Navigation – Plan du site
Femmes, réconciliation et fin de conflits dans l’arc nord méditerranéen médiéval et moderne

Conflits et paix dans le Béarn du début du XIVe siècle. Autour de Marguerite Moncade (vers 1245-1318) et de Jeanne d’Artois (1283-vers 1351)

Conflictos y paz en Béarn a principios del siglo XIV. Alrededor de Marguerite Moncade (hacia 1245-1318) y Jeanne d'Artois (1283-hacia 1351)
Conflicts and peace in Béarn at the beginning of the 14th century. Around Marguerite Moncade (c. 1245-1318) ans Jeanne d'Artois (1283-c. 1351)
Dominique Bidot-Germa

Résumés

L’époque de Marguerite Moncade (vers 1240-1318), fille et héritière du vicomte de Béarn Gaston VII, mort en 1290, mariée au comte Roger-Bernard III de Foix, et de sa belle-fille, la capétienne Jeanne d’Artois (1283-vers 1351), épouse de Gaston Ier de Foix-Béarn, fut pour les seigneuries méridionales des plus troublées. Les conflits multiples qui se cristallisèrent alors, et pour plusieurs décennies, revêtirent l’aspect de luttes pour l’héritage de Béarn et une simple mais féroce discorde dynastique entre Foix et Armagnac, véritable petite « guerre de cent ans » régionale, régulée par la paix des rois. Ils purent aussi apparaître comme des dissensions liées à la détention du pouvoir par des femmes de caractère, veuves et régentes, et donc à des oppositions de personnalités affirmées, limitées par la paix des fils. En réalité, nous sommes en présence d’antagonismes liés à la construction de l’État moderne à une échelle où on l’attend peu, celle des comtés et des vicomtés ; les luttes développées alors, et les paix difficilement établies et toujours remises en cause, éclairent les processus de cette construction, les forces en présence, les intérêts en jeu, les bouleversements engendrés, le passage d’un ordre politique et social ancien à un monde nouveau …

Haut de page

Texte intégral

1La fin du XIIIe et le début du XIVe siècle furent pour l’ensemble des seigneuries gasconnes et pour le royaume de Navarre, une période des plus troublées, caractérisée par de multiples conflits. Or, il se trouve que dans l’une des plus importantes de ces seigneuries, la vicomté de Béarn, des femmes ont, alors, été au pouvoir.

  • 1 En 1170 en effet, la vicomtesse Marie de Béarn (1170-1173) avait épousé Guillem de Montcada, grand (...)
  • 2 Pétronille, comtesse de Bigorre et de Marsan de 1196 à 1251, eut 5 époux successifs, dont Gaston VI (...)
  • 3 Pierre DE MARCA, Histoire de Béarn. Nouvelle édition par M. l’abbé V. Dubarat, Pau : Ribaut, 1894, (...)

2Marguerite Moncade (vers 1245-1318) était la fille et l’héritière de Gaston VII, vicomte entre 1229 et 1290. Outre le Béarn, les Moncade, d’origine catalane1, contrôlaient aussi, en Gascogne, le Gavardan, le Brulhois et le Nébouzan. De plus, la mère de Marguerite, Mathe de Mathas, était l’héritière du comté de Bigorre et de la vicomté de Marsan qu’elle avait transmis à l’aînée de ses filles, Constance2. Enfin, les Moncade étaient, fort logiquement, possessionnés dans les territoires de la couronne d’Aragon, où ils tenaient les baronnies de Moncade et de Castelvieil et des terres disséminées dans les diocèses de Tarragone, Barcelone, Vich et Gérone, avec pour centres principaux les châteaux de Moncade, de Castelvielh de Rosanès et de Castelvielh de Panadès, ainsi que les forteresses de Sobreporta et de Requesens, dans la ville de Gérone et la Partida de Moncade, à Vich. Marguerite Moncade avait épousé en 1257 Roger Bernard, fils du comte Roger IV de Foix auquel il succéda sous le nom de Roger Bernard III, en 12653. Marguerite occupa ainsi le pouvoir, à des titres divers, vicomtesse, tutrice, régente, de 1290 à 1318, date de sa mort.

  • 4 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ADPA), E 293. Jeanne était capétienne, descendan (...)

3La capétienne Jeanne d’Artois, fille cadette de Philippe d’Artois et petite fille du comte Robert II, fut mariée en 1298, sous l’égide du roi de France et de Navarre Philippe IV le Bel, son cousin, au fils de Marguerite et Roger Bernard, Gaston, comte de Foix et vicomte de Béarn sous le nom de Gaston Ier, de 1302 à 13154. Elle aussi fut amenée à exercer des responsabilités, de régence notamment, entre 1318 et 1323.

4Marguerite Moncade et Jeanne d’Artois nous entraînent dans un univers de violents antagonismes, à la fois familiaux et seigneuriaux, voire de véritables guerres. Elles ont également été au cœur de mécanismes complexes de rétablissement de l’ordre rompu. Cette sorte de retour à l’équilibre initial est loin d’avoir toujours été accompagné de réconciliation ; parfois, il ne fut même pas pacification mais simple trêve. Bref, l’étude des évènements auxquels ont été liées les vicomtesses, et dont elles ont été d’importants protagonistes, doit d’une part aboutir à une meilleure compréhension de la façon dont ces femmes de pouvoir, un pouvoir partagé avec des hommes et disputé à des hommes, ont suscité, accepté ou subi les divers processus de résolution des conflits dans lesquels elles ont été impliquées. Cette étude devrait, d’autre part, permettre de mieux préciser la notion complexe de paix par l’examen des diverses formes et modalités que prirent ces accords et pactes, avec ou sans arbitrage, notamment celles propres à la paix entre femmes, à la paix des femmes ou à la paix avec des femmes, ainsi que des résultats qu’ils atteignirent.

5Les conflits qui se cristallisèrent alors, et pour plusieurs décennies, revêtirent l’apparence de simples mais féroces discordes dynastiques liées à l’héritage de diverses seigneuries gasconnes, régulées par la paix des rois, toujours remises en cause. Elles peuvent apparaître aussi comme des dissensions familiales et domestiques, même pas masquées par les paix entre mères et fils. En réalité, nous sommes en présence de passionnants conflits liés à la mise en place de rouages administratifs modernes, à une échelle où on l’attend peu, celle des comtés et des vicomtés ; les luttes développées alors, et les pactes difficilement conclus, éclairent les processus de cette construction, les forces en présence, les intérêts en jeu, les bouleversements engendrés, le passage d’un ordre politique et social ancien à un monde nouveau …

La vicomtesse et son héritage

6Marguerite eut donc à se battre en premier lieu pour son héritage même. Son adversaire fut sa propre sœur cadette, Mathe, épouse du comte d’Armagnac et Fézensac Géraud VI (1245-1280).

7L’affrontement prend donc, d’abord, l’aspect d’un conflit lignager entre les filles de Gaston VII Moncade. Ce conflit nécessita les interventions de plusieurs souverains et de la papauté.

Un conflit lignager et sororal

  • 5 P. DE MARCA, Histoire de Béarn …, op. cit., p. 370-371, 375.
  • 6 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 392.

8La succession du vicomte n’était, en effet, pas évidente. Constance Moncade, l’aînée des quatre filles de Gaston VII, avait épousé en premières noces, en 1258, le fils aîné du roi Jacques 1er d’Aragon, Alphonse, mort en 1260, puis, en 1266, Henri, fils de Richard de Cornouailles, rois des Romains, empereur et neveu du roi d’Angleterre Henri III, décédé en 12715. La cadette, Guilhelme, dame de Moncade et Castelvielh avait été fiancée en 1272 à l’infant Sanche de Castille puis mariée en 1291 à Pierre, infant d’Aragon (mort en 1296), fils de Pierre III et frère de Jacques II6.

  • 7 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 431-442.
  • 8 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 453-459.

9Deux fois veuve, Constance Moncade renonça à tout son héritage au profit de sa sœur Marguerite en 1286 : elle lui fit alors donation de la Bigorre (dont elle avait hérité en 1283), du Béarn, du Gavardan et du Brulhois mais garda le Marsan à titre viager, jusqu’à son décès, qui intervint en 1310. À la demande de Gaston VII, furent dressés à Morlaàs, le 11 mai 1286, par Arnaud Novelli, juriste toulousain, les divers actes de la succession de Béarn7. Il fut prévu que le Béarn, en augmentation de dot, irait à Marguerite, le Marsan à Constance puis à Marguerite, le Gavardan et le Brulhois à Mathe, les terres catalanes à Guilhelme ; fut aussi proclamé le caractère indissoluble de l’union entre Foix et Béarn. Le partage fut refusé une première fois par Mathe et son fils le comte Bernard VI d’Armagnac, au motif que Marguerite et Roger Bernard auraient falsifié le testament de Gaston VII, après la mort du vicomte, le 26 avril 12908.

10S’ouvrit alors deux longues séries de conflits, armés et / ou diplomatiques, d’une part entre Foix-Béarn et Armagnac, et pour la Bigorre d’autre part.

  • 9 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 609-612.
  • 10 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 614-616.

11Il serait fastidieux d’énumérer les guerres entre Béarnais et Armagnacais, sous les comtes Bernard VI, fils de Mathe, Jean Ier, Jean II et Jean III. La première se déroula entre 1290 et 1295, alors même que s’engageaient les campagnes militaires françaises en Normandie et en Gascogne9. Gaston Ier mena une expédition guerrière liminaire en 1303, avant la médiation du roi Philippe le Bel, puis une seconde en 1307, malgré l’entremise de deux légats du pape Clément V, un gascon : le jeune vicomte fut excommunié, puis condamné par le Parlement de Paris, emprisonné au Châtelet et soumis à une énorme amende de 40.000 livres tournois. La double mort de Guilhelme en 1309 et de Constance en 1310 relance la guerre, malgré le séquestre sur le Gavardan, en 131310. Cette phase-là des combats dura jusqu’en 1329, en Gavardan justement et en Rivière Basse, une distraction discutable du comté de Bigorre. Le conflit entre Foix-Béarn et Armagnac, véritable petite « guerre de cent ans » régionale, avec ses batailles rangées, comme à Launac en 1362, ponctuèrent ainsi tout le XIVe et une partie du XVe siècle.

  • 11 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 360-361, 661-667.
  • 12 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 668-669.
  • 13 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 671.
  • 14 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p.  672-675, 676-679. La Bigorre ne fut restituée au Béarn qu’e (...)
  • 15 Maurice BERTHE, Le comté de Bigorre. Un milieu rural du bas Moyen-Âge, Paris : SEVPEN, 1976.

12De son coté, la guerre pour la Bigorre avait éclaté dès le milieu du XIIIe siècle, après la mort de la comtesse Pétronille. En 1256. Gaston VII avait contesté l’héritage bigourdan à Esquivat, petit-fils de Pétronille. L’entremise de Roger IV de Foix avait permis au vicomte d’acquérir le Marsan et la partie nord de la Bigorre, ou Rivière-Basse, Esquivat se voyant confirmé le comté de Bigorre dont il fit donation à son oncle, Simon de Montfort, comte de Leicester, en contradiction avec le testament de Pétronille11. À la mort sans héritier d’Esquivat, en 1283, Constance Moncade, autre petite-fille de Pétronille et fille aînée de Gaston VII, fut confirmée par les États de Bigorre. C’est la donation qu’elle fit du comté à sa sœur Marguerite en 1286, qui ralluma la guerre car les Montfort, le roi d’Angleterre et les Armagnac ne pouvaient admettre l’union entre le Béarn et la Bigorre12. Le roi Édouard Ier, suzerain du comte de Leicester, le mit sous séquestre en 128513. Mais, par arrêt du parlement de Paris en 1290, Constance fut priée d’annuler sa donation et de reprendre possession de la Bigorre, avant une nouvelle et définitive mise sous séquestre du comté par Philippe IV le Bel, en 129214. C’est en tant que rois de Navarre que le souverain capétien puis ses successeurs gérèrent le comté jusqu’en 1425, date à laquelle il fut restitué au vicomte de Béarn Jean Ier15.

  • 16 Nous ne traiterons pas ici des rapports entre les seigneurs de Béarn et les divers papes d’Avignon, (...)

13Dans ce contexte, les interventions des rois Philippe IV, Jacques II d’Aragon, Édouard Ier, ainsi que du pape Clément V, puis de ses successeurs avignonnais16, amenèrent des paix plus ou moins négociées et imposées.

La paix des rois

14Philippe IV le Bel avait difficilement obtenu la fin des hostilités entre Armagnac et Foix-Béarn en 1295. À la Noël 1303, à Toulouse, en présence de son épouse, la reine Jeanne, et de ses trois fils, Louis, Philippe et Charles, il crut imposer son arbitrage à Marguerite et Constance d’une part, Mathe et son fils Bernard VI de l’autre. L’ordonnance, dressée le jeudi après la Saint-Vincent 1304, précisa la volonté du roi :

qu’il y ait entre les parties une ferme et stable paix

15L’arbitrage royal avait établi

  • 17 ADPA, E 419.

que Mathe, comtesse d’Armagnac, troisième fille de Gaston, ait pour droit et portion héréditaire […] les vicomtés de Brulhois et Gavardan et le lieu de Captius et les terre d’Euse et d’Eusan […] et qu’elle soit contente de cela […] de sorte que ladite Mathe ne puisse rien demander contre Constance, en la terre et succession de Marsan ni prétendre rien aussi des biens de Gaston sur la portion des autres sœurs […] non plus que Constance et Marguerite ne pourront rien demander sur lesdits vicomtés. Sauf s’il arrivait que Guilhelme dernière fille de Gaston Vint à décéder sans enfant […] en ce cas Mathe et ses enfants auront […] les baronies, chasteaux, villes, terres et lieux que Gaston avoit en Catalogne […] et alors nous ordonnons que le vicomté et terre de Gavardan retourne ausdites Constance et Marguerite. Pour la terre de Rivière, elle appartiendra à Guilhelme […]17.

16La paix capétienne fut en réalité une fausse paix. Marguerite refusa d’emblée de se soumettre à l’ordonnance, pour deux raisons. D’une part, elle la jugea contraire au testament de son père en ce qui concernait l’usufruit du Gavardan, et substitua Guilhelme à Mathe. Marguerite fit aussi remarquer que la comtesse d’Armagnac n’avait point renoncé à ses prétentions sur le Marsan. Marguerite objecta, en outre, que l’ordonnance préjudiciait à l’honneur de son époux défunt, Roger Bernard III, accusé par les Armagnac d’avoir falsifié le testament de Gaston VII, ce que le roi de France avait laissé dire.

  • 18 P. DE MARCA, Histoire de Béarn …, op. cit. en note 3, p. 614.
  • 19 ADPA, E 403.

17C’est pourquoi Marguerite en appela au pape et s’empressa de se faire remettre, par le roi-duc Edouard Ier, le Gavardan, tenu par engagement18. Elle poursuivait ainsi le jeu, subtil et dangereux, entre les grandes puissances, jeu que son père avait déjà pratiqué. Les Capétiens durent réitérer leurs prescriptions, d’ailleurs en les infléchissant en faveur des Foix-Béarn. La sentence arbitrale prononcée en 1329 par Philippe d’Évreux, roi de Navarre, maintint le comte de Foix en possession du Gavardan, de Moncade et de Castetviel, le comte d’Armagnac en possession de la Rivière-Basse, du pays d’Eauze et du Brulhois19.

  • 20 ADPA, E 401, 1303 (en fait, le document est un Vidimus de 1305).

18Ces mêmes années, Marguerite négocia un compromis avec le roi Jacques II d’Aragon. Guilhelme, possessionnée en Catalogne, avait fait donation, en avril 1300, de l’essentiel de ses terres à son neveu Gaston de Fezensaguet, fils cadet de Mathe. L’accord passé au printemps 1303 entre Marguerite et Jacques II d’Aragon sur la succession de Guilhelme permit d’engager des négociations qui aboutirent en 1310 à la récupération, par Gaston Ier, de l’essentiel des terres catalanes des Moncade, augmentées de la vicomté de Castelbon, sous contrôle fuxéen20.

  • 21 P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus et la Vicomté de Béarn (1343-1391, Bordeaux : Impr. Bière, 1951, p 60 (...)
  • 22 D’après les Rôles Gascons, P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus et la Vicomté de Béarn…, op. cit. en note 2 (...)
  • 23 Ibid., p. 157.
  • 24 Ibid., p. 158-159.
  • 25 Ibid., p. 70-73. Gaston Ier et Gaston II rallièrent clairement le camp français. La question de l’h (...)
  • 26 Public Record Office, E 36/189 (fol. 14v-15), cité par P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus et la Vicomté d (...)

19L’équilibre avec l’Aquitaine anglaise fut, pour Marguerite, plus difficile à trouver. On le sait, les rapports entre Gaston VII et les rois d’Angleterre avaient été tumultueux Le vicomte avait prêté hommage à Henri III, le 25 décembre 1242, à Bordeaux, pour le Béarn, le Marsan et le Gavardan. On ne trouve ensuite plus de mention d’hommage, mais des soumissions successives, après maintes révoltes : en 1255, 1273, 1274, 1276, 1279. Édouard Ier fut accueilli en Béarn en 1287, 1288 et 128921. Cependant dans les actes du règlement de la succession de 1286, Gaston VII avait réaffirmé les liens vassaliques à l’égard du roi-duc et demandé à ses successeurs de prêter l’hommage. En outre, Édouard 1er et Édouard II ne pouvaient que s’intéresser de près au Béarn et tenter d’imposer, eux aussi, leur paix et leur ordre, face aux avancées des Capétiens en Gascogne et en Navarre. Cependant, il est évident que le Béarn ne pouvait être assimilé aux autres fiefs gascons du duché d’Aquitaine : le roi n’y nommait aucun administrateur, le vicomte y disposant de la potestas. Roger Bernard et Marguerite adoptèrent ainsi une attitude dilatoire : une promesse d’hommage fut donnée en 129022, mais en même temps, Roger Bernard III signait un accord avec Philippe IV le Bel et combattit dans l’armée du Capétien, alors que le roi-duc l’avait convoqué dans la sienne. En 1304, après le refus d’une nouvelle médiation de Philippe IV, Édouard Ier accepta immédiatement de prendre Marguerite sous sa protection23. On l’a évoqué, Édouard II fit lever en 1308 la sentence d’excommunication qui pesait sur Gaston Ier. L’hommage, cependant, ne fut pas rendu ; en 1313 même, Marguerite obtint du roi-duc un délai après la requête faite par le sénéchal d’Aquitaine24 ; cette situation perdura jusqu’à la mort de la vicomtesse, en 131825. Ni Gaston Ier ni Gaston II ne prêtèrent hommage au duc d’Aquitaine et Gaston III, en 1364, ne le fit que pour le Marsan et le Gavardan, mais pas pour le Béarn26.

20Ainsi, le conflit sororal, entre les filles de Gaston VII, accompagna le bouleversement de l’ordre seigneurial ancien et l’équilibre traditionnel à deux niveaux, celui des duchés et royaumes, Aquitaine, Aragon, Navarre et France et celui, à un degré inférieur, des maisons de Gascogne. Cependant les affrontements, à peine interrompus momentanément par de difficiles et brefs retours à l’équilibre, revêtirent aussi d’autres aspects.

Les veuves, les régentes, les mères

21En effet, aux dissensions entre sœurs et entre lignages, s’ajoutèrent des luttes domestiques, familiales, filiales, extrêmement âpres.

Le double conflit filial opposant Marguerite et Jeanne d’Artois, à leurs fils, Gaston Ier et Gaston II

  • 27 ADPA, E 417 ; en outre, en janvier 1294, Roger Bernard a instauré une pension annuelle de mille liv (...)
  • 28 Echanges de serments avec les seigneurs du Nébouzan, mai 1302 : ADPA, E 594.
  • 29 E 508 : échange des serments entre Marguerite et les communautés du Marsan, en 1310, renouvelé en 1 (...)
  • 30 Ainsi : sentence arbitrale entre marguerite et Guilhem Ramon de Navailles (1305, E 353) ; arbitrage (...)

22La mort avait frappé Roger Bernard III de Foix en mars 1302. Dans un testament des plus succincts, dicté en décembre 129927, il avait expressément chargé Marguerite, d’une part de la gestion de toutes les terres et biens de son époux, donc du comté de Foix compris, d’autre part de la tutelle de son fils, né en 1289, aussi longtemps qu’elle resterait veuve. Marguerite, qui prit soin de renouveler les échanges de serments et hommages avec l’aristocratie et les communautés28, assuma immédiatement les affaires, tant militaires et diplomatiques, pour le Marsan notamment29, qu’administratives et judiciaires30. De fait, Gaston Ier apparaît peu dans le gouvernement de Foix-Béarn, hormis une activité guerrière contre son cousin Bernard VI d’Armagnac, nous l’avons vu, en 1303 et 1307. Le jeune vicomte avait été libéré avant 1309.

  • 31 Fors de Béarn, Bnf, ms. Nouvelles acquisitions n° 6657.
  • 32 ADPA, E 402.

23C’est à ce moment-là, semble-t-il, que les rapports au sein de la famille vicomtale devinrent vraiment conflictuels. En 1310, Gaston Ier, son épouse, Jeanne d’Artois, et leur fils âgé d’un an furent victimes d’une tentative d’empoisonnement de la part de cousins de Roger Bernard, Guillaume de Foix et Guillaume de Loubens, immédiatement exécutés31. Le conflit direct entre Marguerite, vicomtesse de Béarn, et son fils éclata au grand jour en 1312. Gaston Ier accusa sa mère d’avoir aliéné et détourné des terres pendant sa curatelle. S’ensuivit un début de guerre, avec la prise par Gaston des châteaux de Lembeye et Sauveterre. Les barons béarnais s’interposèrent en imposant un accord en Vertu duquel Marguerite, vicomtesse légitime, gardait la haute main sur le Béarn et les affaires gasconnes. C’est en tant que comte de Foix que Gaston Ier apparaît alors, notamment lors de la guerre en Flandres aux cotés du roi Louis X le Hutin. D’ailleurs le comte, au retour de l’expédition, en 1315, tomba malade, dicta un testament qui dotait son épouse d’une rente annuelle viagère de 5.000 livres tournois, sise sur le bas comté de Foix, et décéda le 13 décembre à Maubuisson, à l’âge de 26 ans32.

24Immédiatement, Marguerite fit écarter sa bru, Jeanne d’Artois, qui se trouvait à la cour de France, au motif d’incompétence, de prodigalité et d’inconduite et lui fit retirer l’éducation et la tutelle du jeune prince, Gaston, alors âgé de 6 ans. Le Parlement de Paris, saisi de l’affaire, se prononça en faveur de Jeanne en 1317 mais ce n’est qu’à la mort de Marguerite, en novembre 1318, que Jeanne d’Artois fut rétablie dans ses droits de curatrice et tutrice, ainsi que de régente.

  • 33 ADPA, Orthez AA 1 (fol. 10v°).
  • 34 ADPA, Ossau AA1 (fol. 13).
  • 35 ADPA, E 297 (pièce 1).
  • 36 ADPA, E 297 (pièce 2).

25Jeanne d’Artois semble alors avoir voulu se concilier les forces traditionnelles en Béarn et avoir accueilli favorablement les réclamations des bourgs et des vallées, peut-être moins prises en compte sous Marguerite. Ainsi, Jeanne accorda au bourg d’Orthez le bénéfice du for de Morlaàs, le 16 février 131933. À Bielle, le 2 juillet 1319, elle reconnut aux Ossalois les droits immenses, voire exorbitants, qu’ils réclamaient en Vain depuis une centaine d’années, au moins sur le Pont Long34. Le jeune Gaston II, majeur, échangea les serments traditionnels avec les cours à sa majorité, en mai 132335. Son mariage avec Aliénor, fille du comte Bernard VIII de Comminges, fut célébré en 132436.

  • 37 ADPA, E 403. « Cum dilecta et fidelis Johanna de Atrebato comitissa Fuxi [...] super pluribus exces (...)
  • 38 Ainsi Jean-Baptiste LABORDE, Précis d’histoire du Béarn, Pau : Garet, 1941, p. 124-125.
  • 39 Sur l’importance des mots et accusations dans une société fondée sur l’honneur : Claude GAUVARD, «  (...)
  • 40 C. GAUVARD, « De Grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris : (...)
  • 41 N. OFFENSTADT, Faire la paix… op. cit., p. 5 et sq.

26Cette même année éclata le conflit qui l’opposa à son tour à sa mère, Jeanne d’Artois. Avec une violence inouïe des mots, la régente et ses officiers furent accusés d’exactions, de blasphèmes, d’injures et de mauvaises pratiques37. Quels étaient les tenants et les aboutissants de cet antagonisme féroce ? Bien plus tard, des érudits ont affirmé gratuitement que la démesure du douaire de Jeanne, le bas comté de Foix, en était à l’origine38. Revenons aux quatre mots de l’accusation, portée dans les lettres de rémission que le roi Charles IV le Bel accorda alors à Jeanne39. Aucun ne fait référence au douaire. Jeanne d’Artois se vit d’abord reprocher des exactions et mauvaises pratiques. Les termes relèvent d’un champ politique, mais on ignore quels furent ces abus : fiscaux, administratifs, judiciaires ? La comtesse veuve fut ensuite accusée de blasphèmes et d’injures. Ces mots n’ont visiblement, dans l’acte, ni connotation religieuse ni connotation sexuelle mais, destinés à atteindre la femme de pouvoir en blessant son honneur, pourraient soit relever de la calomnie, de la part de Gaston II, soit faire référence, pour reprendre les cadres de réflexion mis en lumière par Claude Gauvard40, à un « mensonge », une « trahison » de Jeanne : l’accusation serait-elle politique, Jeanne ayant pu rompre par l’injure une paix antérieure, conclue entre 1318 et 132441 ? Le texte alors tairait les ressorts du conflit, pour mieux criminaliser la comtesse mise en cause. Il convient enfin de relever que furent accusés, avec Jeanne d’Artois, ses « gens et officiers », qui avaient gouverné le Béarn aux cotés de la régente, béarnais eux-mêmes. Se seraient-ils alors opposés au jeune comte parce que celui-ci s’était très directement engagé dans les rangs français ? Ce genre de reproche fut régulièrement réitéré en Béarn, aux XIVe et XVe siècles, par les communautés puis par les États. Rappelons que la guerre avait repris entre le roi de France et le roi-duc d’Aquitaine, cette même année 1324. Une armée commandée par Charles de Valois, dans laquelle figurait le jeune comte de Foix, était entrée en Agenais et avait occupée la Gascogne, hormis Saint-Sever et Bayonne. On retrouve Gaston II aux cotés de Philippe VI de Valois en 1328, en Flandres. Cet engagement, qui rompait avec la politique d’équilibre suivie par Marguerite jusqu’en 1318, était contraire aux intérêts, notamment économiques, du Béarn, du Marsan et du Gavardan. Au même moment d’ailleurs, nombre de Béarnais, tels Pierre de Gabaston, se trouvait aux côtés du roi-duc d’Aquitaine. Les circonstances de l’accusation nous restent, hélas, inconnues.

27Dans les deux cas cependant, la violence des conflits fils/mères surprend. Les accords trouvés apparaissent alors comme de simples apaisements, des compromis dictés par l’intérêt. Ils n’effacèrent probablement pas les rancunes. Ils furent d’ailleurs, l’un et l’autre, imposés.

La paix et les fils

  • 42 ADPA, E 295.
  • 43 E 403, 1316 ; E 296, 1317.
  • 44 ADPA, E 296 (testament de Marguerite Moncade).

28L’accord de septembre 1312 entre Marguerite et Gaston Ier fut d’abord le fruit, on l’a vu, de l’interposition des barons béarnais. Le jeune comte fut contraint de reconnaître ses torts, s’être emparé illégalement des hommes, terres et châteaux de Lembeye et Sauveterre au préjudice de Marguerite, et dut s’engager à défendre les domaines de sa mère, à lui accorder une rente annuelle ainsi que la jouissance de certains domaines, en contre partie de quoi Marguerite concéda à son fils les vicomtés de Marsan et Gavardan. Cet accord, on le sait, fut approuvé par Philippe le Bel, et confirmé par Louis le Hutin42. Il permit en outre à Marguerite de continuer à exercer sa seconde régence 43 jusqu’à sa mort, en avril 131844.

  • 45 ADPA, E 403.
  • 46 ADPA, E 599.
  • 47 Le résumé du conflit fut établi, avec pièces à l’appui, par l’archiviste des comtes de Foix, Michel (...)
  • 48 À titre de comparaison, Yolande de Flandres est restée emprisonnée trois ans, sur ordre de Charles (...)
  • 49 Le 19 décembre 1347, une conciliation aboutit à la libération de Jeanne sous condition de renoncer (...)

29Le conflit entre Jeanne d’Artois et Gaston II fit d’abord l’objet d’un arbitrage de Charles IV le Bel et de l’octroi d’une lettre de rémission du roi « à sa très chère parente Jeanne d’Artois, comtesse de Foix, à ses gens et officiers » datée du 5 février 132545. Deux ans plus tard, en décembre 1326, Charles IV ratifiait l’accord intervenu entre les deux parties au sujet du Nébouzan et de la ville de Saint-Gaudens46. Le conflit, indiscutablement, avait rebondi. En effet, en 1331, alors qu’elle était toujours détenue, Jeanne d’Artois fut condamnée par Philippe VI de Valois à un emprisonnement perpétuel47. La prison est choquante au Moyen Âge ; elle est une peine infamante, peut-être stigmate de la femme de pouvoir, en même temps que moyen de pression. Or, la comtesse veuve resta emprisonnée au moins 23 ans, de 1324 à 1347, chose exceptionnelle48 : au château de Foix d’abord, à partir de 1331, puis dans celui d’Orthez en 1333, et enfin à Lourdes, où elle était encore en 1347, lorsque Aliénor de Comminges et son fils, Gaston III Fébus, acceptèrent un compromis qui permit la libération de Jeanne, qui dut d’ailleurs décéder peu après49. Dans ce cas-là encore, on ignore la plupart des tenants et aboutissants de cette monstrueuse querelle domestique.

30Cependant, il est clair que ces conflits familiaux constituèrent l’arrière plan d’antagonismes liés à la difficile naissance des structures étatiques modernes, dont les enjeux étaient en réalité cruciaux. Car en Béarn, cette évolution fut amorcée par Gaston VII Moncade, dont le règne, de 1229 à 1290, fut particulièrement long.

Conflits autour de l’État

  • 50 Ces réformes nous sont connues par les chartes d’application recopiées dans le recueil des Fors : A (...)

31Il semble évident, en effet, que les dissensions et les luttes dynastiques ou familiales se doublèrent d’oppositions plus profondes. En effet, sur fond de contestation aussi bien des vieilles suzerainetés, aragonaise et anglo-aquitaine, que des prétentions nouvelles, navarraise et française, Gaston VII fut le promoteur de réformes administratives primordiales, au milieu du XIIIe siècle50. Or, le système politique au nord comme au sud des Pyrénées reposait sur le pacte, l’accord, que l’élaboration des premiers éléments de l’ossature étatique moderne, autour de princes visionnaires ou de dynasties actives, pouvait altérer.

Pactisme et nouvelles structures de l’État

  • 51 Jean-Pierre BARRAQUÉ et Béatrice LEROY, des écrits pour les rois. En Espagne médiévale, la réflexio (...)
  • 52 J.-P.BARRAQUÉ, « Le for dans le discours politique au début du XVe siècle, naissance d'un mythe », (...)

32En Béarn, comme en Aragon et en Navarre, ainsi que dans d’autres seigneuries nord-pyrénéennes comme la Bigorre, une idéologie forte imprégnait toute l’organisation politique et sociale : le pactisme51. Les Fors béarnais, à l’image des Fueros navarrais ou aragonais, véhiculaient, en effet, dans les articles les plus archaïques, ceux du XIe siècle, la double idée de contrat, scellé par un échange de serment, entre le seigneur et ses sujets, et de mission suprême de maintien de la paix, dévolue au prince. Ce discours fut repris constamment aux XIIIe, XIVe et XVe siècles, par exemple dans le fameux préambule au texte des Fors, la théorie pactiste irradiant sur la plupart des articles de la codification alors considérablement remaniée52. Le pactisme était d’ailleurs, avant un concept politique, une notion juridique, la paix, retour à l’ordre initial perturbé par la dissension et le trouble, étant le but recherché et hautement proclamé. Ainsi, le paradoxe, apparent, de l’évolution de la vicomté béarnaise au XIIIe siècle, réside dans le fait de la construction par Gaston VII de structures modernes de gouvernement dans cette atmosphère pactiste.

  • 53 For général, Rubrica et determination deus vicx de Bearn : articles 84 à 110.
  • 54 Article 101 du For général.
  • 55 Articles 77 (levée des amendes), 138 (réglementation des saisies), 259 (délits forestiers) du For g (...)
  • 56 L'article 239 du For général précise que les amendes majeures et les cas appelant un dédommagement (...)
  • 57 Article 71 du For général.
  • 58 Article 13 du For général.
  • 59 Article 25 du For général.
  • 60 Sentence de Morlaàs 164.
  • 61 Articles 116, 137, 140 et 157 For général.
  • 62 En Aspe un Vicari semble faire office de baile ; en Ossau, le rôle du baile est encadré par les art (...)
  • 63 Article 101 du For général. Les registres notariés du XIVe siècle montrent l'activité subalterne de (...)
  • 64 Sentence de Morlaàs, 206.
  • 65 Articles 41 du For général, 21 du For d'Ossau et 21 du For d'Aspe.
  • 66 À vrai dire, cet officier n'est mentionné que dans l'article 21 du For d'Aspe.

33Une réforme administrative, vers 1250, amena la délimitation précise de circonscriptions appelées vics ou bailliages, dans lesquels furent installés des officiers vicomtaux, les bailes53. Les articles des Fors datés du XIIIe siècle témoignent d’abord de l’accroissement du nombre et de la diversification des fonctions des officiers vicomtaux, chargés d’assurer la présence de l’autorité dans les villes et les villages et de permettre au vicomte d’exercer tous ses droits. Les bailes étaient d’abord des agents d’administration, chargés de veiller à l’exécution des mandements du seigneur54,en étroite collaboration avec les notaires55, mais assuraient aussi une fonction de police et remplissaient un important rôle judiciaire. En ce domaine en effet, le baile bénéficiait de la part du seigneur d’une délégation de son pouvoir justicier56 : c’est lui qui menait de concert avec les jurats l’instruction des affaires criminelles57 et présidait la cour de son Vic58, détenait les otages59, prenait les gages60, effectuait les diverses saisies et enchères prévues61. Il n’était que dans les vallées de montagne que la puissance du baile était réduite62.Les beguers ou viguiers, c’est-à-dire les officiers locaux des XIe et XIIe siècles, directement prédécesseurs des bailes, avaient perdu leurs attributions et devinrent de simples auxiliaires, loctenentz ou messadges63, au niveau de divers autres exécutants ou sergents. L’autorité vicomtale s’appuya aussi, à partir du XIIIe siècle, sur une administration fiscale et financière encore embryonnaire : péagers64, carnaladors, officiers chargés des carnaus ou saisies de bétail65, clavers66, préposés à la perception du cens dû au vicomte. En outre, les jurats des communautés furent bien Vite appelés à jouer un rôle administratif non négligeable, constituant un corps de représentants des vesiaus ou assemblées de voisins, face au vicomte.

  • 67 La sentence 264 de Morlaàs est, à cet égard, la plus claire :« si un homme est en procès avec un au (...)
  • 68 Article 172 du For général, sentences de Morlaàs 8, 12, 13. Le Béarn est loin d'être un cas unique (...)
  • 69 Article 10 du For général
  • 70 Articles 101 à 105 du For général.
  • 71 Article 244 du For général.
  • 72 Article 245 du For général.
  • 73 Article 246 du For général.

34Contemporaine de l’apparition de cette armature administrative, la réforme judiciaire de 1252 permit le renforcement de la mainmise vicomtale sur la justice en redéfinissant l’ensemble de la procédure en matière de justice criminelle. En effet, la charte introduisit l’enquête, inquisition, sous la double autorité de quatre jurats, dont, souvent, le notaire, et d’un curé ; l’instruction faisait intervenir le serment, mais aussi le témoignage. Dans le même temps, se développa l’appel en Cort Major67 : l’antique curia seigneuriale devint alors une véritable cour souveraine et la juridiction suprême de Béarn. Cependant, d’archaïques pratiques comme le duel judiciaire étaient encore permises et attestées68 alors que l’aristocratie avait conservé le privilège d’être jugée dans les corts deus cavers69. Sous Gaston VII encore, furent promulgués : la Carta autenticada per lo senhor70, qui précisa l’organisation du greffe de justice sous la responsabilité des bailes et de la valeur de ces écrits ; lEstabliment que degun no deu esser recebut a judyar si no ha feyt segrament71 imposant le serment de fidélité au seigneur et à la cour ; lEstabliment que lo baron no sie judge en son Vic72, car le baron, membre de la Cort Major pourrait devoir juger ensuite en appel ; lEstabliment que Cort Mayor no recep teys ni dilations73excluant tout usage d’exceptions face à la cour. Les Fors témoignent enfin, parce qu’ils incluent un nombre important de jugés ayant acquis force de jurisprudence, d’un Véritable foisonnement des établissements vicomtaux en matière judiciaire.

  • 74 Article 124 du For général. Dominique BIDOT-GERMA, Un notariat médiéval. Droit, pouvoir et société (...)

35Enfin, c’est Gaston VII qui, à l’image des souverains navarrais, aragonais ou castillans contemporains, institua le notariat public, vers 125674. Les notaires ont été, dès cette époque, et jusqu’au XVIe siècle, en plus de leur rôle scripturaire, des agents administratifs et judiciaires des vicomtes.

  • 75 Benoît CURSENTE, Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale : XIe -XVe siècle, Toulouse : Pre (...)
  • 76 Monique BOURIN-DERRUAU, Nouvelle histoire de la France médiévale. Temps d'équilibres, temps de rupt (...)
  • 77 J.-P. BARRAQUÉ, « Du bon usage du pacte : les passeries dans les Pyrénées occidentales à la fin du (...)

36Ajoutons que le Béarn du milieu du XIIIe siècle a également connu l’avènement définitif du bourg et un profond remodelage de l’habitat, singulièrement tardif75, ainsi que vraisemblablement, une réelle réflexion sur la représentation des communautés76 et l’extension des « libertés », après d’âpres conflits, dont font écho les diverses chartes de « paix » et franchises que Gaston VII, Marguerite, Jeanne d’Artois et les premiers Foix-Béarn paraphèrent77. Les diverses paix lignagères et familiales furent donc, probablement aussi, en plus de suspectes réconciliations familiales, tout autant des paix du bien commun, de l’intérêt général, de l’État.

La paix de l’État

  • 78 D. BIDOT-GERMA, Un notariat médiéval …, op. cit., p. 46-54.

37Car dans chacun de ces conflits, agirent des forces traditionnelles et des forces nouvelles. Le vicomte, ou la vicomtesse, d’abord. À la mort de Gaston VII, en 1290, lui succéda le seigneur légitime, Marguerite Moncade, sa fille et héritière, qui échangea alors les serments avec l’aristocratie et les communautés. La mort du comte de Foix son époux, en 1302, n’entama pas sa position ; il n’est donc pas étonnant de voir que Marguerite resta au pouvoir jusqu’à sa mort, en 1318, alors même qu’avaient régné, comme comtes de Foix, ses fils et petit-fils, Gaston Ier et Gaston II. Jeanne d’Artois, simple épouse de comte et vicomte, n’avait évidemment pas la même légitimité. Mais il est visible qu’elle fut, probablement grâce à ses conseillers, bien au fait des pratiques de paix et de gouvernement, s’appuyant sur la tendance séculaire à la négociation et à l’accord : les concessions aux bourgs et universités montagnardes, Orthez et la vallée d’Ossau par exemple, le montrent. Les forces traditionnelles, partie prenante de ces conflits autour de l’État, ce furent donc, également, la haute aristocratie, des barons, et les communautés qui intervinrent, à plusieurs reprises, notamment, en1312, entre Marguerite et Gaston Ier. Dans un cadre politique pactiste, ces organes avaient un réel poids que les diverses paix négociées révèlent. Au tout début du XIVe siècle néanmoins, le processus d’élaboration de structures administratives nouvelles en Béarn était encore tout neuf : les conflits traduisent donc aussi, fort logiquement, les antagonismes qui en résultèrent : ainsi, en 1324, lorsque les conseillers de la régente Jeanne d’Artois subirent la même condamnation que leur maîtresse. On ne connaît hélas pas ces conseillers : mais quelques années plus tard, dans la décennie 1330, les premières données prosopographiques permettent de constater qu’ici comme ailleurs en Occident, les prohomis issus des élites villageoises, celles des « voisins », riches paysans ou marchands, frottés de droit et au cœur des processus de négociation et d’établissement des paix, ont investis ces rouages78.

  • 79 Marguerite dut mettre à l’amende des seigneurs récalcitrants lors d’une montre militaire à Lembeye (...)

38En face, des forces centripètes furent néanmoins à l’œuvre. Les traditions vassaliques pesaient encore, surtout lors des phases de tensions entre rois de France et d’Angleterre, en Gascogne, par exemple à l’extrême fin du XIIIe ou dans les premières décennies du XIVe siècle79. De même, apparaissent comme anachroniques dans ces conflits de famille et d’État les mentalités très chevaleresques de Gaston Ier et Gaston II.

39Ainsi, l’époque de Marguerite Moncade (vers 1240-1318), fille et héritière du vicomte de Béarn Gaston VII, et de sa belle-fille, la capétienne Jeanne d’Artois (1283-vers 1351), épouse de Gaston Ier de Foix-Béarn, fut pour les seigneuries méridionales des plus troublées et nécessita de nombreuses paix aux multiples formes, destinées à rétablir l’ordre rompu.

40Les conflits multiples qui se cristallisèrent alors, et pour plusieurs décennies, revêtirent l’aspect de luttes pour l’héritage de Béarn et une simple mais féroce discorde dynastique entre Foix et Armagnac, véritable petite « guerre de cent ans » régionale, régulée tant bien que mal par la paix des rois. Ils purent aussi apparaître comme des dissensions liées à la détention du pouvoir par des femmes aux personnalités affirmées : Marguerite, détentrice de la légitimité en Béarn et continuatrice de l’œuvre de son père ; Jeanne d’Artois, dont on ne sait quelle « loi » elle enfreignit mais qui subit un emprisonnement hors de commun, de vingt-trois années, malgré une paix des fils qui ne fut même pas réconciliation. C’est que l’irruption du domestique dans l’espace public n’est pas rare au Moyen Âge. Le cas des princesses béarnaises montre que la femme fut porteuse de violence à des degrés divers, génératrice et/ou victime des conflits, et que la paix générale ne pouvait durablement s’instaurer sans paix parentale préalable. D’autant que ces conflits familiaux, sororaux, filiaux révèlent aussi d’autres tenants. En effet, nous sommes encore en présence d’antagonismes liés à la construction de structures nouvelles de gouvernement à une échelle où on l’attend peu, celle des comtés et des vicomtés ; les luttes développées alors, et les paix difficilement établies et toujours remises en cause, éclairent les processus de cette construction, les forces en présence, les intérêts en jeu, les bouleversements engendrés, le passage d’un ordre politique et social ancien à un monde nouveau.

41Enfin, l’exemple de Marguerite et de Jeanne d’Artois le rappelle, la femme fut aussi une fondatrice politique, celle, par extinction de la discorde familiale, de la puissance des Foix-Béarn, dont hérita Gaston III Fébus (1343-1391).

Haut de page

Notes

1 En 1170 en effet, la vicomtesse Marie de Béarn (1170-1173) avait épousé Guillem de Montcada, grand chambellan d’Alphonse II et rendit un hommage sans ambiguïté au roi d’Aragon. Lui succédèrent ses deux fils : Gaston VI (1173-1214), qui engagea le Béarn dans les premiers développements de la croisade des Albigeois et à Muret, en 1213, et Guilhem Ramon Ier (1214-1224). Signe des liens étroits entre le Béarn et la couronne d’Aragon, Guilhem Ramon II (1224-1229), le père de Gaston VII, trouva la mort en débarquant à Majorque : Pierre TUCOO-CHALA, Quand l’Islam était aux portes des Pyrénées, Biarritz : J&D éditions, 1994, p. 152-162.

2 Pétronille, comtesse de Bigorre et de Marsan de 1196 à 1251, eut 5 époux successifs, dont Gaston VI de Béarn, Guy, fils de Simon de Montfort, avec qui elle eut une fille, Alix, le catalan Nuño Sanchez et Boson de Mathas. Lui succéda son petit-fils, Esquivat (1251-1283), fils d’Alix de Montfort. Par testament, Pétronille avait désigné sa petite fille, Constance, fille de Mathe de Mathas, comme héritière de la Bigorre et du Marsan, au cas où Esquivat mourrait sans héritier, ce qui fut le cas.

3 Pierre DE MARCA, Histoire de Béarn. Nouvelle édition par M. l’abbé V. Dubarat, Pau : Ribaut, 1894, Livre II, chap. XXVI, p. 589, chap. XXIX, p. 609 et sq.

4 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ADPA), E 293. Jeanne était capétienne, descendante du comte Robert Ier d’Artois, fils de Louis VIII et frère de saint Louis. Les deux comtes, Roger Bernard III de Foix et Robert II d’Artois avaient combattu ensemble pour écraser la révolte navarraise, alors en guerre civile après le décès du roi champenois Henri 1er en 1275, dont la fille, Jeanne 1ère (1274-1305), était l’épouse du roi de France Philippe IV le Bel. Celui-ci avait nommé gouverneur de Navarre le sénéchal de Toulouse Eustache de Beaumarchais, auquel Marguerite et Roger Bernard III s’étaient violemment opposé avant de se soumettre devant le Parlement de Paris, en 1273 : Guillaume FILASTRE, Toison d’or, BnF, ms. fr. 138 (fol. 198), XVe siècle. Sur la guerre de Navarre : Maurice BERTHE, « Une nouvelle interprétation de la Guerra de Navarra de Guilhem Anelier », in : Minorités juives, pouvoirs, littérature politique en péninsule ibérique, France et Italie au Moyen Âge. Études offertes à Béatrice Leroy, Biarritz, Atlantica, 2006, p. 355-370, et F. JULIAT : Eustache de Beaumarchais et la guerre de la Navarreria. 1276-1277, Master 2 UPPA sous la dir. de J.-P. Barraqué, Pau, 2008. L’alliance matrimoniale entre les deux familles comtales fut donc conclue sous l’égide de Philippe le Bel. Notons que Robert II était encore en Gascogne dans les années 1297-1298 : il battit une armée aquitano-anglaise près de Bayonne alors que Roger-Bernard défendait Dax : P. DE MARCA, Histoire de Béarn …, op. cit., p. 605.

5 P. DE MARCA, Histoire de Béarn …, op. cit., p. 370-371, 375.

6 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 392.

7 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 431-442.

8 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 453-459.

9 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 609-612.

10 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 614-616.

11 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 360-361, 661-667.

12 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 668-669.

13 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p. 671.

14 Id., Histoire de Béarn …, op. cit., p.  672-675, 676-679. La Bigorre ne fut restituée au Béarn qu’en 1421.

15 Maurice BERTHE, Le comté de Bigorre. Un milieu rural du bas Moyen-Âge, Paris : SEVPEN, 1976.

16 Nous ne traiterons pas ici des rapports entre les seigneurs de Béarn et les divers papes d’Avignon, Clément V, Jean XXII, Benoît XII, Urbain V et Grégoire XI notamment, le sujet dépasserait le cadre de cet article, les lettres secrètes et curiales et lettres communes conservées par la chancellerie pontificale sont d’une extrême richesse, elles ont été en partie publiées par le CNRS et l’École française de Rome, entre 1972 et 1976 …

17 ADPA, E 419.

18 P. DE MARCA, Histoire de Béarn …, op. cit. en note 3, p. 614.

19 ADPA, E 403.

20 ADPA, E 401, 1303 (en fait, le document est un Vidimus de 1305).

21 P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus et la Vicomté de Béarn (1343-1391, Bordeaux : Impr. Bière, 1951, p 60 et sq. Gaston VII oscilla constamment entre son devoir de soumission et son désir de secouer la tutelle anglaise. Le vicomte de Béarn fut au centre d’intrigues en Gascogne, dès les années 1249-1250 : cette année-là, Gaston VII fut arrêté et conduit en Angleterre. De cette période, date l’installation à Orthez et la construction du château Moncade. La révolte de 1252-1254 l’amena à rechercher en Vain l’appui castillan. L’avènement d’Édouard Ier en 1272 fut l’occasion de nouveaux troubles : le roi mena personnellement ses troupes en Gascogne et assigna Gaston à comparaître en sa cour de Saint-Sever : fait prisonnier, puis relâché et retranché dans les environs d’Orthez, Gaston VII en appela au roi de France et vint plaider violemment contre le roi-duc devant le Parlement de Paris. Mais le vicomte fut désavoué, et dut se livrer en 1275. Emprisonné à Winchester pendant que le Béarn était saisi, Gaston VII obtint son pardon en 1279 et se conduisit désormais en fidèle vassal : P. DE MARCA, Histoire de Béarn …, op. cit., p. 325-459.

22 D’après les Rôles Gascons, P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus et la Vicomté de Béarn…, op. cit. en note 21, p. 156-157.

23 Ibid., p. 157.

24 Ibid., p. 158-159.

25 Ibid., p. 70-73. Gaston Ier et Gaston II rallièrent clairement le camp français. La question de l’hommage au roi-duc se reposa cependant sous Gaston III Fébus qui, en 1364, refusa de la prêter au Prince Noir : P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus, prince des Pyrénées (1331-1391), Biarritz : J&D, 1991, p. 115-130.

26 Public Record Office, E 36/189 (fol. 14v-15), cité par P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus et la Vicomté de Béarn…, op. cit., p. 161-164.

27 ADPA, E 417 ; en outre, en janvier 1294, Roger Bernard a instauré une pension annuelle de mille livres tournois en faveur de son épouse : ADPA, E 399.

28 Echanges de serments avec les seigneurs du Nébouzan, mai 1302 : ADPA, E 594.

29 E 508 : échange des serments entre Marguerite et les communautés du Marsan, en 1310, renouvelé en 1312 ; peuplement de la bastide de Cazères en 1314.

30 Ainsi : sentence arbitrale entre marguerite et Guilhem Ramon de Navailles (1305, E 353) ; arbitrage rendu par Marguerite dans un différend entre les communautés de Baigts et Sainte-Marie (1310, E 289) ; amende infligée aux seigneurs qui ne s’étaient pas présentés à une montre militaire à Lembeye, 1317 : E 296.

31 Fors de Béarn, Bnf, ms. Nouvelles acquisitions n° 6657.

32 ADPA, E 402.

33 ADPA, Orthez AA 1 (fol. 10v°).

34 ADPA, Ossau AA1 (fol. 13).

35 ADPA, E 297 (pièce 1).

36 ADPA, E 297 (pièce 2).

37 ADPA, E 403. « Cum dilecta et fidelis Johanna de Atrebato comitissa Fuxi [...] super pluribus excessibus et super verbera communibus blasfemiis iniuriis et incarcerationibus, per eam seu euis gentes et officiales accusata seu delata fuisset ». L’injure est placée au sommet de la gravité par saint Thomas : Nicolas OFFENSTADT, Faire la paix au Moyen Âge, Paris : O. Jacob, 2007, p. 60.

38 Ainsi Jean-Baptiste LABORDE, Précis d’histoire du Béarn, Pau : Garet, 1941, p. 124-125.

39 Sur l’importance des mots et accusations dans une société fondée sur l’honneur : Claude GAUVARD, « Conclusions », in : Eric BEAUMATIN et Michel GARCIA (dir.), L’invective au Moyen-Âge. France-Espagne-Italie (Actes du colloque « L’Invective au Moyen-Âge »), Atalaya (5), automne-hiver 1994, Paris : Presses de la Sorbonne nouvelle, 1995, p. 257 et sq.

40 C. GAUVARD, « De Grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris : Publications de la Sorbonne, 1991, p. 728 et sq.

41 N. OFFENSTADT, Faire la paix… op. cit., p. 5 et sq.

42 ADPA, E 295.

43 E 403, 1316 ; E 296, 1317.

44 ADPA, E 296 (testament de Marguerite Moncade).

45 ADPA, E 403.

46 ADPA, E 599.

47 Le résumé du conflit fut établi, avec pièces à l’appui, par l’archiviste des comtes de Foix, Michel de Bernis : ADPA, E 392 (fol. 212 et 213).

48 À titre de comparaison, Yolande de Flandres est restée emprisonnée trois ans, sur ordre de Charles V : cela a considérablement ému ses contemporains : Michelle BUBENICEK, Quand les femmes gouvernent. Droit et politique au XIVe siècle : l’exemple de Yolande de Flandres (1326-1395), Paris/Genève : Champion/Droz, 2002.

49 Le 19 décembre 1347, une conciliation aboutit à la libération de Jeanne sous condition de renoncer à ses prétentions et à son douaire sur le bas comté de Foix et de vivre en résidence surveillée, à Pau : ADPA, E 406.

50 Ces réformes nous sont connues par les chartes d’application recopiées dans le recueil des Fors : ADPA, C 677, articles 84-100 (rubrique de délimitation des vics), 64-83 (charte de « feu et taille »), 124 (sur les notaires publics).

51 Jean-Pierre BARRAQUÉ et Béatrice LEROY, des écrits pour les rois. En Espagne médiévale, la réflexion politique d'Isidore de Séville aux Rois catholiques, Limoges : PULIM, 1999. J.-P. BARRAQUÉ, « Les idées politiques de Francesc Eximenis », Le Moyen Âge, 3-4 / 2008, tome CX1V, p.531-556. Le pactisme est l’aboutissement, au XIIIe siècle, de réflexions développées en Espagne chrétienne, très fortement influencées par la pensée d'Isidore de Séville.

52 J.-P. BARRAQUÉ, « Le for dans le discours politique au début du XVe siècle, naissance d'un mythe », Les variantes du discours régionaliste en Béarn, Orthez : Gascogne, 2004, p. 15-36. Et « Pactisme et pactismes », Mélanges en l'honneur du professeur Christian Desplat. Espaces nationaux et identités régionales, Orthez : éd. Gascogne, 2005, p. 25-44.

53 For général, Rubrica et determination deus vicx de Bearn : articles 84 à 110.

54 Article 101 du For général.

55 Articles 77 (levée des amendes), 138 (réglementation des saisies), 259 (délits forestiers) du For général et article 14 (détention de faux poids) du For de Morlaàs.

56 L'article 239 du For général précise que les amendes majeures et les cas appelant un dédommagement doivent être jugés par le baile.

57 Article 71 du For général.

58 Article 13 du For général.

59 Article 25 du For général.

60 Sentence de Morlaàs 164.

61 Articles 116, 137, 140 et 157 For général.

62 En Aspe un Vicari semble faire office de baile ; en Ossau, le rôle du baile est encadré par les articles 5 et 14 du For, le vicomte présidant personnellement les cours de justice.

63 Article 101 du For général. Les registres notariés du XIVe siècle montrent l'activité subalterne de ces officiers auxiliaires.

64 Sentence de Morlaàs, 206.

65 Articles 41 du For général, 21 du For d'Ossau et 21 du For d'Aspe.

66 À vrai dire, cet officier n'est mentionné que dans l'article 21 du For d'Aspe.

67 La sentence 264 de Morlaàs est, à cet égard, la plus claire :« si un homme est en procès avec un autre […] et que celui qui a perdu […] fasse appel au seigneur […] le seigneur reçoit l'appel et fait poursuivre le procès par devant lui et sa cour » (si un homi a pleyt ab autre […] et lo bencut […] se apere au senhor […] lo senhor lo recep eu fe seguir lo pleyt per davant luy et sa cort).

68 Article 172 du For général, sentences de Morlaàs 8, 12, 13. Le Béarn est loin d'être un cas unique dans le sud occitan : Jean-Marie CARBASSE, « Le duel judiciaire dans les coutumes méridionales », Annales du Midi, tome LXXXVII, 1975, p. 385-403. Cependant, la vicomté fut le dernier état chrétien à appliquer une coutume généralement dénoncée : P. TUCOO-CHALA, « Le Béarn et les duels judiciaires au début du XVIe siècle », Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Pau, 4e série, tome 111, 1968, p. 117-132.

69 Article 10 du For général

70 Articles 101 à 105 du For général.

71 Article 244 du For général.

72 Article 245 du For général.

73 Article 246 du For général.

74 Article 124 du For général. Dominique BIDOT-GERMA, Un notariat médiéval. Droit, pouvoir et société en Béarn, Toulouse : PUM, 2008.

75 Benoît CURSENTE, Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale : XIe -XVe siècle, Toulouse : Presses universitaires du Midi, p. 142-156. Sur la liaison manifeste et étroite entre les diffusions respectives du notariat et des consulats : André GOURON, « Diffusion des consulats méridionaux et expansion du droit romain aux XlIe et XIII° siècles », Bibliothèque de l'École des chartes, tome CXXI, 1963, p. 71-92 ; André RIGAUDIERE, « Le notaire et la ville médiévale, » Le Gnomon, 48, 1986, p. 47-55.

76 Monique BOURIN-DERRUAU, Nouvelle histoire de la France médiévale. Temps d'équilibres, temps de ruptures. Xllle siècle, Paris : Seuil, 1990, p. 38, 219.

77 J.-P. BARRAQUÉ, « Du bon usage du pacte : les passeries dans les Pyrénées occidentales à la fin du Moyen Âge », Revue historique, 614, 2000, p. 307-335.

78 D. BIDOT-GERMA, Un notariat médiéval …, op. cit., p. 46-54.

79 Marguerite dut mettre à l’amende des seigneurs récalcitrants lors d’une montre militaire à Lembeye en 1317 : ADPA, E 296.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Bidot-Germa, « Conflits et paix dans le Béarn du début du XIVe siècle. Autour de Marguerite Moncade (vers 1245-1318) et de Jeanne d’Artois (1283-vers 1351) », e-Spania [En ligne], 33 | juin 2019, mis en ligne le 18 juin 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/31202 ; DOI : 10.4000/e-spania.31202

Haut de page

Auteur

Dominique Bidot-Germa

Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM EA 3002

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals