Navigation – Plan du site
Preuve/Épreuve : démonstration de la vérité en péninsule Ibérique (XIIIe-XVe siècle)
III. Preuve, mise à l’épreuve et témoignages

‘¿Qué conviene más exenplificar?’ L’argument d’autorité, la preuve par la vérité ou le savoir dans le Triunfo de las donas et la Cadira de honor de Juan Rodríguez del Padrón

Florence Serrano

Résumés

Dans cet article, nous précisons le fonctionnement de l’argumentation du Triunfo de las donas et de la Cadira de honor de Juan Rodríguez del Padrón à travers son utilisation des arguments d’autorité. Pour ce faire, nous utilisons les outils de l’analyse de discours, en particulier le discours rapporté, l’opposition autorité polyphonique/raisonnement par autorité théorisée par Oswald Ducrot, ou encore l’opposition entre discours sentencieux, sapientiel, voire édifiant. À l’issue de cette étude, il apparaît qu’une refonte de la ponctuation devrait être envisagée pour ces textes et que l’auteur s’investit personnellement dans l’argumentation de la Cadira de honor, alors que celle du Triunfo de las donas démontre un engagement auctorial moins marqué d’un point de vue énonciatif.

Haut de page

Texte intégral

1L’auteur d’un texte argumentatif use d’outils formels qui veulent dire la vérité de son savoir, indépendamment du fait que ce savoir soit vrai. Les figures rhétoriques du paradoxisme ou de l’antilogie, formes extrêmes du paradoxe, c’est-à-dire « qui va à l’encontre de l’opinion commune » sont la preuve que la forme peut prendre l’apparence de la vérité tout en étant son contraire. Si vérité et savoir vont souvent de pair, ils ne constituent pas exactement le même acte langagier d’un point de vue énonciatif. D’ailleurs, énoncer vérités et savoir n’est pas réservé au texte argumentatif.

2Les auteurs médiévaux ayant été formés à la scolastique et à la dialectique, comme Juan Rodríguez del Padrón qui obtint le grade de magister à l’université de Salamanque au début du XVe siècle, probablement à l’époque où le Tostado y enseignait, étaient rompus à l’art rhétorique de défendre la « fausse vérité ». Le discours qui se veut vrai, qu’il le soit ou non, que l’on appellera sentencieux dans ce travail, a pour particularité d’énoncer des assertions. Ce discours sentencieux se manifeste formellement de plusieurs manières, notamment par le biais de l’argument d’autorité. L’argument d’autorité dit le vrai et énonce un savoir, un savoir considéré comme précieux car il émane d’un auteur qui est entré dans un canon. Discours sentencieux et discours sapientiel peuvent converger dans cet usage fréquent de l’argument d’autorité.

3La littérature sapientielle a fait florès au Moyen Âge et on y trouve particulièrement ces deux types de discours. Si la littérature sapientielle hispanique médiévale est généralement circonscrite aux œuvres orientales traduites et adaptées dans la culture andalusí en majeure partie au XIIIe siècle, la littérature encyclopédique européenne en langue latine participe grandement à cette recherche de construction du savoir. Juan Rodríguez del Padrón ne pouvait pas ne pas connaître les expressions de ces mouvements littéraires qui avaient en commun de puiser à la source de la philosophie antique.

  • 1 Cette œuvre défend par le biais de cinquante arguments la supériorité de la femme sur l’homme.
  • 2 L’auteur y expose une philosophie qui lie la chevalerie à la noblesse et étudie le lien entre vertu (...)
  • 3 Nous n’incluons pas ce texte dans notre analyse comme il s’agit d’une traduction assez fidèle au te (...)

4Dans ses traités scientifiques (des œuvres littéraires où domine le texte argumentatif), le Triunfo de las donas1 et la Cadira de honor2, il s’en inspire probablement textuellement en citant abondamment Isidore de Séville, Végèce ou Boèce, mais surtout Aristote, Ovide, Sénèque, Quintilien, Salluste ou Juvénal. Ces citations d’autorités lui étaient sans aucun doute connues via des versions médiévales glosées (comme celle qu’il utilise pour sa traduction des Héroïdes d’Ovide, le Bursario3), mais aussi via des compilations encyclopédiques.

  • 4 Nous n’entrons pas ici dans la difficulté taxinomique des genres sentencieux.
  • 5 Nous préférons parler de proverbialité (inclut des caractéristiques formelles comme dans le cas de (...)
  • 6 Les marqueurs cités renvoient à des éléments que l’on trouve fréquemment dans les proverbes tels qu (...)

5Formellement, il s’inspire probablement des formes sapientielles telles qu’elles ont été héritées de la littérature orientale : nous faisons référence aux sentences4 (caractérisées par leur concision et leur caractère à la fois impersonnel et général) ou plus largement aux énoncés où perce une certaine proverbialité5 (quelques marqueurs en sont les sujets universalisés, la métaphore, le figement, le présent de vérité générale, un rythme équilibré fondé sur des segments de taille égale ou avec un léger crescendo6, etc.). L’œuvre en prose déjà citée, mais aussi l’œuvre poétique de Juan Rodríguez del Padrón contiennent ce type d’énoncés.

  • 7 Le projet ANR Aliento dirigé par Marie-Sol Ortola et Marie-Christine Bornes-Varol propose une analy (...)
  • 8 Bernard DARBORD et Bernard POTTIER, La langue espagnole. Éléments de grammaire historique, Paris : (...)

6Dans cet article, nous souhaitons mettre au jour les rouages du discours sentencieux (la fabrique de l’assertion assimilant le discours ainsi produit à une vérité générale au sens où on emploie le terme en linguistique) et du discours sapientiel7. Nous distinguons le discours sentencieux du sapientiel en ce qui nous concerne, car ces deux discours n’ont pas le même sémantisme du point de vue des modalités auxquelles ils se rattachent. Ce faisant, nous nous inscrivons de plain-pied dans la tradition des modalités énonciatives telles qu’elles ont été théorisées par Bernard Pottier et Bernard Darbord8. Ce dernier propose des catégories tout en remarquant la variation taxinomique des modalités :

  • 9 B. DARBORD, « Les modalités… », p. 11-12.

Les types de modalités sont nombreux, la terminologie est multiple. Au-delà de cette terminologie, on repère bien souvent un ensemble, allant de l’existentiel (ce fait est ou n’est pas) jusqu’à des catégories mettant en jeu le savoir, le vouloir, le sens du bien et du mal, du bon droit, de l’honneur, des biens9.

  • 10 Bernard POTTIER, « Sur les modalités », in : Psychomécanique et théories de lénonciation, Lille : (...)
  • 11 Une approche tout à fait stimulante vise à rapprocher la modalité de la médiativité : Jean-Claude A (...)
  • 12 Au sein d’un texte scientifique, la convention littéraire qui vise à parler de narrateur ne nous se (...)
  • 13 Laura CÎTU, « Formes sapientiales et discours sentencieux : l’adage dans le langage législatif fran (...)

7Le discours sentencieux correspond parfaitement à l’existentiel (on lui donne parfois aussi les noms de modalité aléthique ou ontique, ce second adjectif justifiant son lien au sens fort du verbe être), le discours sapientiel étant dévolu au savoir. Pour nous, discours sapientiel est pris au sens large et peut inclure les modalités déontique et épistémique. En suivant l’axe des degrés de cognition établi par Pottier, le discours sapientiel se situe à son degré maximal, celui du savoir effectif10. En nous centrant sur la modalité dominante au niveau de l’énoncé (et non du mot)11, nous éclairons le fonctionnement de l’argumentation, fondée sur l’utilisation de ces discours, dans l’œuvre en prose de Juan Rodríguez del Padrón, que nous désignerons comme ‘l’auteur12’. Pour ce qui est du cadre théorique, nous nous inspirons également du travail de Laura Cîtu13, qui a étudié les adages issus de textes juridiques français en étudiant discours sentencieux et sapientiel :

  • 14 Nous préférons la forme sapientiel, les deux étant valables.
  • 15 Ibid., p. 395.

La forme alternative plus véhiculée, surtout dans la parémiologie, pour rendre le contenu conceptuel du mot sentencieux est la forme sapiential14. Si nous n’avons pas opté pour cette forme, c’est parce que, selon nous, entre les deux formes s’institue un rapport hypero-hyponymique, qui fait que le discours sapiential n’est qu’un hyponyme du discours sentencieux15.

8Autrement dit, tout savoir est vrai, mais toute vérité ne constitue pas un savoir. Si ce point de départ est semblable, nous ne situons pas de la même manière la frontière entre discours sentencieux et sapientiel. En effet, pour Laura Cîtu, il s’agit d’une différence de forme (le discours sapientiel est constitué des formes brèves sapientielles comme le proverbe, la maxime et l’adage) alors que de notre point de vue, la différence essentielle concerne les modalités.

  • 16 Ce travail préliminaire qui portait sur la sentence au sens large a été présenté à l’occasion d’une (...)
  • 17 Nous citons d’après la transcription numérique de l’édition des œuvres complètes de l’auteur par Cé (...)

9À l’image de l’étude de l’adage dans le corpus juridique français, nous allons étudier l’argument d’autorité dans les traités scientifiques de Juan Rodríguez del Padrón. En effet, une fois effectué le relevé des discours sentencieux et sapientiel dans l’ensemble de l’œuvre de l’auteur, force est de constater que les arguments d’autorité en constituent une part écrasante16. Cette situation nous a conduite à nous centrer exclusivement sur les œuvres se rattachant au texte argumentatif, le Triunfo de las donas et la Cadira de honor17, en laissant de côté quelques occurrences qui mériteraient d’être étudiées pour leur potentielle proverbialité et qui se trouvent dans l’œuvre versifiée de l’auteur. Avant de procéder à l’étude à proprement parler, nous définirons l’argument d’autorité tel qu’il a été théorisé par Oswald Ducrot.

Le cadre théorique de l’argument d’autorité

  • 18 Oswald DUCROT, Le dire et le dit, Paris, Minuit, 1984.
  • 19 Ibid., p. 157.

10Le cadre théorique sur l’argument d’autorité a été marqué par l’étude d’Oswald Ducrot, Le dire et le dit18, qui l’analyse comme « un substitut de la vérité19 » et en donne la description suivante :

  • 20 Ibid., p. 150.

Je dirai qu’on utilise, à propos d’une proposition P, un argument d’autorité lorsqu’à la fois :
1) On indique que P a déjà été, est actuellement, ou pourrait être l’objet d’une assertion,
2) On présente ce fait comme donnant de la valeur à la proposition P, comme la renforçant, comme lui ajoutant un poids particulier20.

  • 21 Olivier BIAGGINI, « L’argumentation d’autorité : théorie et pratique », Atalaya, 9, 1998, p. 159-17 (...)

11Olivier Biaggini a consacré un certain nombre de ses travaux à la question de l’autorité et il a mis en lumière les rouages de l’argument d’autorité d’un point de vue énonciatif, sémantique et pragmatique21. Il reprend justement les travaux de Ducrot et Compagnon en expliquant que le problème de la « fausse vérité » est patent :

  • 22 Ibid., p. 162.

Le paradoxe signalé par Compagnon et l’enchaînement logique abusif (voire hypocrite) mis en évidence par Ducrot montrent que le recours à l’autorité d’autrui à travers la citation offre une protection au locuteur qui semble aller à l’encontre de la claire séparation entre authenticité (ou conformité) et vérité22.

  • 23 « a) Le locuteur L montre un énonciateur (qui peut être lui-même ou quelqu’un d’autre) assertant un (...)
  • 24 On peut la schématiser comme suit : X a dit P. Or, X est une autorité dans le domaine dont relève P (...)

12Il montre ensuite que l’opposition de Ducrot entre autorité polyphonique23 et raisonnement par autorité (ou autorité démonstrative)24 est tout à fait opérante pour comprendre l’argumentation dans la prose castillane médiévale. Comme l’avait pressenti Ducrot, tout texte médiéval ne relève pas forcément du raisonnement par autorité, bien au contraire :

  • 25 Ibid., p. 168-169.

La pratique des scolastiques rappelle plutôt l’autorité polyphonique. Ils font dire par Aristote et par les textes sacrés ce qu’ils estiment juste de dire (ce qui est exactement le mouvement du Il paraît que ou du conditionnel de prudence des journalistes)25.

13Olivier Biaggini illustre donc cet emploi de l’autorité polyphonique au sein de textes médiévaux en confirmant ainsi la tendance exposée par Ducrot.

14Pour revenir à la distinction opérée par Laura Cîtu entre discours sentencieux et sapientiel, on pourrait envisager que, dans le cas de l’argument d’autorité, discours sentencieux et sapientiel se complètent : le premier serait assertif et se poserait en vérité, alors que le second serait monstratif et se constituerait en savoir, en proposant une leçon ou un contenu d’ordre éthique. Nous allons maintenant soumettre ce postulat à l’épreuve de nos textes en identifiant les deux types de discours et en les décrivant.

  • 26 Ses marqueurs (verbe, préposition…) sont indiqués en gras.
  • 27 Pour une description du fonctionnement des citations au sein du discours sapientiel, consulter : Fl (...)
  • 28 Par exemple, l’énoncé suivant appartient au texte explicatif, ce qui est caractéristique d’énoncés (...)
  • 29 Voici un exemple parmi d’autres de fragment de texte narratif contenant une amorce et une autorité (...)
  • 30 Si l’intertextualité ne constitue pas une preuve textuelle totalement fiable que l’on pourrait appl (...)

15Dans notre relevé, nous avons sélectionné uniquement les arguments d’autorité où la source est évoquée sous forme d’amorce26 (l’autorité étant citée nommément ou de manière indéfinie), et où la citation de l’autorité est retranscrite sous la forme d’un discours rapporté27. Ce second critère permet d’exclure des fragments de texte explicatif28 ou narratif29. Ce discours peut être direct ou indirect : c’est bien là une des difficultés auxquelles est confronté l’éditeur de ces textes, en particulier de la Cadira de honor, que de ponctuer le texte. En effet, pour un certain nombre de citations, on peut hésiter entre le discours direct et indirect, et explorer l’intertextualité en recherchant l’hypotexte ne serait pas opératoire30.

  • 31 Olga T. IMPEY, « Boccaccio y Rodríguez del Padrón : la espuela de la emulación en el Triunfo de las (...)

16Nous présentons séparément les occurrences du Triunfo de las donas, puis de la Cadira de honor, en suivant à chaque fois l’ordre du texte. De fait, nous partons du principe que l’argumentation ne fonctionne pas de la même manière dans les deux œuvres, bien que la première constitue une espèce d’introduction à la seconde. Olga T. Impey avait parlé de « diptyque » tout en expliquant que cette configuration génétique prévue par l’auteur n’avait pas empêché une diffusion disjointe de chaque texte31. Dans chaque œuvre, nous allons analyser la prévalence des discours sentencieux et sapientiel, en particulier au sein des citations, ce qui permettra de déterminer si l’œuvre peut être considérée comme l’exposé d’une thèse, un essai de définition d’un concept, ou comme un manuel incitant le lecteur à agir selon des préceptes plus ou moins explicites. Nous étudierons également l’emploi des verbes de parole utilisés dans les amorces et les termes que l’auteur utilise pour désigner les citations. De plus, nous nous demanderons si l’auteur procède par autorité polyphonique ou par raisonnement par autorité. Nous ajouterons quelques remarques concernant la manière de rapporter les paroles.

L’argument d’autorité comme preuve dans le Triunfo de las donas : la prédominance du raisonnement par autorité et du discours sentencieux

17Rappelons que l’œuvre est une longue liste de cinquante arguments en faveur de la supériorité de la femme sur l’homme. De plus, cette œuvre est plus brève que la Cadira de honor. Au sein de cette liste, nombre d’arguments sont d’une grande brièveté, par exemple (5), avec une ellipse fréquente du sujet, toujours le même (la mujer) et le dispositif argument/exemple n’est pas toujours développé de manière exhaustive.

18Voici la liste des occurrences de discours sentencieux et sapientiel qui constituent des arguments d’autorité incluant amorce et citation :

(1) La déçima quinta razón es por ser más casta, lo qual afirma Quintiliano en sus Declaraçiones diciendo : « de las mugeres, non de los onbres es aquesta virtud »

(2) Pues egual es la razón, egual devría ser la justiçia. Que sea egual la razón, el Apóstol lo afirma diziendo: « El varón non tiene poderío sobre el su propio cuerpo, mas la mujer ; nin la muger sobre el suyo, mas el varón. »

(3) La déçima sesta razón es por ser más misericordiosa. De la qual el fijo de Sirac dize : « Onde non ay muger, comiença fuerte mente gemir el enfermo ; e donde non ay seto, la posessión se destruye. »

(4) La déçima séptima razón es por quanto, segund dize el filósofo, vençe al onbre en amar.

(5) La déçima octava razón es por ser más piadosa ; lo qual se escrive por el filósofo en el ya nonbrado Libro de los animales, diziendo que todas las criaturas sentibles de feminina naturaleza son más piadosas, salvo la ossa y león parda.

(6) Lo qual paresçiendo confirmar en la Inconómica, dize que los onbres deven las cosas ganar, et las mugeres salvar por guardar, el acto de la prudencia, que es el guardar, otorgando a la muger, al onbre el acto del ganar, que es de fortuna.

(7) como diga el Apóstol, « todos peccaron en Adán »

(8) La quadragésima razón es por ser folgança del onbre, lo qual testifica el fijo de Sidrach ; et como sea, segund dize el Filósofo, que ninguna cosa es sin folgança durable, onde el cielo que es más movible, segund natural inclinación se mueve por aver folgança; et por vía semejable el sol et la luna e los otros cuerpos sobre celestes, así mesmo el fuego, el aire, el agua e todas las otras cosas, segund naturaleza movibles, con aquella ley se mueven. Et así es, segund el Filósofo, que el fin es más noble e más digno que son las cosas al fin (h)ordenadas; e la folganga es el fin de todas las cosas movibles ; por consiguiente, la muger, que es folgança del varón, es más noble e más digna d[e]él.

(9) Et sea la primera, que será la quadragésima quarta razón, aquella auctoridat del Ecclesiástico que dice : « La virtuosa muger es graçia sobre toda graçia. »

(10) e aquel dicho del libro de Sidrach que dize : « Ninguno de los onbres al que es digno de aver virtuosa muger se puede en dignidat conparar. »

(11) el dicho del Sabio en los Proverbios, que dize : « La virtuosa muger es corona del varón. »

(12) sea el dicho del Filósofo en la Iconómica, que dize : « El mayor de los honores es el honor de la virtuosa muger. »

(13) un vulgar dicho de Séneca, que dize : que ninguna cosa non es tan alta en dignidat quanto es la virtuosa mujer

(14) sea el dicho del Apóstol « la muger es gloria del varón »

(15) sea el dicho del Ecclesiástico que dice : « Bien aventurado es aquel que de virtuosa muger es por matrimonio acompañado. »

19En ce qui concerne les amorces, on relève quasi exclusivement des verbes de parole, avec une structure redondante dans (1) et (2), afirma diziendo. Le verbe decir est omniprésent, on relève une seule occurrence de « se lee », une autre de « testifica » (9) présente une ellipse du verbe de parole dans sa deuxième partie, seule la préposition segund constitue le marqueur de l’amorce.

20Le discours direct prédomine (notamment parce que les sept dernières occurrences constituent des dichos, nous reviendrons sur ce terme), mais on relève quelques citations au discours indirect (4, 5, 6, 8, 9). On peut émettre l’hypothèse que segund soit un marqueur de discours indirect libre en (4, 8 et 9).

21Le discours sentencieux prédomine, la fréquence des formes du verbe ser est très élevée, la modalité aléthique est patente : les propos concernent des situations qui ne peuvent être changées, l’ordre du monde est décrit et aucune action humaine d’ordre éthique ne saurait influer sur lui. Une occurrence de discours sapientiel se trouve dans (6) : le discours sapientiel se fonde sur la modalité déontique induite par le verbe « deven », qui est sous-entendu dans le deuxième segment de l’énoncé (avec las mugeres pour sujet).

22Il nous semble épineux de classer les sept dernières occurrences du relevé dans le discours sentencieux ou sapientiel. On pourrait plutôt opter pour le discours sentencieux, car aucune leçon ne peut en être tirée, aussi l’étiquette de discours édifiant utilisée au sein du projet Aliento semble-t-elle convenir dans ce cas précis : c’est un discours qui accompagne traditionnellement le discours sapientiel. En effet, le registre épidictique (en l’occurrence la louange) qui caractérise ces citations est à l’origine de la tradition biblique qui fonde la tradition gnomique judéo-chrétienne. On peut éventuellement considérer que (15) recèle une leçon implicite, uniquement pour le lecteur qui pourrait être amené à se marier dans le futur et que l’on inciterait ainsi à suivre l’exemple du « bienheureux ». Si l’on considère que le lecteur est marié, il peut bien ou mal s’en trouver, le cas échéant, et la phrase n’est qu’un constat. Dans ce cas de figure, nous faisons donc intervenir des considérations pragmatiques mais dans l’absolu, il faut reconnaître que c’est un cas limite et qu’il s’avère complexe de trancher entre les deux types de discours, à moins de faire intervenir une tierce catégorie, celle du discours édifiant (qui doit être rattaché à la modalité axiologique).

  • 32 Remarquons que la citation de (3) est constituée de deux sentences métaphoriques.
  • 33 Juan Rodríguez del Padrón cite un adage juridique dans la Cadira de honor ; il emploie l’étiquette (...)
  • 34 Marta HARO CORTÉS, « Los compendios de castigos del siglo XIII : técnicas narrativas y contenido ét (...)
  • 35 Pour ce qui est des réflexions théoriques sur la différence entre forme gnomique et sentencieuse, c (...)

23Or, l’étiquette dicho que donne l’auteur est souvent l’équivalent de la sentence32, parfois du proverbe, de la devise, de l’adage33, etc. : les dictionnaires de Palet et Oudin donnent tous deux devise, et Oudin propose pour la première fois proverbe. En ancien et moyen français, dit est attesté avec ces sens, mais le substantif désignait aussi un genre littéraire proche du fabliau. Le doublet dezir (un déverbal pour ce qui est de sa formation) contient les sèmes de l’action et de la créativité (point de vue de l’émetteur), alors que dicho (aspect révolu du participe dont il découle par une recatégorisation) désigne un discours qui est reçu (point de vue du récepteur). Pour Marta Haro Cortés, qui a proposé une typologie des genres sentencieux, le dicho et la sentencia seraient des hyponymes des autres genres34. Aussi, l’emploi de ce substantif ne saurait nous éclairer sur le classement de ces énoncés dans la catégorie de discours sentencieux ou sapientiel35.

24Les arguments d’autorité du Triunfo de las donas se situent du côté du raisonnement par autorité. L’autorité polyphonique ne connaît qu’un exemple (8). De toute évidence, les citations sont totalement sorties de leur contexte au service de la thèse de l’auteur. L’argumentation se déroule selon une méthode systématique, l’auteur ne prenant pas la peine de s’approprier la citation, qui fonctionne seule et constitue à la fois l’argument et l’exemple, sans même la classique proposition finale « donc p est vrai » (sauf dans 6, 8). Parfois, la citation sert de preuve ou d’exemple incontestable à un bref argument. Discours sentencieux et raisonnement par autorité concordent et prédominent sans conteste : le fait de proposer une liste de cinquante arguments semble prévaloir sur l’efficacité de l’argumentation. On comprend que la thèse défendue n’est que rhétorique et que l’enjeu social ou réel n’existe pas...

25Ce résultat concernant l’argumentation traduit le fait que ce texte est plus bref que le second, qu’il contient une hybridité d’un point de vue générique car le texte narratif y est presqu’aussi fréquent que le texte argumentatif (nous n’avons pas inclus l’analyse de l’exemplum mais cette forme, conjointement avec la liste, constitue un pilier de l’argumentation du Triunfo de las donas). Toutefois, nous verrons que l’auteur s’investit davantage dans l’argumentation de la Cadira de honor. La méthodologie employée diffère, mais nous arrivons aux mêmes conclusions que d’autres chercheurs avant nous :

  • 36 E. C. FRANCOMANO, art. cité, p. 103.

La ninfa portavoz femenina de la figura del autor personifica la retórica, una dama disimulada que puede convencer con sus colores y abrumar a sus oyentes con su copia de ejemplos y silogismos. John Flood, uno de los pocos críticos que ha cuestionado la sinceridad de la defensa profemenina elaborada por Rodríguez del Padrón, considera su discurso una suerte de « paradoja retórica » en la que se alaba un objeto no digno de encomio. Del mismo modo, Flood nota que el desenlace del cornice contribuye a la ambigüedad porque es une belle dame sans merci que se queda a la merced del narrador. Archer, mientras defiende la seriedad general de la obra, concede que Rodríguez del Padrón se ve obligado a amañar sus razones para llegar al número redondo de cincuenta y las últimas siete basadas en citas bíblicas parciales, sin duda son poco convincentes36.

26Ainsi, comme l’a récemment montré Emily C. Francomano, la dimension féministe du Triunfo de las donas est peu convaincante et serait un prétexte pour initier un jeu rhétorique avec des courtisans qui partageraient ses idées.

L’argument d’autorité comme preuve dans la Cadira de honor : l’autorité polyphonique et une alternance entre discours sentencieux et sapientiel

27Nous procéderons ici comme dans la partie précédente en présentant d’abord notre relevé des occurrences des arguments d’autorité selon l’ordre du texte de la Cadira de honor.

(1) se lee en el primero libro de los Reyes : « Quien me onrare, yo le onraré e los que me despreçiaren, no serán nobles. »

(2) E de aquesta nobleza escrive el Philósopho, vulgar mente fablando en el libro de Formis, que toda forma es más noble de su materia e en el libro de Sensu et sensato, que el sentido del ver es más noble de los otros sentidos ; en el libro de Mineralibus, que el oro es más noble de los otros metales. E de aquesta, commo no sea propia nobleza, mas un modo común de fabla, non conviene más adelante la razón estender.

(3) Nasón en el libro de Nuce, diziendo que nobleza sea voluntad e imagen de la divina bondad

(4) commo dize el Eclesiástico : « El omne non sabe si es digno de odio o de amor. »

(5) Tulio en la invictiva contra Salustio dize : « Mayor gloria es por mis buenos fechos floresçer que por las obras de mis predesçesores ; en tal guisa biviendo, que a los de mí desçendientes exemplo e prinçipio ser çierto de nobleza e virtud. » E Ovidio, de Methamorfoseos : « Aquel linaje no llamemos nuestro que las virtudes agenas, no las nuestras, han ennoblesçido. »

(6) Juvenal en la segunda Sátira del primero libro: « Espeçia es de miseria siempre de agenos méritos quererse ennoblesçer. Mejor es ser virtuoso e aver por padre el más obscuro en linage e más viçioso de los omnes, que ser viçioso e al más virtuoso e más noble aver por padre. »

(7) commo la virtud sola no sea nobleza, ni la nobleza verdadera virtud, mas señal de virtud, segund dize el doctor de Aquino en la segunda parte de la Segunda, por la vía que el meresçimiento, no es la merçed; e bien corrimo la merçed puede estar sin el meresçimiento, bien ansí la nobleza puede estar sin la virtud

(8) Que se requieran las buenas costumbres e antigua riqueza, el Filósofo lo dize: en el quarto de las Políticas ; e que de neçesario la claridad del linaje se requiera, Isidoro lo dize en las Ethimologías e así mesmo el Catolicón, e Vegeçio, los quales declarando aquesta palabra noble, concluyen que generoso e noble es aquel que por sí es noble, e de noble linaje desçiende

(9) E de aquesta primera escala fabló el Sabio, diziendo en los Proverbios : « La mano fuerte sojudgará, e la feble servirá en tributo. »

(10) (10a) La segunda escala es por divina ordenaçión, segund reinaron los primeros ungidos reyes ; de lo qual en su primero libro Deoteronomio se lee : « Aquel solo avrás por rey quien eligiere del número de tus hermanos el Señor Dios. » (10b) Aqueste solo es el verdadero e perfecto señorear, commo diga Saulo a los romanos : « No es prinçipado ni señorío aquel que de Dios no proçede. »

(11) La quarta e final es por elección (…) de la qual el Filósofo en el quarto Ebro Topicorum dize que todo prinçipado, para ser mejor regido, se debe elegir ; e más conplida mente en los decretos se lee de los Santos Padres. »

(12) Commo diga el Philósofo en el terçero de las Políticas, « los nobles son dignos de rescebir el honor » ; en el segundo de las Eticas : « Por el honor los nobles con reverençia son acatados » ; e en el primero : « El honor es aquel fin al qual trabaja poco menos toda la vida çevil. » E así mesmo en el quarto : « Los buenos verdadera mente solos deven resçebir el honor. » E en el octavo : « El honor es merçed e gualardón del benefigio e de la virtud. » Por ende claro se prueva que el honor sea el verdadero fruto de la virtud.

(13) Concordando con el Isidro en el segundo libro de los Soliloquios, « que segund fuere digna la persona, deve resçebir el honor »

(14) non consideran aquel dicho de Séneca en los Proverbios : « A la persona indigna non ser honor, mas injuria, la dignidad. » La qual dice Boeçio en el segundo libro de Consolaçion ; que [la dignidad] non faze : ser dignos los non meresgedores, antes los manifiesta de sí misma indignos ; e como la dignidad, segund adelante dize en el terçero libro, non ha costumbre esconder el viçio, mas esclaresçer, no podemos por el honor judgar dignos de reverençia los que del honor juzgamos indignos

(15) Por esto dize Juvenal en la primera Sátira del quarto libro : « Si quita el honor, ¿quién amará las virtudes? »

(16) « Ninguna humildad es tanta, dize Valerio en el octavo libro, que al dulçor de gloria no se dexe tocar. » E segund dize en el primero, « el honor e gloria son causa de acresçentamiento de las virtudes ». Por tanto dize Quintiliano en la quinta de sus Declaraçiones : « Negligente es el serviçio que no tiene esperança de gualardón. E la esperança, segund dize Vegecio, De re militari, en el tercero Ebro, faze ser mejores los cavalleros. »

(17) « Es así mesmo contra él la opinión de Boecio en el libro terçero que dize ser la nobleza loor del meresçimiento de los padres deçendiente » ; por donde claro paresçe que el linaje por el qual subçedieron en el honor de sus progenitores, les dio la nobleza.

(18) Contra la terçera conclusión es el Philósopho en el segundo libro de los Retóricos, diziendo : « Grande es la diferencia de los que ayer començaron poseer la por ellos llamada nobleza, a los que antigua mente la poseyeron »

(19) E aquesta política virtud es más apropiada e más subjecta que alguna de las otras virtudes a la nobleza, en la qual las opiniones del Dante, que dize ser la virtud la nobleza, e la tal virtud poder estar en persona no virtuosa, commo la fe en un pequeño infante, se puede salvar.

(20) La razón es por cuanto el contrario de las cosas más nobles, segund dize el Philósopho, en estremo grado es menos noble, e así es que los corruptos cuerpos, seyendo venidos en su contrario, es a saber, en corrubçión, por consiguiente, en estremo grado, son menos nobles.

28Dans la Cadira de honor, les sources sont citées de manière plus précise que dans le Triunfo de las donas : le chapitre des œuvres d’où sont tirées les citations est mentionné (dans 1, 2, 6, 7, 11, 12, 13, 15, 16, 17 & 18). On relève aussi une plus grande variété de verbes dans l’amorce (une seule ellipse dans 6 et une structure redondante dans 9 « fablódiziendo »), avec une augmentation des verbes liés à l’écrit (1, 2, 10 & 11) : ce ne sont donc pas des verbes de parole, ils introduisent pourtant systématiquement des citations (c’est-à-dire du discours direct).

  • 37 Gilbert FABRE, « L’archilexie OMNE dans le Calila e Dimna », Cahiers de linguistique et de civilisa (...)

29Les fragments de discours sapientiels se trouvent dans (1, 4, 5, 6, 9, 10a, 11, 13, 14, 15, 16 & 19) : ils représentent donc au moins la moitié des occurrences dans ce texte, ce qui dénote une fréquence clairement plus élevée que dans le Triunfo de las donas. Les citations dans (1, 4, 9, 10a) sont justement tirées des livres de sapience de l’Ancien Testament et (14) est tiré d’une des compilations sapientielles qui ont eu la plus grande diffusion dans la péninsule Ibérique du XVe siècle, les Proverbes du Pseudo-Sénèque. Parfois, la leçon est sous-entendue ou implicite (comme dans 4 et 16) : c’est au lecteur de la formuler, il doit faire preuve de vertus (humilité, patience…). De nombreux marqueurs du discours sapientiel sont observés : la relative indéfinie introduite par quien, l’hypothèse (emploi du futur de l’indicatif et du subjonctif) et polyptote (onrare/onraré) dans (1), emploi du comparatif de supériorité (másde, mayorque, mejorque) dans (2, 5 & 6), le substantif omne37 et le verbe saber (4), l’adverbe temporel siempre (6), le superlatif (el más, mejor) dans (6 & 11), le parallélisme antithétique (9), le semi-auxiliaire deber (11, 12, 13), le substantif persona (13, 14) et l’emploi de l’article défini singulier ou pluriel généralisant (en particulier en 12), la question rhétorique introduite par quién (15), le doublet antithétique humildad/gloria couplé à la négation (16). On pourrait poursuivre encore l’analyse formelle en montrant la fréquence d’emploi élevée de substantifs comme causa ou de verbes comme requerir ou convenir. Par ailleurs, loor (17) ou honor (12, 13, 14, 15, 16, 17 et déjà rencontré dans les dichos qui closent le Triunfo de las donas) montrent que du discours édifiant au sapientiel, il n’y a qu’un pas (le fait d’inciter à un comportement qui est jugé positivement). De même, les exemples d’autorités polyphoniques sont également plus nombreux (2, 6, 7, 8, 12, 14, 17, 19, 20) et constituent environ la moitié des occurrences.

30On observe aussi que les occurrences de discours sapientiel correspondent plutôt au raisonnement par autorité qu’à des exemples d’autorité polyphonique.

  • 38 Ailleurs, l’auteur explicite son opposition à ce juriste en employant le substantif contrario : « m (...)

31L’emploi de la préposition contra dans (17) et (18) nous rappelle que l’œuvre correspond à l’exercice rhétorique de l’antithèse, la contradiction des propos sur la noblesse de Bartole de Sassoferrato (appelé par l’auteur el doctor civil)38. Mais ces deux exemples constituent un raisonnement par autorité à la différence de (19), un exemple d’autorité polyphonique paradoxale, c’est-à-dire qui va à l’encontre de l’opinion de l’auteur. Concernant cette dernière occurrence, nous rejoignons Marianne Doury qui précise que l’argument d’autorité n’a pas pour seule vocation d’appuyer une thèse, il sert aussi à la battre en brèche :

  • 39 Marianne DOURY, « La fonction argumentative des échanges rapportés », in : Le Discours rapporté dan (...)

Cette focalisation sur l’argument d’autorité conduit à ignorer les autres fonctions argumentatives du discours rapporté – et en particulier, les cas, fort nombreux, où le discours rapporté ne vient pas en appui de la thèse défendue par le locuteur citant, mais au contraire, en contrepoint39.

32Bien entendu, seule l’autorité polyphonique permet ce cas de figure et elle prédomine très clairement dans cette œuvre : c’est une différence majeure avec le Triunfo de las donas. Dans (14), la conclusion de l’auteur montre une appropriation des arguments qui sont personnalisés comme en témoigne le recours à la P4 (podemos, juzgamos). L’emploi des personnes du discours crée un décrochage énonciatif qui va de pair avec un glissement vers le discours sapientiel, comme en témoigne le sémantisme des verbes cités.

33Dans (2), les trois citations tirées d’Aristote au discours indirect permettent à l’auteur d’arriver à des considérations lexicographiques : l’adjectif « noble » serait employé dans des cas où son sens a connu une extension et le sème de la « noblesse » au sens propre a disparu. L’auteur utilise ces citations au service de sa propre argumentation, organisée de manière logique : l’anaphore « E de aquesta » permet de reprendre le dénominateur commun aux trois citations, qui équivaut à ‘lo noble’, « commo no sea propia nobleza » est clairement causal, « mas un modo común de fabla » est une correction (la préposition mas est fréquemment employée dans ces textes, on trouve une occurrence d’un renforcement par le groupe prépositionnel mas por el contrario dans le Triunfo de las donas et une autre dans la Cadira de honor) qui est annoncée par l’adverbe « vulgar mente » dans l’amorce, et enfin, « non conviene más adelante la razón estender » constitue la conséquence, qui est que ces citations ne sauraient définir la noblesse : comme dans (17) et (18), l’auteur s’oppose ou ici restreint la validité de l’argument d’autorité pour servir sa propre argumentation.

34Dans certains cas de raisonnement par autorité (1, 3, 4), l’auteur économise même la proposition qui vise à conclure à la vérité de la citation et il passe sans transition à une autre citation. Dans (12), la phrase conclusive de l’auteur commence par le conventionnel « por ende » dans les raisonnements par autorité, mais la suite du propos ne fait pas que reprendre le contenu des citations : c’est bien la voix de l’auteur et sa thèse qu’il ne perd jamais de vue qui terminent le propos. Idem dans (17), l’équivalence parfaite entre la citation et le propos de l’auteur n’est pas si claire que l’auteur le prétend : « por donde claro paresçe que el linaje por el qual subçedieron en el honor de sus progenitores, les dio la nobleza ».

35On pourrait croire que (6) suit le patron du raisonnement par autorité, en ajoutant deux autorités allant dans le même sens :

Valerio Máximo aquesto mesmo dize por todo el título de los que por sus virtudes, de obscuro lugar desçendiendo, devinieron claros. E Boecio, de Consolaçión, en el terçero libro: « Todos ovimos un nasçimiento, el qual no pudo ser obscuro nin viçioso, salvo la clara virtud e nobleza inconparable del su causador; e ninguno, salvo aquel que siguió los viçios e se apartó de su noble prinçipio, perdió la nobleza, en la qual, si algund bien es, yo creo ser que de neçesidad los nobles desviar no puedan de la virtud de sus progenitores. »

36Cette surenchère ruine quelque peu l’argumentation de notre point de vue, car le propos relayé dans la citation n’est pas le strict équivalent de la proposition de l’argument d’autorité que constitue (6). Or, cet argument illustre bien l’autorité polyphonique, car après avoir fait la liste des autorités en faveur (celles que nous avons citées) et contre son argument (« modernos poetas e oradores » et à ce titre, ils ne sont pas aussi autorisés que les précédents), il propose un bilan de son cru :

E segund aquesta nobleza, que más con verdat moral virtud se deve dezir, un siervo es noble si es virtuoso; e un fijo de un prínçipe más poderoso, más noble e más virtuoso del universo, aunque ningund viçioso auto obrado aya, si por sí no es virtuoso, no es llamado noble. La qual conclusión, por quanto me paresçe no solamente a los nobles muy odiosa, mas en todo a los humanos derechos, e a sus autores contraria, por verdad de aquella es de saber que la virtud sola por sí nunca es nobleza, aunque la nobleza alguna vez es virtud.

37Une fois encore, les liens logiques sont bien explicités : cause, conséquence, correction et concession. Le substantif conclusión annonce la clôture de son raisonnement (« por verdad… nunca es nobleza »).

  • 40 La suite bascule d’ailleurs dans le texte narratif.
  • 41 « (…) e así mesmo el Catolicón, e Vegeçio, los quales declarando aquesta palabra noble, concluyen q (...)

38Par ailleurs, on notera que (8) et (11) contiennent également une liste d’autorité : cela affaiblit la force argumentative de l’argument d’autorité qui précède cette liste40. Pourtant dans (8), la citation précède à deux reprises l’amorce, puis la citation clôt le propos, à la suite de l’amorce : cette inversion crée un balancement tout à fait efficace du point de vue du rythme et montre que l’auteur qui attribue un propos de toute évidence au discours indirect libre à deux autorités41 vise plutôt à persuader qu’à convaincre (la source ne semblant textuellement pas précise). Le verbe concluyen a pour sujet ces deux autorités, mais en réalité c’est l’auteur qui conclut là son raisonnement. Il opère donc un savant brouillage des locuteurs.

39Un autre cas de discours indirect libre (19) est traduit par l’emploi des infinitifs « ser » et « estar », qui traduisent une mise à distance (à la différence de « puede ser », qui est conjugué) et par l’emploi du substantif opiniones. Ce substantif trahit que l’auteur n’est pas d’accord avec l’argument exprimé (il ne mérite donc pas d’être transcrit au discours direct et le substantif opinión a une connotation négative). Le substantif opinión ne traduit pas toujours que l’auteur rejette le propos. En témoigne une liste de six caractéristiques de la noblesse selon six autorités qu’il désigne comme des opiniones :

Las quales bien consideradas, aunque paresçen diversas, non son contrarias. (…) Las seis opiniones diversas, que son seis calidades verdadera mente de la nobleza, commo no sea cada una dellas por sí bastante, vienen todas en su edificaçión acordes. Las quales, si derecha mente son entendidas, (todas) concluyendo acuerdan la opinión mía.

40Nous le pressentions dans notre analyse du Triunfo de las donas, la préposition segund constitue bien un marqueur de discours indirect libre dans (7) et, pour ce qui est de l’énoncé suivant, dans (16) : « E segund dize en el primero, ‘el honor e gloria son causa de acresçentamiento de las virtudes’ ». Aussi, il conviendrait de supprimer les guillemets. Un nouveau marqueur de discours indirect libre semble être employé en (13), concordando. Nous serions d’avis de supprimer une nouvelle fois les guillemets. Voilà la preuve que l’utilisation des arguments d’autorité par Juan Rodríguez n’a rien d’ancillaire et qu’il estime que sa parole peut reformuler et compléter celle des autorités.

41Pour nuancer le fait qu’une source suivie d’une autre plus imprécise amoindrit la force argumentative, on citera une occurrence exclue du relevé d’une part parce qu’elle n’appartient ni au discours sentencieux ni sapientiel, et d’autre part parce que la citation se limite à une désignation en mention, « nobles » :

Onde los fijos de los nobles, subçediendo en la nobleza de los padres, son llamados nobles ; de la qual entendió el Philósopho en el segundo libro de los Retóricos ; e de aquesta son llenos los libros çeviles.

42La deuxième référence, pour imprécise qu’elle soit et hyperbolique (en témoigne l’adjectif « llenos »), suggère que le savoir mentionné ainsi est connu de tous : la persuasion est ici encore privilégiée.

43Pour revenir à la question de la fréquence élevée de l’autorité polyphonique dans cette œuvre, on citera un extrait de la conclusion, qui montre que le tissage entre sa voix et celle des autorités dont il se prévaut pour appuyer son raisonnement ou pour les contester, est un art consommé chez cet auteur :

De los quales, e de las otras autoridades traídas por mí, a fin que la verdad de nuestra questión en pocas palabras conprehenda de una tal conclusión, « que sólo aquel goza del previllejo de los fidalgos, al qual dio prinçipio de nobleza el prínçipe o el prinçipado; e sólo aquel se puede llamar noble, que noble es por sí, e de noble linaje desçiende; e ninguno otro, aunque las virtudes theológicas, cardinales e morales, políticas, intelectuales, riquezas, fuerças corporales, dones e graçias de la naturaleza junta mente posea, non se puede verdadera mente llamar noble, fidalgo, nin gentil ombre ».

44L’auteur procède ainsi généralement selon le schéma : autorité 1 (A1) + autorité 2 (A2) + ma conclusion logique s’appuyant sur A1 et A2. Le fait que l’éditeur du texte, César Hernández Alonso, ait étonnamment choisi de mettre la conclusion de l’auteur entre guillemets (alors même qu’elle n’est pas au discours direct) est la preuve que l’argumentation via l’autorité polyphonique fonctionne et que le brouillage des locuteurs transformerait in fine les assertions de l’auteur en pseudo-arguments d’autorité...

  • 42 Or, Antonio Cortijo Ocaña préfère classer le Triunfo de las donas parmi les traités didactiques plu (...)
  • 43 Emily C. Francomano envisage quant à elle un public féminin ou mixte, mais elle ne se prononce pas (...)

45Les œuvres comme le Triunfo de las donas ou la Cadira de honor sont communément classées dans la catégorie des traités didactiques ou des œuvres doctrinales. Mais seulement une partie de ces œuvres méritent ces qualificatifs, car le Triunfo de las donas ne propose généralement pas de leçon : il vise juste à prouver une thèse à partir d’arguments assenés comme autant de vérités incontestables42. Formellement, cela s’exprime de manière très claire par la fréquence du verbe ser. C’est pourquoi le genre du traité scientifique semble convenir davantage pour son acception plus vaste. En revanche, la fréquence plus élevée du discours sapientiel dans la Cadira de honor justifie l’inclusion de l’œuvre dans la typologie des traités didactiques, doctrinaux, voire des manuels (en l’occurrence exclusivement à destination des nobles). La leçon renfermée par l’œuvre s’avère extrêmement limitée du point de vue éthique : on est noble car on naît noble et on doit agir en conséquence ; dans le cas contraire, on ne peut pas devenir noble et donc aucune leçon ne saurait être applicable. Doit-on conclure de cette fréquence peu élevée du discours sapientiel que l’auteur n’a pas même prévu que des femmes pourraient être amenées à lire son œuvre qui les concerne43 ? Les deux œuvres contiennent toutefois une prédominance du discours sentencieux, au sens où toutes deux constituent des exposés définitoires, de la supériorité de la femme sur l’homme dans le Triunfo de las donas, de la vraie noblesse dans la Cadira de honor. Mais si l’auteur défend bec et ongles la thèse de la Cadira de honor, qui est martelée et qu’il ne perd jamais de vue, en revanche la thèse de la supériorité de la femme sur l’homme semble connaître une argumentation peu développée et où l’auteur s’investit peu d’un point de vue énonciatif. En effet, les enjeux ne semblent pas comparables : dans la Cadira de honor, ils sont sociaux voire économiques car ils touchent la sphère du pouvoir ; dans le Triunfo de las donas, ils semblent absents, l’œuvre constituerait un exercice purement rhétorique et c’est en cela que le composant narratif a toute sa place dans une œuvre qui se veut plus plaisante qu’utile.

46Il apparaît donc que l’utilisation complémentaire des discours sentencieux et sapientiel permettrait d’affiner la taxinomie des textes scientifiques et d’éclairer leur fonctionnement argumentatif. In fine, il faut reconnaître un point commun aux deux œuvres d’un point de vue argumentatif et rhétorique, à savoir qu’elles constituent des antithèses, des exposés qui s’opposent au Corbaccio de Boccaccio dans le cas du Triunfo de las donas et, dans le cas de la Cadira de honor, aux théories bartolistes. La Cadira de honor constitue un creuset d’exemples d’arguments d’autorité où l’autorité polyphonique est à l’œuvre, alors que l’argumentation choisie par le biais des arguments d’autorité du Triunfo de las donas s’organise généralement grâce au raisonnement par autorité.

  • 44 En plus de l’analyse des citations sous forme de paroles rapportées, il conviendrait de consulter l (...)

47Au-delà, notre analyse met en évidence qu’une refonte de la ponctuation serait nécessaire dans le cadre de la préparation d’une édition critique44 et que les outils de l’analyse du discours permettent de préciser le fonctionnement de l’argumentation, en particulier le binôme discours sentencieux et sapientiel. Le fait qu’ils fonctionnent de manière complémentaire dans une dynamique argument/exemple a déjà été suggéré :

  • 45 María Victoria PINEDA, « La tradición del ‘exemplum’ en el discurso historiográfico y político de l (...)

El tópico de la ventaja del ejemplo sobre el precepto es precisamente eso, un tópico ; en la práctica los autores recurren sistemáticamente a ambos : el precepto como propositio, el ejemplo como confirmatio. Grabes (p. 39) encuentra en la tradición de los « espejos » medieval y renacentista dos funciones generales : una descriptiva —el espejo refleja las cosas como son— y otra prescriptiva —el espejo muestra las cosas como deberían ser—, articulada precisamente a base de normas y exempla45

  • 46 Laurent PERRIN, « L’argument d’autorité comme forme de modalité ‘allusive’ dans la conversation », (...)

48C’est dans ce contexte historique et culturel (médiéval et renaissant) que l’argument d’autorité trouve tout son sel. De fait, comme l’a montré Laurent Perrin, l’argument d’autorité ne joue absolument plus le même rôle au sein de corpus contemporains, en particulier oraux46.

Haut de page

Notes

1 Cette œuvre défend par le biais de cinquante arguments la supériorité de la femme sur l’homme.

2 L’auteur y expose une philosophie qui lie la chevalerie à la noblesse et étudie le lien entre vertu et noblesse.

3 Nous n’incluons pas ce texte dans notre analyse comme il s’agit d’une traduction assez fidèle au texte source, une version glosée des Héroïdes d’Ovide.

4 Nous n’entrons pas ici dans la difficulté taxinomique des genres sentencieux.

5 Nous préférons parler de proverbialité (inclut des caractéristiques formelles comme dans le cas de la musicalité, mais aussi des caractéristiques touchant au fond), car les énoncés en question n’appartiennent pas à proprement parler au genre du proverbe. De fait, la littérature hispanique recèle plusieurs expérimentations qui assimilent discours sapientiel et musicalité d’une strophe (souvent le distique ou le quatrain) à des proverbes, des Proverbios du Marquis de Santillane à « Proverbios y cantares » au sein de Campos de Castilla d’Antonio Machado, en passant par les Proverbios morales de Sem Tob de Carrión, selon une tradition qui puise au livre biblique. Par ailleurs, si les diachroniciens semblent davantage enclins à envisager la variation comme une caractéristique possible du genre, les synchroniciens travaillant sur des répertoires contemporains de proverbes s’y opposent. Cette opposition diachroniciens/synchroniciens simplifie un débat bien plus complexe auquel nous ne saurions prendre part, c’est pourquoi nous évoquerons la proverbialité d’énoncés au sein du discours sapientiel. Pour un état des lieux sur le proverbe, consulter notamment : Jean-Claude ANSCOMBRE, Bernard DARBORD et Alexandra ODDO, La parole exemplaire. Introduction à une étude linguistique des proverbes, Paris : Armand Colin, 2012.

6 Les marqueurs cités renvoient à des éléments que l’on trouve fréquemment dans les proverbes tels qu’on les connaît aujourd’hui dans les langues romanes. Or, les énoncés sapientiels de la littérature hispanique médiévale connaissent d’autres marqueurs de proverbialité comme l’emploi des modes impératifs ou subjonctifs, notamment dans le cas de paroles rapportées au discours direct et d’injonctions. Sur cette évolution des moules formels du proverbe, on consultera avec profit Alexandra ODDO, Vers un refranero diachronique : analyse linguistique de l’évolution des proverbes espagnols depuis le Moyen Âge, Limoges, Lambert-Lucas, 2013.

7 Le projet ANR Aliento dirigé par Marie-Sol Ortola et Marie-Christine Bornes-Varol propose une analyse de discours dans un corpus de textes (exclusivement) sapientiels : au discours édifiant s’oppose le discours sapientiel. Marie-Christine BORNES-VAROL et Marie-Sol ORTOLA, « On ne naît pas proverbe, on le devient ou comment le projet ANR Aliento entend contribuer à la réflexion sur la notion de phrase autonome », in : La Phrase autonome, Jean-Claude Anscombre, Bernard Darbord & Alexandra Oddo (éd.), Paris : Classiques Garnier, 2016, p. 181-201.

8 Bernard DARBORD et Bernard POTTIER, La langue espagnole. Éléments de grammaire historique, Paris : Nathan, 1999, p. 219-224 ; Bernard POTTIER, Représentations mentales et catégorisations linguistiques, Louvain, Peeters, 2000, p. 192-215 ; Bernard DARBORD, « Les modalités dans les langues et les cultures », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 27, 2004, p. 11-15.

9 B. DARBORD, « Les modalités… », p. 11-12.

10 Bernard POTTIER, « Sur les modalités », in : Psychomécanique et théories de lénonciation, Lille : Presses Universitaires, 1980, p. 67-78, p. 77.

11 Une approche tout à fait stimulante vise à rapprocher la modalité de la médiativité : Jean-Claude ANSCOMBRE, Évelyne OPPERMANN-MARSAUX et Amalia RODRÍGUEZ SOMOLINOS (dir.), Médiativité, polyphonie et modalité en français : Études synchroniques et diachroniques, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2014.

12 Au sein d’un texte scientifique, la convention littéraire qui vise à parler de narrateur ne nous semble pas être d’un usage pertinent. Certes, le Triunfo de las donas comporte une fiction sous forme de récit-cadre, si bien que la désignation d’auteur-narrateur conviendrait davantage dans ce cas précis.

13 Laura CÎTU, « Formes sapientiales et discours sentencieux : l’adage dans le langage législatif français, du droit coutumier au droit contemporain », in : Actas del XXVI Congreso Internacional de Lingüística y de Filología Románicas, Emili Casanova et Cesáreo Calvo Rigual (dir.), Berlin/Boston : De Gruyter, vol. 5, 2013, p. 391-401.

14 Nous préférons la forme sapientiel, les deux étant valables.

15 Ibid., p. 395.

16 Ce travail préliminaire qui portait sur la sentence au sens large a été présenté à l’occasion d’une conférence du séminaire « Moyen Âge espagnol » du Collège d’Espagne. Je remercie Bernard Darbord, Alexandra Oddo et tous les organisateurs du séminaire pour leurs remarques à l’issue de la présentation du travail en question.

17 Nous citons d’après la transcription numérique de l’édition des œuvres complètes de l’auteur par César Hernández Alonso (1982) : Juan RODRÍGUEZ DEL PADRÓN, Triunfo de las donas y cadira de onor, Alicante : Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, 1999, http://www.cervantesvirtual.com/nd/ark:/59851/bmcvd6s7.

18 Oswald DUCROT, Le dire et le dit, Paris, Minuit, 1984.

19 Ibid., p. 157.

20 Ibid., p. 150.

21 Olivier BIAGGINI, « L’argumentation d’autorité : théorie et pratique », Atalaya, 9, 1998, p. 159-176 ; « ‘Sentencia a mi ver digna de perpetua y recordable memoria’ : mise en scène et subversion de l’auctoritas dans la Célestine », in : De la lettre à l’esprit : hommage à Michel Garcia : témoignages et travaux de ses collègues, amis et anciens doctorants, Carlos Heusch (coord.), Paris : Le Manuscrit, 2009, p. 75-116 ; L’auctoritas en Castille au XIIIe siècle : l’exemple de Gonzalo de Berceo, thèse de doctorat sous la direction de Michel Garcia, Paris III, 1999.

22 Ibid., p. 162.

23 « a) Le locuteur L montre un énonciateur (qui peut être lui-même ou quelqu’un d’autre) assertant une certaine proposition P. Autrement dit, il introduit dans son discours une voix — qui n’est pas forcément la sienne — responsable de l’assertion P. [...] b) L appuie sur cette première assertion une seconde assertion, relative à une autre proposition, Q. Ce qui signifie deux choses. D’une part, que le locuteur s’identifie avec le sujet qui asserte Q. Et, d’autre part, qu’il le fait en se fondant sur une relation entre les propositions P et Q, sur le fait que l’admission de P rend nécessaire, ou en tout cas légitime, d’admettre Q. [...] L’existence montrée [...] d’une assertion de P fonde ainsi une assertion de Q, ce rapport étant garanti par une relation entre les propositions P et Q. », O. DUCROT, op. cit., p. 154.

24 On peut la schématiser comme suit : X a dit P. Or, X est une autorité dans le domaine dont relève P. Donc, P est vrai.

25 Ibid., p. 168-169.

26 Ses marqueurs (verbe, préposition…) sont indiqués en gras.

27 Pour une description du fonctionnement des citations au sein du discours sapientiel, consulter : Florence SERRANO, « Citations et temporalité dans quelques recueils de sagesse médiévaux du corpus Aliento », in : Le discours rapporté. Temporalité, histoire, mémoire et patrimoine discursif, Hélène Barthelmebs-Raguin, Greta Komur-Thilloy, Juan Manuel López-Muñoz Sophie Marnette et Laurence Rosier (dir.), Paris : Classiques Garnier, 2018, p. 141-156.

28 Par exemple, l’énoncé suivant appartient au texte explicatif, ce qui est caractéristique d’énoncés où des termes sont employés en mention : « e noble, por síncopa, segund el Catholicón, viene de ‘notable’ ».

29 Voici un exemple parmi d’autres de fragment de texte narratif contenant une amorce et une autorité à qui le propos est rapporté, sans que ce propos ne constitue une citation : « aunque antigua mente, segund dize el Santo Dotor en el tergero libro del Regimiento de los prínçipes, eran llamados infançones, es a saber, menores infantes, respecto de los mayores, que son los fijos del rey, llamados así a comparaçión del niño e pequeño infante, que a ninguno sabe enpesçer, e al padre sienpre obedece ».

30 Si l’intertextualité ne constitue pas une preuve textuelle totalement fiable que l’on pourrait appliquer de manière systématique (du fait de la complexité de la transmission des textes médiévaux), cette méthode donne des résultats probants d’un point de vue culturel. Consulter notamment l’article d’Emily C. FRANCOMANO, « Cuestiones odiosas : debate, parodia y dialogismo en el Triunfo de las donas », Cahiers dÉtudes Hispaniques Médiévales, 39, 2016, p. 95-110.

31 Olga T. IMPEY, « Boccaccio y Rodríguez del Padrón : la espuela de la emulación en el Triunfo de las donas », in : Hispanic Studies in Honor of Alan Deyermond. A North American Tribute, John S. Mitelich (éd.), Madison : The Hispanic Seminary of Medieval Studies, 1986, p. 135-150.

32 Remarquons que la citation de (3) est constituée de deux sentences métaphoriques.

33 Juan Rodríguez del Padrón cite un adage juridique dans la Cadira de honor ; il emploie l’étiquette de natural pincipio : « Lo qual se prueva por la ley çivil, fundada sobre aqueste natural prinçipio que dize ‘todas las cosas poder venir en uso fruto, e así mesmo en viso, salvo el animal razonable’ ». Nous pensons qu’il s’agit de discours indirect libre et que les guillemets de l’éditeur pourraient être supprimés.

34 Marta HARO CORTÉS, « Los compendios de castigos del siglo XIII : técnicas narrativas y contenido ético », Cuadernos de filología, 14, 1995, p. 115.

35 Pour ce qui est des réflexions théoriques sur la différence entre forme gnomique et sentencieuse, consulter les travaux d’Alexandra ODDO, notamment « Visions et visées des formes sentencieuses dans la littérature médiévale espagnole du XIVe siècle (El Conde Lucanor et Libro de Buen Amor) », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 32, 2009, p. 229-244 ; « Refranes y sentencias en la Edad Media : estudio de algunas correspondencias », Memorabilia : boletín de literatura sapiencial, 17, 2015, p. 115-134 ; « Spécificités des genres : proverbes et sentences castillans au Moyen Âge », Aliento, 8, 2016, p. 225-235.

36 E. C. FRANCOMANO, art. cité, p. 103.

37 Gilbert FABRE, « L’archilexie OMNE dans le Calila e Dimna », Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 25, 2002, p. 307-318, en particulier p. 316-317.

38 Ailleurs, l’auteur explicite son opposition à ce juriste en employant le substantif contrario : « manifiesto se sigue el contrario de los qu[e]el nonbrado Doctor çevil por sus conclusiones parese decir », également à la suite de (16) « e por el contrario », un cas d’autorité polyphonique paradoxale (voir citation et note suivantes).

39 Marianne DOURY, « La fonction argumentative des échanges rapportés », in : Le Discours rapporté dans tous ses états, Juan Manuel López Muñoz, Sophie Marnette, Laurence Rosier (éd.), Paris : L’Harmattan, 2004, p. 254-264, p. 256.

40 La suite bascule d’ailleurs dans le texte narratif.

41 « (…) e así mesmo el Catolicón, e Vegeçio, los quales declarando aquesta palabra noble, concluyen que generoso e noble es aquel que por sí es noble, e de noble linaje desçiende ».

42 Or, Antonio Cortijo Ocaña préfère classer le Triunfo de las donas parmi les traités didactiques plutôt que parmi les fictions. Antonio CORTIJO OCAÑA, La evolución genérica de la ficción sentimental de los siglos XV y XVI : género literario y contexto social, Londres : Tamesis, 2001, p. 85.

43 Emily C. Francomano envisage quant à elle un public féminin ou mixte, mais elle ne se prononce pas concernant l'horizon d'attente du Triunfo de las donas. E. C. FRANCOMANO, art. cité, p. 96.

44 En plus de l’analyse des citations sous forme de paroles rapportées, il conviendrait de consulter les manuscrits afin d’établir si les copistes suivent un code. Pour approfondir cette question, consulter les travaux d’Elena LLAMAS POMBO, en particulier : « Variación gráfica y secuenciación de la palabra en manuscritos medievales hispánicos », in : Los códices literarios de la Edad Media : interpretación, historia, técnicas y catalogación, Eva Belén Carro Carbajal et Javier Durán Barceló (coord.), San Millán de la Cogolla : Cilengua, 2009, p. 225-257 ; « Ponctuer, éditer, dire. Notes sur la ponctuation du discours dans l’écriture médiévale », in : Aux marges du discours. Personnes, temps, lieux, objets, Juan Manuel López Muñoz (coord.), Limoges : Lambert-Lucas, 2015, p. 212-224 ; « Metro, ritmo y puntuación en los repertorios hispánicos de refranes (siglos XVI-XVII) », RILCE : Revista de filología hispánica, 34 (2), 2018, p. 456-482.

45 María Victoria PINEDA, « La tradición del ‘exemplum’ en el discurso historiográfico y político de la España imperial », Revista de literatura, 67 (133), 2005, p. 31-48, p. 33.

46 Laurent PERRIN, « L’argument d’autorité comme forme de modalité ‘allusive’ dans la conversation », in : Autour de l’argumentation. Rationaliser l’expérience quotidienne, Guylaine Martel (éd.), Québec : Nota Bene, p. 81-106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Serrano, « ‘¿Qué conviene más exenplificar?’ L’argument d’autorité, la preuve par la vérité ou le savoir dans le Triunfo de las donas et la Cadira de honor de Juan Rodríguez del Padrón », e-Spania [En ligne], 34 | octobre 2019, mis en ligne le 09 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/32412 ; DOI : 10.4000/e-spania.32412

Haut de page

Auteur

Florence Serrano

Université Savoie Mont Blanc, LLSETI (EA 3706)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals