Navigation – Plan du site
Pero López de Ayala y su Rimado de palacio : miradas cruzadas

Éléments de contextualisation et d'intertextualisation du regard ayalien sur la privauté dans le Rimado de Palacio

François Foronda

Résumés

Dans le Rimado de Palacio, qui tient une place conséquente dans le regard de Pedro López de Ayala sur la privauté, celle-ci n'est pas seulement envisagée sous l'angle de la critique, mais également d'une normalisation, voire d'une légitimation, qui réconcilie gouvernement par la privanza et gouvernement par le conseil. Ce balancement, voire ce revirement, est analysé dans cette article à l'aune de l'amitié entre Pedro López de Ayala et Philippe de Mézières et des rapports entre leurs œuvres. Il est ensuite mis en relation avec le traitement de la privauté dans l'ensemble de l'œuvre d'Ayala, afin de préciser ainsi le fonctionnement des « allégories » du Rimado relatives à ce sujet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On me permettra de rappeler ici ma thèse où il est fait largement référence à l'ensemble de l'œuvre (...)
  • 2 Sur cette chronique, rappelons notamment la thèse de Covadonga Valdaliso Casanova, Historiografía y (...)
  • 3 Un témoignage de sa vigueur est le nombre d'édition critiques publiées depuis le début des années 7 (...)

1La centralité du regard ayalien pour appréhender la privanza en Castille n'est plus à démontrer. Grand témoin de l'histoire de ce royaume au cours de la seconde moitié du XIVe siècle, Ayala enregistre la gouvernementalisation alors d'une relation de proximité dont le sens historique est le choix de l'amitié contre la parenté1. Cet enregistrement n'est pas univoque : car si l'auteur pousse la critique des privados de la première moitié du XIVe siècle en direction des stéréotypes de la diffamation politique dans sa chronique d'une royauté dévoyée en tyrannie, celle de Pierre Ier2, il constate par la suite quel rôle décisif jouent ces mêmes personnages dans la prise de pouvoir d'Henri III au sortir de sa minorité et la restauration de l'autorité royale qui en est la conséquence. Cette évolution est également constatable dans le Rimado de Palacio, qui pèse de manière conséquente dans la formation du regard ayalien sur la privauté (annexe, tableau 1). Faut-il pour autant parler d'évolution pour cette œuvre ? L'histoire complexe de ce recueil suscite toujours le débat3. Toutefois, sa nature même de recueil en fait un projet d'écriture en constante actualisation, en constante ré-intertextualisation pourrait-on dire encore, quelle que soit la chronologie exacte de la composition de ses différentes pièces, entre 1385 et 1407. Quoi qu'il en soit, l'auteur y réalise un pas supplémentaire en direction de la normalisation d'une pratique gouvernementale, voire de sa légitimation, par rapport au système narratif que finissent par former ses chroniques.

  • 4 Pour une mise en perspective : Vincent Serverat, La pourpre et la glèbe. Rhétorique des états du mo (...)
  • 5 Par exemple : Alfonso Franco Silva et Manuel Romero Tallafiga, « Un testimonio de la crisis de la s (...)

2Car Ayala va ici au-delà du constat qu'il fait ultimement, dans sa chronique d'Henri III, de l'utilité des privados. De la section Los males del mundo, gouvernée par une revue des états du monde où se concentre le traitement de la privauté4, une lecture qualitative a principalement retenu les premières pièces, El gobierno de la república et Los fechos de Palacio – surtout cette dernière d'ailleurs, ou l'histoire fameuse des déboires d'un chevalier venu réclamer ses gages au palais –, fortes de la critique ou de la satire des agissements des privados5. Une lecture quantitative (annexe, tableaux 2 et 3) conduit néanmoins à considérer la dernière pièce de cette section, La privanza de los reyes, comme pièce maîtresse du dispositif relatif à la privauté dans le Rimado. Pedro López de Ayala y concentre sa mise en œuvre du vocabulaire de la privauté dans l'œuvre, et il y donne à celle-ci un caractère singulier, qui rejaillit d'une certaine façon sur l'ensemble du Rimado par rapport au reste de la production ayalienne, en préférant employer privanza plutôt que privado. La singularité et l'identité de cette pièce est si forte que Pedro López de Ayala l'affiche d'ailleurs, en évoquant, en son début, un enxiemplo (strophe 656) et une semejanza (strophe 658), et pour la clore, un sermón (strophe 729).

  • 6 Sur ce sermon, on me permettra de rappeler mon article « La montagne du pouvoir. L'image de la mont (...)
  • 7 Soulignons d'ailleurs qu'il est probablement le premier en Castille à établir cette synonymie Au co (...)

3Ce sermon, l'auteur l'adresse aux privados – il s'agit donc d'un sermon ad status –, afin de leur enseigner comment accéder à la privanza – celle-ci étant comparée à une ville à prendre – et orienter leur prise de pouvoir – ou leur coup d'état – en direction du bon gouvernement6. Ainsi, l'« évolution » du regard ayalien sur la privauté se rapproche d'un revirement au terme de la section Los males del mundo, dont toute la richesse tient donc dans ce balancement entre la verve du pourfendeur de privados (Los fechos de Palacio) et l'expérience d'un instructeur en privanza désormais synonyme de gouvernement (La privanza de los reyes)7. Dans ce balancement – inégal étant donné le poids second de la dénonciation par rapport à l'instruction –, López de Ayala invente un genre, le Doctrinal de privados, appelé à perdre cette dualité première. Il est fort possible d'ailleurs que le caractère plus univoque du genre par la suite (le Docrinal de privados du Marquis de Santillana) ait pu conduire à la lecture tronquée de ce Doctrinal, fondateur mais épars, aménagé par Ayala dans son recueil. Sur la base de ces rappels, j'aimerais simplement ajouter à mes précédentes considérations, quelques éléments supplémentaires de contextualisation et d'intertextualisation du regard ayalien sur la privauté dans le Rimado de Palacio.

Le regard ayalien : une schizophrénie d'état ?

  • 8 Voir en particulier les nombreux travaux publiés à l'occasion du sixième centenaire de la mort de P (...)

4Avant d'en venir à ces éléments, et pour nous en rapprocher, une précision s'impose toutefois. Il s'agit de la nécessité de rapporter la production du regard ayalien à sa fabrique sociologique. Le parcours lignager et personnel de l'auteur est bien connu8. Sur cette base, il faut souligner que le revirement ayalien par rapport à la privauté, accentué comme indiqué dans le Rimado, opère la réconciliation – intime, sociologique, idéologique ou encore politique – de l'auteur avec le monde auquel il a toujours appartenu, celui des privados et de la privanza, réglant dès lors, et assez logiquement au vu de la perspective confessionnelle finalement construite dans le Rimado, la schizophrénie d'état dans laquelle l'avait installé la justification de la prise de pouvoir trastamare et, au travers de cette dynastie, de son propre groupe. Car le procès en diffamation engagé dans la chronique de Pierre Ier et prolongé dans le Rimado, dans un premier temps seulement, contre les privados avait construit entre ces créatures et l'auteur une distance tout à fait artificielle.

  • 9 La chronologie rejoint ici celle mise en lumière dans mes travaux sur la peur du roi : « El miedo a (...)

5Une prosopographie très sommaire des privados donne ces quelques traits de caractérisation pour le XIVe siècle : des laïcs plutôt que des ecclésiastiques, issus de lignages d'une noblesse seconde, lesquels sont au service du prince depuis plusieurs générations, et des chevaliers plutôt que des lettrés, pour ce qui est en tout cas du leadership de la privauté. Le profil de Pedro López de Ayala relève donc bien de ce profil de groupe, et qu'il puisse se placer par rapport à lui dans une distance critique ne signale au fond que sa proximité sociologique. Faut-il s'étonner du côté privado anti-privado de Pedro López de Ayala ? Rappelons que, au sein du groupe aristocratique, dont fait partie le roi, la ligne de front n'est pas réellement idéologique. Aussi, l'ensemble des membres du groupe partage-t-il les mêmes valeurs, les mêmes référents et les mêmes pratiques. Quand des membres de ce groupe se trouvent exclus du pouvoir, ceux-ci réagissent toujours en traitant les (nouveaux) conseillers du prince de privados et en faisant de leur Conseil un gouvernement par la privanza. Ce consensus pratique ou tactique davantage qu'idéologique, certes d'abord aristocratique (également royal par conséquent), mais très vite partagé par d'autres états, en particulier les villes, se forme en Castille pendant le premier quart du XIVe siècle9.

  • 10 Parmi d'autres témoignages de cette attention surtout marquée dans la chronique de Jean Ier, voir l (...)
  • 11 Jean-Claude Mühlethaler, Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, Paris : Honoré Champion , 19 (...)

6Remarquons que le royaume de France, pour lequel Pedro López de Ayala porte un intérêt également bien connu10, présente un témoignage strictement contemporain de production d'une distance de l'intérieur fonctionnant comme marqueur de l'appartenance à un milieu de gouvernement. Il s'agit du Roman de Fauvel, dont les deux livres datent de 1310 pour le premier et de 1314 pour le second, rédigé dans la mouvance du parti qu'anime le frère de Philippe le Bel, Charles de Valois, contre Enguerran de Marigny (Fauvel ?), dont la trajectoire bute finalement contre le gibet de Montfaucon. Dans ce poème satirique et allégorique, où tous n'ont d'autre ambition que de torcher l'âne Fauvel, lequel tient bientôt palais de fausseté, son (ses) auteur(s), Gervais du Bus peut-être, du milieu des secrétaires-notaires de la chancellerie royale, se livre(nt) à une sévère critique des états du monde11.

  • 12 Le Roman de Fauvel par Gervais du Bus, éd. Arthur Langfors, Paris : Firmin Didot, 1914-1919, p. xxi (...)
  • 13 Richard H. Rouse et Mary H. Rouse, Manuscripts and their makers : commercial book producers in medi (...)
  • 14 F. Foronda, « L'Espagne dans le Songe du vieil pelerin : une expérience et une rencontre », in : Jo (...)
  • 15 Voir en ce sens, les remarques d'Hugo Bizzarri, qui valide l'intuition de Germán Orduna à propos de (...)

7Á Paris, lorsque Pedro López de Ayala fréquente la cour en tant qu'ambassadeur du roi de Castille, le Roman de Fauvel jouit toujours d'une certaine audience. Des treize manuscrits conservés, une petite dizaine furent copiés entre les années 1310 et la fin du XIVe siècle, dont deux au moins de manière certaine au cours des années 1350-1360. Le Roman s'y trouve souvent associé à d'autres pièces poétiques, la plupart du temps de dimension morale ou moralisatrice, telles que le testament de Jean de Meun, prodigue en conseils différenciés aux états du monde. C'est le cas, par exemple, du manuscrit 525 de la Bibliothèque municipale de Dijon, qui ne présente cependant que le premier livre du Roman de Fauvel12. La copie, de 1361, est l'œuvre de Mathias Rivau, clerc du diocèse de Poitiers, mais exerçant comme copiste dans la Cité, rue neuve Notre Dame. Trois ans plus tard, il copie une Histoire ancienne jusqu'à César complétée des Faits des Romains (Bibliothèque nationale de France, Fr. 246) qui intègre la bibliothèque du duc de Berry13. L'un des proches du duc, le chanoine parisien Thibaut de Hocie, dès lors pratiquement voisin du copiste Rivau dans la Cité, fut souvent d'ambassade en Espagne entre 1368 et 1396 et, très probablement, l'un des principaux interlocuteurs de Pedro López de Ayala pendant ses séjours parisiens14. À Paris, López de Ayala a pu en tout cas trouver des pistes, en particulier dans la riche veine française des états du monde15, pour sublimer en littérature sa propre schizophrénie d'état.

Une réconciliation mézérienne ?

  • 16 F. Foronda, « L'Espagne dans le Songe du vieil pelerin », p. 139-147.
  • 17 Paris, Bibliothèque de l'Arsenal, ms. 2251, fol. 112v°-114v°, fol. 113v°, publié par Auguste Molini (...)
  • 18 Nicolae Jorga, Philippe de Mézières, 1327-1405, et la croisade au XIVe siècle, Paris : Émile Bouill (...)
  • 19 Dora M. Bell, Étude sur « Le Songe du Vieil Pelerin » de P. de Mézières, 1327-1405, d’après le manu (...)
  • 20 Philippe de MÉziÈres, Songe du vieil pelerin, éd. critique de J. Blanchard, avec la collaboration d (...)

8Reste que le mouvement indiqué à propos de la privauté dans le Rimado ne se contente pas de marquer une distance critique, il opère ultimement une réconciliation, laquelle pèse en définitive d'un poids plus important. J'ai souligné récemment quelle profonde relation d'amitié Pedro López de Ayala et Philippe de Mézières avaient entretenue16. Parmi les adhérents à l'ordre de chevalerie projeté par Mézières entre 1385 et 139517, Nicolae Jorga avait identifié Pedro López de Ayala18. Dora Bell avait vu dans la chronique de Pierre Ier de Pedro López de Ayala la source du récit que donne Philippe de Mézières, dans son Songe du viel Pèlerin, du meurtre de Muhammad VI à Séville19. L'idée est à nuancer, mais il ne fait que peu de doutes que la « personne notable qui estoit lors privés [il faut souligner ce terme qui porte confirmation du statut de privado d'Ayala !] et singulier serviteur dudit roy Pierre »20, dont Mézières tient l'information à propos de ce meurtre, ou encore cet « amy qui fut moult privé du roy Pierre d'Espaigne », qui l'informe du goût de ce roi pour l'astrologie, est bien Pedro López de Ayala.

  • 21 Sur les ambassades de Pedro López de Ayala : Antonio Serrano de Haro, El embajador Don Pero López d (...)
  • 22 De Bureau de la Rivière, Ayala avait en effet écrit qu'il possédait un faucon pèlerin bon chasseur (...)
  • 23 P. de Mézières, op. cit., p. cxxxiii-cxxxix, sur les traces de dérimage.
  • 24 Le texte a été tout récemment édité et traduit : Philippe de Mézères, Oratio tragedica, éd. J. Blan (...)
  • 25 Ibid., p. IX, n° 3.

9Entre Mézières et Ayala, l'amitié s'est probablement forgée entre 1380 et 1384, surtout peut-être pendant la longue ambassade parisienne d'Ayala de 1382-1383. Peut-être ont-ils ensuite poursuivi leur entretien à distance (une correspondance perdue ?). Ils purent en tout cas le reprendre un temps de visu, entre 1395 et 1397, période pendant laquelle Ayala séjourne longuement à Paris, pour défendre son roi contre les accusations portées devant Charles VI par Alfonso de Noreña, ou encore pour construire la tentative conjointe des rois de France, d'Angleterre et de Castille pour régler le schisme21. Au couvent des Célestins, où l'ancien chancelier de Pierre Ier de Chypre puis précepteur du Dauphin, le futur Charles VI, s'était installé dans un retrait du monde très relatif en 1380, Ayala put alors lire les œuvres que son ami avait écrites depuis leur dernière rencontre : en particulier le Songe du Povre Pèlerin (1388) – dédié au chambellan de Charles V, Bureau de la Rivière, impliqué dans les affaires d'Espagne, avec qui Ayala avait autrefois chassé22 –, un premier état, versifié celui-là23, aujourd'hui perdu, de ce Songe du Viel pèlerin (1389-1389) dans lequel il est donc possible de reconnaître Ayala comme informateur ; également peut-être l'Oratio tragedica, que Mézières avait rédigé dans la foulée, où il s'était livré à l'examen de son âme au rythme d'une constante remémoration de la passion du Christ, exercice confessionnel ouvert par une citation des Moralia in Job24 ; ou encore le troisième et dernier état de la Nouvelle chevalerie de l'ordre de la Passion, ordre auquel Mézières avait souhaité associer Ayala25.

10Dans mon article, j'indiquais que si Mézières devait à Ayala quelques informations à propos de Pierre Ier, Ayala devait probablement bien plus à Mézières, en particulier cet art des déterminations politiques qu'il met en œuvre dans le système narratif de ses chroniques pour distinguer la royauté de la tyrannie, et conjurer par le rappel périodique de cette distinction le risque d'un mauvais réveil dans la Castille trastamare. Sans doute faudrait-il augmenter la dette intellectuelle contractée par Ayala auprès de Mézières. En y ajoutant un programme de traductions, destiné à parfaire tant l'application de l'art des déterminations politiques (les Décades, le De casibus...), que l'exercice efficace d'une introspection pénitentielle (Moralia in Job) ? À San Miguel del Monte, où Ayala a peut-être voulu reproduire le retrait pratiqué par Mézières aux Célestins, le tour confessionnel qu'y prit le Rimado – une Oratio tragedica ? – pourrait fonctionner comme la reconnaissance de cette dette. Remarquons en tout cas que, à propos de la privauté, le balancement ou le revirement ménagé par Ayala dans son Rimado n'est pas sans rappeler le mouvement observé par Mézières à propos du même sujet dans son Songe du Viel Pèlerin.

  • 26 Employée par Froissart (« les marmousets du roy et du duc de Thouraine », in : Chroniques, éd. Kerv (...)
  • 27 John Belle Henneman, « Who were the Marmousets ? », in: Medieval prosopography, 5, 1984, p. 19-63 ; (...)
  • 28 D'autres allégories évoquent le coup d'État de 1388 et le programme réformateur des Marmousets, don (...)
  • 29 Murielle Gaude-Ferragu, D'or et de cendres. La mort et les funérailles des princes dans le royaume (...)

11En dédiant son Songe du Povre Pèlerin à Bureau de la Rivière, Mézières avait salué le retour aux affaires de son ami, ancien chambellan de Charles V, que la tutelle prolongée des oncles de Charles VI avait écarté du pouvoir entre 1380 et 1388. Avec le renvoi des oncles en 1388, d'autres anciens conseillers de Charles V reviennent aux affaires. Artisans de la prise de pouvoir royale, ces « Marmousets »26, issus pour la plupart d'une noblesse seconde, liés entre eux par leur appartenance à la chambre du roi, la parenté et l'alliance encore27, exercent un gouvernement qui a pour maître-mot la réforme, dont le programme est formalisé par Mézières lui-même dans le Songe du Viel Pèlerin28. Avec la première crise de folie de Charles VI, en 1392, les oncles du roi reprennent le pouvoir et mettent un terme à cette expérience gouvernementale, encore que certains Marmousets reviendront aux affaires, après un temps cependant, et grâce à la protection du frère du roi, le duc Louis d'Orléans, qui assume leur programme réformateur. Et c'est au Célestins, ce « retrait » mézérien, que Louis d'Orléans ordonnera de se faire inhumer dans son testament de 140329. Mézières y sera enterré à son tour en 1405. Mézières, les Marmousets, les Célestins, c'est là comme un club de la réforme dans lequel Ayala fut admis pendant ses séjours parisiens.

  • 30 Mézières emploie 47 fois ce terme dans le Songe du Viel Pèlerin. L'emploi de privé, terme synonyme (...)
  • 31 Guy de Poerck, « Marmouset. Histoire d'un mot », in : Revue belge de Philologie et d'Histoire, 1959 (...)
  • 32 P. Contamine, « Pouvoir et vie de cour dans la France du XVe siècle : les mignons », in : Compte-re (...)
  • 33 P. de Mézières, op. cit., plus particulièrement II, XLVIII, XLIX ET L, p. 680-689 (les mauvais Maho (...)
  • 34 Ibid., II, LI, p. 693.
  • 35 F. Autrand, op. cit., p. 204-213.

12Ami et inspirateur des Marmousets, Philippes de Mézières n'hésita pourtant pas dans le Songe du Viel Pèlerin qui, d'une certaine façon, célébrait leur coup d'État de 1388, à s'en prendre aux « Mahomets »30. Marmousets et mahomets sont deux expressions équivalentes, qui désignent et décrient, par métaphore, au terme d'un chemin étymologique qui associe petits singes, idoles païennes – dont l'adoration est paradoxalement attribuée aux musulmans – et grotesques décoratifs31, ces créatures, flatteuses et avides, qui subjuguent et captivent les princes. Toutefois, comme pointé par Philippe Contamine32, si Mézières dénonce les agissements des mauvais mahomets, il ouvre la possibilité pour le prince d'avoir à ses côtés un bon mahomet, auquel il prête finalement les traits de Romée de Villeneuve auprès de Raymond Béranger V de Provence33. Un point doit retenir notre attention, qui fait lien d'ailleurs entre le passage où commence à être posée l'idée de cette possibilité et celui où il lui donne plus de concrétude : il s'agit de l'application à l'économie de la faveur d'un contrôle – au travers ici de l'inventaire des faveurs obtenues que le mahomet doit remettre à son seigneur – que Mézières envisage pour tous les agents du pouvoir en réalité (finances, justices, administrateurs), seul moyen de « corrigier le psaultier »34, c'est-à-dire de changer les habitudes. Ce faisant, Mézières se contente d'étendre au domaine de la proximité et de la faveur le train de mesures, par voie d'ordonnances, de lettres et d'instructions, qui permettent aux Marmousets, en 1388-1389, tant de prendre le contrôle des rouages du gouvernement que d'imposer leur réforme. La figure de l'officier en ressort comme transfigurée35.

  • 36 Claude Gauvard, « Ordonnance de réforme et pouvoir législatif en France au xive siècle (1303-1413)  (...)
  • 37 F. Foronda, Privauté, gouvernement et souveraineté, (« Entre les villes et les oncles, l'enjeu part (...)
  • 38 Ils appartiennent à la troisième des quatre hiérarchies des trois ordres dans le classement des éta (...)

13Le balancement mézérien à propos des mahomets exploite ainsi un des ressorts essentiels du discours réformateur, tel qu'il s'est formé depuis le début du XIVe siècle et accentué au cours des années 1350, où l'objectif de purification exige en quelque sorte la mise en scène de l'impureté36. Dès lors, la critique des travers des mahomets et des officiers a pour fonction de définir quel idéal d'intégrité et d'efficacité ces serviteurs du prince doivent avoir pour horizon, et pour le prince, l'obligation qui est la sienne de les choisir selon leur seule compétence, voire même de procéder à leur choix par élection, et de contrôler leur action. Au total, sans les mahomets corrompus de Mézières, la différence de ses amis Marmousets en 1388-1389, par rapport au gouvernement des oncles, n'aurait peut-être pas été telle. Le balancement ayalien à propos de la privauté est-il tributaire de l'esprit réformateur que Mézières applique à ce même domaine ? Il faut en tout cas pointer une communauté d'esprit entre les auteurs, qui a pu d'ailleurs se former avant même qu'ils ne se rencontrent. Car le discours réformateur castillan, dont la cristallisation se joue probablement entre les cortès concurrentes réunies à Palencia en 1313 et celles assemblées à Madrid en 1329, est travaillé par une mécanique discursive analogue, qui tend à faire du discours anti-privados comme la condition d'existence des bons privados, c'est-à-dire des bons conseillers37. Remarquons en outre que Mézières et Ayala partagent également une vision quelque peu classiste de la mauvaise et de la bonne privauté. Quand, dans le Songe du Viel Pèlerin et le Rimado, tous deux pensent à leurs mahomets et à leurs privados, ils ont surtout en tête des profils d'administrateurs, gens de finances et de justice, de petit état en tout cas38, que la cupidité ne gonfle cependant pas au point de leur conférer aussi l'esprit de chevalerie qui inspire les portraits que Mézières et Ayala dressent du bon privado, dont les traits les signalent peut-être eux-mêmes comme modèles.

Les allégories ayaliennes : proposition de schéma relationnel

14Comme indiqué, entre le Songe du Povre Pèlerin et le Songe du Viel Pèlerin, Mézières fait le choix de la prose plutôt que de la poésie, mais il conserve cet élan allégorique qui insuffle tant la structure de l'ouvrage que ses différentes parties et chapitres. Dans l'œuvre ayalienne, le Rimado trace un chemin inverse, de la prose à la poésie, mais cède à la vogue allégorique, en particulier dans son traitement de la privauté, où Los fechos de Palacio et La privanza de los reyes fonctionnent comme des allégories en contrepoint. Afin de compléter ces éléments de contextualisation et d'intertextualisation, j'aimerais simplement, sans entrer dans le commentaire de ces allégories, qui me conduirait à reprendre un propos déjà publié, en proposer un schéma relationnel. Il permettra d'envisager leur fonctionnement à l'échelle de l'ensemble de la vision ayalienne de la privauté, qui se partage, dans des proportions déjà indiquées (annexe, tableau 1), entre les chroniques et le Rimado.

  • 39 F. Foronda, « Vers un gouvernement de jure dans la Castille du xve siècle : les contrats de privanz (...)
  • 40 H. O. BIZZARRI, « Consejos y consejeros, según Pero López de Ayala », in : e-Spania [en ligne], 12  (...)

15La construction du schéma repose un principe qui est l'idée de communication entre les chroniques et le Rimado. Celle-ci est envisageable en raison d'un chronologie de production et d'actualisation des textes (au centre du schéma) dont il faut retenir deux périodes, le règne de Jean Ier et le règne d'Henri III, et trois moments distincts, la crise de régime de 1385, la prise de pouvoir royale à la fin de la minorité d'Henri III et un troisième temps, de caractérisation plus délicate, qui s'ouvre autour de 1398 (Ayala devient d'ailleurs chancelier à cette date), avec une recomposition de l'équipe de privados dont témoignent leurs alliances (il faut souligner le parallèle ici avec les alliances entre Marmousets en France quelques années plus tôt), lesquelles pointent encore, en 1405, leur préoccupation devant la perspective alors fortement probable d'une nouvelle minorité royale39. Si entre les deux premiers temps se jouent la construction et le rappel de la distinction entre royauté et tyrannie, et celle subséquente entre gouvernement par la privanza et gouvernement par le conseil40 (ligne supérieure du schéma) ; entre ces deux premiers temps, ainsi liés par une ambition narrative et idéologique revivifiée, et le troisième, le traitement de la privauté en passe de la dénonciation à la légitimation (ligne inférieure du schéma). Ces traits de construction étant à présent indiqués, il est possible d'envisager le fonctionnement des deux allégories du Rimado.

  • 41 J. M. Nieto Soria, « Rex Inutilis y tiranía en el debate político de la Castilla bajomedieval », in(...)

16Les éléments de contexte de la première allégorie – un chevalier venu de Tolède, des livres de comptes restés à Valladolid, un trésorier qu'il faut rejoindre en Estrémadure, une semonce qui dure depuis trois mois – indiquent probablement une campagne portugaise de Jean Ier, celle de 1384, où le siège de Lisbonne place le roi au bord du gouffre financier, ou bien celle de 1385, qui s'achève par Aljubarrota, et ouvre la première crise de régime de la royauté trastamare. Ayala a pu être lui aussi gagné par le doute, et l'allégorie des Fechos de Palacio ou l'histoire des déboires d'un écuyer confronté à la tourmente administrative, vient compléter le tracé de la frontière entre royauté et tyrannie qu'il avait placé peu avant, dans sa chronique de Pierre Ier et d'Henri II, dans un palais également, celui de Séville, à l'occasion du récit du déploiement de la violence en 1358. De la chronique de Pierre Ier au Rimado, la frontière ayalienne gronde ainsi d'un avertissement, afin que Jean Ier assume désormais pleinement la vocation réformatrice de sa dynastie, au risque sinon de se convertir en rex inutilis, c'est-à-dire, au fond, en nouveau tyran41. Cet avertissement Ayala le répète dans le contexte de la prise de pouvoir d'Henri III, qui voit des privados se lancer à nouveau contre des parents du roi, au travers de sa chronique de Jean Ier, transformée en miroir du gouvernement par le conseil. Ayala y ravive sa frontière de manière partielle cependant, par le simple rappel du conseil organisé à Séville en 1385, où, contre la volonté du roi, le renoncement trastamare à la politique de l'effroi avait été acté.

  • 42 Jacobo Zadique de Uclés, Dichos de sabios, éd. H. O. Bizzarri, San Millán de la Cogolla : Cilengua, (...)
  • 43 Le 16 mai 1398 d'après la Relación de efectos du chambrier Pedro Fernández (David NOGALES RINCÓN, « (...)

17La deuxième allégorie présente moins d'éléments contextuels, hormis peut-être l'allusion répétée à la fragilité de la privanza d'un roi encore enfant. On pourrait la rapporter à plusieurs expériences ayaliennes de minorités royales ou de tutelles prolongées : celle de Pierre Ier, celle de Charles VI de France et celle d'Henri III. Mais il est fort probable que l'allusion ne revêt qu'un caractère générique. Ce caractère même offre cependant une piste sur la chronologie non pas tant de rédaction que d'actualisation de cette allégorie ayalienne. Hugo Óscar Bizzarri a récemment publié la traduction que Lorenzo Suárez de Figueroa, grand-maître de l'ordre de Santiago, avait commandée en 1402 à son médecin juif Jacobo Zadique de Uclés, d'une collection de sentences dont le tour humaniste pointe une œuvre de la seconde moitié du XIVe siècle plutôt que de la fin du XIIIe siècle. Dans ces Dichos de sabios, dont la traduction est gouvernée par une intention pédagogique dont les destinataires auraient pu être les membres de l'ordre, un milieu dirigeant, voire le roi lui-même, ce motif du roi enfant revient à trois reprises42. En plus de se fréquenter à la cour, pratiquement depuis le règne de Pierre Ier, Ayala et Figueroa partagèrent-ils autour de 1402 le sentiment d'une urgence pédagogique ? Laquelle aurait été accentuée par la mauvaise santé d'Henri III et la forte probabilité d'une nouvelle minorité royale ? C'est une possibilité à ne pas exclure. Avec ses chroniques, son Rimado et ses traductions désormais, le chancelier de Castille paraît avoir voulu construire un programme d'éducation au pouvoir. Et, l'emprunt de De regimine principum par Ruy López Dávalos, en 139843, démontre chez les privados d'Henri III un certain goût de l'étude, qu'Ayala, leur aîné en privauté, a pu vouloir exploiter.

18Dans sa Privanza de los reyes, Ayala redouble d'ailleurs d'effort pour intéresser son auditoire du studium courtisan, ce que démontre cet enxiemplo, ou cette semejanza, ou encore ce sermón, qui fait de la privanza une ville à prendre, dont il décrit le siège par le menu. Comme déjà indiqué, le sermon ad status ne s'arrête pas là. Car, en plus de son manuel de prise du pouvoir, Ayala précise aux aspirants à la privanza comment inscrire leur gouvernement dans la durée. Et la condition de ce maintien au pouvoir est le bon conseil que le (bon) privado saura prodiguer au roi, afin de le détourner de la cruauté, qu'il veille à l'administration de sa justice, qu'il préfère la prospérité de son royaume à la convoitise, qu'il limite dès lors ses demandes financières et s'en tienne au droit, qu'il évite de muter les monnaies, qu'il respecte les libertés de l'Église, qu'il s'écarte de la flatterie et que ses actions soient commandées par la crainte de Dieu. Ce programme de gouvernement par une privanza réformée paraît donc compatible avec le gouvernement par le conseil. Cette dernière leçon, Ayala n'a pas le temps de l'administrer complètement dans sa chronique, qui s'achève avec le récit de l'année 1395-1396. Au moins a-t-il le temps d'y enregistrer la victoire des privados d'Henri III sur les oncles du roi, et de constater en définitive, mais ses avertissements y furent peut-être pour quelque chose, que ce retour à un gouvernement par la privanza n'est pas involutif.

Haut de page

Annexe

La privauté dans le Rimado de Palacio : quelques comptages44

La mise en œuvre du vocabulaire de la privauté dans l'œuvre ayalienne (tableau 1) montre que le Rimado concentre près du quart des emplois de ce vocabulaire (32 occurrences / 26 %). Le reste, hormis des hapax dans la traduction des Décades et le Caída de prinçipes, est mobilisé dans les chroniques (72 %), de manière très inégale cependant : la chronique de Pierre Ier et d'Henri II d'abord (65 occurrences, 53 %), celle d'Henri III ensuite (18 occurrences / 15 %) et celle de Jean Ier enfin (5 occurrences / 4 %). Le Rimado est donc la deuxième œuvre de poids pour apprécier le regard que porte son auteur sur la privauté.

Tableau 1 : le vocabulaire de la privauté dans l'œuvre ayalienne

Tableau 1 : le vocabulaire de la privauté dans l'œuvre ayalienne

Nous pouvons enrichir ce constat en appréciant le choix lexical réalisé par Pedro López de Ayala pour exprimer la privauté (tableau 2). Force est de constater la très nette préférence accordée à privado (105 occurrences / 86 %) sur privanza (17 occurrences / 14 %). Elle n'est pas surprenante : depuis le XIIIe siècle, privado l'emporte très nettement sur privanza dans l'expression de la privauté. Toutefois, le caractère continuiste du choix d'Ayala doit être fortement nuancé dans le Rimado. L'emploi de privanza (10 occurrences) représente près du tiers de la mise en œuvre du vocabulaire de la privauté dans cette œuvre, et cet emploi-là emporte à lui seul plus de la moitié de l'usage de ce terme dans l'œuvre ayalienne (55 %). Conséquente, la place du Rimado dans le regard ayalien sur la privauté paraît donc également singulière.

Tableau 2 : dire la privauté, le choix des mots dans l'œuvre ayalienne

Tableau 2 : dire la privauté, le choix des mots dans l'œuvre ayalienne

Cette singularité ne caractérise cependant pas l'ensemble du traitement de la privauté dans le Rimado. La distribution interne du vocabulaire indique que ce traitement se concentre dans la section Los males del mundo (tableau 3). Dans cette section toutefois, l'évocation de la privauté est loin de faire bloc et elle court entre plusieurs pièces de poids inégal. La dernière pièce de cette section, La privanza de los reyes, constitue la pièce maîtresse. Elle concentre à elle seule plus de la moitié de l'emploi du vocabulaire de la privauté (56,4 %), dont l'ensemble des occurrences de privanza. La singularité lexicale tout juste soulignée rend donc cette pièce maîtresse très spécifique en outre. Viennent ensuite des pièces dont la position est néanmoins antérieure dans la section : El gobierno de la república (25 %), Los fechos de Palacio (9,3 %), El oficio del rey (6,2 %) et El poder del rey (3,1 %).

Tableau 3 : distribution interne des occurrences

Tableau 3 : distribution interne des occurrences

Certes, on ne peut réduire le traitement de la privauté dans ces pièces à la seule fréquence du vocabulaire la désignant expressément. Et si ce vocabulaire spécifique n'est que peu employé dans Los fechos de Palacio, la privauté est au cœur de la trame allégorique des déboires d'un chevalier s'étant rendu au palais y réclamer ses gages. Il convient donc de pondérer les résultats. Toutefois, même en pratiquant cette pondération, l'importance donnée à cette pièce (et plus largement aux deux premières pièces indiquées) par une lecture qualitative est disproportionnée depuis la perspective d'une lecture quantitative, celle-ci indiquant tant le poids que la spécificité de la pièce La privanza de los reyes. Au terme de ces comptages, cette pièce paraît donc renfermer comme le nœud du regard ayalien sur la privauté dans le Rimado.

Haut de page

Notes

1 On me permettra de rappeler ici ma thèse où il est fait largement référence à l'ensemble de l'œuvre ayalienne (La privanza ou le régime de la faveur. Autorité monarchique et puissance aristocratique en Castille XIIIe-XVe siècle, Paris : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2003, 1, p. 170-256, et p. 245-256 sur le Rimado plus particulièrement (« La leçon du chancelier Ayala ») [disponible sur Academia]), ou encore l'un de mes premiers articles sur la privauté (« La privanza, entre monarquía y nobleza » in : José Manuel Nieto Soria (dir.), La monarquía como conflicto en la Corona castellano-leonesa (c. 1230-1504), Madrid : Sílex, 2006, p. 73-132, en particulier, p. 89-112) ; et d'indiquer enfin les deuxième et troisième parties de mon retour sur ouvrage Privauté, gouvernement et souveraineté en Castille (XIIIe-XIVe siècle), Madrid : Casa de Velázquez, 2020 (sortie prévue en début d'année), plus particulièrement les passages intitulés « La tourmente administrative », « la privanza enseignée au chevaliers » et « un pouvoir à prendre » pour le Rimado. Enfin, pour une vision de synthèse sur l'expérience castillane de la privauté, voir mon essai de définition : « Privanza », in : Georges Martin (dir.), Diccionario de historia medieval ibérica, Madrid : Editorial Akal (sous presse).

2 Sur cette chronique, rappelons notamment la thèse de Covadonga Valdaliso Casanova, Historiografía y legitimación dinástica: análisis de la crónica de Pedro I de Castilla, Valladolid : Universidad de Valladolid, 2010.

3 Un témoignage de sa vigueur est le nombre d'édition critiques publiées depuis le début des années 70 du vingtième siècle, avec des options parfois très différentes. Pour des bilans sur ce débat, voir Ignacio GonzÁlez AlvÁrez, El Rimado de Palacio : una visión de la sociedad entre testimonio y el tópico, Vitoria : Diputación Foral de Álava, 1990, p. 50-54, et les pages que lui consacre Hugo Óscar BizzaRri dans son édition du Rimado, retenue comme édition de référence pour le programme d'Agrégation d'Espagnol (Pero LÓPEZ DE AYALA, Rimado de Palacio, éd. Hugo Óscar Bizzarri, Madrid : Real Academia Española, 2012). Les mentions des strophes se font à partir de cette édition.

4 Pour une mise en perspective : Vincent Serverat, La pourpre et la glèbe. Rhétorique des états du monde de la société dans l'Espagne médiévale, Grenoble : ELLUG, 1997.

5 Par exemple : Alfonso Franco Silva et Manuel Romero Tallafiga, « Un testimonio de la crisis de la sociedad feudal en el siglo XIV: el Rimado de Palacio de P. López de Ayala », in: Hispania, 41, 1981, p. 485-513, plus spécialement p. 497-498 ; I. González Alvárez, El Rimado de Palacio, op. cit., p. 179-236 ; Béatrice Leroy, Des Castillans témoins de leur temps. La littérature Politique des XIVe-XVe siècles, Limoges : Pulim, 1995, p. 110-118 ; id., Le triomphe de l'Espagne Catholique à la fin du Moyen Âge. Écrits et témoignages, Limoges : Pulim, 2004, p. 154-161. Peu de temps avant la publication de son édition critique, Michel Garcia lançait pourtant cet avertissement : « Los extractos de los Fechos de Palacio que suelen ser recogidos en las antologías representan mal esta diversidad de tono y de preocupación que se desprendren de la lectura del conjunto [il est vrai qu'il indiquait pour ces Fechos de Palacio une extension allant jusqu'à la pièce La privanza de los reyes] » (Michel Garcia, « El Rimado de Palacio de Pero López de Ayala. Datos para la historia del texto », in : Actas del Quinto Congreso de la Asociación Internacional de Hispanistas, celebrado en Bordeaux del 2 al 8 de septiembre de 1974, Bordeaux : Instituto de Estudios Ibéricos e Iberoamericanos de l'Université de Bordeaux III, 1977, p. 401-405, ici p. 403).

6 Sur ce sermon, on me permettra de rappeler mon article « La montagne du pouvoir. L'image de la montagne dans le discours politique castillan (XIIIe-XVe siècle) », in : Montagnes médiévales. XXXIVe Congrès de la SHMESP, 2003, Paris : Publications de la Sorbonne, 2004, p. 355-374, plus particulièrement p. 363-370, où j'indiquais que cet enxiemplo, sermón ou encore semejanza, actualisait probablement la semejanza de la privanza-montagne présente dans le Calila e Dimna, le Libro de los cien capítulos et le Bipdaï.

7 Soulignons d'ailleurs qu'il est probablement le premier en Castille à établir cette synonymie Au cours des années 1380, dans sa chronique de Pierre Ier et d'Henri II, à propos du tutorat prolongé exercé par don Juan Alfonso de Alburquerque auprès de Pierre Ier, au début des années 1350, Ayala indique en effet que ledit Alburquerque « tenía la privanza del rey, la gobernanza del reino » (P. LOPEZ DE AYALA, Crónica del Rey Don Pedro y del Rey Don Enrique, su hermano, hijos del rey don Alfonso Onceno, éd. Germán Orduna, avec la collaboration de José Luis Moure, Buenos Aires : Secrit, 1994- 1997, 1, p. 26).

8 Voir en particulier les nombreux travaux publiés à l'occasion du sixième centenaire de la mort de Pedro López de Ayala : La Figura del Canciller Ayala. Conmemoración VI centenario, Vitoria : Diputación Foral de Álava, 2007 et El linaje del Canciller Ayala. Conmemoración VI centenario, Vitoria : Diputación Foral de Álava, 2007.

9 La chronologie rejoint ici celle mise en lumière dans mes travaux sur la peur du roi : « El miedo al rey. Fuentes y primeras reflexiones acerca de una emoción aristocrática en la Castilla del siglo XIV », in: e-Spania [en ligne], 4, 2007, mis en ligne le 14 janvier 2010, (URL: http://journals.openedition.org/e-spania/2273), repris dans mon ouvrage El espanto y el miedo. Golpismo, emociones políticas y constitucionalismo en la Edad Media, Madrid : Dykinson, 2013, p. 75-141.

10 Parmi d'autres témoignages de cette attention surtout marquée dans la chronique de Jean Ier, voir la strophe 290 du Rimado : « Otrosí al consejo deven siempre llamar // a aquéllos que sopieron tal caso fablar, // ca segunt dizen en Françia, mucho es de rebtar // a aquél que se entremete de ánsares ferrar ».

11 Jean-Claude Mühlethaler, Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, Paris : Honoré Champion , 1994 ; Margaret Bent, « Fauvel and Marigny : which came first? », in : M. Bent et Andrew Wathey (éd.), Fauvel Studies : Allegory, Chronicle, Music, and Image in Paris, Bibliothèque Nationale de France, MS Français 146, Oxford : Clarendon Press, New York : Oxford University Press, 1998, p. 35-52 ; Élisabeth Lalou, « Le Roman de Fauvel ou le miroir déformant », in : Frédérique Lachaud et Lydwine Scordia (éd.), Le prince au miroir de la littérature politique de l'Antiquité aux Lumières, Rouen : Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2007, p. 217-228.

12 Le Roman de Fauvel par Gervais du Bus, éd. Arthur Langfors, Paris : Firmin Didot, 1914-1919, p. xxii-xxv.

13 Richard H. Rouse et Mary H. Rouse, Manuscripts and their makers : commercial book producers in medieval Paris, 1200-1500, Londres : Harvey Millers Publishers, 2000, 2, p. 95.

14 F. Foronda, « L'Espagne dans le Songe du vieil pelerin : une expérience et une rencontre », in : Joël Blanchard et Renate Blumenfeld-Kosinsk (dir.) Philippe de Mézières et l'Europe médiévale : nouvelle histoire, nouveaux espaces, nouveaux langages, Genève : Droz, 2017, p. 131-148, p. 143-144.

15 Voir en ce sens, les remarques d'Hugo Bizzarri, qui valide l'intuition de Germán Orduna à propos de l'influence sur Ayala de cette littérature (P. LÓPEZ DE AYALA, Rimado de Palacio, op. cit. p. 359-360).

16 F. Foronda, « L'Espagne dans le Songe du vieil pelerin », p. 139-147.

17 Paris, Bibliothèque de l'Arsenal, ms. 2251, fol. 112v°-114v°, fol. 113v°, publié par Auguste Molinier, « Description de deux manuscrits contenant la règle de la Militia passionis Jhesus Christi de Philippe de Mézières », A : Archives de l'Orient latin, 1, 1881, p. 362-364, ici p. 363.

18 Nicolae Jorga, Philippe de Mézières, 1327-1405, et la croisade au XIVe siècle, Paris : Émile Bouillon, 1896, p. 491. Philippe CONTamine procède à la même identification (« 'Les princes, barons et chevaliers qui a la chevalerie au service de Dieu se sont ja vouez'. Recherches prosopographiques sur l'ordre de la passion de Jésus-Christ (1385-1395) », in : Martin Nejetly et Jaroslav Svátek (éd.), La noblesse et la croisade à la fin du Moyen Âge : piété, diplomatie, aventure. Actes du colloque de Prague, 2007, Toulouse : Méridiennes, 2009, p. 43-68, p. 49-50). Du même auteur, sur cet ordre de chevalerie : « L'ordre de la Passion de Jésus-Christ de Philippe de Mézières », in : Philippe Josserand, Luís Filipe Oliveira et Damien CARRAZ (éd.), Élites et ordres militaires au Moyen Âge. Rencontre autour d'Alain Demurger, Madrid : Casa de Velázquez, 2015, p. 125-134.

19 Dora M. Bell, Étude sur « Le Songe du Vieil Pelerin » de P. de Mézières, 1327-1405, d’après le manuscrit français B.N. 22542 : document historique et moral du règne de Charles VI, Genève, 1955, p. 68, n° 1.

20 Philippe de MÉziÈres, Songe du vieil pelerin, éd. critique de J. Blanchard, avec la collaboration d'Antoine Calvet et Didier Kahn, Genève : Droz, 2015, p. 447, l. 13-17.

21 Sur les ambassades de Pedro López de Ayala : Antonio Serrano de Haro, El embajador Don Pero López de Ayala (1332-1407), Madrid : Ministerio de Asuntos Exteriores, 2001.

22 De Bureau de la Rivière, Ayala avait en effet écrit qu'il possédait un faucon pèlerin bon chasseur de héron (P. López de Ayala, Libro de la caça de las aves. BL Add. 16392, éd. José Manuel Fradejas Rueda, Madison : Hispanic Seminary, 1995, fol. 12vo [consultation à partir du Corpus Diacrónico del Español : http://corpus.rae.es/cordenet.html].

23 P. de Mézières, op. cit., p. cxxxiii-cxxxix, sur les traces de dérimage.

24 Le texte a été tout récemment édité et traduit : Philippe de Mézères, Oratio tragedica, éd. J. Blanchard et A. Calvet, Genève : Droz, 2019.

25 Ibid., p. IX, n° 3.

26 Employée par Froissart (« les marmousets du roy et du duc de Thouraine », in : Chroniques, éd. Kervyn de Lettenhove, 15 (1392-1396), Bruxelles : Comptoir universel d'imprimerie et de libraire Mathieu Closson, 1871, p. 2), l'expression est popularisée à leur propos par Michelet (Françoise Autrand, Charles VI. La folie du roi, Paris : Fayard, 1986, p. 190-191).

27 John Belle Henneman, « Who were the Marmousets ? », in: Medieval prosopography, 5, 1984, p. 19-63 ; id., Olivier de Clisson and political society in France under Charles V and Charles VI, Philadelphie : University of Pennsylvania Presse, 1996.

28 D'autres allégories évoquent le coup d'État de 1388 et le programme réformateur des Marmousets, dont les soutiens mêmes sont en proie au doute, voire se livrent à leur critique après la première crise de folie du roi en 1392 : Thierry Lassabatère, « Eustache Deschamps et les marmousets, d'après la “fiction de l'aigle” et quelques autres pièces », in : Annuaire-Bulletin de la Société de l'histoire de France, 1995, p. 69-82.

29 Murielle Gaude-Ferragu, D'or et de cendres. La mort et les funérailles des princes dans le royaume de France au bas Moyen Âge, Lille : Presses universitaires du Septentrion, 2005, p. 58-59.

30 Mézières emploie 47 fois ce terme dans le Songe du Viel Pèlerin. L'emploi de privé, terme synonyme (« privés serviteurs et mahommés des grans seigneurs », « privé chamberlain », « quand il [l roi] estoit tout seul ou a tres privee et petite maignie », « barons privés », « privés et singuler serviteur », etc.), est près de deux fois moindre, avec 25 emplois.

31 Guy de Poerck, « Marmouset. Histoire d'un mot », in : Revue belge de Philologie et d'Histoire, 1959, 37/3, p. 615-644.

32 P. Contamine, « Pouvoir et vie de cour dans la France du XVe siècle : les mignons », in : Compte-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1994, 138/2, p. 541-554, p. 553 n. 67.

33 P. de Mézières, op. cit., plus particulièrement II, XLVIII, XLIX ET L, p. 680-689 (les mauvais Mahomets), II, LI, p. 689-694 (premiers traits du bon mahomet) et III, LV, p. 960-969 (les mauvais mahomets et le portrait du bon mahomet).

34 Ibid., II, LI, p. 693.

35 F. Autrand, op. cit., p. 204-213.

36 Claude Gauvard, « Ordonnance de réforme et pouvoir législatif en France au xive siècle (1303-1413) », in : André Gouron et Albert Rigaudière (dir.), Renaissance du pouvoir législatif et genèse de l’État, Montpellier : Publications de la Société d’histoire du droit et des institutions des anciens pays de droit écrit, 1988, p. 89-116.

37 F. Foronda, Privauté, gouvernement et souveraineté, (« Entre les villes et les oncles, l'enjeu partagé de la proximité » et « La satellisation alphonsine : la privanza sans privados »).

38 Ils appartiennent à la troisième des quatre hiérarchies des trois ordres dans le classement des états du monde de Mézières. Dans l'examen que leur impose Reine Vérité, les trésoriers surtout font figure d'ennemis de la pauvre chevalerie et du royaume de France, et la protection que leur accorde un mahomet, qui profite ultimement de leur rapine, les rend intouchables. On est là très près du fil directeur des Fechos de Palacio. Ajoutons que dans le chapitre consacré à leurs torts, Mézières y rapporte que les trésoriers des guerres vendent aux chevaliers des chevaux dont le prix est plus du double par rapport au prix du marché, qu'ils déduisent ensuite du paiement de leurs gages (P. de Mézières, op. cit., II, VIII, p. 506, l. 4-11).

39 F. Foronda, « Vers un gouvernement de jure dans la Castille du xve siècle : les contrats de privanza d’Henri IV de Trastamare », in : F. Foronda et Ana Isabel Carrasco Manchado (dir.), Du contrat d’alliance au contrat politique. Cultures et sociétés politiques dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge, Toulouse : Méridiennes, 2007, p. 189-250, p. 190-196.

40 H. O. BIZZARRI, « Consejos y consejeros, según Pero López de Ayala », in : e-Spania [en ligne], 12 décembre 2011, mis en ligne le 03 janvier 2012 (URL: http://journals.openedition.org/e-spania/20603).

41 J. M. Nieto Soria, « Rex Inutilis y tiranía en el debate político de la Castilla bajomedieval », in : F. Foronda, Jean-Philippe Genet et J. M. Nieto Soria (dir.), Coups d’État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid : Casa de Velázquez, 2005, p. 73-92.

42 Jacobo Zadique de Uclés, Dichos de sabios, éd. H. O. Bizzarri, San Millán de la Cogolla : Cilengua, 2019, 25, 51 et 93, p. 113, 118 et 127.

43 Le 16 mai 1398 d'après la Relación de efectos du chambrier Pedro Fernández (David NOGALES RINCÓN, « Un año en la corte de Enrique III de Castilla (1397-1398) », in : En la España Medieval, 37, 2014, p. 85-130, p. 112-113).

44 Les comptages présentés ci-dessous ont été réalisés, hormis pour la chronique d'Henri III, à partir du Corpus Diacrónico del Español (corpus.rae.es/cordenet.html). Les mentions des strophes (tableau 3) se font à partir de l'édition de référence déjà indiquée.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/31778/img-1.png
Fichier image/, 76k
Titre Tableau 1 : le vocabulaire de la privauté dans l'œuvre ayalienne
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/31778/img-2.png
Fichier image/, 14k
Titre Tableau 2 : dire la privauté, le choix des mots dans l'œuvre ayalienne
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/31778/img-3.png
Fichier image/, 15k
Titre Tableau 3 : distribution interne des occurrences
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/31778/img-4.png
Fichier image/, 71k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Foronda, « Éléments de contextualisation et d'intertextualisation du regard ayalien sur la privauté dans le Rimado de Palacio », e-Spania [En ligne], 34 | octobre 2019, mis en ligne le 09 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/31778 ; DOI : 10.4000/e-spania.31778

Haut de page

Auteur

François Foronda

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop, Grupo consolidado de investigación UCM n° 930369 (Proyecto I+D : HAR 2016 - 76174-P)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals