Navigation – Plan du site
Les pouvoirs de la noblesse : définitions, moyens et clientèles

Les pouvoirs de la noblesse : définitions, moyens et clientèles

Introduction
Raphaël Carrasco et Béatrice Perez

Texte intégral

1En préambule à ce dossier monographique sur la noblesse, nous voudrions présenter le projet en quelques lignes afin d’éclairer le choix de revenir sur le thème de la noblesse et celui d’une alliance de plusieurs composantes de recherches.

2Disons tout d’abord que ce projet est né de la volonté de collaborer entre groupes de modernistes hispanistes alliant trois composantes : LLACS [Anita Gonzalez-Raymond et Fabrice Quéro, à Montpellier], CAER [Pascal Gandoulphe, à Marseille-Aix] et CHECLA / CLEA, à Paris. Comme souvent, cette alliance procède, au départ, d’une envie de travailler ensemble, par amitié – une longue et granitique affinité élective –, par complicité intellectuelle, par nécessité aussi d’unir nos forces dans une réflexion commune sur notre propre champs disciplinaire. Nous nous sommes réunis une première fois en mai 2018 à Montpellier autour du thème « Las noblezas : esencias y definiciones », à Paris en 2019 sur « Les pouvoirs de la noblesse : moyens et clientèles », puis en 2020 nous nous réunirons pour explorer, cette fois, les représentations liées à l’exaltation nobiliaire (iconographie, histoires des familles, images satiriques, architecture, fête) autour du thème « Quand la noblesse se donne à voir ».

3Les articles réunis dans ce volume sont issus des communications présentées lors des deux premières manifestations tenues à Montpellier et à Paris. Un colloque commun portant plus spécifiquement sur la noblesse et les serviteurs de l’État – c’est-à-dire, sur l’insertion nobiliaire dans un appareil polysynodique permettant le contrôle des territoires et l’affirmation d’une prépondérance ibérique – viendra clore le projet et fera l’objet d’une nouvelle publication.

4Le choix du thème peut surprendre, car les études sur la noblesse ne sont pas nées hier, mais ont une vieille tradition historiographique, et c’est sans doute pour cela que la question demeure intéressante. Elle est parfois figée dans une forme de connaissance presque universelle, souvent datée et erronée, même légèrement, et en cela, elle appelle la nuance, le détail, l’inflexion. C’est ce que nous avons voulu faire : revoir, reprendre, regarder les grandes avancées, voir les angles morts pour mieux y travailler. En somme, revenir sur des catégories constituées comme des réalités substantielles qui ont figé, d’une façon acritique, une idéologie consubstantielle à l’Ancien régime. D’autres également travaillent à cette relecture de la noblesse, et nous voudrions citer, entre autres, le projet NOBINCIS, de Carmen Sanz Ayán (https://www.ucm.es/​nobincis, « Nuevas noblezas de la monarquía hispánica »).

5À première vue, si l’on s’en tient à la littérature ancienne à laquelle se réfèrent les auteurs de traités nobiliaires, la définition de la noblesse est simple et évidente, si l’on peut dire. La réflexion qui fonde l’identité nobiliaire repose, en effet, sur un principe s’héritant et se transmettant par le sang, par voie masculine, comme une définition existentielle intime et un statut patrilinéaire tout à la fois. La chose est d’autant plus vraie qu’elle demeure fortement ancrée dans les définitions des Partidas, Partida II, ley 3 :

De como los hijosd’algos devent guardar la nobleza y fidalguia [...]. Ca maguer la madre sea villana y el padre hidalgo, hidalgo es el hijo que dellos nasciere [...]. Mas si nasciere de fidalga e de villano, no toviere por derecho que fuere contado por Fidalgo.

  • 1 On trouvera d’intéressantes analyses contrastées à l’échelle européenne dans Juan HERNÁNDEZ FRANCO, (...)

6Mais cette définition – somme toute très consensuelle en Europe occidentale1 – souffre sans cesse d’exceptions, de distorsions, d’incohérences, au point qu’elle n’est là que pour nous amener à réfléchir sur les multiples pratiques contraires à la norme. C’est cette volonté, dans un premier temps, de reconsidérer les catégories utilisées en les confrontant aux pratiques sociales qui a légitimé notre première journée d’études. Ainsi, si le statut se veut patrilinéaire, toutes les corporations, les institutions prestigieuses, les ordres de chevalerie exigent, dans les épreuves de noblesse, que l’on mène enquête autour des quatre branches (costados), quand les branches maternelles, en droit, n’ont pas de fondement légal dans l’essence nobiliaire.

7D’où la première conclusion : l’impossible ordre patrilignager.

  • 2 Robert DESCIMON, « Les noblesses à l’époque moderne », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t (...)

8Mais il y a plus. La confusion des essences impose de penser les noblesses vieja ou de servicio, d’épée ou de robe, de sang ou civile, en termes de formations sociales, de pouvoirs et de clientèles. Nul besoin de rappeler combien la définition fiscale paraît alors courte, car l’exemption, dans l’Espagne moderne, est un privilège partagé par de nombreuses catégories socio-professionnelles (qui jouissent même d’exemption plus large). La noblesse répugne à se dire au pluriel, parce qu’elle se veut un socle de la domination sociale et de la hiérarchie politique. Pourtant, elle est sans nul doute le groupe le plus hétérogène de la société moderne (une gigantesque nébuleuse sociale), parce que les groupes qui la constituent ne sont, in fine, que des concrétions qui dépendent de clientèles, de relations (ou « capital symbolique »), de légitimités revendiquées, de privilèges et d’honneurs disputés âprement. Les discours sont le principal vecteur de cet artefact de propagande parce qu’ils nourrissent l’illusion d’une cohésion de façade, quand la noblesse n’est qu’un vaste agrégat de situations empiriques complexes et diverses. C’est la raison pour laquelle il faut, en parallèle et de concert, déconstruire les discours et analyser les fonctions de la noblesse et ses pouvoirs. Comment ne pas citer alors Robert Descimon : « La noblesse n’est pas une essence, mais un rapport social fondé sur des formes de domination, de légitimation et d’institutionnalisation »2.

9Ainsi, la noblesse doit-elle être appréhendée sans cesse à travers des tensions multipolaires, en lien avec les pouvoirs, à l’échelle de la ville ou de la chancellerie ; à l’échelle de la monarchie et de ses conseils. Et la variation de ces échelles suppose une redéfinition des stratégies d’alliances, ou plutôt des contraintes pesant sur les choix des diverses alliances ou des investissements pluriels, pour se maintenir au sommet de la hiérarchie dans chaque géographie du pouvoir. Comme l’exprime synthétiquement Enrique Soria Mesa :

  • 3 Enrique SORIA MESA, La nobleza en la España moderna. Cambio y continuidad, Madrid : Marcial Pons Hi (...)

Hay que distinguir dos grupos sociales básicos, reciban el nombre que reciban. Por un lado, los regidores y otros cargos municipales de importancia. En ellos radica el poder local, ciertamente, pero no sólo en ellos. Por otro lado, todo un conjunto, mucho mayor claro está, de familias ricas y con gran capital inmaterial que rodean y engloban a los anteriores. Quedarnos sólo con los primeros sería cometer un terrible error3.

  • 4 Les catégories d’hidalgos, caballeros et títulos structurent la plupart des études sur la noblesse (...)

10Ces réflexions ouvrent d’intéressantes perspectives, loin des analyses fondées sur les considérations théoriques et les descriptions catégorielles (quelle « noblesse », de « service » ou de « sang » ? « Patriciat » ou oligarchie, caballeros ou hidalgos4 ?) et nous conduisent vers une tout autre manière d’envisager la question, attentive cette fois aux problématiques sociales. En se mettant à l’écoute de ces dynamiques sociales à l’œuvre dans les sociétés hispaniques de la première modernité, l’historien observe de nombreux facteurs parmi lesquels, la fameuse « pureté de sang » prend une importance considérable dans la coloration des rapports sociaux.

  • 5 Robert MANDROU, Classes et luttes de classes dans la France du XVIIe siècle, Florence : G. d’Anna, (...)

11Il convient donc de reprendre la question de la définition de la noblesse à la lumière de ces considérations. Mais définir un groupe social n’est pas chose aisée, particulièrement lorsqu’on s’intéresse à l’époque moderne, et tous les historiens qui s’y sont essayés en ont fait l’expérience. Robert Mandrou5 retient quatre critères à prendre en compte à l’heure de définir le « rang » d’une « classe » dans la société globale :

  1. la situation économique ;

  2. le genre de vie ;

  3. la culture ;

  4. la participation au pouvoir.

  • 6 Jacques Heers, Le clan familial au Moyen Âge : Étude sur les structures politiques et sociales des (...)

12Il faut prendre garde que la noblesse connut un perpétuel renouvellement au long de son histoire et tout particulièrement durant l’époque moderne, ce qui oblige à adopter une posture flexible, comme souligne Jacques Heers à propos des patriciats urbains italiens de la fin du Moyen Âge6, bien qu’on puisse dire la même chose de l’Espagne qui connaît un renouvellement fondamental du corps nobiliaire au cours du XVe siècle. Ces contours mouvants, les changements qui interviennent au moment du passage à la modernité (centralisme autoritaire, capitalisme, guerres européennes, Inquisition, etc.) fragilisent la légitimité de la noblesse « pure » en ouvrant le champ nobiliaire et en permettant, en particulier, l’entrée des conversos au cours du XVe siècle : c’est ce qui explique la prolifération de traités apologétiques dont la finalité est de justifier ce groupe et ses excellences.

13La réflexion sur ce qu’est la noblesse, sur ses origines, la façon d’y accéder, les qualités que devait posséder le noble, traverse toute l’Europe moderne, avec des variations selon le temps et les obédiences théoriques de chaque auteur – théologiques, morales, politiques, économiques ou sociales. Qu’elle en est la raison ? La justification des privilèges, tout bonnement, pare que c’est un facteur consubstantiel des sociétés d’Ancien Régime. Un privilège est une forme de ségrégation en fonction de l’origine des individus, du rang qu’ils occupent dans la société, des exemptions dont ils bénéficient. Les privilèges sont garantis par le statut juridique, mais celui-ci requiert le tacite consensus social qui se forge autour de valeurs reconnues par tous, tels la vertu, l’honneur, l’excellence, d’une part ; autour du pouvoir, du savoir, de l’enracinement immémorial du lignage et, cela s’entend, de la richesse, d’autre part.

14Nous parvenons ainsi à un ensemble de critères descriptifs de la noblesse :

  • le statut : la noblesse constitue un ordre caractérisé par les privilèges qui y sont attachés ;

  • la richesse : la noblesse est une classe possédante, détenant des pans entiers de la richesse, des propriétés, des liquidités, des œuvres d’art, des droits seigneuriaux ;

  • le pouvoir : la noblesse est un acteur politique de premier plan, non seulement au niveau local, mais aussi national ;

  • les valeurs, toute une culture dominante et un imaginaire diffusé à travers toutes les classes sociales ;

  • la « race », autrement dit, la pureté de sang, ou le problème des conversos ou confesos.

15La noblesse s’organise en fonction de l’idée de maison – casa – qui structure les intérêts communs du lignage, d’un ensemble cohérent de solidarités, d’une sociabilité, d’une dynamique d’ouverture ou de fermeture selon les conjonctures.

16Décrire la noblesse suppose ainsi d’élaborer :

  • une généalogie (les origines, les fondements) ;

  • une typologie (les sortes de noblesses, les hiérarchies) ;

  • une topographie (la couverture spatiale) ;

  • une économie (le « poids » économique de la noblesse, son rôle en tant qu’acteur économique) ;

  • enfin, une prosopogaphie (les membres des familles).

  • 7 Il y a déjà dix-huit ans, la bibliographie publiée par le CINDOC (Centro de Información y documenta (...)

17Les études sur tous ces aspects se sont multipliées depuis une trentaine d’années pour atteindre aujourd’hui un volume considérable7. Les recherches sur la noblesse menées par les modernistes espagnols se sont intéressées, durant de nombreuses années, aux questions économiques, principalement agraires, ainsi qu’aux aspects portant sur la seigneurie. Un changement s’opère à compter des années 1980, où l’on voit paraître des travaux ayant pour objet les élites locales et sur certains lignages de premier plan, ou centrés sur les figures les plus emblématiques de ces familles – Osuna, Albe, Fernández de Córdoba, Anaya, Medina Sidonia et bien d’autres encore. Cet intérêt pour les oligarchies territoriales et les élites de pouvoir ne s’est plus démenti et s’est même enrichi, à partir des dernières années du siècle dernier, d’intéressantes incursions dans le domaine de la culture – nous pensons en particulier aux travaux de Fernando Bouza – et de l’importante problématique de la « pureté de sang » qui constitue, pour nous, un axe privilégié.

  • 8 Nous ne citerons pas les nombreuses études que l’auteur a publiées sue le sujet et nous limiterons (...)
  • 9 L’auteur écrit dans la conclusion du livre cité dans la note précédente : « Las investigaciones rea (...)

18À ce propos, les publications d’Enrique Soria Mesa sur la question cruciale de l’ascension sociale des familles conversas sont venues apporter des éclairages très intéressants8. L’auteur insiste, en effet, preuves à l’appui, sur la dynamique ascensionnelle des familles roturières mais argentées ou celles marquées par l’opprobre de la fameuse tache – la mancha – ou « impureté de sang » – c’était bien souvent les mêmes familles d’ailleurs – en dépit des barrières institutionnelles les excluant, en principe, des honneurs et des charges. Enrique Soria Mesa insiste sur le fait que la société espagnole du Siècle d’or était bien plus ouverte9 et plurielle que ce qu’une tradition historiographique « de gauche » – pour aller vite – et même, parfois, proche de la légende noire antiespagnole a bien voulu accréditer en se fondant sur des considérations statutaires et juridiques, ou en surévaluant les enseignements tirés de l’examen de l’activité inquisitoriale et de la proliférante littérature polémique antijuive. Partant, l’étude des familles de notables dans leur contexte local, pour longue et fastidieuse qu’elle soit, s’avère indispensable pour contraster l’image stéréotypée d’une société fermée, arc-boutée sur un récit national férocement ethnicisé. Dans les faits, on constate que non seulement les inhabilitaciones issues des condamnations inquisitoriales, mais aussi et surtout les preuves de « pureté de sang » étaient contournées sans grande difficulté, que la forteresse inexpugnable du casticismo rancio et du « goticismo » était lézardée de toutes parts.

  • 10 E. Soria Mesa, El cambio inmóvil. Transformaciones y permanencias en una élite de poder (Córdoba, s (...)

19Sur ce terrain, très glissant et sujet aux interprétations les plus contrastées, il convient d’avancer avec prudence et sans dogmatisme. Il y a une dynamique évidente qui favorise les familles conversas, lesquelles non seulement parviennent à se hisser au sommet de la hiérarchie sociale grâce aux compétences qu’elles possèdent et aux moyens dont elles disposent, mais sont également intégrées sans avoir à souffrir des discriminations que les textes pouvaient laisser présager. Enrique Soria Mesa décrit comme suit le mécanisme mimétique d’ascension des conversos qui conduit à ce qu’il appelle « le changement immobile »10 :

  • 11 E. Soria Mesa, « Judaizantes o marqueses. Los judeoconversos de Lucena (Córdoba) entre los siglos X (...)

Y conseguido el éxito social, lo que seguía era el inevitable correlato cultural. Había que adoptar los cánones estéticos de la minoría dirigente. Sus usos y costumbres, sus maneras de comportamiento, sus hábitos culinarios y su ropa. Se construyeron grandes mansiones, se contrataron miríadas de criados, las casas se llenaron de plata labrada y de cuadros, incluso de algún que otro libro, que eso no era tan demandado. Las fachadas de las viviendas se adornaron de escudos falsos, encargados a canteros, con los mismos motivos heráldicos que los que adornaban los tapices y reposteros. Se litigaron –y se compraronpatentes de hidalguía y se usurparon, finalmente, los apellidos más ilustres y sonoros de la más rancia nobleza nacional. En fin, se hicieron pasar por nobles a los ojos de los demás, y en aquella época (y en tantas otras) parecer era el primer paso para ser11.

  • 12 Ferrán Mexía, Libro intitulado nobiliario perfectamente copylado e ordenado por el onrrado caualler (...)

20Parallèlement à cette dynamique sociale qui engageait le renouvellement des élites locales en même temps que la survie des conversos si durement frappés par l’Inquisition, un autre combat émergeait, théorique cette fois, mais dont les répercussions dans la société furent considérables, conduisant à l’affrontement de deux conceptions opposées de la noblesse. En schématisant peut-être à l’excès, nous détacherons deux grandes lignes d’interprétation : celle issue de Bartolo di Sassoferrato et celle procédant de Ferrán Mexía12. Pour l’école du premier, la noblesse est fondée sur la vertu et le libre arbitre ; pour celle du second, c’est le lignage et la pureté de sang qui priment. Bartole de Sassoferrato oppose la noblesse de vertu à celle de lignage. Son introduction en Espagne produisit un débat (notamment avec mosén Diego de Valera) dont nous donnons ci-dessous les principaux jalons.

  • 13 Nous avons élaboré cette liste de traités à partir de C. HEUSCH, La caballería castellana en la baj (...)

1439-1441 : Cadira del honor de Juan Rodríguez del Padrón (ca. 1390-1450). L’auteur s’oppose aux thèses de Bartole à propos de la noblesse, de la dignité et des armes13.

1441 : Espejo de verdadera nobleza de Diego de Valera (1412-1488). Valera répond à Rodríguez del Padrón dans la ligne de Bartole sur le rôle de la vertu et de la dignité chevaleresque dans la définition de la noblesse.

1458-60 : Ceremonial de príncipes y caballeros de Diego de Valera. Ce traité fait reposer l’anoblissement politique sur la vertu chevaleresque.

1459 : Tratado de la perfección del triunfo militar d’Alfonso de Palencia (1423-1492).

Il s’agit d’un récit allégorique qui fait une critique de la chevalerie espagnole et défend la professionnalisation de l’exercice des armes, l’important dans la chevalerie étant la compétence plus que les prérogatives d’un groupe social.

Circa 1460 : Traduction par le prince don Carlos de Viana du De nobilitate (1422) de Buonaccorso de Montemagno. Celui-ci défend la vertu personnelle comme fondement de la véritable noblesse, contre les défenseurs de la primauté du lignage.

1482-1492 : Tratado de los gualardones de Juan de Lucena (1430-1506). L’auteur se livre à une critique des usages de son temps où l’on octroie des dignités à des individus qui ne les méritent pas, exaltant derechef la dignité chevaleresque.

1484 : Ordenanzas reales de Montalvo. Ce recueil de lois commandé par les Rois Catholiques porte sous les titres 1 et 2 du Libro IV la législation sur les chevaliers et les hidalgos.

1492 : Nobiliario vero de Ferrán Mexía (1454-1495). Ce texte important est une charge en règle contre Diego de Valera et Bartole, au nom de la défense de la noblesse de lignage. Ainsi la noblesse ne viendrait point de la vertu chevaleresque mais essentiellement du sang et de l’ancienneté du lignage.

21Cette irruption du sang pur exempt de tout mélange avec du sang roturier dans le débat sur l’essence de la noblesse est contemporaine de l’émergence de la « question conversa », à savoir le combat de certains pour exclure des charges et des honneurs les personnes descendant de juifs convertis ou de morisques. Les affrontements autour de la place des conversos dans la société engendrent, à leur tour, un autre débat âpre entre les tenants de la « noblesse de mérite » et ceux de la « noblesse de lignage ». La considération de la « pureté de sang » insinue l’idée d’une double noblesse, ou d’une hiérarchie exaltant la noblesse statutaire et du sang vieux-chrétien, au détriment de la première. C’est ce qu’explicite le texte suivant, très connu et souvent cité :

  • 14 BN Madrid, Ms. 13043, fol. 126 v°-127r° (vers 1600).

En españa hay dos géneros de noblezas. Una mayor, que es la hidalguía y otra menor, que es la limpieza, que lamamos Cristianos viejos. Y aunque la primera de la hidalguía es más honrado de tenerla, pero muy más afrentoso es faltar la segunda: porque en España más estimamos a un hombre pechero que a un hidalgo que no es limpio14.

22Cet état des choses résulte de l’évolution de la noblesse sous les Trastamare. La structure de la noblesse avait, en effet, changé au cours de la seconde moitié du xve siècle. Au moment où l’ancienne noblesse voyait entrer dans ses rangs des individus extérieurs, au bénéfice des campagnes militaires de la fin de la Reconquête ou des guerres civiles, les souverains se mirent à promouvoir – pour la fidéliser – une nouvelle catégorie de serviteurs de la couronne, les letrados, souvent d’origine conversa. Ces derniers, une fois anoblis, venaient bousculer les lignages anciens, leur donnant le sentiment de les déposséder des prérogatives dont ils jouissaient auprès des souverains. Les guerres civiles – pendant lesquelles s’affrontèrent les partisans des rois et de leurs favoris, une noblesse récente et d’origine souvent conversa et les représentants des lignages rancios ou anciens – vinrent exacerber les tensions aboutissant à l’irréductible opposition entre les anciens nobles, zélateurs d’une exclusive noblesse de lignage, et les nouveaux nobles, farouches partisans d’une noblesse de mérite. La conséquence de tout cela fut l’avènement d’une sorte de schizophrénie nobiliaire. La vieille noblesse voyait d’un très mauvais œil l’exigence des enquêtes de pureté de sang, car les lignages (tous bien connus en principe) comptaient fréquemment quelque ancêtre au sang mêlé. En même temps, pour les nouveaux-chrétiens, les statuts de « pureté de sang » constituaient un obstacle indéniable qui laissait le champ libre aux nombreux vieux-chrétiens aspirant à la noblesse.

  • 15 Publié au XIXe siècle (1880), édition reprise par Armando Mauricio Escobar Olmedo, El tizón de la N (...)
  • 16 De nombreuses copies conservées à la BNE du XVIe et du XVIIe siècle sont consultables en ligne.
  • 17 Le texte : Monique Combescure Thiry, « Transcription annotée du manuscrit : Ms 18305 de la Bibliote (...)
  • 18 Après Philippe II, Philippe IV interdit en 1623 les libros verdes ou de becerro par la loi XXII, (...)

23Quelle que fût l’efficacité réelle de la « pureté de sang » – très variable en fonction des lieux, des charges convoitées, de la fortune et des appuis dont pouvaient se prévaloir les demandeurs –, il n’en demeure pas moins que la généralisation des statuts constituait un paramètre toxique, conduisant à des dérives délétères, comme la diffusion de catalogues infamants, tel le fameux Tizón de la nobleza de España15, attribué au cardinal Francisco de Mendoza y Bobadilla, ou son précédent, le Lucero de Nobleza16 de Pedro Jerónimo de Aponte, ou encore les libros verdes ou de becerro. Le plus connu fut le Libro Verde de Aragón17 (1507), repris et amplifié jusqu’au xviie siècle, quand cette littérature fit vraiment florès en dépit des interdictions successives frappant la lecture ou la possession de ces textes18 (ainsi le Libro verde de Aragón finit par être brûlé sur la place du marché à Saragosse en 1622).

24Il est temps de conclure. Le but de ce dossier monographique, on l’aura compris, est donc de scruter la noblesse à travers les dynamiques sociales de promotion :

  • depuis la patrimonialisation des charges et, partant, la transmission de celles-ci – par le biais de la resignatio in favorem des offices et de toute une série de procédés permettant l’avènement de clientèles monarchiques pérennes dans les appareils administratifs et juridiques de la monarchie – ;

  • jusqu’à l’accumulation patrimoniale et la constitution de la noblesse en élite financière – qu’elle fût ploutocratie locale ou noblesses vrillées de marchands / banquiers d’origine génoise ou portugaise, donnant derechef un autre sens à la « noblesse de service » : celui d’un « service », souvent financier, légitimant l’anoblissement. En somme, la grande banalité de la vénalité des titres et des honneurs…

25Quelles noblesses ? Quels mécanismes sociaux-politiques de la grandeur ? Quelle intégration des noblesses dans les organes de la monarchie ? Ce sont les trois grandes questions qui supportent les trois séminaires organisés pour comprendre la genèse et l’évolution des noblesses modernes dans la construction même de la monarchie des Habsbourg.

26Les articles offerts dans ce volume font la part belle à la noblesse patrimoniale, aux élites, à la noblesse de robe... Et pour cause, la noblesse de sang tend à se dérober à l’historien travaillant sur les inquiétudes sociales et les aspirations à la promotion, parce que, précisément, elle se pense tel un paradigme de l’ancienneté et de la virtus (« claridad de linaje », « antigua riqueza », « virtud y buenas costumbres » comme le rappelait Juan Rodríguez del Padrón19), autant de choses immatérielles dans la transmission d’un sang « généreux » que la haute noblesse donne à voir dans la puissance de ses états, dans le faste de la cour nobiliaire, dans ce fameux « fasto de su arrogancia », comme le reprocha la soldatesque à Juan de la Cerda, duc de Medinaceli, capitaine général des flottes lors de la défaite de Los Gelves en 1560 : « [...] era más apto para lucir en los salones el fasto de su arrogancia que para dirigir en campaña una hueste »20.

Haut de page

Notes

1 On trouvera d’intéressantes analyses contrastées à l’échelle européenne dans Juan HERNÁNDEZ FRANCO, José A. GUILLÉN BERENDERO y Santiago MARTÍNEZ HERNÁNDEZ (dir.), Nobilitas. Estudios sobre la nobleza y lo nobiliario en la Europa Moderna, Madrid : Doce Calles, 2014.

2 Robert DESCIMON, « Les noblesses à l’époque moderne », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 46 n° 1, janvier-mars 1999, « Introduction ».

3 Enrique SORIA MESA, La nobleza en la España moderna. Cambio y continuidad, Madrid : Marcial Pons Historia, 2007, p. 44.

4 Les catégories d’hidalgos, caballeros et títulos structurent la plupart des études sur la noblesse espagnole à l’époque moderne dans le sillage de l’ouvrage fondateur d’Antonio DomÍnguez Ortiz, La sociedad española en el siglo XVII-XVIII, 2 vol., Madrid : CSIC,1963 et 1970, réédité en 1992 par l’université de Grenade sous le titre La sociedad española en el siglo XVII, 2 vol. Nous n’allons pas suivre ce schéma. Sur la définition et la signification de l’hidalguía – dont nous n’allons pas traiter en particulier dans ce volume –, on se reportera avec profit aux travaux regroupés dans Hidalgos & hidalguía dans l’Espagne des XVIe-XVIIIe siècles, Paris : CNRS, 1989, en particulier : Joseph Pérez, « Réflexions sur l’hidalguía », p. 11-22 ; Ricardo Saez, « Hidalguía : essai de définition. Des principes identificateurs aux variations historiques », p. 23-45 et Claude Chauchadis et Jean-Michel laspéras, « L’hidalguía au XVIIe siècle : cohérence et ambiguïtés », p. 47-70.

5 Robert MANDROU, Classes et luttes de classes dans la France du XVIIe siècle, Florence : G. d’Anna, 1965.

6 Jacques Heers, Le clan familial au Moyen Âge : Étude sur les structures politiques et sociales des milieux urbains, Paris : PUF, 1974.

7 Il y a déjà dix-huit ans, la bibliographie publiée par le CINDOC (Centro de Información y documentación científica) dans sa série Bibliografías de historia de España, n° 11, La Nobleza en España, 2001, comportait près de 3 200 titres pour les époques moderne et contemporaine. Elle a été élaborée par Miriam SANZ-CUESTA, María CRUZ RUBIO LINIERS et David GARCÍA HERNÁN.

8 Nous ne citerons pas les nombreuses études que l’auteur a publiées sue le sujet et nous limiterons à recommander l’ouvrage suivant, qui synthétise ses recherches : E. Soria Mesa, La nobleza en la España moderna. Cambio y continuidad, op. cit.

9 L’auteur écrit dans la conclusion du livre cité dans la note précédente : « Las investigaciones realizadas en las dos últimas décadas, en especial las relativas a las clases dirigentes locales, no dejan duda alguna. La sociedad de la España moderna fue mucho más abierta de lo que se ha pensado hasta hace bien poco », ibid., p. 319.

10 E. Soria Mesa, El cambio inmóvil. Transformaciones y permanencias en una élite de poder (Córdoba, ss. XVI-XIX), Córdoba : Ediciones de La Posada, 2000.

11 E. Soria Mesa, « Judaizantes o marqueses. Los judeoconversos de Lucena (Córdoba) entre los siglos XV y XVII. Una primera aproximación a su estudio », in : E. Soria Mesa et J. Díaz Rodríguez (éd.), Los judeoconversos en el mundo ibérico, Córdoba : Universidad de Córdoba, 2019, p. 127-140, citation p. 128. Ce volume contient plusieurs études de cas effectuées par des élèves de E. Soria Mesa illustrant cette dynamique ascensionnelle des conversos et cette fusion dans la société dominante auxquelles nous venons de faire allusion.

12 Ferrán Mexía, Libro intitulado nobiliario perfectamente copylado e ordenado por el onrrado cauallero Feranto Mexia veynte quatro de Jahen, Sevilla : Pedro Brun et Juan Gentil, 1492, couramment nommé Nobiliario vero. Le texte : Sara GonzÁlez-VÁzquez, Représentation et théorisation de la noblesse dans les traités castillans du XVe siècle : une édition du Nobiliario Vero de Ferrán Mexía, thèse, École Normale Supérieure de Lyon, 2013, en ligne https://www.semanticscholar.org/paper/Repr%C3%A9sentation-et-th%C3%A9orisation-de-la-noblesse-dans-Gonzalez-Vazquez/1e538bff6d44d9daaeef7e312c8ed3843e3592d6. Sur ce texte – et particulièrement sur la question qui nous intéresse –, on pourra lire Carlos Heusch, « Le chevalier Ferrán Mexía et son ‘Nobiliario vero’ (1492) : de l’imaginaire chevaleresque à la logique de l’exclusion », Atalaya [en ligne], 11 (2009), consulté le 12 juin 2019

https://journals.openedition.org/atalaya/598?file=1. Voir aussi, Federica Accorsi, Estudio del Espejo de verdadera nobleza de Diego de Valera con edición crítica de la obra, thèse, Università di Pisa, 2011, en ligne https://core.ac.uk/download/pdf/14703205.pdf, et « El Espejo de verdadera nobleza y la cuestión de los conversos », in : Cristina Moya García (éd.), Mosén Diego de Valera entre las armas y las letras, Londres : Tamesis, 2014, p. 21-52.

13 Nous avons élaboré cette liste de traités à partir de C. HEUSCH, La caballería castellana en la baja Edad Media. Textos y contextos, Montpellier : Université de Montpellier III, 2000, p. 38-48.

Voir également Béatrice PEREZ, « Une noblesse en débat au xve siècle : sang, honneur, vertu », in : Raphaël CARRASCO, Annie MOLINIÉ et Béatrice PEREZ (dir.), La Pureté de sang en Espagne. Du lignage à la « race », Paris, PUPS, 2011, p. 95-112.

14 BN Madrid, Ms. 13043, fol. 126 v°-127r° (vers 1600).

15 Publié au XIXe siècle (1880), édition reprise par Armando Mauricio Escobar Olmedo, El tizón de la Nobleza de España por el cardenal Francisco de Mendoza y Bobadilla, obispo de Burgos, MDLX, Mexico : Frente de Afirmación Hispanista, A.C., 1999, texte consultable en ligne http://www.hispanista.org/libros/alibros/15/lb15.pdf. Il existe plusieurs nouvelles éditions contemporaines.

16 De nombreuses copies conservées à la BNE du XVIe et du XVIIe siècle sont consultables en ligne.

17 Le texte : Monique Combescure Thiry, « Transcription annotée du manuscrit : Ms 18305 de la Biblioteca Nacional de España », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 16 | 2014, Publié le 15 juin 2014, consulté le 10 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/framespa/2873.

Voir également Monique Combescure Thiry, Miguel Ángel Motis DoladerLibro Verde de Aragón, Zaragoza : Libros Certeza, 2003.

18 Après Philippe II, Philippe IV interdit en 1623 les libros verdes ou de becerro par la loi XXII, tít. XXVII, Lib° XI de la Novísima recopilación de la leyes de España, t. V, Madrid : 1805, p. 269 a.

19 Juan RODRÍGUEZ DEL PADRÓN, Cadira del honor, http://revistaliterariakatharsis.org/Cadira.pdf, p. 6.

20 Cesáreo FERNÁNDEZ DURO, Estudios Históricos del Reinado de Felipe II. El desastre de Los Gelves (1560-1561), Madrid : Impresor de Cámara de S. M., 1890, p. 44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Carrasco et Béatrice Perez, « Les pouvoirs de la noblesse : définitions, moyens et clientèles », e-Spania [En ligne], 34 | octobre 2019, mis en ligne le 09 octobre 2019, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/32580

Haut de page

Auteurs

Raphaël Carrasco

Université de Montpellier, LLACS

Béatrice Perez

Sorbonne Université, CLEA-CHECLA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals