Navigation – Plan du site
De l’éducation du prince à la critique du pouvoir : le jésuite Juan de Mariana (1536-1624) ou l’art de la composition

Les idées monétaires du père Juan de Mariana : un vecteur d’agitation sociale ?

Elena María García Guerra

Résumés

Pour étudier les altérations de la monnaie qu’a connues la Castille au XVIIe siècle, la première référence incontournable est celle du jésuite Juan de Mariana, l’auteur du célèbre De monetæ mutatione, imprimé en 1609. Son contenu valut à l’auteur d’être poursuivi par les autorités et un procès inquisitorial. L’accusation consistait à lui reprocher d’avoir attaqué, dans ce texte, la politique fiscale du roi et, partant, d’avoir porté atteinte à sa dignité. Dans cet article nous étudierons l’œuvre selon trois axes de lecture. En premier lieu Mariana interroge les attributions du roi dans le cadre du droit régalien exclusif de battre monnaie. Dans un second temps il nous indique les contradictions de la politique monétaire, mise en route particulièrement à partir de 1602, fondée sur d’incessantes fluctuations des monnaies fractionnaires. Enfin, dans un troisième temps sont proposées des solutions d’ordre moral et politique destinées à résoudre les lourdes difficultés économiques traversées par la Couronne depuis la fin du XVIe siècle, sans avoir à recourir aux modifications de la monnaie qui produisaient de graves inégalités sociales.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous tenons à préciser que cet article est la synthèse et la traduction en français de nos publications parues précédemment en Espagne. En particulier : Moneda y arbitrios. Consideraciones del siglo XVII, Madrid : Departamento de Publicaciones del Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2003, p. 27-46 et « La regalía de la acuñación de moneda según la tratadística castellana de los siglos XVI y XVII », in : Mario RIZZO, José Ruiz IBÁÑEZ et Gaetano SABATINI (éd.), Le forze del Principe. Recursos, instrumentos y límites en la práctica del poder soberano en los territorios de la Monarquía Hispánica, Universidad de Murcia, 2003, p. 99-135. Cette synthèse et son actualisation bibliographique ont été réalisées à la demande de Renaud Malavialle, coordinateur de ce dossier monographique. Qu’il soit remercié pour cette traduction destinée à promouvoir la connaissance de la pensée monétaire du père Juan de Mariana dans le monde académique francophone.

Texte intégral

  • 1 Voir les éditions actuelles de cette œuvre : Biblioteca de Autores Españoles, Madrid : Atlas, II, 1 (...)
  • 2 Lucas BeltrÁn, Introducción al “Tratado y discurso sobre la moneda de vellón” del Padre Mariana, Ma (...)
  • 3 Par sa projection sur une réalité immédiate, ce Discurso pouvait être considéré comme un vecteur d’ (...)
  • 4 Les idées économiques et sociales de Mariana sont difficiles à qualifier rigoureusement. Les critiq (...)
  • 5 Voir Diego Mateo del Peral, « El tratado De Monetæ Mutatione del padre Juan de Mariana », in : Alfo (...)

1Pour étudier les problématiques monétaires en Castille au cours du XVIIe siècle, le premier nom d’auteur de référence obligée est celui du jésuite Juan de Mariana. Son œuvre, le Tratado y discurso sobre la moneda de vellón que al presente se labra en Castilla y de algunos desórdenes y abusos, imprimé à Cologne en 1609, est l’une des plus importantes de la pensée castillane1. Les observations réalisées par Mariana dans ce traité conduisirent le duc de Lerme, qui se sentait attaqué personnellement en tant que premier ministre et favori du roi, à ordonner aux ambassadeurs espagnols de rechercher tous les exemplaires pour les détruire. L’Inquisition intenta en outre contre Mariana un procès qui le tint reclus pendant une année durant dans le couvent de Saint François à Madrid et l’obligea à apporter des corrections au texte s’il prétendait de publier à nouveau. Le jésuite fut toutefois libéré sans condamnation et retourna à Tolède2. Lors de ce procès, les implications sociales du traité pesèrent davantage3 que des observations monétaires issues au demeurant des idées générales de la Scolastique tardive4. Mariana fit face à un double procès, ecclésiastique et civil, où l’accusation plaida le crime de læsæ majestatis, pour avoir attaqué la politique fiscale du roi et fait offense à sa dignité5.

2Quel est donc le contenu de ce traité ? Quelles propositions les treize chapitres développent-ils ? Cette œuvre se prête à une analyse en trois temps : le questionnement des modalités du droit régalien d’altérer la monnaie sera tout d’abord examiné pour observer ensuite comment Mariana signale les contradictions de la politique monétaire, particulièrement à partir de 1602, afin de proposer enfin des solutions d’ordre moral et politique moins nocives pour l’économie du royaume et les finances de la Couronne.

Les pouvoirs publics et l’imposition fiscale

  • 6 Voir Juan I. Gutiérrez Nieto, « El sistema fiscal de la monarquía de Felipe IV », in : José M. JÓve (...)
  • 7 L’École de Salamanque a adopté le principe de la propriété privée comme un élément fondamental de s (...)
  • 8 Juan de Mariana, Tratado y discurso sobre la moneda de vellón, 2, Madrid : Atlas, 1950, p. 577-593. (...)
  • 9 Ibid., chap. II : « Que conforme derecho y justicia se deben hazer, que es tomar el beneplácito del (...)

3L’idée la plus significative et qui parcourt la pensée économique du père Juan de Mariana, c’est la théorie du consentement appliqué à la politique fiscale6. Mariana estime qu’il existe une relation directe entre le respect de la propriété privée7 et l’impôt, de sorte que le roi ne peut pas établir un tribut ou une contribution sans l’assentiment du royaume : « celui qui gouverne ne peut pas disposer des biens des particuliers ni se les approprier »8. Ou plus loin : « Qu’il faut agir selon le droit et la justice en sollicitant le consentement du peuple pour imposer dans le royaume de nouvelles contributions, tributs ou impôts »9. Si cette condition n’est pas remplie, le roi s’engage alors sur la voie de la tyrannie.

  • 10 Dans le processus doctrinal de consolidation du pouvoir souverain du roi, de son unicité et de son (...)
  • 11 « con tal que no la empeore de cómo antes corría ».

4En approfondissant ses réflexions sur les limitations du pouvoir monarchique en matière d’imposition. Mariana questionne les monopoles juridiques de la Couronne, les prérogatives royales telles l’imposition de taxes et contributions et celle de battre monnaie10. Ainsi le jésuite nous dira que le roi peut modifier la monnaie « à condition de ne pas dégrader son ancien cours »11. Et si ce n’est pas le cas :

  • 12 Mariana, ibid., chap. III : « la podrá abajar con dos condiciones, la una que sea por poco tiempo, (...)

Il pourra la dévaluer à deux conditions : la première, que ce soit pour peu de temps, le temps que durera l’urgente nécessité ; la seconde, qu’après cette période il compense les dommages causés aux intéressés12.

  • 13 On baisse la monnaie quand une valeur nominale très élevée est donnée à une monnaie par rapport à s (...)

5Ces circonstances se sont très rarement réalisées et de toutes façons, les modifications que le monarque souhaiterait apporter à la monnaie ou l’instauration de nouveaux impôts devront être approuvées par les représentants du peuple. Parce que lorsqu’on « baisse la monnaie »13, on donne « plus pour ce qui vaut moins », ce qui signifie que le pouvoir impose une contribution en tirant profit des biens des sujets.

  • 14 Selon les termes de canonista et de romanista utilisés par l’auteur de cet article.
  • 15 Le principe selon lequel l’essence et la valeur de l’argent trouvaient leur source dans le contenu (...)

6Du point de vue de la théorie du droit, à la fin du Moyen Âge deux doctrines prennent leur essor concernant les modifications monétaires : la « canoniste » et la « romaniste »14. La première considère que la monnaie doit en principe posséder une pleine valeur intrinsèque, mais que le prince souverain peut, si besoin, obtenir d’elle quelque bénéfice en séparant valeur intrinsèque et valeur nominale, ou par l’introduction d’une nouvelle monnaie, voire en modifiant certaines de ses caractéristiques. Mais dans tous les cas, il doit d’abord obtenir le consensus populi. La seconde, métalliste, admet que le prince peut et même doit, selon le principe de la bonitas intrinseca15, modifier la monnaie lorsque du fait des variations de la valeur du métal, cette nouvelle valeur doit être ajustée avec la valeur légale.

  • 16 Concernant le consentement populaire exigé par Mariana – ou par Alonso de Villadiego Vascuñana (160 (...)

7On pourrait dire qu’à la fin du Moyen Âge les deux courants autorisaient le prince à modifier la monnaie, mais seulement à titre exceptionnel et en aucun cas dans un intérêt personnel. Dans les deux cas, cette autorisation réclamait l’assentiment du peuple16.

  • 17 Mariana était un canoniste. Sur ce qui précède, voir Alberto Ullastres Calvo, « La teoría de la mut (...)

8À partir de l’époque où Mariana écrit, la doctrine penche pour la solution restrictive, considérant que si la modification a un caractère de politique monétaire, la décision peut alors être prise unilatéralement par le roi, mais que si la modification a une finalité fiscale, consulter vassaux et sujets est nécessaire au préalable17. Cependant, la montée de l’absolutisme politique au XVIIe siècle affirme le droit du prince à modifier la monnaie arbitrairement.

  • 18 Ce consentement du peuple que les auteurs rappellent tant, ne pouvait en réalité être accordé forme (...)
  • 19 MARIANA, chap. II : « [los procuradores] son gente de poco ajobo en todo y que van resueltos a cost (...)
  • 20 Dans la traduction espagnole du De monetæ mutatione, la formule est « según lo que conforme derecho (...)

9Cette idée renvoie au rôle des Cortes, l’organe qui devait incarner la limitation des pouvoirs du roi en matière d’imposition18. Conscient de la corruption qui règne dans les sessions des Cortes, tant les « les procuradores sont des gens peu scrupuleux qui n’hésitent pas à se remplir les poches sur le dos du peuple miséreux »19, Mariana défend cependant cette institution, non telle qu’elle fonctionne à cette époque, mais « comme il convient de procéder selon le droit et la justice »20.

10En définitive, dans ces chapitres, Mariana met en question la prérogative royale de battre monnaie et rappelle l’existence d’instances supérieures, comme la puissance divine, la loi morale ou naturelle et les lois fondamentales du royaume censées prévenir l’exercice abusif du pouvoir royal.

Polémiques théoriques et conséquences des manipulations : les économies bénéficiaient-elles d’une hausse des prix ou, au contraire, de la stabilité monétaire ?

  • 21 MARIANA, chap. IV : « el uno intrínseco natural, que será según la calidad del metal… y el segundo (...)
  • 22 Les diverses mesures monétaires adoptées au cours du XVIIe siècle étaient régulièrement contradicto (...)

11Un deuxième ensemble de chapitres du De monetæ mutatione est consacré à l’examen des maux produits par la politique inflationniste. Tout d’abord Mariana rappelle que la monnaie a deux valeurs, « l’une intrinsèque, naturelle, qui dépend de la qualité du métal… et une seconde, que l’on peut appeler légale ou extrinsèque, qui est celle que le prince lui attribue par la loi »21. Selon lui, ces valeurs doivent toujours être en adéquation pour éviter les déséquilibres, ce mal fondamental qui affecte la monnaie castillane22.

12Approfondissons la question de la doctrine des valeurs. Quand Mariana rédige son traité, la théorie des modifications monétaires s’est développée chez les partisans de la théorie de la bonitas intrinseca, déjà évoquée. Cependant les « métallistes » ne s’opposaient pas toujours aux mutations et les « nominalistes » ne la défendaient pas systématiquement.

  • 23 Selon cette loi, quand sur un territoire administré circulent en même temps deux sortes de monnaies (...)

13À grands traits, admettons que pour les nominalistes, la dévaluation n’a pas de répercussions économiques sensibles – d’où le fait que tous les quantitativistes soient métallistes, contrairement aux nominalistes –, et que d’un point de vue juridique, la satisfaction des obligations pécuniaires dût s’effectuer dans la monnaie qui avait cours au moment du paiement. Au contraire, pour un métalliste, la valeur d’une pièce de monnaie se fondait sur son contenu métallique et, de ce fait, la valeur « naturelle » et la valeur légale des monnaies devaient être équivalentes. Sur cette base théorique, Mariana est le premier à se rendre compte qu’en plus d’être préjudiciable, il est inutile de dissocier les deux valeurs, le marché finissant toujours par les ajuster. Les métallistes pouvaient parfois admettre la nécessité d’une intervention sur la monnaie pour maintenir l’équilibre entre les deux valeurs, un équilibre qui dans les systèmes bimétalliques disparaissait et dont le symptôme le plus visible est décrit par la loi de Gresham23.

  • 24 Voir la note 2.
  • 25 Mariana, chap. IV. Selon la version en castillan : « nadie quiere dar por la moneda más del valor i (...)
  • 26 Mariana, chap. V. Logiquement il n’entrevoit pas la fonction de crédit de la monnaie et n’envisage (...)

14Après un recensement des monnaies frappées au temps des Rois Catholiques et de Philippe II, le jésuite déplore que la monnaie de son temps (al presente), sans alliage d’argent à la différence de la calderilla, circule avec une valeur nominale très supérieure à sa valeur intrinsèque24. Il en résulte une hausse des prix des marchandises, parce que « personne n’accepte d’échanger contre de la monnaie plus que sa valeur intrinsèque »25. Par ailleurs, comme les poids, les mesures et les monnaies sont au fondement des contrats, ils doivent demeurer toujours fermes et stables pour éviter les préjudices sur l’activité commerciale. Mariana insiste ainsi clairement sur la fonction d’« monnaie de compte » qui demeura jusqu’au règne Isabel II au XIXe siècle26.

  • 27 Le terme couramment utilisé dans la monarchie hispanique et par Mariana est celui de Juifs et non d (...)
  • 28 À l’origine, le maravedí était une monnaie en or, battue par Alfonso VIII de Castille en 1172. Au X (...)
  • 29 Le texte complet de cette loi fondamentale dans la Nueva Recopilación figure au Livre V, Titre XXI. (...)

15Au chapitre VI, Mariana analyse les mesures prises par les juifs27, observe les changements opérés dans les numéraires romain, visigothique et médiéval, voire l’évolution du maravedí28 au XIIIe siècle. Il entend ainsi montrer que la réduction de la valeur intrinsèque de la monnaie pour faire face aux dettes publiques est un procédé très ancien. Cette pratique s’est intensifiée lors des conflits militaires qui requièrent des solutions d’urgence. Pour s’en tenir à la Castille médiévale, ce fut le cas de Ferdinand le Saint, d’Alphonse X le Sage, de Jean II et d’Henri IV, mais Pierre Ier, qui frappa pour la première fois les réaux d’argent, fit exception. Ces modifications de la monnaie à la baisse ont toujours entraîné des troubles et causé beaucoup de tort au peuple. Contre ces pratiques, Mariana vante au chapitre IV la politique d’assainissement monétaire des Rois. Ces observations élogieuses entendent démontrer que la monnaie espagnole de son temps est issue d’un numéraire assaini29.

  • 30 Mariana, ibid., chap. VII.

16Même s’il est opposé à la dévaluation, Mariana recueille les arguments d’autres théoriciens favorables à une baisse de la monnaie de billon et partisans d’une monnaie sans alliage d’argent, permettant de réaliser une grande économie de ce métal ainsi conservé à l’intérieur du royaume. Un royaume qui disposerait ainsi d’une grande quantité d’argent, utile au commerce. Enfin, pour ces théoriciens, cette mesure permettrait que les étrangers, peu attirés par notre monnaie, acquièrent des marchandises castillanes30.

  • 31 Ce procédé qui consiste à modifier la monnaie, en augmentant le nombre de monnaies sur le marché, a (...)
  • 32 MARIANA, chap. IX. Le terme utilisé, que nous traduisons par « contrat (à but) financier », est cel (...)
  • 33 Les juros sont les titres de la dette publique de cette époque, avec d’importantes différences mais (...)
  • 34 MARIANA, chap. IX : « antes se podrá decir que [el rey] tendrá más comodidad de plata para fuera [… (...)

17La polémique s’est ouverte en Castille au prétexte de cette politique improvisée de frappe massive de monnaie de billon et de la modification de sa valeur. Pour les uns, dont la pensée a le plus d’affinité avec celle de Mariana, l’abondance de monnaie de billon provoquera l’inflation31, l’abandon des activités productives, la coupure du commerce avec les Indes occidentales et orientales ; elle empêchera le roi de « conclure des contrats (à buts) financiers en dehors du royaume de Castille »32. Pour d’autres, ceux qui défendent les thèses les plus éloignées de la sienne, la quantité massive de monnaie de cuivre stimulera l’investissement et le crédit par sa disponibilité, le commerce avec les Amériques prendra un nouvel élan grâce aux produits espagnols exportés, et « on pourra au contraire dire que [le roi] aura plus de disponibilité d’argent pour l’extérieur […] parce que les contributions lui sont payées en monnaie d’argent et que Sa Majesté débourse les juros33, ses agents et ses ministres en billon, s’emparant donc de la monnaie d’argent, qui passe alors aux mains des étrangers »34. La polémique mérite une analyse approfondie. En ce qui concerne l’incidence des mutations sur l’afflux de métaux précieux ou sur la difficulté de leur extraction et, par conséquent, sur la hausse des prix au sein du royaume, Mariana reconnaît la nécessité d’une politique mercantiliste ; mais en cas d’incompatibilité avec la stabilité monétaire, son esprit conservateur accorde la préférence à cette dernière. Ce dont il s’agissait, c’était de savoir si à cette époque les économies bénéficiaient de la hausse des prix, comme le soutenaient les mercantilistes, ou si au contraire il convenait de défendre la stabilité monétaire prônée par les pourfendeurs des politiques de dévaluation.

  • 35 A. Ullastres Calvo, art. cit., p. 452-454.

18Dans le cas espagnol, il semble clair que tel était le cas. En premier lieu parce que la hausse des prix renforcée par l’accroissement du volume de monnaie en circulation dû aux arrivées de métaux précieux requerrait plutôt d’être modérée qu’encouragée, selon le mécanisme décrit par la théorie quantitative de la monnaie. En second lieu, comme cette modification avait une finalité fiscale, l’une des pires instabilités qu’elle provoquait était celle du trésor public. La possibilité même de recourir à ce procédé donnait prétexte au désordre fiscal et financier. Ainsi Mariana affrontait ce dilemme : choisir entre la politique mercantiliste qui le séduisait, et la stabilité monétaire. Il se décide pour cette dernière mais moins par conviction théorique que par intuition pratique35.

19Quant à l’incidence des modifications sur le crédit et sur la production, ses partisans, observant les changements que le billon subissait, soutenaient que la quantité qui circulait dans le royaume augmenterait, parce qu’il était plus transportable et distribuable, et parce qu’il ne rapportait aucun profit. Cette augmentation faciliterait alors les prêts qui jusqu’alors n’étaient guère accessibles. Les partisans de la mutation avançaient que l’augmentation de l’offre de prêts favoriserait une baisse des intérêts, et que l’accès au crédit facilité produirait des effets très positifs sur l’industrie et la production.

  • 36 Selon Ullastres signalons cependant que nous avons affaire à deux points de vue qui ne sont pas str (...)

20Les pourfendeurs de l’altération défendaient la thèse opposée : la monnaie dégradée écarterait les sujets du royaume des activités productives, quoique dans son texte Mariana ne mentionne que l’abandon du travail de la terre. L’explication du lien de causalité n’apparaît pas. Ce qui en revanche semble clair, c’est que face à ces deux courants le jésuite n’adopte pas de position ferme. Malgré son refus de la modification, il ne considère pas que l’argument de ces derniers ait suffisamment de force dans ce domaine pour le retenir sans réserve36.

  • 37 Pour une définition synthétique de ces taxes voir Annie MOLINNIÉ-BERTRAND, Vocabulaire historique d (...)

21Venons-en aux répercussions sur le commerce en général et sur le commerce extérieur en particulier. Pour le premier, les dommages dérivés de la modification consisteraient, fondamentalement, en une baisse du nombre d’échanges qui occasionnerait l’appauvrissement du royaume et une diminution des recettes des Finances royales (Hacienda Real) dont les alcabalas et les almojarifazgos sont un des piliers37.

22Néanmoins Mariana traite majoritairement du commerce extérieur. Un point d’accord entre les mercantilistes et les mutacionistas est que les altérations monétaires doivent augmenter les exportations, améliorer la balance des paiements, augmenter les quantités de métal précieux disponible et développer l’emploi et la production.

23Plus concrètement, les nouvelles frappes de monnaie de cuivre, favorisant la production, ôteraient toute nécessité aux importations de marchandises massives effectuées alors par les étrangers, qui, à leur tour, n’auraient plus autant intérêt à vendre chez nous. Ils ne voudront pas recevoir en paiement de leurs importations une monnaie si dépréciée et ils l’utiliseront par conséquent pour acheter nos produits au sein du royaume. Au passage, la monnaie d’argent restera et les échanges avec les Indes ne seront pas interrompus. Comme annuellement l’argent parvient aux transporteurs, ils pourront acquérir grâce à lui ce qu’ils auront besoin d’envoyer là-bas en provenance du dehors de Castilla.

24Les opposants à la modification des caractéristiques intrinsèques de la monnaie sont d’accord sur le fait qu’avec les changements de valeur et les nouvelles frappes de monnaie, le commerce avec les autres nations, fondé sur la qualité de notre monnaie, s’en trouvera moins encouragé, ce qui, plutôt qu’un bienfait constitue un préjudice, puisque le commerce avec l’Amérique chutera, basé qu’il est sur les envois de marchandises étrangères réalisés depuis la Castille. Ainsi donc, les deux factions coïncident sur l’idée que la baisse de la valeur de la monnaie de cuivre et l’augmentation de sa masse en circulation rendent difficiles les importations, mais ils divergent sur l’appréciation de cette conséquence.

  • 38 Pour notre part, signalons que le trésor public ne recevait pas toujours la contribution fiscale en (...)

25On pourrait dire que sur ce point, Mariana était plus proche des mutacionistas, en raison de leurs arguments de type mercantiliste. Le jésuite ne voyait pas d’un mauvais œil la diminution des importations, de la sortie de la monnaie, qui se traduiraient par une réduction de la consommation d’articles de luxe étrangers au demeurant préjudiciables moralement. Cependant, il y a un autre point de désaccord, chez Mariana, avec la théorie mutacionista. Même si les transporteurs continuent faire frapper leur argent et si le roi peut toujours disposer de métal blanc pour payer les asientos38, l’argent à l’intérieur n’abondera pas puisqu’il sera retiré de la circulation, précisément, de par l’abondance de monnaie de cuivre et la thésaurisation de la bonne monnaie qu’elle occasionne. En d’autres termes, le métal précieux qui entre dans la Péninsule en échange des marchandises envoyées en Amérique ne sert pas à battre monnaie ici ou, tout au moins, ne circule pas. Une partie revient aux Finances royales, qui l’utilisent pour des paiements à l’étranger, et le reste est thésaurisé ou employé à des fins industrielles.

  • 39 J. I. Gutiérrez Nieto, « El sistema fiscal de la monarquía de Felipe IV ».

26Mais il existe d’autres inconvénients, nombreux, qui dérivent de cette politique inflationniste et que Mariana signale dans un second ensemble de chapitres, des pages d’un incalculable intérêt. D’un côté, il distingue les plus lourdes de conséquences et les moins graves, relativement39. Commençons par ces dernières :

    • 40 « Mariana lo señala: con falsificación, ¿ cómo va a prosperar un país ? », J. Velarde Fuertes, art. (...)

    La facilité de la falsification de cette monnaie de cuivre, massive, frappée sans alliage d’argent, une activité frauduleuse mais très pratiquée en raison des profits qu’elle rapporte40.

    • 41 Mariana estime qu’il faut éviter l’accumulation de propriétés dans quelques mains, mais l’accaparem (...)

    L’impossibilité de thésauriser pour réaliser des œuvres pies41.

  • La difficulté d’épargner.

  • Le renchérissement du transport de cette monnaie.

  • La hausse, à l’étranger, des prix du cuivre en raison de la forte demande espagnole.

  • 42 Toutes les citations sont désormais extraites de ce chapitre 

27Quelles sont les conséquences les plus graves, les « inconvenientes mayores » décrits par Mariana au chapitre X ?42

  • Fabriquer cette monnaie de mauvaise qualité dans de telles proportions est contraire aux lois du royaume.

  • le cuivre ne peut être utilisé que pour de petits achats.

    • 43 Une refrappe consiste par exemple pour le roi à ordonner que la valeur nominale des monnaies de 2 m (...)

    le refrappage des monnaies frustre les droits de leurs possesseurs parce qu’il « reste à celui qui en a le tiers de la valeur voire moins, et le roi engrange les deux autres »43.

    • 44 Nous adaptons en français à partir de la version castillane : « no es lícito en moneda baja de ley (...)

    la conséquence, de surcroît, est que des procès seront intentés au motif qu’il « n’est pas licite de régler les dettes contractées lorsque la monnaie avait de la valeur avec celle qui en a moins »44.

  • les marchandises verront leur prix augmenter dans la même proportion que la monnaie est dévaluée.

  • en conséquence la cherté, la hausse de la prime de la monnaie d’argent sur celle de cuivre, la contraction du commerce et, en définitive, l’appauvrissement, se généraliseront.

  • 45 « Con lo que de repente y sin pensarlo, el que en esta moneda tenía 300 ducados se hallará con cien (...)

28Face à un aussi sombre panorama, le roi n’aura pas d’autre solution que de décréter une déflation pour contrecarrer les conséquences d’une inflation provoquée par la monnaie de billon ; il devra ainsi baisser la valeur nominale de cette monnaie. Le résultat sera que « soudainement et à son insu, celui qui possédait 300 ducats de cette monnaie se retrouvera avec cent ou cent cinquante, et tout le reste dans la même proportion »45.
Une septième conséquence est la suivante :

  • 46 « […] el rey se empobrecerá y sus rentas bajarán notablemente porque si la gente empobrece, si el c (...)

« […] le roi s’appauvrira et ses rentes baisseront notablement car si les gens d’appauvrissent, si le commerce fait défaut, ils ne pourront pas rétribuer le roi au titre de rentes qui seront affermées à bas prix »46.

  • 47 « el odio común en que forzosamente incurrirá el príncipe por esta causa ».

29Le pire inconvénient de tous sera cependant « la haine générale que connaîtra le prince pour ce motif »47. De la haine, mais aussi la perte de confiance dans sa parole chaque fois qu’il s’engagera en vain à ne plus modifier la monnaie pour retomber dans l’ornière peu de temps après. Malgré cet avertissement, c’est ainsi qu’agirent Philippe III et Philippe IV. Malgré les promesses réitérées par les rois, dans les pragmatiques qui les proclamaient, que cette sorte de résolution était adoptée pour la dernière fois, les mesures de altération de la monnaie se succèderont.

30Ainsi acculés par les difficultés financières et les urgences de la guerre, les rois castillans n’ont pas non plus tenu compte d’un des principes ou l’une des maximes les plus diffusées de la pensée politique espagnole du XVIIe siècle au sujet de la raison d’État : le devoir de fidélité à la parole donnée.

  • 48 Mariana attaquait fréquemment les rois et les nobles qu’il considérait comme des rivaux de l’Église (...)

31Le chapitre X est décisif ; il recèle une analyse impeccable de la situation économique. Nous souhaiterions aussi souligner la grande importance que Mariana accorde au fait que tout ce qu’il analyse a déjà été maintes fois éprouvé. Le jésuite ne formule pas des conséquences « possibles », il ne se livre pas à des conjectures mais rapporte une réalité concrète qui se prolongera dans le temps faute de solution. C’est pourquoi la critique la plus dure est dirigée contre les gouvernants de son temps qui, malgré les avertissements, persévèrent dans les mêmes pratiques erronées48.

Les monnaies précieuses comme garantie de la stabilité et les solutions alternatives aux manipulations monétaires. Un utopique programme d’austérité et de moralité publique

32Dans les chapitres précédents, Mariana avait centré son analyse sur la monnaie de cuivre et sur ses manipulations, dans les chapitres XI et XII il se consacre aux monnaies d’or et d’argent pour proposer, en conclusion de son œuvre, les remèdes dont le royaume a besoin et qui évitent les dévaluations monétaires.

  • 49 MARIANA, chap. XI.

33Pour Mariana, parce que la monnaie d’argent est le nerf des contrats, tous les inconvénients qui résultent de la baisse de la monnaie de cuivre se multiplieraient si l’on en faisait autant avec la monnaie d’argent. C’est précisément la stabilité de la valeur de l’argent qui a évité le chaos total, l’effondrement général et « sans solution »49.

34L’opinion de Mariana n’est cependant unanime. De nombreux mémorialistes contemporains du jésuite proposeront une modification de la valeur de la monnaie d’argent comme solution à la mauvaise situation économique traversée par la Castille. Des changements qui pourraient s’effectuer selon l’une de ces trois méthodes exposées par l’auteur :

  • en augmentant sa valeur légale, autrement dit, chaque réal vaudra 34 maravedís ; ce pourrait être 40, 50 ou 60 maravedís, selon ce qui sera stipulé et sans modifier la valeur nominale.

  • en diminuant le poids, par la frappe, pour chaque marc (ou patron pondéral de 230 grammes utilisé dans les hôtels de la monnaie), au lieu des 65 pièces établies officiellement jusqu’alors, de 80 ou 100 et en maintenant la valeur nominale de 34 maravedís.

  • en diminuant son aloi, c’est-à-dire en ajoutant davantage de cuivre pour chaque marc d’argent sans modifier sa valeur nominale de 34 maravedís.

  • 50 Ibid., chap. XI. Mariana laisse transparaître ici sa conception monétaire métalliste.

35Aucun des arguments en faveur de la dévaluation prônés par ses partisans, comme l’avantage supposé d’éviter la sortie de monnaie d’argent hors de la Castille, comme le fait d’assister le roi en cas de besoin ou encore comme l’idée que la demande de cuivre auprès des pays étranger diminuerait ne parvient à convaincre le jésuite qu’il faut altérer la valeur, ou, pis encore, l’aloi des monnaies d’argent. De surcroît, si l’aloi des pièces d’argent baissait, il faudrait à son tour réduire celui de l’or et par conséquent « toutes les marchandises se renchériraient dans la même proportion que la monnaie d’argent serait dépréciée »50.

36Par ailleurs, en dévaluant la monnaie d’argent, les rentes diminueraient et, par conséquent, toute la société serait perdante puisqu’en son sein chacun est à la fois créancier et débiteur.

37Mariana observe que la monnaie d’argent ne sort pas de la Castille uniquement parce qu’elle a une valeur supérieure à celle des autres monnaies européennes, mais en raison des besoins en marchandises étrangères et des inévitables remboursements que les Habsbourg devaient honorer auprès des banquiers et asentistas qui finançaient leurs entreprises guerrières.

  • 51 Au contraire des crises actuelles qui procèdent en partie d’une surproduction par rapport à la dema (...)

38C’est ici que le jésuite met le doigt sur la plaie et manifeste sa lucidité sur les problèmes structuraux dont souffre l’économie castillane de l’époque. Le principal était que la production ne pouvait pas répondre aux besoins de la demande. Ce qui obligeait à faire appel aux marchés extérieurs pour les satisfaire51.

  • 52 En fin de compte, l’existence de monnaies d’argent en circulation maintiendrait stable le niveau de (...)

39Même si à cette époque aucune décision n’avait été prise concernant la variation des caractéristiques de la monnaie d’argent, les premières frappes massives de monnaie de cuivre des premières années du XVIIe siècle avaient déjà conduit à fixer la prime de la monnaie d’argent sur celle fractionnaire à 10%. En poursuivant dans cette voie, Mariana prévoit que la situation de l’argent ainsi que le niveau des prix ne pourront pas se maintenir52.

  • 53 MARIANA, chap. XII.

40En ce qui concerne l’or, comme il était peu frappé et ne circulait guère, Mariana estime que les modifications n’impliquent pas de préjudices importants53.

41Enfin, quelles sont les solutions destinées à améliorer la situation du royaume sans recourir à des formules extravagantes telles que celles que nous analysons ? Mariana propose les suivantes :

  • réduire les dépenses de la Maison royale.

  • que le roi limite les bénéfices concédés.

  • que le roi évite les entreprises et les guerres sans nécessité.

  • que la gestion des différentes charges publiques soit contrôlée, au moyen des visites afin que leur titulaire ne s’enrichissent pas aux dépens des pauvres ou par le maniement des rentes publiques qui devraient être mieux administrées.

  • imposer des charges sur l’importation de produits de luxe.

42A l’heure de tenter une évaluation de ces propositions, qui donnent forme à un programme utopique d’austérité et de moralité publiques, précisons que la première, la seconde et la cinquième sont les moins importantes ; les bénéfices ou les avantages obtenus si elles étaient mises en pratique seraient faibles. Le problème n’est pas là, à notre sens.

43En revanche les troisième et quatrième points sont les plus impératifs et radicaux. Mariana plaide pour que les guerres extérieures qui saignent le royaume prennent fin et que l’on s’applique à conserver les possessions acquises, une idée qui gagnait depuis quelques années du terrain dans la conscience des Castillans.

44En finir de même avec les parentèles corrompues dans l’administration centrale et municipale, un mal endémique de l’Ancien Régime qui provoquait, entre autres, le détournement d’une partie de recouvrement des impôts qui échappait au trésor royal pour finir en chemin entre d’autres mains.

45Rien mieux ne résume mieux sa démarche que les mots de Mariana lui-même à la fin de son traité :

  • 54 Mariana, chap. XIII : « […] esto es lo que yo entiendo, así en este punto como en todos los demás q (...)

Voilà ce que je comprends de la situation, sur ce point précis comme sur tous les autres abordés dans ce texte, et en particulier au sujet du principal : cette nouvelle mesure (arbitrio), la monnaie de billon, réalisée sans le consentement du royaume, est illicite et mauvaise ; et avec son consentement, elle demeure erronée et préjudiciable à bien des égards. Si je suis dans le vrai grâce en soit rendue à Dieu ; si mon bon zèle m’abuse, il mérite pardon, car d’après ce que je sais des événements du passé, je crains que nous prenions le risque de graves maux, qui ne peuvent être soulagés qu’à grand peine54.

  • 55 Comme l’affirme D. Mateo del Peral, op. cit. , p. 390 : « Nadie se atrevió, después de él, a pronun (...)
  • 56 Ce texte et les nombreux autres qui verront le jour tout au long du XVIIe siècle, sous la plume de (...)

46On ne saurait mieux dire son opinion55. Les pages de ce traité ont été écrites sur un ton avertissement, voire menaçant et si elles lui valurent des poursuites, c’est parce que Mariana y dénonçait courageusement les fraudes qui découlaient des manipulations de la monnaie. En d’autres termes, écrire sur ces pratiques irrégulières de la Couronne consistait à dévoiler leur finalité fiscale. En fin de compte, dans ce texte où abondent les formules d’opposition politique et de dénonciation sociale sont ébauchées, ou parfois développées, les principales idées et les arguments les plus fondamentaux au sujet des manipulations monétaires que d’autres mémorialistes reprendront, commenteront ou développeront tout au long du XVIIe siècle56.

Haut de page

Notes

1 Voir les éditions actuelles de cette œuvre : Biblioteca de Autores Españoles, Madrid : Atlas, II, 1950, p. 577-599 ; Madrid : Instituto de Estudios Fiscales, 1987 ; Barcelona, Ediciones Deusto, 2017. Techniquement, on nomme monnaie de billon celle issue de la fabrication comportant cuivre et une certaine proportion d’argent par alliage. En Castille cette monnaie – connue aussi comme calderilla, un terme que le dictionnaire d’Oudin ne traduit pas –, a été frappée jusqu’en 1602, année de l’élimination définitive par décret de l’alliage d’argent. Désormais, excepté durant la brève expérience de 1660, la petite monnaie ne comportera plus que du cuivre. Cependant, le terme vellón ou billon est utilisé de façon générique pour faire référence à la monnaie fractionnaire.

2 Lucas BeltrÁn, Introducción al “Tratado y discurso sobre la moneda de vellón” del Padre Mariana, Madrid: Instituto de Estudios Fiscales, 1987.

3 Par sa projection sur une réalité immédiate, ce Discurso pouvait être considéré comme un vecteur d’agitation sociale. Le texte dénonce les conséquences plus graves des modifications monétaires pour les secteurs sociaux les moins aisés, alors que les puissants pouvaient y faire face sans trop de complications.

4 Les idées économiques et sociales de Mariana sont difficiles à qualifier rigoureusement. Les critiques l’ont d’ailleurs très différemment caractérisé : un partisan de la théocratie (Pi y Margall), un collectiviste agraire (Joaquín Costa), un agitateur en faveur des pauvres (Mateo del Peral), un économiste libéral (Lucas Beltrán). On peut lire un rejet de ces théories chez Cipriano SAÍZ ESTIVARIZ, « Doctrinas económicas del P. Juan de Mariana », Boletín de Estudios Económicos, 10 (35), mai 1955, p. 37-43. Les critiques ont décrit ce traité en termes élogieux. C’est le cas de José I. García de Paso dans « La economía monetaria del Padre Juan de Mariana », Moneda y Crédito, (209), 1999, p. 13-44. Le jésuite est qualifié par cet auteur d’economista de elevada categoría. L’œuvre de Mariana ne doit pas pour autant être considérée comme un évangile monétaire qui inviterait à fermer les yeux sur les contradictions qu’il recèle. C’est à cette lucidité que nous incite Jaime Lluis y Navas-Brusi, dans : « Los estudios monetarios del Padre Mariana », Caesaraugusta, (15-16), 1960, p. 149-184. Voir aussi Velarde Fuertes « La economía y el Estado en Juan de Mariana », Torre de los Lujanes, 65, décembre 2009, p. 12 (nous traduisons) : « Pour comprendre Juan de Mariana, il faut tout d’abord prendre en compte cette question : comment surgit un changement radical dans la conjoncture de l’économie espagnole. Il survient précisément lors de la transition du XVIe au XVIIe siècle et il affecte tout. Le XVIe siècle avait été celui d’une extraordinaire expansion du capitalisme, et en même temps celui du développement de l’activité économique de l’Espagne […]. Tout s’arrête en 1600 […]. Mariana intervient précisément dans ce cadre chronologique. […] Mariana était imprégné de l’esprit de l’École de Salamanque mais il devait l’appliquer à d’autres problématiques, radicalement différentes de celles vieilles d’un siècle ».

5 Voir Diego Mateo del Peral, « El tratado De Monetæ Mutatione del padre Juan de Mariana », in : Alfonso Otazu (éd.), Dinero y crédito (Siglos XVI al XIX), Madrid : Moneda y crédito, 1978, p. 381-390.

6 Voir Juan I. Gutiérrez Nieto, « El sistema fiscal de la monarquía de Felipe IV », in : José M. JÓver Zamora (dir.), Historia de España de Menéndez Pidal, 25, Madrid : Espasa-Calpe, 1982, p. 257-330.

7 L’École de Salamanque a adopté le principe de la propriété privée comme un élément fondamental de sa théorie fiscale. La croyance à la liberté intrinsèque de l’individu impliquait le droit de chacun à une propriété exclusive. Il ne s’agissait pas, cependant, d’un droit inconditionnel. Comme la propriété privée était considérée comme une construction sociale, cette école estimait qu’elle était sujette à des limitations sociales, et que l’une d’elles était la contribution. Elle reconnaissait aux rois le droit d’imposition à condition que son exercice réponde aux finalités de l’État pour satisfaire au bien public. Néanmoins, parmi les membres de cette École, un des points de controverse fut précisément celui-ci : si le consentement du peuple aux contributions était ou non nécessaire et, s’il ne l’était pas, dans quelles circonstances l’on pouvait effectivement s’en passer. La tendance dominante était constitutionaliste ou républicaine. L’École de Salamanque légua ces divisions au XVIIe siècle et elles se retrouvent encore aujourd’hui dans les essais politiques et économiques. Charles C. JAGO, « Tributos y cultura política en Castilla, 1590-1650 », in : Richard Kagan et Geoffrey PARKER (éd.), España, Europa y el mundo atlántico. Homenaje a John Elliott, Madrid : Marcial Pons Historia-Junta de Castilla y León, 2001, p. 93-95.

8 Juan de Mariana, Tratado y discurso sobre la moneda de vellón, 2, Madrid : Atlas, 1950, p. 577-593. Chap. I : « Ni el que gobierna puede disponer de las haciendas de los particulares ni apoderarse de ellas ».

9 Ibid., chap. II : « Que conforme derecho y justicia se deben hazer, que es tomar el beneplácito del pueblo para imponer en el reino nuevos tributos y pechos ».

10 Dans le processus doctrinal de consolidation du pouvoir souverain du roi, de son unicité et de son indivisibilité, on perçoit pleinement son importance à propos des iura regalia ou doctrina de las regalías ; ou selon les termes de Bodin, à propos des véritables signes et marques de la souveraineté du Prince, « incessibles, inaliénables et imprescriptibles ». Voir Francisco TomÁs y Valiente, « El gobierno de la Monarquía y la administración de los reinos en la España del siglo XVII », in : José M. JÓver Zamora (dir.), Historia de España de Menéndez Pidal, 25, Madrid : Espasa-Calpe, 1990, p. 88-106.

11 « con tal que no la empeore de cómo antes corría ».

12 Mariana, ibid., chap. III : « la podrá abajar con dos condiciones, la una que sea por poco tiempo, cuanto durare el aprieto, la segunda, que pasado tal aprieto, restituya los daños a los interesados ».

13 On baisse la monnaie quand une valeur nominale très élevée est donnée à une monnaie par rapport à sa valeur extrinsèque ou quand la quantité de métal noble incluse dans sa fabrication est diminuée.

14 Selon les termes de canonista et de romanista utilisés par l’auteur de cet article.

15 Le principe selon lequel l’essence et la valeur de l’argent trouvaient leur source dans le contenu métallique de la monnaie était opposé à celui de valor impositus, défendu par les nominalistes, selon lequel la monnaie recevait sa valeur de la loi.

16 Concernant le consentement populaire exigé par Mariana – ou par Alonso de Villadiego Vascuñana (1600) –, lorsque le roi souhaite procéder à une modification des monnaies, certains auteurs ne partageaient pas alors son point de vue. Par exemple, le licencié Alonso de Carranza estime, en 1629, que le monarque pouvait se passer de ce consentement quand il y avait de justes raisons de modifier les caractéristiques des monnaies, alors que Juan Márquez (1664) ou Diego de Saavedra Fajardo (1655) considèrent que le prince doit tenir compte de la valeur que le peuple accorde aux monnaies avant de les modifier, sans pour autant être tenu d’attendre son consentement. Voir E. M. GarcÍa Guerra, « La regalía de la acuñación de moneda según la tratadística castellana de los siglos XVI y XVII », p. 107-111.

17 Mariana était un canoniste. Sur ce qui précède, voir Alberto Ullastres Calvo, « La teoría de la mutación monetaria del Padre Juan de Mariana », Anales de Economía, 5, 1945, p. 438-442.

18 Ce consentement du peuple que les auteurs rappellent tant, ne pouvait en réalité être accordé formellement au roi que par les assemblées représentatives de l’époque, les Parlements ou les Cortes, qui ne représentaient absolument pas la volonté générale. L’aval que le roi sollicitait lors de ces réunions était totalement médiatisé par les intérêts des oligarchies.

19 MARIANA, chap. II : « [los procuradores] son gente de poco ajobo en todo y que van resueltos a costa del pueblo miserable a henchir sus bolsas ».

20 Dans la traduction espagnole du De monetæ mutatione, la formule est « según lo que conforme derecho y justicia se deba hacer ».

21 MARIANA, chap. IV : « el uno intrínseco natural, que será según la calidad del metal… y el segundo valor que se puede llamar legal y extrínseco, que es el que el Príncipe le pone por su ley ».

22 Les diverses mesures monétaires adoptées au cours du XVIIe siècle étaient régulièrement contradictoires entre elles. À ce sujet, voir Javier de Santiago FernÁndez, La moneda castellana del siglo XVII: Corpus legislativo, Madrid : Editorial Complutense, 2008. Pour une étude sur leur incidence dans la vie économique castillane, voir E. M. GarcÍa Guerra, « Monetary Manipulation and Economic Growth. Two Incompatible Terms in Early Modern Castile », in : Giuseppe De Luca et Gaetano Sabatini (éd.), Growing in the Shadow of an Empire. How Spanish Colonialism Affected Economic Development in Europe and in the World (XVIth-XVIIIth cc), Milan : FrancoAngeli Editore, 2012, p. 115-135.

23 Selon cette loi, quand sur un territoire administré circulent en même temps deux sortes de monnaies ua cours légal, quand l’une des deux est publiquement ou notoirement considérée comme bonne et l’autre mauvaise, la seconde expulse la première du marché. Quand il est en effet obligatoire d’accepter une monnaie pour sa valeur nominale et que le taux e change est fixé par la loi, les consommateurs préfèrent épargner la bonne et éviter de l’utiliser comme moyen de paiement. Voir A. Ullastres Calvo, art. cit., p. 277-279.

24 Voir la note 2.

25 Mariana, chap. IV. Selon la version en castillan : « nadie quiere dar por la moneda más del valor intrínseco que tiene ». En préconisant une harmonisation entre les valeurs intrinsèques et extrinsèques de chaque monnaie, le jésuite plaide évidemment pour la stabilité des prix. Voir Jose I. GarcÍa de Paso, art. cit., p. 36.

26 Mariana, chap. V. Logiquement il n’entrevoit pas la fonction de crédit de la monnaie et n’envisage pas la possibilité d’une monnaie fiduciaire. À cette époque, ce concept de monnaie sans valeur intrinsèque n’était pas courant.

27 Le terme couramment utilisé dans la monarchie hispanique et par Mariana est celui de Juifs et non d’Hébreux.

28 À l’origine, le maravedí était une monnaie en or, battue par Alfonso VIII de Castille en 1172. Au XIIIe siècle, le maravedí fut converti en monnaie d’argent et à partir des Rois Catholiques jusqu’à Isabelle II demeura l’unité de référence pour les monnaies de cuivre.

29 Le texte complet de cette loi fondamentale dans la Nueva Recopilación figure au Livre V, Titre XXI. Cette loi a institué le ducat, à l’image des monnaies d’or de moindre poids et compétitives, qui avaient cours dans les autres royaumes européens ou péninsulaires. En Castille elles seront frappées avec un aloi de 23,75 carats et une valeur de 375 mrs. Le ducat a été démonétisé en 1543 et il est demeuré une monnaie de compte à la valeur indiquée. En ce qui concerne l’argent, la monnaie de base du système jusqu’au XIXe siècle, il fut accueilli par le réal. Une valeur de 34 maravedís lui fut attribuée, une taille de 67 pièces pour chaque marc, un aloi de 11 dineros (pour un maximum de 12) et 4 granos. Différentes monnaies d’une valeur multiple furent ensuite frappées, tels les réaux « de a ocho », la monnaie par excellence dans l’Europe et le monde modernes qui fournit les liquidités nécessaire pour faire fonctionner le système des échanges internationaux. Quant à la monnaie fractionnaire ou blanca, la pragmatique précisait que son aloi serait de sept grammes d’argent pour chaque marc de cuivre. Comme Charles Quint en 1552, Philippe II en 1566 et en 1599 fit progressivement réduire cette quantité d’argent alliée à chaque marc de cuivre, jusqu’à ce qu’en 1602 Philippe III décrétât son élimination définitive.

30 Mariana, ibid., chap. VII.

31 Ce procédé qui consiste à modifier la monnaie, en augmentant le nombre de monnaies sur le marché, augmente l’offre monétaire. Quand il y a plus d’argent, les prix montent automatiquement et c’est l’inflation. Selon J. Velarde Fuertes, art. cit., p.16-17, « Esta inflación grave lo que origina es – y Mariana se da cuenta perfectamente de qué fenómeno se trata – un impuesto que grava a todas las personas que tienen rentas que no crecen a la velocidad de la inflación, precisamente por la contratación de asientos ».

32 MARIANA, chap. IX. Le terme utilisé, que nous traduisons par « contrat (à but) financier », est celui d’asiento : « hacer sus asientos fuera del reino ». La définition donnée par Anne DUBET est éclairante : un asiento est un contrat entre une autorité publique (la monarchie ou une ville) et un individu ou un groupe. Il peut s’agir de la cession pour une durée déterminée de la « perception ou de l’emploi d’une recette fiscale ou l’exploitation d’une ressource économique » (Anne DUBET, Réformer les finances espagnoles au Siècle d’Or. Le projet de Valle de la Cerda, Clermont-Ferrand : Presses Universitaires Blaise Pascal, 2000, p. 47, note 28). On parle donc aussi d’asiento dans le cadre de l’exploitation des Indes occidentales ou orientales, des mines, du tabac, etc. (voir Pierre VILAR, Or et monnaie dans l’histoire, Paris : Science Flammarion, 1974). Le terme peut encore renvoyer aux contrats conclus entre la monarchie et les villes qui s’acquitteront du servicio (« impôt » ou « don » exceptionnel) négocié lors des réunions des Cortes (voir Antonio DOMÍNGUEZ ORTIZ, Política y hacienda de Felipe IV, Madrid : 1960). En espagnol, voir aussi E. M. GARCÍA GUERRA, « Banca y crédito en España en los siglos XVI-XVIII », in : Historia de España XIV. Historia moderna. La economía en la España moderna, Madrid : Istmo, p. 241-289.

33 Les juros sont les titres de la dette publique de cette époque, avec d’importantes différences mais les intérêts que les juros accordaient à leurs propriétaires étaient perçus sur les rendements d’une rente fiscale concrète et non sur l’ensemble des recettes de l’État monarchique. Ce que Mariana dénonce ici c’est que même si le contrat stipulait que le titulaire du juro devait percevoir les intérêts en monnaie d’argent, il était très fréquent qu’il les reçoive en monnaie de cuivre.

34 MARIANA, chap. IX : « antes se podrá decir que [el rey] tendrá más comodidad de plata para fuera […] La causa porque al rey pagan sus rentas en plata y Su Magestad paga juros, criados y ministros en vellón, con que se apodera de la plata, y de allí pasa al extranjero ».

35 A. Ullastres Calvo, art. cit., p. 452-454.

36 Selon Ullastres signalons cependant que nous avons affaire à deux points de vue qui ne sont pas strictement comparables. Les mutationistas misent sur l’augmentation de la quantité de monnaie et, en revanche, leurs contradicteurs s’attachent à sa dégradation ou à sa perte de valeur.

37 Pour une définition synthétique de ces taxes voir Annie MOLINNIÉ-BERTRAND, Vocabulaire historique de l’Espagne classique, Paris : Nathan, Collection 128, 1997. Dans L’Espagne classique, 1474-1814, Paris : Hachette, 2006 (La fiscalité dans la couronne de Castille. Les revenus ordinaires), Raphaël Carrasco explique que les almojarifazgos étaient des douanes maritimes qui représentaient d’importantes recettes pour la Couronne, en particulier dès 1566, quand les taux furent relevés à l’occasion de leur réorganisation. L’historien hispaniste rappelle que « perçues à Séville et à Cadix, et il en existait de deux sortes : l’amojarifazgo mayor de Séville qui concentrait les revenus des taxes grevant les importations et les exportations des ports andalous, à l’exclusion du commerce avec l’Amérique, lequel relevait depuis 1543 de l’autre douane maritime, l’almojarifazgo des Indes. Les ducs d’Arcos et de Medina Sidonia percevaient l’almojarifazgo correspondant aux ports situés dans leur seigneurie ». Les alcabalas étaient un impôt municipal au Moyen Âge, royal au XVe siècle. Elles « grèvent toutes les transactions commerciales et les transmissions de biens […]. Son taux théorique était fixé à 10% du montant de la transaction, somme acquittée pour moitié par l’acquéreur et par le vendeur, mais il fut généralement inférieur ». Seul le clergé en était exempté du moment qu’il ne s’agissait pas d’opérations à but lucratif. Dans les faits, il y avait d’autres exemptions, comme villes ou marchés francs […]. En 1495, le pape Alexandre VI céda à la Couronne à titre perpétuel le recouvrement des deux neuvièmes des dîmes ecclésiastiques : les tercias reales. Elles furent intégrées aux alcabalas et affermées avec elles. Alcabalas et tercias constituaient le revenu le plus important du Trésor ». Sur ces questions à la fin du XVIe siècle, les travaux de Modesto Ulloa font autorité. Voir La hacienda real de Castilla en el reinado de Felipe II, Rome : Sforzini, 1963, p. 157-184 pour les almojarifazgos et p. 105-136 pour les alcabalas (et tercias). Voir aussi Gisela MORAZZANI-PÉREZ ENCISO, « Notas para el estudio de la Alcabala : su reglamentación de 1591 », Congreso del Instituto Internacional de Historia del Derecho Indiano, VI, Valladolid : 1986, p. 391-401.

38 Pour notre part, signalons que le trésor public ne recevait pas toujours la contribution fiscale en monnaie précieuse ; il se produisait souvent tout le contraire : il le recevait en monnaie fractionnaire et cette circonstance lui occasionnait de nouvelles pertes. Voir E. M. GarcÍa Guerra, Las alteraciones monetarias en Europa durante la Edad Moderna Las alteraciones monetarias en Europa durante la Edad Moderna, Madrid : Editorial Arco, 2000, p. 49-52.

39 J. I. Gutiérrez Nieto, « El sistema fiscal de la monarquía de Felipe IV ».

40 « Mariana lo señala: con falsificación, ¿ cómo va a prosperar un país ? », J. Velarde Fuertes, art. cit., p. 19.

41 Mariana estime qu’il faut éviter l’accumulation de propriétés dans quelques mains, mais l’accaparement lui semble légitime quand il procède de l’Église.

42 Toutes les citations sont désormais extraites de ce chapitre 

43 Une refrappe consiste par exemple pour le roi à ordonner que la valeur nominale des monnaies de 2 maravedís soit doublée. Si quelqu’un apporte à l’hôtel de la monnaie deux pièces dont la valeur totale est de 4 maravedís, une marque est apposée sur chacune d’elles qui leur attribue immédiatement la valeur de 4 maravedís. Une des deux pièces est remise à son propriétaire et l’autre revient à l’hôtel de la monnaie, c’est-à-dire en fin de compte aux mains du fisc.

44 Nous adaptons en français à partir de la version castillane : « no es lícito en moneda baja de ley pagar las deudas que se contrajeron cuando la moneda era buena ». Rappelons l’opposition métallisme-nominalisme. Sur ce très grave effet, voir E. M. GARCÍA GUERRA, « Las decisiones en materia monetaria de la Monarquía castellana del siglo XVII y su incidencia en el funcionamiento del crédito entre particulares », in : Antonio M. Bernal (éd.), Dinero, moneda y crédito en la Monarquía Hispánica, Madrid : Marcial Pons, 2000, p. 575-592.

45 « Con lo que de repente y sin pensarlo, el que en esta moneda tenía 300 ducados se hallará con ciento o ciento cincuenta, y en esta proporción todo lo demás ».

46 « […] el rey se empobrecerá y sus rentas bajarán notablemente porque si la gente empobrece, si el comercio falta, no le podrán al rey acudir con sus rentas, que se arrendarán muy bajas ».

47 « el odio común en que forzosamente incurrirá el príncipe por esta causa ».

48 Mariana attaquait fréquemment les rois et les nobles qu’il considérait comme des rivaux de l’Église dans l’exercice du pouvoir politique.

49 MARIANA, chap. XI.

50 Ibid., chap. XI. Mariana laisse transparaître ici sa conception monétaire métalliste.

51 Au contraire des crises actuelles qui procèdent en partie d’une surproduction par rapport à la demande.

52 En fin de compte, l’existence de monnaies d’argent en circulation maintiendrait stable le niveau des prix. J. I GarcÍa de Paso, art. cit., p. 39.

53 MARIANA, chap. XII.

54 Mariana, chap. XIII : « […] esto es lo que yo entiendo, así en este punto como en todos los demás que en este papel se tratan, en especial acerca del principal, que es este arbitrio nuevo de la moneda de vellón que si se hace sin el acuerdo del reino, es ilícito y malo, y con él, lo tengo por errado y en muchas maneras perjudicial. Si acierto en lo que digo, sean a Dios las gracias; si me engañó mi buen celo, merece perdón, que por alguna noticia que tengo de cosas pasadas me hace temer no incurramos en graves daños, que con dificultad se pueden abajar […] ».

55 Comme l’affirme D. Mateo del Peral, op. cit. , p. 390 : « Nadie se atrevió, después de él, a pronunciarse en aquellos términos. Otros escritos publicados anónimamente o reservados por sus autores, utilizaron un lenguaje más abstracto y contemporizador » ; nous traduisons : « Personne n’a eu l’audace, après lui, de se prononcer dans ces termes-là. D’autres écrits publiés anonymement ou réservés à leurs auteurs ont eux utilisé un langage plus abstrait et conciliant ». Ainsi J. I. GarcÍa de Paso, art. cit., p. 40, estime que les prédictions de Mariana en 1609 n’ont pas été vaines : « existió una consistencia entre las predicciones del Padre Mariana […] y los acontecimientos históricos posteriores a la publicación en 1609 del Tratado » (il y eut congruence entre les prédictions du Père Mariana […] et les événements historiques postérieurs à la publication du Traité en 1609 »).

56 Ce texte et les nombreux autres qui verront le jour tout au long du XVIIe siècle, sous la plume de nombreux auteurs dénoncent les maux induits par la coexistence d’une monnaie d’argent dont la valeur intrinsèque et supérieure à la valeur nominale et d’une autre, le billon, dont la valeur intrinsèque est inférieure à la valeur nominale. Voir A. DomÍnguez Ortiz, Política y hacienda de Felipe IV, Madrid : Ed. Pegaso, 1960, p. 238.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elena María García Guerra, « Les idées monétaires du père Juan de Mariana : un vecteur d’agitation sociale ? », e-Spania [En ligne], 31 | octobre 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/29117 ; DOI : 10.4000/e-spania.29117

Haut de page

Auteur

Elena María García Guerra

Instituto de Historia – CSIC, Madrid

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals