Navigation – Plan du site
Varia

La part des femmes dans le développement d’une historiographie royale et d’une pensée politique léonaises aux XIIe et XIIIe siècles

Georges Martin

Résumés

Cette étude se situe à la confluence d’une histoire politique de l’historiographie et d’une histoire sociale des femmes de pouvoir. Elle est portée par le souci de discerner l’importance et, au préalable, les lieux d’une intervention politique des femmes dans les royaumes hispaniques médiévaux. Pour l’espace et la période considérés – le royaume de León aux XIIe et XIIIe siècles –, l’entreprise n’a rien de facile et oblige à prendre en compte, au-delà de quelques données positives, des éléments indiciels permettant de formuler des hypothèses défendables. Dans le cadre de ce questionnement et de ces contraintes, on suivra, sous les formes fondamentales du patronage et de l’incitation, les traces d’une contribution féminine à l’émergence d’une grande historiographie royale et, conséquemment, à l’élaboration d’une pensée politique, puisque, au cours de cette période, celle-ci trouva dans l’histoire sa meilleure expression. Accessoirement, ces quelques réflexions pourront aussi être versées au dossier de l’histoire de l’infantat et du monastère-collégiale de Saint-Isidore de León.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette étude constitue une contribution au numéro spécial de e-Legal history review, Homenaje al profesor Pérez-Prendes, 27, 2018.

Texte intégral

1Cette étude se situe à la confluence d’une histoire politique de l’historiographie et d’une histoire sociale des femmes de pouvoir. Elle est portée, en son principe, par le souci de discerner, sous les strates séculaires de la négligence ou d’un effacement délibéré, l’importance et, au préalable, les lieux d’une intervention politique des femmes dans les royaumes hispaniques médiévaux. Pour l’espace et la période considérés – le royaume de León aux XIIe et XIIIe siècles –, l’entreprise n’a rien de facile et oblige trop souvent à prendre en compte, au-delà de quelques données positives, des éléments indiciels permettant de formuler des hypothèses défendables. Dans le cadre de ce questionnement et de ces contraintes, je suivrai, sous les formes fondamentales du patronage et de l’incitation, les traces d’une contribution féminine à l’émergence d’une grande historiographie royale et, conséquemment, à l’élaboration d’une pensée politique, puisque, au cours de cette période, celle-ci trouva dans l’histoire sa meilleure expression. Accessoirement, ces quelques réflexions pourront aussi être versées au dossier de l’histoire de l’infantat et du monastère-collégiale de Saint-Isidore de León.

2Voir le texte complet de cette étude en document annexe

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Martin, « La part des femmes dans le développement d’une historiographie royale et d’une pensée politique léonaises aux XIIe et XIIIe siècles », e-Spania [En ligne], 30 | juin 2018, mis en ligne le 24 juin 2018, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/28363 ; DOI : 10.4000/e-spania.28363

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals