Navigation – Plan du site
Une « noblesse de frontière » en péninsule Ibérique (XIVe-XVe siècles)

Frontière et marche, société et noblesse de frontière en péninsule Ibérique

Sarah Fourcade

Résumés

Il s’agit ici de poser les cadres sémantiques et conceptuels de la « noblesse de frontière ». D’abord, en partant de la frontera, apparue dans les sources aragonaises au milieu du XIe siècle pour désigner la zone de contact entre chrétiens et musulmans, un espace né du mouvement de la Reconquête, convoité par les hommes en quête de terres, de fortune et de liberté. Ensuite, en se penchant sur les « sociétés de frontière » violentes et marginales, propres à l’espace frontalier. Enfin, en tâchant de poser les contours en leur sein d’une « noblesse de frontière », aux visages multiples, mais toujours éminemment guerrière et ambitieuse, capable de tirer profit de sa situation, en phase d’expansion (XIe-XIIIe siècle) comme en période de stagnation (XIVe-XVe siècle) de la frontière.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre TOUBERT, « Frontière et frontières : un objet historique », in : Jean-Michel POISSON (éd.), (...)
  • 2 Hors de la péninsule Ibérique, voir par exemple la thèse de Léonard DAUPHANT éditée sous le titre L(...)
  • 3 Philippe SÉNAC, « Quelques remarques sur l’historiographie récente de la frontière dans l’Espagne m (...)
  • 4 P. SÉNAC, art. cit. ; Denis MENJOT, « L’historiographie du Moyen Âge espagnol : de l’histoire de la (...)
  • 5 J.-M. POISSON (éd.), op. cit. ; André BAZZANA et P. SÉNAC, « Frontières, peuplement et “reconquête” (...)
  • 6 Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles). Bilan et prespe (...)
  • 7 Carlos de AYALA MARTÍNEZ, Pascal BURESI et Philippe JOSSERAND (éd.), Identidad y representación de (...)
  • 8 Les actes du colloque organisés par l’Université de Nantes à Châteaubriant du 30 septembre au 2 oct (...)
  • 9 Celle-ci ne sera pas détaillée ici. On peut se reporter pour commencer aux ouvrages indiqués ci-des (...)

1Depuis les années 1980 et surtout à partir de sa reconnaissance comme « objet historique » à part entière1, la frontière n’a cessé de susciter l’intérêt des médiévistes2. Cela a été particulièrement le cas de celle séparant territoires chrétiens et musulmans dans l’Espagne médiévale, « terre de frontière » par excellence dont l’histoire, depuis le VIIIe siècle jusqu’en 1492, peut être d’abord comprise comme celle « d’un front mouvant, opposant deux forces, voire deux civilisations »3. La frontière s’est donc affirmée comme l’un des thèmes majeurs de l’historiographie ibérique4, associée au binôme reconquête-peuplement5 et à la définition d’un féodalisme proprement hispanique6. Le sujet, dans toute sa richesse et sa variété, depuis la situation géographique de la frontière et ses évolutions au rythme des campagnes militaires, jusqu’à ses aspects idéologiques7, a donc donné lieu à une recherche dynamique8 et à une ample bibliographie9.

  • 10 Cette étude très large de la notion de société de frontière se retrouve par exemple dans Michel BET (...)
  • 11 Laura CASELLA, « Noblesse de frontière. Espace politique et relations familiales dans le Frioul à l (...)

2La journée d’études organisée par Daniel Baloup et Jacques Paviot à l’Université Paris-Est Créteil le 30 mai 2017 s’est donnée pour tâche de valider la pertinence du concept de noblesse de frontière pour la noblesse ibérique médiévale des XIVe et XVe siècles. Si cette expression évoque par proximité la société de frontière – sujet de nombreux travaux ne portant pas spécifiquement sur l’espace ibérique médiéval10 – elle-même semble n’avoir été jusqu’ici employée que par des historiens de la période moderne11. Elle induit l’idée d’une noblesse présentant, au-delà de ce qu’elle avait de commun avec ses homologues européens également redevables de l’héritage carolingien – vocation guerrière, possession du sol et service royal, auxquels il faut ajouter la diffusion de l’idéal chevaleresque à compter du XIIe siècle –, des traits caractéristiques modelés par la présence même de la frontière : des accentuations et des inflexions idéologiques, un fonctionnement social et politique original, en termes de réseaux, d’intérêts, de stratégies, de tensions internes ou avec des pouvoirs extérieurs. Au travail nécessaire pour définir, autant que possible, ce noble de frontière, doit s’ajouter une réflexion sur l’évolution de ce modèle, élaboré dans la phase de reconquête active du XIe-XIIIe siècle mais confronté ici au contexte bien différent de la fin du Moyen Âge, les tensions internes des royaumes chrétiens ayant alors largement pris le pas sur le conflit avec les musulmans.

  • 12 Voir dans le présent volume l’article de Jean-Pierre Jardin, « Le connétable Miguel Lucas de Iranzo (...)

3Cet article préliminaire n’ambitionne pour sa part que de situer, dans l’univers des mots et des idées, le concept de noblesse de frontière en progressant par étapes : depuis son espace déterminant, la frontière – terme apparu précisément dans la péninsule Ibérique au milieu du XIe siècle –, vers l’idée d’une société de frontière déterminée par ce territoire – les frontaleros qui y sont nés, renforcés des fronteros venus y combattre pour un temps12 –, et dont la couche supérieure était, comme dans les autres régions d’Occident, constituée de nobles.

Histoire de mots et de perceptions

  • 13 A. BAZZANA, « El concepto de frontera en el Mediterráneo occidental en la Edad Media », in : Actas (...)
  • 14 Pedro CHALMETA, « El concepto de agr », in : P. SÉNAC (éd.), La Marche Supérieure d'al-Andalus et (...)
  • 15 P. SÉNAC, « La frontière aragonaise aux XIe et XIIe siècles », p. 262.
  • 16 Alain GUERREAU, Notice « Marche », in : Claude GAUVARD, Alain de LIBERA, Michel ZINK (dir.), Dictio (...)
  • 17 Michel ZIMMERMANN, « Le concept de Marca hispanica et l’importance de la frontière dans la formatio (...)
  • 18 Ibid., p. 44.

4Depuis les années 1990, bien des médiévistes ont traité de l’apparition et de la diffusion du terme et de l’idée de frontière dans la péninsule Ibérique13. Le mot n’est utilisé dans les sources que pour désigner la limite entre territoires chrétiens et musulmans et non pour celles existant entre royaumes chrétiens. Cette frontière a son équivalent musulman, le agr, la périphérie d’al-Andalus, de conception cependant bien différente14. Pendant longtemps, dans les chroniques comme dans les sources officielles, des notions et des mots latins continuent d’être utilisés pour désigner les terres faisant face au domaine musulman : limes, fines, extremitas, extremum ou encore extramatura, choisi par les souverains navarrais du Xe siècle pour évoquer les limites méridionales de leur territoire15.De tous, le terme de marche est probablement celui qui a connu la plus grande faveur. Son étymologie est identique à celle de la marge – le mot latin margo, le francique marka, le germanique mark, le latin médiéval marcha – rapprochement qui lui confère immédiatement un caractère périphérique, lointain et imprécis. À l’époque carolingienne, toute la périphérie de l’empire, c’est-à-dire toute la « zone frontalière du regnum »16, constitue une marche. Pour la future Catalogne, l’expression latine marca hispanica apparaît dans les Annales royales en 821 pour être ensuite ponctuellement employée jusqu’en 850 dans l’historiographie officielle17. Son émergence s’explique semble-t-il par l’attention que les annalistes francs portent au front sud de l’Empire au moment où s’organise une expédition militaire contre les musulmans. Parfaitement interchangeable dans les sources avec les plus traditionnels limes et fines, la marche, bien loin de constituer une réalité institutionnelle comparable aux comtés ainsi qu’on l’a longtemps pensé, n’est donc que la zone au-delà de laquelle se trouve l’Hispania – l’Espagne musulmane – un « espace fluctuant où deux pouvoirs limitrophes se rencontrent, s’affrontent, se neutralisent »18, ce qui correspond aussi, on le verra, dans une certaine mesure à la définition de la frontière. Le titre de dux (limitis) ou de praefectus limitis ne désigne que brièvement le responsable de la marche nommé par l’empereur pour être rapidement accaparé par des grands n’ayant pas de lien spécifique avec la frontière. Il n’empêche que dans la Catalogne du Xe siècle, le titre ducal porté par les comtes de Barcelone ou ceux d’Urgell par exemple, proclame la puissance et le prestige des gardiens d’une marche périlleuse.

  • 19 P. SÉNAC, « Ad castros de fronteras de mauros qui sunt pro facere : note sur le premier testament d (...)
  • 20 A. BAZZANA, Pierre GUICHARD et P. SÉNAC, « La frontière de l’Espagne médiévale », in : J.-M. POISSO (...)

5Le mot vernaculaire frontera, dérivé du latin frons, frontis, « le front, la partie antérieure », fait son apparition dans le testament de Ramire Ier d’Aragon, roi des Asturies, en juillet 1059 pour signaler le legs de certains biens meubles ad castros de fronteras de mauros qui sunt pro facere19. Son invention coïncide donc avec le début de la reconquête sur le terrain, soit la prise de Barbastro en 1063. Le terme est ensuite utilisé neuf fois jusqu’en 1209 dans les chartes et traités étudiés par Philippe Sénac, alternant toujours avec les plus anciens affrontationes et terminos. En Castille, frontera apparaît dans un fuero de 1171 pour désigner la zone instable des avancées et des retraites chrétiennes après les conquêtes d’Alphonse VII (1124-1157). La frontière, comme mot, comme notion, comme prise de conscience, est donc originellement indissociable du combat. Elle est le point de contact où les ennemis s’affrontent ; la marge certes, mais seulement celle en état de guerre ouverte. Consubstantielle de la reconquête dans la péninsule, la frontière ibérique conserve ainsi, du XIe au XIIIe siècle, le sens de front en marche. Elle tend ensuite à se stabiliser et à se préciser comme limite, matérialisée par un réseau de châteaux et de fortifications, dès lors que l’avancée chrétienne piétine et impose une proximité durable et quotidienne avec l’ennemi20. À partir du XIVe siècle, elle peut désigner une limite établie pacifiquement.

Caractéristiques de la frontière ibérique

  • 21 P. TOUBERT, « Frontière et frontières : un objet historique ».
  • 22 Marc SUTTOR, « Le rôle d’un fleuve comme limite ou frontière au Moyen Âge. La Meuse, de Sedan à Maa (...)
  • 23 Patrick GAUTIER-DALCHÉ, « De la liste à la carte : limite et frontière dans la géographie et la car (...)
  • 24 Par exemple, malgré son caractère emblématique, la Meuse ne devint une frontière réelle qu’autour d (...)
  • 25 Jean GAUTIER-DALCHÉ, « Islam et chrétienté en Espagne au XIIe s. : contribution à l’étude de la not (...)

6Dans un article fondateur21, Pierre Toubert a identifié trois grandes caractéristiques de la frontière médiévale qui peuvent être discutées dans le contexte ibérique. Premier point : tout comme la marche, la frontière ne constitue pas une ligne mais une zone. À la frontière moderne et contemporaine, limite territoriale précise et continue, les hommes du Moyen Âge opposent leur conception d’« une marge, une frange, une marche, un no man’s land, qui circonscrit un espace ou un territoire »22. Les auteurs romains, puis leurs héritiers médiévaux à commencer par Isidore de Séville, décrivent le monde connu par l’énumération de régions et de peuples divers, limités par « la simple contiguïté » des autres23. Il leur suffit de savoir, en somme, que le territoire des uns s’arrête là où commence celui des autres. Les cartes elles-mêmes se sont conformées longtemps à cette logique de la liste, les marges des divers territoires identifiés s’amalgamant en indistinctes zones grises. Même la frontière naturelle si évidente – le fleuve, la montagne et sa crête – paraît n’avoir été convoquée que pour répondre à une construction préalable abstraite de la frontière24. Contrairement à la frontière-ligne instaurée par un État moderne en quête d’unité, précisément cartographiée, hérissée de forteresses, bref n’ayant d’autre fin que de faire obstacle, la frontière-zone reste perméable aux circulations et aux échanges. Pourtant, dans le même temps, des limites territoriales sont clairement perçues par les hommes et les pouvoirs : marquant la toponymie locale, mentionnées dans les traités de paix et entraînant de nombreux conflits de juridiction, elles sont de plus en plus matérialisées à partir du XIVe siècle par divers systèmes de bornage. Dans la péninsule Ibérique, cette conscience d’une limite tangible, d’un point où l’on n’est plus en zone amie, est sans doute plus précoce et aiguë qu’ailleurs : des sites – des villes, des châteaux – sont bien identifiés comme chrétiens ou musulmans. Ils forment deux lignes parallèles de défense en pointillés, entre lesquelles s’étendent des espaces sans maître, où « bien souvent la terre n’est à personne, ou tantôt à l’un tantôt à l’autre »25. En ce sens, l’espace de la frontière apparaît bien vaste, qui unit et transcende le no man’s land intermédiaire, les lignes de défense et l’arrière immédiat alimentant en hommes les expéditions armées et les entreprises de peuplement.

  • 26 P. SÉNAC, « La frontière aragonaise aux XIe et XIIe siècles… », p. 267.
  • 27 Daniel BALOUP, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi imperatoris (ca. 1150) », in : Ca (...)
  • 28 A. BAZZANA, P. GUICHARD et P. SÉNAC, « La frontière de l’Espagne médiévale », p. 55.
  • 29 Ibid., p. 47.
  • 30 M. ZIMMERMANN, « Le concept de Marca hispanica… », p. 47.

7Deuxième point : la frontière n’est pas statique, elle naît d’un mouvement de guerre ou de peuplement ; dans tous les cas, d’une appropriation de l’espace. Cette définition est particulièrement vraie dans le cas de l’Espagne médiévale où l’idéologie de la reconquête formulée explicitement par Alphonse III (866-910), roi des Asturies, forge une frontière mouvante par nature, « négation même de l’idée de limite »26, se déplaçant vers le sud au fur et à mesure de l’avancée chrétienne. Ici l’imaginaire de la frontière, limite entre chrétienté et non chrétienté, a été modelé par l’idée de croisade : les guerres de frontière sont des guerres saintes27. Ainsi s’explique la différence de perception entre « la frontière chrétienne mouvante, en avancée permanente, “une frontière en marche” »28 et le agr musulman, glacis défensif dont la qualité tient précisément à son immobilité. Si la longue « marche vers le sud »29 des Chrétiens n’est ni constante, ni régulière, ni uniforme, son mouvement est bien perçu par les contemporains. Les successeurs de Ramire Ier, Alphonse Ier (1104-1134) et Pierre II (1196-1213), emploient le mot frontera pour désigner des régions de plus en plus méridionales. Quant aux frontières successives, matérialisées en leur temps par des défenses fortifiées, elles sont parfois si vite dépassées qu’elles ne parviennent pas à marquer la toponymie locale ; Castellvi de la Marca dans le Penedès en est l’un des rares vestiges30.

  • 31 P. TOUBERT, « Frontière et frontières : un objet historique », p. 14.
  • 32 A. BAZZANA et  P. SÉNAC, « Frontières, peuplement et “reconquête”…», p. 112.
  • 33 D. BALOUP, « Reconquête et croisade… ».
  • 34 A. BAZZANA et  P. SÉNAC, « Frontières, peuplement et ‘reconquête’… », p. 106.

8Troisième point : la frontière constitue une zone de développement. Certes, avant d’être mise en valeur et de devenir rentable, la frontière n’est qu’un saltus, une zone où peut s’observer « le phénomène inverse de désertification frontalière »31 avec cette image tenace jusqu’au XIe siècle, par exemple dans la région de Tarragone ou sur la frontière ouest, d’espace sans hommes, domaine des loups, refuge des marginaux de toutes sortes, mauvais chrétiens et brigands. Elle n’est alors qu’une « sorte de zone-tampon où les souverainetés sont incertaines »32 aussi longtemps que l’un des protagonistes ne peut s’y imposer de manière incontestable, ce qui rejoint nettement la définition de la marche précédemment entrevue. Mais l’idéologie de la reconquête, la construction territoriale et institutionnelle des États, la quête de ressources nouvelles font d’elle une « région de surinvestissement de la puissance publique » selon l’expression fameuse de Pierre Toubert. La Chronica Adefonsi imperatoris (vers 1150) étudiée par Daniel Baloup montre bien la frontière comme l’espace privilégié de l’affirmation de l’autorité royale33. Elle est aussi, pour tous et particulièrement pour la noblesse, une terre promise, perçue comme vierge d’hommes, de lois et de pouvoirs, offerte à qui veut la prendre, « une terre d’aventure, un espace à conquérir et à organiser »34 c’est-à-dire à peupler, à cultiver, à faire commercer et à ponctionner. No man’s land redoutable puis espace dynamique privilégié, la frontière est en tout cas le lieu de développement d’une société et d’un mode de vie spécifiques.

Société de frontière

  • 35 Le département d’histoire médiévale de l’université de Saragosse a par exemple dédié son séminaire (...)
  • 36 María DEL CRISTO GONZÁLEZ MARRERO et Amelia C. RODRÍGUEZ RODRÍGUEZ, « Sociedades de frontera. Colon (...)
  • 37 Politische Geographie, Munich et Leipzig : 1897.
  • 38 The Frontier in : American History, New York, 1920.
  • 39 P. TOUBERT, « Frontière et frontières : un objet historique », p. 11.
  • 40 Pierre BONNASSIE, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle : croissance et mutations d’u (...)
  • 41 Past and Present, 1966, p. 54-76.
  • 42 F. GARCÍA FITZ, « Una frontera caliente : la guerra en las fronteras castellano-musulmanas, siglos  (...)
  • 43 P. TOUBERT, « Frontière et frontières : un objet historique », p. 14.
  • 44 P. BURESI, « La frontière : laboratoire des mythes » ; Fernando GALTIER MARTÍ, « La extrematura de (...)
  • 45 María MARTÍNEZ MARTÍNEZ, « Organización y evolución de una sociedad de frontera : el reino de Murci (...)
  • 46 P. TOUBERT, « Frontière et frontières : un objet historique », p. 49.
  • 47 A. BAZZANA et  P. SÉNAC, « Frontières, peuplement et “reconquête” », p. 57 ; P. TOUBERT, « Frontièr (...)

9La notion de société de frontière s’est largement répandue depuis une vingtaine d’années, particulièrement dans l’historiographie hispanique35, même si elle a été appliquée à des espaces et des époques fort différents36. Elle tire son origine des études de Friedrich Ratzel pour l’Allemagne37 et de Frederick Jackson Turner pour les États-Unis38, deux pays dans lesquels la frontière, comprise d’abord comme front pionnier, a été le lieu d’un « processus original de formation d’une société toute entière »39. Le problème du peuplement est présent dans le cas ibérique : la poussée démographique, par exemple celle des vallées pyrénéennes alimentant en hommes la Catalogne40, est canalisée dans des projets d’installation des populations chrétiennes sur les nouveaux territoires planifiés par les fueros. Mais c’est encore davantage dans l’idée d’une société organiquement liée à la violence que le parallèle entre frontière ibérique médiévale et frontier américaine, royaume des out-laws, est convaincant. Dans la frontière se déploie, selon le titre d’un article d’Elena Lourie de 1966, « A society organized for war »41, dont toutes les activités sont liées à la reconquête. Le colloque organisé par l’université de Saragosse en 1992 sur Las sociedades de frontera en la España medieval, a appuyé cette spécificité guerrière. La frontière avec al-Andalus est demeurée longtemps une zone périlleuse et de grandes tensions42. Il s’est agi d’y implanter une société capable d’assurer sa défense par la guerre et sa survie alimentaire par la mise en valeur pastorale et agricole. Dans cet espace militarisé par de nombreux châteaux et fortifications, tout homme, noble comme non noble, paysan ou citadin, est un combattant, les différences socio-économiques s’exprimant dans la distinction entre milites et pedites. De plus, tous vivent de la guerre et du butin dont le partage est réglementé par les fueros. Pour Pierre Toubert, les activités d’une frontière en expansion se diversifient un peu plus en un « triptyque classique : guerre, commerce, colonisation agricole »43. Par les échanges commerciaux, l’espace frontalier médiéval confirme donc aussi sa nature préservée d’interface, de zone d’ouverture et de contact, sans qu’il faille pour autant idéaliser des relations entre chrétiens et musulmans très ambivalentes44. Composée originellement d’aventuriers plus ou moins douteux, artesanos de la guerra45, de mali cristiani, « collaborateurs ou profiteurs du désordre » évoqués partout où se trouvent des musulmans en Occident46, voire de véritables criminels auxquels on promet l’amnistie, cette société fait montre d’une mentalité à part : solidarité devant les périls communs, audace, « mépris des normes et des mécanismes d’encadrement social qui prévalent dans les zones centrales »47.

10La prospérité des gens de la frontière repose donc sur la dynamique de la conquête. Or, il est des périodes quelquefois longues de plusieurs décennies, où le front se ferme et avec lui les opportunités d’enrichissement et d’ascension sociale. Alors ressurgissent les conflits internes, la cohésion s’étiole et la société féodale s’y organise, plus brutalement peut-être qu’ailleurs. Dans la pratique de la guerre comme dans l’instauration de la féodalité, les nobles jouent le premier rôle.

Noblesses de frontière48

  • 48 Sur les noblesses ibériques, voir la synthèse de Marie-Claude GERBET, Les noblesses espagnoles au M (...)
  • 49 J. F. UTRILLA UTRILLA, « La sociedad de frontera en el Aragon Meridional… ».

11Le visage complexe des noblesses ibériques, variant déjà selon les régions de la péninsule, s’explique largement par la reconquête qui a offert à beaucoup l’opportunité de s’élever dans la société par la guerre. L’adoubement accordé par le roi constitue le mode d’ascension le plus efficace, l’anoblissement étant inconciliable avec la conception d’une noblesse transmise exclusivement par le sang. La chevalerie consolide la position des nobles de sang plus ou moins puissants – grands, hidalgos, gardes des châteaux issus de branches cadettes (castlans en Catalogne) – et récompense les roturiers. Les fueros des frontières aragonaises, avant tout désireux d’attirer guerriers et paysans, ne font pas dans le détail, qui gomment les inégalités de la naissance pour assimiler tout combattant à cheval aux infanzones composant la petite noblesse49. Ainsi, à partir du XIe siècle, dans tous les royaumes ibériques – en Navarre, en Castille, un peu moins en Aragon – des groupes d’hommes appelés pour tenir la frontière bousculent la hiérarchie nobiliaire. Qu’on les nomme localement caballeros, caballeros villanos, infanzones francos ou encore cavallers, ils incarnent deux types de combattants roturiers : les chevaliers vilains des milices municipales ou ceux, issus d’une paysannerie aisée, composant les garnisons des châteaux. L’enrichissement par la détention de terres et l’entrée en fidélité sont d’autres éléments favorables pour que quelques adoubés puissent espérer à terme se fondre dans la noblesse.

  • 50 P. BONNASSIE, Compte rendu de : Salvador de Moxó, Repoblación y sociedad en la España cristiana med (...)
  • 51 P. BONNASSIE, « Du Rhône à la Galice : genèse et modalités du régime féodal », in : Structures féod (...)

12Il n’est pas étonnant que la noblesse se montre particulièrement active dans une reconquête qui lui offre matière à réaliser sa vocation – la pratique de la guerre et, encore mieux, d’une guerre sainte – et ne peut que renforcer sa suprématie économique et sociale par l’acquisition de terres nouvelles, gagnées directement par la force ou attribuées par un roi satisfait des services rendus (repartimientos). Ses châteaux structurent les nouveaux espaces, tandis que la seigneurie dont elle tire ses revenus s’installe fermement. Les nobles imposent en effet à leurs tenanciers une étroite dépendance personnelle (behetría en Castille, remensa en Catalogne) ou s’accaparent violemment les terres de paysans libres, par exemple en Galice au XIe siècle. Partout « l’aristocratie multiplie les exactions et impose le régime de fer de la ‘seigneurie juridictionnelle’, […] s’entredéchire en d’innombrables guerres lignagères, […] s’insurge contre le pouvoir royal et en usurpe les attributions »50. L’indocilité de la noblesse ibérique, incarnée dans la figure du Cid, n’est cependant guère uniforme. Elle fluctue au gré de la politique royale. L’entretien d’une paix durable avec les musulmans, en coupant la dynamique de la conquête, exacerbe les tensions, favorise la rébellion, durcit la seigneurie banale51. Inversement, la noblesse fait volontiers corps derrière un roi offensif dont les projets belliqueux sont autant d’occasion de s’enrichir et de se distinguer. Dans la Chronica Adefonsi imperatoris coexistent deux modèles de nobles a priori fort différents – le puissant rebelle Rodriguo Gonzalez de Lara et le plus humble Munio Alfonso, petit noble de Galice en quête de fortune – mais unis, au moins un temps, par le service royal et les récompenses accordées par un souverain en quête de soutiens.

13Mais l’avancée de la reconquête porte en elle le déclin de la frontière, sans cesse repoussée et amoindrie, tandis que les anciennes marges se muent en territoires ordinaires contrôlés par le roi. Aux XIVe et XVe siècles, c’est le caractère guerrier de la frontière qui tend à s’estomper. Certes, celle-ci doit toujours être tenue et surveillée ; la reconquête reste incomplète. Mais, en dehors des dernières grandes offensives aboutissant à la prise d’Antequera (1410) et à celle de Grenade (1487-1492), la guerre connaît une longue accalmie. Face aux royaumes chrétiens – Castille-León, Navarre, Aragon, Portugal – seul l’émirat de Grenade existe encore, payant son tribut de soumission à la Castille. Le temps est à la guerre civile, causée en Castille par l’avènement des Trastamare. La conquête armée et son exaltation, l’enrichissement par le butin, la soif infinie de terres, l’exercice d’une autorité sans partage à la faveur de l’éloignement du pouvoir monarchique : autant de caractéristiques de la noblesse de frontière qui semblent avoir fait leur temps ou du moins devoir évoluer en fonction des nouvelles conditions politiques et militaires.

  • 52 Nobleza y señoríos en el Reino de Córdoba : la Casa de Àguilar (siglos XIV y XV), Cordoue : Publica (...)

14C’est dans ce contexte bouleversé que Maria Conception Quintanilla Raso a justement étudié de manière éclairante l’ascension de certaines maisons castillanes aux XIVe et XVe siècles52, époque à laquelle la noblesse ibérique parvient à un niveau de puissance démographique, terrienne et politique considérable témoignant de ses facultés d’adaptation. Désormais, ce n’est plus la conquête qui confère des terres et des titres mais la grâce royale, source de toute fortune, qui exacerbe les rivalités entre nobles et écarte cruellement les disgraciés. L’attribution de hautes charges rémunératrices appelle de plus en plus le noble de frontière ambitieux à la cour, au cœur du royaume, bien loin des confins qui avaient attiré ses ancêtres et forgé leur puissance.

Haut de page

Notes

1 Pierre TOUBERT, « Frontière et frontières : un objet historique », in : Jean-Michel POISSON (éd.), Castrum 4, Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen au Moyen Âge, Actes du colloque d’Erice-Trapani (Italie, du 18 au 25 sept. 1988), Rome-Madrid, École Française de Rome - Casa de Velázquez, 1992, p. 9-17.

2 Hors de la péninsule Ibérique, voir par exemple la thèse de Léonard DAUPHANT éditée sous le titre Le royaume des quatre rivières. L’espace politique français (1380-1515), Seyssel : Champ Vallon, 2012.

3 Philippe SÉNAC, « Quelques remarques sur l’historiographie récente de la frontière dans l’Espagne médiévale (VIIIe-XIIIe siècle) », in : Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels, Munich : Institut allemand, 2012, p. 104-119, p. 104.

4 P. SÉNAC, art. cit. ; Denis MENJOT, « L’historiographie du Moyen Âge espagnol : de l’histoire de la différence à l’histoire des différences. Étude et bibliographie », in : e-Spania. Revue interdisciplinaire d’études hispaniques médiévales et modernes, 8, décembre 2009, mis en ligne le 6 septembre 2015.

5 J.-M. POISSON (éd.), op. cit. ; André BAZZANA et P. SÉNAC, « Frontières, peuplement et “reconquête” dans la Péninsule ibérique au Moyen Age », in : Châteaux et territoire. Limites et mouvances, 1e rencontre internationale d’archéologie et d’histoire en Périgord, Périgueux, 23-25 septembre 1994, Annales littéraires de l’Université de Besançon, n°595, Série historiques n°12, 1995, p. 103-124.

6 Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles). Bilan et prespectives de recherches. Actes du Colloque de Rome (10-13 octobre 1978), Rome : Publications de l’Ecole française de Rome, 44, 1980.

7 Carlos de AYALA MARTÍNEZ, Pascal BURESI et Philippe JOSSERAND (éd.), Identidad y representación de la frontera en la España medieval (siglos  XI-XIV), Madrid : Casa de Velázquez, 2001 ; P. BURESI, La frontière entre chrétienté et islam dans la péninsule ibérique. Du Tage à la Sierra Morena (fin XIe - milieu XIIIe siècle), Paris : Publibook, 2004 ; id., « La frontière : laboratoire des mythes dans la péninsule ibérique (Xe-XVe siècle) ? », in : Cahiers de la Méditerranée, 86, 2013, Villes et changements de souveraineté en Méditerranée / Mythes de la coexistence interreligieuse : histoire et critique, p. 237-256.

8 Les actes du colloque organisés par l’Université de Nantes à Châteaubriant du 30 septembre au 2 octobre 2010 comptent plusieurs communications sur les frontières ibériques médiévales ont été édités par Michel CATALA, Dominique LE PAGE et Jean-Claude MEURET (dir.), Frontières oubliées, frontières retrouvées. Marches et limites anciennes en France et en Europe, Rennes : PUR, 2012.  Le colloque du FRAMESPA (France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs) tenu à l’Université de Toulouse du 19 au 21 octobre 2011 portait sur « Les frontières pyrénéennes au Moyen Âge, VIe-XVe siècle : nouvelles thèses, nouveaux débats ». L’axe 1 du CIHAM – Histoire, archéologie, littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux (Lyon et Avignon) est consacré à Territoires, marges et frontières. Au sein du CIHAM, le Séminaire d’Études Hispaniques Médiévales a organisé le 31 mars 2016 une Journée d’études consacrée à « La frontière ibérique et les minorités religieuses ».

9 Celle-ci ne sera pas détaillée ici. On peut se reporter pour commencer aux ouvrages indiqués ci-dessus note 3 et à la bibliographie présente dans Juan F. UTRILLA UTRILLA, « La sociedad de frontera en el Aragon Meridional en los siglos  XII y XIII : Cristianos, mudéjares y judios », in : Francisco GARCÍA FITZ et Juan Francisco JIMÉNEZ-ALCÁZAR (coord.), La Historia peninsular en los espacios de frontera : les « extramaduras historicas » y la « transierre » (siglos  XI-XV), Caceres-Murcia : Sociedad Espanola de Estudios Medievales, 2, 2012, p. 321-351.

10 Cette étude très large de la notion de société de frontière se retrouve par exemple dans Michel BETRAND et Natividad PLANAS (éd.), Les sociétés de frontière, de la Méditerranée à l’Atlantique (XVIe-XVIIIe siècle), Madrid : Casa de Velázquez, 2011.

11 Laura CASELLA, « Noblesse de frontière. Espace politique et relations familiales dans le Frioul à l’époque moderne », in : Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [en ligne], 125-1, 2013, mis en ligne le 23 septembre 2013.

12 Voir dans le présent volume l’article de Jean-Pierre Jardin, « Le connétable Miguel Lucas de Iranzo à Jaén : un noble frontalero ».

13 A. BAZZANA, « El concepto de frontera en el Mediterráneo occidental en la Edad Media », in : Actas del congreso La frontera oriental nazarí como sujeto histórico (siglos  XIII-XVI), Almería : Instituto de Estudios Almerienses, 1997, p. 25-46 ; P. SÉNAC, « La frontière aragonaise aux XIe et XIIe siècles : le mot et la chose pro defensionem christianorum et confusionem sarracenorum », in : Cahiers de civilisation médiévale, 42e a., 167, juillet-septembre 1999, p. 259-272 ; P. TOUBERT, « Le concept de frontière » dans C. de AYALA MARTÍNEZ, P. BURESI et P. JOSSERAND (éd.), op. cit., p. 1-4 ; P. BURESI, « Nommer, penser les frontières en Espagne aux XIe-XIIIe siècles », ibid., p. 68-71.

14 Pedro CHALMETA, « El concepto de agr », in : P. SÉNAC (éd.), La Marche Supérieure d'al-Andalus et l'Occident chrétien, Madrid : Casa de Velazquez et Universidad de Zaragoza, 1991, p. 15-28.

15 P. SÉNAC, « La frontière aragonaise aux XIe et XIIe siècles », p. 262.

16 Alain GUERREAU, Notice « Marche », in : Claude GAUVARD, Alain de LIBERA, Michel ZINK (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris : PUF, 2002, p. 879.

17 Michel ZIMMERMANN, « Le concept de Marca hispanica et l’importance de la frontière dans la formation de la Catalogne », in : P. SÉNAC (éd.), La Marche Supérieure d'al-Andalus et l'Occident chrétien, p. 29-49.

18 Ibid., p. 44.

19 P. SÉNAC, « Ad castros de fronteras de mauros qui sunt pro facere : note sur le premier testament de Ramire Ier d'Aragon », in : C. de AYALA MARTÍNEZ, P. BURESI et P. JOSSERAND (éd.), op. cit., p. 260. Le mot n’apparaît pas comme sujet dans les sources, mais se limite le plus souvent à cette fonction de complément du nom.

20 A. BAZZANA, Pierre GUICHARD et P. SÉNAC, « La frontière de l’Espagne médiévale », in : J.-M. POISSON éd., op. cit., p. 35-59, p. 53 ; A. BAZZANA et P. SÉNAC, « Frontières, peuplement et “reconquête” », p. 105.

21 P. TOUBERT, « Frontière et frontières : un objet historique ».

22 Marc SUTTOR, « Le rôle d’un fleuve comme limite ou frontière au Moyen Âge. La Meuse, de Sedan à Maastricht », in : Le Moyen Âge, 116, 2010/2, p. 335-366.

23 Patrick GAUTIER-DALCHÉ, « De la liste à la carte : limite et frontière dans la géographie et la cartographie de l’Occident médiéval », in : J.-M. POISSON éd., op. cit., p. 19-31, p. 20.

24 Par exemple, malgré son caractère emblématique, la Meuse ne devint une frontière réelle qu’autour de 1300 et au terme d’un long processus (M. SUTTOR, « Le rôle d’un fleuve… ».).

25 Jean GAUTIER-DALCHÉ, « Islam et chrétienté en Espagne au XIIe s. : contribution à l’étude de la notion de frontière », in : Hespéris, 47, 1959, p. 183-217, p. 188.

26 P. SÉNAC, « La frontière aragonaise aux XIe et XIIe siècles… », p. 267.

27 Daniel BALOUP, « Reconquête et croisade dans la Chronica Adefonsi imperatoris (ca. 1150) », in : Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 25, 2002, p. 453-480.

28 A. BAZZANA, P. GUICHARD et P. SÉNAC, « La frontière de l’Espagne médiévale », p. 55.

29 Ibid., p. 47.

30 M. ZIMMERMANN, « Le concept de Marca hispanica… », p. 47.

31 P. TOUBERT, « Frontière et frontières : un objet historique », p. 14.

32 A. BAZZANA et  P. SÉNAC, « Frontières, peuplement et “reconquête”…», p. 112.

33 D. BALOUP, « Reconquête et croisade… ».

34 A. BAZZANA et  P. SÉNAC, « Frontières, peuplement et ‘reconquête’… », p. 106.

35 Le département d’histoire médiévale de l’université de Saragosse a par exemple dédié son séminaire international de doctorat aux sociétés de frontières en Espagne médiévale dès 1993, ce qui a donné lieu à la publication de Las sociedades de frontera en la España Medieval, Saragosse : 1993, où l’on relève particulièrement les contributions de Maria LEDESMA RUBIO, « La sociedad de frontera en Aragón (siglos XII-XIII) », p. 31-50 et d’Angel GARCÍA DE CORTAZAR, « De una soceidad de frontera (El Valle del Duero en el siglo X) a una frontera entre sociedades (El Valle del Tajo en el siglo XII) », p. 51-68.

36 María DEL CRISTO GONZÁLEZ MARRERO et Amelia C. RODRÍGUEZ RODRÍGUEZ, « Sociedades de frontera. Colonizacion, aculturacion e imacto economico », in : Vegueta. Anuario de la Faculdad de Geografia e Historia, 15, 2015, p. 11-20.

37 Politische Geographie, Munich et Leipzig : 1897.

38 The Frontier in : American History, New York, 1920.

39 P. TOUBERT, « Frontière et frontières : un objet historique », p. 11.

40 Pierre BONNASSIE, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle : croissance et mutations d’une société, Toulouse : Association des publications de l’Université Toulouse-Le Mirail, 2 vol., 1976.

41 Past and Present, 1966, p. 54-76.

42 F. GARCÍA FITZ, « Una frontera caliente : la guerra en las fronteras castellano-musulmanas, siglos XI-XIII », in : C. de AYALA MARTÍNEZ, P. BURESI et P. JOSSERAND (éd.), op. cit., p. 159-180.

43 P. TOUBERT, « Frontière et frontières : un objet historique », p. 14.

44 P. BURESI, « La frontière : laboratoire des mythes » ; Fernando GALTIER MARTÍ, « La extrematura de Hispania. Algunos aspectos de la vida cotidiana en las fronteras aragonesas del ano mil », in :  P. SÉNAC (éd.), La Marche Supérieure d'al-Andalus, p. 149-164.

45 María MARTÍNEZ MARTÍNEZ, « Organización y evolución de una sociedad de frontera : el reino de Murcia (ss. XIII-XV) », in : Boletin de la Sociedad Española de Estudios Medievales, 5, 1995, p. 31-88, p. 66.

46 P. TOUBERT, « Frontière et frontières : un objet historique », p. 49.

47 A. BAZZANA et  P. SÉNAC, « Frontières, peuplement et “reconquête” », p. 57 ; P. TOUBERT, « Frontière et frontières : un objet historique », p. 16-17.

48 Sur les noblesses ibériques, voir la synthèse de Marie-Claude GERBET, Les noblesses espagnoles au Moyen Âge, XIe-XVe siècle, Paris : Armand Colin, 1994. Sur la noblesse castillane, on consultera avec grand profit les nombreux travaux de María Concepción QUINTANILLA RASO dont La nobleza señorial en la corona de Castilla, Granada : Universidad de Granada, 2008 ; Nobleza y caballería en la edad media, Arco Libros, 1996 ; La nobleza en la corona de Castilla : sus estructuras sociales en Extremadura (1454-1516), Institucion Cultural « El Brocense », 1989.

49 J. F. UTRILLA UTRILLA, « La sociedad de frontera en el Aragon Meridional… ».

50 P. BONNASSIE, Compte rendu de : Salvador de Moxó, Repoblación y sociedad en la España cristiana medieval, in : Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, 36, 1981, p. 178.

51 P. BONNASSIE, « Du Rhône à la Galice : genèse et modalités du régime féodal », in : Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen, p. 17-55.

52 Nobleza y señoríos en el Reino de Córdoba : la Casa de Àguilar (siglos XIV y XV), Cordoue : Publicationes del monte de piedad y caja de ahorros de Córdoba, 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Fourcade, « Frontière et marche, société et noblesse de frontière en péninsule Ibérique », e-Spania [En ligne], 31 | octobre 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/28491 ; DOI : 10.4000/e-spania.28491

Haut de page

Auteur

Sarah Fourcade

Université Paris-Est Créteil - Centre de recherche en histoire européenne comparée (EA 439)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals