Navigation – Plan du site
Procédures d’évaluation et compétences dans l’Espagne moderne

Préparer l’élection pontificale et instruire l’ambassadeur près le Saint-Siège : la junta de pontificado de 1618-1619

Léa Bénichou

Résumés

En dépit du caractère incertain et imprévisible du résultat des élections pontificales, l’ambassadeur de la monarchie espagnole près le Saint-Siège recevait des directives précises quant à l’action à mener en cas de vacance du siège et les instructions à fournir aux cardinaux de la faction espagnole.
Les juntes réunies par Philippe III afin de préparer cet événement majeur qui avait lieu à Rome n’avaient pas pour vocation à trouver une solution à un problème spécifique, mais à mettre en œuvre les bases d’une stratégie d’ordre politique et diplomatique visant non pas à garantir, mais du moins à favoriser, l’élection d’un pontife qui servirait les intérêts de la monarchie. Il s’agissait paradoxalement de saisir et de contrôler une réalité intrinsèquement mouvante et incertaine, tout en mobilisant des savoirs à la fois théoriques et empiriques.
Le travail mené par la junte chargée, dès la fin de l’année 1618, de préparer le conclave qui se tiendrait après la mort du pape Paul V et d’instruire l’ambassadeur à Rome, permet d’appréhender les enjeux politiques et les modalités de l’expertise mise en œuvre pour faire face à la contingence, au secret et aux rivalités politiques qu’impliquait l’élection pontificale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archivo General de Simancas (AGS), Estado (E), leg. 982, le cardinal Zapata à Pedro Franqueza, Rom (...)

Tengo por tiempo y dinero perdido cuánto se gasta en granjear cardenales para las elecciones de sumos pontífices y creo por sin duda que sería gran servicio de Dios y del rey y en gran beneficio universal de la Iglesia y de gran edificación para toda ella que cesasen las diligencias públicas que se hacen por los embajadores, pues no sirven de nada1.

  • 2 En particulier la bulle Cum secundum Apostolum (1558) du pape Paul IV interdisait formellement de t (...)
  • 3 AGS, E, leg. 983, le Conseil d’État, Valladolid, juin 1605.

1Le cardinal Antonio Zapata, dans son compte-rendu des deux conclaves qui avaient eu lieu la même année 1605, remettait ainsi en question l’énergie et les efforts déployés par les souverains pour tenter d’influencer ou de contrôler le vote des cardinaux du Sacré Collège considérant que, au bout du compte, ces derniers ne serviraient que leurs propres intérêts. Étant donné la multiplicité des facteurs qui entraient en jeu dans le résultat de l’élection pontificale, le cardinal jugeait vaines et périlleuses les négociations menées par les ambassadeurs et conseillait au monarque de s’en remettre uniquement aux cardinaux fidèles à la monarchie qui entraient dans le conclave et prendraient les dispositions nécessaires le moment venu. Toutefois, aucun des membres du Conseil d’État n’était de cet avis : le monarque catholique ne devait en aucun cas renoncer à intervenir dans le résultat de l’élection. Comme le rappelait justement le duc de Sessa, ambassadeur à Rome entre 1590 et 1603, la question des moyens licites, au regard des censures pontificales2, auxquels pouvait avoir recours le monarque pour favoriser l’élection du candidat qu’il jugerait le plus digne d’occuper le trône de Saint Pierre, avait déjà été examinée avec minutie au cours de son ambassade3.

  • 4 Ibid., leg. 1870, fol. 11-12, « El tanto de las tres conclusiones resueltas en Roma el año de 1594 (...)
  • 5 Voir Ricardo de HINOJOSA, Los despachos de la diplomacia pontificia en España, vol. 1, Madrid : B. (...)
  • 6 AGS, E, leg. 1870, fol. 22-23, « Sustancia de lo que contiene una consulta de una junta que Su Maje (...)

2En effet, cette question avait été débattue au sein d’une assemblée de théologiens réunie à Rome en 15944 dont les conclusions avaient été soumises à l’avis du père jésuite José de Acosta puis des confesseurs royaux Diego de Yepes et Gaspar de Córdoba à Madrid en 15985. Enfin, le compte rendu de ces délibérations avait encore fait l’objet d’une junta convoquée par Philippe III en 1601 en vue de la prochaine élection pontificale. Sur la base des conclusions formulées par les deux assemblées précédentes, les membres de la junta estimèrent que, sans s’exposer à la censure pontificale, le monarque pouvait, même avant la vacance du siège, aborder la question de l’élection et informer précisément son ambassadeur à Rome de ses intentions. Il s’agissait alors pour la junta de classer les cardinaux susceptibles d’être élus en fonction de trois catégories : en premier lieu, les cardinaux estimés dignes d’accéder au pontificat et dont il faudrait soutenir la candidature ; ensuite, ceux qu’il ne faudrait ni soutenir ni écarter, c’est à dire indifférents ; enfin, ceux auxquels il faudrait impérativement faire obstacle, autrement dit, exclus par le monarque. En possession de ces informations l’ambassadeur pouvait alors transmettre au cardinal portant la « voix » du monarque, c’est-à-dire chargé de guider la faction espagnole dans le conclave, la volonté du roi. Malheureusement, nous ne conservons qu’un compte rendu synthétique des conclusions formulées par la junta de 1601 qui ne nous permet pas de connaître les modalités de l’expertise mise en œuvre à cette occasion6.

  • 7 Juan Francisco BALTAR RODRÍGUEZ, Las Juntas de Gobierno en La Monarquía Hispánica (siglos XVI-XVII)(...)
  • 8 Archivo Histórico Nacional (AHN), Diversos-colecciones, 160, N. 32, « Consulta de la junta de dos s (...)
  • 9 AGS, E, leg. 980, le duc d’Escalona à Philippe III, Rome, 24 avril 1605.
  • 10 Ibid., leg. 983, le Conseil d’État, Valladolid, juin 1605. Les conseillers reconnurent, entre autre (...)

3Notons toutefois que cette junta en materia de pontificado rassemblait, outre le cardinal Fernando Niño de Guevara, le conseiller d’État Juan de Idiáquez, Juan de Zúñiga Avellaneda y Cárdenas, comte de Miranda, ainsi que le confesseur royal, Gaspar de Córdoba. Il s’agissait des trois membres permanents de la junta de tres que Philippe III consultait régulièrement sur diverses affaires d’État et notamment sur les questions relatives à Rome7. Devenue junta de dos après la mort du confesseur Gaspar de Córdoba en 1604, la junta intervint de nouveau à l’occasion de l’élection du successeur du pape Clément VIII, se chargeant d’élaborer les instructions destinées au marquis de Villena, alors ambassadeur près le Saint-Siège8. Pour ce faire, la junta put récupérer en grande partie les instructions fournies à son prédécesseur trois ans auparavant, qu’il fallut cependant actualiser et adapter à la conjoncture. Néanmoins, un certain nombre de données n’avaient pas été prises en compte, si bien que le marquis de Villena, mieux informé que les ministres du monarque à Madrid, s’octroya la liberté de ne pas suivre à la lettre les instructions qui lui avaient été données9. Juan de Idiáquez en conclut que cela servirait de leçon pour les futurs conclaves10. En effet, les spécificités de la junta de pontificado résidaient précisément, au-delà de la confidentialité qui lui incombait, dans ce rapport à l’urgence et à la contingence qu’il convenait d’envisager.

  • 11 Ibid., leg. 1870, fol. 140-144, le marquis d’Aytona à Philippe III, Rome, 20 avril 1608. Id., leg.  (...)
  • 12 Ibid., fol. 148, consulte de Juan de Idiáquez Ségovie, 11 août 1609 ; minute de consulte de Juan de (...)
  • 13 Francisco Fernández de la Cuerva, comte de Ledesma, marquis de Cuéllar, VIIIe duc d’Alburquerque, a (...)
  • 14 AGS, E, leg. 1870, fol. 168.
  • 15 Antonio de Zapata y Cisneros, fils du Ier comte de Barajas, créé cardinal par Clément VIII le 9 jui (...)

4Toutefois, aucune junta semblable à celle de 1601 ne fut convoquée avant 1618. Les demandes réitérées des ambassadeurs à Rome pour connaître les intentions du monarque, afin de prendre les dispositions nécessaires en cas de décès du souverain pontife, étaient restées lettre morte11. Même l’intervention de Juan de Idiáquez, le seul à pouvoir encore témoigner, en 1611, de l’existence de la junta de 1601, demeura sans effet12. Ce n’est qu’à l’occasion de la prise de fonction du nouvel ambassadeur à Rome, le duc d’Alburquerque 13, que cette junta fut à nouveau mentionnée dans un billet du secrétaire d’État Antonio de Aróstegui au duc d’Uceda, daté du 14 octobre 161814. Le secrétaire y expliquait qu’en raison des nombreuses occupations du duc de Lerma, du confesseur du roi et de Juan de Idiáquez, auxquels le monarque avait confié la question de l’élection pontificale, aucune décision n’avait été prise à ce sujet. Il suggérait alors de revoir les papiers de la junta de 1601 et proposait d’en convoquer une nouvelle qui réunirait le confesseur royal Luis de Áliaga ainsi que deux des membres du Conseil d’État : Baltasar de Zúñiga et le cardinal Antonio Zapata, récemment rentré en Espagne après avoir séjourné plus de dix ans à Rome15. Ainsi composée, la junta se mit à l’œuvre dès la fin de l’année 1618.

5Cette nouvelle junta de pontificado présente un intérêt pour notre étude en raison de l’importante documentation qu’elle a produite et générée afin de rédiger les instructions destinées à l’ambassadeur à Rome en prévision du futur conclave. De ce fait, malgré l’absence d’un compte rendu des débats qui eurent lieu au sein de la junta, il nous est de ce fait possible d’apprécier, outre les spécificités de ce comité restreint, la procédure et les modalités selon lesquelles les informations furent recueillies, évaluées, analysées puis synthétisées, ainsi que la nature des connaissances et des savoirs experts mobilisés à cette occasion.

6Les instructions rédigées par la junta avaient pour objet, non seulement d’informer l’ambassadeur de la volonté du monarque concernant l’élection proprement dite, c’est à dire des cardinaux à soutenir, à écarter ou à laisser indifféremment tenter leur chance, selon les catégories mentionnées plus haut, mais aussi de l’instruire des stratégies à mettre en œuvre et de la façon dont il devait agir, en collaboration avec le cardinal chargé de guider la faction espagnole, avant la vacance du siège pontifical, puis avant et après la fermeture du conclave.

7Les informations traitées par la junta et les connaissances produites étaient donc de nature différente. Elles concernaient d’une part les cardinaux du Sacré Collège, d’autre part le cadre normatif régissant l’activité et la conduite de l’ambassadeur et du cardinal portant la voix du roi. Les savoirs mobilisés relevaient ainsi de la connaissance empirique et théorique des hommes, des pratiques et des lois.

  • 16 AGS, E, leg. 1870, fol. 197, Andrés de Prada à Antonio Zapata, 2 novembre 1618.
  • 17 Ibid., fol. 193, le cardinal Zapata, Barajas, 27 avril 1619.

8Dans un premier temps, la junta allait pouvoir s’appuyer sur l’ensemble de la documentation existante. En novembre 1618, le secrétaire Andrés de Losada y Prada avait déjà réuni quarante-sept documents relatifs à l’élection pontificale, parmi lesquels le cardinal Zapata en retiendrait seulement six qui contenaient, selon lui, toute l’information nécessaire pour instruire le nouvel ambassadeur16. Il s’agissait principalement de documents datés entre 1580 et 1604, produits du temps de l’ambassade à Rome du comte d’Olivares, du duc de Sessa et du marquis de Villena17. Cependant, si les directives destinées à l’ambassadeur contenues dans ces documents étaient toujours d’actualité, il n’en allait pas de même des informations relatives au Sacré Collège des cardinaux dont la composition, cela va sans dire, avait radicalement changé.

  • 18 Le texte est édité par Artemio Enzo BALDINI, Puntigli spagnoleschi e intrighi politici nella Roma d (...)
  • 19 AGS, E, leg. 986, Orazio Mancini à Andrés de Prada y Losada, Rome, 18 septembre 1607 ; Ibid., leg.  (...)
  • 20 En 1590 le comte d’Olivares estimait que la « Memoria de los cardenales » soumise par le roi à son (...)

9De toute évidence, la préparation du conclave requérait l’information la plus actuelle qui soit sur ce qui serait le principal objet de l’expertise menée dans le cadre de la junta : le Collège des cardinaux. Les renseignements qui parvenaient à Madrid provenaient de diverses sources. En premier lieu, l’ambassadeur près le Saint-Siège envoyait régulièrement à Madrid diverses informations à propos des cardinaux, mais il fournissait également systématiquement au monarque un rapport complet sur le Sacré Collège qu’il devait obligatoirement transmettre à son successeur. Ce dernier disposait alors des informations recueillies par son prédécesseur pour les compléter, ou les corriger si besoin était, afin de réaliser son propre rapport. Par ailleurs, d’autres comptes rendus parvenaient à Madrid, transmis pour la plupart par des informateurs anonymes ou bien rémunérés spécialement à cet effet. C’est le cas non seulement de Girolamo Frachetta, originaire de Rovigo, qui fut contraint de fuir à Naples après que sa « Relazione sui cardinali » de 1603 eut été découverte18, mais également d’Orazio Mancini, originaire de Pérouse, auquel le monarque commanda, dès 1607, un rapport exhaustif sur les membres du Collège19. Ces divers comptes rendus contenaient une liste des cardinaux, classés en général par ordre de création, et renseignaient l’âge, l’origine, le caractère, les qualités, les défauts, les fonctions occupées et les affinités politiques ou spirituelles de chacun d’eux. Les informations contenues dans ces rapports n’étaient donc pas uniquement d’ordre factuel. Elles relevaient aussi des choix et de l’appréciation de l’auteur du rapport qui dépendaient des circonstances, du contexte et de l’objectif dans lesquels était rédigé le document. Sans doute, il convenait à la junta de 1618 d’obtenir des renseignements adaptés aux circonstances, en l’occurrence, à la préparation du conclave, mais avant tout justes et fiables, émanant, par conséquent, de personnalités compétentes20.

  • 21 Ibid., leg. 1870, fol. 178, Nicolo Benigni, Rome, 17 novembre 1618.
  • 22 Ibid., fol. 186, le cardinal Borja à Philippe III, Rome, 14 mai 1619 ; Ibid., fol. 207, à Antonio d (...)
  • 23 Ibid., fol. 183, « Apuntamientos de lo que dizen los cardenales Zapata y Borja y se apunta en el cu (...)
  • 24 Francisco de Asís MÁRTINEZ GUTIÉRREZ, Entre el rey católico y el papa. Los cardenales españoles dur (...)
  • 25 AGS, E, leg. 1867, fol. 24, Nicolo Benigni à Andrés de Prada y Losada, Rome, 28 décembre 1618. Les (...)
  • 26 AGS, E, leg. 1870, fol. 211-212, billet du secrétaire Antonio de Aróstegui à Philippe III, Madrid, (...)
  • 27 Ibid., fol. 180, la junta à Philippe III, Madrid, 10 avril 1619.
  • 28 Ibid., fol. 193, le cardinal Zapata, Barajas, 27 avril 1619.
  • 29 Ibid., fol. 192, billet de Antonio de Aróstegui à Philippe III, Belén, 26 juin 1619.

10Le premier à être sollicité à cet effet fut le cardinal Gaspar de Borja y Velasco. Promu cardinal par le pape Paul V en 1611, il résidait à Rome depuis l’année 1612, occupait l’intérim de l’ambassade depuis le mois de mars 1616, et se chargeait de la protection de Castille depuis le départ du cardinal Zapata en 1617. Son expérience de la cour romaine, les fonctions qu’il occupait, mais aussi tout le bien que rapportait à son sujet l’informateur Nicolo Benigni21, l’autorisaient en tant qu’expert. C’est d’ailleurs en cette qualité qu’en mai 1619 il transmit enfin les rapports sur les cardinaux que le roi lui avait commandés quatre mois plus tôt. En effet, Borja justifiait le temps employé à la rédaction de ces documents par la rigueur, la précision et la prudence avec lesquelles il avait procédé ; des habiletés, en somme, que l’on pouvait attendre d’un spécialiste soucieux d’exactitude, averti des enjeux politiques de sa mission et des risques qu’il encourrait compte tenu de la censure pontificale22. Entre-temps, le monarque avait soumis à la Junta un autre rapport sur les cardinaux que ses membres devraient examiner sans en connaître l’auteur. Néanmoins, dans l’une des synthèses réalisées par la junta le mot « cuaderno », qui fait référence à ce rapport anonyme, est finalement barré et remplacé par « Trejo »23, ce qui laisse explicitement entendre que le cardinal Gabriel de Trejo y Paniagua avait lui aussi été sollicité comme expert. Créé cardinal en 1615 il ne résidait à Rome que depuis l’année 1617. Cet anonymat de départ était-il gage d’impartialité ? Probablement, étant donné l’hostilité que manifestait à son égard le confesseur Luis de Aliaga24. Qui plus est, au-delà du fait que la chute du duc de Lerma, son protecteur, et l’arrestation de Rodrigo Calderón, auquel il était apparenté, avaient considérablement terni l’image de Trejo, celui-ci était entré en conflit à Rome avec le cardinal Borja qui recevait le soutien à Madrid de son parent, Baltasar de Zúñiga. Enfin, le troisième cardinal espagnol légitimement autorisé à se prononcer sur la question, Antonio Zapata était membre de la junta de pontificado. Cela dit, le caractère paradoxal de son rôle au sein de ce comité mérite qu’on s’y arrête. Accusé de divulguer au nonce les affaires confidentielles traitées en Conseil d’État25, le cardinal fut, en effet, écarté de la junta en mars 161926. Désormais ses membres se réuniraient sans lui, toutefois, sans pour autant renoncer à consulter le cardinal par l’intermédiaire du secrétaire Andrés de Prada y Losada27. Les avis du cardinal Antonio Zapata qui pouvait se valoir de sa longue expérience à la cour de Rome et de sa participation au deuxième conclave de l’année 1605, s’avéraient ainsi indispensables. Preuve en est l’appréciation que le secrétaire Antonio de Aróstegui portait sur son rapport28 qu’il jugeait « de mucha importancia para acertar la elección de papa »29.

  • 30 Ibid., fol. 173, le Conseil d’État, Madrid, 6 février 1618.

11La tâche qui avait été confiée aux trois cardinaux espagnols était un honneur, elle témoignait de la confiance que le souverain leur accordait. Au-delà de leurs rivalités et des différentes fonctions qu’ils occupaient, chacun d’eux avait ainsi été consulté individuellement, de la même façon, et sur un même sujet. Il semble que le monarque tenait à obtenir l’avis des trois cardinaux. Ceux-ci avaient été sollicités de la même façon, avant même la création de la junta, à propos d’un document transmis par l’ambassadeur du duc de Toscanne qui laissait envisager une possible alliance entre la faction espagnole et celle du grand-duc lors de l’élection pontificale. Même si les conseillers d’État avaient décidé de recueillir simplement l’avis du cardinal Zapata, hormis Baltasar de Zúñiga qui suggérait de consulter uniquement le cardinal Borja, le roi trancha : on entendrait Zapata, Borja et Trejo30.

  • 31 Ibid., leg. 1859, Junta de dos, 16 novembre 1607.
  • 32 Ibid., leg. 1870, fol. 187 et fol. 190-191, « Apuntamientos ».
  • 33 Ibid., fol. 192, Antonio de Aróstegui à Philippe III, Belén, 26 juin 1619.

12Les rapports élaborés par les trois cardinaux à cette occasion faisaient partie de l’ensemble des documents réunis par les secrétaires. Comme nous avons pu le constater, la procédure impliquait le secrétaire d’État Antonio de Aróstegui, qui avait pris en charge les affaires d’Italie après la mort d’Andrés de Prada survenue en 1611, et le neveu de ce dernier, Andrés de Prada y Losada, qui avait longtemps collaboré avec son oncle en tant que premier commis (oficial mayor) du secrétariat d’État31. Aróstegui et Prada agissaient comme intermédiaires entre les membres de junta et le monarque, ou les différents experts extérieurs. Ils préparaient les documents, synthétisaient certains rapports et n’hésitaient pas à émettre un avis32. En juin 1619, alors que la cour était en route pour Lisbonne, le secrétaire Aróstegui, qui faisait partie de la suite ainsi que les deux membres de la junta, annonça qu’il était enfin en possession des trois rapports sur les cardinaux sollicités33.

  • 34 Ibid., fol. 183.
  • 35 Concernant par exemple le cardinal Maffeo Barberini, futur Urbain VIII, que seul Zapata conseillait (...)
  • 36 Bien que Zapata et Borja auraient volontiers exclu le cardinal Felice Centini (Ascoli), que Trejo n (...)

13La procédure mise en œuvre permettait à la junta de confronter les différents points de vue des cardinaux espagnols et de tendre ainsi vers une certaine objectivité. Cela apparaît clairement dans l’un des documents produits par le comité34. En face du nom des cardinaux du Sacré Collège retenus comme étant susceptibles d’être élus, apparaissait la synthèse des avis formulés par Zapata, Borja et Trejo. De cette façon, en fonction de la concordance de ces points de vue, et après avoir pesé les arguments des uns et des autres, la junta pouvait déterminer quels sujets devraient être soutenus, sans condition ou uniquement si le Sacré Collège leur était favorable, quels candidats devaient être exclus si nécessaire, ou bien seulement écartés, et quels étaient ceux qui ne seraient ni aidés, ni écartés. Nous constatons en effet que les trois candidats retenus par la junta comme devant être soutenus sans condition, Giovanni Garzia Millini, Pietro Campori et Ladislao d’Aquino, faisaient consensus entre les trois cardinaux espagnols. Seul Zapata émettait un avis mitigé sur Aquino en raison de son origine napolitaine, un argument insuffisant pour exclure un sujet approuvé par les deux autres. En cas de divergence, la junta soit retenait l’argument le plus fort, soit optait pour une solution de neutralité : « dejalle correr », ou consensuelle : « si el colegio tratare dél, no se desayude »35. En revanche, nous ne pouvons expliquer l’adoption de solutions contrariant les avis des trois cardinaux espagnols, la junta n’ayant laissé aucune trace des raisons explicites qui motivèrent ses choix36.

14Toujours est-il qu’il ne s’agissait pas d’une science exacte. Les membres de la junta insisteraient encore sur la part d’imprévu qu’il convenait d’envisager. Les trois cardinaux du Sacré Collège soutenus en premier lieu ne furent donc pas classés par ordre de préférence, de façon à ce que l’ambassadeur et le cardinal ayant la voix puissent disposer d’une certaine latitude afin d’effectuer les choix les plus pertinents le moment venu. C’est là qu’entreraient en jeu la capacité d’adaptation et l’habileté de ces derniers.

  • 37 Pour le duc Sessa ce cardinal devait être avant tout fiable et intègre : « conviene que esté tal ca (...)
  • 38 Voir Ibid. et ASV, Fondo Borghese, serie II, 260.
  • 39 En 1582, par exemple, Philippe II laissa à Juan de Zúñiga, ambassadeur sortant, et au comte d’Oliva (...)
  • 40 Voir également à ce sujet l’opinion du duc d’Escalona, Ibid., leg. 984, le duc d’Escalona à Philipp (...)
  • 41 Ibid., leg. 1870, fol. 158, le Conseil d’État, Madrid, 27 juin 1617.
  • 42 Ibid., fol. 234, le cardinal Borja à Philippe III, Rome, 10 février 1621.

15En particulier, le choix du cardinal qui porterait la voix du monarque dans le conclave s’avérait non seulement déterminant, mais également extrêmement délicat. Les qualités, l’intégrité notamment, et le savoir-faire dudit cardinal, n’opéraient pas comme seuls critères de sélection37. Il fallait également prendre en compte son ancienneté, son expérience et son statut. C’est pourquoi, l’attribution de la voix au cardinal de Trejo en 1617 avait été à l’origine de la rivalité qui l’opposait au cardinal Borja et provoquerait également un conflit de compétence avec l’ambassadeur Alburquerque au moment où celui-ci se chargea de l’ambassade38. Aucune norme ne régulait à proprement parler l’attribution de cette charge honorifique. D’ordinaire, le roi désignait lui-même ce cardinal après avoir consulté son ambassadeur39, avant même la mort du pontife, mais certains, le duc d’Alburquerque notamment, étaient d’avis que seul l’ambassadeur devait être apte à la remettre au cardinal de son choix au moment opportun40. L’absence de règles établies provoquait, certes, des confusions. La junta elle-même se trouvait dans l’embarras au moment de statuer sur cette question. Aliaga et Zúñiga penchaient en faveur de Borja en raison de son ancienneté disaient-ils, mais la junta ne pouvait contredire un ordre royal, seulement suggérer de consulter à nouveau le Conseil d’État qui avait validé cette décision, et limiter la capacité d’action de Trejo en insistant sur un point qui faisait consensus : le cardinal chargé de la voix était tenu de respecter à la lettre les instructions de l’ambassadeur. L’attribution de la voix à Trejo, qui relevait d’une décision motivée uniquement par les circonstances, en l’occurrence les plaintes du cardinal, et éventuellement par la présence de Lerma parmi les conseillers consultés, avait été une erreur41. Toutefois, ces imprécisions étaient un gage de flexibilité ce qui permit à Alburquerque, lorsque le conclave se ferma en 1621, de remettre la voix du monarque au cardinal Zapata, en l’absence de Trejo42.

16Même si la question de la voix était restée en suspens, le travail de la junta aboutit à la rédaction de deux rapports, l’un destiné au duc d’Alburquerque indiquant « los cardenales a quien el embajador de su Majestad ha de ayudar […], los que ha de dejar correr y los que ha de excluir […] y lo que se ha entendido de los sujetos », l’autre plus synthétique, destiné au roi « para q Vuestra Majestad […] vea las cualidades de los [sujetos] que van apuntados en la dicha relación con menos trabajo […], de lo que en sustancia dicen dellos los dichos cardenales Zapata Borja y Trejo ». Enfin, Alburquerque recevrait la copie des six documents que le cardinal Zapata jugeait nécessaires pour instruire l’ambassadeur. Il s’agissait de normes de conduite théoriques et générales, issues de la pratique, qui ne prêtèrent pas à discussion. L’évaluation concernait au premier chef les objets aléatoires, subjectifs et contingents des discours sur l’élection.

17La procédure employée impliquait en somme deux processus, externe et interne, d’évaluation. La junta sollicita dans un premier temps l’avis d’experts extérieurs, lesquels traitèrent et examinèrent d’abord l’information brute avant d’émettre un avis. Dans un second temps, la junta opéra le rassemblement et la confrontation des données et avis recueillis afin d’élaborer une synthèse qui se voulait, par le biais de ce double filtrage et la rigueur de l’expertise mise en œuvre, la plus consensuelle et objective possible.

  • 43 Le comte d’Olivares jugeait même excessifs la prudence et les scrupules du roi : « esto era en tant (...)

18Cependant, au-delà de la procédure employée, c’est la spécificité de son objet qui mérite d’être soulignée. Alors que la junta de 1601 avait légitimé, après l’avoir encore une fois questionnée, la pratique de la « inclusión o exclusión » consistant à désigner de façon anticipé les candidats papables ou exclus, une pratique qui avait causé de sérieux scrupules au roi Philippe II43, celle de 1618, l’entérinait. Même si ce procédé n’était pas nouveau, la création de la junta et le recours à l’expertise des trois cardinaux formalisaient, voire officialisaient, l’intromission de la monarchie dans l’élection pontificale. Il va sans dire que la capacité du monarque à faire élire le cardinal de son choix renforçait le prestige de la monarchie et la puissance du Roi Catholique. En ce sens, la junta de 1618-1619 peut être considérée comme un dispositif de pouvoir en tant qu’instrument de gouvernement légitimant le recours à des pratiques politiques visant à contrôler l’élection.

  • 44 Voir Agostino BORROMEO, « España y el problema de la elección papal de 1592 », Cuadernos de investi (...)

19Indépendamment des questions déjà soulevées par l’historiographie concernant l’ingérence du monarque espagnol dans les élections pontificales et les méthodes employées afin de renforcer l’influence de la monarchie, notamment par le biais des faveurs concédées aux cardinaux du Sacré Collège44, nous avons souhaité faire émerger dans cette étude les mécanismes et procédures mises en œuvre en amont de la prise de décision politique sur laquelle reposaient les stratégies adoptées afin de faire triompher le choix du roi lors de l’élection pontificale.

  • 45 M. A. VISCEGLIA, op. cit., p. 162-172, 364.

20S’agissait-il d’une procédure systématique et généralisable ? Rien n’est moins sûr. La création de la junta de pontificado de 1618, et la méthode employée, répondaient à des circonstances bien spécifiques : la préparation du conclave survenait plus de dix ans après la précédente élection, tandis qu’un nouvel ambassadeur allait prendre ses fonctions à Rome. Par ailleurs, il faudrait nécessairement adapter la procédure, pour le conclave suivant, aux nouvelles modalités de l’élection pontificale mises en place par Grégoire XV. Dans les conditions imposées par la bulle Aeterni Patris filius qui durcissait les conditions du déroulement du scrutin et imposait des contraintes visant à garantir le secret du vote, il s’avérerait plus complexe encore de faire face à l’imprévisibilité du résultat de l’élection45.

Haut de page

Notes

1 Archivo General de Simancas (AGS), Estado (E), leg. 982, le cardinal Zapata à Pedro Franqueza, Rome, 21 mai 1605.

2 En particulier la bulle Cum secundum Apostolum (1558) du pape Paul IV interdisait formellement de traiter de la succession pontificale du vivant du pape sous peine, entre autres sanctions, d’excommunication. Voir Maria Antonietta VISCEGLIA, Morte e elezione del papa. Norme, riti e conflitti, Rome : Viella, 2013, p. 149-161.

3 AGS, E, leg. 983, le Conseil d’État, Valladolid, juin 1605.

4 Ibid., leg. 1870, fol. 11-12, « El tanto de las tres conclusiones resueltas en Roma el año de 1594 sobre la elección de los sumos pontífices. Traducido de latín en romance ».

5 Voir Ricardo de HINOJOSA, Los despachos de la diplomacia pontificia en España, vol. 1, Madrid : B. A. de la Fuente, 1896, p. 419-422.

6 AGS, E, leg. 1870, fol. 22-23, « Sustancia de lo que contiene una consulta de una junta que Su Majestad mandó hacer el año de 1601 en materia de pontificado. Para enviar al duque de Alburquerque ».

7 Juan Francisco BALTAR RODRÍGUEZ, Las Juntas de Gobierno en La Monarquía Hispánica (siglos XVI-XVII), Madrid : Centros de estudios políticos y constitucionales, 1998, p. 59-60 ; Antonio FEROS, El Duque de Lerma : realeza y privanza en la España de Felipe III, Madrid : Marcial Pons, 2002, p. 234-235. La junta de tres fut consultée en novembre 1600 au sujet, entre autres, des cardinaux auxquels seraient confiées la protection de Castille et la voix du monarque en conclave. AGS, E, leg. 973. Le 14 mai 1601, elle se réunit afin d’étudier différentes propositions du duc de Sessa relatives à l’ambassade à Rome et à son fonctionnement. Ibid., leg. 1856.

8 Archivo Histórico Nacional (AHN), Diversos-colecciones, 160, N. 32, « Consulta de la junta de dos sobre la materia de pontificado », mars 1605 ; « Consulta de la junta de dos sobre lo que el duque de Escalona ha escripto a Su Majestad a 10, 14, 16 y 18 de março en materias de pontificado », abril 1605.

9 AGS, E, leg. 980, le duc d’Escalona à Philippe III, Rome, 24 avril 1605.

10 Ibid., leg. 983, le Conseil d’État, Valladolid, juin 1605. Les conseillers reconnurent, entre autres, l’incapacité du cardinal Francisco de Ávila qui avait été choisi pour guider la faction espagnole dans le conclave.

11 Ibid., leg. 1870, fol. 140-144, le marquis d’Aytona à Philippe III, Rome, 20 avril 1608. Id., leg. 991, le comte de Castro à Philippe III, Rome, 23 juin 1609.

12 Ibid., fol. 148, consulte de Juan de Idiáquez Ségovie, 11 août 1609 ; minute de consulte de Juan de Idiáquez, Madrid, juin 1611.

13 Francisco Fernández de la Cuerva, comte de Ledesma, marquis de Cuéllar, VIIIe duc d’Alburquerque, ambassadeur à Rome (noviembre 1619-décembre 1623).

14 AGS, E, leg. 1870, fol. 168.

15 Antonio de Zapata y Cisneros, fils du Ier comte de Barajas, créé cardinal par Clément VIII le 9 juin 1604, protecteur de Castille en 1606, séjourna à Rome entre 1605 et 1617.

16 AGS, E, leg. 1870, fol. 197, Andrés de Prada à Antonio Zapata, 2 novembre 1618.

17 Ibid., fol. 193, le cardinal Zapata, Barajas, 27 avril 1619.

18 Le texte est édité par Artemio Enzo BALDINI, Puntigli spagnoleschi e intrighi politici nella Roma di Clemente VIII. Girolamo Frachetta e la sua relatione del 1603 sui cardinali, Milan : Franco Angeli, 1981.

19 AGS, E, leg. 986, Orazio Mancini à Andrés de Prada y Losada, Rome, 18 septembre 1607 ; Ibid., leg. 1870, fol. 243, « La relación que ha empezado a hacer Oracio Manchini del colegio de cardenales ».

20 En 1590 le comte d’Olivares estimait que la « Memoria de los cardenales » soumise par le roi à son appréciation, provenait d’une personne mal informée. Ibid., leg. 956, le comte d’Olivares à Philippe II, Rome, 16 octobre 1590.

21 Ibid., leg. 1870, fol. 178, Nicolo Benigni, Rome, 17 novembre 1618.

22 Ibid., fol. 186, le cardinal Borja à Philippe III, Rome, 14 mai 1619 ; Ibid., fol. 207, à Antonio de Aróstegui. Borja remettait deux rapports. Le premier rassemblait des informations sur tous les membres du Sacré Collège, le deuxième ne concernait que les cardinaux ayant une chance d’être élus.

23 Ibid., fol. 183, « Apuntamientos de lo que dizen los cardenales Zapata y Borja y se apunta en el cuaderno sobre los subjetos señalados por donde se vee lo que diferencian de aprobar o reprobar ».

24 Francisco de Asís MÁRTINEZ GUTIÉRREZ, Entre el rey católico y el papa. Los cardenales españoles durante los valimientos de Lerma y Olivares, thèse de doctorat dirigée par Miguel Luís GUADALUPE MUÑOZ et Julián José LOZANO NAVARRO, Grenade : Universidad de Granada, Facultad de filosofía y letras, 2017, p. 151.

25 AGS, E, leg. 1867, fol. 24, Nicolo Benigni à Andrés de Prada y Losada, Rome, 28 décembre 1618. Les lettres du nonce au cardinal Borghese confirment cette accusation (Archivio Segreto Vaticano (ASV), Fondo Borghese, Serie II, 258, fol. 105r, Madrid, 26 février 1619.

26 AGS, E, leg. 1870, fol. 211-212, billet du secrétaire Antonio de Aróstegui à Philippe III, Madrid, 6 mars 1619. Le monarque annotait « sin que pueda entender el cardenal Zapataa que se prosigue en esta materia se podrá hacer con mi confesor y don Baltasar y a entrambos le diréis la causa que hay para que no lo entienda el cardenal guardando el secreto que conviene ». Ce billet accompagnait la lettre de l’informateur (ibid.) dont le nom n’était pas mentionné.

27 Ibid., fol. 180, la junta à Philippe III, Madrid, 10 avril 1619.

28 Ibid., fol. 193, le cardinal Zapata, Barajas, 27 avril 1619.

29 Ibid., fol. 192, billet de Antonio de Aróstegui à Philippe III, Belén, 26 juin 1619.

30 Ibid., fol. 173, le Conseil d’État, Madrid, 6 février 1618.

31 Ibid., leg. 1859, Junta de dos, 16 novembre 1607.

32 Ibid., leg. 1870, fol. 187 et fol. 190-191, « Apuntamientos ».

33 Ibid., fol. 192, Antonio de Aróstegui à Philippe III, Belén, 26 juin 1619.

34 Ibid., fol. 183.

35 Concernant par exemple le cardinal Maffeo Barberini, futur Urbain VIII, que seul Zapata conseillait d’écarter, la junta résolut : « si el colegio tratare dél, no se desayude ». La junta hésita également quant à l’avis à émettre sur le cardinal Ottavio Bandini, que seul Borja qualifiait de « buen sujeto », optant pour « dejalle correr ». Ibid., fol. 182-183.

36 Bien que Zapata et Borja auraient volontiers exclu le cardinal Felice Centini (Ascoli), que Trejo n’approuvait pas non plus franchement sans pour autant émettre d’avis négatif, la junta décida de « no dayudarle si se inclinare a él el Colegio ». Ibid.

37 Pour le duc Sessa ce cardinal devait être avant tout fiable et intègre : « conviene que esté tal cardenal seguro en el servicio de S. Md. i tan desapasionado que todos los servidores de S. Md. se osen fiar de él enteramente ». Ibid., fol. 100, le duc de Sessa, 1er décembre 1604.

38 Voir Ibid. et ASV, Fondo Borghese, serie II, 260.

39 En 1582, par exemple, Philippe II laissa à Juan de Zúñiga, ambassadeur sortant, et au comte d’Olivares, son nouvel ambassadeur, le soin de désigner le cardinal de leur choix. AGS, E, leg. 942, n. f., à Olivares, Lisbonne, 22 janvier 1582.

40 Voir également à ce sujet l’opinion du duc d’Escalona, Ibid., leg. 984, le duc d’Escalona à Philippe III, Rome, 21 janvier 1606.

41 Ibid., leg. 1870, fol. 158, le Conseil d’État, Madrid, 27 juin 1617.

42 Ibid., fol. 234, le cardinal Borja à Philippe III, Rome, 10 février 1621.

43 Le comte d’Olivares jugeait même excessifs la prudence et les scrupules du roi : « esto era en tanto extremo q me traya congoxadissimo el no haverme V. Md. querido dar ninguna orden en inclusión ni exclusión no haviendo más que nueve días de tiempo hasta entrar en el cónclave y q me parescía que los q aconsejavan a V. Md. este escrúpulo eran demasiado escrupulosos ». Ibid., leg. 943, fol. 33, à Philippe II, du port de San Estevan, 31 mai 1582.

44 Voir Agostino BORROMEO, « España y el problema de la elección papal de 1592 », Cuadernos de investigación histórica, 2, 1978, p. 175-200 ; Thomas James DANDELET, La Roma española (1500-1700), Barcelone : Crítica, 2002 ; M. A. VISCEGLIA, op. cit. ; Miles PATTENDEN, « The Conclaves of 1590 to 1592 : An Electoral Crisis of the Early Modern Papacy ? », Sixteenth Century Journal, 44, 2013, p. 391-410.

45 M. A. VISCEGLIA, op. cit., p. 162-172, 364.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léa Bénichou, « Préparer l’élection pontificale et instruire l’ambassadeur près le Saint-Siège : la junta de pontificado de 1618-1619 », e-Spania [En ligne], 33 | juin 2019, mis en ligne le 18 juin 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/30756 ; DOI : 10.4000/e-spania.30756

Haut de page

Auteur

Léa Bénichou

Université Paul Valéry - Montpellier III, LLACS (EA 4582)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals