Navigation – Plan du site
De l’éducation du prince à la critique du pouvoir : le jésuite Juan de Mariana (1536-1624) ou l’art de la composition

Présence de la Historia general de España de Juan de Mariana dans le Tractado del origen de los reyes de Granada (Bibliothèque de l’Académie Royale Espagnole de Madrid, manuscrit 150)

Frédéric Alchalabi

Résumés

Le Tractado del origen de los reyes de Granada est consacré à l’histoire de l’émirat de Grenade depuis le début du XIIIe siècle jusqu’à sa chute, survenue le 2 janvier 1492. Neuf manuscrits répartis en Espagne, au Portugal et en Argentine, datant des XVIe-XVIIIe siècles, reproduisent l’ouvrage. Celui-ci a longtemps été attribué à Fernando de Pulgar, l’historiographe des Rois Catholiques mort vers 1492, alors que, en réalité, il a été écrit par un auteur anonyme entre 1575/1579 et 1602, lequel travaillait pour l’illustre famille morisque grenadine Granada Venegas. La source principale de l’auteur est Los qvarenta libros del compendio historial de las chronicas y vniversal historia de todos los reynos de España d’Esteban de Garibay, imprimé à Anvers en 1571. L’auteur de l’un des neuf manuscrits – le manuscrit 150 de l’Académie Royale Espagnole de Madrid – fait le choix d’ajouter à la chronique générale du futur chroniqueur de Philippe II une autre source, la Historia general de España de Juan de Mariana. Quels passages sont empruntés à la Historia general de España ? Comment sont-ils intégrés au Tractado ? L’étude permettra de répondre à ces interrogations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La démonstration a été menée dans Le charme du Maure. Enquête sur le Tractado del origen de los rey (...)

1Le Tractado del origen de los reyes de Granada, que j’appellerai également dans ce travail Histoire des émirs de Grenade ou Tractado, est une chronique relatant l’histoire de l’émirat depuis le début du XIIIe siècle jusqu’à sa chute survenue le 2 janvier 1492, même si l’auteur s’autorise à mentionner plusieurs faits antérieurs ou postérieurs à ce cadre chronologique. L’œuvre a longtemps été attribuée à Fernando de Pulgar car, dans le prologue de la chronique, l’auteur affirme être l’historien d’Isabelle la Catholique. Les chercheurs s’étant intéressés par la suite à l’Histoire des émirs de Grenade, n’ont pratiquement jamais douté de l’attribution de l’ouvrage à Fernando de Pulgar. Dans un travail récent, je me suis efforcé de démontrer que le Tractado ne pouvait avoir été écrit par Pulgar pour des raisons méthodologiques et stylistiques – l’Histoire des émirs de Grenade ne ressemble en rien à la Chronique des Rois Catholiques, contredisant même parfois des informations divulguées en son sein – et chronologiques puisque la chronique a été écrite entre 1575/1579 et 1602. Le Tractado a été promu par une famille morisque de Grenade, les Granada Venegas. Il fait partie d’un vaste ensemble historiographique conçu par ce lignage qui mérite d’être étudié à sa juste valeur1.

  • 2 Il s’agit des manuscrits 9227, 18738, 7867 (Bibliothèque Nationale d’Espagne), 150 (Académie Royale (...)

2La diffusion de l’Histoire des émirs de Grenade est assez complexe. Nous conservons neuf manuscrits reproduisant l’œuvre. Ces manuscrits sont répartis en Espagne (cinq exemplaires à Madrid – trois à la Bibliothèque Nationale d’Espagne, un à la Bibliothèque de l’Académie Royale Espagnole, un à la Bibliothèque du Palais Royal – et un à la Bibliothèque Universitaire de Salamanque), au Portugal (un manuscrit se trouve à la Biblioteca Da Ajuda et un autre à la Biblioteca da Academia das Ciências de Lisbonne) et en Argentine puisque une copie du Tractado ayant appartenu à l’hispaniste français Raymond Foulché-Delbosc a été achetée, à la mort de celui-ci, par le gouvernement argentin puis a été déposée à la Bibliothèque Nationale de Buenos Aires2.

3Les versions reproduites dans ces neuf exemplaires ne sont pas homogènes. Au-delà des variantes habituelles dues aux copistes, on relève parfois des différences notables entre les manuscrits. La comparaison des neuf manuscrits entre eux fait apparaître l’existence de trois versions : minoritaire, majoritaire et majoritaire amplifiée.

4La version majoritaire est composée de six témoignages (les manuscrits 18738, 7867, 1731, 51-II-11, 431 vermelho et Fondo FD 440) très proches les uns des autres ; pour sa part, la version majoritaire amplifiée est formée des manuscrits 9227 et II/1746 dans lesquels sont développées ou ajoutées des informations diffusées par la version majoritaire.

  • 3 L’édition réalisée en 1628 à Barcelone est utilisée ici.

5La version majoritaire et la version majoritaire amplifiée sont principalement élaborées à partir d’une autre chronique – que l’auteur du Tractado ne nomme jamais afin de ne pas être démasqué puisqu’il s’agit d’une source postérieure au décès de Fernando de Pulgar – Los qvarenta libros del compendio historial de las chronicas y vniversal historia de todos los reynos de España d’Esteban de Garibay (dorénavant Compendio), le futur chroniqueur de Philippe II, écrite entre 1556 et 1566 puis publiée chez Christophe Plantin à Anvers en 15713.

  • 4 Les citations sont extraites de Historia general de España compuesta, emendada y añadida por el pad (...)

6La version minoritaire n’est composée que du manuscrit conservé à la Bibliothèque de l’Académie Royale Espagnole de Madrid, lui-même constitué de l’Histoire des émirs de Grenade (fol.1r-83r) et des Claros varones de Hespaña (fol. 86r-152v) de Fernando de Pulgar. La version du Tractado incluse dans le manuscrit 150 est le fruit du travail d’un auteur qui utilise la version majoritaire tout en la reformulant et tout en lui ajoutant des informations absentes du Compendio, en particulier lorsqu’il est question des relations entre la Couronne de Castille et l’émirat de Grenade dans la deuxième moitié du XVe siècle. Les ajouts sont aisément identifiables : des passages de la Historia general de España de Juan de Mariana (appelée dorénavant Historia general) – ouvrage postérieur au Compendio, publié en latin en 1592 et en castillan en 1601 – sont paraphrasés4.

7La présence de l’œuvre du jésuite au sein de l’ouvrage promu par la famille morisque suscite plusieurs questions : quels passages sont empruntés à la Historia general ? Comment sont-ils intégrés à la version minoritaire du Tractado et dans quel but ? Sont-ils intégralement reproduits ou bien subissent-ils des modifications ? L’ambition de l’article est de répondre à ces interrogations.

***

  • 5 Je souligne.

8La Historia general est présente dans le manuscrit 150 sous diverses formes. Il s’agit, tout d’abord, d’un ouvrage auquel il est précisément fait allusion. Dans les Claros varones de Hespaña, aux folios 144r-146v, au moment où il est question de Francisco – descendant de juifs convertis au christianisme, qui est devenu évêque de Coria dans la deuxième moitié du XVe siècle –, nous pouvons lire dans la marge du folio 144r : « También fue don Francisco de Ortega de Maluenda obispo de Coria, sobrino de don Alfonso de Cartagena. Juan de Mariana, libro 22, capitulo 8, trata de este don Francisco »5.

9L’affirmation est exacte, même si le passage écrit par Mariana est sibyllin :

  • 6 Historia general, op. cit., Livre 22, chap. 8, p. 389.

Un cierto deán de Toledo, natural de aquella ciudad, cuyo nombre y linage no es necesario declarar aquí, confiado en sus riquezas y en sus letras, en especial en la cabida que tenía en Roma, ca fue datario y adelante obispo de Coria (como algunos dicen habello oído a sus antepasados, y es así) se retiró a la villa de Santolalla6.

10Le commentaire marginal – qui a été écrit par le copiste : l’écriture est la même que dans l’intégralité du manuscrit, tout comme l’encre utilisée – a son importance : le responsable de la copie connaissait suffisamment l’histoire écrite par le jésuite pour être capable de s’y référer.

  • 7 Je souligne les passages des extraits qui suivent.

11Dans les marges encadrant cette fois le récit de la chronique relative à l’histoire de l’émirat de Grenade, le copiste continue d’avoir recours à la Historia general. Ainsi, dans les deux œuvres, les victoires de Cambil et Alavar obtenues en 1485, remportées cent vingt ans après la défaite subie par Pierre Ier de Castille au même endroit en 1365, sont évoquées. La chronique du roi castillan écrite par Pero López de Ayala ne fait pas état de ce revers7 :

  • 8 Je souligne les passages des extraits qui suivent.

12Le cas n’est pas isolé car d’autres commentaires marginaux du manuscrit 150 proviennent du livre de Juan de Mariana8 :

13Dans ces exemples, le copiste du manuscrit 150 paraphrase la Historia general dans la marge de son témoignage mais, contrairement à sa manière de procéder dans les Claros varones de Hespaña, il se garde bien de révéler l’auteur de sa source et le titre de cette dernière. Il procède ainsi comme les auteurs des versions majoritaire et majoritaire amplifiée qui utilisent le Compendio de Garibay en omettant sciemment de le signaler.

14On aurait bien tort de croire, pourtant, que l’influence de la Historia general sur l’auteur de la version minoritaire est considérable. Par rapport au Compendio, dont le livre 38 (chapitre 24) et pratiquement intégralement les livres 39 et 40 sont utilisés par les auteurs des trois versions, la présence de la chronique du jésuite Juan de Mariana est nettement moins importante. Absente des pages des versions majoritaire et majoritaire amplifiée, elle n’est mise à profit que par l’auteur de la version minoritaire qui l’exploite très partiellement : l’écrivain de l’Histoire des émirs de Grenade diffusée par le manuscrit 150 se sert des livres 22 (chapitre 18), 23 (chapitre 8), 24 (chapitres 4 et 16) et 25 (chapitres 2 à 7, 9, 10, 12). Dans ces chapitres, des faits s’étant déroulés entre 1457 et 1488 sont répertoriés ; repris par l’auteur de la version minoritaire, les mêmes faits occupent les folios 57v-58r et 68v-78r. Les passages issus du Compendio commençant à être reproduits à partir du folio 7v pratiquement jusqu’à la fin du récit, la présence de la Historia general est donc plus modeste.

15Le contenu des dix-huit chapitres issus de la Historia general est accueilli de plusieurs façons par l’auteur de la version minoritaire. La chronique du jésuite permet, tout d’abord, d’apporter des informations absentes aussi bien des deux autres versions du Tractado que du Compendio. Dans ce cas, les passages tirés de la Historia general sont insérés entre deux extraits du livre d’Esteban de Garibay, comme dans les exemples suivants.

  • 9 Les dates de règne des émirs établies par Garibay et acceptées par les auteurs des trois versions d (...)

16Lorsque l’émir Aben Ismael décède en 1465, l’auteur de la version du Tractado diffusée par le manuscrit 150 ne reproduit pas l’annonce du décès telle qu’elle apparaît dans la branche majoritaire et au sein du Compendio9. On peut lire dans le manuscrit 7867 et dans le Compendio :

17Dans la version majoritaire du Tractado et dans le Compendio, il est fait état de l’amitié liant les princes de Castille et de Grenade Henri IV et Aben Ismael puis de la mort de ce dernier, le 20 avril 1465, qui a régné pendant douze années. Pourtant, au même endroit, l’auteur de la version minoritaire prend la décision de se distinguer des auteurs de la version majoritaire et du Compendio. Si, comme eux, il souligne l’existence de liens d’amitié entre le roi et l’émir, sa bonne connaissance de la Historia general lui permet d’affirmer qu’Aben Ismael est décédé le 7 avril 1465. Il paraphrase alors l’ouvrage du jésuite :

18L’auteur de la version minoritaire emprunte un chemin de traverse – constitué de la Historia general – avant de retrouver la voie tracée par le responsable de la branche majoritaire, lequel a construit la suite de son récit à partir d’informations tirées du Compendio :

  • 10 Historia general, p. 445.

19Au même moment, dans la Historia general, Juan de Mariana s’était contenté d’écrire : « Sucedióle Albohacen su hijo, varon de grande animo y de grande esfuerzo en las armas »10.

20L’exemple donné n’est pas isolé. Lorsque l’auteur de la version minoritaire doit annoncer un autre décès, celui du roi Henri IV de Castille cette fois, il a recours à nouveau à la Historia general de Juan de Mariana et non à la version majoritaire, au Compendio ou même aux témoignages fournis par Fernando de Pulgar dans la Chronique des Rois Catholiques ou bien encore dans les Claros Varones.

21Dans la version majoritaire, de fait, la mort du souverain castillan est annoncée de façon très laconique comme dans le Compendio :

  • 11 Je souligne les passages des extraits qui suivent.

22En revanche, la mort du demi-frère d’Isabelle est annoncée différemment dans le manuscrit 150. La date de son décès est précisée, tout comme son âge ou la durée de son règne11 :

23Comme dans l’exemple concernant l’émir Aben Ismael, l’auteur de la version minoritaire se sert d’un manuscrit de la branche majoritaire reprenant des informations tirées du Compendio. À ce moment, ses premiers mots sont une glose de ce qu’écrivent l’auteur de la version majoritaire et Esteban de Garibay : l’écrivain ne peut se contenter du seul terme sosiego pour évoquer l’absence de tensions entre l’émirat de Grenade et la couronne de Castille qu’il développe en quelques mots. L’annonce du décès du roi ne lui convenant pas – peut-être à cause de sa brièveté ou de son manque de précision – il insère alors un passage de la Historia general auquel il retranche le commentaire de son auteur à propos des bienfaits de Madrid et des traitements médicaux sur la santé du roi et qu’il interrompt quand le jésuite revient sur les dernières volontés du souverain, qui ne l’intéressent visiblement pas. Après avoir obtenu les précisions recherchées, l’auteur de la version minoritaire retrouve l’ordre narratif établi dans la version majoritaire : comme dans les six manuscrits de la branche et comme dans le Compendio, il annonce l’arrivée au pouvoir d’Isabelle et de Ferdinand.

24Ces deux exemples prouvent que l’introduction de passages de la Historia general répond à un besoin de précisions : la Historia general est ainsi considérée par l’auteur de la version minoritaire du Tractado comme une pièce de référence, apte à éclaircir des passages obscurs issus à la fois de la version majoritaire et du Compendio. Ils témoignent aussi d’une forme de désaccord ou de désapprobation de l’auteur de la version minoritaire par rapport au manuscrit de la branche majoritaire qu’il transpose. Il doute de son exactitude – et, par extension, de celle du Compendio – estimant que ses doutes seront levés grâce à l’ouvrage de Juan de Mariana.

25La chronique de Juan de Mariana jouit d’un statut privilégié qui, pourtant, ne la rend pas intouchable : elle subit, au sein du manuscrit 150, le même sort que la chronique générale d’Esteban de Garibay car si l’Histoire des émirs de Grenade est construite à partir de l’ouvrage du futur chroniqueur de Philippe II, elle est également une réfutation du même livre.

26En effet, si Garibay et les autres historiens avant lui ont toujours considéré que Mohammed Ibn Yusuf Ibn Nasr Ibn Alahmar a été le premier émir de Grenade de 1237 à 1273 et que le pouvoir a été placé entre les mains de ses descendants jusqu’en 1492, dans le Tractado en revanche, le premier émir s’appelait Ibn Hud, il a régné de 1228 jusqu’à sa mort en 1238, année pendant laquelle il fut lâchement assassiné à Almería par les partisans de Mohammed. En définitive, dans le Tractado, une autre histoire de l’émirat est contée : si dans les histoires antérieures à l’ouvrage, l’histoire de l’émirat nasride de Grenade a été retracée, les auteurs des trois versions du Tractado créent artificiellement celle de l’émirat hudide. Pour les membres de la famille morisque Granada Venegas, promotrice de l’Histoire des émirs de Grenade, cette correction apportée à l’histoire était importante car Ibn Hud était l’un de leurs ancêtres.

  • 12 La maurophilie littéraire – l’intérêt d’auteurs des XVIe-XVIIe siècles pour l’histoire de l’émirat (...)

27Qui plus est, dans le Tractado, le lignage Granada Venegas a souhaité faire d’Ibn Hud et de ses descendants musulmans – mais aussi de quelques membres de l’aristocratie grenadine – des philochrétiens. Dans les trois versions de l’ouvrage, les Maures sont bien considérés comme les ennemis des princes chrétiens de la péninsule Ibérique mais ils ne sont pas tous blâmables : certains ont fait le choix de se convertir au christianisme, d’autres ont collaboré activement avec les nobles du camp chrétien. À ce titre, l’exemple de Yahya Alnayar, un autre ascendant des Granada Venegas, est particulièrement mis en valeur : gouverneur de Baza qu’il défend lors du siège de la ville en 1489, il lutte pendant six mois aux côtés de ses hommes contre les troupes des Rois Catholiques puis il finit par se convertir au christianisme la même année, après l’apparition miraculeuse de saint Pierre sur la muraille de la cité. Il est baptisé, ayant pour marraine Isabelle la Catholique et pour parrain Ferdinand d’Aragon qu’il aide dans le but d’achever la Reconquête. Dans le Tractado, certains nobles chrétiens, pour leur part, se distinguent par leur maurophilie : au fil des pages de l’ouvrage apocryphe, des liens de confiance puis d’amitié se tissent entre les nobles des camps chrétien et musulman, les premiers souhaitant – pour diverses raisons – s’éloigner des cours de Castille ou d’Aragon, trouvant alors refuge auprès de l’émir de Grenade12.

  • 13 Sur ce contexte, on lira notamment les articles de Bernard VINCENT recueillis dans Andalucía en la (...)

28Le Tractado a été rédigé entre 1575/1579 et 1602, c’est-à-dire entre le moment où les Morisques de Grenade ont été dispersés après la guerre de 1568-1570 et celui où les Morisques ont été expulsés d’Espagne (1609-1614)13. Pour les Granada Venegas – qui n’ont jamais été affectés par les deux événements : les membres de la famille ont pu continuer à résider à la Casa de los Tiros de Grenade après la dispersion et l’expulsion des Morisques –, il était important de rendre hommage aux ancêtres musulmans du lignage. Dans le même contexte historique, il n’était pas non plus inutile d’affirmer que, plus largement, les nobles chrétiens des royaumes de la péninsule et les aristocrates musulmans de l’émirat avaient vécu ensemble et en harmonie tout au long du Moyen Âge.

29L’ensemble de ces partis pris passait par la transformation des sources historiographiques utilisées, dont la Historia general. La chronique de Juan de Mariana n’a plus pour vocation de compléter la version majoritaire et le Compendio : elle doit être adaptée aux ambitions du promoteur de l’Histoire des émirs de Grenade. Plusieurs exemples en témoignent.

30En 1484, les Rois Catholiques s’attaquent à la ville de Ronda. L’auteur de la version reproduite dans le manuscrit 150, faisant confiance à Juan de Mariana, affirme que les Maures de la cité se distinguaient des autres Maures de l’émirat par leur façon de vivre. En revanche, il tait délibérément ce que le jésuite écrit à propos de leur férocité. Le passage de la Historia general disparaissant de l’Histoire des émirs de Grenade apparaît ici en caractère gras :

  • 14 Je souligne les passages des extraits qui suivent.

31La férocité des Maures de Ronda dépeinte par Juan de Mariana ne s’accorde pas avec le philochristianisme des Maures dont les exemples nourrissent les pages de la version minoritaire. De même, si les Maures ne sont pas féroces, ceux qui les gouvernent ne sont pas non plus incompétents selon l’auteur de la version minoritaire, qui se distingue une fois de plus de Juan de Mariana14 :

32Le choix de ne pas reproduire le passage de la Historia general figurant en caractère gras en dit long sur les intentions de l’auteur du Tractado du manuscrit 150. Celui-ci tente de faire croire aux lecteurs de son temps que certains aristocrates musulmans – à l’instar de Yahya Alnayar – ont collaboré avec les chrétiens puis sont restés fidèles à la couronne et à l’Église. Il n’était donc pas question de considérer tous les musulmans comme une masse incontrôlable et rétive à toute forme d’autorité.

  • 15 Je souligne les passages des extraits qui suivent.

33Un dernier exemple témoigne de la portée des transformations subies par la Historia general. En 1487, la ville de Málaga est conquise par les Rois Catholiques. Ceux-ci peuvent compter sur la collaboration du Maure Ali Dordux, qui accepte de contribuer à la victoire chrétienne en échange de privilèges, qui lui seront effectivement accordés par la suite15 :

34D’après le récit fait par l’auteur de la version minoritaire, la prise de Málaga a causé la frayeur des habitants assiégés de la ville mais elle s’est produite sans effusion de sang. L’écrivain passe sciemment sous silence un autre passage de Juan de Mariana – reproduit en caractère gras – dans lequel le jésuite relate la méprise des Maures de Málaga qui pensaient à tort pouvoir bénéficier des mêmes privilèges qu’Ali Dordux et qui sont capturés par les chrétiens ; il se garde bien également de s’étendre sur les meurtres commis par les vainqueurs et que Juan de Mariana ne cache pas. C’est qu’il était important, au moment où le Tractado a été écrit, de faire croire que le succès des Rois Catholiques à Málaga résultait du fruit de la collaboration avec un musulman : la portée de la victoire obtenue était symbolique, tout comme l’était l’attitude des vainqueurs, toute en retenue et respectueuse des vaincus.

***

35Pourquoi l’auteur de la version minoritaire de l’Histoire des émirs de Grenade a-t-il choisi d’insérer des passages de la Historia general de Juan de Mariana – reproduits intégralement ou bien mutilés – afin de compléter la version majoritaire du même ouvrage et le Compendio de Garibay ?

  • 16 G. CIROT, Études sur l’historiographie espagnole : Mariana historien, Bordeaux : Féret et Fils, 190 (...)
  • 17 Inventario, partición, adjudicación y almoneda de los bienes que quedaron tras la muerte de Pedro d (...)
  • 18 Sur Pedro de Mantuano, lire G. CIROT, Études sur l’historiographie espagnole : Mariana historien, o (...)

36S’il est vrai que la chronique du jésuite, dans sa version en latin, n’a pas été en Espagne « un succès de librairie », sa version en espagnol, en revanche, a « rapidement acquis une réputation qui la mettait hors de pair »16. D’ailleurs, preuve de son prestige et de sa diffusion, l’un des membres du lignage Granada Venegas, Pedro (1559-1643), le premier marquis de Campotéjar, en possédait plusieurs exemplaires. C’est, du moins, ce qu’ont noté les responsables de l’inventaire de ses biens réalisé à sa mort dans un document conservé aujourd’hui aux archives notariales de Madrid17 : un exemplaire en latin de 1595 et un autre en espagnol de 1617 accompagnaient le De rege et regis institutione du jésuite ainsi que les Advertencias a la Historia de Juan de Mariana de la Compañía de Jesús impresa en Toledo en latín año 1592 y en romançe el de 1601 en que se enmienda gran parte de la Historia de España de Pedro de Mantuano datant de 161118.

  • 19 Inmaculada OSUNA est l’auteur de deux livres portant sur le cercle littéraire réuni autour des Gran (...)

37Le même document fait apparaître que Pedro de Granada Venegas possédait plusieurs dizaines de livres d’histoire, dont le Compendio de Garibay qui côtoyait bon nombre de chroniques royales médiévales ou bien d’histoires écrites au XVIe et au XVIIe siècle ou bien encore deux exemplaires du Tractado. En outre, comme son père Alonso, Pedro de Granada Venegas avait su s’entourer d’un cercle d’écrivains intéressés par l’histoire, la généalogie et la mythologie – parmi lesquels figuraient Gonzalo Mateo de Berrío, Luis Barahona de Soto, Juan de Arjona, Gregorio Morillo, Francisco de Faría, Luis de Bavia et Agustín Tejada – se réunissant à la Casa de los Tiros ou bien au Generalife de Grenade19. Il est fort probable que l’auteur des trois versions du Tractado soit l’un des membres de ce cercle et qu’il ait mis à profit les ouvrages de la bibliothèque de Pedro de Granada Venegas, à la demande de ce dernier, pour rédiger l’Histoire des émirs de Grenade. 

38Pedro de Granada Venegas était donc un amateur d’histoire, par goût peut-être mais aussi par nécessité : tout comme le reste de sa famille, il a régulièrement dû apporter les preuves de sa noblesse ainsi que de la sincérité de sa foi, destinées aux autres chrétiens, ceux qui ne descendaient pas de Maures et qui n’ont pas eu à être convertis de force au christianisme après la Reconquête. Dans ce cadre, une chronique attribuée à l’historiographe des Rois Catholiques, rendant hommage aux ancêtres musulmans et philochrétiens des Granada Venegas devenait une pièce fort utile.

Haut de page

Notes

1 La démonstration a été menée dans Le charme du Maure. Enquête sur le Tractado del origen de los reyes de Granada, œuvre apocryphe attribuée à Fernando de Pulgar (Bibliothèque de l’Académie Royale Espagnole de Madrid, manuscrit 150), qui sera publié prochainement dans Les livres d’e-Spania. Cet article reprend des points abordés dans Le charme du Maure mais qui n’ont pas pu être tous développés.

2 Il s’agit des manuscrits 9227, 18738, 7867 (Bibliothèque Nationale d’Espagne), 150 (Académie Royale Espagnole), II/1746 (Palais Royal), 1731 (Bibliothèque de l’Université de Salamanque), 51-II-11 (Biblioteca da Ajuda), 431 vermelho (Biblioteca da Academia das Ciências), Fondo Foulché-Delbosc 440 (Bibliothèque Nationale d’Agrentine). Antonio Valladares de Sotomayor a publié le Tractado dans le numéro 12 de la revue Semanario erudito en 1788 mais il ne s’agit pas d’une édition critique. Les citations du manuscrit 150 sont extraites de l’édition critique de ce témoignage que j’ai réalisée et qui sera également publiée dans Les livres d’e-Spania.

3 L’édition réalisée en 1628 à Barcelone est utilisée ici.

4 Les citations sont extraites de Historia general de España compuesta, emendada y añadida por el padre Juan de Mariana de la compañía de Jesús, con el sumario y tablas. En Madrid por D. Joachin de Ibarra, impresor de cámara de su magestad. Año M.D.CC.LXXX. 2 tomes.

5 Je souligne.

6 Historia general, op. cit., Livre 22, chap. 8, p. 389.

7 Je souligne les passages des extraits qui suivent.

8 Je souligne les passages des extraits qui suivent.

9 Les dates de règne des émirs établies par Garibay et acceptées par les auteurs des trois versions du Tractado diffèrent sensiblement des connaissances actuelles en la matière. À ce propos, lire les ouvrages de Miguel Ángel LADERO QUESADA et Christine MAZZOLI-GUINTARD, les auteurs respectifs de Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), Madrid : Editorial Gredos, 1989 et Gouverner en terre d’Islam, Xe-XVe siècle, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2014.

10 Historia general, p. 445.

11 Je souligne les passages des extraits qui suivent.

12 La maurophilie littéraire – l’intérêt d’auteurs des XVIe-XVIIe siècles pour l’histoire de l’émirat grenadin – est connu, l’Abencerraje et la première partie des Guerras civiles de Granada de Ginés Pérez de Hita en témoignent, tout comme les études de Georges Cirot pour ne citer que ces dernières : lire la série d’articles écrits par l’hispaniste français publiée dans le Bulletin Hispanique (des numéros 40 à 46, de 1938 à 1944), depuis « La maurophilie littéraire en Espagne au XVIe siècle », Bulletin hispanique, 40 (2), 1938, p. 150-157, jusqu’à « La maurophilie littéraire en Espagne au XVIe siècle (suite et fin) », Bulletin hispanique, 46 (1), 1944, p. 5-25.

13 Sur ce contexte, on lira notamment les articles de Bernard VINCENT recueillis dans Andalucía en la edad moderna: economía y sociedad, Grenade : Excelentísima Diputación Provincial de Granada, 1985 ainsi que dans El río morisco, Valence-Grenade-Saragosse : Universitat de València-Universidad de Granada-Universidad de Zaragoza, 2015.

14 Je souligne les passages des extraits qui suivent.

15 Je souligne les passages des extraits qui suivent.

16 G. CIROT, Études sur l’historiographie espagnole : Mariana historien, Bordeaux : Féret et Fils, 1905, p. 141 et 261.

17 Inventario, partición, adjudicación y almoneda de los bienes que quedaron tras la muerte de Pedro de Granada Venegas, marqués de Campotéjar, Madrid : Archivo Histórico de Protocolos de Madrid, tome 8213.

18 Sur Pedro de Mantuano, lire G. CIROT, Études sur l’historiographie espagnole : Mariana historien, op. cit., p. 167-179.

19 Inmaculada OSUNA est l’auteur de deux livres portant sur le cercle littéraire réuni autour des Granada Venegas : Poética Silva. Un manuscrito granadino del Siglo de Oro, Cordoue-Séville : Universidad, 2000 et Poesía y academia en Granada en torno a 1600 : la Poética Silva, Séville : Universidad, 2003. On lira aussi José GONZÁLEZ VÁZQUEZ, « La Academia Granada-Venegas en la Granada del siglo XVI y comienzos del XVII », in : José Antonio GARCÍA LUJÁN, (coord.), Nobleza y monarquía. Los linajes nobiliarios en el reino de Granada, siglos XV-XIX. El linaje Granada Venegas, marqueses de Campotéjar. Actas del simposio celebrado en Huéscar del 16 al 18 de septiembre de 2010, Huéscar : Asociación Cultural Raigadas, 2010, p. 413-428.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Alchalabi, « Présence de la Historia general de España de Juan de Mariana dans le Tractado del origen de los reyes de Granada (Bibliothèque de l’Académie Royale Espagnole de Madrid, manuscrit 150) », e-Spania [En ligne], 31 | octobre 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/28830 ; DOI : 10.4000/e-spania.28830

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals