Navigation – Plan du site
Preuve/Épreuve : démonstration de la vérité en péninsule Ibérique (XIIIe-XVe siècle)

Preuve/épreuve : démonstration de la vérité en péninsule Ibérique (XIV-XVe siècles)

Introduction
Julia Roumier

Texte intégral

  • 1 Mireille CHAZAN, Gilbert DAHAN, (éd.), La méthode critique au Moyen Âge, Turnhout : Brépols, 2006. (...)

1Les preuves sont les outils du surgissement de la vérité à la lumière de la raison. Elles révèlent, montrent et démontrent, authentifient ce qui, sans elles, demeure douteux. C’est un indice ou un argument qui offre à la raison le support nécessaire pour élaborer une déduction, une hypothèse. Le jugement est alors construit, élaboré, sur la preuve qui nécessite une interprétation, un décodage de sa signifiance, et son expression au travers d’une argumentation et donc, d’un discours. Cette administration de la preuve relie, dans leur pratique spécifique de l’enquête, le scientifique, le juriste, le théologien et l’historien. Qu’en est-il dans les sources médiévales hispaniques? Si le bien-fondé de la notion de méthode ou d’esprit critique pour le Moyen Âge a déjà été établi1, il faut encore rappeler qu’il ne s’agit pas là d’un anachronisme. On trouve encore bien souvent la vision téléologique d’un Moyen Âge, âge de ténèbres, si empreint de foi qu’il n’aurait pu connaître la raison. Pour battre en brèche cette méconnaissance, nous explorerons ici les textes pour mettre au jour des procédures de construction et d’administration de la preuve, a priori dissemblables de nos perspectives contemporaines, et offrant pourtant de pertinentes similarités.

2A l’heure du story telling, des post-vérités, l’étude de la preuve nous confronte au double danger auquel se heurtent ces sciences qu’on dit humaines : la rigidité de la prétention scientifique d’une part, et de l’autre, l’écueil du relativisme à outrance. Ce dossier invite donc à une réflexion dont l’enjeu est l’élaboration d’un savoir, la confiance dans une vérité et la valorisation, à la fois élogieuse et méfiante, de ce que peut le discours. La confiance excessive envers la preuve est le symptôme d’une société qui, se voulant essentiellement rationnaliste et cartésienne, récuse l’art du langage et la construction du discours, rejette la fiction et le littéraire dans les limbes de l’inutile divertissement, de l’artifice frivole, alors que les sciences humaines elles-mêmes seraient au final d’une mollesse bien peu sérieuse. Or la preuve est elle-même discours, construction, et les contributions ici présentes nous rappellent que la preuve ne peut s’opposer à la rhétorique mais qu’elle en est bien partie prenante.

  • 2 Jeffrey BOWMAN, « L’alchimie de la preuve », Annales du Midi, 2006,  118-255, p. 333-351, p. 348.
  • 3 Idem, p. 336.

3Le juridique semble au premier regard le domaine de référence pour comprendre la preuve, et on y constate en effet comment la preuve, apportée par les plaideurs ou servant à trancher entre les parties adverses, acquiert toute sa fonction d’outil constructeur d’une vérité. Au XIIe siècle, en particulier, se met en place un processus de quantification et de hiérarchisation des preuves, avec la réintroduction du droit romain en Europe occidentale. Mais l’efficacité de la démonstration était surtout basée sur le mélange, la combinatoire des preuves de plusieurs types, dans ce que Jeffrey Bowman appelle une alchimie des preuves2, avec l’importance fondamentale des témoignages. Toutefois, la preuve échappe au seul milieu judiciaire, ou, plus exactement, elle y revêt déjà une force épistémologique plus large : « Ce n’est pas seulement la procédure juridique qui est en jeu, mais la perception de l’histoire et la définition qu’une collectivité se donne d’elle même »3.

  • 4 Claude GAUVARD, Dictionnaire de l’historien, Paris : Quadrige, 2015, p. 551.

4Comme le rappelle Claude Gauvard4, l’historien partage avec le juge des modes de fonctionnement proches. Ils recherchent la vérité en s’appuyant sur des preuves et pour cela doivent reconstruire le fil des évènements à l’aide d’un récit.

5Or le récit est souvent présenté et perçu comme un obstacle à la vérité, une forme de malversation, de tromperie : le récit constitue la source d’information et transmet les données, mais il est produit par la rhétorique et constituerait un filtre, une opacité entre le lecteur et les évènements, qui interdirait d’atteindre la vérité, telle qu’on l’idéalise dans un absolu d’immédiateté. D’autre part le discours historique lui-même se déploie sous forme de récit et connaît les mêmes caractéristiques. Englué dans la rhétorique, le texte ne renverrait qu’à lui même ainsi qu’aux intentions de l’auteur.

  • 5 DELACROIX, C., FOSSE, F., GARCIA, P., OFFENSTADT, N., (Sous la direction de) Historiographies, II. (...)

6La preuve documentaire repose sur ce que Paul Ricoeur nomme une explication narrative, une démarche qui transforme la succession en enchaînement grâce au récit5. Cette affirmation d’une dimension narrative de l’histoire a ébranlé la confiance objectiviste dans une histoire scientifique, une science reflet passif de la réalité telle que l’imaginait le XIXe siècle. De la même façon, dans le champ judiciaire, la preuve indiciaire permet des présomptions et l’imagination peut prendre le relai, quand certains maillons manquent ou obligent à un discernement plus subtil. Faut-il pour autant s’en alarmer et opposer la rhétorique et la preuve ?

  • 6 Carlo GINZBURG, Rapports de force : histoire, rhétorique, preuve, Paris : Le Seuil, 2003, p. 11 et (...)

7Certains théoriciens radicaux du Linguistic Turn ont pu pousser la logique à l’extrême, mais il ne faut certainement pas opposer histoire et rhétorique, vérité et discours. Ainsi Carlo Ginzburg nous invite-t-il à considérer leur continuité, dans une épistémologie historique réaliste et efficace, et souligne-t-il, dans son analyse de la Rhétorique au service de la preuve chez Aristote, la puissance de vérité du discours: « Le langage de la preuve est celui de tous ceux qui soumettent les matériaux de la recherche à une vérification incessante » ; « les sources ne sont ni des fenêtres ouverts, comme le croient les positivistes, ni des murs qui obstruent la vue, comme le soutiennent les sceptiques. En fait, c’est à des vitres déformantes qu’il faut les comparer. L’analyse des distorsions spécifiques à chaque source implique déjà un élément constructif mais la construction n’est pas incompatible avec la preuve »6 .

  • 7 Roger CHARTIER, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétudes, Paris : Albin Mi (...)

8Or le discours historique, en tant que construction textuelle, oscille perpétuellement entre science et fiction ; il chemine « sur le bord de la falaise » comme l’énonçait le texte fondamental de Roger Chartier, dans un appel à une refondation de l’intention de vérité des historiens7.

  • 8 Cahiers d'études hispaniques médiévales. N°29, 2006. Feindre, leurrer, fausser : fiction et falsifi (...)

9Dans son introduction au dossier Feindre, leurrer, fausser : fiction et falsification dans l'Espagne médiévale, Carlos Heusch rappelle qu’il faut exercer : « la plus grande prudence dans le traitement des sources car l’existence d’un document prouvant quelque chose est essentiellement la preuve d’une volonté de prouver, mais pas une preuve en soi »8. Et ce questionnement trouve un terrain particulièrement fertile dans l’étude du Moyen Âge, « temps inaugural qui ne cesse d’interroger le statut et la légitimité de l’écriture et de la fiction ».

10L’administration de la preuve c’est en somme savoir interpréter les documents, démêler les biais qui en font forgé l’écriture, ce en quoi consiste notre travail d’historien et de philologues ou sémioticien... et ce que nous demandons aux étudiants.

  • 9 Pour certain la solidité de cette distinction est même sérieusement contestable : Jacques-Paul DUBU (...)
  • 10 Jeffrey BOWMAN, Ibid., p. 340.

11Cette réflexion peut en premier lieu se nourrir de l’exemple judiciaire. Depuis El Espéculo et les VII Partidas d’Alphonse X, le statut de la preuve  atteste d’une grande continuité jusqu’aux Fueros qui en reprennent la base théorique. La hiérarchisation des preuves permet d’explorer les hiérarchies sociales qu’elles reflètent dans la valeur relative accordée au témoignage9. On peut distinguer au Moyen Âge un minimum de quatre sortes de preuves: les document écrits, les témoignages, les ordalies judiciaires (dont le duel) et la compurgatio, selon les catégories établies par Jeffrey Bowman10. Les deux premiers types sont de loin les plus courants. Les deux autres concernent des cas où les preuves habituelles, rationnelles, ont été épuisées et l’épreuve s’affirme alors comme l’ultime recours pour faire surgir le vrai. Certes les modalités de construction de la vérité judiciaire ne sont pas exactement les mêmes que celles des scientifiques modernes. Toutefois, l’attention et la confiance croissantes accordées à la parole et au témoignage à partir du XIVe siècle sont les marqueurs d’une évolution du rapport à l’expérience et à la vérité dans l’Europe chrétienne.

  • 11 Par exemple le travail très précis de : Marta MADERO EGUÍA, « Saberes femeninos y construcción de l (...)

12Mais loin d’être uniquement une catégorie juridique, la preuve permet également au discours d’ordonner le monde dans bien d’autres contextes. La « prueba » espagnole est ainsi le terme qui désigne l’expérience scientifique, la démonstration par l’essai de mise en œuvre d’une théorie. Les preuves sont bien les étais du savoir : mises en scène, hiérarchisées et lues pour en tirer des conclusions. Il s’agit bien d’une construction discursive du réel qui s’offre à l’interprétation. La démonstration par la preuve apparaît alors comme la stratégie clef de l’établissement d’un savoir basé sur l’empirisme et un élément fondamental de l’argumentaire scientifique. L’étude stylistique de la démonstration fondée sur la preuve permet de plus d’interroger la différenciation entre les genres scientifiques et littéraires comme à travers les témoignages écrits préservés11.

13La question de la preuve nous invite à une réflexion centrée sur le juridique mais dépassant largement ce cadre. En effet, se fonder sur une démonstration sensible est un recours que l’on trouve dans des textes variés, scientifiques, historiographiques et littéraires dont l’exploration nourrit ici une réflexion comparatiste en offrant un panel de preuves à l’épreuve de l’analyse.

14Le présent dossier sera divisé en quatre parties ; la première est consacrée aux usages de la preuve dans l’œuvre historiographique fondatrice du roi Alphonse X de Castille. En premier lieu, Joaquin Rubio Tovar propose une réflexion herméneutique sur la nature du savoir historique qui souligne comment les faits et histoires deviennent récit et Histoire, d’abord en étudiant les traces du processus de comparaison, discrimination et hiérarchisation des sources mené par les scripteurs. Par la suite, la vérité obtenue par les auteurs devait ensuite prendre une forme verbale, le discours donnant une prééminence à certains faits ou certaines combinaisons de sources selon l’intention démonstrative à l’œuvre.

15En continuité avec ce premier travail, la contribution de Soizic Escurignan cherche à mettre en évidence les procédés argumentaires élaborés par Alphonse X dans les récits de fondations de villes péninsulaires de la Estoria de España pour valoriser la noblesse de la ville à l’aune de son fondateur. Exploitant le modèle de Rome et se basant sur l’utilisation de l’analogie, la Estoria s’appuie généralement sur un mythe fondateur, rejouant la trinité de la parentalité, de forte charge symbolique, ou se continuant par le motif plus général de la transmission par la lignée ; stratégie d’enracinement à laquelle s’ajoutent l’onomastique, l’écriture et l’architecture, faisceau de preuves qui légitiment l’ancienneté et la grandeur de l’Espagne, en manifestant, par un texte de valeur performative, l’ancrage du présent dans le passé.

  • 12 Michel ZINK, Littérature française au Moyen Âge, Paris : PUF, 1992.

16La deuxième partie de ce dossier est consacrée à l’élaboration des preuves dans le récit afin d’asseoir un effet de réel et une légitimimté. Explorant la tension entre histoire et littérature que Michel Zink a appelée « narrativité »12, Charles Garcia affirme la dimension fictionnelle de la « première chronique anonyme » de Sahagún (Crónicas anónimas de Sahagún), rédigée à la fin du XVe siècle. Le prosateur, un moine bénédictin, accompagne son supérieur dans des aventures plus trépidantes les unes que les autres, lesquelles demandent une certification qui prend la forme d’une démultiplication de preuves. À partir de ce texte, mais aussi avec les chartes dont il s’inspire, Charles Garcia montre l’élaboration de preuves par l’institution monastique sahagunina en vue de sa survie. Ainsi le chroniqueur invente des histoires d’un passé précis pour satisfaire les attentes politiques du présent qu’il met en forme au moyen d’une prose saturée de témoignages qui se veulent des preuves irréfutables.

17Dans son travail, « El héroe y la verdad. El valor demostrativo de la analogía narrativa en las Mocedades de Rodrigo », Marta Lacomba analyse les moyens discursifs affirmant Rodrigo comme figure héroïque, bien qu’il ne corresponde pas pleinement au paradigme classique du héros. La construction de son héroïcité, loin de la linéarité propre à l’épopée, serait plutôt analogique et métaphorique. La mise en parallèle de l’étude de trois épisodes de rencontre révèle la rétro-alimentation qui les unit pour démontrer le statut héroïque du Cid.

18Gerardo Altamirano clôture cette deuxième partie par une réflexion sur un autre héros fondateur, la figure ambivalente d’Alexandre, à travers les épreuves qu’il surmonte, avec en premier lieu un état de la question détaillée, puis une réflexion étymologique sur la notion de preuve et enfin, un travail détaillé sur quelques passages clefs de l’œuvre pour différencier les preuves véridiques de celles plus trompeuses que l’auteur sait mettre à profit.

19La troisième partie révèle une autre dimension de la preuve comme mise à l’épreuve, et en particulier l’usage des témoignages pour construire une démonstration probante et remporter l’adhésion du lecteur. Ce témoignage a d’abord une forme littéraire, incarnée par une figure héroïque. C’est le cas dans le travail ici proposé par Sophie Coussemacker qui explore une forme d’ordalie par procuration à travers les réécritures successives d’un récit d’exemplum. Une comtesse parvient à prouver l’innocence de son mari injustement accusé d’avoir commis l’adultère avec la femme de l’empereur Otton. Elle relève l’épreuve du fer brûlant par procuration pour son défunt mari dans une sorte de duel judiciaire inversé, sur le plan du genre, dont les refontes et réemploi témoignent d’une progressive perte du sens judiciaire.

20Cette dimension de la preuve par l’épreuve trouve un champs d’application fécond dans les récits de voyages où l’expérience, généralement difficile, est le fondement même du savoir et la clef de la confiance du lecteur. Julia Roumier étudie les traductions hispaniques des récits Marco Polo et de Mandeville. À travers l’analyse des stratégies de conviction propres à ces deux piliers fondateurs du genre viatique, ce qui surgit c’est le sens donné aux récits de voyages, leur efficacité sur leur horizon de réception. Les traductions en castillan et en aragonais de ces textes sont l’occasion de les réactualiser, de les lire à la lumière des avancées propres au contexte historique ou des nouveaux témoignages ayant surgi, ce qui révèle l’intertexualité à l’œuvre dans l’image du monde mais aussi la rétro-alimentation des textes dans leur stratégie de conviction.

21Florence Serrano élabore une typologie des arguments dans le Triunfo de las donas et la Cadira de honor afin de démontrer le fonctionnement de leur argumentation, avec une étude du discours rapporté, de l’opposition autorité polyphonique/raisonnement par autorité et la distinction entre discours sentencieux, sapientiel, voire édifiant. Ces traités doctrinaux et argumentatifs de Juan Rodríguez del Padrón font ainsi un usage bien différent des preuves et le Triunfo de las donas démontrerait un engagement auctorial moins marqué.

22La quatrième partie de ce dossier porte sur les manipulations de la preuve et la vérité trompeuse qui en résulte. Dans un premier temps, Carlos Heusch propose une étude de la relation entre preuve / épreuve et recherche de vérité dans le Libro del conde Lucanor de don Juan Manuel afin de mettre en lumière l’usage relativement fallacieux de ces preuves dans le but de tromper, pour paradoxalement retrouver la vérité.

23Dans un deuxième temps, Roxane Chila reconstitue un dossier polémique réalisé à distance par les deux prétendants au titre de roi de Naples après la mort sans héritier de la dernière reine angevine, Jeanne II. Dans cette construction de preuves pour la légitimité d’une succession, la citation d’actes, une pratique ancienne, est effectuée au sein d’un dossier adapté au public visé.

24Pour finir, David Nogales Rincon s’intéresse à une chronique perdue la Crónica verdadera del rey don Pedro, utilisée pour construire une mémoire alternative du règne de Pierre Ier, en contraste avec l’œuvre du Chancelier Ayala. L’exploration les preuves construites du milieu du XVe siècle jusqu’en 1570 montre le processus complexe visant la réhabilitation de leur ancêtre par les descendants de Pierre Ier. C’est bien le rôle de certification joué par ce texte qui va entrainer au XVIe siècle la création de la figure de son auteur, Juan de Castro, comme sujet digne de foi, ou encore l’ajout de nouvelles preuves documentaires permettant d’en consolider l’affirmation.

25Au final ce parcours d’études médiévales s’ancre dans la valorisation de la rhétorique dans la construction des stratégies d’argumentation et appelle les lecteurs à considérer avec une prudente vigilance l’établissement d’une vérité par des preuves. Celles-ci sont toujours discours, et portent donc, plus ou moins en filigrane, la présence de l’auteur. Cette diversité d’approches autour de la question de la démonstration de la vérité par la preuve et l’épreuve apportera, nous l’espérons, aux lecteurs l’aliment et le ferment pour de nouvelles réflexions sur les textes.

26Pour conclure, nous souhaitons remercier chaleureusement tous les auteurs pour leur précieuse participation, ainsi que l’équipe AMERIBER et l’Université Bordeaux Montaigne pour avoir permis la tenue du colloque à l’origine de la réflexion initiale ayant conduit à ce volume.

Haut de page

Notes

1 Mireille CHAZAN, Gilbert DAHAN, (éd.), La méthode critique au Moyen Âge, Turnhout : Brépols, 2006. En particulier : Nicole PONS, « Les humanistes et les nouvelles autorités », p. 289, et son chapitre sur l’attitude rationnaliste (p. 292).

2 Jeffrey BOWMAN, « L’alchimie de la preuve », Annales du Midi, 2006,  118-255, p. 333-351, p. 348.

3 Idem, p. 336.

4 Claude GAUVARD, Dictionnaire de l’historien, Paris : Quadrige, 2015, p. 551.

5 DELACROIX, C., FOSSE, F., GARCIA, P., OFFENSTADT, N., (Sous la direction de) Historiographies, II. Concepts et débats, Folio Histoire, 2010 ; Preuve, p. 853.

6 Carlo GINZBURG, Rapports de force : histoire, rhétorique, preuve, Paris : Le Seuil, 2003, p. 11 et 13.

7 Roger CHARTIER, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétudes, Paris : Albin Michel, 1998.

8 Cahiers d'études hispaniques médiévales. N°29, 2006. Feindre, leurrer, fausser : fiction et falsification dans l'Espagne médiévale. Carlos Heusch (dir.)

9 Pour certain la solidité de cette distinction est même sérieusement contestable : Jacques-Paul DUBUCS, « La fabrique de la preuve », In: Espaces Temps, 47-48, 1991. La fabrique des sciences sociales. Lectures d'une écriture, Dir. Jacques HOARAU et Yveline LÉVY-PIARROUX, p. 35-51.

10 Jeffrey BOWMAN, Ibid., p. 340.

11 Par exemple le travail très précis de : Marta MADERO EGUÍA, « Saberes femeninos y construcción de la verdad: las mujeres en la prueba testimonial en Castilla durante el siglo XVIII », Anales de historia antigua, medieval y moderna, Nº 33, 2000, p. 153-170.

12 Michel ZINK, Littérature française au Moyen Âge, Paris : PUF, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Roumier, « Preuve/épreuve : démonstration de la vérité en péninsule Ibérique (XIV-XVe siècles) », e-Spania [En ligne], 34 | octobre 2019, mis en ligne le 09 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/32152

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals