Navigation – Plan du site
Preuve/Épreuve : démonstration de la vérité en péninsule Ibérique (XIIIe-XVe siècle)
II. Élaboration des preuves dans le récit et effet de réel

Les manifestations sahaguninas de la preuve au Moyen Âge (León-Castille, XIe – XIIIe siècles)

Charles Garcia

Résumés

La « première chronique anonyme de Sahagún » (CAS) est en grande partie un récit de fiction qui, pour paraître vraisemblable, cumule sans cesse les preuves. Dans cette histoire, le prétendu auteur vit des aventures plus trépidantes les unes que les autres, lesquelles demandent une certification. Pour attester de la véracité de la narration et son horizon d’attente, pour accentuer l’effet de réel dans le récit, le moine « anonyme » se présente souvent comme témoin présentiel des événements, preuve incontestable de l’exactitude des faits qu’il rapporte. C’est donc à partir de ce texte, en lien avec les chartes dont il s’inspire, que l’on tentera de montrer l’élaboration de preuves par l’institution monastique sahagunina en vue de sa permanence.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Antonio UBIETO ARTETA (éd.), Crónicas anónimas de Sahagún (CAS), Saragosse : Anubar, 1987.
  • 2 CAS, p. 76 : « Un día el abbad salió fuera de el monesterio, yendo a visitar las obediencias suyas, (...)
  • 3 Sorte de personnage idéalisé pour construire un modèle de comportement pour le public destinataire (...)
  • 4 Bernard GUENÉE, « Authentique et approuvé. Recherches sur les principes de la critique historique a (...)
  • 5 CAS, p. 93 : « E otro día como ya començase a luçir el alva, entramos en la iglesia de la bien aben (...)
  • 6 Renaud DULONG, Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris : EH (...)
  • 7 CAS, p. 80 : « Mas quantos males e daños podían les façían, e por tanto non es ligero a narrar toda (...)

1Derrière les apparences d’une chronique historique, la « première chronique anonyme » de Sahagún (CAS)1 est, d’après nous, un récit de fiction de la fin du XVe siècle qui, pour paraître vraisemblable, cumule les preuves dans un grand nombre des épisodes qu’il relate2. Son prétendu auteur — du point de vue chronologique s’entend — s’affiche comme étant un moine bénédictin de l’abbaye de Sahagún, acolyte de l’abbé Domingo, le véritable héros et martyr du récit3, durant les révoltes qui secouèrent le monastère au début du XIIe siècle. Dans son histoire, le prosateur accompagne son supérieur dans des aventures plus trépidantes les unes que les autres, lesquelles demandent une certification4. Pour attester de la véracité de la narration et son horizon d’attente, pour accentuer l’effet de réel dans le récit, le moine « anonyme » se présente le plus souvent comme témoin présentiel des événements5, plus exactement comme témoin oculaire6, preuve incontestable de l’exactitude des faits au Moyen Âge et, en de moindres occasions, comme témoin indirect ayant eu vent oralement des faits, toujours bien évidemment par une personne digne de foi7. C’est donc à partir de ce texte, mais aussi avec les chartes dont il s’inspire que nous souhaitons montrer l’élaboration de preuves par l’institution monastique sahagunina en vue de sa survie comme un ancien pouvoir établi qui comptait dans le royaume de Castille.

  • 8 Michel ZINK, Littérature française au Moyen Âge, Paris : PUF, 1992.
  • 9 Pierre COURROUX, L’écriture de l’histoire dans les chroniques françaises (XIIe – XVe siècles), Pari (...)
  • 10 Hayden WHITE, L’histoire s’écrit. Essais, recensions, interviews, Paris : Éditions de la Sorbonne, (...)
  • 11 CAS, p. 107 : « Quántos peligos, quántos daños sofrimos en la tornada, quiero dexar de enxerir en e (...)
  • 12 Carlo GINZBURG, « Aristote et l’Histoire, encore une fois », in : Carlo GINZBURG, Rapports de force (...)
  • 13 Christiane MARCHELLO-NIZIA, « L’historien et son prologue : forme littéraire et stratégies discursi (...)

2Dans les chroniques tardives médiévales, il existe une tension entre histoire et littérature que Michel Zink a appelée « narrativité »8. Ces récits historiques qui intègrent de la fiction constituent une manière de travailler que Pierre Courroux a qualifiée pour sa part de « polygénéricité du système chronico-romanesque »9. Dans la CAS, la stratégie narrative de l’auteur consiste à représenter le passé du début du XIIe siècle mais en décontextualisant les événements, de sorte qu’il les fait revivre sous la forme d’un texte historique de la période à laquelle il se rapporte. C’est parce que le moine accompagnateur représente ainsi le passé, sous la forme d’une analogie littéraire10, qu’il s’inscrit lui-même dans la narration11, une pratique impossible à mettre en œuvre, du point de vue technique s’entend, sous le règne d’Urraque, voilà la raison pour laquelle le bénédictin surajoute des preuves tout au long du document12. Le chroniqueur utilise le douloureux passé que l’abbaye avait gardé en mémoire pour tisser l’histoire de la représentation de sa communauté13, de sorte qu’il n’est pas objectif comme l’historiographie l’a longtemps cru. Ce singulier procédé était une façon de faire devenue légitime après les chroniques alphonsines, lesquelles renvoient davantage au présent de la narration qu’au passé qu’elles racontent, et il en est de même pour la CAS. Le bénédictin facundino invente des histoires d’un passé précis pour satisfaire les attentes politiques du présent qu’il met en forme au moyen d’une prose saturée de témoignages qui se veulent des preuves irréfutables.

  • 14 B. GUENÉE, « Authentique et approuvé… », p. 226 : « À l’obsession de l’authentique et de l’apocryph (...)

3Dans la chronique anonyme, l’auteur des bords du Cea s’évertue à nous faire croire que son texte est authentique, au sens de la vérité des faits qu’il rapporte. Ses efforts en ce sens sont constants. Pourtant, à défaut d’une autorité nominale, qui n’est pas celle de la fonction monastique que le concepteur revendique, le texte, pour être validé, devait recevoir la caution d’une autorité reconnue ou publique, ce qui lui fait cruellement défaut. Cette qualité de texte apocryphe, dépourvu par conséquent d’autorité, est sans doute à l’origine de sa relégation, de son oubli, puisque nul document, autre que le propre texte, en fait référence au Moyen Âge14. Voyons à présent quelques exemples de constructions de preuves dans le but d’élaborer un discours convaincant, et pour le rendre cohérent.

Les preuves orales et physiques

  • 15 Sur la question du serment dans le Moyen Âge hispanique nous renvoyons à Charles GARCIA, « Serments (...)

4En l’absence de preuves matérielles tangibles, les médiévaux utilisèrent souvent le serment comme substitut probatoire à l’instar de celui, le plus célèbre de tous, que prononça Alphonse VI en 1072 dans l’église de Santa Gadea pour s’exonérer de toute responsabilité dans la mort de son frère, Sanche II15. Quelle meilleure preuve que celle du Créateur pris à témoin à travers l’apposition des mains sur les Saintes Écritures ?

  • 16 José Antonio FERNÁNDEZ FLÓREZ (éd.), Colección diplomática del monasterio de Sahagún (= CDMS). 4 (1 (...)
  • 17 Ibid., p. 235 : « et positis manibus eorumsuper sancta Dei euangelia et accepto ab eis iuramento [… (...)
  • 18 CDMS, 4, doc., n° 1219, p. 88-91, p. 89 : « Et ad tribuendas decimas nostrum uicarium aduocetis ; q (...)

5La conjuration de Grajal est un épisode lié à l’abbaye de Sahagún particulièrement évocateur de l’usage médiéval de la preuve. Au début du XIIe siècle, les habitants de Grajal prirent l’habitude de détruire le barrage du moulin de Villa Salit qui appartenait aux moines locaux. Ceux-ci portèrent l’affaire devant Alphonse VII pour obtenir réparation16. L’affaire traina, et ce n’est qu’en 1152 que l’infante Sancha, la sœur de l’Empereur, ordonna une enquête dans le but de pouvoir trancher juridiquement. De nombreux témoins furent convoqués pour le plaid, dont de nombreux centenaires, tous favorables à l’abbaye. Sans surprise, la parole de ces derniers prévalut sur le témoignage des délégués du concilium de Grajal, lesquels furent lourdement condamnés, ainsi que la communauté paysanne dans son ensemble. En dehors de preuves écrites, tous avaient juré de dire la vérité sur les Évangiles ou sur la croix17. Décidemment rebelles à l’autorité, les tenanciers de l’abbaye omettaient régulièrement de payer la dîme qu’ils devaient au monastère. Pour les contraindre à la verser, l’abbé Bernard décréta, en 1125, que les vassaux récalcitrants devraient prêter serment du paiement devant les moines. C’était une preuve bien mince, puisqu’elle était fondée sur le remords et la culpabilité, mais c’était la seule arme que les bénédictins avaient à disposition18.

  • 19 Marta HERRERO de la FUENTE (éd.) CDMS. 3 (1073-1109), León : Centro de estudios e investigación “Sa (...)
  • 20 Marta MADERO, Manos violentas, palabras vedadas. La injuria en Castilla y León (siglos XIII-XV), Ma (...)
  • 21 Marta MADERO, « Façons de croire. Les témoins et le juge dans l’œuvre juridique d’Alphonse X le Sag (...)

6Tout aussi évocateur de la mise en œuvre des preuves est le conflit qui se noua à Villavicencio, à la fin du XIe siècle, entre les tenanciers habitant cette bourgade et les moines noirs de Sahagún, un conflit qui fut tranché par Alphonse VI en 1091. De quoi s’agit-il ? Il s’agit d’un procès public, dont nous ignorons les causes, qui opposa oralement les parties. Après avoir débattu, les solariegos reconnurent avoir menti sous serment, raison pour laquelle ils implorèrent la miséricorde de l’abbé19. En la matière, on observera dans la documentation que l’affirmation de la preuve sous serment bénéficie systématiquement aux clercs puisque les rustici sont montrés comme parjures par essence. Il semble à tous égards que la portée idéologique et juridique des preuves présentées sous serment dévoile l’efficacité politique d’un rituel public mémorable parfaitement maîtrisé par les clercs léonais20. À vrai dire, les serments que nous venons de voir fonctionnent comme des preuves par défaut car, comme le souligne la Troisième Partie (11,1), c’est seulement lorsque les éléments probatoires font défaut que l’on peut utiliser le serment, faute de mieux21.

  • 22 « Todo home de buena fama et á quien non fuere defendido por las leyes deste nuestro libro, puede s (...)
  • 23 Troisième Partie, 16, 8 et 16, 26. Ibid., 16, 26, p. 527-528.
  • 24 Marta MADERO, « El duellum entre la honra y la prueba según las Siete partidas de Alfonso X y el co (...)
  • 25 Bruno LEMESLE, La main sous le fer rouge. Le jugement de Dieu au Moyen Âge, Dijon : Éditions univer (...)
  • 26 Aquilino IGLESIA FERREIRÓS, « El proceso de Conde Bera y el problema de las ordalías », Anuario de (...)
  • 27 Anna CAIOZZO, « Entre Occident latin et Orient musulman : images, imaginaire et pratiques de l’orda (...)
  • 28 Javier ALVARADO PLANAS, El problema del germanismo en el derecho español. Siglos V-XI, Madrid : Mar (...)
  • 29 Paloma GRACIA ALONSO, « El ″Arco de los leales amadores″, a propósito de algunas ordalías literaria (...)

7À côté de l’acte oral et public, souvent prononcé sous le regard de Dieu ou en présence de témoins pour que sa valeur eût de la force22, les preuves physiques, ou plutôt épreuves, avaient également de la force au Moyen Âge. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, dans les procès médiévaux, le serment fut un moyen d’authentification du témoignage qui s’imposa souvent aux preuves écrites23. Cependant, lorsque le serment semblait insuffisant on passait au duel24, et en dernier recours à l’ordalie soumise au « jugement de Dieu »25 qui condamnait ou innocentait l’accusé26. En Espagne, l’ordalie la plus courante fut celle de l’eau bouillante27, prescrite par le Liber Iudiciorum wisigothique28, ou Fuero Juzgo, un corpus juridique qui resta en vigueur durant tout le Moyen Âge. À l’époque, l’épreuve du seau ou du fer ardent frappa à tel point les imaginations, qu’elle passa tout naturellement dans la littérature29.

  • 30 Michel BANNIARD, Viva voce : communication écrite et communication orale du IVe au IXe siècle en Oc (...)

8Entre la preuve rapportée oralement et la preuve écrite se trouve un espace mal défini aux possibilités infinies, ce qui nous amène tout naturellement à aborder la question de la transcription, de la pertinence et de l’efficacité de la preuve. On ne doit pas en effet oublier que la parole que l’on entend dans les chartes et dans les chroniques médiévales est filtrée par l’écrit. En règle générale, la parole précédait l’écrit qui l’enregistrait, comme nous avons pu le constater à travers les dires des témoins de Sahagún (la « voix vivante ») dans les procédures judiciaires qui visaient à défendre les droits des paysans sur les terres qu’ils labouraient. Toutefois, au XIIe siècle, époque où l’oralité était au cœur du lien social, l’inconvénient de l’antériorité de la parole30 était celui de sa transcription par écrit (« la voix morte »). Ceci étant, comme nous le verrons plus loin, rien ne dit qu’à Sahagún, une institution où les moines noirs étaient passés maîtres dans la falsification des chartes et dans la confection de chroniques édifiantes, les scribes, garants de l’énonciation des documents pour l’abbaye qu’ils défendaient, n’aient pas altéré les documents des procès pour disqualifier juridiquement l’adversaire.

  • 31 Marta MADERO, « Langages et images du procès dans l’Espagne médiévale », in : Claude GAUVARD et Rob (...)
  • 32 Michel ZIMMERMANN, « Le serment vassalique en Catalogne : écriture de la fidélité ou invention d’un (...)
  • 33 CDMS, 5 (1200-1300), (1289), doc., n° 1853, p. 481-482, p. 482 : « Et porque yo Iohan Perez escriua (...)

9 À Sahagún, alors que les gens du commun, vecinos ou rustici, adoptèrent généralement le serment oral comme preuve pour se défendre, les clercs mobilisèrent surtout l’écriture31, ce qui est un signe manifeste de la détention du véritable pouvoir au moyen de la graphie32. Mais toujours est-il que l’écriture de la preuve demeura tributaire de l’oralité, même à la fin du XIIIe siècle. Pour clarifier son rôle dans le différend qui opposait l’abbaye de Sahagún aux paroissiens de Villárdiga, le rédacteur de la charte, témoin présentiel du serment oral, indiqua : « écrire la sentence de sa propre main en témoignage de vérité »33.

Les preuves écrites

  • 34 Charles GARCIA, El espacio, el tiempo y lo maravilloso en el reino de León. Representaciones y comp (...)
  • 35 Marta MADERO, Las verdades de los hechos. Proceso, juez y testimonio en la Castilla del siglo XIII, (...)
  • 36 CDMS. 4 (1110-1199), doc., n° 1492, p. 511 : « Quia, igitur, nostra interest obuiare iurgiis suscit (...)
  • 37 L’exemple que Marta Madero étudie à propos de San Salvador de Oña, et du différend qui opposa ce mo (...)

10Le patrimoine domanial de l’abbaye de Sahagún ressemblait à un archipel. En dehors des nombreux prieurés dispersés dans la moitié nord-occidentale de la Péninsule, le cœur du système était constitué par l’abbatiale, le burgus alentour et, enfin, le cautum, un espace immunitaire de plusieurs kilomètres carrés34. Or une charte établie par Célestin III relative à la zone d’exemption, laquelle relevait de l’abbé en exclusivité, est très évocatrice des usages médiévaux qui se rapportent aux preuves écrites et aux manières de régler les conflits dans une société qui était en train d’évoluer vers des pratiques procédurières de plus en plus pointues et efficaces35. En 1194, à l’occasion d’un plaid, le pape autorisa — pour ne pas dire conseilla — l’abbé de Sahagún de ne communiquer à la partie adverse aucun document écrit, arguant que les chartes monastiques couraient le risque d’être retranscrites36. Alors que le Liber Testamentorum Sancti Facundi était achevé depuis plusieurs décennies déjà, c’est pourtant dans ce codex qu’étaient compilés les documents les plus anciens qui étaient censés faire foi, quoiqu’il était peu probable que les clercs eussent couru le risque de sortir de leurs archives les parchemins originaux pour les montrer aux plaignants. Cependant, faute de pouvoir copier l’original, et puisqu’il fallait bien s’appuyer sur des preuves matérielles, le Saint Pontife autorisa les moines de Saint-Facond à lire à voix haute les documents issus de leurs archives devant les juges37. Ainsi, au cas où un désaccord aurait surgi à propos de l’un des paragraphes du texte, seul cet extrait pouvait être retranscrit et présenté à la partie contraire. Telle est la parade que les ecclésiastiques bénédictins trouvèrent pour préserver les droits sur leurs domaines, dont le cautum, puisque leurs adversaires étaient, de toutes façons, privés de contester la corroboratio, et la liste des cosignataires et des témoins.

  • 38 Sur la question générale de l’élaboration des cartulaires, cf. Pierre CHASTANG,
    « Cartulaires, cart (...)
  • 39 José Antonio FERNÁNDEZ FLÓREZ, « La huella de los copistas en los cartularios leoneses », in : Cent (...)

11Le long conflit qui opposa Domnos Sanctos à la cathédrale de León est très évocateur de l’évolution de l’état d’esprit monastique au cours des siècles, et son cartulaire fournit de nombreuses réponses sur la question38. En effet, les documents qui se trouvent au début du Becerro Gótico de Sahagún avaient pour fonction de rappeler et d’inscrire dans la mémoire collective deux données fondamentales : le parrainage de l’institution par des personnalités éminentes et la dévotion aux reliques des patrons martyrs39. Mais pourquoi une telle démarche au début du XIIe siècle sachant que le BGS est daté de 1110 ? Outre les considérations factuelles propres à l’abbaye de Sahagún, le besoin de compilation semble obéir à l’avancée sociale des obligations d’ordre juridique, au détriment de celles territoriales, de plus en plus dépassées, et aussi à l’avancée culturelle de l’écrit comme preuve dans les litiges et comme base du pouvoir.

  • 40 Leticia AGÚNDEZ SAN MIGUEL, « Escritura, memoria y conflicto entre el monasterio de Sahagún y la ca (...)
  • 41 Hélène SIRANTOINE, « L’acte diplomatique comme “preuve” dans l’écriture de l’histoire au travers de (...)

12Le différend entre la cathédrale de León et Domnos Sanctos trouve son origine dans l’exemption de l’abbaye vis-à-vis des pouvoirs, laïques ou ecclésiastiques, que Grégoire VII avait accordée à Sahagún en 108340. La querelle, surgie au cœur de la réforme dite grégorienne et sur la question de la propriété des dîmes de plusieurs églises, illustre bien le thème de l’avant et de l’après la réforme, une querelle qui allait durer jusqu’au milieu du XIVe siècle… Le premier jugement de l’affaire, confié à l’archevêque de Tolède Bernard, un ancien abbé de Sahagún, donna raison aux moines contre l’évêque léonais. Quelle en fut la raison ? Probablement l’effort accompli par les moines sur les chartes et la manipulation des documents qui, dans une société de plus en plus gagnée par les procédures de l’écriture, finit par leur donner raison41. Autrement dit, ce fut la plus faible implication de l’évêque de León et de ses chanoines dans une écriture qui racontait le passé qui fut fatale à leur cause, du moins dans un premier temps. Nombreuses sont en effet les chartes rédigées entre la fin du XIe siècle et le début du XIIe qui rappellent les origines de l’institution, sa fondation ou les donations de ses principaux bienfaiteurs, en somme la liste des éléments qui, pour Domnos Sanctos, allaient lui permettre d’asseoir la légitimité monastique sur les terres et sur les églises.

13En matière de stratégie et d’élaboration de preuves pour étayer un discours, on peut louer la souplesse et l’intelligence des moines de Sahagún. Après avoir contourné avec succès le premier écueil épiscopal, l’abbaye traita de réagir à la concurrence que lui faisait la nouvelle spiritualité cistercienne, puis mendiante, à la charnière des XIIe et XIIIe siècles ; car alors que les monastères bénédictins — i. e. clunisiens — s’étaient initialement arrogé l’exclusivité des pratiques du salut et avaient éloigné pour cette raison les laïcs de cette fonction, une telle politique n’était plus possible au début du XIIIe siècle.

  • 42 J. A. FERNÁNDEZ FLÓREZ (éd.), CDMS. 5 (1200-1300), doc., n° 1549, p. 28-29 : « Primo, siquidem, fam (...)
  • 43 Ibid., doc., n° 1622, p. 129-130 : « Comendo corpus et animam meam deo et sanctis martiribus Facund (...)

14Les chartes « facundinas » du XIIIe siècle soulignent l’amour que les fidèles portaient au monastère, ce qui était une manière très habile pour les moines d’intégrer les laïcs à la communauté alors qu’ils les avaient superbement ignorés auparavant. En 1201, l’abbé de Sahagún remercia un dénommé Martín Pincto pour les biens que ce dernier avait donnés au monastère, sans que pour autant ne lui fût accordé le droit d’être inhumé avec les religieux42. En 1220, un rejeton des fondateurs du monastère de Villacete sollicita d’être accepté en tant que « feligrés » du prieuré de Belver, obtenant à cette même occasion le droit d’être enterré dans l’église pour reposer à proximité de ses ancêtres43. L’époque où la communauté monastique évoquait les mânes protecteurs d’Alphonse III et de Ramire II n’avait plus cours dans les chartes, les temps où l’on rappelait avec force la mémoire apologétique abbatiale étaient révolus.

  • 44 Charles GARCIA, « El narrador, los juglares y los santos en la Primera Crónica Anónima de Sahagún » (...)
  • 45 Charles GARCIA, « Les miracles d’un "autre genre" dans les chroniques castillanes du XIIe siècle », (...)

15Les procès publics, organisés le plus souvent devant le roi, furent généralement le moyen choisi par les moines pour régler le vieux différend qui les opposait au concejo, mais elle ne fut pas la seule option. Les chroniques44 et les récits des miracles opérés par les saints protecteurs45 du domaine, tout comme la lecture de leurs exploits, furent sans doute des instruments de persuasion plus efficaces encore. Il est probable que les clercs aient employé la technique éprouvée de l’oralité et la rhétorique des sermons de l’époque pour faire passer leur message. Mais, dans la mesure où les arides manuscrits ne se prêtaient guère à ce genre d’exercice, il est possible que les micro-récits qui émaillent le corpus narratif de la CAS aient été utilisés à la façon des traditionnels exempla. C’est comme si l’obsession pour préserver la « mémoire » monastique avait abouti à un processus de création et de développement de cette même « mémoire » par la sédimentation de preuves, de plus en plus inédites au fur et à mesure que le corpus prenait de l’ampleur.

  • 46 Romualdo ESCALONA, Historia del Real Monasterio de Sahagún, Madrid : Ibarra, 1782, p. 184.
  • 47 CAS, p. 109 : « e dióles las letras del Santo Padre que les enviava selladas con su sello ».

16La mise en perspective de l’histoire de Sahagún sur la longue durée permet de suivre l’évolution de l’élaboration des preuves, plus performantes et affinées au fur et à mesure que le temps passait. Au début du XVe siècle, le 5 août 1408, le concejo de Sahagún se réunit avec l’abbé Antonio de Ceinos pour tenter de régler plusieurs des innombrables conflits qui les maintenaient opposés. Il s’agissait, au cas particulier, du mauvais usage des impôts que les moines faisaient des tributs qui étaient destinés à l’entretien des murailles et de la restitution du sceau de la ville que les principales de la ville avaient dérobé aux moines46. Cette dernière affaire et très éclairante puisqu’elle a trait à la possession et à l’utilisation des sceaux et des tablas, symboles de l’autorité mais également instruments de l’authentification de documents47, donc de preuves. La sentence de ce litige fut bien entendu défavorable aux « voleurs ». Elle fut prononcée par deux juges ecclésiastiques et imposa aux représentants du concejo, que le manuscrit qualifie de rebelles, de défiler en pénitence, nu-pieds, la tête découverte et portant des cierges, depuis le couvent de Saint-François jusqu’au maître-autel de l’église abbatiale. Parvenus au pied de l’autel, les séditieux firent publiquement acte de soumission à l’abbé. Ils lui baisèrent la main, lui demandèrent pardon et remboursèrent au monastère la somme de 30.000 maravédis à titre de dédommagement des préjudices que les habitants avaient causés lors de précédents troubles.

  • 48 Sur ce dossier, cf. Leticia AGÚNDEZ SAN MIGUEL, « Conflicto jurisdiccional y competencia escriturar (...)

17La querelle entre l’abbaye facundina et la cathédrale de León, bien connue et étudiée aujourd’hui, illustre de manière singulière le maniement des preuves par les parties confrontées dans le but d’emporter l’adhésion des juges. Le différend entre les deux institutions religieuses avait pour origine l’emplacement géographique du monastère et de beaucoup de ses prieurés qui se trouvaient à l’intérieur du territoire diocésain du siège léonais. La question était de savoir si ces dépendances monastiques devaient payer les tributs épiscopaux, ou bien si le privilège d’immunité les protégeait de la tutelle épiscopale. Dans le milieu clérical médiéval, les luttes n’étaient généralement pas physiques mais scripturaires. Pour défendre ses droits, le scriptorium de la cathédrale élabora au XIIIe siècle un cartulaire, le Becerro de Presentaciones, et celui de l’abbaye un autre, le Becerro Segundo. Or aussi bien le premier que le second sont truffés de témoignages écrits en faveur de leurs juridictions respectives48.

  • 49 L. AGÚNDEZ SAN MIGUEL, « Escritura, memoria y conflicto… », p. 261-285.
  • 50 Marta HERRERO DE LA FUENTE (éd.), CDMS. 3 (1073-1109), León : Centro de estudios e investigación “S (...)

18Dans cette véritable course juridique, les moines avaient réagi les premiers, comme nous l’avons noté, en élaborant le Liber Testamentorum Sancti Facundi, ou Becerro Gótico de Sahagún (BGS) au début du XIIe siècle, lequel fut suivi de près par l’élaboration du Tumbo Legionense (TL) épiscopal49. La première question épineuse, parce que financière, fut celle de la perception des tercias episcopales (1/3 des dîmes) que les églises dépendantes de l’abbaye devaient verser aux évêques legionenses. Dans le document-preuve du plaid tranché en 1091 par Bernard, archevêque de Tolède et ancien abbé de Sahagún, apparaît une longue liste d’églises — plus d’une vingtaine — exemptées de tout paiement, dans ce qui est à l’évidence une charte falsifiée et reconnue comme telle par les chercheurs50. Concrètement, cela veut dire que pour légitimer leurs possessions, les moines n’éprouvèrent pas les moindres états d’âme pour falsifier des preuves à la charnière des XIe et XIIe siècles. Il est vrai, à leur décharge, que beaucoup de ces temples leur appartenaient effectivement depuis longtemps, mais qu’ils se trouvaient dans l’incapacité de le démontrer, d’où les falsifications et les réactualisations documentaires. Cette première victoire monastique obtenue grâce à des preuves écrites, de plus en plus performantes socialement, allait être suivie de défaites au fur et à mesure de la maîtrise technique des actes rédigés et des archives par les concurrents de Domnos Sanctos.

  • 51 José María MÍNGUEZ FERNÁNDEZ (éd.), CDMS. 1 (siglos IX y X), León : Centro de estudios e investigac (...)
  • 52 La prolixité de la charte visait à apparaître comme une trace-mémoire ineffaçable de la procédure. (...)
  • 53 José María FERNÁNDEZ CATÓN (éd.), Colección documental del archivo de la catedral de León (775-1230 (...)
  • 54 J. A. FERNÁNDEZ FLÓREZ (éd.), CDMS. 5 (1200-1300), León : Centro de estudios e investigación “San I (...)

19Les données changèrent au milieu du XIIIe siècle, un moment qui correspond avec l’essor des cathédrales et le déclin des vieilles abbayes bénédictines, de moins en moins en phase culturellement avec la société de l’époque. Indifférents à la teneur de la falsification, les moines confectionnèrent une charte attestant que le propre évêque de León, Fruminio, leur avait accordé, en 921 !, les dîmes de cinq églises réparties en différents endroits51. Après des années de largesses royales et papales, l’élection d’Innocent III (1198-1216) supposa un changement en défaveur du monastère comme le montre la sentence émise par le Saint Pontife au mois de mai 1216 pour laquelle avaient été convoqués, en 1215, des témoins des deux parties. Pour donner une valeur irréfutable à leurs preuves, les moines noirs firent témoigner pas moins de cent quarante-deux hommes52 provenant de divers endroits : des laïcs, des chevaliers, des iurati, des prêtres, des moines, des hospitaliers…, lesquels déclarèrent devant les évêques d’Orense et de Ségovie le bien fondé des prétentions facundinas53. Malgré tant d’efforts, la « litterae executoriae » du Saint Père limita les droits des moines à la seule bourgade de Sahagún, excluant de facto les églises du cautum et, a fortiori, celles qui se trouvaient en dehors du territoire d’exemption. C’est, à ne pas douter, une des premières illustrations de l’application du IVe concile de Latran en Espagne qui visait à renforcer l’autorité des évêques. Malgré ce désaveu les bénédictins ne s’avouèrent pas vaincus. Ils continuèrent à affiner le Becerro Segundo comme le signale Leticia Agúndez et finirent par obtenir d’Alexandre IV, en 1260, le droit de présenter les desservants dans les églises placées sous leur patronage54. La querelle était loin d’être terminée puisqu’il fallut attendre le XIVe siècle pour constater une stabilisation de la question, au détriment de l’abbaye des bords du Cea.

Conclusion

  • 55 CAS, p. 104 : « En el qual tienpo yo non fui presente, ca tem[i]endo la graveça e peso de mis pecad (...)
  • 56 Il affirme par exemple que le privilège donné par Ramire II interdisait à quiconque d’aliéner les b (...)
  • 57 Francine MORA-LEBRUN et Anne ROCHEBOUET, « Introduction », in : É. ANHEIM, P. CHASTANG, F. MORA-LEB (...)
  • 58 CAS, p. 19-24.

20Pour atteindre l’effet de réel recherché, l’auteur de la chronique facundina revendique une exigence de véracité fondée sur la description des événements, les rei gestae. Afin de parvenir à ses fins, le chroniqueur entrecroise des faits qui s’étaient réellement passés et des personnages historiques avec des fabulae55. À travers la CAS, nous sommes par conséquent devant une fabula qui se veut de l’historia grâce au tissage de preuves apportées par des personnes ou par les sources autorisées qui émaillent le récit. L’insertion de fragments de chartes, réelles ou inventées56, est très éloquente quant à la manière de travailler du scripteur car, contrairement aux historiens « généralistes » médiévaux, le moine-chroniqueur de Domnos Sanctos avait un accès aisé aux archives de son abbaye et, partant, à la possibilité d’alimenter son discours de preuves, d’où l’interférence de nombreux documents dans la narration. C’est enfin par l’insertion des preuves qu’il est possible parfois de distinguer, au sein de la chronique, les paragraphes qui relèvent de la représentation empirique de certains faits du passé de ceux qui penchent du côté d’une reconstruction orientée ; le chercheur se trouvant alors placé entre deux pôles opposés : « l’historicisation de la matière et la poétisation de l’histoire »57, à charge pour lui de trier le bon grain et l’ivraie à travers, par exemple, le cas du for de 1085 tel qu’il est résumé par le moine dans la chronique et tel qu’il apparaît dans le cartulaire58.

Haut de page

Notes

1 Antonio UBIETO ARTETA (éd.), Crónicas anónimas de Sahagún (CAS), Saragosse : Anubar, 1987.

2 CAS, p. 76 : « Un día el abbad salió fuera de el monesterio, yendo a visitar las obediencias suyas, llevando consigo, como es de costunbre, su capilla e ropa de su cama. E ya avíamos andado allende del monesterio de Sant Pedro…».

3 Sorte de personnage idéalisé pour construire un modèle de comportement pour le public destinataire de l’œuvre.

4 Bernard GUENÉE, « Authentique et approuvé. Recherches sur les principes de la critique historique au Moyen Âge », in : Yves LEFÈVRE (éd.), La lexicographie du latin médiéval et ses rapports avec les recherches actuelles sur la civilisation du Moyen Âge, Paris : CNRS, 1981, p. 215- 229, p. 222 : « Un moine abrite son œuvre sous l’autorité de son abbé, un chanoine sous l’autorité du doyen et du chapitre, pour que cette œuvre, incapable à elle seule d’entraîner la conviction du lecteur, devienne, par le secours même de cette autorité, authentique, c’est-à-dire digne de foi ».

5 CAS, p. 93 : « E otro día como ya començase a luçir el alva, entramos en la iglesia de la bien abenturada madre de Dios Virgen María, en uno con el abbad, e començamos a celebrar el ofiçio divinal » ; p. 94: « Lo qual, como yo oyese, çerré apriesa la puerta de la iglesia con la tranca, e aún contrapuse la firma, en la qual los monjes acostunbraban a fincar los ynnojos quando adoraban a Dios… » ; p. 108 : « A gran pena, podimos alcançar que yo e el abbad quedásemos en una mesma posada. E como nos fuese otorgado, non nos fue permitido que yaçiésemos en otra parte sin non ante’l lecho en el qual el señor de la casa con su propia mujer yaçia ».

6 Renaud DULONG, Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris : EHESS, 1998.

7 CAS, p. 80 : « Mas quantos males e daños podían les façían, e por tanto non es ligero a narrar todas estas cosas, mayormente, como yo nin sea savio por çiençia nin eloquente por palabra ; ¿qué faré, ca si todas las cosas que berdaderamente yo bi o supe por oídas, quisiere en esta escriptura apretar e recontar? Sin duda ninguna, el tienpo me faltara ».

8 Michel ZINK, Littérature française au Moyen Âge, Paris : PUF, 1992.

9 Pierre COURROUX, L’écriture de l’histoire dans les chroniques françaises (XIIe – XVe siècles), Paris : Classiques Garnier, 2016.

10 Hayden WHITE, L’histoire s’écrit. Essais, recensions, interviews, Paris : Éditions de la Sorbonne, 2017.

11 CAS, p. 107 : « Quántos peligos, quántos daños sofrimos en la tornada, quiero dexar de enxerir en esta obra, porque al leedor non venga enojo. Por cierto, cinco beçes fuimos presos, e tantas por la protecçión divinal, escapamos de las manos de aquellos que nos tenían presos, e sin daño alguno ».

12 Carlo GINZBURG, « Aristote et l’Histoire, encore une fois », in : Carlo GINZBURG, Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve. Paris : Gallimard / Le Seuil, 2003, p. 43-56, p. 44 : « Aristote repère dans la rhétorique un noyau rationnel : la preuve, ou, plus précisément, les preuves. C’est là qu’il faut chercher le lien entre l’historiographie, au sens que nous lui donnons, et la rhétorique, au sens d’Aristote, même si notre concept de preuve est très différent du sien… ».

13 Christiane MARCHELLO-NIZIA, « L’historien et son prologue : forme littéraire et stratégies discursives », in : Daniel POIRION (éd.), La chronique et l’histoire au Moyen Âge, Paris : Presses de la Sorbonne, 1984, p. 13-25, p. 24 : « Dans cette mise en scène […]. On peut interpréter effectivement comme un engagement, y voir le signe que l’historien, plus précisément le chroniqueur se donne une place et une fonction sociales déterminées. Il est celui qui assume ou s’attribue le rôle d’élaborer et de dire la vérité sur le passé du groupe social auquel il appartient. Ce que nous révèle la formule en je, c’est la manière dont il met en scène l’acte par lequel, en tant qu’individu, il énonce et se porte garant, par l’écriture, d’une vérité collective, de ce que se veut la mémoire officielle de sa communauté ».

14 B. GUENÉE, « Authentique et approuvé… », p. 226 : « À l’obsession de l’authentique et de l’apocryphe qui avait dominé le Moyen Âge s’est substituée aux temps modernes l’obsession du vrai et du faux ». 

15 Sur la question du serment dans le Moyen Âge hispanique nous renvoyons à Charles GARCIA, « Serments solennels et parole sociale dans les documents de Sahagún (XIe-XIIe siècles ) », in : Martin AURELL, Jaume AURELL et Montserrat HERRERO (dir.), Le Sacré et la parole. Le serment au Moyen Âge, Paris : Classiques Garnier, 2018, p. 69-92.

16 José Antonio FERNÁNDEZ FLÓREZ (éd.), Colección diplomática del monasterio de Sahagún (= CDMS). 4 (1110-1199), León : Centro de estudios e investigación “San Isidoro”, 1991, doc., n° 1313, p. 234-242, p. 234: « Quapropter, abbas et monachi fratri meo, imperatori, maximas querimonias dederunt et plures lacrimas, flexis genibus, coram eo fuderunt, dicendo quod homines de Graliare ui et iniuste destruebant bona martirum que donata a regibus et ab imperatoribus eis fuerunt ».

17 Ibid., p. 235 : « et positis manibus eorumsuper sancta Dei euangelia et accepto ab eis iuramento […] ut manus imponerent super sancta dei euangelia, et ut dicerent mihi ueritatem de quibus eos interrogata fuero ; positis manibus omnium super crucem, fecerunt iuramentum […] reuersi sunt ad malum quod prius fecerant et fregerunt presam et iuramentum quod promiserunt » ; p. 239 : « et accepto ab eis iuramento super sancta Dei euangelia dixi eis quod cognoscerunt mihi ueritatem ».

18 CDMS, 4, doc., n° 1219, p. 88-91, p. 89 : « Et ad tribuendas decimas nostrum uicarium aduocetis ; qui, uero, eum aduocare neglexerit, si suspectum eum habuerimus, per iuramentum se purget ».

19 Marta HERRERO de la FUENTE (éd.) CDMS. 3 (1073-1109), León : Centro de estudios e investigación “San Isidoro”, 1988, doc., n° 881, p. 193 : « In altero die uenerunt illi homines ad pedes domni Diaci abbatis misericordiam postulantes, ut non extranisset illos de illa uilla ; et ille, pietate motus, iussit eos ibidem habitare eis foro ».

20 Marta MADERO, Manos violentas, palabras vedadas. La injuria en Castilla y León (siglos XIII-XV), Madrid : Taurus, 1992, p. 31-34.

21 Marta MADERO, « Façons de croire. Les témoins et le juge dans l’œuvre juridique d’Alphonse X le Sage, roi de Castille », Annales HSS, janvier-février 1999, 1, p. 197-218, p. 199 : « Dans la perspective où la preuve n’existe que parce qu’elle est liée au doute et où elle suppose la collecte des traces des faits, les jeux de croyance deviennent centraux dans la démarche de justice. La scène de ces jeux de croyance est donnée par l’espace où le regard du juge jauge les paroles des témoins ». Las Siete Partidas del rey don Alfonso el Sabio, Real Academia de la Historia, tome II, Madrid, 1807, Tercera Partida, 11, 1, p. 470.

22 « Todo home de buena fama et á quien non fuere defendido por las leyes deste nuestro libro, puede ser testigo en juicio por otri et fuera de juicio ». Ibid., 16, 26, p. 527-528.

23 Troisième Partie, 16, 8 et 16, 26. Ibid., 16, 26, p. 527-528.

24 Marta MADERO, « El duellum entre la honra y la prueba según las Siete partidas de Alfonso X y el comentario de Gregorio López », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 24, 2001, p. 343-352 ; CAS, p. 119 : « Mais comme la reine leur répondit qu’elle ne les croirait et ne leur accorderait foi en aucune manière s’ils ne s’estimaient pas satisfaits du jugement évoqué, ce fut alors qu’eux, avec un grand effort, promirent de s’amender et de s’acquitter au moyen d’un combat singulier. Une fois cela dit, ils désignèrent en le nommant l’un d’eux [… mais] celui qui fut nommé et offert pour mener le combat et s’amender, s’enfuit et partit pour Carrión ».

25 Bruno LEMESLE, La main sous le fer rouge. Le jugement de Dieu au Moyen Âge, Dijon : Éditions universitaires de Dijon, 2016.

26 Aquilino IGLESIA FERREIRÓS, « El proceso de Conde Bera y el problema de las ordalías », Anuario de historia del derecho español, 51, 1981, p. 1-123.

27 Anna CAIOZZO, « Entre Occident latin et Orient musulman : images, imaginaire et pratiques de l’ordalie », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 25, 2013, p. 369‑370 : « L’ordalie […] est donc une sorte de curiosité en soi, un appel au miracle, une sollicitation officielle, urgente, à l’intervention de l’au-delà ».

28 Javier ALVARADO PLANAS, El problema del germanismo en el derecho español. Siglos V-XI, Madrid : Marcial Pons, 1997, p. 179-190.

29 Paloma GRACIA ALONSO, « El ″Arco de los leales amadores″, a propósito de algunas ordalías literarias », Revista de literatura medieval, 3, 1991, p. 95-116. Rappelons que la pratique de l’ordalie fut condamnée par le Concile de Latran IV, en 1215.

30 Michel BANNIARD, Viva voce : communication écrite et communication orale du IVe au IXe siècle en Occident latin, Paris : Institut des études augustiniennes, 1992.

31 Marta MADERO, « Langages et images du procès dans l’Espagne médiévale », in : Claude GAUVARD et Robert JACOB (éd.), Les rites de la justice : gestes et rituels judiciaires au Moyen Âge, Paris : Le Léopard d’or, 2000, p. 73-98.

32 Michel ZIMMERMANN, « Le serment vassalique en Catalogne : écriture de la fidélité ou invention d’un ordre politique ? », in : Françoise LAURENT (éd.), Serment, promesse et engagement : rituels et modalités au Moyen Âge, Montpellier : Presses Universitaires de la Méditerranée, 2008, p. 585-622, p. 598 : « Mais le serment écrit n’est pas seulement l’osmose du rite et de l’écriture, la coalescence de la prégnance du genre avec la pérennité de l’écriture ; il est, dans son écriture, le rite même ». 

33 CDMS, 5 (1200-1300), (1289), doc., n° 1853, p. 481-482, p. 482 : « Et porque yo Iohan Perez escriuano teniente las uezes de Goncalo Alfonso, notario poblico del rey en la eglesia de Leon, ffuy presente e xamado specialmientre para esto oyr, quando el arçediano dio esta sentencia, escriui esta sentencia con mia mano en testimonio de verdat ».

34 Charles GARCIA, El espacio, el tiempo y lo maravilloso en el reino de León. Representaciones y comportamientos sociales (siglos XI-XIII), Madrid : La Ergástula, 2018.

35 Marta MADERO, Las verdades de los hechos. Proceso, juez y testimonio en la Castilla del siglo XIII, Salamanque : Université de Salamanque, 2004. En ce qui concerne les règlements des conflits dans la Castille, nous renvoyons aux multiples travaux de María Isabel ALFONSO ANTÓN dont : « Resolución de disputas y prácticas judiciales en el Burgos medieval », in : Asociación provincial de libreros de Burgos, Burgos en la plena Edad Media, Burgos : Asociación provincial de libreros de Burgos, 1994, p. 211-243, p. 234 : « los tribunales en definitiva se utilizan como espacios públicos en los que reorganizar alianzas y restablecer equilibrios, para restaurar la paz entendida como producto cambiante de intereses conflictivos constantemente renegociados » ; « Lenguaje y prácticas de negociar en la resolución de conflictos en la sociedad castellano-leonesa medieval », in : Manuel SÁNCHEZ MARTÍNEZ, Jean-Marie MOEGLIN, María Teresa FERRER I MALLOL et Stéphane PÉQUIGNOT (éd.), Negociar en la Edad Media, 2005, p. 45-64.

36 CDMS. 4 (1110-1199), doc., n° 1492, p. 511 : « Quia, igitur, nostra interest obuiare iurgiis suscitandis et suscitata decidere, consultationi uestre, quam super hoc proposuisti, tali modo respondemus et uolumus : ut quandocumque fueritis requisiti, priuilegium seu quamcumque indulgentiam eul quodcumque instrumentum uestrum, aut presente iudice aut aliquibus prudentibus uiris deputatis, ab ipso audiente parte contraria tantummodo recitetur ; ita quod priuilegium, ad transcribendum, nullo modo tradatur ».

37 L’exemple que Marta Madero étudie à propos de San Salvador de Oña, et du différend qui opposa ce monastère à la cité de Frías, est parfaitement transposable au cas du concejo de Sahagún en lutte contre les moines, un combat qui ne cessa, à vrai dire, qu’avec le désamortissement du XIXe siècle, cf. M. MADERO, Las verdades de los hechos…, p. 115‑131. Sur ce même conflit, cf. Isabel ALFONSO et Cristina JULAR, « Oña contra Frías o el pleito de los cien testigos : una pesquisa en la Castilla del siglo XIII », Edad Media. Revista de Historia, 3, 2000, p. 61-88.

38 Sur la question générale de l’élaboration des cartulaires, cf. Pierre CHASTANG,
« Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale : la structuration d’un nouveau champ de recherche », Cahiers de civilisation médiévale, 49, 2006, p. 21-32. 

39 José Antonio FERNÁNDEZ FLÓREZ, « La huella de los copistas en los cartularios leoneses », in : Centro de estudios e investigación “San Isidoro”, Orígenes de las lenguas romances en el reino de León, siglos IX-XII, León : Centro de estudios e investigación “San Isidoro”, 2004, p. 19-227.

40 Leticia AGÚNDEZ SAN MIGUEL, « Escritura, memoria y conflicto entre el monasterio de Sahagún y la catedral de León: nuevas perspectivas para el aprovechamiento de los falsos documentales (siglos X a XII) , Medievalismo, 19, 2009, p. 261-285.

41 Hélène SIRANTOINE, « L’acte diplomatique comme “preuve” dans l’écriture de l’histoire au travers de deux cas hispaniques. L’Historia Compostellana et le Corpus Pelagianum », in : Étienne ANHEIM, Pierre CHASTANG, Francine MORA-LEBRUN et Anne ROCHEBOUET (dir.), L’Écriture de l’histoire au Moyen Âge. Contraintes génériques, contraintes documentaires, Paris : Classiques Garnier, 2015, p. 235-247.

42 J. A. FERNÁNDEZ FLÓREZ (éd.), CDMS. 5 (1200-1300), doc., n° 1549, p. 28-29 : « Primo, siquidem, famulatum uestrum, nobis et eccelsie nostre diu a uobis nobis exibitum, recolentes, in deuotum familiarem uos recipimus et ternas missas pro uobis Deo offerendo celebrantes, acsi monachum ad succurrendum recipientes, in communi cimiterio corpus uestrum humabimus ».

43 Ibid., doc., n° 1622, p. 129-130 : « Comendo corpus et animam meam deo et sanctis martiribus Facundo et Primitiuo et monasterio Sancti Saluatoris de Uillaceth et uobis dompno Michaeli, abbati, uestrisque successoribus et facio me eiusdem loci filigresem, cum tercia parte omnium rerum mobilium que habeo, ita quod ubicumque obierim, citra portus Yspanie, cum auis et parentibus meis, in monasterio Sancti Saluatoris de Uillaceth recipiam sepulturam ».

44 Charles GARCIA, « El narrador, los juglares y los santos en la Primera Crónica Anónima de Sahagún », in Charles GARCIA, Écriture et réécriture d'une chronique monastique hispanique : la Première Chronique anonyme de Sahagún, e-Spania, 19, octobre 2014.

45 Charles GARCIA, « Les miracles d’un "autre genre" dans les chroniques castillanes du XIIe siècle », in : Olivier BIAGGINI et Bénédicte MILLAND-BOVE (éd.), Miracles d’un autre genre. Récritures médiévales en dehors de l’hagiographie, Madrid : Casa de Velázquez, 2012 p. 41-54.

46 Romualdo ESCALONA, Historia del Real Monasterio de Sahagún, Madrid : Ibarra, 1782, p. 184.

47 CAS, p. 109 : « e dióles las letras del Santo Padre que les enviava selladas con su sello ».

48 Sur ce dossier, cf. Leticia AGÚNDEZ SAN MIGUEL, « Conflicto jurisdiccional y competencia escrituraria entre la catedral de León y el monasterio de Sahagún : la elaboración de Becerros en el siglo XIII », Hispania Sacra, 68 (138), 2016, p. 521-531.

49 L. AGÚNDEZ SAN MIGUEL, « Escritura, memoria y conflicto… », p. 261-285.

50 Marta HERRERO DE LA FUENTE (éd.), CDMS. 3 (1073-1109), León : Centro de estudios e investigación “San Isidoro”, 1988, doc. n° 885, p. 198-200.

51 José María MÍNGUEZ FERNÁNDEZ (éd.), CDMS. 1 (siglos IX y X), León : Centro de estudios e investigación “San Isidoro”, 1976, doc. n° 28, p. 59-60, p. 59: « ego Fruminius legionensis ecclesie episcopus […] ecclesia Sancti Andre Apostoli…, et ecclesia sancti Fructuosi que est sita rivo Sicco, itidem eclesias que vocantur Albas; siquidem in rivo que vocatur Cinerosum Sancti Felicis et Sancti Christofori… ».

52 La prolixité de la charte visait à apparaître comme une trace-mémoire ineffaçable de la procédure. Sur cette question, cf. Michael CLANCY, From Memory to Written Record. England 1066-1307, Londres : Edward Arnold, 1979.

53 José María FERNÁNDEZ CATÓN (éd.), Colección documental del archivo de la catedral de León (775-1230). 6 (1188-1230), León : Centro de estudios e investigación “San Isidoro”, 1991, doc. n° 1849 (1215), p. 264-310; p. 270- 271: « Petrus Mernus, laicus de Burgo raneros, iuratus, dixit quod iste due dicte ecclesie sunt in diocesi Legionensi, quia circunstantes sunt in eodem; et de circunstantibus scit portari iura episcopalia a parte episcopi. Interrogatus de istis ecclesiis duabus si episcopus per se uel per alium percipiat uel exerceat aliquod ius, respondit quod non unquam uidit. Interrogatus de oleo et crismate, respondit quod portant illud de Sancto Facundo. Interrogatus si ab archipresbitero, respondit quod non. Interrogatus si clerci de istis duabus ecclesiis uadunt ad synodum Legionensem, respondit quod sic. Interrogatus quis percipiat terciam de illis ecclesiis, respondit : clerici medietatem et abbas aliam medietatem. Interrogatus de ordinibus, respondit (quod) clerici, quando uolunt ordinari, ueniunt ad abbatem et ipse dat eis litteras ad quem episcopum placet ei. Interrogatus quis instituat et destituat, respondit quod abbas ; et similiter excomunicat et interdicit. Interrogatus de tempore, respondit quod bene sunt XL, anni quod sic tenet istas ecclesias. Interrogatus quot annorum est ipse, respondit quod bene est L annorum. Interrogatus si unquam uidit contencionem super istis eclesiis, inter espiscopum Legionensem et abbatem Sancti Facundi, respondit quod archidiaconus Petrus Cipriani petebat ibi iura episcopalia ; et quia noluerunt ei dare, interdixit clericos ; et quia ipsi non cessauerunt ad eius interdictum, interdixit uicinis uillis quod non haberent aliquam comunitatem cum istis ; et iste testis, cum quibusdam aliis, iuerunt ad regem Legionensem, quod dedit eis inquisitores et inuentum est postea quod clerici illi non consueuerant ei facere aliquid ; et sic fuerunt in pace. Interrogatus si uidit uel audiuit unquam quod fuerit contencio inter abbatem et episcopum Legionensem, super burgo et cauto et aliis eclesiis petitis, respondit quod ibant in contentione sicut modo uadunt, set non scit sub quo iudice, utrum sub Gregorio cardinali uel alio. Interrogatus quantum temporis est quod audiuit quod ibant ita in (con)tencione, respondit quod bene possunt esse XV anni. Item dicit quod est solaregus abbatis. Interrogatus si audiuit quod Abbas Sancti Facundi haberet aliquas cartas de Roma, quod sue ecclesie et burgum et cautum non deberent obedire episcopo, respondit quod sic; et etiam, in Burgo Raneros fuerunt lecte ille carte ».

54 J. A. FERNÁNDEZ FLÓREZ (éd.), CDMS. 5 (1200-1300), León : Centro de estudios e investigación “San Isidoro”, 1994, doc. n° 1777, p. 366-367, p. 366 : « Sane, petitio uestra nobis exhíbita continebat quod vos ad quasdam ecclesias uobis in proprios usus concessas et inquibus ius patronatus habetis, quamuis in eis per capellanos proprios seu monachos monasterii uestri consueueritis facere deseruiri, a tempore cuius memoria non existit, simplicitate ducti, seculares clericos presentastis locorum diocesanis, qui per eos admissi sunt ad easdem » ; n° 1778, p. 367-369.

55 CAS, p. 104 : « En el qual tienpo yo non fui presente, ca tem[i]endo la graveça e peso de mis pecadso, en ese año, por graçia de devoción e oración, fui a visitar la Tierra Santa, conbiene a saver, los lugares de la yncarnaçión del Señor e de su nasçimiento e de la su pasión e resurrección e ascensión e del santo sepulcro suyo; e por tanto, como ya dixe, non fui presente ».

56 Il affirme par exemple que le privilège donné par Ramire II interdisait à quiconque d’aliéner les biens du cautum, une indication qui n’apparaît à aucun moment dans la charte instaurant l’immunité, ce qui n’est pas le cas de l’envoi, authentique, de moines clunisiens par Grégoire VII, cf. CAS, p. 12-13.

57 Francine MORA-LEBRUN et Anne ROCHEBOUET, « Introduction », in : É. ANHEIM, P. CHASTANG, F. MORA-LEBRUN et A. ROCHEBOUET (dir.), L’Écriture de l’histoire au Moyen Âge..., p. 7-18, p. 12.

58 CAS, p. 19-24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Garcia, « Les manifestations sahaguninas de la preuve au Moyen Âge (León-Castille, XIe – XIIIe siècles) », e-Spania [En ligne], 34 | octobre 2019, mis en ligne le 09 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/32218 ; DOI : 10.4000/e-spania.32218

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals