Navigation – Plan du site
Pero López de Ayala y su Rimado de palacio : miradas cruzadas

Peser, compter et raconter. Une réflexion sur le lexique de la pensée dans le Rimado de Palacio

Bernard Darbord

Résumés

Le Rimado de Palacio nous décrit l’art de penser et de raconter, selon un lexique choisi. Chaque mot est pensé, en particulier ceux qui relèvent de l’art de conter de façon équilibrée et harmonieuse. Parmi les formes narratives pratiquées figure la prière fondée sur la pratique de l’exemplum biblique. L’art de conter s’inscrit dans le cadre strict de la cuaderna vía, dont certaines données sont rappelées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il appartient au lecteur d’accepter ou non l’union de deux syllabes (zeuxis ou azeuxis) pour former (...)
  • 2 L’analyse métrique doit distinguer les hémistiches de 7 et de 8 syllabes. On doit repérer les évent (...)
  • 3 Vers régulièrement fondé sur le rythme de l’anfibraque, selon la description de Fernando LÁZARO CAR (...)
  • 4 Pas toujours. Il arrive que la rime unique entraîne de fortes tensions sur la morphologie :
    Ayades (...)

1La lecture du Rimado de Palacio est propice à l’étude des champs lexicaux de la vie intellectuelle, de la réflexion ou de l’analyse. Ces paradigmes forment au fond un métalangage qui aide à la compréhension du texte : pensar, contar, comedir sont des verbes aimés du chancelier Ayala. Le cadre même de la cuaderna vía qui configure une grande partie du poème engendre une multitude de figures de synonymie, ou de diphrasisme, pour employer le terme remis à jour par Bernard Pottier, où le signifié d’un mot vient enrichir et compléter le précédent. En effet, pour combler le cadre régulier de 7+7 ou 8+8 syllabes1, il faut parfois recourir à la pratique du doublet (saña e ira, pensar e comedir)2 et à bien d’autres recours dont il sera question ici. Cela est vrai aussi du vers majestueux d’arte mayor, bien présent dans les deitados du Rimado et qui impose souvent au poète une syntaxe spécifique3. La présence d’une structure monorime, en outre, fait que le vers se termine souvent sur la même structure morphologique4, alignant ainsi des vocables en forte relation paradigmatique (203cd declarava/afirmava). Enfin, la structure strophique de la cuaderna vía prédispose le quatrième vers à inclure des formules familières qui relèvent parfois de la parémiologie et à fournir une variation diaphasique par rapport à ce qui précède. Tous ces phénomènes relèvent de l’intention de développer, d’amplifier une même pensée sur l’axe syntagmatique.

  • 5 Nous renvoyons à l’édition d’Hugo O. BIZZARRI.

2Pour étudier le lexique de la pensée et de l’analyse, partons pour exemple de la strophe 11655. Elle est parfaitement régulière (vers alexandrins de 7+7 syllabes) et décrit à merveille, dans un lexique précis et redondant, le processus aspectuel de la compréhension : je lis, j’interprète, je comprends. Pour entendre, il ne suffit pas d’écouter. C’est tout un effort réflexif. Il s’agit là d’une métalangue avec laquelle l’auteur enseigne à son lecteur comment recevoir son texte.

E las palabras justas muy poco son validas
si del que las oyere non son bien entendidas,
por ende, yo te ruego que pienses e comidas
e cómo las yo dixe, con justo peso midas

  • 6 Adéquation du vers et de la parole. Le mot s’est d’abord appliqué aux dialogues de la tragédie grec (...)
  • 7 Sophie HIREL, López de Ayala. Rimado de Palacio, Paris : Atlande, 2018, p. 146.

3Une seule phrase dont chaque vers constitue une unité syntaxique. On peut parler de forte tendance à la stichomythie6 : « La estructura del pensamiento es representada por la del metro. » Les mots entendus (oír) ne sont pas compris (entender) sans un effort minutieux de mesure et de réflexion de la part de l’auditeur. Cette opération est dite par deux verbes synonymes (pensar e comedir) immédiatement mis en valeur par l’observation de leur étymologie et de leur racine (peso, medir). La répétition n’est pas un simple remplissage destiné à combler l’espace de l’hémistiche. Elle traduit aussi une volonté de montrer le pouvoir rhétorique des mots, leur histoire : pensar, c’est « peser » (pensare) en évaluant le contenu des mots comme sur une balance (con justo peso). Comedir, c’est mesurer (medir) pareillement l’étendue sémantique du mot, afin de le comprendre et de ne pas perdre de sa richesse. On a pu relever, combien chaque donnée pertinente s’étendait sur l’espace d’un vers : « le poète énumère dans une seule et même strophe (130) les quatre premiers actes de miséricorde. »7

  • 8 Georges MOLINIÉ, « Figure étymologique », Dictionnaire de rhétorique, Paris : Le Livre de poche, 19 (...)
  • 9 S. HIREL, op. cit., p. 241.
  • 10 Ibid., p. 246.

4Le choix des mots est en grande partie déterminé par leur étymologie. Le mot dit plus que ce qu’en retient le sens littéral, nécessairement superficiel8. La strophe de quatre vers est propice à explorer, par la synonymie, par l’étymologie, par la phraséologie, le pouvoir de la lexie. C’est à cela qu’est consacrée la présente étude. Le Rimado est un poème, riche en récits, en exempla, en traités doctrinaux. Il est aussi un « méta-poème »9, où le chancelier décrit son propre travail, sa « théorie littéraire. »10

Pensare

5Au départ, deux verbes latins, pendo (l’action « je suspends ») et pendeo (l’état, « je suis suspendu »). Pendo a donc signifié « je pèse de l’argent sur la balance » et je paye. Pendo et pensum (dont dérive pensare à l’époque impériale) sont passés du registre concret, physique, au registre mental : « j’évalue, j’estime ». Les multiples dérivés (compenso, dispenso, repenso, pensito) confirment que cette racine s’est bien imposée dans le lexique des échanges. A partir de pendo s’est formé compendium (le « gain » le « profit », puis « l’abrégé », ce qu’on garde d’une opération, le temps qu’on a gagné).

6On signifie facilement la vérité et la justice par l’image géométrique de la verticalité : C’est pour cela que le soleil de midi a toujours symbolisé la justice :

  • 11 « Midi le juste », écrit Paul Valéry dans le « Cimetière marin ».

Por el rey matar non llaman justiciero,
ca sería nombre falso, más propio es carniçero,
ca la noble justicia su nombre tiene verdadero,
el sol de medio día, de la mañana luzero
(348)11

7Le Rimado est un appel à la contrition du chrétien qui doit savoir qu’il est guetté par le péché et que ses actes seront pesés sur la balance du Juste Juge. Les langues romanes ont conservé pendĕre (concret) et pensāre (mental), éliminant pendēre. Pondus, quant à lui, a disparu au profit de pensum (d’abord la « tâche »), ce qui montre que le rapport sémantique entre les deux signifiés, l’un concret (peser), l’autre mental (penser), n’a cessé d’exister. Le latin a désigné concrètement l’opération intellectuelle de la pensée à partir de la juste mesure de la balance. Le rapport medir/comedir est comparable. Le Rimado ne cesse de recourir à ces représentations visuelles de l’acte de penser. Penser est un acte qui exige du temps pour se faire, mais aussi de l’espace pour être représenté.

8La pensée de l’homme est dessinée par l’image étymologique du poids et de la balance. Les strophes 606-607 sont là pour nous le rappeler:

Nin deve el juez en todo ser muy teso,
nin debe ser muy blando que así le es defeso,
si fuere sabidor e toviere buen seso,
en la su mano diestra siempre terná un peso.

En la una balança la justicia terná,
con la cual él condenpe aquél que mal fará,
en la otra balança la piedAT será,
que tienpre el castigo que al pecador dará
 (606-607).

Metiri

9Metior « je mesure », « j’évalue », « j’estime », metiris, mensus sum. Le –n de mensus sum « aurait subi l’influence de pensus » (ERNOUT-MEILLET, s.v. metior). A moins qu’il ne s’agisse, ajoutent les deux savants, du –n de mensis (le mois qui est aussi une forme de mesure). La dérivation préfixale ajoute un sens aspectuel de perfection : commetior « je mesure complètement » et donc je « conclu », je « confronte », en vue de « comprendre » (entender) comme cela est dit dans la strophe 1165 d’Ayala. Les deux sens (physique et moral) d’intendĕre sont largement attestés en latin.

En muy muchas maneras anda así perseguido,
el estado es grande mas sienpre con gemido,
ca cuidado e enojo non le dexan en olvido,
¡qué placer es el tal cuando bien me lo comido! (484).

Putare

10Un même type de description peut s’appliquer à cuento, cuenta, contar. N’oublions pas que le Rimado comporte plusieurs histoires racontées, toujours avec mesure. Comme don Juan Manuel, Ayala utilise souvent le verbe contar, dans ses deux sens : « compter » et « conter », « calculer » et « raconter ». Comme pour pensare et metiri, au commencement est la mesure, la recherche concrète de l’équilibre des comptes. Raconter, c’est soigneusement peser les différentes parties d’un récit, en vue de son juste équilibre. En employant le verbe contar comme le faisait don Juan Manuel, le chancelier enseigne à son lecteur l’art de raconter. Entre autres richesses, le Rimado est un recueil de contes, d’exempla, tous savamment équilibrés.

11Observons d’abord que cuento, cuenta, atasmía ont en 247-248 une application arithmétique :

Allá fazen judíos el su repartimiento
sobre el pueblo que muere por mal defendimiento,
e ellos apartan entre sí medio cuento
que han de aver privados, cuál ochenta, cuál çiento.

E dizen los privados: “Servimos cada día
al rey; cuando yantamos, es más de mediodía,
e velamos la noche que es luenga e fría
por conçertar sus cuentas e la su atasmía
 (247-248)

  • 12 Conto : « Número, especialmente um milhão, tratando-se de réis » (NASCENTES). « Tres cuentos más qu (...)
  • 13 Atasmía, s.v.tazmía (COROMINAS-PASCUAL, DCECH, « origen incierto, probablemente arábigo… el sentido (...)

12Cuento en est venu à signifier un million12 en espagnol et en portugais. Ici (247c), medio cuento signifie 500 000. La polysémie a justifié la création de l’autre substantif déverbal cuenta. Atasmía, par diphrasisme, est un substantif plus marqué encore13.

  • 14 Contar est porteur des deux acceptions en espagnol médiéval : « mas seran muchos como las estrellas (...)
  • 15 Putare a produit directement podar en espagnol, assorti du signifié premier (« élaguer ») et non le (...)

13On a souvent insisté sur le conte et son équilibre pour ratifier l’étymologie de cǒmpǔto > cuento. Pour conter, je dois compter, rechercher l’équilibre entre les parties. Un thème folkorique traditionnel est celui du mauvais raconteur d’histoires qui se perd dans les détails et ne sait pas achever son récit14. Comme la pensée, le conte doit être mesuré (pensare, metiri), mais aussi élagué, débarrassé de ses détails inutiles : c’est le premier sens de putare (putare > podar)15.

L’ambiguïté de contar

14Bien souvent, et même dans les formules lexicalisées, on ne sait si contar signifie « compter » ou « raconter » :

¿Quién podría, Señor, tus acorros contar? (643a)

Al contar de los dineros, las finiestras abrirán (311d)

Fazed cuenta […] (319d)

15Ou:

  • 16 Voyez comme la présence de callar au-dessous de contar dans le paradigme de la rime tend à actualis (...)
  • 17 Les deux signifiés sont acceptables.

El cuento de los años de la su tiranía
del malo non es cierto, ca peresçe en un día 
(1127ab).

Las nuestras mezquindades, ¿quién las podrá contar?
Que en el mundo sufrimos, ¿quién lo podría callar?
16
Por ende, muy mejor es de lo declarar,
Porque nós de los yerros podamos avisar 
(1572)

El prínçipe, por çierto, deve ser enojado,
que es de tantos ojos así atormentado,
que non puede a la boca levar solo un bocado,
que de trezientos omnes non le sea contado
17 (483).

16Pour raconter, il faut penser et peser, d’où la quasi synonymie de pensar/contar dans certaines formules :

Las cortes de los reyes, ¿quién las podrá pensar? (424ª).

Contar los enxienplos (723c).

17A contar et pensar s’ajoute comedir et tous les verbes de pensée et de mesure :

El su gran poderío ¿quién lo comedirá? (1103b)

18A cuento, cuenta, recuento (1223, 1234) s’ajoute número:

¿Qué número pornemos a su caballería? (1217b).

La recherche de l’équilibre

  • 18 Juan PAREDES, « El Término cuento en la narrativa medieval », in : Bulletin Hispanique, 3-4, 1984, (...)
  • 19 De même, la structure du Sendebar est fondée sur l’équilibre des trois récits qui, chaque jour et t (...)
  • 20 Endless tales, voir Üther, cité en bibliographie finale.

19Brève (jarcha, haiku, sonnet, fable, conte) ou non, une forme littéraire doit être équilibrée, libre de tout verbiage. Cela est inscrit dans le terme de conte : computum, computare, cuento, cuenta, compte-rendu. Il faut lire l’article de Juan Paredes18 sur la question.Contar, c’est raconter en respectant les équilibres, sans se perdre, avec méthode et en respectant l’équilibre des heures et des jours (Les Mille et une Nuits, les jours de la semaine19). Dans le conte n°12 de la Disciplina clericalis, le narrateur s’endort pendant son récit. Réveillé par le roi qui veut connaître la suite, il répond que la rivière est large et que le rustique va mettre du temps à transporter tout son troupeau. Il s’agit là du motif du mauvais conteur qui accumule, sans élagage, trop de détails inutiles : the bad storyteller qu’on retrouve chez Boccace et dans le Quichotte. Le motif correspond au conte–type 2300 d’AARNE-THOMPSON20. Le conteur est si maladroit qu’il se perd dans les détails et ne sait achever son récit. En deux moments de la longue histoire, Sancho provoque la colère de son maître parce qu’il ne sait pas raconter et qu’il se perd dans les détails. En I, 20, apparaît l’épisode de la pastora Torralba directement inspiré du conte n°12 de la Disciplina clericalis. En II, 31, l’écuyer indispose son maître pour les mêmes raisons dans la demeure du duc et de la duchesse. Dans ce dernier chapitre, Sancho s’embrouille au sujet de la disposition des invités autour d’une table. L’idée est que le mauvais narrateur ne sait pas sélectionner et ne pratique pas l’ellipse, la brièveté, l’allusion. Le conte n’est pas une longue histoire et le conteur n’est pas un historien au point que le travail minutieux de Cide Hamete Benengeli, illustre chroniqueur du Quichotte, apparaît ici comme inadapté à l’esprit du conte :

  • 21 Le modèle opposé est celui de Ginés de Pasamonte, auteur du roman picaresque de sa vie, qui fait ob (...)

Real y verdaderamente, todos los que gustan de semejantes historias como esta deben de mostrarse agradecidos a Cide Hamete, su autor primero, por la curiosidad que tuvo en contarnos las semínimas della, por menuda que fuese, que no la sacase a luz distintamente (Don Quijote, 2, 40).21

20Le Quichotte est une larga historia. Ce n’est pas une forme brève mais les formes brèves que le roman comporte sont enchâssées dans celui-ci et doivent exclure tout verbiage, tout détail superflu. Sancho, à la fin de l’épisode de la bergère Torralba confesse son échec : il n’a rien voulu taire et s’est embrouillé : « Todo puede ser, respondió Sancho, mas yo sé que en lo de mi cuento no hay más que decir, que allí se acaba do comienza el yerro de la cuenta del pasaje de las cabras » (I, 20, p. 215).

  • 22 Le langage informatique est fait d’une multitude de choix binaires qui sont aussi une forme d’élaga (...)

21Computar > contar est un dérivé de putāre, qui, avant de devenir un verbe de pensée désignait l’acte du jardinier : putare, c’est « émonder », « tailler », « élaguer », « nettoyer » un arbuste de ses mauvaises branches, en espagnol : podar.22

22Un exemple de conte bien contenu et mesuré (deux strophes) :

  • 23 Sophie Hirel (op.cit., p. 171) inclut la morale de l’exemplum dans le décompte : « Así fazen estas (...)

Un omne va por camino solo e sin compañía (8+8)
llégasele un ladrón diciendo: « Señor, quería
ser vuestro conpaño e muy bien vos serviría »;
dize el sinple: « A mí plaze, nunca vi tan buen día ».

El tiempo fue ya pasado, e muy bien lo aseguró,
el otro d’él se fía, nunca d’él receló,
con la mula e con los paños desque dormido le vio,
el ladrón se va camino, el cuitado allí fincó 
(382-383)23

  • 24 Nous employons ici les mots de protase et d’apodose dans leur sens rhétorique. La protase renvoie à (...)

23Nous venons de lire un vrai conte. Établi sur des bases folkloriques évidentes. Suivant le modèle AT 613 The two travellers : l’un des deux voyageurs est menteur, l’autre dit la vérité. Le thème essentiel est celui du chemin (camino). Le conte s’étend sur deux strophes, soit une protase (la strophe 1)24, suivie d’une apodose (la strophe 2). Entre la protase et l’apodose, un moment culminant, une acmé, faite d’attente et de tension. Au cours de la protase, le poète s’écarte un temps de la stichomythie : le propos du voleur s’étend sur deux vers.

24Observez comme chaque narration est bien annoncée, racontée et médiatisée (leemos que un omne […] (577a). Le conte s’ouvre et se clôt sur la même expression (ir camino). Il est articulé sur le conte-type des deux voyageurs (AT 613).

25En 59-60, l’épisode biblique de la faute de David sur Uri et son épouse Bethsabée est brièvement relaté en deux strophes : « ¿Quién contará el insiemplo d’este duro pecado […] ? »

  • 25 S. HIREL, op. cit., p. 171-177.
  • 26 G. ORDUNA, El Arte narrativo y poético del canciller Ayala, Madrid : C.S.I.C, 1998, p. 48-49.
  • 27 S. HIREL, op. cit., p. 70.
  • 28 Ibid., p.171.
  • 29 Jean-Pierre JARDIN, « Pero López de Ayala et le Rimado de Palacio : une conscience chrétienne face (...)

26Entre les strophes 577 et 588, apparaît un exemplum plus long mais tout aussi équilibré. On peut citer aussi l’exemple de l’échelle dressée pour escalader un mur, étudié par Orduna (op. cit., p. 46-49) et étalé au long des strophes 658-68425. La comparaison (semejanza) est longue. Elle n’est pas répertoriée dans L’Index exemplorum de Tibach. Elle est donc plutôt une invention d’Ayala qui doit la développer pour bien l’intégrer dans son argumentation. Orduna l’explique fort bien26. Il en est de même des Fechos de Palacio (423-478)27. C’est un récit structuré à valeur exemplaire28, mais ce n’est pas un exemplum. L’originalité de cette narration et les nombreux épisodes qu’elle comporte, font que le passage n’appartient pas au corpus des exempla. Sauf à considérer comme un exemplum n’importe quel récit de contenu exemplaire. A ce compte-là, comme le suggèrent Germán orduna et Jean-Pierre Jardin, le plus grand exemplum du Rimado, c’est le Rimado lui-même, fondé sur la figure exemplaire de Job qui se dessine tout au long du texte29, et qui, à elle seule, est une leçon à l’attention du chancelier, prisonnier à Óbidos et dans le malheur. Tous les exempla contenus dans le texte sont mis en abîme et contribuent à cet enseignement.

27Parfois même, tout un exemplum est contenu en une seule cuaderna vía. Lisons la strophe 1264 :

  • 30 Corominas et Pascual (s.v. miedo) relèvent le sens fréquent au Moyen Age de medroso : « pavoroso, q (...)

Cuando las ondas son medrosas30 en la mar,
allí los mareantes non curan desear
los bienes tenporales e dexan olvidar,
e tan sola mente piensan si pueden escapar.

  • 31 « Nous sommes tous croyants quand le tonnerre gronde » (Horace, Odes, III, 5, 1).
  • 32 « Fluctus enim cum tumentes desuper imminent, cumque eam quam deferunt mortem minantur, nulla nauig (...)

28« Caelo tonantem credidimus Jovem regnare »31 : Il s’agit là du motif très familier au Moyen Age de l’homme confronté à un grand danger et qui, seulement à ce moment, pense à son salut et rien qu’à celui-ci. Une fois hors de danger, il retrouve ses mauvaises habitudes. Ayala glose une des Moralia de saint Grégoire (XXI, XXII, 35)32 : L’exemplum a été relevé par Sophie Hirel, (op. cit., p. 289). Mais il faut aussi insister sur la spécificité et la faveur de ce récit : la fortune de mer n’est qu’un exemple de la collection. On peut retrouver le thème de la fortune de mer dans la Fabula 56b d’Eudes de Cheriton : De quodam Alexandro in periculo posito :

  • 33 Voir Frederic C. TUBACH, The Index exemplorum : A Handbook of Medieval Religious Tales, Helsinki : (...)

Dicitur de quodam Alexandro, quod in mari constitutus, promisit Deo, si ad portum ipsum duceret, quod nunquam Deum offenderet. Quando fuit ad portum, ad locum securum super ripam, ait : Ihesu, Ihesu, certe decepi te; adhuc nolo bonus esse. 33

29Chez Eudes figure toujours la promesse faite à Dieu en plein danger (promisit Deo), mais non tenue lorsque la sécurité est revenue. Chez Ayala, il n’est question que de sauver sa vie.

Exemplum ou récit exemplaire ?

  • 34 Ibid.
  • 35 Notons que Sophie Hirel, op. cit., p. 165-195 prend soin de décrire les sources de ces quelques réc (...)
  • 36 G. ORDUNA, op. cit. p. 63-64.

30Selon Jacques Le Goff, l’exemplum est un récit « bref ». L’historien insistait là sur le caractère simple et stéréotypé de ces courts récits connus et collationnés par des prédicateurs, qu’on pouvait donc indexer et cataloguer. En cela, l’Index exemplorum de Frederic C. Tubach34 reste un outil de choix. Dès lors que le récit est long et fertile en rebondissements, il perd ce caractère ponctuel et cette faculté de persuader sur un point précis. On peut alors parler de « récit exemplaire », plutôt que d’exemplum. C’est le cas, par exemple de l’épisode des Fechos de Palacio (423-476) qui est complexe et varié35. Dans le Rimado, le véritable exemplum est ce qu’Orduna étudie dans sa rubrique « exempla ad argumentum »36 : l’exemplum est un récit bref venu appuyer un argument.

La prière narrative médiévale37. A propos des strophes 796-809

  • 37 Robert Ricard, « Sur l’invocation initiale du Libro de buen amor », in : Nouvelles études religieus (...)
  • 38 Le mot est rare, 20 occurrences dans CORDE, toutes autour de 1400 (Villasandino, Ayala), toutes app (...)
  • 39 Le Livre de Daniel comporte bien des épisodes mémorables (les quatre jeunes juifs persécutés, la ch (...)
  • 40 R. RICARD, art. cit.

31La prière dénote une expression poétique particulière chez Ayala. Même le mot deitado, employé trois fois, témoigne de cette pratique38. Les oraisons du Rimado font de l’exemplum un usage important. L’épisode des faits du palais le révèle. Les exempla médiévaux peuvent être développés, notamment lorsqu’il s’agit d’un événement peu connu de l’auditoire, mais en revanche, certains récits bibliques appartenaient au patrimoine commun. Ces prodiges, ou mirabilia, ou maravillas, ne demandaient pas qu’on les relatât en détail, il suffisait d’en rappeler la puissance. Ces exempla sont dits « rhétoriques ». Ils s’intègrent parfaitement dans ce que l’on a nommé la « prière narrative », forme d’oraison fondée sur le rappel des prodiges réalisés par Dieu et sur lequel s’appuie l’homme en prière pour être lui-même sauvé. Ces oraisons sont très nombreuses et se fondent sur un corpus limité et canonique de mirabilia, souvent empruntés au Livre de Daniel39. L’article de Robert Ricard40 analyse finement les éléments les plus importants de ces oraisons. Il cite deux prières en latin bâties sur le même modèle : l’Ordo commendationis animae ou prière des agonisants, ainsi que l’Itinerarium. Il cite également de nombreux passages de très grands textes espagnols :

  • Libro de buen amor : strophes 1-10

  • Poema de Fernán González (strophes 105-110)

  • Rimado de Palacio (strophes 796-809)

  • Poema de mio Cid (Prière de Chimène, vv. 330-365)

  • Milagros de nuestra Señora (strophes 453-460)

  • Loores de Nuestra Señora (strophes 91-92)

32Cette liste n’est pas exhaustive. Des prières de ce type sont courantes dans les textes français (Chanson de Roland, vv. 2384-2388). On trouve une prière semblable dans le Libro de José de Arimatea. Robert Ricard caractérise en ces termes le passage de López de Ayala :

  • 41 Ibid., p. 55 

[Ce texte] est plus abondant que celui du Mio Cid. Mais il a, lui aussi, ses particularités propres, et il ne concorde pas entièrement avec aucun autre. Sans doute il reprend les Juifs tirés d’Egypte, Jonas tiré du monstre marin, saint Paul tiré des eaux. Mais il mentionne Noé et Isaac, qu’on ne retrouve que dans la prière des agonisants, et le patriarche Joseph, qui n’appartient qu’à lui, et il omet la chaste Suzanne, qui doit pourtant être rangée parmi les éléments essentiels41.

  • 42 H. O. BIZZARRI : « oración (796-809) de coplas de seis versos alejandrinos con estribillo; rimas aa (...)

33Il suffit de lire la strophe 80742, pour comprendre les composantes de ces prières :

Por estas maravillas que feziste, Señor,
e otras mucho grandes vengo yo, pecador,
a Ti pedir merçed, que d’este grant dolor
que sufro todavía sea por Ti librado,
aunque por mis pecados que só meresçedor,
por tu misericordia non sea enbargado
 (807)

  • 43 En latin chrétien, lacum > lac/lago désigne la fosse. Le mot latin désigne toute espèce de réservoi (...)

34Le livre de Daniel est une référence commune à un grand nombre de ces textes. La strophe 804 montre le prophète précipité dans la fosse aux lions. La strophe de 6 vers reprend la structure générale de la prière : toi qui as délivré Daniel, tu sauras me délivrer : « A Daniel Tú libraste de lago43 de leones ». L’épisode (Daniel, 14, 31-42) avait déjà été évoqué en deux strophes de cuaderna vía (7+7) en 641-642 : « En lago de leones estava Daniel, / por mandado e sentençia de un príncipe cruel […] ». La strophe 643 constitue au fond l’apodose de la prière : « ¿Quién podría, Señor, tus acorros contar, / cuando a Ti plaze tus siervos ayudar? »

La poétique du ciseau (cf. Sem Tob de Carrión44)

  • 44 Sem Tob faisait allusion à la pratique du ciseau qui permettait d’économiser de l’encre. Mais on pe (...)

35Pour signifier une belle pensée, saine et solide, on a recours à des mots qui évoquent la pureté, le nettoyage, la purification : putare, castigare, curare, declarare. Une belle pensée doit être contenue, purifiée, châtiée et même secrète (puritatem > poridad). Il ne s’agit pas de laisser aller librement sa pensée et dès le début, Ayala nous prévient, avec les mots du même registre :

Es alta teología, sçiencia muy escura,
los señores maestros de la Santa Escriptura
lo pueden declarar, ca lo tienen en cura;
yo podría como sinple errar por aventura
 (3)

  • 45 Duco en est venu à signifier « calculer, estimer », synonyme de putare : rationem ducere.

36Curare c’est aussi « nettoyer » (curare corpus), donc élaguer et purifier (castigare). Ayala oppose cura à son dérivé escura. Putare, dont dérive computare signifie généralement « nettoyer, purifier », d’où « émonder, élaguer les arbres » (putare > podar). Il a métaphoriquement ensuite signifié « apurer un compte » : rationem putare, d’où l’idée de « calculer » et généralement de « juger », « penser ». Quand le compte est complexe, on a recours à la dérivation : computo. Puto est en rapport sémantique directe avec ratio, dérivé de reor « je calcule » qui avait disparu de l’usage, comme le relèvent Ernout et Meillet (s.v. reor) : Reor, « compter, calculer » « dans la langue commune, a pris, comme puto, duco45, aestimo, etc, le sens affaibli de penser, estimer, juger, la notion de compter s’exprimant par putare et surtout son composé computare ». L’adjectif verbal à valeur passive en –to s’est maintenu : pro rata, ratifier, ratificar. Ratio est le « compte », le jugement, la raison et par métonymie le mot qui porte la raison. On comprend que l’âme, dans une perspective chrétienne, fut voulue pure et sans tâche (sin vigor, sin manzella) par son créateur :

  • 46 Vigor pour vicio (« défaut, vice, faute »), sans doute pour respecter la rime. Vigor dérive de vige (...)

Fallesçió, non es dubda, contra su criador
Que la crió muy linpia e sin ningunt vigor
46,
siguiendo los deleites del cuerpo pecador,
que está muy manzellada delante el Salvador
 (9).

La pratique du diphrasisme : à la recherche de la complétude sémantique et métrique

  • 47 Bernard POTTIER, « El Concepto semántico-léxico de difrasismo », in : Estudios ofrecidos a Antonio (...)

37Lorsqu’un locuteur choisit un signe, il ressent que la complétude sémantique qu’il veut signifier n’est pas atteinte totalement par le seul mot qu’il a retenu. Il l’accompagne donc d’un autre, en relation sémantique avec le premier. Bernard Pottier a récemment étudié le phénomène et a retenu, pour le désigner, le terme de difrasismo.47 Soit un couple de mots, ou un trio, pour exprimer au total un seul signifié.

38La pratique du diphrase est accentuée chez Ayala par le désir d’atteindre la complétude de l’hémistiche, 7 ou 8 syllabes, autant que la complétude du signifié. Force est en tout cas de constater la présence d’une forte coordination de mots, occupant parfois l’étendue d’un vers ou même de plusieurs, comme c’est le cas le 163bc :

Plógome otrosí oír muchas vegadas
libros de devaneos, de mentiras provadas,
Amadís e Lanzarote e burlas asacadas,
en que perdí mi tiempo a muy malas jornadas
 (163)

  • 48 Pella (« pelota ») vient de PILULA (Corominas et Pascual), diminutif de PILA (« balle »).
  • 49  « que veo los sus pueblos sospirar e emer » (240d) : gemer est plus fort sémantiquement, mais son (...)

39Le concept à signifier est dit de façon orthonymique, simplement et directement en a. Ensuite, b, c, d […] forment un prolongement, de plus en plus emphatique et marqué (-, +, ++). Les termes ne sont pas des synonymes, mais les aventures de Lancelot et d’Amadis ne peuvent être définies autrement que comme des sottises et des mensonges. Parfois, c’est la complémentarité, non la synonymie qui réunit les termes : « a ricos e a pobres, tráenlos a la pella48 » (80c), « los moros e judíos ríen d’esta contienda » (209a). En principe, le second terme est souvent plus emphatique : son signifié est plus saillant, et son signifiant est plus long49 :

El rey de los pecados sobervia es llamado,
de todos es señor e prínçipe coronado
(68ab).

E en paz e en concordia podamos feneçer (207d)

En paz e con sosiego que grant cuenta han de dar (238c)

En él fío e espero que esto emendará (213b).

40Parfois, c’est la métonymie qui articule et justifie le diphrase. L’épouvante fait que je m’arrache les cheveux :

Yo finco muy espantado e comiénçome a mesar (452d).

Que nos roban del todo e non nos dexan pellejo (489c).

41Conformément aux usages, c’est toujours l’expression concrète, métonymique et emphatique qui est placée en seconde position.

  • 50 R. RICARD, art. cit. p. 51-61. Cet article réunit diverses prières établies sur le même modèle : le (...)

42Dans le passage suivant qui est le refrain de la prière narrative50 contenue dans le poème, se suivent trois synonymes, les deux premiers consistant en l’expression concrète et métonymique du troisième :

Señor, Tú non me olvides, ca yago muy penado
En fierros e cadenas e cárçel ençerrado
 (796)

43De même (810b): Tomé en mí esfuerço, conorte e placer […]

44Lisons la strophe 79. Elle énumère (diphrases) et dispose toujours en dernière position le terme le plus marqué, signalé par un signifiant plus long :

Esta trae los pechos en los pueblos cuitados :
Monedas, alcabalas, empréstitos doblados,
(3+4+7 = 14)
Galeotes, ballesteros (3+4) por ella son echados,
Sueldo a cavalleros (4) e omnes escudados (6).

45Dans l’énoncé qui suit, le premier membre du diphrase s’applique au temps. Le deuxième s’applique à l’espace, sous la forme de deux substantifs coordonnés qui occupent la totalité de l’hémistiche :

E, Señor piadoso, Tú quieras perdonar
Los mis grandes pecados en que te fiz’ pesar,
E me otorga tiempo, espaçio e logar
Que a Ti pueda servir e a Ti solo loar (19).

46Le troisième membre est le plus souvent saillant : « En casa que hay paz, concordia e buen amor »(541d). Parfois, seule la rime justifie l’ordre des mots : « maneras e modos » (851c).

47Le diphrasisme s’assimile au fond à une figure d’abondance et d’adjectivation. Lisons la strophe 620 :

Si veen su moneda que es bien fabricada,
de oro e de plata, redonda, bien cuñada,
rica, de buena ley, en todo bien guardada,
ésta es la tercera señal d’él, muy granada.

48A cette syntaxe doit être assimilée la figure d’opposition qui consiste à accompagner une affirmation par la négation de son contraire :

Quien las bien comidiere non lo terná errado (630d)

[…] con paz e sin saña (852f)

La position de la parémie

49Le diphrasisme est constant dans la cuaderna vía, chez Ayala comme chez Juan Ruiz, une certaine recherche synonymique ou paraphrastique consiste à doubler d’une parémie dans le quatrième vers, un concept développé dans les trois premiers. Les exemples sont nombreux :

  • 246d : « como rebuelven tordos un pobre palomar. »

  • 290d : « a aquél que se entremete de ánsares ferrar. »

  • 302d : « a través yaze caído, si delante non se cata » (Bizzarri: « qui non se cata delante, atrás se cae »)

  • 310d : « ¡Si non él nunca vaya velar a Rocamador! »

  • 342d : « Quien el camino llano desampara por la sierra. »

  • 481d : « mas que una grant peña non se quieren mudar »

  • 482d : « maguer fazen argumentos, ál tienen en coraçón »

  • 608d : « ca matar así un omne non es juego d’un piñón. »

  • 997d : « ca do fuentes non ha, río non puede correr. »

50La formule, mise en valeur, est médiatisée, mise en valeur par la polyptote ou figure de dérivation : « Pregona el pregonero : “ ¡ Quien tal fizo, tal pada ! ” » (570d, 4/3). Parfois, le registre familier déborde le cadre :

Sin el propio salario demandámosles ayuda,
dánnoslo de mala mente, aunque la fruente les suda;
el rey que buen juez en su villa tener cuida,
tiene una mala yerva que peor fiede que ruda (356)

51Parfois, la parémie apparaît en une autre position :

Non vos duela a osadas prometer a grant medida,
ca del agua que se vierte, la media non es cogida,
e si por él librardes, non fue en balde la venida 
».
« Señor », digo, « gracias muchas, conséjadesme la vida ». (446).

Atiéndome todo el día pintando por las paredes (449a).

Dulçe cosa es de tañer omne aver ajeno
mas tienpo acaesçe que pone culuebra en su seno
por aquesto tal, e seco como feno
fincan sin provecho deziendo « ¡cómo peno! » (704)

  • 51 S. HIREL, op. cit, p. 238.

52Cette pratique s’inscrit dans l’expression de la cuaderna vía, dans laquelle le poète cherche à inclure dans un cadre défini une idée essentielle. Ainsi en allait-il des notes tirées de Morales de Grégoire de Tours, amenées à être complétées, « arrondies » en quelque sorte51.

Conclusion

53Pour lire le Rimado, il faut d’abord apercevoir combien le chancelier évalue son métier et le met en perspective, en recourant à une métalangue choisie qui met en valeur l’art de son dire. Cette métalangue occupe une bonne partie de la strophe et détermine une prosodie, mais aussi une syntaxe où l’on va retrouver des modèles assez constants. La stichomythie manifeste l’accord de la métrique, de la prosodie et de la structure syntaxique. La pratique de l’enjambement, quand elle apparaît (souvent aux vers 2-3 de la strophe), doit donc être soulignée. En outre, l’art de raconter se manifeste dans une pratique bien dominée de l’exemplum, permettant de disposer tout un conte dans un espace très contenu (parfois une strophe). Le diphrasisme répond aussi à cette expansion syntagmatique, mais il signifie aussi une volonté d’approfondir le sens, en recherchant progressivement le signe le plus conforme à son objet. Ce mot si pertinent est le plus souvent placé en dernière position de la liste. Là se situe aussi la parémie, disposée souvent à la fin de la strophe, au long du quatrième vers.

Haut de page

Bibliographie

ALFONSO X, General estoria, 4ª parte, ed. Pedro Sánchez-Prieto Borja, 2002

BREMOND, Claude, LE GOFF Jacques et SCHMITT Jean-Claude, L’«Exemplum », Turnhout : Brepols, 1982.

COROMINAS Joan y PASCUAL José Antonio, Diccionario crítico etimológico castellano e Hispánico, Madrid : Gredos, 1-6, 1980-1991.

GIMENO CASALDUERO Joaquín, « Sobre la oración narrativa medieval : estructura, origen, supervivencia », in : Anales de la Universidad de Murcia, 16, n°1-2, 1957-58, p. 113-125, repris dans : Estructura y diseño en la literatura castellana medieval, Madrid : Porrúa, 1975, p. 11-30.

HERVIEUX, Léopold, Les Fabulistes latins, depuis le siècle d’Auguste jusqu’à la fin du Moyen Age, Eudes de Cheriton et ses dérivés, Paris : Firmin-Didot, 1896

HIREL, Sophie, López de Ayala. Rimado de Palacio, Paris : Atlande, 2018, p.70.

JARDIN, Jean-Pierre, « Pero López de Ayala et le Rimado de palacio : une conscience chrétienne face au désordre du monde », in : Les Langues Néo-Latines, 4, n°387, 1978, 3-15.

LÁZARO CARRETER, Fernando, « La poética del arte mayor castellano, Studia in honorem Rafael Lapesa », 1, Madrid : 1972, p. 343-378.

LÓPEZ DE AYALA, Pero, Rimado de palacio, éd. Hugo O. Bizzarri, Madrid : Real Academia Española, 2012.

MOLINIÉ, Georges « Figure étymologique », Dictionnaire de rhétorique, Paris : Le Livre de poche, 1992.

NASCENTES, Antenor, Dicionário etimológico da língua portuguesa, Rio de Janeiro : 1932.

ORDUNA, Germán, El Arte narrativo y poético del canciller Ayala, Madrid : C.S.I.C, 1998.

PARDO, Arcadio « Esticomitia y esticomitia ampliada », in : Rhythmica, 15, 2017, p. 67-86.

PAREDES, Juan, « El Término cuento en la narrativa medieval », in : Bulletin Hispanique, 3-4, 1984, p.435-451, en ligne.

POTTIER, Bernard, « El Concepto semántico-léxico de difrasismo », in : Estudios ofrecidos a Antonio Quilis, 1, Madrid : CSIC, Universidad de Valladolid, UNED, 2005, p.807-811.

REY, Alain, Dictionnaire historique de la langue française, Paris : Le Robert, 1994.

RICARD, Robert « Sur l’Invocation initiale du Libro de buen amor », in : Nouvelles Études religieuses (Espagne et Amérique espagnole), Paris : Centre de recherche Hispaniques, 1973, p.51-61.

SEM TOB DE CARRIÓN, Proverbios morales, éd. Sanford Shepard, Madrid : Clásicos Castalia, 1985, p. 90.

SEM TOB DE CARRIÓN, Sendebar, éd. María Jesús Lacarra, Madrid : Gredos, 1989.

TORRE, Esteban « Zeuxis y azeuxis », in : Zeuxis y azeuxis otras cuestiones métricas, Rhythmica, Anejo 5, 2017, 17-36.

TUBACH, Frederic C., The Index exemplorum : A Handbook of Medieval Religious Tales, Helsinki : FFC. 1981.

ÜTHER, Hans-Jörg, The Types of International Folktales : A Classification and Bibliography Based on the System of Antti Aarne and Stith Thompson, 3 vols., Helsinki : Academia Scientiarum Fennica, col. Folklore Fellow’s Communications 284-286, 2004.

Haut de page

Notes

1 Il appartient au lecteur d’accepter ou non l’union de deux syllabes (zeuxis ou azeuxis) pour former l’hémistiche de sept ou huit syllabes. Lire à ce sujet : Esteban TORRE, « Zeuxis y azeuxis » in : Zeuxis y azeuxis otras cuestiones métricas, Rhythmica, Anejo 5, 2017, p. 17-36.

2 L’analyse métrique doit distinguer les hémistiches de 7 et de 8 syllabes. On doit repérer les éventuelles synalèphes et éventuellement conclure à l’irrégularité : « A Dios tiene de su parte / quien justicia puede amar (8, une synalèphe) / quien la bien la quisiere aver (9, irrégulier, synalèphe) / deve d’ella bien usar » (8) (372ab). La répétition de la apparaît dans N et E.

3 Vers régulièrement fondé sur le rythme de l’anfibraque, selon la description de Fernando LÁZARO CARRETER, « La poética del arte mayor castellano », in : Studia in honorem Rafael Lapesa, 1, Madrid : 1972, p. 343-378 : « Si Dios non acorre aquesta vegada […]  (832g)… sus tablas por fuerça quebradas de fecho […] » (833g). C’est cette pratique qui reçoit dans le poème l’appellation de deitado.

4 Pas toujours. Il arrive que la rime unique entraîne de fortes tensions sur la morphologie :
Ayades buena ventura », responde luego el alcalde,
las rentas d’este conçejo non las quiero yo de balde,
Mas vos dadles por mí tanto por la villa e arrabalde,
Si vierdes que puja alguno, fablad con él e pechalde (366).

5 Nous renvoyons à l’édition d’Hugo O. BIZZARRI.

6 Adéquation du vers et de la parole. Le mot s’est d’abord appliqué aux dialogues de la tragédie grecque où chaque personnage répondait à l’autre sur la longueur d’un vers (Arcadio PARDO, « Esticomitia y esticomitia ampliada », in : Rhythmica, 2017, 15, p. 69). La présence des deux hémistiches produit un effet de binarité (« bimembración »). L’enjambement, quand il apparaît, y est donc un recours marqué, qui doit être analysé comme tel : lire en particulier les strophes 1522-1522. Il faut ajouter que l’adéquation de la syntaxe à la métrique ne se limite pas au vers : seules neuf strophes sur les 2122 de l’édition Bizzarri ne sont pas bornées par une ponctuation forte (point, points d’interrogation et d’exclamation, deux points), soit une proportion de 0,42%.

7 Sophie HIREL, López de Ayala. Rimado de Palacio, Paris : Atlande, 2018, p. 146.

8 Georges MOLINIÉ, « Figure étymologique », Dictionnaire de rhétorique, Paris : Le Livre de poche, 1992.

9 S. HIREL, op. cit., p. 241.

10 Ibid., p. 246.

11 « Midi le juste », écrit Paul Valéry dans le « Cimetière marin ».

12 Conto : « Número, especialmente um milhão, tratando-se de réis » (NASCENTES). « Tres cuentos más que antaño por ellas vos daremos » (251b). « Cuento e medio de fiel » (254d).

13 Atasmía, s.v.tazmía (COROMINAS-PASCUAL, DCECH, « origen incierto, probablemente arábigo… el sentido parece ser contabilidad o cuentas de las contribuciones o tributos »). Le leçon du Ms E est erronée : averia.

14 Contar est porteur des deux acceptions en espagnol médiéval : « mas seran muchos como las estrellas del cielo que se no se pueden contar e como el arena de la mar que se non puede medir » (« no se conoce el número », Alfonso X, General estoria, 4ª parte, éd. Pedro SÁNCHEZ-PRIETO BORJA, 2002), « D’iffantes de Carrión yo vos quiero contar » (Moi Cid, 1879 (« relatar »). Cuento et cuenta coexistaient au Moyen Age tant pour signifier le compte que le récit : « Aquellos fagan escreuir todo el cuento de la ganançia toda et scriuan la sobre tales omnes que si por uentura alguna cosa se perdiere, que la puedan ellos pechar » (Fuero de Alarcón, 1300, título 607, a, « Ordenamientos y códigos legales », RAE, 2000, en CORDE). Chez Ayala, contar pour enumerar : 152b, 165a).

Voir aussi : recabdo (309c).

15 Putare a produit directement podar en espagnol, assorti du signifié premier (« élaguer ») et non le dérivé sémantique (« penser »). C’est là un indice de cet archaïsme du latin d’Espagne dont parlait Rafael Lapesa (Historia de la lengua española, 9a édition, Madrid : Gredos, 1981, p. 87-89).

16 Voyez comme la présence de callar au-dessous de contar dans le paradigme de la rime tend à actualiser le signifié de « raconter », plutôt que celui de « décompter ». Voyez de même comme les deux verbes suivants declarar et avisar sont sémantiquement voisins.

17 Les deux signifiés sont acceptables.

18 Juan PAREDES, « El Término cuento en la narrativa medieval », in : Bulletin Hispanique, 3-4, 1984, pp.435-451, en ligne.

19 De même, la structure du Sendebar est fondée sur l’équilibre des trois récits qui, chaque jour et tout au long de la semaine, sont racontés.

20 Endless tales, voir Üther, cité en bibliographie finale.

21 Le modèle opposé est celui de Ginés de Pasamonte, auteur du roman picaresque de sa vie, qui fait observer à don Quichotte et à Sancho que son roman ne peut être clos, puisque sa vie continue de se dérouler : « ¿Cómo puede estar acabado – respondió él – si aún no está acabada mi vida ? » (I, 22, p. 243). Le récit de Ginés de Pasamonte, chronique de sa propre existence, dessine lui aussi ce qu’une forme brève ne doit pas être.

22 Le langage informatique est fait d’une multitude de choix binaires qui sont aussi une forme d’élagage.

23 Sophie Hirel (op.cit., p. 171) inclut la morale de l’exemplum dans le décompte : « Así fazen estas tachas […] ». C’est la strophe 384. Il faut aussi relever l’introduction effectuée en strophe 381 : « Andan aquestas tachas las virtudes engañando […] ».

24 Nous employons ici les mots de protase et d’apodose dans leur sens rhétorique. La protase renvoie à l’inflexion montante de la phrase ou du texte. L’apodose renvoie à l’inflexion descendante, après l’acmé.

25 S. HIREL, op. cit., p. 171-177.

26 G. ORDUNA, El Arte narrativo y poético del canciller Ayala, Madrid : C.S.I.C, 1998, p. 48-49.

27 S. HIREL, op. cit., p. 70.

28 Ibid., p.171.

29 Jean-Pierre JARDIN, « Pero López de Ayala et le Rimado de Palacio : une conscience chrétienne face au désordre du monde », in : Les Langues Néo-Latines, 4, 387, 1978, p. 3-15, voir : p.10-11. Voir aussi S. HIREL, op. cit., p.171.

30 Corominas et Pascual (s.v. miedo) relèvent le sens fréquent au Moyen Age de medroso : « pavoroso, que pone miedo » (don Juan Manuel, Ayala, Sem Tob de Carrión). On peut aussi voir là une hypallage : les marins sont apeurés.

31 « Nous sommes tous croyants quand le tonnerre gronde » (Horace, Odes, III, 5, 1).

32 « Fluctus enim cum tumentes desuper imminent, cumque eam quam deferunt mortem minantur, nulla nauigantibus cura rerum temporalium », cité par H. O. BIZZARRI (éd. cit., p. 575). Voir aussi le commentaire de G. ORDUNA (op. cit., p. 45).

33 Voir Frederic C. TUBACH, The Index exemplorum : A Handbook of Medieval Religious Tales, Helsinki : FFC. 1981, 3975 : « During a storm AT sea, a man promised never again to offend God; safe on shore, he declared THAT he would not keep his promise. » Le thème apparaît chez Esope : 30 (Chambry 53) : « Athéna et le naufragé ; 34 (Chambry 46) : « L’homme qui promet l’impossible » ; 78 (Chambry 308) « Les navigateurs ».

34 Ibid.

35 Notons que Sophie Hirel, op. cit., p. 165-195 prend soin de décrire les sources de ces quelques récits exemplaires et de réfléchir sur l’ « identification des sources ».

36 G. ORDUNA, op. cit. p. 63-64.

37 Robert Ricard, « Sur l’invocation initiale du Libro de buen amor », in : Nouvelles études religieuses (Espagne et Amérique espagnole), Paris : Centre de recherche Hispaniques, 1973, p. 51-61. L’exemplum est narratif s’il développe un récit. Il est rhétorique s’il n’est qu’une simple allusion à une référence connue du public. Voir à ce sujet la typologie de Jacques LE GOFF, in : Claude BREMOND, Jacques LE GOFF et Jean-Claude SCHMITT, L’«exemplum », Turnhout : Brepols, 1982, lire p. 43-48. L’exemplum antique n’est souvent qu’une figure de rhétorique, courte allusion offerte par le locuteur à son auditeur. La prière narrative médiévale a été largement étudiée par Joaquín GIMENO CASALDUERO, « Sobre la oración narrativa medieval : estructura, origen, supervivencia », in : Anales de la Universidad de Murcia, 16, 1-2, 1957-58, p. 113-125, repris dans : Estructura y diseño en la literatura castellana medieval, Madrid : Porrúa, 1975, p. 11-30.

38 Le mot est rare, 20 occurrences dans CORDE, toutes autour de 1400 (Villasandino, Ayala), toutes appliquées à un poème de contenu religieux. Il s’agit d’une variante de ditado, de même signifié.

39 Le Livre de Daniel comporte bien des épisodes mémorables (les quatre jeunes juifs persécutés, la chaste Suzanne, Daniel dans la fosse aux lions…) qui soulignent la toute puissance et la miséricorde de Dieu. Dieu n’abandonne pas son peuple. Daniel lui-même prononce dans son livre (en 2, 20-23) une prière de ce type, implorant l’aide de Dieu pour obtenir la grâce des sages Chaldéens.

40 R. RICARD, art. cit.

41 Ibid., p. 55 

42 H. O. BIZZARRI : « oración (796-809) de coplas de seis versos alejandrinos con estribillo; rimas aa, bbaba ». Il ne s’agit donc pas d’un vers de arte mayor et l’auteur ne parle pas ici de deitado.

43 En latin chrétien, lacum > lac/lago désigne la fosse. Le mot latin désigne toute espèce de réservoir à eau. Le sens a donc vu son extension se réduire en français et en espagnol pour ne désigner qu’une étendue d’eau. Voir Alain REY, Dictionnaire historique de la langue française, Paris : Le Robert, 1994, s.v. Lac.

44 Sem Tob faisait allusion à la pratique du ciseau qui permettait d’économiser de l’encre. Mais on peut aussi lire les textes avec un autre sens : une langue retenue et élaguée : « Un astroso cuydava, / y por mostrar que era / sotil , yo le enbiava / escripto de tisera // El nescio non sabía que lo fize por infinta, / por que yo non queria / perder en el la tynta » (40-41), voir SEM TOB, 1985, 90. Voir aussi la maqama « la batalla entre el cálamo y las tijeras » de Sem Tob, commentée par Sanford Shepard, Sem Tob…, op.cit., p. 22-26.

45 Duco en est venu à signifier « calculer, estimer », synonyme de putare : rationem ducere.

46 Vigor pour vicio (« défaut, vice, faute »), sans doute pour respecter la rime. Vigor dérive de vigeo, « être en veille ».

47 Bernard POTTIER, « El Concepto semántico-léxico de difrasismo », in : Estudios ofrecidos a Antonio Quilis, 1, Madrid : CSIC, Universidad de Valladolid, UNED, 2005, p. 807-811.

48 Pella (« pelota ») vient de PILULA (Corominas et Pascual), diminutif de PILA (« balle »).

49  « que veo los sus pueblos sospirar e emer » (240d) : gemer est plus fort sémantiquement, mais son signifiant est ici plus court. Sa place est imposée par la rime. 242a. 244b.

50 R. RICARD, art. cit. p. 51-61. Cet article réunit diverses prières établies sur le même modèle : le priant rappelle à Dieu les merveilles (mirabilia) qu’il a faites pour justifier le secours ardemment attendu : « Señor, Tú que sacaste al pueblo de Israel / de terra de Egipto… Tú me saca de aquí do yago muy lazrado [… ] ». Strophes de six vers (7+7) de rimes AA/BBBABA (Bizzarri : « coplas de seis versos alejandrinos con estribillo »). La strophe 807 reprend le schéma de façon conclusive, avant que le poète demande à la Vierge d’intercéder (808). « Dulce abogada mía […] » (818c). Cette prière est appelée cantar par le poète (810a).

51 S. HIREL, op. cit, p. 238.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Darbord, « Peser, compter et raconter. Une réflexion sur le lexique de la pensée dans le Rimado de Palacio », e-Spania [En ligne], 34 | octobre 2019, mis en ligne le 09 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/31742 ; DOI : 10.4000/e-spania.31742

Haut de page

Auteur

Bernard Darbord

Université Paris Nanterre – EA 369 Études Romanes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals