Navigation – Plan du site
De l’éducation du prince à la critique du pouvoir : le jésuite Juan de Mariana (1536-1624) ou l’art de la composition

Juan de Mariana et l’apostolat de plume

Claire Bouvier

Résumés

Cet article se propose d’étudier Juan de Mariana comme scriptor jésuite. Les catalogues du personnel de la Compagnie de Jésus, sans équivalent dans les autres ordres religieux, indiquent l’institutionnalisation progressive d’un nouvel apostolat, celui de plume, et l’apparition de la figure du scriptor dont Juan de Mariana a été l’un des premiers représentants. Reconstruire la carrière littéraire de Juan de Mariana d’un point de vue institutionnel permet d’étudier la formation d’un corps de spécialistes de l’écrit au sein de l’ordre ignatien et la croissante autonomie de l’apostolat littéraire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le De monetæ mutatione est l’un des sept traités publiés en 1609 : Ioannis Marianæ e Societate Iesu (...)

1Juan de Mariana (1536-1624) est l’un des écrivains majeurs de la Compagnie de Jésus au croisement du XVIe et du XVIIe siècle. Après une carrière brillante comme professeur de théologie, notamment au Collegio Romano (1561-1565), puis au Collège de Clermont à Paris (1569-1572), il rejoint la péninsule Ibérique en 1574 et se consacre à l’écriture. Connu principalement pour deux ouvrages, l’Historia de rebus Hispaniæ (1592) et le De rege et regis institutione (1599), les déboires rencontrés après la publication du De monetæ mutatione (1609)1, la condamnation du De Rege par le Parlement de Paris en 1610 et l’édition posthume du Discours sur les grands defauts qui sont en la forme du gouvernement des Iesuites (1625) n’ont pas peu contribué à la réputation sulfureuse de l’auteur. Si les études sur les œuvres historiques et théologico-politiques de Mariana ne manquent pas, les conditions de production de ces écrits, émanant d’un écrivain religieux, et plus encore jésuite, n’ont pas fait l’objet d’enquête.

2Vers la fin du XVIe siècle, la documentation administrative de la Compagnie de Jésus témoigne de la reconnaissance d’un nouvel apostolat, celui de plume, que le scriptor incarne et dont Juan de Mariana est l’un des premiers représentants. Ce sont les catalogues du personnel, source propre à l’ordre ignatien, qui permettent de suivre l’institutionnalisation progressive de ce nouvel apostolat scripturaire et ses conditions de mise en pratique au sein de la congrégation jésuite. Grâce à cette étude interne à la Compagnie de Jésus, il est possible de reconstruire la carrière littéraire de Juan de Mariana d’un point de vue institutionnel et de mettre celle-ci en relation avec le parcours de ses coreligionnaires scriptores : l’itinéraire du scriptor tolédan peut être compris comme le signe d’une autonomie croissance de l’activité littéraire au sein de l’institution religieuse.

L’institutionnalisation de l’apostolat de plume dans la Compagnie de Jésus : les catalogues du personnel

Une activité apostolique atypique

  • 2 Nous citerons les Constitutions selon la traduction d’Édouard Gueydan et Antoine Lauras, dans Ignac (...)
  • 3 Constitutions, VII, 1, § 603.

3Contrairement à l’écriture épistolaire ou à l’écriture administrative, rigoureusement normées, l’écriture littéraire n’a été soumise à aucun règlement explicite dans la Compagnie de Jésus. La composition d’ouvrages est mentionnée brièvement dans les Constitutions2, notamment dans la septième Partie intitulée « Ce qui concerne les relations avec le prochain de ceux qui ont été déjà admis dans le corps de la Compagnie, quand on les répartit dans la vigne du Christ notre Seigneur ». Elle souligne que la mission, si elle sous-entend une dispersion de par le monde, ne renvoie pas nécessairement à un déplacement spatial (correspondant à l’impératif de mobilité apostolique), mais peut aussi se concevoir : « en résidant de façon stable et continue en certains lieux où l’on espère beaucoup de fruits pour la gloire et le service divin »3. Il est indiqué plus loin :

  • 4 Id., VII, 4, § 653.

Celui qui est doué de talent pour écrire des livres utiles au bien commun, et qui l’aurait fait, ne doit publier aucun écrit avant que le préposé général ne l’ait vu et ne l’ait fait regarder et examiner, pour que, s’il s’agit d’une chose que l’on juge devoir édifier, on le publie, mais seulement dans ce cas4.

  • 5 Id., VI, 2, § 558.

4S’il y a là insistance sur l’édification propre à cette activité et sur l’obéissance due aux supérieurs, thème central du texte normatif jésuite, c’est la sixième Partie des Constitutions, « Ce qui concerne la vie personnelle de ceux qui ont été admis ou incorporés dans la Compagnie », qui désigne quels sont les membres voués à se consacrer à cette mission intellectuelle : les pères profès. Le deuxième chapitre, « Ce qui concerne la pauvreté et ses conséquences », apporte quelques précisions : ces religieux devront vivre d’aumônes dans les Maisons professes et ne seront pas aidés par les revenus des Collèges. Ils pourront néanmoins être accueillis pour un temps plus ou moins long par ces derniers afin d’y assurer diverses charges, comme l’enseignement, la confession, la prédication, « ou encore quand ce serait nécessaire ou que cela conviendrait pour le bien universel lorsque, par exemple, quelqu’un s’y retirerait pendant quelque temps pour écrire par mandat exprès du général »5. La mission scripturaire, intégrée aux charges des profès, fait partie des exceptions qui rompent avec l’obligation de pauvreté pourtant attachée à leur statut.

  • 6 Alors que l’enseignement n’a pas été tout d’abord défini comme priorité apostolique – il n’est dest (...)

5L’apostolat de plume, atypique selon les Constitutions, n’est pas non plus pris en compte par les Règles de l’ordre. Bien que celles-ci se soient amplifiées tout au long de l’histoire de la Compagnie, la charge de scriptor n’y est jamais notifiée6. Néanmoins, comme le remarque à juste titre Stéphane Van Damme :

  • 7 Stéphane Van Damme, Le Temple de la sagesse. Savoirs, écriture et sociabilité urbaine (Lyon, XVIIe(...)

Au cours du XVIIe siècle, une différentiation progressive des tâches au sein de la congrégation jésuite voit le jour. Parmi ces nouvelles fonctions, le renforcement de l’apostolat missionnaire de l’intérieur tient une part prépondérante. Et comme dans d’autres ordres religieux (Bénédictins…) à la même époque, et sous l’impulsion de différents facteurs (nécessité de la controverse, de la théologie positive…), le travail intellectuel tend à se constituer en apostolat autonome7.

  • 8 Nous empruntons cette expression à Luce Giard, « Le devoir d’intelligence ou l’insertion des jésuit (...)

6Si la spécialisation littéraire à l’œuvre dans l’ordre ignatien n’a pas été une exception, un type de sources propre à la Compagnie permet de suivre l’institutionnalisation progressive de l’apostolat scripturaire, l’une des mises en œuvre du « devoir d’intelligence jésuite »8 : les catalogues du personnel. Comme l’a souligné Bernard Dompnier :

  • 9 Bernard Dompnier, « L’activité missionnaire des jésuites de la province de Lyon dans la première mo (...)

[…] à défaut d’un dénombrement précis, les Catalogues peuvent en effet fournir l’essentiel, c’est-à-dire une chronologie de l’intensité [d’une activité donnée] et de l’intérêt qu’elle suscite dans la Compagnie9.

7Avant d’exploiter les renseignements fournis par les catalogues du personnel, il nous faut présenter cet ensemble documentaire afin de mettre en lumière les enjeux de sa rédaction pour la Compagnie de Jésus.

Description des catalogues du personnel

  • 10 Charlotte de CASTELNAU L’ESTOILE, Les Ouvriers d’une vigne stérile. Les jésuites et la conversion d (...)
  • 11 Ibid., p. 179.

8Les catalogues participent pleinement de la « politique du personnel », l’une des plus importantes manifestations de la centralisation de la Compagnie de Jésus10. À partir des informations reçues des Provinces, notamment grâce aux catalogues du personnel, le général pouvait décider de promouvoir certains membres. Charlotte de Castelnau L’Estoile souligne que les « Catalogues avaient clairement un usage “professionnel”. Il s’agissait de connaître les jésuites pour les employer au mieux de leurs compétences »11. Il était nécessaire d’obtenir des informations précises et homogènes sur les forces humaines disponibles afin de conduire la politique apostolique de la Compagnie « ad maiorem Dei gloriam ». La Formula Scribendi de 1578 définit deux types de catalogues : les catalogues annuels, aussi dits « brefs », et les catalogues triennaux.

9Le catalogue bref ou annuel, officiellement intitulé « catalogus personarum et officiarum provinciæ N », devait être envoyé tous les ans à Rome par le provincial. Présenté généralement sous forme de listes, il se découpe en fonction des différents établissements de la Province. Pour chaque domicile apparaissent le prénom (nomen) et le nom de famille (cognomen) de chaque jésuite, avant la mention de l’emploi – ou des emplois – auquel il se consacre. Les religieux sont classés par ordre hiérarchique décroissant : les profès, les coadjuteurs spirituels puis temporels, les étudiants et enfin les novices.

  • 12 Sur les catalogues seconds du personnel, nous nous permettons de renvoyer à notre article : Claire (...)

10Le catalogue triennal, envoyé, comme son nom l’indique, tous les trois ans à Rome, se compose de trois parties. La dernière, le « catalogus tertius sive rerum », présente la situation juridique et économique de chaque domicile jésuite, généralement sous la forme d’un texte de quelques lignes. Les deux premières parties concernent les hommes. Les informations sont regroupées, sauf exceptions, dans un tableau quadrillé. Le « catalogus primus sive publicus » offre une série de données « objectives » et peut être considéré comme le curriculum vitæ de chaque religieux. Les catégories qui y apparaissent sont les suivantes : nom et prénom (nomen et cognomen), lieu de naissance (patria), âge (ætas), état de santé (vires), date d’entrée dans l’ordre (tempus societatis), temps consacré aux études (tempus studiorum), emplois antérieurs et actuels (ministeria), grade universitaire (gradus in litteris) et catégorie des vœux prononcés (gradus in societate). Chaque nom y est précédé d’un numéro qui sert de référence à l’index alphabétique dans lequel les jésuites sont classés à partir de leur prénom, selon la tradition médiévale. Ce numéro sert à se repérer dans le « catalogus secundus sive secretus » qui reprend la liste des « ouvriers » du premier catalogue mais dissimule leur identité par souci de discrétion. Les données qu’il présente sont « subjectives » car il s’agit de l’évaluation des capacités de chaque membre de l’ordre par son supérieur. Ce catalogue se subdivise en sept rubriques : capacités intellectuelles (ingenium), jugement (judicum), prudence (prudentia), expérience (experientia), culture intellectuelle (profectus in litteris), complexion naturelle (naturalis complexio) et talent (talentum) pour tel ou tel emploi en termes de capacités12.

11Ce sont les catalogues annuels et les premiers catalogues des catalogues triennaux que nous exploiterons afin de mesurer le poids croissant de l’apostolat de plume au sein de l’institution ignatienne et de ressaisir la trajectoire de Juan de Mariana comme scriptor.

Méthode d’exploitation des catalogues

12Notre recherche s’inscrit dans le sillage du renouveau historiographique qui s’est produit ces vingt dernières années autour des catalogues du personnel pour mettre en lumière la constitution progressive de corps de spécialistes dans la Compagnie de Jésus.

  • 13 B. DOMPNIER, art. cit.
  • 14 C. de CASTELNAU L’ESTOILE, op. cit.
  • 15 Aliocha Maldavsky, Vocaciones inciertas: misión y misioneros en la provincia jesuita del Perú en lo (...)
  • 16 Antonella ROMANO, La Contre-réforme mathématique. Constitution et diffusion d’une culture mathémati (...)
  • 17 Stéphane VAN DAMME, op. cit. Voir aussi du même auteur : « écriture, institution et société : le tr (...)

13Bernard Dompnier13, Charlotte de Castelnau L’Estoile14 et Aliocha Maldavsky15 ont exploité les catalogues pour mettre au jour l’existence d’« ouvriers » spécialistes de la mission ainsi qu’un profil du missionnaire. Les trois historiens ont circonscrit leurs recherches à l’unité administrative que représente la Province. Si Charlotte de Castelnau L’Estoile a analysé exclusivement le catalogue de 1598 de la Province brésilienne, Bernard Dompnier et Aliocha Maldavsky ont réalisé une étude diachronique afin de ressaisir la chronologie de l’intensité de l’activité missionnaire : le premier s’est intéressé à la seule Province de Lyon pendant un demi-siècle, la seconde, à celle du Pérou, depuis sa création jusqu’aux années 1630. Aussi, la mesure du phénomène missionnaire, le mode de désignation de ces « ouvriers » et leur poids dans la politique apostolique de l’ordre ont-ils été possibles grâce à l’analyse du parcours institutionnel des hommes. Antonella Romano a étudié la constitution d’un corps de mathématiciens dans la Province de France pendant le premier siècle de la Compagnie16. Il s’agissait de retracer des carrières individuelles et, partant, les principales phases d’une insertion dans un milieu intellectuel donné. Enfin, Stéphane Van Damme s’est intéressé à l’émergence de spécialistes des lettres au XVIIe et au XVIIIe siècle en France17. L’historien a tout d’abord réalisé une analyse diachronique de la visibilité du travail littéraire grâce aux nominations de scriptores en procédant par sondages (quatre dates ont été retenues : 1620, 1660, 1690 et 1720) dans les catalogues annuels des Provinces de France, de Champagne, de Lyon et d’Aquitaine. Ces premières données ont ensuite été précisées par une enquête ciblée sur le Collège de Clermont (Paris), celui de la Trinité de Lyon, et la Province lyonnaise. Ces recherches permettent d’observer la visibilité administrative du travail de plume dans l’ordre ignatien, ainsi que la concurrence exercée par d’autres ministères. En outre, cette étude retrace le profil de certains scriptores et leur parcours institutionnel.

Notre démarche d’enquête

14Afin de réinsérer l’apostolat de plume de Juan de Mariana, résident de la Province de Tolède, au sein des pratiques institutionnelles de la Compagnie de Jésus, nous avons procédé à une étude comparative de différentes Provinces. Quels critères ont présidé à leur choix ? Nous avons d’emblée écarté les Provinces de l’est de l’Europe (Pologne, Germanie Supérieure, Autriche, etc.) étant donné leur caractère spécifique dû à la lutte contre le protestantisme, ainsi que les Provinces d’outre-mer, même celles qui faisaient partie de l’Assistance d’Espagne (Nouvelle Espagne, Pérou, etc.), compte tenu de la situation particulière des terres de missions lointaines. Cette étude se centre donc sur les Provinces de Tolède, de Castille, d’Aragon, de Bétique, du Portugal et de Rome. Grâce à cet échantillon, il est possible, tout d’abord, de comparer ce qui est comparable. Même si chaque Province avait une histoire et des caractéristiques propres, la grande proximité géographique et institutionnelle des territoires concernés (hormis Rome) – tous gouvernés par un même souverain à partir de 1580 – permet l’analyse comparative de réalités relativement homogènes. Par ailleurs, il nous semblait important d’évaluer les résultats collationnés à l’aune du centre romain afin d’y déceler un éventuel tropisme – le modèle romain informe-t-il la reconnaissance institutionnelle de l’apostolat de plume des autres Provinces ?

15Les résultats que nous présentons sont le fruit d’une analyse longue et fouillée des catalogues du personnel de six Provinces pendant près de quatre décennies. La période retenue pour notre étude débute vers 1583-1587 et se termine en 1623. Le choix du terminus a quo dérive directement du corpus documentaire dont nous disposons. En effet, alors que la Formula Scribendi de 1578 inclut les règles à suivre pour la rédaction des catalogues, on observe une période de latence dans la mise en place de celles-ci : la Province de Bétique commence à envoyer ses catalogues en 1583, alors que ceux de la Province de Castille ne débutent qu’en 1584, tout comme ceux de la Province romaine et ceux de Tolède ; ceux des Provinces aragonaise et portugaise ne commencent qu’en 1587. Le terminus ad quem de notre enquête correspond à la mort de Juan de Mariana, l’objet central de notre étude. Les derniers catalogues conservés à la mort du religieux datent de 1623.

16Si Stéphane Van Damme a étudié la constitution d’un corps de spécialistes de l’écrit à partir du midi du XVIIe siècle, les catalogues que nous avons exploités démontrent que cette tendance est observable dès la fin XVIe siècle.

Le poids institutionnel croissant des scriptores au tournant du XVIe et du XVIIe siècle : Juan de Mariana comme « ouvrier » en charge d’un nouvel apostolat

L’apparition du statut de scriptor

  • 18 Archivum Romanum Societatis Iesu (dorénavant ARSI), Lusitania 39, fol. 9r°.
  • 19 ARSI, Romana 53, fol. 105r°.
  • 20 ARSI, Bætica 8, fol. 68r°.
  • 21 ARSI, Toletana 12 II, fol. 206r°. Nous soulignons. Il en va de même pour les citations suivantes.
  • 22 ARSI, Castellana 27, fol. 4r°
  • 23 ARSI, Aragonia 15, fol. 159r° et 161v°.

17Observons tout d’abord la chronologie de la charge de scriptor dans les catalogues annuels qui retranscrivent année par année les différents emplois des religieux. Les premiers jésuites à voir leur apostolat de plume reconnu par leur hiérarchie sont Luís de Molina (1535-1600) de la Province portugaise et Nicolò Orlandini (1553-1606) de la Province romaine. Nous trouvons pour Luís de Molina dans le catalogue annuel de la Maison professe de San Roque (Lisbonne) en janvier 1586 : « haze su obra »18. Le catalogue « bref » du Collège romain indique qu’Orlandini est « compositore delli Annali »19. Pour les autres Provinces, l’indication de l’apostolat de plume ne s’observe que dans les années 1590. Dans la Province de Bétique, le catalogue « bref » de la Maison professe de Séville souligne qu’en 1590 Jerónimo Prado (1547-1595) « occupasse en commentarios de Ezechiel »20. C’est ensuite la Province tolédane qui présente le travail de plume de Luís de Molina, alors résident du Collège de Cuenca, en 1594 : « escribe y confiesa los de casa »21. L’année suivante, dans la Province de Castille, le catalogue annuel du Collège de Salamanque indique pour Francisco Suárez (1546-1617) : « escribe y imprime » 22. La Province aragonaise est celle qui enregistre le plus tardivement l’apostolat de plume : ce n’est qu’en 1607 que le catalogue « bref » du Collège de Valence signale pour Francisco Escriva (1530-1617) : « consultor, escribe », et que celui du Collège de Barcelone mentionne que Juan de Salas (1553-1612) « atiende a su impresion »23.

  • 24 ARSI, Lusitania 44 I, fol. 2v°.
  • 25 Ibid., fol. 250r°.
  • 26 Ibid., fol. 263r°.
  • 27 ARSI, Toletana 21 II, fol. 203r°.
  • 28 Ibid., f°138v°.

18Étant donné que le catalogue premier des catalogues triennaux présente le parcours de vie de chaque jésuite, l’apostolat de plume y apparaît plus tardivement que dans les catalogues annuels. En effet, avant qu’un emploi ne figure dans la rubrique « ministeria », il faut que celui-ci ait été une charge importante ou ait été exercé plusieurs années pour être considéré comme constitutif du parcours d’un jésuite. Le premier religieux pour qui l’on considère que le travail littéraire participe pleinement de sa carrière religieuse, au même titre que l’enseignement, la prédication ou la confession, est Luís de Molina. Nous trouvons dans la rubrique « ministeria » du premier catalogue du catalogue triennal de la Maison professe de San Roque de 1587 : « Leyo 4 anos Artes y 15 Theologia iuntamente predicando y confessando algunas vezes, ando en algunas missiones, occupase ahora en componer una suma de Theologia »24. C’est en 1597 que l’apostolat de plume fait partie du curriculum vitæ de deux religieux de la Province romaine. La rubrique « ministeria » des catalogi primi mentionne l’activité littéraire du père Maffei (1538-1603) au Collège de Pérouse (« scripsit et scribit adhuc »25) et celle du père Clavius (1538-1612) au Collège romain (« docuit et scripsit multa in mathematicis »26). Dans la Province de Tolède, la charge de scriptor n’apparaît qu’en 1599 dans le catalogue triennal du Collège de Madrid pour Pedro de Ribadeneyra (1526-1611) : « rector y provincial, Visitador, commiss° [comisario] y escriptor »27. Le provincial de Bétique n’inclut le travail d’écriture dans le catalogue premier du catalogue triennal qu’en 1599 pour Tomás Sánchez (1550-1610) du Collège de Grenade : « letor de moral, prefecto de casos muchos años y de cosas espirituales, escribe para imprimir, confiesa y predica »28. Les Provinces castillane et aragonaise, qui n’offrent que deux mentions de l’apostolat de plume dans les catalogues annuels, n’enregistrent jamais le travail de plume dans la rubrique « ministeria » des catalogi primi.

  • 29 ARSI, Toletana 12, fol. 194r°.
  • 30 ARSI, Toletana 21 II, fol. 237r°.
  • 31 ARSI, Toletana 12 I, fol. 194v°.

19Ce premier aperçu laisse entrevoir, d’une part, que c’est généralement à la fin du XVIe siècle que l’activité littéraire acquiert une importance institutionnelle conséquente dans l’ordre ignatien. Font exception la Province du Portugal, en avance d’une décennie, et la Province aragonaise, qui enregistre cet apostolat dix ans plus tard. D’autre part, il convient de souligner que Rome ne se distingue pas des autres Provinces quant à la chronologie de l’apparition institutionnelle des scriptores. Enfin, remarquons que Juan de Mariana ne fait pas partie des premiers scriptores enregistrés par la documentation administrative. Il apparaît pour la première fois comme scriptor en 1598 dans le catalogue annuel de la Maison professe de Tolède (« escribe su Historia »29), puis dans le catalogus primus de ce même établissement en 1603 (« leyo Theologia en Mecina y Paris casi 20 años. Los demas se ha ocupado en escribir »30), alors que le jésuite avait déjà publié trois ouvrages – il en est de même pour Pedro de Ribadeneyra désigné comme scriptor pour la première fois en 1598 (« escribe algunos libros »31) après la publication de quinze écrits. Est-ce le signe que la reconnaissance de l’apostolat de plume était avant tout liée aux disciplines universitaires ? Le cas de Luís de Molina, professeur de théologie et premier jésuite des Provinces étudiées reconnu scriptor, permet de poser cette hypothèse, validée, dans un premier temps, par l’étude diachronique et géographique du statut de scriptor.

Répartition chronologique et géographique des scriptores

  • 32 Les catalogues suivants ont été conservés (catalogues annuels = CA ; catalogue premier du catalogue (...)

20Si l’envoi des catalogues n’a pas été régulier et que leur conservation n’apparaît en aucun cas homogène32, il est néanmoins possible, à partir de l’échantillon dont nous disposons, de dégager certaines tendances.

21Nous avons relevé dans les catalogues cent-trente-huit mentions de l’apostolat de plume pour un total de quarante-sept jésuites nommés scriptor par leur hiérarchie. Les Provinces portugaise et romaine, avec un total respectif de cinquante-neuf et cinquante indications de l’activité littéraire pour dix-neuf et quinze scriptores se détachent nettement des autres Provinces. Celle de Tolède, dont fait partie Juan de Mariana, arrive en troisième position avec un total de dix-neuf indications de l’activité littéraire. Cette Province représente un moyen terme entre les Provinces les mieux dotées en scriptores et celles qui accusent une nette déficience : si la Bétique offre six mentions, l’Aragon et la Castille n’en proposent que deux.

  • 33 S. Van Damme, Le Temple de la sagesse. Savoirs, écriture et sociabilité urbaine (Lyon, XVIIe‑XVIIIe(...)

22Les résultats obtenus pour les Provinces portugaise et romaine n’étonnent guère. Si les jésuites n’avaient pu entrer dans les Universités espagnoles à cause de l’opposition farouche des dominicains, la situation était différente au Portugal et en Italie. Le Collège de Coimbra, rattaché très tôt à l’Université de cette même ville (1561) et centre d’enseignement de premier plan – lieu de production des Commentarii Conimbricensis –, concentre le plus grand nombre de scriptores (40 %). Dans la Province romaine, c’est le Collegio Romano qui arrive en tête avec un total de dix-huit mentions de scriptores sur les vingt‑neuf recensés, soit plus de 62 % du total. Ce Collège apparaît donc comme un véritable centre de travail littéraire. N’oublions pas que le Collegio a été aussi le lieu d’expérimentation de la Ratio Studiorum, et donc une pièce maîtresse du système éducatif jésuite. En revanche, alors que Stéphane Van Damme souligne que les scriptores n’étaient en activité que dans les Collèges33, force est de constater que la Maison professe de Lisbonne se situe en deuxième place dans la Province portugaise avec seize scriptores, alors que le Collège de San Anton de cette même ville n’a été pourvu que de deux scriptores. Si dans cette Province, les nominations des scriptores s’avèrent relativement homogènes, Rome accuse dix années sans scriptor de 1586 à 1597, puis sept années entre 1604 et 1611.

23Il en va différemment dans les Provinces espagnoles. En Bétique, la répartition binaire entre Maison professe et Collège est toujours présente mais dans une moindre mesure (un scriptor pour la Maison Professe de Séville contre quatre pour les Collèges). Ce sont les deux Collèges les plus importants qui accueillent principalement les rares scriptores : ceux de Séville et Grenade. La Province aragonaise, qui enregistre le plus tardivement l’apparition de la charge de scriptor (1607), est aussi celle qui n’en a été pourvue qu’une année, toujours dans des Collèges. En Castille, Francisco Suárez seul est désigné comme scriptor par sa hiérarchie au Collège de Salamanque, en 1595 et 1596 – le théologien apparaît ensuite comme scriptor dans les catalogues portugais. Dans la Province de Tolède, deux établissements concentrent la production littéraire : le Collège de Madrid (sept) et la Maison professe de Tolède (trois). Si, à partir de la toute fin du XVIe siècle, il y a quasiment une nomination de scriptor par an, remarquons qu’aucun religieux ne voit son activité de plume enregistrée dans les catalogues entre 1607 et 1620. Les nominations de scriptores par année restent faibles – une ou deux –, tout comme le nombre global de scriptores, qui correspondent le plus souvent aux pères Mariana et Ribadeneyra : sur les quinze mentions de religieux engagés dans un travail de plume, trois correspondent à Mariana et cinq à Ribadeneyra, seuls scriptores entre 1598 et 1606.

24Malgré les résultats obtenus pour les Provinces romaine et portugaise, le cas de la Province de Tolède, où aucun grand centre universitaire jésuite n’est présent, mais qui enregistre un nombre de scriptores non négligeable, est-il l’indice d’une autonomisation croissante de l’activité littéraire, peu à peu déliée de l’enseignement et des disciplines universitaires ?

Une autonomie croissante de l’activité littéraire

  • 34 Adrien Demoustier, « Les catalogues du personnel de la Province de Lyon en 1587, 1606 et 1636 », AH (...)
  • 35 Pour Sebastião Barradas, les catalogues brefs de 1605 et 1608 indiquent qu’il « prega algunas veces(...)

25Sur les cent-trente-huit mentions du travail littéraire relevées dans les catalogues, cinquante-et-une s’exercent en parallèle d’un autre emploi, soit presque la moitié. Le cumul a lieu le plus souvent avec une charge administrative (comme consulteur du provincial) ou une charge spirituelle, généralement la confession. Les fonctions exercées par ces pères « écrivains » peuvent être qualifiées de « charges légères » pour reprendre l’expression d’Adrien Demoustier34, qu’il s’agisse d’un emploi de « conseil » (consulteur ou admoniteur) ou d’occupations spirituelles, lesquels permettent de dégager du temps35.

  • 36 A. DEMOUSTIER, art. cit., p. 45.
  • 37 En 1593, Francisco Suárez est autorisé par le général Acquaviva (1581-1615) à laisser son poste de (...)
  • 38 De Culto Adorationis (1594), Commentariorum… in Primam Partem S. Thomæ (1598), In Primam Secundæ (d (...)
  • 39 Sur la notion de la fama dans l’ordre ignatien, nous renvoyons à Morchedai FEINGOLD, « Fama: les sa (...)

26L’apostolat de plume est rarement exercé en même temps qu’une fonction enseignante, « charge lourde »36. Seules trois mentions de ce cumul apparaissent et toutes concernent Francisco Suárez. La trajectoire de Suárez, désigné par les catalogues comme professeur et / ou comme scriptor, met en lumière la concurrence entre enseignement et écriture. Si certains aménagements tendaient à concilier les deux charges37, la fonction enseignante pouvait prévaloir sur celle de scriptor. Sur ce point, l’exemple de Gabriel Vázquez (1549-1604) est frappant : en dépit des ouvrages publiés de son vivant38 et de la fama39 de l’auteur, celui-ci n’a jamais été enregistré comme scriptor par les catalogues du personnel, seulement comme enseignant de théologie.

27Pour Juan de Mariana, autre grand théologien de l’ordre, l’abandon total de sa fonction de professeur suite à son retour dans la péninsule Ibérique facilite la reconnaissance de son apostolat de plume par sa hiérarchie. Dès 1576, le général Everard Mercurian (1573-1580) désigne Mariana comme écrivain auprès du provincial Antonio de Cordeses :

  • 40 « Pour le bien commun de notre compagnie, et aussi pour celui d’autrui, il nous a semblé opportun q (...)

Para el bien comun de nuestra compagna y tambien de otros, dias ha que nos parecio señalar algunos padres para darse del todo a escrivir, entre los quales nombramos al padre Juan de Mariana y por esso V. R. dara orden que este desocupado de tal manera que pueda vacar a este exercicio de scrivir40.

  • 41 « Lo mismo digo del padre Mariana a quien V. R. de toda ayuda para que pueda acabar lo que tiene en (...)

28Ce souhait de vouer certains religieux à la seule occupation littéraire trouve un écho favorable chez les jésuites concernés qui, comme Juan de Mariana, ne souhaitent plus enseigner. Le général veille particulièrement à ce qu’ils puissent alors trouver auprès de leur supérieur local un soutien constant, tel que l’indique Mercurian à Cordeses41. Mercurian semble même devoir combattre les réticences du supérieur :

  • 42 « Puisque le père Juan de Mariana ne souhaite pas enseigner, il est inutile d’insister. V. R. lui a (...)

Quanto al Padre Mariana pues el no se inclina a leer, no ay para que fatigarse mas en esto, mas V. R. luego le de un buen escriptor para que nos embie aca el chronicon ecclesiastico que ha mas de un año se pide y esto sera prueva de ver como este trabajo sale42.

  • 43 Le premier catalogue annuel de la Maison professe de Tolède indique que Mariana est « consultor » ( (...)

29Juan de Mariana a aussi été consulteur et confesseur. Ces charges « légères » – et occasionnelles – étaient tout à fait compatibles avec un travail d’écriture de longue haleine, rendu plus difficile par l’âge avancé du jésuite43.

30Il nous reste maintenant à nous pencher sur le profil des jésuites scriptores afin de tenter de dégager les caractéristiques qui présidaient à la nomination des religieux.

Profil des scriptores

  • 44 Comme l’écrit Stéphane Van Damme : « l’extrême diversité des âges, et des durées d’exercice ne trad (...)

31À partir des informations recueillies dans les catalogues, il reste difficile de dresser un portrait-type du scriptor jésuite en raison des fortes disparités constatables44. Si la moyenne d’âge des scriptores lors de leur première nomination est de cinquante-quatre ans après trente-cinq années passées dans la Compagnie, des écarts importants s’observent entre Provinces et entre scriptores. L’âge moyen de la première nomination est de quarante-six ans pour la Bétique alors que les jésuites de la Province de Tolède doivent attendre la soixantaine (soixante-deux ans pour Juan de Mariana et soixante-dix ans pour Pedro de Ribadeneyra par exemple). Concernant les individus particuliers qui incarnent la fonction, si Francisco Escriva a été nommé à l’âge avancé de soixante-dix-sept ans, Sebastião do Couto (1567-1639) l’a été à trente-quatre ans seulement. La durée de la nomination varie fortement, entre une et douze années.

  • 45 Les catalogues seconds, que nous ne pouvons exploiter davantage dans le cadre de cet article, menti (...)

32Cependant certaines constantes apparaissent. Comme le stipulent les Constitutions, la quasi totalité des scriptores sont des pères profès – font exception Sebastião do Couto, Francisco Escriva, ainsi que les pères Orlandini et Sacchini (1570-1625), qui obtiendront leur profession solennelle par la suite. Les scriptores jésuites ont une formation universitaire conséquente, en accord avec leur grade au sein de l’ordre : bachilleres, maîtres ès arts ou docteurs en théologie pour les plus diplômés45. Enfin, l’apostolat de plume peut être compris comme le corrélat de l’activité professorale : les scriptores bénéficient, dans leur quasi majorité, d’une longue expérience d’enseignement et alternent ces deux activités.

  • 46 Le jésuite italien a été chargé de la traduction des lettres des Indes en latin (Epistolæ Indicæ…, (...)

33Si Juan de Mariana, docteur en théologie, n’occupe plus aucune fonction enseignante lorsqu’il est nommé scriptor, deux autres de ses frères de religion, Gianpietro Maffei et Pedro de Ribadeneyra, ont eu une carrière professorale anecdotique. Maffei n’a enseigné la rhétorique que deux années au Collegio romano (1566-1568), un an après son entrée dans la Compagnie, puis il s’est consacré à l’écriture46. Quant à Pedro de Ribadeneyra, hormis six années comme professeur de rhétorique en Italie au tout début de sa carrière religieuse, ses charges postérieures sont directement liées au gouvernement et à l’écriture. En outre, la rubrique « ministeria » des catalogi primi ne fait jamais état de la courte carrière enseignante de Ribadeneyra, seulement de ses emplois gouvernementaux et de son activité littéraire. Enfin, ces deux jésuites sont uniquement définis comme scriptores par les catalogues du personnel : l’on peut parler dans leur cas d’hyper spécialisation scripturaire, à laquelle participe Juan de Mariana. Cet écart par rapport au profil et à la trajectoire institutionnelle des scriptores de l’ordre signale que l’apostolat de plume commence à être considéré comme un apostolat autonome qui, avec les consuetudina ministeria – prédication, catéchisme, missions intérieures et lointaines, enseignement etc. – participe du grand œuvre de la Compagnie de Jésus, « ad maiorem Dei gloriam ».

***

34La trajectoire institutionnelle de Juan de Mariana indique l’importance croissante de l’apostolat de plume dans la Compagnie de Jésus et sa progressive autonomie par rapport aux autres apostolats ignatiens. Les Litteræ Annuæ, comptes rendus des activités de la Compagnie, destinées à conformer l’identité de l’ordre « ad intra » et à forger son image « ad extra », confirment ces résultats.

  • 47 Litteræ Annuæ Societatis Iesu. Anni MDC, Antverpiæ, Apud Heredes Martini Nutii, et Iannem Meursium, (...)
  • 48 ARSI, Toletana 38, fol. 10r°‑v°.
  • 49 Annuæ Litteræ Societatis Iesu. Anni CIƆ. IƆC. XI, Dilingæ, Ex Typographeo Mayeriana, Apud Melchiore (...)

35Si la composition littéraire se voit valorisée dans les Litteræ Annuæ publiées de 1580 à 1610, elle sert avant tout à mettre en exergue les vertus personnelles de certains jésuites – piété, intelligence, prudence, abnégation – et les titres des ouvrages composés sont rarement donnés, même pour des auteurs déjà célèbres tel Luís de Molina47. Un changement peut être observé à l’occasion de la mort de Pedro de Ribadeneyra en 1611. Le manuscrit original de la Lettre envoyée par la Province de Tolède se termine avec la citation in extenso de la plupart des ouvrages dus à la plume du religieux48. Le rédacteur final des Litteræ Annuæ destinées à l’impression reprend dans le détail les écrits composés par le jésuite et va jusqu’à inverser l’ordre des informations envoyées par la Province tolédane, en plaçant en premier lieu la mort de Ribadeneyra et son travail de plume49. Après avoir mentionné brièvement le cursus de Ribadeneyra dans la Compagnie, la Littera Annua reconstruit sa carrière religieuse en Espagne sans perdre de vue le fil rouge de la composition d’ouvrages, depuis la première hagiographie d’Ignace de Loyola jusqu’à l’Histoire de l’Assistance d’Espagne.

  • 50 Voir la mise au point d’Annick DELFOSSE, « Les Litteræ Annuæ de la Compagnie de Jésus entre compte (...)
  • 51 ARSI, Toletana 38, fol. 36r-v°. Comme la plupart des Litteræ Annuæ, elle est rédigée en latin.

36La même observation vaut pour Juan de Mariana. Si les Litteræ Annuæ des années 1615-1649 n’ont jamais été publiées50, l’on conserve la Lettre manuscrite de la Province de Tolède de 162451. Le premier événement mentionné pour la Maison professe de Tolède est la mort du scriptor tolédan. La Lettre souligne en quelques mots que Mariana a enseigné à Rome, en Sicile et à Paris, puis elle indique que le religieux a dû mettre fin à cette charge pour raison de santé. Cependant, insiste le rédacteur, Mariana n’est pas resté oisif mais a écrit plusieurs ouvrages : le De ponderibus et mensuris, le De rege, le Tractatus septem, l’Histoire d’Espagne en latin qu’il a lui-même traduite en castillan ainsi que les Annotationes au Nouveau et à l’Ancien Testament. Le document insiste sur le style de Mariana, comparé à Tacite et à Tite Live. Loué par le cardinal Baronio et reconnu par les rois et les princes, sa fama dépasse les frontières du royaume. Ce n’est qu’à la toute fin de la présentation du jésuite que sont mentionnées en quelques lignes ses vertus proprement religieuses : pauvreté, chasteté, abnégation, constance et patience.

Haut de page

Notes

1 Le De monetæ mutatione est l’un des sept traités publiés en 1609 : Ioannis Marianæ e Societate Iesu, Tractatus VII. Sur le procès intenté à Mariana suite à cette publication, nous renvoyons à Georges CIROT, « À propos du De rege, des Septem Tractatus et de son ou de ses procès », Bulletin hispanique, 10, 1908, p. 95-99, et à Gonzalo FERNÁNDEZ DE LA MORA, « El proceso contra el padre Mariana », Revista de estudios políticos, 79, 1993, p. 47-99.

2 Nous citerons les Constitutions selon la traduction d’Édouard Gueydan et Antoine Lauras, dans Ignace de LOYOLA, Écrits, Paris : Desclée de Brouwer, 1991, p. 392-603. Afin que le lecteur puisse retrouver aisément les passages cités dans n’importe quelle édition, nous ne donnerons pas la page mais la partie, le chapitre et le paragraphe.

3 Constitutions, VII, 1, § 603.

4 Id., VII, 4, § 653.

5 Id., VI, 2, § 558.

6 Alors que l’enseignement n’a pas été tout d’abord défini comme priorité apostolique – il n’est destiné, selon les Constitutions, qu’aux seuls membres de l’ordre – la Ratio Studiorum (1598) institutionnalise le réajustement de l’organigramme éducatif de l’Institut jésuite : les Collèges sont ouverts aux étudiants qui n’ont pas pour but d’entrer dans la Compagnie. Voir Luce Giard (dir.), Les Jésuites à la Renaissance, système éducatif et production du savoir, Paris : PUF, 1996, et Dominique Julia, « Généalogie de la “Ratio Studiorum” », in : Luce Giard et Louis de Vaucelles (dir.), Les Jésuites à l’âge baroque, 1540-1650, Grenoble : Jérôme Millon, 1996 p. 115‑130.

7 Stéphane Van Damme, Le Temple de la sagesse. Savoirs, écriture et sociabilité urbaine (Lyon, XVIIe‑XVIIIe siècle), Paris : EHESS, 2005, p. 27.

8 Nous empruntons cette expression à Luce Giard, « Le devoir d’intelligence ou l’insertion des jésuites dans le monde du savoir », in : L. GIARD (dir.), op. cit., p. xi-lxxix.

9 Bernard Dompnier, « L’activité missionnaire des jésuites de la province de Lyon dans la première moitié du XVIIe siècle : essai d’analyse des catalogi », Mélanges de l'École française de Rome. Moyen-Âge, Temps modernes, 97 (2), 1985, p. 941-959, p. 942.

10 Charlotte de CASTELNAU L’ESTOILE, Les Ouvriers d’une vigne stérile. Les jésuites et la conversion des Indiens au Brésil (1580-1620), Paris‑Lisbonne : Centre culturel Calouste Gulbenkian–Commission nationale pour les commémorations des découvertes portugaises, 2000, p. 175.

11 Ibid., p. 179.

12 Sur les catalogues seconds du personnel, nous nous permettons de renvoyer à notre article : Claire BOUVIER, « Scriptores cholerici : le ministère de l'écriture jésuite au croisement du XVIe et du XVIIe siècle », in : Giancarlo ALFANO, Roland BÉHAR, Michèle GUILLEMONT et Anne ROBIN (coord.), Humeurs, Compar(a)ison. An International Journal of Comparative Literature, 2016, p. 133-143.

13 B. DOMPNIER, art. cit.

14 C. de CASTELNAU L’ESTOILE, op. cit.

15 Aliocha Maldavsky, Vocaciones inciertas: misión y misioneros en la provincia jesuita del Perú en los siglos XVI y XVII, Séville-Lima: CSIC–Instituto Francés de Estudios Andinos‑Universidad Antonio Ruiz de Montoya, 2012.

16 Antonella ROMANO, La Contre-réforme mathématique. Constitution et diffusion d’une culture mathématique jésuite à la Renaissance (1540-1640), Rome : École française de Rome, 1999.

17 Stéphane VAN DAMME, op. cit. Voir aussi du même auteur : « écriture, institution et société : le travail littéraire dans la Compagnie de Jésus en France (1620‑1720) », Revue de synthèse, 120 (2‑3), 1999, p. 261‑283.

18 Archivum Romanum Societatis Iesu (dorénavant ARSI), Lusitania 39, fol. 9r°.

19 ARSI, Romana 53, fol. 105r°.

20 ARSI, Bætica 8, fol. 68r°.

21 ARSI, Toletana 12 II, fol. 206r°. Nous soulignons. Il en va de même pour les citations suivantes.

22 ARSI, Castellana 27, fol. 4r°

23 ARSI, Aragonia 15, fol. 159r° et 161v°.

24 ARSI, Lusitania 44 I, fol. 2v°.

25 Ibid., fol. 250r°.

26 Ibid., fol. 263r°.

27 ARSI, Toletana 21 II, fol. 203r°.

28 Ibid., f°138v°.

29 ARSI, Toletana 12, fol. 194r°.

30 ARSI, Toletana 21 II, fol. 237r°.

31 ARSI, Toletana 12 I, fol. 194v°.

32 Les catalogues suivants ont été conservés (catalogues annuels = CA ; catalogue premier du catalogue triennal = CT) à l’ARSI :

Province portugaise. CA : 1586, 1587, 1592 (Lusitania 44 I), 1597 (Lusitania 44 I), 1598 (Lusitania 39a), 1601, 1602, 1603, 1604 (Lusitania 44 I), 1605, 1608, 1610 (Lusitania 44), 1612, 1614, 1615, 1617, 1621, 1622, 1623. Sauf mention contraire, les catalogues annuels sont conservés dans la liasse Lusitania 39.

CT : 1587, 1590, 1593, 1597, 1603, 1606, 1611 (Lusitania 44 I) et 1614, 1619, 1622 (Lusitana 44 II).

Province romaine. CA : 1586, 1595, 1596, 1597, 1598, 1599 (Romana 53) ; 1598 et 1599 (Romana 79) ; 1600 (Romana 54) ; 1602, 1603, 1606, 1615-1616 (Romana 79), 1617, 1619, 1623, 1623-1624 (Romana 80). Dans les catalogues annuels de 1615-16 et ceux de 1617 et 1619, pour certains établissements, seuls les noms des religieux sont indiqués, pas leur charge.

CT : 1584, 1587, 1590, 1593, 1597 (Romana 53) ; 1600, 1603, 1606, 1611 (Romana 54), 1615, 1617, 1622 (Romana 55).

Province tolédane. CA : 1587 (Toletana 12 I), 1594, 1598 et 1599 (Toletana 12 II), 1602, 1604, 1605, 1606, 1607, 1608, 1609, 1610, 1611, 1619, 1620 (Toletana 14) et 1623 (Toletana 15).

CT : 1584, 1587, 1590, 1593, 1597 (Toletana 21 I) et 1599, 1603, 1606, 1611, 1614 (Toletana 21 II), puis 1619 et 1622 (Toletana 22).

Province aragonaise. CA : 1594-1598, 1600, 1601, 1604,1607, 1613, 1615, 1616, 1617, 1618, 1620 (Aragonia 15).

CT : 1587, 1590, 1593, 1597, 1599, 1603, 1606, 1611, 1614, 1619 (Aragonia 10 I), et 1622 (Aragonia 10 II).

Province castillane : CA: 1595,1596, 1597 (Castellana 27), 1605 (Castellana 27a) et 1607 (Castellana 15), 1616-1617 (Castellana 27a).

CT : 1584, 1587, 1590, 1593, 1597, 1600 (Castellana 14) et 1603, 1606, 1611, 1614 (Castellana 15 I), 1619 et 1622 (Castellana 15 II).

Province andalouse : CA : 1591, 1600 (Bætica 8), 1621 et 1623 (Bætica 14)

CT : 1583, 1585, 1587, 1590, 1593, 1597, 1599, 1603, 1606, 1611, 1615, 1619, 1622 (Bætica 8).

33 S. Van Damme, Le Temple de la sagesse. Savoirs, écriture et sociabilité urbaine (Lyon, XVIIe‑XVIIIe siècle), op. cit., p. 28. En outre, certaines résidences faisaient office de « retraite » pour les jésuites où ceux-ci pouvaient se consacrer pleinement au travail littéraire. Dans la Province de Tolède, la Maison de Jesús del Monte, attachée au Collège d’Alcalá de Henares, a accueilli Ribadeneyra qui y a rédigé en partie l’Historia ecclesiastica del scisma de Inglaterra (1588). Dans la Province romaine, la Maison de Frascati permettait, tout comme celle de Jesús del Monte, d’échapper aux chaleurs estivales et offrait un lieu privilégié pour la composition d’ouvrages. C’est là que Ribadeneyra avait composé la Vie latine d’Ignace de Loyola.

34 Adrien Demoustier, « Les catalogues du personnel de la Province de Lyon en 1587, 1606 et 1636 », AHSI, 42, 1973, p. 1-105, p. 45.

35 Pour Sebastião Barradas, les catalogues brefs de 1605 et 1608 indiquent qu’il « prega algunas veces » (ARSI, Lusitania 39, fol. 54r° et 62r°). La prédication est donc une activité occasionnelle de ce père.

36 A. DEMOUSTIER, art. cit., p. 45.

37 En 1593, Francisco Suárez est autorisé par le général Acquaviva (1581-1615) à laisser son poste de professeur pour se consacrer pleinement à l’impression de ses ouvrages, son état de santé ne lui permettant pas de concilier les deux charges. Acquaviva écrit au père Francisco de Mendoza qui lui aurait fait part des difficultés de Suárez pour accomplir ces deux tâches simultanément : « [dans la marge : « Padre Francisco Suarez no lea para que estampe mejor »] muy bien lo ha hecho V. R. avisandome de la necesidad en que se halla el padre Francisco Suarez porque justo es acudir al consuelo y alivio de quien tan bien lo mereçe, yo aviso al Provincial para que lo descargue de la letura, porque sin duda tan flaco sujeto no podra con el leer y estampar » (ARSI, Toletana 5 I, fol. 278v°).

38 De Culto Adorationis (1594), Commentariorum… in Primam Partem S. Thomæ (1598), In Primam Secundæ (deux tomes en 1599 et 1605) – les tomes suivants ont été publiés de façon posthume. Soulignons, en outre, que Gabriel Vázquez avait pourtant quitté le Collegio Romano pour la Province de Tolède en 1591 afin de se consacrer plus commodément à ses ouvrages : « El padre Gabriel Vaquez parte para esa provincia, parece tiene mas inclinaçion a escrivir que a leer. En su lugar hemos menester uno que supla en este Colegio Romano » (ARSI, Toletana 5 I, fol. 186v°, lettre de Claudio Acquaviva à Gil González Dávila, 13 mai 1591).

39 Sur la notion de la fama dans l’ordre ignatien, nous renvoyons à Morchedai FEINGOLD, « Fama: les savants jésuites et la quête de la renommée », Dix-septième siècle, 237, 2007, p. 755-774.

40 « Pour le bien commun de notre compagnie, et aussi pour celui d’autrui, il nous a semblé opportun que certains pères se consacrent entièrement à l’écriture, parmi lesquels le père Juan de Mariana. Aussi V. R. ordonnera-t-elle que ce père soit disponible pour pouvoir vaquer à cette activité » (ARSI, Toletana 1, fol. 63r°, lettre du 9 février 1576).

41 « Lo mismo digo del padre Mariana a quien V. R. de toda ayuda para que pueda acabar lo que tiene entre manos y embiarnos aca copia de alguna parte dello, y si le pareciere que estara mejor en Alcala por causa de los libros, le haga yr a Alcala porque en caso que no se inclinasse tanto a leer, la ocupacion suya de escrevir sera muy util a la Compañia » (ARSI, Toletana 2, fol. 3v°, 29 mars 1577).

42 « Puisque le père Juan de Mariana ne souhaite pas enseigner, il est inutile d’insister. V. R. lui adjoindra un bon copiste pour qu’il puisse nous envoyer le chronicon ecclésiastique qu’on lui demande depuis plus d’un an. Nous pourrons ainsi juger sur pièces » (ARSI, Toletana 2, fol. 10r°, lettre d’Everard Mercurian à Antonio de Cordeses, 3 août 1577). Mercurian mentionnerait ici les Ecclesiastica Annalium Hispaniæ historiam, que son prédécesseur, Francisco de Borja (1565-1572), avait demandé au jésuite tolédan. Cet ouvrage n’a jamais été publié.

43 Le premier catalogue annuel de la Maison professe de Tolède indique que Mariana est « consultor » (ARSI, Toletana 12, fol. 189r ), celui de 1594 qu’il est « confessor de mugeres » (ibid., fol. 206r°). Si le catalogue « bref » de 1598 n’indique que la seule activité de plume (« escribe su Historia », ibid., fol. 194r°), l’année suivante, l’écriture se combine avec la confession (« escribe y imprime unos libros y confiessa », ibid., fol. 218r°), tout comme en 1602 : « imprime y confessor » (ARSI, Toletana 14, fol. 2r°). à partir de 1604, le nom de Mariana est suivi d’un « blanc » dans les catalogues annuels, jusqu’en 1623 où il est indiqué : « no esta para ministerios por su vegez » (ARSI, Toletana 15, fol. 1r°). Est-ce là le signe que l’état de santé valétudinaire du jésuite était jugé incompatible avec l’exercice d’un emploi à plein temps ?

44 Comme l’écrit Stéphane Van Damme : « l’extrême diversité des âges, et des durées d’exercice ne traduit pas l’inscription dans une carrière intellectuelle commune. Plusieurs traits caractérisent ainsi leur situation à Paris. Le nombre de poste est extrêmement fluctuant d’une année sur l’autre, ce qui confère à cette spécialisation un caractère temporaire et transitoire […]. De plus, fidèle à un principe de nomination répandu dans la Compagnie, c’est l’homme qui fait le poste et non l’inverse. S’il n’y a pas de jésuite engagé dans un travail d’écriture nécessitant un allégement de son emploi du temps, le poste est laissé vacant » (Le Temple de la sagesse. Savoirs, écriture et sociabilité urbaine (Lyon, XVIIe‑XVIIIe siècle), op. cit., p. 32).

45 Les catalogues seconds, que nous ne pouvons exploiter davantage dans le cadre de cet article, mentionnent les grandes qualités intellectuelles des jésuites scriptores, couplées à la reconnaissance de leur talentum pour l’écriture. Nous ne donnerons que le cas de Juan de Mariana pour lequel le catalogus segundus du catalogue triennal de 1590 – le seul catalogue second de la Province de Tolède conservé pour la période étudiée – indique : «[ingeniumraro; [judicum] muy grande; [prudentia] buena; [experientia] buena; [profectus in litteris] raro; [naturalis complexio] colerico; [talentum] para leer y escrivir en todo genero de cosas » (ARSI, Toletana 21 I, fol. 98r°).

46 Le jésuite italien a été chargé de la traduction des lettres des Indes en latin (Epistolæ Indicæ…, 1566), puis de la traduction latine d’un ouvrage de Manuel da Costa sur les missions jésuites aux Indes (Rerum a Societate Iesu in Oriente gestarum…, 1571). Il compose ensuite une Vie latine du fondateur de l’ordre (De vita et moribus Ignatii Loiolæ, 1585), l’Historiam Indicarum (1588) et, enfin, les Vite di tredici confesori di Christo… (1595). Il a aussi écrit les Annales de Grégoire XIII et celles de Sixte V qui ne seront pas publiées avant 1742 et 1746 respectivement.

47 Litteræ Annuæ Societatis Iesu. Anni MDC, Antverpiæ, Apud Heredes Martini Nutii, et Iannem Meursium, anno MDCXVIII, p. 156.

48 ARSI, Toletana 38, fol. 10r°‑v°.

49 Annuæ Litteræ Societatis Iesu. Anni CIƆ. IƆC. XI, Dilingæ, Ex Typographeo Mayeriana, Apud Melchiorem Algeyer, s. d., p. 68-69.

50 Voir la mise au point d’Annick DELFOSSE, « Les Litteræ Annuæ de la Compagnie de Jésus entre compte rendu factuel et construction identitaire : l’exemple de Bruxelles », Alain Deneef et Xavier Rousseaux (dir.), Quatre siècles de présence jésuite à Bruxelles, Bruxelles‑Leuven : Éditions Prosopon‑Kadoc‑KU, 2012, p. 214-233.

51 ARSI, Toletana 38, fol. 36r-v°. Comme la plupart des Litteræ Annuæ, elle est rédigée en latin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Bouvier, « Juan de Mariana et l’apostolat de plume », e-Spania [En ligne], 31 | octobre 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/28870 ; DOI : 10.4000/e-spania.28870

Haut de page

Auteur

Claire Bouvier

Université de Lille, CECILLE

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals