Navigation – Plan du site
Procédures d’évaluation et compétences dans l’Espagne moderne

Compétences et évaluation chez Juan de Mariana : la censure de la Bible Polyglotte d’Anvers (Plantin, 1572) supervisée par Benito Arias Montano

Renaud Malavialle

Résumés

Le jésuite Juan de Mariana, prédicateur et enseignant de renom, docteur en théologie, fut l’un des maîtres d’œuvre du projet d’édition des Etymologiæ d’Isidore de Séville et le collaborateur de Gaspar de Quiroga pour l'élaboration de l’Index de 1583. Il sera aussi l’auteur de la première grande histoire nationale à succès et d’importants miroir du prince, ou encore de critiques de la politique monétaire sous Philippe III et de la Compagnie de Jesus elle-même. L’expertise de ce grand savant espagnol, aux compétences tôt reconnues, a été sollicitée lors des polémiques entre le superviseur de la publication de la Bible Polyglotte d’Anvers (1572), Benito Arias Montano, et les secteurs réactionnaires de l’Église, au premier rang desquels León de Castro, qui mettaient en cause l’orthodoxie de la réalisation de l’ouvrage. Les termes de l’expertise de cette Bible royale par Mariana pourraient traduire un geste habile de composition entre le pouvoir inquisitorial, universitaire et monarchique.

Haut de page

Texte intégral

Juan de Mariana (1536-1624) : de l'expérience personnelle à aux compétences humanistes

  • 1 Voir Alfredo ÁLVAR EZQUERRA, « El sentido histórico de la Historia de España del padre Mariana », T (...)
  • 2 Voir Manuel HERRERO SÁNCHEZ, « El padre Mariana y el tiranicidio », Torre de los Lujanes, n°65, 200 (...)
  • 3 Voir Renaud MALAVIALLE (dir.), « Juan de Mariana (1536-1624), le jésuite espagnol ou l’art de la co (...)

1Les grands moments de la biographie de Mariana jettent vite une lumière suffisante sur la variété des compétences acquises par le jésuite humaniste. Nous évoquerons ceux qui précèdent la réalisation des deux œuvres dont les succès éditoriaux ont rendu célèbre cet infatigable polygraphe, de son vivant ainsi qu’à titre posthume, l’Historia de rebus Hispaniæ (1586) et son adaptation en castillan, l’Historia general de España (1601) aux nombreuses éditions1. Nous n’envisagerons donc pas le De rege et regis institutione (1599)2 ni le Discurso de las cosas de la Compañía dès 1605 ou encore le De monetæ mutatione (1609). Ces textes traduisent des compétences et des aptitudes à l’évaluation politique au point d’avoir fait de lui une figure controversée sous le valimiento de Lerma. Un dossier leur a été consacré fin 2018 dans la revue e-Spania3.

  • 4 Voir Georges CIROT, « La famille de Juan de Mariana », Bulletin Hispanique, 6, 4, 1904, p. 323-324 (...)

2Si la date de la naissance de Juan de Mariana reste incertaine, 1535 ou 1536, son illégitimité ne fait aucun doute, puisque son père est un clerc de l’église de Talavera (Juan Martínez de Mariana). Pour l’enfant d’un homme d’Église, la marginalité pouvait trouver quelque compensation dans l’étude : l’institution ecclésiastique et les universités accueillaient et formaient les sujets méritants, par ailleurs recherchés par les administrations modernes (les fameux letrados). Or si la famille de Juan de Mariana demeurait dans le besoin, d’après Georges Cirot, l’enfant ne manquait pas d’un solide héritage symbolique et son éducation, dans la proximité paternelle, a dû être décisive pour lui ouvrir, dès l'âge de dix-sept ans, les portes de l'université d'Alcalá de Henares4. Dans ce haut lieu de savoir, il écoutera les leçons du bibliste Cipriano de la Huerga, rencontrera Pedro de Ribadeneyra mais aussi Sebastián Romeu, alors directeur du Collège romain. Pressenti enfin par le père Nadal pour le noviciat jésuitique, Juan de Mariana aura, à dix-huit ans, Francisco de Borja comme tuteur.

3Juan de Mariana était déjà adulte lorsque Philippe II entama son long règne et il a vécu entièrement celui de Philippe III, en Castille, et même les premières années de son successeur puisqu’il est mort en 1624. Ses expériences, qu’il doit en partie aux exigences de mobilité de son ordre, il les a acquises en Italie, en Sicile et à Paris jusqu’à l’âge du retour en Espagne où il s’est consacré à l’écriture jusqu’à ses derniers jours. Ce sont en effet des expériences aussi riches que variées : au sein des grands centres intellectuels il apprend les langues d’usage, en plus du latin, du grec et de l’hébreu. Il a en effet enseigné au Collège romain (1561) fondé par Ignacio de Loyola, une institution ouverte à tous, quatre ans durant, puis à Loreto, en Italie toujours mais sur la côte adriatique dès 1565, et enfin en Sicile (1967). En 1569 il est envoyé à Paris où il enseigne le thomisme quatre années durant avant d’atteindre au grade de docteur en théologie. Il a donc assisté directement aux guerres de religion qui meurtrissent la France puisqu’il était à Paris durant le massacre de la Saint Barthélémy. Avant son retour en Castille en 1574, il évoquera un bref séjour dans les Flandres. Il est donc âgé de trente-huit ans lorsqu’il s’installe définitivement en Castille pour faire œuvre. De tels séjours ont permis à Mariana d’acquérir de très larges compétences, de s’initier aux différentes dimensions des réalités sociales et politiques, savantes et spirituelles d’une Europe en pleine guerre de religion, en pleine controverse confessionnelle et idéologique. Des plus hauts lieux du catholicisme romain au point névralgique d’une France déchirée par ces tensions historique, des plus paisibles conditions d’étude aux théâtres des effroyables massacres fratricides de la Saint Barthélémy, Mariana en a beaucoup vu, entendu et, on peut le concevoir, le jésuite a pu méditer depuis des perspectives fort différentes.

4Ses premiers biographes, à commencer par Ribadeneyra, expliquent le moment du retour par des problèmes de santé difficiles à documenter. Georges Cirot remarque que les retours de Mariana et celui de Ribadeneyra en Espagne coïncident avec une inflexion politique : alors que le généralat de la Compagnie vient pour la première fois d’échoir à un jésuite non espagnol, le Belge Éverard Mercurian (1573-1580), la nationalité des jésuites hispaniques aurait été considérée comme peu propice à leur implantation dans d’autres royaumes, et les sujets de Philippe II auraient été rappelés dans leur patrie.

  • 5 Voir Alfredo ÁLVAR EZQUERRA, « Esteban de Garibay (1533-1599), o doce claves y algunas relectiones (...)
  • 6 Sur le statut et l’attribution des différentes charges de chroniqueurs du roi, des royaumes, et des (...)

5Vite chargé de lourdes tâches, dès son retour, dont il évoquera la lourdeur dans son procès inquisitorial (1609), Juan de Mariana est parvenu à composer une œuvre à motivation identitaire, l’Historia, dans des délais pour le moins surprenants. Ce travail traduit une ambition de compétence alors particulièrement d’actualité : la connaissance et l’écriture de l’histoire comme moyen de conseil politique. Mariana a produit ce à quoi aucun de ses prédécesseurs n’était parvenu, à l’exception d’Esteban de Garibay5, dont les choix formels d’une histoire de chaque royaume par juxtaposition avaient cependant déçu. Et Mariana avait accompli cet exploit sans le prestigieux titre de chroniqueur officiel, réservé à la noblesse et qui ouvrait bien des portes6. Si l’on en croit Cirot, il travaillait secrètement à ce projet.

6En effet, Mariana devait avant tout satisfaire des commandes royales qui traduisent bien les compétences que les autorités lui reconnaissent. Ces commandes particulièrement sensibles annoncent les missions d’expertise qui vont lui être confiées.

  • 7 La Bible Polyglotte éditée par Plantin en 1572 avait été supervisée par l’hébraïste Benito Arias Mo (...)

7Ainsi doit-il censurer l’œuvre de l’autre grand savant espagnol de l’époque, Benito Arias Montano, le superviseur général de l’édition de la Bible Polyglotte Royale d’Anvers7. Cet ouvrage monumental, fruit de l’érudition et du travail d’équipe de biblistes de tous horizons, quatre ans durant, avait été financé par Philippe II et imprimé dans les Flandres par l’éditeur Christophe Plantin. Avant d’apprécier la portée et la signification de la censure de la Bible Polyglotte par le père jésuite et afin de prendre la mesure des compétences qu’elle exige et de la confiance qu’elle implique de la part des autorités inquisitoriales, rappelons brièvement celles d’Arias Montano d’une part, et d’autre part le contenu et la forme de cette œuvre.

Arias Montano et la Bible Polyglotte d’Anvers

8Né à Frenegal de la Sierra, au sud de l’Extrémadure en 1527, Arias Montano s’est formé dans le sillage d’Érasme. Ses aptitudes précoces en mathématiques, en physique et en sciences naturelles, en philologie et sciences bibliques, sa maîtrise très complète des langues anciennes traduisent son ouverture intellectuelle presque illimitée et expliquent son soutien à des maîtres hétérodoxes, Luis de la Cadena et Alfonso García de Matamoros, au risque de la surveillance inquisitoriale. Il n’ignorait pas le fonctionnement de l’Inquisition et ce depuis longtemps puisque son père en était rapporteur. Dans les Commentaria in duodecim profetas (Anvers, Plantin, 1583), il affirme avoir eu de « très savants précepteurs » : il a en effet composé à quatorze ans à peine sa première œuvre savante sur la valeur comparée des monnaies. Ses études à Séville sont mal documentées, mais le séjour dans cette ville a pu l’éveiller aux problématiques de la conquête des Amériques ; en 1548 il est Bachiller en Arts à Alcalá, l’année suivante licencié en Arts et philosophie, et enfin diplômé en Théologie en 1552. Il mène jusqu’en 1559 une vie assez retirée, consacrée aux études, par exemple auprès du chirurgien Francisco de Arce qui lui aurait transmis son savoir médical en six mois. Il aurait alors aussi été proche de Luis de León. En 1562, l’évêque de Ségovie Martín de Ayala le convoque au Concile de Trente où il officie comme expert en matière d’eucharistie et de divorce ; ses interventions étaient strictement guidées par les textes des Écritures, sans référence à de quelconques autorités humaines.

  • 8 Voir les précieuses publications de l’université de Huelva et en particulier Luis GÓMEZ CANSECO (éd (...)

9Au retour de Trente, Philippe II le nomme chapelain du roi et assez vite, en 1568, il le charge de l’édition de la Bible Polyglotte à Anvers où il séjourne jusqu’en 1575, même s’il doit voyager à Rome en 1572, l’année de l’impression, pour faire approuver la Bible, et en 1575 pour se défendre des accusations de León de Castro. Face à ces attaques, il va devoir sa protection en Espagne au roi Philippe II qui a besoin de lui pour la succession du Portugal. La prise en charge enfin, en 1577, de la Bibliothèque royale de l’Escorial, où il doit classer et acquérir livres et manuscrits pendant six mois de travail pour soixante-quatre disciplines donne la mesure de l’ampleur de ses connaissances et de la reconnaissance qu’il a atteint8.

10Arias Montano était un savant universel comme il en existait peu, et assurément le meilleur bibliste espagnol de son temps. Il a réussi à achever cette Bible en un temps incroyablement court (de mai 1568 à fin 1571). Le tome VIII recueille de surcroît une dizaine de traités de sa main, pour l’intelligence de la Bible, sur les dix-huit dont il est composé, alors même qu’il collaborait au gouvernement des Flandres en conseillant le marquis de Requesens, envoyé comme gouverneur dans une affaire des plus préoccupantes pour le roi.

11Concernant la structure de l’œuvre, elle se compose de huit volumes, les quatre premiers comprennent l’Ancien Testament en hébreu, en chaldéen, grec et latin, le livre V inclut le Nouveau Testament en grec, en latin de la Vulgate et en syriaque, ce dernier texte en caractères hébreux et traduit en latin par Guido Fabricius. Les trois autres volumes forment l’Apparatus sacer qui expose des connaissances instrumentales complémentaires. Dans le VIII figurent les traités dont onze sont d’Arias Montano : sur la géographie, les mesures ou les temps bibliques par exemple.

12Face à la doctrine dominante qui tend à considérer la Vulgate comme un texte inspiré, Arias Montano invoque ce que Saint Jérôme lui-même nommait la « vérité hébraïque ». C’est sur ce critère qu’il fonde l’étude du texte original par des méthodes philologiques, pour « restaurer la parole pure de la Bible », selon l’idéal des humanistes biblistes.

13Le chef de file des secteurs dogmatiques et réactionnaires de l’Église était León de Castro. Cette tendance était parvenue à éviter l’approbation de la Bible Polyglotte par Rome, ce qui obligea Arias Montano à se rendre à Rome pour convaincre la papauté. Mais les attaques prirent ensuite le chemin de l’Inquisition qui s’en remit, au titre d’une véritable expertise, aux compétences de Juan de Mariana. Le savant jésuite était vraisemblablement l’un des seuls capables, par sa maîtrise des langues et en raison de ses connaissances théologiques, du fait aussi de son âge et de sa disponibilité, de s’engager dans une telle tâche. Le savant jésuite émit un jugement partagé, réservé sur le plan scientifique, mais favorable sur celui de la doctrine et de l’orthodoxie catholique qui importait aux yeux des juges du tribunal de l’Inquisition.

L’expertise de Juan de Mariana sur la Bible Polyglotte d’Anvers

14Nous avons dit l’esprit et le résultat du jugement de Mariana, un provisoire mais efficace affaissement des griefs formulés à l’encontre de la Bible. Quelques extraits d’une lettre du père jésuite, adressée au grand inquisiteur Gaspar de Quiroga pour lui annoncer le contenu de sa censure, nous permettront de tenter d’interpréter sa signification :

  • 9 Baldomero MACÍAS ROSENDO, La Biblia Políglota de Amberes en la correspondencia de Arias Montano, «  (...)

Dans toute cette censure, on aurait souhaité que le docteur Arias Montano accordât plus de soin qu’il ne l’a fait à défendre notre Vulgate en lui conférant beaucoup d’autorité et en la prenant en compte sur tous les points possibles sans trahir la propriété des termes hébreux9

15Ce reproche concernant la fidélité à la Vulgate n’est cependant pas formulé en termes d’intangibilité d’un texte inspiré. Il apparaît davantage comme une concession rhétorique à la vigilance des secteurs réactionnaires prompts à rappeler l’option tridentine de la primauté accordée à la Vulgate. Un second reproche concerne l’identité de savants figurant dans les crédits de cette Bible, ce qui confirme bien sûr l’ouverture intellectuelle de Montano, un savant préoccupé de visées scientifiques :

  • 10 Idem: « […] se nota que en esta obra se hallan nombres de herejes […], no sólo citados, pero aun al (...)

On remarque que dans cette œuvre figurent des noms d’hérétiques […], non seulement cités mais même loués, et que la signature de certains d’entre eux est apposée parmi celles d’autres [personnalités] qui approuvent l’œuvre, erreur que le Docteur Arias n’aurait pas dû commettre10

16Cette confirmation de mauvaises fréquentations, en quelque sorte, est d’ordre personnel, elle concerne davantage Arias Montano que la valeur de la Bible. On comprend que c’est au roi d’apporter ou pas sa protection, d’approuver ou pas les collaborations du savant qu’il a désigné pour superviser les travaux d’une œuvre savante à laquelle il a accordé son mécénat. Plus suspecte est la tendance à privilégier les sources rabbiniques aux dépens des pères de l’Église, quoiqu’elle n’ait pas semblé aboutir à des erreurs doctrinales. Le jugement d’ensemble ne ménage finalement aucune des deux parties, comme le dernier mouvement de la lettre le formule sans ambages :

  • 11 Idem: « Y si va a decir la verdad, como en semejantes negocios es muy justo que sin temor ni sin li (...)

Et à dire vrai, comme dans de pareilles affaires il convient justement de s’exprimer sans crainte ni flatterie, le Roi, à mon sens, n’a pas gagné grand Prestige en associant son nom royal à cette œuvre […] et d’ici à cent ans l’erreur apparaîtra plus clairement. Car là où Sa Majesté jouait son nom, il ne devait se trouver aucune scorie, et il eut fallu se donner les moyens de réunir les hommes de premier ordre, comme le Cardinal le fit, et ce d’autant plus que le Roi est bien davantage que le Cardinal et que l’entreprise est plus grave, en raison de l’époque et d’autres circonstances. Le mal a consisté à confier à un seul homme cette tâche, qui, bien qu’elle fût la plus remarquable d’Europe, ne pouvait éviter de parvenir à un résultat en partie erroné et inachevé11

17La conclusion de Mariana est plutôt dure, puisque selon lui cette œuvre de méritait le patronage de Philippe II qui « n’honore pas son nom » en le lui accordant. L’argument majeur est d’ordre scientifique, dans un sens très moderne qui conçoit les progrès de la connaissance comme d’ordre cumulatif : « d’ici cent ans l’erreur apparaîtra plus clairement». En d’autres termes la Biblia comporte trop d’erreurs que Mariana précise avoir repérées sans pourtant avoir eu le temps de tout lire et son obsolescence apparaîtra selon lui plus clairement dans un délai trop court au regard des ambitions du roi. Cette historicisation est typique de la méthode de Mariana et elle est au cœur, toujours, de la modernité de ses analyses. Mariana n’est pas historien, comme on le répète trop souvent, mais il ne fait aucun doute qu’il n’a pas entrepris pour rien, immédiatement après cette censure de la Biblia de Montano d’ailleurs, une compilation historique dans laquelle il pourra puiser les arguments de ses analyses politiques. C’est vrai pour le De rege, c’est aussi vrai pour le Discurso de las cosas de la Compañía, et ce sera encore le cas pour le De monetæ mutatione. Ainsi, dans son appréciation de cette Biblia, rapporte-t-il sa perfectibilité aux circonstances, très spécifiques, de sa production : le temps des troubles confessionnels au sein de la chrétienté bien sûr (« el tiempo »), et celui vraisemblablement, de ses conséquences concrètes dans les Flandres, la révolte des sujets de Philippe II qui menace son autorité et donc son prestige (« otras circunstancias »). La comparaison de l’édition de la Biblia Políglota d’Anvers avec celle de la Biblia complutense du cardinal Ximénez de Cisneros prend alors sens. Non seulement l’autorité et le prestige du cardinal étaient en effet moins exposés en soi, mais ils l’étaient vraisemblablement aussi moins au regard de l’époque, antérieure au déchirement de la chrétienté et à la guerre idéologique d’une ampleur inédite qui sévit alors depuis un demi-siècle. La forte réserve de Mariana s'applique donc avant tout au service, en termes réputation durable, que lui semble rendre cette Bible à la crédibilité du prince catholique. D'où l'insistance sur les erreurs (« mota ») qu'il a débusquées alors même qu'il affirme n'avoir pas eu le temps d'un examen exhaustif de cette œuvre.

18Il est cependant aussi intéressant de lire le souci de discrétion que le jésuite sollicite de la part de Gaspar de Quiroga concernant son analyse et son verdict :

  • 12 Idem : « No va la censura firmada porque se desea no se entienda quién la hizo, por el odio que pue (...)

La censure n’est pas signée, parce qu’on voudrait que l’auteur ne soit pas reconnu, en raison de l’animosité qui peut en résulter, même si ce serait injuste et sans motif, puisqu’elle est réalisée sur commande et avec la modération que nous avons dite12

Conclusion

19Ce souci de discrétion et même d’anonymat peut n’être qu’un signe de déférence et de considération envers un illustre aîné. Á moins qu’il ne soit une louable précaution à l’égard du roi lui-même qui, si l’on suit la logique de la censure, est en fin de compte le responsable en dernière instance de n’avoir pas accordé les moyens financiers à la mesure d’une œuvre monumentale, et aussi ambitieuse. L’Inquisiteur aurait alors pour fonction d’amortir les conséquences de cette polémique pour la réputation du roi. Ce souci permet peut-être donc d’interpréter cette expertise, formulée par un jésuite, comme le fruit d’un habile compromis politique ou tout au moins d’une discrète manière de sortir d’une ornière éditoriale qui implique la monarchie elle-même sur les questions sensibles d’orthodoxie, en ménageant divers partis, au prix bien sûr de n’en satisfaire aucun.

Haut de page

Notes

1 Voir Alfredo ÁLVAR EZQUERRA, « El sentido histórico de la Historia de España del padre Mariana », Torre de los Lujanes, n°65, Boletín de la Real Sociedad Económica Matritense de Amigos del País, 2009, p. 51-74.

2 Voir Manuel HERRERO SÁNCHEZ, « El padre Mariana y el tiranicidio », Torre de los Lujanes, n°65, 2009, p. 103-121 et Alicia OÏFFER-BOMSEL, « Recepción e interpretación, en el ámbito hispanofrancés, del De rege de Juan de Mariana y su estudio contrastivo con la Monarchie aristodémocratique de Louis Turquet de Mayerne », e-Spania [En ligne], 31 | octobre 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018.

3 Voir Renaud MALAVIALLE (dir.), « Juan de Mariana (1536-1624), le jésuite espagnol ou l’art de la composition. Introduction », e-Spania [En ligne], 31 | octobre 2018, mis en ligne le 28 octobre 2018, consulté le 30 mai 2019.

4 Voir Georges CIROT, « La famille de Juan de Mariana », Bulletin Hispanique, 6, 4, 1904, p. 323-324 sur les difficultés économiques de la famille du jeune Juan et pour les aspects biographiques en général, voir Jaime OLMEDO RAMOS, « El padre Juan de Mariana: biografía y biografías », Torre de los Lujanes (65), Boletín de la Real Sociedad Económica Matritense de Amigos del País, 2009, p. 23-50.

5 Voir Alfredo ÁLVAR EZQUERRA, « Esteban de Garibay (1533-1599), o doce claves y algunas relectiones para entender cómo paralizó la renovación historiográfica española », Revista de historiografía (RevHisto), n°15, 2011, p. 90-97.

6 Sur le statut et l’attribution des différentes charges de chroniqueurs du roi, des royaumes, et des titres honorifiques du même ordre, voir Richard KAGAN, Los cronistas y la corona, Madrid, Marcial Pons, 2010. Cet auteur montre que les prestigieuses charges de chroniqueur du roi étaient réservées de fait à de vieux chrétiens, aux membres de familles nobles, à ceux qui disposaient d’appuis suffisants à la Cour. Évoquons à titre d’exemple le cas du père d’Antonio de Herrera y Tordesillas, qui avait été lynché par les comuneros révoltés contre Charles Quint (p. 197).

7 La Bible Polyglotte éditée par Plantin en 1572 avait été supervisée par l’hébraïste Benito Arias Montano. Léon de Castro, un professeur de l’université de Salamanque en campagne contre les savants hébraïsants, avait dénoncé l’utilisation de sources rabbiniques et obtenu que l’Inquisition se charge du dossier. Le père Mariana fut sollicité en tant qu’expert. Pour plus de précisions, voir Ben REKERS, Benito Arias Montano (1527-1598), Madrid, Taurus, 1973 et Baldomero MACÍAS ROSENDO, La Biblia Políglota de Amberes en la correspondencia de Benito Arias Montano (Ms. Estoc. A 902), Universidad de Huelva, 1998, Introducción.

8 Voir les précieuses publications de l’université de Huelva et en particulier Luis GÓMEZ CANSECO (éd.), Anatomía del humanismo. Benito Arias Montano (1598-1998), Universidad de Huelva, Bibliotheca Montaniana, 1998.

9 Baldomero MACÍAS ROSENDO, La Biblia Políglota de Amberes en la correspondencia de Arias Montano, « Juan de Mariana al Inquisidor General », Toledo, 16. VIII. 1577 (Ms. Estoc. ff. 91-94), Universidad de Huelva, 1998, p. 464-468 : « En toda la censura universalmente se muestra deseo que el doctor Arias hubiera tenido mayor cuidado del que muestra en defender y dar toda autoridad a nuestra edición Vulgata y de conformarse con ella en lugares donde lo pudiera hacer guardando la propiedad de la lengua hebrea ».

10 Idem: « […] se nota que en esta obra se hallan nombres de herejes […], no sólo citados, pero aun alabados, y que la firma de algunos de ellos está puesta entre las de otros que aprueban esta obra, aunque el Doctor Arias no debió de caer en ello. […] ».

11 Idem: « Y si va a decir la verdad, como en semejantes negocios es muy justo que sin temor ni sin lisonja se diga, el Rey, a mi juicio, no ha ganado mucha honra en haberse puesto su real nombre en esta obra […], y de aquí a cien años se verá más la falta. Que donde el nombre de Su Majestad se ponía no había de hallarse ni haber mota ninguna, y era justo haber hecho gasto y junta de hombres señalados, conforme a lo que el Cardenal hizo, y tanto mayor quanto que el Rey es más que el Cardenal y la empresa era más grave a causa del tiempo y de otras circunstancias. Y todo el daño ha estado en haber cometido a un solo hombre este negocio, el cual, aunque fuera el más señalado de Europa, no pudiera dejar de haber en la obra faltas y borrones »

12 Idem : « No va la censura firmada porque se desea no se entienda quién la hizo, por el odio que puede resultar dello, aunque injustamente y sin causa pues se hace por mandado y con la moderación que hemos dicho ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Malavialle, « Compétences et évaluation chez Juan de Mariana : la censure de la Bible Polyglotte d’Anvers (Plantin, 1572) supervisée par Benito Arias Montano », e-Spania [En ligne], 33 | juin 2019, mis en ligne le 18 juin 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/30658 ; DOI : 10.4000/e-spania.30658

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals