Navigation – Plan du site
De l’éducation du prince à la critique du pouvoir : le jésuite Juan de Mariana (1536-1624) ou l’art de la composition

Juan de Mariana (1536-1624), le jésuite espagnol ou l’art de la composition. Introduction

Renaud Malavialle

Texte intégral

1La vie de Juan de Mariana s’est épanouie sur neuf décennies. C’est durant l’apogée du Siècle d’or politique de l’Espagne, du milieu du règne de Charles Quint (1500-1556) au début de celui du rey planeta, Philippe IV (1621-1665), que l’enfant de Talavera de la Reina s’est formé, a formulé les vœux selon les constitutions de la Compagnie de Jésus alors en plein essor et a œuvré en son sein jusqu’à ses derniers jours. À une époque où l’horizon hispanique embrasse les quatre parties du monde, où l’espoir d’une évangélisation universelle dans la tradition catholique est ruiné par le schisme entre protestants et fidèles de l’Église romaine, Juan de Mariana voue toute son énergie d’étudiant, de professeur et d’homme de lettres au projet de la monarchie catholique. Contemporain du Gréco, de Cervantes et de Lope de Vega dont il est l’aîné, Mariana l’est aussi, on l’oublie trop souvent, de Camões (1524-1580) ou de João de Barros (1496-1570) et de Diego do Couto (1542-1616). Ces premiers artisans de la gloire hispanique s’illustrent alors que l’épuisement des ressources financières et fiscales conduit la monarchie à tempérer les velléités militaires du parti belliciste envers l’Angleterre ou dans les Flandres et que la réputation d’invincibilité de l’Espagne commence à se ternir. Leur production, au service du mécénat royal bien souvent, annonce un second Siècle d’or littéraire et artistique quand dès 1582 la couronne du Portugal vient unir pour plus d’un demi-siècle à l’empire hispanique occidental celui des « Indes orientales portugaises ». Ainsi à l’époque de la conquête de l’Amérique et des guerres de religion entre luthériens, calvinistes et anglicans d’une part, catholiques romains et monarchie hispanique de l’autre, la moderne Compagnie de Jésus, vouée à la reconquête spirituelle, gagne en influence partout en Europe et missionne ses membres bien au-delà dans le monde. Au sein de ce nouvel ordre religieux, né en Espagne sous l’impulsion charismatique d’Ignace de Loyola et d’autres prestigieuses figures fondatrices de l’Institut, l’enfant illégitime de Talavera, province de Toledo, se forme et prononce enfin les vœux, dont un quatrième d’obéissance au pape, avant d’accéder à de prestigieuses positions d’enseignement. Ces situations, à Rome, en Sicile ou à Paris où Mariana enseigne à la Sorbonne la théologie thomiste de 1570 à 1574 et obtient le grade de docteur, nourrissent par l’expérience la riche réflexion d’un jésuite savant rompu aux échanges épistolaires et aux voyages, fondamentaux dans la Compagnie. Soulignons que l’enseignant, qui a dû observer et vivre directement les heures sombres de la Saint-Barthélémy en 1572, rentre en Castille peu après pour s’adonner corps et âme au « ministère de la plume », pour reprendre les termes de Claire Bouvier, qui en analyse l’émergence dans des sources originales. Mariana rédige des censures, fait œuvre de compilation voire de critique historique, travaille selon des modalités particulièrement complexes et fécondes, celles d’un Espagnol cosmopolite, instruit des problématiques de son temps, conscient des enjeux socio-politiques, identitaires et internationaux. En d’autres termes, Mariana œuvre en homme soucieux des relations qu’une Espagne aux ambitions hégémoniques mais contestée dans les Flandres en révolte, harcelée par les rivalités maritimes, interventionniste en France et rudoyée par l’Angleterre pouvait encore entretenir avec le reste du monde. Il écrit donc aussi en spectateur préoccupé par la souffrance d’une communauté politique, d’un peuple endurant les excès de dirigeants aux compétences ou aux intentions qu’il estime pour le moins questionnables. Pareille conscience s’exprime par la variété des compétences de Mariana, c’est l’évidence, et par la réalisation d’ouvrages dont il convient d’apprécier au regard du contexte les qualités critiques et constructives.

2Ce dossier ne prétend donner qu’un aperçu, nécessairement limité, d’autant de talents, tant l’œuvre de cet inlassable polygraphe est considérable. Un seul volume et son extraordinaire réception peuvent en témoigner : le De rege et regis institutione a occupé bien des commentateurs, critiques et détracteurs depuis sa rédaction peu antérieure à l’année 1599. Dans ce dossier, les travaux d’Alexandra Merle sur l’utilisation de l’histoire dans un traité d’éducation politique marqué par le souci du bon gouvernement et l’affirmation d’un droit de résistance, et ceux d’Alicia Oïffer-Bomsel comparant les idées développée sur le tyrannicide avec celles de Turquet de Mayerne dans La Monarchie aristodémocratique, ou le Gouvernement composé (1611), illustrent tout l’intérêt de l’hispanisme français pour la pensée du jésuite espagnol. Il prolongent l’intérêt d’Alfred Morel-Fatio et de Georges Cirot pour le rédacteur de l’Historia general de España (1601), d’abord éditée en latin en 1592 sous le titre d’Historia de rebus Hispaniæ, et celui de Pierre Mesnard pour la cohérence de sa vision politique. Ainsi souhaitions-nous contribuer à faire connaître à un public francophone, académique, voire plus large, l’inestimable De monetæ mutatione (1609) et l’analyse que propose de ce traité Elena María García Guerra. Selon une approche renouvelée, resituant cet ouvrage dans son champ de production d’idées, la synthèse de l’historienne espagnole sur les mutations de la monnaie et la place de ce texte dans la littérature critique du gouvernement économique et monétaire est inédite. Le De monetæ mutatione de Juan de Mariana a valu à son auteur un procès du temps du favori de Philippe III, le duc de Lerme, mais il demeure à l’évidence inaccessible à qui ne lit pas aisément l’espagnol. Il est d’autant moins accessible à qui méconnaîtrait la négociation fiscale constante engageant chacun des territoires avec la monarchie hispanique ou la spécificité des systèmes fisco-monétaires de l’époque.

  • 1 Le terme est de Claire Bouvier.

3Les travaux du grand marianiste de Liverpool, Harald Braun, l’auteur d’un livre de référence sur la pensée politique de Mariana paru en 2007, publiés provisoirement en anglais paraîtront bientôt dans ce dossier pour la première fois en langue française. Si l’objectif principal de ces articles est de mieux faire connaître la pensée politique, la réflexion éducative et l’acuité critique d’un scriptor1 jésuite hors normes dans bien des domaines, il ne s’agit pas moins de tenter de satisfaire à l’intérêt bien actuel pour l’histoire, non seulement comme récit et science du passé, mais comme construction d’une identité.

4À l’inquiétude éprouvée par les corps politiques modernes en effet, qui ont partie liée avec une certaine idée de l’histoire elle-même, peut répondre un effort de diffusion de la conscience des origines et de la construction identitaire auxquelles notre regard même sur l’œuvre de Juan de Mariana nous invite. Mariana a réfléchi brillamment sur l’origine des maux économiques de son temps ou de la communauté politique elle-même qui sous-tend l’affirmation de ses droits contre les théoriciens de la monarchie absolue de Machiavel à Bodin. Il a révélé l’origine des maux d’une ordre religieux en crise de croissance, après avoir sondé le processus de formation des plus éminents sujets politiques : les princes. Si Mariana s’est tant occupé de pareilles questions et s’il a rédigé un récit continu du parcours de la monarchie depuis les plus lointaines et incertaines origines, ce qui lui vaut la réputation d’avoir inventé l’histoire de l’Espagne, c’est parce qu’il pense historiquement, pour reprendre un titre de Pierre Vilar. Mariana en effet, n’a pas inventé la méthode historienne : il compile vérités et légendes sans toujours appliquer les règles exigeantes de la critique moderne. Mais il pense et analyse les corps politiques qui le traversent et qu’il habite, dans leur effectivité temporelle, dans la plénitude de leurs circonstances ; là est la modernité de son œuvre, la pertinence de son regard et de son expérience, la raison de l’acuité de ses critiques. Marie-Lucie Copete, comparant les discours de Mariana et de son frère d’ordre, Ribadeneyra, sur la Compagnie de Jésus en période difficile, montre exemplairement la dimension historique du biais analytique de l’écriture de Mariana. Frédéric Alchalabi offre une illustration de la référence incontournable que l’Historia general de España constitue pour quiconque s’intéresse à la construction du discours de la méthode historien alors en germe et dont Esteban de Garibay, son immédiat prédécesseur fut un acteur oublié de l’histoire, mais déterminant.

5Le titre polémique de la thèse de Georges Cirot, Mariana historien (1905), invite encore aujourd’hui à une réflexion des plus fécondes. Historien comme nous l’entendons de nos jours, Mariana ne l’était certes pas. Comment expliquer cependant que le jeune censeur patenté de la Bible polyglotte d’Anvers (Políglota regia) d’Arias Montano, le qualificateur acharné de l’index inquisitorial de Quiroga (1583) surtout, ait estimé si urgent de rédiger en latin une imposante Historia de son pays, appelée à passer pour la première histoire générale depuis les origines obscures de la monarchie ? Pourquoi l’Historia de Mariana est-elle perçue comme le premier vrai roman national – oserions-nous dire aujourd’hui –, sinon bien sûr comme un récit national vrai de l’Espagne ?

6Cette œuvre en latin a forgé un recueil d’arguments historiques que l’on retrouve dans tous ses écrits. Elle a contribué, avec la traduction en castillan, à l’émergence d’un sentiment de faire corps, jusqu’à un certain point, chez divers sujets de la monarchie poly-centrée. Or si la monarchie hispanique dépasse alors de beaucoup le périmètre péninsulaire, ce noyau et son cœur castillan actualisaient selon Mariana, face à l’émergence d’autres grands corps politiques modernes comme les Pays-Bas ou la France, l’idée d’appartenance à une Hispania déjà bien identifiée dans l’antiquité romaine. Cette idée que d’illustres acteurs de l’époque médiévale, tels Jiménez de Rada et Alphonse X le Sage, ont transmise à la modernité, trouvait selon l’auteur une actualisation et une raison d’être dans une vision historique propice à l’affirmation d’un projet à poursuivre. Dans une telle perspective, l’idée d’une communauté politique péninsulaire et la réalité de l’effort central de la Castille pour la soutenir devaient être défendues face aux ennemis extérieurs tout comme contre ceux qui la desservaient de l’intérieur. Si l’Espagnol a su dénoncer les dérives autoritaires de la Compagnie qui le protégeait, le jésuite s’est appuyé sur son ordre pour prévenir la monarchie contre ses propres tentations et errements.

7Un tel art critique du politique joint à une telle audace littéraire a produit une œuvre indomptable sans un effort collectif pour l’interpréter. Ce dossier est donc aussi un appel à prolonger l’effort de compréhension de l’œuvre du père jésuite et en particulier de sa monumentale Historia general de España (1601), aux nombreuses éditions, fruit de la compilation de sources de première main et authentiques, de récits interpolés aussi, et d’histoires légendaires ou mythiques. Le théologien, philologue et critique Juan de Mariana est un humaniste complet et un visionnaire, capable d’affirmer un récit authentiquement identitaire, autrement dit en partie vrai puisque inventé, au moins partiellement, intégrateur donc d’un imaginaire collectif efficient.

8L’œuvre de Juan de Mariana a tenté de contribuer à faire advenir la réalité politique largement appelée des vœux des souverains et de nombreux lecteurs qui ont assuré son succès éditorial. Elle n’a pas négligé la nécessaire critique des acteurs politiques censés la concrétiser plus ou moins efficacement. Souvent radicale sous son jour critique, toujours créative et soucieuse de négociation dans sa dimension constructive, l’œuvre de Mariana reflète un art achevé de la composition.

Haut de page

Notes

1 Le terme est de Claire Bouvier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Malavialle, « Juan de Mariana (1536-1624), le jésuite espagnol ou l’art de la composition. Introduction », e-Spania [En ligne], 31 | octobre 2018, mis en ligne le 28 octobre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/29349 ; DOI : 10.4000/e-spania.29349

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals