Navigation – Plan du site
Une « noblesse de frontière » en péninsule Ibérique (XIVe-XVe siècles)

L’espace de la frontière et la légitimation du pouvoir nobiliaire dans l’œuvre de Don Juan Manuel

Olivier Biaggini

Résumés

Le but de cet article est d’examiner, dans les écrits de Don Juan Manuel, les représentations et les fonctions que l’auteur accorde au territoire de la frontière, qu’il fasse ou non partie de son patrimoine, dans une logique de pouvoir. Dans le Libro de la caza et le Libro de las armas, dont le discours se veut référentiel, fondé sur l’expérience personnelle de leur auteur, il s’agit de montrer le lien entre l’ostentation de ce patrimoine et la revendication d’une supériorité lignagère. À partir du Libro de los estados et de El conde Lucanor, œuvres de fiction, on envisage la frontière comme lieu d’une définition conflictuelle du pouvoir nobiliaire : aux confins des royaumes chrétiens, le noble affronte les musulmans pour accroître son honneur et assurer son salut, mais ce premier conflit peut servir à exprimer la rivalité entre le pouvoir nobiliaire et les autres pouvoirs qui dominent la société chrétienne, à savoir le pouvoir ecclésiastique et le pouvoir royal.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la biographie de Don Juan Manuel, le livre, déjà ancien, d’Andrés GIMÉNEZ SOLER, Don Juan Manue (...)

1Don Juan Manuel, qui est surtout connu aujourd’hui comme un auteur majeur de la littérature médiévale hispanique, a d’abord été un homme de pouvoir. On peut le considérer comme un des seigneurs les plus puissants du royaume de Castille dans la première moitié du XIVe siècle, son pouvoir et son prestige entrant souvent en concurrence directe avec ceux de ses souverains, Ferdinand IV, puis Alphonse XI1. Cette position remarquable tient essentiellement à la conjonction de trois facteurs, à savoir son ascendance généalogique, son patrimoine et son action politique, tous trois liés, directement ou non, à l’espace méridional de la frontière. En premier lieu, Don Juan Manuel était un membre éminent de la famille royale, fils de l’infant Manuel, le plus jeune frère du roi Alphonse X, et petit-fils du roi Ferdinand III. Ce père et ce grand-père, qu’il ne connut ni l’un ni l’autre en personne, sont constamment valorisés dans ses écrits, souvent au détriment d’Alphonse X et des souverains qui lui succédèrent sur le trône de Castille. Ferdinand III, en particulier, fournit un modèle d’aïeul idéal : c’est le roi saint, incarnation des valeurs chevaleresques, qui conquit, dans la première moitié du XIIIe siècle, de très vastes territoires en Andalousie, ce qui permit une considérable expansion du royaume vers le sud, à laquelle la noblesse fut largement associée.

  • 2 Voir Ángel Luis MOLINA MOLINA, « Los dominios de Don Juan Manuel », in : Don Juan Manuel, VII Cente (...)
  • 3 Voir l’étude fondamentale de Denis MENJOT, Murcie castillane : une ville au temps de la frontière ( (...)
  • 4 Voir Isabel GARCÍA DÍAZ, « Los señoríos murcianos del infante Manuel », Miscelánea medieval murcian (...)

2En second lieu, Don Juan Manuel tire son pouvoir d’un patrimoine très étendu2 qui se compose notamment de territoires situés aux confins du royaume de Grenade et, plus précisément, dans la région de Murcie3, peuplée en majorité de musulmans. De fait, l’infant Manuel avait commencé à se constituer ce patrimoine à la fois dans le Nord, en Vieille Castille, centre traditionnel du pouvoir, et dans ce sud-est péninsulaire4. Don Juan Manuel, issu du second mariage de son père mais seul héritier mâle à sa mort, reçut, alors qu’il avait à peine deux ans, la quasi-totalité de ces villes et territoires. Par la suite, il veilla à préserver et à accroître ses domaines, ce qui, dans la région murcienne, impliqua des luttes de pouvoir et des efforts diplomatiques intenses avec le roi de Castille, mais aussi avec le roi d’Aragon. Alors qu’au tout début du XIVe siècle les incursions aragonaises dans le royaume de Murcie conduisirent à une fragilisation des possessions de Don Juan Manuel, qui perdit même certaines villes, son union, en secondes noces, en 1312, avec Constance, la fille de Jacques II d’Aragon, lui permit de retrouver en terres murciennes une solide position. Des années plus tard, vers 1337-1338, lorsque Don Juan Manuel compose son Libro infinido à l’intention de son fils héritier Fernando, il s’adresse ainsi à lui pour lui présenter l’ensemble de ce patrimoine :

  • 5 « Et vous pouvez aller du royaume de Navarre jusqu’au royaume de Grenade en logeant chaque nuit dan (...)

Et podedes ir del reino de Navarra fasta el reino de Granada que cada noche posedes en villa cercada o en castiellos que yo he. Et segund el estado que mantovo el infante don Manuel, vuestro abuelo, et don Alfonso, su fijo que era su heredero, et yo después que don Alfonso murió et finqué yo heredero en su lugar, nunca se falla que infante nin su fijo nin su nieto tal estado mantoviesen como nós tenemos mantenido5.

  • 6 Voir Aurelio PRETEL MARÍN et Miguel RODRÍGUEZ LLOPIS, El señorío de Villena en el siglo XIV, Albace (...)
  • 7 On consultera la carte que propose Á. L. MOLINA MOLINA, art. cit., hors texte, entre la p. 222 et l (...)

3Ce discours, d’une part, met l’accent sur l’ampleur exceptionnelle des territoires dominés par les Manuel, qui se répartissent entre le centre et la périphérie du royaume, les deux pôles principaux – non nommés – étant Peñafiel, près de Valladolid, pour le centre, et Villena6, près de Murcie, pour la périphérie (ce sont là, sans aucun doute, les deux possessions de Don Juan Manuel les plus valorisées par ses actions politiques et par ses écrits). D’autre part, si Don Juan Manuel peut parcourir cet espace en dormant chaque nuit dans un château qui lui appartienne, cela signifie que ce patrimoine si vaste n’est pas discontinu : il peut aussi être perçu comme un réseau, le centre et la périphérie étant reliés concrètement entre eux par un essaim cohérent de localités7. La frontière s’offre comme un espace périphérique, mais pas nécessairement comme un espace séparé. Celui qui le domine peut jouer tantôt de la distance, tantôt de la continuité spatiale pour accroître son pouvoir.

4Aux deux facteurs du pouvoir de Don Juan Manuel déjà mentionnés, il faut donc ajouter son action politique. Elle consista le plus souvent à tenter de tirer parti de cette polarisation de l’espace. À la suite de son père, il exerça, par intermittence, la charge d’adelantado mayor del reino de Murcia, ce qui faisait de lui le principal représentant du roi dans cette région et lui conférait de nombreuses prérogatives militaires, fiscales et judiciaires. Pendant la minorité d’Alphonse XI, Don Juan Manuel, notamment pendant les quelques années où il assuma la corégence du royaume, jouit d’une liberté totale dans les terres murciennes, qu’il administra tel un monarque indépendant. En revanche, à partir de 1325, le roi, devenu majeur, s’employa à limiter les prérogatives des grands nobles et, en particulier, celles de Don Juan Manuel. En 1327, Alphonse humilia celui-ci en rompant son engagement matrimonial avec Constance, sa fille, ce qui provoqua entre les deux hommes un conflit ouvert qui, avec quelques périodes de trêve, s’étala sur plus d’une décennie. La région périphérique de Murcie devint alors une zone de transposition et de prolongement des conflits qui, dans le centre, se manifestaient entre le roi et Don Juan Manuel.

5Mon but est d’examiner, dans les écrits de Don Juan Manuel, les représentations et les fonctions que l’auteur accorde au territoire de la frontière, qu’il fasse ou non partie de son patrimoine, dans une logique de pouvoir. Il faut noter d’emblée que les descriptions de cet espace sont rares dans les textes de Don Juan Manuel, qui disent peu de choses de sa configuration géographique, de son peuplement, de ses structures sociales. En revanche, plutôt que de s’intéresser à ce qu’ils disent des territoires de frontière, on tirera sans doute meilleur profit à étudier ce qu’ils en font, selon les stratégies discursives qui leur sont propres. Dans un premier temps, je m’intéresserai aux représentations que Don Juan Manuel offre de son patrimoine dans des œuvres telles que le Libro de la caza et le Libro de las armas, dont le discours se veut référentiel et fondé sur l’expérience personnelle – directe ou indirecte – de leur auteur : il s’agira de montrer le lien entre l’ostentation de ce patrimoine et la revendication d’une supériorité lignagère. Dans un second temps, à partir du Libro de los estados et de El conde Lucanor, œuvres de fiction, je m’intéresserai à la frontière comme lieu d’une définition conflictuelle du pouvoir nobiliaire : aux confins des royaumes chrétiens, le noble affronte les musulmans, mais je voudrais montrer que ce premier conflit peut servir à représenter la rivalité entre le pouvoir nobiliaire et les autres pouvoirs qui dominent la société chrétienne (en l’occurrence, le pouvoir ecclésiastique et le pouvoir royal).

Ostentation du patrimoine et revendication d’une supériorité lignagère : du Libro de la caza au Libro de las armas

  • 8 On se reportera à José Manuel FRADEJAS RUEDA (éd.), Don Juan Manuel y el Libro de la caza, Tordesil (...)
  • 9 « il a vu comment s’est transformée la façon de chasser entre ce temps-là et le temps actuel », DON (...)
  • 10 Voir Olivier BIAGGINI, « Stratégies du paratexte dans les œuvres de Don Juan Manuel », Cahiers d’ét (...)
  • 11 Cette question a été tout juste esquissée en guise de conclusion dans Francisco Javier DÍEZ DE REVE (...)

6Traité de fauconnerie, composé autour de 1325-1326, mais sans doute amendé des années plus tard par son auteur, le Libro de la caza se présente avant tout comme un ouvrage technique8. Il nous est parvenu sous une forme incomplète : d’une part, le prologue annonce que la première section, consacrée à la fauconnerie, sera suivie d’une seconde, relative à la vènerie, mais celle-ci n’a pas été conservée ; d’autre part, le traité de fauconnerie est lui-même tronqué et s’interrompt brusquement au milieu de son douzième chapitre. Dans le prologue, il est dit que Don Juan Manuel a rédigé son traité à partir de sources alphonsines, aujourd’hui perdues, mais qu’il a privilégié la pratique de la chasse sur sa théorie, en tenant compte de l’expérience de nombreux fauconniers – actifs auprès d’Alphonse X, mais aussi de l’infant Manuel et de l’infant Jean, fils d’Alphonse X – car, d’une génération à l’autre, « él vio cómo se mudó la manera de la caça de aquel tienpo fasta aqueste que agora está »9. Ainsi, selon le point de vue adopté, la pratique de cette activité n’est pas immuable et requiert une rénovation constante, si bien que les sources livresques ne peuvent prétendre à l’exhaustivité ni se substituer aux compétences pragmatiques des hommes. L’autorité du savoir hérité n’a que peu de valeur, dans ce domaine, si elle n’est pas révisée à l’aune du savoir empirique. Cette mise à distance a le double effet de relativiser la valeur des écrits alphonsins en la matière – l’éloge d’Alphonse X que contient le prologue est pour le moins ambigu10 – et de justifier par avance les innovations attribuées à Don Juan Manuel dans le traité. En effet, dans le corps du texte, l’exposé relatif à l’élevage des faucons et à l’art de la chasse est sans cesse actualisé par l’introduction de remarques attribuées à l’auteur et relevant de son expérience individuelle. Au fil des pages, abondent les formules du type « Et dize don Johán que… » pour introduire ces remarques qui viennent compléter, nuancer ou contredire les opinions admises. Ces formules servent également à insérer des anecdotes personnelles, ce qui donne au texte un ton singulier et, par moment, le porte au-delà de sa finalité première : presque autant que de la chasse, il parle d’un chasseur particulier, Don Juan Manuel, introducteur d’innovations dans l’art de soigner les faucons, de les entraîner et d’en user comme il se doit. Alors que l’ouvrage a donné lieu à d’abondants commentaires sur ces aspects techniques, il manque encore une étude qui s’intéresserait spécifiquement à l’image que Don Juan Manuel y donne de lui-même et à la pensée politique que cette image sous-tend11.

  • 12 Le premier chapitre, qui présente les différentes sortes (naturas) de faucons, les classe de façon (...)
  • 13 C’est le cas de la chasse à la grue, où peut intervenir un faucon pèlerin (baharí) qui soit un maît (...)
  • 14 C’est l’hypothèse séduisante proposée par Leonardo FUNES, « Excentricidad y descentramiento en la f (...)

7Une première piste serait d’étudier le lien exclusif entre le monde des faucons et celui des grands nobles, dont je me contenterai d’énumérer ici quelques aspects. Dans le texte, ce lien peut être d’ordre analogique : les considérations sur les types de faucons, plus ou moins prisés, donnent lieu à une hiérarchie entre eux qui peut rappeler le principe du rang nobiliaire12 ; certaines sortes de chasse se pratiquent avec des faucons dont les rôles sont hiérarchisés13 ; et il se peut même que Don Juan Manuel ait cherché à représenter sa propre singularité à travers une certaine espèce de faucon14. Par ailleurs, plus globalement, le lien entre la fauconnerie et la noblesse se manifeste par l’exclusivité d’une pratique sociale et sa teneur symbolique. Si la chasse est présentée comme une activité « noble » (noble) et « élégante » (apuesta), c’est parce qu’elle est en principe réservée aux membres de la noblesse. Plus on pratique la chasse et on maîtrise le savoir qui la sous-tend, plus on peut apparaître comme un membre éminent du groupe aristocratique. En outre, l’acquisition des faucons et leur élevage étant d’un coût très élevé, cette activité est synonyme d’opulence, d’apparat et d’honneur. Don Juan Manuel ne manque pas de mettre en avant ce double prestige, lié à un savoir pratique et à la prééminence sociale qui va de pair avec lui.

8Or, dans certains cas, les anecdotes qu’il rapporte renvoient également à l’espace de la frontière et à la généalogie de son lignage. Ainsi, au chapitre VIII, qui examine les techniques spécifiques de la chasse à la grue, le traité expose les faits suivants, en trois étapes distinctes. Dans un premier temps, il est dit qu’à l’époque d’Alphonse X, on chassait les grues en lançant un grand nombre de faucons sur elles quand elles sont posées ; en revanche, de nos jours, on préfère en lancer un petit nombre sur elles quand elles sont en plein vol (atrabesadizas). Or, lit-on ensuite, le fauconnier qui a introduit cette nouvelle technique est Ramón de Urg (« Remón Durche »), alcaide du château de Villena. Il a fait découvrir son innovation à son seigneur, Don Juan Manuel, alors qu’ils s’étaient tous deux rendus à Tarazona, à l’occasion de la rencontre des rois de Castille, d’Aragon et du Portugal dans cette localité. Il s’agit d’une allusion à l’entrevue qui, en 1304, donna lieu au traité de Torrellas, en vertu duquel la région de Murcie fut partagée entre la Castille et l’Aragon pour en finir avec les conflits répétés qui opposaient les deux royaumes dans la région. Don Juan Manuel était concerné au premier chef, puisque ses propres possessions, déjà mises en péril par les incursions aragonaises, ne lui furent pas toutes restituées. Il conserva la seigneurie de Villena – bien qu’elle passât sous souveraineté aragonaise – mais il perdit ses droits sur Elche, ville attribuée au roi d’Aragon. En échange d’Elche, toutefois, il obtint une compensation du roi de Castille, à savoir la ville d’Alarcón, dans la région méridionale du diocèse de Cuenca. Or, c’est précisément à Alarcón, selon le Libro de la caza, que le fauconnier Ramón de Urg expérimenta ensuite sa nouvelle technique de chasse à la grue avant de la présenter à son seigneur. On observe ici un troublant tissage entre la généalogie supposée d’une technique de chasse et l’histoire politique de territoires dont l’auteur est partie prenante.

  • 15 Libro de la caza, éd. cit., p. 191.

9Mais l’anecdote ne s’arrête pas là et, dans un deuxième temps, elle fait remonter le récit au temps de l’infant Manuel, père de l’auteur. La technique mentionnée a beau être nouvelle, Don Juan Manuel a entendu dire par son cousin, l’infant Jean, que Manuel avait déjà, à Murcie, un faucon sacre qui chassait la grue de cette façon. Et, par ailleurs, ce même infant Jean jure que Manuel, le plus grand chasseur de tous les temps, avait accompagné Alphonse X à Séville dans une partie de chasse en étant pourvu d’un très grand nombre de faucons, alors qu’il en avait laissé quelque cent-soixante plus au nord, à Medellín, avant de rejoindre le roi. Ainsi, le texte sous-entend que Manuel pouvait faire ostentation d’un apparat de chasse plus somptueux que le roi son frère et ce, à Séville, ville qui, à bien des égards, était associée au roi. Le nombre de cent-soixante faucons (auxquels s’ajoutent ceux que l’infant avait avec lui à Séville) est extraordinaire : le traité affirme par ailleurs qu’il suffit à un chasseur, pour pratiquer tous les types de chasse et ne pas souffrir le déshonneur, d’en posséder dix-huit15. Ainsi, non seulement Manuel est présenté comme un précurseur de la chasse à la grue la plus moderne, mais, dans le domaine de la fauconnerie, il surpasse le roi lui-même.

10Enfin, un troisième et dernier volet de l’anecdote évoque l’origine même de la chasse au faucon en Castille, qui remonte à la génération précédente et, plus précisément, au mariage de Ferdinand III avec Béatrice de Souabe :

  • 16 « Et, en outre, Don Johan dit qu’il a entendu dire que la chasse au faucon de haut vol fut introdui (...)

Et aun dize don Johan que él oyó dezir que la caça de los falcones altaneros vino a Castilla después que el sancto rey don Fernando, que ganó Alendeluzía, casó con la reina doña Beatriz , que en ante dizen que non matavan la garça con falcones, sinon con açores16.

11Après le père, c’est le grand-père qui est mis à l’honneur : ce roi Ferdinand, érigé en modèle par Don Juan Manuel pour ses vertus politiques et chevaleresques partout où il apparaît dans ses œuvres, serait aussi un fondateur en matière de fauconnerie. Il est logique de penser que par Béatrice, membre de la famille des Hohenstaufen et cousine germaine de Frédéric II, fut introduit en Castille le traité de fauconnerie composé par ce dernier qui est sans doute, d’ailleurs, l’une des sources directes ou indirectes du Libro de la caza. Pourtant, c’est Ferdinand que le texte met en avant, en affirmant sa sainteté et en rappelant qu’il est le conquérant de l’Andalousie.

12Ainsi, par petites touches, le discours technique propre à la chasse apparaît truffé de considérations politiques et familiales. La généalogie de la chasse en Castille et la généalogie personnelle de Don Juan Manuel se recoupent. L’effet subreptice de cet entrelacement est une valorisation du lignage des Manuel au détriment de celui d’Alphonse X. L’espace de la frontière (Murcie, Séville, l’Andalousie) est impliqué dans cette représentation, mais de façon assez discrète et seulement par allusion.

  • 17 « sur les terres que don Johan a parcourues », éd. cit., p. 192.
  • 18 « le territoire de l’ordre de Saint-Jacques, qu’ils appellent terre de León », éd. cit., p. 192.

13Or, les territoires de la frontière acquièrent une présence bien plus directe et concrète dans le douzième et dernier chapitre du traité, dont nous ne conservons qu’une version tronquée. Le texte annonce que ce chapitre XII doit indiquer quels types de chasse on peut pratiquer « en las tierras que don Johan a andado »17. Le chapitre entend passer en revue de nombreuses localités de Castille, classées par évêchés, afin de préciser comment Don Juan Manuel y a pratiqué la chasse. Cette longue liste relève de l’aide-mémoire, puisqu’il est dit qu’elle est censée permettre à l’auteur de se rappeler le nom des rivières, des gués et des hameaux qu’il a personnellement traversés lors de ses parties de chasse. Cependant, au-delà de cet usage personnel, le chapitre XII se donne aussi comme un guide adressé au lecteur en quête d’informations locales. Le chapitre égrène des listes de localités, elles-mêmes incluses dans une liste d’évêchés, annoncée en début de chapitre : celle-ci part du sud-est du royaume de Castille (évêché de Carthagène), puis remonte vers le nord (Cuenca, Sigüenza, Osma) pour arriver en Vieille Castille et au León (Palencia, Burgos, Calahorra, León) et redescendre vers le sud du royaume (Zamora, Salamanque, Ávila, Ségovie, Tolède, Jaén), pour arriver enfin dans le sud-ouest (Cordoue, Séville), la dernière étape annoncée n’étant pas un évêché, mais « la tierra de la orden de Sanctiago que ellos llaman tierra de León »18, soit la zone d’Estrémadure détenue par l’ordre de Saint-Jacques autour de Segura de León. Le plan d’ensemble, donc, ne suit pas un mouvement du centre vers la périphérie. Il consiste à partir de la frontière, au sud-est, pour y revenir, au sud-ouest, si bien que les territoires récemment conquis occupent dans cet itinéraire une place de choix. Malheureusement, seules les descriptions correspondant aux trois premiers évêchés (Carthagène, Cuenca et Sigüenza) ont été transmises par le chapitre XII et on ne saura rien des expériences de chasse de Don Juan Manuel en Andalousie. En revanche, le texte aborde le cas de Murcie, territoire essentiel dans le patrimoine des Manuel.

  • 19 Selon l’avant-prologue (anteprólogo), première pièce liminaire de El conde Lucanor mais qui n’est s (...)

14Pour évoquer les villes et villages du diocèse de Carthagène, qui comprend la région murcienne, le texte procède à un itinéraire qui, cette fois, va du nord au sud. Ce choix d’exposition permet de placer en toute première position la seigneurie de Villena, qui est la plus éclatante possession de Don Juan Manuel dans la région. Symboliquement, si en Vieille Castille, le point d’ancrage symbolique du pouvoir de Don Juan Manuel est Peñafiel – ville où il fonda le couvent dominicain qui accueillit sa sépulture19 –, dans les territoires de la frontière, c’est Villena qui est investi du prestige du lignage. On ne sera pas étonné que Don Juan Manuel en fasse aussi un paradis des chasseurs :

  • 20 « À Villena on trouve le meilleur lieu pour toutes les sortes de chasse de tout le royaume de Murci (...)

En Billena ay mejor lugar de todas las caças que en todo en regno de Murcia, et aun dize don Johan que pocos lugares vio él nunca tan bueno[s] de todas las caças, ca de çima del alcáçar verá omne caçar garças, et ánades, et grúas con falcones et con açores et perdizes et codornizes, et a otras aves [que] llaman flamenques […], et liebres et conejos. Otrosí del alcáçar mismo verán correr montes de jabalís et de çiervos et de cabras montesas. Et dize don Johan que todas estas caças fizo él yendo a ojo del alcáçar, et dize que tan acerca matavan los jabalís, que del alcáçar podían muy bien conosçer por cara el que ante llegaba a él. Et dize que si non porque ay muchas águilas et que á lugares en la huerta ay muy malos pasos, que él diría que era el mejor lugar de caça que él nunca viera20.

15Dans cette évocation, les choix rhétoriques ne sont pas innocents. D’une part, la description est construite autour de la forteresse elle-même, le cœur du territoire de chasse coïncidant avec le centre militaire et politique. D’autre part, la forteresse est aussi le point d’origine du regard pour évoquer un spectacle dans lequel Don Juan Manuel trouve lui-même sa place : il n’est plus seulement l’observateur qui décrit, mais aussi l’acteur de la chasse que l’on aperçoit depuis les hauteurs du château. Le texte produit une représentation d’un territoire particulièrement giboyeux, mais en acte, de façon dynamique et synthétique à la fois. Don Juan Manuel s’y intègre doublement : son autorité politique est figurée par le château et son expérience de chasseur par l’évocation du territoire qu’il parcourt.

16De même, on peut se demander si ce critère patrimonial et politique n’est pas toujours à l’œuvre dans l’évocation d’autres localités du même diocèse. Alors que Villena offre tout ce dont un chasseur peut rêver, Elda et Novelda, deux hameaux tout proches que l’infant Manuel avait légués à sa fille, Violante, et qui furent ensuite annexés par l’Aragon, semblent nettement moins attractifs :

  • 21 « De Sax jusqu’à Elda coule le ruisseau qui vient de Villena et qui passe dans les montagnes et les (...)

De Xax fasta Elda va el arroyo que viene de Billeña et va por lugares muy estrechos de xierras et de montes et non es buen lugar de caça para falcones; et de Elda ayuso, fasta la huerta de Novelda, non ay lugar de caça para falcones. Desde Novelda fasta en Azpe por aventura ay algunas ánades et alguna garça21.

  • 22 « À Murcie, il y a beaucoup de grues dans la rivière Segura, mais elles sont très difficiles à tuer (...)

17Enfin, un territoire impraticable est celui des alentours de la ville de Murcie : « En Murcia ay muchas garças en el río Segura, mas son muy graves de matar con falcones »22. Pas de chasse au faucon, donc, aux abords de cette ville du domaine royal dont la municipalité fut en conflit presque permanent avec Don Juan Manuel, adelantado mayor de ce royaume.

18En somme, le guide de chasse dessine aussi une géographie politique taillée sur mesure, propre à rappeler l’ancrage du pouvoir de Don Juan Manuel dans la région et à valoriser les territoires qui lui sont le plus directement soumis. Au-delà des allusions de détail à telle ou telle localité, l’accumulation des toponymes contribue globalement à cet effet de prestige. Certes, toutes les localités citées n’appartiennent pas nécessairement à Don Juan Manuel – surtout si l’on considère l’ensemble des territoires qui devaient être détaillés dans la version complète du traité –, mais le fait même que l’auteur y ait pratiqué la chasse ou simplement envisagé de la pratiquer tend à les assimiler aux terres de son patrimoine. Le Libro de la caza, au-delà de sa fonction technique, s’emploie à cartographier le pouvoir territorial de son auteur.

  • 23 « À Elche, le héron vient parfois au bord de l’eau et il y a quelques canards et de nombreuses grue (...)
  • 24 Alarcón, que Don Juan Manuel reçut du roi de Castille en compensation de la perte d’Elche, apparaît (...)

19Pour conclure ce rapide examen du Libro de la caza et aborder ensuite le Libro de las armas, je mentionnerai un cas particulier, celui de la ville d’Elche. Sans atteindre l’excellence de Villena, cette localité offre de belles possibilités pour le chasseur selon le Libro de la caza : « En Elche a vezes recude la garça a la ribera et ay algunas ánades et ay muchas grúas et muy buen lugar para las caçar »23. Rappelons le statut changeant de cette ville pour Don Juan Manuel : il en hérita à la mort de son père, elle lui fut prise par Jacques II d’Aragon en vertu du traité de Torrellas24 en 1304, puis elle lui revint en 1312 lorsqu’il épousa Constance, la fille de Jacques II, même si cette dévolution resta ambiguë, car Don Juan Manuel, pour l’obtenir, devait devenir le vassal du roi d’Aragon, ce qu’il ne formalisa jamais.

20Il se trouve qu’Elche occupe une place singulière dans l’imaginaire politique et lignager de Don Juan Manuel, comme le montre le Libro de las armas. Ce traité, tardif dans la production de l’auteur – il a pu être rédigé à la fin années 1330 ou au début des années 1340, c’est-à-dire à une époque où l’activité politique de son auteur avait perdu de sa vigueur –, est néanmoins l’œuvre qui tente d’asseoir le plus ouvertement, en usant d’une première personne du singulier omniprésente, la grandeur du lignage des Manuel au détriment du lignage royal. La deuxième partie de ce traité porte sur les raisons d’une prérogative des Manuel : pourquoi Don Juan Manuel et ses fils légitimes ont-ils la capacité de faire des chevaliers sans être chevaliers eux-mêmes ? Pour répondre à cette question, le traité remonte à l’époque d’Alphonse X, qu’il tente d’éclairer sous un nouveau jour à partir d’anecdotes familiales toutes défavorables au roi et favorables à au père de Don Juan Manuel. Il évoque en particulier le mariage de l’infante Constance d’Aragon, fille de Jacques Ier, avec l’infant Manuel. Cette infante avait d’abord été promise au frère de ce dernier, l’infant Henri. Le Libro de las armas évoque alors les manigances de la reine de Castille, Yolande d’Aragon, sœur aînée de Constance, qui, voulant éviter que celle-ci n’épousât un Castillan, fit jurer à son père, Jacques Ier, de ne consentir à la marier qu’avec un roi. Or, Henri, infant rebelle contre son frère Alphonse X, fut le conquérant de Niebla, royaume maure, et demanda à ce titre la main de Constance. Pour éviter ce mariage, Alphonse X et Yolande firent pression sur Jacques Ier, arguant qu’il pourrait marier Constance à Manuel une fois que le royaume de Murcie serait pacifié par les Castillans, ce qui sous-entend que Manuel aurait dû devenir roi de Murcie. Jacques Ier accepta et le mariage fut célébré en 1260. Cependant, le roi de Castille dupa son jeune frère. Il poussa les maures de Murcie à ne reconnaître aucun roi, si bien que Manuel dut renoncer à ce royaume. En échange, il reçut Elche ainsi qu’un territoire nommé « El Alhofra » :

  • 25 « […] on donna Elche à mon père, ainsi qu’un ensemble de localités que les maures appellent l’Alhof (...)

dieron a mio padre a Elche, con vna comarca de lugares que llaman los moros el Alhofra, que fue siempre commo reyno e sennorio apartado, que nunca obedesçió a ningund rey; et dieron gelo así: que el et don Alfonso, su fijo, o qualquier fijo varon mayor legitimo, que eredase aquel sennorio et que fuese mayoradgo; et que mio padre et don Alfonso, su fijo, et que todos los que aquel sennorio ouiesen, troxiessen su casa et su fazienda en manera de reys; et asi lo fizieron siempre después aca25.

  • 26 Le corollaire de ce privilège est que Don Juan Manuel ne saurait devenir chevalier de la main de pe (...)

21Le texte construit un système d’équivalence entre des territoires et entre les dignités politiques correspondantes : le royaume de Murcie a été abusivement remplacé, dans le patrimoine des Manuel, par Elche qui, à son tour, a été enlevée à Don Juan Manuel en échange d’Alarcón. Manuel aurait dû être roi de Murcie mais, même après avoir renoncé à ce royaume au profit d’Elche, il a reçu des prérogatives liées à la dignité de ce territoire de substitution, qualifié de « royaume et seigneurie à part », historiquement indépendant de toute souveraineté royale lorsqu’il était musulman. Cette supériorité des Manuel est marquée par la capacité héréditaire à faire des chevaliers sans être chevaliers eux-mêmes26. Bien que Manuel n’ait participé en rien à la conquête de Murcie et que ses droits théoriques sur ce royaume ne soient que le résultat d’obscures tractations entre les cours de Castille et d’Aragon, il jouit ici d’une prééminence face aux autres infants, prééminence qui s’étend à ses héritiers. La supériorité du lignage est donc ancrée dans la territorialité de la frontière, le paradoxe étant que l’argument décisif tient au statut politique dont jouissait le territoire alors qu’il était sous domination musulmane. La frontière n’en est plus une dès lors que sont abordées des questions de légitimité politique. L’espace correspondant permet, selon des critères définis sur mesure, de refonder le pouvoir nobiliaire.

La frontière comme lieu de redéfinition du pouvoir nobiliaire : du Libro de los estados à El conde Lucanor

22J’examinerai à présent l’espace de la frontière passé au filtre de la fiction, dans le discours essentiellement argumentatif du Libro de los estados, puis dans le discours à la fois argumentatif et narratif de l’œuvre la plus célèbre de Don Juan Manuel, El conde Lucanor.

  • 27 Sur cette convention originale et ses effets rhétoriques, voir Francisco BAUTISTA, « Autoría, nivel (...)

23Le Libro de los estados, rédigé autour de 1330, est un traité qui mêle la réflexion politique sur les états de la société et l’apologétique chrétienne. Librement inspiré de la légende orientale – devenue hagiographique dans ses adaptations occidentales – du Barlaam et Josaphat, il met en scène un personnage de fiction, le clerc castillan Julio, qui, exilé dans un royaume païen, parvient, par le dialogue raisonné, à convertir au christianisme l’infant, puis le roi son père, et enfin tous les sujets de ce royaume. Dans son enseignement dispensé à l’infant, nommé Joas, Julio adopte un plan qui passe en revue les différents états de la société, laïcs et ecclésiastiques, et il ne manque pas d’évoquer le cas spécifique de la Castille, notamment lorsqu’il rapporte les propos de son ami, un certain « don Johan », fils de l’infant Manuel, alter ego fictionnel de l’auteur27. Julio explique à Joas que les maures se sont emparés en Espagne des terres qui appartenaient aux chrétiens, enjeu de la guerre qui les oppose :

  • 28 « C’est pourquoi il y a une guerre entre les chrétiens et les maures et elle durera jusqu’à ce que (...)

Et por esto, a guerra entre los christianos et los moros, et abrá fasta que ayan cobrado los christianos las tierras que los moros les tienen forçadas; ca, quanto por la ley nin por la secta que ellos tienen, non avría guerra entre ellos. Ca Jhesu Christo nunca mandó que matasen nin apremiasen a ninguno por que tomasen la su ley, ca Él non quiere servicio forçado, sinon el que [se] faze de buen talante et de grado. Et tiene[n] los buenos christianos que la razón por que Dios consintió que los christianos oviesen reçebido de los moros tanto mal, es por que ayan razón de aver con ellos guerra derechureramente, por que los que en ella murieren, aviendo cumplido los mandamientos de sancta Eglesia, sean mártires, et sean las sus ánimas, por el martirio, quitas del pecado que fizieren28.

  • 29 Patrick HENRIET, « Ethos artistocratique et guerre sainte chez Don Juan Manuel », in : Carlos de AY (...)
  • 30 Par exemple, c’est avec une certaine admiration que Julio évoque les techniques de guerre des maure (...)

24La guerre contre les Maures tient à la fois de la guerre juste (aver con ellos guerra derechureramente) et de la guerre sainte. Patrick Henriet a analysé cette double dimension du discours de Don Juan Manuel pour montrer que la contradiction n’est qu’apparente29. Ainsi, tout d’abord, Julio affirme que la guerre est motivée par le projet de recouvrer les terres dont les musulmans se sont indûment emparés en Espagne, à l’exclusion de tout prosélytisme religieux. Il ne s’agit pas d’imposer le christianisme face à l’islam et, dans le Libro de los estados, on trouve même un discours assez laudatif envers les musulmans, qualifiés de grands guerriers30. Cependant, dans le même temps, ce projet de reconquête fondé en droit est investi d’une tout autre logique, d’ordre spirituel : le préjudice juridique devient un avantage salutaire dès lors que les combattants chrétiens peuvent obtenir par les armes le rachat de leurs péchés. Ainsi, cette guerre, pour les chrétiens, n’est pas seulement juste, mais justifiante, au sens spirituel, et même sanctifiante, puisqu’elle peut permettre au combattant d’accéder au martyre (« et sean las sus ánimas, por el martirio, quitas del pecado que fizieren »). L’expression conjointe de ces deux logiques n’a pas à être considérée comme une contradiction, ni comme le signe d’une hypocrisie, comme si un discours cynique d’exaltation religieuse venait justifier à posteriori la soif d’enrichissement personnel des combattants. Elle signale seulement les deux faces d’une pensée cohérente, qui reprend un schéma théologique traditionnel : le péché originel et la Chute peuvent être considérés, paradoxalement, comme une étape du plan divin destinée à permettre le rachat christique ; de même la perte de l’Espagne a l’avantage de fournir aux chrétiens qui font la guerre aux musulmans une rédemption à portée de l’épée.

25Un peu plus loin, Julio précise à quelles conditions le combattant chrétien peut prétendre obtenir ce bénéfice spirituel : il lui faut placer toute son espérance en Dieu, s’être confessé, puis, autant que possible, s’être amendé des péchés commis, et être prêt à recevoir le martyre pour l’exaltation de la sainte foi. On le voit, les critères retenus préconisent chez le guerrier une disposition pénitentielle, médiatisée par l’instance ecclésiastique, mais, en même temps, cette médiation est soumise à une tension : le guerrier, avant de partir au combat, aura reçu le sacrement de pénitence et, malgré tout, le maniement des armes peut lui apporter un surplus de bénéfice spirituel qui ne tient pas à l’intervention du prêtre. Ce bénéfice supplémentaire, qui peut aller jusqu’à une forme de sainteté, provient d’une activité guerrière directement mise au service de Dieu. Cependant, Julio précise que tous ceux qui meurent au combat ne sont pas martyrs, notamment ceux qui volent les biens, violent les femmes et font la guerre pour des motifs purement matériels ou pour la renommée mondaine qu’elle peut leur apporter. Inversement, de façon plus étonnante, il affirme aussi que certains combattants n’ont pas besoin de mourir sur le champ de bataille pour accéder au martyre :

  • 31 « Et même s’ils ne meurent pas par les armes, s’ils mènent une telle vie à combattre les maures, mê (...)

Et aunque non mueran por armas, si tal vida pasan en la guer[r]a de los moros, aunque por armas non mueran, la lazeria et los trabajos et el miedo et los peligros et la buena entençión et la buena voluntad los faze mártires. Ca siquiere el sancto et el vienaventurado rey don Ferrando, abuelo de don Johan, aquel mío amigo, çierto es que en su vida fue sancto et fizo muchos miraglos; et commo quiere que por armas non murió, tanto afán, et tanta lazeria tomó en serviçio de Dios, et tantos buenos fechos acabó, que bien le deven tener por mártir et por sancto, [et] por las sus buenas obras et la su buena entençión que avía, siempre venció et acabó quanto quiso31.

  • 32 Sur le premier point, qui a été mis en évidence depuis longtemps par les spécialistes, voir I. MACP (...)

26Julio érige le cas de Ferdinand III, grand-père de son ami « don Johan », en modèle du saint guerrier. Ce qui a fait de lui un martyr, c’est une vie passée à combattre les maures au service de Dieu, sans nécessité pour lui de mourir les armes à la main. C’est son attitude personnelle, toujours vertueuse face au danger, qui lui vaut cette sanctification, attestée par de nombreux miracles (mais non encore reconnue par l’Église, puisque Ferdinand fut canonisé au XVIIe siècle). Par ailleurs, le rôle de la médiation ecclésiastique semble avoir disparu dans cette évocation. Il n’est pas dit que c’est par la confession et la pénitence canoniques que le roi s’est prédisposé à la sainteté. Tout en se donnant comme une illustration particulière de la doctrine du martyre précédemment exposée, le cas de Ferdinand III tend à l’infléchir. La conjonction du sacrement ecclésiastique et de la mort au combat, critères mis en avant quelques lignes plus haut, passent au second plan pour Ferdinand. On sent poindre ici, chez Don Juan Manuel, un mode de pensée qui sera exprimé de façon plus concrète dans le discours exemplaire de El conde Lucanor et qui tient en deux points essentiels : il s’agit, en premier lieu, de l’idée d’une compatibilité totale, pour ne pas dire une coïncidence logique, entre le plein exercice des prérogatives temporelles des nobles et leur aspiration au salut ; et, en second lieu, de la revendication, pour les bellatores, d’une capacité spirituelle qui va au-delà de la médiation des oratores et qui se manifeste tout particulièrement au contact des musulmans, dans l’espace de la frontière32. Dans ce portrait de Ferdinand, outre l’affirmation d’une sainteté laïque et guerrière, le point d’arrivée de l’argumentation est « siempre venció et acabó quanto quiso » : l’affirmation d’un pouvoir spirituel dévolu aux laïcs combattants ne les écarte pas de leur fonction temporelle, mais apporte au contraire à celle-ci un surcroît de légitimité.

27Dans El conde Lucanor, la plus célèbre des œuvres de Don Juan Manuel, cette logique d’un cumul des bénéfices temporels et des bénéfices spirituels dévolus aux grands nobles est mise en avant à de nombreuses reprises. Comme le Libro de los estados, El conde Lucanor est essentiellement structuré à partir d’un dialogue entre deux personnages de fiction, en l’occurrence le comte Lucanor et son conseiller Patronio. Dans la première partie de l’œuvre, Lucanor expose de façon réitérée ses préoccupations concrètes à Patronio afin de recueillir son conseil et d’agir en conséquence. De façon systématique, Patronio relate un exemplum qui entretient une relation analogique avec la situation de Lucanor et il en tire une ligne de conduite, que le comte met en pratique, toujours pour son plus grand bien. Les questions abordées, très diverses, embrassent un grand nombre d’aspects politiques et spirituels de la vie nobiliaire. Il est assez fréquent que la question posée par Lucanor ou que le thème de l’exemplum relaté par Patronio se rapporte à lutte armée et, notamment, à la guerre contre les musulmans.

  • 33 David WACKS, Framing Iberia : Maqāmāt and Frametale Narratives in Medieval Spain, Boston-Leyde : Br (...)

28Comme l’a suggéré David Wacks33, il est possible de lire El conde Lucanor comme le produit d’une culture de la frontière si l’on tient compte de l’une de ses tensions constitutives : d’une part, cette œuvre apparaît abondamment irriguée par l’idéologie de la reconquête, ce qui ne saurait surprendre dans un contexte de colonisation des territoires récemment conquis par les Castillans sur Al-Andalus ; mais, d’autre part, dans sa première partie, constituées d’exempla, elle emprunte – tout en la transformant – la structure d’enchâssement des récits (frametale), trait emblématique des recueils narratifs « orientaux ». Pour David Wacks, l’instabilité du sens des récits exemplaires de El conde Lucanor, souvent soulignée par la critique, provient d’un conflit interne, non totalement résolu, entre cette structure narrative de l’enchâssement, qui, dans une œuvre comme le Calila e Dimna, connue de Don Juan Manuel, produit une plurivocité, et des choix formels spécifiques qui transforment cette structure pour encadrer son interprétation (chaque section de l’œuvre ne contient en principe qu’un seul exemple et s’achève sur une moralité versifiée de l’auteur qui est censée en synthétiser la portée pragmatique). Ainsi, dans El conde Lucanor, les formes narratives sont elles-mêmes « colonisées », reprises et réinterprétées pour servir les intérêts de la noblesse chrétienne et, en particulier, ceux de Don Juan Manuel. Au-delà d’une double patine orientale – formelle et thématique – et des formules en arabe qui apparaissent ponctuellement dans trois de ses récits, le texte n’est que très accessoirement tourné vers l’appréhension de l’Autre. Lorsqu’est évoqué al-Andalus ou l’espace de la frontière, le conflit entre chrétiens et musulmans peut même ne représenter qu’un enjeu superficiel du discours exemplaire, dans la mesure où, par le biais d’un dispositif rhétorique qui ne se réduit jamais à l’univocité, le discours que Patronio adresse à Lucanor a pour priorité la construction des modèles de comportement qui sont censés permettre au grand noble de maintenir et d’accroître son ascendant face aux autres pouvoirs.

  • 34 « Du saut que fit le roi Richard d’Angleterre dans la mer en direction des Maures », dans DON JUAN (...)
  • 35 El conde Lucanor, éd. cit., p. 33.

29Dans l’exemple 3, Del salto que fizo el rey Richalte de Inglaterra en la mar contra los moros34, le comte interroge son conseiller au sujet du salut de son âme. Il a participé à de nombreux conflits armés, aussi bien contre des maures que contre des chrétiens, ce qui a parfois causé du tort à des innocents, et il veut savoir comment s’amender tout en tenant le rang qui est le sien (segund el estado que yo tengo) : d’emblée, il précise ainsi qu’il ne s’agit pas d’abandonner le monde et de renoncer aux responsabilités temporelles qui sont les siennes, mais de concilier les prérogatives temporelles et l’aspiration spirituelle. Patronio rapporte un récit exemplaire lié dont le personnage principal est Richard Cœur-de-Lion et reprend ensuite la doctrine déjà exposé dans le Libro de los estados : la meilleure façon pour Lucanor d’accéder au salut est de faire pénitence, puis de participer à la lutte armée contre les maures. Ce combat lui permettra de défendre son patrimoine (pues Dios vos pobló en tierra quel podades servir contra los moros35) et lui donnera accès à la justification spirituelle, voire à la sanctification :

  • 36 « Et si vous agissez ainsi, je crois que c’est la meilleure façon que vous avez de sauver votre âme (...)

Et faziendo esto, tengo que esta es la mejor manera que vós podedes tomar para salvar el alma, guardando vuestro estado et vuestra onra. Et devedes crer que por estar en servicio de Dios non morredes ante, nin vivredes más por estar en vuestra tierra. Et si muriésedes en servicio de Dios, viviendo en la manera que vos yo he dicho, seredes mártir et muy bienaventurado; et aunque non murades por armas, la buena voluntad et las buenas obras vos farán mártir36.

  • 37 Sur les sources de ce récit, voir Rinaldo AYERBE-CHAUX, El Conde Lucanor. Materia tradicional y ori (...)
  • 38 Le roi de France, même s’il n’est pas identifié dans le texte, renvoie évidemment à Philippe August (...)
  • 39 Sur la question du miracle dans ce récit particulier et dans l’ensemble de l’œuvre, je renvoie à O. (...)

30On retrouve ici, pour une bonne part, la phraséologie du Libro de los estados associée à Ferdinand III. Toutefois ce discours est à présent adossé à un récit, celui qui met en scène le roi Richard37. Dans ce récit, un ermite de sainte vie apprend par révélation divine que son compagnon au paradis sera Richard, ce qui ne manque pas de l’étonner, voire de l’offusquer, car il sait que ce roi guerrier a commis nombre d’atrocités. Un ange envoyé par Dieu vient alors lui expliquer pourquoi Richard est digne de la récompense suprême : par un simple saut à cheval, effectué lors de son débarquement en Terre sainte, il a davantage mérité le salut que l’ermite par une vie entière de privations et de prières. On le voit, la stratégie narrative consiste à comparer les mérites d’un orator à ceux d’un bellator, en poussant aussi loin que possible le paradoxe, que l’ange vient résoudre par le récit d’un épisode pseudo-historique qui renvoie à la troisième Croisade. Alors que le débarquement en Terre sainte des croisés, menés par Richard d’Angleterre, le roi de France et le roi de Navarre38, était empêché par une grande armée de musulmans qui se tenaient sur la grève, Richard a vu là une occasion de racheter ses fautes : après d’être entretenu avec le roi de France, lui avouant qu’il avait péché, il a fait le signe de croix et puis s’est lancé à cheval dans les flots pour attaquer les infidèles. Un moment englouti, il a ensuite émergé et s’est précipité vers l’ennemi. Devant un tel acte de bravoure, dont les circonstances semblent tenir du miracle39, les Anglais ont suivi leur seigneur et les Français, qui ne voulaient pas être en reste, ont fait de même, si bien que l’assaut a été collectif et finalement victorieux. L’ange précise que Dieu a non seulement sauvé Richard des ondes, mais qu’il lui a en même temps accordé le salut. Après avoir entendu ce récit, l’ermite change totalement d’opinion et considère comme une grâce divine d’être le compagnon de Richard au Paradis.

31De ce récit, et de l’orientation exemplaire que lui attribue Don Juan Manuel par la bouche de Patronio, je tirerai trois observations. En premier lieu, il établit, dans ce cas précis, la supériorité spirituelle d’un bellator sur un orator, attestée par la parole de l’ange, qui peut affirmer que Richard a bel et bien gagné son salut à cette occasion. En outre, cette comparaison de mérites est acceptée par l’orator qui, après avoir douté, reconnaît la supériorité du bellator.

32En second lieu, le dispositif exemplaire pose une analogie entre la croisade en Terre sainte, dont le héros est Richard, et la lutte contre les maures en Espagne, dont Lucanor, selon Patronio, doit à son tour devenir le héros. Toutefois, la pénitence du guerrier, contrairement à ce qu’exposait le Libro de los estados, se dispense ici totalement de la médiation ecclésiastique. En lieu et place d’une confession à un prêtre, le récit mentionne un discours de repentance que Richard adresse au roi de France, dont il est à la fois l’égal (par la dignité royale) et le vassal (comme duc d’Aquitaine et duc de Normandie), la relation politique entre laïcs se substituant à la relation du chrétien à l’Église. En lieu et place du sacrement de pénitence, Richard reçoit symboliquement un nouveau baptême – si on peut interpréter ainsi cette submersion rédemptrice –, alors que, faisant corps avec sa monture, il agit pleinement en chevalier. Ainsi, le contexte de conquête sert moins à exalter la prééminence des chrétiens sur les musulmans qu’à légitimer la vocation des guerriers à accéder à une forme propre de bénéfice spirituel, indépendamment de la tutelle ecclésiastique.

  • 40 « Qui se considère chevalier / doit davantage aspirer à ce saut / qu’à entrer dans les ordres / ou (...)

33En troisième lieu, enfin, il semble que l’ermite, personnage marginal, habituellement considéré comme suspect aux yeux mêmes de la plupart des hommes d’Église, ne puisse pas être considéré comme un représentant de l’institution ecclésiastique. Pourtant, les vers finaux que « don Johán » ajoute à l’exemplum se chargent d’étendre la leçon morale à l’ensemble du clergé régulier : « Qui por cavallero se toviere / más deve desear este salto / que non si en la orden se metiere / o se encerrasse tras muro alto »40. Par cette généralisation quelque peu abusive, ce sont bien la vie active des chevaliers et la vie contemplative des clercs qui sont ainsi hiérarchisées. L’espace conflictuel de la frontière, qui articule, grâce au dispositif exemplaire, la Terre sainte et le Sud de l’Espagne, accueille donc une lutte de pouvoirs au-delà du conflit armé entre chrétiens et musulmans : par un miracle laïcisé, il s’agit d’asseoir la capacité des membres de l’aristocratie guerrière à faire leur salut sans médiation cléricale, par le simple exercice des armes, qui est le propre de leur état.

  • 41 « De ce qu’il advint à un faucon sacre de l’infant Manuel avec un aigle et avec une grue », éd. cit (...)

34Patronio, dans l’exemple 33, De lo que contesció a un falcón sacre del infante don Manuel con una águila et con una garça41, tient à Lucanor un discours tout à fait similaire sur la nécessité de participer à la lutte armée contre les musulmans : là encore, après avoir rapporté un récit exemplaire, il déclare à Lucanor que la meilleure façon de faire son salut est de combattre les maures, ce qui relève de son « métier » (oficio, mester) et ce qui peut faire de lui un candidat au martyre, même s’il ne meurt pas les armes à la main. Or, ce discours, apparemment invariant, vient couronner un récit d’une tout autre nature. Il s’agit d’une anecdote familiale, relative à l’infant Manuel, qui renoue avec la thématique du Libro de la caza. Patronio dit que Manuel, près d’Escalona, lâcha un jour un faucon sacre à la poursuite d’un héron. Or, à plusieurs reprises, le faucon perdit temporairement de vue sa proie car il subit les assauts d’un aigle qui voulait le tuer. Après avoir, sans succès, essayé d’atteindre le héron malgré les assauts de l’aigle, le faucon décide de se débarrasser de son assaillant : il contre-attaque, lui brise l’aile et, libéré de cet obstacle, il peut alors tuer le héron.

  • 42 Pour une mise au point sur les différentes interprétations auxquelles peut prêter cet exemple, voir (...)

35Don Juan Manuel se garde bien d’éclairer terme à terme l’analogie entre le récit et le conseil de Patronio relatif à la guerre contre les maures. Selon un premier système de correspondance, l’aigle agressif peut représenter l’ennemi musulman que le noble chrétien, représenté par le faucon, doit défaire afin d’atteindre le salut, représenté alors par le héron. Cependant, on ne peut s’empêcher d’associer l’aigle à la figure royale et, dans ce cas, le faucon attaqué par l’aigle pourrait offrir une représentation du conflit entre Don Juan Manuel et le roi Alphonse XI, les musulmans étant représentés par le héron : ainsi, si la noblesse s’oppose parfois au pouvoir royal, c’est pour défendre ses prérogatives et assurer correctement son métier, qui est la lutte militaire au service de Dieu42. Le fait que l’histoire relatée se situe à Escalona et non près de la frontière, serait alors un marqueur de cette lecture autobiographique : Don Juan Manuel est né à Escalona et, tel le faucon lâché par Manuel, son père, il se voit comme un chevalier de Dieu avant d’être le vassal du roi.

  • 43 Sur l’exemple 28, voir R. AYERBE-CHAUX, El Conde Lucanor, Materia tradicional, p. 86-88 et 285-287, (...)

36Ainsi, cette revendication implicite de l’indépendance nobiliaire, à la fois vis-à-vis du pouvoir ecclésiastique et du pouvoir royal, est plus fondamentale, dans El conde Lucanor, que l’exaltation d’une lutte des chrétiens contre les musulmans. La preuve en est que des récits exemplaires du recueil explorent des cas d’alliance entre des grands nobles castillans et des souverains musulmans, dans une perspective qui n’est pas foncièrement critique. Au cours de sa tumultueuse vie politique, Don Juan Manuel eut l’occasion de s’allier avec le roi de Grenade contre Alphonse XI, notamment lors du conflit armé qu’entraîna la répudiation de sa fille par le roi de Castille. Il serait certes abusif de dire que, dans El conde Lucanor, Don Juan Manuel promeut la légitimité des alliances de circonstance entre les grands nobles chrétiens et les musulmans. Toutefois, lorsqu’une telle alliance apparaît dans un récit, le vassal rebelle est paradoxalement valorisé. C’est le cas de Lorenzo Suárez Gallinato, vassal de Ferdinand III, connu comme héros de la conquête de Séville, mais qui, devenu ensuite rebelle à son roi en raison d’un différend personnel, était un temps passé au service du roi musulman d’Écija, Abenhuc. Le récit de l’exemple 28, distordant quelque peu les faits historiques, le présente comme le garde du corps du roi de Grenade43. Or, toute la stratégie de l’exemple consiste à montrer que cette allégeance aux musulmans n’empêche pas le chevalier de tenir son rang et d’assurer son salut, bien au contraire. En effet, Lorenzo Suárez, à Grenade, n’hésite pas à décapiter un prêtre renégat et pervers qui avait consacré une hostie afin de la souiller en la livrant aux musulmans. Lorsqu’il accomplit ce geste, un miracle a lieu et l’hostie, qui avait été traînée dans la boue, saute pour rejoindre le giron du chevalier, le reconnaissant ainsi comme son défenseur. Le roi de Grenade, au lieu de se mettre en colère, reconnaît le bien-fondé de l’action du chevalier chrétien. En effet, Lorenzo Suárez rappelle que s’il est le garde du corps du roi de Grenade, il lui faut à plus forte raison garder le corps du roi des rois, qui est Dieu. Ainsi, se trouve justifiée la liberté politique du vassal, qui, du moment qu’il reste fidèle au Christ, peut servir n’importe quel souverain, même un musulman. Cette position est validée par le roi de Grenade, mais aussi par Ferdinand III qui, une fois réconcilié avec Lorenzo Suárez, écoute avec bienveillance son récit. Cet exemple fait d’une pierre deux coups : non seulement, comme celui de Richard, il met en scène un bellator qui surpasse un orator sur le plan spirituel, mais il fonde le droit du vassal à choisir son seigneur, quand bien même ce seigneur serait d’une autre confession. La seule condition de cette liberté politique est le service rendu à Dieu qui, ici, apparaît indubitable grâce à l’intervention du miracle.

37Peut-on dire que les œuvres de Don Juan Manuel donnent à voir une « noblesse de frontière » ? On répondra par l’affirmative si on envisage cette catégorie moins comme une donnée objective de la société que comme une construction discursive de l’imaginaire social. Dans le Libro de la caza, Don Juan Manuel met en scène l’excellence de son propre patrimoine, notamment dans la région de Murcie, tout en ramenant subrepticement cette géographie aux enjeux politiques, passés et actuels, qui ont affecté son lignage. Le Libro de las armas, de façon beaucoup plus explicite, offre un récit de fondation de ce patrimoine, mais montre surtout que les territoires de frontière confèrent à la noblesse qui s’en empare des prérogatives originales, comme cette capacité à faire des chevaliers sans être chevalier soi-même, marque d’un rang unique en son genre, assimilable à une quasi-royauté. Tout se passe comme si le statut que ces territoires avaient sous domination musulmane n’était pas effacé par la conquête chrétienne mais offrait à la noblesse conquérante la possibilité de se redéfinir vis-à-vis des autres pouvoirs. De même, si le Libro de los estados tente de théoriser une guerre justifiante et sanctifiante, son propos n’est pas d’exacerber les conflits confessionnels, mais de montrer comment le noble combattant, par le plein exercice des prérogatives de son estado, peut atteindre une forme spécifique de spiritualité, qui déborde le contrôle ecclésiastique. Dans El conde Lucanor, la plasticité du discours exemplaire qui, plutôt que d’exposer des idées les produit par le jeu de l’analogie, l’indépendance du grand seigneur est sans cesse exaltée, aussi bien vis-à-vis du pouvoir ecclésiastique que du pouvoir royal. Dans la justification de cette indépendance, l’espace de la frontière joue un rôle décisif : il est évidemment le lieu du conflit entre chrétiens et musulmans, mais il est surtout réinvesti symboliquement pour représenter l’opposition de la noblesse aux pouvoirs centraux. Les nobles qui y évoluent ne sont pas les émissaires de l’Église ou du roi, mais se définissent en réaction à ces deux instances de pouvoir. Pour Don Juan Manuel, la frontière offre l’espace non d’un prolongement périphérique des pouvoirs centraux, mais d’un nouveau centre possible où enraciner de nouveaux pouvoirs.

Haut de page

Notes

1 Sur la biographie de Don Juan Manuel, le livre, déjà ancien, d’Andrés GIMÉNEZ SOLER, Don Juan Manuel : biografía y estudio crítico, Saragosse : La Académica, 1932, reste un ouvrage de référence. On pourra aussi consulter la synthèse de David A. FLORY, El Conde Lucanor: Don Juan Manuel en su contexto histórico, Madrid : Pliegos, 1995.

2 Voir Ángel Luis MOLINA MOLINA, « Los dominios de Don Juan Manuel », in : Don Juan Manuel, VII Centenario, Murcie : Universidad de Murcia – Academia Alfonso X el Sabio, 1982, p. 215-226.

3 Voir l’étude fondamentale de Denis MENJOT, Murcie castillane : une ville au temps de la frontière (1243 – milieu du XVe siècle), Madrid : Casa de Velázquez, 2002, notamment, 2, p. 979-984.

4 Voir Isabel GARCÍA DÍAZ, « Los señoríos murcianos del infante Manuel », Miscelánea medieval murciana, 13, 1986, p. 185-200.

5 « Et vous pouvez aller du royaume de Navarre jusqu’au royaume de Grenade en logeant chaque nuit dans une place forte ou dans un château que je possède. Et pour ce qui est du rang qui a été tenu par l’infant don Manuel, votre grand-père, et par don Alfonso, son fils, qui était son héritier, et que je tiens depuis que don Alfonso est mort et que je suis devenu héritier à sa place, on n’a jamais vu qu’un infant, son fils ou son petit-fils en aient tenu un qui soit tel que le nôtre. » (la traduction de toutes les citations m’incombe), DON JUAN MANUEL, Libro infinido, éd. de Carlos MOTA, Madrid : Cátedra, 2003, p. 144-145.

6 Voir Aurelio PRETEL MARÍN et Miguel RODRÍGUEZ LLOPIS, El señorío de Villena en el siglo XIV, Albacete : Instituto de Estudios Albacetenses Don Juan Manuel, 1998, notamment p. 57-119.

7 On consultera la carte que propose Á. L. MOLINA MOLINA, art. cit., hors texte, entre la p. 222 et la p. 223.

8 On se reportera à José Manuel FRADEJAS RUEDA (éd.), Don Juan Manuel y el Libro de la caza, Tordesillas : Instituto de Estudios de Iberoamérica y Portugal, 2001, ouvrage qui contient une édition du traité, ainsi que dix articles, d’auteurs divers, qui lui sont consacrés.

9 « il a vu comment s’est transformée la façon de chasser entre ce temps-là et le temps actuel », DON JUAN MANUEL, Libro de la caza, éd. cit., p. 131.

10 Voir Olivier BIAGGINI, « Stratégies du paratexte dans les œuvres de Don Juan Manuel », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 35, 2012, p. 195-232, p. 203.

11 Cette question a été tout juste esquissée en guise de conclusion dans Francisco Javier DÍEZ DE REVENGA et Á. L. MOLINA MOLINA, « Don Juan Manuel y el reino de Murcia : notas al Libro de la caza », Miscelánea medieval murciana, 8, 1973, p. 9-47. De même, on lit dans D. MENJOT ; « Don Juan Manuel : autor cinegético », in : J. M. FRADEJAS RUEDA (éd.), Don Juan Manuel y el Libro de la caza, p. 91-104 : « Esta caza de la que [Don Juan Manuel] hace alabanza ¿no es también una escuela política? Además de la fortaleza física indispensable para el señor que sigue siendo ante todo un militar, la caza permite adquirir habilidad, paciencia, osadía, buen juicio, reflexión, el conocimiento de la realidad; cualidades todas estas que necesita un político para tejer intrigas, ganarse confianza, hacerle la corte al Rey, acaparar dominios y derechos de jurisdicción. Como el resto de las obras de su autor […], este tratado tiene por tanto objetivos sociales » (p. 102).

12 Le premier chapitre, qui présente les différentes sortes (naturas) de faucons, les classe de façon hiérarchique et emploie pour cela le critère de leur « noblesse » : « La primera [natura] et más noble es los falcones girifaltes, et éstos son mayores que todos los otros falcones et más ligeros et caçan más ligeramente et más apuesta, et por ende son más preçiados et es razón que sean puestos primeramente que los otros falcones. » (« La première [sorte], et la plus noble, est celle des gerfauts : ceux-ci sont plus grands que les autres faucons, et plus légers, et ils chassent avec plus d’aisance et plus d’élégance ; par conséquent, ils sont plus prisés et il est juste qu’ils occupent la première place face aux autres faucons. »), Libro de la caza, éd. cit., p. 135.

13 C’est le cas de la chasse à la grue, où peut intervenir un faucon pèlerin (baharí) qui soit un maître (maestro), c’est-à-dire un exemple et un guide pour les autres, moins aguerris (voir chapitre VII, éd. cit., p. 161). Les oiseaux respectent cette hiérarchie, puisque, lit-on à la fin du chapitre IX, Don Juan Manuel a pu observer que des faucons pèlerins, enfermés ensemble en période de mue, accordaient aux maîtres une préséance lors du repas : « como quier que estavan sueltos, que nunca binían a la carne sinon primeramente los maestros et después los otros uno a uno » (« bien qu’ils fussent libres de leurs mouvements, ils allaient toujours chercher leur viande de cette façon : d’abord, les maîtres et ensuite les autres, un à un », éd. cit., p. 177).

14 C’est l’hypothèse séduisante proposée par Leonardo FUNES, « Excentricidad y descentramiento en la figura autoral de Don Juan Manuel », eHumanista, 9, 2007, p. 1-19, en particulier p. 13-14 : on pourrait voir un double du noble écrivain dans ce gerfaut singulier qui, parce que la moucheture de son plumage rappelle les lettres arabes, est appelé letrado.

15 Libro de la caza, éd. cit., p. 191.

16 « Et, en outre, Don Johan dit qu’il a entendu dire que la chasse au faucon de haut vol fut introduite en Castille après que le saint roi don Ferdinand, qui remporta l’Andalousie, eut épousé la reine doña Béatrice ; car, auparavant, on dit que l’on ne tuait pas le héron avec des faucons, mais avec des autours »), éd. cit., p. 172-173.

17 « sur les terres que don Johan a parcourues », éd. cit., p. 192.

18 « le territoire de l’ordre de Saint-Jacques, qu’ils appellent terre de León », éd. cit., p. 192.

19 Selon l’avant-prologue (anteprólogo), première pièce liminaire de El conde Lucanor mais qui n’est sans doute pas de Don Juan Manuel, c’est aussi au couvent dominicain de Peñafiel que l’auteur aurait déposé le manuscrit, corrigé et approuvé, de ses œuvres complètes qui, selon le « prologue général », devait servir d’exemplaire de référence face aux versions altérées par les erreurs de copistes. Peñafiel offre donc un écrin à la fois au corps de l’auteur et au corpus de ses œuvres.

20 « À Villena on trouve le meilleur lieu pour toutes les sortes de chasse de tout le royaume de Murcie et, en outre, don Johan dit qu’il a vu peu d’endroits aussi bons pour toutes les sortes de chasse, car du haut du château, on verra chasser des hérons, des canards, des grues avec des faucons et des autours, et des perdrix et des cailles, et d’autre oiseaux que l’on appelle flamants […], et des lièvres, et des lapins. De plus, depuis le château même on verra des battues aux sangliers, aux cerfs et aux bouquetins. Et don Johan dit qu’il s’est adonné à toutes ces sortes de chasse à portée de vue du château et il dit que l’on tuait les sangliers dans ses abords si immédiats que l’on pouvait très bien, au château, reconnaître à son visage celui qui atteignait le premier la bête. Et il dit que, exception faite des nombreux aigles et des endroits de la plaine irriguée qui offrent de très mauvais gués, il lui semble que c’était là le meilleur lieu de chasse qu’il eût jamais vu. », éd. cit., p. 192-193.

21 « De Sax jusqu’à Elda coule le ruisseau qui vient de Villena et qui passe dans les montagnes et les forêts par des endroits très escarpés : ce n’est pas un bon endroit pour la chasse au faucon. De Novelda jusqu’à Aspe, il faut être chanceux pour trouver quelques canards ou un héron », éd. cit., p. 193.

22 « À Murcie, il y a beaucoup de grues dans la rivière Segura, mais elles sont très difficiles à tuer avec des faucons », éd. cit., p. 194.

23 « À Elche, le héron vient parfois au bord de l’eau et il y a quelques canards et de nombreuses grues, et un très bon endroit pour les chasser », éd. cit., p. 193.

24 Alarcón, que Don Juan Manuel reçut du roi de Castille en compensation de la perte d’Elche, apparaît, sans surprise, comme un terrain de chasse tout à fait convenable : « ay ánades et asaz buen lugar para las caçar con falcones » (« il y a là des canards et c’est un bon endroit pour la chasse au faucon »), éd. cit., p. 198.

25 « […] on donna Elche à mon père, ainsi qu’un ensemble de localités que les maures appellent l’Alhofra, qui fut toujours comme un royaume et une seigneurie à part et qui n’obéit jamais à aucun roi ; et on le lui donna en ces termes : que lui, et don Alfonso, son fils, ou tout enfant mâle légitime qui soit l’aîné, héritent cette seigneurie comme majorat ; et que mon père et don Alfonso, son fils, et tous ceux qui possèderaient cette seigneurie tiennent leur maison et mènent leurs affaires à la manière de rois ; et c’est ce qu’ils ont toujours fait jusqu’ici. », DON JUAN MANUEL, Libro de las armas, dans Obras completas, éd. de José Manuel BLECUA, Madrid : Gredos, vol. 1, p. 132.

26 Le corollaire de ce privilège est que Don Juan Manuel ne saurait devenir chevalier de la main de personne et que la seule façon de recevoir la chevalerie serait de procéder en la manera que la toman los reys (« de la manière dont la reçoivent les rois »), allusion possible à la cérémonie de Saint-Jacques de Compostelle, en 1332, lors de laquelle Alphonse XI se fit fait armer chevalier par le bras de la statue articulée de l’Apôtre.

27 Sur cette convention originale et ses effets rhétoriques, voir Francisco BAUTISTA, « Autoría, niveles literarios y autocita: el Libro de los estados en la obra de Don Juan Manuel », Voz y letra, 25, 2014, p. 7-16, et, dans le même numéro, O. BIAGGINI, « Énonciation et figure de l’auteur dans les premières œuvres de Don Juan Manuel », p. 17-40, notamment p. 30-36.

28 « C’est pourquoi il y a une guerre entre les chrétiens et les maures et elle durera jusqu’à ce que les chrétiens aient recouvré les terres que les maures leur ont soustraites par la force ; car, si l’on s’en tenait à Loi et à la secte qui est la leur, il n’y aurait pas de guerre entre eux. Car Jésus Christ n’a jamais ordonné que l’on tue ou que l’on contraigne quiconque pour lui faire embrasser sa Loi, car Il ne veut pas d’un service forcé, mais d’un service rendu volontiers et de bon gré. Et les bons chrétiens pensent que si Dieu a consenti à ce que les chrétiens aient reçu des maures tant de mal, c’est pour qu’ils aient une raison de leur livrer la guerre à bon droit, afin que ceux qui meurent au combat, après avoir respecté les commandements de la sainte Église, soient martyrs et que leurs âmes, par le martyre, soient libérées du péché qu’ils ont pu commettre », DON JUAN MANUEL, El Libro de los estados, éd. Ian R. MACPHERSON et Robert Brian TATE, Madrid : Castalia, 1991, p. 117.

29 Patrick HENRIET, « Ethos artistocratique et guerre sainte chez Don Juan Manuel », in : Carlos de AYALA MARTÍNEZ, J. Santiago PALACIOS ONTOLVA, et Martín RÍOS SALOMA (dir.), Guerra santa y cruzada en el Estrecho : el occidente peninsular en la primera mitad del siglo XIV, Madrid : Sílex, 2016, p. 89-101.

30 Par exemple, c’est avec une certaine admiration que Julio évoque les techniques de guerre des maures et leur loyauté dans le partage du butin (Libro de los estados, éd. cit., p. 222 sq.). De même, ils ont certes Dieu contre eux et ne sauraient être considérés comme vrais chevaliers, mais, par ailleurs, ce sont les meilleurs guerriers qui soient (éd. cit., p. 225).

31 « Et même s’ils ne meurent pas par les armes, s’ils mènent une telle vie à combattre les maures, même si ce n’est pas par les armes qu’ils meurent, les efforts, les souffrances, la peur, les périls, leur bonne intention et leur bonne volonté font d’eux des martyrs. Car, par exemple, le saint et bienheureux roi don Ferdinand, grand-père de mon ami don Johan, il est certain que, sa vie durant, il fut un saint et qu’il fit de nombreux miracles ; et, bien qu’il ne mourût pas par les armes, il fit preuve de tant d’ardeur et de tant d’efforts et il mena à leur terme tant de bonnes entreprise que l’on doit bien le considérer comme un martyr et un saint, et, par ses bonnes œuvres et la bonne intention qui était la sienne, il fut toujours victorieux et mena toujours à bien tout qu’il voulut. » (éd. cit., p. 226).

32 Sur le premier point, qui a été mis en évidence depuis longtemps par les spécialistes, voir I. MACPHERSON, « Dios y el mundo, the Didacticism of El Conde Lucanor », Romance philology, 24 (1), 1970, p. 26-38. Sur le second, moins systématiquement étudié, je me permets de renvoyer à O. BIAGGINI, Le gouvernement des signes. El conde Lucanor de Don Juan Manuel, Paris : Presses universitaires de France – CNED, 2014, notamment p. 232-249.

33 David WACKS, Framing Iberia : Maqāmāt and Frametale Narratives in Medieval Spain, Boston-Leyde : Brill, 2007, chapitre IV : « Reconquest Ideology and Andalusī Narrative Practice in the Conde Lucanor », p. 129-156.

34 « Du saut que fit le roi Richard d’Angleterre dans la mer en direction des Maures », dans DON JUAN MANUEL, El conde Lucanor, éd. de Guillermo SERÉS, Barcelone : Crítica, 1995, p. 28-34.

35 El conde Lucanor, éd. cit., p. 33.

36 « Et si vous agissez ainsi, je crois que c’est la meilleure façon que vous avez de sauver votre âme tout en tenant votre rang et en préservant votre honneur. Et croyez bien que, en vous mettant au service de Dieu, vous ne mourrez pas plus tôt et que vous ne vivrez pas plus longtemps en restant sur votre terre. Et si vous mourez au service de Dieu, alors que vous menez la vie que j’ai dite, vous serez martyr et bienheureux ; et même si vous ne mourez pas par les armes, votre bonne volonté et vos bonnes œuvres feront de vous un martyr. » (éd. cit., p. 33).

37 Sur les sources de ce récit, voir Rinaldo AYERBE-CHAUX, El Conde Lucanor. Materia tradicional y originalidad creadora, Madrid : Porrúa, 1975, p. 104-118 et p. 190-220, ainsi que l’étude très complète de César DOMÍNGUEZ, « Materia de cruzada en el Conde Lucanor. I. Del salto que fizo el rey de Inglaterra. Una vez más sobre las fuentes del ejemplo III », Incipit, 17, 1997, p. 139-174.

38 Le roi de France, même s’il n’est pas identifié dans le texte, renvoie évidemment à Philippe Auguste, conformément à la réalité historique. En revanche, la présence d’un roi de Navarre dans cet épisode de la troisième Croisade est tout à fait incongrue.

39 Sur la question du miracle dans ce récit particulier et dans l’ensemble de l’œuvre, je renvoie à O. BIAGGINI, « Le miracle dans le Conde Lucanor de Don Juan Manuel », in : O. BIAGGINI et Bénédicte MILLAND-BOVE (dir.), Miracles d’un autre genre : récritures médiévales en dehors de l’hagiographie, Madrid : Casa de Velázquez, 2012, p. 257-280.

40 « Qui se considère chevalier / doit davantage aspirer à ce saut / qu’à entrer dans les ordres / ou à s’enfermer entre de hauts murs », éd. cit., p. 34.

41 « De ce qu’il advint à un faucon sacre de l’infant Manuel avec un aigle et avec une grue », éd. cit., p. 142-145.

42 Pour une mise au point sur les différentes interprétations auxquelles peut prêter cet exemple, voir Salvatore LUONGO, « Didáctica, alegoría política y autobiografía : una nueva lectura del ejemplo XXXIII de El Conde Lucanor », in : O. BIAGGINI, Jean-Pierre JARDIN et Hélène THIEULIN-PARDO (dir.), El conde Lucanor de Don Juan Manuel. Construcción retórica y pensamiento político, e-Spania [En ligne], 21 juin 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 11 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/24748 ; DOI : 10.4000/e-spania.24748

43 Sur l’exemple 28, voir R. AYERBE-CHAUX, El Conde Lucanor, Materia tradicional, p. 86-88 et 285-287, ainsi qu’O. BIAGGINI, « Le miracle dans le Conde Lucanor », p. 274-276.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Biaggini, « L’espace de la frontière et la légitimation du pouvoir nobiliaire dans l’œuvre de Don Juan Manuel », e-Spania [En ligne], 31 | octobre 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/28567 ; DOI : 10.4000/e-spania.28567

Haut de page

Auteur

Olivier Biaggini

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (LECEMO / CREM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals