Navigation – Plan du site
Femmes, réconciliation et fin de conflits dans l’arc nord méditerranéen médiéval et moderne

Place et rôle des femmes dans la résolution des affaires civiles à l’époque moderne en Roussillon

El lugar y el papel de las mujeres en la resolución de los asuntos civiles en los tiempos modernos en el Rosellón
Place and role of Women in the resolution of Civil affairs in Modern times in Roussillon
Gilbert Larguier

Résumés

Les exemples documentés d’interventions féminines dans des processus de réconciliation dans les Comtés devenus province du Roussillon sont extrêmement rares au cours de la période moderne. Cela tient pour une part à la rigueur accrue avec laquelle on considère la femme comme incapable juridiquement. La simple mention d’une intervention pouvait vicier les décisions de justice ou les transactions laborieusement conclues devant notaire. Cela n’empêchait pas les femmes d’avoir un rôle important, reconnu, dans un cadre domestique comme auprès d’alliés ou du voisinage, à condition qu’il ne s’affiche pas.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Représenter l’histoire moderne dans la rencontre internationale Femmes, paix et réconciliation consacrée essentiellement à la période médiévale, afin de répondre à la généreuse invitation des organisatrices, n’avait pas été tâche facile. Non en raison du déséquilibre entre les périodes moderne et médiévale, mais parce qu’aborder le thème « Femmes, paix, réconciliation » dans le cadre restreint des Comtés, devenus province du Roussillon en 1659, expose en effet à une indigence documentaire difficile à surmonter. Ce n’est pas faute de vouloir aller au cœur des relations sociales, de tenter d’en saisir la nature et le fonctionnement. On devine, on pressent, plus qu’on embrasse une matière qui semble constamment se dérober. Jamais en effet on ne dispose d’un « beau document » où l’on aurait relaté dans le détail le déroulement d’une affaire, signalé la position et le rôle exacts des protagonistes depuis son début jusqu’à sa conclusion, la nature des interventions, le degré de leur efficacité.

2Ce constat, effectué après la consultation de mètres linéaires de registres de notaires et de liasses d’affaires judiciaires, invite à se réinterroger à l’occasion du dossier Femmes, réconciliation et fin de conflits présenté en 2019 par les Études Roussillonnaises, revue d’Histoire et d’Archéologie méditerranéennes pour être publié dans e-Spania. Pourquoi retrouve-t-on si peu de traces d’interventions de femmes ? Elles paraissent encore moins nombreuses qu’au cours des deux ou trois siècles précédents. Aucun livre de raison, aucune correspondance féminine, aucun factum, ne vient rompre ce silence. Aucune figure de femme appelée à jouer un rôle public, ne serait-ce comme arbitre, ne se dégage non plus. Faut-il mettre en cause, là, la situation même des Comtés, dont aucune personnalité ou famille n’est proche des lieux, des organes ou des cercles de pouvoir ?

Quel rôle pour les femmes pendant l’époque moderne ?

  • 1 Des registres entiers sont consacrés à ce type d’actes, par exemple, les Archives départementales d (...)
  • 2 Les ADPO en conservent de nombreux exemplaires, par exemple : 3 E 3/972-977 ; 3 E 11/613 ; 3 E 16/6 (...)
  • 3 Gilbert LARGUIER, « À l’imitation de notre Seigneur Dieu Jésus-Christ’. Pardons catalans », in : Be (...)

3Les Comtés, ainsi que la période moderne, constituent-ils un angle mort territorial et documentaire du thème « femmes, paix et réconciliation » ? Il est vrai qu’il n’a pas fait jusqu’ici l’objet d’investigations comme dans les territoires voisins. Inventorier les lacunes, les zones d’ombre, est déjà dessiner en creux les contours du matériel susceptible d’être utilisé. Les séries notariales sont particulièrement indigentes. A première vue, les répertoires des registres antérieurs à 1700, où le français devient la langue des actes publics, sont prometteurs. Ils mentionnent en effet de nombreuses concordiae, terme traduit par l’expression « transactions à l’amiable », lorsque la langue française se substitue au catalan1. Il s’agit essentiellement de clôtures de comptes de tutelles – au demeurant fort intéressantes –, d’accords à la suite de successions difficiles, d’échanges de biens, etc. Peu de femmes sont mentionnées dans ce type d’acte, à moins qu’elles ne soient directement concernées. Elles sont rarement désignées comme tutrices. Surtout, aucune allusion n’est faite aux tractations qui ont rendu possibles ces concordiae. En fait, les minutes ne font que reproduire les modèles d’actes dont disposaient les notaires2. Même les écritures rédigées à la suite d’une démarche de conciliation et qui en font état comme les « pardons » – des désistements de poursuites engagées le plus souvent à la suite de coups et blessures – se bornent à des formules convenues : les parents, les amis des parties ou les intermédiaires qui se sont entremis, ne sont jamais désignés nommément ; à plus forte raison, rien n’est dit sur leurs démarches3. La vocation des notaires était de donner forme au dénouement des affaires de famille, non de les exposer.

  • 4 Gilbert LARGUIER (dir.), Les justices royales secondaires en Languedoc et en Roussillon, XVIIe-XVII (...)

4Les séries judiciaires pouvaient être plus circonstanciées. La province du Roussillon conserve d’abondants fonds judiciaires – justices seigneuriales, bailliage de Perpignan, vigueries, justices spécialisées, Conseil souverain –, maintenant bien reconnus et mis à disposition des chercheurs4. Ils ne sont guère plus commodes et plus loquaces en dépit des dizaines de mètres linéaires de liasses accumulées. Les pièces des procès civils – procédures, enquêtes, relations d’experts, réponses personnelles, plumitifs des audiences, jugements, etc. –, sont souvent dispersées dans des liasses différentes. De plus, les chercheurs qui les ont pratiquées savent qu’elles laissent peu de place aux considérations personnelles. Aucune partie ne se livre. Les réponses des témoins aux questions notées par un simple numéro sont laconiques, se bornent dans la majorité des cas à un oui ou à un non. Cette sècheresse expéditive ne s’explique pas seulement par la hâte des greffiers à établir les procès-verbaux d’interrogatoires. Les affaires dont nous avons connaissance sont celles où les tentatives de rapprochement ont échoué, malgré parfois les conseils de modération des juges. On rejoint là les observations faites à propos de ce qui relève de l’infrajudiciaire : les conciliations réussies taisent la nature et le détail des démarches entreprises et conduisent au retrait des plaintes.

5Plus suggestive peut-être, car la carence documentaire ne laisse pas indifférent et oblige à s’interroger sur le matériel susceptible d’être mobilisé, est la réflexion suscitée par la comparaison avec les exemples médiévaux mis en avant. Le constat fait en Roussillon vaut également en Languedoc et en Provence en effet. Durant la période moderne on ne peut guère donner l’exemple d’aussi belles figures de femmes qui se signalent par leur rôle de conciliation ou leur influence dans la recherche de la paix. Est-ce le simple fait du hasard ? La question mériterait un examen attentif. Plusieurs communications de ce colloque concernent des interventions de femmes dans des conflits matrimoniaux au sein de familles princières, à l’occasion de paix conclues entre principautés ou royaumes. On n’en trouve pas trace dans notre territoire. Trois facteurs entrent en ligne de compte pour expliquer la solution de continuité sur laquelle on bute.

6Les Comtés, le pays catalan d’une manière générale, ne sont plus concernés de longue date par les péripéties successorales, les stratégies et les rebondissements auxquels elles donnent lieu. L’épuisement de la lignée comtale, le compromis de Caspe qui le sanctionne, les placent en marge des lieux où des interventions de ce type pouvaient advenir. Aucune famille, aucun groupe aristocratique éminent du Principat, encore moins du Roussillon totalement excentré et marginalisé par rapport aux recompositions territoriales et de souveraineté de la péninsule ibérique, n’est désormais directement impliqué dans les jeux de pouvoir. Cette moindre exposition anticipe un mouvement plus profond qui tient aux mutations ayant présidé à ce qu’il est convenu d’appeler l’avènement de l’Etat moderne.

7En forçant un peu le trait, on peut avancer que l’apparition, puis le développement d’organes d’Etat, la relégation au second plan des principautés, ont affaibli les positions féminines. Aucune femme n’est admise dans les conseils. La compétition pour y accéder et s’y maintenir les éloigne des prises de décision. De même, les progrès de la diplomatie, plus encore le retour en force du droit romain, l’établissement de cours de justice et la formation progressive d’un personnel judiciaire spécialisé, réduisent comme peau de chagrin leur capacité de médiation à moins qu’elle ne s’exerce dans un cadre strictement privé. Il ne peut y avoir de lien mécanique, ni de relation chronologiquement immédiate de cause à effet. Il ne serait cependant pas déplacé de s’interroger sur la corrélation entre la mise en place des justices et la moindre acceptation du rôle médiateur des femmes.

  • 5 Alain DEGAGE, Essai sur le Doctrinale Florum et le Viatorium d’Etienne Marcillet et de Jean Barbier (...)

8A-t-on affaire à une illusion d’optique ou l’impression traduit-elle fidèlement la réalité, car le statut de la femme dans la société n’a pas fondamentalement changé ? Le renforcement de la position de l’homme dans la famille au XVIe siècle a été montré. Les juristes sollicitent les textes anciens pour justifier l’obéissance de la femme à leur mari : la Genèse, les écrits de saint Paul et des Pères de l’Eglise, mais aussi les canons conciliaires et le droit romain. Ils n’ont eu de cesse de mettre en avant la foemina infirmitas, la légèreté et l’inconstance du sexe. Ainsi, pour prendre des exemples géographiquement proches des Comtés, le Viatorium juris de l’avocat, juge et professeur de droit nîmois Jean Barbier (1478), et le formulaire rédigé par le notaire d’Alès Etienne Marcillet5. Ils sont représentatifs d’une opinion largement répandue qui, à force d’être répétée, modèle les comportements. Jean Barbier insiste sur la fragilité, l’inconstance de la femme chez qui le vice l’emporte sur la vertu : n’est-elle pas le « trouble », le « naufrage de l’homme », emporté par ses passions qu’elle circonvient à l’aide de ses flatteries et de ses charmes ? Pour lui, il faut se barder de précautions, tout faire pour qu’elle ne puisse agir à sa guise, même dans le cas où elle pourrait prétendre à la tutelle de ses propres enfants. De là à s’entremettre et à donner des conseils…

  • 6 Claude-Joseph de FERRIÈRE, Dictionnaire de droit et de pratique…, 2 vols., 3e éd., Toulouse, 1771, (...)
  • 7 Pierre-Jean-Jacques GUYOT, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, ca (...)
  • 8 C.-J. de FERRIÈRE, Dictionnaireop. cit., p. 779-780 ; P.-J.-J. GUYOT, Répertoire…, op. cit., p. 2 (...)
  • 9 A titre d’exemple, ADPO, 10 Bp 51, août 1700 ; 10 Bp 446, avril 1720 ; 10 Bp 350, juin 1740 ; 10 Bp (...)

9Cette position exprimée crûment à la fin du XVe siècle se retrouve tout au long de la période moderne sous la plume des auteurs de traités comme dans les décisions des justices du Roussillon. La « faiblesse de leur sexe »6 disqualifiait les femmes pour l’exercice de toute fonction publique, être arbitre, même pour la charge de tutrice car la « tutelle est une charge virile »7. Cela n’empêchait pas que quelques aïeules ou mères fussent désignées comme tutrices8. Mais, en principe, les femmes n’étaient pas admises dans les assemblées de parents, réunies pour mettre en place les tutelles. D’ailleurs, si quelques-unes s’y trouvaient, on n’en tenait pas compte pour déterminer si le quorum nécessaire avait été atteint, jamais on ne comptabilisait leurs suffrages, et les procès-verbaux ne faisaient pas état des opinions qu’elles avaient pu exprimer9.

  • 10 Scarlett BEAUVALET-BOUTOUYRIE, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris : Belin, 2001, p. 184-189 ; A (...)

10Plus largement, l’idée de l’incapacité juridique de la femme mariée est proclamée et avalisée, ce qui n’était pas le cas dans le droit médiéval. À cet égard, le De Legibus Connubialibus du jurisconsulte Tiraqueau paru en 1513 et promis à un immense succès, puisqu’il fut réédité seize fois avant la fin du XVIe siècle, eut un rôle déterminant. Il s’appuyait sur le Digeste, en particulier sur un senatus-consulte d’Ulpien (Ad Senatus Consultum Velleianum) qui interdisait aux femmes de s’engager pour autrui en raison de la « faiblesse de leur sexe »10. Tiraqueau innovait moins qu’il n’alimentait en justifications juridiques l’idée de l’infériorité féminine. Même si on peut lui trouver des prédécesseurs, au rang desquels le méridional Jean Barbier, il signale le moment où, sans législation nouvelle, se produit une dégradation de la condition féminine. Suivant à la lettre cette doctrine qui impliquait la mise à l’écart des femmes de toutes les affaires qui débordaient du cadre domestique, toutes les procédures en Roussillon ne manquent pas de rappeler que les démarches féminines sont effectuées du consentement exprès de leur mari.

11Ces facteurs convergents, ainsi que le soin mis par les juges roussillonnais nourris de droit romain à souligner l’incapacité des femmes mariées, donnent-ils la clé de l’indigence documentaire constatée ? Et n’était-ce pas faire fausse route que de se tourner vers les sources sollicitées afin de trouver des traces d’interventions féminines dans les procédures d’arbitrage et de réconciliation ? Le droit imposait de les passer sous silence, même s’il y en avait eu à quelque degré que ce fut. En faire état risquait d’affaiblir les décisions de justice comme les concordiae, laborieusement conclues.

Un rôle important, qui ne doit pas s’afficher

  • 11 L’idéal affiché est toujours la conciliation. Ainsi cette formule, fréquence dans les procédures : (...)

12Faut-il donc baisser pavillon, renoncer définitivement à apercevoir des femmes dans un rôle de conciliation ? Ce ne pourra être que de manière très ponctuelle, peu diserte, à l’occasion de cas où l’apaisement n’a pu intervenir puisque les procédures judiciaires sont allées à leur terme11. L’échec témoignera pour la réussite. Sans beaucoup d’originalité, les situations où l’on décèle des tentatives de conciliation se rangent en deux grandes catégories : celles qui relèvent des relations familiales, de loin les plus nombreuses, … et les autres, plus hétérogènes, qui mêlent des incidents inopinés et de lourds contentieux de voisinage.

  • 12 Dans le bailliage de Perpignan, 1720-1740 : proportion des femmes dans les procédures : 17,3 % des (...)

13Avant toute autre remarque, une observation préalable : les femmes apparaissent peu dans les conflits, mais très inégalement selon les secteurs géographiques de la province. Elles constituent entre 15 et 20 % des justiciables dans le bailliage de Perpignan, près de 10 % dans la viguerie de Conflent-Vallespir, 2 % seulement des demandeurs et accusés dans celle de Cerdagne, au cours du second quart du XVIIIe siècle12. Doit-on comprendre que les femmes sont moins exposées, mais disposent aussi de moins de latitude pour faire valoir leurs droits, engager des actions en justice dans les hauts cantons, qu’en ville où les structures sociales sont plus diversifiées, les origines de la population plus mêlées : car, filles mineures ou femmes mariées, elles ne pouvaient agir qu’autorisées par leur père, leur tuteur, leur mari ? Les écarts sont trop importants pour ne pas refléter des pratiques différentes. L’air de la ville rend-il les femmes plus libres ? A l’inverse, même si le système de l’héritier n’était pas aussi prégnant qu’on a souvent voulu l’affirmer, s’appliquait avec une relative souplesse afin de répondre aux cas d’espèce : l’existence de pubilles, c’est-à-dire d’héritières grâce auxquelles se transmettaient le patrimoine et le nom, leur a-t-elle conféré un statut leur permettant d’être mieux écoutées ? Il s’agirait là de relations au sein des familles. Elles n’ont guère de chance d’être portées à notre connaissance, sinon par dérision.

  • 13 ADPO, 10 Bp 44, 27 avril 1723.

14Les affaires étrangères au cadre domestique sont d’une affligeante banalité. Voici quelques exemples. Des voisines entretiennent des rapports détestables. Une altercation plus vive que d’ordinaire les oppose à propos d’une poule tuée. Ce ne serait pas le premier volatile à être sacrifié accuse la plaignante. D’où des cris, des injures. Les deux femmes échauffées se prennent par les cheveux, se jettent à terre, continuent à exhaler leurs aigreurs devant les juges13. Sans beaucoup s’aventurer, on peut avancer que les deux voisines ne se sont pas raccommodées de sitôt. La querelle intervenue entre Jean-Jacques Ruaut, un garçon tailleur, et un certain Jean Navarrot fut plus inattendue, au moins en apparence. Plusieurs personnes allaient ensemble sur le chemin menant du village de Pia à Perpignan. Lorsque le groupe arriva en bordure d’une vigne, des gens qui s’y trouvaient « chantèrent poules », transposition littérale en français du terme escridassar qui signifie interpeller en raillant. Françoise Lasserre, femme du tailleur chez qui Ruaut travaillait, affirme n’avoir rien compris des caquètements des moqueurs. Était-ce bien vrai ou les quolibets avaient-ils porté juste et un des marcheurs s’était-il mêlé de faire chorus ? La querelle ne se déclare pas entre les hommes qui avaient interpellé depuis la vigne et les marcheurs, mais entre les membres du groupe en train de regagner Perpignan. Navarrot assena deux soufflets à Françoise Lasserre, la traita de « putain » à plusieurs reprises, jusque dans la rue une fois rentrés en ville. D’autres horions furent échangés. Hauteribes (le surnom de Jean-Jacques Ruaut) et Navarrot en vinrent aux mains, entre les deux ponts qui, depuis le nord, donnaient l’accès à Perpignan.

  • 14 Françoise Lasserre était native de Narbonne. Un indice de la forte immigration en Roussillon au XVI (...)

15Le motif du pugilat est la seule chose qui se dégage clairement de cet incident dont, à force de sous-entendus des parties, on a la plus grande difficulté à débrouiller la succession des étapes et la responsabilité des différents protagonistes. Hauteribes s’était permis de faire allusion à la brouille qui empoisonnait la famille du maître tailleur. Jean Navarrot lui en avait fait la remarque, conseillé de ne pas s’occuper de ce type d’affaire. Hauteribes n’obtempérant pas, le ton était monté. Les deux hommes en étaient venus aux mains. Des témoins avaient dû intervenir pour les séparer. Pourquoi l’affaire ne se termina pas là et déboucha-t-elle sur une action en justice ? La plainte émane de Jean Navarrot et de Jeanne Lasserre, vise Honofre Lasserre, le maître tailleur et sa femme, non Jean-Jacques Ruaut. L’ire suscitée par Hauteribes s’explique par sa position : il n’est qu’un garçon de boutique, un nouveau venu dans la province, car né à Hauterives dans le diocèse de Narbonne - d’où son surnom. Imprudent, il commet une double transgression : évoquer publiquement des dissensions qu’il ne pouvait ignorer, dont il subissait peut-être les effets, mais où il ne devait s’immiscer sous aucun prétexte ; intervenir bien qu’il ne fut pas un naturel du pays, circonstance rédhibitoire dans la province du Roussillon même si nombre de membres du groupe qui cheminait vers Perpignan y résidaient depuis peu14.

  • 15 Le terme désigne les immigrants non roussillonnais (non Catalans), issus du nord (même proche comme (...)

16L’incident, mineur, est révélateur. Il vient de la rencontre inopinée de gens qui, au bord d’un chemin, apostrophent des passants - les connaissaient-ils ? Rien, au premier abord, qui put créer la zizanie dans le groupe interpellé. Or c’est en son sein que l’éclat se produit. L’escridassada réveille la mésentente entre les sœurs et les beaux-frères, suffisamment ancienne et profonde pour que Hauteribes s’en mêle. Deux altercations s’ensuivent : la première, verbale ; la seconde, virile, entre Navarrot et le gavatx15. Sans surprise - c’est cela qui nous intéresse -, la fâcherie familiale a atteint un tel degré d’acuité que n’importe quelle occasion la réveille. Les injures proférées dans la rue ne laissent personne l’ignorer. Des médiateurs pourront néanmoins s’interposer, au moins pour atténuer le feu. Personne, par contre, n’intervient en faveur de Hauteribes, car son attitude rendue plus détestable, par son refus d’arrêter ses propos et son origine, l’a disqualifié aux yeux d’éventuels conciliateurs.

  • 16 ADPO, 10 Bp 347, 18 novembre 1740.

17On pourrait multiplier les exemples, depuis des emprunts d’objets non restitués jusqu’aux compétitions amoureuses qui dégénèrent en surveillances soupçonneuses, défis, poursuites, pugilats16. Est-ce utile ? Tout ce qui arrive jusqu’à nous présente des points communs. Les événements se sont déroulés à l’extérieur : un chemin, une rue, une place ; ont donné lieu à des violences, verbales ou physiques, d’autant plus grandes que se trouvaient des témoins car les adversaires entendaient l’emporter publiquement afin de justifier leur attitude et de prouver leur bon droit. Ces témoins ne sont pas forcément des proches, mais rapidement des connaissances interviennent afin de stopper l’affrontement. Les dissensions les plus durables, génératrices des longues procédures, concernent toujours des personnes qui se connaissaient depuis longtemps, avaient déjà eu maille à partir. Les algarades dont nous avons connaissance ne seraient-elles pas les incidents de trop, arrivés quand le capital de conciliation était déjà épuisé ? L’affaire Hauteribes est particulièrement démonstratrice à cet égard. Elle dégénère alors que les travailleurs de la vigne ne pensaient qu’à badiner à la fin d’une journée de travail, n’imaginaient probablement pas les effets qu’ils allaient produire - l’incident se passe en effet à six heures du soir -, prend de l’importance parce que Jean-Jacques Ruaut se manifeste, dit tout haut ce que personne ignorait. Ce faisant, il commettait - jeunesse et insuffisante conscience de sa double position de dépendant dans la boutique de son maître et d’étranger - une transgression exacerbée par l’hostilité que se vouaient les membres de la famille Lasserre. Les contentieux les plus irréductibles proviennent immanquablement de l’intrusion dans la sphère privée, qu’il s’agisse d’un territoire délimité, de biens matériels – y compris de poules divagantes –, de l’honneur de la personne que l’on a en face de soi ou de la parentèle, surtout si celui-ci n’est pas sans tâche et peut prêter à des remarques désobligeantes.

18Les procédures engagées à la suite des différends familiaux proviennent de relations détestables, de mésententes anciennes, de rancunes tenaces, parfois de lourds secrets portés sur la place publique, que des appels à la raison et des tentatives de médiation n’ont pas réussi à réduire. Si l’on passe en revue les affaires où apparaissent les femmes comme justiciables, on s’aperçoit qu’il s’agit essentiellement de cas relatifs à des engagements non respectés en matière de dot notamment, à des successions problématiques, à des rapports gravement dégradés à l’intérieur de couples qui obligent à une séparation de corps entre les époux, à des cohabitations orageuses ; ces dernières donnant à voir les situations les plus pénibles mais aussi celles où l’action conciliatrice des femmes apparaît le plus nettement.

19Voici quelques cas laborieusement reconstitués à l’aide des bribes lâchées par les parties ou les témoins, peu loquaces en général car ils hésitent à dévoiler les faits auxquels ils ont assisté. A cet égard, la différence d’attitude est flagrante avec les affaires criminelles qui remontent jusqu’au Conseil souverain. Là, les prévenus, stigmatisés pour des délits réprouvés par les communautés familiales ou d’habitants, sont accablés sans ménagement. Rejetés, la plupart du temps contumaces, ils ne bénéficient d’aucune mansuétude. Ici, c’est au contraire la promiscuité quotidienne qui a gâté le « vivre ensemble » et produit les tensions délétères.

  • 17 Ibid., 10 Bp 552, 26 avril 1783.

20Ce peut être une veuve chargée d’enfants dont un voisin malveillant, intéressé à la succession de son défunt mari, s’est emparé de la gestion des biens : maison, revenus, récoltes qu’il vendait à son profit, si bien qu’elle se retrouvait sans ressources, démunie de tout, privée même d’aliments pour se nourrir17. Les voisins s’étaient émus de cette situation, devenue intenable lorsque la veuve tomba malade. Il fallut la secourir, payer pour elle le médecin et la ravitailler. Un négociant, le sieur Lejeune, porta l’affaire devant le bailliage de Perpignan. Ce sont les voisines en fait, sa femme notamment allée apporter un réconfort, qui l’avaient pressé d’intervenir : une solidarité entre femmes qui ne pouvaient cependant mettre un terme à la captation frauduleuse sans l’intervention d’un homme.

  • 18 Ibid., 10 Bp 139, 17 septembre 1750.

21Dans ce cas, on n’est pas encore au cœur d’un conflit familial, contrairement à la situation suivante qui met en scène le sieur Tersols, notaire apostolique de Perpignan, sa belle-sœur, les enfants de celle-ci, un garçon et une fille18. Cette dernière, Barbe Grill, était le souffre-douleur de son frère, particulièrement violent. Il l’injuriait, la battait, lui faisait subit quotidiennement les pires avanies, avait refusé d’aller lui rendre visite quand, malade, elle était restée alitée, lui jetait chaque jour le plat de soupe à la figure au moment de se mettre à table. Les faits, déjà anciens, remontaient à une quinzaine d’années, où, après une altercation plus violente que d’ordinaire le jour des Rameaux 1735, il fallut se résoudre à séparer le frère et la sœur, à retirer Barbe du foyer familial et à la confier à son oncle, le notaire Tersols. Un conflit entre frère et sœur face auquel la mère est impuissante, aggravé manifestement par l’absence de l’autorité d’un père. La sœur et le beau-frère servirent de foyer de substitution moyennant la convention tacite que Marie Grill rembourserait le prix des aliments et des vêtements de sa fille.

22La décision s’était révélée positive. Les Tersols avaient traité leur nièce comme leur propre fille, même lorsqu’elle avait été affligée d’une grave maladie. La situation s’était-elle trop prolongée, la mère hésitant à reprendre sa fille chez elle où se trouvait toujours son fils ? Barbe n’était probablement pas une fille facile, souffrait semble-t-il aussi de quelque déficience, avait mis à l’épreuve la patience de son oncle et de sa tante. Une péripétie mineure fit sortir le notaire apostolique de ses gonds : Barbe, contre sa recommandation, était allée ramasser des haricots sans prêter attention aux vêtements et aux souliers qu’elle portait. Tersols s’était mis en colère, avait qualifié Barbe de traîtresse, crié en brandissant un bâton que sa nièce partirait sinon il s’en irait, lui, et « il y aura des morts ». Des morts, il n’y en eut pas, mais le notaire engagea une procédure en vue d’obtenir le remboursement du prix de la nourriture et des vêtements fournis durant quinze ans. Un moyen pour obliger sa belle-sœur à reprendre Barbe, motivé par l’attitude du frère qui tentait de dresser sa sœur, promettait de lui fournir un bon avocat afin qu’elle n’eut pas à supporter les quinze années de son entretien.

23Passons sur les finasseries, sur les ressentiments réciproques. Le point commun entre toutes les situations qui donnent lieu à des procédures est leur quasi-insignifiance au regard des ingrédients des situations narrées - ici, être allé ramasser des haricots, une culture dérobée mise après la moisson des céréales. Elles ne sont que l’incident révélateur d’une patience épuisée. La sollicitation du recours n’est pas à l’initiative de Marie Grill, la mère, mais du fils responsable des tensions familiales. Il s’adresse à sa tante, demande à la rencontrer afin de calmer la colère de son mari, d’éviter les conséquences matérielles auxquelles il s’exposait comme héritier. C’est lui en effet, même indirectement, qui aurait à supporter l’entretien des quinze années passées par sa sœur chez son oncle et chez sa tante. La demande d’intervention féminine, de conciliation n’est pas sans arrière-pensée. La tante n’ignorait cependant pas le comportement de son neveu, ni les mauvais traitements infligés à sa sœur.

  • 19 Ibid., 10 Bp 44, 17 février 1723.
  • 20 Ibid., 10 Bp 320, 1er juin 1720.
  • 21 Ibid., 10 Bp 320, 8 avril 1720.

24À l’évidence, la procédure engagée par Tersols a suivi son cours parce que le notaire, excédé et suffisamment éclairé sur les intentions de son neveu, ne s’est pas laissé fléchir. Tous les cas où une intervention est proposée ou sollicitée présentent un caractère identique : un personnage perturbateur instille la désunion, d’autant plus conflictuelle qu’il y a cohabitation. Or celle-ci est fréquente. Affaire d’humeur, d’incompatibilité, qui vire parfois au sordide. La victime est une femme, immanquablement. Combien de belles-mères maltraitées, en dépit des conventions arrêtées avant leur veuvage qui leur garantissaient, en principe, une pièce et de quoi se nourrir, sans être à la charge d’un gendre ? Ainsi celle de Joseph Cantarié, Catherine Marsch, à laquelle il reprochait de se soûler, de faire du tapage, d’aller jusqu’à voler pour satisfaire son vice. Il l’enfermait pour éviter qu’elle sorte s’enivrer19. De sœurs aussi, passée sous la coupe d’une aînée acariâtre, comme Antoinette Camurat, dont la sœur entendant contrôler les allées et venues, défendait qu’elle aille souper cher une cousine, la menaçait de la chasser, se mettait en fureur à la moindre occasion jusqu’à la frapper, si bien que des voisines lui conseillèrent de se mettre à l’abri et l’hébergèrent plusieurs semaines durant20. Des filles mineures enfin – des épouses moins fréquemment – : il s’agissait d’enfants d’un premier lit exposées aux humiliations et aux sévices de marâtres21.

25Les interventions féminines s’aperçoivent dans les situations les plus conflictuelles, où des coups ont été donnés, à des femmes, par des femmes, entre elles. Les affaires arrivées à leur terme en justice sont le fruit de ressentiments irréductibles, de désaccords si profonds qu’aucun accommodement n’a pu intervenir. Elles s’achèvent toujours par une séparation, le relogement des adultes, l’éloignement des mineurs, un partage des biens, etc. Mais les femmes ne paraissent jamais lorsque les conflits concernent exclusivement des hommes. C’est vrai entre alliés comme entre voisins. Les affaires d’hommes se règlent entre hommes.

  • 22 Ce que lui recommande avec insistance le prieur du Temple à Perpignan, auteur du livre suivant : Mi (...)

26La fonction que l’on attendait de la mère de famille était de maintenir la paix entre ceux vivaient dans sa maison ou la fréquentaient22. En dehors de ce rôle domestique, les femmes prenaient l’initiative de s’entremettre seulement lorsque d’autres femmes étaient impliquées. Cela pouvait être à la demande des victimes, des auteurs des violences - on l’a vu avec le fils Grill. Aussi, souvent c’était elles qui s’interposaient dans les conflits familiaux, comme dans les querelles de voisinage. Même dans ce cas, l’importance de leur rôle est soulignée par ce constat : dans aucune affaire n’est mentionnée la participation d’intercesseurs étrangers, d’ecclésiastiques par exemple, dont en Roussillon on connaît la proximité avec les familles, qui les sollicitaient fréquemment dans des règlements de successions. La femme, impuissante juridiquement, serait donc l’intermédiaire naturel, maillon indispensable du processus de conciliation, dont la conclusion formelle a obligatoirement besoin du sceau masculin. Les médiatrices choisies ou acceptées sont toutes des femmes d’âge mûr, âgées de plus de trente-cinq ans. Parmi elles, on observe une majorité de veuves. La veuve, querelleuse, cible exposée à l’hostilité des proches, concourt donc aussi à l’apaisement. Elle jouit, il est vrai, d’une latitude plus grande que lorsque son mari était en vie. La femme dont l’influence est la plus efficace n’en reste pas moins la personne dont l’époux jouit d’une position reconnue, dans le village ou le quartier.

Conclusion

27Cette dernière observation achève de faire comprendre pourquoi on peine à traiter du thème « femmes, paix et réconciliation » pendant la période moderne. L’intercession féminine est acceptée, recherchée, à condition qu’on n’en fasse pas état, qu’elle reste dans l’ombre, sous peine de vicier l’accord trouvé, si celui-ci a besoin de l’intervention d’un juge ou d’un notaire. L’influence féminine, à la différence de la masculine, ne s’affiche pas.

28Derrière les non-dits, tout n’est pas uniformément gris cependant. Il y a la loi et la pratique. Si les juristes s’évertuent à donner plus de force au postulat de l’infériorité féminine, celle-ci n’est pas vécue partout de la façon identique. La position de la femme dans la famille, dans la société, la manière dont elle peut intervenir, sont sensiblement différentes à la ville, dans les vallées, dans les cantons montagneux, comme si la liberté féminine entretenait une relation avec l’étagement en altitude et la taille des localités.

29La femme n’en est pas moins l’intermédiaire privilégiée, au sein des familles comme dans les relations de voisinage. C’est elle qu’on sollicite, qui intervient pour faire cesser des situations pénibles. La solidarité entre femmes est une réalité forte. Parce que les hommes hésitent à se mêler des querelles féminines ? En tout cas, jamais, elles ne s’entremettent dès qu’un homme est impliqué ou en cause. Les interventions s’effectuent toujours dans des cercles étroits, ce que renforcent la cohabitation, fréquente, et la promiscuité. Les personnes proches sont celles avec lesquelles les tensions peuvent être les plus fréquentes et les plus fortes. C’est auprès d’elles aussi que les médiations peuvent réussir. Par contre, l’étranger n’a aucune chance d’en bénéficier, surtout s’il s’avise d’empiéter sur un domaine privé.

Haut de page

Notes

1 Des registres entiers sont consacrés à ce type d’actes, par exemple, les Archives départementales des Pyrénées-Orientales (ADPO), 3 11/319 et 320, 1687-1703, 1704-1709.

2 Les ADPO en conservent de nombreux exemplaires, par exemple : 3 E 3/972-977 ; 3 E 11/613 ; 3 E 16/640, 643-652 ; 3 E 19/1, 2, 184, 1124-1127 ; 3 E 40/615, 1107-1115 ; 3 E 53/20, 55.

3 Gilbert LARGUIER, « À l’imitation de notre Seigneur Dieu Jésus-Christ’. Pardons catalans », in : Benoît GARNOT (dir.), L’infrajudiciaire du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon : EUD, 1996, p. 403-415. Des modèles de ce type d’acte existaient. Les notaires ne s’écartent pas des formules convenues.

4 Gilbert LARGUIER (dir.), Les justices royales secondaires en Languedoc et en Roussillon, XVIIe-XVIIIe siècles, Perpignan : Presses universitaires de Perpignan, 2008.

5 Alain DEGAGE, Essai sur le Doctrinale Florum et le Viatorium d’Etienne Marcillet et de Jean Barbier, auteurs languedociens du XVe siècle, les contrats, thèse de droit, université de Perpignan, 1975 ; id., « L’enfant pupille de sa mère ? Une erreur du siècle, d’après le Viatorium juris de Jean Barbier, juriste languedocien de la fin du XVe siècle », in : G. LARGUIER (dir.), Mineurs, minorité ; jeunes, jeunesse en Roussillon et en Languedoc, XVIe-XVIIIe siècle, 5e journée d’histoire et histoire du droit et des institutions de l’université de Perpignan-Via Domitia, Perpignan : PUP, 2010, p. 17-25.

6 Claude-Joseph de FERRIÈRE, Dictionnaire de droit et de pratique…, 2 vols., 3e éd., Toulouse, 1771, p. 780.

7 Pierre-Jean-Jacques GUYOT, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique et bénéficiale, ouvrages de plusieurs jurisconsultes, Paris : Impr. Pancoucke et Dupuis, 1784-1785, p. 279.

8 C.-J. de FERRIÈRE, Dictionnaireop. cit., p. 779-780 ; P.-J.-J. GUYOT, Répertoire…, op. cit., p. 266 et 279.

9 A titre d’exemple, ADPO, 10 Bp 51, août 1700 ; 10 Bp 446, avril 1720 ; 10 Bp 350, juin 1740 ; 10 Bp 193, juin 1760, cf. Caroline PERCHE, « La tutelle dative prononcée par les juges du bailliage de Perpignan au XVIIIe siècle », in : G. LARGUIER (dir.), Échanger, transmettre en Languedoc et en Roussillon, XVIe-XIXe siècle, 6e journée d’Histoire et Histoire du droit et des institutions de l'Université de Perpignan Via Domitia, Perpignan : Presses universitaires de Perpignan (coll. Études), 2011, p. 15-28.

10 Scarlett BEAUVALET-BOUTOUYRIE, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris : Belin, 2001, p. 184-189 ; Arlette JOUANNA, Ordre social. Mythes et hiérarchies dans la France du XVIe siècle, Paris : Hachette, 1977.

11 L’idéal affiché est toujours la conciliation. Ainsi cette formule, fréquence dans les procédures : « les parties veulent éviter un procès, préfèrent la voie de la conciliation à celle d’un jugement incertain » (3 E 9/241, fol. 14v, 19 janvier 1744).

12 Dans le bailliage de Perpignan, 1720-1740 : proportion des femmes dans les procédures : 17,3 % des demandeurs, 14,5 % des défendeurs ; dans les ordonnances : 16,8 ;% des demandeurs, 11 % des défendeurs ; dans les sentences : 20,8 % des demandeurs, 17,2 % des défendeurs : 1779-1790 : dans les ordonnances : 16,5 % des demandeurs, 15,1 % des défendeurs ; dans les sentences : 16 % des demandeurs, 26 % des défendeurs, Simon FLOUTIER, La justice civile du bailliage royal de Perpignan au XVIIIe siècle, mémoires de master 1 et 2, université de Perpignan 2008, 2009, 1. 1720-1740, 2. 1779-1790. Dans la viguerie de Conflent-Capcir : 12,93 % des demandeurs, 9,80 % des accusés ; dans celle de Cerdagne : 2,77 % des demandeurs, 1,12 % des accusés, Caroline CHEVALIER, « Les justiciables des vigueries de Conflent-Capcir et de Cerdagne entre 1730 et 1750 », in : G. LARGUIER (dir.), Les justices royales secondaires en Languedoc et en Roussillon, XVIIe-XVIIIe siècles, op. cit., p. 139-161, tableau p. 141.

13 ADPO, 10 Bp 44, 27 avril 1723.

14 Françoise Lasserre était native de Narbonne. Un indice de la forte immigration en Roussillon au XVIIIe siècle depuis les régions proches.

15 Le terme désigne les immigrants non roussillonnais (non Catalans), issus du nord (même proche comme l’Aude).

16 ADPO, 10 Bp 347, 18 novembre 1740.

17 Ibid., 10 Bp 552, 26 avril 1783.

18 Ibid., 10 Bp 139, 17 septembre 1750.

19 Ibid., 10 Bp 44, 17 février 1723.

20 Ibid., 10 Bp 320, 1er juin 1720.

21 Ibid., 10 Bp 320, 8 avril 1720.

22 Ce que lui recommande avec insistance le prieur du Temple à Perpignan, auteur du livre suivant : Miquel AGUSTÍ, Llibre dels secrets d’Agricultura, casa rústica i pastoril, Barcelone, éditeur? 1617. Entre autres : « Entreteniu en amistat y unio aquells quius estan suppeditats, y nous poseu entre aquells qui porten odi la hu al altre », « No ha de sufrir may de sentir dir una sola paraula desvergonyda, ò de jurament ò blasfemia en sa casa », p. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Larguier, « Place et rôle des femmes dans la résolution des affaires civiles à l’époque moderne en Roussillon », e-Spania [En ligne], 33 | juin 2019, mis en ligne le 18 juin 2019, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/31410 ; DOI : 10.4000/e-spania.31410

Haut de page

Auteur

Gilbert Larguier

Université de Perpignan-Via Domitia, Medi-Terra, EA 4605, UMR 7194

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals