Navigation – Plan du site
Falsifications, polémiques historiographiques et création littéraire au Siècle d’Or

La fabrique de l’histoire. À propos de l’activité historiographique de la famille morisque Granada Venegas aux environs de 1600

Frédéric Alchalabi

Résumés

Le Tratado del origen de los reyes de Granada est une œuvre apocryphe attribuée à Fernando de Pulgar, connue par le biais de neuf manuscrits conservés dans des bibliothèques espagnoles, portugaises et argentine. L’auteur du Tratado del origen de los reyes de Granada décide de relater l’histoire de l’émirat de Grenade depuis sa formation jusqu’à sa chute. Son récit, cependant, est très original : l’auteur rend hommage à la famille musulmane Alnayar ; il diffuse une histoire du royaume musulman non seulement favorable au lignage Alnayar mais aussi différente de celle que nous connaissons. En définitive, il ne lui importe pas de rédiger un récit authentique et exact mais de laisser croire que ce qu’il écrit est vrai. L’article traite de la question de l’invention de l’histoire dans le Tratado del origen de los reyes de Granada. Son ambition est également d’émettre une hypothèse à propos de l’identité de l’auteur du livre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans cet article, la forme Fernando de Pulgar (et non Fernando del Pulgar ou bien encore Hernando d (...)

1Le Tratado del origen de los reyes de Granada (dorénavant Tratado) est une chronique adressée à Isabelle la Catholique, relatant l’histoire de l’émirat de Grenade depuis sa formation dans les années 1230 jusqu’à sa chute, le 2 janvier 1492. L’ouvrage est présenté comme ayant été écrit par le chroniqueur de la reine, Fernando de Pulgar1.

  • 2 Il s’agit des manuscrits 9227, 18738, 7867 (Bibliothèque Nationale de Madrid), 150 (Académie Royale (...)
  • 3 Je prépare l’édition critique des trois versions. Celle de la branche minoritaire sera prochainemen (...)

2Neuf manuscrits diffusent le Tratado. Six d’entre eux se trouvent en Espagne ; deux autres sont conservés au Portugal ; un dernier peut être lu en Argentine2. Comme les neuf manuscrits ne transmettent pas un récit homogène, nous pouvons distinguer trois états de rédaction : une version minoritaire que l’on peut lire dans le manuscrit 150 de la bibliothèque de l’Académie Royale Espagnole, une version majoritaire reproduite dans six témoignages, une version majoritaire amplifiée conservée dans deux manuscrits3. En 1788, Antonio Valladares de Sotomayor a publié le Tratado dans le numéro 12 de la revue Semanario erudito mais il ne s’agit pas d’une édition critique ; pour cette raison, dans l’article, la publication de 1788 sera délaissée au profit du seul exemplaire de la version minoritaire et d’un témoignage de la branche majoritaire – le manuscrit 7867 de la Bibliothèque Nationale de Madrid.

3Le Tratado n’est pas l’œuvre de Fernando de Pulgar mais d’un auteur qui, aux environs de 1600, se fait passer pour l’historiographe d’Isabelle la Catholique et qui écrit pour un noble Morisque grenadin, Pedro de Granada Venegas (1559-1643). L’auteur ne se contente pas d’usurper l’identité du chroniqueur ; il invente également une histoire de l’émirat de Grenade, éloignée de celle que les historiens du Moyen Âge et du XVIe siècle avaient l’habitude de relater. Il ne lui importe pas de rédiger un récit authentique et exact mais de laisser croire que ce qu’il écrit est vrai, par le biais de plusieurs procédés d’écriture.

  • 4 Le travail s’intitule Le charme du Maure. Enquête sur le Tratado del origen de los reyes de Granada (...)

4L’article dévoile quelques-unes des conclusions d’un travail récent que j’ai consacré au Tratado : pourquoi la chronique ne peut-elle être attribuée à Fernando de Pulgar ? Quel est son contenu ? Quelles sont ses sources ? Quels liens unissent le Tratado au lignage Granada Venegas ?4 L’article a également pour ambition de compléter le travail déjà mené en répondant à une autre question : qui est l’auteur du Tratado ?

***

  • 5 Les données biographiques mentionnées ici sont détaillées dans la thèse inédite de Gonzalo PONTÓN, (...)

5Le Tratado est une supercherie construite autour de Fernando de Pulgar et de la réception des œuvres de l’historien après sa mort. Nous savons peu de choses sur la vie de l’historiographe d’Isabelle la Catholique ; il est probable que les connaissances en la matière de l’auteur du Tratado aient été aussi peu développées que les nôtres5.

6Fernando de Pulgar serait né entre 1420 et 1435 au sein d’une famille juive s’étant convertie au christianisme. Il se mit au service de la monarchie castillane, fréquentant les cours de Jean II, Henri IV puis Isabelle Iere. Vers 1480, cette dernière lui demanda de remplacer Alfonso de Palencia au poste de chroniqueur, ce que Pulgar accepta. À cette époque, le nouveau chroniqueur entama la rédaction de la Chronique des Rois Catholiques, qu’il ne put mener à terme – l’histoire qu’il a écrite s’achève brusquement en 1490 – pour des raisons que nous ignorons. Pendant qu’il était plongé dans la rédaction de la Chronique, Fernando de Pulgar était aussi occupé par l’écriture des Claros varones de Castilla – une galerie de portraits de nobles Castillans de son temps ouvertement inspirée des Generaciones y semblanzas de Fernán Pérez de Guzmán – et par la préparation de l’impression de ses Letras. La date du décès du chroniqueur d’Isabelle la Catholique est inconnue ; il est généralement admis que la mort de l’historien s’est produite peu de temps après le 15 janvier 1492.

7L’attribution du Tratado à Fernando de Pulgar repose sur l’affirmation de l’auteur qui, dans le prologue, prétend être l’historien d’Isabelle la Catholique. Pourtant, dans ce même prologue, deux indices permettent de comprendre que l’historien qui s’exprime n’est pas l’auteur de la Chronique des Rois Catholiques.

  • 6 Sur Pedro Vallés, lire José de JAIME GÓMEZ, José María de JAIME LORÉN, « Pedro Vallés, paremiólogo (...)
  • 7 Je souligne les passages qui suivent.

8D’une part, la chronique relative à l’histoire de l’émirat de Grenade débute par une phrase qui est une compilation de deux passages extraits de la Chronique des Rois Catholiques imprimée à Saragosse en 1567. L’auteur récupère une partie de la préface écrite par l’homme d’Église et historien amateur Pedro Vallés, présente dans les exemplaires imprimés en 1567 mais absente des éditions de 1565 et 17806. Il se sert aussi d’un bref passage écrit par le vrai Fernando de Pulgar, que l’on peut lire dans les exemplaires imprimés mais pas dans l’édition de Juan de Mata Carriazo de 1943, uniquement bâtie à partir de la tradition manuscrite de la Chronique des Rois Catholiques7 :

9D’autre part, l’auteur du Tratado poursuit le prologue en écrivant :

  • 8 Ms. 150, fol. 2v-3r.

[…] y asimismo ha sido necesario valerme de los interpretes de Vuestra Alteza […] para la traduccion de los epitaphios que estan en la dicha lengua arabe en losas de alabastro /fol. 3r/ en el alcaçar real de la Alhambra, y en epitaphios de sepolturas, y en otras casas antiguas de los reyes en Generaliphe, y en casas como la del Gallo en el Alcaçaba, y la del inphante Alnayar, junto a la mezquita mayor, donde hay escudos antiguos y letreros arabigos que dicen los nombres de sus fundadores8.

  • 9 « A las espaldas del cuarto de los Leones, hacia mediodía, estaba un rauda o capilla real, donde te (...)
  • 10 Voir Darío CABANELAS RODRÍGUEZ, El morisco granadino Alonso del Castillo, Grenade : Patronato de la (...)

10L’affirmation est surprenante : la découverte des épitaphes de l’Alhambra est un fait qui a eu lieu… en 1574, comme le rappelle Luis del Mármol Carvajal dans Historia del rebelión de los moriscos del Reino de Granada9. Les épitaphes ont ensuite été traduites en castillan par le Morisque Alonso del Castillo entre 1575 et 157910.

11Les deux indices rendent impossible l’attribution du Tratado à Fernando de Pulgar pour des raisons chronologiques. D’autres motifs – d’ordre méthodologique, cette fois – contribuent eux aussi à faire de la chronique de l’émirat de Grenade un ouvrage apocryphe. La comparaison de la méthode à partir de laquelle sont construites la Chronique des Rois Catholiques et le Tratado fait apparaître de profondes différences entre les deux œuvres. Si l’auteur du Tratado intègre dans son ouvrage des sources épigraphiques à la manière d’Ambrosio de Morales, le continuateur de la Crónica general de Florián de Ocampo, Fernando de Pulgar avait pour habitude de ne pas prêter attention aux traces de cette nature ; seules les sources authentiques et fiables, tout comme les témoignages, en particulier oraux, des événements relatés, trouvaient grâce à ses yeux. De même, si le chroniqueur de la reine Isabelle avait, comme l’auteur du Tratado, une bonne connaissance de l’historiographie royale antérieure, à la différence de celui-ci Fernando de Pulgar insérait les informations qu’il avait trouvées dans les histoires anciennes sans jamais révéler leur origine. Or, l’écrivain de l’ouvrage apocryphe révèle régulièrement aux lecteurs quelles histoires il a compulsées et à quels endroits les passages se trouvent dans les chroniques d’origine :

  • 11 Ms. 150, fol. 8r ; ms. 7867, fol. 8r. Je souligne.

Por lo cual y porque traia muchos christianos y mozarabes en su exercito y por tener el tanta parte en esta nacion – segun escribe el arçobispo don Rodrigo (libro nono, capitulo doce), y [segun] la cronica del señor rey don Fernando el Sancto y la del señor rey don Alonso el onceno, en el capitulo cincuenta y cinco en que se escribe la genealogia de los reyes de Granada que procede de los reyes de Zaragoza en Aragon […]11.

12Le modus operandi est le même au sein d’une version apocryphe d’une autre œuvre de Fernando de Pulgar, les Claros varones de Castilla, diffusée dans le manuscrit 7867 et faisant suite au Tratado :

  • 12 Ms. 7867, fol. 99r. Je souligne.

y anduvo mucho tiempo en la corte de Castilla el ynfante Celin siguiendo la aliança que el rey Joseph, su padre, habia tenido con el señor rey don Juan el segundo, como mas largamente lo refiere en su coronica en los capitulos 116 y 11812.

13La culture historique de l’auteur du Tratado est grande. Il connait la chronique d’Ahmed al Razi, De rebus Hispaniae de Rodrigo Jiménez de Rada, une histoire de Ferdinand III, la Estoria de España d’Alphonse X, les chroniques d’Alphonse XI et de Jean II, le Nobiliário de Pedro de Barcelos, la Chronique des Rois Catholiques de Fernando de Pulgar par le biais d’un exemplaire imprimé en 1567. À une reprise, il croit citer la chronique écrite par Hernando de Baeza :

  • 13 Ms. 150, fol. 6r-6v.

Y no solo entre los principes sino entre los nobles e inferiores hubo estos /fol. 6v/ casamientos ; tanto que escribe Fernando de Baeça que, de ducientas mil almas que habia en la ciudad de Granada, aun no eran quinientas de la nacion africana sino naturales, hespañoles y godos que se habian mezclado y tomado la ley de los vencedores. Tales son los efectos de las victorias y tanto puede la mudanza de los tiempos13.

  • 14 « Para entender mejor en cuánto crecimiento fueron las cosas de aquella ciudad, en daño y destrucci (...)

14À cet endroit, l’auteur se trompe ou tente sciemment de berner ses lecteurs : le passage en question ne se trouve pas dans la chronique que Baeza a consacrée aux dernières années de la Grenade musulmane et qu’il a écrite après 1504 mais dans les Anales de la Corona de Aragón de Jerónimo Zurita imprimés entre 1562 et 158014.

  • 15 Juan de Mata CARRIAZO, « Las arengas de Pulgar », Anales de la Universidad Hispalense. Facultad de (...)

15Par ailleurs, l’auteur de la Chronique des Rois Catholiques aimait inclure voire inventer des discours directs, parfois longs, dans son ouvrage15. Le goût de Pulgar pour les discours n’est pas partagé par l’auteur du Tratado : ils disparaissent tous de l’histoire apocryphe de l’émirat de Grenade. Dès lors, si les deux indices du prologue du livre apocryphe situent la rédaction de l’ouvrage bien après la mort de Fernando de Pulgar, si la méthode et le style à partir desquels la Chronique des Rois Catholiques est composée ne sont pas imités par l’écrivain du Tratado, pourquoi celui-ci prétend-il être l’historien de la reine ?

  • 16 Parmi les détracteurs, nous trouvons Lorenzo Galíndez de Carvajal pour qui Fernando de Pulgar a man (...)
  • 17 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar, op. cit., p. 56, note 60, et p. 64.
  • 18 Ginés PÉREZ DE HITA, Paula BLANCHARD-DEMOUGE (éd.), Historia de los bandos de Zegríes y Abencerraje (...)

16Le Tratado a peut-être été attribué à Pulgar parce que les œuvres de ce dernier ont continué à être lues après sa mort. Même si elle a eu ses détracteurs, l’intégralité de l’œuvre de Pulgar a été récupérée et mise à profit par plusieurs auteurs du XVIe siècle16. Par exemple, la Chronique des Rois Catholiques, les Claros varones de Castilla ou bien encore les lettres écrites par l’historien seront exploités par Elio Antonio de Nebrija – chroniqueur royal depuis le 21 mars 1509 – dans les Rerum a Ferdinando et Elisabet Hispaniarum Regibus gestarum Decades duas imprimées à Grenade en 1545, mais aussi par Gonzalo Fernández de Oviedo dans les Batallas y quincuagenas élaborées entre 1535 et 155617. Pour leur part, Ginés Pérez de Hita, dans la première partie des Guerras civiles de Granada publiée à Saragosse en 1595, ou bien encore Mateo Alemán, dans le Guzmán de Alfarache en 1599, exploitèrent aussi la Chronique des Rois Catholiques18.

  • 19 J’utilise Esteban de GARIBAY Y ZAMALLOA, Los qvarenta libros del compendio historial de las chronic (...)

17Ces quelques exemples témoignent de la diffusion importante des œuvres de Pulgar au XVIe siècle. Pourtant, le succès posthume de la production écrite par Fernando de Pulgar n’explique pas tout. La raison de l’attribution du Tratado à l’historien de la reine se trouve dans une autre chronique, Los quarenta libros del compendio historial (dorénavant Compendio)19. Cette chronique consacrée à l’histoire de l’Espagne depuis ses origines jusqu’au XVIe siècle a été écrite entre 1556 et 1566 par Esteban de Garibay, futur chroniqueur de Philippe II, et publiée à Anvers chez Christophe Plantin en 1571. Au sein du livre 39 du Compendio, Esteban de Garibay écrit :

  • 20 Compendio, livre XXXIX, chapitre I, p. 324.

Hernando de Pulgar chronista de los catholicos principes don Fernando quinto y doña Isabel, reyes de Castilla, Leon y Aragon, en cuyo tiempo el reyno de Granada acabaron de perder los moros, escribio cierto tratado de algunos reyes moros de Granada, que a mi parecer, seria de los ultimos; pero no he visto esta escritura, aunque la he procurado20.

  • 21 Je souligne les passages qui suivent.

18L’affirmation de Garibay est capitale : selon l’historien basque, Fernando de Pulgar aurait écrit un traité portant sur l’histoire de l’émirat grenadin, sans que Garibay ne sache précisément ce que le livre contenait. L’affirmation du chroniqueur est fondatrice également : si Garibay n’a pas eu accès à ce livre, en revanche l’auteur du Tratado connaissait parfaitement le Compendio car toutes les pages des trois versions de l’ouvrage apocryphe – à l’exception du prologue – sont des adaptations du Compendio. L’exemple qui suit est révélateur. Si les discours directs de la Chronique des Rois Catholiques disparaissent du Tratado, c’est parce que Garibay n’a pas jugé bon de les reproduire. Dans le passage suivant, nous voyons l’émir Boabdil s’exprimer de façon directe dans la chronique de Pulgar, indirecte dans le Compendio et le Tratado ; nous remarquons aussi la proximité existant entre le Compendio et le Tratado21 :

19L’exemple est loin d’être isolé. Au total, l’auteur du Tratado tire profit de trois des quarante livres du Compendio, les livres 38 à 40. L’auteur de la version minoritaire ajoute une autre source qu’il intègre au texte d’origine en la paraphrasant de la même façon que dans l’exemple précédent, la Historia general de España de Juan de Mariana.

20Cependant, il serait faux de croire que le Tratado ne serait qu’une longue reformulation du Compendio de Garibay. L’ouvrage apocryphe est tout à la fois un hommage aux ancêtres musulmans de la famille Granada Venegas, les Alnayar, et une correction profonde de l’histoire officielle de l’émirat de Grenade. Son auteur explique, en effet, que l’émir Mohammed Ier, de la famille Alhamar, n’était pas le premier émir de Grenade comme veulent le faire croire les historiens depuis le Moyen Âge : non seulement Mohammed n’était que le deuxième prince du royaume musulman mais il s’agissait surtout d’un usurpateur ayant contribué à la chute et à l’assassinat d’Ibn Hud Alnayar, considéré par l’auteur comme ayant été le premier émir du royaume musulman. Dès lors, l’auteur du Tratado n’aura de cesse, tout au long de son ouvrage, de revendiquer les droits au trône de Grenade de la famille Alnayar, qui a été privée injustement du pouvoir.

  • 22 Je souligne les passages qui suivent.

21Par exemple, en 1302 un ancêtre de la famille morisque essaie de récupérer le trône de Grenade : l’auteur de l’ouvrage apocryphe considère que les efforts déployés par l’ascendant des Granada Venegas sont justes et légitimes. L’écrivain récupère des informations tirées du Compendio et il en ajoute de nouvelles, absentes de sa source22 :

22À d’autres moments, l’auteur de l’ouvrage apocryphe soutient que la famille Alnayar était proche des princes chrétiens de la péninsule Ibérique et collaborait avec eux. Il affirme que deux membres du lignage Alnayar – Yahya et son fils Ali Omar – se convertirent au christianisme en 1489. Yahya était le gouverneur de Baza, ville musulmane que les troupes des Rois Catholiques assiégèrent pendant six mois. Au cours d’une bataille, Yahya – alors qu’il résistait aux assauts de l’armée ennemie en compagnie des siens – fut le témoin d’un miracle : saint Pierre, descendu du ciel muni de ses clefs, lui apparut puis lui demanda de se convertir au christianisme. Yahya se rendit, exigea à ses hommes de l’imiter puis, une fois la ville reprise par les chrétiens, alla discrètement sous la tente d’Isabelle et Ferdinand afin d’y recevoir le baptême. La reine de Castille accepta d’être la marraine de celui qui ne fut plus connu que sous le nom de Pedro de Granada ; le roi d’Aragon fut son parrain. Selon l’auteur du Tratado, Pedro et son fils Ali Omar – baptisé Alonso – soutinrent l’entreprise militaire des Rois Catholiques et favorisèrent la victoire finale de leurs nouveaux alliés, qui les récompensèrent généreusement.

23L’auteur du Tratado se joue de tout : il prétend être quelqu’un qu’il n’est pas ; il construit une chronique en partie à partir d’ouvrages médiévaux qui lui sont plus ou moins connus et par le biais du Compendio de Garibay, même s’il ne reconnaît jamais ses emprunts à cet ouvrage pour continuer à avancer masqué : admettre avoir eu recours à une chronique imprimée en 1571 revenait à faire tomber le voile et à montrer son vrai visage ; enfin, il corrige l’histoire de l’émirat de Grenade. Le Tratado est une invention habile : l’auteur emprunte à l’historiographie castillane l’une de ses figures d’autorité – Fernando de Pulgar –, plusieurs de ses témoignages – des histoires écrites au Moyen Âge et au XVIe siècle –, une forme – la chronique –, afin d’élaborer, non pas un discours vrai, mais un récit qui pourrait l’être.

  • 23 Les informations biographiques relevées sont tirées de Marina ROJO GALLEGO-BURÍN, El pensamiento ju (...)

24L’hommage rendu aux Alnayar intrigue. Écrit après 1575-1579, le Tratado était connu de Francisco Bermúdez de Pedraza23. Celui-ci a vu le jour à Grenade en 1576. Brillant étudiant de l’Université de Grenade, spécialiste de droit, il entra dans les ordres en 1596. Il acheva ses études à Valladolid et, de retour à Grenade, il devint avocat. Il quitta l’Andalousie pour résider à Madrid de 1603 à 1629. Déçu de sa longue expérience madrilène, Francisco Bermúdez de Pedraza fit le choix de retourner à Grenade où il mourut le 18 décembre 1655.

  • 24 Ibid., p. 55-63. Lire aussi Manuel BARRIOS AGUILERA, La convivencia negada. Historia de los morisco (...)
  • 25 M. ROJO GALLEGO-BURÍN, El pensamiento…, op. cit., p. 64-71.
  • 26 Voir M. BARRIOS AGUILERA, La invención de los libros plúmbeos. Fraude, historia y mito, Grenade : U (...)

25Francisco Bermúdez de Pedraza s’est rendu célèbre pour avoir écrit des ouvrages juridiques – comme l’Arte legal para estudiar la jurisprudencia de 1612 ou bien encore El secretario del rey imprimé huit ans plus tard. Il est également l’auteur de deux livres consacrés à l’histoire de sa ville natale : l’Antigüedad y excelencias de Granada (dorénavant Antigüedad), œuvre rédigée entre 1600 et 1602 puis imprimée en 160824, et l’Historia eclesiástica, imprimée à une date incertaine (entre 1638 et 1640)25. Antigüedad est divisé en quatre livres : le premier est consacré à la description de Grenade ; dans le deuxième, Pedraza dresse la liste des premiers rois d’Espagne et s’attarde sur la fondation de la ville ; le troisième livre donne l’occasion à l’auteur de revenir sur la présence musulmane dans la cité ; le quatrième est voué au récit de la invención – c’est-à-dire de la découverte entre 1588 et 1599 – des documents de la Torre Turpiana et des livres de plomb du Sacromonte26. Ces derniers, écrits au moyen d’étranges caractères arabes appelés salomoniques, confirmaient la présence à Grenade de Cecilio, disciple arabe de saint Jacques, qui – en compagnie de Tesifón – aurait été l’un des premiers évangélisateurs de la péninsule.

26Dans Antigüedad, au moment de citer les titres des ouvrages qu’il a compulsés afin d’écrire le sien, Francisco Bermúdez de Pedraza révèle :

  • 27 Antigüedad, fol. 70r-70v. Je souligne.

Esta genealogia y sucession de los reyes moros de Granada, fue sacada de las historias general de España del rey don Fernando el santo, del rey don Alonso el onzeno, del arçobispo de Toledo don Rodrigo, y de Hernando del Pulgar, de los Anales de Aragon, y de otros libros manuscritos, y escrituras autenticas […]27.

27L’affirmation manque de précision : s’agit-il de la Chronique des Rois Catholiques écrite par le vrai Fernando de Pulgar ou bien du Tratado dont l’auteur est celui qui se fait passer pour l’historiographe d’Isabelle la Catholique ? L’ambigüité est levée quelques lignes plus loin : c’est bien l’ouvrage apocryphe que Francisco Bermúdez de Pedraza a eu entre les mains afin d’écrire le troisième livre d’Antigüedad. À propos d’Alonso de Granada, Bermúdez de Pedraza déclare :

  • 28 Ibid., fol. 71v. Je souligne.

[Alonso de Granada] ganó la vitoria de Adra el año de mil y quatrozientos y nouenta y dos, y la de la torre Romani en la vega de Granada, como refiere Pulgar, donde tomó siete vanderas que siruen de trofeos en su capilla, para memoria perpetua de su valor28.

28La nouvelle allusion à Pulgar renvoie le lecteur cette fois, non à la Chronique des Rois Catholiques, mais au Tratado :

[…] don Alonso, /fol. 61r/ su hijo, por la parte de la mar, y pintando los navios y puniendoles banderas de manera que pareciesen de Africa, los moros que estaban en Adra, creyendo que la armada de don Alonso era socorro que les venia de Africa, salieron a recibirlos ; y don Pedro baxo de la parte de la tierra y don Alonso, su hijo, de parte de la mar ; les dieron la batalla en que mataron mas de dos mil y quinientos moros y les ganaron el estandarte. Con esta vitoria, desmayaron mucho los rebeldes (ms. 7867, fol. 60v-61r).

29L’utilisation du Tratado par l’auteur d’Antigüedad est encore plus flagrante à deux autres endroits. Pour Pedraza, comme pour l’écrivain du Tratado, Ibn Hud Alnayar était le premier émir de Grenade :

  • 29 Ibid., fol. 67v-68r. Je souligne.

De los vltimos reyes ay la memoria siguiente. Abenhuc descendiente de los reyes de Aragon, guerreó desde Murcia, y venció los almohades, y vino a ser rey de toda el Andaluzia, y auiendo perdido a Cordoua, passó su silla real a Granada, y fue rey della, al qual mató su vassallo Abenrrami en Almeria, año de mil y dozientos y treinta y seis, auiendo reynado ocho años, y sus alcaydes se alçaron con sus ciudades : entre los quales fue vno el alcayde de Arjona que le sucedió en el reyno. Mahomat Abenalhamar segundo rey de Granada, començó a reynar el año de mil y dozientos y treinta y seis por muerte de Abenhuc […]29.

30Francisco Bermúdez de Pedraza consacre plusieurs lignes à la conversion au christianisme de Yahya Alnayar, lequel n’a pratiquement aucune place dans l’historiographie antérieure à Antigüedad, sauf dans le Tratado. Cependant, si l’auteur de l’ouvrage apocryphe situe la conversion du gouverneur de Baza en 1489, Francisco Bermúdez de Pedraza estime qu’elle date de 1486 :

  • 30 Ibid., fol. 71r.

Este infante [Selim] tuuo por hijo sucessor en su casa a Cidiyaya cauallero valeroso, como el nombre significa, el qual, de auer visto milagrosamente vna cruz en el ayre, concibio en el coraçon vn ardientissimo desseo de ser christiano, y assi ofrecida la ocasion, recibio la fe catolica, seis años antes que se ganara Granada, siruiendo a los Catolicos Reyes, en la conquista deste reyno, con su persona y vasallos, desde el año de mil y quatro zientos y ochenta y seis, hasta el de nouenta y dos en que se dio fin a la guerra30.

31Près de trente ans plus tard, dans Historia eclesiástica, Francisco Bermúdez de Pedraza consacrera à nouveau quelques lignes à la conversion de Yahya Alnayar. Cette fois, il la situera en 1489 ; comme dans la version majoritaire, il révèlera que Yahya a été baptisé sous la tente des Rois Catholiques :

  • 31 Historia eclesiástica, 1638, fol. 155r.

[…] dizen algunos que vio una cruz en el aire y que se le aparecio san Pedro y le amonestó siguiesse su religion cristiana. Pidio el bautismo a los reyes y con mucho gusto se le dieron en su tienda y fueron sus padrinos. Llamaronle Pedro por ser santo de su devocion y este fue el primer don Pedro de la casa de Granada a quien los reyes hicieron grandes mercedes y casaron tan noblemente que desmienten a los emulos de su nobleza sus ilustres casamientos cuando mas se conocia su calidad y hechos31.

  • 32 Le Tratado a été également lu par Alonso López de Haro, qui mentionne précisément l’ouvrage dans la (...)

32L’utilisation du Tratado par Pedraza permet d’établir deux conclusions relatives à la diffusion de l’ouvrage apocryphe : avant 1602, Francisco Bermúdez de Pedraza a compulsé le Tratado dans une version différente des trois connues actuellement, plus ancienne que ces dernières et aujourd’hui perdue ; vers 1638-1640, Pedraza connaissait l’existence de la version majoritaire32. Les deux conclusions confirment le caractère mouvant de la chronique de l’émirat de Grenade, dont une première mouture était prête entre 1575/1579 et 1602.

  • 33 Voir Le charme du Maure, op. cit.

33Le Tratado a été promu par le noble Morisque Pedro de Granada Venegas, le premier marquis de Campotéjar, l’arrière-arrière-petit-fils de Yahya Alnayar/Pedro de Granada33. Suivant l’exemple de son père Alonso de Granada Venegas, à l’instar de tous ses ancêtres depuis Pedro de Granada, le marquis de Campotéjar s’est lancé dans une course aux honneurs. En 1603, Pedro de Granada Venegas a souhaité intégrer l’Ordre d’Alcántara. Les statuts de l’Ordre excluant tous les candidats ayant des ancêtres de confession juive ou musulmane, Pedro de Granada Venegas n’avait aucune chance de voir son vœu exaucé. Pourtant, une exception sera faite : Pedro de Granada Venegas descendait de musulmans, certes, mais de nobles musulmans christianophiles ce qui, pour les théologiens qui ont eu à se pencher sur son cas, changeait tout. Le Tratado répondait à des besoins immédiats et semblables à celui-ci : bref, il était utile.

  • 34 Lire Inmaculada OSUNA, Poética Silva. Un manuscrito granadino del Siglo de Oro, Cordoue-Séville : U (...)
  • 35 Consulter Pedro GAN GIMÉNEZ, « Una nómina de granadinos de antaño », Estudios sobre Literatura y ar (...)

34À la même époque, un cercle d’auteurs s’était constitué autour de Pedro de Granada Venegas, à la Casa de los Tiros, la demeure grenadine de la famille morisque. L’activité des écrivains du cercle – lequel était connu sous le nom d’Academia de Granada – a été intense, tout particulièrement entre 1595 et 1601, période pendant laquelle a été composé un recueil de poèmes intitulé Poética Silva34. L’Academia était composée de Pedro de Granada Venegas – poète et propriétaire d’une bibliothèque constituée de nombreux livres d’histoire, notamment de tous ceux qui avaient été nécessaires à la rédaction de l’ouvrage apocryphe, et possesseur également de deux exemplaires du Tratado – ainsi que d’Agustín de Tejada, Gregorio Morillo, Andrés del Pozo, Diego de Rojas, Juan de Arjona, Gutierre Lobo, Pedro Rodríguez de Ardila, Francisco de Faría, Pedro de Cáceres, Gonzalo de Berrio, Martín Silvestre35.

  • 36 Antigüedad, Del Doctor Agustin de Texada y Paez, sans numéro de page. El Doctor don Francisco Faria (...)
  • 37 Ibid., Aprobacion, sans numéro de page.
  • 38 I. OSUNA, Poética Silva. Un manuscrito granadino del Siglo de Oro, op. cit., p. 20.
  • 39 « Don Pedro de Granada Venegas escribio la perdida del rey don Sebastian, una egloga a la batalla n (...)

35Tous ces noms sont connus grâce aux témoignages laissés par Pedro Velarde de Ribera, l’auteur de l’Historia eclesiástica del Monte Santo, ciudad y reino de Granada des environs de 1600, ainsi que par Francisco Bermúdez de Pedraza dans Antigüedad. Pedraza ne figurait pas dans la liste des écrivains de l’Academia mais plusieurs éléments nous permettent de déduire qu’il connaissait bien les membres du cercle et leur production. Antigüedad, en effet, s’ouvre sur plusieurs hommages à l’auteur dont deux sont écrits par des membres de l’Academia, Agustín de Tejada et Francisco Faría36. Le Licenciado Verrio – qui pourrait être Gonzalo de Berrio de l’Academia – émet un avis favorable à l’impression de l’ouvrage, insistant sur l’authenticité des faits qui y sont relatés37. Au sein d’Antigüedad, Pedraza fait allusion à la Sátira de vicios comunes, une composition reproduite dans la Poética Silva38. L’auteur d’Antigüedad était suffisamment proche de l’Academia et de Pedro de Granada Venegas pour citer également, dans son histoire de la ville, des poèmes écrits par le marquis de Campotéjar, qui, cette fois, ne font pas partie de la Poética Silva39.

36Compte tenu des liens unissant Francisco Bermúdez de Pedraza à l’Academia de Granada, peut-on voir dans l’auteur d’Antigüedad celui du Tratado ? En termes d’écriture, la comparaison de l’ouvrage apocryphe avec Antigüedad est impossible : le Tratado étant une reformulation du Compendio de Garibay, la voix de l’écrivain de l’histoire de l’émirat de Grenade est inaudible. Tout au plus peut-on l’entendre dans le prologue, qui ne semble pas être une paraphrase de chroniques antérieures, exception faite de la Chronique des Rois Catholiques. À cet endroit, faisant mine de s’adresser à Isabelle la Catholique, l’historien écrit :

  • 40 Ms. 150, fol. 6v.

Materia es muy asentada, no solo en nuestra Hespaña mas en todas las naciones antiguas, el admitir a los valerosos y premiar sus hazañas con grados de nobleza ; asi, escribe Tito Livio que lo hacian los romanos con sus soldados, animandolos [a la virtud con premios de nobleza que daban] a los que los merecian y ganaban con hazañas en las guerras – asi para propagacion del imperio como para defensa de el –, dandoles gradatim honras de ciudadanos romanos y luego de quirites, y asi las demas hasta llegar al consulado ; y esta fue la causa principal con que llegó Roma a ser señora de las gentes : esto mismo deseo en la felice monarchia de Vuestra Alteza40.

  • 41 « Les Romains étaient désormais assez forts pour soutenir la lutte contre n’importe lequel de leurs (...)
  • 42 Ibid., p. 70-71.
  • 43 Ibid., p. 77.

37L’allusion à Tite-Live est remarquable pour deux raisons. D’une part, elle permet à l’auteur du Tratado d’évoquer l’origine de l’empire romain, tout en tissant implicitement des liens avec la situation de l’Espagne des années postérieures à la fin de la Reconquête. Dans leur empire naissant, selon Tite-Live, les Romains se sont retrouvés sans femmes et, très vite, les mariages mixtes se sont révélés nécessaires pour la survie de Rome41. Les Romains se sont unis aux Sabines, après les avoir ravies à leurs époux ou à leurs parents lors de Jeux organisés à Rome42. Les Sabins ont alors mené une guerre contre les Romains, à laquelle les Sabines sont parvenues à mettre un terme43.

  • 44 « Les chefs s’avancèrent donc pour conclure un accord. Ils firent la paix et décidèrent en outre de (...)

38L’auteur de l’ouvrage apocryphe s’intéresse aux conséquences de cette guerre. Il ne lui a pas échappé que, à l’issue du conflit, les Romains et les Sabins ont fini par s’entendre : les deux peuples se sont mis d’accord sur un principe d’union politique des deux États. Les Sabins – désormais nommés Quirites, comme le rappellent aussi bien l’auteur du Tratado que Tite-Live – ont été intégrés à la population romaine44. C’est par l’intégration des vaincus sabins, par la réconciliation avec les ennemis d’hier, que les Romains sont parvenus à construire leur empire et à faire de Rome son centre. L’intention de l’auteur du Tratado est limpide. Ce dernier souhaite à Isabelle la Catholique de connaître, dans ses royaumes, le même destin que celui des Romains. En d’autres termes, l’Espagne peut être une deuxième Rome, si elle parvient à intégrer et à assimiler les vaincus morisques, comme avant elle Rome l’a fait avec les Sabins.

  • 45 Par exemple : « Lo segundo que, de ser un pueblo confederado con el romano, resulta un notable efet (...)
  • 46 Les titres des sources d’Antigüedad sont énumérés dans El pensamiento…, op. cit., p. 59.

39D’autre part, l’extrait du Tratado nous permet de déduire que son auteur connaissait le droit romain. Or, Francisco Bermúdez de Pedraza était non seulement juriste mais aussi compétent en droit romain, auquel il fait allusion à plusieurs reprises dans Antigüedad45. Enfin, plusieurs des sources utilisées afin d’écrire Antigüedad ont servi à la rédaction du Tratado. Comme l’auteur de l’ouvrage apocryphe, Francisco Bermúdez de Pedraza a eu recours à des témoignages épigraphiques qu’il a complétés avec des passages lus chez Tite-Live, dans la General Estoria d’Alphonse X, dans les chroniques d’Ahmad al Razi, de Ferdinand IV, d’Alphonse XI, de Jean II, dans les chroniques écrites par Fernando de Pulgar, Esteban de Garibay, Luis del Mármol Carvajal et Jerónimo Zurita46.

  • 47 Juan CALATRAVA, « Contrareforma e imagen de la ciudad : la Granada de Francisco Bermúdez de Pedraza (...)
  • 48 Ibid., p. 421.
  • 49 Ibid., p. 423 et p. 430.

40Aussi bien dans le Tratado que dans Antigüedad, le désir de rendre hommage à la ville de Grenade et à ses habitants est palpable. Antigüedad témoigne du goût des Espagnols de la deuxième moitié du XVIe siècle et de tout le XVIIe siècle pour l’historiographie urbaine47. L’ambition des auteurs de chroniques urbaines était de retracer l’histoire d’une ville depuis ses origines mais aussi de défendre et de justifier les privilèges obtenus tout au long de l’histoire par la ville en question, qui parvenait à acquérir une supériorité morale et historique sur d’autres cités48. Au moment où Francisco Bermúdez de Pedraza écrivait Antigüedad, Grenade était une ville en crise, splendide naguère mais meurtrie par le départ des Morisques qui furent contraints de la quitter49. Dans Antigüedad, l’auteur s’efforce de faire l’éloge de tous les Grenadins : celui des chrétiens de son temps, mais aussi celui des musulmans ayant habité la ville pendant plusieurs centaines d’années.

  • 50 D’ailleurs, la question de la crédibilité de la production historique de Bermúdez de Pedraza a été (...)

41Si Francisco Bermúdez Pedraza a rendu hommage à l’ensemble des enfants de Grenade, il s’est également fait le complice de Pedro de Granada Venegas. Il est pour le moins surprenant qu’un historien comme lui, ayant lu la plupart des chroniques royales ou générales écrites au Moyen Âge et au XVIe siècle, accepte sans sourciller une version unique et discutable de l’histoire de l’émirat de Grenade50. Pourquoi inclure dans Antigüedad puis dans Historia eclesiástica un récit qui, par sa singularité, tranche franchement avec tous ceux des chroniqueurs précédents si ce n’est pour participer bien volontairement à l’entreprise mémorielle et à la promotion des ambitions personnelles des Granada Venegas ?

42L’hypothèse selon laquelle Francisco Bermúdez de Pedraza a écrit le Tratado est envisageable : sa complicité avec le lignage morisque Granada Venegas, sa proximité avec l’Academia de Granada, sa formation de juriste qui a pu être exploitée au sein du prologue de l’ouvrage apocryphe, sa connaissance de l’historiographie castillane, son intérêt pour l’histoire de la ville sont des éléments appuyant cette thèse. Si elle était exacte, Francisco Bermúdez Pedraza aurait écrit le Tratado dans les années 1595-1601, c’est-à-dire au moment où l’activité littéraire de l’Academia de Granada était soutenue. L’ouvrage apocryphe serait l’œuvre de jeunesse d’un homme alors âgé d’une petite vingtaine d’années, capable de connaître et de corriger le Compendio de Garibay, avant de se lancer dans une entreprise d’écriture de l’histoire de Grenade plus ample, avec des sources plus nombreuses, dont une qu’il aurait créée de toutes pièces à la demande de Pedro de Granada Venegas.

***

  • 51 Voir Frédéric ALCHALABI, « Inventer, prouver, convaincre dans Origen de la Casa de Granada (manuscr (...)

43En plus du Tratado et des Claros varones de Castilla apocryphes, deux autres œuvres ont pour ambition de rendre hommage au lignage Alnayar. La première, Origen de la Casa de Granada, prend la forme d’une œuvre généalogique mêlant des documents authentiques à de faux témoignages51. Elle peut avoir été écrite dans un temps long : entamée après la rédaction du Tratado, elle a peu à peu été complétée avant d’être achevée après 1660. La deuxième est une œuvre iconographique. Les membres de l’Academia de Granada se réunissaient dans la pièce principale de la Casa de los Tiros, la Cuadra dorada. La salle est impressionnante : le visiteur qui, de nos jours, entre à l’intérieur remarque immédiatement la présence au plafond de portraits d’hommes et de femmes s’étant illustrés dans l’histoire de l’Espagne, accompagnés d’inscriptions apportant des précisions biographiques. Nous voyons le portrait d’un homme présenté comme étant Alphonse X et nous lisons une inscription : « Alfonso, Rey de Castilla, español, entre otras muchas hazañas, dio a la emperatriz de Constantinopla XV marcos de oro con que rescatar a su marido de los turcos ». Ce n’est qu’après les travaux de restauration de la Casa de los Tiros, achevés en 1929, que cette inscription est devenue lisible. Elle était jusqu’alors recouverte par des lignes consacrées à un autre Alphonse, Alonso de Granada, le fils de Yahya Alnayar/Pedro de Granada. Jusqu’en 1929, l’inscription suivante masquait celle relative à Alphonse X : « Alonso de Granada, entre otras muchas hazañas que hizo, ganó una victoria de los moros en la Vega de Granada y siete banderas en Adra ».

44La correction de l’histoire, la reformulation de chroniques étaient des pratiques courantes chez les Granada Venegas. L’exemple de la Cuadra dorada est explicite : les descendants morisques du lignage Alnayar vivaient entourés d’œuvres mélangeant le vrai et le faux, consacrées à l’histoire de leurs glorieux ancêtres. L’histoire et l’historiographie médiévales étaient au centre des préoccupations de la famille. Elles l’étaient aussi, plus largement, pour d’autres Morisques comme Miguel de Luna – l’auteur d’une chronique du roi Rodrigue défait en 711 par l’armée de Tarik et imprimée en 1592 – ou bien pour des écrivains désireux de diffuser l’histoire de Grenade à l’instar de Francisco Bermúdez de Pedraza.

45À ma connaissance, pratiquement aucune étude n’est consacrée à la question de la réception de la production historique médiévale par l’élite morisque de Grenade. Elle est pourtant centrale. Après la dispersion des Morisques de Grenade, avant l’expulsion d’Espagne de l’ensemble des Morisques de la péninsule Ibérique, au moment où des falsifications étaient conçues à Grenade, il était important pour l’élite morisque grenadine de retracer l’histoire médiévale espagnole afin d’y trouver non seulement des traces d’ascendance noble et royale plus ou moins exactes mais aussi des témoignages de l’existence de liens étroits unissant les chrétiens aux musulmans. Les descendants des Alnayar n’ont pas été inquiétés par l’expulsion des Morisques des années 1609-1614. L’activité historiographique promue par la famille Granada Venegas n’est peut-être pas étrangère à la décision permettant à cette dernière de connaître un sort différent de celui réservé à la masse morisque.

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, la forme Fernando de Pulgar (et non Fernando del Pulgar ou bien encore Hernando del Pulgar) est préférée puisqu’il s’agit de celle qui apparaît dans les documents de l’époque.

2 Il s’agit des manuscrits 9227, 18738, 7867 (Bibliothèque Nationale de Madrid), 150 (Académie Royale Espagnole de Madrid), II/1746 (Palais Royal de Madrid), 1731 (Bibliothèque de l’Université de Salamanque), 51-II-11 (Biblioteca da Ajuda de Lisbonne), 431 vermelho (Biblioteca da Academia das Ciências de Lisbonne), Fondo Foulché-Delbosc 440 (Bibliothèque Nationale d’Argentine de Buenos Aires).

3 Je prépare l’édition critique des trois versions. Celle de la branche minoritaire sera prochainement publiée dans Les livres d’e-Spania.

4 Le travail s’intitule Le charme du Maure. Enquête sur le Tratado del origen de los reyes de Granada, œuvre apocryphe attribuée à Fernando de Pulgar (Bibliothèque de l’Académie Royale Espagnole de Madrid, manuscrit 150). Il sera prochainement publié dans Les livres d’e-Spania.

5 Les données biographiques mentionnées ici sont détaillées dans la thèse inédite de Gonzalo PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, Programa de literatura española, Departamento de filología española, Universitat Autònoma de Barcelona, 1998. Lire aussi José FRADEJAS LEBRERO, « Fernando de Pulgar vida y obra », in : Isabel la Católica y Madrid : ciclo de conferencias, Madrid : Instituto de Estudios Madrileños, CSIC, 2006, p. 109-143, Francisco CANTERA, « Fernando de Pulgar y los conversos », Sefarad : revista de la escuela de Estudios Hebraicos, 4 (2), 1944, p. 295-348, Fernando del PULGAR, Juan de Mata CARRIAZO (éd.), Crónica de los reyes católicos. Edición facsímil, 2 t., presentación de Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ y estudio preliminar de Gonzalo PONTÓN, Grenade-Séville-Madrid : Universidad de Granada, Universidad de Sevilla, Marcial Pons, 2008.

6 Sur Pedro Vallés, lire José de JAIME GÓMEZ, José María de JAIME LORÉN, « Pedro Vallés, paremiólogo aragonés del siglo XVI », Paremia, 6, 1997, p. 349-354.

7 Je souligne les passages qui suivent.

8 Ms. 150, fol. 2v-3r.

9 « A las espaldas del cuarto de los Leones, hacia mediodía, estaba un rauda o capilla real, donde tenían sus enterramientos, en la cual fueron halladas el año del Señor mil quinientos setenta y cuatro unas losas de alabastro que, según parece, estaban puestas a la cabecera de los sepulcros de cuatro reyes de esta casa ; y en la parte de ellas que salía sobre la tierra, porque estaban hincadas derechas, se contenían de entrambas partes epitafios en letra árabe dorada puesta sobre azul, en prosa y en verso, en loa y memoria de los yacentes », Historia del rebelión y castigo de los moriscos del reino de Granada, Grenade : Editorial Universidad de Granada, 2015, p. 36-37, je souligne.

10 Voir Darío CABANELAS RODRÍGUEZ, El morisco granadino Alonso del Castillo, Grenade : Patronato de la Alhambra, 1965, p. 89-97.

11 Ms. 150, fol. 8r ; ms. 7867, fol. 8r. Je souligne.

12 Ms. 7867, fol. 99r. Je souligne.

13 Ms. 150, fol. 6r-6v.

14 « Para entender mejor en cuánto crecimiento fueron las cosas de aquella ciudad, en daño y destruccion de la cristiandad, no es inconveniente repetir en este lugar una cosa muy señalada que se ha ya referido en estos anales, de que informaron los embajadores del rey don Jaime el segundo al papa Clemente quinto en el año de mil trescientos once, estando celebrando concilio universal en la ciudad de Viena que en aquel año en la ciudad de Granada habia doscientas mil personas y no se hallaban quinientas que fuesen moros de natura que no tuviesen madres como padres o abuelos cristianos, y habia cincuenta mil que habían renegado la fé católica, y pasaban de treinta mil cristianos que estaban cautivos en aquel reino », Jerónimo ZURITA, Anales de la Corona de Aragón, in : Las glorias nacionales : grande historia universal de todos los reinos, provincias, islas y colonias de la monarquía española desde los tiempos primitivos hasta el año 1852, 6 t., t. 4-5 (2), Madrid-Barcelone : Librería de la Publicidad-Librería Histórica, 1852, p. 634.

15 Juan de Mata CARRIAZO, « Las arengas de Pulgar », Anales de la Universidad Hispalense. Facultad de Filosofía y Letras, 15, 1954, p. 43-74.

16 Parmi les détracteurs, nous trouvons Lorenzo Galíndez de Carvajal pour qui Fernando de Pulgar a manqué d’impartialité lorsqu’il a écrit la Chronique des Rois Catholiques. Lire G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar en su contexto histórico y literario, op. cit., p. 59-61.

17 G. PONTÓN, La obra de Fernando de Pulgar, op. cit., p. 56, note 60, et p. 64.

18 Ginés PÉREZ DE HITA, Paula BLANCHARD-DEMOUGE (éd.), Historia de los bandos de Zegríes y Abencerrajes (Primera parte de las Guerras civiles de Granada), Madrid : Bailly-Baillière, 1913, p. XXVIII-LI. Mateo ALEMÁN, Francisco RICO (éd.), Guzmán de Alfarache, Barcelone : Planeta, 1983, p. 194-197.

19 J’utilise Esteban de GARIBAY Y ZAMALLOA, Los qvarenta libros del compendio historial de las chronicas y vniversal historia de todos los Reynos de España. Compvestos por Estevan de Garibay y Çamalloa, de nacion Cantabro, vezino de la villa de Mondragon, de la Prouincia de Guipuzcoa, diuidido en quatro tomos. Dirigidos al dotor Monserrate Ramon, y del Consejo de su Magestad, en el Principado de Cathaluña. Año 1628. Impresso en Barcelona: Por Sebastian de Cormellas. Y a su costa.

20 Compendio, livre XXXIX, chapitre I, p. 324.

21 Je souligne les passages qui suivent.

22 Je souligne les passages qui suivent.

23 Les informations biographiques relevées sont tirées de Marina ROJO GALLEGO-BURÍN, El pensamiento jurídico y político de Francisco Bermúdez de Pedraza (1576-1655), Madrid : Marcial Pons, 2018, p. 21-53.

24 Ibid., p. 55-63. Lire aussi Manuel BARRIOS AGUILERA, La convivencia negada. Historia de los moriscos del Reino de Granada, Albolote : Editorial Comares, 2007, p. 494-500. J’utilise Francisco BERMÚDEZ DE PEDRAZA, Antigvedad y excelencias de Granada. Por el licenciado Francisco Bermudez de Pedraza, natural della: abogado en los reales consejos de su magestad. Dirigido a la muy noble, nombrada y gran ciudad de Granada. Año 1608. En Madrid, por Luis Sanchez, impressor del rey Nuestro Señor.

25 M. ROJO GALLEGO-BURÍN, El pensamiento…, op. cit., p. 64-71.

26 Voir M. BARRIOS AGUILERA, La invención de los libros plúmbeos. Fraude, historia y mito, Grenade : Universidad de Granada, 2011. Consulter également : M. BARRIOS AGUILERA, M. GARCÍA ARENAL, (coords.), Los plomos del Sacromonte. Invención y tesoro, Valence-Grenade-Saragosse : Universitat de València-Universidad de Granada-Universidad de Zaragoza, 2006.

27 Antigüedad, fol. 70r-70v. Je souligne.

28 Ibid., fol. 71v. Je souligne.

29 Ibid., fol. 67v-68r. Je souligne.

30 Ibid., fol. 71r.

31 Historia eclesiástica, 1638, fol. 155r.

32 Le Tratado a été également lu par Alonso López de Haro, qui mentionne précisément l’ouvrage dans la Segunda parte del Nobiliario genealógico de los reyes y títulos de España de 1622 : « (Don Pedro de Granada) juró a estos Católicos Reyes, como uno de los grandes señores y caballeros destos Reynos, segun escribe Hernando del Pulgar en su tratado genealógico de los reyes de Granada, folio 19 », Alonso LÓPEZ DE HARO, Segunda parte del Nobiliario genealógico de los reyes y títulos de España compuesto por Alonso López de Haro. En Madrid : por la viuda de Fernando Correa de Montenegro, 1622, p. 107, je souligne. Dans une lettre datée du 21 janvier 1658 de Séville, Vázquez Siruela écrit à Nicolás Antonio : « Hallé también la Historia manuscrita de los reyes moros de Granada escrita por Hernando del Pulgar buena y de [illisible] estilo, pero no de noticias particulares, porque casi toda ella es sacada de las historias de Castilla que tenemos, sin estudio mayor que haberlas reducido a un libro continuado », Bibliothèque Nationale d’Espagne, ms. 8809 fol. 23v. Vázquez Siruela, lui aussi, a eu accès à l’ouvrage – qu’il a trouvé dans la bibliothèque du marquis d’Estepa – mais son contenu l’a déçu. Je remercie Muriel Elvira, qui m’a révélé l’existence de cette lettre.

33 Voir Le charme du Maure, op. cit.

34 Lire Inmaculada OSUNA, Poética Silva. Un manuscrito granadino del Siglo de Oro, Cordoue-Séville : Universidad, 2000 et I. OSUNA, Poesía y academia en Granada en torno a 1600 : la Poética Silva, Séville : Universidad, 2003.

35 Consulter Pedro GAN GIMÉNEZ, « Una nómina de granadinos de antaño », Estudios sobre Literatura y arte dedicados al profesor Emilio Orozco Díaz, 2 tomes, Grenade : Universidad de Granada, 1979, 2, p. 31-51.

36 Antigüedad, Del Doctor Agustin de Texada y Paez, sans numéro de page. El Doctor don Francisco Faria, canónigo de la doctoral de la santa iglesia de Almeria, sans numéro de page.

37 Ibid., Aprobacion, sans numéro de page.

38 I. OSUNA, Poética Silva. Un manuscrito granadino del Siglo de Oro, op. cit., p. 20.

39 « Don Pedro de Granada Venegas escribio la perdida del rey don Sebastian, una egloga a la batalla naval y unas canciones al Monte Santo desta ciudad », Antigüedad, fol. 131r.

40 Ms. 150, fol. 6v.

41 « Les Romains étaient désormais assez forts pour soutenir la lutte contre n’importe lequel de leurs voisins ; mais le manque de femmes condamnait leur puissance à s’éteindre au bout d’une génération, s’ils n’avaient pas l’espoir de faire souche à Rome et si les autres peuples refusaient de s’unir à eux », TITE-LIVE, Annette FLOBERT (éd. et trad.), Histoire romaine. Livres I à V, Paris : GF-Flammarion, 2001, p. 68-69.

42 Ibid., p. 70-71.

43 Ibid., p. 77.

44 « Les chefs s’avancèrent donc pour conclure un accord. Ils firent la paix et décidèrent en outre de réunir les deux États ; le pouvoir royal fut partagé et le gouvernement concentré à Rome. La Ville avait ainsi doublé et les citoyens, pour accorder malgré tout une compensation aux Sabins, prirent le nom de Quirites, qui vient de Cures », ibid., p. 77.

45 Par exemple : « Lo segundo que, de ser un pueblo confederado con el romano, resulta un notable efeto en derecho que es ser tan libre y principal como el con tanta igualdad que los romanos cautivos por sus enemigos tienen derecho de post liminio en las ciudades confederadas. Esto es, accion de recuperar los derechos que por ser esclavos habian perdido huyendo de sus señores y poniendo los pies en los umbrales de las puertas de Roma o de otra ciudad confederada como Granada », Antigüedad, fol. 45r-45v.

46 Les titres des sources d’Antigüedad sont énumérés dans El pensamiento…, op. cit., p. 59.

47 Juan CALATRAVA, « Contrareforma e imagen de la ciudad : la Granada de Francisco Bermúdez de Pedraza », in : M. BARRIOS AGUILERA, M. GARCÍA ARENAL (coords.), Los plomos del Sacromonte. Invención y tesoro, Valence-Grenade-Saragosse : Universitat de València-Universidad de Granada-Universidad de Zaragoza, 2015, p. 419-457, p. 421.

48 Ibid., p. 421.

49 Ibid., p. 423 et p. 430.

50 D’ailleurs, la question de la crédibilité de la production historique de Bermúdez de Pedraza a été posée dans un courrier écrit à Séville, daté du 26 août 1642 et adressé à Juan Francisco Andrés de Uztarroz, par Rodrigo Caro. Celui-ci émet un jugement sévère à propos de Historia eclesiástica : « He leído también la historia de Granada que ha dado a la estampa don Francisco Bermúdez de Pedraza, y en materia de antiguedad romana falta mucho al decoro de este venerable principio, como vuestra merced vea cuando la lea, guiando su derrota por rumbos imaginados más que fundados en él. Mucho juicio ha menester quien saca a luz escritos que ha de examinar la erudición de los críticos, cuando no la malevolencia de los poco afectos », manuscrit 8389 de la Bibliothèque Nationale d’Espagne de Madrid, fol. 196v. Je remercie chaleureusement Muriel Elvira, qui m’a fait part de l’existence de cette lettre et qui m’a révélé son contenu.

51 Voir Frédéric ALCHALABI, « Inventer, prouver, convaincre dans Origen de la Casa de Granada (manuscrit 9/195, Bibliothèque de l’Académie Royale d’Histoire de Madrid) », à paraître dans le numéro 19 de la revue Atalaya.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Alchalabi, « La fabrique de l’histoire. À propos de l’activité historiographique de la famille morisque Granada Venegas aux environs de 1600 », e-Spania [En ligne], 32 | février 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/29697 ; DOI : 10.4000/e-spania.29697

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals