Navigation – Plan du site
Varia

Des bœufs pour les charrettes ? Les acteurs du marché des bovins dans un bourg de la Nouvelle-Castille moderne

Patrice Poujade

Résumés

Les habitants d’Almodóvar del Pinar, en Nouvelle-Castille, ont développé dès la fin du XVIe siècle, une importante activité de transport par charrettes. Largement attestée par les sources, la carretería avait pour corollaire les achats de bovins nécessaires aux charrettes. Ainsi, les besoins en animaux sont certainement à l’origine d’un marché bovin dans lequel le « neuf » (novillos) et le « vieux » (bœufs attelés) se côtoient. Les charretiers, comme destinataires des novillos et vendeurs de bœufs, sont très présents sur ce marché mais ce sont des éleveurs et négociants extérieurs, venus de loin écouler leurs produits en particulier lors des foires d’août, qui sont les principaux acteurs de ce marché. Finalement, plus qu’un marché, deux marchés coexistaient. Le premier, plus spéculatif, autour des novillos apportés par les grands éleveurs ; le deuxième, de la nécessité, dont les bœufs sont le produit de base.

Haut de page

Texte intégral

1Le 1er mars 1769, les habitants d’Almodóvar del Pinar, bourg de Nouvelle-Castille, réunis en conseil, déclarent que

  • 1 Archivo Histórico Provincial de Cuenca (désormais AHPC), P 1961/1, L. F. Briz de Lacuesta, f° 60, 0 (...)

el único tratto que […] mantiene [la villa, es] el de la carretería por no tener término que sostenga viñas, olivos ni consecha alguna por ser mui limitados de labores y de estos mui pocos que a penas se recojen trigo centenoso para su gasto1.

  • 2 AHPC, P 1962/2, L. F. Briz de Lacuesta, f° 481, 27/06/1780.

2Dans des circonstances et des termes très voisins, le 27 juin 1780, ils insistent sur le fait que « el principal ramo de que se mantiene este pueblo es el de la carretería de la Cavaña real por su cortedad de término y limitadas labores »2. Au-delà d’un discours volontairement victimiste, bien connu dans de nombreuses situations revendicatives – ici, la reconnaissance de privilèges –, et derrière sa rhétorique propre, ces mots expriment toutefois une réalité bien ancrée en ce lieu : l’existence indéniable de ce qui peut être considéré comme une mono-activité de ses habitants, la carretería.

  • 3 Si l’on ne compte que la population active effective, les charretiers, veuves de charretiers et dom (...)
  • 4 La documentation est quelque peu lacunaire pour la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle. (...)

3En effet, aux confins de la Serranía de Cuenca et de la Mancha, à près de 1 000 mètres d’altitude, la petite ville d’Almodóvar del Pinar, avec son millier d’habitants, voire 1 500 dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, présente le visage d’une localité à l’activité très spécialisée. Que ce soit à travers les données du Cadastre d’Ensenada de 1752 ou les reconstitutions que nous avons pu effectuer pour les XVIIe et XVIIIe siècles, on peut considérer que le transport par charrettes pouvait concerner autour de 30 à 40 % de la population en comprenant charretiers, veuves, domestiques et membres des familles3. C’est en ce sens que nous avons d’emblée parlé de (quasi-) mono-activité. On ne peut pas dire avec précision quand la spécialité charretière s’est imposée mais il semblerait que son développement date de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe siècle4. Largement attestée par les sources notariales base de notre recherche, la carretería avait pour corollaire, lui-même abondamment illustré, les achats de bovins sans doute nécessaires aux charrettes bien que le lien entre les deux n’apparaisse pas directement à travers les actes car l’on ne sait pratiquement jamais le statut des acheteurs de bovins que l’on y rencontre.

  • 5 Didier Terrier, « L’histoire du commerce et de l’industrie à l’époque moderne : entre héritage assu (...)
  • 6 À notre connaissance, très peu de travaux portent sur cet aspect, ni même d’ailleurs sur le transpo (...)
  • 7 Le conflit mulets-bovins a intéressé les contemporains comme Juan Valverde de Arrieta (Despertador (...)

4Même si Didier Terrier a écrit, « En un mot, les entreprises de roulage restent mal connues, voire ignorées »5 et que nous travaillons sur la question par ailleurs, notre objectif n’est pas ici d’aborder l’activité des charretiers en tant que telle mais d’interroger un aspect essentiel, et somme toute assez mal connu nous semble-t-il6, celui qui se rapporte à l’approvisionnement en bœufs de charrettes dont l’enjeu était fondamental pour le maintien et le développement de ce pan de l’économie. En quoi une activité aussi prégnante localement que la carretería a eu un impact sur l’existence et l’orientation du marché des bovins dans une petite ville d’une péninsule Ibérique souvent dépeinte comme le domaine des mulets7 ? Il ne s’agira pas de déterminer toutes les caractéristiques des échanges mais seulement d’en dévoiler les acteurs, à commencer par les acheteurs dont les sources ne disent pratiquement rien si ce n’est leur nom et leur lieu de résidence. Qui sont-ils et auprès de qui se fournissent-ils ? Ces vendeurs offrent-ils une image homogène ou, au contraire, décèle-t-on plusieurs types qui correspondraient, chacun d’eux, à une orientation spécifique ? La demande locale, les vendeurs venus la satisfaire et, enfin, ceux pour qui vendre est synonyme de survivre, sont les trois étapes qui nous guideront.

Un marché, pour quelle demande ?

  • 8 Ce cheptel était essentiellement ovin (72,2 % des têtes). Les bœufs des charrettes arrivaient ensui (...)

5On peut supposer que la forte proportion de charretiers présents à Almodóvar del Pinar à l’époque moderne n’a pas été sans effet sur l’existence d’un marché des bovins dans la ville même et que l’orientation de celui-ci a pu être conditionnée par la présence de ces transporteurs pour qui les bœufs étaient le moteur de leur activité. La question qui se pose est celle de savoir qui, d’après les sources disponibles, achetait des bovins à Almodóvar del Pinar. Tout d’abord, il n’est pas inutile de préciser que la quasi-totalité des bovins vendus étaient des novillos – la plupart non dressés (cerriles) – et des bœufs. En effet, vaches et taureaux apparaissent bien rarement au cours des deux siècles étudiés ce qui, concernant les premières, semble correspondre à la réalité locale, du moins celle qui ressort du cadastre d’Ensenada qui, en 1752, ne compte que 20 vaches sur les quelque 19 000 animaux de la ville, soit 0,11 % du cheptel local8. Ne représentant qu’environ 40-45 % des actes recensés dans nos dépouillements, mais quelque 55 % des têtes, les bœufs étaient généralement achetés par paires, le plus souvent avec leur charrette et le matériel nécessaire à l’activité de transport (« aderezos y saqueríos »).

6Animaux dont le prix par tête est bien souvent pratiquement similaire lors des ventes, novillos et bœufs répondent à des besoins différents ou, du moins, caractérisent deux étapes. Le novillo, animal jeune, est destiné à être dressé et éventuellement, ensuite, à être attelé à une charrette avec un bœuf peut-être plus âgé et déjà habitué. Parmi les bœufs, que l’on pourrait croire en état d’être mis au travail tout de suite après l’achat, il faut distinguer entre ceux qui sont vendus par paire avec leur charrette et ceux qui sont vendus, seuls ou en paire ou en groupe, sans aucune charrette. Il est probable que chaque cas corresponde à des destinations bien spécifiques même si nous avons très peu d’éléments pour l’affirmer et même si l’offre et la conjoncture peuvent orienter le marché.

Une demande éminemment locale

7À la lecture des actes notariés, se dessine un marché très local puisque 83 % des acheteurs de novillos et 92 % de ceux de bœufs sont des habitants de la ville, la plupart d’entre eux des hommes sans titre particulier ni profession indiquée. Les novillos sont achetés dans 55 % des actes par lots de 1 à 4 têtes ; 90 % des bœufs sont achetés par paires, l’achat d’un seul bœuf étant très rare (5 % des actes pour 0,64 % des têtes). Dans les deux tiers des achats, le nombre de têtes moyen s’établit autour de 3,75 sans différence bien notable selon la provenance des acheteurs.

Tableau n° 1 : Les acheteurs de bovins à Almodóvar del Pinar (en % du nombre d’acheteurs de chaque type d’animal)

Type d’animaux achetés

Lieu de résidence des acheteurs

Hommes sans précision

Hommes avec indication de titre ou profession

Membres du clergé

Veuves

Autres femmes

novillos

Almodóvar

75,43 %

3,69 %

1,23 %

1,97 %

0,49 %

Extérieur

17,20 %

Total

92,63 %

3,69 %

1,23 %

1,97 %

0,49 %

bœufs

Almodóvar

82,41 %

2,61 %

0,65 %

3,26 %

2,93 %

Extérieur

7,17 %

0,33 %

0,65 %

Total

89,58 %

2,94 %

1,30 %

3,26 %

2,93 %

  • 9 Luis E. Rodríguez-San Pedro et José Luis Sánchez Lora, Los siglos XVI-XVII. Cultura y vida cotidian (...)
  • 10 José Luis López Gascón, Almodóvar del Pinar : el pueblo de las carretas, Almodóvar-Cuenca : Ayuntam (...)

8En recoupant les noms des acheteurs qui résident à Almodóvar, dans la presque totalité des cas où cela est possible, on constate que ces acquéreurs exercent bien une activité liée au transport par charrettes. Leur niveau social pourrait globalement s’apprécier à leur capacité à signer si celle-ci était systématiquement connue. Sans doute peut-on déceler quelques différences entre les acheteurs de la ville et ceux de l’extérieur mais nous devons rester prudent en raison de la disproportion des données entre les uns et les autres. Ainsi, par exemple, pour les années 1665 et 1675 pour lesquelles nous savons, pour chaque acheteur, s’il signe ou pas, sur 57 résidant à Almodóvar 82,50 % signent alors que seulement 50 % des six acheteurs extérieurs sont en capacité de le faire. Évidemment, la capacité à signer n’est qu’un piètre indicateur d’alphabétisation car qui dit signer ne dit pas forcément écrire. Peut-on alors la considérer comme un indice d’un certain niveau socio-culturel, voire économique ? Nous tendrions à le croire puisqu’il est communément admis que le pourcentage d’analphabètes atteignait 80 voire 85 % de la population de l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles, un petit peu moins au XVIIIe siècle, dont la quasi-totalité des agriculteurs et ruraux, et même des artisans urbains9. Beaucoup plus savaient assurément plus ou moins signer ; chez les acheteurs de bœufs et novillos c’est très massivement qu’ils savent tenir la plume ne serait-ce que pour apposer leur nom au pied de l’acte surtout à partir des années 1650. Il resterait à savoir où ces charretiers auraient acquis des rudiments d’écriture qui, par ailleurs, devaient leur servir dans l’exercice de leur profession, avant l’ouverture en 1724 d’un collège des pères Escolapios10.

La demande des charretiers de la ville

  • 11 J. L. López Gascón, op. cit., p. 89.
  • 12 C’est, pour le XVIIIe siècle (1708, 1722, 1752, 1771, 1787), ce que donnent les sources disponibles
  • 13 Dans le meilleur des cas, si on retient les chiffres avancés, ce n’est peut-être que le tiers voire (...)

9Selon José Luis López Gascón, ce serait en moyenne un bœuf sur sept qui serait remplacé tous les ans par les charretiers11. Si on suit cette affirmation et si on considère qu’il y avait à Almodóvar entre 2 500 et 3 000 bœufs12, les charretiers de la ville auraient besoin de pas moins de 370 à 430 bœufs et novillos tous les ans. De toute façon, il est probable que les achats-ventes enregistrés par les notaires locaux ne représentent qu’une partie de l’approvisionnement13 car, d’une part, tous les achats ne devaient pas faire l’objet d’acte de crédit et, d’autre part, tous les animaux n’étaient certainement pas achetés dans la ville. Il est une date, celle du 5 août, jour de Notre-Dame des Neiges (Nuestra Señora de las Nieves), patronne de la ville, qui marque, annuellement, le calendrier commercial local. À cette occasion et durant les jours suivants, se concluaient 43 % des transactions des bovins de l’année avec une nette prédominance pour les novillos. Ces derniers y étaient massivement présents, accaparant autour de 75-80 % des ventes, la presque totalité (96 %) vendus par des personnes ne résidant pas localement. Pour ce qui concerne les bœufs, 75 % des ventes s’échelonnaient d’août à octobre dont quatre sur cinq vendus par des habitants de la ville. Les charretiers avaient là l’opportunité de se procurer les animaux dont ils avaient besoin en fonction de l’offre qui se présentait. Néanmoins, ces foires ne semblent prendre de la force qu’à partir de 1650 puisqu’entre 1600 et 1649 seuls 34 % des novillos étaient achetés en août contre 82 % ensuite.

  • 14 AHPC, P 1936/3, Alonso Chillarón, f° 154, 11/12/1629.

10Les charretiers trouvaient dans les foires l’occasion d’acquérir des lots de novillos, parfois régulièrement, à l’instar de Gil de Alarcón qui en achète 11 en deux achats le 12 août 1659, 11 autres le 11 août 1660 et 11 de plus le 10 août 1661. Par ailleurs, acheter des paires de bœufs avec des charrettes est aussi une pratique assez courante chez certains charretiers comme Juan de Alarcón qui dépense 12 500 réaux dans l’achat de 18 paires et leurs charrettes par deux actes d’août et octobre 1631. Quant à ceux qui n’achètent qu’un bœuf à la fois (5 % des actes d’achats de bœufs), ces animaux sont-ils destinés aux charrettes ? On peut aussi le penser, du moins pour la plus grande partie d’entre eux, quand on voit les mêmes individus acheter, par ailleurs, des novillos ou exercer une activité de transporteurs par charrettes. En outre, lorsque Juan Bueno, résidant à Murcie, achète un seul bœuf en 1629, il est précisé qu’il s’agit d’un buey de carretería14. La plupart de ces achats sont effectués auprès de vendeurs locaux, eux-mêmes, le plus souvent, des charretiers, ce qui montre l’étroitesse de ce marché de bœufs isolés.

Une autre demande

11Le marché des bovins est en grande partie occasionné et suscité par l’activité économique d’une partie importante des habitants, les charretiers-hommes. Les femmes, toutes d’Almodóvar, sont très peu nombreuses à acheter des bovins, un peu plus pour des paires de bœufs avec des charrettes que pour des novillos puisque, proportionnellement, elles représentent 6,14 % des acheteurs de bœufs d’Almodóvar et 2,74 % de ceux de novillos, soit une présence féminine globale parmi les acheteurs de bovins de la ville de 4,30 %. Concernant les novillos, elles sont essentiellement veuves et achètent presque exclusivement à des vendeurs extérieurs comme leurs homologues masculins. Celles, un peu plus nombreuses, qui achètent des bœufs peuvent être veuves (autour des deux tiers) mais elles achètent aussi en compagnie de leur mari voire, plus rarement, seules. Leurs achats se font presque exclusivement à des habitants d’Almodóvar dont une partie sont des tuteurs d’enfants mineurs se séparant de paires de bœufs avec leurs charrettes, une autre veuve ou un membre de leur famille. Un point notable : globalement, novillos et bœufs confondus, leurs achats ne se font qu’à 15 % lors des foires d’août, taux plus faible que pour le reste des habitants de la ville. À notre sens, ces données dénotent un marché « féminin » lui aussi assez étroit et très local. Du côté des acheteuses de novillos, nous avons affaire bien certainement à des veuves poursuivant l’activité de transport de leur défunt mari dans les mêmes conditions que les autres charretiers alors que celles qui se pourvoient en bœufs le font auprès de vendeurs locaux touchés par la précarité. Ces dernières sont, alors, bien moins intégrées à ce que l’on pourrait appeler « le marché ».

  • 15 Bien que 62,5 % des personnes achètent des novillos.
  • 16 Pour les novillos, 3,58 animaux par achat pour les acheteurs venant de moins de 50 km, 5 animaux au (...)
  • 17 Pour les novillos, 2,98 animaux par acheteur venant de moins de 50 km, 4,38 animaux au-delà. Pour l (...)

12Quant aux acheteurs forains, 47 % (pour la même proportion des animaux acquis) proviennent de localités distantes de moins de 25 kilomètres, plus largement 87 % (pour 79,5 % des animaux) résident dans des villages à moins de 50 kilomètres d’Almodóvar. De 0 à 24 kilomètres, les achats de bœufs prédominent (56 % des animaux) puis ils cèdent le pas aux novillos pour les acheteurs venant de 25 à 99 kilomètres (78 %) qui deviennent ensuite minoritaires (36,36 %) dans les achats des personnes venant de plus de 100 kilomètres lesquels sont, de toute façon, très peu nombreux puisqu’ils ne totalisent que moins de 10 % des acheteurs15. D’autre part, plus les acheteurs viennent de loin, plus le nombre d’animaux par achat est élevé16 et plus, par conséquent, le nombre d’animaux par acheteur est élevé17.

13En recoupant l’ensemble des informations, on peut considérer que l’immense majorité des acheteurs de bovins à Almodóvar del Pinar, peut-être même la quasi-totalité sont des charretiers de la ville. Ils accaparent les achats de novillos et de paires de bœufs certainement parce qu’ils incarnent, sinon la seule, du moins la principale demande locale et que, dès lors, ils sont un des débouchés d’éleveurs et de négociants qui alimentent ce marché en grande partie concentré au cours de la foire d’août. S’il est donc hautement probable que les acheteurs de bovins sont, en premier lieu, des charretiers de la ville tournés vers les novillos, qui sont leurs fournisseurs et d’où viennent-ils ? Mettent-ils sur le marché un type d’animal particulier pouvant satisfaire la demande spécifique liée à l’activité du transport ?

Des vendeurs extérieurs

14Le marché des bovins à Almodóvar del Pinar est largement occupé par des acteurs venant de l’extérieur qui conduisent, le plus souvent lors des foires, des animaux à vendre. Nous devons déterminer leurs zones de provenance et les identifier eux-mêmes autant que faire se peut et nous pencher sur ce que les sources nous disent de leurs pratiques bien que celles-ci nous échappent largement. Sans doute, se centrer sur les vendeurs extérieurs, après avoir dit quelques mots sur les acheteurs et la demande et avant de s’intéresser aux vendeurs locaux, cela revient-il à morceler ce qui, dans la réalité du marché, était en étroite interaction.

Des vendeurs de novillos venus de loin

15La distance est le critère déterminant dans la spécialisation des vendeurs : plus ceux-ci résident dans des localités éloignées d’Almodóvar, plus ce sont des novillos qu’ils mettent sur le marché. Ainsi, les novillos proviennent à près des deux tiers de territoires distants de plus de 150 kilomètres où les vendeurs sont spécialisés à plus de 90 % dans ce genre d’animaux. Derrière le critère de la distance se dessinent, en réalité, de véritables zones de spécialisations, offrant deux géographies bien distinctes.

Carte n° 1 : Lieux d’origine des vendeurs de bovins à Almodóvar del Pinar

Carte n° 1 : Lieux d’origine des vendeurs de bovins à Almodóvar del Pinar

16Très majoritairement, les novillos proviennent de territoires méridionaux. Les villages de la Sierra de Segura et Cazorla (nord de l’Andalousie actuelle), avec 36 % des novillos répertoriés dans les sources, sont les premiers pourvoyeurs. Un peu plus au nord, le Campo de Montiel en apporte un gros quart alors que Campo de San Juan et Campo de Calatrava en fournissent autour de 22 %.

Tableau n° 2 : Présence (en % du nombre des actes) de titres associés aux vendeurs extérieurs en fonction de l’éloignement d’Almodóvar del Pinar

Distance, en km, d’Almodóvar

Part, en %, de titres indiqués

0-49 km

17 %

19 %

50-99 km

23 %

100-149 km

62,50 %

76,50 %

150-199 km

85,50 %

200 km et plus

73 %

Total

59 %

  • 18 91 % des « dons » résident à plus de 100 kilomètres d’Almodóvar.
  • 19 Enrique Soria Mesa (La nobleza en la España moderna. Cambio y continuidad, Madrid : Marcial Pons, 2 (...)

17Plus on s’éloigne d’Almodóvar, plus les noms des vendeurs de bovins sont associés à une précision dont la plus fréquente est le titre de « don » : au-delà de 100 km, on passe à environ 77 % de vendeurs « titrés »18. On pourrait y adjoindre quelques « doñas », veuves, bien que l’adéquation du titre et de la réalité sociale ne soit pas exempte de flottements19. Deux explications conjuguées peuvent être avancées : d’une part, une nécessité plus importante de mieux identifier des personnes venant de loin et, d’autre part, – et c’est sans doute l’explication principale –, une plus forte proportion de « titrés » parmi celles-là.

Tableau n° 3 : Titres portés par les vendeurs de bovins non résidant à Almodóvar del Pinar (en % du nombre d’actes)

Aucun titre indiqué

34,70 %

Regidor

20,10 %

Don seula

14,90 %

Prêtre

14,30 %

Doña

8,75 %

Divers

2,60 %

Chirurgien

2 %

Licenciado (sans précision)

1,50 %

Escribano (notaire)

1,20 %

a « Don » peut également être associé à une autre précision (prêtre, regidor, etc.) : la proportion totale des ventes effectuées par des « dons » est de 39 %.

  • 20 Annie Molinié-Bertrand, Vocabulaire historique de l’Espagne classique, Paris : Nathan, 2003, art. « (...)
  • 21 Sebastán de Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana o española, Madrid, Luis Sánchez : 1611 (ré (...)
  • 22 E. Soria Mesa, op. cit., p. 292.

18Avoir son nom précédé de « don » a-t-il une réelle signification ? D’abord indice de la haute aristocratie, ce titre connut une inflation sous le règne de Philippe II quand de nombreux hidalgos s’en affublèrent puis au XVIIe siècle des roturiers enrichis n’hésitèrent pas à se l’octroyer20. Sebastián de Covarrubias s’en faisait l’écho dans son dictionnaire de 1611 où il expliquait que, finalement, même des nobles finirent par délaisser ce titre honorifique car beaucoup de ceux qui n’y avaient pas droit s’en étaient emparés21… Enrique Soria Mesa peut alors écrire que les témoignages de la grande diffusion sociale du titre de « don » aux XVIIe et XVIIIe siècles sont nombreux au point de le corrompre22. Toutefois, même usurpé ou porté de façon indue, le titre de « don » révèle une position sociale, du moins une volonté d’appartenance reflétée dans ce titre, signalant des notables. La présence de 20 % de vendeurs regidores, 14 % de prêtres, quelques chirurgiens ou notaires, etc., en sont des preuves supplémentaires. Mais derrière ces titres, quels types de vendeurs de bovins peut-on déceler ?

Des señores de ganado ?

  • 23 Sur la mise en place du modèle de la grande propriété des señores de ganados, voir Julián Pablo Día (...)
  • 24 AHPC, P 1935/1, Alonso Chillarón, f° 171, 18/06/1619.
  • 25 AHPC, P 1936/4, Alonso Chillarón, f° 180, 28/09/1631.
  • 26 AHPC, P 1936/1, Alonso Chillarón, f° 163v°, 21/08/1626.
  • 27 AHPC, P 1941/1, Pedro Navarro, 10/08/1655.

19Il est probable que nous ayons affaire à deux grands types de vendeurs. D’une part, des éleveurs, des señores de ganado, qui vendent des animaux de « su vacada y cría » c’est-à-dire de leur troupeau bovin et de leur élevage23. Tel est le cas, par exemple, des six novillos que le prêtre d’Alcázar de San Juan Juan Ruiz de Abilés vend en 161924 et sans doute encore des dix qu’il vend un peu plus de douze ans plus tard bien qu’ils soient simplement indiqués de « su hierro », de sa « marque »25. Il en est de même des 26 novillos que vendent le 21 août 1626 don Diego de Mora et Pedro Giménez Santo, de Daimiel, qui sont de « sus crías y hierros » soit de leur élevage et portant leur marque26. Les mentions de la « cría » ne sont pas légions alors que celles du « hierro » du vendeur sont, sinon systématiques, du moins très fréquentes. La marque du vendeur (le « hierro ») signifie-t-elle pour autant qu’il s’agit d’animaux de son propre élevage ou simplement d’animaux qu’il aurait achetés puis marqués ? Car, d’autre part, il est sans doute possible que le vendeur soit seulement un négociant de novillos qu’il n’aurait pas produits et élevés lui-même. Cette possibilité est encore peu établie documentairement mais lorsque doña María de Arabales, veuve de Daimiel, vend 15 novillos le 10 août 1655, le notaire précise que « los más dellos [son] del yero y señal de la dicha doña María de Arabales que usa y acostumbra echar en su ganado vacuno »27. Écrire que la plupart des têtes sont de sa marque laisse entendre que toutes ne le seraient pas et que cette veuve s’adonnait au négoce bovin au-delà de sa propre production, comme d’autres certainement.

20Ces vendeurs écoulent essentiellement, parfois uniquement, des novillos d’abord auprès d’habitants de la ville. C’est par exemple le cas autour des années 1670 d’une veuve comme doña Margarita de Baltañás, de Villanueva del Arzobispo, qui ne vend exclusivement que des novillos à raison d’une moyenne de quatre par vente, et dont plus de 90 % des clients sont d’Almodóvar. Parmi d’autres vendeurs assez importants, ce ne sont également que des novillos que vend, à des gens d’Almodóvar, entre 1651 et 1671, don Gonzalo Patiño Castellanos, de Villanueva de los Infantes. Pour sa part, le prêtre d’Alcázar de San Juan, Juan Ruiz de Avilés, commercialise entre 1619 et 1631 92 % de novillos destinés à 90 % à des habitants d’Almodóvar. En revanche, si la plus grande partie des ventes des Fernández Buenache, eux aussi de Villanueva de los Infantes, s’adresse bien d’abord à des habitants d’Almodóvar del Pinar, ces derniers ne sont pas les seuls de leurs acheteurs puisqu’une trentaine de % d’entre eux, acheteurs de novillos pour la plupart, résident hors de la ville. À quoi ces derniers destinent-ils ces novillos ? Au transport, eux aussi ? À d’autres tâches ? On le voit, avec ces cas pris parmi les plus gros vendeurs, on a affaire à des pratiques un peu différentes mais les novillos prédominent toujours et, le plus souvent, à destination d’acheteurs locaux dont on peut certainement penser que ce sont des charretiers.

Le cas de Fernández Buenache

  • 28 Máximo Diago Hernando, « Comercio y finanzas en una ciudad castellana de la segunda mitad del siglo (...)
  • 29 Siles (Sierra de Segura), à 70 km au sud-est de Villanueva.
  • 30 Le « montero mayor » avait en charge l’organisation des chasses royales au gros gibier. Son « tenie (...)
  • 31 Un bel exemple, géographiquement pas si éloigné, a été très récemment illustré par Sébastien MALAPR (...)

21Le nom de Francisco Fernández Buenache revient des dizaines de fois entre 1641 et 1681. On a là un exemple de señor(es) de ganado qui n’est pas sans faire écho à celui de Juan Mateo Gutiérrez qui opérait dans la région de Pinares, autour de Soria et Burgos, où il vendait, lui aussi, des novillos cerriles à crédit dans les années 167028. 62,5 % des animaux vendus sous le nom de Fernández Buenache sont des novillos apportés lors des foires d’août par un mayoral. L’un d’eux, Miguel de Baños, habitant de Beas dont il est alcalde ordinario en 1670, vend également quelques têtes à son profit, d’abord occasionnellement avant sans doute de travailler pour son propre compte entre 1661 et 1685 environ et de se faire alors représenter, à son tour, par un mayoral… Derrière un même nom (Fernández Buenache), se cachent un père et son fils appartenant à une puissante famille originaire de Siles, installée à Villanueva de los Infantes en 160129 et qui connut un important processus d’enrichissement. Le père (1614-1660) était regidor perpetuo de Villanueva de los Infantes ; le fils, né en 1634, ayant étudié le droit, fut teniente de Montero mayor30. Ils illustrent bien les membres des oligarchies municipales qui ont atteint une position sociale enviable en renforçant leur emprise foncière et en contrôlant les organes de pouvoir31.

  • 32 Alhambra, 20 km au nord de Villanueva.
  • 33 Selon Luis Javier Coronas Vida la plupart des habitants de Segura étaient des « señores de ganado » (...)
  • 34 Carlos Sánchez Molina, « Patronazgo y poder en la Castilla del siglo XVII : el patronato sobre el c (...)
  • 35 C. Sánchez Molina, art. cit., p. 20-21.
  • 36 AHPC, P 1942/8, A. de Briz, 12/08/1661.

22La famille disposait d’une importante assise foncière dispersée entre Villanueva de los Infantes, Alhambra32, Siles et Segura de la Sierra, ces deux dernières localités dont l’orientation vers l’élevage est nette33, concentrant l’essentiel de leurs propriétés34. Cela les convertit en importants éleveurs du Campo de Montiel dont certains débouchés étaient éloignés (Valence, Almodóvar del Pinar, etc.)35. Leurs possessions dans la Sierra de Segura donne encore plus de poids à cette zone dans l’approvisionnement en bovins du marché d’Almodóvar. De même, que leur mayoral Miguel de Baños soit de Beas, dans la même sierra, appuie encore plus l’hypothèse selon laquelle leurs bêtes viendraient de là. En outre, l’influence des Fernández Buenache ne s’arrête pas là. En effet, les échanges commerciaux entre eux et Almodóvar ne se limitaient pas aux bovins puisqu’ils fournissaient aussi blé et orge et, en retour, recevaient du bois d’œuvre36. Par ailleurs, parmi les vendeurs de bovins, ne trouve-t-on pas Gonzalo Patiño Castellanos, également de Villanueva de los Infantes, beau-frère de Francisco Fernández Buenache ?

  • 37 Membre du conseil de ville.
  • 38 Magistrat municipal exerçant des fonctions de juge.
  • 39 Daniel Carrillo de Albornoz Alonso, « Élites de poder en Daimiel durante el siglo XVI : el estado d (...)
  • 40 Sur cette question, dans une région recoupant une partie de celles d’où proviennent les vendeurs pr (...)

23C’est en premier lieu en novillos qu’Almodóvar del Pinar est approvisionné par des vendeurs extérieurs dont les plus actifs s’apparentent à des señores de ganado, de grands éleveurs qui destinent une partie de leur production à ce marché que l’on peut considérer comme lucratif pour eux dans la mesure où la demande des charretiers doit être assez constante quoiqu’influencée par la conjoncture économique, politique et militaire. Ces individus, en plus d’être impliqués dans le négoce du bétail et posséder de vastes domaines fonciers, accaparent des charges, en premier lieu, municipales qui en font des membres des oligarchies locales. Parmi eux, la famille Fernández Buenache, de Villanueva de los Infantes, se distingue nettement par sa présence durable et son importance quantitative mais elle est loin d’être un cas isolé. Le phénomène est également illustré par don Diego de Mora et Pedro Giménez Santo, de Daimiel, que nous avons déjà évoqués, l’un regidor37, l’autre alcalde ordinario38 de leur ville dans les années 162039. Il serait intéressant de savoir ce que pouvait représenter pour ces éleveurs le marché d’Almodóvar en terme de débouché et s’ils avaient orienté leurs élevages en vue de la satisfaction des besoins des charretiers ou si, au contraire, ils produisaient de façon indifférenciée des animaux pour tirer des charrettes, pour labourer, pour produire de la viande voire pour combattre40 ?

Un marché local contraint

24Avec les vendeurs extérieurs dont il vient d’être question, nous avons eu affaire à un marché que l’on pourrait considérer comme local parce que localisé mais qui concernait des acteurs provenant de zones éloignées parfois de plusieurs centaines de kilomètres et qui, en particulier à l’occasion de foires annuelles, confluaient vers lui. Almodóvar del Pinar était un débouché pour les éleveurs des montagnes de la Sierra de Segura et d’autres régions voisines situées dans l’extrême sud de la Nouvelle-Castille. À présent, c’est à un véritable marché local que nous voudrions nous consacrer, comme si, sans changer de lieu, on changeait d’échelle. En effet, si Almodóvar est une place commerciale pour des bovins venant parfois de loin, c’est aussi le lieu d’échanges des habitants entre eux qui, quelquefois sous la contrainte des événements, y écoulent leurs bêtes.

Un marché pour charretiers ?

  • 41 Globalement, les paires de bœufs avec charrettes représentent 81,75 % des ventes de bovins faites p (...)

2592 % des animaux vendus par les habitants de la ville sont des bœufs, dont 89 % vendus par paire avec leur charrette41. La quasi-totalité de ces vendeurs locaux de paires de bœufs et charrettes nous sont également connus comme des acheteurs de novillos et la plupart d’entre eux sont, à l’occasion, soit appelés « carreteros de bueyes » (charretiers), soit ont une activité de transport avérée avec des charrettes leur appartenant. C’est le cas de Luis de Chillarón Billalba qui vend, entre octobre 1659 et janvier 1661, 20 bœufs et 7 charrettes mais dont on sait, par ailleurs, qu’il a obtenu des contrats de transport de sel pour l’Estrémadure, qu’il a des débiteurs à Almadén ou encore qu’il a acheté des paires de bœufs et des novillos. Charretier, il devait, d’une part, acheter des bêtes de trait et, d’autre part, vendre celles qu’il remplaçait par des novillos. Un peu moins documenté, Pedro López del Pozo el mayor, s’il vend un bœuf en 1660, achète neuf novillos en 1660 et 1661 en même temps qu’il signait un contrat de transports de cuves à vin avec ses charrettes cette même année 1661. Enfin, si Isabel Martínez, veuve de Benito de Lacuesta, vend sept bœufs et trois charrettes en 1661, on sait par la documentation que son mari, qualifié de « carretero de bueyes » en 1649, avait transporté de la laine et de la soude dans les années 1618-1620 et avait effectué de nombreux achats de novillos entre les années 1620 et 1640 et même de quelques paires de bœufs.

  • 42 Cette proportion est à considérer comme un minimum car pour 14 % es novillos nous n’avons pas su re (...)
  • 43 AHPC, P 1940/3, f° 6, Juan Escribano, 03/01/1645.
  • 44 AHPC, P 1940/3, f° 5, Juan Escribano, 03/01/1645.

26La vente de paires de bœufs avec leurs charrettes est à considérer comme un « dérivé » normal de l’activité des charretiers devant changer animaux et matériel mais qu’en est-il de la vente de novillos par ces mêmes habitants ? Tout d’abord, nous l’avons dit, ces jeunes animaux sont très minoritaires pour ces vendeurs locaux mais, en recoupant les données, 80 % d’entre eux, au minimum, sont mis sur le marché par des charretiers42. Les indices sont bien peu nombreux mais on pourrait émettre l’hypothèse qu’ils les ont eux-mêmes achetés, soit à Almodóvar, soit ailleurs, afin de les revendre peut-être dans une opération à visée spéculative. Ce n’est certes pas toujours le cas comme le montre l’exemple du novillo vendu en janvier 1645 par Blas Naharro, lui-même charretier, à son confrère Juan de Molina, animal pour lequel le notaire précise qu’il fait partie des six têtes que le vendeur avait acquis à don Diego Pacheco de Peñalosa, de Daimiel43. En effet, peu avant, Naharro venait d’acheter six novillos à ce vendeur de Daimiel au même prix de 30 ducats dont il revendit au moins l’un d’entre eux ensuite44.

D’autres vendeurs « charretiers » ?

  • 45 Sa période d’activité s’étend au moins de 1618 à 1641.
  • 46 AHPC, P 1938/4, Felipe Tejedor, f° 97, 23/10/1641.

27Si le gros des vendeurs locaux de bœufs sont des charretiers « à part entière », ils ne sont pas les seuls. La présence significative de prêtres est remarquable. Certains à l’instar d’Álvaro González sont assez actifs45. Les ventes de ce prêtre ne touchent que très peu d’animaux chacune (2,43 têtes par vente et 0,86 charrette) mais les deux qu’il réalise en 1631 et 1639 sont plus importantes puisque l’une concerne onze bœufs, deux novillos et cinq charrettes avec tout le matériel de transport et l’autre six paires et leurs charrettes. Qu’il achète en 1626 trois bœufs et encore une paire en 1631 ou que le 23 octobre 1641, il donne procuration à trois habitants d’Almodóvar pour qu’ils aillent en son nom à Alcázar ou autres lieux acheter des novillos et surtout « concertar qualesquier portes que sean necesarios para una quadrilla de bueyes que [tiene] »46, ne suggèrerait-il pas qu’il a développé une activité dans le domaine du transport ?

  • 47 Ces quatre prêtres avaient une moyenne de dix-neuf bœufs et 7,5 charrettes chacun.
  • 48 Les données brutes ont été publiées par J. L. López Gascón, op. cit., p. 117.
  • 49 AHPC, P 1957/1, L. F. Briz de Lacuesta, f° 470, 10/02/1746.
  • 50 AHPC, P 1956/2, L. F. Briz de Lacuesta, f° 177, 04/10/1741.
  • 51 AHPC, P 1958/2, L. F. Briz de Lacuesta, f° 629, 08/10/1754.
  • 52 AHPC, P 1962/1, L. F. Briz de Lacuesta, f° 149, 22/12/1775 ; le testament, daté du 24 juillet 1775, (...)

28Cela ne saurait surprendre outre mesure à la vue des données du dénombrement de 1752. En effet, des huit prêtres de la ville, quatre possédaient de trois à seize charrettes et de huit à quarante bœufs47 faisant d’au moins deux d’entre eux, par le nombre d’animaux, de charrettes et de domestiques, les égaux des charretiers de la ville48. Le teniente de cura Miguel López, de 52 ans, avec ses seize charrettes, quarante bœufs et quatre domestiques était bien au-dessus des 9,44 charrettes et 22,38 bœufs détenus en moyenne par les charretiers locaux qui, en moyenne également, employaient 2,58 domestiques et c’est même sous l’appellation de « carretero de la Cabaña real de carreteros » d’Almodóvar del Pinar qu’il est enregistré, avec des dizaines de ses « confrères » charretiers, par le notaire le 10 février 1746 dans un acte concernant l’hivernage des bovins dans le Valle de Alcudia49 alors que, sous le seul titre de prêtre, il l’avait déjà fait en 174150 et le refera en 175451. D’ailleurs, ne laisse-t-il pas à son neveu, par son testament du 24 juillet 177552, 10 000 réaux à prendre en bœufs et charrettes confirmant, par-là, l’importance que revêtait pour lui la possession de ces animaux et matériel de transport.

29Les femmes d’Almodóvar qui vendent des bovins forment, quant à elles, 12 % du corpus. Très significativement, 99,44 % de leurs ventes sont des bœufs. Quoique la mention ne soit pas systématiquement portée (elle l’est dans au moins 80 % des cas), il est très probable qu’il s’agisse quasi uniquement de veuves. Alors que la moyenne des hommes s’élève à 9 bœufs par vente, pour les femmes, cette moyenne n’atteint que les six animaux ce qui peut donner une idée de leur plus faible niveau. Elles ne participent donc pas, ne serait-ce que marginalement, au contraire de certains vendeurs hommes, à l’approvisionnement des charretiers en novillos, se contentant de vendre quelques têtes dont elles se séparent. Dans un cas semblable sont les mineurs dont les tuteurs ou curateurs vendent des bœufs à raison de 5,58 animaux par vente en moyenne. Les prêtres, en ce qui les concerne, avec onze bœufs par vente se situent bien au-dessus et il peut être aussi intéressant de noter qu’ils vendent occasionnellement des novillos (comme les charretiers) ce que ne font jamais ni les veuves ni les enfants mineurs. Ces deux dernières catégories de vendeurs relèvent de stratégies différentes, proches de la survie.

Un marché de la nécessité ?

  • 53 Laurence Fontaine, Le Marché. Histoire et usages d’une conquête sociale, Paris : Gallimard, « Essai (...)
  • 54 AHPC, P 1949/12, Juan de Godoy Calderón, actes des 19 et 20 février 1705.

30Comme l’a écrit Laurence Fontaine, dans un contexte différent, « Le marché est également au cœur des stratégies de survie de ceux qui sont susceptibles de tomber dans la pauvreté »53. Peuvent se trouver dans ce cas de jeunes orphelins obligés de se défaire de leurs biens par l’intermédiaire de leur tuteur. Ainsi en est-il des frères Juan de Pedro López del Pozo et Juan Monedero del Pozo, dont les deux tuteurs ont vendu aux enchères en février 1705 dix paires de bœufs avec leurs charrettes et deux bœufs seuls pour un total de 12 820 réaux54. Étrangement, eu égard aux circonstances, ces bœufs, seuls ou par paires, sont vendus à des prix de 5 à 20 % supérieurs aux moyennes de la décennie. Cela reflèterait-il une demande particulièrement forte ? Peut-être si l’on songe que le nombre moyen d’achats annuels de bovins a fait un bon de 34 % entre 1690-1699 et 1700-1709 avant de connaître une baisse de 36 % lors de la décennie suivante, sans doute en lien avec les demandes de transports de céréales faites pour la monarchie à destination de ses armées pendant les campagnes de la guerre de Succession d’Espagne comme la documentation l’indique.

  • 55 Sans entrer dans une question qui dépasse le cadre de cet article, plusieurs chercheurs ont montré (...)
  • 56 AHPC, P 1951/6, Juan Ruiz, f° 65, 25/08/1716 : María Sáiz, veuve de Diego Segovia, vend pour 800 ré (...)
  • 57 Barchín del Hoyo est situé à une quinzaine de km à l’ouest d’Almodóvar.
  • 58 AHPC, P 1935/2, Alonso Chillarón, f° 115, 01/11/1621.
  • 59 AHPC, P 1949/10, Juan de Godoy Calderón, 10, 12, 15, 17 et 19 septembre 1703.
  • 60 AHPC, P 1949/9, Juan de Godoy Calderón, 02/10, 06/10, 10/10 et 13/11/1702.

31Dans une situation précaire, se trouvent également les veuves qui ne peuvent poursuivre l’activité de leur défunt mari. Ces cas ne sont pas si rares même si toutes les veuves ne sont pas obligées de se séparer des biens hérités de leur mari pour survivre et, pour quelques-unes, leurs ventes ne sont rien d’autre que le reflet de leur implication dans l’entreprise de transport dont elles ont la charge55. María Sáiz se trouve, pour sa part, dans la situation de veuve mais aussi de tutrice de sa fille au nom de qui elle vend en 1716 une paire de bœufs avec sa charrette56. Lorsque María Nieta, veuve de Bartolomé Monedero, vend le 1er novembre 1621 pour 424 ducats huit paires de bœufs avec charrettes à un habitant du village de Barchín del Hoyo57, l’acte indique bien que cette vente est faite en raison de la mort de son mari58. L’exemple le plus emblématique serait celui de María Palmero (ou Palmera) qui, veuve de Benito Sáiz depuis au moins 1679, fait, sans doute déjà âgée, entre les 10 et 19 septembre 1703, sept ventes au cours desquelles elle se sépare d’un total de quinze paires de bœufs avec leurs charrettes et deux bœufs seuls pour plus de 18 000 réaux59. D’ailleurs, son fils Juan Sáiz Álvarez lui-même vend-il en cinq actes entre les 2 octobre et 13 novembre 1702, vingt paires de bœufs avec leurs charrettes60. Agissent-ils de concert ?

32Tous les indices conduisent à penser que la plupart des vendeurs locaux de bovins – très majoritairement et significativement des bœufs – sont des charretiers qui renouvellent leur cheptel voire vendent des animaux qu’ils auraient participé à dresser. C’est, en ce sens, tout d’abord, que l’on peut parler de marché contraint, voire étroit. Ces charretiers locaux sont rejoints par quelques individus qui leur emboîtent le pas parmi lesquels une poignée de prêtres et de veuves. Ces dernières peuvent offrir, selon les circonstances, un visage à double face, puisqu’elles illustrent également la précarité qui, comme les orphelins mineurs voire des charretiers âgés, les oblige à mettre sur le marché des bœufs et des charrettes pour faire face à leurs besoins. C’est, là aussi, un aspect très prégnant de ce que le marché des bovins est le reflet des contraintes qui touchent les possesseurs de charrettes. Toutefois, le moteur de ce marché local reste le charretier qui renouvelle attelages et matériel, rachetés, alors, par un autre qui trouverait là la possibilité de pouvoir accéder à cette activité en se procurant animaux et charrettes « d’occasion ». Tous les cas de figure que nous venons de présenter, ne sont, certes pas, le cœur de la dynamique du marché mais ils en incarnent, chacun à sa façon, une des réalités.

33Qu’ils soient acquéreurs et captent alors l’essentiel des animaux mis en vente, ou vendeurs, les charretiers locaux accaparent vraisemblablement le marché bovin d’Almodóvar del Pinar. Acheteurs, ils le sont d’abord de novillos, animaux jeunes destinés au dressage qu’ils peuvent ensuite, au terme de cet « apprentissage », atteler à leurs charrettes parfois en remplacement d’un animal trop âgé, malade voire mort à la tâche. Leur forte demande oriente le marché et ils trouvent face à eux des éleveurs et négociants prêts à répondre à cette demande en venant proposer des animaux correspondant à leurs besoins. Si les estimations sont exactes, le nécessaire renouvellement annuel du parc avoisinerait voire dépasserait les 400 têtes dont seule une partie (autour de la moitié dans les meilleurs des cas ?) faisait localement l’objet de contrats notariés c’est-à-dire d’achats à terme. Qui plus est, ces actes disparurent pratiquement après 1715 laissant supposer que les charretiers – dont le nombre et l’activité se maintiennent durant tout le XVIIIe siècle – allaient s’approvisionner ailleurs comme ils le faisaient déjà occasionnellement auparavant. Mais si nous appréhendons là le cœur du marché, nous ne le saisissons pas dans sa totalité. En effet, une partie assez significative des transactions des bœufs qui changent de mains, de l’ordre de 20 % selon nos estimations – il ne s’agit pratiquement que de bœufs – serait le fruit de la nécessité, proportion peut-être sous-évaluée.

34Au terme de ce que nous avons précédemment expliqué, on peut tenter de dresser un tableau synthétisant, d’après les données recueillies dans les actes notariés des XVIIe et XVIIIe siècles, les types de vendeurs auxquels le marché des bovins pouvait avoir affaire à Almodóvar del Pinar.

Tableau n° 4 : Répartition des différents types de vendeurs de bovins à Almodóvar del Pinar (en % du nombre de ventes)

Types d’animaux →

Types de vendeurs ↓

Novillos

Bœufs

Total bovins

Têtes

Actes

Nb de têtes par vente

Têtes

Actes

Nb de têtes par vente

Têtes

Actes

Charretiers d’Almodóvar

8 %

15 %

2,7

56,5 %

50 %

9,4

33,6 %

29,4 %

Vendeurs par nécessité d’Almodóvar

19,75 %

29 %

5,6

10,5 %

12 %

Autres vendeurs d’Almodóvar

1 %

2 %

2,7

11 %

9 %

10

6,2 %

4,8 %

Vendeurs de villages de moins de 50 km

4 %

5 %

3,8

3,25 %

3,5 %

7,6

3,6 %

4,6 %

Vendeurs de plus de 50 km

87 %

78 %

5,8

9,5 %

8,5 %

9,3

46,2 %

49,2 %

Total

100 %

100 %

5,3

100 %

100 %

8,3

100 %

100 %

35Une masse de novillos apportée par des négociants venant d’assez loin, des vendeurs locaux de bœufs dont une grosse moitié sont des charretiers eux-mêmes – auxquels on doit ajouter d’autres vendeurs intéressés par le transport que ce soient des prêtres ou des notaires, par exemple – et une partie non négligeable (20 %) vendus pour faire sans doute face à des besoins. Le nombre de bœufs par vente de ces derniers cas (5,6 contre 9-10 pour les autres vendeurs) est un indice supplémentaire de la précarité de ces vendeurs. Sans grande surprise, les charretiers sont bien au centre du marché des bovins et ses principaux bénéficiaires mais ils font coexister, parallèlement, deux marchés assez distincts, voire séparés, par leurs acteurs et les animaux échangés. Le premier, que l’on pourrait qualifier de spéculatif, celui des novillos vendus par de grands éleveurs, des « señores de ganado », le deuxième, de la nécessité, dont les bœufs sont le produit de base. Plutôt qu’à deux marchés n’avons-nous pas affaire à une segmentation du marché en fonction des types de vendeurs – caractérisés par leurs origines professionnelles et sociales, leur âge, leur genre, leur origine géographique, le calendrier des transactions, les animaux mis en vente – plus qu’en fonction des types d’acheteurs même si ce dernier point serait à étudier de plus près ? Une segmentation qui serait le résultat de l’existence d’un sous-marché produit par le marché principal mais qui lui resterait consubstantiellement lié.

Haut de page

Bibliographie

Carrillo de Albornoz Alonso, Daniel, « Élites de poder en Daimiel durante el siglo XVI : el estado de hijosdalgo en una villa del Campo de Calatrava », Cuadernos de Estudios Manchegos, 38, 2013, p. 139-177.

Coronas Vida, Luis Javier, L’economia agraria de las tierras de Jaén (1500-1650), Grenade : Universidad de Granada, 1994.

Covarrubias, Sebastián de, Tesoro de la lengua castellana o española, Madrid, Luis Sánchez : 1611 (réimpr. Barcelone : Alta Fulla, 2003).

Diago Hernando Máximo, « Comercio y finanzas en una ciudad castellana de la segunda mitad del siglo XVII : los negocios de Juan Mateo Gutiérrez en Soria », Hispania, 228, janvier-avril 2008, p. 63-105.

Díaz López, Julián Pablo « La trashumancia en el sureste peninsular durante la época moderna », in : Rosa Congost i Colomer et Llorenç Ferrer i Alòs (éd.), Estudis d’Història Agrària, Homenatge al Dr. Emili Giralt i Ravantós, Barcelone : Universitat de Barcelona, 2004, p. 359-388.

FERRER RODRÍGUEZ, Joan Manuel, « El tratamiento de don/doña durante el Antiguo Régimen », Anales de la Real Academia Matritense de Heráldica y Genealogía, 28, 2005, p. 373-395.

Fontaine, Laurence, Le Marché. Histoire et usages d’une conquête sociale, Paris : Gallimard, « Essais », 2014.

LAMBERT-GORGES, Martine et Ruiz Rodríguez, José Ignacio, « Poder real, poder territorial y las élites locales. El caso de Villanueva de los Infantes en el siglo XVII », in : Martine LAMBERT-GORGES (ed.), Les élites locales et l’État dans l’Espagne du XVIe au XIXe siècle, Paris : CNRS-Éditions, 1993, p. 57-78.

López Gascón, José Luis, Almodóvar del Pinar : el pueblo de las carretas, Almodóvar-Cuenca : Ayuntamiento-Diputación provincial de Cuenca, 2002.

López Martínez, Antonio Luis, « Historia de la cría de toros de lidia en el reino de Jaén », Boletín del Instituto de Estudios Giennenses, 182, juillet-décembre 2002, p. 407-426.

López Martínez, Antonio Luis, « L’élevage des taureaux de combat dans la vallée du Guadalquivir. Une spécialisation économique (XVIIIe-XXIe siècle) », Histoire et Sociétés rurales, 39, 1er semestre 2013, p. 97-126.

MALAPRADE, Sébastien, Des châteaux en Espagne. Gouvernement des finances et mobilité sociale au XVIIe siècle, Limoges : PULIM, 2018.

Miralles Martínez, Pedro, « Isabel Sánchez : mujer, viuda y comerciante. Un ejemplo de movilidad social en la Murcia del siglo XVII », in : Francisco A. Chacón GÓMEZ-MONEDERO, Xavier Roigé et Esteban Rodríguez OCAña (éd.), Familias y poderes. Actas del VII Congreso internacional de la ADEH, Grenade : Editorial de la Universidad de Granada, 2006, p. 29-44.

Molinié-Bertrand, Annie, Vocabulaire historique de l’Espagne classique, Paris : Nathan, 2003.

Ortega Cervigón, José Ignacio, « La funcionalidad política de la nobleza castellana : el oficio de Montero Mayor durante el siglo XV », Historia. Instituciones. Documentos, 2003, 30, p. 399-428.

Rodríguez-San Pedro, Luis E. et Sánchez Lora, José Luis, Los siglos XVI-XVII. Cultura y vida cotidiana, Madrid : Editorial Síntesis, 2000.

Ruiz Rodríguez, José Ignacio, Disputa y consenso en la administración fiscal castellana. Villanueva de los Infantes y el partido del Campo de Montiel c. 1600-c. 1660, Alcalá de Henares : Publicaciones de la Universidad, 2005.

Soria Mesa, Enrique, La nobleza en la España moderna. Cambio y continuidad, Madrid : Marcial Pons, 2007.

Sánchez Molina, Carlos, « Patronazgo y poder en la Castilla del siglo XVII : el patronato sobre el convento de las Dominicas de la Encarnación (Villanueva de los Infantes), 1602-1660, Revista de estudios del Campo de Montiel, 2017, 5, p. 13-51.

SOUBEYROUX, Jacques, « La alfabetización en la España del siglo XVIII », Historia de la educación, 14-15, 1995-1996, p. 199-233.

Terrier, Didier, « L’histoire du commerce et de l’industrie à l’époque moderne : entre héritage assumé et pistes nouvelles », in : Jean-Claude Daumas (éd.), L’Histoire économique en mouvement entre héritages et renouvellements, Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 2012, p. 99-124.

Valverde de Arrieta, Juan, Despertador que trata de la gran fertilidad, riqueza, baratos, armas y caballos que España solia tener y la causa de daños, y falta, con el remedio suficiente [...], Madrid, 1578.

Haut de page

Annexe

Part des charretiers d’Almodóvar del Pinar dans les achats de novillos : 77 %

Part des charretiers d’Almodóvar del Pinar dans les ventes de novillos : 8 %

Part des charretiers d’Almodóvar del Pinar dans les achats de bœufs : 82 %

Part des charretiers d’Almodóvar del Pinar dans les ventes de bœufs : 57 %

Fournisseurs des novillos des charretiers d’Almodóvar del Pinar (pour 100 novillos) :

  • señores de ganado : 92+

  • charretiers d’Almodóvar : 7+

Fournisseurs des bœufs des charretiers d’Almodóvar del Pinar (pour 100 bœufs) :

  • charretiers d’Almodóvar : 60+

  • veuves, tuteurs : 21+

  • notaires, prêtres locaux : 12+

  • señores de ganado : 4-

  • vendeurs de villages de moins de 50 km : 2-3

Débouchés des novillos vendus par les charretiers d’Almodóvar del Pinar (pour 100 novillos) :

  • charretiers d’Almodóvar : 69

  • acheteurs extérieurs : 31

Débouchés des bœufs vendus par les charretiers d’Almodóvar del Pinar (pour 100 bœufs) :

  • charretiers d’Almodóvar : 87

  • acheteurs extérieurs : 6+

  • femmes d’Almodóvar : 5+

Haut de page

Notes

1 Archivo Histórico Provincial de Cuenca (désormais AHPC), P 1961/1, L. F. Briz de Lacuesta, f° 60, 01/03/1769.

2 AHPC, P 1962/2, L. F. Briz de Lacuesta, f° 481, 27/06/1780.

3 Si l’on ne compte que la population active effective, les charretiers, veuves de charretiers et domestiques employés aux charrettes, pourraient représenter 50-55 % de la population active.

4 La documentation est quelque peu lacunaire pour la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle. En tout cas, l’activité des charretiers est déjà bien en place en 1615 si l’on en croit le pouvoir que l’ensemble des charretiers de la ville donne à trois habitants pour aller régler une affaire liée au passage de leurs bœufs et charrettes dans un village voisin. Les contractants, qui sont bien désignés comme « carreteros de bueyes », sont environ une trentaine mais ils indiquent bien qu’ils agissent aussi au nom de leurs collègues qui sont absents de la ville. Par ailleurs, ils précisent « nabegamos con nuestros bueyes y carretas con mercaderías de unas partes a otras » (AHPC, P 2118/5, P. Martínez, f° 7, 07/01/1615).

5 Didier Terrier, « L’histoire du commerce et de l’industrie à l’époque moderne : entre héritage assumé et pistes nouvelles », in : Jean-Claude Daumas (éd.), L’Histoire économique en mouvement entre héritages et renouvellements, Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 2012, p. 109.

6 À notre connaissance, très peu de travaux portent sur cet aspect, ni même d’ailleurs sur le transport par charrettes ce qui limite grandement les possibilités de comparaisons.

7 Le conflit mulets-bovins a intéressé les contemporains comme Juan Valverde de Arrieta (Despertador que trata de la gran fertilidad, riqueza, baratos, armas y caballos que España solia tener y la causa de daños, y falta, con el remedio suficiente..., Madrid, 1578) et fait l’objet de passages dans la plupart des monographies d’histoire de l’Espagne rurale moderne dont il n’est pas possible de rendre compte ici.

8 Ce cheptel était essentiellement ovin (72,2 % des têtes). Les bœufs des charrettes arrivaient ensuite avec 13,76 %.

9 Luis E. Rodríguez-San Pedro et José Luis Sánchez Lora, Los siglos XVI-XVII. Cultura y vida cotidiana, Madrid : Editorial Síntesis, 2000, p. 200. Pour le XVIIIe siècle et les différences géographiques et sociales, voir Jacques SOUBEYROUX, « La alfabetización en la España del siglo XVIII », Historia de la educación, 14-15, 1995-1996, p. 199-233.

10 José Luis López Gascón, Almodóvar del Pinar : el pueblo de las carretas, Almodóvar-Cuenca : Ayuntamiento-Diputación provincial de Cuenca, 2002, p. 163-168.

11 J. L. López Gascón, op. cit., p. 89.

12 C’est, pour le XVIIIe siècle (1708, 1722, 1752, 1771, 1787), ce que donnent les sources disponibles.

13 Dans le meilleur des cas, si on retient les chiffres avancés, ce n’est peut-être que le tiers voire la moitié des bœufs.

14 AHPC, P 1936/3, Alonso Chillarón, f° 154, 11/12/1629.

15 Bien que 62,5 % des personnes achètent des novillos.

16 Pour les novillos, 3,58 animaux par achat pour les acheteurs venant de moins de 50 km, 5 animaux au-delà. Pour les bœufs, 6,74 animaux par achat pour les acheteurs de moins de 50 km, 14 au-delà.

17 Pour les novillos, 2,98 animaux par acheteur venant de moins de 50 km, 4,38 animaux au-delà. Pour les bœufs, 6,4 animaux par acheteur venant de moins de 50 km, 14 au-delà.

18 91 % des « dons » résident à plus de 100 kilomètres d’Almodóvar.

19 Enrique Soria Mesa (La nobleza en la España moderna. Cambio y continuidad, Madrid : Marcial Pons, 2007, p. 287-293) montre combien les femmes, bien plus encore que les hommes avec le titre de don, avaient fini par profiter du titre de doña, indépendamment de la catégorie sociale à laquelle elles appartenaient.

20 Annie Molinié-Bertrand, Vocabulaire historique de l’Espagne classique, Paris : Nathan, 2003, art. « Don », p. 41 ; Joan Manuel FERRER RODRÍGUEZ, « El tratamiento de don/doña durante el Antiguo Régimen », Anales de la Real Academia Matritense de Heráldica y Genealogía, 28, 2005, p. 373-395.

21 Sebastán de Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana o española, Madrid, Luis Sánchez : 1611 (réimpr. Barcelone : Alta Fulla, 2003), art. « Don », p. 482.

22 E. Soria Mesa, op. cit., p. 292.

23 Sur la mise en place du modèle de la grande propriété des señores de ganados, voir Julián Pablo Díaz López « La trashumancia en el sureste peninsular durante la época moderna », in : Rosa Congost i Colomer et Llorenç Ferrer i Alòs (éd.), Estudis d’Història Agrària, Homenatge al Dr. Emili Giralt i Ravantós, Barcelone : Universitat de Barcelona, 2004, p. 365-376, qui en explique le développement puis la consolidation au XVIIe siècle.

24 AHPC, P 1935/1, Alonso Chillarón, f° 171, 18/06/1619.

25 AHPC, P 1936/4, Alonso Chillarón, f° 180, 28/09/1631.

26 AHPC, P 1936/1, Alonso Chillarón, f° 163v°, 21/08/1626.

27 AHPC, P 1941/1, Pedro Navarro, 10/08/1655.

28 Máximo Diago Hernando, « Comercio y finanzas en una ciudad castellana de la segunda mitad del siglo XVII : los negocios de Juan Mateo Gutiérrez en Soria », Hispania, 228, janvier-avril 2008, p. 63-105, spécialement p. 84-87 et 93-94.

29 Siles (Sierra de Segura), à 70 km au sud-est de Villanueva.

30 Le « montero mayor » avait en charge l’organisation des chasses royales au gros gibier. Son « teniente » le secondait (voir José Ignacio Ortega Cervigón, « La funcionalidad política de la nobleza castellana : el oficio de Montero Mayor durante el siglo XV », Historia. Instituciones. Documentos, 2003, 30, p. 399-428).

31 Un bel exemple, géographiquement pas si éloigné, a été très récemment illustré par Sébastien MALAPRADE, Des châteaux en Espagne. Gouvernement des finances et mobilité sociale au XVIIe siècle, Limoges : PULIM, 2018, 352 p.

32 Alhambra, 20 km au nord de Villanueva.

33 Selon Luis Javier Coronas Vida la plupart des habitants de Segura étaient des « señores de ganado » (La economia agraria de las tierras de Jaén (1500-1650), Grenade : Universidad de Granada, 1994, p. 134-136).

34 Carlos Sánchez Molina, « Patronazgo y poder en la Castilla del siglo XVII : el patronato sobre el convento de las Dominicas de la Encarnación (Villanueva de los Infantes), 1602-1660, Revista de estudios del Campo de Montiel, 2017, 5, p. 13-51, spécialement p. 15-22. Mention des Fernández Buenache dans José Ignacio Ruiz Rodríguez, Disputa y consenso en la administración fiscal castellana. Villanueva de los Infantes y el partido del Campo de Montiel c. 1600-c. 1660, Alcalá de Henares : Publicaciones de la Universidad, 2005, p. 76-77. Pour une vision de l’oligarchie de Villanueva de los Infantes et la place des Fernández Buenache, une des plus importantes familles de la ville, Martine LAMBERT-GORGES et José Ignacio Ruiz Rodríguez, « Poder real, poder territorial y las élites locales. El caso de Villanueva de los Infantes en el siglo XVII », in : Martine LAMBERT-GORGES (ed.), Les élites locales et l’État dans l’Espagne du XVIe au XIXe siècle, Paris : CNRS-Éditions, 1993, p. 71-77.

35 C. Sánchez Molina, art. cit., p. 20-21.

36 AHPC, P 1942/8, A. de Briz, 12/08/1661.

37 Membre du conseil de ville.

38 Magistrat municipal exerçant des fonctions de juge.

39 Daniel Carrillo de Albornoz Alonso, « Élites de poder en Daimiel durante el siglo XVI : el estado de hijosdalgo en una villa del Campo de Calatrava », Cuadernos de Estudios Manchegos, 38, 2013, p. 139-177, p. 169 et 173-175.

40 Sur cette question, dans une région recoupant une partie de celles d’où proviennent les vendeurs présents à Almodóvar, on peut voir Antonio Luis López Martínez, « Historia de la cría de toros de lidia en el reino de Jaén », Boletín del Instituto de Estudios Giennenses, 182, juillet-décembre 2002, p. 407-426 et « L’élevage des taureaux de combat dans la vallée du Guadalquivir. Une spécialisation économique (XVIIIe-XXIe siècle) », Histoire et Sociétés rurales, 39, 1er semestre 2013, p. 97-126.

41 Globalement, les paires de bœufs avec charrettes représentent 81,75 % des ventes de bovins faites par les habitants d’Almodóvar, les bœufs non attelés 10 % et les novillos 8,25 %.

42 Cette proportion est à considérer comme un minimum car pour 14 % es novillos nous n’avons pas su retrouver l’activité professionnelle du vendeur : il pourrait également s’agir de charretiers. Autour de 6,5 % de ces novillos sont vendus par des prêtres.

43 AHPC, P 1940/3, f° 6, Juan Escribano, 03/01/1645.

44 AHPC, P 1940/3, f° 5, Juan Escribano, 03/01/1645.

45 Sa période d’activité s’étend au moins de 1618 à 1641.

46 AHPC, P 1938/4, Felipe Tejedor, f° 97, 23/10/1641.

47 Ces quatre prêtres avaient une moyenne de dix-neuf bœufs et 7,5 charrettes chacun.

48 Les données brutes ont été publiées par J. L. López Gascón, op. cit., p. 117.

49 AHPC, P 1957/1, L. F. Briz de Lacuesta, f° 470, 10/02/1746.

50 AHPC, P 1956/2, L. F. Briz de Lacuesta, f° 177, 04/10/1741.

51 AHPC, P 1958/2, L. F. Briz de Lacuesta, f° 629, 08/10/1754.

52 AHPC, P 1962/1, L. F. Briz de Lacuesta, f° 149, 22/12/1775 ; le testament, daté du 24 juillet 1775, est ouvert le 22 décembre, lendemain du décès de Miguel López.

53 Laurence Fontaine, Le Marché. Histoire et usages d’une conquête sociale, Paris : Gallimard, « Essais », 2014, p. 201.

54 AHPC, P 1949/12, Juan de Godoy Calderón, actes des 19 et 20 février 1705.

55 Sans entrer dans une question qui dépasse le cadre de cet article, plusieurs chercheurs ont montré que les veuves non seulement maintenaient l’activité de leur mari mais que, dans certains cas, elles la développaient. Pour un exemple dans le commerce, voir Pedro Miralles Martínez, « Isabel Sánchez : mujer, viuda y comerciante. Un ejemplo de movilidad social en la Murcia del siglo XVII », in : Francisco A. Chacón GÓMEZ-MONEDERO, Xavier Roigé et Esteban Rodríguez OCAña (éd.), Familias y poderes. Actas del VII Congreso internacional de la ADEH, Grenade : Editorial de la Universidad de Granada, 2006, p. 29-44.

56 AHPC, P 1951/6, Juan Ruiz, f° 65, 25/08/1716 : María Sáiz, veuve de Diego Segovia, vend pour 800 réaux une paire de bœufs avec charrette appartenant à sa fille mineure.

57 Barchín del Hoyo est situé à une quinzaine de km à l’ouest d’Almodóvar.

58 AHPC, P 1935/2, Alonso Chillarón, f° 115, 01/11/1621.

59 AHPC, P 1949/10, Juan de Godoy Calderón, 10, 12, 15, 17 et 19 septembre 1703.

60 AHPC, P 1949/9, Juan de Godoy Calderón, 02/10, 06/10, 10/10 et 13/11/1702.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Lieux d’origine des vendeurs de bovins à Almodóvar del Pinar
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/30290/img-1.png
Fichier image/png, 119k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Poujade, « Des bœufs pour les charrettes ? Les acteurs du marché des bovins dans un bourg de la Nouvelle-Castille moderne », e-Spania [En ligne], 32 | février 2019, mis en ligne le 05 février 2019, consulté le 25 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/30290 ; DOI : 10.4000/e-spania.30290

Haut de page

Auteur

Patrice Poujade

Université de Perpignan, CRESEM/Axe Acteurs, Sociétés, Territoires

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals