Navigation – Plan du site
Femmes, réconciliation et fin de conflits dans l’arc nord méditerranéen médiéval et moderne

Entretenir le procès ou obtenir la paix ? Quand des matriarches juives défendent leur crédit

¿Mantener el juicio u obtener la paz? Cuando las matriarcas judías defienden su crédito
Maintain the trial or obtain peace? When Jewish matriarchs defend their credit
Claude Denjean

Résumés

La lecture des notaires laisse entrevoir des figures courageuses de femmes juives prêteuses à crédit aux côtés de leur époux ou frères, lorsqu’elles sont veuves et tutrices de leurs enfants et parfois en toute indépendance d’un époux actif. Mais superposer l’étude de sources judiciaires à ces sources notariales permet de mieux évaluer ces femmes capables d’entretenir le procès ou d’obtenir la paix. Les matriarches juives qui défendent leur crédit et celui de leur famille, attaquent puis sont attaquées à leur tour en justice. Des femmes, à l’instar de leurs collègues, de leurs époux ou de leurs pères, traduisent en justice ceux qui n’ont pas respecté leurs engagements. L’analyse doit être nuancée au vu de la place des femmes dans les sources liées au crédit et qui font référence à un conflit réglé en s’engageant dans un procès judiciaire et de la position de ces femmes dans le processus judiciaire et dans une chronologie plus longue que celle du procès.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

crédito, judías, juicio, matriarcas, paz
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Même s’il est pauvre, même s’il a dix enfants, un juif les enverra tous à l’école, non pour le pr (...)
  • 2 « À la mariée », in : Patrick GIFREU, Jaume RIERA I SANS (éd.), Chants de noces catalans, Narbonne (...)
  • 3 Ron BARKAÏ, Les infortunes de Dinah: le livre de la génération. La gynécologie juive au Moyen Âge, (...)
  • 4 En particulier celles de Salomon ben Adret, dit Rashba, Responsa, dans The Responsa Project (Israël (...)
  • 5 Yom TOV ASSIS, « El comportament sexual en la societat hispanojueva de l’edat mitjana », Tamid, 3, (...)
  • 6 Shelomo DOV GOITEN, A Mediterranean society. The Jewish community of the Arab world as portrayed in (...)

1L’historiographie traditionnelle et l’histoire du genre appliquée au thème de l’histoire des juifs, voire les études juives elles-mêmes, insistent sur la place originale accordée à la femme juive durant a période médiévale. Un agréable féminisme se fait sentir, lorsque une historienne cite un élève d’Abélard qui souligne l’éducation intellectuelle assurée aux filles juives, lorsque l’on met en exergue la présence de copistes d’hébreu féminines1 ; le sourire vient aux lèvres quand on lit la poésie où la jeune mariée dit à son mari que, s’il ne la rend pas heureuse, elle va « déchirer les papiers » – sa ketubah – : contrat qui lui garantit des droits sans lequel elle ne peut rester auprès de son époux2 ; enfin, les historiennes américaines se plaisent à souligner combien la gynécologie a été pratiquée par des femmes, comme en témoigne le joli Sefer ha Toledot ou Livre de la génération édité et traduit par Ron Barkaï, où la jeune Dinah interroge son père Jacob sur le corps féminin3. Bref, alors que le statut juridique de la femme au Moyen Âge aurait placé les femmes dans une situation inférieure aux hommes, la femme juive aurait été beaucoup mieux garantie. Le point de vue issu de la lecture des autres sources hébraïques, entre autres les responsa ou consultations juridiques4, nuance la vision irénique que les femmes d’aujourd’hui aiment à porter sur leurs consœurs d’hier : la question de la polygamie5 – généralement successive en Péninsule ibérique, le cas des esclaves musulmanes ne relevant pas explicitement de la polygamie – l’abandon des épouses largement attesté par les lettres de la Geniza du Caire6 et les réticences des époux à respecter leurs devoirs envers leurs épouses, la difficulté des femmes à obtenir le nécessaire gêt de divorce de la part de leur époux, expliquent que bien des femmes juives préfèrent demander justice devant les chrétiens qu’attendre un traitement moins misogyne des rabbins. De fait, la violence physique ou symbolique envers les femmes, qui passe d’abord par l’enlèvement et le viol n’a pas un caractère spécifiquement chrétien !

  • 7 L’argument est par exemple utilisé et réfuté dans le Juda HA-LEVI, Ch. TOUATI (éd), Le Kuzari, Lagr (...)

2De telles études redoublent l’histoire du genre puisque la représentante du deuxième sexe est juive, membre d’une communauté religieuse et juridique inférieure, tolérée mais minoritaire, les « Judei nostri, servi » du roi d’Aragon qui sont « asservis », selon l’argument des disputes7. Le plus souvent, les auteurs, d’abord sensibles à l’expression de la différence communautaire, se demandent si grâce à leur religion, les femmes juives bénéficieraient-elles d’avantages qui leur accorderaient un statut légal protecteur ? Nous prendrons la question en observant d’abord la femme avant la juive. Sous sauvegarde mais humiliés, soutenant des valeurs convergentes avec leurs collègues chrétiens, les juifs seraient-ils mieux insérés dans la société que l’on ne le croît communément ? C’est en gardant à l’esprit le cas de toutes les femmes du XIIIe au XVe siècles, membres de groupes majoritaires ou minoritaires, que nous pourrons comprendre la place et les spécificités de la situation de la femme juive à la fin du Moyen Âge et percevoir les traits de la culture du bas Moyen Âge.

  • 8 Joseph SHATZMILLER, « Une "matriarche " juive au tournant du XIVe siècle : Rosa de Grassa », in : (...)
  • 9 Ariel TOAFF, Il vino et la carne: una comunità ebraica nel Medioevo, Bologne : Il Mulino, 1989 (Le (...)
  • 10 Daniel L. SMAIL, The consumption of justice: emotions, publicity, and legal culture in Marseille, 1 (...)

3La documentation notariale et judiciaire nous permet de connaître les pratiques de femmes membres des oligarchies urbaines, de familles de médecin, prêteurs, scribes et notaires au sein desquelles, au XIVe et surtout au XVe siècle, des femmes ont pu imposer leur autorité. C’est ainsi que Joseph Shatzmiller a heureusement qualifié de matriarche juive sa Rosa de Grassa, une forte femme confrontée à la conversion de sa fille selon les sources judicaires de Manosque8. La lecture des notaires laisse souvent entrevoir des figures dont la ténacité et le courage apparaissent à travers les formules imposées : par exemple des femmes juives prêtent à crédit aux côtés de leur époux ou de leurs frères, lorsqu’elles sont veuves et tutrices de leurs enfants et même parfois en toute indépendance d’un époux actif par ailleurs : Ariel Toaff, Marina ou Alessandra Veronese en Italie, moi-même pour Puigcerda avons multiplié les exemples…9. Si une source judiciaire s’ajoute à la patiente reconstitution notariale, les récits que nous obtenons mettent mieux encore en valeur la volonté des rares femmes capables d’entretenir le procès ou d’obtenir la paix. Quand des matriarches juives défendent leur crédit et celui de leur famille, nous les voyons attaquer puis être attaquées en justice. Si Daniel Lord Smaïl a pu souligner l’importance des femmes dans le déclenchement des conflits entre clans rivaux à Marseille10, nous pouvons à première vue observer des femmes qui, à l’instar de leurs collègues, de leurs époux ou de leurs pères, traduisent en justice ceux qui n’ont pas respecté leurs engagements. Cependant, la place des femmes dans les sources qui font référence à un conflit réglé en s’engageant dans un procès judiciaire comme la position de ces femmes dans une chronologie plus longue que celle du procès vient nuancer notre analyse.

La place des femmes dans les sources liées au crédit

  • 11 Monique WERNHAM, La Communauté juive de Salon-de-Provence d'après les actes notariés, 1391-1435, To (...)
  • 12 À Salon de Provence par exemple (M. WERNHAM, La Communauté juive de Salon-de-Provence …, op. cit., (...)
  • 13 Archives de la Couronne d’Aragon, Chancellerie, Processos en Quart (ACA, PQ,) 1319 D : procurateur (...)
  • 14 ACA, PQ, 1325 A, B et C. DENJEAN, La loi du lucre. L'usure en procès dans la Couronne d'Aragon à la (...)
  • 15 ACA, PQ, 1319 D, f. 4 r°-5 v°.

4La possibilité d’évaluer la participation et la position des femmes appartenant au monde du crédit dans les processus de réconciliation à la fin du XIIIe siècle et au XIVe siècle dépend du nombre de témoignages conservés dans les actes notariaux. Ce type d’actes reste rare, plus encore pour les femmes que pour les hommes. Il est donc difficile d’établir une série statistiquement satisfaisante qui permettrait de mesurer les rôles et places dans ces processus en distinguant les genres, d’autant plus que les femmes sont si peu présentes que la comparaison de leur situation dans le marché du crédit et dans les conflits devient peu pertinente. Certes, les sources provençales, plus tardives et plus détaillées pour – la fin du XIVe siècle et le début du XVe –, ont fait l’objet de traitements statistiques11. On peut souligner que les femmes représentent environ un quart du crédit quelles que soient les dates des diverses études et que les femmes juives jouissent d’une position qui échappe aux chrétiennes. Fait remarquable : des épouses peuvent être actives sans être associés de leur époux. Cependant, au-delà de cet ordre de grandeur général, les travaux sur une longue durée montrent que la place accordée aux femmes reste limitée à des périodes d’activité importante. Par ailleurs, la professionnalisation du métier de prêteur les renvoie sauf exception aux dernières places du classement des prêteurs en nombre de créances et en volume d’activité ; elles sont moins souvent procureur de leurs associés. Les femmes juives sont donc surreprésentées dans le crédit par rapport à la situation générale mais seules quelques figures exceptionnelles étaient véritablement actives sur le marché12. Bref, dans toutes les études, la place de la femme juive est remarquable mais pas significative. Dans les sources catalanes et majorquines, au milieu des contrats ou dans les livres judiciaires, nous pouvons lire les réconciliations devant notaire après un conflit entre héritiers ou associés réglé devant des boni homines. Les femmes sont souvent citées dans les procédures judiciaires, aux côtés de leurs époux et surtout parce qu’elles sont impliquées dans les conflits familiaux. Les registres judiciaires majorquins, qui présentent une continuité, permettent d’affirmer que les conflits où les femmes sont actrices relèvent avant tout des problèmes familiaux et surtout ceux liés à la dévolution des biens. C’est donc au sein de ce corpus que nous pouvons chercher à répondre à la question posée. Des copies de procédures judiciaires contiennent des allusions à ce processus, des sentences viennent clore une affaire après enquête et accord des parties pour recevoir la sentence. Par exemple, la cause que jugea en avril 1319 Dalmau de Pontons, docteur en lois, juge majeur de toute la Catalogne est classique13. Des accusations furent portées contre Isach Astruch de Besalù et Isach Abraham de Gérone car, lorsqu’ils prient en charge la tutelle de Bonadona et de Preciosa filles et héritières de Jucef Bonafe de Gérone. Le pourcentage de procès du début du XIVe siècle émanant de ces communautés est exceptionnel, à tel point que l’on peut présumer sans risque que divers clans se déchiraient. Les autres documents de la série des Processos en quart laissent imaginer un contexte fort peu favorable à la paix dans les foyers, à la synagogue ou dans les rues. Le texte de 1325 qui reprend d’anciennes accusations contre Astruch de Besalu témoignent des violences tant psychiques que physiques que subit la Lorcha de Besalu, maltraitée par son époux puis par son fils14. Le procès pour défaut d’inventaire n’est connu qu’à travers le libelle de synthèse résumant l’enquête finale. Lors d’une enquête préalable qui doit avoir été initiée à la suite de dénonciations, des témoins affirmaient que les deux tuteurs n’avaient pas respecté la procédure classique lors de la prise de tutelle. Le procurateur fiscal Petrus de Fonte défend l’accusation alors que l’avocat des accusés estime que rien n’a été prouvé, mais la cause a été discutée en conseil royal après examen de l’enquête préalable et consultation sur le droit hébraïque15. Le nom des jeunes filles est simplement cité, ce sont leurs biens qui importent. En dernier ressort, le juge royal vérifie donc le respect des procédures hébraïques qui garantissent les biens des héritières. Les biens propres des filles sont surveillés par leur famille et par la communauté, de manière à ce que des confusions entre leurs revenus et ceux de leur tuteur, aisées puisqu’il s’agit souvent de parts de créances, ne favorisent pas des spoliations.

  • 16 Joseph SHATZMILLER, Shylock reconsidered. Jews, Moneylending and Medieval Society, Berkeley - Los A (...)
  • 17 ACA, PQ, 1325 A et B.
  • 18 Parmi d’autres, des exemples tirés des lettres de la Geniza du Caire montrent combien la crainte du (...)
  • 19 La bibliographie a depuis longtemps souligné le rôle économique de veuves.
  • 20 Exemples cités dans C. DENJEAN, Juifs et chrétiens. De Perpignan à Puigcerda, …, op. cit., p. 86-10 (...)
  • 21 ACA, PQ, 1325 A et B.
  • 22 Rabindranath TAGORE, La Maison et le Monde (Ghare Baire [1916], The Home and the World), traduit de (...)
  • 23 Ibidem, B, fol. 8v ; Bruno LAURIOUX et Laurence MOULINIER, Éducation et culture dans l’Occident chr (...)
  • 24 D. L. SMAIL, The consumption of justice: emotions, publicity, and legal, p. 1-3, 40, 44.

5Les actions judiciaires dont nous avons connaissance supposent un accord entre créancier et débiteur alors que l’engagement initial n’a pas été respecté. Ou bien a contrario le prêteur choisit de rompre le lien avec un mauvais payeur récalcitrant et exige le remboursement de sa créance et des intérêts qu’elle a produit légalement, voire des indemnités de retard par l’entremise de la cour de justice. De même un débiteur aigri contre un usurier déclenche des procédures, d’abord par une dénonciation ou parfois par une accusation en bonne et due forme. Lors de l’enquête puis des débats, les avocats citent des témoins qui narrent l’échec des processus de pacification. En effet, le crédit repose sur la fides, la foi entre le créancier et le débiteur ; la règle du jeu créditeur impose de garantir le plus longtemps possible cette confiance pour assurer à la fois le remboursement – du point de vue du prêteur – et la possibilité d’emprunter à nouveau – du point de vue de son client, l’emprunteur. Le bon prêteur est donc celui qui évite le conflit en maintenant la sérénité garante de la sécurité financière. Il répond donc à une norme où la posture et le caractère comptent beaucoup et où la fama, la réputation sur le marché et celle au tribunal, est le maître mot. Nous savons, Joseph Shazmiller l’a montré le premier grâce au procès de Bondavin de Marseille, promu Shylock revu et corrigé, que la fama du prêteur juif dépasse naturellement ses simples pratiques bancaires16. Par exemple, en Catalogne, un bon juif selon les chrétiens comme ses coreligionnaires est celui qui respecte sa Loi, qui étudie, qui est charitable…17. Il lui faut bénéficier d’une information la plus complète possible sur ses associés, clients et concitoyens, amis et ennemis, ce qui nécessite d’entretenir de nombreuses relations, si possible directes, renforcées par des pratiques sociales et des rituels d’amitié impliquant un contact physique. Cette démarche reste moins accessible aux femmes, spécialement aux femmes juives. Le discours sur le bon citoyen ne s’applique pas directement à elles, les préceptes religieux ne les concernent pas de la même manière. Comment concilier les exigences de la pureté, le respect de la cacherout par exemple, avec les rituels d’amitié, comment protéger sa réputation et son intégrité physique ?18 Que les quelques cas que nous pouvons relever concernent des veuves n’est pas un hasard19. À côté de ces dernières, nous discernons cependant l’importance des jeunes filles, héritières de parts de créances aux côtés de leurs frères ou légataires universelles, comme en témoigne le procès le 131920. L’enjeu que représentent les tutelles est alors essentiel. Les qualités du bon prêteur et citoyen sont-elles proprement masculines ou bien s’étendent-elles aux femmes, ce qui montrerait que dans les milieux aisés au moins, les Christine de Pisan juives sont la norme et non pas l’exception, donnant ainsi raison aux historiens qui reprennent les remarques d’Abélard ? De fait, il est bien plus difficile à une femme d’exprimer au sein de la communauté marchande ses qualités d’humanité et de bonne gestionnaire, puisqu’elle est le plus souvent absente et représentée par un procureur masculin ; elle ne peut passer ses journées sur la place ou à la cour de justice, l’espace proprement féminin, peu ouvert au monde, demeurant celui de la maison. De fait, les seuls bavardages qui nous sont rapportés sont ceux entre femmes, telles les confidences de la mère d’Astruch de Besalu auprès de ses amies pour déplorer l’absence d’éducation de son époux et de son fils21. Leur action est donc bien réelle mais n’est possible que dans un espace clos censé être protecteur, la dualité entre la maison et le monde étant visible22. Faut-il imaginer que les Dolça, Bonafilia, Bonamancipa et autres délicieuses et conciliantes épouses, mères et filles seraient mieux disposées à éviter la guerre judiciaire ? Dans les milieux d’artisans et de marchands, nous les voyons parfois non seulement participer mais aussi présider à la formation des apprentis ou apprenties, comme l’illustre le cas de la femme médecin à Marseille ou la Lorcha de Besalu, couturière23. Il faudrait alors corriger l’image traditionnelle de la harpie des rues qui, à Marseille au moins, n’hésite pas à déclencher la guerre entre époux à coups d’insultes et de mépris pour leur voisine perdue de réputation 24! Deux types de femmes ont alors accès à la justice : les « honnêtes » ne quittent pas leur rôle effacé et silencieux, quand bien même, dans l’ombre, elles seraient très au fait de la vie économique ; les autres, mauvaises femmes, s’expriment en public et supportent dont le poncif de la mégère. Il nous sera bien difficile de nous faire une idée de la volonté de ces femmes engagées dans le jeu social et judiciaire, dont l’action est rapportée à travers une grille de lecture masculine, qui dessine une typologie implicite dont l’historien reste quelque peu prisonnier.

  • 25 Ce phénomène devrait être éclairé par une thèse de doctorat.
  • 26 Ces points sont développés dans C. DENJEAN, La loi du lucre.., op. cit.
  • 27 Juliette SIBON, Les juifs de Marseille au XIVe siècle, Paris : Les Éd. du Cerf, 2011.

6Observons plus en détail le corpus que nous pouvons rassembler à Puigcerda, Perpignan, Gérone, Barcelone, Pénédès et Palma de Majorque. Chez les notaires, les brèves prenant acte d’une conciliation après médiation des boni homines sont fort peu nombreuses dans les registres, de même que les références à des condamnations judiciaires. On en compte moins de 1% dans les archives où ont été conservés des livres de créances et de quittances, comme Puigcerda ou Urgel, à la fin du XIVe siècle. Lorsque des registres judiciaires ont été conservés pour le début du XIVe siècle, dans les quelques pages témoignant de l’activité de la fin du XIIIe siècle, le nombre des mentions sont naturellement plus nombreuses, sans atteindre un nombre significatif au regard de la masse des créances souscrites25. Cela tendrait à prouver que le règlement des conflits s’opère d’abord en amont, voire préventivement, non seulement avant toute action judiciaire mais aussi sans en référer immédiatement à la médiation notariale. Fait corroborés par les autres informations collectées sur les négociations qui garantissent le crédit : rôle des courtiers et des experts nommés parmi les élites professionnelles et communautaires, importance fondamentale des garants et des fidejusseurs, solidité et souplesse de la garantie orale grâce à l’emploi du contrat polymorphe du mutuum et à l’importance de la stipulacio, par conséquent rôle éminent des témoins qui ont vu et entendu les diverses phases des arrangements26. Ces résultats ne diffèrent pas des constations réalisés en Provence où la procédure des lattes (lata, servant de clôture) est bien documentée mais rarement mobilisée27. Les auteurs s’accorent à dire que le socle du crédit est la capacité à éviter l’affrontement et à garder saine une créance, valide un engagement, sans faille la confiance. Dans ce domaine verrait-on une discrimination par le genre ?

La position des femmes dans le processus judiciaire

7Une analyse des procès relevant de la chancellerie à Barcelone durant le XIVe siècle et à Majorque durant la première moitié de ce siècle, sans offrir de meilleures possibilités statistiques, fournit néanmoins des données instructives et permet de suivre les processus créditeurs où se succèdent accord et contrat, conflit et dénonciation du contrat puis arbitrage ou jugement, acceptés ou non. Le monde du crédit, par rapport à la famille, a l’avantage de nous dégager a priori du passionnel ou du sentimental, du moins dans un premier temps, mettant plus aisément à nu les stratégies, positions et postures de chaque partie. De même uniformise-t-il les pratiques masculines et féminines, du fait de l’importance d’un juridique générique, et par les mises en forme notariale et judiciaire qui, si elles imposent quelques règles différentes aux femmes, exigent d’elles de respecter les mêmes normes, voire des argumentaires semblables, qui de toute manière sont élaborés et proférés par des hommes, leurs procureurs et avocats. Le monde des prêteurs est celui de la négociation, où négoce marchand et négoce procédural font partie du métier, sans que la faiblesse physique n’ait à intervenir a priori dans l’affaire mais où il importe de manifester la force de sa parole, de sa vertu, de ses soutiens.

8Les procès anciens de la baillie de Catalogne, s’ils commencent en 1315, ne sont véritablement en nombre significatif qu’après 1380 et surtout 1400. De nombreuses causes impliquant des femmes s’y trouvent consignées, mais les juifs en sont absents et les affaires de dettes ne se trouvent pas dans cette série ; l’évaluation de leur place ne peut donc être valable que pour la série des processos en quart, c’est-à-dire la série formée de cahiers in-quarto cousus de procès royaux ou d’appel. Pour la période 1294-1380, les causes impliquant des juifs représentent 10% des procès, c’est-à-dire à peu près l’équivalent du poids démographique des juifs dans les villes catalanes. Même si seuls 57% des documents conservés sont en ce moment disponibles pour la lecture, nous pouvons affirmer que les juifs ne sont ni sous-représentés ni surreprésentés devant les juges. Les types d’affaires ne diffèrent pas de celles qui occupent les chrétiens, excepté les conflits féodaux : conflits économiques, financiers, familiaux (héritages, mariages) et moeurs. Les femmes juives ont leur place, quoique réduite, dans ce corpus. Les femmes chrétiennes sont par contre toujours passives dans cette documentation, et n’interviennent que comme témoins, et dans seulement un cas, comme veuve d’un accusé dont elle a accepté l’héritage.

Procès où interviennent des juifs (10% du total)

33

Procès où un juif est accusé

12

Procès entre parties juives

1

Procès accusatoire où intervient une femme juive

3

Procédure inquisitoire sumarie ou complète

6

  • 28 ACA, PQ, n° 12, 1293-1294, Procès de demande du procurateur de Douce, épouse de Sullam Adret, juif (...)
  • 29 1298 B, Bonadona, veuve de Jafuda de Limos ;1298-1299 Arnau çaïlla de Lérida et Bonadona, appel du (...)

9Plus qu’en analysant des données chiffrées qui ne fournissent que de grossiers ordres de grandeur, c’est donc à grâce à des analyses micro-historiques que nous pouvons répondre aux questions posées au sujet de la place des femmes dans l’indispensable réconciliation autour d’une relation créditrice. Nous pouvons observer deux causes catalanes. Ces deux cas peuvent retenir notre attention parce qu’ils sont abondamment documentés : celui de Dolça, épouse de Sullam Adret, juif de Barcelona, contre Astruch Caravida et ses frères dont la demanda date de 129328, et celui de Bonadona contre le drapier de Lérida Arnau çaïlla29, dont l’appel dura de 1298 à 1300. Ces deux femmes appartiennent à la génération la mieux représentée dans les registres notariés catalans et majorquins. En effet, à la fin du XIIIe siècle et durant les premières années du XIVe siècle, avant 1315, nous rencontrons parmi les prêteurs une proportion supérieure à la moyenne des autres périodes des femmes d’une trentaine ou d’une quarantaine d’années, souvent veuves mais parfois encore pourvues de leur époux qu’elles soutiennent et auquel elles sont associées. C’est l’époque du tout à crédit, de la flambée immobilière et des accusations de malversations. C’est également l’époque où la documentation suit une croissance exponentielle. Les rois Pierre le grand et Jacques le juste organisent la chancellerie et une conservation systématique des actes dans des registres diversifiés. Leur politique d’enquêtes, les prémisses de l’audiencia royale, le développement de l’appel et le développement du contrôle de l’usure ont permis la bonne conservation de la documentation judiciaire. Leurs cousins les rois de Majorque suivent la même voie. La fin du XIIIe siècle est donc un choix opportun pour notre étude.

Deux femmes en position d’attaque

Bonadona, épouse de Jafuda de Limoux et le drapier çaïlla…

10Dans le premier acte, Bonadona, veuve de Jafuda de Limoux, nomme Maçot Avingena procureur pour attaquer le citoyen de Lérida Arnaud çaïlla, drapier, qui refuse de rembourser une créance. Ce dossier est le plus important et le plus complet de toute la série des procès barcelonais liés aux dettes et à l’usure : nous disposons de la copie du jugement de première instance, jugé par Mir de Castellvi à la cour de Lérida, dont la sentence favorable à Bonadona en date du 28 juin 1298, fut comme il se doit suivie de l’appel clamé immédiatement. Comparé aux autres, il permet de comprendre comment les mauvais débiteurs dénoncent en appel leurs créanciers comme usuriers. Malgré des passages grattés et tâchés qui rendent la lecture difficile, ces cahiers ont offert la possibilité de reconstituer la procédure de manière sûre puisque les autres cahiers ne contiennent généralement que certaines parties des procès. Arnaud çaïlla, Bonadona et son associé Maçot Avingena utilisent successivement toutes les possibilités de la procédure pour gagner du temps et poursuivre la lutte. Le drapier axe une partie de sa démonstration sur des écritures hébraïques dont la valeur suscite discussion et expertise, argumentaire alors classique mais significatif des pratiques de notre prêteuse. Ne se contentant pas de faire appel, il profite de la présence des délégués de la commission aux usures partis en campagne en Catalogne et Aragon sur mandement royal de 1297, pour attaquer Bonadona de manière élargie, en la dénonçant comme usurière. Cette méthode est fréquemment employée. À Bernard Tapiador, délégué de la cour de Lérida le 5 juillet 1298 succède N.N par délégation de Nadal Raynier, juge en charge des enquêtes sur les usures, déplaçant la cause de Lérida à Barcelone. À première vue, ce serait donc Bonadona qui aurait causé le trouble en attaquant çaïlla, avec qui elle était en affaires depuis fort longtemps et semblait s’entendre, pour défaut de remboursement ; le drapier employa alors toute son énergie contre sa créancière sans jamais lâcher prise malgré sa condamnation et l’emploi extrême qu’il fit des mesures dilatoires. Cette veuve combative et obstinée serait-elle l’une des matriarches juives du crédit, qui préférerait la guerre judiciaire sans merci à une conciliation capable de durer tant bien que mal, garantissant la relation commerciale ?

Dulçia, épouse de Sullam Adret contre les frères Caravida

  • 30 Les filles portent souvent le nom d’une tante, les fils du grand-père, du père, puis d’autres membr (...)
  • 31 Elka KLEIN, Jews, Christian Society, and Royal Power in Medieval Barcelona, Ann Arbor : University (...)

11Dulçia, épouse de Sullam Adret n’est pas plus femme à se laisser faire. Elle attaque en justice les frères Caravida, pour violences contre la personne de sa fille Bonafilia. Pourquoi donc inclure cette cause apparemment étrangère au crédit dans notre corpus ? Parce qu’il s’avère que cet événement ne relève pas simplement des violences faites aux femmes, qui ne sont portées devant les juges que dans certains cas où un intérêt financier apparaît. Il permet de comprendre comment les affaires financières sont incluses dans un contexte culturel et social qui ne limite pas le commerce de l’argent aux contrats notariés. Une distribution selon le genre des positions dans les réseaux et les circuits du crédit se dessine ainsi. Douce pourrait appartenir à la famille du prêteur Salomon ben Adret, mieux connu comme éminent talmudiste, figure centrale du judaïsme catalan, apprécié pour ses interventions dans la querelle au sujet des études profanes et auteur de responsa essentielles. Nous ne savons pas exactement la situer par rapport au plus connu de la famille, car elle a épousé un Salomon ou Sullam Adret, Meshullam Adret (1260-1290), fils d’un Bonjuda Adret, qu’il n’est pas possible d’assimiler avec le petit fils de Rashba qui se nomme lui aussi Bonjuda. Néanmoins, l’anthroponymie fournit un indice qui doit être corroboré : même patronyme —alors que l’emploi de noms transmissibles par tous les membres d’une famille est rare, stock onomastique convergent30. Les liens avec les descendants d’Abraham Adret, le père de Rashba sont supposés par Elka Klein31. Or il se trouve que Abraham Adret et Salmon Adret puis son fils prêtent aux grandes familles barcelonaises : les Fenollar, les Eymeric et Ombau, parfois également clients de Vidal de Porta, un autre juif éminent qui fut en butte à des procès. Quoiqu’il en soit, la fille du couple Sullam et Douce Adret a épousé un Salomon de Besers que l’on retrouve parmi les juifs de Vilafranca-du-Pénédès qui témoignent ans d’autres procès, de même que les Adret sont apparentés aux Astruch de Tolosa ; tout ce monde appartient au groupe des juifs languedociens venus en Catalogne au XIIIe siècle, avant même 1306. Quant aux Carravida : Isach Salamon, Samuel Salomonis Sullam Caravida, Salamo Caravida, ils sont au coeur d’un conflit qui agite les prêteurs de Vilafranca-du-Pénédès et divers membres de la communauté juive qui accusent l’officier Bartomeu de Mans en 1298, lors de l’enquête contre les officiers royaux. Lequel Bartomeu est avec son épouse la figure éminente d’un groupe qui s’enrichit d’extorsions perpétrées auprès de certains habitants du Pénédès et pratique le crédit avec des méthodes fortes. Tout ce petit monde finit au début du XIVe siècle par faire front contre le changeur barcelonais Berenger de Finestres, bien connu pour ses hautes relations. Voilà donc une méthode alternative, quoique mafieuse, de pratiquer le crédit.

Comment expliquer l’attitude combattive de ces femmes prêteuses ?

  • 32 Archives capitulaires de Barcelone (ACB).
  • 33 Jafuda de Limoux est décédé avant février 1285, puisque le 13 et le 24 février le roi a écrit à son (...)
  • 34 ACA, PQ, 1319 D.
  • 35 Aca, Chancellerie, reg. 56, fol. 198.

12Les femmes qui prêtent de l’argent, les épouses de prêteur ne seraient-elles pas parfois mal en mesure d’assurer le remboursement paisible de leurs créances sans en appeler au tribunal, ce qui expliquerait leur position d’accusatrices ? Les veuves comme Bonafilia ou Douce, particulièrement les jeunes veuves, leurs filles, ne seraient-elles pas des proies plus faciles en cas de conflit autour des associations et créances de la famille ? Dans tous les cas – et nous dirions la même chose si nous parlions des créancières chrétiennes – la créance contestée date d’avant le veuvage. Le décès d’un époux est donc une occasion inespérée pour attaquer la légitimité d’un emprunt. En effet, l’époux de Douce n’est plus visible dans les sources après 129032 ; Jafuda, l’époux de Bonadona est décédé depuis treize années33. Le procès de 1319 montre que Jucef Bonafe de Gérone a confié la tutelle de ses filles à deux hommes qui auraient agi sans trop de précautions34. Visiblement, les femmes sont menacées dès qu’un membre proche de leur famille n’est plus en mesure de les protéger. Certes, ces conclusions n’ont rien d’exceptionnelles ! Cependant, si les filles mineures sont silencieuses et ne doivent leur éventuel salut qu’à des personnes intéressées par la dénonciation de leurs agresseurs, les femmes peuvent jouer leur propre carte. Elles sont alors en butte à des accusations spécifiques. Lors de l’ouverture de son testament, les dernières volontés de l’époux de Bonadona de Lérida furent contestées par une partie de la famille et de la communauté de Lérida. Des membres de la famille accusèrent Bonadona et ses complices d’avoir forcé l’époux mourant à faire un testament peu conforme aux règles habituelles et à ses vœux réels. Le roi ordonna une enquête. L’affaire finit par se calmer et Bonadona ne fut pas condamnée : comme bien souvent, l’enquête ne permit pas de faire éclater la vérité : les témoignages étaient confus, peu concordants, certains témoins variaient dans leurs dépositions et d’autres étaient visiblement subornés. Le rapport d’enquête du batlle Étienne (Stephanus) de Cardona insistait sur les doutes qui subsistaient et le roi ordonna de reprendre la cause pour produire des conclusions claires35. Cependant, il fallut protéger la veuve contre la persécution qu’elle subissait. Le silence des documents laisse libre pour imaginer sa destinée durant les années suivantes. Bonadona demeura cependant si présente qu’elle exigeait encore le remboursement de créances dix ans plus tard, comme en témoigne le procès de 1298. Cette exigence n’est pas exceptionnelle, mais elle prouve que sa relation avec le drapier çaïlla, un citoyen de la ville, étaient si dégradées qu’elle jugea qu’il fallait réagir contre la mauvaise volonté de ce débiteur. Voilà pourquoi elle a été jusqu’au tribunal : il ne s’agissait pas seulement de 30 sous, mais de la légitimité de toute son activité, à elle et à ses soutiens. En effet, dix ans après que le roi ait clôt l’affaire de fraude testamentaire, la réputation de Bonadona pouvait souffrir de cette ancienne mise en cause et inciter un débiteur trop endetté, malintentionné ou tout simplement excédé de payer ses intérêts, à oublier quelque peu ses devoirs. Maçot Avingena, l’associé et représentant de la femme d’affaires faisait-il partie des supposés complices de Bonadona dans la supposée fraude testamentaire ? Çaïlla pour sa part pouvait visiblement penser éviter ce remboursement qui durait depuis trop longtemps : passé dix ans, une créance est indubitablement peu sûre. L’un comme l’autre n’envisageaient pas de céder. L’un comme l’autre cachaient tout un groupe d’associé ou de complices. L’opposition entre eux ne présente pas des caractéristiques qu’il conviendrait d’interpréter en termes d’opposition entre juifs et chrétiens. De même Douce accuse ceux qui ont violenté sa fille parce qu’elle ne peut plus se défendre par un autre moyen, mais aussi parce qu’elle dispose d’un capital suffisant, tant financier que social et relationnel, pour agir en justice. Les hommes qu’elle accuse sont pour leur part engagés dans divers conflits, il est de bonne guerre de les dénigrer. C’est bien la position dans un réseau qui prime dans toutes les sources évoquées ici, des testaments aux enquêtes et procès. Celle des femmes y est plus faible.

  • 36 Pour le détail de cette affaire, voir C. DENJEAN, La loi du lucre…, op. cit., p. 106.

13Au déficit de protection, à la nécessité d’arrêter un ennemi qui dépasse les bornes et en prend à son aise s’ajoute le caractère inextricable d’un conflit latent depuis de nombreuses années. Le recours à la justice représente la dernière possibilité. Ainsi, l’affaire de Lérida était passablement compliquée. Les deux parties se fréquentaient depuis des années, les créances étaient fort anciennes, partiellement remboursées, réactualisées. Le conflit portait en effet sur un mutuum de 50 livres jacqueses de capital et des intérêts (lucrum) selon le taux légal, prêtés avec instrument public, dus par Pere çailla et son épouse à Bonadona. Mais la somme n’a pas été intégralement remboursée à Bonadona et les termes ont été largement dépassés. Arnau Cailla, auquel la dette avait été transmise cette dette, n’était pas d’accord avec sa créditrice sur la somme à payer, d’un montant de 30 livres selon Bonadona. Devant ce désaccord, le remboursement fut donc désormais exigé par la veuve justicia mediante. L’autre partie reconnaissait de son coté une dette de 12 livres, avouée par Arnau et son épouse Maria en mutuum, et 18 sous d’intérêts, toujours avec charte publique, mais auprès de Jafuda de Limos, l’époux de Bonadona, depuis décédé́36. C’est donc bien cela : un vieux conflit ressurgissait. Il est évident que nos matriarches pleines d’allant, capables d’attaquer les mauvais payeurs en justice ne le font que par exception, parce que toutes les autres mesures ont échoué. Plus que la confiance dans la justice chrétienne, qui est réelle et partagée par les prêteurs, une certaine conscience de son bon droit (Bonadona n’a-t-elle pas en quelque sorte gagné la première partie treize ans auparavant ?), nous pouvons voir là un aveu de faiblesse lié à la mala fama qui pouvait aisément resurgir, aux ruptures successorales toujours favorables à des désaveux, à la situation de femme et de veuve – associée à un homme en outre. La pugnacité de la femme prêteur, son exigence des 30 sous témoignent d’une certaine fragilité qui l’empêche d’entretenir des relations sereines avec sa clientèle. Bonadona n’est ni une femme soucieuse de règlement pacificateur ni une créancière au cœur dur, elle n’est pas un bon prêteur car sa situation est instable, parce qu’on pourrait la soupçonner d’avidité. L’affaire n’est pas typiquement féminine, elle représente le destin de nombreux prêteurs. Mais que le prêteur soit une femme complique encore le jeu.

  • 37 ACA, PQ, 1298 T.

14Douce de son côté défend sa fille sans que l’on dispose de détails aussi précis que dans la cause lleidatane. Les informations dont nous disposons convergent néanmoins avec l’interprétation de la cause précédente. Les rapts et violences contre les enfants héritiers de riches prêteurs n’étaient pas rares mais ne faisaient l’objet d’une plainte et d’une enquête que dans des cas exceptionnels où ils servaient de preuve supplémentaire des mauvaises mœurs d’un personnage. Dans l’enquête de Vilafrancha-de-Penedes, ces faits sont évoqués en passant37. Il fallait des faits répétés, publics et notoirement exagérés, il fallait que les victimes aient une valeur pour que la justice s’en empare. La violence quotidienne ne suscitait qu’une désapprobation de principe, la qualifier avec précision de manière socialement et judiciairement efficace n’était pas chose aisée et ne semble pas avoir présenté un intérêt en soi. Ici la jeune fille a fait l’objet d’attaque de la fratrie et non pas d’un seul des frères. Faut-il y voir une vengeance par la destruction définitive d’une réputation et d’une vie d’épouse ? Faut-il y voir le désir d’acquérir une héritière sans négociation supplémentaire ? Le texte reste trop allusif, le document est en trop mauvais état pour en tirer des conclusions définitives.

Une possible autonomie féminine

  • 38 Exemples dans C. DENJEAN, Juifs et chrétiens. De Perpignan à Puigcerda, XIIIe-XIVe siècles…, op. ci (...)
  • 39 M. WERNHAM, La Communauté juive de Salon-de-Provence …, op. cit., p. 192 ; transcription du documen (...)
  • 40 Idem, « tam in mercanciis quam in bonis debitis et hoc de bonis propriis ».
  • 41 Ibidem, transcription p. 253-255.
  • 42 Ibidem, transcription p. 254 : « que non vult suum prebere conssenssum ».
  • 43 Ibidem : « Que respondit quod non. Interrogata quare non vult impsum. Que respondit quia non placet (...)
  • 44 Ibidem, p. 255 : « videntes quod periculorum foret sic permanere »
  • 45 Ibidem, p. 192.
  • 46 Ibidem, p. 257.
  • 47 Giacomo TODESCHINI, « Familles juives et chrétiennes en Italie à la fin du Moyen Âge : deux modèle (...)

15Ce n’est finalement pas à la cour de justice que les femmes expriment le plus clairement leur capacité à gérer leur vie et leur fortune, mais plutôt devant le notaire. Les testaments féminins prouvent que certaines épouses survivantes administrent seules les affaires de leurs enfants et petits-enfants38. Mais c’est à Salon-de-Provence qu’une déclaration devant notaire prouve que la petite-fille du prêteur Bonan Boniaqui a refusé un arrangement prévu pour son mariage en 1429 par un contrat « per verba de futuro » qui engageait le grand-père à donner en mariage Astrugue, honnête fille, à la demande de l’autre partie, sous peine d’amende39. La constitution de dot empruntait la forme d’une commende payable à réquisition. La dot conséquente de 300 florins était payable partie en nature - vêtements et bijoux - partie en argent. Au bout d’un an, si le couple ne pouvait rester avec le père du marié chargé de les nourrir durant ces premiers douze mois, ce dernier devrait restituer la dot à son fils et sa bru, sans leur donner de mauvaises créances et - le contrat montre combien il faut être prudent - en prenant sur ses propres biens 40. Mais voici qu’en décembre 1430, la promesse de mariage est rompue en raison d’un événement exceptionnel, connu par une quittance bien particulière établie lors d’une réunion devant maitre Guillaume Capardi, notaire, qui a lieu dans le studium de Guillaume Gaudin, juge de Salon, présent41. Le scribe précise que les négociations et le contrat s’étaient déroulés en l’absence des intéressés, tant le futur époux que la future épouse. Des versements d’un montant total de 100 florins avaient été effectués en plusieurs termes, avec actes notariés, témoignant de la bonne volonté du grand-père qui a respecté son engagement. Le fiancé Isach souhaitait honorer le contrat. Le procureur de Bonafos, son neveu, requit alors Bonan Boniaqui de s’expliquer devant les témoins. Ce dernier réitèra son acceptation du contrat, mais répondit qu’Astrugue ne voulait pas consentir au mariage42. Le juge convoqua alors la jeune fille et l’interrogea publiquement, devant des maîtres artisans de Salon qui étaient présents. Elle assura ne pas consentir, par manque de goût pour cet époux43. Elle préférerait mourir que prendre cet époux. Devant la menace44, les parties décidèrent de revenir sur l’engagement sans poursuites et la part de la dot déjà versée fut rendue. En janvier 1431, Astrugue pourvue d’une dot plus élevée, en épousa un autre, soit 395 florins. Monique Wernham signale que d’autres cas de rupture de mariage conduisent à des renonciations aux accords passés assortis de nouvelles constitutions de dots publiant un autre engagement 45. Son analyse s’attache essentiellement à la possibilité pour les juifs de rompre des mariages et à l’importance du consentement, tout en soulignant le caractère exceptionnel d’un refus d’ordre affectif. Elle interprète le mariage d’Astrugue comme l’expression de la nécessité de ne pas laisser une fille non mariée. De fait, la dot est ou doit être augmentée. Par contre, l’auteur estime que dans d’autre cas pour lesquels il n’existe pas un document aussi vivant et précis, il est bien possible que les familles aient changé d’avis. Sans douter de la validité de ces arguments ni de la capacité des femmes à dire non, il semble bien que la place des femmes et de leurs sentiments supposés dans ces tractations complexes demeure celle d’un élément essentiel de l’échange de la fides. Quel que soit l’avis des filles, elles sont le témoignage vivant d’une alliance et d’associations dont le caractère durable est fondamental. Or, les affaires des prêteurs sont souvent très instables et aléatoires et ils n’hésitent pas à se retirer pour placer leur confiance ailleurs. Dans ces cas-là, s’ils veulent éviter de graves mécomptes, il leur faut désamorcer le conflit et, sinon restaurer la confiance, du moins éviter que leur foi (et celle de leur honnête fille) ne soit mise en cause. Dans ce cas, un bon accord devant notaire, témoins et juge est préférable à une action en justice que pourraient initier plus tard les anciens associés mécontents ou de nouveaux ennemis se gardant en mémoire les défauts anciens. Le texte notarial parle d’ailleurs d’insultes réciproques qu’il conviendra d’oublier. Dans le cas d’Astrugue, l’important était de se libérer d’une promesse sans perdre 100 florins, la fides, et sans préparer une menace future. La volonté de la fille était alors un argument recevable pour dédouaner son grand-père. La constitution de dot qui suivit accumula les précautions en vue de l’éventuel retour de la dot d’Astrugue aux siens, tant en ce qui concernait la somme d’argent que les ornements et autres joyaux qui comptaient pour 181 florins. Outre la garantie sur leurs biens de l’époux et de son père pour le cas où Bonan désirerait récupérer les objets d’Astrugue, ce qui s’opérerait après estimation par les amis des deux parties, la mère du marié s’engagea elle aussi à ne pas entraver cette éventuelle dévolution46. Le grand-père, très présent, souhait garantir les biens familiaux tout autant que sa petite-fille. G. Todeschni a raison : le contrôle tatillon des familles sur les biens féminins est un frein aux investissements risqués47.

16Ainsi, lorsque des bribes de leurs destins sont parvenues jusqu’à l’historien, les femmes dans le crédit apparaissent plutôt comme objets de discorde que comme sujets de réconciliation. Les autres n’ont pas d’histoire et sont restées dans l’ombre et le silence qui convient à leur sexe. Lorsqu’elles n’hésitent pas à attaquer avec vigueur et ténacité, c’est qu’elles sont en position défensive. Certes, les femmes juives disposent de moyens d’action spécifiques grâce au droit hébraïque et aux moyens que leur offrent les interstices potentiels entre sages juifs et juges chrétiens, si elles savent en jouer. Le droit des femmes juives ne serait-il jamais aussi bien considéré que par des hommes chrétiens ? Elles disposent certes de leurs biens propres, en personne lorsqu’aucun mâle de la famille n’est plus là pour les protéger. Quoiqu’il en soit, ces rares femmes, la plupart du temps silencieuses et représentées sont des femmes fragiles, voire des femmes victimes. Nous en sommes réduits à leur supposer une grande force pour ainsi faire perdurer leur crédit au milieu des attaques bien particulières qui permettent d’attenter à leur réputation. Telles que les procès nous les montrent, les matriarches ne jouent pas, ne boivent pas, n’expriment pas leur colère par quelque invective ou quelque action. Seules les honnêtes femmes ont droit de cité, alors qu’il est quelques hommes critiquables. Si elles volent, ce sera dans l’ombre, l’argent de leur époux, ou plutôt celui de ses parents qui se voudraient héritiers. Elles ne sont même pas véritablement usurières, mais plutôt des veuves d’usurier qui veulent se faire payer leur dû trop longtemps après. Pour les diffamer, l’argument recevable consiste à insinuer qu’elles étaient ou sont de mauvaises épouses. Pour les abattre ou obtenir puissance sur elles, l’arme sera la violence, le rapt et le viol. Les femmes qui pratiquent le prêt d’argent sont un prêteur comme un autre, qui rencontrent quelques obstacles supplémentaires par rapport à leurs collègues et qui, si elles sont plus pacifiques, le sont par la force qui leur impose le silence. Ce portrait correspond à celui de la veuve d’usurier chrétien tel que nous la livrent les exempla.

Haut de page

Notes

1 « Même s’il est pauvre, même s’il a dix enfants, un juif les enverra tous à l’école, non pour le profit, mais pour l’intelligence de la Loi, et non seulement ses fils mais aussi ses filles ». Voir Colette SIRAT, La Conception du livre chez les piétistes ashkénazes, Genève : Droz, 1996 ; id., Du scribe au livre : les manuscrits hébreux au Moyen Âge, Paris : CNRS éd., 1994, en particulier p. 50 [2e éd. 2002]. Les dons testamentaires de manuscrits à des filles sont très nombreux. Cependant, si l’étude est un commandement pour l’homme, qui doit enseigner à son fils pour en faire un bon juif, ce n’est pas le cas des filles qui peuvent cependant s’adonner à l’étude. Maïmonide, dans le premier chapitre de son Livre de la connaissance, Paris : PUF, 1990 [2e éd.], p. 166-167, exclut les filles de l’obligation d’étudier, car « la plupart des femmes n’ont pas l’esprit apte à l’étude », mais estime que c’est méritoire.

2 « À la mariée », in : Patrick GIFREU, Jaume RIERA I SANS (éd.), Chants de noces catalans, Narbonne : Mare nostrum, 1998, p. 60-67.

3 Ron BARKAÏ, Les infortunes de Dinah: le livre de la génération. La gynécologie juive au Moyen Âge, Paris : Éd. du Cerf, 1991. On connaît des femmes exerçant la médecine, par exemple Sara de Saint-Gilles qui passe un contrat avec un jeune garçon qu’elle prend en apprentissage à Marseille le 28 août 1326, cité dans Bruno LAURIOUX et Laurence MOULINIER, Éducation et culture dans l’Occident chrétien. Du début du douzième au milieu du quinzième siècle, Paris : Éditions Messene, 1998, p. 64.

4 En particulier celles de Salomon ben Adret, dit Rashba, Responsa, dans The Responsa Project (Israël), Université de Bar-Ilan, Ramat Gan (Israel), 1992/2007 [CD-Rom disponible en ligne (en hébreu ) : www.responsa.co.il] ; I. EPSTEIN, The responsa of Rabbi Solomon ben Adret of Barcelona (1235-1310) and the responsa of Rabbi Simon ben Zemah Duran, New-York: Hermon Press, 1968 ; José Ramon MAGDALENA NOM DE DÉU et Meritxell BLASCO ORELLANA, Los responsa de Rabi Yishaq bar Seset Perfet de Barcelona : 1368-1408, Barcelone : PPU « Catalonia Hebraica », V2004.

5 Yom TOV ASSIS, « El comportament sexual en la societat hispanojueva de l’edat mitjana », Tamid, 3, 2001, p. 7-47, qui cite le viol de Bonafilia fille de Druda par Astruch Carravida en 1293, p. 42 ; Joseph SHATZMILLER, « La bigamie juive dans l’Espagne médiévale », in : Flocel SABATÉ et Claude DENJEAN (éd.), Cristianos y judios en contacto en la edad media : polémica, conversión, dinero y convivencia, Lérida : Mileno, 2009, p. 581-588.

6 Shelomo DOV GOITEN, A Mediterranean society. The Jewish community of the Arab world as portrayed in the documents of the Cairo Geniza, Berkeley-Los Angeles: University of California Press 1969-1989 (5 vols.), en particulier les vols. 1 Economic Foundations, et le vol. 3, The Family.

7 L’argument est par exemple utilisé et réfuté dans le Juda HA-LEVI, Ch. TOUATI (éd), Le Kuzari, Lagrasse : Verdier-EHESS, 1993, en particulier p. 9-31.

8 Joseph SHATZMILLER, « Une "matriarche " juive au tournant du XIVe siècle : Rosa de Grassa », in : Femmes, mariages-lignages, XIIe-XIVe siècles. Mélanges offerts à Georges Duby, Bruxelles : De Boeck-Université, 1992, p. 325-340.

9 Ariel TOAFF, Il vino et la carne: una comunità ebraica nel Medioevo, Bologne : Il Mulino, 1989 (Le marchand de Pérouse : une communauté juive au Moyen Âge, trad. francaise par Denis-Armand Canal, Paris : Balland 1993) ; Alessandra VERONESE, Una famiglia di banchieri ebrei tra xiv e xvi secolo: i da Volterra. Reti di credito nell’Italia del Rinascimento, Pise : Ed. ETS, 1998 ; Claude DENJEAN, Juifs et chrétiens. De Perpignan à Puigcerda, XIIIe-XIVe siècles, Perpignan : Editions Trabucaire, 2004.

10 Daniel L. SMAIL, The consumption of justice: emotions, publicity, and legal culture in Marseille, 1324-1425, Ithaca : Cornell University Press, 2003.

11 Monique WERNHAM, La Communauté juive de Salon-de-Provence d'après les actes notariés, 1391-1435, Toronto : Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1987, en particulier, p. 134-145 ; Noël COULET, Aix-en-Provence : espace et relations d'une capitale : milieu XIVe s.-milieu XVe s., Aix-en-Provence : Université de Provence, 1988.

12 À Salon de Provence par exemple (M. WERNHAM, La Communauté juive de Salon-de-Provence …, op. cit., p. 134-136), en 1399, sur 23 prêteurs, les femmes, 3 veuves et 3 épouses, sont classées 15e, 19e, 20e, 21e, 22e et 23e avec 2 ou 1 acte, alors que les prêteurs notables ont laissé entre 15 et 31 actes ; une seule apparaît dans les ventes de grains à crédit, 17e sur 17 avec un acte, 2 dans les achats à terme, la 9e avec 6 actes, une exception et la 18e sur 18, 2 apurent les comptes. Sauf exception, les sommes en jeu sont faibles.

13 Archives de la Couronne d’Aragon, Chancellerie, Processos en Quart (ACA, PQ,) 1319 D : procurateur fiscal contre Isach Astruch de Besalú et Isach Abraham de Gérone, pour défaut d’inventaire sur les biens dont ils sont tuteurs.

14 ACA, PQ, 1325 A, B et C. DENJEAN, La loi du lucre. L'usure en procès dans la Couronne d'Aragon à la fin du Moyen Âge, Madrid : Casa de Velázquez, 2011, p. 193-194, 206-213.

15 ACA, PQ, 1319 D, f. 4 r°-5 v°.

16 Joseph SHATZMILLER, Shylock reconsidered. Jews, Moneylending and Medieval Society, Berkeley - Los Angeles, 1990 (Shylock : les juifs, les chrétiens et le prêt d’argent dans la société médiévale, trad. de l’anglais par Sylvain Piron, Paris: Les Belles Lettres, 2000).

17 ACA, PQ, 1325 A et B.

18 Parmi d’autres, des exemples tirés des lettres de la Geniza du Caire montrent combien la crainte du contact entre les femmes et les hommes étrangers est forte.

19 La bibliographie a depuis longtemps souligné le rôle économique de veuves.

20 Exemples cités dans C. DENJEAN, Juifs et chrétiens. De Perpignan à Puigcerda, …, op. cit., p. 86-103 et Ead, « La Loi entre la place publique et l'espace privé : pratiques religieuses des juifs et convertis de l'est pyrénéen. », Colloque de Tarbes, 30 mai-1 juin 2002, dans Serge BRUNET et Nicole LEMAITRE (éd.), Clergé, communautés et familles des montagnes d’Europe, Paris : Presses Universitaires de la Sorbonne, 2005, p. 242-259. L’étude de la Cerdagne et du Roussillon conduit à conclure que la place des femmes dans le crédit demeure marginale et transitoire, liée à une difficulté de transmission au sein de la famille.

21 ACA, PQ, 1325 A et B.

22 Rabindranath TAGORE, La Maison et le Monde (Ghare Baire [1916], The Home and the World), traduit de l'anglais par F. Roger-Cornaz, Paris : Payot, 2002 [1e édition 1921].

23 Ibidem, B, fol. 8v ; Bruno LAURIOUX et Laurence MOULINIER, Éducation et culture dans l’Occident chrétien, p. 64.

24 D. L. SMAIL, The consumption of justice: emotions, publicity, and legal, p. 1-3, 40, 44.

25 Ce phénomène devrait être éclairé par une thèse de doctorat.

26 Ces points sont développés dans C. DENJEAN, La loi du lucre.., op. cit.

27 Juliette SIBON, Les juifs de Marseille au XIVe siècle, Paris : Les Éd. du Cerf, 2011.

28 ACA, PQ, n° 12, 1293-1294, Procès de demande du procurateur de Douce, épouse de Sullam Adret, juif de Barcelona, contre Astruch Caravida et ses frères, pour le viol de sa fille Bonafilia. Il semble que c’est le procès cité par Yom Tov Assis car la date et les personnages, le motif de la demanda correspondent. Cependant Yom Tov Assis a transcrit « Druda » et non « Dulçia » qui est lisible sur le document.

29 1298 B, Bonadona, veuve de Jafuda de Limos ;1298-1299 Arnau çaïlla de Lérida et Bonadona, appel du 1298 B ; 1300 J, suite de l’affaire çaïlla.

30 Les filles portent souvent le nom d’une tante, les fils du grand-père, du père, puis d’autres membres de la famille proche. Voir C. DENJEAN, « Sources et caractéristiques de l’anthroponymie juive pyrénéenne et catalane du XIIe au XVe siècle », Sources et caractéristiques de l’anthroponymie juive pyrénéenne et catalane du XIIe au XVe siècle », Nouvelle Revue d’onomastique, Société française d’onomastique, 37-38, 2001, p. 165-181 ; id., « Pour une histoire de la conversion (Espagnes, XIIe-XVIe siècles) », Revue Diasporas, 3, Conversions, passages, retours, Toulouse, novembre-décembre 2003, p. 45-63 ; id., « Jeux anthroponymiques identitaires des migrants juifs aux XIVe et XVe siècles », in : Grégoire SALINERO, Isabel TESTÓN NÚÑEZ (éd.), Un juego de engaños, Casa de Velázquez, 17-19 novembre 2008, Madrid : Éditions de Casa de Velázquez, 2010, p. 295-312.

31 Elka KLEIN, Jews, Christian Society, and Royal Power in Medieval Barcelona, Ann Arbor : University of Michigan Press, 2006.

32 Archives capitulaires de Barcelone (ACB).

33 Jafuda de Limoux est décédé avant février 1285, puisque le 13 et le 24 février le roi a écrit à son batlle et à son lieutenant à Lérida pour leur ordonner d’empêcher tout règlement définitif de la succession de Jafuda car sa veuve Bonadona se voit accuser par des membres de la famille. Le roi ordonne donc une enquête. Aca, Chancellerie, reg. 57, fol. 5 et fol. 9.

34 ACA, PQ, 1319 D.

35 Aca, Chancellerie, reg. 56, fol. 198.

36 Pour le détail de cette affaire, voir C. DENJEAN, La loi du lucre…, op. cit., p. 106.

37 ACA, PQ, 1298 T.

38 Exemples dans C. DENJEAN, Juifs et chrétiens. De Perpignan à Puigcerda, XIIIe-XIVe siècles…, op. cit.

39 M. WERNHAM, La Communauté juive de Salon-de-Provence …, op. cit., p. 192 ; transcription du document p. 252. On lit que la future est « honestam filiam Astrugam », que le mariage aura lieu « ad primam et simplicem requisitionem » et « sub pena quinquaginta florenorum monente currentis ». La dot sera versée « per soluciones sequentes ».

40 Idem, « tam in mercanciis quam in bonis debitis et hoc de bonis propriis ».

41 Ibidem, transcription p. 253-255.

42 Ibidem, transcription p. 254 : « que non vult suum prebere conssenssum ».

43 Ibidem : « Que respondit quod non. Interrogata quare non vult impsum. Que respondit quia non placet sibi ».

44 Ibidem, p. 255 : « videntes quod periculorum foret sic permanere »

45 Ibidem, p. 192.

46 Ibidem, p. 257.

47 Giacomo TODESCHINI, « Familles juives et chrétiennes en Italie à la fin du Moyen Âge : deux modèles de développement économique », Annales ESC, 4, 1994, p. 787-817.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Denjean, « Entretenir le procès ou obtenir la paix ? Quand des matriarches juives défendent leur crédit », e-Spania [En ligne], 33 | juin 2019, mis en ligne le 18 juin 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/31364 ; DOI : 10.4000/e-spania.31364

Haut de page

Auteur

Claude Denjean

Université de Perpignan Via Domitia

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals