Navigation – Plan du site
Une « noblesse de frontière » en péninsule Ibérique (XIVe-XVe siècles)

Le connétable Miguel Lucas de Iranzo à Jaén : un noble frontalero

Jean-Pierre Jardin

Résumés

L’étude de la figure du connétable Miguel Lucas de Iranzo présente un triple intérêt pour quiconque s’interroge sur la vie à la Frontière, cette zone séparant le royaume de Castille de celui de Grenade, au XVe siècle : l’homme est en effet lié à cette zone par ses origines, mais aussi par son activité de gouverneur de Jaén et de sa région, et il est le protagoniste d’une chronique privée certainement écrite par l’un (ou plusieurs) de ses proches. C’est à partir des informations apportées par ce texte essentiel que cet article se propose de réfléchir sur ce que pouvait signifier pour un noble, dans la Castille du Moyen Âge tardif, la vie à la Frontière.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toutes nos citations du texte sont extraites de l’édition de Juan de Mata CARRIAZO, Hechos del cond (...)

1Parmi les nobles castillans ayant dû, au XVe siècle, une partie de leur fortune et de leur prestige à la Frontière, il convient de distinguer ceux qui y furent envoyés par le roi comme fronteros pendant un temps limité et ceux qui furent réellement des hommes de la Frontière, parce qu’ils y étaient nés ou parce qu’ils s’y étaient installés à demeure, et que l’on peut de ce fait qualifier de frontaleros. Même si c’est ce dernier terme que nous avons choisi pour définir le connétable Miguel Lucas de Iranzo dans le titre de ce travail, force est de constater qu’il était aussi un frontero, mandaté par le roi pour combattre les musulmans de Grenade dans la partie centrale de la zone tampon séparant le cœur de la Castille du royaume grenadin. Sur cet homme et sur sa vie – ou plutôt sur la partie de sa vie où il fut intimement lié à la ville de Jaén –, nous possédons un témoignage inappréciable, une de ces chroniques privées, chevaleresques ou non, qui furent rédigées en Castille dans le seul XVe siècle (à l’exclusion de l’Historia Roderici, biographie partielle du Cid rédigée dès le XIIe siècle, on ne trouve aucun texte comparable aux biographies chevaleresques françaises ou anglaises avant 1400). Ce texte, intitulé Relation des faits du très magnifique et plus vertueux seigneur, le seigneur don Miguel Lucas, très digne connétable de Castille, est anonyme (de nombreuses hypothèses ont été élaborées pour déterminer l’identité de l’auteur de la Relation, la plus connue – défendue par Juan de Mata Carriazo – l’attribuant à Pedro de Escavias, gouverneur d’Andújar, fidèle partisan du connétable et écrivain connu par ailleurs, mais aucune certitude n’est possible en la matière et il est même probable que le texte a connu deux auteurs successifs) et propose un récit couvrant les années 1458 à 14711. On ne connaît pas la date de naissance du connétable et il est mort assassiné en mars 1473, au cours d’une émeute dont le motif officiel était la chasse aux judéo-convers, que protégeait Miguel Lucas, mais dont les véritables motifs sont peut-être très différents ; la Relation ne couvre donc qu’une partie de sa vie. Dans ce travail, nous nous efforcerons, à partir de cette source centrale mais aussi de quelques autres sources « périphériques », de mesurer ce que la carrière politique et l’ascension sociale de Miguel Lucas de Iranzo doivent à son action à la Frontière de Grenade, et ce qui relève d’autres causes que l’on ne peut ignorer.

1455, 1458 : deux étapes essentielles dans l’ascension sociale d’un « homme nouveau »

  • 2 Diego de VALERA, Memorial de diversas hazañas, Juan de Mata Carriazo (éd.), Madrid : Espasa-Calpe, (...)

2On sait peu de choses de l’enfance et de la jeunesse de notre personnage, notamment parce que la Relation n’a pas jugé bon de s’y intéresser (avec de bonnes raisons, sans aucun doute). Il est, semble-t-il, né à Belmontejo, village de l’ancien royaume de Jaén (et non à Belmonte, province de Cuenca, comme on l’a souvent dit) ; c’est donc pleinement un homme de la Frontière. De son vivant, il a été connu sous le simple nom de Miguel Lucas, et c’est très tardivement que l’on a ajouté à son patronyme la précision « de Iranzo », qui ne doit rien à son véritable père mais était le nom porté par son parâtre Alfonso Álvarez de Iranzo, le véritable nom du connétable étant Miguel Lucas de Nieva. La Relation conserve le bref récit des obsèques de ce parâtre, organisé à Jaén par le connétable en 1468 : il semble que la relation unissant les deux hommes était forte, puisque Miguel Lucas céda à son beau-père le gouvernement de la forteresse d’Alcalá la Real (place stratégique de la Frontière), qu’il avait reçu du roi Henri IV avant 1455. On a fait d’Alfonso Álvarez un « pauvre laboureur », ce qui paraît très exagéré, mais il est vrai que la question de la noblesse des origines de Miguel Lucas, que Valera n’hésite pas à traiter d’« homme de petite condition et de vil lignage »2, reste posée.

3La bonne fortune du personnage a commencé alors qu’il était sans doute encore très jeune, lorsque Juan Pacheco le fit entrer comme page d’Henri IV, ce qu’il avait lui-même été quelques années auparavant. On ne sait pas avec précision pour quelle raison Juan Pacheco (futur adversaire du connétable) eut cette bonté. Les ennemis de Miguel Lucas n’ont pas manqué, de son vivant comme après sa mort, de souligner que l’ascension sociale de celui-ci était d’abord due à l’attirance que le roi Henri IV ressentait pour les gens de son sexe, et les accusations d’homosexualité sont fréquentes, même s’il ne s’agit là que de rumeurs malveillantes. En 1455, lors d’une campagne contre le royaume de Grenade, le roi signe une cédule par laquelle il concède à Miguel Lucas « noblesse et chevalerie ». C’est sur ce document que les historiens actuels s’appuient pour affirmer qu’avant 1455, Miguel Lucas n’était aucunement noble. Dans un article de 2000, María del Pilar Carceller Cerviño estime pourtant qu’il n’y a pas contradiction entre l’apparente concession de la noblesse à notre personnage et le fait qu’il fût déjà noble auparavant :

  • 3 María del Pilar CARCELLER CERVIÑO, « El ascenso político de Miguel Lucas de Iranzo, ennoblecimiento (...)

Lo que se hizo en 1455, con la batalla contra el musulmán de fondo, es confirmar a Miguel Lucas algo que ya tenía, su nobleza, pero que, a partir de su reconocimiento por el rey, le va a permitir incrementar su poder e influencia en la corte3.

4Dans cette concession, le roi gagne la reconnaissance de son pouvoir de « faiseur de nobles », ce qui renforce son autorité (dans le cas d’Henri IV, il convient de soigneusement distinguer les idées du souverain de leur mise en pratique) ; quant au jeune chevalier, il se sent autorisé à exhiber un état qui était le sien auparavant mais que l’on pouvait lui contester. Il est inutile de revenir ici sur la polémique qui oppose à cette époque les partisans d’une noblesse de lignage à ceux d’une noblesse de mérite qui peut s’acquérir, notamment, par la faveur royale. On peut noter au passage que l’un des partisans les plus acharnés de la noblesse de lignage, Fernando Mexía, auteur du Nobiliario vero, est un homme qui, bien qu’apparenté au connétable par la femme de ce dernier, tentera de l’assassiner en 1468, ce qui lui vaudra un séjour en prison. Mutatis mutandis, on retrouve en plein XVe siècle le conflit opposant autour de la notion d’honneur, dans le Cantar de Mío Cid, le héros, homme de la frontière, aux infants de Carrión, héritiers d’une haute noblesse courtisane.

5Les raisons qui justifient la cédule royale sont doubles : d’une part, est récompensée la présence de Miguel Lucas aux côtés du roi depuis de nombreuses années déjà (« depuis votre âge le plus tendre jusqu’à ces jours-ci dans le long apprentissage (crianza) que vous avez reçu dans mon palais royal »), mais d’autre part, le prétexte immédiat de la concession est une série d’exploits guerriers accomplis par le jeune homme au cours de la campagne en cours (destruction d’une tour près d’Íllora en compagnie de son frère, et participation à une escarmouche le jour de la saint Barnabé). Une campagne qui, faut-il le préciser, se réduit à quelques pillages et destructions de récoltes (talas) à la Frontière. On retrouve donc ici les deux types de relation qui unissent Miguel Lucas à son souverain : relation courtisane d’une part, service militaire contre l’ennemi par excellence d’autre part. La cédule royale insiste aussi sur le contexte guerrier dans lequel se fait la concession :

  • 4 Cité ibid., p. 23.

Estando yo por mi persona en campo contra los infieles moros, enemigos de la santa fe católica […] y dispuesto para pelear con ellos […] et vos el dicho Miguel Lucas […] mostrándovos animoso y deseoso para pelear y facer proeza4.

6En 1458, un nouveau pas est franchi dans l’ascension sociale de Miguel Lucas : au cours d’une cérémonie très ritualisée dont le récit figure dans les premières pages de la Relation, le roi fait son favori successivement baron, puis comte, et enfin connétable. Deux titres de noblesse et une dignité à vie le même jour, cela ne s’était jamais vu en Castille, et c’est à cette occasion que Valera souligne que de nombreux courtisans s’étonnèrent de cet excès d’honneurs pour un homme de si humble condition. Miguel Lucas est le troisième connétable de Castille du XVe siècle et succède directement – après quelques années de vacance – au très célèbre et longtemps très puissant Álvaro de Luna dans cette dignité de chef de l’armée royale.

7La roche tarpéienne, on le sait, est proche du Capitole, et la montée en puissance du nouveau connétable va lui valoir rapidement de nombreux ennemis à la cour, et tout particulièrement dresser contre lui son ancien protecteur, Juan Pacheco, surtout à partir du moment où le roi envisage d’accorder à Miguel Lucas la dignité de grand maître de l’ordre de Saint-Jacques, que Pacheco désire pour lui-même. Est-ce la multiplication des marques d’hostilité, ou le climat délétère de la cour, insupportable pour un homme qui semble sincèrement dévot ? Toujours est-il que Miguel Lucas ne va résister que deux ans avant de décider d’un exil volontaire loin du roi et de son entourage.

L’exil volontaire à Jaén

8Le connétable désire plus que tout s’éloigner de la cour, mais le souverain, qui lui est sincèrement attaché, ne l’entend pas de cette oreille. Après avoir dû, à deux reprises, prêter serment au roi de rester à la cour pour au moins trois mois, Miguel Lucas trouve un stratagème propre à le libérer de ses chaînes sans rompre trop brutalement avec un souverain auquel il reste fidèle : il se fait brûler, par un serviteur, un cor qu’il a au pied, jusqu’à ce que l’on voie l’os. Le roi le laisse alors tranquille le temps qu’il guérisse. Le connétable en profite pour se réfugier en Aragon et, depuis ce premier exil, pour négocier avec Henri IV, qui finit par céder et lui accorder le gouvernement de la ville de Jaén, ville d’origine de la femme que Miguel Lucas a épousée dès 1458, Teresa de Torres, héritière de l’une des plus grosses fortunes de Jaén (on ne peut pas comprendre la poursuite de la carrière politique de Miguel Lucas sans prendre en compte le rôle joué par cette femme, qui se fait appeler « comtesse de Castille », et par sa famille).

9À partir de 1460, Miguel Lucas s’installe donc à Jaén, dans un palais qu’il se fait construire en 1462 et qu’il ne quittera plus jusqu’à sa mort en 1473. La raison avouée de son exil est son désir ardent de combattre les « musulmans infidèles », comme le disait la cédule royale de 1455, un désir qui ne rencontre qu’un faible écho du côté du souverain, qui a déçu les espérances nées de son accession au trône. Cette obsession pour la lutte contre l’infidèle, qui est bien réelle chez le connétable, n’empêche pas celui-ci de prendre part aux combats qui marquent la guerre civile qui frappe la Castille à partir de 1464, toujours du côté du roi, lorsque ces combats atteignent la région de Jaén (lors des tentatives du grand maître de Calatrava, don Pedro Girón, frère de Juan Pacheco, pour s’emparer de la région). La Frontière, après avoir été l’instrument de la montée en puissance de Miguel Lucas au sein de la cour, est à présent un refuge dans lequel il peut fuir cette même cour, tout en restant fidèle au roi, qui lui accorde une délégation de pouvoir en sa qualité de connétable et de gouverneur de la ville et du diocèse de Jaén.

Miguel Lucas à Jaén : un succédané de souverain

10L’action de Miguel Lucas à Jaén embrasse de nombreux sujets, touchant tout aussi bien à la conduite d’actions militaires offensives et défensives qu’à l’administration civile de la ville ou au développement de ses activités culturelles.

11Compte tenu de ce qui a été dit précédemment du caractère de Miguel Lucas, on ne s’étonnera pas de le voir prendre à bras-le-corps la lutte contre les musulmans de Grenade : cette lutte comporte un volet offensif, du moins lorsque les trêves signées entre le royaume de Castille et celui de Grenade ne viennent pas entraver les activités militaires du connétable : la Relation traite longuement des campagnes militaires de Miguel Lucas, de ses incursions sur le territoire grenadin et des victoires qu’il remporte. Le récit de ces campagnes n’est pas exempt d’une dimension proprement chevaleresque, comme lorsque le connétable lance au roi de Grenade un défi destiné à régler leurs différends « d’homme à homme ». Mais ce qui l’emporte nettement, c’est la dimension de meneur d’hommes du connétable, son efficacité comme caudillo ou capitaine. Même le défi dont nous parlions précédemment s’inscrit dans cette logique (épargner la vie des hommes est le devoir d’un bon capitaine et les récits de guerres médiévales ou modernes abondent en défis de ce type, tel celui de Ferdinand le Catholique au roi du Portugal, ou celui lancé par Charles Quint à François Ier). Les valeurs de la chevalerie, cela dit, sont nécessairement présentes dans la vie d’un noble qui se consacre à la lutte contre les musulmans, ne serait-ce que parce que ces valeurs d’origine guerrière, devenues le patrimoine commun du groupe nobiliaire, ne survivent au fond, au XVe siècle, que grâce à cette guerre contre l’infidèle, qui est la seule guerre « juste » que mène encore la noblesse castillane, quand elle n’est pas divisée contre elle-même ou contre son roi (les guerres civiles ne se prêtent guère aux actions chevaleresques).

12L’action menée par Miguel Lucas contre les Grenadins n’est pas seulement offensive : elle comporte aussi, nous l’avons dit, un volet défensif que la Relation ne manque pas de développer. L’état lamentable de la ville de Jaén à l’arrivée du connétable est fortement souligné dans la chronique. Celui-ci est d’ailleurs moins le résultat d’un délabrement des défenses de la ville que de l’affaiblissement de l’esprit guerrier de ses habitants :

  • 5 Relación, p. 66.

E sin estos, otros muy muchos desastres y desauenturas que le avían acaesçido, de que estaua muy quebrantada e abatida e menguada de caualleros ; ca no avía en ella çiento e çinquenta roçines para salir al canpo. Y los moros los tenían ya en tanto poco, que de cada día por muchas partes, a pie e a cauallo, les corrían la tierra, y veynte moros acometían a çinquenta cristianos5.

13Le chroniqueur anonyme ne manque pas d’opposer ce délabrement général aux heureux résultats de la politique menée par Miguel Lucas dès son arrivée :

  • 6 Ibid., p. 66-67.

[…] verdaderamente se podía decir que la dicha çibdad era fecha miserable por tantas desuenturas. Y fue bienaventurada por la venida, industria e socorro del dicho señor Condestable6.

  • 7 Ibid., p. 113.
  • 8 Le terme de rocín, utilisé dans la Relación, n’a pas ici le sens dépréciatif qui est d’ordinaire le (...)

14C’est pourquoi les premières mesures prises par le connétable sont tournées vers le rétablissement du potentiel militaire de la ville, par le biais de la création de nouveaux chevaliers urbains (« caballeros de cuantía » ou « de alarde »)7. Pour y parvenir, il fait évaluer la fortune des habitants par quelques membres de la municipalité désignés par lui : tous ceux qui ont des biens supérieurs à douze mille maravédis se voient contraints d’acquérir un cheval et des armes, « selon la coutume de l’Andalousie » ; ceux qui ont des biens compris entre huit mille et douze mille maravédis doivent quant à eux acheter une arbalète et ses accessoires. Ces mesures s’accompagnent du rétablissement d’une discipline militaire stricte, garantie notamment par l’organisation périodique de « revues » (alardes). La dimension propagandistique n’est d’ailleurs pas absente de cette politique : en une occasion au moins, en période de trêves, le connétable organise une de ces revues en présence de visiteurs musulmans à qui il demande ensuite si la ville de Grenade possède autant de chevaliers que celle de Jaén, ce que ne peuvent que nier les visiteurs : de 150, les « roussins »8 présents en ville sont passés à 1 200 ! Et le chroniqueur de conclure triomphalement :

  • 9 Relación, p. 115.

Et de allí en adelante, el dicho señor Condestable fue mucho más temido de los moros, e le guardaron mucho mejor las treguas e paçes que a ninguna çibdad ni cauallero de toda la frontera, sabiendo que tenía mil e docientos roçines debaxo de vna llaue9.

  • 10 M. del Pilar CARCELLER, op. cit., p. 29.

15Il ne faut pas prendre pour argent comptant tout ce que dit la Relation, qui a une dimension apologétique marquée, et notamment l’acceptation enthousiaste qu’elle prête aux habitants de Jaén face à ce qu’une historienne contemporaine qualifie de « discipline militaire exagérée »10. Si les choses avaient été aussi parfaites que le suppose le chroniqueur, Miguel Lucas n’aurait sans doute pas subi deux tentatives d’assassinat, dont la seconde lui fut fatale, en moins de cinq ans. Les historiens actuels, dans une réévaluation du gouvernement du connétable, soulignent le goût prononcé de celui-ci pour le pouvoir, qui le fait tendre vers des attitudes despotiques, voire tyranniques. S’être installé à la Frontière, loin de l’autorité royale, dans une ville où il bénéficie du soutien actif de sa femme, a sans doute aussi été pour Miguel Lucas une façon de laisser libre cours à cette propension au pouvoir personnel.

  • 11 Relación, p. 117-121.

16L’action du connétable dans la ville de Jaén ne s’est pas limitée aux mesures militaires qui viennent d’être évoquées : Miguel Lucas s’y est aussi comporté en gouverneur civil, développant notamment une politique d’urbanisme que la Relation présente d’abord de façon résumée, puis prend soin de détailler11, une politique destinée à améliorer les conditions de vie des habitants (élargissement de certaines voies, accompagné d’expropriations et de démolitions de bâtiments d’habitation vétustes ou gênants, pavement de rues et de places pour éviter aux chevaux et aux chevaliers des chutes dangereuses…) :

  • 12 Ibid., p. 117-118.

[…] siempre andaua mirando e con toda soliçitud procurando cómo la dicha çibdad fuese enobleçida e decorada en todas cosas, mandando labrar e reparar las torres e muros; e en otros lugares faciendo de nueuo, do era menester, e allanando las plaças e calles, carreras, caminos, e faciendo otras muchas lauores e cosas que redundauan en grande vtilidad e prouecho y enobleçimiento de la dicha çibdad12.

17Si l’on en croit la Relation, cette politique a été couronnée de succès, puisque, pendant le gouvernement de Miguel Lucas, la population de Jaén s’est sensiblement accrue (de six cents ou sept cents âmes).

18Les réformes du connétable touchent aussi à l’administration de la justice, et plus généralement de la chose publique, qui relève de ses attributions :

  • 13 Ibid., p. 69.

E con muy grande estudio, el modo de la administraçión de la cosa pública ordenó, e quitó muchas cosas que pareçían ser dañosas o de poco prouecho, e ynstituyó otras de nueuo. E, sobre todo, dio orden cómo la justicia fuese conplida y executada igualmente por todos; y por tal que esto mejor se ficiese, todos días, tanto que fiesta no fuese, después que avía oydo misa, antes que comiese, a qualquier ora del día quel caso y la razón lo requería, oýa los quexosos de la dicha çibdad. E los fechos que eran de justicia, remitielos a los alcaldes o a su alguail mayor; e los que eran de otra calidad, al regimiento de la dicha çibdad13.

19L’administration de la justice est une prérogative royale, que le connétable assure par délégation de pouvoir du souverain ; il n’en reste pas moins que l’image de Miguel Lucas recevant l’un après l’autre les plaignants de la ville, tous les jours sauf les jours de fête religieuse, ne peut pas ne pas suggérer l’image du roi rendant la justice personnellement, une image que les Français associent à la personne de saint Louis, mais que les cahiers des cortes castillanes ne cessent de réclamer tout au long du Moyen Âge à des rois qui promettent l’un après l’autre d’y répondre favorablement, sans toujours mettre en œuvre leurs promesses. Miguel Lucas est donc clairement une image du roi dans sa ville.

20Une autre prérogative royale que le connétable assume par délégation de pouvoir est la frappe de la monnaie : Miguel Lucas crée en effet une maison de la monnaie à Jaén, dont il fait trésorier son cousin Fernán Lucas, dont il donnera la fille en mariage à son fidèle partisan Pedro de Escavias (le népotisme est une pratique généralisée dans la Castille du XVe siècle) et que le roi Henri IV vient visiter en 1469.

21Le pouvoir de Miguel Lucas ne trouve guère d’autre opposant que l’évêque de Jaén, qu’il contraint – grâce à son influence sur Henri IV – à quitter la ville sur ordre du roi et à s’installer à Begícar dès 1461. Il s’agit bien d’un conflit de pouvoirs, autour de la nomination à une charge de juge (alcaldía), et c’est bien ainsi que l’analyse l’auteur de la Relation :

  • 14 Ibid., p. 124.

E como dos casi yguales en mando pocas veces convienen en vno […] començaron de recrecer algunas maneras e discordias entre ellos, sobre fechos que tocauan a la gouernaçión de la dicha çibdad14.

22Le conflit dégénérera suffisamment pour qu’en 1463 l’évêque envoie une troupe de partisans s’emparer de la ville. Le calme olympien de Miguel Lucas, qui dans un premier temps refuse de s’occuper d’une affaire qui lui paraît indigne d’un connétable de Castille, ne suffit pas et c’est au prix de combats sanglants que les hommes de l’évêque se verront contraints de se rendre et seront emprisonnés. En 1465, l’évêque, en accord avec le grand maître de Calatrava, essaiera d’attirer le connétable dans un piège qui échouera finalement. Il faudra attendre 1471 pour que les deux hommes se rapprochent face à un danger commun ; mais, même alors, l’évêque reste en exil.

Un prince de la Renaissance à l’époque médiévale ?

  • 15 José Julio MARTÍN ROMERO, « El condestable Miguel Lucas en su Crónica », Revista de filología españ (...)

23Il nous reste à analyser un dernier volet de la politique de Miguel Lucas, le plus connu peut-être et celui qui a suscité le plus d’articles et d’études : le volet culturel (au sens large). De nombreuses pages de la Relation sont consacrées à ce que l’on pourrait appeler des activités culturelles récréatives organisées par le connétable et son entourage : joutes et tournois, spectacles divers, balbutiements théâtraux… C’est cette particularité de la Relation qui l’a fait considérer comme un texte « à part » dans la production historiographique castillane : pour des raisons qui ne sont peut-être pas toutes volontaires (contexte d’écriture, que l’on connaît mal), le texte passe sous silence des événements capitaux, d’importance « nationale », au profit du récit détaillé de la vie quotidienne du connétable dans son palais de Jaén. Quand il n’est pas en train de combattre les musulmans, Miguel Lucas paraît occupé à organiser des fêtes, des joutes, des tournois… On comprend assez aisément le but de cette « mise en scène » du héros : le présenter comme un gouvernant en majesté, entouré de sa cour – reproduction de celle du roi, en plus modeste mais aussi peut-être, en moins délétère. La référence aux chansons et romances que l’on a composées pour célébrer les vertus du connétable, et surtout sa fidélité sans faille, répond au même but : dresser de celui-ci un portrait apologétique qui puisse le convertir en modèle, aussi bien pour d’autres gouvernants, présents ou futurs, que pour ses propres sujets, invités à l’imiter dans leur sphère propre. L’image que Miguel Lucas a voulu donner de lui n’est pas celle d’un simple combattant, même défini comme un parfait chevalier, ni même (ou cela est secondaire) celle d’un parfait vassal : c’est celle d’un véritable prince gouvernant sa ville et le territoire avoisinant depuis sa cour (presque) souveraine. Pour reprendre l’analyse de J.J. Martín Romero, l’éloignement du connétable de la cour de Castille et son installation à la frontière de Grenade a favorisé la « construction d’un univers, dominé par lui comme souverain, dans lequel les choses sont comme elles doivent être »15, contrairement à ce qui a cours dans l’entourage d’Henri IV. Seul cet éloignement permet de concilier la vision critique que le connétable peut avoir de son souverain et la fidélité dont il tient à faire preuve au nom d’un idéal monarchique solidement ancré en lui.

Conclusion

24Maître de Jaén qu’il gouverne depuis un palais où s’est installée une cour imitée de la cour du roi, Miguel Lucas apparaît aux yeux de certains historiens comme un prince (semblable à ceux qui dominent les villes italiennes) n’appartenant plus tout à fait au monde médiéval, mais pas encore totalement à celui de la Renaissance. Son goût pour la musique (que certains définissent comme « le bruit du pouvoir », la danse, le théâtre, son activité de mécène, relèvent d’un art de la représentation qui n’est plus médiéval. Pourtant, il possède aussi les vertus guerrières, teintées de chevalerie, qui se sont affirmées comme les valeurs propres à la noblesse tout au long du Moyen Âge.

25En relation avec son attachement à un système de valeurs que l’on peut qualifier de moderne, il n’est pas inintéressant de noter que l’une de ses décisions en matière de culture et d’éducation, face à l’incurie du chapitre de la cathédrale, est d’envoyer chercher à Séville un maître de grammaire, susceptible d’enseigner celle-ci à Jaén au même titre que la rhétorique et la philosophie – les deux autres disciplines du trivium au fondement des arts dits libéraux :

  • 16 Relación, p. 453.

[…] como en todas cosas se exerçitase la virtud e grandeza de su coraçón, como quiera que a lo siguiente el obispo y deán y cabildo eran más obligados, en defecto suyo, envió a Seuilla por vn buen maestro de Gramática, e mandóle asentar escuela en la çibdad de Jahén, e salario de dineros e pan de lo suyo; para que a todas e qualesquier personas del obispado de Jahén que quisiesen aprender les abezase Gramática y Retórica y Lógica, y todas las artes liberales, sin les leuar salario ni presçio ninguno, ca él ge lo pagaua por todos16.

26Ce souci pour l’enseignement de la grammaire latine est en effet une caractéristique que l’on retrouve dans l’humanisme, tellement soucieux de redonner à la langue latine la place prestigieuse qui fut la sienne dans l’Antiquité en lui rendant sa pureté perdue. Ce n’est pas un hasard si tant de grammairiens se convertirent à l’humanisme, qui leur rendait ainsi la dignité que leur avaient longtemps contestée les maîtres des autres disciplines (Nebrija, pour ne citer que lui, enseigne la grammaire à Salamanque). Faire de Miguel Lucas un humaniste serait évidemment très excessif, mais il fait partie de ces personnalités du XVe siècle castillan que l’on aime définir comme se rattachant à une forme de « pré-humanisme » caractéristique de cette période de transition, de l’entre-deux. Cela dit, son attachement à la forme traditionnelle de l’enseignement universitaire doit nous inciter à une certaine prudence. Une chose est sûre, c’est que le connétable n’assure pas ici une fonction régalienne qui lui incomberait par délégation de pouvoir, mais qu’il pallie les manquements de l’autorité ecclésiale, de son plein gré et à ses frais, ce qui permet aux auteurs de sa chronique d’insister sur sa générosité (vertu nobiliaire par excellence), sa munificence.

27Pour en finir sur ce point, il faut souligner que la figure du prince autonome, assurant des pouvoirs qu’il a reçus par délégation (vraie ou supposée) d’un pouvoir royal lointain, n’est pas une création du XVe siècle : pour rester dans le domaine castillan et revenir à une figure d’homme de la frontière que nous avons rapidement évoquée au début de ce travail, la situation de Miguel Lucas à Jaén nous rappelle curieusement celle du Cid Ruy Díaz à Valence entre 1094 et 1099, alors qu’il administre militairement et civilement la ville et qu’il s’arroge quelques prérogatives royales, comme celle de nommer un évêque « à sa botte », le Français Jérôme du Périgord. Si l’on s’en tient à la légende cidienne, le héros est un fidèle vassal du roi, dont la fidélité a résisté aux mauvais traitements qu’il a subis du fait d’un souverain mal conseillé (comme Henri IV, conseillé par ses favoris et particulièrement par Juan Pacheco, incapable de voir plus loin que ses propres intérêts –même si Alphonse VI fut un roi d’une autre trempe) ; la fidélité du seigneur de Valence n’a rien à envier à celle, auto-proclamée, du connétable. Et si l’on abandonne la légende pour l’Histoire, le pouvoir absolu que le Cid, loin d’un roi qu’il a choisi d’ignorer, n’hésite pas à s’accorder, est également très proche de la réalité du pouvoir despotique exercé par Miguel Lucas sur ses sujets. On pourrait avancer avec prudence qu’à quatre siècles de distance, la Frontière a engendré deux types d’hommes finalement très proches.

Haut de page

Notes

1 Toutes nos citations du texte sont extraites de l’édition de Juan de Mata CARRIAZO, Hechos del condestable Don Miguel Lucas de Iranzo (crónica del siglo XV), Madrid : Espasa-Calpe, 1940 (dorénavant, Relación ou, en français, Relation). En 2009, les éditions Marcial Pons (Madrid) ont republié cet ouvrage, assorti d’une préface de Michel Garcia. Il existe une autre édition de la chronique : Juan CUEVAS MATA, Juan DEL ARCO MOYA et José DEL ARCO MOYA (éd.), Relación de los hechos del muy magnífico e más virtuoso señor el señor don Miguel Lucas, muy digno condestable de Castilla, Jaén : Ayuntamiento de Jaén / Universidad de Jaén, 2001.

2 Diego de VALERA, Memorial de diversas hazañas, Juan de Mata Carriazo (éd.), Madrid : Espasa-Calpe, 1941 (cité par J. de M. Carriazo dans l’introduction à son édition de la Relación, p. XXXVII).

3 María del Pilar CARCELLER CERVIÑO, « El ascenso político de Miguel Lucas de Iranzo, ennoblecimiento y caballería al servicio de la monarquía », Boletín del Instituto de estudios giennenses, 176 (1), 2000, p. 11-30, p. 19.

4 Cité ibid., p. 23.

5 Relación, p. 66.

6 Ibid., p. 66-67.

7 Ibid., p. 113.

8 Le terme de rocín, utilisé dans la Relación, n’a pas ici le sens dépréciatif qui est d’ordinaire le sien ; il désigne probablement encore à cette époque, comme son correspondant français « roussin », un cheval de charge.

9 Relación, p. 115.

10 M. del Pilar CARCELLER, op. cit., p. 29.

11 Relación, p. 117-121.

12 Ibid., p. 117-118.

13 Ibid., p. 69.

14 Ibid., p. 124.

15 José Julio MARTÍN ROMERO, « El condestable Miguel Lucas en su Crónica », Revista de filología española, XCI (1), 2011, p. 129-158, p. 141.

16 Relación, p. 453.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Jardin, « Le connétable Miguel Lucas de Iranzo à Jaén : un noble frontalero », e-Spania [En ligne], 31 | octobre 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/28757 ; DOI : 10.4000/e-spania.28757

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals