Navigation – Plan du site
Falsifications, polémiques historiographiques et création littéraire au Siècle d’Or

Juan de Vergara (1492-1557) vs Annius de Viterbe (1432-1502). Critique historique et épistémologie de l’histoire en Espagne au XVIe siècle : un enjeu politique

Renaud Malavialle

Résumés

Dans la cinquième des Ocho questiones del Templo (1551), le chanoine tolédan Juan de Vergara soulève les contradictions et incohérences que présentent certains des textes qu’Annius de Viterbe publia en 1498, en les attribuant à Bérose et Métasthène. Vergara s’intéresse précisément aux noms et à la succession d’une série de rois perses, sous le règne desquels le Temple de Jérusalem fut édifié, selon ces deux auteurs. Cet examen critique extrêmement minutieux et érudit fournit à Vergara l’occasion de démontrer que ces textes sont apocryphes et qu’Annius en est probablement l’auteur. Le faussaire déguisait son invention sous l’apparence de la rigueur critique, puisqu’il accompagnait ses affabulations de l’énoncé de grands principes de méthode historique. Tout en défendant Hérodote et Thucydide, Vergara rédige la plus minutieuse réfutation des falsifications du Viterbien qui ait été rédigée en langue espagnole. Or, pareille dénonciation présentait un enjeu politique des plus sensibles, puisque le moine italien avait par ailleurs mis son érudition au service de l’imaginaire historique de la monarchie hispanique. Vergara ne s’attaque pas directement à cette partie de la falsification d’Annius, mais invite la communauté savante à poursuivre l’examen critique des Antiquités, selon la méthode qu’il a proposée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Traduction française du texte de Lorenzo VALLA, La Donation de Constantin, J.-B. GIARD, Paris : Bel (...)
  • 2 Commentaria super opera auctorum diversorum de antiquitatibus loquentium; eiusdem chronographia etr (...)
  • 3 Sur les aspects biographiques concernant Giovanni Nanni, voir Robert WEISS, « Traccia per una biogr (...)

1Comme ses rivales européennes, la monarchie hispanique s’est vue abusivement flattée par le moine italien Giovanni Nanni ou Annius de Viterbe (1432-1502), passé maître en la matière. La démonstration par Lorenzo Valla, en 1440, que la « donation de Constantin », le document sur lequel la papauté avait fondé son prestige temporel, était un faux, a pu influer sur la conscience critique et sur le cynisme d’Annius1. Puisque l’institution qui justifiait ses prétentions au pouvoir temporel avait reposé aussi longtemps sur des pieds d’argile, pourquoi ne pas mettre l’affabulation, déguisée sous la forme d’une conscience critique aigue, au service d’autres pouvoirs, en l’occurrence la monarchie hispanique ? En effet le passé lointain de cette dernière a lui aussi fait l’objet d’une falsification d’envergure : dans les Commentaria ou Antiquitates2 (1498) dédiés aux Rois Catholiques, Annius de Viterbe prétend offrir un récit continu de la succession des monarques depuis les origines bibliques, en partant de Tubal, le premier roi prétendument responsable du peuplement de la Péninsule. Conseiller personnel du pape Alexandre VI, le moine italien offre la caution de son érudition aux prestigieux dédicataires dans un classique échange symbolique d’autorité3. Annius laisse entendre que les exploits des monarques hispaniques expulseurs des Gérions préfigurent la conquête du royaume de Grenade. L’adoption de ces récits par la monarchie rend délicate leur réfutation, d’autant que d’innombrables villes et territoires acquièrent à l’occasion le prestige de l’ancienneté.

  • 4 Voir Anthony GRAFTON, Joseph Scaliger. A Study in the History of Classical Scholarship, Textual Cri (...)
  • 5 Pour la critique d’Annius de Viterbe par Vives, voir J. CARO BAROJA, op. cit., p. 73, note 29, qui (...)

2Or, bien avant Juste-Joseph Scaliger, généralement considéré comme le grand fondateur de la critique historique des sources au XVIe siècle4, des disciples d’Érasme parmi lesquels des Espagnols, tels Juan Luis Vives et Juan de Vergara, l’ont illustrée en dénonçant l’imposture du Viterbien5. À l’appel du grand humaniste valencien, le chanoine tolédan Vergara (1492-1557) déjoue dans une analyse serrée les propos d’Annius et dénonce le caractère apocryphe des textes que le moine de Viterbe attribue à Mégasthène et à Bérose.

  • 6 Voir Fabrice QUERO, « D’une intimité à l’autre, érudition scripturaire, lecture d’humanité et visio (...)
  • 7 Comme le titre l’indique, le traité entend répondre à des difficultés sur l’identification des acte (...)

3À partir d’un dialogue épistolaire savant avec Iñigo López de Mendoza, marquis de Santillana et IVe duc de l’Infantado, qui interroge l’humaniste au sujet de la difficile concordance entre les textes sacrés et les auteurs profanes, Juan de Vergara compose le Tratado de las ocho questiones del Templo (1552)6. Cet ouvrage est l’occasion de contester l’authenticité de certains documents allégués par Annius, dans la Questión V qui représente exactement la moitié de l’ouvrage (55 folios sur 111)7. Outre des interprétations abusives de textes de référence, Juan de Vergara va cibler en particulier les efforts malveillants du moine italien pour discréditer les historiens grecs.

  • 8 En latin, voir Melchoris Cani…Opera, Madrid : Benedicto Cano, 1785. Voir l’édition récente de la tr (...)

4Un point stratégique doit être souligné : Juan de Vergara ne se risque pas à réfuter les successions royales de la monarchie hispanique, il se limite à prouver l’intention falsificatrice d’Annius sur d’autres périodes de l’histoire universelle, suggérant par l’exemple à la communauté savante de prolonger la démystification concernant d’autres époques. Melchior Cano reprendra une décennie plus tard certains acquis du Tratado de las ocho questiones del Templo, dans les parties consacrées aux autorités humaines de sa somme théologique8. Mais en Espagne les érudits avancent prudemment, car les humanistes chrétiens sont des clercs que la répression inquisitoriale invite à la plus grande prudence. Ils doivent aussi composer avec les intérêts de la monarchie qu’ils ont soin de ne pas léser. Mais leur critique n’en demeure pas moins ferme et implacable sur les points qu’elle s’attache à éclairer.

  • 9 Voir J. CARO BAROJA, op. cit., p. 49-67.

5Dans cet article, il s’agira d’exposer par un exemple historiographique, sur un point chronologique précis – celui de l’édification du Temple de Jérusalem et la chronologie des rois perses traité dans la Questión V –, l’acuité critique de Vergara, à partir d’une analyse des réponses qu’il apporte aux doutes et interrogations formulés par le duc. Nous montrerons en particulier comment l’humaniste érudit réfute les solutions proposées par Annius de Viterbe. Julio Caro Baroja rappelle que les compétences de Giovanni Nanni (né en 1432 à Viterbe) embrassent tout le savoir « instrumental » de la Renaissance9. Latiniste, helléniste et hébraïsant, il connaît l’arabe et le chaldéen, et a étudié l’histoire sacrée et de la chronologie dans le profond mouvement d’enthousiasme pour les études antiquaires des années 1452-1472 du Quatroccento. En 1499, il est censeur au Vatican où il examine les œuvres qui s’impriment à Rome au sein de la commission de l’Index. Il jouit donc d’une solide réputation à Rome et bénéficie de la confiance des papes Sixte IV dès 1471 et d’Alexandre VI de 1492 à 1503. Or le chanoine tolédan Juan de Vergara a lui aussi les compétences nécessaires pour déceler les manipulations d’Annius. En effet, le moine italien invoquait pour dater l’édification du Temple et établir la chronologie des rois perses, un texte de Mégasthène dont Vergara démontre l’inauthenticité, révélant les méthodes d’un faussaire aux intentions ambiguës. Si Juan de Vergara s’est contenté de suggérer le sens de cette imposture, nous verrons que l’exemplarité de son geste élève cet auteur au rang de fondateur de la critique historique hispanique. Sa signification a en effet une dimension historico-politique de première importance, quand la puissance espagnole est en plein essor en Europe, à l’orée du Siècle d’Or espagnol des arts et des lettres.

Juan de Vergara entre érudition biblique et critique historique

  • 10 Voir Marcel BATAILLON, Érasme et l’Espagne (première édition 1937), Paris : Librairie Droz, 1998),  (...)
  • 11 Marcel Bataillon relève la liberté et l’audace intellectuelles du chanoine tolédan. Elle est manife (...)
  • 12 Voir l’édition princeps du Tratado de las ocho questiones del templo propuestas por el... Duque del (...)
  • 13 Voir Juan de Vergara, op. cit.De la octava questión, fol. 107b-108a : « Pongamos pues, que a diez (...)
  • 14 Voir J. CARO BAROJA, ibid.

6Juan de Vergara (1492-1557) est un disciple d’Érasme et un ami de Vives10 d’une exceptionnelle érudition en histoire sacrée, ecclésiastique et profane11. Le Tratado de las ocho questiones del templo12 où il pourfend les inventions d’Annius est composé en 155113 et imprimé l’année suivante. Ce traité dialogué reprend en les citant des extraits de la correspondance entre le duc et l’humaniste. À la demande du magnat, l’humaniste recherche la cohérence entre les sources bibliques et les profanes sur la contribution à la reconstruction du Temple de Jérusalem par les différents rois de l’empire perse, ou au contraire sur leur opposition. La Questión V, qui représente la plus grande partie de l’ouvrage, traite en outre de la chronologie de ces rois, de la fin de la puissance mède – au VIIe siècle avant notre ère –, jusqu’à l’Empire d’Alexandre – en 330 avant notre ère –, une chronologie en partie révélée par Esdras et Daniel. Certains passages obscurs de ces textes ne permettent cependant pas d’établir une cohérence satisfaisante avec les auteurs profanes. L’Égyptien Mégasthène (340 av. J.-C.-282) ou l’Hébreu Philon (20 av. J.-C.- 45 ap. J.-C.), Flavius Josèphe (37-100), Eusèbe de Césarée (265-339) et Saint Jérôme (347-420) ont cherché de possibles concordances, sans toutefois parvenir à tout éclairer. Ils lèguent cependant plusieurs hypothèses de concordances. Juan de Vergara entend démystifier l’œuvre apocryphe d’Annius de Viterbe14, dans laquelle le moine prétendait résoudre toutes les incertitudes en accompagnant de surcroît ses impostures d’une définition rigoureuse des règles de la critique historique. C’est donc sur un point précis d’érudition biblique et historique que l’humaniste illustre son engagement critique face aux mensonges recouverts d’un voile de proclamations méthodiques.

L’édification du Temple de Jérusalem

  • 15 Esdras, 6-4 [trad. Louis Segond] : « La première année du roi Cyrus, le roi Cyrus a donné cet ordre (...)

7Le duc interroge Juan de Vergara sur une difficulté : l’établissement des rois perses qui ont contribué à la reconstruction du Temple de Salomon. Esdras VI signale que trois rois, Cyrus, Darius et Artaxerxès ont observé l’injonction divine de réédifier ce Temple15. Mais Flavius Josèphe (37/38-100) et Eusèbe de Césarée (265-339) prétendent pour leur part qu’Artaxerxès est plutôt connu pour son opposition à l’édification. D’après d’autres sources, il apparaît de surcroît que ce dernier roi est bien trop éloigné de Darius dans le temps. Les différentes successions royales chronologiques établies par les histoires ecclésiastiques et profanes se présentent ainsi : Cyrus, Cambyse, Darius, Xerxès, Artaban et enfin Artaxerxès. Valère Anselme (IIIe siècle) quant à lui, dans le Catalogue des années, propose cette chronologie : Darius et Cyrus, Cyrus seul, Artaxerxès Priscus, Cyrus Artaban. Celle d’Eusèbe est la suivante : Cyrus, Cambyse, Les Mages, Darius, Xerxès, Artaban, Artaxerxès. Enfin Mégasthène prétendait établir la succession suivante :

  • Cyrus et Darius ensemble.

  • Cyrus seul.

  • Artaxerxés Assuérus l’ancien.

  • Darius Longue Main.

  • Dario Le Bâtard.

  • Artaxerxès Le grand.

8Le duc suggère que le texte d’Esdras n’est pas contredit : ces trois rois peuvent en effet tous avoir commandé la réédification du Temple. Mais alors, ajoute-t-il, un doute encore plus grand surgit : le troisième roi ne peut pas être Cambyse : s’il est bien aussi nommé Artaxerxès, il n’est pas moins connu pour s’être opposé à l’édification. S’il s’agit de l’autre Artaxerxès, fils de Xerxès et petit-fils de Darius, la contradiction avec Esdras et d’autres auteurs pour qui l’édification du Temple s’est achevée du temps de Darius Hystaspis n’est pas moins problématique. La première solution contredit ce que l’on sait de Cambyse et la seconde contredit Esdras et des auteurs crédibles.

  • 16 L’auteur a évoqué cette coutume onomastique dans la Questión précédente (IV).
  • 17 Bède le Vénérable, moine et historien anglais au savoir encyclopédique. Voir Bède le Vénérable. His (...)

9En réponse, Juan de Vergara examine plusieurs solutions : selon certains auteurs Darius et Artaxerxès sont un seul et même roi : Darius Hystaspis ; son nom serait Darius, mais la dignité royale se dirait Artaxerxès, comme César pour les empereurs romains16. Deux rois seulement auraient alors contribué à la construction du Temple : Cyrus et Darius Artaxerxès, en se succédant à des époques proches quoique différentes. L’érudit considère néanmoins que cette interprétation, manifestement celle de Flavius Josèphe (XI, 4 et XV), est difficile à soutenir, parce que les textes sacrés n’utilisent jamais de conjonction de coordination pour exprimer les deux noms d’une même personne. L’humaniste érudit étudie alors une autre hypothèse : Artaxerxès « Longue Main » aurait confié à Esdras des verres d’or et de l’argent qui auraient contribué à l’ornement du Temple. Avec Cyrus et Darius Hystaspis, il pourrait ainsi être compté au nombre des édificateurs, comme c’est l’avis de Bède (675-735)17. Mais notre auteur envisage une autre interprétation : Darius Mède, nommé Cyaxare, l’oncle de Cyrus avec qui il a partagé le trône, a pu libérer le peuple avant ce dernier, comme Daniel l’atteste. Compte tenu de l’utilisation générique de l’épithète Artaxerxès, partagée par plusieurs rois, le Temple a pu être édifié par Cyrus, Darius Mède et Artaxerxès Darius Hystaspis, les trois rois évoqués dans Esdras. Cette interprétation s’inspire du Livre de Daniel alors censé éclairer l’histoire profane.

La succession des rois perses

  • 18 J. de VERGARA, op. cit., fol. 37a.

10Il reste cependant la question de la succession des rois perses, qui introduit des divergences au sein desquelles intervient la falsification d’Annius de Viterbe. Un chapitre de la Questión V explique ainsi la Variedad de opiniones que en la questión se tocan cerca de la sucesión de los reyes de Persia18:

  • 19 Ibid. : « Quanto a la diversidad de opiniones que V. S. ilustrísima toca cerca de la sucesión de lo (...)

Quant à la diversité des opinions que Votre Seigneurie évoque au sujet de la succession des rois de Perse, pour la comprendre et éviter la confusion que de telles variations provoquent à l’intelligence et à la mémoire, il faut noter que cette succession fait l’objet, principalement, de deux opinions diverses, auxquelles toutes les autres se réduisent19.

  • 20 Ibid. fol. 37a/b : « Una, y la más común es la que Eusebio en su Chronicon sigue : donde se ponen l (...)

11La diversité érode la crédibilité de l’histoire ancienne aux yeux des amateurs de cette science. Vergara entend l’assumer, mais après un effort pour relativiser les contradictions. Il les ramène à la concurrence entre deux théories des successions dynastiques, une hésitation entre deux systèmes rivaux. L’humaniste tente ainsi une explication de la première opinion qu’il attribue à Eusèbe de Césarée20 :

ROIS

ANNÉES

ou MOIS.

I. Cyrus

XXX

II. Cambyse (fils de Cyrus)

VIII

III. Les deux frères Mages

7 mois

IV Darius (fils de Hystaspis)

XXXVI

V. Xerxès (son fils)

XX

VI. Artaban

7 mois

VII. Artaxerxès « Longue Main »

XL

VIII. Xerxès II

2 mois

IX Sogdiano

7 mois

X. Darius Nothus (νοθος, le Bâtard)

XIX

XI. Artaxerxès Mnemon (fils)

XL

XII. Artaxerxès Ochus

XXVI

XIII. Arses (son fils)

IV

XIV. Darius (fils d’Arsame)

VI

  • 21 Smerdis serait le nom donné à Bardiva, second fils de Cyrus, égorgé par son frère Cambyse. Sa mort (...)
  • 22 Capitaine des gardes de Xerxès qu’il tua pour régner mais qui fut lui-même tué par Artaxerxès Ier.
  • 23 Juan de Vergara souligne que ce fut par exemple le cas d’Alphonse, le frère du roi Henri IV de Cast (...)

12Eusèbe de Césarée établit ici les règnes de quatorze rois perses sur une durée de deux cent trente années. Selon notre auteur, cette opinion concorde avec la chronologie d’Hérodote jusqu’à Xerxès Ier, contemporain de l’historien grec, et avec le témoignage de Thucydide, qui a écrit sur les mêmes rois. Thucydide prolonge incidemment la chronologie en écrivant l’histoire de son temps et en signalant donc les règnes d’Artaxerxès « Longue Main » et de Darius II Nothus (νοθος), dont il est contemporain. Dans ses exégèses de Daniel (VIII) et d’Ézechiel, Saint Jérôme suit intégralement cette opinion, Clément d’Alexandrie aussi. Flavius Josèphe, retient les mêmes noms et la même chronologie, même s’il diverge sur le comput des années de règne cumulées. Selon Vergara la différence de comput affichée par Thucydide tient à sa méconnaissance des rois Smerdis le Mage21, Artaban22 et Xerxès II, dont les règnes n’ont pas dépassé quelques mois23.

  • 24 J. de VERGARA, op. cit., fol. 39b : « Acerca de los cuales solos está todo el crédito y fidelidad p (...)

13L’autre opinion est celle du prêtre perse Mégasthène. Dans un petit traité intitulé Jugement des Temps et des Annales des Perses, ce prêtre se dit contemporain d’Alexandre et prétend ne jamais écrire « par ouï-dire », contrairement aux historiens grecs, mais seulement d’après les « annales authentiques » des deux monarchies abritant la véritable chronologie des rois, consignée par les prêtres du royaume, « auprès de qui sont déposées toute la crédibilité et toute la fiabilité publique et reconnue de leurs histoires, comme c’est le cas du Chaldéen Bérose, qu’il utilise, et de la bibliothèque publique de Suse »24. Après la succession des rois assyriens et mèdes, la succession des rois perses est alors, selon Mégasthène, la suivante :

Rois

Années

Cyrus et Darius ensemble

II

I.

Cyrus seul

XXII

II.

Priscus Artaxerxès Assuérus

XX

III.

Darius « Longue Main »

XXXVII

IV.

Darius Nothus (le bâtard)

XIX

V.

Artaxerxès Darius Mnemon

LV

VI.

Artaxerxès Ochus

XXVI

VII.

Arses

IV

VIII.

Darius (le dernier)

VI

  • 25 J. de VERGARA, op. cit., fol. 42b : « La diferencia destas opiniones es tan notable que pone admira (...)
  • 26 Ibid., fol. 42b-43a : « La averiguación y examen destas opiniones, para que se descubra el vano fun (...)

14Cet auteur compte cent-quatre-vingt-onze années de règne cumulées pour cette dynastie, ce qui semble confirmé par le décompte de Philon dans le Bréviaire des temps, corroboré en outre par les Septante. Vergara admet que la coïncidence entre Mégasthène, Philon, les Septante, Bérose et la librairie de Suse l’emporte souvent, dans l’esprit de beaucoup d’amateurs d’histoire ancienne, sur l’autorité d’Eusèbe ainsi contestée sur cette question. Et certains auteurs rejettent Saint Jérôme, le croyant abusé par les fables et autres fictions d’Hérodote. De telles divergences entre deux thèses principales sur des faits aussi importants sont bien sûr préoccupantes. Qu’une des principales civilisations de l’histoire, riche en talents universels, puisse léguer de telles lacunes à la postérité est pour le moins troublant, comme Vergara s’en émeut : « La diversité de ces opinions est si remarquable que ceux qui étudient l’histoire ancienne s’étonnent grandement de constater que dans une monarchie aussi illustre, en des temps où fleurirent tant d’excellents écrivains, il y ait tant d’obscurité qu’on peine à connaître la succession des rois ou alors, s’il ne manque pas de lumière, que tant d’écrivains nouveaux prennent autant de liberté au point d’oser modifier et altérer ce que les Anciens ont écrit à propos de leur propre époque »25. L’humaniste entrevoit de malicieuses mystifications et entend donc examiner attentivement ces solutions, afin de percer le secret de pareilles différences. Il entreprend ainsi « la vérification et l’examen de ces opinions, pour découvrir le fondement vain de certains écrivains modernes qui, retirant tout crédit à de très sérieux auteurs, aussi bien sacrés que profanes, l’accordent à d’autres, aussi vains qu’incertains »26.

La falsification : le « Mégasthène » d’Annius de Viterbe

15Juan de Vergara avançait donc prudemment l’idée d’une falsification, aujourd’hui bien connue, mais la façon dont elle avait abusé bien des hommes de lettres au-delà même du XVIe siècle requérait bien la solide démonstration qu’il entreprit. Les inventions d’Annius ne heurtaient en effet que les esprits très avertis, les plus attentifs. Érudit polyglotte, introduit dans les premiers cercles romains, le moine italien connaît très précisément les questions d’érudition biblique. Et il n’ignore rien de la passion de son époque pour les généalogies prestigieuses. Ses inventions répondent donc à toute sorte d’intérêts, de passions ou d’inquiétudes spirituelles, en falsifiant les sources mêmes de l’histoire antique :

  • 27 Ibid., fol. 43a : « Del cual engaño me parece el principal autor Jo. Annio Viterbense con aquellos (...)

L’auteur principal de cette imposture me semble être Annius de Viterbe, avec ses fragments d’auteurs anciens, ou présentés indûment comme tels, qu’il a commentés lui-même, et où il se met à énoncer des règles à propos du crédit que l’on doit accorder aux écrivains de l’époque, à partir, selon ses dires, de Mégasthène27.

  • 28 J. de VERGARA, op. cit., fol. 43b : « la opinión que Eusebio y Jerónimo con Herodoto y Thucydides s (...)

16Juan de Vergara prolonge la suspicion de fabrication de faux documents formulée par Vives. L’humaniste tolédan réalisera donc cet examen dans l’intérêt de tous les érudits et amateurs d’histoire ancienne pour rendre justice aux auteurs grecs, parce que « l’opinion qu’Eusèbe et Jérôme suivent avec Hérodote et Thucydide, qui est aussi la plus ancienne, est certaine et véritable »28. Il précise en quoi consiste la différence « en la réduisant au plus petit désaccord », et définit deux points essentiels : le nombre des années de la monarchie des Perses, deux-cent-trente selon Eusèbe contre cent-quatre-vingt-onze selon Mégasthène, et le nombre de rois, quatorze d’après Eusèbe, huit selon l’Égyptien.

  • 29 Johann Carion est un chroniqueur allemand proche des protestants. Il est l’auteur d’une Chronica (W (...)
  • 30 Carion proposait une conciliation des deux auteurs anciens qui aboutit à la suite dynastique suivan (...)
  • 31 L’auteur compare l’erreur à celle que l’on commettrait si l’on ajoutait les années de règne de Jean (...)

17Vergara n’est pas le premier humaniste à s’être intéressé au texte du pseudo-Mégasthène. Un chroniqueur allemand nommé Johann Carion (1499-1537)29 avait lui aussi confronté la liste des souverains perses de Mégasthène avec celle d’Eusèbe de Césarée30. Pour expliquer les contradictions entre les deux auteurs, Carion considérait que l’historien grec avait commencé son décompte au début du règne de Cyrus, avant la venue de ce roi à Babylone, d’où les vingt années de différence avec Mégasthène. Les autres contradictions seraient dues à un double compte de certains règnes commencés du vivant de leurs prédécesseurs31. Vergara estime l’argumentation convaincante, mais entend vérifier si l’hypothèse résiste à l’analyse. C’est bien le débat et non la polémique qui le motive : constatant que la différence obtenue dans le nombre des années n’est pas très significative et qu’elle n’affecte guère les comptes longs, il estime qu’elle ne mérite pas un examen plus approfondi.

18Le second point, celui du nombre et de la succession des monarques, fait surgir en revanche un désaccord trop important. Quand Mégasthène écarte les Mages, Artaban et Xerxès II, comme le fait aussi Thucydide, il ne contredit pas vraiment Eusèbe, pas davantage que lorsqu’il présente les règnes conjoints de Cyrus et de Darius. La seule différence notable, ce sont les trois rois Cambyse, Darius Hystaspis et Xerxès (son fils), qu’il situe entre Cyrus et Artaxerxès Longue Main. Mégasthène, lui, n’en connaît qu’un, nommé Artaxerxès Assuérus, fils de Darius et neveu de Cyrus.

  • 32 J. de VERGARA, op. cit., fol. 46b : « Contra la opinión de Metásthenes », fol. 47a : « Fueron reyes (...)

19Contre l’opinion de Mégasthène, Vergara s’engage dans un dialogue maïeutique virtuel : à ceux qui soutiennent cette opinion, il demande s’ils considèrent qu’Ataxerxès Assuérus est l’un des trois rois établis par Eusèbe. Ce serait alors le fils de Darius Mède et le neveu de Cyrus, ce qui n’est le cas d’aucun des trois rois d’Eusèbe. Cambyse, Darius Hystaspis et Xerxès n’auraient dans ce cas pas été rois de Perse, une hypothèse totalement invraisemblable au regard de l’histoire générale. Se figurer en effet que des rois d’une telle puissance aient pu ne pas exister est pure fantaisie : « Ce furent des rois extrêmement puissants et nier qu’ils ont régné en Perse revient à nier la lumière du soleil à midi ou ce serait comme si nous affirmions que les Césars Auguste, Tibère ou Caius ne furent pas des empereurs romains »32.

  • 33 J. de VERGARA, op. cit., fol. 47b : « […] como ahora hablamos de los reyes cathólicos don Fernando (...)

20Hérodote et Thucydide se réfèrent à eux comme à des rois contemporains, évoquant des rois de leur époque « comme nous parlons aujourd’hui des Rois Catholiques Ferdinand et Isabelle, de leurs enfants et petits-enfants »33.

  • 34 J. de VERGARA, op. cit., fol. 51a : « Desta manera lo querría este autor dejar concordado, como hom (...)
  • 35 J. de VERGARA, op. cit.fol. 51b-53a : « Esto Jo. Carion no lo prueba. Mas ayudémosle a la probanz (...)
  • 36 Id., « […] así parece quedar probado lo que Joan Carion presupone ».
  • 37 Id., « […] Mas todavía esto no satisface para el propósito de la concordia »
  • 38 J. de VERGARA, op. cit., fol. 54b.

21Par ailleurs, si Vergara réfute l’argumentation de Johann Carion qui prétendait trouver une concordance entre Eusèbe et Mégasthène, il le fait en rendant hommage à son prédécesseur, dont l’échec ne disqualifie pas la méthode, puisqu’il « souhaitait établir une cohérence, en bon savant qui ne pouvait douter des histoires authentiques de ces rois et qui, sur ce point, dans la mesure du possible, tentait de rendre justice à l’autorité de Mégasthène et de Philon »34. La réfutation demeure exemplaire de sa volonté de favoriser la clarté du débat : « Cela, Johann Carion ne le démontre pas. Mais aidons-le dans sa démonstration grâce à l’autorité d’Hérodote »35. Si Vergara pense que « ce que Johann Carion présuppose semble alors démontré »36, il estime que la cohérence n’est toujours pas satisfaite37. Vergara accorde à Carion le bénéfice du doute, mais, même avec l’aide d’Hérodote, que Carion ne semble pas vouloir suivre, la concordance proposée par celui-ci ne fonctionne pas. Vergara refuse de rejeter l’autorité de l’historien grec, souvent accusé d’être un auteur de fables (« escritor fabuloso »38). Loin de tout idéalisme éthique, il ne juge pas un auteur d’un bloc. Concernant Hérodote, son esprit analytique admet que l’historien grec puisse insérer dans son récit des fables, sans que l’intrigue générale et son authenticité n’en soient cependant affectées. Les digressions ou incursions poétiques d’Hérodote ne retirent pas à la narration principale sa crédibilité :

  • 39 Ibid., fol. 54b-55a : « Especialmente en las cosas de sus tiempos públicas y generales, como son lo (...)

En particulier pour ce qui concerne les affaires publiques et générales de son temps, telles que le sont les époques et les noms des rois. Même Plutarque, qui s’est donné comme tâche d’écrire contre Hérodote, ne l’accuse pas d’une erreur aussi grossière. Cicéron dit d’Hérodote, au début du De legibus, qu’il avait écrit beaucoup de fables, mais il ne le nomme pas moins père de l’histoire39.

  • 40 Sur cet aspect aussi, Juan de Vergara est repris dans le De locis theologicis de Melchor CANO, op.  (...)

22Ce jugement sur les historiens grecs, et en particulier sur Hérodote, sera prolongé par celui de Melchor Cano dans le De locis theologicis, où le théologien espagnol défend l’intérêt de l’histoire humaine : « Plutarque, qui a traqué de sa critique les plus minces erreurs d’Hérodote, l’aurait attaqué sur ce point »40.

Les critères de Juan de Vergara

23Le critère utilisé par l’humaniste peut être formulé selon le syllogisme suivant : soit un auteur dont nous souhaitons connaître les faiblesses ; soit par ailleurs un second auteur, non moins informé que le premier et qui travaille à le réfuter. Si l’authenticité d’un propos essentiel chez le premier n’est pas mise en cause par le second, il est raisonnable d’y voir un élément de preuve objectif à mettre au crédit du premier. Dans ce cas particulier, Plutarque écrit contre Hérodote et cherche à dénoncer sans concession les erreurs les plus graves et grossières. S’il ne dit rien concernant les rois perses, c’est vraisemblablement parce qu’il n’y a rien à reprocher à Hérodote sur ce plan.

  • 41 J. de VERGARA, op. cit., fol. 57b : « Resúmense los motivos de la opinión de Megástenes para respon (...)
  • 42 Ctésias de Cnide était un médecin grec au service d’Artaxerxès II (Ve siècle avant notre ère).

24Parmi les textes attribués à Mégasthène, Juan de Vergara ne distingue pas ceux dont on peut confirmer l’authenticité de ceux qu’il compte dénoncer comme des faux. L’humaniste accorde ainsi le bénéfice du doute, admettant la cohérence prétendue de la source invoquée pour soutenir une proposition audacieuse qu’il travaille à prendre en défaut. Son souci didactique l’invite à dresser le bilan des arguments essentiels dans un chapitre particulier : « Où l’on résume les motifs de l’opinion de Mégasthène afin de leur répondre »41. Les sources fondamentales de cet auteur font autorité : le Chaldéen Bérose, qu’il prétend suivre scrupuleusement, et l’Hébreu Philon qui allègue les Septante, prétendant par ailleurs puiser aux sources officielles, comme les annales de Suse. En outre, Annius allègue Ctésias de Cnide42 et Diodore de Sicile pour invoquer des règles précises afin d’évaluer la crédibilité de quiconque écrit sur les successions dynastiques. L’assimilation entre Annius et les textes de Mégasthène est postulée comme si les deux auteurs se confondaient réellement. Vergara cite ainsi intégralement le passage du texte censé être de l’Égyptien et la critique qu’il lui applique vaut bien sûr pour Annius de Viterbe :

  • 43 J. de VERGARA, op. cit., fol. 58b : « Los que pretenden escribir de los tiempos, necesario es que n (...)

Ceux qui prétendent écrire sur les dates des règnes ne doivent absolument pas rapporter des faits connus par ouï-dire ou selon des avis ; car en écrivant d’après des avis, comme les Grecs, ils s’abuseraient eux-mêmes, et avec eux les autres, comme le font les Grecs, et poursuivraient toute leur vie dans l’erreur. Il faut procéder sans erreur, ce qui est possible si, en suivant seulement les annales des deux monarchies, nous écartons toutes les autres comme fabuleuses. C’est en effet dans ces annales que sont consignés les dates des règnes, les rois, leurs noms aussi clairement et véritablement mis en ordre qu’ils ont magnifiquement régné. Et il ne faut pas non plus recevoir tous ceux qui écrivent sur ces rois, mais seulement les prêtres de ce royaume, qui sont dépositaires de la fiabilité de leurs annales publiquement et généralement reconnue, tels le Chaldéen Bérose. Ce Chaldéen en effet a mis en ordre toute l’époque des Assyriens grâce aux annales anciennes43.

  • 44 J. de VERGARA, op. cit., fol. 59a, Glosa de Joan Annio Viterbiense sobre el dicho texto de Metásthe (...)

25La glose d’Annius de Viterbe sur les textes de l’Égyptien est reproduite intégralement, sur deux pages (« Telles sont les paroles de Mégasthène qu’Annius de Viterbe commente comme suit »44). Quelques extraits permettront d’appréhender la question. Le début du texte d’Annius montre quelle était l’ambition du moine italien. L’indice de falsification le plus sûr est souvent celui du ton de la certitude, comme le confirme le registre prescriptif du commentaire d’Annius :

  • 45 Ibid., fol. 59a-b, « Glosa de Joan Annio Viterbiense sobre el dicho texto de Metásthenes », p. 45 : (...)

Mégasthène nous donne des règles pour établir les dates des règnes, afin que nous sachions grâce à elles estimer quels auteurs méritent d’être jugés crédibles, et quels autres doivent être rejetés. La première règle est la suivante. Doivent être reçus sans contradiction tous ceux qui ont écrit et bénéficié d’un crédit public et officiel ; et il déclare que les prêtres étaient autrefois des notaires publics de ce qui se passait et des dates des règnes : ou bien parce qu’ils étaient présents, ou bien parce qu’ils tiraient ces informations d’autres notaires plus anciens, comme aujourd’hui l’on considère comme un instrument public et officiel ce qui est publié par un notaire présent, ou ce que le notaire d’aujourd’hui rapporte d’un autre plus ancien45.

26À partir de la règle de l’infaillibilité des documents officiels de la monarchie perse, Annius institue un auteur connu comme référence privilégiée :

  • 46 Ibid., fol. 59b-60a : « La segunda regla es ésta : los hechos y annales de las cuatro monarchías na (...)

« La seconde règle est celle-ci : les faits et les annales des quatre monarchies, personne ne peut les nier ni les rejeter parce qu’ils étaient les seuls à être reconnus officiellement et étaient conservés dans les librairies et les archives. Et ainsi dans Esdras nous lisons que les débats sur la réparation du Temple s’appuyaient sur les annales des Perses, conservées dans les bibliothèques. Et c’est pourquoi Ctésias de Cnide est fiable sur les dates de règne des rois perses, parce qu’il a transcrit les annales publiques »46.

27Ctésias de Cnide devient, selon Annius, la meilleure source narrative de l’histoire de la monarchie perse, parce qu’il écrivait à partir de documents officiels, selon les critères de la plus saine critique historique. La concordance des sources peut valider un témoignage « privé », ou par ouï-dire, mais les annales sont légitimement souveraines en cas de divergences. Le seul indice suspect concerne ici encore la tonalité péremptoire de la formulation :

  • 47 Ibid., fol. 60a-61a: « Tercera regla. Los que de solas oídas, o por opiniones escriben, siendo pers (...)

Troisième règle. Ceux qui écrivent d’après des avis ou des ouï-dire et qui sont des personnes privées ne doivent recevoir aucun crédit en matière de chronologie, à moins de concorder avec les sources publiques. Ce qui est démontré par le fait que ceux qui écrivent par ouï-dire et d’après des avis se contredisent les uns les autres, comme le firent les Grecs qui – comme Mégasthène le remarque et comme Josèphe dans son Contre Apion le démontre – divergent entre eux sur la chronologie, et s’accusent les uns les autres de mensonge, comme le mépris entre Hérodote, Acousilaos, Timée de Tauroménion, Éphore de Cyme ou Hellanicos en témoigne. Et il remarque que Josèphe, grâce à ces règles de Mégasthène, fait valoir un important argument pour soutenir que les Grecs n’ont pas reçu l’écriture de Cadmos : aucune archive des prêtres ni aucune bibliothèque publique n’en a jamais donné la garantie ni la reconnaissance générale. […] Dans la monarchie des Assyriens, parce qu’il a écrit sur la foi de documents publics, c’est au Chaldéen Bérose qu’il faut accorder le plus de crédit pour la chronologie de cette monarchie, à lui et aux Perses qui l’ont suivi, parmi lesquels se trouve Mégasthène ; et également aux Grecs qui en ont fait autant, comme c’est le cas de Xénophon dans Des équivoques, d’Archiloque et d’Eusèbe47.

28Enfin, les critères d’Annius visent à ostraciser définitivement et grossièrement les auteurs grecs :

  • 48 Ctésias de Cnide apparaît dans livre II, et non dans le livre III, de l’Histoire universelle de Dio (...)
  • 49 Ibid., fol. 61a-b : « Repélense […] Herodoto, Hellanico, Agesilao y de los latinos Justino, Gelio y (...)

On rejettera […] Hérodote, Hellanicos de Mytilène, Acousilaos et les Romains Justinien, Gelle et Orose. Durant la seconde monarchie des Perses et des Mèdes, les auteurs dignes de foi furent le Perse Mégasthène et Ctésias de Cnide, comme l’a remarqué Diodore dans le troisième [livre]48. On rejettera, parmi les Hébreux, Josèphe et Clément, parmi les Grecs Tatien et Eusèbe, parce qu’en suivant des opinions privées et en négligeant les sources publiques, ils rendent compte de rois et d’époques qui n’apparaissent pas dans les bibliothèques et les annales49.

29Annius cherche, en fin de compte, à fonder un point d’histoire ancienne concernant la libération du peuple juif :

  • 50 Ibid., fol. 61b : « […] Y contra toda fe pública escriben que Cyro dio licencia a los Hebreos cauti (...)

[…] Et contre toute source publique ils écrivent que Cyrus a libéré les Hébreux captifs à Babylone et qu’il est mort avant que Darius, son oncle, prît possession de Babylone. Eusèbe lui-même, qui dans la troisième monarchie des Grecs et dans la quatrième des Romains suit les sources publiques des annales, est fiable. De la même manière, Philon l’Hébreu l’est aussi, lui qui ne diverge pas sur un seul mois. On rejettera Josèphe et les Talmudistes, qui pour les dates des règnes peuvent être convaincus publiquement de fausseté50.

  • 51 J. de VERGARA, op. cit., fol. 62a : « Philon tuvo la chronographia o descripción de tiempos de los (...)

30Il n’invoque par la seule autorité de Mégasthène : il prétend croiser les sources avec Philon pour réfuter Hérodote et Eusèbe de Césarée. Enfin, selon Annius, Philon a pu consulter la totalité des annales des quatre monarchies, ce qui lui permet vue d’ensemble et cohérence51. L’enseignement d’Annius consiste donc à établir l’autorité de Mégasthène et à détruire celle d’Eusèbe et d’Hérodote, contestés absolument sur l’histoire de la mort de Cyrus et de Darius. Juan de Vergara doit donc réfuter l’autorité de Mégasthène sur le texte invoqué par Annius de Viterbe.

Objections contre le « Mégasthène » d’Annius de Viterbe

  • 52 J. de VERGARA, op. cit., fol. 62b : « No se niega que ésta sea muy grande ».

31Le premier fondement de Mégasthène est l’autorité de Bérose dont il se prévaut. Juan de Vergara ne la conteste pas52 mais il fait remarquer qu’elle ne saurait s’étendre aux époques historiques que le prêtre chaldéen n’a pas abordées :

  • 53 Ibid., fol. 62b-63a : « Respuesta de los dichos motivos de la opinión de Metásthenes », « Mas como (...)

Mais, dans tous les cas, son autorité n’affecte en rien notre opinion : parce que si Mégasthène affirme qu’il écrit en suivant Bérose, lui-même déclare qu’il le suit pour la monarchie des Assyriens, parce que le récit de Bérose ne s’étend pas jusqu’à celle des Perses, dont nous traitons ici et qui est postérieure53.

32Le plus étonnant est qu’Annius évoque lui-même les bornes de l’histoire de Bérose : le dix-huitième roi, contemporain du premier monarque de Troie, sur les trente-trois que compte la monarchie assyrienne. Annius sait que le récit est ensuite continué par le prêtre égyptien Manéthon :

  • 54 J. de VERGARA, op. cit., fol. 63a-b : « Y aun el mismo Joan Annio parece que tiene el tratado por p (...)

Jean Annius lui-même semble tenir le traité pour parfait, et il rend compte de la raison pour laquelle Bérose s’est arrêté là, sans voir que Mégasthène le mentionne pour tous les rois qui suivent54.

  • 55 Ibid. : « O por ventura lo disimula Joan Annio, porque no se ponga duda en ser este tratado de Bero (...)
  • 56 Sur ce pseudo-Bérose, voir Walter E. STEPHENS, Berosus Chaldaeus : Counterfeit and Fictive Editors (...)
  • 57 Ibid. : « A lo cual ayudan las alegaciones que Josepho contra Apión trae del mismo Beroso que trata (...)
  • 58 Ibid. : « Estos tratadillos, que Joan Annio glosó, no carecen de sospecha de apocryphos y mal intit (...)

33Les élucubrations du moine italien, relatives aux raisons pour lesquelles Bérose s’est arrêté, préparaient donc l’apparition d’un autre texte complémentaire de cet auteur : « Ou peut-être Annius le dissimule-t-il afin que l’autorité de Bérose sur ce traité ne soit pas remise en question, comme elle l’a été par Raphaël de Volterra et d’autres savants ? »55. Juan de Vergara allègue la critique de l’un des tout premiers détracteurs du pseudo-Bérose56, et évoque en outre Flavius Josèphe : « Ce que permettent de comprendre les allégations de Bérose lui-même, citées par Josèphe dans son Contre Apion, au sujet d’époques bien postérieures au royaume de Troie, où ce traité s’arrête »57. Prudent, Juan de Vergara se contente de confirmer ses doutes sur l’auteur des textes qu’Annius a présentés comme les œuvres retrouvées de Bérose : « Ces petits traités, qu’Annius a glosés, ne manquent pas de susciter le soupçon d’être apocryphes et mal nommés »58.

34Il reste la question de l’autorité de Philon qui confirme Mégasthène dans le Bréviaire des temps, un auteur à l’immense prestige. Vergara signale en effet qu’Eusèbe de Césarée qualifie le génie de Philon de « divin ». Vergara retourne alors l’argument d’Annius sur les autorités dogmatiques. Loin de s’estimer édifié par la leçon du moine italien, Vergara exprime ses doutes sur l’autorité de ce texte :

  • 59 J. de VERGARA, op. cit., fol. 63b-64a : « Cuanto mayor es la opinión que del se tiene, especialment (...)

Plus l’opinion que l’on en a est grande, en particulier pour ce qui concerne sa doctrine et son éloquence grecque qui en font l’égal de Platon, moins on doit croire que ce traité est l’œuvre d’un esprit qu’Eusèbe qualifiait de divin. Car il n’est pas vraisemblable qu’un homme d’une telle érudition […] concernant les auteurs grecs prétende ignorer un roi nommé Xerxès59.

  • 60 L’ouvrage est plus connu sous le titre De viris illustribus. Le « catalogue » des œuvres de Philon (...)
  • 61 Suidas est un grammairien et lexicographe byzantin du Xe siècle ap. J.-C.

35Juan de Vergara fonde donc son doute sur cet « indice », mais en auteur scrupuleux il expose un argument propre à nourrir encore ses préventions. Un autre motif de doute, d’ordre bibliographique celui-ci, est qu’aucun livre ainsi intitulé n’apparaît dans le « catalogue » des œuvres de Philon, composé par Saint Jérôme (De scriptoribus ecclesiasticis)60. Il n’apparaît pas davantage dans celui d’Eusèbe, dont l’Histoire ecclésiastique (chap. 18) est pourtant encore plus complète, ni même dans celui de Suidas61. Ce dernier argument ne suffit pas à lui seul, mais le recoupement des deux constatations permet d’inférer une erreur ou une imposture :

  • 62 J. de VERGARA, op. cit., fol. 65b : « Digo que atenta la crasa ignorancia de historias profanas, ju (...)

J’affirme qu’au regard de l’ignorance crasse des histoires profanes, outre celle des histoires hébraïques que recèlent ce livre et dont informe l’autre Mégasthène, il semble que les deux traités sont des œuvres d’écrivains hébreux vulgaires62.

  • 63 Ce sont des chroniques qui datent du IIe siècle de notre ère.
  • 64 J. de VERGARA, op. cit., fol. 66a : « La raison est qu’ils ne s’aident pas et ne peuvent pas s’aide (...)

36Selon Juan de Vergara en effet, les Seder Olam63 (Chroniques du monde) sont généralement peu fiables. L’humaniste invoque le jugement de Pic de La Mirandole rappelant que les Hébreux ne disposent même pas de la version complète de l’histoire de leur propre compatriote, Flavius Josèphe. Le mépris hébraïque pour l’histoire profane interdisait tout éclairage érudit des passages obscurs des Écritures64.

  • 65 Le Sanhedrin est un tribunal des anciens juifs à Jérusalem, composé des prêtres, des Anciens et des (...)

37Johann Carion, pour sa part, avance que Mégasthène, lorsqu’il aborde la succession des rois, coïncide avec Esdras sur leurs noms, sans observer cependant ce que ces textes disent de ces figures royales, un angle sous lequel ils divergent totalement de la lettre d’Esdras. Si le prétendu livre de Philon n’est pas authentique, sa référence aux Septante n’est pas davantage un argument d’autorité. Vergara souligne ironiquement que le Viterbien s’interroge lui-même sur cette référence aux Septante, supposant qu’il s’agissait plutôt du Sanhedrin65. Le moine italien procède donc à des invocations prestigieuses et suggestives, laissant parfois à la crédulité du lecteur le soin de conclure à la certitude là où lui affecte une rigoureuse critique historique. Vergara rappelle que ni les Septante, ni les soixante-dix membres du Sanhedrin, n’avaient pour mission d’écrire un livre :

  • 66 J. de VERGARA, op. cit., fol. 68b : « Los otros LXX llamados Zanedrin que fueron constituidos por c (...)

Les LXX, appelés aussi Sanhédrin, qui furent institués en coadjuteurs par Moïse dans le chapitre II du livre des Nombres, n’ont pas non plus eu la charge d’écrire, mais celle d’aider au gouvernement de la république et à la conservation de la loi. C’est pourquoi Jean Pic de La Mirandole les compare aux cardinaux de l’Église Romaine66.

38Après avoir examiné les multiples prétentions d’Annius à l’autorité érudite, Vergara estime pouvoir laisser exploser son indignation par son jugement des plus cinglants :

  • 67 J. de VERGARA, op. cit., fol. 69b : « Porque decir que el historiador que contando la sucesión de l (...)

Prétendre en effet qu’un historien énumérant les rois successifs de la Perse sans signaler Xerxès et Darius Hystaspis et faisant d’Artaxerxès Longue Main le fils de Priscus Assuérus et le petit-fils de Darius le Mède suit les annales véritables des archives publiques des Perses, voilà qui équivaut à affirmer qu’un historien établissant la succession des rois d’Espagne sans mentionner Ferdinand Ier et Alphonse X le Sage, et faisant du roi don Sancho le Brave le fils de Pépin de France et le petit-fils de Clovis, suivrait les mémoires authentiques de la généalogie et de la succession des rois d’Espagne67.

  • 68 J. de VERGARA, op. cit., fol. 70a : « Y así en responder a esto no hay para que gastar tiempo ».

39Le didactisme d’Annius apparaît désormais comme grotesque. Selon Vergara, à partir de règles de jugement particulièrement pertinentes, le Viterbien prétend retoucher la succession des rois perses en faisant preuve d’autant de pertinence qu’un historien moderne qui démontrerait, par l’étude des archives notariales, que la dynastie castillane descend directement de Pépin le Bref. Annius de Viterbe ressemble à un historien qui nierait l’existence d’Alphonse X le Sage en utilisant des archives. Les derniers mots suggèrent de traiter par le mépris de pareilles fantaisies : « Et donc il n’y a aucun temps à perdre en réponses à cela »68.

40Après avoir réfuté l’autorité des textes de Mégasthène et de Philon, après avoir dénoncé les fantaisies d’Annius, Vergara poursuit son examen des règles de critique établies par le moine italien, moins sous le jour de leur valeur théorique abstraite que sous celui de leur intérêt pratique.

Vanité des prétentions théoriques d’Annius de Viterbe

41Sur la base désormais acquise de la mise en cause des compétences d’Annius, l’humaniste accuse :

  • 69 Ibid. : « Examen de las reglas de Joan Annio », p. 54 : « Imagina que cada una de aquellas monarchí (...)

Il se figure que chacune de ces grandes monarchies, celle des Assyriens, des Perses, des Grecs et des Romains, a eu des fonctionnaires, tels des prêtres chargés officiellement d’écrire les faits et la chronologie de leurs rois et des royaumes et dont les écrits et les annales authentiques étaient conservés dans des archives publiques69.

  • 70 J. de VERGARA, op. cit., fol. 70b : « Ca justo era dar más crédito a escrituras públicas por tales (...)
  • 71 Ibid., la formule exacte en castillan est « públicos escritores diputados ».
  • 72 J. de VERGARA, op. cit., fol. 71a-b : « Lo segundo, conviene a saber, que no todas quatro monarchía (...)
  • 73 Ibid. : « Porque esto de los públicos escritores no lo afirma, sino de dos monarchías, que fueron A (...)

42L’affabulation d’Annius porterait alors sur deux points, qui sont en fait des anachronismes : prétendre d’une part que les quatre monarchies principales ont eu des archives publiques, et d’autre part que des prêtres ou des écrivains professionnels étaient dans chacune d’elles affectés à l’écriture de chroniques à partir des écrits officiels conservés. Si c’était le cas, les trois règles d’Annius seraient absolument pertinentes : « Il est en effet juste de donner plus de crédit aux écritures publiques rédigées par de telles personnes »70. Cependant il est inexact que les quatre monarchies aient eu chacune des « écrivains publics de profession »71 et qu’aucune autre n’ait eu « des écrivains publics spécialisés ». Vergara allègue Flavius Josèphe (Contra Appion, Livre I) qui évoque les Phéniciens. Les Égyptiens aussi ont eu des archives, comme Manéthon l’atteste. Il n’est donc pas juste d’affirmer l’exclusivité des quatre monarchies. Mais ce n’est pas tout : Vergara s’estime fondé à affirmer, à partir des sources mêmes d’Annius72, que rien n’atteste que chacune des quatre monarchies a créé des archives pour charger des écrivains d’écrire des chroniques à partir de ces données : « Parce que concernant les écrivains publics, il [Mégasthène] ne l’affirme qu’à propos de deux monarchies, les Assyriens et les Perses. Et si Annius, alors que le texte en évoque deux, en glose quatre, il n’est alors pas un glosateur fidèle »73.

  • 74 J. de VERGARA, op. cit., fol. 72a-b : « Aucun auteur ne permet mieux de prouver que les Grecs n’ont (...)
  • 75 Il semble s’agir d’une confusion avec Agésilas II, roi de Sparte de 398 à 360 avant notre ère.

43Le moine de Viterbe est donc coupable d’avoir déformé ses propres sources, une accusation qui s’ajoute à des griefs déjà nourris. Esdras et Diodore de Sicile confirment l’existence d’archives chez les Perses. Mais rien ne permet d’émettre les mêmes conclusions dans le cas des Grecs. Quant à l’argument emprunté à Flavius Josèphe qui attribue à Cadmos l’enseignement des lettres aux Grecs, il suffit de lire attentivement cet auteur pour comprendre qu’il explique précisément le contraire74. Flavius Josèphe soutient en effet que cette nouvelle forme d’histoire est apparue parce que les Grecs n’ont pas pris soin de conserver leurs écritures publiques dans les temps anciens. Flavius Josèphe estime que cette lacune est à l’origine des leurs nombreuses contradictions. Il cite entre autres Hellanicos de Mytilène, Acousilaos, des logographes grecs, les historiens grecs Hérodote, Éphore de Cymé et Timée de Tauroménion. La liste est reprise par Annius pour nier l’autorité des historiens grecs avec une nouvelle erreur de lecture. Au lieu d’ « Acusilao », il lit « Agesilao »75. Annius de Viterbe a d’ailleurs multiplié les erreurs au point de se contredire :

  • 76 J. de VERGARA, op. cit., fol. 73a-b : « Y así no solamente se contradice Joan Annio a sí mismo, afi (...)

Et ainsi non seulement Jean Annius se contredit lui-même, en affirmant d’abord que les Grecs ont généralement écrit à partir d’avis, et non pas d’après des annales publiques, pour leur en attribuer ensuite de très anciennes, de l’époque de Cadmos, mais il veut même faire de Josèphe l’auteur de sa contradiction76.

  • 77 Ibid., fol. 73b : « Pues ¿de dónde diremos se movió Joan Annio a imponer a Josepho aquel argumento? (...)
  • 78 J. de VERGARA, op. cit., fol.75a-b : « no sin causa Marco Varron llamó al tiempo antes de las Olymp (...)
  • 79 Ibid. : « Ce qui est bien vain, parce qu’Eusèbe ne l’aurait pas tu au début de sa chronique, tant s (...)

44Outre le signalement de cette erreur d’Annius, après avoir comparé les éditions latines et grecques77, Vergara cite textuellement le passage que le moine italien a mal interprété. L’adoption par les Grecs des Olympiades a grandement contribué à éclairer la science chronologique : « Marcus Varron n’a pas sans raison nommé mythique ou fabuleuse l’époque d’avant les Olympiades, et historique celle des Olympiades, comme le rapporte Censorin »78. Mais cette invention ne signifie et n’implique pas la création des annales publiques. Annius considère par ailleurs que pour la chronologie de la Grèce, seuls Philon et Eusèbe seraient fiables. Cette fois, c’est au titre du principe d’auto-légitimation du discours que Vergara conclut à l’impertinence des affirmations du Viterbien : « Eusèbe n’aurait pas omis un élément à mettre à son crédit au début de sa chronique, et Philon, d’après ce que nous savons, n’a pas écrit de telles histoires grecques »79.

  • 80 J. de VERGARA, op. cit., fol. 77a : « Tito Livio muchas veces pone duda y a cada paso se queja de l (...)
  • 81 J. de VERGARA, op. cit., fol. 78a : « Si tales annales escritos por pública autoridad él alcanzara, (...)

45Concernant les annales des Romains, elles ont effectivement d’abord été le fait de leur grand prêtre, le Pontifex Maximus. D’après Tite-Live, les annales auraient rendu compte des trois-cent-soixante années depuis la fondation de Rome, mais auraient été brûlées lors de l’invasion gauloise du IVe siècle avant notre ère (Tite-Live, Livre VI). Elles devaient avoir disparu sous Auguste, quand Tite-Live compose son histoire Ab urbe condita. Tite-Live laissait parfois dans l’ombre un consulat entier à défaut de sources fiables : « Tite-Live s’interroge très souvent et à chaque étape il se plaint du manque de commentaires dignes de foi concernant la cohérence chronologique et les consulats »80. Denys d’Halicarnasse, plus diligent encore, qui n’a pas hésité à apprendre le latin, puis à écrire en citant ses sources savantes pour afficher sa rigoureuse documentation, n’aurait pas manqué de signaler leur existence : « S’il avait mis la main sur de telles annales rédigées par une autorité publique, il se serait flatté bien davantage encore de fonder sur elles la crédibilité de son histoire que sur tout ce qu’il affirme avoir mis à profit »81.

  • 82 Flavius Vopiscus est l’auteur supposé de plusieurs des Vies d’empereurs recueillies dans l’Histoire (...)
  • 83 La vie de Marc-Aurèle est attribuée à Julius Capitolinus. Roland Béhar attire notre attention sur u (...)

46Quant au système d’archivage qui aurait été, selon Flavius Vopiscus82, mis en place par Marc-Aurèle83, et qu’Annius compare à celui de son temps, une connaissance suffisante de l’historiographie suffit encore à dénoncer les contre-vérités d’Annius:

  • 84 J. de VERGARA, op. cit., fol.79a-b : « Como se hace ahora en los ayuntamientos de las ciudades, por (...)

Comme il est d’usage désormais dans les municipalités, il en a peut-être été ainsi des annales des Pontifes, après que Jules César, alors consul, ordonna que les actes quotidiens aussi bien du Sénat que du peuple fussent transcrits et publiés, comme l’écrit Suétone. De toute façon, nous ne voyons pas à cette époque de telles annales publiques et anciennes et nous ne connaissons pas d’écrivain authentique qui ait écrit sur Rome à partir d’elles84.

  • 85 J. de VERGARA, op. cit., fol. 80a-b : « Por donde parece que ni libro de annales Romanos escritos p (...)

47Accusation d’incompétence celle-ci, par laquelle Juan de Vergara souligne qu’Annius ne semble pas avoir lu Tite-Live : « Il semble donc qu’Annius n’ait pas consulté de livre des annales romaines écrit par Philon, et qu’il n’ait même pas lu attentivement Tite-Live, puisqu’il donne une si mauvaise preuve de la certitude de ses annales »85.

48Annius voit ses autorités déniées, de nombreux points de fausse érudition dénoncés et la crédibilité de ses prétentions à énoncer des règles critiques réduite à néant.

  • 86 J. de VERGARA, op. cit., fol. 81b : « No declara Diodoro que fuese lo que este Ctesias escribió de (...)

49La confirmation de Mégasthène par Diodore de Sicile et Ctésias de Cnide est donc tout aussi vaine. Diodore n’évoque en effet nulle part l’auteur égyptien et, si Ctésias, médecin d’Artaxerxès Mnemon, prétendait avoir donné aux Grecs l’histoire annalistique des rois perses, Annius extrapole en lui attribuant la composition d’une histoire86.

50Diodore de Sicile assure qu’il envisageait d’écrire lui-même l’histoire des rois de Perse sans avoir accompli son projet. Diodore et Ctésias ne confirment donc en rien Mégasthène. Les théories d’Annius s’effondrent : Eusèbe n’est pas réfuté, et les rois Xerxès, Cambyse et Darius Hystaspis n’ont pas à céder leur trône à un obscur Priscus Artaxerxès Assuérus, frère imaginaire de Cyrus.

51Les arguments d’Annius prétendant nier que Cyrus eût libéré les Hébreux de la captivité de Babylone et fût mort avant que Darius, son oncle, n’eût pris cette ville, pour affirmer que Cyrus mourut à la guerre de Tamyris, après Darius et non avant, comme l’« ont rêvé Hérodote et Eusèbe », ne tiennent pas. Ni Hérodote ni Eusèbe ne mentionnent d’oncle de Cyrus nommé Darius le Mède, ni Cyaxarès selon Xénophon. Quant à l’autre roi, Darius, fils de Hystaspis qui a succédé aux Mages après Cambyse, fils de Cyrus, les deux auteurs l’évoquent :

  • 87 J. de VERGARA, op. cit., fol. 82a : « A la razón de Joan Annio », fol. 83b : « Eusebio como Herodot (...)

Eusèbe, comme Hérodote : Eusèbe en deux mots, comme à son habitude, en signalant les années de son règne, et Hérodote très longuement, en écrivant beaucoup à son sujet, et en particulier qu’il a assiégé et pris par les armes la ville de Babylone87.

  • 88 Nous avons vu que Juan de Vergara n’accepte pas d’attribuer ce texte au vrai Philon, mais n’ose pas (...)
  • 89 J. de VERGARA, op. cit., fol.  84a-b: « Ca este autor [Herodoto] hace mención bien expresa de ambas (...)

52Selon Vergara la confusion concerne la conquête de Babylone : Annius et Philon88 ne connaissent que la première conquête de Babylone, conduite par Cyrus et Darius Mède conjointement et dont l’histoire sacrée rend compte. En lisant chez Hérodote le siège de Babylone par Darius Hystaspis, après la mort de Cyrus, ils croient lire la première conquête et prennent Darius Hystaspis pour Darius Mède. Ils se trompent en pensant qu’Hérodote rédige l’histoire de la conquête de Darius Mède après la mort de Cyrus et donc après la libération des Hébreux ; en confondant les deux Darius et les deux conquêtes de Babylone, ils imputent à Hérodote leur propre erreur. Pareille méprise est impardonnable, parce qu’Hérodote a minutieusement rédigé l’histoire de ces deux conquêtes : « Cet auteur en effet (Hérodote) mentionne très expressément les deux conquêtes : la première, réalisée par Cyrus, est rapportée dans le premier livre, et la seconde, accomplie par Darius Hystaspis, met fin au troisième et la décrit plus cruelle que la première »89.

  • 90 J. de VERGARA, op. cit., fol. 84b-85a : « Venga ahora Annio y muéstrenos aquí los sueños de Herodot (...)

53L’exaspération du chanoine tolédan culmine dans une apostrophe où il invite le Viterbien à comparaître devant le tribunal de l’histoire pour grave négligence ou imposture : « Qu’il se présente alors à nous, Annius, pour nous montrer les rêves d’Hérodote et d’Eusèbe, ou qu’il reconnaisse lui le sien comme des plus profonds, puisqu’il confond un Darius avec l’autre et ne distingue pas une conquête de l’autre, ce qui relève de la confusion même produite par les rêves »90.

54L’arrogance du moine italien est en outre une circonstance aggravante. Juan de Vergara décèle le fameux indice d’affectation de certitude qui en impose tant à ses lecteurs scandaleusement abusés :

  • 91 J. de VERGARA, op. cit., fol. 82b : « E verdaderamente quien mirase su desenvoltura de palabras y l (...)

Et vraiment, quiconque observe la désinvolture dont il fait preuve et la conviction avec laquelle il écrit ne pourra reconnaître en eux un véritable fondement ; son seul fondement étant une témérité inconsidérée qui parie sur la crédulité de lecteurs ne questionnant que rarement la certitude de ce qu’ils lisent91.

55Dans le cadre de cette Questión V, l’humaniste conclut son propos par une justification de la place démesurée qu’occupe la réfutation des règles de critique historique d’Annius de Viterbe. Ces règles discréditent sans fondement des auteurs anciens, des sources éprouvées par les érudits. Mais le moine italien a si sournoisement invoqué des autorités prestigieuses, que certains auteurs modernes se sont laissé impressionner :

  • 92 J. de VERGARA, op. cit., fol. 85a-b : « […] entre los escritores modernos ninguno ha habido que est (...)

[…] parmi les écrivains modernes, aucun n’a voulu illustrer ce soupçon par l’étude, et au contraire certains […] ont été en quelque sorte intimidés par les noms du Perse Mégasthène, du Chaldéen Bérose, de l’Hébreu Philon, de Diodore de Sicile, de Ctésias de Cnide, des Septante et des annales publiques de la librairie de Suse92.

56Il était donc urgent de dénoncer par la critique une pareille entreprise, afin d’épargner aux lecteurs intéressés par l’histoire ancienne d’inutiles errements :

  • 93 Johannes Driedo (1480 ?-1535) est un théologien belge, auteur d’ouvrages sur la grâce et le libre a (...)
  • 94 Ibid. : « Sin desenvolver lo que debajo destas alegaciones se encubre se dejan llevar tras ellas ; (...)

Sans mettre à jour ce que de telles allégations recouvrent, ils se laissent emporter par elles: soit en niant les histoires célèbres et certaines dont nul n’a jamais douté, comme le fait Johannes Driedo93, soit en prétendant faire concorder l’impossible comme Johann Carion, soit enfin en oscillant entre les deux extrêmes comme c’est le cas de Johannes Nauclerus94.

  • 95 Ibid., fol. 85a : « V. S. perdone la prolixidad que verdaderamente me parece no pudiera de otra man (...)

57L’enjeu n’est pas des moindres puisque Luis Cabrera de Córdoba suivra encore, dans le premier traité d’écriture de l’histoire rédigé en castillan, De historia, para entenderla y escribirla, adressé en 1611 au duc de Lerme, favori de Philippe III, la ligne du théologien Driedo (1480-1535) et de Nauclerus (1425-1510). Sollicitant, selon les lois du genre, la bienveillance de son lecteur, Vergara rend pour sa part justice aux travaux des auteurs qui l’ont précédé : « Que Votre Seigneurie pardonne ma prolixité, car je n’aurais pu autrement rendre hommage à l’autorité et au crédit de si nombreux et illustres auteurs maltraités par cette opinion »95. Par ces marques de respect de l’interlocuteur, du destinataire universel de ce traité et enfin des anciens érudits, l’humaniste rend justice à la raison et affirme sa foi dans la connaissance et dans la dimension collective de son progrès. Passé (des autorités), présent (du destinataire) et avenir (des lecteurs virtuels) se conjuguent pour affirmer la capacité humaine à déjouer les mensonges :

  • 96 Ibid., fol. 86a : « Si la materia no ha sido cumplidamente tratada, por tocar sólo en la monarchía (...)

Si tout n’a pas été traité complètement, parce qu’il ne s’agit que de la monarchie des Perses, ce qui était notre propos, je me satisfais d’avoir ouvert la voie, afin que d’autres, plus habiles et plus savants, puissent prolonger l’examen à tout ce qu’écrit Mégasthène des autres monarchies. Je suis convaincu que d’autres erreurs, non moindres que celle relative aux Perses, pourront y être observées96.

  • 97 Marcelino MENÉNDEZ y PELAYO, Historia de los Heterodoxos Españoles, Miguel ARTIGAS (éd.), Madrid : (...)

58On ne saurait plus instamment suggérer l’urgence d’un examen rigoureux de toute invocation abusive de Mégasthène, en particulier concernant l’écriture d’une histoire plus sensible, sur le plan politique, que celui d’époques anciennes et de monarchies relativement lointaines. À bon entendeur salut… Ce n’est pas ce que les chroniqueurs officiels ou sollicitant cette charge parviendront toujours à faire dans les décennies suivantes, mais le chanoine aura montré l’exemple à suivre, et c’est déjà beaucoup. Il mérite en tout cas sans doute le jugement de Menéndez y Pelayo, qui le présente comme un fondateur de la critique historique espagnole moderne97. Prolongeant l’esprit du valencien Vives, le chanoine tolédan témoigne exemplairement, par cette entreprise de critique des fictions historiographiques, des derniers feux critiques de l’humanisme chrétien en Espagne au milieu du XVIe siècle.

Conclusion

  • 98 Voir Renaud MALAVIALLE, « Temps, récit et vérité historique chez Antonio de Herrera y Tordesillas » (...)

59Au regard de l’obligation manifeste de composition diplomatique avec les affabulations d’Annius, dont fera preuve l’humaniste tardif Juan de Mariana lui-même, malgré leur condamnation partielle par le père jésuite qui intègre cependant les mythes fondateurs étayés par le Viterbien, et au regard, aussi, de la difficulté des chroniqueurs du début du XVIIe siècle (Cabrera de Córdoba ou le très officiel Herrera y Tordesillas98), la question se pose de l’enjeu – plus historique encore que politique–, de la démystification entreprise en langue vernaculaire dans les Ocho questiones del Templo.

60On a pu évoquer, à propos de l’ensemble du Tratado destiné à un grand d’Espagne, un souci de d’équilibre du corps politique, qui serait perceptible dans l’effort accompli par Vergara pour confirmer et renforcer dans l’esprit du duc, destinataire des lettres et dédicataire de son ouvrage, l’importance d’une érudition à la mesure de son rang. Sans nullement écarter cette hypothèse, il n’est pas exagéré de considérer qu’à l’époque où écrit Juan de Vergara le refus de la compromission préside encore aux intentions du plus rigoureux et scrupuleux des humanistes, avant l’avènement d’une historiographie de composition incarnée par Mariana. Et ce refus se fonde sur l’espoir d’un progrès de la connaissance historique grâce à la collaboration des esprits de bonne volonté, aptes à pourfendre et à dissiper les mystifications contre-productives. En effet, en prétendant renforcer des pouvoirs institutionnels, les falsifications documentaires autorisent des constructions historiographiques sans fondement, qui discréditent les plus vénérables institutions devant un tribunal de l’histoire qui est alors en cours de constitution. Le refus de toute imposture documentaire a en effet beaucoup plus à voir avec la préservation de l’équilibre historico-politique de l’Espagne elle-même, de la viabilité durable de la monarchie, qu’avec celle d’un corps social sur lequel la critique historique et l’érudition ont peu de prise. Autrement dit, c’est un équilibre politique au long cours, viable historiquement parce que soutenu par sa réputation à long terme, que Juan de Vergara appelle à défendre opiniâtrement, et surtout collectivement, aux temps de la naissante République des Lettres.

Haut de page

Notes

1 Traduction française du texte de Lorenzo VALLA, La Donation de Constantin, J.-B. GIARD, Paris : Belles Lettres, 1993.

2 Commentaria super opera auctorum diversorum de antiquitatibus loquentium; eiusdem chronographia etrusca et italica, Rome : Eucharius Silber, 1498.

3 Sur les aspects biographiques concernant Giovanni Nanni, voir Robert WEISS, « Traccia per una biografia di Annio da Viterbo », Italia Medioevale e Umanistica, 5, 1962, p. 425-441 ; pour la réception en Espagne de cette falsification, voir Julio CARO BAROJA, Las falsificaciones de la historia (en relación con la de España), Barcelone : Seix Barral, 1992 et plus récemment José Antonio CABALLERO LÓPEZ, « Annio de Viterbo y la Historiografía española del siglo XVI », Humanismo y tradición clásica en España y América, 2002, p. 101-120 (https://buleria.unileon.es/handle/10612/3509). Cet auteur renvoie, pour une étude des motivations du faussaire italien, à Roland CRAHAY, « Réflexions sur le faux historique : le cas d’Annius de Viterbe », Bulletin de la classe des lettres et des sciences morales et politiques de l’Academie royale de Belgique, 69, 1983, p. 241-267 et à Christopher LIGOTA, « Annius of Viterbo and Historical Method », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 50, 1987, p. 44-56.

4 Voir Anthony GRAFTON, Joseph Scaliger. A Study in the History of Classical Scholarship, Textual Criticism and Exegesis, Oxford : Clarendon Press, 1983. Voir du même auteur Faussaires et chroniques, Paris : Les Belles Lettres, 1993.

5 Pour la critique d’Annius de Viterbe par Vives, voir J. CARO BAROJA, op. cit., p. 73, note 29, qui renvoie au Commentaire par Vives de SAINT AUGUSTIN, Cité de Dieu, livre VII, chapitre 4.

6 Voir Fabrice QUERO, « D’une intimité à l’autre, érudition scripturaire, lecture d’humanité et vision politique, dans le Tratado de las ocho questiones del Templo (1552) de Juan de Vergara », Textes et Contextes, 13 (1), 2011. Article en ligne : https://preo.u-bourgogne.fr/textesetcontextes/index.php?id=334.

7 Comme le titre l’indique, le traité entend répondre à des difficultés sur l’identification des acteurs de la réédification du Temple de Jérusalem et les dates de leur règne. La Questión V est celle où intervient la rigoureuse démystification des méthodes et des inventions d’Annius de Viterbe.

8 En latin, voir Melchoris Cani…Opera, Madrid : Benedicto Cano, 1785. Voir l’édition récente de la traduction en espagnol de Melchor CANO, De locis theologicis, Joan BELDA PLANS (éd.), Madrid : Biblioteca de Autores Cristianos, 2006. Voir en particulier dans le livre XI, sur l’autorité de l’histoire humaine, le chapitre VI, qui rend hommage à Juan de Vergara et souligne l’importance de son apport à la critique historique.

9 Voir J. CARO BAROJA, op. cit., p. 49-67.

10 Voir Marcel BATAILLON, Érasme et l’Espagne (première édition 1937), Paris : Librairie Droz, 1998), p. 109 : « De son côté, non sans coquetterie, le vieux maître [Érasme] prophétise que Vives fera pâlir le nom d’Érasme ; il admire son esprit philosophique, son mépris de la fortune joint à ses dons […]. Il est probable qu’ils se revoient à Calais dans les antichambres impériales où Vives accompagne Guillaume de Croy : la présence de Thomas More est un lien de plus entre maître et disciple. Vergara, débarquant à Bruges avec Fernando de Valdés pour mettre le jeune archevêque au courant des affaires du diocèse, se lie d’amitié avec le philosophe valencien ».

11 Marcel Bataillon relève la liberté et l’audace intellectuelles du chanoine tolédan. Elle est manifeste dans les réponses à Bernardino de Flores, défenseur de la Vulgate, qui l’interroge sur ses options philologiques lors de son procès en 1530. Ibid., p. 475 : « Vergara, champion des langues en vint à citer les erreurs que l’ignorance du grec a fait commettre à saint Augustin dans ses Quinquagenæ, où il explique les Psaumes tout de travers ». Enfin, Marcel Bataillon évoque les derniers temps de sa vie, p. 743-744 : « Juan de Vergara, après avoir rompu une lance contre le statut de limpieza de sangre […] du chapitre tolédan, s’était retiré dans les templa serena de l’érudition. Il meurt en 1557 ».

12 Voir l’édition princeps du Tratado de las ocho questiones del templo propuestas por el... Duque del Infantadgo i respondidas por el doctor Vergara... Canónigo de Toledo, 1552, accessible en ligne sur le site archive.org, https://archive.org/details/bub_gb_gfyrqZIv6tIC/page/n3.

13 Voir Juan de Vergara, op. cit.De la octava questión, fol. 107b-108a : « Pongamos pues, que a diez dias de este mes de Hebrero, en que estamos, que se cuenta en España año de mil y quinientos y cincuenta y uno […] ».

14 Voir J. CARO BAROJA, ibid.

15 Esdras, 6-4 [trad. Louis Segond] : « La première année du roi Cyrus, le roi Cyrus a donné cet ordre au sujet de la maison de Dieu à Jérusalem : que la maison soit rebâtie, pour être un lieu où l’on offre des sacrifices, et qu’elle ait des solides fondements. Elle aura soixante coudées de hauteur, soixante coudées de largeur, trois rangées de pierres de taille et une rangée de bois neuf. Les frais seront payés par la maison du roi ». Un peu plus loin, dans Esdras VI, 14, on peut lire : « Et les anciens des Juifs bâtirent avec succès, selon les prophéties d’Aggée, le prophète, et de Zacharie, fils d’Iddo ; ils bâtirent et achevèrent, d’après l’ordre du Dieu d’Israël, et d’après l’ordre de Cyrus, de Darius, et d’Artaxerxès, rois de Perse ».

16 L’auteur a évoqué cette coutume onomastique dans la Questión précédente (IV).

17 Bède le Vénérable, moine et historien anglais au savoir encyclopédique. Voir Bède le Vénérable. Histoire ecclésiastique du peuple anglais. Traduction, présentation et notes par O. SZERWINIACK, F. BOURGNE, J. ELFASSI, M. LESCUYER et A. MOLINIER, Paris : Les Belles Lettres, 1999.

18 J. de VERGARA, op. cit., fol. 37a.

19 Ibid. : « Quanto a la diversidad de opiniones que V. S. ilustrísima toca cerca de la sucesión de los reyes de Persia : para entender en qué consiste, y evitar la confusión que en el ingenio y memoria causan semejantes variedades, es de notar, que cerca de la dicha sucesión hay dos principales opiniones diversas, a que todas las otras se reducen » (toutes les traductions sont les nôtres).

20 Ibid. fol. 37a/b : « Una, y la más común es la que Eusebio en su Chronicon sigue : donde se ponen los reyes de Persia y años de su reinado en esta manera ».

21 Smerdis serait le nom donné à Bardiva, second fils de Cyrus, égorgé par son frère Cambyse. Sa mort ayant été tenue secrète, plusieurs imposteurs cherchèrent à se faire passer pour Smerdis, entre autres, Gaumâta le Mage.

22 Capitaine des gardes de Xerxès qu’il tua pour régner mais qui fut lui-même tué par Artaxerxès Ier.

23 Juan de Vergara souligne que ce fut par exemple le cas d’Alphonse, le frère du roi Henri IV de Castille.

24 J. de VERGARA, op. cit., fol. 39b : « Acerca de los cuales solos está todo el crédito y fidelidad pública y aprobada de sus historias, qual dice que fue Beroso Chaldeo, a quien él sigue, y a la librería pública de la ciudad de Susas ».

25 J. de VERGARA, op. cit., fol. 42b : « La diferencia destas opiniones es tan notable que pone admiración a los estudiosos de antigüedades ver que en una tan famosa monarchía, en cuyo tiempo tantos y tan excelentes escritores florecieron, falte luz y claridad para entender la succesión de sus reyes, o no faltando aquella, haya tanta licencia en escritores nuevos, que se atrevan a mudar y alterar lo que los antiguos de sus mismos tiempos escribieron ».

26 Ibid., fol. 42b-43a : « La averiguación y examen destas opiniones, para que se descubra el vano fundamento de algunos modernos escritores que quitando el crédito a gravísimos autores, así sacros, como profanos, le dan a otros vanos e inciertos ».

27 Ibid., fol. 43a : « Del cual engaño me parece el principal autor Jo. Annio Viterbense con aquellos sus fragmentos de autores antiguos, o fingidos por tales, que él mismo comentó, donde se pone a dar reglas sobre el crédito que a escritores de tiempos se debe dar, sacada, según él dice de Methástenes ».

28 J. de VERGARA, op. cit., fol. 43b : « la opinión que Eusebio y Jerónimo con Herodoto y Thucydides siguen, que es la más antigua, es la cierta y verdadera ».

29 Johann Carion est un chroniqueur allemand proche des protestants. Il est l’auteur d’une Chronica (Wittenberg : Georg Rhau, 1532) réécrite par Melanchthon dans le Chronicon Carionis. Sur cette réécriture, voir Jean Schillinger, « Les quatre monarchies dans le Chronicon Carionis de Philipp Melanchthon », Revista de Historiografía, 14, 2011, p. 144-154.

30 Carion proposait une conciliation des deux auteurs anciens qui aboutit à la suite dynastique suivante : Cyrus, Cambyse, Darius fils de Hystaspis, Xerxès, Artaxerxès.

31 L’auteur compare l’erreur à celle que l’on commettrait si l’on ajoutait les années de règne de Jeanne et de celles de Charles Quint.

32 J. de VERGARA, op. cit., fol. 46b : « Contra la opinión de Metásthenes », fol. 47a : « Fueron reyes potentísimos los quales negar que reinaron en Persia es negar la luz del sol a medio día, y sería como si dijésemos que Augusto y Tibero y Caio Cesares no imperaron en Roma ».

33 J. de VERGARA, op. cit., fol. 47b : « […] como ahora hablamos de los reyes cathólicos don Fernando y doña Isabel y de sus hijos y nietos ». Melchor CANO insiste sur cet acquis de la critique historique et sur l’apport de Juan de Vergara, dans son De locis theologicis, op. cit., lib. XI, cap. 6, De la autoridad de la historia humana, p. 641 : « Y tanto Herodoto como Tucídides hablan de tal modo de los reyes de su época, que no parecen narrar sucesos oídos sino vistos, y si bien Herodoto añade fábulas a su Historia, no por eso se le debe retirar el crédito en los asuntos públicos y manifiestos de su tiempo, en los que no había ningún lugar para la ficción ».

34 J. de VERGARA, op. cit., fol. 51a : « Desta manera lo querría este autor dejar concordado, como hombre docto, en quien no cabe negar las historias auténticas de aquellos reyes y que por esta parte querría cumplir con la autoridad de Metásthenes y de Philon, si ser pudiese »

35 J. de VERGARA, op. cit.fol. 51b-53a : « Esto Jo. Carion no lo prueba. Mas ayudémosle a la probanza dello con la autoridad de Herodoto […] ».

36 Id., « […] así parece quedar probado lo que Joan Carion presupone ».

37 Id., « […] Mas todavía esto no satisface para el propósito de la concordia »

38 J. de VERGARA, op. cit., fol. 54b.

39 Ibid., fol. 54b-55a : « Especialmente en las cosas de sus tiempos públicas y generales, como son los tiempos y nombres de reyes. Ni Plutarcho, que de propósito se puso a escribir contra Herodoto, le acusa de semejante falta. Marco Tulio en principio de sus libros de Leyes dijo de Herodoto que había escrito muchas cosas fabulosas mas no por eso deja de llamarle padre de la historia ».

40 Sur cet aspect aussi, Juan de Vergara est repris dans le De locis theologicis de Melchor CANO, op. cit., lib. XI, cap. 6, De la autoridad de la historia humana, p. 641 : « Plutarco, que persiguió con su crítica los más pequeños errores de Herodoto, lo habría atacado especialmente ».

41 J. de VERGARA, op. cit., fol. 57b : « Resúmense los motivos de la opinión de Megástenes para responder a ellos ».

42 Ctésias de Cnide était un médecin grec au service d’Artaxerxès II (Ve siècle avant notre ère).

43 J. de VERGARA, op. cit., fol. 58b : « Los que pretenden escribir de los tiempos, necesario es que no escriban la relación dellos de solas oídas y por opinión : porque escribiendo por opiniones, como los griegos, no engañen, como ellos, a sí mismos juntamente con los otros, y por toda la vida anden errados. Mas hacerse ha esto sin error ninguno, si siguiendo a solos los annales de las dos monarchías, echaremos fuera todos los otros como fabulosos. Ca en aquellos annales están los tiempos, y reyes, y nombres dellos tan clara y verdaderamente ordenados cuan espléndidamente ellos reinaron. Y no tampoco se deben recibir todos los que destos reyes escriben, sino solamente los sacerdotes de aquel reino, acerca de los cuales está la pública y aprobada fe de sus annales, cual fue Beroso : ca este Chaldeo puso ordenadamente todo el tiempo de los Assyrios por los annales antiguos ».

44 J. de VERGARA, op. cit., fol. 59a, Glosa de Joan Annio Viterbiense sobre el dicho texto de Metásthenes : « Hasta aquí son palabras de Metásthenes, sobre las cuales Joan Annio dice así ».

45 Ibid., fol. 59a-b, « Glosa de Joan Annio Viterbiense sobre el dicho texto de Metásthenes », p. 45 : « Reglas de los tiempos nos da Methástenes, para que por ellas sepamos juzgar, cuáles autores se deben recibir en la relación de los tiempos y cuáles excluir. La primera regla es ésta. Recibirse deben sin contradicción todos los que por pública y aprobada fe escribieron. E declara que los sacerdotes antiguamente eran notarios públicos de las cosas que pasaban y de los tiempos : o porque se hallaban presentes, o porque lo sacaban de otros más antiguos : como ahora instrumento público y aprobado se dice el que por notario presente se publica y se escribe o de otro más antiguo notario por el notario presente se traslada ».

46 Ibid., fol. 59b-60a : « La segunda regla es ésta : los hechos y annales de las cuatro monarchías nadie los puede negar ni repeler porque solos ellos se notaban por pública fe, y en las librerías o archivos se guardaban. Y así en Esdras leemos que los debates sobre la reparación del templo se determinaban por los annales de los Persas, que en las librerías estaban guardados. Y por esto Ctésias Gnidio se recibe en los tiempos de los Persas, porque trasladó los annales públicos ».

47 Ibid., fol. 60a-61a: « Tercera regla. Los que de solas oídas, o por opiniones escriben, siendo personas privadas, no se deben recibir en los tiempos sino donde de la fe pública no discordan. Lo cual se prueba porque los que por opinión o por oídas escriben, contradícense unos a otros, cuales fueron los Griegos, los cuales, según aquí Metásthenes apunta, y Josepho contra Apión prueba, entre sí mismos difieren en los tiempos y unos a otros se acusan de falsedad, como es la repugnancia entre Herodoto, Agesilao, Hellanico, Ephoro, Timeo y otros. E nota que Josepho por estas reglas de Metásthenes hace validísimo argumento para probar que los Griegos no recibieron las letras de Cadmo porque desto ninguna pública y aprobada fe se halló jamás en los archivos de los sacerdotes o públicas librerías. […] En la monarchía de los Assyrios, porque por pública fe escribió Beroso Chaldeo, síguese que en los tiempos desta monarchía se le debe dar la ventaja a él y a los Persas que le siguieron, de los cuales es Metásthenes : y también a los Griegos que así mismo le siguieron : de los cuales son Xenophon autor del tratado De Equívocos, y Archiloco y Eusebio ».

48 Ctésias de Cnide apparaît dans livre II, et non dans le livre III, de l’Histoire universelle de Diodore de Sicile. Il est probable qu’il s’agisse d’une erreur de mémoire de Vergara.

49 Ibid., fol. 61a-b : « Repélense […] Herodoto, Hellanico, Agesilao y de los latinos Justino, Gelio y Orosio. En la segunda monarchía de Persas y Medos el autor de publica fe fue Metásthenes Persa y Ctésias Gnidio, como notó Diodoro en el tercero [sic]. Repélense Josepho de los Hebreos y Clemente, Taciano […] y Eusebio de los Griegos porque siguiendo opiniones privadas contra la pública fe, notan reyes y tiempos que en las librerías y annales no fueron ».

50 Ibid., fol. 61b : « […] Y contra toda fe pública escriben que Cyro dio licencia a los Hebreos cautivos en Babylonia y murió antes que Dario su tío se apoderase de Babylonia. Por donde el mismo Eusebio que en la tercera monarchía de los Griegos y en la cuarta de Romanos sigue pública fe de annales, en ambas se recibe. Así mismo se recibe Philon Hebreo que aun en un mes no discrepa. Repélense Josepho y los Talmudistas, que en muchos tiempos se convencen de pública falsedad ».

51 J. de VERGARA, op. cit., fol. 62a : « Philon tuvo la chronographia o descripción de tiempos de los annales de las cuatro monarchías » : « Philon a eu la chronographie ou la description des temps des annales des quatre monarchies ».

52 J. de VERGARA, op. cit., fol. 62b : « No se niega que ésta sea muy grande ».

53 Ibid., fol. 62b-63a : « Respuesta de los dichos motivos de la opinión de Metásthenes », « Mas como quiera que sea, su autoridad no hace nada contra nuestra opinión : porque si Metásthenes dice que en su escritura sigue a Beroso, él mismo se declara que le sigue en la monarchía de los Assyrios porque a la de los Persas, de quien aquí tratamos, que fue después, no llega la relación de Beroso ».

54 J. de VERGARA, op. cit., fol. 63a-b : « Y aun el mismo Joan Annio parece que tiene el tratado por perfecto, pues se pone a dar razón porque acabó allí Beroso y no mira que Metásthenes en todos los reyes adelante le alega ».

55 Ibid. : « O por ventura lo disimula Joan Annio, porque no se ponga duda en ser este tratado de Beroso, como la pone Raphael Volterrano y otros doctos varones ».

56 Sur ce pseudo-Bérose, voir Walter E. STEPHENS, Berosus Chaldaeus : Counterfeit and Fictive Editors of the Early Sixteenth Century, Ph. D. diss., Cornell University, 1979 (UMI Dissertation Service, 2008), et Chantal GRELL, « Annius de Viterbe et le roman des origines en France et en Espagne », Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux XVIe et XVIIe siècles (France, Espagne, Italie), éd. Alain TALLON, Madrid : Casa de Velázquez, 2007, p. 227-250.

57 Ibid. : « A lo cual ayudan las alegaciones que Josepho contra Apión trae del mismo Beroso que tratan de tiempos mucho más adelante del reino de Troya, donde este tratado para ».

58 Ibid. : « Estos tratadillos, que Joan Annio glosó, no carecen de sospecha de apocryphos y mal intitulados ».

59 J. de VERGARA, op. cit., fol. 63b-64a : « Cuanto mayor es la opinión que del se tiene, especialmente en doctrina y elocuencia Griega en que le igualan con Platon : tanto menos se debe creer que aquel tratado sea obra de su ingenio, al cual Eusebio llama ingenio divino. Ca no es verosímil que un varón tan sabio […] en lección de autores Griegos pretendiese ignorancia de un rey Xerxés ».

60 L’ouvrage est plus connu sous le titre De viris illustribus. Le « catalogue » des œuvres de Philon figure au chapitre 11 sur les 135 chapitres biographiques qu’il comprend.

61 Suidas est un grammairien et lexicographe byzantin du Xe siècle ap. J.-C.

62 J. de VERGARA, op. cit., fol. 65b : « Digo que atenta la crasa ignorancia de historias profanas, juntamente con la noticia de cosas Hebreas que en él y también en el otro Metásthenes se muestra, parece que ambos tratados son obras de escritores vulgares Hebreos ».

63 Ce sont des chroniques qui datent du IIe siècle de notre ère.

64 J. de VERGARA, op. cit., fol. 66a : « La raison est qu’ils ne s’aident pas et ne peuvent pas s’aider des écritures profanes pour comprendre les passages obscurs de l’Écriture sainte dont ils parlent dans leurs histoires » : « Procede de no ayudarse ellos, ni poderse ayudar de escrituras profanas para entender los pasos obscuros de la escritura sagrada, que tocan en historia ».

65 Le Sanhedrin est un tribunal des anciens juifs à Jérusalem, composé des prêtres, des Anciens et des scribes, qui jugeait les affaires criminelles ou administratives concernant une tribu ou une ville, les crimes politiques importants.

66 J. de VERGARA, op. cit., fol. 68b : « Los otros LXX llamados Zanedrin que fueron constituidos por coadjutores de Moysen en el cap. II del libro de los Números, tampoco tuvieron cargo de escribir, sino de ayudar a la gobernación de la república y conservación de la ley : y así los compara Joan Pico Mirandulano a los cardenales de la Iglesia Romana ».

67 J. de VERGARA, op. cit., fol. 69b : « Porque decir que el historiador que contando la sucesión de los reyes de Persia se deja a Xerxés y a Dario Hystaspis y hace a Artaxerxés Longimano hijo del Prisco Assuero y nieto de Dario Medo sigue los verdaderos annales de los archivos públicos de los Persas, es tanto como decir que el historiador que escribiendo la sucesión de los reyes de España callase al rey don Fernando el I y al rey don Alonso el Sabio y hiciese al rey don Sancho el Bravo hijo del rey Pepino de Francia y nieto de Clodoveo, seguía los verdaderos memoriales de la genealogía y sucesión de los reyes de España ».

68 J. de VERGARA, op. cit., fol. 70a : « Y así en responder a esto no hay para que gastar tiempo ».

69 Ibid. : « Examen de las reglas de Joan Annio », p. 54 : « Imagina que cada una de aquellas monarchías principales, que fueron Assyrios, Persas, Griegos y Romanos tuvo personas públicas como sacerdotes, diputadas de oficio para escribir los hechos y tiempos de sus reyes y repúblicas cuyos escritos o annales authénticos se guardaban en archivos públicos ».

70 J. de VERGARA, op. cit., fol. 70b : « Ca justo era dar más crédito a escrituras públicas por tales personas escritas ».

71 Ibid., la formule exacte en castillan est « públicos escritores diputados ».

72 J. de VERGARA, op. cit., fol. 71a-b : « Lo segundo, conviene a saber, que no todas quatro monarchías tuvieron tales escritores, parece bien por el mismo Metásthenes en este mesmo lugar, de donde Joan Annio saca sus reglas ».

73 Ibid. : « Porque esto de los públicos escritores no lo afirma, sino de dos monarchías, que fueron Assyrios y Persas. Y así Joan Annio, diciendo el texto dos, glosa cuatro, no hace oficio de fiel glosador ».

74 J. de VERGARA, op. cit., fol. 72a-b : « Aucun auteur ne permet mieux de prouver que les Grecs n’ont jamais eu de textes ni de commentaires anciens de source publique que Josèphe lui-même au livre I du Contre Apion, souhaitant montrer que les écritures et les mémoires les plus anciennes des Grecs étaient très récents en comparaison avec celles des barbares tels les Égyptiens, les Assyriens et les Phéniciens […] » : « Con ningún autor se puede mejor probar no haber los Griegos tenido semejantes escrituras o comentarios antiguos de pública fe y autoridad que con el mismo Josepho en aquel libro I Contra Apion, donde queriendo mostrar que las escrituras y memorias más antiguas de los Griegos eran nuevas en comparación de las de los bárbaros como eran Egipcios, Assyrios, Phenices […] ».

75 Il semble s’agir d’une confusion avec Agésilas II, roi de Sparte de 398 à 360 avant notre ère.

76 J. de VERGARA, op. cit., fol. 73a-b : « Y así no solamente se contradice Joan Annio a sí mismo, afirmando primero que los griegos generalmente escribieron por opiniones y no por públicos annales, y después dándoles annales antiquísimos de tiempo de Cadmo ; más aun quiere hacer a Josepho autor de su contradicción ».

77 Ibid., fol. 73b : « Pues ¿de dónde diremos se movió Joan Annio a imponer a Josepho aquel argumento? Digo que Joan Annio se engañó en la inteligencia de un paso de Josepho al principio de aquel primero libro Contra Apion, que dice así : Tarde y apenas conocieron los Griegos la naturaleza de las letras : ca lo que más antiguo quieren que sea uso dellas, de los Phenices y de Cadmo se jactan haberlas aprehendido : ni aun de aquel tiempo podría nadie mostrar la escritura, porque había quedado ni en templos, ni en ofrendas o dones dellos ».

78 J. de VERGARA, op. cit., fol.75a-b : « no sin causa Marco Varron llamó al tiempo antes de las Olympiades tiempo mythico, o fabuloso, y al tiempo dellas tiempo histórico, como Censorino refiere ».

79 Ibid. : « Ce qui est bien vain, parce qu’Eusèbe ne l’aurait pas tu au début de sa chronique, tant son crédit y aurait gagné, et Philon n’est pas censé avoir écrit de pareilles histoires grecques » : « Cosa por cierto vanísima, porque ni Eusebio al principio de su crónico encubriera esto, siendo en favor de su crédito, ni de Philon sabemos que haya escrito tales historias Griegas ».

80 J. de VERGARA, op. cit., fol. 77a : « Tito Livio muchas veces pone duda y a cada paso se queja de la falta de comentarios fidedignos para concordar tiempos y consulados ».

81 J. de VERGARA, op. cit., fol. 78a : « Si tales annales escritos por pública autoridad él alcanzara, que con más razón se preciara dellos y fundara sobre ellos el crédito de su historia que sobre todo lo demás de que dice haber aprovechado ».

82 Flavius Vopiscus est l’auteur supposé de plusieurs des Vies d’empereurs recueillies dans l’Histoire auguste.

83 La vie de Marc-Aurèle est attribuée à Julius Capitolinus. Roland Béhar attire notre attention sur une difficulté : nous ne trouvons pas chez Annius le passage en question, évoqué par Vergara.

84 J. de VERGARA, op. cit., fol.79a-b : « Como se hace ahora en los ayuntamientos de las ciudades, por ventura sucedieron a los annales de los Pontifices, después que Julio César siendo consul ordenó que los actos de cada día así del senado, como del pueblo se escribiesen y publicasen, como Suetonio escribe. Como quiera que sea, no vemos en estos tiempos tales públicos annales antiguos ni sabemos de escritores auténticos que conforme a ellos hayan escrito las cosas de Romanas ».

85 J. de VERGARA, op. cit., fol. 80a-b : « Por donde parece que ni libro de annales Romanos escritos por Philon Joan Annio vio, ni aun el mismo Tito Livio leyó con atención, pues tan malas señas da de la certidumbre de sus annales ».

86 J. de VERGARA, op. cit., fol. 81b : « No declara Diodoro que fuese lo que este Ctesias escribió de los reyes de Persia ; solamente refiere lo que escribió de los reyes de Media » : « Diodore ne dit pas ce que Ctésias a écrit sur les rois de Perse ; il rapporte seulement ce qu’il a écrit sur les rois de Médie ».

87 J. de VERGARA, op. cit., fol. 82a : « A la razón de Joan Annio », fol. 83b : « Eusebio como Herodoto : Eusebio en dos palabras, como suele, señalando los años de su reino : y Herodoto muy largamente, escribiendo del muchas cosas : entre las cuales es una, que cercó y tomó por fuerza de armas a Babylonia ».

88 Nous avons vu que Juan de Vergara n’accepte pas d’attribuer ce texte au vrai Philon, mais n’ose pas conclure franchement qu’Annius ait pu le composer de toutes pièces.

89 J. de VERGARA, op. cit., fol.  84a-b: « Ca este autor [Herodoto] hace mención bien expresa de ambas conquistas : la primera hecha por Cyro cuenta en el primero libro y la segunda hecha por Dario Hystaspis pone en fin del III haciéndola aun más cruel que la primera ».

90 J. de VERGARA, op. cit., fol. 84b-85a : « Venga ahora Annio y muéstrenos aquí los sueños de Herodoto y Eusebio o reconozca él el suyo por muy profundo, pues no distingue un Dario de otro, ni una conquista de otra, que es la propia confusión que en los sueños acaece ».

91 J. de VERGARA, op. cit., fol. 82b : « E verdaderamente quien mirase su desenvoltura de palabras y la determinación con que las escribe, no dirá sino que tienen muy grande fundamento : y al cabo su fundamento es sola inconsideración y temeridad confiada de la credulidad de los lectores que pocas veces traen a estrecho examen la certidumbre de lo que leen ».

92 J. de VERGARA, op. cit., fol. 85a-b : « […] entre los escritores modernos ninguno ha habido que esta perplexidad haya querido examinar : antes algunos dellos, como embarazados con solo el sonido de Metásthenes Persa, Beroso Chaldeo, Philon Hebreo, Diodoro Siculo, Ctesias Gnidio, los LXX señores, los annales públicos de la librería Susiana ».

93 Johannes Driedo (1480 ?-1535) est un théologien belge, auteur d’ouvrages sur la grâce et le libre arbitre en particulier.

94 Ibid. : « Sin desenvolver lo que debajo destas alegaciones se encubre se dejan llevar tras ellas ; o negando las ciertas y notorias historias de que nunca se dudó, como hace Joan Driedonio o queriendo concordar lo que no lleva concordia como Joan Carion o temporizando con ambos extremos como Joan Nauclero ». Johannes Nauclerus (1425-1510) est l’auteur d’une chronique universelle intitulée Memorabilium omnis ætatis et omnium gentium chronici commentarii, Tubingue : impensis Cunradi Breuning, Kiliani Veszler & Ioannis Zuyfel, 1516. Selon Vergara, Johannes Nuclerus pose comme principe et fondement de son histoire les règles de Mégasthène « comme s’il les tenait de l’oracle d’Apollon ».

95 Ibid., fol. 85a : « V. S. perdone la prolixidad que verdaderamente me parece no pudiera de otra manera cumplir con lo que se debe a la autoridad y crédito de tantos y tan ilustres autores como esta opinion maltrata ».

96 Ibid., fol. 86a : « Si la materia no ha sido cumplidamente tratada, por tocar sólo en la monarchía de los Persas, que era nuestro propósito, conténtome con haber abierto el camino, para que otros de mayor ingenio y lectura puedan extender este examen a lo demás que escribe el mismo Metásthenes de las otras monarchías. Donde tengo por cierto que se le podrán notar otras no menores faltas que en la de los Persas ».

97 Marcelino MENÉNDEZ y PELAYO, Historia de los Heterodoxos Españoles, Miguel ARTIGAS (éd.), Madrid : Librería General de Victoriano Sárez, 1928, t. IV, p. 76.

98 Voir Renaud MALAVIALLE, « Temps, récit et vérité historique chez Antonio de Herrera y Tordesillas », Cahiers de Narratologie, n°15, 2008, http://journals.openedition.org/narratologie/698.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Malavialle, « Juan de Vergara (1492-1557) vs Annius de Viterbe (1432-1502). Critique historique et épistémologie de l’histoire en Espagne au XVIe siècle : un enjeu politique », e-Spania [En ligne], 32 | février 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 25 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/29718 ; DOI : 10.4000/e-spania.29718

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals