Navigation – Plan du site
Preuve/Épreuve : démonstration de la vérité en péninsule Ibérique (XIIIe-XVe siècle)
III. Preuve, mise à l’épreuve et témoignages

Confiance et lecture des preuves dans les récits de l’ailleurs : démonstrations et stratégies de véridiction. Les traductions castillanes de Marco Polo et de Mandeville

Julia Roumier

Résumés

À travers l’analyse des stratégies de conviction propres à ces deux piliers fondateurs du genre viatique, ce qui surgit c’est le sens donné aux récits de voyages, leur efficacité sur leur horizon de réception. Entre la difficulté à accepter la véridicité du récit de Marco Polo en dépit de sa véracité, et la confiance accordée à Mandeville, en dépit de sa fictionnalité, c’est le pouvoir du discours sur l’image du monde qui est à l’œuvre à travers ces textes. Ni de simples divertissements, ni des encyclopédies, en réalité, ils donnent à lire de façon dynamique la marche d’un individu pour explorer le monde, le lecteur étant entraîné par le fil du récit sur les pas d’un voyageur et, par là même, est mise en scène la possibilité du voyage. Les sensations du voyageur doivent être retranscrites avec précision pour donner à lire son expérience du monde qui fonde la valeur d’un savoir empirique. Ainsi, les traductions hispaniques de ces textes sont-elles l’occasion de les réactualiser à la lumière des avancées propres au contexte historique ou des nouveaux témoignages, ce qui révèle l’intertextualité à l’œuvre dans l’image du monde, mais aussi la rétro-alimentation des textes dans leur stratégie de conviction, car le texte reste toujours la preuve par excellence.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Barry TAYLOR, « Los libros de viajes de la Edad Media hispánica: bibliografía y recepción », Actas (...)

1La définition du récit de voyage proposée par Barry Taylor rassemble en peu de mots les caractéristiques essentielles attendues : « una relación presentada como verídica en la que el autor describe sus propias andanzas por tierras exóticas, lo que al fin y al cabo significa Asia1 ». La simplicité de cette définition unit trois éléments complexes: l’affirmation de la véracité, la dimension autobiographique et la curiosité pour les territoires orientaux.

  • 2 Cf. Matthieu HUSSON, « L’écho des faits. Quelques remarques sur la prise en compte de la réalité se (...)

2L’étude des récits de voyages médiévaux révèle la difficulté à les classer et la nécessaire méfiance envers une lecture trop facilement anachronique. On les place en effet volontiers dans la catégorie des merveilles, divagations chimériques aux accents exotiques, aventures distrayantes... des fictions donnant une vision symbolique du monde. D’autres pourtant les placent plus franchement du côté de la science et de l’histoire. L’affirmation de véracité fondant le pacte de lecture du récit de voyage se heurte à sa constitution à partir de la conjonction d’éléments référentiels, tirés de l’expérience, et d’autres, légendaires ou miraculeux, hérités des conceptions mythiques de l’étranger ou tirés de sources textuelles. La rédaction des récits de voyages a en particulier permis, par cette reconnaissance de la valeur de l’expérience individuelle, un changement herméneutique, affranchissant partiellement le regard sur le monde des autorités livresques érudites et ouvrant la porte à la science moderne, avec des formes précoces d’empirisme. L’empirisme, rappelons-le, construit le savoir par l’expérience, et plus précisément s’appuie sur la mise à l’épreuve de ce savoir qui seule peut en démontrer la vérité. Evidemment, les hommes du moyen âge ne disposaient pas de méthodes expérimentales stricto sensu, mais portaient tout de même un regard critique sur la réalité sensible, « dans un dialogue avec les autres sources d’informations »2.

  • 3 Cf. Valeria BERTOLUCCI PIZZORUSSO, « La certificazione autoptica : materiali per l’analisi di una c (...)
  • 4 Franciscain envoyé par Louis IX vers l’Asie centrale dans un but d’évangélisation en 1253 ; son réc (...)
  • 5 Notre étude s’appuie sur la première traduction castillane (1503) : Joaquín RUBIO TOVAR, Viajes med (...)
  • 6 Julia ROUMIER, « Preuve et matérialité du souvenir d’ailleurs. L’objet dans les récits de voyage hi (...)
  • 7 Luis ALBURQUERQUE-GARCÍA, Ibid., p. 43.

3L’idée même de décrire le monde à partir du regard d’un voyageur qui le parcourt est un ancrage dans le réel, un appel à l’autopsie3. Cette idée innerve l’ensemble des textes en dépit de la grande variété recouverte par le genre viatique: depuis un voyage réel comme pour Marco Polo, des missionnaires comme Odorico de Pordenone et Guillaume de Rubrourck4, et un inclassable Pero Tafur, jusqu’à la fiction d’un Jean de Mandeville5 ou du Libro del conosçimiento et du Libro del Infante don Pedro de Portugal pour le domaine castillan. Le statut de la preuve est cependant particulièrement épineux pour ces textes qui décrivaient une expérience digne d’être contée, car hors normes, inusuelle. Singulier est en effet le témoignage d’un ailleurs lointain et donc peu, ou pas, accessible, non vérifiable et enfreignant les critères de la norme. Très rarement des preuves tangibles pouvaient être apportées, même si on note parfois la mention de la collecte d’objets pour autoriser le texte6. Au final c’est le vécu du voyageur qui prouve les contenus et le texte doit donc convaincre le lecteur de la véracité de l’expérience, d’où l’importance de la description de la présence physique du voyageur, de sa corporéité, de ses sensations, ce que Luis Alburquerque-García nomme avec justesse la « synestopie »7.

4Cette présence d’un voyageur-narrateur insuffle une vie aux contenus en les articulant au fil d’un récit. Il est la preuve, c’est-à-dire l’élément structurant déterminant la dimension testimoniale du récit de voyage, vrai, mais aussi personnel, à mi chemin entre l’objectivité pure du texte scientifique et la subjectivité de l’autobiographie. Comme l’indique Tzvetan Todorov, le récit de voyage se construit dans ce délicat équilibre entre la priorité donnée à la description de l’étranger et la présence indispensable du voyageur:

  • 8 Tzvetan TODOROV, Las morales de la historia, Madrid : Paidós, 1993, p. 99; « El viaje y su relato »

Una cierta tension, o cierto equilibrio, entre el sujeto observador y el objeto observado. Esto es lo que designa a su manera esta denominación relato de viajes : relato es decir narración personal y no descripcion objetiva ; pero también viaje, un marco pues,y unas circunstancias exteriores al sujeto. El límite por un lado es la ciencia ; por el otro la autobiografía : el relato de viajes vive de la interpenetración de los dos8.

  • 9 Sofía CARRIZO RUEDA, « Tradiciones tópicas y propósito de objetividad en La Embajada a Tamorlán », (...)
  • 10 Cf. Eugenia POPEANGA CHELARU, « Mito y realidad en los libros de viajes médiévales », in : Historia (...)
  • 11 On observe la même tendance téléologique erronée dans les études cartographiques : Patrick GAUTIER- (...)
  • 12 En témoignent les récits d’exploration et de conquête de l’Époque Moderne, en particulier pour le c (...)

5La mise en évidence de la dimension littéraire, voire romancée, des récits de voyages a conduit parfois certains à interroger leur prétention à l’objectivité9. Il semble toutefois bien stérile de porter un regard binaire, opposant mythes et réalités de façon frontale, alors que ces textes sont fondés sur une mentalité syncrétique, une esthétique du mélange et une recherche d’exhaustivité qui poussent à la fusion de différentes perspectives sur le monde10. C’est bien souvent un regard anachronique et téléologique qui condamne le merveilleux médiéval pour mieux valoriser la supposée progression vers la rationalité contemporaine11. Au contraire, l’étude de la période moderne montre bien que l’essor des explorations et voyages ne chasse pas le merveilleux médiéval, mais le reconduit ou le réinvente12.

6Quelles stratégies alors, dans ces textes, pour construire et restaurer la confiance dans le récit qui parle d’ailleurs ? La caution que constituent les marqueurs de véridicité, la vérification des sources, le modèle rhétorique de la evidentia et le recours à l’hypotypose sont à première vue les piliers efficaces de cette stratégie probatoire. On constate toutefois souvent la circularité du raisonnement qui démontre la véracité du voyage par les anecdotes précises et surprenantes tirées du voyage... dans une démarche de rétro-alimentation qui rappelle le syllogisme. Pour éclairer cet effort probatoire, je me limiterai ici à deux textes essentiels et complémentaires.

Le récit de Marco Polo : les stigmates de la fiction et des preuves de vérité a posteriori

  • 13 Juan GIL, El libro de Marco Polo anotado por Cristóbal Colón ; versión de Rodrigo de Santaella, Mad (...)
  • 14 GIL, op. cit., p. XXVI.

7Christophe Colomb a manifesté sa confiance dans les récits de Mandeville et de Marco Polo, qu’il avait annotés de sa main13. La bibliothèque colombine de Séville conserve ainsi plusieurs livres de géographie signés de sa main : la Cosmographie de Ptolémée, l’Histoire naturelle de Pline, l’Ymago mundi de Pierre d’Ailly, la Description d’Asie de Pie II et le livre de Marco Polo. Concernant ce dernier texte, cette version est la traduction latine de Francesco Pipino, Liber de consuetudinibus et condicionibus orientalium regionum, publiée entre 1485 et 1490 par Gérard de Leu à Anvers. On trouve dans cet exemplaire plus de trois cents notes manuscrites de Christophe Colomb, Hernán Colomb et de Gaspard de Gorricio qui ont été étudiées en détail par Juan Gil14 et témoignent de l’influence de l’œuvre de Marco Polo sur les voyages de découverte de la Période Moderne.

8Mais des lectures trop faciles font un contresens malheureusement très diffusé, caricaturant ces textes en prétendant qu’ils induisirent en erreur Christophe Colomb, lui promettant l’or de Cipango et des créatures monstrueuses dépourvues de réalité. Or, si c’est à juste titre un homme pleinement médiéval qui embarque, il faut toutefois noter que bien des annotations sont postérieures au premier voyage, servant d’argument a posteriori pour justifier sa découverte, et, d’autre part, que les sources médiévales, mêmes les récits de voyages fictifs, recèlent également certaines informations véridiques, comme dans le cas de Mandeville.

9Quant à Marco Polo, il faut rappeler que l’histoire de sa transmission est très complexe et que le texte diffère fortement selon les versions manuscrites et les traductions, ce dont témoigne la grande variété des titres que porte cette œuvre, comme le rappelle Joaquín Rubio Tovar dans l’introduction de son édition. Ce texte en particulier avait souffert d’un fort déficit de crédibilité initial. En ce qui concerne la réception proprement castillane du texte, Juan Gil souligne qu’en dépit de l’immense succès connu par ce texte dans toute l’Europe, la Castille lui réserva un accueil plus mitigé:

  • 15 L’affirmation selon laquelle l’Orient était dépourvu d’intérêt économique nous semble toutefois trè (...)

La relación de Marco Polo no figuraba (…) entre los libros más leídos ni mucho menos por los súbditos del reino de Castilla, cuyo interés comercial,por otra parte,vertido por aguas del Atlántico, bien hacia Flandes o Inglaterra, bien hacia las islas y tierras nuevamente descubiertas contribuía asimismo a esa despreocupación por el Lejano Oriente, cuyo tráfico mercantil controlaban todavía a trancas y barrancas los mercaderes italianos15.

10Il ne répondait en effet pas à l’horizon d’attente des lecteurs et cela en raison même des circonstances de sa rédaction qu’il nous faut rappeler à la suite.

  • 16 Juan Manuel CACHO BLECUA, « Traducciones catalanas y aragonesas en el entorno de Juan Fernández de (...)
  • 17 A. RUBIÓ i LLUCH, Documents per l’historia de la cultura catalana mig-eval, Barcelona, Institut d'e (...)
  • 18 Anca CRIVAT VASILE, Los libros de viajes de la Edad Media española, Bucuresti : Editura Universitat (...)

11Marco Polo (1254–1324) partit de Venise en 1271 et y revint en 1295. Son récit, Il Milione ou Le Devisement du Monde, rédigé en 1298, a rapidement joui d’une grande célébrité dans toute l’Europe et les nombreuses traductions conservées aujourd’hui en témoignent. Pour la pénétration sur la péninsule du texte polien et de ses épigones, la Couronne d’Aragon joua un rôle décisif dans la traduction des récits de Jean de Mandeville, Marco Polo, Hayton de Gorigos en aragonais et catalan16. Dès 1372, Pierre IV réalise la première acquisition connue d’un récit de voyage en Aragon avec une copie du récit de Marco Polo, rapidement suivie de deux autres en 137417. C’est encore ce même récit dont on retrouve de nombreuses mentions dans la correspondance de l’infant don Joan qui, en 1384, offrit au Comte de Foix un « llibre de Marco Polo »et qui, en 1384, devenu roi, en envoyait un autre exemplaire à son beau-frère le duc de Berry18.

  • 19 John NITTI et Lloyd KASTEN, « Flor de las ystorias de Orient : Escorial Z.I.2 », in : The Electroni (...)
  • 20 Voir l’excellente édition du manuscrit de l’Escorial: Libro de las maravillas del mundo (MS.ESC. M- (...)
  • 21 « La prueba de que estos libros no fueron leídos sólo como mero entretenimiento (tal como modername (...)

12Ces premières traductions ibériques nous révèlent déjà leur dimension de projet politique et la portée utilitaire de ces textes : le scriptorium de Fernández de Heredia a en effet organisé la traduction simultanée du Libro del Tesoro de Brunetto Latini, le Livre de Marco Polo, La flor de las Historias d’Orient de Hayton de Gorigos19 et le Livre des merveilles de Mandeville20, textes qui tous apportaient un savoir sur l’Orient précieux dans un contexte de tentative d’expansion21.

13Les premières traductions castillanes de Marco Polo furent plus tardives, ce que Rafael Beltrán Llavador explique par la difficile réception de ce texte apportant trop d’informations novatrices sur l’étranger. Selon lui, il a d’abord été nécessaire que d’autres voyages viennent modifier les conceptions de l’étranger afin que les contenus apportés par Marco Polo connaissent un meilleur accueil, les voyages récents ayant créé les circonstances nécessaires à sa réception comme document porteur de vérités:

  • 22 Rafael BELTRÁN LLAVADOR, éd., Maravillas, peregrinaciones y utopías : literatura de viajes en el mu (...)

Marco Polo,el primer viajero medieval que realmente describió y atravesó Asia, fue leído como un conjunto de fábulas, dado que su aventura rebasaba los limites conocidos y se ajustaba al modelo de los libros de caballerías. En cuanto a la fortuna peninsular (…) la traducción al castellano no será una realidad hasta la impresión de 1503, época en la cual los descubrimientos contemporáneos conferían un carácter urgente a las informaciones que doscientos años antes había facilitado sin alcanzar el debido crédito, el viajero italiano22.

  • 23 J. LARNER, Marco Polo y el descubrimiento del mundo, Barcelona : Paidós, 2001.

14Les informations transmises par Marco Polo déroutèrent par leur nouveauté et leur crédibilité fut amoindrie par l’empreinte de la littérature chevaleresque donnée au texte par son auteur réel, Rustichello de Pise, dans les prisons de Gênes. Peu d’informations sont conservées sur ce dernier dont on connaît une compilation en prose d’aventures arthuriennes intitulée Meliadus. La comparaison réalisée par John Larner d’un passage du Meliadus avec le chapitre XV du récit de Marco Polo23met en valeur de grandes similitudes qui confortent cette hypothèse : le transcripteur du récit réel de Marco Polo lui donne une forme littéraire marquée par l’empreinte de la fiction qui, paradoxalement, servait à mieux faire accepter un récit dont l’aridité factuelle ou le manque de bagage littéraire aurait gêné la réception. L’exemple de cette double autorité est connu, mais cette empreinte littéraire peut être vue plus largement dans les récits de voyages comme y invite Roland Le Huenen:

  • 24 Roland LE HUENEN, « Qu’est-ce qu’un récit de voyages? », in : Les modèles du récit de voyages. Litt (...)

S’il affecte de s’ouvrir à l’inouï, à l’étrangeté du référent, le discours du voyageur s’empresse de reconstruire le monde selon un modèle connu, de réduire les écarts et les différences et de projeter sur la réalité nouvelle le moule d’un sens déjà connu24.

15Le voyageur narrateur, intermédiaire entre deux mondes, accomplit donc nécessairement par son écriture un travail d’adaptation de l’un au système de compréhension de l’autre.

  • 25 J. RUBIO TOVAR, Viajes medievales, t. 1, Madrid : Fundación José Antonio de Castro, 2005, p. XXI.
  • 26 Rudolf WITTKOWER, « Marco Polo and the Pictorial tradition of the Marvels of the East », in : Orien (...)
  • 27 « De aquí se saca la que allá dizen salamandra, que son hilos de que hazen mantelés », RUBIO TOVAR, (...)

16D’autres éléments posaient problèmes dans la réception du texte de Marco Polo car ils heurtaient la sensibilité ou, pour le dire plus franchement, l’orgueil ethnocentré européen. En effet, Marco Polo donne de l’Asie l’image de territoires extrêmement raffinés, érudits, très bien organisés, prospères, de villes immenses et riches: « La imagen que ofrecía de China y Mongolia se apartaba de lo establecido,porque presentaba poblaciones y ciudades mucho más ricas y prósperas que las europeas »25. De plus, Marco Polo, parti très jeune en Asie et n’ayant pas reçu la formation qui lui aurait transmis les modèles établis, décrit des merveilles qui ne sont pas celles qui étaient familières à l’Occident chrétien. Sa totale méconnaissance de la géographie classique prive son texte du cadre traditionnel permettant son assimilation par les milieux éduqués. Les manuscrits poliens, comme le codex 2810 de la Bibliothèque Nationale de Paris, réalisé au début du XVe siècle pour le duc de Bourgogne Jean sans Peur, font preuve d’un réajustement de leur discours iconographique afin de faire correspondre le texte à l’horizon d’attente des mentalités européennes. Les superbes enluminures qui l’ornent réintroduisent les merveilles traditionnelles comme la licorne, figurée sous sa forme blanche et élégante alors que Marco Polo décrit une bête laide et sombre, le rhinocéros26. Les enluminures contredisent donc l’effort de rationnalisation et de démythification accompli par le texte de Polo en réintroduisant les merveilles traditionnelles dont il contestait l’existence. Ce même principe de réalisme s’applique à la représentation du griffon ou de la « salamandra » qui est bien, dans le récit de Marco Polo, un minéral (l’amiante) et non un animal27.

17Le récit de Marco Polo débute par une véhémente protestation de vérité et l’affirmation d’un témoignage de première main, avec la répétition du verbe voir:

  • 28 RUBIO TOVAR, Ibid., p. 21.

Lo que vide cuento como de vista e lo que supe por otros, como de oída, porque toda la narración sea fiel e verdadera […] hago saber a todos que después del nacimiento de Nuestro Señor Jesucristo no fue hombre pagano ni cristiano que tantas e tan diversas y maravillosas cosas alcançasse a saber como yo28.

  • 29 C’est à partir du XIVe siècle que la vue commence à se substituer à l’ouïe comme source de connaiss (...)
  • 30 « Maguer que las cosas que contaré parecerán de no creer a quien las oirá pero téngalas por ciertas (...)
  • 31 « E no penséis que aquestas cosas no sean verdaderas, porque yo mesmo he visto árbol de aquestas ca (...)

18La hiérarchisation des sources et preuves est claire, entre l’excellence du témoignage de première main (la vue) et, juste à la suite, le témoignage oral rapporté (l’ouïe)29. La valeur de ce récit est martelée: un tel témoignage sur ces régions lointaines est sans précédent, unique et exceptionnel par l’ampleur des territoires parcourus. La nouveauté du récit de Marco Polo, tout en justifiant sa valeur, pose problème pour sa réception et la confiance que pouvait lui porter ses lecteurs. Le narrateur réaffirme donc régulièrement, au cours du récit, la nature personnelle et directe du témoignage et sa véracité en dépit du caractère peu crédible des faits décrits. Il invite ainsi vivement son lecteur à le croire, en l’interpelant à l’impératif et en opposant l’extraordinaire des objets décrits à la vision directe qu’il en a eue30. On retrouve ce même recours à l’impératif dans le récit de Jean de Mandeville ; après avoir décrit des navires immenses taillés dans un unique tronc d’arbre, le narrateur apostrophe ses lecteurs à l’impératif pour leur défendre de douter de sa bonne foi au nom de la vérité de son expérience31.

19L’édition castillane du récit de Marco Polo est précédée du prologue de l’interprète qui nous éclaire sur les conditions de réception de cette lecture castillane, en particulier les motivations de la traduction à l’aube du XVIe siècle (1503). Cette contextualisation nous permet de discerner le souci d’une actualisation du savoir sur l’Orient, à un moment historique où se sont imposés des savoirs neufs qui n’auraient pu être tenus possible quelques dizaines d’années plus tôt. La traduction nouvelle révèle la lecture renouvelée faite du récit de Marco Polo à la lumière des récentes expéditions:

Las cuales, según las que en nuestra Europa vemos, oviéramos por consejas increíbles, si lo que en nuestros días de muchas islas del gran mar Océano ocidental por nuestros muy ínclitos reyes se ha descubierto y en las partes australes e orientales ante e después d’esto descubrieron e cada día descubren los muy nobles reyes de Portugal, no oviéssemos visto.

20L’usage du verbe découvrir au passé puis présent insiste sur cette action continuée, cet élan vers un avenir offrant encore d’autres découvertes. Le récit de Marco Polo apparaît ainsi comme un outil permettant de saisir ces nouveautés, de les mettre à profit.

  • 32 Christine GADRAT-OUERFELI, Lire Marco Polo au Moyen âge. Traduction, diffusion et réception du Devi (...)
  • 33 Au sujet de Rodrigo Fernández de Santaella y Córdoba (1444–1509) et de son action culturelle se réf (...)

21D’autre part le récit de Niccoló dei Conti, paru en 1448, avait largement contribué à corroborer la crédibilité de Marco Polo. En effet, ce second témoignage sur l’Orient lointain, rédigé après un séjour de plus de vingt-cinq ans en Orient, donnait une confirmation de source vaticane aux merveilles réelles déjà rapportées par Marco Polo. Une annotation découverte par Christine Gadrat dans deux manuscrits de Marco Polo confirme cette dynamique32. Ainsi la traduction castillane intègre-t-elle au récit de Marco Polo, le texte de Niccoló dei Conti lui-même, scellant leur unité. Cette traduction fut imprimée le 28 mai 1503 par les imprimeurs sévillans L. Polono et Jacobo Cromberger dans un volume très semblable à une précédente édition lisboète de 1502 qui contenait, outre le récit de Marco Polo, celui de Niccoló dei Conti (transmis par la India recognita de Poggio Bracciolini) et la lettre du Génois Jérôme de Santesteban à Juan Jácome Mayer. Traduit depuis le latin, ce texte a été réimprimé en 1529 à Logroño. Son traducteur fut le chanoine de la cathédrale de Séville, Rodrigo Fernández de Santaella (1444–1509), professeur d’art et de théologie à l’Université de Bologne33. Parmi les motivations de Santaella pour réaliser cette traduction, Juan Gil met en avant sa volonté de réfuter les justifications fallacieuses de Christophe Colomb. Ainsi, Santaella aurait souhaité:

  • 34 GIL, op. cit., p. XXVI.

dar un tremendo palmetazo en los nudillos a Colón, cuyas teorías acerca de la India y la localización de Ofir en la Española tenían la virtud de provocar la irritación del arcediano, que con ardor y vehemencia, dignos quizá de mejor causa se dedicó a refutar tales fantasías sin nombrar siquiera a su adversario34.

22Le prologue au récit de Niccoló dei Conti débute par une ouverture rédigée par le traducteur Rodrigo Fernández de Santaella, qui souligne la valeur accordée à la répétition des témoignages sur l’étranger dans la démonstration de leur vérité, et en particulier le rôle de confirmation du récit de Marco Polo joué par le récit de Niccoló dei Conti, établissant a posteriori sa vérité:

  • 35 Ibid., p. 122.

Porque este tratado […] haze mucho para confirmación e prueva de las cosas que micer Marco Polo en su libro escrivió, porque por boca de dos o tres, como Nuestro señor redentor dize, se prueva la verdad […]. Porque juntos tales testigos en este processo hagan llena o casi llena prueva de algunas cosas que, o por no las aver visto en nuestra Europa o leído por muy auténtica escritura, parecen consejas o difíciles de creer35.

23La preuve de la vérité du récit de Marco Polo est alors apportée par le témoignage convergent qui vient à bout de la réticence d’un lectorat qui jamais n’a vu de phénomènes similaires à ce qui est décrit au sujet de l’Asie. Toute comme Le Pogge cherche à accumuler des témoignages concordants, Santaella ajoute la traduction du récit transmis par Le Pogge à sa traduction de Marco Polo, afin de constituer une preuve consistante (« llena prueva ») qui permet de fonder une écriture « authentique » et digne de foi. Santaella prétend ainsi supprimer définitivement les doutes persistants sur des objets dont la réalité est discutée car ils n’ont pas été vus ou décrits dans des sources crédibles. Là encore le témoignage visuel et la nature de la source textuelle sont des données essentielles dans la construction d’une présentation apte à susciter la créance du lecteur. Au final, l’autorité divine est elle-même affirmée comme source de cette confiance accordée aux témoignages convergents (« porque por boca de dos o tres, como Nuestro señor redentor dize, se prueva la verdad »).

24Santaella valorise dans ce prologue le récit qu’il traduit en soulignant sa nouveauté par la désignation des limites du savoir érudit que représentent les autorités. En raison de son expérience de première main, le témoignage de Marco Polo constitue un dépassement majeur des sources anciennes et des Autorités les plus réputées dont Santaella dresse la liste. Le défi est alors de convaincre le lecteur de la véracité d’un texte qui, se basant sur une connaissance empirique, ne correspond pas au savoir géographique établi. Pour cela la liste permet d’affirmer que, s’il dépasse les autorités, il s’insère aussi dans une tradition, un héritage, à travers la liste des prédécesseurs dont il serait la suite logique, le continuateur, en dépit de la rupture herméneutique qui constitue sa plus value :

  • 36 Joaquín RUBIO TOVAR, op. cit., p. 5–6.

viendo yo que, según por él parece, alcançó mucho más por vista de aquellas provincias que Tolomeo, ni Strabo, ni Pomponio Mella, ni Solino, ni el capitán de la flota macedónica del gran Alexandre, llamado Onesícrito, ni el romano ciudadano que en tiempo de Nuestro Redentor e de Tiberio César muchas tierras orientales penetró, ni aquel sabio Apolonio de quien san Jerónimo en la epístola a Paulino haze mención, no otro famoso cosmográfo ni histórico ante ni después del dicho Alexandre, ni en tiempo de la romana monarquía por vista,ni por relación, ni por lección de las cosas de aquellas tierras e provincias alcançaron36.

  • 37 Nathalie BOULOUX, « Le statut des récits de voyages dans la géographie humaniste du XVe siècle », L (...)

25Santaella indique de la sorte à son dédicataire, don Alfonso de Silva, que seul Marco Polo pourra lui apporter les savoirs inconnus, absents des autres sources et il souligne ainsi le prix de sa traduction inédite. Ce prologue cherche donc à défendre la valeur du texte par une vision moderne où l’empirisme permet de renouveler le savoir géographique et de dépasser les autorités, sans pour autant les mettre de côté dans une rupture totale. Comme le souligne Nathalie Bouloux, dans un travail en partie consacré à Marco Polo, le souci de la certification du récit et les réticences envers les innovations empiriques restent constants au XVe siècle mais la vraie nouveauté serait la capacité des auteurs à « juger du caractère opératoire des données rapportées » en se fondant sur trois critères : « l’honnêteté du voyageur, la vraisemblance et la concordance avec les modèles anciens et avec d’autres témoignages contemporaines »37. Le dépassement reste une forme de continuité.

Jean de Mandeville : la sphéricité de la terre, une démonstration

  • 38 « comiença el libro que compuso el noble cavallero Johan de Mandavila, de las maravillas que vio an (...)
  • 39 Le récit de voyage ancien n’appartient pas pleinement à la catégorie autobiographique dans la mesur (...)

26Le récit de Jean de Mandeville se présente donc comme un témoignage de première main et cette voix de l’auteur-voyageur est essentielle à la stratégie de conviction. La traduction castillane commence par le rappel de l’identité de l’auteur pleinement confondu avec le narrateur38. Le récit de voyage de Mandeville est un de ceux qui développe le plus la dimension autobiographique en germes dans le témoignage39.

27L’originalité de ce texte réside pour ce point sur le fait que le narrateur affirme non seulement la vérité de son témoignage mais se présente également comme l’acteur d’une démonstration scientifique, physiquement engagé dans la récolte des preuves.

  • 40 « Yo los querría tanto como los otros porque yo los he visto probar ». Ibid., p. 256.

28Lorsque dans un long passage au cœur de son lapidaire, il délivre une leçon détaillée de l’art de reconnaître les vrais diamants, il affirme avec aplomb que son expertise est de première main car il en a vu la démonstration ou preuve (je les ai vu être testés)40.

29En se basant sur ses souvenirs d’enfance, son expérience de voyageur, mais aussi sur des résultats expérimentaux obtenus spécifiquement dans ce but, il affirme la sphéricité de la terre et la possibilité d’effectuer une circumnavigation avec des procédés probatoires de méthode empirique :

  • 41 J. RUBIO TOVAR, op. cit., p. 272–274.

E sabed que, según yo he podido entender […] es gran verdad por cuanto lo he provado con una lança que fincava en tierra a la hora de mediodía […] se me ha muchas vezes acordado de una cosa que yo vi cuando era pequeño ; sé yo bien que he andado más jornadas en ir a las Indias que en ir derecha vía de la Tramontana contra mediodía41.

30La présence de Mandeville parmi les textes annotés par Colomb est souvent la cause de raccourcis trompeurs. Bien qu’il s’agisse d’un récit de voyage fictionnel, empruntant bien des contenus à une riche bibliographie, ce texte dépasse ses sources. Il comporte des passages de nature proprement scientifique et le plus connu est très certainement celui qui lui permet l’affirmation de la sphéricité de la Terre et de sa circumnavigabilité à l’aide d’observations astronomiques très précises, rare passage où l’auteur semble abandonner ses sources érudites:

  • 42 Ibid., p. 271.

En esta tierra ni en otras partes que allá no se vee la Tramontana, que es la estrella por la cual se guían los marineros en la mar ; la cual estrella es immóbile, más allá se vee la otra estrella contraria,que está a Mediodía,la cual llaman « Autentique », por la cual se guían los marineros de allá, assí como fazen los nuestros por la Tramontana […] si hombre fallase naves y gentes que quissiessen ir a cercar el mundo todo de alto y baxo la cual cosa yo prové según que lo yo he enseñado […] y por el curso del estrelabio, yo he fallado que aquella estrella inmutable de Tramontana o de alto III gradas y en Alemaña fazia Roma ella tiene LVIII grados y aún más adelante. En las parte de Septentrión ay LXII grados en alto y algunas minutas, porque yo mesmo he estrelabiado42.

31La démonstration de l’auteur s’appuie sur un témoignage personnel à travers des mesures qu’il affirme avoir prises lui-même à l’aide d’un astrolabe en divers points du globe. Il donne précisément ces mesures chiffrées afin de mieux convaincre son lecteur de la véracité de sa théorie qui repose non seulement sur ces calculs, mais aussi sur des observations personnelles, un engagement physique dans cette recherche de preuves, qui sont la clef pour sa construction d’hypothèse:

  • 43 Ibid., p. 272.

E si yo uviera fallado naves y alguna compañía para ir más adelante, yo creo que uviesse visto toda la redondeza del mundo alderredor porque, assí como vos he dicho, la meitad del firmamento no tiene sino CLXXX grados y yo é visto LXII de una parte y XXXIII de otra, que son LXXXV grados […] porque vos digo por cosa cierta : que hombre podría rodear alderredor toda la tierra y redondez del mundo, assí de alto como de baxo, y tornarse a su tierra43.

  • 44 « Fasta a Constantinopla hay mil y ochocientas y LXXX leguas lombardas ; que son bien LX leguas fra (...)
  • 45 « DCC estadios que son XXIX leguas ». Ibid., p. 273.
  • 46 En témoigne un passage tiré de sa description de la Mer Morte qui indique ses dimensions précises : (...)

32Le narrateur répète les mesures chiffrées avec insistance et utilise de nombreuses structures pour témoigner de sa bonne foi et de sa conviction. Mandeville prend soin de préciser la nature des unités de mesure qu’il utilise44ou indique les rapports de conversion afin de donner plus de clarté à sa démonstration de la sphéricité de la terre45. Le récit de Mandeville est en effet généralement d’une scrupuleuse précision en matière de mesures et de distances, ce qui le distingue des autres récits fictifs46. Le nombre de ces précisions n’est sans doute pas sans rapport avec la force de conviction de ce texte qui fut longtemps considéré comme véridique. On observe ici plus précisément la répétition de l’expression du mouvement circulaire revenant à son point de départ (rodear, tornarse) et des syntagmes insistant sur la sphéricité (alderredor).

33Cette affirmation argumentée de la possibilité de la circumnavigation a été d’une influence capitale sur l’entreprise de Christophe Colomb, ou, plus précisément, sur sa justification a posteriori.

  • 47 Juan GIL, El libro de Marco Polo anotado por Cristóbal Colón, Madrid: Alianza Universidad, 1987, p. (...)

La biblioteca de Colón, en definitiva, se formó muy tardíamente, cuando sobre el Almirante descargó un chaparrón de críticas que lo acusaban de no haber llegado todavía a la India según lo capitulado en 1492. Entonces fue cuando, aprisa y corriendo, el genovés tuvo que improvisar su argumentación erudita, haciendo acopio de libros que podían avalar sus logros, muy hazañosos, sí, pero nada rentables a decir verdad en 149747.

34Le narrateur Mandeville utilise ses souvenirs personnels, même lointains, et la répétition corrobore la validité de la démonstration. Mandeville se distingue ainsi des autres auteurs de récits de voyages en ne se contentant pas de décrire des choses vues ou entendues. Le narrateur conduit une réflexion principale et construit la démonstration lui permettant de soutenir sa thèse appuyée sur une expérience individuelle. Cette attitude réflexive et démonstrative revient à plusieurs reprises et sur des sujets variés, ce qui témoigne de la volonté de l’auteur de marquer sa présence au fil du texte par des prises de position personnelles.

  • 48 On retrouve cependant un même intérêt pour les indices confirmant la sphéricité de la terre dans le (...)
  • 49 Michelle GUÉRET LAFERTÉ, Sur les routes de l’empire mongol. Ordre et rhétorique des relations de vo (...)

35Cependant une telle démonstration scientifique appuyée sur des preuves chiffrées reste tout à fait exceptionnelle et novatrice au sein du genre du récit de voyage médiéval48. Mandeville utilise le récit de voyage comme la structure euristique d’une démonstration scientifique : la démonstration scientifique menée à bien par Jean de Mandeville ne peut aucunement être considérée séparément du récit fictif qui lui donne vie. La fiction et la vérité scientifique s’épaulent mutuellement, ou, comme l’écrit Michelle Guéret Laferté : « l’axe syntagmatique constitué par l’itinéraire devient chez Mandeville une structure euristique »49.

  • 50 Marie-José LEMARCHAND, éd., Benedeit y Mandeville, Libros de maravillas, Madrid : Siruela, 2002, p. (...)

36Comme l’écrit Marie-José Lemarchand au sujet de Mandeville : « La verdad ficticia, llámese mentira, es la garantía de la verdad científica, y no existe contradicción en la mente medieval »50. C’est bien le récit et l’incarnation du récit par un voyageur qui donne épaisseur et vie à cette recherche d’une signification du monde. Fiction et document sur le réel sont les deux faces d’une même médaille, comme le souligne Sofía Carrizo Rueda, la démonstration de la sphéricité de la terre repose étroitement sur l’image du monde qu’offre le récit :

  • 51 Sofía CARRIZO RUEDA, « Modelo genérico y horizonte de recepción en el relato de Mandeville », in : (...)

los rasgos que lo acercan a un relato de entretenimiento y los aspectos documentales como dicha cuestión de la redondez del globo no pueden considerarse por separado porque constituyen las dos caras de una misma moneda. El relato de viajes propiamente dicho es un relato bifronte que posee una inescindible estructura literario-documental, la cual deriva de la necesidad primaria del discurso que es la construcción de la imagen del mundo recorrido51.

37Le récit de Jean de Mandeville offre l’exemple remarquable et spécifique d’une authentique démonstration scientifique dans laquelle le voyage lui-même fonctionne comme un argument supplémentaire venant corroborer la thèse défendue. Toutefois ce noyau signifiant au cœur du récit ne doit pas estomper la diversité des contenus apportés au fil du texte. Ainsi, le récit de Mandeville apparaît comme une réalisation exemplaire de la conjonction des savoirs opérée par les récits de voyages au sujet de l’étranger.

Conclusion

  • 52 Luis ALBURQUERQUE-GARCÍA, Ibid, p. 35.
  • 53 N. BOULOUX, « Humanisme et découvertes géographiques. Avant-propos ». Médiévales, 58, 2010, p. 7.
  • 54 M.M. RODRÍGUEZ TEMPERLEY, op. cit., p. LIII. 

38La traduction castillane de Marco Polo apparaît comme un acte d’intérêt collectif permettant à l’Espagne de ne pas se laisser distancer dans la course au savoir dans laquelle sont engagées les grandes puissances européennes. Ainsi, les traductions de ces deux textes, l’un basé sur une expérience réelle et l’autre considéré comme totalement fictif (en dépit d’une certain fondement expérimental, comme nous l’avons vu), révèlent que, loin d’être des supports à une vaine rêverie, les récits de voyages sont en réalité un moteur d’action, un ferment constructif pour l’élan des découvertes. Luis Alburquerque-García le rappelle à juste titre en plaçant les récits de voyages sous l’auspice et dans la continuité de Hérodote et Xénophon : « heredero de esta tradición historiográfica […] no es un género ficcional sino factual »52. Et cette continuité fait sens à l’aube du XVIe siècle, alors que les découvertes géographiques s’allient aux découvertes littéraires, « nouvelles lectures de textes anciens ou lecture de textes nouvellement traduits », comme l’indique Nathalie Bouloux53. La dimension narrative est bien au service de cette démonstration d’un savoir sur le monde : le récit du voyage, l’incarnation de cette expérience, constitue le premier argument afin de convaincre le lecteur des contenus diffusés par le texte. Ces textes témoignent ainsi d’une réelle capacité d’adaptation, intégrant des savoirs nouveaux aux cadres préexistants qui leur donnent une cohérence. Comme le souligne Rodríguez Temperley54, contrairement à la pure compilation statique des encyclopédies, les récits de voyages sont caractérisés par un dynamisme propre qui entraine le lecteur et gagne sa confiance.

  • 55 Alberto GÓMEZ GUTIÉRREZ, Del macroscopio al microscopio. Historia de la medicina científica, Bogotá (...)

39Il semble nécessaire de réévaluer l’apport de Marco Polo à la Renaissance : Alberto Gómez Gutiérrez souligne ainsi comment Polo a facilité l’introduction en Europe de la science chinoise qui a profité d’une véritable Renaissance sous la dynastie Song (jumelles, imprimerie, poudre à canon...), préparant l’essor de la science expérimentale55. Plus largement, les récits de voyages ont permis de forger un nouveau rapport au savoir, un désir d’exploration, une prose de conscience géographique, une confiance rénovée dans l’expérience individuelle.

  • 56 Carlo GINZBURG, Rapports de force : histoire, rhétorique, preuve. Paris : Le Seuil, 2003, p. 53.

40L’acquisition du savoir sur le monde passe par un cheminement que retrace le récit pour entrainer le lecteur dans cette découverte. C’est bien l’épreuve du voyage qui fait preuve aux yeux du lecteur montrant la construction rhétorique d’une preuve par le récit. Comme l’écrivait Carlo Ginzburg : « Les preuves loin d’être incompatibles avec la rhétorique en constituent le noyau fondamental »56.

Haut de page

Notes

1 Barry TAYLOR, « Los libros de viajes de la Edad Media hispánica: bibliografía y recepción », Actas do IV Congresso da Associaçao Hispânica de Literatura Medieval, Lisbonne : Cosmos, 1993, p. 57–58.

2 Cf. Matthieu HUSSON, « L’écho des faits. Quelques remarques sur la prise en compte de la réalité sensible dans des textes optiques, astronomiques et musicaux du début du XIVe siècle », Nathalie BOULOUX, Patrick GAUTIER-DALCHÉ et Angelo CATTANEO, dir., Humanisme et découvertes géographiques. Médiévales, 58, 2010, p. 113-128. Dans cet article particulièrement riche, l’auteur signale que la science médiévale en se contentant de la « similarité » des expériences ne parvenait pas au principe de reproductibilité maîtrisée, propre à la science empirique véritable (p. 118).

3 Cf. Valeria BERTOLUCCI PIZZORUSSO, « La certificazione autoptica : materiali per l’analisi di una costante della scritura di viaggio », C. BOLOGNA, éd., Viaggie e scritture di viaggio. L’uomo, III, 1990, n°2, p. 281-299.

4 Franciscain envoyé par Louis IX vers l’Asie centrale dans un but d’évangélisation en 1253 ; son récit fut utilisé par le philosophe Francis Bacon, précurseur de l’empirisme, dans son Opus maius. Luis ALBURQUERQUE-GARCÍA, « El empirismo avant la lettre en Il Milione de Marco Polo », Rafael BELTRÁN LLAVADOR (dir.), Viajeros en China y libros de viajes a Oriente (siglos xiv-xvii), Parnaseo, Universitat de València, http://parnaseo.uv.es/Editorial.htm, p. 36.

5 Notre étude s’appuie sur la première traduction castillane (1503) : Joaquín RUBIO TOVAR, Viajes medievales, 1, Madrid : Fundación José Antonio de Castro, 2005, p. 1-148. Nous évoquerons également la version aragonaise : John J. NITTI éd., Juan Fernández de Heredia’s Aragonese Version of the Libro de Marco Polo, Madison : Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1980 ; ainsi que la traduction catalane : Annamaria GALLINA, éd., Viatges de Marco Polo.Versión catalana del segle XIV, Barcelona : Barcino, Els nostres classics, 1958.

6 Julia ROUMIER, « Preuve et matérialité du souvenir d’ailleurs. L’objet dans les récits de voyage hispaniques de la fin du Moyen Age », Episteme, Anne Geoffroy (dir.), 36, numéro thématique: les objets du voyage, le voyage des objets 2019.

7 Luis ALBURQUERQUE-GARCÍA, Ibid., p. 43.

8 Tzvetan TODOROV, Las morales de la historia, Madrid : Paidós, 1993, p. 99; « El viaje y su relato ».

9 Sofía CARRIZO RUEDA, « Tradiciones tópicas y propósito de objetividad en La Embajada a Tamorlán », in : Revista Hispánica de Literatura medieval 4 (1992), p. 79–86.

10 Cf. Eugenia POPEANGA CHELARU, « Mito y realidad en los libros de viajes médiévales », in : Historias y ficciones : coloquio sobre la literatura del siglo XV : actas del coloquio internacional, sous la dir. de José Luis Canet Vallés, Rafael Beltrán Llavador et Josep Lluís Sirera Turo, València : Universitat de València, 1992, p. 73–81. Sofía CARRIZO RUEDA, « Símbolos, mitos y prodigios en el horizonte de los viajeros medievales », in : Quimera 246-247 (2004), p. 12–20.

11 On observe la même tendance téléologique erronée dans les études cartographiques : Patrick GAUTIER-DALCHÉ, « Remarques sur les défauts supposés et sur l’efficacité certaine de l’image du monde au XIVe siècle », in : La géographie au Moyen Âge, Espaces pensés, espaces vécus, espaces rêvés. Perspectives médiévales 24 (supplément) (1998), p. 43–55.

12 En témoignent les récits d’exploration et de conquête de l’Époque Moderne, en particulier pour le continent américain : Stephen GREENBLATT, Marvelous Possessions, the Wonder of the New World, Chicago : The University of Chicago Press, 1991; Alicia MARTÍNEZ CRESPO, « Los libros de viajes del siglo XV y las primeras crónicas de Indias», in : Literatura hispánica, Reyes Católicos y descubrimiento: actas del Congreso Internacional sobre literatura hispánica en la época de los Reyes Católicos y el descubrimiento (1989), dir. Manuel Criado de Val, p. 423–430; Alain DEYERMOND et Ralph PENNY, éds., Libros de viajes y crónicas del Nuevo Mundo, Paris : Castalia, 1993.

13 Juan GIL, El libro de Marco Polo anotado por Cristóbal Colón ; versión de Rodrigo de Santaella, Madrid : Alianza, 1987. Voir aussi Rafael BELTRÁN LLAVADOR, « Para los antecedentes literarios de los Diarios colombinos », in : Actas del IV Congresso da associação Hispânica de Literatura Medieval (Lisboa, 1-5 Outubro 1991), sous la dir. de Cristina Almeida Ribeiro, t. IV, Lisboa : Cosmos, 1993, p. 249–255.

14 GIL, op. cit., p. XXVI.

15 L’affirmation selon laquelle l’Orient était dépourvu d’intérêt économique nous semble toutefois très discutable. En outre, l’intérêt pour le récit de Marco Polo pouvait se fonder sur bien d’autres aspects de sa richesse informative. GIL, op. cit., p. VI.

16 Juan Manuel CACHO BLECUA, « Traducciones catalanas y aragonesas en el entorno de Juan Fernández de Heredia », in : Literatura i cultura a la Corona d’Aragó (segles XIII-XV) (2002), sous la dir. de L. BADIA, M. CABRÉ et MARTÍ, p. 299–318. La littérature catalane témoigne de la postérité de cet engouement pour ce que nous sommes tenue d’appeler, plus largement, la littérature de voyage : Juan Miguel RIBERA LLOPIS, « Suerte de la literatura de viajes en las letras catalanas : de John de Mandeville a Joanot Martorell », Epos 9 (1993), p. 639–648; Guido M. CAPELLI, Por el alma y el bolsillo : literatura de viajes y viajes en la literatura en la Edad Media catalana, Documentos de trabajo del grupo de investigación « Nomos » : Res Publica Litterarum, 2006.

17 A. RUBIÓ i LLUCH, Documents per l’historia de la cultura catalana mig-eval, Barcelona, Institut d'estudis Catalans, 1921, Docs. CLXXII et CLXXX, p.165 et 171. María Mercedes RODRÍGUEZ TEMPERLEY, « Edición crítica del manuscrito escurialense M-III-7 (Libro de las maravillas del mundo, de Juan de Mandevilla). Problemas y respuestas », in : Incipit 22 (2002), p. 145–158.

18 Anca CRIVAT VASILE, Los libros de viajes de la Edad Media española, Bucuresti : Editura Universitatii, 2003, Chap : « El relato de Marco Polo ».

19 John NITTI et Lloyd KASTEN, « Flor de las ystorias de Orient : Escorial Z.I.2 », in : The Electronic Texts and Concordances of Medieval Navarro-Aragonese Manuscripts, Madison, Wisconsin : Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1997.

20 Voir l’excellente édition du manuscrit de l’Escorial: Libro de las maravillas del mundo (MS.ESC. M-III-7), sous la dir. de María Mercedes RODRÍGUEZ TEMPERLEY, t. 3, Buenos Aires : Secrit, serie ediciones críticas, 2005.

21 « La prueba de que estos libros no fueron leídos sólo como mero entretenimiento (tal como modernamente se ha querido ver, en una desvalorización inquietante), sino como un abrevadero de datos científicos, la podemos verificar por medio de dos ejemplos. En primer lugar, la lectura de textos de viajes como “sumas” de saber durante los reinados de Pedro IV y Juan I de Aragón, cuando en el scriptorium de Fernández de Heredia se traducían a la par del Libro del Tresoro de Brunetto Latini, el Libro de Marco Polo, La flor de las Historias d’Orient y el Libro de las Maravillas del Mundo de Juan de Mandevilla, traducciones que no hacían otra cosa que aportar noticias acerca de las tierras de Oriente, necesarias para el proyecto de expansión del reino aragonés, así como también datos acerca de pueblos lejanos como el mongol, con el que se buscaba llegar a una alianza a fin de atacar el poder turco que dominaba el Mediterráneo ». M. M. RODRÍGUEZ TEMPERLEY, op. cit., p. LIII.

22 Rafael BELTRÁN LLAVADOR, éd., Maravillas, peregrinaciones y utopías : literatura de viajes en el mundo románico, Valencia : Universitat de Valencia, 2002, p. 318, note 15.

23 J. LARNER, Marco Polo y el descubrimiento del mundo, Barcelona : Paidós, 2001.

24 Roland LE HUENEN, « Qu’est-ce qu’un récit de voyages? », in : Les modèles du récit de voyages. Littérales 7 (1990), p. 18.

25 J. RUBIO TOVAR, Viajes medievales, t. 1, Madrid : Fundación José Antonio de Castro, 2005, p. XXI.

26 Rudolf WITTKOWER, « Marco Polo and the Pictorial tradition of the Marvels of the East », in : Oriente Poliano, in occasione del VII centenario della nascita di marco Polo (1957), p. 155–172 Philippe MÉNARD, « L’illustration du Devisement du Monde de Marco Polo. Étude d’iconographie comparée », in : Métamorphoses du récit de voyages, François MOREAU et BRUNEL, Pierre, dir., Paris : Champion-Slatkine, 1987, p. 17–31. Voir également : Aníbal BIGLIERI, Las ideas geográficas y la imagen del mundo en la literatura española medieval, chapitre : « Marco Polo y los unicornios », Madrid : Vervuert, 2012, p. 25.

27 « De aquí se saca la que allá dizen salamandra, que son hilos de que hazen mantelés », RUBIO TOVAR, Ibid., p. 53. Comme l’explique l’éditeur p. 432 : « El nombre de salamandra se relaciona con el abesto, del que provienne el amianto, una sustancia resistente al fuego. En la Edad Media se consideraba que la salamandra era un animal que podía vivir entre las lamas ». Ayant réalisé ce travail pour la colloque de novembre 2018, je n’ai que récemment pu consulter le travail de Luis Alburquerque-García cité plus haut et qui s’intéresse également à ce passage.

28 RUBIO TOVAR, Ibid., p. 21.

29 C’est à partir du XIVe siècle que la vue commence à se substituer à l’ouïe comme source de connaissance privilégiée. Cf. Michel Serres, Les cinq sens, Paris : Grasset, 1985. Roland Barthes a souligné le lien existant entre l’affirmation, au XVe siècle, d’une hiérarchisation des sens privilégiant la vue et la naissance d’un esprit moderne : R. BARTHES, Sade, Fourier, Loyola, t. 3, Seuil, 2002, p. 756–757.

30 « Maguer que las cosas que contaré parecerán de no creer a quien las oirá pero téngalas por ciertas e verdaderas porque las vi con mis ojos ». RUBIO TOVAR, Ibid., p. 101. On peut noter l’insistance sur l’organe de la vue, la matérialité organique de cette vision. Au cours du récit de Marco Polo, on trouve de façon répétée l’affirmation du témoignage personnel à la première personne : « yo Marco Polo », p. 93, 103 et 106.

31 « E no penséis que aquestas cosas no sean verdaderas, porque yo mesmo he visto árbol de aquestas cañas en la ribera de Celat ». Ibid., p. 277.

32 Christine GADRAT-OUERFELI, Lire Marco Polo au Moyen âge. Traduction, diffusion et réception du Devisement du Monde, Turnhout : Brepols, 2015, p. 83. Egalement : « Le rôle de Venise dans la diffusion du livre de Marco Polo (XIV-XVIe siècles) », Humanisme et découvertes géographiques. Médiévales, 58, 2010, p. 74.

33 Au sujet de Rodrigo Fernández de Santaella y Córdoba (1444–1509) et de son action culturelle se référer au chapitre qui lui est consacré dans Elena Real ROSANNA CANTAVELLA, Traducción y práctica literaria en la edad media románica, Valencia : Universitat de Valencia, 2003, p. 12. Au sujet de sa traduction de Mandeville : Angélica VALENTINETTI MENDI, « La traducción de Santaella del Libro de las maravillas », in : Philologia hispalensis, 9 (1994), p. 223–230.

34 GIL, op. cit., p. XXVI.

35 Ibid., p. 122.

36 Joaquín RUBIO TOVAR, op. cit., p. 5–6.

37 Nathalie BOULOUX, « Le statut des récits de voyages dans la géographie humaniste du XVe siècle », Le voyage au Moyen Âge : quête individuelle et description du monde, Damien Coulon et Christine Gadrat-Ouerfelli, dir., Aix-marseille : Presses universitaires de Provence, 2017, p. 61.

38 « comiença el libro que compuso el noble cavallero Johan de Mandavila, de las maravillas que vio andando por el mundo ». Joaquín, Rubio Tovar, op. cit., p. 153. Le manuscrit de l’Escurial contenant la version aragonaise nous est parvenu sans les premiers feuillets. La lacune serait sans doute de huit feuillets : Mandeville, éd. de María Mercedes RODRÍGUEZ TEMPERLEY, op. cit., 2005, p. 9.

39 Le récit de voyage ancien n’appartient pas pleinement à la catégorie autobiographique dans la mesure où il reste centré sur la description du territoire parcouru et que les informations portant sur le narrateur lui-même ne sont généralement apportées que dans la mesure où elles servent à la description du voyage. Sur la distinction de l’autobiographie avec les textes à la première personne non centrés sur le sujet-narrateur, en particulier pour la période médiévale, voir : Philippe LEJEUNE, Le pacte autobiographique, Paris : Seuil, 1975, p. 13 et suivantes; Philippe LEJEUNE et Catherine VIOLLET, éds., Genèse du Je, Paris : CNRS éditions, 1999; Angela HOLGUERA FANEGA, « La autobiografía femenina de la Edad Media », in : Escritura autobiográfica : actas del II Seminario Internacional del Instituto de Semiótica Literaria y Teatral, Madrid : UNED, 1993, p. 259–266.

40 « Yo los querría tanto como los otros porque yo los he visto probar ». Ibid., p. 256.

41 J. RUBIO TOVAR, op. cit., p. 272–274.

42 Ibid., p. 271.

43 Ibid., p. 272.

44 « Fasta a Constantinopla hay mil y ochocientas y LXXX leguas lombardas ; que son bien LX leguas francesas ». Ibid., p. 188; 227.

45 « DCC estadios que son XXIX leguas ». Ibid., p. 273.

46 En témoigne un passage tiré de sa description de la Mer Morte qui indique ses dimensions précises : « De Jerusalén fasta aquella mar a XV leguas, y aquella mar en luengo tiene cerca de XXV leguas, y de ancho cerca de VII leguas ». Ibid., p. 217.

47 Juan GIL, El libro de Marco Polo anotado por Cristóbal Colón, Madrid: Alianza Universidad, 1987, p. X

48 On retrouve cependant un même intérêt pour les indices confirmant la sphéricité de la terre dans le récit de Pordenone. L’auteur indique avec précision le moment du voyage où l’étoile polaire disparaît aux yeux du voyageur, signe du changement d’hémisphère au Nord de Sumatra : « tierra en la qual la trasmontana strella le desaparesçio »; E. POPEANGA CHELARU, Los viajes a Oriente de Odorico de Pordenone, Bucuresti : Cartea Universitară, 2007, p. 85.

49 Michelle GUÉRET LAFERTÉ, Sur les routes de l’empire mongol. Ordre et rhétorique des relations de voyage aux XIIIe-XIVe siècles, Paris : Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge, 1994, p. 96. En particulier le chapitre I : Le récit de voyage comme preuve ».

50 Marie-José LEMARCHAND, éd., Benedeit y Mandeville, Libros de maravillas, Madrid : Siruela, 2002, p. 22.

51 Sofía CARRIZO RUEDA, « Modelo genérico y horizonte de recepción en el relato de Mandeville », in : Actes del VII Congrés de l’Associació Hispànica de Literatura Medieval (Castelló de la Plana, 22-26 de setembre de 1997), t. 2, 1999, p. 32.

52 Luis ALBURQUERQUE-GARCÍA, Ibid, p. 35.

53 N. BOULOUX, « Humanisme et découvertes géographiques. Avant-propos ». Médiévales, 58, 2010, p. 7.

54 M.M. RODRÍGUEZ TEMPERLEY, op. cit., p. LIII. 

55 Alberto GÓMEZ GUTIÉRREZ, Del macroscopio al microscopio. Historia de la medicina científica, Bogotá : Pontificia Universidad Javeriana y Academia Ncional de Medicina, 2002, p. 115.

56 Carlo GINZBURG, Rapports de force : histoire, rhétorique, preuve. Paris : Le Seuil, 2003, p. 53.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Roumier, « Confiance et lecture des preuves dans les récits de l’ailleurs : démonstrations et stratégies de véridiction. Les traductions castillanes de Marco Polo et de Mandeville  », e-Spania [En ligne], 34 | octobre 2019, mis en ligne le 09 octobre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/32381 ; DOI : 10.4000/e-spania.32381

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals