Navigation – Plan du site
Pero López de Ayala y su Rimado de palacio : miradas cruzadas

« Yo só un omne sinple… » Pero López de Ayala et les discours inutiles

Jean-Pierre Jardin

Résumés

À plusieurs reprises dans le Rimado de Palacio, Pero López de Ayala exprime son rejet de discours qu’il juge néfastes, en particulier les discours universitaires prononcés par les théologiens. Le but de ce travail est de déterminer quels sont les critères sur lesquels se fonde l’auteur castillan pour qualifier d’inutile un discours donné. Sa nature joue un rôle essentiel, mais Ayala juge aussi de l’utilité d’un discours selon d’autres critères, plus circonstanciels.

Haut de page

Texte intégral

1« Pero López de Ayala et les discours inutiles »… En proposant ce titre pour ma communication, je n’ai pu m’empêcher de penser aux titres de certains romans pour la jeunesse que ma génération consommait en abondance il y a une quarantaine d’années. Si j’étais plus jeune, je suppose que j’aurais spontanément pensé aux romans du cycle d’Harry Potter (Harry Potter et la chambre des secrets…) plutôt qu’à ceux dont les héros étaient le Club des cinq ou le Clan des sept… Mais j’appartiens à une génération « Enid Blyton »… Toutes proportions gardées, cette rêverie non exempte de nostalgie m’a ramené au Rimado de Palacio et au thème de cette communication : Pero López vieillissant n’avait pas lui non plus oublié les romans de sa jeunesse, même si, plutôt que de la nostalgie, ce qu’il ressentait en y repensant était des remords pour avoir perdu son temps à lire (ou plutôt, à écouter, ce qui est un indice précieux pour tous ceux qui s’intéressent au mode de diffusion de la littérature au XIVe siècle encore) de tels divertissements :

  • 1 Toutes nos citations du Rimado de Palacio sont reprises de l’édition d’Hugo Bizzarri (Madrid : Real (...)

Plogome otrosí oír muchas vegadas
libros de devaneos, de mentiras provadas,
Amadís e Lançalote e burlas asacadas,
en que perdí mi tiempo a muy malas jornadas (163)1.

2Lecture inutile, qui fait perdre un temps précieux… Les romans de chevalerie l’ont été sans doute pour de nombreux Castillans de l’époque. Qu’ils l’aient été pour Ayala lui-même, on peut en douter : tout dépend en effet du caractère de sincérité que l’on convient de donner à la confession autobiographique, ou pseudo-autobiographique, qui ouvre le Rimado. Je serais pour ma part tenté de considérer avec beaucoup d’autres que cette confession est un artifice destiné à persuader les lecteurs du poème de la nécessité d’un tel examen de conscience : quoi de plus efficace pour celui qui exhorte son auditoire à pratiquer cet examen que d’affirmer qu’il s’est lui-même plié à cet exercice douloureux, avant de l’imposer aux autres ? Tout au plus peut-on affirmer qu’Amadis ou Lancelot étaient les héros à la mode, en Castille, dans le deuxième tiers du XIVe siècle. Mais cela n’ôte rien au caractère néfaste de telles lectures, dont la condamnation sans appel procède de leur nature fictionnelle même. Voilà un bel exemple, d’ailleurs abondamment commenté, de discours inutiles aux yeux d’Ayala – ou peut-être faut-il préciser : aux yeux d’un Ayala vieillissant, devenu moralisateur. Mais ces discours ne sont pas les premiers, dans l’espace du texte, à se voir condamner par l’auteur. Dès la troisième strophe du poème apparaît en effet, présenté comme le discours abscons par antonomase, un tout autre genre de texte, aux antipodes de ceux que nous venons d’évoquer : fierté des universitaires parisiens (qu’Ayala connaît bien, trop bien même, comme nous aurons l’occasion de le voir sous peu), « reine des sciences » autoproclamée, c’est de la théologie qu’il s’agit ici :

Es alta teología, sçiençia muy escura,
los señores maestros de la Santa Escriptura
lo pueden declarar, ca lo tienen en cura;
yo podría como sinple errar por aventura (3).

3Certes, dans cette strophe, Ayala ne condamne pas encore ce discours, dont il souligne simplement que c’est un type de discours réservé aux spécialistes formés à son étude, et susceptible d’égarer l’homme « simple » qui aurait la fâcheuse idée de s’y intéresser. Mais notre auteur n’en restera pas là. L’opposition forte entre le spécialiste universitaire issu d’une faculté de théologie et l’homme simple, l’homme de la rue, pourrait-on dire aujourd’hui, réapparaît à diverses reprises dans le poème, et rarement au profit de l’image du spécialiste.

4On notera que le goût du jeune Ayala pour les discours inutiles que sont les romans de chevalerie est étroitement associé dans la strophe suivante à un rejet des discours moraux, hautement valorisés par l’Ayala vieillissant, au nom d’une assimilation de ces discours à ceux de la théologie, que notre auteur semble décidément avoir tenue à tous les âges de sa vie comme le type même du discours à fuir absolument du fait de son excessive complexité :

  • 2 Inutile de rappeler comment Ayala qualifie lui-même la première partie du Rimado de « sermon » (729 (...)

Si fazían sermón oír non lo quería,
diciendo “Non lo entiendo, que fabla teología”
 (164ab)2.

5Les critiques les plus virulentes adressées par Ayala aux théologiens, souvent confondus avec les « docteurs » issus de l’université, ce qui tend à prouver que les seuls contacts que le Castillan ait eus avec le monde universitaire sont ceux qu’il a pu nouer avec les professeurs de l’université de Paris, sont assénées dans les parties de son ouvrage consacrées au Grand Schisme d’Occident. Outre leur excessive complexité, il est clair que la principale critique d’Ayala face à ces discours repose sur leur inutilité manifeste. Plus les théologiens se sont ingéniés à trouver une solution à la crise qui secoue l’Église, plus la chrétienté s’est éloignée de cette solution :

Aquí estorbaron mucho algunos sabidores,
por se mostrar letrados e muy disputadores,
fizieron sus cuestiones como grandes dotores,
por esto la Eglesia de sangre faz’ sudores (208).

6C’est pourquoi Ayala, dans sa recherche d’une sortie de crise, en arrive à supplier les docteurs universitaires de cesser de se mêler du sujet, dénonçant dans les strophes qu’il leur consacre leurs raisonnements alambiqués et faux, qu’il qualifie de « sophismes », et leurs discussions sans fin sur des sujets sans importance ni intérêt, dont l’auteur a parfaitement saisi le lien qui les unit avec la formation scolastique dont ces docteurs sont les fruits, et avec les pratiques universitaires (notamment la disputatio) qui ont des effets désastreux dès lors qu’elles sont pratiquées en dehors de l’université :

Sobervia e cobdiçia entiendo las ondas
que aquesta nao fazen anegar,
e los silogismos e cuestiones fondas
son otrosí olas para porfiar,
e ¡por Dios!, çese este disputar,
e fagan cristianos segunt que solían
los santos padres do tal caso veían,
e pongan remedio sin más alongar (837 ; c’est nous qui soulignons).

Çesen las sofismas e lógica vana,
e males porfías que tienen letrados,

e sea ý conçiençia e dotrina sana,
e non sean oídos muchos porfiados,
prelados e clérigos e otros graduados,
e algunos legos que inoran el testo,
que por sus amigos porfían en esto,
e los contendientes sean ayuntados (838 ; même remarque).

Callen dialécticos e los donatistas,
maestros formados en la teología
de juro çevil e las canonistas,
Platón, Aristótiles e filosofía,
Tolomeo e tablas de estrología,
e cada uno d’estos non fagan cuestión,
ca Dios proverá por la su Pasión,
e non contradiga ninguno esta vía (839).

En tanto silençio ayan las quistiones,
los disputadores non fablen más ál,
ca Dios bien ve las sus entençiones
que cada uno busca provecho tal cual (842 abcd ; même remarque).

  • 3 854 : « […] e non dañen letrados con sofistorías la Santa Scriptura ».

7Ces pratiques, l’auteur en arrive même à les qualifier par un néologisme à la saveur clairement ironique (sofistorías)3, même s’il feint de conserver pour leurs auteurs un profond respect mêlé d’humilité :

Con grant reverençia yo perdón pido
a todos los grandes letrados señores,
porque yo fui así atrevido
de fablar do cansan fablar los doctores,
mas esto me faze dolor e gemido,
que d’esta manera me pone sudores;
Dios por su graçia oya este apellido,
consuele e tire a tantos dolores (845).

8Et si les universitaires sont incapables de mettre d’eux-mêmes un frein à leurs débats inutiles, Ayala en arrive à supplier des autorités extérieures (le roi de Castille) de les faire taire, de force s’il le faut :

Señor, los sofismas de omnes sotiles
fizieron grant daño…
 (861ab)

Andan enbaxadas de propusiçiones
sin ningunt efecto e sin conclusión,
con grandes espensas e alegaciones,
e de cada día un nuevo sermón;
Señor, abreviad las vanas razones,
e aya la Eglesia de vos este don,
que non la lastimen falsas opiñones,
nin pase su tiempo en tanto baldón (862 ; c’est nous qui soulignons).

9Une telle violence est surprenante sous la plume d’un homme généralement modéré dans ses opinions, mais elle s’explique aisément par le zèle dont fait preuve Ayala, et par sa conviction que tous les excès (de langage) des théologiens ont pour fondement deux des péchés mortels parmi les plus condamnables, dont on considère parfois qu’ils sont à l’origine de tous les autres : l’orgueil et la cupidité. C’est ce qu’affirme au fond la strophe 837, c’est déjà ce qu’annonçaient les strophes 315 ou 653 :

Si quisieres parar mientes cómo pasan los dotores,
maguer han mucha sçiençia, mucho caen en errores,
ca en el dinero tienen todos sus finos amores,
el alma han olvidada, d’ella han pocos dolores (315).

En fechos temporales que pasan cada día
debemos trabajar nós e poner mejoría,
con buena ordenança, todo lo ál sería
orgullo e sobervia, fablar en tología (653).

10On notera que l’orgueil et la cupidité sont aussi à l’œuvre derrière les abus d’autres universitaires, les juristes (représentés ici par les avocats), et derrière l’honneur dévoyé qu’ils peuvent ressentir en évoquant leur formation professionnelle :

Yo só un bachiller en leyes e decretales,
pocos ha en este regno atan buenos ni natales,
esto aprendí yo pasando muchos males,
e gastando en las escuelas muchas doblas e reales (321).

11Est-ce à dire que les docteurs (en théologie ou en droit) et leurs discours sont en tout point inutiles, voire néfastes, et donc à fuir ? Ce serait simplifier à l’extrême les conceptions d’Ayala en la matière et oublier les strophes dans lesquelles il est affirmé que les docteurs et les letrados sont indispensables au royaume :

E sean con el rey al consejo llegados
prelados, cavalleros, doctores e letrados
 (287ab);

otrosí al consejo deven siempre llamar
a aquéllos que sopieren en tal caso fablar
 (290ab);

si sus enbaxadores envía bien ordenados,
cavalleros muy buenos, dotores muy letrados
 (617ab);

otrosí en su consejo aya onbres onrados,
ancianos cavalleros e notables prelados,
buenos onbres maduros, dotores e letrados,
estén cabe su estrado todos bien asentados (627).

12De même, si notre auteur oppose volontiers, dans les strophes consacrées au Grand Schisme d’Occident, les raisonnements inutiles des théologiens à sa propre réflexion d’homme « simple », c’est-à-dire armé de son seul bon sens :

Yo só un omne sinple e de poco saber,
con buena entençión quiero me atrever
a fablar en aquesto, e como podría ser
que tal çisma pudiese algunt remedio aver 
(215).

E segunt me paresçe, maguer non só letrado (216a),

affirmant que même dans les conséquences de leurs fautes et de leurs péchés, les « simples » s’en tirent mieux que les savants :

Asaz veo de perigros en todos nuestros estados,
[…]
en que pecan los muy sinples e peresçen los letrados (314ad).

13Il n’en érige pas pour autant la simpleza comme critère de vérité et d’efficacité. Cette simpleza, pour lui, doit nécessairement s’accompagner de savoir et de sagesse, sous peine de tomber au niveau de l’animalité :

Pero que la simpleza non sea apartada
de todo bien saber ca sería judgada
por muy grant bestiedat e nesçedat pesada,
mas sea el onbre sinple con cordura acordada (171).

14En fait, ce qu’Ayala reproche aux théologiens et aux universitaires (qui sont les mêmes), la raison première de l’inefficacité de leurs discours dans le cadre de la résolution du Grand Schisme, c’est d’avoir voulu, par orgueil et cupidité, appliquer leurs talents à un domaine qui échappait totalement à leurs compétences. Solidement appuyé sur l’autorité de saint Grégoire, l’enseignement que veut transmettre Ayala est au fond celui que la sagesse des nations traduit par le proverbe « chacun sa place, et les vaches seront bien gardées » :

Segunt diz’ Sant Gregorio, dévese entremeter
cada uno en su arte e en su menester,
ca non puede un filósofo con todo su saber,
gobernar una nao, nin mástel le poner (293).

15Qu’est-ce alors qu’un discours inutile ? On l’aura compris, la nature même de ce discours ne suffit pas à le classer dans l’une ou l’autre des deux catégories. À l’exclusion peut-être des romans de chevalerie, qui n’apportent rien à leurs lecteurs – si ce n’est une forme de divertissement et, dirait-on aujourd’hui d’évasion, mais Ayala, une fois devenu vieux, paraît fermé à cet aspect d’un discours –, aucun discours n’est intrinsèquement inutile. Même certains textes de fiction (ceux qui ont une volonté didactique et exemplaire) sont utiles à l’édification de l’homme qui les lit :

E así tu esperança en Dios solo pornás,
aquél es el que acorre hoy luego si non cras,
d’esto muchas istorias si quieres leerás,
con que el tu coraçón mucho esforçarás (640).

16Même la poésie – on s’en serait douté – est un discours utile, tant pour ses lecteurs que pour son auteur. Ayala, quand il a du temps devant lui, dit se consacrer à l’écriture de poèmes afin, précisément, de ne pas perdre son temps :

Cuando enojado e flaco me siento,
tomo grant espacio mi tiempo pasar
en rimos fazer siquier’ fasta çiento,
ca tiran de mí enojo e pesar,
pues pasa mi vida así como viento;
hoy si non cras sin más ý tardar,
por me consolar éste es fundamento:
non espender tiempo e oçio e vagar (866).

17Bien sûr, nous le savons d’expérience, sa poésie est chargée de signification morale et destinée à transmettre un enseignement pratique à ses lecteurs.

18Si l’on prend garde à ce qu’écrit Ayala, l’utilité ou l’inutilité d’un discours dépend de plusieurs critères extérieurs à ce discours. L’un des plus importants sans doute est qu’il soit prononcé (ou reçu) au moment adéquat. Dans le cas contraire, le discours, quelle que soit sa qualité intrinsèque, devient de fait inutile. D’autre part, un discours n’est utile que pour autant qu’il a un effet concret sur le réel : un bon discours est un discours performatif. Même les conseils distillés par l’auteur tout au long de son œuvre peuvent perdre de leur utilité s’ils ne sont pas suivis d’effet. C’est cette absence de prise sur le réel qu’Ayala dénonce dans les discours pompeux et les débats sans fin des universitaires lorsqu’ils ont été prononcés dans les réunions organisées, en France et en Castille, afin de mettre un terme au Grand Schisme. Cela ne signifie pas pour autant que tous les discours des letrados ou des docteurs de l’université doivent être tenus pour inutiles, voire néfastes : prononcés dans un cadre adéquat (le conseil du roi ou une ambassade) avec pour motivation d’agir sur le réel et non d’accroître la gloire ou la richesse de celui qui les prononce, ils ont une utilité indéniable.

19D’autre part, Ayala, qui fait pourtant l’éloge de la patience à travers son évocation de Job, n’aime pas à répéter les choses : un discours répété, qu’il s’agisse de la reprise d’un discours consultable ailleurs – cas des conseils du De Regimine Principium, qu’Ayala se refuse à reprendre autrement que par une brève allusion :

Cuál regimiento deven los príncipes tener
es escripto en los libros que solemos leer,
Egidio, el romano, omne de grant saber,
in
Regimine prinçipum lo fue bien conponer (638).

Non curo de escribirlo pues ý lo fallarás,
mejor que lo diría allí lo tú verás,
nobles enseñamientos que plazer tomarás,
por ende, de dezirlo escusado me averás (639) –

ou déjà tenu dans le cadre du Rimado de Palacio lui-même :

Muchos enxienplos d’estos podría aquí dezir,
cuantos mal se fallaron por mal gusto seguir,
mas suso, en la gula, lo fuemos departir,
por ende, non conviene otra vez repetir (168).

devient par ce fait un discours inutile. Ayala reconnaît que même les discours de Job peuvent paraître dans une analyse superficielle (qu’il rejette bien entendu) des paroles vaines, parce que trop nombreuses :

Con mucha paçiençia sufrió tal majamiento,
siempre loando a Dios, nunca salió de tiento,
maguera que fablava palabras más de çiento,
que paresçen a muchos tan vanas como viento
 (942).

Mas segunt que lo cuenta en sus grandes Morales
el papa Sant Gregorio, Job non dixo atales
palabras tan baldías qu’él mostrase los males
que así resçebía le fuesen desiguales (943).

20Bien sûr, certains discours sont plus propres que d’autres à répondre à cette exigence, et doivent être privilégiés par le chrétien pécheur qui souhaite progresser sur la voie du salut, et Ayala ne manque pas de les mettre en avant, citant les « ouvrages de bonne doctrine » qu’il lit avec passion :

[…] ca yo non fallo cuál
otro viçio del mundo le sea tan egual


que leer libros de santos castigos e dotrina
muy honesta e buena, con poca disçiplina;
nunca ser oçioso en esta vida mesquina,
ca por mucho que se allegue derrámase muy aína
(908cd et 909).

Cuando yo algunt tiempo m’fallo más spaçiado,
busco por donde lea algunt libro notado
por fallar buen enxienplo e ser más consolado
e me provee Dios segunt lo deseado (922).

et tout particulièrement les commentaires moraux de saint Grégoire, pour lequel il professe une admiration sans borne :

Non podría yo atanto a Dios gradesçer,
cuantos bienes resçibo sin yo lo meresçer;
fallé libros morales que fuera conponer
Sant Gregorio papa, el cual yo fui leer (923).

21Ces discours-là, il les recherche, il les appelle de ses vœux (tout en rappelant qu’il rejettera les discours opposés) :

Fablad buena doctrina, luego yo callaré;
dezid lo que quisierdes, non vos porfiaré;
una cosa vos digo que yo non sofriré:
palabras sin provecho antes las reprehenderé (978).

22Il existe un lien étroit entre la qualité d’un discours et celle de la réflexion dont il est l’expression. C’est ce que Pero López affirme notamment dans une métaphore filée sur quatre strophes, celle de l’eau qui coule librement d’une source abondante :

Segunt que fallo e veo, cuatro son en fablar
maneras espeçiales cuales quiero contar:
a unos su decir los faze alargar
e con buen entender lo pueden declarar
 (995).

D’esto avemos enxienplo asaz çierto speçial:
que de agua de una fuente sale río cabdal,
así el bien fablando con seso natural,
si todo es ayuntado, es graçia divinal
 (996).

Otros, segunt que dixe, su decir e entender
en ellos son estrechos: esto por non poder
aver graçia conplida de lengua e de saber,
ca do fuente non ha, río non puede correr
 (997).

Otros son mucho prestos por lo bien retener,
mas graçia non alcançan para lo entender,
así cuando el agua de la fuente quiere correr
non falla logar aprieto do pueda curso fazer
 (998).

Otros asaz agudos son en entendimiento,
enpero yerran mucho en non tener buen tiento,
así contesçe a muchos millares más de çiento,
el su saber sotil que lo rebata el viento (999).

23La qualité et l’utilité d’un discours sont donc fonction des connaissances et de la sagesse de celui qui parle ; mais cette utilité est aussi fonction de la réceptivité de celui ou de ceux à qui il s’adresse :

E las palabras justas muy poco son válidas
si del que las oyere non son bien entendidas,
por ende, yo te ruego que pienses e comidas
e cómo las yo dixe, con justo peso midas (1165).

24Ayala illustre cette conviction par l’exemple de saint Paul, contraint de quitter Damas où ses paroles ne suscitaient qu’un intérêt poli de la part de ses interlocuteurs :

Cuando viera Sant Pablo qu’el su buen predicar
las gentes de Damasco non querían escuchar,
luego de allí fuxera e se fuera alongar
do el servicio de Dios podría aprovechar
 (1509).

Ca cierto grant trabajo es al predicador
fablar con omne duro e muy porfiador,
que nin se llega a verdat, nin es escuchador,
ca por tal sermonar más creçe su error
 (1514).

Al contrario de aquesto es grant consolaçión
cuando omne predica al que ha deboçión
de oír buenas palabras e el su coraçón
se amansa e aprovecha con tal revelaçión (1515).

25Ce qui est vrai du discours du prédicateur l’est aussi de bien d’autres discours, y compris de celui d’Ayala, qui s’interroge à plusieurs reprises sur l’utilité de son discours, dans la mesure où il s’adresse à un interlocuteur virtuel dont il ne peut deviner les réactions :

Todas estas razones son dulces de oír,
mas aprovechan poco si non las van conplir
por obra e por fecho, e sienpre requerir
en vuestros coraçones lo que aquí vo escrevir (545).

26L’angoisse qui étreint l’auteur à l’idée de l’inutilité de son discours est en relation étroite avec le fait qu’il ne le prononce pas – ne l’écrit pas – au moment où il pourrait (il aurait pu) avoir un effet sur le réel :

Mas ¿qué cumple a los pobres aquesto yo decir
e tan mal e tan tarde d’ello me arrepentir?
 (143ab)

  • 4 Titre de l’ouvrage que lui a consacré Walter Vogels aux éditions du Cerf en 1995.

27En conclusion, il apparaît au terme de cette brève étude qu’Ayala est particulièrement sensible à l’inutilité de certains discours, qui le mettent littéralement hors de lui. Cette inutilité est parfois liée à la nature même du discours (obscurité de tout discours de théologien), mais elle tient aussi à sa conception de la nature humaine qui le conduit à voir dans ces discours le fruit de l’orgueil et de la cupidité, les deux principaux péchés capitaux. Loin d’être hostile à l’université et à ceux qui y sont formés, malgré l’impression d’anti-intellectualisme (pardon pour l’anachronisme !) qui se dégage des poèmes consacrés au Grand Schisme, Ayala sait reconnaître le rôle essentiel que les letrados et les docteurs peuvent jouer dans la vie d’un royaume comme la Castille s’ils savent utiliser leur savoir pour parler à bon escient, et la « simplicité » n’est un idéal que dans la mesure où elle s’appuie sur la cordura, qui n’est pas innée chez l’homme. L’utilité des discours, Ayala la mesure d’abord à l’aulne de l’efficacité de ceux-ci, c’est-à-dire de leur capacité à interagir sur le monde. C’est ainsi qu’il analyse sa propre parole : le Rimado de Palacio n’est pas un simple bilan du désordre du monde ni l’expression de l’orgueil d’un poète désireux de montrer sa maestría, mais un discours visant à donner à ses lecteurs les moyens de remédier à ce désordre en prenant appui sur l’attitude de deux personnages exemplaires : Job, « l’homme qui a bien parlé de Dieu »4, et Ayala lui-même.

Haut de page

Notes

1 Toutes nos citations du Rimado de Palacio sont reprises de l’édition d’Hugo Bizzarri (Madrid : Real Academia española, 2012) recommandée par le jury du concours de l’agrégation externe ; de ce fait, nous limiterons l’indication des références au numéro de strophe dans cette édition.

2 Inutile de rappeler comment Ayala qualifie lui-même la première partie du Rimado de « sermon » (729 : « No puedo alongar ya más el mi sermón »), ce qui suffit à démontrer que ce terme n’a aucune connotation négative à ses yeux.

3 854 : « […] e non dañen letrados con sofistorías la Santa Scriptura ».

4 Titre de l’ouvrage que lui a consacré Walter Vogels aux éditions du Cerf en 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Jardin, « « Yo só un omne sinple… » Pero López de Ayala et les discours inutiles », e-Spania [En ligne], 34 | octobre 2019, mis en ligne le 09 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/31986 ; DOI : 10.4000/e-spania.31986

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals