Navigation – Plan du site
Preuve/Épreuve : démonstration de la vérité en péninsule Ibérique (XIIIe-XVe siècle)
I. Usage de la preuve dans l’œuvre d’Alphonse X

Les fondations de villes comme preuves des origines mythiques dans la Estoria de España

Soizic Escurignan

Résumés

La Estoria de España a été rédigée sous l’égide du roi Alphonse X le Sage, roi de Castille et León de 1252 à 1284. Ce projet d’envergure visait à mettre en scène l’histoire des origines de la péninsule Ibérique à partir de toutes les sources dont le Roi Sage pouvait disposer. Le récit de fondations de villes péninsulaires n'est pas systématique dans la chronique, ce qui implique que des choix narratifs ont été faits, d’autant plus que certaines fondations n'apparaissent pas dans les deux principales sources de la Estoria de España. Au Moyen Âge, la légitimation historiographique repose sur les Autorités, les Anciens et les Pères de l’Église, desquelles tout chroniqueur doit se revendiquer s’il veut convaincre son public. En plus de ce prérequis, rempli par Alphonse X, d’autres types d’outils du discours interviennent. C’est en particulier le cas de la démonstration logique qui s’appuie sur la raison et qui permet au lecteur d’admettre l’argument comme une preuve, d’adhérer au discours proposé, et in fine, de croire à l’histoire narrée. Nous nous proposons donc d'examiner ces fondations dans une double approche. Il s'agira tout d’abord de considérer les peuples ou les seigneurs auxquels le Roi Sage relie la fondation de chaque ville, ainsi que de mettre en évidence les procédés argumentaires élaborés et utilisés par Alphonse X en vue de prouver et de persuader.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alphonse X et Ramón MenÉndez Pidal (éd.), Primera crónica general. Tomo 1, Texto : Estoria de Españ (...)
  • 2 Adeline Rucquoi, « Les villes d’Espagne : De l’histoire à la généalogie », in : Hanno Brand, Pierre (...)
  • 3 Adeline Rucquoi, « Le héros avant le saint : Hercule en Espagne », in : Véronique LAMAZOU-DUPLAN (é (...)
  • 4 Loc. cit.
  • 5 Jacques LE GOFF, La Civilisation de l’Occident médiéval, Arthaud : Paris, 1964, p. 196-197.
  • 6 C’est ce qui explique par exemple que bien que les Wisigoths soient particulièrement exaltés par Ji (...)
  • 7 A. RUCQUOI, «  Le héros avant le saint… », p. 71.

1La Estoria de España a été rédigée sous l’égide du roi Alphonse X le Sage, roi de Castille et León de 1252 à 1284. Ce projet d’envergure visait à mettre en scène l’histoire des origines de la péninsule Ibérique à partir de toutes les sources dont le Roi Sage pouvait disposer. Le récit des origines passe notamment par celui des premières fondations de villes qui occupe une place importante dans les premiers chapitres1 de la chronique. Selon le droit romain qui continue d’irriguer le Moyen Âge, une ville doit avoir été fondée pour pouvoir « jouir d’une existence légale »2, il lui faut donc un fondateur, un conditor3. Sans ce fondateur, la ville ne peut exister. Il faut alors identifier un fondateur qui puisse donner vie à une ville et de préférence qui puisse lui apporter la grandeur. Or, pour prouver la noblesse des villes et du royaume qu’elles composent, il faut les rattacher à un fondateur à la fois prestigieux et ancien4. Prestigieux, car comme l’explique Jacques Le Goff il se produit un « transfert de puissance »5 entre le fondateur et sa ville. Ancien, car plus le personnage prestigieux est ancré dans un passé lointain, plus la ville est exaltée. La noblesse de la ville se mesure donc à l’aune de son fondateur, dont l’aura est en quelque sorte proportionnelle à son ancienneté6, ou pour reprendre les mots d’Adeline Rucquoi, « la seule renommée du fondateur suffit à asseoir celle de ses fondations »7.

2Dans la chronique, les rédacteurs utilisent le verbe poblar pour désigner l’action des fondateurs de ville. Or, en espagnol ce verbe possède un double sens et correspond aussi bien à la fondation qu’au peuplement. Poblar c’est aussi bien créer une ville que l’habiter, la construire que lui donner des habitants. Les deux sens sont importants, car c’est notamment ce qui explique que la chronique puisse attribuer plusieurs fondateurs à une même ville sans que la cohérence soit remise en cause. En effet, certains personnages que nous appellerons « proto-fondateurs » trouvent l’emplacement d’une future ville et y édifient une tour, ou quelque chose qui s’y apparente, tout en sachant que ce n’est pas eux qui vont peupler cette ville, or la chronique les considère tout de même comme des fondateurs.

  • 8 L’œuvre historiographique de l’archevêque Rodrigue Jiménez de Rada, achevée en 1246, est l’une des (...)

3Bien que le schéma d’exposition géographique qui ouvre la Estoria de España semble un copié-collé du De Rebus Hispaniae8, les rédacteurs alphonsins réagencent et surtout étoffent et amplifient largement les épisodes fondateurs de la péninsule. Les villes citées sont autant d’occasions d’expliquer leurs origines, les circonstances de leur fondation et la valeur de leur(s) fondateur(s). Il s’agit donc pour nous de considérer les peuples ou les seigneurs auxquels le Roi Sage relie la fondation de chaque ville, et surtout de mettre en évidence les procédés argumentatifs élaborés et utilisés par Alphonse X à cette fin, car il ne s’agit pas seulement d’affirmer la grandeur de l’Espagne, il lui faut la prouver.

Le choix des peuples

4Tout d’abord, Alphonse X doit se choisir des héros à la mesure du défi qui s’offre à lui : prouver les origines glorieuses et anciennes de l’Espagne et des villes qui la composent. La Estoria de España met ainsi en scène la domination de plusieurs pouvoirs successifs, bibliques et antiques, sur la péninsule Ibérique. Les Cétubales, le roi Rocas, les Grecs, les Carthaginois et les Romains fondent ainsi tour à tour plusieurs villes.

  • 9 PCG, 3, p. 6, 52a-53a : « que quier decir tanto cuemo las compannas de Tubal ».
  • 10 PCG, 3, p. 6, 29b-31b.
  • 11 Faut-il y voir une source arabe ou une tradition orale ? Voir Jeneze Riquer, « Iberia legendaria (2 (...)
  • 12 PCG, 11, p. 12, 34b-36b.

5Les Cétubales ou « compagnies de Tubal »9, le petit-fils de Noé, sont les premiers fondateurs qui apparaissent dans le récit. Ils sont à l’origine de la vie dans toute l’Espagne. Après avoir peuplé la vallée de l’Èbre et quatre villes en particulier : Oca, Calahorra, Tarazona et Saragosse, ils avancent vers les autres régions : « fueron se tendiendo por las tierras e poblaron toda Espanna »10. Les références bibliques ne se limitent pas aux patriarches. Alphonse X qui s’écarte de toutes les sources chrétiennes dont nous avons connaissance11, introduit le personnage du roi Rocas, un roi savant venu de l’Éden12, qui quitte tout pour se mettre en quête du savoir et fonde Tolède.

  • 13 PCG, 5, p. 8, Cadix ; 6, p. 8-9, Séville ; 7, p. 9-10, Lisbonne, La Corogne, la Galice, la Lusitani (...)
  • 14 José Antonio Caballero López, « Desde el mito a la historia », in : José Ignacio de la Iglesia Duar (...)
  • 15 PCG, 5, p. 8, 3b-16b.
  • 16 PCG, 5, p. 8, 25b-35b et 6, p. 8, 40b-48b.
  • 17 PCG, 7, p. 9, 45b-p. 10, 5a. C’est la seule fondation qui n’était pas mentionnée chez Jiménez de Ra (...)
  • 18 PCG, 8, p. 10, 27b-33b.
  • 19 PCG, 8, p. 10, 36b-39b.
  • 20 PCG, 8, p. 10, 40b-48b.
  • 21 PCG, 7, p. 10, 5a-8a.
  • 22 PCG, 7, p. 10, 10a-22a.
  • 23 Voir un peu plus loin.
  • 24 A. Rucquoi, « Le héros avant le saint… », p. 60.

6Les Grecs – qui sont essentiellement représentés par Hercule, son neveu Hispan et le gendre de ce dernier Pyrrus –, jouent un rôle dans la fondation ou l’attribution des noms de la moitié13 des villes ou régions citées. Hercule, est l’un des héros les plus prestigieux de l’Antiquité14. Selon la chronique, sa mort serait survenue treize ans avant la chute de Troie, soit 455 ans avant que Romulus ne fonde Rome. Ses fondations, Cadix15, Séville16, La Corogne17, Tarazona18, Urgel19, Barcelone20, ainsi que la Galice21 et la Lusitanie22 sont donc supérieures en ancienneté à toutes les fondations d’Europe, généralement attribuées à des survivants troyens23. Leur histoire est « par là-même supérieure en noblesse »24 à tous les royaumes chrétiens voisins et à Rome elle-même.

  • 25 PCG, 9, p. 11, 39a-40a : « desque toda la ouo poblada e assessegada, escoio pora su morada Caliz ».
  • 26 PCG, titre du chapitre 9, p. 10 ; 10, p. 11, 51a, 10, p. 12, 36a, 38a, 44a, 47a.
  • 27 PCG, 8, p. 11, 2a et 9, p. 11, 13a.
  • 28 PCG, 8, p. 11, 6a-7a.
  • 29 Colette BEAUNE, Naissance de la nation France, Paris : Gallimard, 1993, p. 21-36.
  • 30 Hormis Romulus, mais son père était le roi d’Albe-la-Longue, fondée par Ascagne, le fils d’Énée le (...)
  • 31 PCG., 8, p. 11, 2a-3a : « un so sobrino ».
  • 32 De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 2-3 : « de heroum maioribus », DRH trad., p. 70-71 : « estirpe de (...)
  • 33 PCG, 9, p. 11, 35b-36b : « fiios de reyes muy ricos e con grand algo : ell uno era de Grecia » et 1 (...)

7Après qu’Hercule est reparti à l’aventure, c’est son neveu Hispan qui lui succède. Hispan fonde Ségovie qu’il dote de son aqueduc et fait ériger un phare en Galice, et c’est aussi lui qui assainit Cadix et qui en fait la capitale de l’Espagne25. Il est le premier à être désigné comme roi26 ou seigneur de l’Espagne27 et c’est son nom qu’Hercule donne à la péninsule : « camio el nombre a la tierra qua ante dizien Esperia e pusol nombre Espanna »28. Il est le héros éponyme qui manquait à l’Espagne. En effet, Rome avait Énée et Romulus, les Francs avaient Francion29 et les Anglais avaient Brutus, tous des héros d’origine troyenne30. Grâce à Hispan, Jiménez de Rada puis Alphonse X utilisent les mêmes armes que les autres royaumes chrétiens qui s’étaient déjà trouvé un fondateur éponyme, tout en insistant sur l’ancienneté de l’Espagne sur ses voisins. De plus, Alphonse X fait d’Hispan le neveu31 d’Hercule et non le fils d’un simple noble comme dans le De Rebus Hispaniae32, ce qui renforce le prestige d’Hispan qui appartient désormais à une lignée royale. Hispan n’ayant pas de fils, c’est son gendre Pyrrus, un prince grec33, qui est appelé à lui succéder. À son tour il parcourt la péninsule et fonde Tolède, Osuna, Grenade et il donne son nom aux Pyrénées.

  • 34 PCG, 16, p. 15, 9b-17b : « quatro emperios que sennorearon el mundo ».

8Après les Grecs, c’est Didon, la reine de Carthage qui fonde la ville de Carthagène. La chronique exalte la grandeur de l’empire carthaginois, présenté comme l’égal de Rome et comme l’un des quatre empires qui ont gouverné le monde avec les Babyloniens, les Macédoniens et les Romains34.

  • 35 PCG, 4, p. 7, 52a-2b.
  • 36 PCG, 6, p. 8-9.
  • 37 PCG, 192, p. 144, 32a-37a.
  • 38 PCG, 119, p. 96, 25a-26a : « descendie del linnage de Julo el fijo de Eneas ».

9La chronique rattache aussi l’histoire de ces villes à l’Empire romain en attribuant la fondation de Tolède à deux consuls, Tholemon et Bruto, qui lui donnent leur nom35. Jules César fonde Séville après avoir trouvé les piliers qu’Hercule y avait fait ériger36 et il donne son nom à Saragosse (Cesar Augusta). L’empereur Trajan fonde León37. Dans les deux derniers cas la chronique établit aussi une origine troyenne en précisant que César et Trajan descendent des Troyens38. Cependant, au contraire des Romains dans l’Antiquité et des Français et des Anglais au Moyen Âge, les chroniqueurs castillans n’ont, semble-t-il, pas cherché à se rapprocher des Troyens pour expliquer et anoblir leurs origines ou celles de leurs villes. Sans doute ne voulaient-ils pas se réclamer des mêmes origines que leurs voisins européens. Surtout, les Cétubales, le roi Rocas, Hercule et Hispan qui sont antérieurs à la chute de Troie, suffisent à prouver que l’Espagne et la monarchie espagnole sont plus anciennes que ses puissants voisins français et germaniques.

10Les fondateurs auxquels Alphonse X et ses rédacteurs font appel remplissent donc tous les conditions d’ancienneté et de prestige requises par la tradition médiévale. Cependant, le récit ne peut fonctionner et être reçu comme vrai si le lien unissant les territoires à ces héros n’est pas prouvé. Le recours à des héros bibliques et antiques est une chose, mais cela ne suffit pas à rendre le lien effectif et à démontrer les origines de l’Espagne. Le Roi Sage utilise alors plusieurs schémas opératoires afin de relier ces villes à ces héros et de prouver qu’elles leur doivent leur existence.

Les méthodes de la preuve

Le mythe de création

  • 39 Claude-Gilbert DUBOIS, Récits et mythes de fondation dans l’imaginaire culturel occidental, Bouloc  (...)
  • 40 Ibid., p. 26.

11Le premier procédé utilisé est celui du mythe de création présent dans deux types de récits connus de tous au Moyen Âge, les mythes gréco-romains (fondations d’Athènes et de Rome) et la Bible (construction d’Israël)39. Si l’on en croit Claude-Gilbert Dubois, beaucoup de mythes fondateurs de nations prennent une forme tripartite : le père, la mère et le fils. La mère « principe matériel, lié à la terre », le père qui a la « forme d’un dieu » ou d’un personnage hors du commun et « reçoit, par élection divine, pour mission d’émigrer de sa terre natale pour se rendre vers une terre promise à sa postérité » et le fils, ou ladite « postérité » (parfois des descendants plus lointains) qui « réalise en histoire les vœux parentaux ». Ainsi Égée s’empare de la ville d’Athènes et en devient le roi. Son fils Thésée apparaît ensuite comme un « second fondateur, guerrier et conquérant, législateur et organisateur d’Athènes »40. Énée fuyant Troie s’établit dans le Latium, et c’est son fils Ascagne-Iule qui fonde Albe la Longue puis Romulus qui fonde véritablement Rome. Dans la Bible, Abraham quitte Harran pour Canaan sur ordre de Dieu. Son fils Isaac devient le père de Jacob, lui-même père des douze frères qui donnent naissance aux douze tribus d’Israël.

  • 41 Dans le chapitre 558, intitulé « del loor de Espanna como es cumplida de todos bienes » largement i (...)
  • 42 La Bible de Jérusalem, traduite en français sous la direction de l’École biblique de Jérusalem, Par (...)
  • 43 PCG, 3, p. 6, 29b-30b : « estas compannas fueron se tendiendo por las tierras ».
  • 44 PCG, 3, p. 6, 37a-38a.

12Ce schéma, tel un écho qui se répète apparaît dans plusieurs épisodes fondateurs de la Estoria de España. En effet, comment ne pas voir en la péninsule Ibérique la mère41 définie par Dubois ? Tubal est un patriarche biblique et il est le petit-fils de Noé, exemple si l’en est de l’homme choisi par Dieu. De plus, l’arrivée des compagnies de Tubal répond à une double volonté divine. D’un côté, les fils de Noé ont reçu pour mission de peupler la Terre de leur descendance42, et d’un autre côté, il s’agit aussi d’une punition liée à la dispersion des langues et des hommes après la construction de la Tour de Babel. À leur arrivée, en s’installant dans la vallée de l’Èbre et en se répandant à travers la péninsule43, ils fécondent donc la terre d’Espagne. Lorsque les rédacteurs écrivent « del quinto fijo de Japhet, que ouo nombre Thubal, donde uinieron los espannoles »44, ils ne disent pas autre chose, les Espagnols sont le fruit de cette alliance entre les premiers habitants, leurs pères, et l’Espagne, leur mère. La Estoria de España n’est autre que l’histoire de leur descendance, plus précisément celle des rois qui descendent d’eux et qui sont appelés à « réalise[r] en histoire les vœux parentaux ». Les ancêtres bibliques fondent ainsi une première parenté, une première légitimité. Grâce aux Cétubales, l’ancienneté des Espagnols est incontestable – nul ne remettrait en question l’existence de personnages bibliques – et indépassable – tous ceux qui ont existé avant le Déluge ont péri en dehors de la famille de Noé, il est dès lors impossible de se trouver (ou de s’inventer) des ancêtres plus anciens. Les Espagnols et par conséquent leurs rois, parmi lesquels figure Alphonse X, descendent des Cétubales.

  • 45 PCG, 4, p. 7, 43b-44b.
  • 46 C.-G. DUBOIS, op. cit., p. 12-13.
  • 47 PCG, 552, p. 306, 15b-17b.
  • 48 À cette petite différence près que Pelayo avait bien un fils mais que celui-ci meurt rapidement apr (...)

13Plus tard, Hercule, qui n’est certes plus un demi-dieu chez Alphonse X – il est présenté comme le fils du roi grec Jupiter45 –, mais qui reste un personnage hors du commun et de sang royal, laisse le royaume à son neveu qui est donc lui-aussi appelé à « réalise[r] en histoire les vœux parentaux ». Claude-Gilbert Dubois précise que dans ce schéma, le fils « implante les éléments formateurs de l’ordre social, qui seront développés et précisés par la société future »46, or c’est exactement ce que fait Hispan en se choisissant une capitale. En devenant le premier roi d’Espagne il enracine les bases du futur ordre social, la monarchie, et il devient à son tour père, ou plutôt beau-père, dans un nouveau schéma. De plus, le couple Hispan / Pyrrus est un écho à un autre couple incontournable de la tradition péninsulaire : Pelayo, un noble envoyé dans les Asturies47 – on retrouve ici l’idée de migration vers une terre
promise –, et son gendre Alphonse Ier48 appelé à incarner et à rétablir la royauté chrétienne. À partir des schémas bibliques connus, acceptés et intégrés par tous, un lecteur du Moyen Âge doit pouvoir déduire que les créations bâties sur le même canevas ne peuvent qu’être vraies.

14Ce modèle de création, entre en résonance avec la culture commune à tous et fonctionne par analogie avec les modèles bibliques et antiques que nul ne saurait remettre en cause au XIIIe siècle. De plus, bien que les Cétubales, Hercule et Hispan fassent partie du récit du De Rebus Hispaniae, ce n’est pas le cas de Pyrrus, et le choix d’une capitale par Hispan est aussi nouveau, ce qui signifie que ces éléments du récit, battis sur des schémas préexistants, sont bien le fruit du travail alphonsin.

  • 49 PCG, 12, p. 13, 46a : « omne onrrado » et 1b : « cauallero ».

15Ce motif de fondation mythique se mêle au motif plus général de la transmission par la lignée. Plus qu’à un homme ou une femme, certaines villes doivent leur fondation à une famille. Ulysse, Rocas et surtout Hercule s’établissent en Espagne et laissent leur héritage, en l’occurrence des villes, des régions, un pays, à leurs descendants directs. Buena succède à son père Ulysse (le petit-fils du héros de l’Odyssée) à la tête de Lisbonne, les fils de Rocas héritent de sa tour à Tolède et en construisent une seconde, on ne connaît pas la famille de Rocas, mais la chronique nous parle de son beau-père, Tarcus, un chevalier honorable49. La famille la plus frappante par le nombre de fondations reste celle d’Hercule dont la lignée se perpétue à travers son neveu Hispan, puis la fille et le gendre de celui-ci, Liberia et Pyrrus. Dans ces trois cas, la chronique établit une généalogie d’au moins trois générations avec un héros fondateur venu de loin (Ulysse > ? > Ulysse > Buena ; Tarcus > Rocas > Rocas et Silvio ; Hercule > Hispan > Liberia – Pyrrus) et dépasse le couple père-fils des fondations mythiques. Elle établit de véritables lignées, deux lignées grecques et une lignée mixte originaire d’Orient et d’Espagne, dans les trois cas issues d’un héros étranger appelé vers l’Espagne.

  • 50 Didier LETT, Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Ve-XVe, Paris : Hachette, 2000, p. 9 et 2 (...)
  • 51 Ibid., p. 23, Georges Duby parle de « conscience lignagère ».
  • 52 Ibid., p. 23. La première généalogie connue date du milieu du Xe siècle et a été rédigée par Witige (...)
  • 53 Ibid., p. 24. La généalogie est aussi rendue nécessaire par la politique grégorienne matrimoniale q (...)
  • 54 Ibid., p. 23.

16Ce premier schéma opératoire repose donc sur un schéma intégré par tous, mais pas seulement. Il s’appuie aussi sur des concepts propres au Moyen Âge issus de l’évolution de la noblesse et de la royauté. En effet, à partir du Xe siècle, de profonds changements affectent les structures de parenté, le lignage (structure verticale) se substitue au cousinage (structure horizontale)50. D’abord les rois, puis les nobles51, tentent de démontrer et d’affirmer leur lignage, c’est-à-dire leur descendance en droite ligne d’un ancêtre commun, connu et prestigieux, ici Rocas, Hercule ou Ulysse. Ce « resserrement vertical de la parenté sur le père et le fils aîné » provoque l’émergence de la généalogie52 qui répond à plusieurs besoins, parmi lesquels celui de prouver la force du lignage, de justifier une possession et par là-même de légitimer un pouvoir grâce à l’ancienneté et au prestige53. Dans une certaine mesure, on peut se demander si Alphonse X n’a pas mis son pouvoir et son savoir au service de la rédaction de son arbre généalogique. De plus, comme le souligne l’historien Didier Lett, « la naissance du lignage est exactement contemporaine de la territorialisation de la noblesse qui, désormais, fait souche autour d’un château »54. Le pouvoir s’appuie notamment sur la possession de la terre, il est donc absolument nécessaire de prouver que la terre appartient bien à la lignée. Le rattachement d’une famille à un lieu est donc à la fois source et caution de son pouvoir.

L’onomastique

  • 55 PCG, 7, p. 10, 5a-8a.
  • 56 PCG, 8, p. 10, 27b-33b.
  • 57 PCG, 7, p. 9, 9b-17b.
  • 58 Généralement on attribue l’origine des Pyrénées à la jeune Pyrène, amoureuse d’Hercule qu’il enterr (...)
  • 59 PCG, 7, p. 10, 31a-32a.
  • 60 PCG, 4, p. 7, 53a-2b.
  • 61 PCG, 11, p. 13, 20a-22a.
  • 62 PCG, 11, p. 13, 22a-25a.
  • 63 PCG, 3, p. 6, 30b-32b.
  • 64 Juan Ramón Lodares, « Las razones del « castellano derecho » », Cahiers d'Études Hispaniques Médiév (...)
  • 65 Ibid., p. 321.

17Le lien onomastique le plus évident et le plus fort est bien sûr celui qui est établi entre Hispan et l’Hispanie, mais il n’est pas le seul. Dans le récit, la Galice doit son nom aux Galates55 qui accompagnent Hercule, Tarazona doit son nom à d’autres compagnons du héros grec, venus de Tyr et d’Ausone (Tir-Ausonia)56. Buena, la fille d’Ulysse, donne leurs deux noms combinés à la ville de Lisbonne (Ulysse-Buena > Lisbona)57. Pyrrus fonde Grenade en lui donnant le nom de sa femme (Liberia > Libiria). Contrairement à la tradition, la chronique affirme aussi que c’est lui qui donne son nom aux Pyrénées58. Carthagène doit son nom à Carthage59. Tolède doit son nom à deux consuls romains, Tholemon et Brutus (Tholemon et Bruto > Toledo)60, ce qui rattache la ville à l’Empire romain, tout comme César qui donne son nom à Cesaraugusta devenue plus tard Saragosse. La chronique établit aussi un lien paronymique entre Rocas et Rome61. La même paronymie séduit ensuite Romulus lorsqu’il décide d’utiliser les quatre lettres R-O-M-A gravées par Rocas pour nommer sa cité62. Le lien par le sang est renforcé par le pouvoir de l’onomastique qui permet à la fois de confirmer la lignée et à la fois de créer une parenté symbolique en fournissant une explication étymologique. D’ailleurs, la première explication étymologique concernant les villes de la péninsule, bien que d’ordre général, est une explication onomastique : « poblaron toda Espanna, e las tierras que poblauan ponienles nombres dessi mismos »63. Cette remarque montre que le nom des hommes et celui de leurs terres sont inextricablement liés, ce qui entre de plain-pied dans la vision médiévale de la justification des noms, ou « razón de nombres »64. Selon cette conception naturaliste65, les mots doivent correspondre à la réalité extralinguistique qu’ils désignent. Citons ici ce que Juan Ramón Lodares écrit à propos de ce concept et de son importance dans la production alphonsine :

  • 66 Ibid., p. 320-321.

Esta particular noción de rectitud idiomática, que considera a una lengua tanto más autorizada cuanto mejor refleje el mundo exterior, domina buena parte de la más granada reflexión gramatical del medioevo, consecuentemente, cala en muchas fuentes alfonsíes donde se participa de la idea de que hay un vínculo evidente, palpable y motivado entre la palabra y la cosa que se designa con ella y que una lengua es más recta cuanto más frecuentemente cumpla ese proceso66.

  • 67 Emmanuelle DANBLON, « La rhétorique : art de la preuve ou art de la persuasion ? », Revue de métaph (...)

18Ainsi, à travers ce récit de fondations, Alphonse X met en scène le lien entre le signifiant et le référent. La paronymie entre héros et villes présente donc deux avantages qui sont en fait les deux faces d’une même médaille. D’une part, elle satisfait la conception linguistique de l’époque, et d’autre part, elle apporte une preuve de l’origine des villes. La razón de nombres fonctionne ici comme le tekmerion d’Aristote qui y voyait le point de départ irréfutable du syllogisme67. Puisque les noms ont une logique ou une raison d’être, et que Tarazona prend son nom de Tyr et Ausone, que l’Espagne prend son nom d’Hispan, que Carthagène prend son nom de Carthage… alors cela prouve que ces villes ont bien été fondées par ces glorieux personnages.

  • 68 Roland Barthes, Sade, Fourier, Loyola, Paris : Éditions du Seuil, 1971, p. 70.

19L’onomastique présente aussi l’avantage d’être le lien le plus évident qui soit puisqu’il saute aux yeux ou plutôt aux oreilles. Nul besoin d’être lettré pour entendre (dans tous les sens du terme) le lien entre Hispan et Hispania. Sans compter qu’au Moyen Âge, l’ouïe occupe le premier rang dans la hiérarchie des cinq sens, devant le toucher et la vue68.

  • 69 D. LETT, op. cit., p. 62.
  • 70 Ibid., p. 18.
  • 71 Ibid., p. 37.
  • 72 Ibid., p. 62.
  • 73 PCG, 8, p. 11, 5a-7a.
  • 74 PCG, 470, p. 263, 6a-8a.

20De plus, au Moyen Âge, le nom est doté d’un grand pouvoir, à la fois symbolique et réel. C’est notamment lui qui garantit la légitimité et la transmission au sein des lignées. X est le fils de son père parce qu’il est né de son épouse, mais il est reconnu comme tel et apparaît comme son successeur car il porte le nom de son père ou de son grand-père. Il n’est d’ailleurs pas rare que le même prénom se répète dans une fratrie69 ou que le fils puis-né prenne le prénom de son aîné décédé70, que celui-ci meure avant la venue au monde de son frère, ou bien après, l’Église autorisant le changement de nom jusqu’à la confirmation71. La répétition d’un même prénom dans une lignée fait fonction d’intégration plus que d’individualisation72. De la même façon, la transmission du nom à la ville ou à la région marque ainsi l’appartenance du territoire à un homme (Pyrrus donne son nom aux Pyrénées) mais surtout à une famille. Buena mélange son nom et celui de son père pour nommer la ville qu’ils ont fondé, Lisbonne. Hercule donne le nom d’Hispan à l’Espagne « por amor del »73, et Léovigilde fonde une ville qu’il appelle Recopolis en l’honneur de son fils Reccarède74. Dans le premier cas, c’est la fille qui mélange les deux noms et dans les deux derniers cas, la ville ou le pays doit son nom au fils mais le nom est donné par le père, ce qui montre qu’au-delà du héros éponyme, c’est son lignage qui est impliqué. Dans ces exemples, l’onomastique est associée au sang et renforce donc le pouvoir du lignage.

L’architecture et l’écriture

21Un aspect original des fondations selon la chronique est le recours aux proto-fondations qui permettent d’associer dans une même action plusieurs héros. Ces fondateurs ne sont pas seulement réunis par leurs actes fondateurs, ils le sont aussi par deux procédés, parfois combinés, l’architecture et l’écriture qui constituent nos troisième et quatrième schémas opératoires et qui sont un autre moyen de renforcer les lignages et d’en créer de symboliques. Au total, cinq villes sont concernées : Rome, Séville, Tolède, Cadix et La Corogne, à travers la construction de cinq tours (une à Séville, deux à Tolède, une à Cadix et une à La Corogne) et de six colonnes (à Séville) ainsi qu’à travers la rédaction de cinq textes (deux à Séville, un à Cadix, un à La Corogne et un à Rome).

  • 75 PCG, 11, p. 13, 19a-25a : « escriuio en un mármol quatro letras de la una parte que dizien Roma; y (...)
  • 76 PCG, 12, p. 13, 35a-39a.
  • 77 PCG, 48b-49b : « fizo una torre sobraquella cueua, e moro alli yaquanto ».
  • 78 PCG, 11, p. 12, 32b.
  • 79 PCG, 13, p. 13, 48b-52b. Cependant, un peu avant, la chronique affirme que les tours ont été constr (...)
  • 80 PCG, 11, p. 12, 32b-33b et 13, p. 13, 52b-53b.
  • 81 PCG, 13, p. 14, 42a-45a : « quando uido aquellas torres, fizo y fazer dos castiellos muy fuertes, e (...)

22Lors de son voyage, Rocas passe par l’Italie où il s’arrête à l’endroit où Rome sera construite. Là, il écrit le mot « Roma » sur du marbre75. L’écriture joue donc un rôle fondamental dans la transmission du nom. À plusieurs centaines d’années de distance – 442 ans entre la chute de Troie et la fondation de Rome par Romulus selon le chapitre 4 –, c’est l’écriture, gravée dans le marbre, qui permet de transmettre le nom de celle qui deviendra la grande Rome. Dans le récit, Alphonse X attribue ainsi à Rocas une part symbolique de l’origine de l’Empire romain. Rocas va ensuite en Espagne où il trouve le futur emplacement de Tolède. Voici ce que dit alors la chronique : « uio que aquel logar era mas en medio dEspanna que otro ninguno, e auie y muy grand montanna, y entendio por so saber que alli auie a auer una grand cibdat, mas que no la poblarie el »76. Rocas construit une tour77, là où, selon la Estoria de España, se trouve l’Alcazar de Tolède78. Après sa mort, ses fils Rocas et Silvio se disputent et l’un d’eux conserve cette tour tandis que l’autre en construit une autre79, là où se trouve l’église San Román80 de Tolède. La chronique établit ensuite un lien entre Pyrrus et le roi Rocas : c’est en trouvant les deux tours construites par Rocas et ses fils que Pyrrus décide de construire deux châteaux-forts qui demeurent là jusqu’à l’arrivée des Romains81. Ces nouvelles constructions à l’emplacement de la future Tolède permettent d’établir un lien entre Rocas et Pyrrus, entre le roi venu de l’Éden et les Grecs. La chronique attribue donc la proto-fondation de Tolède à Rocas et à Pyrrus, cette fois à travers l’architecture.

  • 82 PCG, 6, p. 8, 40b-48b.
  • 83 PCG, 7, p. 10, 27a-28a.
  • 84 PCG, 5, p. 8, 32b-35b.
  • 85 PCG, 6, p. 8, 43b.

23À Séville, Hercule fait construire six colonnes surmontées d’une statue en pierre où il fait graver deux messages « aqui sera poblada la gran cibdat » et « fasta aqui llego Hercules »82 , ainsi que d’autres tours et des murs83 sur lesquels nous n’avons aucun détail. Hercule veut faire acte de mémoire pour influencer le futur en marquant l’endroit où César devra ériger Séville : « farie remembrança por que, quando uiniesse aquel, que sopiesse el logar o auie de ser la cibdat »84. Les colonnes sont accompagnées d’un message qui explique leur présence : « aqui sera poblada la gran cibdat »85. Plusieurs siècles plus tard, César trouve les colonnes et les écrits d’Hercule et décide de fonder définitivement Séville à cet emplacement. Les épisodes des proto-fondations de Rome et Séville mettent en évidence à quel point l’écriture est gardienne et vectrice de savoirs à travers le temps, puisque ce qu’un premier héros écrit détermine les actions d’un second héros à plusieurs siècles de distance.

  • 86 PCG, 9, p. 11, 43a-44a : « en el logar no auie poblança ninguna sino la torre que Hercules fiziera  (...)
  • 87 PCG, 5, p. 8, 7b-13b.
  • 88 Cependant la chronique ne précise pas s’il les fait inscrire sur la tour.
  • 89 PCG, 7, p. 9, 53b - p. 10, 5a.
  • 90 PCG, 5, p. 8, 7b ; 6, p. 8, 40b-41b et 7, p. 9, 54b.
  • 91 Isidoro DE SEVILLA, Etimologías, José OROZ RETA, Manuel A. MARCOS CASQUERO (éd.), Madrid, 1983, liv (...)
  • 92 De Rebus Hispaniae, I, 5, p. 16, 10-11 : « ciuitatem Hispalim populauit, nomen adaptan seo quod pri (...)
  • 93 PCG, 6, p. 9, 28a : « fue poblada sobre estacas de palos », et 7, p. 10, 26a-27a : « alli o mandara (...)
  • 94 Faut-il y voir une évolution dans la transmission du savoir, des piliers des monuments aux livres ?

24À Cadix Hercule fait aussi ériger une tour86 surmontée d’une statue en cuivre où il fait graver « estos son los moiones de Hercules »87. Hispan parvient ensuite à rendre l’île habitable grâce aux conseils de sa fille Liberia et au travail des prétendants et du futur époux de celle-ci, Pyrrus. À La Corogne Hercule fait construire un phare, sans statue et sans message, mais il fait tout de même inscrire le nom des premiers habitants88 à la manière d’une première généalogie ou d’un acte de fondation, et donne le nom de l’une d’entre eux, Crunna, à la ville89. La verticalité des constructions de Rocas et d’Hercule et le fait qu’elles soient toutes qualifiées de « muy grand(es) »90 permet d’établir un lien entre ces monuments et d’y voir un motif discursif. Loin d’être anodin, cet élément original a toute son importance dans la démonstration alphonsine des origines de l’Espagne. Les colonnes sont l’un des supports historiques de l’écriture, en particulier sur les vestiges gréco-romains. Elles sont généralement les derniers éléments à s’effondrer et peuvent demeurer plusieurs siècles après la disparition des toits ou des murs, plus fragiles. Elles étaient peut-être aussi l’image la plus évidente qu’avaient les hommes du Moyen Âge des constructions de l’Antiquité. De plus, Isidore de Séville expliquait le nom d’Hispalis par sa construction palafittique, puisqu’elle aurait été construite sur des pieux en raison du sol boueux. C’est ce qu’il écrit dans ses Étymologies : « Hispalis autem a situ cognominata est, eo quod in solo palustri suffixis in profundo palis locata sit, ne lubrico atque instabili fundamente cederet »91. C’est aussi la version de Jiménez de Rada92 et d’Alphonse X93. Peut-être Alphonse X s’est-il inspiré de ces piliers qui supportaient les maisons comme les colonnes ou les tours supportent physiquement les statues d’Hercule et symboliquement la mémoire qui y est rattachée. Par ailleurs, la chronique affirme que Rocas trouve les connaissances du monde inscrites sur soixante-dix colonnes. Le roi s’empresse alors de les retranscrire dans un livre qu’il emporte avec lui94. Alphonse X associe donc ouvertement ce type de constructions à la sagesse, à la mémoire et à leur conservation, dont la préoccupation est un élément essentiel du prologue de la Estoria de España.

  • 95 En particulier celle du géographe al-Zuhri, qui a visité l’édifice plusieurs fois. Édifié sur l’Île (...)
  • 96 Actuellement trois colonnes sont toujours sur place, deux ont été déplacées vers la Alameda de Herc (...)
  • 97 PCG, 11, p. 12, 32b-33b et 13, p. 13, 52b-53b.
  • 98 PCG, 11, p. 12, 32b.

25Le rôle mémoriel de l’architecture, et nous pensons que c’est là que réside l’originalité et l’efficacité d’Alphonse X, prend vie sous les yeux du lecteur, dans sa propre réalité du XIIIe siècle. Tout d’abord, la référence à ces tours permet d’ancrer le passé narré par Alphonse X dans le présent. En effet, certaines des constructions décrites sont toujours visibles au XIIIe siècle ou l’étaient encore quelques décennies auparavant. C’est particulièrement le cas du phare de La Corogne, appelé aujourd’hui « Tour d’Hercule », ainsi que de l’aqueduc de Ségovie attribué à Hispan. À Cadix, un phare surmonté d’une statue d’Hercule est attesté dans plusieurs chroniques musulmanes95. Quant aux six colonnes, il peut s’agir de celles du temple de la rue Mármoles à Séville96, et en ce qui concerne les deux tours de Tolède, la chronique prend soin de préciser que l’une d’elle se situait à la place de l’église San Román97, et l’autre à la place de l’Alcazar98 auquel Alphonse X a d’ailleurs rajouté quatre tours d’angle.

  • 99 PCG, 6, p. 9, 19a-26a.
  • 100 PCG, 11, p. 12, 31b.
  • 101 PCG, 11, p. 13, 22a-25a.

26En outre, en plus de servir de pont entre le passé et le présent, l’architecture et l’écriture jouent aussi le rôle de fil conducteur ou de relai entre les proto-fondateurs – Hercule et Rocas – et leurs successeurs – César, Pyrrus, Romulus. César fonde Séville à son emplacement car il a trouvé les piliers et le message d’Hercule99, Pyrrus construit deux châteaux à Tolède car il a trouvé les deux tours construites par Rocas et ses fils100, Romulus nomme Rome ainsi car il a trouvé les quatre lettres gravées par Rocas101. Dans ces trois cas, la chronique établit une parenté symbolique grâce à l’architecture, à l’écriture ou bien grâce aux deux procédés. Le récit associe les proto-fondateurs aux fondateurs, fournissant une double origine – gréco-romaine pour Séville et gréco-édénienne pour Tolède – grâce à l’écriture et à l’architecture. Par le même procédé, le récit crée opportunément un lien entre le roi sage Rocas et Alphonse X qui a fait construire les quatre tours d’angle de l’Alcazar de Tolède, c’est-à-dire à l’emplacement supposé de la tour construite par Rocas.

  • 102 De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 5-6, DRH trad., p. 71.
  • 103 PCG, 9, p. 11, 27a-28a.
  • 104 PCG, 9, p. 11, 29a-32a.
  • 105 PCG, 10, p. 12, 1a-42a.

27L’architecture permet aussi de conforter la parenté réelle, car à la différence de Jiménez de Rada qui attribue le phare de La Corogne à Hispan102, Alphonse X affirme que c’est Hercule qui a commencé à construire le phare et qu’Hispan l’a terminé103. Loin de dévaloriser le rôle d’Hispan, à qui il attribue par ailleurs un ingénieux système de miroir104, ce changement permet surtout d’établir une continuité dans l’édification. C’est aussi le cas à Cadix où Hispan aidé de sa fille et de son gendre assainit l’île et la rend habitable105. L’un des fils de Rocas construit une deuxième tour, et la fille d’Ulysse continue de bâtir Lisbonne après la mort de son père. La construction permet donc aussi de concrétiser la continuité. En reprenant et en améliorant les œuvres de leurs prédécesseurs, les fondateurs prolongent leurs actions et par là-même s’inscrivent dans une chaîne lignagère ou symbolique, tout comme le fils reprend les propriétés ou la fortune de son père et les fait fructifier.

28À travers le récit de fondation de ces quelques villes, les constructions fonctionnent à la fois comme un pont entre les différents passés et comme un pont vers le passé, précisément vers un passé qu’Alphonse X modèle de sorte qu’il lui soit utile. L’architecture fonctionne donc comme une preuve qui s’impose, ou plutôt qu’Alphonse X impose, au lecteur.

  • 106 De toutes ces tours ou colonnes, seules quatre apparaissent chez Jiménez de Rada, les deux première (...)
  • 107 Iñaki Bazán, « La condition du témoin dans le droit castillan et navarrais médiéval », in : Benoît (...)

29Alphonse X, utilise toute la matière qu’il a à disposition – les détails déjà présents chez Jiménez de Rada mais dont le Tolédan ne tire pas profit106, les sources de al-Andalus et l’architecture existante – afin de forger de nouveaux épisodes de l’histoire de la péninsule qu’il met au service de sa démonstration. En effet, l’utilisation de ces tours, toujours présentes matériellement ou dans les mémoires permet de faire vivre le passé sous les yeux du lecteur. Le récit fait ainsi irruption dans le présent des lecteurs qui deviennent alors témoins de ce passé. Ces tours deviennent une preuve incontestable selon un déroulement logique. La chronique – s’appuyant par ailleurs sur des Autorités – affirme que ces héros ont construit ces tours. Or, ces tours sont visibles et sont la preuve de ce passé glorieux. Donc les héros décrits par la chronique ont bel et bien construit ces tours et fondé ces villes. Bien que la vue ne soit pas le sens le plus valorisé au Moyen Âge on ne peut douter de l’existence d’une tour que l’on a sous les yeux. Par ailleurs, le XIIIe siècle marque le début de la règlementation du statut de témoin, en particulier sous les règnes d’Alphonse X et d’Alphonse XI107. L’historien spécialiste du droit Iñaki Bazán définit ainsi le témoin :

  • 108 Ibid.

En droit, le mot témoin a deux acceptions, d'une certaine manière liées entre elles :  il désigne d’une part la personne nécessaire à la célébration et à la légitimation de certains actes juridiques tel l’établissement d’un testament, et d’autre part la personne qui dépose sur un fait dont elle a une connaissance véridique. Dans le premier cas, le témoin constitue une solennité et dans le second, un moyen probatoire108.

  • 109 PCG, 9, p. 11, 26a-27a. Cependant, Jiménez de Rada s’était montré plus explicite encore. À propos d (...)

30Dans les passages de la Estoria de España qui décrivent les constructions, le lecteur est placé dans la position de témoin, puisqu’il peut avoir « connaissance véridique » des tours ou colonnes. Il constitue donc un « moyen probatoire ». Les rédacteurs utilisent d’ailleurs cet argument en précisant à propos de l’aqueduc de Ségovie « assi cuemo oy dia parece »109. Les rédacteurs se montrent habiles en insinuant que le lecteur peut se faire témoin de cette histoire, le lecteur passe alors du statut de spectateur à celui d’autorité. On fait confiance aux Autorités, c’est-à-dire aux auteurs de l’Antiquité et aux Pères de l’Église, qui témoignent de ce qu’ils ont vu ou de ce qu’ils tiennent de source sûre, le lecteur se retrouve placé dans la même position, il peut voir lui-même ces constructions – ou en avoir entendu parler – et de ce fait, il légitime le récit de la Estoria de España.

Conclusion

  • 110 Aristote (auteur) et Jean Lauxerois (trad. et éd.), Rhétorique, Paris : Pocket, 2007, 1, p. 41, 135 (...)

31Les schémas opératoires développés par Alphonse X, la lignée, l’onomastique, l’écriture et l’architecture, se répètent et se chevauchent et permettent de relier les fondateurs à leur(s) fondation(s) ainsi que les fondateurs entre eux, créant ainsi un faisceau de preuves qui légitiment l’ancienneté et la grandeur de l’Espagne. Grâce à son pouvoir – centraliser les connaissances et disposer d’équipes de traducteurs et de rédacteurs – Alphonse X reproduit en quelque sorte le travail légitimateur de la noblesse à l’échelle de l’Espagne, sur une période plus longue et un territoire plus étendu que ne peuvent le faire les grands lignages de l’Occident médiéval. Deux mécanismes communs à ces différents procédés se font jour, l’analogie et le recours aux concepts médiévaux. En effet, la répétition de ces schémas au fil du récit permet de créer des renvois à l’intérieur de la chronique. C’est notamment le cas du couple de fondateurs père/fils. Tout le Moyen Âge croit à la fondation mythique de Rome qui constitue donc un antécédent extratextuel en même temps qu’intratextuel puisqu’Énée, Ascagne et Romulus sont évoqués dans la chronique. La Estoria de España n’a eu qu’à exploiter ce modèle et à le répéter pour expliquer la fondation de l’Espagne et de ses villes. La démonstration repose alors sur la logique et la raison, indispensables à la rhétorique selon Aristote110 : si le schéma de la fondation de Rome est opérant, c’est-à-dire s’il est perçu comme vrai, il doit en être de même pour les autres fondations calquées sur ce modèle. Si une version est acceptée, il n’y a pas de raison pour que les autres ne le soient pas. L’antécédent et la répétition, combinés par la logique, fournissent la preuve. Les modèles utilisés par Alphonse X fonctionnent donc grâce à des renvois intratextuels et extratextuels.

32De plus, le récit des fondations dans la chronique fait appel aux catégories de pensée du XIIIe siècle, et plus particulièrement à celles de la noblesse. La transmission par le sang et le nom est l’outil mis en œuvre par les nobles afin de légitimer leur ancienneté et leur pouvoir. L’écriture, au-delà de l’importance « scientifique » que lui confère le prologue, est un élément essentiel pour prouver les droits sur une terre. Ce qui rend l’écriture alphonsine efficiente, c’est l’ancrage du passé dans le présent. Les modèles de fondations s’articulent autour de procédés connus et employés par les lecteurs du XIIIe siècle. C’est parce qu’ils font écho au monde réel dans lequel ils sont synonymes de puissance qu’ils peuvent être reconnus et devenir efficaces sur le plan littéraire. En d’autres termes, la construction du passé fonctionne car elle repose sur des modèles du présent. La démonstration alphonsine s’appuie donc sur un jeu de dépendances qui, sous des dehors de logique implacable, se rapproche en réalité du cercle vicieux que rien n’étaye, du syllogisme invalide : le présent tire son pouvoir du passé mais le passé est reconstruit en fonction des catégories du présent.

Haut de page

Notes

1 Alphonse X et Ramón MenÉndez Pidal (éd.), Primera crónica general. Tomo 1, Texto : Estoria de España que mandó componer Alfonso el Sabio y se continuaba bajo Sancho IV en 1289, Madrid : Bailly-Baillière, 1906, abrégé en PCG, chapitres 3 à 13.

2 Adeline Rucquoi, « Les villes d’Espagne : De l’histoire à la généalogie », in : Hanno Brand, Pierre Monnet et Martial Staub, Memoria, communitas, civitas. Mémoire et consciences urbaines en Occident à la fin du Moyen Âge, Jan Thorbecke Verlag, 2003, p. 145-166, p. 4.

3 Adeline Rucquoi, « Le héros avant le saint : Hercule en Espagne », in : Véronique LAMAZOU-DUPLAN (éd.), Ab urbe condita... Fonder et refonder la ville : récits et représentations (second Moyen Âge – premier XVIe siècle). Actes du colloque international de Pau (14-15-16 mai 2009), Pau : Presses Universitaires de Pau, 2011, p. 55-75, p. 55.

4 Loc. cit.

5 Jacques LE GOFF, La Civilisation de l’Occident médiéval, Arthaud : Paris, 1964, p. 196-197.

6 C’est ce qui explique par exemple que bien que les Wisigoths soient particulièrement exaltés par Jiménez de Rada il ne leur attribue pas un grand nombre de fondations, ils étaient trop récents à l’échelle de l’histoire.

7 A. RUCQUOI, «  Le héros avant le saint… », p. 71.

8 L’œuvre historiographique de l’archevêque Rodrigue Jiménez de Rada, achevée en 1246, est l’une des deux sources principales de la chronique, Rodrigue JimÉnez de Rada (auteur) et Juan FernÁndez Valverde (éd.), Roderici Ximenii de Rada Historia de rebus hispanie sive historia gothica, Corpus Christianorum, Continuatio mediaevalis, LXXII, Turnhout : Brepols, 1987, traduit en espagnol par Juan FernÁndez Valverde (éd. et trad.), Historia de los hechos de España, Madrid : Alianza, 1989, abrégé en DRH trad. La Estoria de España reprend la division du monde en trois continents, la progression en entonnoir de la colonisation du monde par les descendants de Noé (chap. 2) vers l’occupation de l’Espagne par les Cétubles en passant par la description de l’Europe (chap. 3), la présentation chronologique depuis la dispersion des langues jusqu’à Jules César (chap. 4). De plus, les passages à propos du monde et de l’Europe sont sensiblement les mêmes.

9 PCG, 3, p. 6, 52a-53a : « que quier decir tanto cuemo las compannas de Tubal ».

10 PCG, 3, p. 6, 29b-31b.

11 Faut-il y voir une source arabe ou une tradition orale ? Voir Jeneze Riquer, « Iberia legendaria (24). La leyenda del rey Rocas », 2017, https://cvc.cervantes.es/el_rinconete/anteriores/septiembre_17/08092017_01.htm, consulté le 06.08.2018. Jeneze Riquer fait aussi remarquer que ce récit contient « motivos de consabida raigambre mítica: el abandono de un estado primordial por las ansias de conocimiento, la sabiduría hiperbórea, la iniciativa constructiva, el viaje a un centro del mundo, la montaña sagrada, el descenso a la caverna infernal, el sometimiento del monstruo, el hombre salvaje, la recuperación de la centralidad humana, etc ». Voir aussi Inés Fernández-Ordóñez, Las Estorias de Alfonso el Sabio, Madrid : Istmo, 1992, p. 80 : « la Estoria de Espanna aprovechó una fuente árabe desconocida para completar el relato del arzobispo, fuente que se convierte en la única entre los capítulos 10 y 15 ».

12 PCG, 11, p. 12, 34b-36b.

13 PCG, 5, p. 8, Cadix ; 6, p. 8-9, Séville ; 7, p. 9-10, Lisbonne, La Corogne, la Galice, la Lusitanie ; 8, p. 10-11, Tarazona, Urgel, Barcelone, l’Espagne ; 9, p. 11, Ségovie ; 10, p. 11-12, Cadix ; 11, p. 12-13, Osuna, Grenade (Libira) ; 13, p. 13-14, Tolède, Les Pyrénées. Les autres villes ou régions sont Oca, Calahorra, Saragosse, León, Carthagène, Pedraza, Niebla, Alava, Sigüenza, Pampelune, Cordoue, le Sil, Porto, le Portugal, l’Andalousie

14 José Antonio Caballero López, « Desde el mito a la historia », in : José Ignacio de la Iglesia Duarte et José Luis Martín Rodríguez, Memoria, mito y realidad en la historia medieval : XIII Semana de Estudios Medievales, Nájera, del 29 de julio al 2 de agosto de 2002, Logroño : Instituto de estudios riojanos, 2003, p. 33-60, p. 41.

15 PCG, 5, p. 8, 3b-16b.

16 PCG, 5, p. 8, 25b-35b et 6, p. 8, 40b-48b.

17 PCG, 7, p. 9, 45b-p. 10, 5a. C’est la seule fondation qui n’était pas mentionnée chez Jiménez de Rada.

18 PCG, 8, p. 10, 27b-33b.

19 PCG, 8, p. 10, 36b-39b.

20 PCG, 8, p. 10, 40b-48b.

21 PCG, 7, p. 10, 5a-8a.

22 PCG, 7, p. 10, 10a-22a.

23 Voir un peu plus loin.

24 A. Rucquoi, « Le héros avant le saint… », p. 60.

25 PCG, 9, p. 11, 39a-40a : « desque toda la ouo poblada e assessegada, escoio pora su morada Caliz ».

26 PCG, titre du chapitre 9, p. 10 ; 10, p. 11, 51a, 10, p. 12, 36a, 38a, 44a, 47a.

27 PCG, 8, p. 11, 2a et 9, p. 11, 13a.

28 PCG, 8, p. 11, 6a-7a.

29 Colette BEAUNE, Naissance de la nation France, Paris : Gallimard, 1993, p. 21-36.

30 Hormis Romulus, mais son père était le roi d’Albe-la-Longue, fondée par Ascagne, le fils d’Énée le Troyen.

31 PCG., 8, p. 11, 2a-3a : « un so sobrino ».

32 De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 2-3 : « de heroum maioribus », DRH trad., p. 70-71 : « estirpe de héroes » et I, 5, p. 17, 50-51 : « Hispan quodam nobili qui secum ab adolescencia fuerat conuersatus », DRH trad., p. 69 : « un noble al que había criado desde la adolescencia ».

33 PCG, 9, p. 11, 35b-36b : « fiios de reyes muy ricos e con grand algo : ell uno era de Grecia » et 10, p. 12, 25a-26a : « el de Grecia, que auie nombre Pirus ».

34 PCG, 16, p. 15, 9b-17b : « quatro emperios que sennorearon el mundo ».

35 PCG, 4, p. 7, 52a-2b.

36 PCG, 6, p. 8-9.

37 PCG, 192, p. 144, 32a-37a.

38 PCG, 119, p. 96, 25a-26a : « descendie del linnage de Julo el fijo de Eneas ».

39 Claude-Gilbert DUBOIS, Récits et mythes de fondation dans l’imaginaire culturel occidental, Bouloc : PUB, 2009, p. 23, 26.

40 Ibid., p. 26.

41 Dans le chapitre 558, intitulé « del loor de Espanna como es cumplida de todos bienes » largement inspiré d’Isidore de Séville, l’Espagne est décrite comme la terre nourricière, remplissant donc le rôle de la mère. Dans le chapitre suivant, la chronique fait de l’Espagne, explicitement et à trois reprises, la mère de son peuple, et qui plus est une mère qui pleure la mort de ses fils lors de l’invasion de 711.

42 La Bible de Jérusalem, traduite en français sous la direction de l’École biblique de Jérusalem, Paris : Les Éditions du Cerf, 1998, Genèse 9:1 : « Dieu bénit Noé et ses fils et il leur dit : « Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre », et 9:7 : « […] soyez féconds, multipliez, pullulez sur la terre et la dominez ».

43 PCG, 3, p. 6, 29b-30b : « estas compannas fueron se tendiendo por las tierras ».

44 PCG, 3, p. 6, 37a-38a.

45 PCG, 4, p. 7, 43b-44b.

46 C.-G. DUBOIS, op. cit., p. 12-13.

47 PCG, 552, p. 306, 15b-17b.

48 À cette petite différence près que Pelayo avait bien un fils mais que celui-ci meurt rapidement après être monté sur le trône, PCG, 578-579.

49 PCG, 12, p. 13, 46a : « omne onrrado » et 1b : « cauallero ».

50 Didier LETT, Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Ve-XVe, Paris : Hachette, 2000, p. 9 et 23.

51 Ibid., p. 23, Georges Duby parle de « conscience lignagère ».

52 Ibid., p. 23. La première généalogie connue date du milieu du Xe siècle et a été rédigée par Witiger, moine de Saint-Bertin à Saint-Omer, à propos du comte Arnulf de Flandre, descendant des Carolingiens.

53 Ibid., p. 24. La généalogie est aussi rendue nécessaire par la politique grégorienne matrimoniale qui est très pointilleuse sur le degré de consanguinité. La généalogie servait donc aussi à légitimer ou invalider les mariages.

54 Ibid., p. 23.

55 PCG, 7, p. 10, 5a-8a.

56 PCG, 8, p. 10, 27b-33b.

57 PCG, 7, p. 9, 9b-17b.

58 Généralement on attribue l’origine des Pyrénées à la jeune Pyrène, amoureuse d’Hercule qu’il enterra après sa mort. Il entassa des pierres sur sa tombe formant ainsi les Pyrénées. Voir Silius Italicus, La Guerre punique, livre III, consulté le 06.08.2018 en ligne sur http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/Silius_puniquesIII/texte.htm. Diodore de Sicile explique en revanche le nom Pyrénées à partir du grec ancien πῦρ (pŷr, feu) à cause d'un immense incendie qu'auraient provoqué des bergers, Histoire universelle, livre V, 24, consulté le 06.08.2018 en ligne sur http://remacle.org/bloodwolf/historiens/diodore/livre5.htm.

59 PCG, 7, p. 10, 31a-32a.

60 PCG, 4, p. 7, 53a-2b.

61 PCG, 11, p. 13, 20a-22a.

62 PCG, 11, p. 13, 22a-25a.

63 PCG, 3, p. 6, 30b-32b.

64 Juan Ramón Lodares, « Las razones del « castellano derecho » », Cahiers d'Études Hispaniques Médiévales, 18-19, 1993, p. 313-334, p. 322.

65 Ibid., p. 321.

66 Ibid., p. 320-321.

67 Emmanuelle DANBLON, « La rhétorique : art de la preuve ou art de la persuasion ? », Revue de métaphysique et de morale, 66, 2010/2, p. 213-231, p. 217.

68 Roland Barthes, Sade, Fourier, Loyola, Paris : Éditions du Seuil, 1971, p. 70.

69 D. LETT, op. cit., p. 62.

70 Ibid., p. 18.

71 Ibid., p. 37.

72 Ibid., p. 62.

73 PCG, 8, p. 11, 5a-7a.

74 PCG, 470, p. 263, 6a-8a.

75 PCG, 11, p. 13, 19a-25a : « escriuio en un mármol quatro letras de la una parte que dizien Roma; y estas fallo y depues Romulo quando la poblo, e plogol mucho por que acordauan con el so nombre, e pusol nombre Roma ».

76 PCG, 12, p. 13, 35a-39a.

77 PCG, 48b-49b : « fizo una torre sobraquella cueua, e moro alli yaquanto ».

78 PCG, 11, p. 12, 32b.

79 PCG, 13, p. 13, 48b-52b. Cependant, un peu avant, la chronique affirme que les tours ont été construites par les deux fils de Rocas, 11, p. 12, 33b-34b.

80 PCG, 11, p. 12, 32b-33b et 13, p. 13, 52b-53b.

81 PCG, 13, p. 14, 42a-45a : « quando uido aquellas torres, fizo y fazer dos castiellos muy fuertes, e metio y gentes que los poblasen, e estudieron assi fasta que los romanos ganaron Espanna ».

82 PCG, 6, p. 8, 40b-48b.

83 PCG, 7, p. 10, 27a-28a.

84 PCG, 5, p. 8, 32b-35b.

85 PCG, 6, p. 8, 43b.

86 PCG, 9, p. 11, 43a-44a : « en el logar no auie poblança ninguna sino la torre que Hercules fiziera ».

87 PCG, 5, p. 8, 7b-13b.

88 Cependant la chronique ne précise pas s’il les fait inscrire sur la tour.

89 PCG, 7, p. 9, 53b - p. 10, 5a.

90 PCG, 5, p. 8, 7b ; 6, p. 8, 40b-41b et 7, p. 9, 54b.

91 Isidoro DE SEVILLA, Etimologías, José OROZ RETA, Manuel A. MARCOS CASQUERO (éd.), Madrid, 1983, livre XV, I, 71.

92 De Rebus Hispaniae, I, 5, p. 16, 10-11 : « ciuitatem Hispalim populauit, nomen adaptan seo quod prima habitacula palis suppositis tegimen susceperunt », DRH trad., p. 67 : « dándole este nombre porque los primeros habitáculos sostenían su techo mediante el apoyo de palos ».

93 PCG, 6, p. 9, 28a : « fue poblada sobre estacas de palos », et 7, p. 10, 26a-27a : « alli o mandara fazer la villa sobre los palos, e pusol nombre Hyspalis ».

94 Faut-il y voir une évolution dans la transmission du savoir, des piliers des monuments aux livres ?

95 En particulier celle du géographe al-Zuhri, qui a visité l’édifice plusieurs fois. Édifié sur l’Île de León par les Romains probablement au IIe siècle de notre ère, le phare à vocation commémorative était surmonté d’une statue anthropomorphique, possiblement celle d’un empereur romain selon l’archéologue Antonio García y Bellido. Fernando Olmedo, Anselmo Valdés, Antonio Torremacha, Daniele GRAMMATICO, Ruta de los almorávides y almohades: de Algeciras a Granada por Cádiz, Jerez, Ronda y Vélez-Málaga, Gran itinerario cultural del Consejo de Europa, Grenade : Fundación El legado andalusí, 2006, p. 84-85. Antonio Torremacha cite Al-Bakri, al-Zuhri, al-Idrisi, l’auteur du Dikr, al-Garnati, al-Himyari, al Mas’udi, Ibn al-Wardi, Yuqut… Selon Amira K. Bennison, Almoravid and Almohad Empires, Édimbourg : Edinburgh University Press, 2016, p. 75, Ali b. Isa b. Maymun l’a détruit en 540 de l’ère hégirienne (soit entre juin 1145 et juin 1146 de notre ère) car il pensait que la statue était en or et qu’il souhaitait financer sa révolte (il avait trahi les Almoravides au profit des Almohades).

96 Actuellement trois colonnes sont toujours sur place, deux ont été déplacées vers la Alameda de Hercule au XVIe siècle et la dernière aurait été détruite lors de son transport. Voir P. B., « Las columnas de la calle Mármoles, hermanas de las de la Alameda », SevillaCiudad por ABCdeSevilla, 2015, http://sevillaciudad.sevilla.abc.es/reportajes/casco-antiguo/cultura-casco-antiguo/las-columnas-de-la-calle-marmoles-hermanas-de-las-de-la-alameda, consulté le 06.08.2018. Voir aussi Antonio MARROCO, « Sevilla ayer y hoy: la Alameda de Hércules », ABCdeSevilla, 2016, https://sevilla.abc.es/sevilla/sevi-sevilla-ayer-y-alameda-hercules-201611091422_noticia.html, consulté le 06.08.2018.

97 PCG, 11, p. 12, 32b-33b et 13, p. 13, 52b-53b.

98 PCG, 11, p. 12, 32b.

99 PCG, 6, p. 9, 19a-26a.

100 PCG, 11, p. 12, 31b.

101 PCG, 11, p. 13, 22a-25a.

102 De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 5-6, DRH trad., p. 71.

103 PCG, 9, p. 11, 27a-28a.

104 PCG, 9, p. 11, 29a-32a.

105 PCG, 10, p. 12, 1a-42a.

106 De toutes ces tours ou colonnes, seules quatre apparaissent chez Jiménez de Rada, les deux premières érigées par Hercule à Cadix (De Rebus Hispaniae, I, 4, p. 15, 17-18, DRH trad., p. 66), les deux autres érigées par Hispan à Cadix et en Galice (De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 5-6, DRH trad., p. 71). Aucun des messages écrits n’apparaît non plus.

107 Iñaki Bazán, « La condition du témoin dans le droit castillan et navarrais médiéval », in : Benoît Garnot (dir.), Les Témoins devant la justice, une histoire des statuts et des comportements, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2003, p. 43-53.

108 Ibid.

109 PCG, 9, p. 11, 26a-27a. Cependant, Jiménez de Rada s’était montré plus explicite encore. À propos de l’aqueduc : De Rebus Hispaniae, I, 7, p. 19, 9-10 : « qui miro opere ciuitati aquarum iniectionibus famulatur », DRH trad., p. 71 : « continúa sirviendo a la ciudad en el suministro de agua » ; à propos des tours de Galice et Cadix attribuées à Hispan : I, 7, p. 19, 6 : « quas etiam moderna tempora admirantur », p. 71 : « que todavía admiran los tiempos presentes » ; et réflexion générale : I, 7, p. 19, 10-12 : « in multis etiam aliis locis inueniuntur opera ab operibus nostri temporis aliena, que tanto amplius admiramur quanto ab antiquiori tempore adhuc extant », p. 71 : « también en otros muchos lugares se pueden hallar obras ajenas a nuestro tiempo, que admiramos mucho más en cuanto que aún siguen en pie desde las más antiguas épocas ».

110 Aristote (auteur) et Jean Lauxerois (trad. et éd.), Rhétorique, Paris : Pocket, 2007, 1, p. 41, 1355a, et E. DANBLON, art. cit., p. 217-219.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Soizic Escurignan, « Les fondations de villes comme preuves des origines mythiques dans la Estoria de España », e-Spania [En ligne], 34 | octobre 2019, mis en ligne le 09 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/32182 ; DOI : 10.4000/e-spania.32182

Haut de page

Auteur

Soizic Escurignan

Université Bordeaux Montaigne, Ameriber EA3656 (EREMM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals