Navigation – Plan du site
Une « noblesse de frontière » en péninsule Ibérique (XIVe-XVe siècles)

Les connexions franco-ibériques

Jacques Paviot

Résumés

Il s’agit de rappeler l’attirance exercée sur les chevaliers et nobles français par la Reconquête ibérique (qui pouvait être assimilée à la croisade). A la suite des XIe et XIIe siècles, elle a été particulièrement forte au cours du XIVe siècle et au début du XVe siècle, malgré et à cause de la guerre de Cent Ans, notamment avec les Grandes compagnies. Au cours du XVe siècle, les Portugais ont ouvert un nouveau front avec la conquête de Ceuta.

Haut de page

Notes de l’auteur

J’ai traité plus largement du sujet dans Jacques PAVIOT, « La chevalerie française, anglaise et écossaise dans les guerres du Détroit et de Grenade », in : Daniel BALOUP et Raul González ARÉVALO (éd.), La Guerra de Granada en su contexto internacional, Toulouse : Presses universitaires du Midi, 2017, p. 21-46.

Texte intégral

  • 1 Voir en dernier lieu, en français, Adeline RUCQUOI, Mille fois à Compostelle. Pèlerins du Moyen Âge(...)
  • 2 Entre autres, Marcelin DEFOURNEAUX, Les Français en Espagne aux XIe et XIIe siècles, Paris : PUF, 1 (...)
  • 3 Qui aurait été épousée en 1056 lors d’un séjour pour participer à la lutte contre les musulmans.
  • 4 Frère de sa grand-mère paternelle, Hélie de Semur.

1Les connexions entre la France et la péninsule Ibérique sont anciennes. Il y a le fameux iter Francorum, camino frances1. Il y a l’établissement des ordres monastiques de Cluny et de Cîteaux selon l’avancée sur les musulmans. Il y a la participation des chevaliers « francs » (sans entrer dans le détail de la signification réelle de ce mot), dont le fameux Èbles II de Roucy (venant des marches de la Champagne) à la Reconquista aux XIe et XIIe siècles, chevaliers qui ont pu se livrer à une colonisation franque le long de la frontière vers Saragosse ou Tudèle2. Il y a les grandes unions matrimoniales à la fin du XIe siècle. Constance de Bourgogne (1046-1093), fille du duc Robert Ier de Bourgogne, petite-fille de Robert II roi de France, épousa en secondes noces, en 1079, Alphonse VI de León (1040/1-1065-1109) ; de leur union seule survécut Urraca (1081-1126) qui devint reine de León en 1109. Celle-ci fut mariée, en 1091/2, à Raymond de Bourgogne (1070-1107), fils de Guillaume Ier comte de Bourgogne (la Franche-Comté actuelle) et d’Étiennette de Bourgogne, et frère de Guy, devenu pape Calixte II en 1119 (que l’on a relié au Liber Sancti Jacobi, appelé ainsi Codex Calixtinus) ; de cette union est issu Alphonse VII l’Empereur (1105-1126-1157). D’autre part, le neveu de Constance, Henri (1066-1112), fils d’Henri de Bourgogne et de Sibylle – qui était soit la fille du comte de Barcelone Bérenger Raymond Ier3, soit la fille du comte de Bourgogne Renaud Ier – et petit-neveu d’Hugues, abbé de Cluny de 1049 à 11094, fut marié en 1093 à une fille naturelle d’Alphonse VI, Thérèse (v. 1080-1130) et reçut deux ans plus tard, comme dot de sa femme, le comté de Portugal ; le couple est ainsi à l’origine de la première dynastie lusitanienne avec leur fils Alphonse Henri (1109-1185), premier roi de Portugal en 1139. Nul doute qu’un certain nombre de chevaliers devaient accompagner ces seigneurs et se sont établis en péninsule Ibérique.

La péninsule Ibérique dans les projets de croisade

  • 5 Cf. D’Arcy Jonathan Dacre BOULTON, The Knights of the Crown. The monarchical orders of knighthood i (...)
  • 6 Dans Jean LE PETIT (sic), Le Livre du champ d’or et autres poèmes inédits, éd. P. LE VERDIER, Rouen (...)
  • 7 La historia de los nobles cavalleros Oliveros de Castilla y Artus d’Algarbe ; à la fin : « Acaba se (...)
  • 8 Le Roman du comte d’Artois. « Roman » anonyme du XVe siècle, trad. Roger DUBUIS, Paris : Honoré Cha (...)

2Les croisades au Proche-Orient ont tari le flux des combattants au-delà des Pyrénées ; quand elles prirent fin, celui-ci reprit, mais de manière beaucoup plus réduite en nombre. Il s’est inscrit dans le mouvement de « renaissance » de la chevalerie européenne, marqué notamment par la création des ordres de chevalerie – dont le premier fut l’ordre de la Bande ou de l’Écharpe fondé par Alphonse XI de Castille-León en 1332 – et par toute une littérature d’éducation chevaleresque5. Les traités didactiques, tels Les Condicions qui sont requises a l’enfant d’un seigneur a estre droit gentilz, dû à la plume de Jean Petit, en 1389, à l’intention des Martel de Basqueville en Normandie6, enjoignaient les jeunes hommes à aller combattre sur les frontières de l’Europe ou outre-mer. La littérature épique fut réécrite en prose. Ainsi, l’on peut citer pour la France le romancier Girart d’Amiens, qui, au début du XIVe siècle, (ré)écrit pour Charles de Valois, frère du roi Philippe le Bel, un Charlemagne de 23 000 vers inachevé, dans lequel il reprend, à partir des Grandes Chroniques de France, la vie de l’empereur et dont le troisième livre raconte les exploits des Francs en Espagne à partir de la chronique du Pseudo-Turpin. Au XVe siècle, dans la principauté bourguignonne, David Aubert offre des Chroniques et conquêtes de Charlemagne en 1458 et l’Histoire de Charles Martel et de ses successeurs en 1463-1465 au duc Philippe le Bon ; Philippe Camus, entre 1430 et 1460, narre l’Histoire d’Olivier de Castille et Artus d’Algarbe (qui a été traduit en espagnol en 15077) et, au milieu du siècle, un anonyme écrit le Roman du comte d’Artois : le héros, entre autres aventures, va servir le roi de Castille pour lutter contre les Sarrasins, sur lesquels il remporte la victoire8.

  • 9 Franco PORSIA, Progetti du crociata. Il De fine di Raimondo Lullo, Tarente : Chimienti Editore, 200 (...)
  • 10 HAYTON, La Fleur des histoires de la terre d’Orient, in : Danielle RÉGNIER-BOHLER (dir.), Croisades (...)

3Les auteurs de projets de croisade se sont aussi intéressés à la péninsule Ibérique, tel Raymond Lulle avec son traité De fine, dédié en 1305 au pape Clément V qui devait son élection au roi Philippe le Bel qui le contrôlait. Il y indique cinq routes pour la croisade : par Constantinople (qu’il déconseille), par l’Égypte (idem), par Chypre et l’Arménie (idem), par Tunis (idem, avec le souvenir de saint Louis), et, enfin, celle qu’il préconise, par l’Espagne, c’est-à-dire al-Andalus ; le souverain guerrier débuterait avec une petite force, en occupant la frontière, conquérant çà et là des places, ce qui permettrait d’augmenter son armée ; l’Andalousie étant soumise, il franchirait le détroit de Gibraltar, faisant d’abord la conquête de Ceuta, puis des divers territoires maghrébins jusqu’en Ifriqiya (Tunisie) ; ensuite, ce serait la guerre ouverte contre les musulmans, avec la conquête de l’Égypte et enfin de la Terre sainte9. En 1307, le pape Clément V s’entretint avec Hayton, un prince arménien entré dans les ordres à Chypre, de la reconquête des Lieux saints. Celui-ci a abordé le chemin par l’ouest (nous pourrions penser qu’il avait été informé du projet de Raymond Lulle), mais laissa son avis à ceux qui connaissaient l’Afrique du Nord10.

  • 11 Christopher TYERMAN, England and the Crusades, 1095-1588, Chicago-Londres : The University of Chica (...)
  • 12 Jean FROISSART, Œuvres. Chroniques, éd. KERVYN DE LETTENHOVE, Bruxelles : 1867-1877, réimpr. anast. (...)
  • 13 Cronica de D. Alfonso el Onceno de este nombre, de los reyes que reunaron en Castilla y en Leon, 2e(...)

4Ce genre de traité circulait, notamment à la cour de France. En 1331, le roi Philippe VI, qui désirait diriger une croisade, invita son cousin germain le roi d’Angleterre Édouard III à participer à une expédition contre le royaume de Grenade. Édouard III était d’ailleurs en contact avec le roi d’Aragon Alphonse IV pour une telle expédition. Le roi de France avait aussi entraîné le comte de Hainaut et des seigneurs de Gascogne, et quand Édouard III rendit hommage à Philippe VI en 1331, il s’engagea à la suivre au-delà des Pyrénées. Cependant, le roi de France se ravisa quelques mois plus tard, en faveur de la Terre sainte11. L’idée s’incrusta pourtant dans les esprits et eut un début de réalisation une dizaine d’années plus tard, malgré la guerre de Cent Ans, à l’occasion d’une trêve. Le 30 octobre 1340, à la bataille du Salado, non loin de Tarifa, les rois Alphonse XI de Castille et Alphonse IV de Portugal vainquirent l’émir Yusuf Ier de Grenade et le sultan Abu l-Hasan Ali ibn Uthman du Maroc. Or, le 25 septembre précédent, les Français et les Anglais avaient signé une trêve pour cinq années. La conjoncture permettait donc aux chevaliers inoccupés de participer à la continuation de la lutte contre les Maures. Un certain nombre de chevaliers français se rendirent en Espagne, mais le chroniqueur Jean Froissart indique que « grant fuisson des seigneurs de France, chevaliers et bonnes gens d’armes » revenaient de jour en jour pour participer au siège d’Hennebont au printemps 1342, dans la guerre civile bretonne12. Pourtant, au même moment, le roi Alphonse XI lançait un appel aux chevaliers au-delà des Pyrénées pour le siège d’Algéciras. Y arrivèrent en juin 1343, le comte Gaston II de Foix et son frère Roger Bernard III vicomte de Castelbon, des seigneurs de frontière, avec des troupes gasconnes et beaucoup d’autres avec eux, « qui venaient pour servir Dieu ». Au mois d’août, vint Philippe III roi de Navarre et comte d’Évreux, qui amena une grande quantité de vivres et vint avec des comtes et des chevaliers de France. Le comportement du comte de Foix et de son frère déplurent au roi, qui leur donna leur compte ; Gaston II de Foix mourut à Séville sur le chemin du retour13.

Le problème des Grandes Compagnies et les rêves de Bertrand du Guesclin

  • 14 Cf. Georges MINOIS, Du Guesclin, Paris : Fayard, 1993, p. 243-269 ; Thierry LASSABATÈRE, Du Guescli (...)

5Une vingtaine d’années plus tard, les motifs de guerre contre les Maures furent moins le service de Dieu que le désir de conquête. La France avait connu le désastre de Poitiers en 1356, la captivité du roi Jean II le Bon, la signature humiliante de la paix de Brétigny-Calais en 1360. La paix impliquait qu’il fallait se débarrasser des Grandes Compagnies qui, inemployées à la guerre, vivaient sur le pays ; le pape Innocent VI, à Avignon, y était favorable car, en 1357-1358, il avait été rançonné par un chef de routiers, Arnaud de Cervole, dit l’Archiprêtre. D’autre part, la Castille était déchirée par le conflit entre le roi Pierre Ier le Cruel et son demi-frère Henri de Trastamare. Le pape et la Curie prirent le parti de ce dernier. Sur ce, la reine de Castille Blanche de Bourbon mourut dans des circonstances suspectes en 1361 ; or, c’était la belle-sœur du roi de France Charles V, qui trouva là une raison d’intervenir contre Pierre le Cruel. De plus, dans le cadre de la guerre de la Cent Ans, la France, qui n’avait plus de flotte depuis 1340, avait besoin de l’aide de la flotte castillane, de façon ferme et continue, ce que n’assurait pas Pierre le Cruel. Enfin, le roi Pierre Ier de Chypre prit, à la tête d’une armée internationale, le port d’Alexandrie en Égypte, le 10 octobre 1365, événement qui eut un grand retentissement en Europe. La solution, proposée en grande partie à Avignon, fut d’entraîner les Grandes Compagnies en Espagne sous le couvert de la croisade, mais d’abord de les utiliser pour détrôner Pierre le Cruel14.

  • 15 J. FROISSART, op. cit., t. 7, p. 83.
  • 16 Ibid., p. 93.

6Les chroniqueurs Cuvelier, biographe de Bertrand du Guesclin, et Jean Froissart sont intéressants en ce qu’ils donnent à voir la représentation de la « frontière » que les contemporains pouvaient avoir. Jean Froissart écrivait avec plus de recul. Le roi Pierre de Castille était mauvais car il avait noué des alliances avec l’émir de Grenade et le roi du Maroc, « qui estoient ennemy de Dieu et incredule[s] » 15. Cette frontière restait celle de la lutte contre l’Infidèle, qui resurgit après le sacre d’Henri de Trastamare, à Burgos, le 5 avril 1366. En effet, les forces françaises s’avancèrent vers Séville et le Portugal pour soumettre la Castille au nouveau roi, et quand ceci serait achevé, pour passer la frontière et combattre les royaumes de Grenade, du Maroc et de Tlemcen16.

  • 17 CUVELIER, Chronique, éd. E. CHARRIÈRE, Paris : Typographie de Firmin Didot Frères, 1, 1839, v. 6553 (...)
  • 18 Ibid., v. 7146-7154 (var.), p. 260-261.
  • 19 Ibid., v. 7261-7276, p. 264.
  • 20 Ibid., v. 7554-7556, p. 273.
  • 21 Ibid., v. 7614-7615, p. 275.
  • 22 Ibid., v. 6560-6569, p. 240/385.
  • 23 G. MINOIS, op. cit., p. 266.
  • 24 CUVELIER, op. cit., v. 8980-8982, p. 320.
  • 25 Ibid., v. 9018-9021, p. 321-322.
  • 26 Ibid., v. 9288-9295, p. 330.
  • 27 Ibid., v. 9899-9905, p. 350.
  • 28 Ibid., v. 15581-15583, t. 2, 1839, p. 78.

7De son côté, Cuvelier doit mieux nous faire part de la conception de Bertrand du Guesclin. Il suit une chronologie capricieuse ; aussi essayons de suivre ce qu’il écrit selon les événements. Bertrand du Guesclin fut fait prisonnier par les Anglais à Auray, le 29 septembre 1364, et aurait déclaré qu’il aurait volontiers suivi le roi Pierre de Chypre dans sa conquête d’Alexandrie (qui eut lieu un an plus tard)17. Puis Cuvelier imagine une séance du conseil royal qui discutait du sort des Grandes Compagnies et fait dire à du Guesclin son désir d’aller à Chypre ou à Grenade pour combattre les « paians à l’espée tranchant », et ainsi en délivrer le royaume18. Plus tard, toujours selon Cuvelier, du Guesclin tint une réunion à Chalon-sur-Saône, en octobre 1365, en réitérant les mêmes projets, mais cette fois-ci en passant par la Castille, un royaume riche, pour chasser du trône Pierre le Cruel, meurtrier de sa femme19. Le même discours fut tenu à Avignon20, où les Français devaient recevoir l’absolution du pape, et surtout de l’argent. Un cardinal aurait déclaré que les chefs de guerre français mèneraient ces troupes à Grenade « pour leurs âmes sauver »21. Pour Cuvelier, du Guesclin aurait même rêvé de finir sa vie comme roi de Grenade22, ce qui n’était pas sans fondement : un document du 6 janvier 1366 montre un partage du royaume de Grenade entre du Guesclin, qui deviendrait roi, et un chef de compagnie anglais, Hugh Calveley, qui serait maître des forteresses sur la côte23. Cuvelier confirme Froissart quand il rapporte qu’à la suite du sacre d’Henri de Trastamare, les chevaliers français se désiraient se rendre à Grenade24, mais que le roi et la reine de Castille les persuadèrent de rester à leur service, ce en quoi ils sauvèrent tout autant leurs âmes25. Cette idée d’aller combattre les Maures de Grenade et du Maroc devait être répandue – si nous en croyons toujours Cuvelier – car le roi Pierre fit des avances de paix aux Français en leur promettant dix mille livres et trente mille hommes d’armes espagnols pour les aider à aller contre le roi de Grenade, « le félon mescréant », et au Maroc26. Durant l’été 1366, à Séville, Henri de Trastamare et du Guesclin pensèrent envahir le Portugal où Pierre le Cruel cherchait l’appui de Pierre le Justicier. Pour Cuvelier, du Guesclin aurait dit au roi Henri qu’ils seraient rois de Portugal, puis qu’ils iraient sus les maudits païens de Grenade, puis au Maroc contre les Turcs (sic), enfin à Jérusalem27 (où l’on retrouve les idées de Raymond Lulle). Pierre le Cruel avait réussi à obtenir une aide des Maures, à Tolède ; là du Guesclin aurait pu leur livrer bataille, ce qu’il ne fit pas28. Le 14 mars 1369, Pierre le Cruel fut vaincu et tué à Montiel.

  • 29 Ghillebert de LANNOY, Œuvres, éd. C. POTVIN et J.-C. HOUZEAU, Louvain : Impr. de P. et J. Lefever, (...)

8Il fallut attendre une nouvelle vingtaine d’années, à l’occasion de nouvelles trêves dans la guerre de Cent Ans, entre 1389 et 1415, pour que la connexion avec la péninsule Ibérique fût rétablie. Nous pouvons prendre comme exemple celui du chevalier hennuyer Gilbert de Lannoy (bien que le Hainaut fît partie de l’Empire, le comté subissait l’influence française). En 1407, il servait le sénéchal de Hainaut Jean de Werchin, quand celui-ci se rendit à Valence pour une emprise d’armes, le 20 mai. Puis, en juillet, il eut connaissance de la campagne contre les Maures qu’allait mener le régent de Castille l’infant Ferdinand. Il le rejoignit avec Jacques seigneur de Marquette (en Ostrevant) et ils entrèrent au service de Jacques de Bourbon, comte de la Marche, gendre du roi de Navarre. La campagne dura quelques semaines, marquée notamment par le siège infructueux de Setenil et Gilbert de Lannoy retourna à Paris, non sans être passé par Saint-Jacques-de-Compostelle et les cours des rois de Navarre et d’Aragon. Il revint en Espagne en 1409 ou 1410 pour prendre part à la nouvelle expédition du régent de Castille : arrivé par la voie de mer à Séville, il participa au siège d’Antequera (20 avril – 22 septembre 1410), à un raid vers Malaga sous le maître de Santiago, à un autre vers Ronda, où il fut blessé, eut son cheval tué ainsi que celui d’un de des sergents. Avant de quitter le camp, le régent lui offrit un coursier, une mule et le remboursa de deux chevaux tués ; un capitaine lui donna en outre deux autres montures. Puis, des trêves ayant été signées, il alla visiter le roi de Grenade, son palais, ses jardins29.

De nouvelles frontières au XVe siècle

  • 30 Georg von EHINGEN, Reisen nach der Ritterschaft, éd. Gabriele EHRMANN, Goppingen : Kümmerle Verlag, (...)
  • 31 « Épître à la Maison de Bourgogne sur la Croisade Turque projetée par Philippe le Bon (1464) », éd. (...)

9Durant le XVe siècle, malgré la guerre de Cent Ans (jusqu’en 1453) en France, malgré la fragilité de la couronne de Castille, les souverains espagnols organisaient périodiquement des expéditions contre les Maures. Dans ce but, ils informaient les cours étrangères amies afin d’attirer des chevaliers et des hommes d’armes. En 1456, le chevalier Georg von Ehingen, de Souabe, séjournait à la cour du roi de France Charles VII, lors de son tour d’Europe. Y fut reçu un ambassadeur du roi Henri IV qui annonça que le roi de Castille allait lancer une campagne importante contre le roi de Grenade, qui avait reçu le secours du roi de Tunis et d’autres rois du Maghreb. Henri IV requérait à Charles VII de publier cette annonce dans tout son royaume afin que les chevaliers français pussent aller chevaucher avec lui30. Nous pouvons aussi relever que le duc de Bourgogne Philippe le Bon envoya (à une date non connue, entre 1430 et 1464) le roi d’armes Toison d’or dans le royaume de Grenade pour y faire rapport des passages dans le but d’y implanter la foi chrétienne31.

  • 32 Antoine de LA SALE, Le Reconfort de madame de Fresne, éd. Ian HILL, Exeter : University of Exeter, (...)
  • 33 Gomes Eanes de ZURARA, Crónica da tomada de Ceuta, éd. Reis BRASIL, Mem Martins : Publicações Europ (...)

10D’un autre côté, en 1415, les Portugais avaient ouvert une nouvelle frontière avec leur expédition de Ceuta, frontière qui allait attirer des chevaliers du nord. D’après le témoignage d’Antoine de La Sale, bâtard d’un noble gascon, qui menait une vie de condottiere, nous pouvons comprendre que des nobles d’importance, dans ce cas Henri d’Antoing, seigneur d’Esquerdes (en Picardie), et Philippe de La Chapelle (de Flandre), tous deux chevaliers, ont emmené des écuyers et des hommes d’armes de Normandie, de Picardie, de Boulonnais, de Flandre32. De son côté, le chroniqueur portugais Gomes Eanes de Zurara mentionne Henri d’Antoing, Pierre Bataille (du Boulonnais) et Guy Le Boutillier (de Normandie), sans doute parce qu’ils ont amené assez d’hommes33.

  • 34 J. PAVIOT (éd.), Portugal et Bourgogne au XVe siècle (1384-1482). Recueil de documents extraits des (...)
  • 35 Georges CHASTELLAIN, Œuvres, éd. KERVYN DE LETTENHOVE, Bruxelles : 1863-1866, réimpr. anast., Genèv (...)
  • 36 Ibid., t. 3, p. 353-358 ; Georges CHASTELLAIN, Chronique. Les fragments du livre IV révélés par l’A (...)
  • 37 Olivier de LA MARCHE, Mémoires, éd. Henri BEAUNE et J. d’ARBAUMONT, 3, Paris : Librairie Renouard, (...)

11On ne trouve pas d’autres mentions durant une quarantaine d’années ; elles apparaissent uniquement dans les sources bourguignonnes, ce qui s’explique par le mariage de l’infante Isabelle avec le duc Philippe le Bon. L’échec de celui-ci devant Calais en 1436 et la guerre civile en Flandre qui suivit empêchèrent la venue d’une flotte et de troupes bourguignonnes pour l’expédition de Tanger en 1437. Dans les années 1456-1457, Philippe le Bon et son fils Charles le Téméraire firent des dons à leurs nobles qui allaient combattre à Ceuta, ou Grenade ou même le Maghreb34. Le chroniqueur Georges Chastelain en cite deux, Antoine du Péage qui s’était fait connaître par ses exploits à Grenade et au Maghreb35 en 1457, et Jean de Rebreviettes, qui passa de Ceuta en Castille quand le roi dirigea une campagne contre Grenade, où il se distingua dans un combat individuel contre un champion maure qu’il tua36. Il est à relever qu’il n’y a aucun noble qui semble avoir participé à la campagne du roi Alphonse V en 1458 qui s’est terminée par la prise d’Alcácer Ceguer. Ainsi que le montre le cas de Jean de Rebreviettes, les nobles français (ou bourguignons) étaient à la recherche de l’exploit individuel. Malgré cela, quand Philippe le Bon envoya une force navale pour joindre la flotte du pape Pie II à Ancône en 1464, celle-ci s’arrêta à Ceuta pour secourir la garnison assiégée par les Marocains37.

12On ne trouve plus de mention de Français ou Bourguignons dans les combats de frontière de la péninsule Ibérique, notamment pour les dernières guerres de Grenade. Comme son père, le roi de France Louis XI (1461-1483) refusait la sortie des hommes d’armes pour des exploits à l’étranger et l’intérêt de la couronne se portait de plus en plus vers l’Italie, où son fils Charles VIII passa en 1494. En Bourgogne, Charles le Téméraire (1467-1477) s’était épuisé à se constituer un royaume et son successeur Maximilien d’Autriche dut se défendre contre la France, et à l’est contre les Turcs. Les Français de la périphérie nord-est, du Cercle de Bourgogne, purent trouver de nouvelles frontières avec les expéditions méditerranéennes de Charles Quint.

Haut de page

Notes

1 Voir en dernier lieu, en français, Adeline RUCQUOI, Mille fois à Compostelle. Pèlerins du Moyen Âge, Paris : Les Belles-Lettres, 2014.

2 Entre autres, Marcelin DEFOURNEAUX, Les Français en Espagne aux XIe et XIIe siècles, Paris : PUF, 1949.

3 Qui aurait été épousée en 1056 lors d’un séjour pour participer à la lutte contre les musulmans.

4 Frère de sa grand-mère paternelle, Hélie de Semur.

5 Cf. D’Arcy Jonathan Dacre BOULTON, The Knights of the Crown. The monarchical orders of knighthood in later Medieval Europe, 1325-1520, (1ère éd. 1987) 2e éd. augmentée, Woodbrige : The Boydell Press, 2000.

6 Dans Jean LE PETIT (sic), Le Livre du champ d’or et autres poèmes inédits, éd. P. LE VERDIER, Rouen : Impr. Cagniard, 1895, Société rouennaise de bibliophiles, p. 124-137. On peut noter que Guillaume VI Martel de Basqueville participa à la croisade d’Alexandrie en 1365 et que son cousin Guillaume Martel est indiqué à celle de Barbarie en 1390.

7 La historia de los nobles cavalleros Oliveros de Castilla y Artus d’Algarbe ; à la fin : « Acaba se la famosa historia de los muy virtuosos y muy esforcados cavalleros Oliveros de Castilla y Artus d’Algarve. El qual se imprimio en la cibdad de Sevilla por Jacobo Cronberguer aleman. Ano del senor de mill y quimientos y siete anos a quatro de junio 1507 ».

8 Le Roman du comte d’Artois. « Roman » anonyme du XVe siècle, trad. Roger DUBUIS, Paris : Honoré Champion, 2007.

9 Franco PORSIA, Progetti du crociata. Il De fine di Raimondo Lullo, Tarente : Chimienti Editore, 2005, Storia.

10 HAYTON, La Fleur des histoires de la terre d’Orient, in : Danielle RÉGNIER-BOHLER (dir.), Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre sainte, XIIe-XVIe siècle, Paris : Robert Laffont, 1997, p. 875.

11 Christopher TYERMAN, England and the Crusades, 1095-1588, Chicago-Londres : The University of Chicago Press, 1988, p. 247.

12 Jean FROISSART, Œuvres. Chroniques, éd. KERVYN DE LETTENHOVE, Bruxelles : 1867-1877, réimpr. anast. Osnabrück : Biblio Verlag, 1967, t. 4, p. 96 (et 97).

13 Cronica de D. Alfonso el Onceno de este nombre, de los reyes que reunaron en Castilla y en Leon, 2e éd. par D. Francisco CERDÀ Y RICO, Parte I, Madrid : Imprenta de D. Antonio de Sancha, 1787, p. 534, 544, 548-550, 559, 560-561, 563-564, 569-571.

14 Cf. Georges MINOIS, Du Guesclin, Paris : Fayard, 1993, p. 243-269 ; Thierry LASSABATÈRE, Du Guesclin. Vie et fabrique d’un héros médiéval, Paris : Perrin, 2015, p. 256-294.

15 J. FROISSART, op. cit., t. 7, p. 83.

16 Ibid., p. 93.

17 CUVELIER, Chronique, éd. E. CHARRIÈRE, Paris : Typographie de Firmin Didot Frères, 1, 1839, v. 6553-6559, p. 240 ; il y a une édition plus récente, que je n’ai pu consulter : La Chanson de Bertrand du Guesclin, éd. Jean-Claude FAUCON, Toulouse : Éditions universitaires du Sud, 2 : Texte et varia lectio, 1991.

18 Ibid., v. 7146-7154 (var.), p. 260-261.

19 Ibid., v. 7261-7276, p. 264.

20 Ibid., v. 7554-7556, p. 273.

21 Ibid., v. 7614-7615, p. 275.

22 Ibid., v. 6560-6569, p. 240/385.

23 G. MINOIS, op. cit., p. 266.

24 CUVELIER, op. cit., v. 8980-8982, p. 320.

25 Ibid., v. 9018-9021, p. 321-322.

26 Ibid., v. 9288-9295, p. 330.

27 Ibid., v. 9899-9905, p. 350.

28 Ibid., v. 15581-15583, t. 2, 1839, p. 78.

29 Ghillebert de LANNOY, Œuvres, éd. C. POTVIN et J.-C. HOUZEAU, Louvain : Impr. de P. et J. Lefever, 1878, p. 13-18.

30 Georg von EHINGEN, Reisen nach der Ritterschaft, éd. Gabriele EHRMANN, Goppingen : Kümmerle Verlag, 1979, t. 1 : Edition, p. 41-43.

31 « Épître à la Maison de Bourgogne sur la Croisade Turque projetée par Philippe le Bon (1464) », éd. Georges DOUTREPONT, dans Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique, 32, 1906, p. 175.

32 Antoine de LA SALE, Le Reconfort de madame de Fresne, éd. Ian HILL, Exeter : University of Exeter, 1979, p. 27-28 (sans identification des personnes).

33 Gomes Eanes de ZURARA, Crónica da tomada de Ceuta, éd. Reis BRASIL, Mem Martins : Publicações Europa-América, 1992, p. 104.

34 J. PAVIOT (éd.), Portugal et Bourgogne au XVe siècle (1384-1482). Recueil de documents extraits des archives bourguignonnes, Lisbonne-Paris : Centre Culturel Calouste Gulbenkian – Commission nationale pour les commémorations des découvertes portugaises, 1995, n° 338-340, p. 396-397, et n° 349, p. 401.

35 Georges CHASTELLAIN, Œuvres, éd. KERVYN DE LETTENHOVE, Bruxelles : 1863-1866, réimpr. anast., Genève : Slatkine Reprints, 1971, t. 5, p. 45-46.

36 Ibid., t. 3, p. 353-358 ; Georges CHASTELLAIN, Chronique. Les fragments du livre IV révélés par l’Additional Manuscript 54156 de la British Library, éd. Jean-Claude DESCLOS, Genève : Droz, 1991, p. 76-79 ; cf. J. PAVIOT (éd.), Portugal et Bourgogne au XVe siècle cit., n° 349, p. 401 (don à son retour en 1458).

37 Olivier de LA MARCHE, Mémoires, éd. Henri BEAUNE et J. d’ARBAUMONT, 3, Paris : Librairie Renouard, 1885, p. 39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Paviot, « Les connexions franco-ibériques », e-Spania [En ligne], 31 | octobre 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/28535 ; DOI : 10.4000/e-spania.28535

Haut de page

Auteur

Jacques Paviot

Université Paris-Est Créteil, Centre de recherche en histoire européenne comparée

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals