Navigation – Plan du site
Preuve/Épreuve : démonstration de la vérité en péninsule Ibérique (XIIIe-XVe siècle)
III. Preuve, mise à l’épreuve et témoignages

El fierro caliente : une ordalie atypique dans la prédication médiévale

Sophie Coussemacker

Résumés

Six sources médiévales et modernes (dont deux ibériques) relatent l’histoire d’une comtesse italienne qui subit l’épreuve ordalique du fer brûlant pour prouver, a posteriori, l’innocence de son mari injustement accusé d’avoir commis l’adultère avec la femme de l’empereur Otton, et exécuté sans jugement. À travers ses réécritures successives, le récit témoigne de l’évolution des représentations que se firent historiens et prédicateurs médiévaux de la pratique de l’ordalie, avec une imprégnation de moins en moins judiciaire et de plus en plus littéraire. À la preuve par le feu et à la composition arbitrale se substitue, au Moyen Âge central, une mise à l’épreuve de la vérité par une véritable enquête, mais aussi des modèles idéels venus de la littérature romanesque.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Définitions générales : Claude Gauvard, « Duel judiciaire », Dictionnaire du Moyen Âge, sous la dir (...)
  • 2 Jacques Berlioz, « Les ordalies dans les exempla de la confession », in : L’aveu : antiquité et Moy (...)
  • 3 Julie Jourdan, « Ordalie, image et sermon après le concile de Latran IV », Cahiers de recherches mé (...)

1Dans un contexte judiciaire, l’ordalie consiste à mettre à l’épreuve la parole d’un individu, sa crédibilité et son innocence face à une accusation (essentiellement d’adultère ou d’hérésie)1. Dans la prédication médiévale, le motif de l’ordalie est extrêmement fréquent : les textes de prédicateurs relatant des ordalies ont déjà été largement analysés par Jacques Berlioz, il y a plus de trente ans2, et il ne saurait être question de revenir ici sur l’ensemble de ces récits, très nombreux (une trentaine est recensée dans la base du GAHOM/ThEMA). La plupart – postérieurs à l’interdiction théorique de l’ordalie par le concile de Latran IV en 12153 – sont moins liés à ce que fut la pratique judiciaire réelle qu’à la volonté de mettre en valeur la vertu de la confession ou le repentir qui en est la conséquence spirituelle ; car la confession et le repentir de l’accusé, même coupable, lui valent toujours la bienveillance divine et la réussite de l’épreuve. En revanche, si le pécheur retombe dans ses travers antérieurs, et oublie donc le repentir, Dieu manifeste son courroux et la culpabilité du pécheur par un miracle inversé : en saisissant un fer froid, ou en plongeant la main dans l’eau froide, le pécheur impénitent se voit aussitôt brûlé gravement, preuve de sa rechute.

2Le petit dossier que nous présentons ici ne relève que partiellement de l’ordalie classique, avant tout parce que ce n’est pas l’accusé qui est soumis à l’ordalie, mais, a posteriori (alors qu’il est déjà mort), c’est sa veuve qui reprend à son compte l’établissement de la preuve de l’innocence du défunt, dans une sorte de duel judiciaire inversé, sur le plan du genre. De fait, jusqu’à présent, je ne l’ai pas vu analysé dans les études tant historiques qu’anthropologiques. Il m’intéresse non seulement parce que l’on en conserve deux versions ibériques, mais surtout parce qu’il me semble plus lié à la récupération par la prédication dominicaine de motifs littéraires qu’à une réflexion plus classique sur la valeur de la confession.

Le schéma général de l’exemplum

3L’exemple de l’ordalie de la comtesse veuve apparaît dans six versions médiévales.

  • la chronique ou Panthéon de Godefroy de Viterbe (v. 1125/33-1191) [Ci-dessous : P]

  • la Légende dorée de Jacques de Voragine (v. 1260-1290) [Ci-dessous : LD]

  • l’Alphabetum narrationum [Ci-dessous : AN] d’Arnold de Liège (Arnoldus Leodiensis, fin XIIIe – début XIVe siècle), dont dérivent deux traductions directes :

  • le Recull de eximplis catalan (début XVe siècle) [RE]

  • l’Alphabet of Tales (XVe siècle) [AT]

  • Clémente Sánchez de Vercial, Libro de los Exenplos pour A.B.C. (v. 1436-38). [LE]

  • 4 Filippe da Ferrara, Liber de introductione loquendi (ou Liber mensalis), éd. Silvana Vecchio, in : (...)

4Je n’ai fait porter l’analyse que sur ces six textes, mais il y en a d’autres versions, notamment le Liber de introductione loquendi ou Liber mensalis du prédicateur italien et dominicain Filippe da Ferrara (1321-1347) qui reprend l’essentiel de ses récits à l’Alphabetum narrationum d’Arnold de Liège4. D’autres compilations doivent aussi l’intégrer.

  • 5 Il s’agit d’une commande du collège des échevins de Louvain, désireux d’orner leur salle de réunion (...)
  • 6 Andreas Lazarus von Imhof, Le grand théâtre historique ou nouvelle histoire universelle tant sacrée (...)

5L’anecdote est aussi le sujet d’un diptyque peint à Louvain avant 1475 par Dierick (Thierry) Bouts5. Elle réapparaît enfin dans un texte d’époque moderne qui brode largement sur le motif, le Grand théâtre historique d’Andreas Lazarus von Imhof (1656-1704)6.

6En synthétisant ces versions, le schéma général de l’exemple est relativement complexe.

  • 7 L’identité de l’empereur ne fait pas de doute, Geoffroi de Viterbe, Jacques de Voragine comme Cleme (...)
  • 8 Dans le diptyque : en haut à droite, l’impératrice se plaint auprès de son époux, reconnaissable à (...)
  • 9 Dans le panneau de gauche du diptyque, registre central, l’accusé en chemise blanche, pieds et tête (...)

7À l’époque de l’empereur Otton III (980-1002), un chevalier qui est aussi comte est victime de l’appétit sexuel déréglé de l’impératrice7 ; mais comme il refuse ses avances, elle l’accuse de viol – le motif classique de Joseph et la femme de Putiphar8 ! 1ère étape de la procédure judiciaire, sur la simple accusation de sa femme, et sans laisser le temps à l’accusé de se dédouaner, Otton le fait décapiter. Sur le chemin de l’échafaud, le comte demande à son épouse de l’innocenter post mortem, en se soumettant à l’épreuve du fer brûlant9.

  • 10 C’est le motif central du panneau de droite : au premier plan la veuve se présente devant l’empereu (...)

8Quelques temps après (2ème étape judiciaire), la veuve se présente donc devant l’empereur, la tête de son mari dans les bras, et demande quelle peine mérite celui qui a fait exécuter sans raison un innocent. L’empereur répond la mort, et la veuve du comte demande alors à subir l’épreuve du fer brûlant pour apporter la preuve de l’innocence de son mari et de la culpabilité de l’empereur, car c’est bien lui qui est mis en accusation ici, et non l’épouse concupiscente à l’origine du drame10.

  • 11 C’est la dernière scène du diptyque : à l’arrière-plan, la femme soumise aux flammes du bûcher n’es (...)

93ème étape judiciaire, l’empereur demande une série de délais, pour faire mener une enquête approfondie sur les accusations portées par son épouse dans les versions du Moyen Âge central : la preuve doit être apportée par l’enquête et non par la seule mise à l’épreuve de type ordalique. Ayant finalement jugé son épouse coupable, Otton la condamne à la mort par le feu11. Enfin, Otton rachète sa propre condamnation potentielle en offrant à la veuve plusieurs châteaux, la rétablissant par la même dans ses biens et aussi dans son honneur.

10Pour bien comprendre les spécificités de ce récit de mise à l’épreuve, par rapport aux motifs communs des autres récits exemplaires évoquant des ordalies, je commencerai par remonter rapidement la filiation complexe du récit, avant d’en dégager les originalités, que ce soit en matière judiciaire mais surtout littéraire.

Du récit historique à l’exemplum

  • 12 Gottfried von Viterbo, Pantheon, éd. G. Waitz, inMonumenta Germaniae historica, Hannover, Hahn ( (...)

11Dans la plupart des variantes, le récit est présenté comme historique : « ut in quadam chronica dicitur » (LD), « Ex cronicis » (AN), et les versions dérivées précisent « segons se recompte en les Chroniques » (RE) ou « we rede in Chronicles » (AT). On se réfère donc clairement à une transmission écrite du récit et non à une simple transmission orale, comme souvent dans la prédication dominicaine. Pourtant, aucune des versions liées à la prédication ne cite la source d’autorité, seule le récit tardif d’Andreas Lazarus von Imhof cite en marge le nom du chroniqueur italo-germanique Godefroy (Geoffroi) de Viterbe comme auctoritas historique. Le Panthéon de Geoffroi de Viterbe, qui travailla au service des empereurs Conrad III, Frédéric Barberousse et Henri VI, contient bien une longue version (88 vers) de l’histoire12, plus détaillée que les mentions ultérieures, mais qui en est clairement la source et le référent d’autorité. Geoffroi permet de comprendre les aspects juridiques et judiciaires qui furent déformés, ensuite, par les adaptateurs religieux du récit. Mais Geoffroi de Viterbe n’est peut-être pas lui-même l’auteur de l’anecdote qu’il dit avoir simplement transcrite (descripsimus, subnotamus). Écrivant un siècle et demi au moins après l’événement, Geoffroi fait encore œuvre d’historien et apporte quelques précisions identifiant le nom de la maison comtale et celui de la région ; en revanche, les différentes versions postérieures éliminent toute identification du comte, de son épouse, ce qui témoigne avant tout de l’éloignement temporel du récit, mais aussi du passage de l’histoire à l’exemplum à valeur générale. Les prédicateurs n’en conservent donc que le squelette en éliminant pratiquement toute inscription du récit dans le temps, en dehors de la mention de l’empereur Otton.

  • 13 Jacobo a Voragine, Legenda Aurea vulgo Historia Lombardica dicta ad optimorum librorum fidem, par l (...)

12En l’état actuel de la recherche, je ne sais pas comment l’anecdote est passée dans la Légende Dorée, un siècle plus tard. Peut-être Jacques de Voragine a-t-il emprunté directement le récit à Geoffroi de Viterbe, ou l’a-t-il trouvé dans le Speculum historiale de Vincent de Beauvais (v. 1260), auquel il fait souvent de larges emprunts. Certains échelons intermédiaires nous échappent peut-être. Toujours est-il que Jacques de Voragine (qui écrit entre 1260 et 1298) inclut l’histoire dans la vie du pape saint Pélage (Pelage Ier, pape de 556 à 561 ou Pelage II, 579-590), mais il en fait surtout un épisode de son Historia Lombardica, qui constitue une véritable histoire de l’Italie lombarde, insérée au cœur de la Légende Dorée13. Bien que résumant l’anecdote, on trouve repris chez le Dominicain la plupart de ses éléments topiques, les étapes judiciaires de la procédure, notamment les quatre délais successifs nécessaires à la recherche de la vérité (dix jours, puis huit, puis sept, puis six, soit 31 jours en tout, un mois), qui auraient donné leur nom aux quatre châteaux offerts par l’empereur en compensation à la veuve (Dix, Huit, Sept et Six !).

  • 14 Arnoldi Leodiensis Alphabetum narrationum, éd. Elisa Brilli (en collaboration avec Jacques Berlioz (...)
  • 15 An Alphabet of Tales: an English 15th century translation of the Alphabetum narrationum of Etienne (...)
  • 16 Recull de eximplis e miracles, gestes e faules e altres ligendes ordenades per A-B-C, tretes de un (...)
  • 17 [Clemente Sánchez de Vercial], Libro de los exenplos por A.B.C., éd. John Esten Keller, Clásicos Hi (...)
  • 18 Certes, il reprend à l’Alphabetum narrationum l’articulation générale et le classement alphabétique (...)
  • 19 Que l’on songe à l’omniprésence du motif dans le Calila et Dimna, par exemple, puisque c’est le cœu (...)

13À l’extrême fin du XIIIe siècle (entre 1297 et 1308), le prédicateur liégeois Arnold de Seraing (ou Arnold de Liège) propose dans son Alphabetum narrationum une nouvelle version de l’anecdote qui reprend, très clairement, les éléments diégétiques de Jacques de Voragine14. Les variantes sont si minimes, en l’occurrence, que le texte est un décalque du premier. Les quelques 105 manuscrits conservés témoignent du succès de cette énorme compilation (plus de 820 récits classés par ordre alphabétique sous 550 rubriques ou lemmes alphabétiques) ; trois d’entre eux se trouvent aujourd’hui en Espagne, et de fait, parmi les nombreuses traductions réalisées au XVe siècle de l’Alphabetum narrationum, on en conserve une en anglais, l’Alphabet of Tales15, une en catalan, le Recull de eximplis anonyme16, et une en castillan17, celle de Clemente Sánchez de Vercial (1365-1438), le Libro de los exemplos pour A.B.C., qui doit dater des années 1436-38. Si les versions anglaise et catalane ne sont qu’une traduction quasi-littérale de la compilation d’Arnold de Liège, en revanche Clemente Sánchez brasse un matériel nettement plus large et complexe18. Il y a bien ici une recréation de l’exemplum. La version castillane est en outre la seule à situer l’exemple au lemme Princeps, dans le champ des vertus politiques du prince : celui-ci ne doit jamais se montrer trop crédule, i.e. croire trop « légèrement » (de ligero) les accusations portées devant lui. Il s’agit d’un motif essentiel dans la littérature didactique des Miroirs des Princes, notamment dans la péninsule Ibérique et dans les récits et contes d’origine orientale19. Mais cette moralisation de l’anecdote apparaît aussi dans le reste du corpus (« credere cito periculosum est » dans Arnold de Liège et Recull de eximplis qui précise judici, pour un juge).

  • 20 Geoffroi de Viterbe ne la nomme pas autrement que regina et se garde bien de donner la moindre pist (...)
  • 21 Le terme a été inventé par le cardinal Baronius au XVIe siècle pour désigner une période de supposé (...)
  • 22 Le lien entre la prétendue impératrice et ces femmes n’est en fait mentionné que par le chroniqueur (...)

14Chez les prédicateurs, l’histoire de l’ordalie subie par la comtesse veuve s’inscrit dans une classique image duelle de la femme, opposant la pécheresse et l’épouse honnête. La première est la prétendue impératrice20, qui concentre sur elle les images stéréotypées de la débauchée, remontant peut-être à l’époque appelée la « pornocratie pontificale » ou le « règne des catins »21, lorsque toute une série de papes du début du Xe siècle furent le jouet et les instruments de redoutables dames, leurs maîtresses ou leurs mères, qui monopolisaient le pouvoir, tuant et défaisant les papes à leur guise22. Geoffroi de Viterbe faisait déjà une claire allusion au motif de Jacob et de la femme de Putiphar, lorsqu’il évoquait le pauvre comte qui laisse son vêtement entre les mains de la débauchée. Jacques de Voragine parle d’elle comme d’une prostituée (« cuidam comiti se prostituere voluit »), désirant perpétrer un grand forfait (« facinus perpetrare ») et prête à lancer de fausses accusations contre celui qui l’a repoussée. Cette femme « era molt luxuriosa, la qual parla ab un comte ques gitas ab ella carnalment » (RE), ou encore « cobdicia cometer adulterio con un cavallero e conde » (LE). L’image de l’impératrice est donc bien celle des Théodora et autres Marouzie du Xe siècle… même si évidemment, bien d’autres mauvais exemples de femmes libidineuses et adultères pouvaient hanter l’esprit des prédicateurs dominicains !

15Les auteurs lui opposent l’image tout aussi stéréotypée de l’épouse ou plutôt de la veuve, qui accepte de subir l’épreuve en lieu et place de son défunt époux, avec une admirable constance d’âme, n’hésitant pas à s’opposer à l’empereur lui-même.

Trois étapes judiciaires : de l’épreuve à la preuve

16Le récit littéraire et exemplaire se décompose en plusieurs temps judiciaires.

17- Une 1ère exécution précipitée, sur le simple témoignage fallacieux de la reine (Geoffroi de Viterbe) et sans réel jugement concerté de la part de l’empereur sur la simple accusation portée par son épouse : « sine audiencia » (LD), « e no fou oyt de son dret » (RE) ; « non sabiendo la verdat » (LE). Seul Geoffroi de Viterbe prend longuement le temps d’expliquer pourquoi le comte s’est tu, pour de ne pas jeter l’opprobre sur la réputation de son seigneur l’empereur. N’oublions pas que c’est le contexte d’élocution de l’exemplum au moins chez Clemente Sánchez (« principe nin cavallero non deve creer de ligero ») comme chez Arnold de Liège et le Recull de eximplis (« credere cito periculosum est »). C’est la vraie morale de l’exemple : prendre le temps de la réflexion est indispensable, pour tout un chacun et plus encore pour les princes qui disposent du droit de vie et de mort sur leurs sujets.

  • 23 « Huius enim sceleris quis tibi testis erit ?/ Ecce caput comitis, dixit comitissa, paratum » (T, v (...)
  • 24 Henri Moretus PlantinLes Passions de saint Lucien et leurs dérivés céphalophoriques, Namur : secr (...)

18- La réclamation par la veuve d’une ordalie destinée à disculper a posteriori son mari, au cours d’une diète ou audience judiciaire en règle, mais de nature plus générale (Otton y recevant les réclamations de veuves et d’orphelins). On peut noter, avant même d’en venir à l’ordalie, que la veuve s’est présentée devant l’empereur en portant la tête de son mari sous le bras, chez Geoffroi de Viterbe, Jacques de Voragine (« vidua mariti caput secum suis portans in ulnis ») et chez Arnold de Liège (« vidua caput mariti sui secum portans ») ou dans la version anglaise (« wife come with hur husbannd heade in hur arm »). Seul le traducteur catalan a éliminé cette mention. Geoffroi présente clairement la tête du défunt comme la seule preuve de l’injustice commise contre lui23. De fait, elle est riche de sens puisqu’elle renvoie au motif du saint martyr céphalophore24, même si ici c’est la veuve qui porte la tête et non l’exécuté décapité qui se relève. Mais la fonction est la même que dans les céphalophories : crier vengeance, demander justice, en exhibant la preuve matérielle du crime commis par Otton dans sa précipitation. Les têtes des saints céphalophores parlent souvent ; c’est pour cela que la parole, le dialogue entre la veuve et l’empereur, a une place aussi importante dans toutes les versions. De même que l’épouse va pratiquer l’ordalie par substitution, elle parle aussi au nom de son époux, comme si sa propre bouche et celle de la tête coupée ne faisaient qu’une.

19D’autre part, l’ordalie est bien qualifiée de preuve ou d’épreuve probatoire par l’épouse : en dépit des légères variantes, Jacques de Voragine et Arnold de Liège disent la même chose : « et pour que tu aies la preuve que je dis la vérité, je te la donnerai par le jugement du fer rouge » (LD : « et ut me verum dicere comprobes / probes », AN : « hoc candentis ferri judicio comprobaba / approbato ») ; « mataste a mi marido contra justiçia, lo qual quiero provar tomando un fierre caliente, lo qual fizo luego » (LE) ; « e per que creegues que jo dich veritat, jo vull pendre lo ferre calent per saluar mon marit » (RE).

  • 25 Sur les différents types d’ordalie dans la pratique judiciaire : Jean Gaudemet, « Les ordalies au M (...)
  • 26 C’est notamment le cas dans l’exemplum bien plus connu de l’empereur de Rome qui se croit, à tort, (...)
  • 27 Robert Jacob, « La parole des mains. Genèse de l’ordalie carolingienne de la croix », in : Les rite (...)

20Dans la littérature judiciaire, comme dans les exempla, l’obtention de la preuve de l’innocence de l’accusé, ou de la culpabilité d’un accusateur déloyal, se fait par ordalie unilatérale ou bilatérale25 : dans le premier cas on connaît le fer chaud (passer, pieds nus, sur des socs de charrue rougis, ou bien tenir en main un fer oblong ou un fer à cheval), les charbons ardents sur lesquels il faut marcher26, « l’eau amère » biblique à boire (pour les femmes accusées d’adultère), ou l’eau glacée dans laquelle le corps est intégralement plongé (pour les sorcières), voire le pain et le fromage dont on gave un accusé qui ne doit pas s’étouffer ! L’ordalie bilatérale consiste en général en un duel judiciaire, qui permet d’établir la preuve de l’innocence ou de la culpabilité, en déléguant souvent à un tiers (un champion) le rôle de purgateur de l’accusée féminine ; ce combat aurait même pu opposer un homme à un animal, du moins dans l’histoire toute fictionnelle du duel entre le chevalier Macaire et le chien de Montargis, champion de son maître assassiné ! Autre type d’ordalie bilatérale, l’épreuve de la croix, les deux champions étant liés en croix, le premier baissant les bras ayant perdu27.

21L’épreuve par le feu reste quand même la plus fréquente. Mais alors que la majorité des récits exemplaires spécifie la façon dont l’accusé passe l’épreuve, ici, dans aucun des récits, pas même le tout premier, on ne précise si la veuve n’est pas du tout blessée par le feu (récits de type miraculaire) ou si on lui laisse le temps de guérir et de présenter une peau non-lésée (récits de type judiciaire). Seul l’émerveillement de l’empereur laisse penser que l’on se situe plus dans le registre du récit miraculaire que judiciaire : « Quod Caesar videns obstupuit » (LD), « E el emperador maravillosse » (LE), « E Lemperador marauellantse » (RE), à comparer à l’impassibilité de la veuve dans le diptyque de Louvain.

22- Une série de délais, servant à mettre en œuvre, dans les versions du Moyen Âge central, une enquête circonstanciée, durant au moins un mois, enquête aboutissant à l’exécution de l’impératrice, décision considérée comme une preuve finale de la bonne justice impériale, et encore présentée en modèle à Louvain à la fin du Moyen Âge.

  • 28 Le règlement des conflits au Moyen Âge, 31ème congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l (...)

23La question majeure est ici l’éloignement entre le récit initial et ses reprises postérieures. Chez Geoffroi de Viterbe, les délais successifs demandés par Otton renvoient à des pratiques d’une féodalité au temps des faides et des interminables vendettas familiales. Pour éviter ces dernières, la justice du haut Moyen Âge essayait de favoriser à tout prix un règlement arbitral des conflits, qui nécessitait de ne pas prendre de décision dans la chaleur du moment28 ; il fallait laisser du temps au temps, permettre à chacune des parties de se calmer, à travers des trêves successives (indutias), renégociées plusieurs fois de suite par l’entremise de garants, d’amis de chaque partie. C’est bien ce qui se passe dans le texte de Geoffroi de Viterbe, la comtesse acceptant au départ avec beaucoup de réticence de suspendre sa demande (que l’empereur soit exécuté pour son crime), sur les prières instantes de grands (proceres), de femmes de la cour et in fine de clercs. Au fur et à mesure qu’elle accorde ces nouveaux délais, sa colère semble retomber, et à la fin elle accepte de se démettre de sa demande, à condition que ce soit l’impératrice qui paye sa faute de sa vie, et qu’elle-même obtienne une compensation matérielle, les trois châteaux. Il s’agit là d’une classique composition arbitrale de type wergeld, destinée dans le monde germanique ou franc à racheter en fait le prix du sang versé. La différence majeure avec les pratiques classiques, est que la veuve ne semble pas soutenue, elle-même, par un clan ou un parti, ce qui explique qu’elle accepte, contrainte et forcée, ces délais et trêves successifs. Mais il n’est pas vraiment question d’enquête approfondie pendant ce temps, sauf peut-être une brève allusion (v. 68).

24Les remanieurs de Geoffroi de Viterbe n’ont pas compris le rôle de ces délais successifs, et ils en font un temps nécessaire à l’établissement de la preuve. Si l’épreuve de l’ordalie vécue dans une atmosphère de merveilleux, voire comme un miracle, témoigne de l’intervention divine aux côtés de la veuve accusatrice, cela ne suffit visiblement plus dans l’esprit des auteurs du Moyen Âge central à établir la preuve de l’innocence du comte… ou à disculper l’empereur. Otton aurait voulu établir des preuves irréfutables de l’accusation mensongère. D’autant que c’était sa propre tête qui était en jeu, puisqu’il avait déclaré, de façon toujours précipitée et inconsidérée, que celui qui fait exécuter un homme sans raison mérite la mort. Il est donc bien question là aussi d’établir une preuve, de connaître toute la vérité : « causa examinata, veritate cognita » (LD), « omnia examinata et veritate cognita » (AN), « sabida la verdat » (LE) « tentost feu pendre inquisicio per saber la veritat… trobada la veritat de la culpa de sa muller » (RE).

25Certes, il y a de subtiles nuances selon les récits, pour cette dernière étape de la procédure judiciaire. Les versions latines, catalane et anglaise reprennent les quatre délais procéduriers et les noms des châteaux compensatoires (réduits cependant à trois délais et trois châteaux dans la version catalane, et situés en prime dans l’évêché de Lunel !). En revanche, Clemente Sánchez – et lui seul – ne s’embarrasse pas de ces vieux restes procéduriers auquel le lecteur castillan du XVe siècle ne devait pas comprendre grand-chose, et se contente de mentionner qu’on finit par « apprendre la vérité », l’impératrice fut brûlée, et la veuve compensée.

26Les étapes judiciaires à proprement parler sont difficiles à expliquer et à corroborer par la pratique des environs de l’an mil. Car plusieurs éléments ne correspondent pas.

  • 29 Martine Charageat et Mathieu Vivas (éd.), Actes du colloque Les Fourches Patibulaires du Moyen Âge (...)

271° C’est le seul exemple que j’ai pu trouver où l’ordalie par le feu se fait a posteriori, non seulement après un jugement (ça, c’est classique) mais aussi après une exécution ; et non pas sur le corps de l’accusé, mais sur celui de son substitut, ici sa veuve. Le schéma est en fait plus proche de celui d’un récit de miracle à l’instar des pendus innocents, jugés et exécutés à tort, et soutenus au gibet par l’intervention de la Vierge, jusqu’à ce que la corde rompe ou que l’on vienne les décrocher en vie, à ceci près que la victime ne ressuscite pas ici29.

282° D’autre part, le schéma ne correspond pas à ce qui a été analysé par Jacques Berlioz concernant les ordalies dans les exempla du XIIIe siècle, après la condamnation de l’ordalie par Latran IV comme mode d’établissement de la preuve judiciaire. Ces exempla servent avant tout à montrer l’importance de la confession et du repentir, qui peuvent contredire le processus même de l’ordalie, en sauvant un pécheur coupable mais repenti. Ces récits sont destinés à proposer à l’auditoire la confession (annuelle et obligatoire désormais) en modèle de comportement, tout en minorant, en fin de compte, l’aspect merveilleux de l’ordalie, qui ne revient sur le devant du récit que lorsqu’il y a récidive du pécheur endurci ou présomptueux, et alors intervention divine. Or ici, dans aucune des versions, n’est mentionnée la confession du comte, ce qui est normal puisqu’il était innocent d’emblée. Seul le diptyque de Louvain évoque la présence d’un clerc à ses côtés.

293° L’enquête menée sur ordre de l’empereur renvoie à des pratiques judiciaires qui sont, sans doute, plus proches de celles du XIIIe siècle, avec établissement de la preuve par enquête (inquisitio). La question des quatre délais successifs offerts à l’accusé (ici l’empereur lui-même) par l’accusatrice semble avoir été mal comprise par les remanieurs du XIIIe siècle. Ils en font une sorte de temps d’enquête nécessaire à l’établissement rationnel de la preuve de l’innocence du comte. Mais ce n’est pas du tout ce dont il s’agissait chez Geoffroi de Viterbe (ou l’auteur du poème qu’il a repris, peut-être encore plus ancien).

30La procédure arbitrale ne semble plus correspondre à grand-chose pour les remanieurs de l’exemple qui éprouvent donc le besoin de préciser ses circonstances, et font notamment intervenir le pape qui, évidemment, n’avait rien à faire dans la procédure du haut Moyen Âge, un règlement entre grandes familles laïques : ainsi Jacques de Voragine comme Arnold de Liège affirment qu’il a fallu une intervention du pape et de grands pour que la dame accepte les quatre délais (« interventu tam(en) pontificum et procerum… ») ; en revanche, le traducteur du Recull de Exenplis qui ne parle que de trois délais, prétend que c’était une pratique normale du temps (« segons la custuma que era ladonchs se ach a fer e acabar »)… quant à Clemente Sánchez, il a carrément éliminé toute référence à ces délais successifs.

31Et surtout, à leurs yeux, ces délais ont permis de rechercher des preuves. Jacques de Voragine comme Arnold de Liège parlent bien d’une enquête en règle : « causa (ou omnia) examinata, et veritate cognita ». Le Recull de eximplis parle, en des termes encore plus spécifiques aux pratiques judiciaires du XIIIe – XIVe siècle, de « pendre inquisicio per saber la vertiat, la qual inquisicio… trobada la veritat de la culpa de sa muller ». Plus bref, Clemente Sánchez parle seulement de « sabida la verdat ». La recherche de la preuve par enquête se substitue donc aux modalités de la justice arbitrale du haut Moyen Âge avec apaisement des parties en litige. De façon subtile, la prédication du bas Moyen Âge est très consciente des pratiques judiciaires de son époque, et tout en recyclant de vieux récits, les adapte à son temps.

Littérature et procédés judiciaires : d’autres modèles ?

  • 30 Sur l’exercice de la justice à la cour d’Arthur, je ne peux que renvoyer aux pages que Martin Aurel (...)

32On peut aussi penser que les prédicateurs dominicains avaient également d’autres modèles à l’esprit. On le sait, ils n’hésitent pas à faire feu de tout bois, et pour convaincre leur auditoire, à se référer au moins allusivement à des textes littéraires connus. C’est peut-être ce à quoi ils pensaient ici, c’est-à-dire des pratiques bien attestées dans la littérature chevaleresque sur le duel judiciaire, par exemple dans Yvain ou le chevalier au lion, de Chrétien de Troyes, dans l’épisode des deux sœurs de la Noire Epine, qui s’insère dans une réalité juridique et judiciaire bien observée par Chrétien, celle de la « quarantaine le roi » : ce laps de temps offre à l’accusé(e) dans un duel judiciaire quarante jours pour trouver un champion ; il est prévu par la plupart des compilations de lois qui réglementent le duel judiciaire, comme les Assises de Jérusalem ou de Romanie ou comme les Coutumes de Beauvaisis, d’Amiens et de Bourgogne30. De façon assez étonnante, la pauvre sœur qui cherche un champion dans l’histoire est obligée de s’arrêter, malade, et c’est une jeune fille anonyme et qui n’a rien à voir avec elle qui va se substituer à elle dans sa quête du champion, Yvain à défaut de Gauvain. Encore un jeu subtil de substitutions…

  • 31 L’évêque Agobard de Lyon (v. 769-840) condamna effectivement les ordalies et les duels judiciaires, (...)
  • 32 Lewis Thorpe (éd.), « Le Roman de Silence by Heldris de Cornuälle », Nottingham Medieval Studies, v (...)

33Le réemploi de motifs littéraires est encore plus évident dans la reconstruction historique tardive d’Imhof, qui prétend pourtant faire œuvre d’historien, et observer un certain sens critique, en témoignent les deux mentions historiques précises : la condamnation de l’ordalie comme pratique judiciaire par le pape Etienne VI et par qu’Agobard évêque de Lyon31. Cependant, tout le début du récit d’Imhof ne provient pas de l’Histoire ou de l’anecdote relayée par les prédicateurs médiévaux. Imhof procède à une fusion entre l’exemplum classique, dont ce récit serait le dernier avatar, et un grand roman chevaleresque médiéval mettant là aussi en scène une autre reine fort libidineuse (elle-même inspirée de la femme de Putiphar) : il s’agit d’Euphémie, la première épouse du roi Ebain dans le Roman de Silence d’Heldris de Cornouailles (début XIIIe s.)32, où l’on retrouve étonnamment bien des éléments de la biographie de l’impératrice débauchée, chez Imhof, et notamment trois points :

  1. le fait qu’elle ait fait passer l’un de ses amants déguisés pour une dame de compagnie (une fois l’imposture dévoilé, lui aussi finit mal, écorché vif) ;

  2. sa tentative de séduction sur un membre de la cour de son époux (en l’occurrence Silence elle-même, sans savoir qu’il s’agissait d’une femme déguisée en homme) ;

    • 33 Sur ces thèmes, qui ont été abondamment commentés, voir, entre autres Elizabeth A. Waters, « The th (...)

    son châtiment par le feu, une fois sa double trahison révélée au grand jour33.

34Imhof est-il l’inventeur de la première partie de l’histoire (la fausse dame de compagnie) ou l’a-t-il trouvée dans les historiens anciens qu’il prétend reprendre… ou a-t-il tout inventé à partir du Roman de Silence ou d’un autre roman médiéval parlant de transvestisme, un thème fort commun ? En l’état actuel de la recherche, je n’ai pas pu le déterminer.

Conclusions

35Tout comme la bonne épouse avait osé subir l’épreuve de la vérité par le feu, c’est par le feu qu’est éliminée la souillure de la mauvaise épouse, la dénonciatrice calomnieuse, l’impératrice qui finit brûlée. L’exemplum est donc construit jusqu’au bout sur cette dualité entre la bonne et la mauvaise femme, entre deux modèles de comportement mis à l’épreuve du feu. Cependant l’anecdote historique à la base du récit présentait certaines spécificités historiques et judiciaires (la pratique de la composition arbitrale) difficilement compréhensibles au Moyen Âge central ; il y manquait aussi la confession qui est au cœur d’une politique de rédemption prônée par les prédicateurs mendiants. On a donc le sentiment que ces derniers ont eu bien du mal à faire rentrer l’anecdote dans le moule de leurs objectifs, et ont préféré broder sur d’autres thèmes annexes : le danger de la précipitation dans le jugement, l’importance d’établir une preuve par une enquête réfléchie. Mais cet hapax qu’est notre anecdote nous renvoie tout autant à une atmosphère littéraire (Silence, Yvain) qu’à des pratiques juridiques : les deux constituent ensemble l’arrière-plan mental de cet étonnant récit d’une preuve par l’épreuve.

Haut de page

Annexe

Annexes. Le dossier textuel.

Geoffroi de Viterbe, Panthéon.

Item, de tertio Ottone imperatore versifice subrogatur.
  
[Le prétendu crime et la condamnation du comte]
(1) Est iuxta Mutinam comitis domus Amula dicta,
Imperii tunc obsequiis iussisque relicta
Qua vacat hospitiis crebrius Otto suis.
Corpore glorificum comitem vultuque decorum
(5) Dum regina videt, stimulis urguetur amorum,
Et cupit hunc regis clam violare thorum.
In vitium regina virum dum flectere credit,
Veste trahit comitem, tractus sine veste recedit.
Spreta dolens mulier vota nefanda dedit.
(10) Protinus ascito queritur regina marito,
Suggerit, ut comitis caput amputet ense petito.
Crimine mentitio credidit Otto cito.
Dum comes in culpa domina testante putatur,
Iam dolus astruitur, cito mors indigna paratur,
(15) Nec locus insonti pandere vera datur.
  
[Le comte demande à sa femme de témoigner pour lui post mortem par l’épreuve du feu]
Indicat uxori proprie comes acta pudoris,
Dicens : Opto mori quam regis obesse decori,
Se michi prostituit femina digna mori.
Et quia delitui, fugiens luxum mulieris,
(20) Iudicor ad mortem ; non audeo vera fateri ;
Tu michi post mortem conscia testis eris.
Si dubium videatur eis,
quod teste probabis,
Iudicio candentis eos ferri superabis
,
Sic michi post mortem gaudia fama dabit.
(25) Uxor ait : Fuge, cum poteris, ne sic moriaris.
Ille refert : Magis opto necem, quam sons reputari ;
Qui fugit, ille magis suspitiosa trahit.
Dixit, et in fatum precone trahente vocatur.
Insequitur comitissa virum, quia fraude necatur.
(30) Morte data comitis, detulit ipsa caput.
  
[La comtesse réclame justice devant l’empereur et se soumet à l’épreuve du feu]
Iudicii causas dum precipit Otto parari,
Imperat et viduas celebri precone vocari,
Hisque piis studiis iura cupita dari.
Astitit occisum plorans comitissa maritum,
(35) Et queritur, quia iudicium dat Cesar iniquum,
Cui de more loci nititur arte loqui.
Dicit ei 
[C’est la comtesse qui parle] : Dic, pena reis quo iure paratur,
Si rupta quandoque fide vir fraude necatur ?
Retulit Otto: Caput perdere iure datur.
(40) Intulit hec : Tua te, Cesar, sententia dampnat,
Fraude meum iugulasse virum te crimine pandam.
Si vis iura coli, te decet inde mori.
Hec tacuit ; rex obstupuit, dicens mulieri :
Nescio quid queris, neque vera tulisse videris,
(45) Huius enim sceleris quis tibi testis erit ?
Ecce caput comitis, dixit comitissa, paratum ;
Fraude tua periit, proprium cognosce reatum,
Suscipe iudicium te peribente datum.
Rex ait : Iste comes meruit pro crimine mortem.
(50) Illa negat, cupiens ignitam sumere sortem.
Rex parat ignita, femina vincit ita.

  
[Tentatives de négociations, délais réclamés par Otton]
Dum laqueo iuris se conspicit Otto ligari,
Mira viri bonitas ratione potest superari,
Femineis manibus se sinit ipse dari.
(55) Dum regem comitissa tenet, dat regis honestas,
Ut capitis sit plena sibi collata potestas,
Sicut et arbitrio stet, cadat ipse, suo.
Cogitat illa modum, quo regem perdere possit.
Inducias tunc rex modicas pro tempore poscit,
(60) Addunt et proceres cum pietate preces.
Innumeris precibus procerum simul et mulierum
Regia vita decem spatio datur esse dierum.
Sic ratione ferum femina vicit herum.
Iam decima veniente die casumque minante,
(65) Otto redit, comitissa venit, que venerat ante.
Rex ubi dixit : Ave ; retulit illa : Cave.
Tollit eum comitissa reum, miranda leena.
Dum trahitur, dum precipitur subcumbere pena,
Femina victa prece distulit ipsa necem.
(70) Distulit, et dixit : Ita nunc tristissima parco,
Ut post octo dies gladio sit pena monarco.
Sic data tunc vita pendula pendet ita.
Pace dies octo rediens dum perficit Otto,
Tunc precibus cum principibus rursus petit Otto;
(75) Septima dat requiem post numeranda dies.
Septima preteriit, rursus cupit Otto mereri,
Ut sex ipse dies habeat cum pace tueri ;
Consilio cleri femina dixit : Erit.
  
[Conciliation finale : exécution de la reine, don de châteaux compensatoires]
Nec tamen illa dedit, nisi rex promitteret illi,
(80) Quod prius ignitis pereat regina favillis.
Hoc ubi convenit, vita redempta redit.
Pro tribus indutiis tribuit tria castra monarcus,
Nec fuit in reliquis concedere plurima parcus.
Nomina castrorum novimus atque solum.
(85) Si cupis illorum confinia nosse locorum,
Climate Tuscorum populus monstratur eorum;
Me quoque non latuit sepe videre solum.

Légende dorée et Alphabetum narrationum

Jacques de Voragine, Légende Dorée

Arnold de Liège, Alphabetum narrationum

Huic successit Otto tertius circa annum domini DCCCCLXXXIV.

[CCXXI] Credere cito periculosum est iudici

(1) Iste cognominabatur mirabilia mundi. Hic, ut in quadam chronica dicitur, quondam uxorem habuit, quae cuidam comiti se prostituere voluit. Sed cum nollet tantum facinus perpetrare, illa indignata pradictum comitem apud imperatorem adeo infamavit,

(1) Ex cronicis.

Otto tercius imperator uxorem habuit que cuidam comitti se prostituere voluit, qui facinus recusantem, illa apud imperatorem eum tantum infamavit

(2) quod eum imperator, sine audientia, decollari fecit.

(2) quod sine audientia eum decollari fecit;

(3) Qui, antequam decollaretur, rogavit uxorem suam, ut judicio candentis ferri post mortem eum comprobet innocentem.

(3) qui antequam decollaretur rogavit uxorem suam ut iuditio candentis ferri post mortem suam eum ostenderet innocentem.

(4) Adest dies, in quo Caesar pupillis et viduis se asserit judicium facturum, affuit et vidua mariti caput secum suis portans in ulnis. Tunc quaesivit ab imperatore, qua morte dignus esset, qui injuste aliquem occidisset. Qui cum privatione capitis dignum eum assereret, illa intulit dicent : Tu es ille vir, qui maritum meum ad suggestionem uxoris tuae innocenter occidi mandasti, et ut me verum dicere comprobes, hoc candentis ferri judicio comprobaba.

(4) Adest dies in quo Cesar viduis et pupillis asserit iudicium se facturum, afluit et vidua caput mariti sui secum portans; tunc quesivit ab imperatore qua morte dignus esset qui aliquem iniuste occidisset ; qui cum privatione capittis eum dignum asseret illa intullit dicent : « Tu es ille vir qui ad suggestionem uxoris tue maritum meum occidisti, et ut verum me dicere probes hoc cadentis ferri iuditio approbato.

(5) Quod Caesar videns obstupuit et in manu feminae puniendum se dedit. Interventu tam pontificum et procerum inducias decem dierum, deinde octo, tertio septem, quarto sex a vidua accepit. Tunc imperator causa examinata, veritate cognita uxorem vivam concremavit

(5) Quo Cesar videns obstupuit et in mano femine se puniendum dedit. Interventu tamen prontificum et procerum indutias decem dierum, deinde octo, modo septem et postea sex a vidua accepit. Tunc imperator omnia examinata et veritate cognita uxore(m) vivam concremavit

(6) et pro redemtione sui quatuor castra viduae dedi. Quae castra sunt in episcopatu Leviensi [var. Lunensis / Liviensi] et vocantur ab induciis dierum X, VIII, VII, VI

(6) et pro redemptione sui quatuor castra vidue dedit, que sunt in episcopatu Lunensi et vocantur ab induciis dierum decimum, octavum, septimum et sextum.

(moralisation) Hoc etiam valet ad iudices, mulieres et ad castum virum.

La version catalane et la version castillane

Recull de eximplis

Libro de los Exenplos pour A.B.C.

Eximpli de la gran maluestat de la muller del Emperador Octouia, segons se recompte en les Croniques. Credere cito periculosum est.

Princips non nimis credulus esse debet

Principe nin cavallero / non deve creer de ligero

(1) Octouia L.emperador hauia una muller que era molt luxuriosa, la qual parla ab un comte ques gitas ab ella carnalment. E perque el comte nou volgue fer, ella lo malmescla ab Lemperador son marit,

(1) El emperador Octo que fue dicho maravilla del mundo ovo una mugier que cobdicia cometer adulterio con un cavallero e conde, e el non consentio, por lo qual ella fue muy indignada e yrada, e acuso al conde delante el emperador que la quisiera forçar.

(2) per tal manera quel Emperador feu scapsar lo dit comte, e no fou oyt de son dret.

(2) E el creyendo de ligero las palabras de su mugier, e non sabiendo la verdat, mandole cortar la cabeça.

(3) E abans que moris lo comte dix a sa muller que con ell fos mort, que per saluar de ço que la Emperadriu lauia acusat, que ella prengues un ferre calt en les mans segons que era ladonchs la custuma de aquells ques volien saluar de la acusacio quels era feta.

(3) E ante que moriesse, rrogo a su mugier que despues de el muerto provasse ser innocente deste pecado, tomando un fierro caliente por el.

(4) Mort lo dit comte, la comtessa sa muller vench denant lo dit Emperador aquell dia quel Emperador acustumaua de oyir los plets e questions de les dones vidues e dels orffens ; e quant la comtessa li fo denant, dix li a altes veus : « Emperador senyor, que merex lo jutge que mata alguna personna sens raho ? » E Lemperador li dix : « Veramente aytal jutge merex morir. » « Donchs ço, dix la comtessa, tu est aquell que matist lo comte mon marit per lo fals consell de ta muller. E per que creegues que jo dich veritat, jo vull pendre lo ferre calent per saluar mon marit. »

(4) E un dia quel emperador avia de oyr el derecho de las viudas, vino aquel mugier e traya la cabeça de su marido en los braços. E pregunto al emperador que pena meresçia el que matava al ombre que non avia culpa. E rrespondio el emperador que le devian cortar la cabeça. E dixo la viuda : « Tu eres aquel que mataste a mi marido contra justiçia, lo qual quiero provar tomando un fierro caliente », lo qual fizo luego.

(5) E Lemperador marauellantse, tentost feu pendre inquisicio per saber la veritat ; la qual inquisicio segons la custuma que era ladonchs se ach a fer e acabar primerament en deu dies, e apres en vuyt, e apres en sis dies. E dins los dessus dits sis dies Lemperador, trobada la veritat de la culpa de sa muller, feu cremar sa muller ;

(5) E el emperador maravillosse e pusose em (sic) poder de la viuda que le diesse la pena que quisiesse. E sabida la verdat, mando quemar a su mugier.

(6) e dona a la dita comtessa en esmena de la mort de son marit deu (sic) castells, los quals castells son en lo bisbat de Lunell, e per aquella raho son nomenats aquells castells lo castells de les tregues dels .x., huyt et sis dies.

(6) E rredimiose del poder de la biuda dandole quatro castillos e doliendosse mucho por que abriera las puertas de las sus orejas a las palabras falsas e engañossas.

Alphabet of Tales. CCXXI. Credere cito periculosum est iudici.

We rede in Cronicles, how on a tyme þe Emperour *. [Latin MSS. Otto tertius impera/t/or] had a wyfe, þat wold at ane Erle of his on a tyme had liggen by hur. And when sho desirid hym þervnto, he excusid hym & said he wold not do sucℏ a truspas vnto his lord. And sho saw þat, & went & accusid hym vnto þe Emperour, and said he wold hafe defowlid hur. And þe Emperour tuke it vnto so grete wratℏ, þat he garte smyte of his head with-owten Iugement; and he was neuer *. [Neuer omitted, and added above the line.] olife agayn. & þan þe emperour desyrid his wyfe at þis erle mot be knowen after he was dead be beryng of a hate yrn, at luke wheþer he war innocent or noght; & sho grawntid. And þe day of Iugement was assigned, and many wedos & maydens callid vnto þedome; and þis Erlis wife come with hur husband heade in hur arm. And sho asked of þe Emperour what deade he war wurthi to hafe, þat slew a man wronguslie. And he said his head war wurthi to be smetyn off. And sho ansswerd hym agayn & sayd: "Thou ert þat man, þat at fals suggestion off þi wife slew my husband. And for to make prefe here-of, I oblissℏ me to bere þe hate yrn." And when þe Emperour saw þis, he had grete mervett, & commytt hym selfe to abide what punyssment at sho wolde deme hym vnto. So be prayer of bisshoppis & oþer worthi men he tuke respecte with hur furst for x, ten dayes, & þan for viij, & þan for vij, & þan for vi. And in the mene while he garte examyn þe cauce. And when he knew þe trewtℏ, he gaff hur for his rawson iiij castels þat er in þe bisshop[ryk] of Lunens. And be respecte at he had of þe dayes, þai er callid, Decimum, Octauum, Septimum, & Sextum, yitt vnto þis day.

Andreas Lazarus von Imhof, Le grand théâtre historique ou nouvelle histoire universelle tant sacrée que profane depuis la création du monde jusqu’au début du XVIIIe siècle.

(1) Les Chronologistes ne sont pas d’accord en cet endroit, savoir si ce fut au premier voyage qu’Otton fit en Italie qu’il exerça cette mémorable exécution de l’impératrice Marie sa femme, ou si ce fut au second. Cette princesse, qui était fille du roi d’Aragon34, était si adonnée à la débauche et si impudique, que ne pouvant se contenter de son mari, elle entretenait un jeune homme vigoureux, qui sous l’habit de femme passant pour une de ses filles [dames d’honneur] avait accès dans son appartement, et lui servait à tromper l’Empereur ; après même que cette intrigue eut été sue, que la prétendue fille ayant été déshabillée en public et reconnue pour ce qu’elle était, eut été exécutée à mort, et l’Impératrice rentrée en grâce, tout cela ne fut pas capable de lui faire changer de manière de vivre, au contraire plus abandonnée que jamais elle s’offrait à qui la voulait.

(2) Un jour cette infâme princesse s’étant amourachée d’un jeune comte, elle le fit venir dans sa chambre pour contenter ses désirs ; mais le jeune seigneur qui avait l’honneur en recommandation, ayant refusé de la satisfaire, cette femme au désespoir alla se plaindre de lui à l’Empereur et accusa de l’avoir sollicitée à lui accorder les dernières faveurs ; là-dessus le comte ayant été produit en justice, ne voulut pas nier qu’il n’eut eu un entretien avec l’Impératrice ; mais pour ne lui pas faire d’affront, ni à la Maison impériale, il aima mieux que la sentence rendue contre lui fût exécutée et se laisser couper la tête, que de s’excuser en disant quelque chose qui aurait tourné au déshonneur de la dame. Néanmoins avant que de mourir, il découvrit toute l’affaire à sa femme, et la pria de trouver après sa mort quelque expédient pour justifier sa conduite et faire connaître son innocence.

(3) Quelque temps après l’Empereur ayant convoqué la Diète à Roncaglia, cette dame alla se présenter à lui au tribunal lorsqu’il rendait la justice. Elle se plaignit de ceux qui avaient été cause de la mort du comte son mari, lui demandant sa protection contre les assassins, et l’Empereur la lui ayant promise aussitôt, et lui ayant dit que pourvu qu’elle les nommât, il leur ferait couper la tête, la veuve versant un torrent de larmes : « C’est vous, sire – lui dit-elle – qui sans avoir examiné si la chose était vraie ou fausse, avez fait mourir mon mari par la main d’un bourreau. »  Et en disant cela, elle lui mit à ses pieds la tête du comte et offrit de justifier l’innocence de son mari par l’empoignement d’un fer chaud, preuves qui étaient alors en usage. L’Empereur lui permit de faire cette épreuve, quoiqu’il y eut cent ans que le pape Etienne sixième l’eut défendue, et qu’Agobard évêque de Lions (sic, Lyon) eût beaucoup écrit en son temps à l’encontre35 ; mais on n’en fait plus de cas aujourd’hui, surtout quand on voit des opérateurs et des charlatans en faire tous les jours des épreuves, par le moyen de quelques secrets. L’Empereur fit donc apporter un gros brasier et y ayant fait mettre une lame de fer, on la fit rougir, et ensuite la dame l’ayant empoignée, la tint dans ses mains tant que l’on voulut. Après cette épreuve, le comte fut déclaré innocent, et la veuve demanda à l’Empereur sa propre tête, puisqu’il la lui avait promise. L’Empereur cherchant des faux-fuyants pour éluder sa parole, en rejeta la faute sur la calomnie de sa femme, et jura de la punir très rigoureusement. La veuve contente de la promesse de l’Empereur se retira, et Otton ayant fait dresser un bûcher sur le champ, il y fit brûler sa femme toute vive [marge : 1000 L’Impératrice est brûlée]; et après avoir fait réparation d’honneur à la comtesse, il lui fit présent de quelques châteaux.

(Conclusion) Nous avons rapporté le fait comme tous les Historiens le racontent, mais nous avons suspendu notre jugement sur ce qu’on en doit penser : au reste, cela nous doit servir d’un exemple mémorable de la justice que Dieu exerce contre les pécheurs endurcis, quelques grands et quelques puissants qu’ils soient dans ce monde.

Haut de page

Notes

1 Définitions générales : Claude Gauvard, « Duel judiciaire », Dictionnaire du Moyen Âge, sous la dir. C. Gauvard, A. de Libera et M. Zink, Paris : Quadrige, PUF, 2002 (2ème édition 2006), p. 453 ; Dominique Barthélémy, « Ordalie », Dictionnaire du Moyen Âge, sous la dir. C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink, Paris, Quadrige, PUF, 2002 (2ème édition 2006), p. 1020-1022. D’autres titres seront cités plus loin.

2 Jacques Berlioz, « Les ordalies dans les exempla de la confession », in : L’aveu : antiquité et Moyen Age. Actes de la table ronde organisée par l’École française de Rome avec le concours du CNRS et de l’Université de Trieste, Rome, 28-30 mars 1984, Rome : École française de Rome, 1986, vol. 88, p. 315-340.

3 Julie Jourdan, « Ordalie, image et sermon après le concile de Latran IV », Cahiers de recherches médiévales et humanistes [Online], 25 | 2013, p. 389-404 et Online depuis le 30 juin 2016 (consulté le 20 novembre 2018). URL : http://journals.openedition.org/crm/13111

4 Filippe da Ferrara, Liber de introductione loquendi (ou Liber mensalis), éd. Silvana Vecchio, in : I castelli di Yale, III, 1998, p. 131-165, n° 359 (éd. partielle et trad.).

5 Il s’agit d’une commande du collège des échevins de Louvain, désireux d’orner leur salle de réunion de peintures édifiantes. Le peintre reprend presque tous les éléments narratifs de l’anecdote en cinq étapes réparties sur deux panneaux. Ce diptyque témoigne que le motif, bien que relativement peu répandu, était encore bien connu au XVe siècle, du moins du théologien augustinien Jan van Haecht qui le proposa aux échevins, en guise de modèle exemplaire de bonne justice. Sur l’iconographie de la justice : Robert Jacob, Images de la justice. Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen Âge à l’âge classique, Paris : Le Léopard d’or, 1994 (notamment p. 166) ; et Barbara Morel, Une iconographie de la répression judiciaire : le châtiment dans l’enluminure en France du XIIIe au XVe siècle, Paris : Comité des Travaux historiques et scientifiques, 2007.

6 Andreas Lazarus von Imhof, Le grand théâtre historique ou nouvelle histoire universelle tant sacrée que profane depuis la création du monde jusqu’au début du XVIIIe siècle, Leyde, chez P. Vander, 1703, t. III, p. 108-109. J’ai modernisé un peu l’orthographe dans les annexes.

7 L’identité de l’empereur ne fait pas de doute, Geoffroi de Viterbe, Jacques de Voragine comme Clemente Sánchez sont très clairs ; le deuxième précise « Huic successit Otto tertius circa annum domini DCCCCLXXXIV. Iste cognominabatur mirabilia mundi. » et le second répète : « El emperador Octo que fue dicho maravilla del mundo » : Otton, né en 980, est roi de Germanie à partir de mai 983, associé à son père Otton II, puis il est sacré à Aix-La-Chapelle le 25 décembre 983, avant même que ne soit connue la mort d’Otton II à Rome le 7 décembre, et il est confirmé au pouvoir l’année suivante. Jacques de Voragine a trouvé la date de 984 au tout début de la notice que Geoffroi consacre à Otton, qui commence par anno ab incarnatione Domini 984 ! En outre, le surnom de « Mirabilia mundi » lui est donné aussi bien en Germanie qu’en Italie, par Geoffroi de Viterbe, mais aussi dans les Annales de Spire et bien d’autres textes. D’autre part, l’épisode de la tentative de séduction est le seul aspect de l’histoire qui n’a pas été représenté par Dierick Bouts.

8 Dans le diptyque : en haut à droite, l’impératrice se plaint auprès de son époux, reconnaissable à la couronne impériale fermée.

9 Dans le panneau de gauche du diptyque, registre central, l’accusé en chemise blanche, pieds et tête nus, est mené à l’échafaud, accompagné par un frère mendiant, et il adresse ses dernières paroles à sa femme, aux mains jointes. Au registre du bas, l’épouse reçoit la tête de son mari, dont le corps décapité git au premier plan. 

10 C’est le motif central du panneau de droite : au premier plan la veuve se présente devant l’empereur, la tête de son défunt mari dans les bras, aux pieds du trône le braséro dans lequel le fer a été porté à incandescence ; elle le tient bravement entre ses mains, tandis que les assistants lèvent les bras en signe de surprise devant le miracle.

11 C’est la dernière scène du diptyque : à l’arrière-plan, la femme soumise aux flammes du bûcher n’est autre que l’impératrice. Le programme iconographique proposé aux échevins de Louvain était très clair : en allant jusqu’à exécuter son épouse, Otton III offrait un parfait modèle de juge intègre. Cet exemple était destiné à rappeler aux autorités de Louvain leurs devoirs, c’est-à-dire rendre la justice de manière équitable, sans considération de personne, conformément au serment prêté lors de leur entrée en fonction. La mise en scène rend compte du caractère public de la procédure, de la présence de témoins et du soutien spirituel du clergé. Évidemment, l’histoire est actualisée : sur le premier panneau, le comte est présenté dans le costume des pénitents du XVe siècle dont les vêtements étaient ôtés pour marquer la perte de leurs droits et de leur statut social. L’épreuve du feu du second panneau est représentée comme une audience publique à la cour du duc de Bourgogne contemporain, Charles le Téméraire. L’actualisation de la scène est renforcée par les vêtements bourguignons de l’époque, l’évocation de vues de la ville de Louvain et la présence probable de portraits de contemporains.

12 Gottfried von Viterbo, Pantheon, éd. G. Waitz, inMonumenta Germaniae historica, Hannover, Hahn (Scriptores Series, 22), 1872, p. 107 sq. En ligne sur Digital Monumenta Germaniae historica : https://www.dmgh.de/de/fs1/object/goToPage/bsb00000867.html?pageNo=107&sortIndex=010%3A050%3A0022%3A010%3A00%3A00. Le passage sur l’ordalie se trouve p. 238-240.

13 Jacobo a Voragine, Legenda Aurea vulgo Historia Lombardica dicta ad optimorum librorum fidem, par le Dr Th. Graesse, 2ème éd., Lipsiae [Leipsig], chap. CLXXVII, 1850, p. 839, en ligne sur : https://archive.org/stream/legendaaureavulg00jacouoft#page/838/mode/2up

14 Arnoldi Leodiensis Alphabetum narrationum, éd. Elisa Brilli (en collaboration avec Jacques Berlioz et Marie-Anne Polo de Beaulieu), Turnhout : Brepols, collection Corpus Christianorum. Continuatio mediaevaliis n° 160, 2015, n° 221 ; le texte de Jacques de Voragine et celui d’Arnold de Liège sont aussi édités conjointement dans Archiv für das Studium der Neueren Sprachen und Literaturen, n° 118, 1907, p. 329-351, p. 340. Accès en ligne : https://archive.org/details/archivfrdasstu118brauuoft/page/329

15 An Alphabet of Tales: an English 15th century translation of the Alphabetum narrationum of Etienne de Besancon (sic), from Additional MS. 25.719 of the British Museum, éd. Mary Macleod Banks, Londres: Kegan Paul, Trench, Trübner & Co Ltd (Early English text Society, Original Series 126-127), 2 vol., 1904-1905 (rééd. Ann Arbor Mich., University of Michigan Humanities Text Initiative, 1997), n° 221, p. 154-155.
https://quod.lib.umich.edu/c/cme/AlphTales/1:224?rgn=div1;view=fulltext

16 Recull de eximplis e miracles, gestes e faules e altres ligendes ordenades per A-B-C, tretes de un manuscrit en pergami del començament del segle XV, ara primera volta estampades, éd. Marian AguilÓ y Fuster, et Angle AguilÓ, Barcelone : Verdaguer (Biblioteca catalana), 2 vol., 1873-1904, n° 187, p. 170-172. Numérisé sur https://archive.org/details/reculldeeximplis00np. Voir aussi éd. plus récente : Arnau de Lieja (Arnoldus Leodiensis), Recull d’exemples i miracles ordenat per alfabet, éd. critique par Josep-Antoni Ysern Lagarda, Barcelone : Barcino (Els nostres clàssics. Col.lecció B, 23-24), 2 vol., 2004.

17 [Clemente Sánchez de Vercial], Libro de los exenplos por A.B.C., éd. John Esten Keller, Clásicos Hispánicos, Madrid, C.S.I.C., 1961. Ex. n° 365 (309), p. 282-283 ; Clemente Sánchez, Libro de los exenplos por A.B.C., éd. et étude par Andrea Baldissera, Pise, éd. ETS (Publications de la faculté de lettres et de philosophie de l’Université de Pavie, dép. des langues et de littérature étrangère moderne), 2005.

18 Certes, il reprend à l’Alphabetum narrationum l’articulation générale et le classement alphabétique des exemples, mais il y ajoute des anecdotes venues de bien d’autres sources, et surtout adapte, simplifie, actualise.

19 Que l’on songe à l’omniprésence du motif dans le Calila et Dimna, par exemple, puisque c’est le cœur même de l’histoire centrale (le lion a écouté sans réfléchir les dénonciations calomnieuses du chacal et fait périr le bœuf sans chercher à prouver ou infirmer les dires du dénonciateur).

20 Geoffroi de Viterbe ne la nomme pas autrement que regina et se garde bien de donner la moindre piste sur son identité. Ses adaptateurs sont tout aussi perdus. En effet, Otton III semble n’avoir jamais été marié. Il y aurait eu des projets d’alliance avec une princesse byzantine (sa mère, elle-même, était une princesse byzantine nièce de l’empereur Jean Ier Tzimiskès), notamment une fille de Constantin VIII, mais qui ne serait arrivée en Italie qu’en 1002, pour apprendre la mort de son impérial fiancé.

21 Le terme a été inventé par le cardinal Baronius au XVIe siècle pour désigner une période de supposée débauche de la papauté, entre 904 et 963; les historiens allemands du XVIIIe siècle reprirent l’expression de Römisches Hurenregiment, littéralement « gouvernement romain des putains ». Sur cette période, voir Anne-Marie Helvétius et Jean-Michel MatzÉglise et société au Moyen Âge : Ve-xve siècle, Paris : Hachette supérieur, coll. « Carré histoire » (no 68), 1ère éd. 2008, rééd. 2014 et 2015, partie 2, chap. 6 (« Les conflits d’intérêt au sein l'Église carolingienne »). Voir aussi George L. WilliamsPapal Genealogy: The Families And Descendants Of The Popes, Jefferson (Caroline du Nord) : Éditions MacFerland, 1998, p. 13 ; et Louise-Marie LibertLes plus mauvaises mères de l'histoire, Primento, la boite à pandore, 2014, chapitre 4 : Jeanne ou Marouzie (IX-Xe siècle).

22 Le lien entre la prétendue impératrice et ces femmes n’est en fait mentionné que par le chroniqueur Raoul Glaber (985-1047) qui fait état d’un mariage d’Otton III, autour de 998, avec la veuve d’un sénateur et patrice romain, Crescentius Ier dit Nomentanus ou le Jeune ; celui-ci avait pris la tête d’une rébellion contre l’empereur et fut exécuté à Rome le 29 avril 998. Selon Raoul Glaber, Otton répudia cette femme « par divorce », peu après avoir installé Gerbert d’Aurillac sur le siège pontifical romain (Sylvestre II devient pape en 999) donc entre 999 et 1002 : « Interea minus idoneo usus consilio, praedicti Crescentii //Joannis// in suam uxorem adsumens, quam etiam paulo post, ut inconsulte accepterat, divortium agens dimisit. Tandem quoque nitens remeare ad Saxoniam, morte superveniente in Italia obiit. » (Cependant il ne fut pas aussi bien inspiré, quand il prit pour épouse la veuve de ce //Jean// Crescentius, et peu de temps après cette résolution peu réfléchie, il la répudia. Enfin, au moment où il se préparait à revenir en Germanie, la mort le surprit en Italie). Le problème, c’est qu’aucune autre source ne confirme la mention de Raoul Glaber. Cependant rien ne l’interdit non plus. Cette femme, appelée Theodora ou Stephania par les généalogistes, aurait appartenu à la famille des Crescentius-Théophylactes par sa première union ; c’est une très grande famille aristocratique romaine, qui avait de nombreuses attaches avec Byzance. Toute une série de personnages (Théodora l’ancienne, Marozie etc.) ont marqué les chroniques – ottoniennes surtout, comme celle de Liutprand de Crémone ou le Liber pontificalis. Il s’agit avant tout d’une propagande bien menée par les chroniqueurs ottoniens pour justifier la déposition du pape Jean XII en 963/64 (un membre de cette famille) et l’avènement d’Otton Ier qui le remplaça par son propre candidat. Deux (courtes) générations plus tard, Otton III était toujours en guerre contre les Crescentii. Il aurait donc pu vouloir neutraliser les derniers rebelles en épousant une femme du clan, mais Raoul Glaber écrit qu’il fut bien mal inspiré ; certes, il n’attribue pas à cette éphémère impératrice de débauches particulières, mais derrière elle se profile le souvenir de Theodora et Marouzie tel qu’il a été diffusé par Liutprand de Crémone.

23 « Huius enim sceleris quis tibi testis erit ?/ Ecce caput comitis, dixit comitissa, paratum » (T, v. 45-46).

24 Henri Moretus PlantinLes Passions de saint Lucien et leurs dérivés céphalophoriques, Namur : secrétariat des publications des Facultés universitaires, Louvain : Éditions Nauwelaerts, et Paris : J. Vrin, 1953.

25 Sur les différents types d’ordalie dans la pratique judiciaire : Jean Gaudemet, « Les ordalies au Moyen Âge : doctrine, législation et pratique canoniques », La preuve, Recueils de la société Jean Bodin pour l’histoire comparative des institutions, vol. XVII, tome 2 : Moyen Âge et Temps Moderne, Bruxelles : Éditions de la librairie encyclopédique, 1965, p. 99-135 ; Robert BartlettTrial by Fire and Water. The Medieval Judicial Ordeal, Oxford : Clarendon Press, 1986 ; Dominique Barthélémy, « Diversité des ordalies médiévales », Revue historique, 280, 1988, p. 3-25. Stephen D. White, « Proposing the Ordeal and Avoiding it : Strategy and Power in Western French Litigation, 1050-1110 », in : T. Bisson (éd.), Cultures of Power, Lordship, Status and Process in Twelth-Century Europe, Philadelphie : 1995, p. 879-923 ; Jean-Marie CarbasseHistoire du droit pénal et de la justice criminelle, Paris : P.U.F., 2000 (2ème édition 2006, etc., 2014), notamment chapitres n° 46 et 6 ; et Puissances de la Nature - Justices de l’Invisible : du maléfice à l’ordalie, de la magie à sa sanction, Colloque pluridisciplinaire organisé à Paris-Ouest Nanterre le 2 décembre 2010 par le Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit.

26 C’est notamment le cas dans l’exemplum bien plus connu de l’empereur de Rome qui se croit, à tort, trompé par son épouse. Geneviève Bührer-Thierry, « La reine adultère », Cahiers de civilisation médiévale, 35, 1992, p. 299-312.

27 Robert Jacob, « La parole des mains. Genèse de l’ordalie carolingienne de la croix », in : Les rites de la justice. Gestes et rituels judiciaires au Moyen Âge, sous la dir. Claude Gauvard et Robert Jacob, Paris : Le Léopard d’Or, 2000, p. 19-62.

28 Le règlement des conflits au Moyen Âge, 31ème congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Angers, 2000, éd. Paris : Publications de la Sorbonne, 2001, notamment les articles de Dominique BARTHÉLÉMY ; Hélène COUDERC-BARRAUD, « Le duel judiciaire en Gascogne d’après les cartulaires » ; Josep M. SALRACH, « Les modalités du règlement des conflits en Catalogne aux XIe et XIIe siècles » ; Bruno LEMESLE, « La pratique du duel judiciaire au XIe siècle, à partir de quelques notices de l’abbaye Saint-Aubin d’Angers », etc.

29 Martine Charageat et Mathieu Vivas (éd.), Actes du colloque Les Fourches Patibulaires du Moyen Âge à l’Époque moderne. Approche interdisciplinaire, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Pessac) les 23 et 24 janvier 2014. En ligne : Criminocorpus, Revue Hypermedia. Histoire de la justice, des crimes et des peines. https://criminocorpus.revues.org/3016

30 Sur l’exercice de la justice à la cour d’Arthur, je ne peux que renvoyer aux pages que Martin Aurell a consacrées à ce thème dans La légende du roi Arthur. 550-1250, Paris : éd. Perrin, 2007, p. 313-317. Voir aussi G. Cohen, « Le duel judiciaire chez Chrétien de Troyes », Annales de l’Université de Paris, 8, 1933, p. 510-527 ; P. Jonin, « Aspects de la vie sociale au XIIe siècle dans Yvain », L’Information littéraire, 16, 1994, p. 47-54 ; et Paule Le Rider, Le Chevalier dans le Conte du Graal de Chrétien de Troyes, Paris : 1978, p. 220.

31 L’évêque Agobard de Lyon (v. 769-840) condamna effectivement les ordalies et les duels judiciaires, dans un traité intitulé « Sur les sentences divines, contre le jugement de Dieu » (De diuinis sententiis contra iudicium Dei), où il pose la question de la rationalité de ce mode de jugement. En revanche, rien n’indique que le pape Etienne VI (élu en mai 896 et † 897) ait particulièrement condamné l’ordalie comme pratique judiciaire.

32 Lewis Thorpe (éd.), « Le Roman de Silence by Heldris de Cornuälle », Nottingham Medieval Studies, vol. 5, 1961, p. 33-74 ; 6, 1962, p. 18-69 ; 7, 1963, p. 34-52 ; 8, 1964, p. 35-61 ; 10, 1966, p. 25-69 ; 11, 1967, p. 19-56 ; id., Le Roman de Silence : a thirteenth-century Arthurian verse-romance, Cambridge : Heffer, 1972 ; édition révisée et dotée d’une traduction en anglais contemporain de Sarah Roche-Mardi (éd. and trad.). Silence: A Thirteenth-Century French Romance. A facing-page translation, East Lansing Colleagues, Michigan State University Press, 1992. Il existe une autre traduction en anglais par F. Regina Psaki (éd). Le Roman de Silence. New York : Garland, Garland Library of Medieval Literature 63, 1991; et une traduction en français : Le Roman de Silence, Florence Bouchet (trad.), in : Récits d’amour et de chevalerie, éd. Danielle Régnier-Bohler, Paris : Laffont (Bouquins), 2000, p. 459-557.

33 Sur ces thèmes, qui ont été abondamment commentés, voir, entre autres Elizabeth A. Waters, « The third path: alternative sex, alternative gender in Le roman de Silence », Arthuriana, 7:2, 1997, p. 35-46 ; Kathleen M. Blumreich, « Lesbian desire in the Old French Roman de Silence », Arthuriana, 7:2, 1997, p. 47-62 ; Florence Bouchet, « Le silence de la travestie : Le roman de Silence (XIIIe siècle) », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 10, 1999, p. 137-144 ; Robert L. A. Clark, « Queering gender and naturalizing class in the Roman de Silence », Arthuriana, 12:1, 2002, p. 50-63 ; Katie Keene, « 'Cherchez Eufeme': the evil queen in Le roman de Silence », Arthuriana, 14:3, 2004, p. 3-22.

34 Imhoff n’est pas le premier à évoquer une princesse espagnole comme épouse d’Otton III, au lieu d’une femme de la famille des Crescentii comme Raoul Glaber. Le premier à le mentionner – en l’état actuel de la recherche – est un auteur italien, Francesco Maria Ferrero di Lavriano, écrivant en 1702 pour la maison ducale de Savoie ; il évoque une certaine « Marie, fille de Sanche Roi d’Aragon, qui avoit esté mariée en premières noces à Ordinius Roi de Leon » et ajoute à son propos : « C’est pure chimere que cette princesse desbauchée, qui n’avoit point d’enfants, ait esté tuée par Bérold neveu de l’Empereur, comme quelques-uns se sont avisez de le faire accroire ; ce qu’il y a de vrai, c’est qu’elle fut exilée à Modene, et condamnée enfin à estre brûlée, aiant esté convaincuë de plusieurs meurtres et adulteres ». On n’en saura pas plus sur ces « quelques-uns ». En fait, d’une part on ne connaît aucun neveu Berold à Otton III, et d’autre part, Lavriano semble s’être empêtré dans la généalogie des souverains ibériques autour de l’an mil. On a bien trace d’une Marie de Navarre (m. 998), fille du roi Sanche II García (ou Garcès) de Navarre, également comte d’Aragon à partir de 972 par filiation maternelle. Elle n’a jamais été mariée à un roi Ordoño de Léon, en revanche sa mère, Urraca Fernández de Castille, avait été mariée trois fois en moins de vingt ans, à Ordoño III de Léon en 941 et à Ordoño IV de Léon en 958, et enfin au roi Sanche II Garcès ou Garcia de Navarre, auquel elle resta mariée cette fois 45 ans, lui donnant cinq enfants dont la fameuse Marie. Sur le plan chronologique et généalogique, rien n’interdirait donc d’envisager un mariage entre Marie et Otton III, sauf que l’on n’en a aucune autre trace !

35 L’évêque Agobard de Lyon (v. 769-840) condamna effectivement les ordalies et les duels judiciaires, dans un traité intitulé « Sur les sentences divines, contre le jugement de Dieu » (De diuinis sententiis contra iudicium Dei), où il pose la question de la rationalité de ce mode de jugement. En revanche, rien n’indique que le pape Etienne VI (élu en mai 896 et † 897) ait particulièrement condamné l’ordalie comme pratique judiciaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Coussemacker, « El fierro caliente : une ordalie atypique dans la prédication médiévale », e-Spania [En ligne], 34 | octobre 2019, mis en ligne le 09 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/32320 ; DOI : 10.4000/e-spania.32320

Haut de page

Auteur

Sophie Coussemacker

Université Bordeaux Montaigne
Laboratoire EA3656 AMERIBER (EREMM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals