Navigation – Plan du site
Pero López de Ayala y su Rimado de palacio : miradas cruzadas

L’expression de la relation d’appartenance dans le Rimado de Palacio : quelques observations

Corinne Mencé-Caster

Résumés

Le Rimado de Palacio met en œuvre de nombreuses structures qui relèvent de l’expression de l’appartenance et de l’inclusion, souvent assimilée à l’expression de la possession. Il s’agira dans cet article d’explorer les diverses syntaxes possibles du possessif dans le texte du Rimado, afin d’examiner ce qu’elles sont susceptibles de nous dire du lien entre « possesseur » et « possédé ». Pour ce faire, nous passerons en revue les différentes études critiques (linguistique du signifiant, linguistique cognitive, approches pragmatiques) qui se sont intéressées à la question, à travers le prisme de la sphère personnelle, avant d’analyser des exemples significatifs tirés du Rimado, à la lumière du couple aliénabilité/inaliénabilité.

Haut de page

Texte intégral

1J’ai choisi de m’intéresser à l’expression de la relation d’appartenance dans le Rimado de Palacio, en raison précisément de la mise en place par l’auteur de tout un système qui lie le « je » à un réseau d’entités humaines et spirituelles, à partir duquel peut être entreprise la réflexion théologico-morale qu’il souhaite mener, en étroit contact avec son expérience vitale.

  • 1 Mireille BRIGAUDIOT et Laurent DANON-BOILEAU, « La relation d’appartenance : évolution de ses valeu (...)

2Par relation d’appartenance, j’entendrai, suivant en cela Mireille Brigaudiot et Laurent Danon-Boileau1 :

  • le lien organique de la partie au tout (cas d’une collection)

  • la relation qui unit le possesseur à l’objet possédé

  • la relation d’inclusion dans une classe d’éléments semblables définis par une propriété commune

  • la localisation d’un objet par rapport à un lieu

  • le repérage d’un agent ou d’un objet par rapport à un événement

  • 2 Ronald LANGACKER, « Structural syntax : The view from cognitive grammar », in : Françoise MADRAY-LE (...)
  • 3 Charles BALLY, L'expression des idées de sphère personnelle et de solidarités dans les langues indo (...)
  • 4 Jacques SCHMIDELY, La personne grammaticale et la langue espagnole, Rouen : Publications de l’Unive (...)

3La notion de « sphère personnelle » qui a été développée en linguistique cognitive par Langacker2 (1995) a été élaborée initialement par Charles Bally3. On y trouve tout ce qui se présente comme inhérent au « possesseur » : « Ici, comme partout l’imagination collective joue le principal rôle, et c’est cela qui est caractéristique. » (f. 357) La sphère personnelle, toujours selon Bally, peut avoir une extension plus ou moins variable selon les langues considérées. Il prend l’exemple suivant en français ; selon lui « Elle a des yeux bleus » contraste avec « Elle a les yeux bleus » dans la mesure où, dans la première phrase, il s’agit de la simple expression d’un trait physique alors que dans la deuxième, on indique que les yeux font partie de la personne. Ainsi Bally met-il l’accent sur l’importance, dans la langue française, du datif de la personne avec l’article défini, comme signe de la participation organique. La phrase « je me suis cassé la jambe » indique à quel point la jambe fait partie de la personne et n’a pas besoin d’être repérée par un adjectif possessif ou « personnel », pour reprendre la terminologie de certains linguistes, tel Schmidely4 par exemple.

4Je voudrais ici formuler quelques observations sur l’expression de la notion d’appartenance dans le Rimado de Palacio, en lien, d’une part, avec ce que l’on appelle traditionnellement la « possession » et d’autre part, avec la sphère personnelle. Il me semble, en effet, que l’on peut ainsi faire émerger des aspects intéressants que je n’entends pas analyser ici de façon exhaustive, mais seulement relever. Par relation d’appartenance, j’entendrai tout à la fois la relation d’inclusion et la relation dite de « possession ».

5Je tiens à dire que cette réflexion a pour point de départ une forme d’insatisfaction pédagogique. Responsable du cours d’explication linguistique pour la partie médiévale dans le cadre de la préparation à l’agrégation externe d’espagnol, je dois avouer que je ne suis toujours pas totalement satisfaite des modalités d’explication que je fournis pour la syntaxe du possessif articulé. J’ai donc eu envie de reprendre cette analyse en me détachant quelque peu du savoir admis et en reconsidérant les choses à la lumière à la fois des travaux les plus récents en linguistique cognitive, des études menées en Espagne sur cette question et du texte lui-même.

6Je vous ferai donc part ici des observations qui me sont venues dans ce cadre : il s’agit bien évidemment d’un travail en cours.

La notion de « sphère personnelle »

7Il est parfois bon de sortir du confort des langues que l’on connaît le mieux pour les appréhender ensuite de façon différente, à partir de ce que les langues que nous ne connaissons pas bien, nous ont « ré-appris » d’elles. C’est en lisant les travaux de Denis Creissels sur « La relation génitivale en mandingue » et ceux de Tatsiana Vavula sur « Les possessifs en russe et en français » que m’est venue l’idée de relire ma manière d’analyser la relation dite communément de « possession », relation que j’ai élargie aussi à celle d’appartenance pour mieux analyser ses modalités d’expression. Ainsi, pour Creissels :

  • 5 Denis CREISSELS, D. 2001, Catégorisation et grammaticalisation : la relation génitivale en mandin (...)

[L]es constructions couramment désignées par les linguistes comme « possessives », renvoie[nt] fondamentalement à la notion de participation d’une entité (conventionnellement désignée comme le possédé) à la sphère personnelle d'un individu (conventionnellement désigné comme le possesseur) : les constructions possessives sont des structures syntaxiques dont l'emploi a pour fondement la possibilité d'assimiler la relation entre les référents de deux termes à la relation entre un individu et un élément de la sphère personnelle de cet individu5.

8En effet, quand je dis : su coche, je repère l’entité coche par rapport à un individu que je désigne à partir du possessif su et je fais entrer cette entité dans la sphère personnelle de cet individu :

  • 6 Tatsiana VAVULA, « Les possessifs en russe et en français : distinction entre la “sphère personnell (...)

La sphère personnelle s'organise autour de trois ensembles prototypiques de relations permettant de repérer une entité dans lesquelles le repère est constitué par un individu humain : – la relation d'un individu aux parties de son corps ; – la relation d'un individu aux autres individus auxquels il est apparenté ; – la relation d'un individu aux objets dont il a l'usage de façon relativement permanente6.

9La grammaire cognitive (qui n’est pas sans lien avec la réflexion guillaumienne) ne se borne toutefois pas à identifier ce type de relations. Elle cherche plus généralement à comprendre et à expliquer, d’une part, pourquoi certaines entités sont plus susceptibles que d’autres d’être des « possesseurs » et d’autre part, comment s’établit ensuite la relation entre « possesseur » et « possédé » :

  • 7 T. VAVULA, art. cit.

L'idée est que dans notre perception du monde, certaines entités sont particulièrement « saillantes » au sens où elles s'isolent plus naturellement que d'autres comme individus : ce sont en priorité les humains. L'être humain se conçoit comme un individu situé au centre d'un réseau de relations avec un certain nombre d'entités, et projette sur le monde extérieur la conscience qu'il a d'être le centre de sa sphère personnelle. […]. Si les relations d'un individu aux parties de son corps, à ses parents et aux objets dont il a l'usage constituent des prototypes pour l'emploi des constructions possessives, c'est que, s'agissant pour l'individu humain de relations importantes auxquelles il est constamment confronté, elles se prêtent particulièrement bien à l'utilisation d'un individu comme point de référence pour accéder à d'autres entités7.

10La notion de « sphère personnelle » semble donc revêtir une importance capitale, dès lors que l’on s’intéresse aux relations d’appartenance et/ou de possession. En comparant l’emploi des possessifs en russe et en français, Tatsiana Vavula est ainsi amenée à constater des différences significatives :

  • 8 Ibid.

Comme tous les déterminants, l’adjectif possessif peut servir d’actualisateur à un substantif, se rapprochant ainsi de la valeur d’article défini en français. Cette situation est marquée en russe par l’emploi de la forme zéro (ø), qui peut être vue comme le résultat de l’élision de l’adjectif possessif quand cela n’entraîne aucune ambiguïté et que le référent de l’objet possédé relève de la sphère personnelle du possesseur, c’est-à-dire, de l’un des trois champs sémantiques suivants : partie du corps, liens de parenté (relations familiales, amicales, professionnelles), entourage immédiat (objets usuels, vêtements, instruments du travail, etc.). Autrement dit, les possessifs ne s'emploient pas en russe lorsque le possédé appartient au domaine de la possession inaliénable du possesseur et ce domaine est beaucoup plus vaste en russe qu’en français8.

11On peut retenir deux éléments importants : 1. la manière de concevoir et d’exprimer la « sphère personnelle » diffère d’une langue à une autre ; 2. cette sphère renvoie toujours à ce que l’on considère comme inhérent à la personne, à tout ce qui lui appartient de manière inaliénable. Pour bien comprendre ce que l’on entend par « inaliénable », référons-nous à l’analyse de Suzanne Hanon :

  1. L'inaliénabilité est considérée comme le domaine de l'inclusion et opposée à l'aliénabilité, domaine de la possession proprement dite ou appartenance.

  2. Il existe une classe de « possesseurs » et une classe de « possédés ».

  3. Les « possesseurs » sont toujours des êtres humains.

  4. Les « possédés » sont le plus souvent des parties du corps, des parties des « possesseurs. »

    • 9 Suzanne HANON, « Qui a quoi ? Réflexions sur la possession inaliénable et le verbe avoir en françai (...)

    L'inaliénabilité réside dans le rapport d'inclusion du « possédé » au «possesseur ».9

12C’est aussi dans ce sens que va Mickael Hersund lorsqu’il définit la « possession inaliénable. Il indique ainsi que :

  • 10 Michael HERSLUND, « Partitivité et possession inaliénable », in : Faits de langues, 7, Mars 1996, L (...)

[Cette forme de possession] constitue notionnellement (approche onomasiologique) un concept universel qui couvre différents phénomènes dont la base en tout cas est la reconnaissance d'une relation permanente et immuable entre deux entités : la relation entre moi et ma mère est telle que je serai toujours son fils, même après sa mort, et la mienne ; et si on me coupe la main, elle sera toujours ma main10.

13De fait, si l’on suit la logique de fond qui préside à la distinction entre possession aliénable et possession inaliénable, on pourrait dire que la première (aliénable) serait plus susceptible de requérir l’emploi d’un adjectif possessif (ou personnel), du fait du caractère détachable du « possédé », tandis que la seconde (inaliénable) requiert simplement l’article, du fait de son caractère d’inhérence.

14Retenons donc que l’inaliénabilité relève de l’inclusion (la partie du tout/la partie organique) tandis que l’aliénabilité serait davantage liée au domaine de l’appartenance. Ces affirmations font-elles écho à ce que nous avons l’habitude d’entendre quant à l’emploi des possessifs en espagnol et en français, où il est dit couramment que l’espagnol restreint l’emploi du possessif, là où le français aurait tendance à y recourir de manière quasi systématique ?

15Dans son article intitulé « L’alternance du possessif et de l’article en espagnol », Marie-France Delport explicite cette idée :

  • 11 Marie-France DELPORT, « L’alternance du possessif et de l’article en espagnol »,in : Cahiers de pra (...)

Les grammaires de l’espagnol enseignent que l’usage des déterminants du substantif traditionnellement appelés possessifs est soumis à des restrictions. Il arrive qu’ils doivent céder la place à d’autres éléments du système linguistique, tantôt un simple article, tantôt un binôme constitué dudit article et d’un pronom personnel complément. Ainsi ne dira-ton pas *Carmen cierra sus ojos mais Carmen cierra los ojos, *Mario oprime su mano mais Mario le oprime la mano, *Valentina ha roto su brazo mais Valentina se ha roto el brazo. Il n’y a là rien de spécifiquement espagnol, au demeurant, et le français dit de même « Carmen ferme les yeux », « Mario lui serre la main », « Valentine s’est cassé le bras ». L’espagnol cependant étend cette sorte de restriction à bien d’autres éléments qu’aux parties du corps. Les grammaires énumèrent parmi ces éléments « les noms de parenté, les actions et les facultés psychiques, certains actes psychophysiques expressifs et intentionnels (voix, geste, regard, rire, pleurs etc.), les vêtements, les ornements, les ustensiles habituels et dont l’homme fait usage communément… ». En règle générale, précise-t-on, l’espagnol fait du possessif un usage moindre que d’autres langues11.

16Elle indique également :

  • 12 Ibid.

Aux yeux des grammairiens c’est donc, très clairement, la nature des objets possédés qui détermine l’acceptation ou le rejet du possessif. Dans le même temps, il semble qu’on ait quelque peine à tracer une frontière claire entre la classe des objets compatibles avec le possessif et celle de ceux qui le récuseraient12.

17Avant de conclure ainsi sur cette question :

  • 13 Ibid.

Comme souvent dans l’approche des problèmes linguistiques, on se met dans des difficultés qui n’existent que parce que l’on confond les mots et ce à quoi ils permettent de référer : on cherche alors à retrouver dans les critères qui règlent l’usage des premiers les distinctions que l’on est capable d’opérer dans le monde. Si des uns à l’autre quelque chose passe bien évidemment, si l’expérience indéniablement a présidé à la constitution des unités linguistiques, si notre système linguistique conditionne les découpages que nous pouvons pratiquer dans la masse du réel, c’est à tort, sans doute, que nous attendons des mots qu’ils reflètent l’entier des relations que nous savons lire dans l’expérience pour l’évocation de laquelle on les sollicite. Et à tort, aussi, que nous les croyons requis dès que surgit une situation où pourrait se lire leur reflet13.

  • 14 Ibid.
  • 15 MF. DELPORT, « Observations sur la syntaxe du possessif en espagnol médiéval », in : Permanences et (...)

18De toute évidence, pour Marie-France Delport, l’idée d’aborder l’expression de la relation de possession, forme spécifique de la relation d’appartenance, à partir de l’identité des objets possédés, ne fait pas tout à fait sens, puisqu’elle y voit d’abord une confusion entre « langue » et « monde ». Cependant, en renouant plus loin dans son article avec « la question des objets possédés » qui en constitue en réalité une sous-partie, elle énonce ceci : « Il faut en venir à la nature des « objets possédés », de ce qui instancie B. Une fois remplies toutes les conditions syntaxiques et discursives qu’on a dites, elle joue, indiscutablement, un rôle14 ». Puis d’affirmer : « Le rapport de partie à tout, s’il n’est pas décisif, n’est pas sans pertinence. Il se pourrait qu’il soit une condition nécessaire, il n’est pas une condition suffisante. Une condition favorable, oui, en tout cas, et le premier exemple examiné le faisait voir clairement15 ». On sait que l’italien réserve un traitement spécial, avec possessif tonique mais sans article aux relations de parenté, aux titres, aux formes de vocatif.

19Pour sa part, Dorien Nieuwenhuijsen, dans son article intitulé « La posesión inalienable en español y su traducción », déclare :

  • 16 Dorien NIEUWENHUIJSEN, « La posesión inalienable en español y su traducción en varias lenguas ge (...)

En español, al igual que en otras lenguas románicas, la posesión alienable se marca de manera distinta de la posesión inalienable. Mientras que para señalar la posesión alienable se suele usar un pronombre posesivo […], en caso de la posesión inalienable se emplea un artículo definido, frecuentemente acompañado de un pronombre personal clítico al lado del verbo […]16.

20En regard de notre objet d’analyse, à savoir le Rimado de Palacio, la question que nous nous sommes posé est la suivante : jusqu’à quel point le mode d’approche des possessifs, à partir de la nature des objets possédés, pourrait-il constituer un facteur explicatif de la syntaxe du possessif dans ce texte, à savoir « possessif » avec ou sans article défini ? Par ailleurs, n’est-il pas juste, outre cette syntaxe du possessif, de considérer aussi les emplois de l’article défini lorsqu’ils expriment une notion de possession ? Or, souvent, dans les diverses études menées sur la syntaxe médiévale du possessif, ces emplois ne sont pas pris en compte.

21Intéressons-nous dans un premier temps à la syntaxe du possessif avec ou sans article défini.

  • 17 Gloria CLAVERÍA NADAL, « La construcción artículo + posesivo en los siglos XIV y XV » en M. ARIZ (...)
  • 18 Rafael LAPESA, « Sobre el artículo ante posesivo en castellano antiguo », in : Estudios de morfosin (...)

22Dans l’article intitulé « Observations sur la syntaxe du possessif en espagnol médiéval », publié en 1994, Marie-France Delport considère que l’observation des textes conduit immédiatement à écarter l’hypothèse d’un lien entre la nature des objets possédés et la syntaxe articulée ou non du possessif. Elle voit plutôt dans la syntaxe articulée une syntaxe marquée, corrélée à des effets stylistiques liés à l’emphase, corroborant ainsi en bonne part, les conclusions de Clavería17 ou anticipant celles de Rafael Lapesa18, pour ne citer que ces deux auteurs.

23Pourtant des travaux postérieurs, menés en Espagne, aboutissent à un tout autre type de conclusions.

24En 2003, Ana Rodríguez Barreiro met en évidence des éléments distincts, dans l’étude qu’elle a consacrée à la syntaxe du possessif articulé, à partir d’un corpus constitué par le Cantar de Moi Cid et El Evangelio de San Mateo :

  • 19 Ana RODRÍGUEZ BARREIRO, « La sintaxis del posesivo en castellano medieval : una construcción caract (...)

Tal y como manifiesta la Tabla 2, los nombres que se posponen a la secuencia artículo + posesivo permiten repartirse en cuatro grupos claramente diferenciados, según denoten: 1. partes del cuerpo, entre las que incluimos, además de las prototípicas (ojo, boca, mano, etc.), alma, cuerpo, espíritu, voz, palabras y sangre, que, sin ser miembros físicos en sentido estricto, caen dentro del campo de la posesión inherente o inalienable; 2. relaciones personales y de parentesco, entendiendo por tales las contraídas en el seno de la familia (padre, fija, mugier, etc.), de la sociedad (señor, vassallo, pueblo, cort – estos dos sustantivos solo en sus acepciones colectivas, no locativas –, amigo, debdor, compañas, etc.) e incluso de las jerarquías celestiales (santo, angel, etc.); 3. pertenencias materiales y externas, del tipo de palascio, cort – ahora en sentido físico, como ‘lugar donde reside la familia real’ –, cavallo, candela, orrio, etc., u otras (sol, estrella, semda...) que, aunque habitualmente no se corresponden con objetos que puedan ser poseídos, en El Evangelio se atribuyen en alguna ocasión a Dios; y 4. entidades abstractas, como vertud, amor, auze, iusticia, vezindad, ganancia, etc19.

  • 20 Concepción COMPANY, « Persistencia referencial, accessibilidad y tópico : la semántica de la constr (...)

25Ainsi en est-il de l’étude bien connue de 2006 de Concepción Company, intitulée : « Persistencia referencial, accesibilidad y tópico : la semántica de la construcción artículo + posesivo + sustantivo en el español medieval »20 que Sara Gómez Seibane résume comme suit :

En síntesis, y de acuerdo con la hipótesis de esta autora, la combinación artículo + posesivo designa tres aspectos informativos estrechamente conectados : la accesibilidad del poseedor por medio del poseído, el vínculo de complementariedad entre ambos y su persistencia referencial. En efecto, son construcciones de significado muy especializado para la accesibilidad del poseedor, ya que el poseído introducido por artículo + posesivo constituye una característica inherente y definidora del poseedor, lo que, simultáneamente, genera entre poseedor y poseído una relación de complementariedad referencial o integridad semántica, esto es, el poseedor lo es por tener el rasgo o cualidad señalado. Como ejemplo ilustrativo, véase el siguiente pasaje extraído de Company, en el que se señalan las propiedades definitorias de la autoridad real :

Ca el poder del rey todo es en tres cosas. Lo primero en la su palabra. Lo segundo en la su pénnola con que escrive las sus cartas de lo que ha de mandar. La terçera en la su espada con que apremia a los sus enemigos e con que faze justiçia en los suyos.

  • 21 Sara GÓMEZ SEIBANE, « De nuevo sobre artículo + posesivo + sustantivo. Textos vizcaínos de los sigl (...)

Este especial significado convierte las construcciones en formas idóneas para la explotación pragmática, de lo que se deriva, por una parte, su alta dependencia del contexto, y por otra, su comportamiento gramatical peculiar. Dicho de otro modo, la construcción artículo + posesivo se transforma en una estrategia gramatical que informa que su núcleo, el poseído, es un rasgo inherente del poseedor y que, por ello, dicha construcción focaliza el poseedor21.

26Il apparaît donc que ce second type de travaux aboutit à des conclusions différentes de celle de Marie-France Delport, en mettant en évidence le caractère absolument central de la nature du possédé, nature qui est perçue comme une condition tout à la fois nécessaire et suffisante pour déclencher la syntaxe du possessif articulé.

27Sachant que le point de vue crée l’objet ou le façonne, nous chercherons à voir si la nature de l’objet possédé, en rapport avec les notions de possession dite inaliénable ou aliénable, s’avère être pertinente dans l’expression de la relation d’appartenance et d’inclusion dans le Rimado. Les contraintes de temps nous conduiront à nous intéresser uniquement aux exemples liés au rang de la première personne et aux strophes qui relèvent de la partie du livre que Sophie Hirel a judicieusement dénommée « confession individuelle » (1-191). En effet, une autre des conclusions à laquelle aboutit Ana Rodríguez Barreiro est que :

  • 22 A. RODRÍGUEZ BARREIRO, art. cit.

El artículo definido no rehúsa, en el conjunto del corpus estudiado, ninguna de las formas del posesivo, si bien parece preferir aquellas que se refieren a un solo poseedor, y, más exactamente, a la primera persona (36,84%)22.

La possession inaliénable dans Rimado : une notion pertinente ?

28Les premières pages du livre de Pero López Ayala visent, en effet, à inscrire le « je » dans un système de filiation spirituelle qu’il s’agit d’abord pour lui de définir. Soit donc dans un premier temps, la mise en évidence du système trinitaire de la divinité catholique. Pour la Trinité, le réseau d’appartenance se décline dans l’intériorité de la divinité, ainsi que le montre l’emploi récurrent de la préposition en : « Padre, fijo, espíritu santo en simple unidat / eguales en la gloria […] / e los tres ayuntados en la Divinidat » (s. 1), mais il peut tout aussi bien souffrir une lecture verticale, destinée à manifester l’omnipotence du Père duquel procède le Fils (« engendrado d’ÉL fijo, su solo muy amado », 2c). Pour sa part, le Saint-Esprit procède, et du Père et du Fils (« de los dos el Espíritu proçede inflamado », 2d). La préposition de fait alors son apparition, rappelant qu’hormis le Père qui n’est rattaché à nul autre qu’à lui-même « El padre non es fecho, nin de otro engendrado/nin de otra materia de ninguno criado » (2ab), tout fils est fils de quelqu’un, ce qui explique qu’un mot tel que « fils » puisse être considéré comme un méronyme, c’est-à-dire comme un mot à deux arguments sous-entendant toujours une autre entité ou tout possesseur.

29Il n’est donc pas étonnant que cette généalogie primordiale qui est celle du Dieu trinitaire en appelle une autre, et, en l’occurrence, une généalogie humaine, dont Adam est la figure tutélaire (« E el pecado de Adam, nuestro padre primero », 6a). Figure d’une humanité pécheresse de laquelle se réclame le « je » (« que só muy pecador », 5d).

30Le « je » s’inscrit ainsi à son tour dans un réseau d’appartenance, en se définissant comme une « partie » (pécheur, humain) d’un tout (descendance pécheresse d’Adam appelée à la rédemption par une Trinité d’amour), selon un lien qui semble organique (« só muy pecador, Adam, nuestro padre primero »). En se définissant comme pécheur, il s’inclut alors dans une classe – l’humanité – définie par une propriété commune : le péché.

31En ce sens, le péché dans le Rimado, est présenté comme inclus dans l’être même de l’homme et comme tel, il se trouve relié à la sphère personnelle de chaque être humain. Mais, dans le même temps, chaque homme, grâce au rachat du Christ et par un repentir sincère, peut se séparer du péché et se relier spirituellement au Dieu trinitaire, dont le prochain est une des figures terrestres possibles.

32Ainsi, semble s’établir entre le « je » et le « prochain », du moins en théorie, un lien inaliénable, du fait de leur appartenance commune à la foi trinitaire. Toutefois, dans la perspective du pécheur qu’est le « je » de la vie quotidienne, l’évocation de ce lien s’opère de manière négative, puisque le « je » se présente comme un prédateur qui, par son péché – en l’occurrence ici la convoitise – détruit ce lien sacré à son « prochain ». En témoignent les formulations suivantes : « cobdiçio los bienes de mi hermano » (56cd) ; « e busqué mal a mi hermano sin ninguna razón » (99c) ; « e segunt me mandaste, a mi próximo amar » (100d). Si cet autre est mon frère, je dois pouvoir le respecter en tant que tel en délimitant le périmètre de ma sphère personnelle pour qu’il n’empiète pas sur le sien, mais dans le même temps, la foi qui nous réunit doit me conduire à le considérer comme relevant de ma sphère personnelle, à savoir des miens. Pour rappel, los míos dans le Diccionario de la Real Academia, renvoie à : « Los que forman parte de la familia, partido, etc. de la primera persona gramatical » (DRAE, s.v. Mío).

33De fait, il est intéressant de noter que le « prochain », tout en appartenant de manière irrémédiable à la sphère personnelle du « je », doit en réalité être mis à distance, parce que précisément l’enjeu pour tout bon chrétien est de réussir à ne pas confondre le territoire propre du « prochain » avec le sien. D’où le recours à l’adjectif ageno pour signifier cette nécessaire distance. Il est ainsi question de « bienes agenos » (50d), « tomando lo ageno » (51b), « y cobdiçié lo ageno aver » (55c).

34On pourrait en dire de même pour le péché qui, tout en étant inclus dans l’être même de l’homme – só muy pecador nous dit le « je » – doit aussi être maintenu à distance pour que l’Homme puisse accomplir sa vraie nature qui est de tendre vers le divin.

35Soit donc une classe de « possédés » aux profils singuliers qui supposent une tension permanente entre « possession inaliénable » et « possession aliénable ». Comment dès lors délimiter les éléments qui relèvent de la « sphère personnelle » du « je » et qui, en tant que tels, pourraient être définis comme inaliénables ?

36Il s’agit dès lors pour nous de les circonscrire afin d’examiner, dans le Rimado, les trois syntaxes qui leur correspondent :

  • article + possessif + substantif

  • possessif + substantif

  • article + substantif

37Considérons les exemples suivants tous tirés, ainsi que nous l’avons dit de la partie de l’œuvre correspondant à la « confession individuelle » (1-191) :

Article défini + substantif

Adjectif possessif + substantif

Article défini + adjectif possessif + substantif

« Possédés » qui renvoient aux parties du corps physique ou spirituel :

(1) Si yo vi pobre muerto d’él muy poco curé / de le dar sepultura, mas los ojos cerré/por non le ver de enojo ; muchas vezes dexé / pasar por la carrera do muerto fallé (136)

(2) Caté con los mis ojos donde fize pecado 153a-----caté con los ojos donde fize pecado ;;;;;;;;

(3) En abriendo el ojo e luego lo çerrando / faze mortal pecado onbre non sospechando (170ab).

(4) Ésta pierde al alma e al cuerpo gastará (94d)

Autres types de « possédés » :

(5) El tiempo que tenemos, jamás non tornar  (148d).

« Possédés » qui renvoient aux parties du corps physique ou spirituel :

(6) Oí muchas mentiras con falsa opinión / de fama de mi hermano, luego mi coraçón, / creyolo e afirmalo ebusqué ocasión / de le traer en daño sin otra condición (161).

(7) Por mis pecados plúgome alguna vez oír / cosas que me fizieron de tu graçia partir (160ab).

(8) Señor merçed te pido que aya piedat / de mi alma mesquina, e a la mi grant maldat (35 ab).

(9) Dame, Señor, tu graçia e tu defendimiento / que faga yo a mi alma otro mejor çimiento (57cd)

(10) Con valor de mis paños a mil pobres vistiera e grant bien e grant pro de mi alma fiziera ; / en mis tribulaciones, mejor cabdal toviera, / ca Dios me ayudara por quien lo yo partiera (41).

Autres types de « possédés » :

(10) Con valor de mis paños a mil pobres vistiera e grant bien e grant pro de mi alma fiziera ; / en mis tribulaciones, mejor cabdal toviera, / ca Dios me ayudara por quien lo yo partiera (141).

(11) El día del domingo caminos comencé / mis omnes e mis bestias muy mal los trabajé (29b).

(12) Mi padre e mi padre, Señor, me engendraron (33a).

(13) E señor piadoso, ave merçed de mí, / ca en este pecado asaz yo fallesçí, / cobdiçiando e robando, e sin razón pedí / algo a mis vasallos que mal les gradesçí (85)

(14) Busqué mal a mi hermano sin ninguna razón (99c)

(15) Sintiera yo muy poca mengua en mi fazienda (142a).

(16) En que perdí mi tiempo a muy malas jornadas (163d).

« Possédés » qui renvoient aux parties du corps physique ou spirituel :

(17) E dexé yo al pobre de fanbre peresçer/que con pan e agua le pidiera acorrer / e d’él he poco duelo por verle irse a perder / tanto que al mi cuerpo cunpla al su placer (107)

(2) Caté con los mis ojos donde fize pecado 153a-----caté con los ojos donde fize pecado ;;;;;;;;

(18) E señor piadoso, Tú quieres perdonar / los mis grandes pecados en que te fize pesar (19a).

(19) A Él pido merçed que non quiera catar / las mis grandes maldades en que le fui errar (10ab).

(20) Señor merçed te pido que aya piedat / de mi alma mesquina, e a la mi grant maldat (35 ab).

(21) Entre los mis pecados e los mis grandes males, / confesaré, Señor, obras espirituales (175ab).

(22) Lo primero encomiendo en este escripto / la mi alma a Dios que la formó e crió (8ab).

(23) Otórgame, Señor, que yo la pueda aver / e aya la mi alma, por ende, salva ser (13cd)

(24) Cobdiçia la mi alma a ti, Señor, servir (14a)

Autres types de « possédés » :

(25) Enfamé al mi cristiano e su fama dañé (54c).

(26) [la mujer del mi próximo] (58ª).

38Quelques observations :

Syntaxe : article + possessif + substantif

39La plupart de ces emplois concernent des « possédés » qui renvoient, aux parties du corps physique (cuerpo, ojos) ou spirituel (alma), avec une extension aux péchés et autres actes mauvais qui font aussi partie, on l’a vu, de manière presque organique de la nature humaine définie essentiellement comme pécheresse :

  • (2) « Caté con los mis ojos donde fize pecado » (153a)

  • (18) « E señor piadoso, Tú quieres perdonar/los mis grandes pecados en que te fize pesar » (19a).

  • (19) « A Él pido merçed que non quiera catar/ las mis grandes maldades en que le fui errar » (10ab).

  • (21) « Entre los mis pecados e los mis grandes males […] » (175a)

  • (22) « Lo primero encomiendo en este escripto/la mi alma a Dios que la formó e crió » (8ab).

  • (23) « Otórgame, Señor, que yo la pueda aver/e aya la mi alma, por ende, salva ser » (13cd)

  • (24) « Cobdiçia la mi alma a ti, Señor, servir » (14a)

Syntaxe : possessif + substantif

40La majorité de ces emplois concerne les possédés qui ne sont pas dans une relation d’inclusion avec le « possesseur », mais relèvent de ce que l’on pourrait appeler son champ d’appartenance. Ils renvoient donc à l’expression de la possession dite « aliénable » : omnes (en tant qu’ils sont des domestiques), bestias, vasallos, paños, fazienda :

  • (11) « […] mis omnes e mis bestias muy mal los trabajé (29b) / e sin razón pedí/algo a mis vasallos que mal les gradesçí » (85cd)

  • (10) « Con valor de mis paños a mil pobres vistiera / » (141a)

  • 23 Saint Thomas D’AQUIN, Somme théologique (Les vertus sociales), (J.-D. FOLGHERA, trad. II-II. 101-12 (...)
  • 24 Je renvoie ici à l’article de Maurice BARBIER, « Pouvoir et propriété chez Thomas D'aquin : la noti (...)
  • 25 ARISTOTE, Politique, tradJules TRICOT Paris : Vrin, 1995, Livre 1, chap. 3.
  • 26 S.T. D’AQUIN, op. cit.
  • 27 Ibid, IIa-IIae, q. 66, a. 7
  • 28 Ibid., II-II, q. 32, art. 5, ad 2 : « Dieu a destiné la terre et tout ce qu’elle contient à l’usage (...)

41On peut, à cet égard, adresser un clin d’œil appuyé à Saint Thomas d’Aquin23 qui établit une distinction entre le dominium-pouvoir (pouvoir sur les personnes) et le dominium-possession (possession des choses). Il opère également une distinction entre le dominium despotique qui conduit à considérer l’esclave, et donc la personne, comme une chose possédée par son maître, et le dominium domestique qui dénote juste un pouvoir, et non une possession sur les personnes24. En ce sens, le recours au possessif mi appliqué à omnes ou vasallos traduit bien une relation de pouvoir sur les êtres humains, et non pas un rapport de possession. Il en va de même des choses qui se trouvent introduites par ce même possessif, lesquelles sont détachables. En effet, Thomas d’Aquin reconnaît à l’homme, un pouvoir naturel (naturale dominium) sur les choses quant à leur usage, car, par sa raison et sa volonté, l’homme peut les utiliser comme étant faites pour lui. Avec Aristote25, saint Thomas en déduit que « la possession des choses extérieures est naturelle à l’homme26 ». Il identifie donc le dominium sur les choses avec leur possession, comme il le faisait déjà dans l’article 1 de la question 62. Toutefois, une précision est apportée qui vise à limiter la propriété au nom du droit naturel. Elle fait intervenir une notion nouvelle, celle de nécessité27. En effet, la propriété des choses, qui relève du droit humain, n’empêche pas de les utiliser pour subvenir aux besoins d’autrui (hominis necessitas), comme le veut l’ordre naturel institué par Dieu. Par conséquent, en vertu du droit naturel, le superflu des riches est dû aux pauvres et doit leur être donné : Res quas aliqui superabundanter habent, ex naturali jure debentur pauperum sustentationi. À ce sujet, saint Thomas cite le Décret de Gratien : « Le pain que tu as appartient à ceux qui ont faim. »28

Syntaxe : article + substantif

42La plupart de ces emplois concerne les possédés qui renvoient aux parties du corps physique.

  • (1) « Si yo vi pobre muerto d’él muy poco curé / de le dar sepultura, mas los ojos cerré / por non le ver de enojo ; muchas vezes dexé / pasar por la carrera do muerto fallé » (136)

  • (2) « Caté con los mis ojos donde fize pecado » (153a)

  • (3) « En abriendo el ojo e luego lo çerrando / faze mortal pecado onbre non sospechando » (170ab).

43On trouve aussi au moins un emploi de « possédé » qui réfère au corps spirituel :

  • (4) « Ésta pierde al alma e al cuerpo gastará » (94d).

44Soit donc dans tous les cas relevés l’expression de la possession dite inaliénable. Toutefois, il serait erroné de considérer qu’il existe des « possédés » qui expriment toujours l’inaliénabilité, tandis que d’autres « possédés » seraient spécialisés dans le champ de l’aliénabilité. La situation est bien plus complexe, ainsi qu’en témoigne le fait qu’un même type de « possédé » peut appeler des syntaxes distinctes. C’est le cas par exemple du « possédé » alma que l’on retrouve dans les trois types de syntaxe évoqués :

  • Article + substantif : (4) « Ésta pierde al alma e al cuerpo gastará » (94d)

  • Possessif + substantif : (9) « Dame, Señor, tu graçia e tu defendimiento / que faga yo a mi alma otro mejor çimiento » (57cd) ; (10) « […] e grant bien e grant pro de mi alma fiziera » (141b)

  • Article + possessif + substantif : (22) « Lo primero encomiendo en este escripto / la mi alma a Dios que la formó e crió » (8ab) « Otórgame, Señor, que yo la pueda aver / e aya la mi alma, por ende, salva ser » (13cd).

Comment expliquer de telles variations ?

45Pour rappel, l'inaliénabilité réside dans le rapport d'inclusion évident du « possédé » au « possesseur » qui rend superflue, si l’on veut, toute marque linguistique explicitant cette inclusion.

46Ainsi on pourrait considérer que la syntaxe « article + substantif » pour un terme comme ojo (partie intégrante du corps et donc de la personne) est la syntaxe la plus attendue ou syntaxe non marquée.

47De fait, dans l’exemple suivant : (3) « En abriendo el ojo e luego lo çerrando / faze mortal pecado onbre non sospechando » (170ab), le terme ojo relève de cette syntaxe non marquée signant un rapport d’inclusion évident du « possédé » au « possesseur ». Ainsi, s’agissant d’un « possédé » comme ojo, la structure los mis ojos s’oppose, en réalité, à la séquence syntaxique los ojos, plutôt qu’à mis ojos. Dans l’exemple (2) « Caté con los mis ojos donde fize pecado » (153a), les indices de référence à la personne du locuteur rendent, en réalité, superflu l’emploi de tout possessif. Le erbe fazer à la première personne du singulier (fize pecado) explicite clairement le lien entre le possesseur et le possédé ojos. On peut par ailleurs opposer cet emploi à celui que l’on trouve dans : « Si yo vi pobre muerto d’él muy poco curé / de le dar sepultura, mas los ojos cerré / por non le ver de enojo » (136), où il est bien question des yeux en tant qu’organes (los ojos).

48Que cache donc le besoin de recourir à des marqueurs de possession dans le cas où le « possédé » relève déjà comme c’est le cas de ojo d’un rapport d’inclusion évident ?

49Le recours apparemment superflu à ces marqueurs d’explicitation de la possession pourrait signifier une volonté de manifester une inversion ou une rupture entre le lien particulier que l’on entend exprimer entre le possesseur et le possédé dans ce contexte précis d’emploi et le lien qui est spontanément et régulièrement attendu entre eux. On rejoint ainsi la question de l’exploitation pragmatique mise en évidence par Concepción Company.

50Si on reprend l’exemple (2) « Caté con los mis ojos donde fize pecado », les yeux dont il est question ne sont pas les simples yeux du corps physique – les yeux organes – mais des yeux devenus spirituels qui ont accès à la vérité et dont il faut manifester le changement de statut à ce moment précis. Ces yeux « spiritualisés » se substituent aux yeux « organiques » (changement de statut qui pourrait renvoyer à la distinction existant dans la langue entre oreja et oído) et rompent donc le lien d’évidence attendu entre l’humain (possesseur) et les yeux organiques (possédé).

51La relation qui se crée alors entre le « possesseur » et le « possédé » est d’un autre ordre, le changement de nature du « possédé » fait qu’il acquiert un statut d’aliénabilité en raison de cette nature qu’il emprunte dans des circonstances bien précises.

52Pour bien comprendre cette possibilité de rupture du lien organique et sa substitution par un autre type de lien impliquant une sorte de « métamorphose » du possédé (en l’occurrence ici, les yeux), on peut mettre en relation le statut particulier de ces « possédés » avec ce qui est dit dans la Bible des parties du corps, considérées comme « détachables », dès lors qu’elles sont susceptibles d’entraîner l’homme dans l’accomplissement de péchés mortels (Mathieu 5 : 28-30) :

Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son œil. Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n’aille pas dans la géhenne.

53La lecture de ce passage biblique met nettement en évidence la possible « aliénabilité » des parties du corps, dès lors qu’elles sont pour l’homme une occasion de chute ou de péché. De fait, le « je » du Rimado exploite cette labilité pour mettre en scène, avec la syntaxe du possessif articulé, des yeux qui sont de vrais radars de l’âme, et non plus seulement de simples organes de la vue.

54Considérons maintenant les exemples suivants, avec pecado ou maldat ou males :

  • (18) « E señor piadoso, Tú quieras perdonar / los mis grandes pecados en que te fize pesar » (19a).

  • (19) « A Él pido merçed que non quiera catar / las mis grandes maldades en que le fui errar » (10ab).

55Nous sommes dans un contexte au passé où les péchés et autres actes mauvais ont déjà été commis et où ils ne peuvent être que réparés par la confession et la pénitence.

56Ce que l’on peut noter, c’est que les péchés dont il est question ne sont pas les péchés courants ou véniels, traces du péché originel qui a « blessé » la nature de l’homme. Pour rappel, le péché originel n’est pas un péché commis ou personnel. Il fait partie intrinsèque de la nature humaine et l’homme le contracte dès sa conception car il est attaché à l’ensemble du genre humain. Cette relation de l’homme (possesseur) au péché originel (« possédé ») pourrait être exprimée par un simple article défini (los pecados désignant les péchés véniels).

57Dans les exemples cités, il s’agit, au contraire, de péchés capitaux – et donc monstrueux et mortels – ainsi qu’en témoigne le recours insistant à l’adjectif grande. De fait, ces péchés mortels ou capitaux excèdent largement le cadre du péché originel dans lequel s’inscrit le lien organique qui unit l’homme au péché, lien qui, on l’a dit, pourrait s’exprimer par l’article défini suivi de pecado(s). Ils sont susceptibles d’aliéner définitivement l’homme à sa nature divine, et donc à son Créateur. Ils brisent aussi le lien de l’homme à lui-même en tant qu’enfant de Dieu, destiné à se libérer du péché.

58Par le recours à la syntaxe articulée du possessif, le « je » exprime qu’il ne s’agit point ici de cibler le péché originel « organique » dont l’homme n’est pas personnellement responsable, mais le péché capital et « monstrueux » que ce même « je » a commis par lui-même (fize pesar, fui errar). Celui-là n’appartient pas à la nature de l’homme ; il ne lui est pas organique.

59Il peut donc s’en libérer car Dieu ne cesse par sa grâce de venir au secours de la faiblesse de l’homme. D’où les verbes perdonar, non quiera catar qui renvoient à la miséricorde divine capable d’effacer ce lien distordu avec le péché introduit par le « je » dans ses égarements.

60Analysons encore brièvement deux derniers exemples avec le possédé alma cette fois-ci :

  • (22) « Lo primero encomiendo en este escripto / la mi alma a Dios que la formó e crió » (8ab).

  • (23) « [Para esto la tu graçia será muy menester, / ca sin ella el omne non puede bien fazer /Otórgame, Señor, que yo la pueda aver / e aya la mi alma, por ende, salva ser » (13cd).

61Tout homme dispose d’un corps et d’un esprit ; tout chrétien dispose d’un corps et d’une âme. En ce sens, l’âme, comme l’ont bien montré les études antérieures que nous avons citées (Company, Rodríguez Barreiro), fait partie de la sphère personnelle de l’homme, au même titre que les yeux ou les bras. Toutefois cette âme « inaliénable » est pécheresse. En revanche, lorsqu’il est question de l’âme dont Dieu a doté originellement l’homme au moment de sa conception (« encomiendo la mi alma a Dios que la formó e crió ») ou encore de l’âme qui doit être rachetée par la grâce divine pour redevenir semblable à ce qu’elle était au premier jour dans sa pureté, le lien organique entre l’âme (pécheresse par nature) et l’homme (pécheur par nature) est rompu. Le recours à la syntaxe du possessif articulé vise alors à manifester cette rupture, à dire qu’il s’agit d’une âme pure et renouvelée qui n’a plus grand-chose à voir avec l’âme pécheresse que nous possédons habituellement en tant qu’êtres humains.

62On peut opposer cet emploi à celui que l’on note dans l’exemple suivant :« Ésta pierde al alma e al cuerpo gastará » (94d) où il est question de l’âme « organique » dans ce qu’elle a de plus générique.

63En ce sens, les exemples suivants « Dame, Señor, tu graçia e tu defendimiento / que faga yo a mi alma otro mejor çimiento (57cd) / e grant bien e grant pro de mi alma fiziera » (141b) manifesteraient une situation intermédiaire où le « je » chercherait juste à marquer plus explicitement qu’il dispose d’un certain pouvoir sur cette âme qui est la sienne (« que faga yo a mi alma »), mais avec toute la distance due au fait que, dans le même temps , elle appartient à Dieu qui, seul, par sa grâce, peut actualiser ce pouvoir virtuel (« Dame, Señor, tu graçia e tu defendimiento »).

64En résumé, s’agissant des « possédés » qui peuvent être dits inaliénables, les syntaxes possibles sont les suivantes :

65Los + possédé = expression de l’inaliénabilité « organique », lorsque le « possédé » exprime le lien organique attendu et évident et que la relation entre le possesseur et le possédé présente les caractéristiques attendues

66Los + mis + possédé = expression du changement de statut du possédé dans un contexte précis : soit l’aliénabilité vient s’installer au cœur de l’inaliénabilité, soit un « possédé » perçu comme aliénable se voit présenté comme inaliénable. On le voit très bien dans l’exemple pris par Concepción Campany :

  • 29 Voir note 18.

Ca el poder del rey todo es en tres cosas. Lo primero en la su palabra. Lo segundo en la su pénnola con que escrive las sus cartas de lo que ha de mandar. La terçera en la su espada con que apremia a los sus enemigos e con que faze justiçia en los suyos29.

67La rupture du lien organique attendu provoque un changement de statut du « possédé » qui met en exergue une possible « métamorphose » du possesseur : statut infrahumain (« los mis grandes pecados ») ou statut quasi divin (la mi alma irradiée par la grâce divine).

68Avec cette syntaxe, la langue disposait donc d’un moyen d’exprimer la relation remarquable qu’un locuteur entendait signifier dans un contexte particulier avec un « possédé », indépendamment de la nature habituelle de son lien avec lui.

69Mis + possédé = possession aliénable des choses et pouvoir sur les personnes. Cela implique que l’homme a la propriété de ces choses mais que cette « propriété » est toute relative dans la mesure où la possession de ces choses suppose un usage juste, qui tienne compte des besoins du prochain. Je renvoie à saint Thomas d’Aquin.

***

70En conclusion, ces quelques observations qui méritent naturellement d’être approfondies et passées au crible d’autres exemples et d’autres textes, mettent en évidence l’importance de la dimension pragmatique dans l’interprétation de la séquence article défini + adjectif possessif + possédé. Si l’on ne peut nier le statut remarquable du « possédé » déjà mis en évidence dans des études antérieures (Marie-France Delport, Rafael Lapesa), il semble assez logique de considérer que la relation exprimée entre « possesseur » et « possédé » au moyen de ladite séquence exprime précisément la rupture du lien organique attendu entre les deux entités, et ce faisant, l’aliénabilité qui s’installe au cœur de l’inaliénabilité ou l’inverse, du fait de cette rupture. Se crée alors un autre type de lien, du fait de l’intrusion d’un facteur venant modifier la nature « intrinsèque » du possédé : changement qualitatif (yeux organiques vs yeux spirituels ; âme pécheresse vs âme divinisée) ou de grandeur/amplitude (péché véniel vs péché mortel entraînant nature humaine rachetable vs nature humaine irrémédiablement condamnée à la perdition).

71Il en découle la possibilité d’exprimer trois liens distincts :

  • Le lien organique dit de possession « inaliénable », par le biais de la séquence article + substantif.

  • Le lien d’appartenance ou de possession « aliénable », et donc, détachable, moyennant la structure possessif + substantif.

  • Le lien organique rompu et sa substitution par un lien nouveau qui installe l’aliénabilité au cœur de l’inaliénabilité ou l’inverse, par le recours à la séquence article + possessif + substantif.

Haut de page

Notes

1 Mireille BRIGAUDIOT et Laurent DANON-BOILEAU, « La relation d’appartenance : évolution de ses valeurs chez l’enfant », in : Faits de langue, 1996, p. 63-70.

2 Ronald LANGACKER, « Structural syntax : The view from cognitive grammar », in : Françoise MADRAY-LESIGNE, Jeannine RICHARD-ZAPPELLA et Lucien TESNIÈRE (eds.), Aujourd’hui, Paris : Éditions Peeters, 1995, p. 13-39.

3 Charles BALLY, L'expression des idées de sphère personnelle et de solidarités dans les langues indo-européennes, Festschrift Louis Gauchat, Aarau, 1926, p. 68-78.

4 Jacques SCHMIDELY, La personne grammaticale et la langue espagnole, Rouen : Publications de l’Universté, 1983.

5 Denis CREISSELS, D. 2001, Catégorisation et grammaticalisation : la relation génitivale en mandingue, 2001. Consultable sur : www.deniscreissels.fr/public/Creissels-gen.mand.pdf.

6 Tatsiana VAVULA, « Les possessifs en russe et en français : distinction entre la “sphère personnelle” et la “sphère extérieure” ». in : Le sens entre langue et discours : études de sémantique et d’analyse du discours, 2, ELIS – Échanges de linguistique en Sorbonne, 2014, p. 81-106. < https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01090456>.

7 T. VAVULA, art. cit.

8 Ibid.

9 Suzanne HANON, « Qui a quoi ? Réflexions sur la possession inaliénable et le verbe avoir en français », in : Revue Romane, 2, 1988, p. 162-177, p. 163, URL : https://tidsskrift.dk/revue_romane/article/view/29663

10 Michael HERSLUND, « Partitivité et possession inaliénable », in : Faits de langues, 7, Mars 1996, La relation d'appartenance, p. 33-42; URL : https://doi.org/10.3406/flang.1996.1070 https://www.persee.fr/doc/flang_1244-5460_1996_num_4_7_1070

11 Marie-France DELPORT, « L’alternance du possessif et de l’article en espagnol »,in : Cahiers de praxématique [En ligne], 27 | 1996, document 2, mis en ligne le 1 janvier 2015, consulté le 3 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/2995

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 MF. DELPORT, « Observations sur la syntaxe du possessif en espagnol médiéval », in : Permanences et renouvellements en linguistique hispanique. Actes du 6e Colloque de Linguistique hispanique, Toulouse : Univ. Toulouse le Mirail, CRIC, 18-19 mars 1994, p. 217-227.

16 Dorien NIEUWENHUIJSEN, « La posesión inalienable en español y su traducción en varias lenguas germánicas y románica s: una comparación », in: Hermēneus. Revista de Traducción e Interpretación, 10, 2008, p. 139-165. URL : https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=2870342

17 Gloria CLAVERÍA NADAL, « La construcción artículo + posesivo en los siglos XIV y XV » en M. ARIZA, R. CANO, J. M. MENDOZA y A. NARBONA (éd.), Actas del II Congreso Internacional de Historia de la Lengua Española, Madrid: Pabellón de España, p. 347-357.

18 Rafael LAPESA, « Sobre el artículo ante posesivo en castellano antiguo », in : Estudios de morfosintaxis del español, Madrid : Gredos, 2000, p. 413-435.

19 Ana RODRÍGUEZ BARREIRO, « La sintaxis del posesivo en castellano medieval : una construcción característica », in : Res Diachronicae, 2, 2003, p. 281-290, p. 284.

20 Concepción COMPANY, « Persistencia referencial, accessibilidad y tópico : la semántica de la construcción artículo + posesivo + sustantivo en el español medieval », in : RFE, 86, 2006, p. 65-103.

21 Sara GÓMEZ SEIBANE, « De nuevo sobre artículo + posesivo + sustantivo. Textos vizcaínos de los siglos XV-XVIII », XXV Congrès International de Linguistique et de Philologie Romanes, Innsbruck : Leopold-Franzens-Universität, 2007, p. 242-243.

22 A. RODRÍGUEZ BARREIRO, art. cit.

23 Saint Thomas D’AQUIN, Somme théologique (Les vertus sociales), (J.-D. FOLGHERA, trad. II-II. 101-122, Paris : Éditions du Cerf (Desdée), 1954.

24 Je renvoie ici à l’article de Maurice BARBIER, « Pouvoir et propriété chez Thomas D'aquin : la notion de dominium », in : Revue des sciences philosophiques et théologiques, 2010/4, 94, p. 655-670, [En ligne]. URL : https://www.cairn.info/revue-des-sciences-philosophiques-et-theologiques-2010-4-page-655.htm; DOI : 10.3917/rspt.944.0655

25 ARISTOTE, Politique, tradJules TRICOT Paris : Vrin, 1995, Livre 1, chap. 3.

26 S.T. D’AQUIN, op. cit.

27 Ibid, IIa-IIae, q. 66, a. 7

28 Ibid., II-II, q. 32, art. 5, ad 2 : « Dieu a destiné la terre et tout ce qu’elle contient à l’usage de tous les hommes et de tous les peuples, en sorte que les biens créés doivent être mis en abondance à la disposition de tous, de façon équitable, sous la conduite de la justice, dont la charité est la compagne 8. Quelles que soient les formes de la propriété, adaptées aux légitimes institutions des peuples selon des circonstances diverses et changeantes, il faut toujours tenir compte de cette destination universelle des biens. C’est pourquoi, en utilisant ces biens, l’homme ne doit pas considérer les choses matérielles qu’il possède légitimement comme lui étant exclusivement propres, mais il doit aussi les considérer comme communes, en ce sens qu’elles peuvent profiter non seulement à lui, mais aussi aux autres ».

29 Voir note 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Mencé-Caster, « L’expression de la relation d’appartenance dans le Rimado de Palacio : quelques observations », e-Spania [En ligne], 34 | octobre 2019, mis en ligne le 09 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/32057 ; DOI : 10.4000/e-spania.32057

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals