Navigation – Plan du site
Procédures d’évaluation et compétences dans l’Espagne moderne

Expertiser la monnaie du roi. La visite des hôtels des monnaies castillans au XVIIe siècle : du contrôle de la frappe monétaire à l’évaluation des compétences techniques et de la fraude

Olivier Caporossi

Résumés

Le contrôle des douze ateliers monétaires de la Castille représentait un enjeu majeur pour la politique monétaire des Habsbourg du XVIIe siècle, qui connut de multiples mutations jusqu’en 1686. La procédure de la résidence fut abondamment utilisée pour lutter contre les fraudes monétaires et défendre la souveraineté du monarque dans ce domaine. L’enquête secrète des commissaires du roi, le recueil à charge et à décharge des témoignages et les expertises techniques et comptables permettaient en effet d’évaluer les compétences des officiers de la monnaie et de définir d’éventuelles incompétences comme des fautes, que l’étape judiciaire de la résidence pouvait ensuite criminaliser. Il revenait ensuite au Conseil de Castille de statuer sur ces qualifications criminelles et de délivrer la sentence définitive, qui était aussi guidée par des considérations plus politiques. L’expertise de la frappe monétaire n’était donc pas neutre, surtout dans le contexte d’un affermage d’une partie de la production monétaire à des financiers. Elle a pu constituer un moyen pour restaurer la distinction (et non la séparation) entre les intérêts de la Couronne et ceux des particuliers.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le billon est une monnaie de cuivre mêlée d’une fine couche d’argent.
  • 2 Manuel VILAPLANA PERSIVA, Historia del real de a ocho, Murcie : Universidad de Murcia, 1997, p. 59- (...)

1Le contrôle des ateliers monétaires de la Castille représentait un enjeu stratégique pour l’exercice de la souveraineté monétaire des Habsbourg qui privilégiait le système monétaire castillan tripartite (or, argent, cuivre), fondé sur la monnaie de compte du maravédis et bénéficiant en premier lieu de l’extraction des métaux américains depuis le XVIe siècle. La politique monétaire des Habsbourg était fondée au XVIIe siècle sur la multiplication des mutations monétaires (1599-1686) et la production massive de monnaies de billon1 dont le roi imposa une valeur nominale largement supérieure à sa valeur intrinsèque, afin de financer ses ambitions militaires et le Tercio, jusqu’aux réformes de 1680-1686 qui réduisirent de 75% le cours officiel des monnaies de billon et dévaluèrent de 20% le réal d’argent2.

  • 3 Javier de SANTIAGO FERNÁNDEZ, Política monetaria en Castilla durante el siglo XVII, Valladolid : Ju (...)
  • 4 Nueva Recopilación, libro 15, título XXI, ley XVIII, XIX et XX.
  • 5 D’autres fraudes sur les monnaies de billon furent constatées dans les ateliers monétaires de Valla (...)
  • 6 Le scandale de cette monnaie frappée en grande quantité en dehors des normes légales du poids et de (...)
  • 7 Carmen SANZ AYÁN, Los banqueros y la crisis de la monarquía hispánica de 1640, Madrid : Marcial Pon (...)
  • 8 Olivier CAPOROSSI, « La falsificación de moneda en la América Hispana a mediados del siglo XVII : e (...)

2Les ordonnances qui régissaient les hôtels des monnaies, dont le nombre était passé de sept à douze (La Corogne, Burgos, Valladolid, Ségovie, Madrid, Tolède, Cuenca, Trujillo, Cordoue, Linares, Grenade, Séville) depuis la fin du XVe siècle3, furent complétées par Philippe III et Philippe IV qui cherchaient à mieux contrôler la création de monnaie et à lutter contre la fraude et le faux-monnayage, devenus endémiques4. Dès 1606, des fraudes furent suspectées dans la production de pièces de billon de l’hôtel des monnaies de Cuenca et de Tolède. En 1621, de nouvelles fraudes furent dénoncées par les commissaires du roi dans la frappe des billons de l’hôtel de Séville5. Mais le scandale monétaire le plus retentissant vint de l’Amérique espagnole. La fraude des piastres péruviennes de l’hôtel des monnaies du Potosi, directement lié au centre minier du même nom, ébranla la confiance des marchés dans les réaux d’argent castillans et menaça directement la puissance des Habsbourg d’Espagne qui tentèrent de les retirer de la circulation monétaire6. Cette fraude massive contemporaine de la banqueroute de 16477, qui fragilisa la capacité d’emprunt de la monarchie catholique et le financement de la guerre contre la France, montra aussi la nécessité de contrôler plus étroitement la production monétaire et la compétence des officiers de la monnaie8.

  • 9 Cette activité très risquée explique que leur nombre soit passé de 60 vers 1550 à 3 en 1620. Pierre (...)
  • 10 M. Pilar PÉREZ GARCIA, « La acuñación de moneda en España : la actividad de la ceca vallisoletana ( (...)
  • 11 La valeur intrinsèque de la monnaie d’or se calculait en carats, sachant qu’un carat valait 4 grain (...)

3Les ateliers monétaires ne fonctionnaient que lorsqu’ils recevaient les métaux à fondre et frapper, ainsi que l’ordre de le faire. Les lingots d’or et d’argent arrivés à Séville et placés dans les coffres de la Casa de Contratación étaient vendus à des particuliers, les acheteurs d’or et d’argent qui les portaient ensuite à l’hôtel des monnaies pour les opérations de monnayage9. Le trésorier de chaque atelier nommé par le roi recrutait directement les petits officiers et les ouvriers de la fabrique tandis que le Conseil des Finances désignait le superintendant, le comptable et l’intendant (veedor) ou contrôleur pour l’organisation d’une frappe précise10. Un atelier monétaire comme celui de Séville pouvait compter jusqu’à 200 ouvriers pour transformer les métaux en pièces de monnaies. Le trésorier ou son lieutenant devait contrôler l’arrivée du métal dans la salle du trésor en présence du superintendant, du comptable, de l’essayeur et du ministre de la balance. Le comptable devait faire peser les lingots et vérifier leur nombre. Le même contrôle était effectué pour sortir les pièces de monnaie à refrapper et les monnayeurs devaient rendre compte de leur production au trésorier avant de la placer dans un des coffres de la salle du trésor. L’essayeur était garant du respect de la loi de la monnaie fondée sur le carat pour l’or, le denier pour l’argent et une autre unité pour le marc castillan à partir desquelles s’effectuaient les principaux contrôles du nombre de pièces produites, de leur poids et de leur taille11.

  • 12 L’hôtel des monnaies de Séville percevait 440 maravédis pour chaque marc d’or (depuis 1609) et 50 p (...)
  • 13 Ma José Martin PEÑATO LÁZARO, La moneda en Toledo siglos XVI y XVII, Tolède : Junta de Castilla La (...)
  • 14 La machine était faite de deux cylindres sur lequel se trouvait le sceau en creux et par lequel pas (...)
  • 15 Glenn Stephen MURRAY FANTOM, El Real Ingenio de la Moneda de Segovia. Maravilla tecnológica del sig (...)
  • 16 L’asiento désignait le contrat par lequel la Couronne cédait à un ou des particuliers (les partisan (...)
  • 17 Carmen SANZ AYAN, Estado, monarquia y finanzas. Estudios de Historia financiera en tiempos de los A (...)

4Les clés de la salle du trésor étaient réparties entre quatre ou cinq officiers. Le trésorier surveillait aussi la sortie des monnaies pour payer les ouvriers à la semaine. Les particuliers qui avaient laissé leurs monnaies à l’hôtel des monnaies, devaient présenter une lettre de paiement pour les récupérer une fois refrappées. Les opérations de frappe monétaire étaient fiscalisées par un droit de seigneuriage et de monnayage dont le produit revenait au roi12. Les opérations de refrappe se faisaient au marteau et le résultat en était assez irrégulier. Á partir de la fin du XVIe siècle s’imposa peu à peu la découpe aux ciseaux de barres d’argent arrondies pour frapper des monnaies dans ce métal. L’atelier de Tolède fut l’un des premiers à adopter cette nouvelle technique pour produire 4000 marcs d’argent en pièces de huit, quatre et deux réaux13. Seuls certains ateliers comme celui de l’Ingenio de Ségovie à partir de 1583 (qu’il faut distinguer du vieil atelier ségovien), étaient dotés de machines à moulin pour tirer et aplanir les lingots14. Les roues et les mécanismes étaient mis en marche par l’utilisation de la force animale (chevaux et mules) ou hydraulique. Le modèle de production monétaire ségovien fut repris par tous les autres ateliers (à l’exception de celui de Tolède) entre 1626 et 1661, avant d’être délaissé après 166415. Une partie du monnayage à réaliser pouvait être déléguée à des partisans ou des financiers dans le cadre d’un traité ou asiento16, comme celui d’un million d’écus de billons conclu entre la Couronne et Sebastian Cortizos (1617-1672) en 1667 qui devait recevoir en échange 60 000 écus d’argent en morceaux de pâte tirés de la moneda ligada pour la faire frapper personnellement pour le compte des finances royales et la distribuer postérieurement17.

  • 18 José Luis BERMEJO CABRERO, Poder político y administración de justicia en la España de los Austrias(...)
  • 19 Beatriz CÁRCELES de GEA, Derecho y comercio en la Corona de Castilla en el siglo XVII, Madrid : UNE (...)
  • 20 Tamar HERZOG, Rites de contrôle et pratiques de négociation dans l’empire espagnol. Dialogues dista (...)
  • 21 Francisco GÓNZALEZ de TORNEO, Practica de escrivanos que contiene la iudicial, y orden de examinar (...)

5Dans ce contexte d’inflation des prix et de contestations de la politique monétaire parfois populaires, le contrôle des ateliers monétaires prit une importance accrue et fut placé sous la juridiction du Conseil de Castille en tant que cour suprême de la monarchie. Le Conseil de la Chambre de Castille proposait au roi des candidats susceptibles d’assumer la mission de juge de visite18. La lettre de commission émanant du Conseil de Castille et du monarque le dotait de pouvoirs d’exception pour inspecter l’activité des hôtels des monnaies et leurs ateliers19. La visite générale relevait d’une procédure administrative et judiciaire donnant tout pouvoir au commissaire du roi pour contrôler l’application de la législation monétaire et le comportement des officiers royaux, tout en obligeant toutes les autorités locales à lui porter aide et secours. Il s’agissait le plus souvent d’un mécanisme extraordinaire relevant de la justice réservée du monarque, qui répondait à des soupçons et des dénonciations de fraudes20. L’enquête secrète du juge de visite21, le recueil à charge et à décharge des témoignages et les expertises comptables permettaient en effet d’évaluer les compétences des officiers de la monnaie et de définir d’éventuelles incompétences comme des fautes, que l’étape judiciaire de la visite pouvait ensuite criminaliser et transformer en pièces à conviction. Il revenait en dernier ressort au Conseil de Castille de statuer sur ces qualifications criminelles et d’en délivrer la sentence définitive, qui était aussi guidée par des considérations plus politiques. L’expertise de la frappe monétaire n’était donc pas neutre, surtout dans le contexte d’un affermage d’une partie de la production monétaire à des financiers. Trois moments forts organisaient cette fabrique de la visite : l’examen des témoignages, l’expertise des registres et des outils de fabrique, l’évaluation de la compétence et du travail effectué par les différents officiers de la monnaie. Les officiers incriminés devaient ensuite répondre devant le juge de visite des crimes dont ils étaient accusés avant qu’une première condamnation ou un acquittement ne soit éventuellement prononcé par ce dernier en première instance.

  • 22 José Luis BERMEJO CABRERO, Poder político y administración…, op. cit., p. 423.
  • 23 Ángel GÓMEZ PAZ, « Mecanismos anticorrupción en las cecas de Castilla e Indias durante el siglo XVI (...)
  • 24 Les visites des ateliers monétaires exécutées sous le règne de Philippe III (1598-1621) visaient to (...)

6Les informations administratives et judiciaires issues de la visite des hôtels des monnaies témoignent donc d’une construction de l’expertise et de l’évaluation qui puisait ses fondements idéologiques dans une pratique gouvernementale que la monarchie catholique avait généralisée à l’ensemble des institutions depuis 152322. Dans sa forme judiciaire, la visite des hôtels de la monnaie n’avait pas pour seul objectif de rendre justice aux vassaux lésés par des officiers corrompus et de maintenir la dialectique entre la protection du prince et l’obéissance des élites locales23. L’expertise et l’évaluation devaient y opérer une normalisation des institutions chargées de la fabrique monétaire en disciplinant ses officiers24. C’est donc à partir des visites des hôtels des monnaies de Séville, Tolède et Cordoue ainsi que des allégations judiciaires qui purent en dériver qu’il nous a été possible de définir les enjeux politiques et les mécanismes de contrôle de l’expertise de la monnaie du roi, en portant particulièrement l’attention sur les interrogatoires des officiers, la constitution des indices matériels, les inculpations et la défense des accusés qui s’ensuivirent.

La difficile évaluation des fraudes et des comportements

  • 25 Archivo Histórico Nacional (AHN), Consejos, legajo 42599.

7L’effort pour évaluer la légalité des agissements des officiers de la monnaie se concentrait sur certains officiers, au premier rang desquels se trouvait le trésorier de l’hôtel des monnaies, tant sa fonction était importante. La visite effectuée par le licencié Antonio García Blandón à l’hôtel des monnaies de Cordoue en 1664 le montre bien25. L’interrogatoire des officiers de la monnaie lui permit en effet de conclure que le serment fait par le trésorier Manuel de Castro devant eux ne respectait pas les normes légales. Une telle accusation était lourde de conséquences car elle impliquait un défaut d’obéissance au roi du trésorier volontaire, presque une félonie. Elle pouvait laisser inférer une intentionnalité criminelle du trésorier dont les éventuelles fautes professionnelles pouvaient dès lors être requalifiées en crimes. L’intendant (veedor) Martín de Flores Villafranca était accusé d’avoir négligé de prononcer son serment de fidélité, d’avoir laissé les officiers subalternes user de leur charge sans nomination officielle et d’avoir empêché de dire la messe dans la chapelle de l’hôtel des monnaies dont l’entretien n’était pas assuré. La faute morale est souvent première dans les charges retenues par le juge visiteur, faisant du suspect un mauvais chrétien dont les dysfonctionnements du service et les erreurs techniques constatés par la suite deviennent dès lors assimilables à des actes de désobéissance envers le monarque. En prétendant évaluer le comportement moral et professionnel des officiers de la monnaie, le juge transformait la procédure de la visite en un acte prescriptif, imposant une conduite de vie particulière.

8L’examen des coffres et de leurs contenus fit dire au juge visiteur que la marque originale et l’exemplaire des réaux que l’on pouvait frapper avec n’y étaient pas conservées avec leur bourse, ce qui laissait supposer que le poids des pièces produites n’était pas vérifié chaque mois, mais aucun témoignage ne venait corroborer cette possibilité, d’autant que les nouvelles instructions royales sur les monnaies de cuivre mêlées d’argent, transmises au superintendant, ne mentionnaient pas la conservation de la marque originale. Il était aussi reproché au trésorier de ne pas avoir surveillé avec les autres officiers les tampons cassés et de n’avoir pas enlevé les lettres et figures inutiles des moulins, un manquement à son obligation d’enregistrer les tampons remplacés et de tenir les comptes exacts des droits de seigneuriage et des monnaies défaillantes qui appartenaient au roi. Il était suspecté de collusion avec les financiers puisque la partie de la production monétaire qui revenait au roi était minorée par rapport aux termes du contrat passé avec eux, tandis la leur semblait favorisée. Le greffier qui tenait les registres des pièces de monnaie fabriquées n’y avait pas précisé la nature des espèces revenant au roi, à l’exception de certaines monnaies de 16 maravédis. Les résultats de l’expertise technique se trouvaient ainsi insérés dans le portrait criminel du suspect dressé par le juge et sa longue liste de charges. Mais il était parfois difficile d’établir une correspondance parfaite entre l’examen des écritures, les expertises techniques et les témoignages recueillis. Même si la procédure de visite n’aboutissait pas à des condamnations, elle replaçait néanmoins l’autorité du monarque au centre de la collusion entre le Pouvoir, la naissance et la richesse. Le récit du juge visiteur restait cependant fragile comme le montre la visite de l’hôtel des monnaies de Séville en 1664.

  • 26 AHN, Consejos, legajo 25893 et 25894.

9Le juge de visite, l’alcade Bernardino de Castexon remettait le 18 août 1664 à Francisco de Paniagua y Zúñiga, procureur du Conseil de Castille, un rapport sur l’ensemble des charges qu’il avait instruites contre les officiers de l’hôtel des monnaies concernant les fautes de poids des frappes de monnaies d’or, d’argent et de billon effectuées depuis 165826.

10L’instruction secrète l’avait amené à suspecter l’acheteur d’argent Juan de Ochoa et à interroger ses caissiers et majordomes dont l’examen des livres l’avait convaincu du manque de poids. La gravité des délits l’avait convaincu de séparer cette instruction des autres arrêts de la visite de l’hôtel des monnaies parce qu’« il était convenu de la cacher au peuple ». Le caissier Ignacio de Goya reconnut que les monnaies d’argent et d’or frappées dans l’atelier étaient défectueuses à plusieurs reprises et qu’il en avait fait l’expérience dans la maison d’un autre négociant d’argent qui travaillait avec Juan de Ochoa, le défunt Juan de Flores. Il manquait un réal pour chaque marc d’argent, et un écu pour l’or. Informé, Juan de Flores avait demandé des explications au trésorier de l’hôtel des monnaies, le menaçant d’en informer la ville. Le trésorier avait alors nié ces accusations. Gabriel de Zavala, l’autre caissier de la maison de Juan de Ochoa expliquait ce manque de poids par un problème de balance déréglée et par la rapidité avec laquelle on avait procédé à la frappe de 1659 pour répondre au manque de monnaies. Ce témoin prétendait avoir entendu Juan de Flores dire que les pièces étaient défectueuses et accusait les gardes de l’hôtel de négligence. Juan de Ochoa affirmait au contraire que les monnaies de 1660 et de 1659 qu’il avait pesées n’avaient aucun défaut, ce qui était en revanche le cas de la balance. Les autres négociants d’argent inspectés déclarèrent les pièces de monnaie sorties des ateliers sévillans de très bonne qualité. Le juge de visite constatait ainsi qu’il lui était difficile de savoir si la faute de poids supposée venait de l’hôtel des monnaies ou de la maison de Flores.

11Le juge de visite fit peser, compter et enregistrer les monnaies de l’atelier par le marcador mayor sans trouver le moindre défaut. Pour lui les argentiers étrangers trafiquaient la monnaie produite par les ateliers en les limant, en les rognant et en les passant à l’eau forte mais il lui semblait difficile de le prouver sans alerter la population et risquer de la voir refuser les pièces de fabrique sévillane. Le manque d’indices et de preuves l’avait obligé à abandonner cette piste et à limiter son instruction aux omissions des ouvriers malhabiles ou aux cas d’officiers trop souvent absents. Les premiers étaient accusés d’utiliser des balances défectueuses et les essais effectués ne permettaient pas de les inculper de fraudes. L’examen des livres et registres de l’hôtel des monnaies permettait d’affirmer l’absence de perte de pièces de monnaie et le respect du calendrier des livraisons et des productions. Cependant l’information du registre de toutes les pesées de l’argent sorti pour fondre des pièces ne correspondait pas au nombre des réaux frappés. Pour chaque marc d’argent, il manquait entre un réal et un réal et demi. Ce manque ne pouvait pas être imputé au superintendant ni aux officiers des monnaies. En effet le juge de visite constatait que la pesée du métal n’était pas toujours faite au moment de sa réception par l’hôtel des monnaies. Il reconnaissait que les essais effectués en présence de l’essayeur et l’examen des livres montraient que la fonte des réaux péruviens avait bien été effectuée dans le respect de la loi.

12Le superintendant, Alonso de la Paz y Guzmán, chevalier de Calatrava fut absous de l’accusation de ne pas avoir appliqué à temps l’instruction royale du 2 novembre 1660 et du 10 janvier 1661 sur la nouvelle monnaie mêlée d’argent et de cuivre, parce qu’elle ne lui était pas encore parvenue. Mais il fut condamné à une amende de 4000 maravédis pour ne pas avoir fait enregistrer sur le livre du trésorier le poids et la qualité des monnaies d’argent reçues pour être fondues et refrappées en 1660, et à payer 100 maravédis pour ne pas avoir veillé à ce que tous les officiers aient effectué leurs tâches, c’est à dire à ce que l’intendant assistât à toutes les fontes de métal, les gardes au transport des matériaux dans toutes les salles et à l’ouverture et fermeture des différents coffres, l’essayeur à assister à l’essai de la frappe, le contador à compter les monnaies etc. Il lui était aussi reproché d’avoir utilisé son fils pour s’acquitter de ses propres obligations. Le lieutenant du trésorier dut payer, lui aussi, une amende de 60 maravédis pour avoir manqué à son obligation de récupérer les clés des salles et avoir fait ranger les outils de la frappe.

  • 27 Tamar HERZOG, Rites de contrôle et pratiques de négociation…, op. cit., p. 197.

13Mais ces décisions judiciaires n’étaient pas définitives et pouvaient être négociées au plus haut niveau, comme l’ensemble des étapes de la procédure de visite. Il était toujours difficile d’établir les fautes des officiers de la monnaie sans pouvoir évaluer la qualité de l’application des ordres royaux, d’autant plus en l’absence d’une « dépersonnalisation » des rapports entre ces officiers et le roi27. Les procédures d’évaluation des comportements et des compétences techniques qu’imposait la visite de l’hôtel des monnaies se heurtaient aux intérêts des différentes parties en litige et de la Couronne, plus intéressées à conserver le revenu de la rente monétaire qu’à imposer la stricte application du droit. Par exemple, la défense mise en place par les essayeurs de Séville montre les limites de la portée de l’enquête au regard de l’exercice de la grâce royale.

La défense des essayeurs : évaluer les évaluateurs ou la naissance de la contre-expertise

  • 28 Francisco de PAULA PÉREZ SINDREU, La casa de la moneda de Sevilla…, op. cit., p. 185-186.

14Les essayeurs, souvent mis en cause lors des enquêtes de visite, savaient se défendre juridiquement en mettant en cause les juges visiteurs et en proposant une véritable contre-expertise technique à la liste des charges retenues contre eux. Deux exemples sévillans nous permettent d’en comprendre les mécanismes. La propriété de la charge de grand essayeur de l’hôtel des monnaies avait été offerte par Philippe IV au comte duc d’Olivares en 1625 puis à son fils dès 1643. Elle était passée à la veuve du comte de Luna Manuela de Haro y Guzmán jusqu’en 1682, lorsque le duc de l’Infantado la récupéra28. Si le roi ne décidait plus de la nomination des essayeurs de Séville, la visite de l’hôtel des monnaies lui permettait cependant d’en contrôler l’activité.

  • 29 Biblioteca Nacional de España (BNE), Porcones 130/14.
  • 30 Francisco de PAULA PÉREZ SINDREU, éd. cit., p. 321 et 372.

15Le grand essayeur de l’hôtel des monnaies (1679-1686), Salvador Antonio de Texeda, réclama justice auprès du roi dans une allégation judiciaire où il prétendait détailler les abus commis par le juge visiteur Bernardo de Pedrera y Negrete, qualifié d’ennemi personnel, et qu’il accusait d’avoir arraché par la force aux officiers de la monnaie des déclarations qui lui étaient hostiles à l’occasion de sa deuxième visite (1682-1683)29. Lors de sa première visite (1679-1680) Bernardo de Pedrera y Negrete, qui était l’essayeur de l’hôtel des monnaies de Ségovie, usant des pouvoirs de haute justice que lui donnait sa lettre de commission, n’avait pas hésité à faire incarcérer Salvador Antonio de Texeda et à faire remplacer les gardes Martin de Aranda et Lorenzo Escobedo ainsi que le greffier Juan Núñez Naranjo. Á la suite des irrégularités retenues par le juge de visite, le Conseil de Castille avait suspendu en 1670 le trésorier Juan Antonio Burón y Mendoza pour une durée de neuf ans30.

16Le discours du grand essayeur remettait en cause les conditions et les résultats des expertises menées sur l’ordre du juge de visite. Selon lui l’un des abus majeurs auxquels s’était livré Bernardo de Pedrera fut d’occulter les résultats négatifs de l’expertise effectuée sur des pièces dont le blason était une croix et de faire retirer six onces d’argent par l’un des souffleurs. Salvador Antonio de Texeda avait protesté auprès des officiers du roi témoins de l’expertise, obtenant la mise en accusation des fraudeurs de l’expertise sans que de véritables poursuites pénales puissent s’engager. Il retournait ainsi l’accusation de fraude contre le juge de visite, estimant son intention malograda, et lui reprochant d’avoir influencé le procureur de l’hôtel des monnaies, le lieutenant du grand fondeur et d’autres officiers complices pour qu’ils lui demandent de considérer l’expertise de la fonte des pièces à la croix comme valide. L’essayeur réclamait aussi auprès du Conseil de Castille la découpe d’un échantillon de l’or travaillé, sur la qualité duquel demeurait des doutes, pour le faire expertiser. L’essayeur relevait d’autres fautes dans la procédure du juge de visite. Bernardo de Pedrara serait intervenu dans l’opération de blanchissement de la monnaie pour une quantité de mille marcs en ordonnant aux officiers de retirer du métal d’une des monnaies pour constater ensuite que celle-ci ressortait colorée de cette opération. Á l’occasion d’une autre expertise effectuée à partir de quatorze bâtons d’argent, la moitié d’entre eux disparut et les sept restants furent raffinés comme s’il s’agissait d’essais bruts. Le premier d’entre eux fut pesé et déclaré non conforme à la loi par le juge de visite pour manque de poids. L’essayeur fit repeser la pièce devant Pedro de Oreita et Fernando Irabedra, constatant que la pesée était supérieure d’un grain et exigea que l’on pèse les douze deniers avec lesquels on avait fait l’expertise mais le juge de visite refusa. Salvador Antonio de Texeda n’accusait pas seulement Bernardo de Pedrera de ne pas vouloir effectuer des pesées de métal et de monnaie conformes aux ordonnances de l’hôtel des monnaies, mais aussi de laisser trop longtemps l’argent à fondre sur le feu pour que sa quantité diminuât. Le juge de visite finit par déclarer l’argent et la monnaie frappée de bonne qualité et légale, réinitialisant la frappe monétaire de l’atelier sévillan et les opérations de blanchissement interrompues depuis les expertises de la visite, et informant les acheteurs d’argent qu’ils pourraient venir prendre leurs monnaies. Mais ces derniers, qui se déplacèrent personnellement à l’hôtel des monnaies, ne purent les récupérer à cause de l’absence du greffier et du juge de visite qui par son attitude portait atteinte au crédit de l’essayeur et au commerce de Séville. En retournant l’accusation de fraude contre un juge visiteur taxé de mauvaise foi, de mauvaises intentions, d'intrigues malsaines et d’incompétence technique, l’essayeur se trouvait en position de réclamer justice au roi.

  • 31 BNE, Porcones 130/3.
  • 32 Ibid., fol. 5.

17L’autre grand essayeur de l’hôtel des monnaies de Séville (1686-1727), l’ancien orfèvre madrilène Manuel Manso, fut accusé en 1701 par son aide Carlos López de Moscoso de mélanger à l’argent du cuivre blanchi pour produire des pièces de monnaie. Ce soupçon de fraude poussa le Conseil de Castille à envoyer un juge visiteur inspecter son activité depuis sa nomination. La visite de l’hôtel des monnaies fut confiée au comte de Gerena, Pedro de Ursua y Arizmendi (1650-1718), un conseiller des Finances (1691-1698) récemment promu régent de l’audience de Séville (1698). Ce letrado expérimenté instruisit à charge en tant que commissaire du roi et inculpa Manuel Manso de nombreuses fraudes après avoir fait effectuer quelques essais sur des monnaies produites sous son autorité, et après avoir rassemblé les témoignages accusateurs de plusieurs officiers de la monnaie. L’essayeur Manuel Manso répondit à toutes ces accusations dans une allégation judiciaire qui semble avoir convaincue le Conseil de Castille puisqu’il conserva son poste31. Pour le juge de visite, la mauvaise qualité de la production monétaire dont Manuel Manso était rendu responsable faisait de ce dernier le complice indirect des faux monnayeurs et des rogneurs32.

18Manuel Manso ne remettait pas en cause l’essai effectué sur une pièce de monnaie qui permit au comte de Gerena de conclure au non-respect de la loi monétaire, mais la généralisation opérée par ce dernier aux millions de monnaie produites depuis quinze ans. Une erreur était toujours possible et l’essayeur préféra rappeler l’existence d’accidents durant l’expertise technique. Manuel Manso invoquait la loi, qui ne l’obligeait pas à peser chacune des pièces sorties de l’atelier, rejetant ainsi toute responsabilité.

  • 33 Ibid., fol. 7-9.

19La fraude dont le juge de visite l’accusait ne pouvait avoir existé sans la complicité des autres officiers de la Monnaie. C’était là un bon moyen d’introduire le doute sur leurs déclarations. L’ancien essayeur Salvador de Texeda, emprisonné par l’Inquisition qui l’avait privé de son office, avait tenté une démarche auprès du Conseil de Castille pour lui interdire la jouissance de la place de grand essayeur. Carlos de Moscoso avait été obligé de vendre ses biens après un arrêt de justice pour payer la dette de 15000 réaux qu’il devait à Manuel Manso. Il était connu des autorités pour avoir été incarcéré plusieurs années durant sous l’inculpation de faussaire et d’entrave à la justice. Les orfèvres Joseph Garcia Cavallero et Juan Blanco lui conservaient quelque rancœur pour ne pas avoir défendu leurs intérêts à l’hôtel des monnaies. Juan Blanco avait été banni de Séville. Un autre orfèvre, pauvre de réputation, Sebastián de Aguirre, avait été jugé fou. C’est pourtant son mémoire secret qui avait permis à Pedro de Ursua y Arizmendi d’accuser l’essayeur Manuel Manso d’avoir fabriqué dix ans auparavant une portion de grenaille de cuivre de 300 à 400 marcs pour le compte du défunt Clemente de Herrera. Le grand alguazil de la Monnaie, Juan Antonio de Ribadeneyra qui entretemps avait « disparu » au Portugal aurait apporté cette grenaille contre le paiement de quatre réaux d’argent, produit d’une opération chimique dont Manuel Manso était soupçonné d’avoir l’habitude. Laureano de Coniqui avait perdu son poste de tailleur de l’hôtel des monnaies pour être étranger durant le mandat de Manuel Manso et selon les déclarations faites par Juan Blanco au juge de visite, il avait déclaré vouloir s’en prendre à la vie, la fortune et la réputation de l’accusé, comme tous les autres témoins cités à charge. L’expertise technique accusatrice du commissaire du roi était en effet renforcée par les témoignages à charge d’autres officiers ou traitants. En cherchant à démontrer que ces derniers avaient des raisons cachées de lui être hostile, Manuel Manso ne se contentait pas de les discréditer. Il présentait leur accumulation d’accusations en preuve que le régent de l’audience de Séville avait délibérément uni tous ses ennemis pour témoigner contre lui33. Il menait ainsi une contre-expertise de ces témoignages pour démontrer que l’instruction avait été menée uniquement à charge.

  • 34 BNE, Porcones 130/3, fol. 14.

20Convaincu que Manuel Manso fabriquait de la fausse monnaie d’argent et faisait frapper des pistoles à partir de cette grenaille de cuivre blanchie, il aurait forcé les anciens officiers de la monnaie ainsi que ceux qui étaient alors en service à témoigner dans ce sens. Ainsi Sebastián de Aguirre aurait déclaré sous la menace que la grenaille était de 900 marcs puis de 2000. Joseph Garcia Cavallero compléta ses premières déclarations en disant que l’année précédente, selon Salvador de Texera et son épouse, une fonte clandestine de monnaie de cuivre avait été effectuée34. Seul Laureano de Coniqui changea son premier témoignage pour affirmer avoir entendu dire que Manuel Manso aurait donné le coin et le bassin pour recevoir le métal fondu et fabriquer de la fausse monnaie. Son témoignage indirect ne fut pas confirmé par les acheteurs d’argent étrangers et les agents de commerce de Séville, ce que le juge Pedro de Ursua y Arizmendi aurait omis de préciser. L’évaluation des témoignages par le juge visiteur prenait désormais la forme d’un abus judiciaire.

  • 35 Ibid., fol. 29.

21Et l’expertise technique semblait insuffisante à prouver la fraude ou l’erreur professionnelle. Selon les licenciés Rodrigo Muñoz de Arze et Thomas Fernández de la Torre, auteurs de l’allégation judiciaire pour le compte de Manuel Manso, l’accusation de produire des monnaies avec une faute de poids ne tenait pas puisque la loi admettait qu’il était impossible de frapper des monnaies parfaitement égales35. L’accusation qui pesait sur Manuel Manso, d’avoir fait frapper 112 monnaies d’or en 1695 au prétexte que l’une de ces monnaies avait été expertisée hors la loi ne fut pas retenue. De la même manière l’essai effectué sur 91 pièces de monnaies, qui avait permis de conclure que quatorze d’entre elles ne respectaient pas les normes légales, ne pouvait pas être retenu à charge contre lui parce qu’on ne pouvait affirmer que seules 15 de ces 91 pièces d’argent avaient été frappées dans l’atelier sévillan entre 1691 et 1701. L’essayeur fut donc à nouveau disculpé sur ce point. La réévaluation des expertises techniques et judiciaires du juge de visite par l’accusé concluait à une instruction partielle et partiale de l’activité de l’essayeur de Séville. Mais il appartenait au seul Conseil de Castille de valider cette contre-expertise.

22Dans les cas de Salvador Antonio de Texeda et de Manuel Manso, il s’agissait de déconstruire l’évaluation des comportements menée par le juge visiteur à la lumière des sentiments de chacun et de montrer la prévalence des considérations personnelles dans l’instruction administrative et judiciaire. Les délits n’étaient alors que des dysfonctionnements mineurs ou étaient radicalement niés. L’instruction devenait ainsi une accumulation de désordres imputables au seul juge visiteur auquel était opposée la défense de l’honneur et de la réputation. La portée des expertises techniques se trouvait alors réduite à néant parce que la prise de décision qui était à leur origine comme leur exécution se trouvaient entachées par la malveillance supposée du magistrat. Mais l’inspection de l’activité des essayeurs de Séville, offices sur lesquels la Couronne avait perdu le pouvoir de nomination, lui permettait de retrouver une autorité sur ses détenteurs. Les visites de 1683 et de 1701 permirent ainsi d’envisager une réorganisation de l’hôtel des monnaies de Séville qui aboutit à la réforme de 1718-1719, à laquelle Manuel Manso participa. La portée de l’expertise monétaire des visites ne peut donc pas être pensée à l’aune des seuls résultats judiciaires de la procédure. Elle doit être envisagée par rapport à la politique globale qu’assignait la monarchie catholique à ses différents hôtels des monnaies, comme ce fut le cas pour celui de Tolède en 1685.

L’expertise monétaire, fondement de la réforme (1685)

  • 36 AHN, Consejos, legajo 26276.
  • 37 Ma José MARTÍN-PEÑATO LÁZARO, La moneda en Toledo…, p. 68.
  • 38 Ibid., p. 42-43.
  • 39 Ibid., p. 90.

23La répression des crimes de monnaie impliquait aussi la surveillance de l’activité des ateliers monétaires tolédans, dont l’inspection effectuée en 1685 par l’alcalde mayor de Tolède36, Juan Ruiz Hernandez, révèle qu’elle restait un lieu de fraude monétaire virtuelle. L’hôtel des monnaies de Tolède, qui avait abandonné la construction d’un système de frappe monétaire par moulin hydraulique depuis 1662 pour revenir à la frappe au marteau, fut définitivement fermé en 168137. Faute d’activité, l’une des dernières productions réalisées dans les ateliers de Tolède, celle des pièces de monnaie ligada, fut transférée à Madrid dès le mois d’avril 1681. Les nouvelles pièces d’argent, les Maries, furent frappées après 1686 dans les ateliers de Madrid, Séville et Ségovie38. L’inspection de 1685 concernait l’ensemble de l’activité des officiers de l’hôtel des monnaies depuis 1664 et elle s’apparentait donc à une liquidation. La forme juridique de cette visite était déterminée par la décision de Charles II, transmise à la municipalité après le 23 août 1680, d’ordonner l’inspection des ateliers monétaires par deux députés pour vérifier si leurs officiers assumaient bien leur charge et s’il n’y avait aucune fraude monétaire à signaler au trésorier39. L’opération et le choix de ces deux députés demeuraient sous le contrôle du Conseil de Castille.

24Le licencié Juan Ruiz Hernandez, qui assumait la charge d’Alcalde mayor de Tolède, reçut donc une commission du Conseil de Castille pour inspecter en 1685 les officiers de l’hôtel des monnaies dont l’activité était suspendue depuis 1681. Sa commission lui permettait de mener une enquête secrète sur le fonctionnement de l’hôtel des monnaies et de remonter jusqu’en 1664. Il pouvait ensuite prononcer des sentences de première instance, l’appel demeurant le monopole du Conseil de Castille. Le Conseil des Finances se trouvait totalement écartée de cette procédure de contrôle. L’enquête secrète fut organisée à partir de 124 questions posées systématiquement à toutes les personnes interrogées. Il s’agissait principalement de déceler des fraudes et des ententes illicites parmi les officiers et les ouvriers. Le juge de visite interrogeait toujours la réputation publique des officiers de la monnaie et cherchait à savoir s’ils s’étaient concertés entre eux avant sa venue. Il tentait, aussi bien par des témoignages directs qu’indirects, de déterminer si les écus d’or, les pièces d’argent et les monnaies de billon qui sortaient de l’atelier tolédan avaient le poids requis par la loi. Il orientait ensuite son enquête sur le comportement professionnel des officiers de la monnaie, afin de savoir si l’essayeur avait fait des essais avant d’ordonner la production monétaire et si le trésorier avait bien vérifié que le poids légal en métal était bien le bon pour la frappe ou refrappe des monnaies. Les métaux d’argent et de cuivre fournis aux ouvriers avaient-ils été pesés par le maître de la balance ? L’activité des ouvriers avait-elle été contrôlée ? Les ouvriers avaient-ils respectés les ordres reçus et fabriqué des monnaies respectant la loi ? Avaient-ils reçu de l’argent ou du cuivre en quantité supérieure à ce qu’ordonnait le roi ? Les gardes de la monnaie connaissaient-ils les ouvriers de la fabrique et pouvaient-ils échanger des monnaies ou d’autres choses entre eux ? Contrôlaient-ils les outils qui leur étaient confiés en fonction de leur tâche. Pouvaient-ils avoir récupéré secrètement de la poudre de métal ? En résumé, une grande partie du travail d’enquête de Juan Ruiz Hernández consistait à vérifier la qualité du contrôle et du travail des ouvriers de la monnaie. L’activité des ouvriers-monnayeurs était l’objet principal de l’enquête, le juge de visite cherchant à savoir s’ils avaient emporté avec eux plus de pièces de monnaies que celles qui leur étaient dues, ou s’ils avaient sorti de la mauvaise monnaie des ateliers pour leur propre profit, ou encore s’ils avaient pu sortir des monnaies d’argent ou de billon clandestinement, ou bien en recevoir en dehors de la livraison placée sous l’autorité des grands officiers de la monnaie. Le juge de visite essayait aussi de déterminer si le tailleur de monnaie faisait correctement son travail. Ensuite, il pouvait s’intéresser aux officiers proprement-dits. D’autres officiers étaient inspectés, comme les gardes dont il fallait vérifier qu’ils plaçaient bien les outils et les matériaux de la fabrique dans les coffres correspondants et en assuraient une surveillance permanente. L’action des greffiers, du trésorier et de son lieutenant, du grand alguazil, des comptables et de l’ensemble du personnel fut examinée par le licencié Juan Ruiz Hernández. L’enquête secrète aboutissait à d’éventuelles mises en accusation de certains officiers ou artisans. Chaque chef d’inculpation était instruit par le juge de visite qui concluait cette instruction en disculpant ou en condamnant le personnel.

25Le premier groupe d’officiers à être incriminé fut celui des greffiers. Cristóbal Sánchez et son héritier Juan Ruiz Uydobro, Gaspar Zorilla de Loaysa furent condamnés à une amende de 700 maravédis pour ne pas avoir assumé leur office pleinement. Il était notamment reproché à Cristóbal Sánchez de ne pas avoir apposé sa signature avec celle du tailleur des coins et autres outils sur les registres correspondants en 1680 et 1681, et d’avoir oublié de signer une autorisation pour l’usage des instruments de fabrique. Il avait failli dans son rôle de contrôle. La même accusation fut portée contre le greffier Domingo Lorenzo mais l’instruction ne permit pas de la prouver, obligeant le juge de visite à prononcer un arrêt d’absolution.

26Le grand alguazil de l’hôtel des monnaies, Gregorio de Torres, fut poursuivi pour absentéisme pendant la fabrique de 1680 et 1681. Le directeur (l’alcayde) de l’hôtel des monnaies, Gabriel de Herretes y Velasco fut condamné à payer 1000 maravédis pour avoir nommé Bartolomé de Vega surintendant, ce dont il n’avait pas le droit. Le grand garde de la monnaie depuis 1664, Gerónimo de Escalona fut accusé d’avoir laissé dormir dans l’hôtel des monnaies l’ouvrier Juan de Espinosa, de ne pas avoir pris soin des outils de fabrique, d’être arrivé en retard lors du contrôle de la fabrique à plusieurs reprises, et de ne pas surveiller l’enregistrement de toutes les monnaies frappées par les cogneurs. Seule la première charge et la dernière furent retenues par le juge de visite qui le condamna à payer 2000 et 1000 maravédis pour chacun des deux délits. L’autre grand garde et ses héritiers connurent un sort encore moins enviable. Joseph de Rojas et ceux qui avaient reçu sa charge en héritage furent condamnés pour des faits similaires à 500 maravédis, mais surtout à une amende de 10000 maravédis pour son absence lors d’une fabrique monétaire pour la somme de 112 850 maravédis.

27Le lieutenant du trésorier général de l’hôtel des monnaies, Francisco de Salinas, fut lui aussi inquiété par l’instruction secrète du commissaire royal Juan Ruiz Hernández. Il fut reconnu coupable d’avoir laissé dormir dans l’atelier, durant plusieurs nuits, des personnes qui profitèrent de l’occasion pour voler des lingots, un délit pour lequel il était poursuivi par le surintendant général. D’autres agissements lui furent reprochés comme son absence lors de plusieurs livraisons des monnaies ligadas ou déficientes à des particuliers de Tolède, qui empêcha le contrôle du poids des monnaies, la vérification du fonctionnement des balances et l’identité des bénéficiaires dont le nom était consigné dans un registre qu’il devait en principe contresigner. Le juge alla plus loin dans ses accusations, montrant que Francisco Fernández de Salinas avait été payé pour laisser frapper des monnaies clandestinement dans l’atelier. Sa corruption semblait habituelle puisqu’il se faisait payer pour laisser faire certaines opérations dans l’hôtel des monnaies, qu’elles fussent légales ou non. Ses absences, constatées à partir de l’examen des registres et de certains témoignages à charge, étaient fréquentes, y compris lors des opérations de blanchiment des pièces de monnaie. Pour tous ces délits, il fut condamné respectivement à plusieurs amendes pour un montant global de 10 500 maravédis auxquels il fallait rajouter les frais de justice.

28Enfin, le surintendant général de l’hôtel des monnaies, Bartolomé de Vega, chevalier de l’ordre Saint-Jacques, fut à son tour poursuivi pour absentéisme et pour avoir nommé six comptables au comptage des monnaies, davantage que la loi ne l’autorisait. La première accusation était la plus importante : cet absentéisme était prévu par l’application des réformes de 1680 et 1681 sur les opérations de fabrique des lingots et des outils, de frappe et de blanchiment. Le juge considérait même que Bartolomé de Vega était à l’origine du retard de plusieurs jours dans les opérations de frappe et qu’il avait autorisé plusieurs personnes à dormir dans l’hôtel des monnaies durant ces mêmes opérations.

  • 40 Ma José MARTÍN-PEÑATO LAZÁRO, La moneda en Toledo…, op. cit., p. 83.

29Bartolomé de Vega et Francisco Fernández de Salinas furent donc suspectés d’être les complices de frappes monétaires clandestines et de vols de lingots à l’intérieur de l’hôtel des monnaies de Tolède. Les faits criminels établis dataient de 1680 et 1681 et l’enquête n’avait pu l’établir qu’en 1685. Nous ne nous étonnerons pas des condamnations prononcées par le commissaire du roi dont l’objectif était de récupérer une partie des bénéfices obtenus par la fraude et la corruption, et de montrer aux officiers de la monnaie que le roi disposait des moyens de les contrôler et les condamner. Les différents disfonctionnements et délits constatés ne pouvaient que convaincre la monarchie de ne pas restaurer l’activité de l’hôtel des monnaies de Tolède, en partie ralentie depuis 1662. Le trésorier général de l’Hôtel des monnaies de Tolède était nommé par le roi parmi les membres de l’aristocratie locale, ce qui du point de vue de Madrid pouvait impliquer une certaine prudence dans l’inspection de 168540.

Conclusions

  • 41 Carlo GINZBURG, Mythes emblèmes traces. Morphologie et histoire, Paris : Verdier, rééd. 2010, « Tra (...)

30Les enquêtes des visites de l’hôtel des monnaies de Cordoue, Séville ou Tolède, effectuées dans la seconde partie du XVIIe siècle constituaient l’une des modalités par laquelle la Couronne prétendait débusquer les fraudes, les falsifications monétaires et leurs auteurs, c’est-à-dire la fausse fidélité de certains officiers royaux. L’évaluation des dépositions permettait d’interroger les comportements individuels au sein de l’Hôtel des Monnaies. L’expertise technique des monnaies ou de certains instruments de fabrique permettait de mesurer la compétence professionnelle des officiers. La constitution d’indices matériels renvoyait au respect ou non des ordonnances de l’hôtel des monnaies et des ordres royaux parfois contradictoires. Une attention particulière était portée aux registres, aux essais pratiqués sur des pièces de monnaie et à l’état des instruments de fabrique monétaire dans le but d’établir la matérialité d’une infraction. Le juge visiteur se chargeait de faire parler l’objet pour transformer son statut et le constituer en pièce à conviction. Mais cette promotion de la matérialité probatoire, qui représentait une étape dans le déploiement du « paradigme indiciaire » fondé sur l’interprétation des traces et des signes dont les pièces à conviction étaient le dépôt41, se trouvait souvent fragilisée par son caractère réversible, laissant aux personnes incriminées la possibilité de la réinterpréter comme la preuve d’un abus de pouvoir du juge instructeur. Les essayeurs de Séville ne s’en privèrent pas en 1683, en 1701 et en 1702. Cependant la principale limite à l’exploitation des évaluations techniques dans une stratégie probatoire résidait dans l’objectif politique de la visite qui excluait de déployer la culture pénale jusqu’à son terme : à savoir renforcer le lien d’autorité et de protection du Prince sur les officiers de la Monnaie.

31L’établissement de ces procédures d’enquête était donc porté par l’idée d’une réactualisation de la relation obéissance/protection entre le roi et ses officiers, auxquelles devaient répondre des marques de fidélité. Il s’agissait d’abord de réduire les officiers à l’obéissance en leur rappelant que leur carrière dépendait du roi et de la relation particulière que ce dernier entendait entretenir avec eux, malgré la vénalité de certains offices. Les contre-expertises déposées par les accusés au Conseil de Castille montrent bien que ces derniers en avaient pleinement conscience, puisque leur allégation judiciaire contre le mauvais ministre qu’était selon eux le juge visiteur, prenait la forme d’un acte de fidélité. Les auteurs des enquêtes mandatées par le Conseil de Castille et des contre-expertises qui lui étaient présentées partageaient le projet d’un rejet du mauvais gouvernement et évitaient d’évoquer la responsabilité du roi dans la politique monétaire. Restaurer la fidélité des vassaux à leur roi semble être la fiction qui traverse les discours des juges et des personnes incriminées. Le roi trouvait là le moyen de rappeler son arbitrage souverain, ce qui lui permettait ensuite de réaffirmer son pouvoir normatif. La visite de l’hôtel des monnaies en tant que procédure d’évaluation des compétences (dont la fidélité faisait partie) de ses agents représentait donc une étape essentielle dans la normalisation de la politique monétaire du monarque.

  • 42 Javier de SANTIAGO FERNÁNDEZ, Política monetaria y moneda en el reinado de Carlos II, Madrid : UNED (...)
  • 43 Michel FOUCAULT, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris : Gallimard, (...)

32Elle incarnait aussi la puissance exécutive de la Couronne pour imposer à la société locale ses réformes monétaires et pour défendre le secret de monnaie. En mettant en avant la question de l’obéissance aux normes légales l’enquête en compétences réaffirmait que la monnaie appartenait au secret du roi. Il s’agissait de vérifier la bonne tenue des registres concernant les monnaies de billon récupérées par les ateliers ou les pièces de billon ou d’argent qui en ressortaient42. Ce savoir des registres pouvait être mobilisé par les conseillers des Finances au moment d’évaluer l’opportunité d’une réforme monétaire, comme ce fut le cas entre 1660 et 1664 et entre 1680 et 1686, ou la fermeture d’un atelier monétaire tel que celui de Cordoue en 1665. La visite de l’hôtel des monnaies constituait donc le moyen de renforcer la culture du registre, sur laquelle était fondée la compétence monétaire de la Couronne de Castille. Dans la vision mercantiliste qui dominait alors, la monnaie constituait la richesse du roi, dont dépendait le corps de la société dans les veines duquel elle était amenée à circuler43.

Haut de page

Notes

1 Le billon est une monnaie de cuivre mêlée d’une fine couche d’argent.

2 Manuel VILAPLANA PERSIVA, Historia del real de a ocho, Murcie : Universidad de Murcia, 1997, p. 59-61.

3 Javier de SANTIAGO FERNÁNDEZ, Política monetaria en Castilla durante el siglo XVII, Valladolid : Junta de Castilla y León, 2000, p. 267.

4 Nueva Recopilación, libro 15, título XXI, ley XVIII, XIX et XX.

5 D’autres fraudes sur les monnaies de billon furent constatées dans les ateliers monétaires de Valladolid l’année suivante. La production de monnaies d’argent ne fut pas épargnée par la fraude, notamment à l’hôtel des monnaies de Séville et de Ségovie entre 1621 et 1625. Archivo General de Simancas (AGS), Consejos y juntas de hacienda, legajo 471, ex. 14, legajo 573, ex. 2, legajo 587, legajo 573, ex. 2, legajo 575, ex. 2.

6 Le scandale de cette monnaie frappée en grande quantité en dehors des normes légales du poids et de l’aloi (falta de ley) depuis 1616 – et cela malgré la visite inachevée de l’hôtel des monnaies du Potosi par Juan de Carvajal (1633-1635) et la dénonciation du grand essayeur de l’hôtel des monnaies de Séville (1638) puis du Conseil des Finances (1640) – devint public entre 1644 et 1648, obligeant Philippe IV à envoyer un nouveau juge visiteur, l’inquisiteur Nestarès qui rétablit l’autorité du roi ainsi bafouée par la mise en place d’une justice expéditive jusqu’en 1654. Olivier CAPOROSSI, « La couronne d’Espagne et le contrôle de l’audience de Charcas dans les années 1630 », in : Éric WENZEL et Éric de MARI (dir.), Adapter le droit et rendre la justice aux colonies. Thémis outre-mer (XVIe-XIXe siècle), Dijon : EUD, 2015, p. 27-38. Antonio DOMÍNGUEZ ORTIZ, « La falsificación de moneda de plata peruana a mediados del siglo XVII », Estudios americanistas, Madrid : Real Academia de la Historia, 1998, p. 149-166.

7 Carmen SANZ AYÁN, Los banqueros y la crisis de la monarquía hispánica de 1640, Madrid : Marcial Pons, 2013, p. 73 et 177.

8 Olivier CAPOROSSI, « La falsificación de moneda en la América Hispana a mediados del siglo XVII : entre reformación administrativa y represión judicial », Anuario americanista europeo, 4-5, 2006-2007, p. 65-82.

9 Cette activité très risquée explique que leur nombre soit passé de 60 vers 1550 à 3 en 1620. Pierre VILAR, Or et monnaie dans l’Histoire, Paris : Champs-Flammarion, 1974, p. 174.

10 M. Pilar PÉREZ GARCIA, « La acuñación de moneda en España : la actividad de la ceca vallisoletana (Siglos XVI y XVII) », in : Antonio M. BERNAL (éd.), Dinero moneda y crédito en la monarquía hispánica, Madrid : Marcial Pons, 2000, p. 545-557.

11 La valeur intrinsèque de la monnaie d’or se calculait en carats, sachant qu’un carat valait 4 grains d’or et que le chiffre de 24 carats était celui du métal pur. Celle de la monnaie d’argent se calculait en deniers (dineros), considérant que la pureté maximum était de 12 deniers et qu’un denier d’argent valait 24 grains. L’autre mesure de la valeur intrinsèque des pièces de monnaie était le marc castillan qui équivalait à 230 grammes de métal. Ma Teresa MUÑOZ SERRULLA, La moneda castellana en los reinos de Indias durante la Edad Moderna, Madrid : UNED, 2015, p. 25-29.

12 L’hôtel des monnaies de Séville percevait 440 maravédis pour chaque marc d’or (depuis 1609) et 50 pour chaque marc d’argent depuis 1560, somme qui fut portée à 113 maravédis en 1686. Francisco de PAULA PÉREZ SINDREU, La Casa de la moneda de Sevilla su historia, Séville : Universidad de Sevilla, 1991-1992.

13 Ma José Martin PEÑATO LÁZARO, La moneda en Toledo siglos XVI y XVII, Tolède : Junta de Castilla La Mancha, 2003, p. 60-61.

14 La machine était faite de deux cylindres sur lequel se trouvait le sceau en creux et par lequel passaient les plaques métalliques rectangulaires d’argent ou d’or qui étaient ensuite coupées en flans, la monnaie sortant dans sa forme arrondie. À la suite des nombreuses manipulations monétaires de Philippe IV, cette monnaie, dite de moulin (molino) avait acquis la réputation d’être de mauvaise qualité et facilement falsifiable. Manuel GARZÓN PAREJA, La hacienda de Carlos II, Madrid : Instituto de Estudios Fiscales, 1980, p. 398.

15 Glenn Stephen MURRAY FANTOM, El Real Ingenio de la Moneda de Segovia. Maravilla tecnológica del siglo XVI, Ségovie : Fundación Juanelo Turriano, 2006, p. 133.

16 L’asiento désignait le contrat par lequel la Couronne cédait à un ou des particuliers (les partisans) la perception et l’exploitation d’une ressource fiscale ou les transferts de fonds et l’approvisionnement des armées pour une période donnée contre l’avance d’une certaine somme. Anne DUBET (dir.), Les finances royales dans la monarchie espagnole (XVIe-XVIIIe siècles), Rennes : PUR, 2008, p. 307.

17 Carmen SANZ AYAN, Estado, monarquia y finanzas. Estudios de Historia financiera en tiempos de los Austrias, Madrid : CEPC, 2004, p. 195. La moneda ligada désignait la monnaie de cuivre mêlée d’une fine couche d’argent (20 grains) frappée en 1660. Manuel VILAPLANA PERSIVA, p. 56.

18 José Luis BERMEJO CABRERO, Poder político y administración de justicia en la España de los Austrias, Madrid : Ministerio de Justicia, 2005, p. 278.

19 Beatriz CÁRCELES de GEA, Derecho y comercio en la Corona de Castilla en el siglo XVII, Madrid : UNED, 2006, p. 407 et suivantes.

20 Tamar HERZOG, Rites de contrôle et pratiques de négociation dans l’empire espagnol. Dialogues distants entre Quito et Madrid (1650-1750), Paris : L’Harmattan, 2014, p. 14.

21 Francisco GÓNZALEZ de TORNEO, Practica de escrivanos que contiene la iudicial, y orden de examinar testigos en causas civiles, y hidalguias, y causas criminales, y escrituras publicas, en estilo extenso, y quentas, y particiones de bienes, y execuciones de cartas executorias, Madrid : Domingo Garcia Morràs, 1664, fol. 31.

22 José Luis BERMEJO CABRERO, Poder político y administración…, op. cit., p. 423.

23 Ángel GÓMEZ PAZ, « Mecanismos anticorrupción en las cecas de Castilla e Indias durante el siglo XVII », in : Francisco GIL MARTÍNEZ et Amorina VILLAREAL BRASCA (éd.), Estudios sobre la corrupción en España y América (siglos XVI-XVIII), Almería : Universidad de Almería, 2017, p. 63-80. Mireille PEYTAVIN, Visite et gouvernement dans le royaume de Naples (XVIe-XVIIsiècles), Madrid : Casa de Velázquez, 2003, p. 166-167.

24 Les visites des ateliers monétaires exécutées sous le règne de Philippe III (1598-1621) visaient tout autant la fraude que la normalisation de la production monétaire de billon. Elena María GARCÍA GUERRA, Las acuñaciones de moneda de vellón durante el reinado de Felipe III, Madrid : Banco de España, 1999.

25 Archivo Histórico Nacional (AHN), Consejos, legajo 42599.

26 AHN, Consejos, legajo 25893 et 25894.

27 Tamar HERZOG, Rites de contrôle et pratiques de négociation…, op. cit., p. 197.

28 Francisco de PAULA PÉREZ SINDREU, La casa de la moneda de Sevilla…, op. cit., p. 185-186.

29 Biblioteca Nacional de España (BNE), Porcones 130/14.

30 Francisco de PAULA PÉREZ SINDREU, éd. cit., p. 321 et 372.

31 BNE, Porcones 130/3.

32 Ibid., fol. 5.

33 Ibid., fol. 7-9.

34 BNE, Porcones 130/3, fol. 14.

35 Ibid., fol. 29.

36 AHN, Consejos, legajo 26276.

37 Ma José MARTÍN-PEÑATO LÁZARO, La moneda en Toledo…, p. 68.

38 Ibid., p. 42-43.

39 Ibid., p. 90.

40 Ma José MARTÍN-PEÑATO LAZÁRO, La moneda en Toledo…, op. cit., p. 83.

41 Carlo GINZBURG, Mythes emblèmes traces. Morphologie et histoire, Paris : Verdier, rééd. 2010, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », p. 218-294.

42 Javier de SANTIAGO FERNÁNDEZ, Política monetaria y moneda en el reinado de Carlos II, Madrid : UNED-UCM, 2018.

43 Michel FOUCAULT, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris : Gallimard, rééd. 1990, p. 190-191.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Caporossi, « Expertiser la monnaie du roi. La visite des hôtels des monnaies castillans au XVIIe siècle : du contrôle de la frappe monétaire à l’évaluation des compétences techniques et de la fraude », e-Spania [En ligne], 33 | juin 2019, mis en ligne le 18 juin 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/30787 ; DOI : 10.4000/e-spania.30787

Haut de page

Auteur

Olivier Caporossi

Université de Pau et des pays de l’Adour, ITEM

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals