Navigation – Plan du site
Femmes, réconciliation et fin de conflits dans l’arc nord méditerranéen médiéval et moderne

Femmes, réconciliation et fin de conflits dans l'arc nord méditerranéen médiéval et moderne. Introduction

Claire Ponsich

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, la résolution 1325 de l’ONU en 2000, mais aussi les résolutions 1820, 1888, 1889 (...)

1Dès le début du XXIe siècle, l’Organisation des Nations Unies a prôné la nécessité d’accroître la participation de femmes aux pourparlers de paix et pourtant, vingt ans plus tard et malgré cinq résolutions onusiennes (« Femmes, Paix et Sécurité »), moins de dix pour cent des négociateurs de pourparlers de paix et moins de trois pour cent des signataires de paix sont des femmes, sans compter le fait qu’aucune d’entre elles n’a jamais été nommée médiateur principal dans les négociations de paix parrainées par l’ONU1. Par comparaison, si leurs consœurs médiévales n’allaient pas généralement directement au combat physique, mais participaient de toutes les autres manières à des conflits de toutes natures, dont elles payaient le prix fort par toutes les formes de violences qu’elles subissaient et qui incitaient peut être une bonne partie d’entre elles à tâcher de les esquiver, y compris des guerres provoquées ou menées par des reines, les femmes du Moyen Âge ont-elles été pareillement sous-représentées, comme aujourd’hui, dans les processus officiels de paix ? Comment, pour éviter de perdre la face, pouvait-on avoir recours à elles ? Comment contribuaient-elles, même de façon informelle, à la résolution de conflits ? Dans ces conciliations et réconciliations, pouvaient-elles faire entendre leurs préoccupations de femmes et cherchaient-elles à dépasser ou à contourner leur exclusion induite par une infériorité juridique décrétée ? Comment sortaient-elles personnellement des conflits ? Bref, quelle est leur part dans la reconstruction de la paix ?

  • 2 Pour pousser la réflexion sur les notions de « femme et paix » et la compléter par leurs antonymes (...)

2Les dix articles qui suivent sont réunis par Martine Charageat (Maître de conférences en Histoire médiévale à l’Université de Bordeaux Montaigne) et moi-même dans « Femmes, réconciliation ou fin de conflits dans l'arc nord méditerranéen médiéval et moderne », un dossier des Études Roussillonnaises, revue d’Histoire et d’Archéologie méditerranéennes, publié ici par e-Spania, revue interdisciplinaire d'études hispaniques médiévales et modernes dirigée par Hélène Thieulin-Pardo, que l’ensemble des auteurs ci-dessous remercient. Médiévistes et pré-modernistes ont consacré bien sûr nombre d’articles et livres sur la paix, la conciliation, la réconciliation, la paix des dames ou les médiations féminines : cette nouvelle historiographie a donc révisé toutes les pratiques quotidiennes de compromis mises en œuvre par des femmes, de leurs intermédiaires rencontrés ou désignés mais agissant avec elles pour la paix, invoquant l’oubli ou le pardon, convoquant tractations, palabres, négociations, ayant parfois même recours à la transaction, au marchandage2. De cet ensemble déjà très dense que nous devons résumer en notes, retenons simplement en introduction quelques communications marquantes, dont celles prononcées en avril 2009 à Perpignan, par des chercheurs hispaniques et français au colloque international Femmes, paix et réconciliation au Moyen Âge et au début de l'époque moderne. L'espace nord méditerranéen.

  • 3 Teresa María VINYOLES I VIDAL, Susanna MARTIN, Lídia CHALAUX « La rueca y la espada.Las mujeres med (...)
  • 4 Didier LETT, « Genre et paix : Des mariages croisés entre quatre communes de la Marche d’Ancône en (...)

3Organisé aux archives départementales des Pyrénées-Orientales (dir. M. Charageat, coord. C. Ponsich), fruit d’un partenariat entre l’université de Bordeaux 3-le Lamop de Paris I-Panthéon-Sorbonne et les Archives départementales de Perpignan dirigées alors par Christine Langé, il fut introduit par Martine Charageat, puis conclue tour à tour par Iñaki Bazan Diaz et Claude Gauvard. Teresa Vinyoles Vidal de l’université de Barcelone avait très richement documenté son exposé autour de « La pau per nosaltres, dones, és molt delitosa ». Mediacions femenines en els conflictes » et Angela Munoz Fernandez de l’Université de Castille La Mancha s’était intéressée à la médiation des mères dans les conflits matrimoniaux de Pierre I de Castille et de Blanche de Bourbon, un volet de ses recherches publiées en 20163. Didier Lett de l’université Paris7-Denis Diderot avait proposé d’élargir le champ d’études jusqu’à l’Italie par son étude les « Traités de paix et échanges de femmes dans la Marche d'Ancône au début du XIVe siècle »4.

4S’agissant de penser aux femmes comme sujets, acteurs ou objets de la paix et de la réconciliation médiévale pour évaluer leur participation ou non aux réconciliations ou apaisements des conflits, entre les deux genres et entre acteurs du même sexe, cette première initiative n’avait pas seulement considéré l’apport des femmes dans la conclusion de grandes paix ou trêves dans des guerres et luttes de clans ou familles princières. La rencontre avait mis l’accent sur l’action des femmes dans les réconciliations conjugales ou sur leurs arbitrages et d’autres formes de leurs pacifications débouchant sur le pardon, l’asseurement, la concorde et elle avait exploré des moments propres à la réconciliation chez le notaire. Pour saisir davantage les rôles et places de femmes, qu’elles soient ou non à l’initiative d’une réconciliation, ce programme chercha enfin à comparer les sources, mots, gestes et rites et au-delà des quelques cas de femmes françaises ou hispaniques.

  • 5 Claire PONSICH, « Des paroles d’apaisement aux lettres de reproches, un glissement rhétorique du co (...)
  • 6 Martine CHARAGEAT, La délinquance matrimoniale, Couples en conflit et justice en Aragon, XVe-XVIe s (...)

5Ce débat par ailleurs, en 2008 comme en 2019 et au vu de ce que les contextes historiques et géographiques impliquent de nuances juridiques et culturelles, ne peut faire l’économie d’états des lieux sur la séparation et la hiérarchie des genres, la dépendance ou non du pouvoir féminin envers le pouvoir masculin, la reprise des codes masculins de la paix, la constitution éventuelle de temps et espaces proprement féminins, ni sur les mécanismes de pardon, d’absolution, de renonciation et consentement, générateurs de paix et de réconciliation. Pour notre part, c’est toujours dans cette optique que nous avons approché les choix stratégiques et réseaux de la reine d’Aragon, Yolande de Bar, devant les conflits, ainsi que ses médiations pour réconcilier des époux ou obtenir la paix entre familles princières5. Quant à Martine Charageat, qui interroge bien le concept de genre et la notion de transgression, sa thèse a parfaitement pointé le fait que, parce que le statut de « victime » n’a pas la même teneur qu’aujourd’hui, les juges médiévaux ne sont aptes à évaluer les conflits conjugaux que comme des « transgressions insupportables » tant de l’ordre matrimonial que des normes de genre admises et attendues par eux au sein des couples médiévaux6.

6Le travail de cette historienne sur plus d’une centaine de procès matrimoniaux d’Aragon dans les archives de l’officialité de Saragosse et des juridictions municipales de Huesca et Daroca a montré que le tribunal est un lieu de débat et de résolution des conflits conjugaux avant même l’énonciation de la sentence. Son enquête sur l’officialité distinguant conflit matrimonial (le lien de mariage est-il valide ?) et conflit conjugal (quelle est la nature des relations entre époux ?) a prouvé que les femmes se tournent vers l’officialité de Saragosse car le tribunal recueille et entend leur parole, que c’est elles qui sont le plus à l’initiative des procès mais aussi que c’est encore elles, par leurs paroles, leurs actes, et parce que juridiquement inférieures, qui réussissent à enclencher les processus de résolution de conflits qu’elles subissent.

  • 7 Monica GÜELL, Georges MARTIN (dir.), La Paix des dames. Femmes, paix et pacification en péninsule i (...)

7Un autre colloque postérieur, La Paix des Dames. Femmes, paix et pacification en péninsule ibérique au Moyen Âge (Xe-XVe siècles), tenu en novembre 2013 à Paris, est depuis revenu avec profit sur le rôle des femmes dans les relations internationales et la négociation au Moyen Âge. Organisé par le Centre d’Études catalanes et CLEA (EA 4083) en collaboration, l’Institut Ramon Llull et l’Institut Émilie du Châtelet, il a su donner toute sa place aux sources littéraires et réfléchir aux motivations, ressources spécifiques et forces des femmes, auxiliaires de leurs maris, absentes le plus souvent de la guerre mais en quête constante d’alliances, de conciliation et, au final, de consolidation diplomatique, politique et judiciaire du pouvoir royal7.

  • 8 Patricia ROCHWERT-ZUILI, « La actuación pacificadora de María de Molina », e-Spania, 20, février 20 (...)

8Beaucoup plus récemment, d’autres actes de colloques internationaux, se sont intéressés à l’action pacificatrice de reines médiatrices: on retient les travaux sur les lettres des femmes en Europe au Moyen Âge du programme international MISSIVA, dirigé par Jean-Pierre Jardin, Patricia Rochwert-Zuili et Hélène Thieulin Pardo, pour l’Espagne, la France, l’Italie, le Portugal, en collaboration avec l’Asociación Española de Investigación de Historia de la Mujeres (AEIHM) et le SMELPS de l’Université de Porto8.

9La question toutefois loin d’être épuisée, le dossier actuel proposé pour la publication à e-Spania par les Études Roussillonnaises, revue d’Histoire et d’Archéologie méditerranéennes poursuit l’exploration du sujet en le complétant à nouveau pour l’espace nord-méditerranéen, parcouru cette fois par une dizaine de médiévistes aux côté d’un moderniste mais dans une parité de chercheuses-chercheurs.

10Cristina Segura de l’Université Complutense de Madrid nous livre ainsi la synthèse de ses longues recherches précédentes sur les femmes médiatrices et ou architectes de la concorde familiale. Pierre Pretou, de l’Université de la Rochelle, revient sur le sujet des femmes et des conflits en visitant l’imaginaire historié de la Rome des Valois. Dominique Bidot-Germa, de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, du laboratoire Item, revient, en compagnie de Marguerite Moncade et de Jeanne d’Artois, sur les conflits et paix dans le Béarn au début du XIVe siècle. César González Mínguez, de l’université du Pays Basque-Vitoria, reprend la figure de María de Molina comme prudente pacificatrice. Ricardo Cordoba de la Llave, de l’Université de Cordoue, aborde la médiation de la femme médiévale dans les conflits personnels au XVe siècle, à partir du cas castillan. María del Carmen Garcia Herrero de l’Université de Saragosse s’interroge sur la réalité significative et pérenne à la fin du Moyen Âge de l’arbitrage par des femmes en Aragón. Claude Denjean, de l’Université de Perpignan-Domitia, prend un angle d’attaque très original « Entretenir le procès ou obtenir la paix ? Quand des matriarches juives défendent leur crédit ». Gilbert Larguier, de l’Université de Perpignan-Domitia, montre la place et le rôle des femmes dans la résolution d'affaires civiles à l'époque moderne en Roussillon. Il reviendra ensuite à Iñaki Bazan Diaz de l’Université de Vitoria de conclure provisoirement sur le sujet.

  • 9 Claude GAUVARD, « Conclusion », in : Le règlement des conflits au Moyen Âge, Actes des congrès de l (...)

11Pour terminer, laissons le dernier mot aux analyses pleines de discernement de Claude Gauvard dont on ne peut tirer que le plus grand bénéfice : l’historienne de l’histoire des lettres de rémission, de la violence, de la criminalité et de la résolution judiciaire des conflits médiévaux a su insister sur l’importance de la réputation, de la renommée sociologique et judiciaire et du statut des personnes dans la justice médiévale, mais sans oublier que les femmes savent aller en justice pour réclamer leurs droits9. En décortiquant rigoureusement les dynamiques judiciaires, C. Gauvard ou M. Charageat ont ainsi compris mieux que personne comment les femmes médiévales pouvaient être les maillons les plus actifs du processus de la réconciliation, notamment conjugale. C’est dans cette dernière étape, cruciale pour une restauration éventuelle de « l’amour conjugal », que la sagacité gauvardienne clairvoyante et non légendaire a toujours su reconnaître aux couples du Moyen Âge, formés au gré de mariages arrangés sinon forcés, la construction a posteriori possible de ce sentiment : un volet, au départ et trop longtemps, passablement sous-estimé par d’autres chercheurs.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, la résolution 1325 de l’ONU en 2000, mais aussi les résolutions 1820, 1888, 1889, 1960.

2 Pour pousser la réflexion sur les notions de « femme et paix » et la compléter par leurs antonymes « femmes et guerre », « femme et violence » et sur leurs normes en Europe médiévale, on pense bien sûr à : Angela MUÑOZ FERNANDEZ, « Semper pacis amica. Mediación y práctica política (siglos VI-XIV) », Arenal (1998), 5 (2), p. 263-276 ; Nicolas OFFENSTADT, « Interaction et régulation des conflits. Les gestes de l’arbitrage et de la conciliation au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles) », in : Robert JACOB, Claude GAUVARD (éd), Les Rites de la justice. Gestes et rituels judiciaires au Moyen Âge (Cahiers du Léopard d’Or, 9), Paris : Le Léopard d’Or, 2000, p. 201-228 ; id., « Les femmes et la paix à la fin du Moyen Âge : genre, discours, rites », in : Le règlement des conflits au Moyen Âge, Paris : Publications de la Sorbonne (SHMESP), 2001, p. 317-333 ; id., « The Rituals of Peace during the civil War in France, 1409-1419 : Politics and the Public Sphere », in : Tim THORNTON (éd.), Social Attitudes and Political Structures in the Fifteenth Century, Stroud : Sutton Publishing, 2001, p. 88-100 ; id., « Paix de Dieu et paix des hommes. L’action politique à la fin du Moyen Âge », Politix. Revue des sciences sociales du politique (« Guerres et paix »), 2002 (n° 58), p. 61-81 ; Mary NASH, Susanna TAVERA GARCIA (coord.), Las mujeres y las guerras. El papel de las mujeres en las guerras de la Edad Antigua a la Contemporánea, Barcelona : Icaria-Asociación Española de Investigación de Historia de las Mujeres (AEIHM), 2003, p. 110-131 ; Martin AURELL, « Les femmes guerrières (XIe et XIIe siècles) », in : Martin AURELL, Thomas DESWARTE (éd..) Famille, violence et christianisation au Moyen Âge : mélanges offerts à Michel Rouche, Paris : Presses universitaires de Paris-Sorbonne, p. 319-330 ; N. OFFENSTADT, « La paix proclamée. Acteurs, gestes et réception de la publication des accords de paix pendant la guerre de Cent ans », in : R.M. DESSI (éd.), Prêcher la paix et discipliner la société. Italie, France, Angleterre (XIIIe-XVe siècle), Turnhout : Brepols (Collection d'études médiévales de Nice, vol. 5), 2005, p. 201-224 ; Sylvie CAUCANAS, Rémy CAZALS, Nicolas OFFENSTADT (dir.), Paroles de paix en temps de guerre, colloque international de Carcassonne (21-22 avril 2006), Toulouse : Privat (Collection « Regards sur l’Histoire »), 2006, p. 327-330 ; N. OFFENSTADT, Faire la paix au Moyen Âge, Paris : Odile Jacob, 2007 ; Theresa EARENFIGHT (dir.), Women, Wealth, and Power in Medieval Europe, ed. Theresa Earenfight, New York : Palgrave Macmillan, 2010 ; Régine LE JAN, « Médiation, genre et construction des récits : une comtesse médiatrice en Lotharingie au XIe siècle », in : Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris : PUF, 2010, p. 110-118 ; Laure VERDON, « Violence, norme et régulation sociale au Moyen Âge », Rives méditerranéennes (40, 2011), p.11-25 ; Elsa MARMURSZTEJN : « Introduction », in : Véronique BEAULANDE, Julie CLAUSTRE, Elsa MARMUZSTEIN (dir.), La fabrique de la norme : lieux et modes de fabrication des normes au Moyen Âge et à l’époque moderne, Actes des journées d’étude de Reims (17 octobre 2008 et 4 décembre 2009), Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 7-14 ; Franck COLLARD, Monique COTTRET (dir.) Conciliation, réconciliation aux temps médiévaux et modernes, Nanterre : Presses Universitaires de Paris-Nanterre, 2012 ; Jean-Marie MOEGLIN, « Négocier pour concilier. Les « négociations » d’Avignon en 1344-1345 entre le roi d’Angleterre et le roi de France », in : F. COLLARD, M. COTTRET (dir.), Conciliation, réconciliation, op. cit. ; Murielle GAUDE-FERRAGU, La reine au Moyen Âge, Le pouvoir au féminin, XIVe-XVe siècles, Paris : Tallandier, 2014 ; Sophie CASSAGNES-BROUQUET, « Au service de la guerre juste. Mathilde de Toscane (XIe-XIIe siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire (39, 2014), p. 37-54 ; Adrien DUBOIS, « Femmes dans la guerre (XIVe-XVe siècles) : un rôle caché par les sources ? », Tabularia, Les femmes et les actes, 2004 ; Didier LETT, « Adrien Dubois, La Violence des femmes en Normandie à la fin du Moyen Âge (Cahiers Léopold Delisle, Société parisienne d’Histoire & d’archéologie normandes, tomes LIV-LV, 2005-2006) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, (39, 2014), p. 273-276 ; Zita Eva ROHR, Lisa BENZ (dir.), Queenship, gender, and Reputation in the Medieval and early Modern West, 1060-1600, New York : Palgrave MacMillan, 2016, 214 p. ; Yolanda GUERRERRO NAVARRETE, « Las mujeres y la guerra en la edad media: mitos y realidades », Journal of Feminist, Gender and Women Studies, 2016 (3) ; Jean-Marie MOEGLIN, Stéphane PÉQUIGNOT (dir.), Diplomatie et « relations internationales » au Moyen Âge (IXe-XVe siècles), PUF, Collection : Nouvelle Clio, 2017. Pour la réflexion sur les femmes et la Péninsule ibérique, on pense toujours à Theresa EARENFIGHT, The King's Other Body Maria of Castile and the Crown of Aragon, 2009 ; mais aussi à Anna Maria SEABRA de ALMEIDA RODRIGUES, « Between Husband and Father. Queen Isabel of Lancaster's crossed loyalties », Imago Temporis aevum temporis, 2009, p. 205-218 ; Marie A. KELLEHER, The measure of woman. Law and Female identity in the Crown of Aragon, 2010 ; Georges MARTIN, Mujeres y poderes en la España medieval : cinco estudios, Alcalá de Henares : Centro de Estudios Cervantinos, coll. « Historia y Literatura » (3), 2011, 187 p. ; Maria SANTOS SILVA, « Filipa e Catalina de Lancaster e as Negoçiaçoes da paz de 1411 entre Portugal e Castela Segundo os cronistas portugueses. En Val Valdivielso », in : Mª ISABEL y Cristina SEGURA GRAIÑO (coord.) La participación de las mujeres en lo político. Mediación, Representación y Toma de decisiones, Madrid, 2011, p. 281-291; Janna BIANCHINI, The Queen's Hand: Power and Authority in the Reign of Berenguela of Castile, 2012, 368 p. ; Myra Miranda BOM, Women in the Military Orders of the Crusades, 2012, New York : Palgrave MacMillan (coll The New Middle Age) ; Gregoria CAVERO, Sancha RAIMUNDEZ, "An Infanta in the Exercise of her Power", Imago Temporis aevum temporis (2013), p. 271-297 ; Cristina SEGURA, « La violencia sobre las mujeres en la Edad medieval. Estado de la cuestion", 2013 ; Diana PELAZ FLORES, « ¿Escudos sin armas? Participación de las mujeres de la dinastía Trastámara en el escenario bélico castellano", Actas del II Congreso Internacional de Jóvenes Medievalistas Ciudad de Cáceres, Roda da Fortuna, Revista Electrónica sobre Antigüedad e Medievo (2014), 3.1-1, p. 469-492 ; Ead., ¿Al margen del conflicto? Estrategias, implicación y participación de las mujeres en las luchas nobiliares del siglo XV en Castilla. Roda da Fortuna. Revista Electrônica sobre Antiguidade e Medievo, 2015, 4 (1-1): p. 140-163 ; Nuria SILLERAS FERNANDEZ, « Dues reines per a un rei: Maria de Luna i Margarida de Prades, les mullers de Martí I l’Humà (1396-1410),” in : Martí l’Humà, el darrer rei de la dinastia de Barcelona (1396–1410). L’interregne i el compromís de Casp, ed. Maria Teresa Ferrer i Mallol (Barcelona : Institut d’Estudis Catalans, 2015) : p. 693–710 ; Monica GÜELL, Georges MARTIN (dir.), La Paix des dames. Femmes, paix et pacification en péninsule ibérique au moyen âge, in e-Spania 20, colloque de novembre 2013 du GDRE AILP (671 du CNRS) et de CLEA (EA 4083), organisé avec le Centre d’Études catalanes de l’université Paris-Sorbonne, mis en ligne en février 2015, URL: https://journals.openedition.org/e-spania/24072 ; Martine ANSQUER, Camille BACK, Arturo SANCHEZ-MERCADE, « La théorisation des genres dans le moyen âge hispanique", La clé des langues Lyon, ENS de Lyon-déc. 2016 (en ligne) ; Penser le genre au Moyen Age : Péninsule ibérique (13e-16e siècles), in : Cahiers d'études hispaniques médiévales (39, 2016) : Carlos HEUSCH, « Penser le genre dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge. Remarques préliminaires » ; Lucy PICK, Her Father's Daughter. gender, Power and Religion in the Early Spanish Kingdoms, Cornell University Press, 2017 ; Jean Pierre JARDIN, Patricia ROCHWERT-ZUILI et Hélène THIEULIN-PARDO (dir.), Histoires, femmes, pouvoirs Péninsule Ibérique (IXe-XVe siècle), Mélanges offerts au Professeur Georges Martin, Paris : Classiques Garnier (coll. « Rencontres"), n° 368, 2018.

3 Teresa María VINYOLES I VIDAL, Susanna MARTIN, Lídia CHALAUX « La rueca y la espada.Las mujeres medievales, la guerra y la paz », in : Mary NASH, Susanna TAVERA GARCIA (coord), Las mujeres y las guerras…, op. cit. en note 2, p. 73-82 ; Teresa VINYOLES VIDAL, Història de les dones a la Catalunya medieval, Vic: Eumo - Lleida: Pagès, Biblioteca d'història de Catalunya (6), 2005. Ángela MUÑOZ FERNÁNDEZ, « Poder, influencia y acción política femenina. A propósito de las mujeres de Toledo y el "fecho de la Reina doña Blanca de Borbón" (1352-1356) », in : Mujeres e Historia, Valladolid : Ediciones Universidad de Valladolid, 2016, p. 45-88.

4 Didier LETT, « Genre et paix : Des mariages croisés entre quatre communes de la Marche d’Ancône en 1306 », Annales. Histoire, Sciences sociales (2012), vol. 67 (n° 3), p. 629-655.

5 Claire PONSICH, « Des paroles d’apaisement aux lettres de reproches, un glissement rhétorique du conseil ou l’engagement politique d’une reine d’Aragon ? », in : Sophie HIREL, Stéphane PÉQUIGNOT (dir.), Parole des rois, 2e journée d’études (14 janv. 2008) à Paris (Maison de la Recherche de l'université Paris Sorbonne), Cahiers d’études hispaniques médiévales, 31, 2008, p. 81-117 ; Ead., « Des lettres, le livre et les arts dans les relations vers 1388-1389 de Violant de Bar et de Gaston Fébus », in : Valérie FASSEUR (dir.), Froissart à la cour de Béarn, l‘écrivain, les arts et le pouvoir, Turnhout : Brepols, 2009, p. 277-304 ; Ead., « La notion de conseil et de lieutenance chez Violant de Bar, duchesse de Gérone puis reine d’Aragon à la fin du XIVe siècle », in : Armel NAYT-DUBOIS, Emmanuelle SANTINELLI-FOLTZ (co-dir.), Femmes de pouvoirs et pouvoirs de femmes dans l'Occident médiéval et moderne colloque international (avril 2006), Valenciennes : Calhiste - Presses Universitaires de Valenciennes (Collection Lez Valenciennes, 41/42), 2009, p. 195 -222.

6 Martine CHARAGEAT, La délinquance matrimoniale, Couples en conflit et justice en Aragon, XVe-XVIe siècle en Aragon, Paris : Editions de la Sorbonne, 2011.

7 Monica GÜELL, Georges MARTIN (dir.), La Paix des dames. Femmes, paix et pacification en péninsule ibérique au moyen âge …, op. cit. : 15 articles sur la part des femmes dans la pacification en péninsule Ibérique médiévale (royaumes de León, Castille, Aragon, Catalogne) dont Frédéric ALCHALABI, « La graciosa e apuesta fabla de la mujer » ; Laura BAQUEDANO, « Paz, amor e buena ventura » ; Dominique de COURCELLES, « Le Libre de les dones de Francesc Eiximenis : la femme et la paix en Catalogne au 14e siècle » ; Ghislaine FOURNÈS, « Au-delà des topiques : le cas de Juana Pimentel, Triste condesa et seigneure d’Arenas » ; María Jesús FUENTE, « ¿Espejos de Esther? La intercesión como tarea política de la reina (León-Castilla, siglos XI-XIII) » ; María del Carmen GARCÍA HERRERO, « María de Castilla, reina de Aragón (1416-1458): La mediación incansable » ; Sophie HIREL-WOUTS, « Cuando abdica la reina... Reflexiones sobre el papel pacificador de Petronila, reina de Aragón y condesa de Barcelona (siglo XIII) » ; Jean-Pierre JARDIN, « La reina María de Portugal, entre padre, marido, hijo e hijastros: la mediación imposible » ; Emmanuelle KLINKA, « Entre paz de Dios y paz de las armas: el papel de las mujeres (León y Castilla en torno a los siglos XI y XII) » ; Josefina PLANAS, « La paz de las plegarias: lecturas religiosas de la reina María de Luna » ; María del Pilar RÁBADE OBRADÓ, « Una reina en la retaguardia: las intervenciones pacificadoras de Isabel la Católica en la guerra de sucesión » ; Patricia ROCHWERT-ZUILI, « La actuación pacificadora de María de Molina » ; Irene SALVO GARCÍA, « Paz y guerra en los mitos: la reina Juno en la General estoria de Alfonso X » ; Óscar VILLARROEL GONZÁLEZ, « Las mujeres y la paz en la Iglesia: Catalina de Lancáster y el fin del Cisma ».

8 Patricia ROCHWERT-ZUILI, « La actuación pacificadora de María de Molina », e-Spania, 20, février 2015, URL : https://journals.openedition.org/e-spania/24170 ; Patricia ROCHWERT-ZUILI et Hélène THIEULIN PARDO, « Les lettres de femmes en Europe au Moyen Âge : quelques observations et un exemple », L’Entre-deux, 1 (1), mis en ligne en janvier 2017 (URL http ://www.lentre-deux.com/1.1.1.ROCHWERT-THIEULIN); Jean-Pierre JARDIN, José Manuel NIETO SORIA, P. ROCHWERT-ZUILI et Hélène THIEULIN-PARDO (dir.), Cartas de mujeres en la Europa medieval : España, Francia, Italia, Portugal (s. XI-XV), Madrid : La Ergástula, 2018 ; Jean-Pierre JARDIN, Annabelle MARIN, P. ROCHWERT-ZUILI, H. THIEULIN-PARDO, Correspondance entre femmes, échanges et médiations épistolaires (VIIIe-XVe siècle), colloque international de Madrid (EHEHI-Casa de Velázquez) des 27-29 septembre 2018 dont les actes sont en préparation.

9 Claude GAUVARD, « Conclusion », in : Le règlement des conflits au Moyen Âge, Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public (SHMESP), 2000 (31), p. 369-391 ; Ead., « Conclusions », in : Claude GAUVARD, Alessandro STELLA (co-dir.), Couples en justice IVe-XIXe siècle), Paris : Publications de la Sorbonne, 2013, p. 215-224.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Ponsich, « Femmes, réconciliation et fin de conflits dans l'arc nord méditerranéen médiéval et moderne. Introduction », e-Spania [En ligne], 33 | juin 2019, mis en ligne le 18 juin 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/30982

Haut de page

Auteur

Claire Ponsich

Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, HIPOSS-EA 1571

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals