Navigation – Plan du site
Une « noblesse de frontière » en péninsule Ibérique (XIVe-XVe siècles)

La noblesse dans la frontière nord-africaine (Portugal, 1415-1515) : guerre, chevalerie, croisade

Maria de Lurdes Rosa et Miguel Aguiar

Résumés

Cet article a pour objectif d’analyser la guerre de croisade conduite par le royaume du Portugal en Afrique du Nord, depuis le début du XVe siècle jusqu’au XVIe. Notre approche sera divisée en deux parties. Dans la première, nous analyserons la construction rhétorique et historiographique menée par la couronne portugaise. Ce processus, concrétisé notamment par la production chronistique sur l’histoire du royaume, voulait surtout souligner le caractère essentiel de la guerre contre l’Islam pour la définition de l’identité du Portugal, mettant l’accent sur la nécessité du maintien des théâtres de guerre au Maghreb. Dans la seconde partie, nous chercherons à analyser (dans la plupart des cas à travers des indices indirects) la réception de cette « vision officielle » par l’aristocratie guerrière, en essayant de comprendre dans quelle mesure les valeurs, les pratiques et les motifs véhiculés par la couronne furent ou non assimilés par la généralité des hommes d’armes qui formaient les garnisons des forteresses d’Afrique du Nord.

Haut de page

Notes de l’auteur

Maria de Lurdes Rosa a écrit la première partie du texte, Miguel Pereira Aguiar la seconde.

Texte intégral

  • 1 Après Ceuta, ont été conquises : Alcácer Ceguer (1458), Anafé (1469), Arzila (1471), Safim (1508), (...)

1À partir de la prise de Ceuta en 1415, en un peu plus de cent ans, le petit royaume du Portugal a conquis, occupé et construit en Afrique du Nord un ensemble important de villes et de forteresses, à travers lesquelles il a maintenu une présence ininterrompue sur le territoire. Des milliers d’hommes ont vécu la guerre en Afrique du Nord ; celle-ci a été contrôlée par un ensemble relativement étroit de familles de la société portugaise ; et elle a été un problème politique constant de la Couronne, sous différents aspects1.

2Il faut prendre en compte ce scénario pour bien comprendre l’ampleur des efforts menés pour représenter l’entreprise sous une forme glorieuse, ce qui a été fait par la construction du territoire nord-africain comme une « frontière qui cesserait de l’être » grâce à l’effort portugais, qui l’intègrerait dans le monde chrétien. Un large éventail de moyens et d’initiatives, ayant leur origine dans la Couronne et soutenu par d’autres secteurs de la société, a été mis en place pour justifier l’offensive et le maintien de l’effort de guerre. La pierre angulaire de ce processus a été l’affirmation du royaume portugais en tant que champion et continuateur de la Reconquête – en effet, une « nouvelle reconquête », fondée sur l’invention/construction de l’Afrique du Nord comme ancien territoire chrétien, et des Portugais présentés comme les ennemis héréditaires des royaumes et des peuples musulmans qui y habitaient. L’espace frontalier dans lequel les sujets du roi s’affrontaient en est venu à être considéré comme un espace usurpé par les ennemis de la foi, dont le rétablissement équivalait à une action méritoire, à travers de la guerre sainte.

  • 2 Pour l’étude de l’ensemble des moyens et façons par lesquels le Portugal a reconstruit l’espace nor (...)

3Dans cet article, nous commencerons par présenter la manière dont la Couronne portugaise a construit la vision officielle de la conquête de l’Afrique du Nord en tant qu’espace de reconquête, à travers l’un des vecteurs les plus importants, les chroniques du royaume. Ces écrits façonnaient la vision du passé et du présent à laisser aux générations futures et occupaient ainsi une place centrale dans l’ensemble plus large d’actes et de textes par lesquels une telle vision était formée et consolidée2. Leur centralité et leur caractère officiel permettent une approche unique des éléments légitimant la guerre nord-africaine.

4En second lieu, à partir d’un cas particulier, en fonction de la connexion directe au thème de ce dossier, nous aborderons la question de la réception de cette construction par le groupe qui a participé le plus directement à la conquête et à la défense de l’Afrique du Nord – la noblesse guerrière. L’Afrique du Nord était le théâtre du combat considéré comme noble par excellence, juxtaposé au commerce de l’Inde jusqu’à la fin de la période. La noblesse traditionnelle a combattu surtout dans cette région, et les jeunes de toutes les couches nobiliaires et d’autres élites s’y rendaient pour recevoir l’investiture chevaleresque et acquérir l’honneur des armes. Comment le groupe de la noblesse guerrière a-t-il compris cette continuité avec la Reconquista, qui constituait la vision officielle ? Ses référents culturels et ses pratiques de sociabilité chevaleresques ont sûrement empêché une coïncidence totale avec, à la fois, une vision essentiellement religieuse du conflit, et la politique royale à son égard ; ils ne professaient pas non plus un mépris indéniable pour les adversaires de la guerre. Malgré une heuristique difficile – intégrant sa discussion en tant que problème historiographique –, notre étude tentera expliquer quelle a été la réception, par la noblesse guerrière, de la reconstruction de la frontière nord-africaine.

La réinvention de l’Afrique du Nord comme frontière de la Reconquête et territoire de croisade dans les chroniques royales du Portugal3

  • 3 Nous présentons ici un assemblage plutôt qualitatif, qui n’a pas la prétention d’être exhaustif, ce (...)
  • 4 Cette chronique, ainsi appelée car la date de rédaction est explicitement mentionnée, est connue pa (...)
  • 5 En reprenant l’expression heureuse de Teresa Amado, dans un article essentiel : Teresa AMADO, « O p (...)

5On peut considérer que le premier enjeu de la reconstruction, en ce qui concerne les chroniques royales, a été la Crónica de 1419, commandée par l’infant D. Duarte4. S’il est vrai qu’il n’a pas été possible d’attribuer incontestablement la paternité de cet écrit au grand chroniqueur Fernão Lopes, dont les trois chroniques connues ne donnent pas de place à la question de l’Afrique du Nord, la Crónica de 1419 s’insère dans le « projet historique » du prince D. Duarte5. Dans ce projet, il est vrai que le texte n’occupe pas la place de « continuation de l’histoire », qui était précisément le départ pour l’Afrique du Nord, une tâche qui appartiendrait à Gomes Eanes de Zurara avec la Crónica da Tomada de Ceuta ; mais il prendra le parti non moins important de la relecture du passé lointain, des moments fondateurs. Pour atteindre ce « projet historique », relié éminemment à une nouvelle dynastie, qui avait besoin à tout prix de se justifier, donnant les circonstances de son arrivée, la connexion aux premiers rois du Portugal, était tout à fait fondamentale. Parmi d’autres options stratégiques pour la réécriture du passé, dans un texte écrit moins de cinq ans après la prise de Ceuta, et donc dans un esprit rempli de triomphalisme, présenter l’accomplissement de D. João I et ses fils comme une continuation de la lutte qui avait donné naissance au royaume du Portugal, conférait au présent des traits de renaissance, de nouveau commencement après des temps troublés.

6Dans le contexte qui nous occupe, soulignons le traitement de deux figures centrales. D’une part, D. Afonso Henriques (1109-1185) : fondateur d’un royaume par la conquête guerrière d’un territoire aux mains des musulmans ; il est présenté comme l’archétype idéal de la nouvelle dynastie d’Avis, qui se projetait ainsi par mimesis, c’est-à-dire reprenant l’effort que les derniers monarques avant elle avaient interrompu, au bénéfice d’une politique ibérique – après tout, cette politique même dont le refus avait fait naître la nouvelle dynastie. D’autre part, les martyrs guerriers par excellence qui étaient les chevaliers de Tavira (cf. infra), en tout semblables aux combattants contemporains qui, en Afrique du Nord, cherchaient à la fois la lutte religieuse et l’aventure.

  • 6 Albano FIGUEIREDO, « Da imagem do inimigo à construção do herói. O reinado de Afonso Henriques na C (...)
  • 7 A. FIGUEIREDO, « Da imagem do inimigo à construção do herói… », p. 384 ; sur la tradition du miracl (...)
  • 8 Crónica de Portugal de 1419, éd. Adelino de ALMEIDA CALADO, Aveiro : Universidade de Aveiro, 1998, (...)
  • 9 T. AMADO, « Investigação das origens... », p. 149 ; sur ces épisodes dans les textes et sur les tra (...)

7Dans la Crónica de 1419, D. Afonso Henriques est dépeint comme un ennemi implacable des « Maures », avec lesquels il n’a jamais conclu d’accords ou envers lesquels il n’a jamais été miséricordieux, contrairement à ses rivaux chrétiens. Les musulmans sont décrits comme les inimigos da nossa sancta fee catholica et le roi est présenté comme profondément religieux : bâtisseur de monastères (Santa Cruz de Coïmbre et São Vicente de Fora de Lisbonne), protecteur des ecclésiastiques et des laïcs6. Plus que cela, cependant : à travers les épisodes de Cárquere (guérison miraculeuse du roi dans sa tendre enfance)7, de la dévotion au chevalier Henri de Bonn8, et de l’apparition du Christ à Ourique, Afonso parcourt le chemin qui va de la prédestination à la vision directe du Sauveur, en passant par la grâce d’un miracle opéré par un saint croisé. Il convient de souligner particulièrement la consécration officielle du « Miracle de Ourique » dans ce texte. Son incorporation dans la chronique officielle du royaume est faite en utilisant une version qui avait apporté d’importantes modifications à la version traditionnelle de cet événement guerrier et contribuera définitivement à la fixation de l’image Afonso Henriques comme « saint guerrier »9.

  • 10 Crónica de Portugal de 1419, éd. A. de ALMEIDA CALADO, p. 150-152.
  • 11 António BRANCO, « Verdade factual e verdade simbólica na “Crónica da Conquista do Algarve” », dans (...)
  • 12 Crónica da Conquista do Algarve, citée dans A. BRANCO, « Verdade factual e verdade simbólica », p.  (...)
  • 13 A. BRANCO, « O lugar do Mestre Paio Correia na História – A Crónica de 1419 e a Crónica da Conquist (...)
  • 14 Luísa Marinho ANTUNES, A doutrina da guerra nas crónicas portuguesas dos séculos XIV e XV, Lisbonne (...)

8Dans le récit des « Sept Chevaliers de Tavira », c’est bien le prototype du guerrier martyr des Maures qui est mis en scène. Le texte rapporte comment quelques frères de Santiago sont allés à la chasse, contre l’avis du maître de l’ordre, et furent tués par les musulmans10. Le récit ne cache pas l’entêtement initial des chevaliers, qui voulaient avant tout se délasser en chassant, sans hésiter à enfreindre une trêve et à affronter le maître. Cependant, la résistance et le martyre des frères se transforme « en un événement historique mémorable, ce qui justifie, dans le même temps, la présence de leurs restes dans une église »11, qui n’est rien moins que l’ancienne mosquée, transformée en église de Santa Maria. Là, naîtra une dévotion autour des corps des martyrs, « que forão despois tidos em grande reliquia e reverencia e devoção, como a martyres que espargerão seu sangue por honrra da fee de Jezus Christo »12. En plus d’intégrer cet épisode dans l’histoire du royaume, la Crónica de 1419 fait un ajout important, absent de la Crónica da Conquista do Algarve, à laquelle elle avait emprunté le contenu principal du récit13. Il s’agit de la réponse du maître Paio Peres Correia au roi D. Afonso III, dans laquelle il exprime son opposition au regret, transmis par le roi, à propos de la mort des chevaliers et d’un certain marchand qui avait essayé de les aider. Pour le maître, morreram no seruiço de Deus e saluação de suas almas – donc, implicitement, la réaction devait être de joie et non de tristesse14.

  • 15 Si bien que l’historiographie a désormais abandonné l’idée d’une opposition totale entre les deux é (...)
  • 16 Pour les deux chroniques nobiliaires, voir la deuxième partie de l’article.

9Un deuxième moment de la construction officielle de légitimité de croisade de la guerre en Afrique du Nord se trouve dans les chroniques de Gomes Eanes de Zurara, chroniqueur en chef du royaume du Portugal entre 1440 et 1470. Ce n’est pas par hasard que ces textes ont été écrits dans un second moment d’enthousiasme pour la guerre, correspondant au retour de l’expansion nord-africaine et à la relative subalternisation de l’exploration de la côte atlantique de l’Afrique15. Les travaux de Zurara se concentrent fortement sur les deux scénarios de l’expansion africaine – Ceuta et la côte de Guinée –, bien que parmi les quatre chroniques qu’il a écrites, seules deux reflètent directement la perspective de la Couronne, et donc sont celles utilisées dans cette partie16. La première raconte la prise de Ceuta et a été écrite en 1449-1450 (Crónica da Tomada de Ceuta) tandis que la seconde, un peu plus tardive (1452-1453), concerne presque exclusivement l'exaltation de la figure du prince Henri comme diffuseur de la foi chrétienne (Crónica da Conquista da Guiné).

  • 17 Gomes Eanes de ZURARA, Crónica da tomada de Ceuta, éd. Francisco Esteves PEREIRA, Lisbonne : Academ (...)

10En plus de ces caractéristiques globales, qui placent les chroniques au centre de la campagne de réécriture de l’action royale en raison du nouveau scénario de guerre et d’expansion maritime, les deux textes contiennent différents épisodes qui concernent le thème étudié ici. Sans qu'il soit possible de les mentionner tous, nous prendrons comme référence la copie, dans la Crónica da Tomada de Ceuta, de la célèbre « lettre » des savants et des théologiens, l’un des groupes consultés pour donner conseil (et une légitimation) à la conquête de la place africaine par le roi D. João I. L’un des avis les plus élaborés et, par son origine, le plus solennel et doté d’autorité en fonction de la qualité de ses auteurs, il fournit un argument favorable à la conquête, à partir d’un élément fondamental : la relation entre les blessures du Christ et les efforts des rois portugais pour défendre la foi chrétienne. L’avis place les rois du Portugal dans la ligne des légendaires ennemis hispaniques des musulmans, Ramiro Ier des Asturies ou le Cid ; il assure que les âmes de tous ceux qui meurent dans guerre nord-africaine vont au royaume des Cieux ; il associe clairement les signes de la bannière royale portugaise – nommée comme « relique de D. Afonso Henriques » – l’offrande que le roi fondateur avait faite de son corps à Ourique, par reverência e amor à la passion du Christ17. Ces thèmes, auparavant présents dans divers écrits de manière dispersée, deviennent alors agrégés et incorporés dans la chronique du royaume, ce qui leur donne le prestige de l’approbation par le pouvoir royal.

  • 18 Rui de PINA, « Crónica do senhor rey D. Affonso V », dans Crónicas de Rui de Pina, intr. et révisio (...)

11La troisième étape du processus correspond aux travaux de Rui de Pina, chroniqueur de la Couronne depuis 1497. Dans une série de chroniques relatives aux différents rois du Portugal, pour lesquelles il a utilisé abondamment des matériaux empruntés, celle concernant le règne du roi D. Afonso V est la première dont il peut être considéré comme l’auteur principal. Bien qu’elle contienne beaucoup moins de chapitres sur l’Afrique par rapport au texte de Zurara, elle fait largement référence aux campagnes principales, Tanger et Arzila. Dans le récit de la prise d’Arzila, l’épisode de la mort du troisième comte de Marialva, João Coutinho, tué en essayant de prendre la mosquée, devient central. Une fois la ville conquise, son corps est l’objet central d’une remarquable cérémonie significative, qui rappelle le thème des chevaliers martyrs, réussissant en même temps à donner une centralité à la figure royale, qui apparaît presque comme l’officiant d’un cérémonial mixte, entre enterrement et chevalerie. Sur le corps allongé sur le sol de la mosquée, on plaça une croix, que le roi baisa et vénéra et qui est présentée comme começo do serviço e sacrificio, que a Deos nella ao diante se avia de fazer. La consécration de la mosquée comme église a donc été faite en ayant au centre le corps du chevalier martyr. Elle fut suivie d’une autre cérémonie, non moins importante : le roi fit chevalier le prince héritier, D. João, en faisant l’éloge du comte défunt et exprimant l’espoir que son fils devienne un aussi bon chevalier que celui-ci18.

  • 19 Sur Galvão, cf. Jean AUBIN, « Duarte Galvão », dans Arquivos do Centro Cultural Português, t. 9, 19 (...)
  • 20 Comme le souligne A. de FIGUEIREDO, « Uma perspectiva tardo-medieval do tempo da fundação : a Cróni (...)

12Il est impératif de conclure cet examen des chroniques royales par la figure et l’œuvre de Duarte Galvão. En effet, il a eu une importance dans la diffusion des idéaux impériaux manuélins, où la guerre sainte jouait un rôle central19. Le lien « programmatique » entre Galvão, ambassadeur-secrétaire-chroniqueur, et son roi est connu, lien qui trouve précisément un de ses moments les plus forts autour de la sacralisation officielle de la figure de D. Afonso Henriques, à qui Duarte Galvão consacre une chronique. Le texte est une parmi plusieurs instances où l’auteur a collaboré avec le roi dans ce processus ; doivent être mentionnés, en plus, les cérémonies de la cour et les efforts pour ouvrir un processus de canonisation. La collaboration entre Galvão et le roi D. Manuel avait un double objectif : imposer définitivement la figure du roi fondateur comme un guerrier saint, et renforcer le lien entre D. Afonso Henriques et le roi lui-même, son descendant plus que collatéral, devenu roi por fortuna. Cela a été fait précisément en partant de la notion de « re-fondation » – thème récurrent dans la propagande manuéline20 – qui est ici employée, évidemment, dans le thème de la conquête et de l’expansion vers des territoires non chrétiens.

  • 21 A. de FIGUEIREDO, « Uma perspectiva tardo-medieval do tempo da fundação… », p. 196-197.
  • 22 Par exemple celui l’emprisonnement de sa mère ou celui du bispo negro : cf. José MATTOSO, « Duarte (...)
  • 23 Duarte GALVÃO, Crónica de El-Rei D. Afonso Henriques, Lisbonne : IN-CM, 1995, cap. LX (p. 207).
  • 24 M. de Lurdes ROSA, « O corpo do chefe guerreiro... », p. 120-121.

13La Crónica de El-Rei D. Afonso Henriques reprend, tout d’abord, les éléments alors déjà typiques de l'image du roi fondateur en tant que saint combattant des Maures : la souche sainte, la guérison miraculeuse du défaut de naissance qui lui a permis de devenir guerrier, et le miracle d’Ourique, avec l’adoption des blessures du Christ sur sa bannière. À un second niveau, les parallèles avec le règne manuélin actualisent le « temps de fondation » primitif21. Peut-être la caractéristique la plus extraordinaire et innovante, par rapport aux chroniques précédentes, est l’édulcoration de certains épisodes, traditionnellement attribués au roi22, mais peu compatibles avec l’image de grand fondateur et, surtout, de saint. Ainsi, si Galvão se réfère à la réputation de rébellion et de cruauté dans la phase juvénile, il les minimise tout de suite, soulignant plutôt sa vie adulte, digne d’un monarque grand et pieux23. Quelques lignes plus loin, Galvão admet que D. Afonso Henriques pourrait être canonisé, citant l’avis du prieur du monastère de Santa Cruz de Coimbra – qui, ce n’était pas un hasard, était à ce moment-là le frère même du chroniqueur, et avait activement collaboré à parfaire la mémoire du roi fondateur, considérée par les chanoines la marque du monastère, bénéficiant pour cela du soutien du roi D. Manuel. Cette relation d’intérêt mutuel culmine dans l’ouverture de la tombe de D. Afonso Henriques par le roi, en 1520 – une cérémonie impressionnante –, et dans la poursuite du procès de canonisation, centré, comme tout le reste, dans la figure du fondateur comme un fervent défenseur de la foi chrétienne contre les ennemis musulmans24.

L’imaginaire de la frontière de l’Afrique du Nord pour l’aristocratie guerrière

14Au-delà de la construction rhétorique de la croisade entreprise par la Couronne, il convient également de s’interroger sur la vision aristocratique de ce théâtre de guerre. Les chevaliers et guerriers qui ont composé les garnisons portugaises ont-ils partagé majoritairement la représentation de la guerre au Maghreb dans les contours sacrés qui ont été décrits dans la première partie de ce texte ? Ont-ils vu et représenté leurs propres efforts et sacrifices en ces termes ? Et surtout, le caractère formellement sacré du conflit a-t-il été le mobile essentiel de leurs actions ?

Quel corpus pour répondre à ces questions ?

15Cet ensemble de questions constitue un défi car il nous invite à nous débarrasser d’une vision dualiste (chrétiens contre musulmans, deux côtés dans une vindicte mortelle), celle qui est justement davantage visible dans les documents les plus traités par les chercheurs. En fait, ici se situe la première complication pour essayer de répondre à nos questions. Comment construire un corpus documentaire qui pourra nos apporter des données différentes, éventuellement susceptibles de déconstruire la vision dichotomique du conflit qui nous est offert par les documents les plus célèbres (notamment les chroniques royales) ? La réponse immédiate suggère l’exploitation des documents produits par des agents qui échappent à la logique de la cour royale, où, comme on l’a déjà vu, de nombreuses incitatives de propagande favorables à la croisade ont eu lieu. Mais ici commencent nos problèmes : il y a très peu de témoignages produits par des agents au-delà de l’espace social courtisan qui touchent – directement ou indirectement – la question de la croisade. Même s’il y a quelques indices de l’existence de textes aristocratiques produits au XVe siècle – des récits, chroniques ou textes réflexifs nobiliaires – pratiquement rien n’est arrivé jusqu’à nos jours. Au-delà de la documentation juridique stéréotypée, gardée au fil du temps dans la logique institutionnelle de la maison aristocratique, il n’existe pas beaucoup de témoignages qui peuvent nous apporter des éléments aux questions posées.

  • 25 Pour ces questions critiques voir Miguel AGUIAR, « As Crónicas de Zurara : a corte, a aristocracia (...)
  • 26 G. E. de ZURARA, Crónica do conde D. Pedro de Meneses, éd. Maria Teresa BROCADO, Lisbonne : Fundaçã (...)

16Comment pouvons-nous donc construire nos corpus ? Tout d’abord, il nous faut analyser ce qui est probablement le seul document produit systématiquement et projeté par les aristocrates eux-mêmes, et qui reflète leur vision du monde : les monuments funéraires, et particulièrement les épitaphes tombales qui y sont inscrites. Il s’agit d’un ensemble de monuments qui ont survécu aux hasards du temps et où nous pouvons voir la volonté de l’aristocratie de dessiner un profil et une image des défunts – nous y reviendrons. Ensuite, nous comptons aussi sur un ensemble d’avis rédigés par quelques personnages de la haute noblesse sur la guerre en Afrique du Nord. Avant les diverses expéditions, les rois ont demandé l’avis de ces personnages, qui ont exprimé leurs opinions dans les réunions du conseil du roi mais aussi par écrit. La troisième typologie documentaire est constituée par les chroniques. Dans un panorama de faible production « littéraire » de l’aristocratie, il existe trois exceptions : la chronique anonyme dédiée aux faits de Nuno Álvares Pereira, connétable du royaume devenu célèbre pendant la crise dynastique de 1383-1385, et les chroniques de Gomes Eanes de Zurara sur les faits de D. Pedro et D. Duarte de Meneses, capitaines de Ceuta et Alcácer Ceguer, rédigés entre les années cinquante et soixante-dix du XVe siècle25. Pour l’objectif de cette partie de notre étude, seront analysées les chroniques des Meneses. Même s’il s’agit de textes commandés par le roi – et donc plus ou moins inscrits dans l’esprit de la croisade glorifié par la Couronne – il y a quelques aspects importants pour notre réflexion. Pour l’instant, il suffit de souligner qu’il s’agit de textes dont la réalisation a été soutenue par le lignage – notamment par D. Leonor de Meneses26, fille de D. Pedro et demi-sœur de D. Duarte – et dont le contenu répond à une logique de récit d’aventures et de faits chevaleresques qui s’inscrit dans le système de valeurs aristocratiques. Bref, la conjugaison de ces trois typologies documentaires et d’autres éléments que nous aurons l’opportunité d’évoquer nous permettra de reconstruire les aspects dominants de l’idéologie aristocratique et d’évaluer dans quelle mesure la croisade a été un mobile et une pratique identitaire essentielle pour les aristocrates eux-mêmes.

La chevalerie en tant que « système idéologique » de l’aristocratie

  • 27 M. AGUIAR, Cavaleiros e Cavalaria. Ideologia, práticas e rituais aristocráticos em Portugal nos séc (...)
  • 28 Ibid., p. 34-39 et 63-65. Richard W. Kaeuper se réfere à ce noyau comme the worship of demi-god pro (...)
  • 29 M. AGUIAR, Cavaleiros e Cavalaria…, p. 205-235. C’est une des questions posées par Richard W. Kaeup (...)

17Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut esquisser quelques considérations sur l’idéologie aristocratique, car cela permettra de mieux comprendre certains aspects de la vision de ce groupe sur la guerre au Maghreb. Le concept de « système idéologique » a été proposé dans un travail récent27. Il a pour objectif d’attirer l’attention sur la chevalerie comme un système qui agrège une hiérarchie de valeurs, mais aussi un ensemble de pratiques et rituels (l’adoubement, les joutes) articulés entre eux. Au centre de ce système se trouve bien sûr la capacité guerrière – ce qui est décrit dans les documents comme ardideza, et qui est fondamentalement la combinaison de la bravoure des chevaliers et de leur efficacité militaire28 – qui, par conséquent, met en valeur toutes les représentations et pratiques de caractère belliqueux. Valorisé par la Couronne et dans l’espace social de la cour royale – où se pratiquent l’adoubement, les joutes, et où sont connus les textes et récits chevaleresques célèbres –, ce système devient le filtre idéologique qui place l’aristocratie dans le monde, et qui médiatise la relation entre la Couronne et l’ensemble du groupe aristocratique. Tout cela est d’une importance majeure dans le contexte d’un royaume caractérisé par l’existence d’un centre très puissant – la Couronne – et l’absence de pôles de pouvoir intermédiaires ou concurrents. Bref, dans la relation de service qui s’établit entre les rois et les aristocrates, la guerre, le service militaire interprété ou représenté à travers les contours chevaleresques, deviennent la voie la plus noble et l’une des plus efficaces pour ceux qui désirent garder leur position de prestige ou monter en rang. C’est un aspect clé car, comme nous aurons l’opportunité de le montrer, dans le contexte de la croisade en Afrique du Nord, le mobile du service dû au roi ou à Dieu se mélange, et parfois même c’est le premier qui se superpose à l’autre. Cela ne veut évidemment pas dire que les chevaliers ignoraient la dimension pieuse de leur service, mais signifie, hypothétiquement, qu’ils la concevaient d’une façon différente de celle qui était diffusée par la propagande et la rhétorique royales29.

Un message pour l’éternité : que disent les épitaphes tombales de la croisade ?

  • 30 J’attire l’attention notamment sur le mémoire de master de Luís Filipe Pontes, qui a travaillé syst (...)

18Comme nous l’avons signalé ci-dessus, les monuments funéraires sont très importants pour notre enquête puisqu’ils étaient systématiquement produits par l’aristocratie, que ce soit la haute noblesse ou l’aristocratie urbaine. Ils étaient aussi projetés en fonction de certains traits (la représentation du défunt, l’épitaphe) ce qui avait pour but de représenter et d’honorer le défunt. D’ailleurs, et inversement à la production documentaire aristocratique, une bonne partie de ces monuments a survécu aux hasards du temps30. Ils représentent une aristocratie guerrière, avec des gisants d’hommes équipées pour faire la guerre. Les épitaphes mentionnent souvent la participation de ces hommes à plusieurs événements guerriers, le moment où ils ont été adoubés, et caractérisent les défunts comme « bons » ou « honorés chevaliers ».

  • 31 Jean FLORI, « Pour une redéfinition de la croisade », dans Cahiers de Civilisation Médiévale, t. 18 (...)
  • 32 Documentos do Arquivo Histórico da Câmara Municipal de Lisboa – Livros de Reis, Lisbonne : Câmara M (...)
  • 33 G. E. de ZURARA, Crónica dos feitos notáveis que se passaram na conquista de Guiné por mandado do i (...)
  • 34 Carl ERDMANN, A Ideia de Cruzada em Portugal, Coïmbre, Instituto Alemão da Universidade de Coimbra, (...)

19Cependant, ces épitaphes contiennent-elles des références à la croisade ? Mentionnent-elles, et de quelle manière, la participation des chevaliers à la guerre en Afrique du Nord ? S’inscrivent-elles dans la rhétorique diffusée par les écrits et les cérémonies de la cour royale ? Tout d’abord, il faut noter l’absence du mot « croisade » ou d’autres expressions similaires31. Cela ne veut évidemment rien dire, car le mot croisade est lui-même très rare en général dans les documents – il est normalement associé aux instruments institutionnels donnés par la papauté, tels que les bulles de croisade, utilisées dans les processions de propagande32, ou la bannière de croisade emportée par les explorateurs portugais sur les côtes d’Afrique33. Les termes « Maures » ou « Afrique » sont les plus utilisés pour se rapporter à ce théâtre de guerre34, et nous les trouvons fréquemment, soit pour dire qu’un chevalier a rendu service au roi en Afrique, soit pour dire qu’il a combattu les Maures ou qu’il a été adoubé le jour de la conquête de Ceuta. Ces références nous renvoient surtout à une notion de service, en soulignant que les défunts avaient démontré à plusieurs reprises leurs mérites chevaleresques.

  • 35 Les images de ces tombeaux peuvent être consultés sur le site du projet IMAGO : http://imago.fcsh.u (...)
  • 36 Nuno Silva CAMPOS, D. Pedro de Meneses e a construção da casa de Vila Real (1415-1437), Lisbonne : (...)
  • 37 M. de Lurdes ROSA, O Morgadio em Portugal, sécs. XIV-XV, Lisbonne : Estampa, 1995, p. 126-128.

20Les monuments funéraires de D. Pedro et D. Duarte de Meneses font de l’expérience outre-mer une partie essentielle de leur profil chevaleresque. Les deux tombeaux présentent les statues de ces deux chevaliers équipés pour faire la guerre35, et soulignent dans leurs épitaphes qu’ils ont rendu beaucoup de services en Afrique. D. Pedro de Meneses, le premier capitaine de Ceuta, est décrit comme celui qui gouvernait cette ville, « la seule possédée par des chrétiens en Afrique » pendant vingt-deux ans, où il a toujours réussi à battre les Maures. En fait, D. Pedro de Meneses est un cas particulier car il était issu d’un lignage qui avait quitté le Portugal après la crise et la rénovation dynastique de 1383-1385. Revenu dans le royaume pour servir la maison du futur roi D. Duarte, les efforts de D. Pedro de Meneses à Ceuta ont été vraisemblablement l’opportunité de récupérer le prestige du lignage, qui se réintroduisit rapidement au premier degré de la haute noblesse de la cour portugaise36. Ce n’est donc pas par hasard que sa chapelle funéraire est devenue un des centres d’une construction symbolique destinée à garantir l’exploitation de ce capital symbolique. Dans la chapelle se trouvaient aussi l’épée et la bannière du capitaine, symboles guerriers par excellence, qui, selon les instructions données par la fille de D. Pedro de Meneses, devaient être toujours bien gardés et préservés à côté du tombeau37. Il faut, de surcroît, se souvenir que D. Leonor de Meneses, la fille du capitaine qui a laissé ces instructions, a été la même qui, apparemment, avait soutenu le projet de la rédaction d’une chronique chevaleresque sur les faits de son père à Ceuta. Nous sommes bel et bien en présence d’un projet lignager qui veut profiter de tout le potentiel symbolique associé au service rendu par un de ses membres en Afrique du Nord.

  • 38 Maria João BRANCO, « João de Albuquerque, cavaleiro e senhor do séc. XV », dans Arqueologia do Esta (...)
  • 39 L. F. PONTES, Do mundo da corte ao mundo da memória…, p. 231-232.
  • 40 Ibid., p. 241.

21Le territoire maghrébin apparaît aussi comme un lieu périphérique, un espace d’aventures chevaleresques outre-mer, au-delà du territoire chrétien, un espace théoriquement hostile où se rejoignent l’opportunité de service et d’imitation des récits chevaleresques bien connus de l’aristocratie. L’Afrique du Nord est devenue l’espace périphérique par excellence, mais ce n’était pas le seul. L’épitaphe du tombeau de João de Albuquerque décrit sa participation à l’expédition aux Canaries en 1425, où, selon le texte, il a capturé le fils d’un roi local ; en 1437, au cours de la tragique expédition de Tanger, l’épitaphe raconte qu’il est resté sur la plage et y a combattu jusqu’au moment de la retraite38. L’épitaphe de Diogo Fernandes de Almeida, chevalier de l’ordre de Saint-Jean de l’Hôpital, souligne également les actions de ce chevalier « en Castille, en Afrique contre les Maures », et se réfère aussi à deux occasions où il a participé à la lutte contre les Turcs pour secourir Rhodes39. Finalement, l’épitaphe de João de Sousa raconte sa longue carrière militaire, construite aussi sur ces espaces périphériques au cours des grandes expéditions organisées par les rois du Portugal, mais aussi à Grenade sous le commandement du roi de Castille40.

  • 41 L’épitaphe de João de Sousa mentionne qu’il a été blessé dix-sept fois, ce qui témoigne du caractèr (...)
  • 42 M. AGUIAR, Cavaleiros e Cavalaria…, p. 232-233.

22Tous ces cas nous montrent évidemment l’importante d’avoir participé aux opérations ou aux garnisons portugaises au Maghreb, ce qui est interprété, d’un côté, comme une preuve de service important dans la logique relationnelle entre la Couronne portugaise et l’ensemble du groupe aristocratique à ses divers niveaux ; d’un autre côté, ce service est vu comme l’incarnation de l’idéel guerrier aristocratique, cherchant des aventures dans un espace périphérique et hostile, souvent récompensé par l’honneur et la distinction d’avoir rapporté une blessure qui en témoigne41. Cependant, et dans la perspective de notre analyse, ces références mettent au premier plan le service du roi, et pas le mobile pieux de la croisade. L’exemple des références à l’adoubement aide à clarifier cette hiérarchie motivationnelle. Il n’y aucune différence, terminologique ou de valeur, entre la référence à l’adoubement le jour de la conquête de Ceuta, en 1415, ou, par exemple, l’adoubement dans la bataille d’Aljubarrota, en 1385, contre le roi de Castille42. Ce qui est capital dans les deux cas, c’est le service du roi dans les moments-clés pour la Couronne.

Penser la croisade : les avis de la haute noblesse

  • 43 Ibid., p. 215-227; A. G. da Rocha MADAHIL, « A Política de D. Afonso V apreciada em 1460 », dans Bi (...)

23Les avis écrits par la haute noblesse à propos des nouvelles expéditions en Afrique du Nord sont une typologie singulière dans le paysage documentaire portugais, car il s’agit d’écrits à la première personne, qui présentent des arguments pour ou contre la croisade43. Ceux-ci étaient demandés surtout avant la planification d’une nouvelle expédition d’échelle considérable. L’ensemble des avis qui ont survécu jusqu’à nos jours a été écrit par des hommes de la haute noblesse de cour, souvent des parents proches du roi, ce qui montre clairement que, même dans l’espace social dans lequel plus d’efforts ont été menés pour diffuser un esprit favorable aux initiatives de la croisade, il y avait tout de même un certain nombre de personnes qui pensaient autrement. Nous pouvons diviser les avis en deux catégories par rapport aux opinions pour ou contre les projets de conquête en Afrique du Nord : un groupe minoritaire, à la tête duquel se trouvait le prince Henri le Navigateur, favorable à la croisade et soulignant tous les mérites spirituels de cette entreprise ; un groupe qui, au moins selon les avis, semble majoritaire, et qui est contre l’organisation de nouvelles expéditions au Maghreb, au moins dans les termes proposés par les rois du Portugal.

24Néanmoins, ces deux groupes ont partagé quelques arguments centraux, et qui s’affirment en tant qu’éléments dominants de ces discours. Pratiquement tous reconnaissent le mérite et le caractère positif de la croisade, vus comme un effort pieux. Malgré cet accord apparemment évident, ceux qui s’opposent questionnent toujours le caractère « réaliste » de ces projets. Ils admettent que combattre les musulmans et détruire leur pouvoir est un bon principe, et que l’effort en soi semble la concrétisation de l’imitatio Christi, et qu’il n’y a pas plus grand honneur que de détruire les mosquées et bâtir des églises. Cependant, la réflexion « réaliste » questionne les capacités d’un royaume tel que le Portugal pour continuer ce projet de longue durée, soulignant que la continuité de cet effort ne fera que paupériser les gens obligés d’y contribuer. En même temps, ils rappelaient que rien dans les Écritures ne recommandait de faire la guerre aux « infidèles ».

  • 44 A. H. de Oliveira MARQUES et João Alves DIAS (éd.), Livro dos Conselhos de El-rei D. Duarte (Livro (...)

25Cette étude n’est pas le l’occasion d’exploiter tous ces documents, mais il faut au moins en analyser un qui est peut-être le plus intéressant. L’avis du prince D. João, frère du roi D. Duarte et d’Henri le Navigateur, écrit au début des années trente du XVe siècle, a une organisation très particulière44. Probablement conscient de la division d’opinions relativement à ce sujet, D. João a organisé son texte selon les arguments favorables et contraires à une nouvelle expédition en Afrique du Nord, deux opinions qu’il a groupées selon deux principes : la chevalerie, qui recommandait de se lancer dans l’accomplissement de grands faits, et le siso, qui préconisait qu’il fallait se préserver des risques. Il considérait chacune de ces positions sous la perspective de quatre points : le service de Dieu, l’honneur, le profit et le plaisir. Il ne disait pas s’il était lui-même pour ou contre, probablement parce qu’il voulait continuer à assumer une position neutre.

  • 45 En 1460, le marquis de Vila Viçosa disait que ceux qui voulaient passer en Afrique motivés par « le (...)
  • 46 Mathieu 10, 39-39 ; Marc 8, 34-35 ; Luc 9, 23-34.
  • 47 Dans l’esprit de ce que Kaeuper appelle « l’obsession culturale par l’ascétisme » ; R. W. KAEUPER, (...)

26Du côté du siso, le prince D. João questionnait ouvertement les motifs de ceux qui allaient se présenter pour combattre dans la croisade. Allaient-ils vraiment servir Dieu ou chercher leur propre gloire45 ? Les indulgences concédées par la papauté avaient-elles quelque valeur ? Les Portugais avaient-ils réellement l’opportunité de réaliser du profit avec l’expédition ? Le contrepoids de cette mise en cause de la valeur de l’expédition est composé d’arguments traditionnels favorables à la croisade. L’imitatio Christi est peut-être le plus célèbre. Sur ce point, le prince souligne que ceux qui participent à cette guerre vont certainement accomplir la recommandation de Jésus Christ de « se nier à soi-même et prendre sa croix »46, bref, de réaliser un effort pieux qui en soi-même niera les plaisirs du monde et traduira un comportement ascétique fortement valorisé47. Le prince souligne également que ceux qui sont nés nobles ne peuvent vivre noblement s’ils ne sont pas adoubés, ce qui n’est pas possible s’ils ne recherchent pas les champs de bataille.

  • 48 A. DINIS, Monumenta Henricina, 13, p. 309.

27En résumé, les avis reflètent les disparités d’opinion à la cour royale sur les projets de croisade. Cela est encore plus intéressant si nous nous souvenons de tous les efforts de propagande menés dans cet espace social, dont l’intensité devait bien évidement être le reflet d’un groupe pro-croisade puissant – à la tête duquel se trouvaient le roi, qui éventuellement pouvait se poser les mêmes questions que les autres aristocrates. Les projets de conquête étaient-ils les preuves d’un service rendu à Dieu ou de la volonté d’accomplir les chimères chevaleresques mondaines ? C’est une question que nous pouvons certainement nous poser relativement à tous les chevaliers qui sont allés dans ces théâtres de guerre ; la réponse, si on se souvient des conclusions proposées de l’analyse des épitaphes tombales, pourrait glisser vers l’hypothèse déjà évoquée : celle d’un effort et d’une entreprise motivés essentiellement par des motifs chevaleresques, que ce soit la concrétisation de l’aventure (dont l’effort exigé devait être une preuve d’ascétisme valorisé en soi), soit l’opportunité de rendre service au roi. Le marquis de Vila Viçosa disait que, indépendamment de son opinion, il ne cesserait de servir le roi s’il décidait de traverser la mer, « comme j’ai toujours fait »48.

Les chroniques nobiliaires de Zurara : le reflet de la compétition aristocratique à la périphérie maghrébine

  • 49 L. M. DUARTE, « A Marinha de Guerra. A Pólvora. O Norte de África », dans Manuel Themudo BARATA e N (...)
  • 50 M. AGUIAR, « “Fazer cavaleiros” : as cerimónias de investidura cavaleiresca no Portugal Medieval (S (...)
  • 51 G. E. de ZURARA, Crónica do conde D. Duarte de Meneses, Larry KING (éd.), Lisbonne : Universidade N (...)

28Les textes dédiés aux faits de D. Pedro et D. Duarte de Meneses, écrits entre les années cinquante et soixante-dix du XVe siècle, sont un cas particulier dans l’ensemble de la production chronistique issue de la cour royale portugaise au XVe siècle, puisqu’ils échappent au cycle de la chronique général du royaume, qui avait pour objectif de décrire l’histoire des règnes successifs. Ces récits ont une organisation très particulière : balisée par quelques grands événements (comme les sièges par les musulmans ou l’organisation d’une opération offensive portugaise), la grande partie des textes est remplie d’épisodes de guerre plus ou moins stéréotypés (les raids organisés par les Portugais autour des villes, les affrontements maritimes, et quelques épisodes de duels pendant les sièges). Ces épisodes se caractérisent par une construction rhétorique qui donne un sens chevaleresque aux actions de pillage et de capture d’autochtones, une tactique qui était également structurante pour le maintien des garnisons portugaises, isolées et dépendantes de l’approvisionnement venu du royaume49. Ils sont fréquemment couronnés par l’adoubement de nouveaux chevaliers, soit des adoubements des jeunes qui cherchent accomplir le cursus honorum nobiliaire, soit des adoubements promotionnels qui récompensent les hommes issus de l’aristocratie urbaine ou de la petite noblesse qui voulait monter en rang par cette cérémonie50. Tout au long des textes, nous voyons aussi une présentation méticuleuse des noms des gens qui ont participé à ces opérations, comme c’est le cas de trente-trois grands nobles qui sont venus à Alcácer « pour servir Dieu et le roi »51.

  • 52 M. AGUIAR, « As crónicas de Zurara : a corte, a aristocracia e a ideologia », dans Medievalista, n. (...)
  • 53 Ibid., p. 45.
  • 54 Ibid., p. 42.
  • 55 G. E. de ZURARA, Crónica do conde D. Pedro de Meneses, p. 179-180 ; Hélène HAUG, « Le passage de la (...)

29L’hypothèse proposée ailleurs suggère que les caractéristiques que nous venons de signaler s’expliquent par les objectifs et la valeur sociale de l’activité de Zurara et rôle de ces textes dans l’ambiance compétitive de la cour royale52. Nous avons déjà rappelé à plusieurs reprises que D. Leonor de Meneses, la fille du premier capitaine de Ceuta, a soutenu le projet de la réalisation de la chronique en l’honneur de son père, et nous avons également souligné que ce soutien s’articule avec un projet symbolique de ce lignage, composé notamment par la construction d’un espace funéraire qui ne cesse de valoriser la dimension et les symboles guerriers. Mais, dans les chroniques de Zurara, c’est l’auteur lui-même qui se plaint de cette compétition : ceux qui, avant d’avoir terminé le texte, étaient prêts à critiquer son travail car ils n’étaient pas d’accord avec ce qui avait été écrit sur eux ou sur leurs parents53. Ces plaintes s’expliquent justement par le rôle que, selon le roi D. Afonso V, ces textes ont joué dans la relation entre le monarque et l’aristocratie. En fait, c’est le roi lui-même qui, dans une lettre adressée à Zurara, souligne qu’il a donné des récompenses à ceux qui le méritaient après avoir lu la chronique54. De plus, Zurara signale aussi une fois « les auditeurs » du texte. Ce passage suggère que ces chroniques obéissaient encore à une logique de lecture oralisée à la cour royale55. Dans la logique compétitive qui caractérise cet espace, il n’est pas difficile d’imaginer combien il était important pour les aristocrates que l’auditoire puisse écouter des récits guerriers grandiloquents sur eux ou sur leurs ancêtres.

  • 56 Il ne faut pas, en tous cas, être trop rigide dans cette classification, car plusieurs lettrés et c (...)
  • 57 Cette discussion s’inscrit parfaitement dans la logique décrite par Craig Taylor dans le cas des te (...)

30Enfin, ces éléments nous permettent de constater dans quelle mesure ces chroniques étaient, à l’époque de leur rédaction (plus ou moins contemporaine des actions racontées, dans un déplacement temporel qui ne dépasse pas une vingtaine d’années), un instrument de compétition aristocratique, qui voulait jouer, dans l’espace social compétitif de la cour du roi, de ses arguments chevaleresques pour défendre sa valeur : soit la compétition entre l’aristocratie chevaleresque, soit la compétition entre ce groupe et les autres groupes aussi dominants dans la cour, tels que les lettrés et les clercs56. Mais les chroniques reflètent aussi l’ambiance de compétition – et parfois anarchique – dans les garnisons, car elles montrent la tâche complexe des capitaines pour faire la gestion des egos et pour faire valoir leur autorité. Pour les capitaines, ce n’était pas toujours facile de prendre les mesures nécessaires pour défendre, avant tout, l’efficacité militaire en tant que seule possibilité de garder les bastions chrétiens isolées dans une terre hostile, notamment parce que beaucoup d’entre ceux qui composaient les garnisons – surtout les jeunes nobles, mais pas seulement – voulaient, avant tout, trouver une occasion pour se battre, montrer leur valeur et être adoubés. À Ceuta et à Alcácer, Zurara nous montre clairement la difficulté d’équilibrer la hiérarchie de valeurs qui compose le système idéologique chevaleresque : d’un côté, la prouesse qui devait souffler l’esprit de tous chevaliers et les amener à réaliser de grands faits, et, d’un autre côté, la prudence, particulièrement du capitaine, qui mettait l’accent sur la dimension stratégique indispensable à la bonne défense des villes57.

31Par conséquent, le tableau de Zurara des faits des Portugais en Afrique du Nord semble surtout un reflet de la compétition aristocratique transféré dans un espace périphérique. Au-delà d’une vision négative stéréotypée de l’ennemi musulman, la question de la croisade semble relativement marginale : s’il est vrai que la croisade encadrait institutionnellement ces conflits, elle ne semble pas, dans les chroniques de Zurara, le mobile essentiel de l’action guerrière de l’aristocratie au Maghreb.

Au-delà des épitaphes, des avis et des chroniques : les duels jugés par le roi de Grenade

  • 58 Vitorino Magalhães GODINHO, Ensaios, Lisbonne : Livraria Sá da Costa, 2, p. 98.

32Les trois typologies de documents que nous avons traités jusqu’à maintenant nous permettent de voir une relation entre l’aristocratie et l’espace de guerre maghrébin plus complexe, au-delà d’une vision dichotomique associée à la croisade. Même l’expression « service de Dieu » souvent répétée peut être illusoire, car elle est utilisée abondamment avec une multiplicité de sens remarquable qui nous empêche d’assumer une liaison univoque entre « service de Dieu » et croisade58. Si nous acceptons, donc, que l’esprit de croisade en tant qu’objectif de destruction du pouvoir de l’Islam n’était pas possiblement le principal élément concret qui motivait les actions de conquête en Afrique du Nord, et qu’il n’était pas aussi probablement l’aspect mobilisateur des efforts du côté des chevaliers portugais, il faut alors repenser, du côté notamment des chevaliers, leur relation avec l’ennemi et avec ce scénario de guerre en particulier.

  • 59 Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Viscondes de Vila Nova de Cerveira, cx. 7, nº 1, fls. 213-217.

33Si vraisemblablement il existe une image négative de l’ennemi, fondée sur les différences religieuses et dans une tradition historiographique qui faisait de cet affrontement presque une vocation de la chevalerie portugaise, est-ce que cette vision se superpose, par exemple, au respect entre hommes d’armes que l’on trouve souvent dans les sociétés guerrières ? Quelques indices nous amènent à penser que non, particulièrement les documents qui montrent que le roi de Grenade a été choisi, à plusieurs reprises, juge de duels entre chrétiens. Nous connaissions déjà quelques cas de chevaliers castillans et aragonais ; récemment, un duel entre Portugais a été découvert. Ces cas nous montrent qu’il existait d’abord une correspondance entre le monde aristocratique chrétien et le dernier souverain musulman en péninsule Ibérique ; ils nous montrent également que ces chevaliers chrétiens reconnaissaient chez le monarque musulman un juge capable de comprendre et de bien arbitrer les règles d’une dispute chevaleresque. Mais il ne faut pas marginaliser l’hypothèse que, par rapport aux autres souverains musulmans, l’apparent respect accordé au roi de Grenade pouvait s’expliquer par le fait qu’il était un monarque qui régnait sur un espace hispanique, et non outre-mer, même si cette outre-mer était, avant la conquête islamique, un espace chrétien. En tous cas, pour ce qui est des duels, une grande partie d’entre eux n’a pas vraiment eu lieu à cause de l’intervention des rois chrétiens. Luís de Brito et Vasco Gonçalves Coutinho, qui étaient prêts à quitter Lisbonne en 1468, ont reçu l’interdiction du roi du Portugal d’aller se battre en duel59.

34Du côté des chevaliers portugais, le choix du roi de Grenade comme arbitre de cette dispute pourrait s’expliquer – au-delà d’une hypothétique plus grande proximité due au partage de l’espace hispanique, même si c’était un espace hostile car il était contrôlé par les musulmans – par une sévère restriction de la pratique du duel par l’aristocratie portugaise, du reste fermement contrôlé par la Couronne. Choisir un royaume étranger était, d’une certaine manière, la seule possibilité qu’ils avaient s’ils voulaient vraiment se battre. Comme dans le scénario de la guerre au Maghreb, il faut également compter sur l’attraction exercée par les lieux périphériques, exotiques et possiblement hostiles. Choisir un tel endroit pour organiser un duel, ou partir en croisade en Afrique du Nord, signifie, d’une certaine manière, l’accomplissement de cet imaginaire chevaleresque.

  • 60 M. de Lurdes ROSA (org.), Arquivos de Família, Séculos XIII-XX. Que presente, que futuro ?, Lisbonn (...)

35Nous pouvons, bien sûr, supposer que d’autres chevaliers portugais ont essayé de faire comme Luís de Brito et Vasco Gonçalves Coutinho. Cependant, l’absence de témoins documentaires pour exploiter cette question doit aussi nous faire réfléchir. En effet, le seul cas connu a été trouvé dans un inventaire du XVIIe siècle de l’archive d’une maison noble portugaise. Ces documents ont disparu, et nous ne connaissons leur existence que grâce à cet inventaire. C’est-à-dire que, possiblement, l’absence de cas connus pourrait s’expliquer simplement par la carence de documents gardés et conservés au fils du temps. Si la Couronne interdisait les duels, et si elle a parallèlement mené de grands efforts pour diffuser un esprit de croisade et combattre l’ennemi musulman, il faut en déduire qu’on ne trouvera certainement pas un témoin de cette activité dans la documentation issue des institutions de la Couronne. Et, dans le cas du Portugal médiéval, cette absence réduit fortement nos hypothèses d’enquête, surtout parce que le monde des archives « privées » et « familiales » vient de se constituer comme objet de recherche60. Enfin, cette logique de production, conservation et destruction documentaire pourra nous cacher une partie fondamentale de la réalité pour comprendre la problématique de notre enquête.

Un effort pieux lui-même valorisé

  • 61 M. AGUIAR, Cavaleiros e Cavalaria…, p. 68, une idée proposée à la suite de la réflexion de Maurice (...)
  • 62 Jacques PAVIOT, « Noblesse et croisade à la fin du Moyen Âge », dans Cahiers de recherches médiéval (...)
  • 63 M. de Lurdes ROSA, Longas guerras, longos sonhos africanos : da tomada de Ceuta ao fim do Império, (...)
  • 64 Ibid., p. 13-18.

36Dans la logique d’une société pour laquelle la guerre était un élément structurant – et aussi l’élément central pour légitimer et naturaliser la domination sociale de l’aristocratie61 – il faut souligner que la pratique guerrière est en soi-même valorisée, tenue comme un effort pieux caractéristique du monde laïc, semblable à l’ascétisme clérical. L’hypothèse d’interprétation que nous proposons voit dans l’action guerrière de l’aristocratie portugaise au Maghreb surtout une manifestation de cet esprit ascétique, mais aussi la concrétisation de l’aventure guerrière encadrée par les références idéales chevaleresques. Ce terrain périphérique poussait alors un ensemble d’intérêts, auxquels il faut ajouter l’opportunité de service rendu au roi, ce qui est et sera pendant tout l’Ancien Régime la clé de voûte de la relation entre la Couronne et l’ensemble de l’aristocratie au Portugal. Si l’on soustrait les cas des chevaliers particulièrement sensibles aux arguments de la croisade, les motivations des chevaliers portugais semblent alors reposer sur un côté plus « séculier »62. Cependant, cela ne veut pas dire qu’ils ne reconnaissaient pas en même temps les aspects positifs de la croisade, car, comme certains travaux l’ont montré, la société en général acceptait l’idée de « guerre sainte »63 et du caractère louable de faire la guerre aux musulmans. Par ailleurs, les croisés jouissaient d’un statut légal dont ils pouvaient aussi bénéficier. Certains aristocrates ont su profiter de ces mécanismes, notamment dans quelques conflits concernant la succession patrimoniale. Dans les biens que la couronne donnait à l’aristocratie, les règles de succession étaient bien définies : le bien était indivisible et devait passer du père au fils aîné. Ces règles ont souvent créé des conflits entre oncles et neveux, particulièrement dans le cas où le fils aîné, laissant un descendant, est mort alors que son père était encore vivant. Dans ce cas, comme le fils aîné n’était pas arrivé à succéder à son père, le bien devait passer au fils suivant. Le seul argument dont les grands-enfants disposaient dans cette situation était de prouver que leurs pères n’étaient pas morts, et que leurs âmes étaient « vivantes ». On connaît quelques cas où le tribunal royal a pris une décision favorable aux petits-enfants, car leurs pères étaient morts durant la croisade, et, dans ce cas, leurs âmes étaient « vivantes » et ils pouvaient passer leurs droits à leurs enfants64. Ces cas illustrent parfaitement dans quelle mesure la société était prête à accepter les arguments encadrés par les concepts liés à la croisade et les fondements de la guerre sainte. Enfin, même si les chevaliers portugais sont partis en Afrique du Nord pendant tout le XVe siècle probablement inspirés par des motifs « séculiers », ils reconnaissaient, en tous cas, le contexte spécifique de ce scénario de guerre, dont ils ont su manipuler les circonstances plus prestigieuses.

Haut de page

Notes

1 Après Ceuta, ont été conquises : Alcácer Ceguer (1458), Anafé (1469), Arzila (1471), Safim (1508), Azamor (1513), Mazagão (1514) ; des forts ont été construits – par exemple Meça (1497), Graciosa (1489), Agadir (1505), Mogador (1506), Aguz (1507 ou 1508), Mamora (1515). Tanger, abandonnée par ses habitants, a été occupée par le Portugal en 1437 ; cf. Paulo Drumond BRAGA, « A expansão no Norte de África », dans Joel SERRÃO, A.H. de Oliveira MARQUES (dir.), Nova história da Expansão Portuguesa, Lisbonne : Estampa, 1998, t. 2, p. 236-337; Victor RODRIGUES, « Organização militar e práticas de guerra dos Portugueses em Marrocos no século XV, princípios do século XVI : sua importância como modelo referencial para a expansão portuguesa no Oriente », dans Anais de História de Além-Mar, t. 2, 2001, p. 157-168. La commémoration du sixième centenaire de la prise de Ceuta a vu la parution de visions renouvelées de la question : cf. João Gouveia MONTEIRO, António Martins da COSTA, 1415. A conquista de Ceuta, Lisbonne : Manuscrito, 2015 ; Luis Miguel DUARTE, Ceuta 1415. Seiscentos anos depois, Lisbonne : Livros Horizonte, 2015.

2 Pour l’étude de l’ensemble des moyens et façons par lesquels le Portugal a reconstruit l’espace nord-africain comme territoire de Reconquête, cf. les études réunies dans Maria de Lurdes ROSA, Longos sonhos africanos. Da tomada de Ceuta ao fim do Império, Porto : Fio da Palavra, 2010.

3 Nous présentons ici un assemblage plutôt qualitatif, qui n’a pas la prétention d’être exhaustif, ce qui aurait été difficile dans le contexte d’un article ; des chroniques relativement secondaires à cet égard n’ont pas été retenues (nommément la Crónica de D. João II de Rui de Pina, et la Crónica do Felicíssimo Rei D. Manuel de Damião de Góis).

4 Cette chronique, ainsi appelée car la date de rédaction est explicitement mentionnée, est connue par des copies problématiques et tardives, ce qui a rendu difficile de lui attribuer un auteur. Sur le thème et la Chronique, cf. l’étude approfondie de Filipe Alves MOREIRA, A Crónica de Portugal de 1419. Fontes, estratégias e posteridade. Lisbonne : FCT/ FCG, 2013 ; bien que Moreira continue à juger insoluble la question de la paternité du texte, il considère Fernão Lopes comme l’auteur le plus probable.

5 En reprenant l’expression heureuse de Teresa Amado, dans un article essentiel : Teresa AMADO, « O projecto histórico de um Infante », dans Isabel Hub FARIA (dir.), Lindley Cintra. Homenagem ao Homem, ao Mestre e ao Cidadão, Lisbonne : Cosmos, 1999, p. 303-309.

6 Albano FIGUEIREDO, « Da imagem do inimigo à construção do herói. O reinado de Afonso Henriques na Crónica de Cinco Reis de Portugal », dans Teresa AMADO (coord.), A guerra até 1450, Lisbonne : Quimera, 1994, p. 377-390, p. 383-388 ; T. AMADO, « Investigação das origens : o reinado de D. Afonso Henriques », dans José Manuel LUCÍA MEGÍA (éd.), Actas del VI Congreso Internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval, Alcalá de Henares : Servicio de Publicaciones de la Universidad, 1997, t. 1, p. 143-149.

7 A. FIGUEIREDO, « Da imagem do inimigo à construção do herói… », p. 384 ; sur la tradition du miracle, Fernando CASTELO-BRANCO, « Aparição e milagre marianos na vida de D.Afonso Henriques », dans Acta Congressus Mariologici-Romani in Lusitania in anno 1967 celebrati, t. 6, Rome : Pontificia Academia Mariana Internationalis, 1970, p. 397-403.

8 Crónica de Portugal de 1419, éd. Adelino de ALMEIDA CALADO, Aveiro : Universidade de Aveiro, 1998, p. 52.

9 T. AMADO, « Investigação das origens... », p. 149 ; sur ces épisodes dans les textes et sur les traditions concernant D. Afonso Henriques, cf. M. de Lurdes ROSA, « O corpo do chefe guerreiro, as chagas de Cristo e a quebra dos escudos : caminhos da mitificação de Afonso Henriques na Baixa Idade Média », dans Actas do 2º Congresso Histórico de Guimarães, Guimarães : Câmara Municipal/Universidade do Minho, 1997, t. 3, p. 85-123 (republié dans M. de Lurdes ROSA, Santos e demónios no Portugal medieval, Porto : Fio da Palavra, 2010).

10 Crónica de Portugal de 1419, éd. A. de ALMEIDA CALADO, p. 150-152.

11 António BRANCO, « Verdade factual e verdade simbólica na “Crónica da Conquista do Algarve” », dans Colóquio-Letras, nº 142, 1996, p. 111-119, p. 116 ; cf. l’étude du récit et de la tradition reprise récemment : Pedro PICOITO, « Os Sete Cavaleiros de Tavira. História de um culto local », dans V Jornadas de História de Tavira, Tavira : Câmara Municipal de Tavira, 2006, p. 51-71 ; id., « As ordens militares e o culto dos mártires no Sul de Portugal », dans Ordens militares e religiosidade. Actas, Palmela, Câmara Municipal de Palmela / Gabinete Estudos Ordem de Santiago, 2010, p. 73-90.

12 Crónica da Conquista do Algarve, citée dans A. BRANCO, « Verdade factual e verdade simbólica », p. 118.

13 A. BRANCO, « O lugar do Mestre Paio Correia na História – A Crónica de 1419 e a Crónica da Conquista do Algarve », dans José Manuel LUCÍA MEGÍA (éd.), Actas del VI Congreso Internacional de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval, Alcalá de Henares :, Servicio de Publicaciones de la Universidad, 1997, 1, p. 357-364, p. 359. Crónica de Portugal de 1419, éd. A. de ALMEIDA CALADO, p. 159.

14 Luísa Marinho ANTUNES, A doutrina da guerra nas crónicas portuguesas dos séculos XIV e XV, Lisbonne : mémoire de Master, Faculté de Lettres de l’Université de Lisbonne : 1995, p. 99.

15 Si bien que l’historiographie a désormais abandonné l’idée d’une opposition totale entre les deux étapes du processus d’expansion, la préférence et l’enthousiasme du roi par la guerre nord-africaine restent indiscutables. Sur la question, cf. l’excellente biographie due à Saul GOMES, Afonso V o Africano, Lisbonne : Círculo de Leitores, 2006.

16 Pour les deux chroniques nobiliaires, voir la deuxième partie de l’article.

17 Gomes Eanes de ZURARA, Crónica da tomada de Ceuta, éd. Francisco Esteves PEREIRA, Lisbonne : Academia das Ciências de Lisboa / Imprensa da Universidade, 1915, cap. XI.

18 Rui de PINA, « Crónica do senhor rey D. Affonso V », dans Crónicas de Rui de Pina, intr. et révision de M. Lopes de ALMEIDA, Porto, Lello & Irmãos, 1977, p. 822-823, (cap. CLXV).

19 Sur Galvão, cf. Jean AUBIN, « Duarte Galvão », dans Arquivos do Centro Cultural Português, t. 9, 1975, p. 43-85 ; pour le contexte des idées de Galvão et l’entourage du roi Manuel, sont indispensables Luís Filipe THOMAZ, « L’idée impériale manuéline », dans La Découverte, le Portugal et l’Europe. Actes du Colloque, Paris : Fundação Gulbenkian, 1990, p. 35-103 ; id. et Jorge ALVES, « Da Cruzada ao Quinto Império », dans Francisco BETHENCOURT et Diogo Ramada CURTO (éd.), A memória da Nação, Lisbonne : Sá da Costa, 1991, p. 81-164 ; voir aussi Jean DELUMEAU, « L’eschatologie de Manuel le Fortuné », Journal des Savants, 1995, p. 179-186.

20 Comme le souligne A. de FIGUEIREDO, « Uma perspectiva tardo-medieval do tempo da fundação : a Crónica de El-Rei D. Afonso Henriques de D. Duarte de Galvão », dans Paulo MENESES (coord.), Sobre o tempo. Secção Portuguesa da AHLM. Actas do III Colóquio, Ponta Delgada : Universidade dos Açores, 2001, p. 189-200, p. 197.

21 A. de FIGUEIREDO, « Uma perspectiva tardo-medieval do tempo da fundação… », p. 196-197.

22 Par exemple celui l’emprisonnement de sa mère ou celui du bispo negro : cf. José MATTOSO, « Duarte Galvão », dans Giulia LANCIANI e Giuseppe TAVANI (org. et coord.), Dicionário de literatura medieval galega e portuguesa, Lisbonne : Caminho, 1993, p. 225-226, p. 226.

23 Duarte GALVÃO, Crónica de El-Rei D. Afonso Henriques, Lisbonne : IN-CM, 1995, cap. LX (p. 207).

24 M. de Lurdes ROSA, « O corpo do chefe guerreiro... », p. 120-121.

25 Pour ces questions critiques voir Miguel AGUIAR, « As Crónicas de Zurara : a corte, a aristocracia e a ideologia cavaleiresca em Portugal no Século XV », dans Medievalista, t. 23, 2018, p. 5-7, disponible en ligne: http://www2.fcsh.unl.pt/iem/medievalista/MEDIEVALISTA23/PDF23/PDFaguiar2304.pdf

26 G. E. de ZURARA, Crónica do conde D. Pedro de Meneses, éd. Maria Teresa BROCADO, Lisbonne : Fundação Calouste Gulbenkian / Junta Nacional de Investigação Científica, 1997, p. 175 et 718.

27 M. AGUIAR, Cavaleiros e Cavalaria. Ideologia, práticas e rituais aristocráticos em Portugal nos séculos XIV e XV, Porto : Teodolito, 2018.

28 Ibid., p. 34-39 et 63-65. Richard W. Kaeuper se réfere à ce noyau comme the worship of demi-god prowess : Richard W. KAEUPER, Chivalry and Violence in Medieval Europe, Oxford : Oxford University Press, 1999, p. 135-136.

29 M. AGUIAR, Cavaleiros e Cavalaria…, p. 205-235. C’est une des questions posées par Richard W. Kaeuper, qui soutient que les chevaliers ont toujours cherché des voies alternatives pour exprimer leur piété au-delà de celles proposées par les clercs : R. W. KAEUPER, Holy Warriors. The Religious Ideology of Chivalry, Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 2009 ; Norman HOUSLEY, The Later Crusades. From Lyons to Alcazar, 1274-1580, Oxford : Oxford University Press, 1992, p. 420- 423, p. 425 et 453.

30 J’attire l’attention notamment sur le mémoire de master de Luís Filipe Pontes, qui a travaillé systématiquement sur les épitaphes et nous en a donné les transcriptions : Luís Filipe PONTES, Do mundo da corte ao mundo da memória. Subsídios para o estudo da mentalidade cavaleiresca da nobreza portuguesa, 1400-1521, mémoire de Master, Lisbonne : Universidade Nova de Lisboa, 2008.

31 Jean FLORI, « Pour une redéfinition de la croisade », dans Cahiers de Civilisation Médiévale, t. 188, 2004, p. 329-349 ; Carlos de AYALA MARTÍNEZ, « Definición de Cruzada : estado de la cuestión », dans Clio & Crimen, 6, 2009, p. 216-242.

32 Documentos do Arquivo Histórico da Câmara Municipal de Lisboa – Livros de Reis, Lisbonne : Câmara Municipal de Lisboa, 3, 1959, p. 277.

33 G. E. de ZURARA, Crónica dos feitos notáveis que se passaram na conquista de Guiné por mandado do infante D. Henrique, Torquato de Sousa SOARES (éd.), 1, Lisbonne : Academia Portuguesa da História, 1997, p. 207-208.

34 Carl ERDMANN, A Ideia de Cruzada em Portugal, Coïmbre, Instituto Alemão da Universidade de Coimbra, 1940 ; Alberto Martins de CARVALHO, « Espírito de Cruzada », dans Joel SERRÃO (dir.), Dicionário de História de Portugal, Porto : Figueirinhas, 1992, t. 2, p. 243-246 ; L. F. THOMAZ, « Cruzada », dans Dicionário de História Religiosa de Portugal, Carlos Moreira de AZEVEDO (dir.), Lisbonne : Círculo de Leitores, 2000, 101, p. 31-38 ; M. AGUIAR, Cavaleiros e Cavalaria…, p. 210.

35 Les images de ces tombeaux peuvent être consultés sur le site du projet IMAGO : http://imago.fcsh.unl.pt/?loc=3&id=248&tema=escultura&tipo=escultura&parent=241 et http://imago.fcsh.unl.pt/?loc=3&id=296&tema=escultura&tipo=escultura&parent=278-.

36 Nuno Silva CAMPOS, D. Pedro de Meneses e a construção da casa de Vila Real (1415-1437), Lisbonne : Colibri/CIDEHUS, 2004.

37 M. de Lurdes ROSA, O Morgadio em Portugal, sécs. XIV-XV, Lisbonne : Estampa, 1995, p. 126-128.

38 Maria João BRANCO, « João de Albuquerque, cavaleiro e senhor do séc. XV », dans Arqueologia do Estado. 1.as Jornadas sobre formas de organização e exercício dos poderes na Europa do Sul, Séculos XIII-XVIII, Lisbonne : História e Crítica, 1, p. 291-310.

39 L. F. PONTES, Do mundo da corte ao mundo da memória…, p. 231-232.

40 Ibid., p. 241.

41 L’épitaphe de João de Sousa mentionne qu’il a été blessé dix-sept fois, ce qui témoigne du caractère honorifique de cette preuve majeure du sacrifice chevaleresque ; ibid.

42 M. AGUIAR, Cavaleiros e Cavalaria…, p. 232-233.

43 Ibid., p. 215-227; A. G. da Rocha MADAHIL, « A Política de D. Afonso V apreciada em 1460 », dans Biblos, 7, 1931, p. 35-64 ; Luís Adão da FONSECA, « Uma carta do Condestável Dom Pedro sobre a política marroquina de D. Afonso V », dans Revista da Faculdade de Letras: História, 1.ª série, 1, 1970, p. 83-96 ; Peter RUSSELL, Henrique, o Navegador, Lisbonne : Horizonte, 2004.

44 A. H. de Oliveira MARQUES et João Alves DIAS (éd.), Livro dos Conselhos de El-rei D. Duarte (Livro da Cartuxa), Lisbonne : Estampa, 1982, p. 43-49.

45 En 1460, le marquis de Vila Viçosa disait que ceux qui voulaient passer en Afrique motivés par « leurs désirs de gloire et d’avidité », devaient certainement accompagner le roi au Maghreb car ils allaient rapidement découvrir que l’Afrique était sufisamment grande pour exaucer leurs désirs ; António Joaquim Dias DINIS (dir.), Monumenta Henricina, Coïmbre, Comissão Executiva das Comemorações do V Centenário da Morte do Infante D. Henrique, 1972, 13, p. 309.

46 Mathieu 10, 39-39 ; Marc 8, 34-35 ; Luc 9, 23-34.

47 Dans l’esprit de ce que Kaeuper appelle « l’obsession culturale par l’ascétisme » ; R. W. KAEUPER, Medieval Chivalry, Cambridge : Cambridge University Press, 2016, p. 291-296.

48 A. DINIS, Monumenta Henricina, 13, p. 309.

49 L. M. DUARTE, « A Marinha de Guerra. A Pólvora. O Norte de África », dans Manuel Themudo BARATA e Nuno Severiano TEIXEIRA (dir.), Nova História Militar de Portugal, 1, J. MATTOSO (coord.), Lisbonne : Círculo de Leitores, p. 409-412 ; José Miguel MESQUITA, O abastecimento alimentar de Ceuta, 1415-1458, mémoire de master, Porto : Universidade de Porto, 2017.

50 M. AGUIAR, « “Fazer cavaleiros” : as cerimónias de investidura cavaleiresca no Portugal Medieval (Séculos XII-XV) », dans Cuadernos de Estudios Gallegos, 62 (nº 128), p. 19-32 ; id., Cavaleiros e Cavalaria…, p. 84-87, 104-113, 161, 167-176.

51 G. E. de ZURARA, Crónica do conde D. Duarte de Meneses, Larry KING (éd.), Lisbonne : Universidade Nova de Lisboa, 1978, p. 234.

52 M. AGUIAR, « As crónicas de Zurara : a corte, a aristocracia e a ideologia », dans Medievalista, n.º 23, 2018, disponible en ligne: http://www2.fcsh.unl.pt/iem/medievalista/MEDIEVALISTA23/aguiar2304.html.

53 Ibid., p. 45.

54 Ibid., p. 42.

55 G. E. de ZURARA, Crónica do conde D. Pedro de Meneses, p. 179-180 ; Hélène HAUG, « Le passage de la lecture oralisée à la lecture silencieuse : un mythe ? », dans Le Moyen Français, t. 65, 2009, p. 1-22.

56 Il ne faut pas, en tous cas, être trop rigide dans cette classification, car plusieurs lettrés et clercs ont eux-mêmes participé à quelques expéditions guerrières en Afrique du Nord, notamment celles où le roi était présent.

57 Cette discussion s’inscrit parfaitement dans la logique décrite par Craig Taylor dans le cas des textes écrits en France pendant la guerre de Cent Ans ; Craig TAYLOR, Chivalry and the Ideals of Knighthood in France during the Hundred Years War, Cambridge : Cambridge University Press, 2013.

58 Vitorino Magalhães GODINHO, Ensaios, Lisbonne : Livraria Sá da Costa, 2, p. 98.

59 Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Viscondes de Vila Nova de Cerveira, cx. 7, nº 1, fls. 213-217.

60 M. de Lurdes ROSA (org.), Arquivos de Família, Séculos XIII-XX. Que presente, que futuro ?, Lisbonne : IEM, CHAM, Caminhos Romanos, 2012.

61 M. AGUIAR, Cavaleiros e Cavalaria…, p. 68, une idée proposée à la suite de la réflexion de Maurice GODELIER dans L’idéel et le matériel. Pensée, économies, sociétés, Paris : Flammarion, 2010, p. 205-215.

62 Jacques PAVIOT, « Noblesse et croisade à la fin du Moyen Âge », dans Cahiers de recherches médiévales, 13, 2006, p. 69-84.

63 M. de Lurdes ROSA, Longas guerras, longos sonhos africanos : da tomada de Ceuta ao fim do Império, Porto : Fio da Palavra, 2010, p. 19.

64 Ibid., p. 13-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria de Lurdes Rosa et Miguel Aguiar, « La noblesse dans la frontière nord-africaine (Portugal, 1415-1515) : guerre, chevalerie, croisade », e-Spania [En ligne], 31 | octobre 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/28615 ; DOI : 10.4000/e-spania.28615

Haut de page

Auteurs

Maria de Lurdes Rosa

NOVA U. Lisbon; IEM – FCSH NOVA

Miguel Aguiar

CEPESE - U. Porto, LaMOP – U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals