gallimard, 1998.

9 Sur les liens entre les missionnaires et les marchands portugais, voir Hélène VU THANH, « Les liens complexes entre missionnaires et marchands ibériques : deux modèles de présence au Japon », Le Verger [en ligne], 5, 2014, consulté le 15/10/2017. URL : cornucopia16.com/blog/2014/09/08/helene-vu-thanh-les-liens-complexes-entre-missionnaires-et-marchands-iberiques-deux-modeles-de-presence-au-japon-1549-1639/.

10 Sur les difficultés politiques rencontrées par Ômura Sumitada à cette période, voir Nathalie KOUAMÉ, Le christianisme à l’épreuve du Japon médiéval ou les vicissitudes de la première mondialisation, Paris : Karthala, 2016, p. 154-160. Sumitada est le premier daimyô à se convertir au christianisme, ce qui lui vaut immédiatement l’hostilité de ses voisins et de certains de ses vassaux. Voir Luís FRÓIS, Historia de Japam, éd. Anabela Mourato, Nuno Camarinhas et Tiago C. P. dos Reis Miranda, Lisbonne : Biblioteca virtual dos descobrimentos portugueses, 2002, vol. I, 1e partie, chap. 41, fol. 121-124.

11 Le Nau do trato, appelé également navire de Macao, effectue la liaison entre la Chine et le Japon. Voir Charles R. BOXER, O grande navio de Amacau, Macao, Fundação Oriente: Museu e Centro de Estudos Marítimos de Macau, 1989.

12 L. FRÓIS, opcit., vol. II, 1e partie, chap. 98, fol. 356.

13 Diego PACHECO, « The Founding of the Port of Nagasaki and its Cession to the Society of Jesus », Monumenta Nipponica, 25 (3/4), 1970, p. 303-323.

14 L’acceptation de la donation de Nagasaki n’est pas sans susciter des débats à l’intérieur de la Compagnie, en raison de certaines dispositions entrant clairement en conflit avec le droit canon. Voir la consulte de 1580, Archivum Romanum Societatis Iesu [ARSI], Japsin 2, fol. 25-25v.

15 A. VALIGNANO, op. cit., p. 93.

16 Alfonso de LUCENA, Erinnerungen aus der Christenheit von Ōmura. De algumas cousas que ainda se alembra o p[adre] Afonso de Lucena que pertencem à christandade de Ōmura [1578-1614], éd. Josef Franz Schütte, Rome : Institutum Historicum Societatis Iesu, 1972, p. 206.

17 J. W. HALL (éd.), op. cit., p. 110-111 et 118.

18 Cette importance du modèle local se retrouve dans la topographie de la ville d’après J. S. A ElisonAS, « Nagasaki: the Early Years of an Early Modern Japanese City », in : Liam Matthew Brockey (éd.), Portuguese Colonial Cities in the Early Modern World, Farnham : Ashgate, 2008, p. 63. Cette opinion est contredite en partie par l’historiographie portugaise. Voir Cristina Castel-Branco, Margarida Paes, « Fusion Urban Planning in the 16th Century. Japanese and Portuguese Founding Nagasaki », Bulletin of Portuguese/Japanese Studies, 18/19, 2009, p. 67-103.

19 Reinier H. HESSELINK, « I Go Shopping in Christian Nagasaki. Entries from the Diary of a Mito Samurai, Ōwada Shigekiyo (1593) », Bulletin of Portuguese/Japanese Studies, II, 1, 2015, p. 27-45.

20 Cette décision s’inscrit dans une stratégie plus générale de reprise en main du sud du pays par le pouvoir central en construction. Sur Hideyoshi, voir Mary Elizabeth BERRY, Hideyoshi, Cambridge/Londres : Harvard University press, 1982.

21 Le jésuite Lucena les désigne sous le nom d’otona, terme qui désigne les responsables de chaque quartier de la ville. Voir A. de LUCENA, op. cit., p. 210. Pour plus de détails sur les différents officiers municipaux de Nagasaki, voir J. S. A ElisonAS, art. cit., p. 80-87.

22 Le daikan est chargé de collecter les taxes des résidences en dehors de la ville.

23 Voir le règlement édicté par Hideyoshi en 1591 et édité dans C. R. BOXER, O grande navio de Amacau..., p. 297-298. En revanche, si des rixes surviennent entre Portugais et Japonais, ce sont les autorités de Nagasaki qui sont chargées de mener les investigations.

24 A. de LUCENA, op. cit., p. 210.

25 Valentim CARVALHO, Apologia, éd. José Eduardo Franco, Lisbonne : Centro cientifico e cultural de Macau, 2007, p. 79.

26 Aucun missionnaire n’est cependant expulsé du Japon en 1587. Sur la persécution de 1587, voir H. VU THANH, op. cit., p. 273 sq.

27 L. FRÓIS, op. cit., vol. V, 3e partie, chap. 58, fol. 278.

28 A. de LUCENA, op. cit., p. 206.

29 Voir L. FRÓIS, op. cit., vol. II, 1e partie, chap. 100, fol. 363v et Francesco CARLETTI, Voyage autour du monde (1594-1606), trad. Frédérique Verrier, Paris : Chandeigne, 1999, p. 175-176.

30 J. S. A ElisonAS, art. cit., p. 79.

31 Voir la reproduction de ce paravent dans Alexandra CURVELO, Chefs-d’œuvre des paravents Nanban, Paris : Chandeigne, 2015, p. 22, 26-27.

32 Sur les églises au Japon, voir Sofia DINIZ, « Jesuit Buildings in China and Japan : a Comparative Study », Bulletin of Portuguese/Japanese Studies, 3, 2001, p. 107-117.

33 Précisons que cette politique n’est pas sans susciter des débats à l’intérieur de la Compagnie de Jésus et qu’elle est appliquée, avec diverses nuances, dans les autres pays asiatiques.

34 Lettre annuelle de 1603, dans Biblioteca da Ajuda [BA], Jésuítas na Ásia, 49-IV-59, fol. 124 v°.

35 BA, Jésuítas na Ásia, 49-VI-8, fol. 5v-6v.

36 L. FRÓIS, op. cit., vol. V, 3e partie, chap. 60, fol. 293v.

37 Sur les confréries au Japon, voir João Paulo Oliveira e COSTA, « The Misericórdias among Japanese Communities in the 16th and 17th Centuries », Bulletin of Portuguese/Japanese Studies, 5, 2003, p. 67-79 et « The Brotherhoods (Confrarias) and Lay Support for the Early Christian Church in Japan », Japanese Journal of Religious Studies, 34 (1), 2007, p. 67-84.

38 Lettre d’Antonio López, Nagasaki, 01/10/1592, ARSI, Japsin 1-II, fol. 310-311v.

39 L. FRÓIS, op. cit., vol. IV, 2e partie, chap. 1, fol. 118v.

40 Léon BOURDON, La Compagnie de Jésus et le Japon, Paris/Lisbonne : Centre Calouste Gulbekian, 1993, p. 335-343.

41 George Bryan Souza, The Survival of Empire. Portuguese Trade and Society in China and the South China Sea 1630-1753, Cambridge : Cambridge University press, 1986, p. 53.

42 Ces interrogations sont notamment posées dans le cadre des études portant sur le commerce trans-culturel. Voir Francesca Trivellato, Leor Halevi et Cátia Antunes (éd.), Religion and Trade. Cross-cultural Exchanges in World History, 1000-1900, Oxford : Oxford University Press, 2014, p. 14-15.

43 Il est également probable que les Portugais auraient, dans tous les cas, vendu la soie aux plus offrants, sans tenir compte de la religion de l’acheteur.

44 Mihoko OKA, « A great merchant in Nagasaki in 17th century. Suetsugu Heizô II and the System of Respondência », Bulletin of Portuguese/Japanese Studies, 2, 2001, p. 37-56.

45 C. R. BOXER, Fidalgos in the Far East 1550-1770: Fact and Fancy in the History of Macao, La Hague : M. Nijhoff, 1948, p. 119.

46 Sur Rodrigues, voir Michael COOPER, Rodrigues the Interpreter, an Early Jesuit in Japan and China, New York/Tôkyô : Weatherhill, 1974.

47 Rappelons également que les jésuites investissent eux-mêmes dans le commerce de la soie entre la Chine et le Japon. Sur les finances de la mission jésuite du Japon, voir Hélène VU THANH, « Un équilibre impossible : financer la mission jésuite du Japon, entre Europe et Asie (1579-1614) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 63-3, 2016, p. 7-30.

48 V. CARVALHO, op. cit., p. 93 et Alessandro Valignano, « Apologia », dans ARSI, Japsin 41, fol. 83.

49 Hélène VU THANH, « Diplomates et missionnaires ? Le rôle des franciscains entre les Philippines et le Japon (1584-1597) », Études franciscaines, 8-1, 2015, p. 55-73.

50 Jerónimo de Jesús, « Relación del glorioso martirio del Padre Fray Pedro Bautista… », Archivum Franciscanum Historicum, 18, 1925, p. 102-104.

51 Carla TRONU, « Sacred Space and Ritual in Early Modern Japan: The Christian Community of Nagasaki (1569-1643) », PhD dissertation : School of Oriental and African Studies, London, 2012, p. 162-201.

52 Sur le martyre de 1597, voir Hélène VU THANH « The Glorious Martyrdom of the Cross. The Franciscans and the Japanese persecutions of 1597 », Culture and History Digital Journal [en ligne], 6 (1), juin 2017, consulté le 20/11/2017, URL : http://cultureandhistory.revistas.csic.es/index.php/cultureandhistory/article/view/113 et Clotilde JACQUELARD, « Une catastrophe glorieuse : le martyre des premiers chrétiens du Japon, Nagasaki, 1597 », e-Spania [en ligne], décembre 2011, consulté le 20/11/2017, URL : https://e-spania.revues.org/20808.

53 V. CARVALHO, op. cit, p. 79.

54 Ibid., p. 80-81.

55 L’affaire est rapportée par l’évêque Cerqueira dans « Certidão de D. Luís Cerqueira acerca da apostasia de Omura Yoshiaki », Nagasaki, 6 mars 1606, dans ARSI, Japsin 21 I, fol. 95-96v.

56 Peter NOSCO, « Early Modernity and the State’s Policies towards Christianity 16th-17th Century Japan », Bulletin of Portuguese/Japanese Studies, 7, 2003, p. 11.

57 Nathalie KouamÉ, « L’État des Tokugawa et la religion. Intransigeance et tolérance religieuses dans le Japon moderne (XVIe-XIXe siècles) », Archives de sciences sociales des religions, 137, 2007, p. 110-111. Le terme bakufu (littéralement « gouvernement sous la tente ») désigne le shogunat.

58 João Paulo Oliveira e COSTA, « Le jésuite Juan Baeza et la communauté chrétienne de Nagasaki pendant la persécution des shoguns Tokugawa », Histoire, monde et cultures religieuses, 11, 2009/3, p. 109-130.

59 Hubert Cieslik, « The Great Martyrdom in Edo 1623. Its Causes, Course, Consequences”, Monumenta Nipponica, 10 (1/2), 1954, p. 13.

60 Michael S. LAVER, The Sakoku Edicts and the Politics of Tokugawa Hegemony, Amherst/New York : Cambria Press, 2011, p. 3-5.

61 C. R. BOXER, Fidalgos in the Far East…, p. 119-120.

62 N. KOUAMÉ, art. cit., p. 112.

63 M. S. LAVER, op. cit., p. 98-99.

64 Les Hollandais ne parviennent pas avant les années 1620 à disposer de sources d’approvisionnement en soie. Voir Ernst van VEEN, « VOC Strategies in the Far East (1605-1640) », Bulletin of Portuguese/Japanese Studies, 3, 2001, p. 101. Sur Hirado, voir Adam CLULOW, « From Global Entrepôt to Early Modern Domain: Hirado, 1609–1641 », Monumenta Nipponica, 65 (1), 2010, p. 1-35.

65 Le déménagement du comptoir est évoqué par François CARON, Le puissant royaume du Japon, la description de François Caron (1636), éd. Jacques et Marianne Proust, Paris : Chandeigne, 2003, p. 205-207.

66 Alexandra CURVELO, « Nagasaki/Deshima After the Portuguese in Dutch Accounts of the 17th Century », Bulletin of Portuguese/Japanese Studies, 6, 2003, p. 150.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Vu Thanh, « À la frontière de l’Europe et de l’Asie ? Le cas de Nagasaki aux XVIe-XVIIe siècles », e-Spania [En ligne], 30 | juin 2018, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/28109 ; DOI : 10.4000/e-spania.28109

Haut de page

Auteur

Hélène Vu Thanh

Université de Bretagne-Sud, TEMOS CNRS FRE 2015

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals