Navigation – Plan du site
Les pouvoirs de la noblesse : définitions, moyens et clientèles

La maison Leca de Corse : le pouvoir d’un nom dans l’Espagne du Siècle d’Or

Lucie Arrighi

Résumés

Dans le présent article nous nous intéressons à une noble famille corse à la fin du xvie siècle dont l’Espagne a conservé la mémoire à travers des correspondances, des armoriaux et des histoires de famille : il s’agit de la maison Leca. Tandis que celle-ci semblait avoir perdu tout son prestige à la mort du comte Gian’Paolo di Leca, certains de ses membres – demeurant en Espagne et en Italie – s’attelèrent à faire revivre le souvenir médiéval de leur noblesse et avec lui à refonder leur pouvoir économique et politique. Pour ce faire, ils construisirent une histoire de leur lignage qu’ils propagèrent dans une Espagne qui leur semblait alors plus favorable que l’Italie et la Corse génoise. Ainsi, nous avons souhaité analyser la stratégie discursive des Leca qui émane de leurs écrits à l’aune des débats et des réalités ibériques du temps.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En 1515, à la mort du comte de Corse Gian’Paolo di Leca exilé à Rome, s’effondre avec lui le prestige de la maison Leca de Corse que la République de Gênes – alors aux mains de l’Office de Saint-Georges – a déchue de ses droits et titres dans l’île. Tandis que des Leca parviennent à demeurer en Corse, en qualité de petits notables, voire de simples paysans, d’autres mettent à profit l’exil en Terre-ferme pour embrasser des carrières militaires auprès de Venise ou de Charles Quint. Néanmoins, les bénéfices escomptés ne sont pas toujours au rendez-vous : beaucoup finissent à Rome, pauvres et oubliés, à l’instar de leur prestigieux aïeul qui y repose. Cependant, à la fin du xvie siècle, certains voient poindre à l’horizon espagnol une échappatoire à leurs malheurs socio-économiques. Cette brèche ibérique leur apparaît envisageable grâce à un courant d’ascension sociale orienté vers la noblesse que vient alors de leur ouvrir un personnage au destin hors normes, à savoir le secrétaire de Philippe II, Mateo Vázquez de Leca. Autour de ce dernier, devenu un exemple pour ses supposés parents, se mettent à graviter des Leca, chaque fois plus nombreux. Regroupés, ceux-ci ambitionnent de l’argent, des charges, voire des seigneuries et des titres en se tissant un réseau clientélaire de plus en plus large jusqu’aux Amériques. Cependant, ce succès n’est pas sans éveiller quelques oppositions de la part d’Espagnols, chrétiens et nobles de sang. Tandis que l’idée de noblesse fait débat dans un contexte de crise économique et sociale, ceux-ci voient d’un mauvais œil les prétentions à l’hidalguía de ces étrangers enorgueillis par la fortune. Leur instrument de défense devient leur nom qu’ils brandissent et propagent en Espagne par le biais d’une correspondance et de récits sur l’histoire des origines de leur famille.

2À travers des documents inédits regroupant lettres, armoriaux et récits littéraires, notre étude s’intéresse au processus de reconstruction de la maison Leca, mené par des individus aux carrières et moyens divers – s’agissant de commerçants, d’hommes politiques et de militaires – de surcroît dispersés géographiquement. Nous nous attacherons dans un premier temps à la portée du discours nobiliaire et généalogique de Mateo Vázquez de Leca sur lequel peut reposer la légitimité du pouvoir des Leca et derrière lequel ils peuvent se constituer en famille. Forts de cette union conférée par leur illustre patronyme, émane alors le réseau des Leca par le biais duquel ils espèrent pouvoir clamer leurs revendications auprès de l’Espagne. Nous confronterons alors dans un troisième temps leurs requêtes aux réalités politiques et sociales du temps afin de mesurer le pouvoir effectif des Leca à la fin du xvie siècle.

Discours nobiliaire et généalogique d’un Leca

Mateo Vázquez de Leca : l’épopée d’une ascension sociale

3Le processus de reconstruction de la maison Leca amorcé dans les années 1580 trouve sa clef de voûte en la personne de Mateo Vázquez de Leca en raison de sa position sociale et de sa réputation mondialement reconnue. C’est en effet en ces termes fort élogieux qu’Anton’Pietro Filippini, dans son Historia di Corsica imprimée en 1594, décrit Mateo Vázquez :

  • 1 Anton’Pietro FILIPPINI, Historia di Corsica, Tournon : Claudio Michaeli, 1594, p. 424.

E qual maggior ricchezza è quella hoggi di Matteo Vaschi oltremontano, trovandosi in tanta grandezza e reputatione, che mediante le singular virtù si trova asceso all’officio di maggior secretario appresso Filippo re di Spagna1.

  • 2 « Toute l’histoire corse prouve que, dans l’île, les élites ne formèrent jamais une caste. Tout au (...)
  • 3 Lettre de Martio Colonna, le 16 mai 1583 à Mateo Vázquez : « Hora mi sento tanto più obligato a ser (...)

4À travers ce portrait dépeint dans le passage de l’Historia consacré aux Corses intrépides qui sont parvenus à faire fortune en Espagne, l’historien insulaire met en lumière derrière le syntagme de « singulières vertus », non point les qualités de la noblesse, dont il n’est nullement question dans cet extrait, mais celles du mérite individuel grâce auxquelles Mateo Vázquez a pu accéder à la charge de secrétaire du roi d’Espagne. Bien que le mérite ne soit pas incompatible avec la noblesse et qu’il soit particulièrement loué en Corse2 et dans les républiques italiennes, il reste dans l’esprit de Mateo Vázquez un terme, associé au bartolisme, qui lui colle un peu trop à la peau. Par exemple, lorsqu’il se revendique du même lignage que les Colonna de Rome, Martio Colonna souligne le noble « sang » du secrétaire espagnol qu’il reconnaît comme son parent, mais encore « ses mérites »3.

  • 4 Cette enquête est confiée à Juan Álvarez de Toledo et Andrés de Montoya en juillet 1561. Elle précè (...)
  • 5 « Nasce también de esto envidia en los competidores, persíguenle y danle mejor a conoscer. Y como n (...)
  • 6 Antonio Pérez et la princesse d’Éboli ne cessent de déclamer en ces termes contre cet « arráez que (...)

5Or, depuis la première enquête sur les mystérieuses origines de Mateo Vázquez en 15614, cette notion a tendance à travers les mots de ses contemporains à supplanter les vertus lignagères dont le secrétaire se targue. En effet, selon le témoignage de l’évêque de Sigüenza Juan Manuel qui se prononce en faveur du suspect, ce sont les talents de Mateo Vázquez qui ont attisé la jalousie de ses rivaux5. Ces derniers, notamment Antonio Pérez, confrontés à l’exemplarité du secrétaire, se sont alors engouffrés dans la seule brèche qu’il leur semblait apparente pour tenter de le faire destituer : celle de ses origines6. Né à Alger d’une mère captive, devenue après sa libération la servante du chanoine sévillan Diego Vázquez de Alderete, le jeune Mateo connaît une ascension sociale fulgurante que lui permet son éducation et les recommandations du chanoine auprès de personnages éminents comme Diego de Espinosa. Ainsi, au vu de son origine sociale dans cette Espagne où la pureté de sang faisait partie des préoccupations principales du temps, la charge occupée par Mateo Vázquez apparaît illégitime à ses rivaux. Néanmoins, l’enquête dépêchée par l’Inquisition de Sardaigne conclut rapidement en sa faveur dès 1572 en validant l’histoire racontée par doña Isabel, la mère de Mateo. Selon ce récit officiel, en 1544, la jeune veuve de Santo Ambrogino di Leca – arrière-petit-fils du comte Gian’Paolo di Leca – est capturée enceinte avec sa fille de cinq ans par des barbaresques alors qu’elles se promenaient sur le littoral corse. Isabel Luciano di Leca met au monde Mateo qui grandit en captivité à Alger jusqu’à l’âge de sept ans environ. Délivrée par des Sévillans, la famille, composée d’Isabel, María et Mateo, est placée sous la protection du chanoine Diego Vázquez de Alderete lequel, ayant appris que l’enfant corse était issu de la plus illustre noblesse méditerranéenne, lui offre l’éducation qu’il convient à un garçon de son rang.

  • 7 « Y quiso el rey aprobecharse de ella [la Inquisición] para que se entendiesse y averiguasse la ver (...)
  • 8 « La ciudad de Sevilla tiene declarado por acto en su ayuntamiento que quando el señor Mattheo Vázq (...)
  • 9 « En lo que toca a la qualidad de linaje yo he satifecho abundentemente, y no ha quedado en olvido (...)

6Néanmoins, malgré les conclusions favorables de l’enquête inquisitoriale de Sardaigne7 et la reconnaissance officielle par les autorités sévillanes8 de Mateo Vázquez en qualité d’hidalgo de sang, « todos los [deudos] que Vuestra Merced podría tomar no bastarán a reprimir estas insolencias », lui écrit-on le 5 octobre 15799. C’est que le secrétaire n’assume pas d’avoir fait l’objet d’une enquête sur ses origines. Il ne se réclame ni hidalgo de privilegio, ni même de ejecutoria, mais hidalgo caballero notorio. Aussi diffuse-t-il sa généalogie auréolée d’un discours nobiliaire des plus conservateurs qui fait de son sang noble le fondement de sa réussite sociale et de son pouvoir.

Tels pères, tels fils et les vertus du sang

  • 10 Voir sur l’idée de noblesse à cette période l’ouvrage de José Antonio GUILLÉN BERRENDERO, La idea d (...)
  • 11 Juan de Arce DE OTÁLORA, De nobilitatis et immunitatis Hispaniæ causis (quas hidalguia appellant) d (...)
  • 12 Juan Benito GUARDIOLA, Tratado de nobleza y de los títulos y dictados que oy día tienen los claros (...)
  • 13 « Siempre se hayan mejores entendimientos en los más nobles y de mejor sangre » (citation extraite (...)
  • 14 BNE, ODICL, MSS/9512.

7Le combat de Mateo Vázquez s’inscrit dans un contexte idéologique espagnol où noblesse et vertus se concentrent afin de construire un idéal-type du noble. À la suite des tumultes entre le discours humaniste et le discours réactionnaire sur l’idée de noblesse et les modalités d’accession à celle-ci, le discours accordant la prépondérance au sang s’impose au cours du xvie siècle à travers les traités10. Citons par exemple les œuvres de Juan de Arce de Otálora (1553)11, de Juan Benito Guardiola (1591)12 et de Francisco de la Portilla (1598)13. Ceux-ci contribuent à promouvoir la supériorité du « bon sang » identifié par les vertus. En somme, il n’y a pas d’honneur sans vertus, mais il n’y a pas de vertus sans noblesse. C’est donc le sang qui détermine cette circonstance, et plus il est ancien, plus il acquiert de la valeur. Ainsi, Mateo Vázquez trouve dans ce discours le moyen de préserver son honneur et de légitimer sa puissante position sociale. C’est selon cette base philosophique qu’il entame, à partir de 1579, l’écriture d’une histoire de son lignage intitulée Origen y descendencia de la illustríssima casa de Lecca14.

8Ce travail – pour lequel ont été mobilisés des écrivains comme Fadrique Furió Ceriol et Juan Cristóbal Calvete de Estrella – défend l’idée que Mateo Vázquez n’est pas noble parce qu’il est vertueux, mais qu’il est vertueux parce qu’il est noble. En effet, le prologue met en récit l’origine des lignages nobiliaires : tous sont issus d’un héros vertueux de l’Antiquité qui a transmis ses valeurs à ses descendants. En d’autres termes, c’est exclusivement par le sang que s’opère l’héritage des vertus et, partant, l’héritage des hautes fonctions :

  • 15 BNE, ODICL , MSS/9512, fol. 2r°.

[…] en la succesión noble y antigua de los linajes resplandezcan las grandes y excelentes virtudes […]. Estas mesmas virtudes incitan y levantan los ánimos de los que después succeden […], casi todos nascieron de familias nobles15.

9Ces vertus héréditaires font des nobles des serviteurs de la société, voire des acteurs indispensables à la fondation et à la préservation de l’État qu’ils servent. En ce sens, les héros nobiliaires ne sont pas de simples modèles de vertus ; ils ont une fonction à remplir, notamment sur le plan militaire :

No sólo adornaron sus patrias y repúblicas, pero también las defendieron […] para que […] las repúblicas gozen de paz y estén seguras de sus enemigos. (fol. 2)

10Néanmoins, contrairement aux histoires de familles dans lesquelles les nobles se rattachent à des guerriers antiques, voire mythologiques, afin de rappeler l’ordre des bellatores, Mateo Vázquez préfère quant à lui des personnages antiques et médiévaux dont les qualités sont plus à même de légitimer ses fonctions politiques.

  • 16 J. A. GUILLÉN BERRENDERO, art. cit., p. 125.

11Au cours de la Renaissance, les auteurs de traités sur la noblesse, nourris du stoïcisme de Sénèque et Cicéron, accordent de plus en plus d’importance aux vertus politiques du noble au détriment des vertus guerrières16. Ainsi, les ascendants choisis par Mateo Vázquez sont tous d’éminents gouvernants avant d’être des chefs militaires :

Fue la familia de los Leccas señalada y preferida en el orden patricio para elegir de ella muchos excelentes varones en los magistrados y officios de la nueva República, y ansí fueron elegidos desta antiquíssima casa los primeros senadores, pretores y cónsules […] fuese siempre conservando esta casa y linaje ocupada siempre en el beneficio de su República. (fol. 8r°)

  • 17 Ugo Colonna est un personnage légendaire inventé par le notaire Corse Giovanni della Grossa dans le (...)

12D’abord sénateurs romains, puis préteurs et consuls, les Leca mis en récit dans l’œuvre évoluent jusqu’à la dignité impériale. Si Mateo Vázquez reconnaît alors en certains de ses ascendants des qualités guerrières, c’est pour mieux souligner leurs qualités gouvernementales : ce sont des chefs militaires. En effet, les principaux héros mentionnés – à savoir l’empereur Constantin le Grand et le premier comte de Corse Ugo Colonna – ne sont pas seulement présentés comme des guerriers redoutables, mais comme des fondateurs politiques d’un État, de surcroît chrétien. Le personnage d’Ugo Colonna, inspiré de l’historiographie médiévale corse17, apparaît comme le père de la seigneurie de l’île et de toute la noblesse insulaire. Grâce à l’évocation de ce comte auquel se rattachent les Leca, Mateo Vázquez met en lumière la transmission héréditaire du gouvernement des seigneuries de Corse jusqu’à la fin du xve siècle.

  • 18 À la suite du décès d’Andrea Barrasi, Mateo Vázquez est impliqué dans le second mariage de sa sœur (...)
  • 19 Ibid., p. 6. La Real Cédula, du 12 mai 1574, à Aranjuez, confirme le privilège de la carena de las (...)
  • 20 À la mort de son père, survenue en 1578, le jeune Mateo Vázquez de Leca, fils d’Andrea Barrasi et d (...)

13Ainsi Mateo Vázquez de Leca propage des fragments de cette histoire généalogique aux quatre coins du monde afin de légitimer, par les vertus du sang, ses fonctions politiques, d’une part, et afin de conserver ce pouvoir aux mains de sa propre famille, d’autre part. En effet, comme le révèlent la correspondance du secrétaire et des documents officiels, celui-ci s’est beaucoup investi dans la vie de sa sœur María18, de son beau-frère, Andrea Barrasi19, et de ses neveux, Mateo, Agustín et Isabel. Comme l’avait fait jadis Diego Vázquez de Alderete à son égard, il contribue également à l’éducation de ces derniers, à leurs mariages, à leur sécurité financière et à leur carrière professionnelle20. Cependant, ceux-ci étant encore fort jeunes, le discours généalogique de Mateo Vázquez attire principalement l’attention des Leca de Corse. Contraints à l’oubli, à la pauvreté et à l’exil par la République de Gênes, les Leca perçoivent dans le discours de ce supposé parent le moyen de recouvrer richesse, prestige et pouvoir que leur garantirait alors le sang des ancêtres corses. Aussi commencent-ils à se manifester auprès du secrétaire de Philippe II.

Les fantômes corses de Mateo Vázquez de Leca

La quête des origines corses

  • 21 Au cours de nos recherches de doctorat, nous avons pu découvrir quatre manuscrits de ce texte : à l (...)
  • 22 Lettre du 13 décembre 1585 (BNE, MSS/18630/6).
  • 23 Lettre du 12 janvier 1584 (IVDJ, E 57, C 76).
  • 24 Lettre du 27 octobre 1583 (IVDJ, E 57, C 76). Voir également les copies de l’attestation de Nicolas (...)
  • 25 Nous avons retrouvé dans les papiers du secrétaire les lettres de Matio Colonna, Geronima Colonna, (...)

14À l’origine du réseau Leca se trouve le Fragmento de la illustríssima casa de Lecca de Furió Ceriol21. C’est sur ce texte que se fonde l’histoire du lignage Leca qui doit aboutir à l’œuvre intitulée Origen y descendencia de la illustríssima casa de Lecca. Largement diffusé dès 1579, le Fragmento fonctionne en quelque sorte comme une carte de visite pour Mateo Vázquez en ce sens qu’il lui sert à se constituer un réseau parmi les membres de la noblesse. En effet, les lettres qui accusent réception du texte sont nombreuses. Notons celle du docteur Sánchez de Muñón depuis Mexico22, de Pedro Díaz Carillo de Quesada – depuis Naples23 –, de Nicolas Cernovichio – prince de Macédoine et descendant de Constantin24 –, ainsi que les innombrables lettres des Colonna de Rome auxquels le secrétaire rattache son lignage25. Tous le reconnaissent comme noble et proposent donc de le servir en échange de bons procédés. Cependant, l’historiographe et poète aragonais Juan Cristóbal Calvete de Estrella conteste ledit Fragmento en mettant en garde le secrétaire contre ses possibles détracteurs.

  • 26 Voir les propos de Calvete de Estrella dans la note 21.
  • 27 BNE, ODICL, MSS/9512, fol. 33r°-63r°.
  • 28 Lettre du 28 avril : « Vuestra Merced es de la patria. Aunque todos no podemos ser hermanos, ne deu (...)
  • 29 BNE, ODICL, MSS/9512, fol. 67v°.
  • 30 Gonzalo Argote de Molina dans son armorial andalou consacre quelques pages à Mateo Vázquez (Gonzalo (...)

15Selon Estrella, ce petit récit manque d’autorités textuelles26. Cela est d’autant plus manifeste lorsque sont abordées les origines corses sur lesquelles le poète aragonais doit composer le poème « Corsica »27. Or, Mateo Vázquez aurait négligé le fait que son discours généalogique repose sur la Corse de son père et sa mère, tous deux des Leca. Par conséquent, le secrétaire ne saurait se contenter des témoignages espagnols, comme ceux de Juan Manuel, de Juan de Ovando et des Corses de Séville, ni même des témoignages de ses prétendus parents comme Nicolas Cernovichio et les Colonna. En effet, les gens du temps ne sont certainement pas dupes sur les liens qui unissent ces importants personnages au secrétaire : le clientélisme, ou, selon le terme de l’époque, l’« amistad », comme l’invoque Juan Bautista Corzo dans une lettre adressée à Mateo Vázquez en 158328. D’ailleurs, son œuvre généalogique semble parfaitement assumer ses relations avec les Corzo, notamment avec Juan Antonio Vicentelo Corzo. En effet, l’œuvre généalogique révèle l’implication de Mateo Vázquez dans la négociation du mariage entre Juana Corzo et le secrétaire Antonio Eraso29. De surcroît, après une très enrichissante carrière aux Indes, le Corzo cherche également à se faire reconnaître noble en se rattachant au lignage corse des Leca : il obtient sa lettre d’hidalguía en 1575, lui et son fils font suivre leur patronyme Vicentelo Corzo de celui de Leca et font ajouter leur nom au titre de l’œuvre Origen y descendencia de la illustríssima casa de Lecca, [madre y seminario de las casas Colonna y Vicentelo]30.

  • 31 Voir la note 28.
  • 32 Lettre de Pedro Díaz Carillo de Quesada à Mateo Vázquez le 12 janvier (IVDJ, E. 57, C. 76).
  • 33 Lettre de Lodovico di Leca à Mateo Vázquez de Leca, le 22 octobre 1583 : « Essendo nipote del illus (...)
  • 34 Zabálburu, Memoria, 137, GD. 1, D. 24.

16Ainsi, ce premier réseau qui se voulait népotique peut apparaître fragile dans la mesure où ses membres, à savoir Cernovichio, les Colonna, les Corzo et les Mañara, ne sont pas à proprement nommer des Leca. D’ailleurs, Juan Bautista Corzo avoue la nébulosité qui entoure leur lien de parenté lorsqu’il écrit au secrétaire en ces termes : « aunque todos no podemos ser hermanos, ne deudos, basta ser deudos de deudos »31. Aussi leur témoignage, qui reconnaît Mateo Vázquez comme l’un des leurs, peut-il être remis en cause. Il convient alors pour le secrétaire de nouer des relations d’« amitiés » avec de véritables Leca de Corse afin de se saisir de leur histoire généalogique fondée sur des témoignages oraux et écrits pouvant faire autorité. Grâce à l’intermédiaire de Pedro Carillo Díaz de Quesada qui s’est mis au service de Mateo Vázquez en 1584 pour que soit favorisé son neveu Bartolomé32, le secrétaire entre dans une relation suivie avec un parent avéré du comte Gian’Paolo di Leca33. Il s’agit du capitaine Lodovico di Leca, exilé à Rome, qui le reconnaît comme son cousin et qui détient les indispensables « Croniche che sonno in Corsica scritte a mano »34.

Entre Rome et Madrid : le réseau Leca au service du secrétaire

  • 35 Mateo Vázquez reçoit cette lettre le 12 mars 1584.
  • 36 Lettre de Lodovico di Leca à Mateo Vázquez, le 22 octobre 1583 : « […] nè restarò in perpetuo oblig (...)
  • 37 Alors que les traitements en espagnol – , vos, Vuestra Merced, Vuestra Señoría, Vuestra Excelenci (...)

17La première prise de contact entre Lodovico di Leca et Mateo Vázquez a lieu en octobre 1583 par écrit35. À travers le langage de cette correspondance36, le capitaine se présente comme l’obligé et le serviteur du secrétaire qu’il nomme abusivement à l’italienne « Signore mio »37. Néanmoins, l’acte d’allégeance qui noue cette nouvelle « amitié » n’est pas unilatéral dans la mesure où Lodovico di Leca en appelle aux devoirs de Mateo Vázquez vis-à-vis de ses parents qui se sont placés sous sa protection.

18À l’instar de la clientèle espagnole de Mateo Vázquez, cet exilé corse réclame la protection et les faveurs du secrétaire en échange de ses services :

  • 38 Lettre de Lodovico di Leca à Mateo Vázquez, le 22 octobre 1583, reçue le 12 mars 1584 avec la Memor (...)

Vostra Signoria favorisce a quelli che in sua mano si pone et confida. Confidato in questo, me parso con questa mia pregar Vostra Signoria venendoli occasione di potermi aiutare […], et questo aiuto et favore che da Vostra Signoria [ho] havuto gli ne restarò in perpetuo obligatissimo38.

  • 39 Il s’agit d’un document inédit que nous avons découvert dans les archives de la Zabálburu (Zabálbur (...)

19C’est donc en gage de cette « amitié » que Lodovico di Leca lui transmet la Memoria39. À travers cette petite histoire corse sur sa famille et celle de son épouse, il formule ses requêtes.

  • 40 Voir la note 38.
  • 41 Lettre de Mateo Vázquez, le 12 mars : « El camarero de su señor, que traxo el bonete roxo al señor (...)
  • 42 « […] de las dos cosas que descontentan en los papeles que embié que dio el capitano Ludovico de Le (...)

20En réalité, le capitaine somme le secrétaire plus qu’il ne l’implore. En effet, Lodovico di Leca se présente comme celui qui est issu « del propio et vecchio ceppo della illustrissima famiglia delli signori de Lecha, conti di Cinarca dell’isola di Corsica » et signe en tant que « il capitano Lodovico di Lecha delli conti di Cinarcha »40. Il va sans dire que la prétention comtale de Lodovico di Leca ne plaît guère à Mateo Vázquez qui craint, si ce n’est l’usurpation, du moins la supériorité lignagère du capitaine. Aussi écrit-il aux membres de son réseau espagnol présents en Italie dès réception de cette lettre en mars 1584 ; il exige que l’on se renseigne sur le personnage41. C’est alors le neveu de Pedro Díaz Carrillo de Quesada qui plaide en faveur de Lodovico. Selon le docteur Bartolomé de Quesada, Lodovico est bien un Leca, mais il ne représente en rien une menace pour le secrétaire. Au contraire, il est à son entière disposition et s’avère utile dans la promotion du lignage des Leca en ce sens qu’il présente les seigneurs de Leca comme les seigneurs naturels de la Corse42.

Les seigneurs naturels contre les usurpateurs

  • 43 L’expression vient de la bulle pontificale de Boniface VIII en 1297 qui octroya en ces termes le «  (...)

21Comparé à ses parents, Lodovico a des ambitions bien plus grandes, pour ne pas dire démesurées. Le capitaine ne se considère pas seulement comme l’héritier d’un illustre nom pouvant lui octroyer quelques bons offices, mais comme l’héritier d’une ancienne cause médiévale, celle de la noblesse corse contre son ennemi héréditaire : la République de Gênes. À travers cette cause, Lodovico convoite davantage que des charges publiques : il convoite une seigneurie, celle de l’État de Cinarca, voire un « royaume », celui de Corse43. C’est ce que révèle Bartolomé de Quesada au secrétaire dans une lettre de soutien expédiée en septembre 1584 :

  • 44 Lettre de Quesada à Mateo Vázquez, le 10 septembre (IVDJ, E. 57, C. 76).

Del capitán Ludovico de Lecca [he] havido la relatión que va con ésta sobre el derecho con que los ginoveses se an metido en aquel estado, y el que él dice tiene para pretendello y succeder en él44.

22Grâce à l’intermédiaire de ce dernier, Lodovico espère ainsi emporter l’adhésion de Mateo Vázquez et à travers lui celle du roi d’Espagne. En effet, le romain d’origine corse en appelle dans son texte à la mémoire et à l’histoire de l’île afin de fonder son argumentation.

  • 45 Nous entendons par Histoire de Corse la « version longue », parvenue sans titre, sur le passé de l’ (...)
  • 46 « […] dil ceppo legittimo et naturale […] » (Zabálburu, Memoria, 137, GD. 1, D. 24).
  • 47 « Sempre Genovesi anno sempre puso et usurpato qual cosa in quella isola come in Capo Corso che la (...)
  • 48 « Questo fu secondo dice la Cronica di Corsica, dipoi che un papa genovese dede l’isula di Corsica (...)
  • 49 « Li Genovesi abrusciorno le case […] ed abrisciar[ono] tutta la villa perché erano tutti parentato (...)

23Lodovico s’impose alors en juge. Il manie au bénéfice des Leca des concepts médiévaux empruntés à l’Histoire de Corse45, notamment ceux qui opposent le seigneur naturel aux tyrans d’usurpation. Le pouvoir des Leca émane, selon ses propres termes, d’une souche « légitime et naturelle »46 qui ferait d’eux les comtes souverains de la Corse depuis la fondation de la seigneurie. Aussi les Génois qui gouvernent l’île sont-ils des usurpateurs : ceux-ci se sont emparés des seigneuries du Cap Corse, puis de Bonifacio avant de se faire octroyer toute l’île par le pape au détriment des droits du roi d’Aragon47. Le capitaine Leca cherche ainsi à enrôler le roi d’Espagne dans sa lutte. En effet, Lodovico di Leca rappelle la bulle pontificale de 1297 qui fait des souverains aragonais les rois de Corse et de Sardaigne, titre dont a hérité Philippe II. Lodovico di Leca revient alors sur le traité de 1447 qu’il considère comme nul en raison du manque d’impartialité de Nicolas V : d’origine génoise, le pape aurait pris parti pour ses compatriotes48. Lodovico dénonce ainsi une double usurpation : d’une part, vis-à-vis des seigneurs de Leca et, d’autre part, vis-à-vis des monarques espagnols. De cette manière, il tente de mettre en lumière l’illégitimité génoise en faisant d’eux de parfaits tyrans. Cette image est de surcroît complétée par celle du tyran d’exercice : les Leca témoignent en qualité de victimes de la violence génoise qui les a réduits à la pauvreté et conduits à l’exil49.

24Par l’intermédiaire du réseau de Mateo Vázquez, il s’agit ainsi de réclamer justice au roi d’Espagne au prétexte que la transmission d’un nom, d’un titre et des valeurs nobiliaires implique a fortiori des devoirs vis-à-vis de cet héritage qu’il convient de conserver et de défendre. Cependant, l’ambition seigneuriale de Lodovico di Leca le dépasse dans la mesure où de telles revendications nobiliaires corses sont d’ores et déjà dépassées dans les années 1580.

Réalités et limites du pouvoir de la maison Leca

Le vainqueur génois de 1569

  • 50 Voir la synthèse de ces pourparlers reformulés à partir des documents du cardinal Granvelle par Ren (...)
  • 51 « […] porque una de las cosas de mayor inconveniente y en que más pesadumbre se recibe aquí son las (...)

25Force est de constater que, subjugué par l’histoire de ses ancêtres, Lodovico di Leca oublie le contexte des relations internationales. Il fait notamment abstraction des liens diplomatiques qui unissent la monarchie espagnole et la République de Gênes. En effet, après l’avoir libérée des troupes françaises en 1528, l’Espagne est devenue la protectrice de la cité. C’est ce que rappellent les ambassadeurs de Philippe II aux ambassadeurs d’Henri II lors des pourparlers qui doivent conduire au traité de Cateau-Cambrésis. Les diplomates français invitent l’Espagne à se rallier à la France afin de reprendre la Corse aux « usurpateurs » génois. Les ambassadeurs espagnols invoquent alors l’honneur de leur roi qui ne saurait faire défaut à cette alliance héritée de Charles Quint50. C’est ainsi que l’Espagne, aux côtés de Gênes, s’engage dans la Guerre de Corse contre les Valois et les insurgés de l’île en 1559 : la monarchie espagnole et la République de Gênes sortent victorieuses du conflit en 1569. Il convient dès lors d’imposer la paix des vainqueurs. En ce sens, le discours revendicatif de Lodovico di Leca représente un danger susceptible d’occasionner une nouvelle guerre. C’est du moins ce que pourrait suggérer le morceau d’une lettre déchirée que nous avons retrouvé dans les papiers du secrétaire. Les propos tenus dans ledit document invitent le destinataire à rester prudent vis-à-vis des Corses et de leurs affaires51.

  • 52 Les seigneurs d’Istria et les seigneurs della Rocca sont combattus par les « verdaderos condes de C (...)
  • 53 Au cours de nos recherches dans les fonds Altamira de la Zabálburu et Conde duque de Olivares de l’ (...)
  • 54 « […] el amor que los vassallos tenían al nombre de Lecca que aún agora le tienen y desean como lo (...)
  • 55 A. P. FILIPPINI, op. cit., p. 439-440.

26Les auteurs du Origen y descendencia de la illustríssima Casa de Leca doivent alors nuancer le discours vindicatif de Lodovico : le texte présente les ennemis usurpateurs des Leca, non pas comme génois, mais comme corses, à savoir les seigneurs issus des autres branches de la grande maison de Cinarca. Gênes apparaît alors comme une alliée des seigneurs de Leca contre les nobles de la famille Istria et della Rocca52. De plus, l’œuvre de Mateo Vázquez ainsi que l’Historia di Corsica de Filippini53 tendent à réfuter toute forme de responsabilité aux Leca dans la Guerre de Corse. Comme nous pouvons le lire dans l’œuvre de Mateo Vázquez, ce sont les insurgés corses qui ont imploré le roi de France pour que soient restitués les Leca en leur seigneurie, et non ces derniers. De surcroît, en qualité de sujets, les Corses reconnaissent et « aiment » leurs seigneurs naturels54. Quant à Filippini, il rapporte dans son Historia di Corsica le discours d’opposition à la Guerre de Corse prononcé par Gian’Francesco di Leca Cristinacce55. Or, le discours de Lodovico di Leca révèle que cette position neutre ne fait pas l’unanimité dans la famille. Il convient dès lors d’acheter la paix sociale auprès des membres de la maison Leca.

L’infamante pauvreté des Leca

  • 56 Calvi est une cité génoise en Corse fondée au xiiie siècle. Les Corzo et les Mañara sont originaire (...)
  • 57 Enriqueta VILA VILAR, Les Corzo et les Mañara. Les Corses de Séville dans le commerce des Indes, tr (...)

27« L’argent, […], est tout en toutes choses : il est prince, il est hidalgo, il est gentilhomme et de sang illustre, il est descendant de nos anciens Goths ». Ces mots que nous empruntons à Lope de Vega révèlent combien, dans l’Espagne moderne, la dimension économique était essentielle dans l’ascension sociale d’un individu au point de surpasser les vertus du sang. En effet, au xviie siècle, Juan Antonio de Mañara, qui prétend être issu des Leca de Corse, a bien failli se voir refuser l’habit de chevalier : des enquêteurs ont recueilli le témoignage d’un habitant de Calvi56 selon lequel son père aurait vendu du poisson sur le port de la cité afin de subvenir aux besoins de sa mère57.

  • 58 Lettre de Lodovico di Leca à Mateo Vázquez, le 22 octobre 1583 : « [ …] al grado dell’illustrissime (...)
  • 59 « L’hidalgo misérable qui avait toutes les peines du monde à sauvegarder les apparences ne fut jama (...)
  • 60 Voir les propos de Mateo Vázquez dans la note 41.
  • 61 Lettre de Quesada à Mateo Vázquez, le 2 juillet 1584 : « Y cierto el capitán Ludovico tiene grande (...)
  • 62 Lettre du docteur Pilo y Leca, le 6 septembre 1588 : « Me hallo el más confuso hombre del mundo, vi (...)

28Mateo Vázquez est confronté aux mêmes problématiques à la fin du xvie siècle, lorsqu’il reçoit de la part des Leca nombre de lettres alarmantes faisant état de leur extrême pauvreté. Soucieux de l’image de son illustre lignage, le secrétaire reste alors perplexe à la lecture de la lettre de Lodovico di Leca, en 1583. Ce dernier lui réclame un office afin de l’aider à sortir de la misère dans laquelle Gênes a plongé sa famille58. Or, la condition misérable de cet « hidalgo », qui a probablement dilapidé sa fortune, détonne avec le modèle de vertu que Mateo Vázquez souhaite faire de sa famille59. Cependant, lorsque Mateo Vázquez demande des renseignements à son réseau60, le docteur Quesada prend le parti du capitaine Leca en vantant ses vertus morales et en insistant sur sa détresse économique qu’il impute à Gênes61. Si la mise en cause des Génois sert de toute évidence à excuser la pauvreté des Leca, il incombe au secrétaire, en qualité de « cabeça »62 des Leca, de limiter les dommages causés par l’histoire aux membres de cette noble famille.

  • 63 « Succedióle al conde Juan Paolo que todos los principales que le havían hecho señor quisieron serl (...)
  • 64 « El cardenal Ascanio Colonna nuestro pariente, me dixo que havía recebido respuesta de Vuestra Señ (...)
  • 65 Lettre de Quesada : « En lo que toca a las casas desta familia illustrísima de Lecca en Roma y qual (...)
  • 66 Lettre de Lucrezia di Leca à Mateo Vázquez, le 22 décembre 1584 (IVDJ, E. 57, C. 76).
  • 67 « […] fra le altre grazie e privileggi concesse che tutti quei gentilhomini et principali che, inan (...)
  • 68 Les lettres que nous avons retrouvées sur le sujet des razzias et des captifs corses se trouvent à (...)
  • 69 Lettre de Joan Maris di Leca de Rovani, le 20 juin 1587 : « La infelicità et povertà di questa isol (...)

29En ce sens, force est de constater que la stratégie de Lodovico porte ses fruits. L’œuvre généalogique de Mateo Vázquez défend d’ailleurs la solidarité familiale en imputant la chute du comte Gian’Paolo di Leca à la désunion de la famille plus qu’aux Génois63. En outre, en soutenant l’héritage des vertus, le texte justifie la transmission héréditaire des offices. Ainsi, en échange de leur reconnaissance comme membre à part entière de la famille et afin de faire taire leurs revendications politiques, Mateo Vázquez accepte de les favoriser. En effet, la correspondance du secrétaire témoigne des services rendus à la famille de Lodovico. C’est ce que confirme la lettre de remerciement du neveu de ce dernier, le docteur Juan Francisco Pilo y Leca, qui bénéficie du réseau hispano-italien de Mateo Vázquez grâce à ses recommandations auprès d’éminents personnages64. Cependant, avec l’aide du docteur Quesada, Juan Francisco poursuit ses requêtes. Tous deux prient instamment le secrétaire de subvenir aux besoins économiques de la fille du capitaine – qu’ils souhaiteraient marier en Espagne – et de sa veuve, Lucrezia di Leca d’Arbori65. Loin de rester passive, cette dernière contacte directement le secrétaire pour demander un office en faveur d’un autre neveu, Pompeo Spinola66. Au vu des instances incessantes de cette famille auprès de Mateo Vázquez, il n’est pas sans supposer que l’exemption fiscale accordée en 1588 aux Leca d’Arbori en qualité de nobles est due à l’intervention du secrétaire qui semble se préoccuper grandement du sort des Leca de Corse67. En effet, la correspondance entre Mateo Vázquez et les Leca du village de sa mère – à savoir Coggia – est abondante. Celle-ci révèle, à la suite des pressantes requêtes, l’intervention du secrétaire dans la libération des Leca qui ont été enlevés par les barbaresques : leur délivrance passerait alors avant celle des autres captifs de Corse et d’autres nations68. Cependant, le fond des requêtes demeure le même : en alertant des razzias, il s’agit de sensibiliser sur la pauvreté générale de l’illustre seigneurie de Leca et de pousser à l’action le secrétaire de Philippe II69.

Conclusion

  • 70 Juan Antonio Vicentelo Corzo fonde son premier majorat en 1569, le deuxième en 1583. Il est aussi s (...)

30La reconquête de la maison Leca de Corse s’opère à une époque où le pouvoir politique et le pouvoir économique se lient fortement en faveur d’une noblesse fondée sur le mérite de ses individus, la plupart enrichis. Dans les années 1580, en période de tension économique, appartenir à cette catégorie apparaît comme le moyen d’assurer la pérennité de sa fortune et, partant, de gagner du pouvoir. Ainsi, des Leca se constituent quelques majorats et seigneuries, ils obtiennent de surcroît des exemptions fiscales et des charges municipales grâce à l’argent gagné et au statut d’hidalgo70. C’est notamment la stratégie des richissimes Corses de Séville : ceux-ci se lient à Mateo Vázquez afin d’être intégrés à son noble lignage et d’obtenir son soutien politique dans leurs affaires commerciales. Cependant, ce processus d’ascension sociale se heurte au discours réactionnaire de la vieille noblesse, en particulier celui des hidalgos de sang, tout aussi envieux qu’admiratifs devant la fortune et le pouvoir de ces parvenus. Ceux-ci questionnent alors l’origine des nouveaux fortunés dont fait partie en réalité le secrétaire le plus intime de Philippe II. Pour cette raison, la stratégie de Mateo Vázquez consiste à se ranger du côté du discours conservateur qui fait l’apologie des vertus du « bon sang ». De cette manière, il attire dans son réseau certains hidalgos espagnols et gentilhomini italiens qui voient en lui un représentant potentiel de leur cause nobiliaire susceptible de les aider dans leur quête de pouvoir politique et économique. Ce faisant, il réveille l’ambition des Leca de Corse que l’histoire voulait condamner à l’oubli.

  • 71 Juan Vicentelo de Leca, petit-fils de Juan Antonio Vicentelo Corzo, devient comte de Cantillana (E. (...)
  • 72 Lettre de Juan de Leca, le 10 novembre 1583, au sujet des « fortificaciones, cargadores y poblacion (...)
  • 73 Julio DE ATIENZA NAVAJAS, Nobiliario español : diccionario heráldico de apellidos españoles y de tí (...)
  • 74 Des Leca tentent de se faire reconnaître nobles par la monarchie française (Bibliothèque Fesch, fon (...)

31Ces derniers, guère soutenus dans leur île natale devenue républicaine et génoise, ne peuvent qu’adhérer au discours nobiliaire et généalogique du secrétaire dans la mesure où il insiste sur la transmission héréditaire des vertus morales et politiques qui légitiment a fortiori l’attribution de charges aux membres du lignage des Leca. Assailli par les requêtes de sa supposée famille, il revient à Mateo Vázquez de défendre le titre de comte de Cinarca et de Corse dont la famille a été dépouillée par la République de Gênes. Or, une telle demande formulée à travers ce réquisitoire anti-génois apparaît plus qu’incongrue en 1583. Quatorze ans après la fin de la Guerre de Corse, le temps où les seigneurs insulaires, aux côtés du monarque hispanique, faisaient la guerre aux Génois est bel et bien révolu. Néanmoins, les Leca ne sont guère naïfs en réclamant leurs terres et titres corses. Ce projet frénétique, affecté par une haute idée de la noblesse, révèle une stratégie visant à assouvir les appétits socio-économiques de la famille en s’emparant du secrétaire du roi d’Espagne. En effet, les complaintes alarmantes des Leca concernent surtout leur pauvreté qu’ils jugent infamante au vu de leur illustre sang. Cet insoutenable paradoxe est souligné dans l’ensemble des lettres adressées à Mateo Vázquez. Dès lors, l’indignation des Leca placent leurs revendications dans une cause plus grande : celle de la vieille noblesse dépourvue de titres, de richesse et de pouvoir. En s’attirant la sympathie et le soutien de cet ordre spécifique, certains Leca obtiennent des charges importantes, des exemptions fiscales, voire des titres, à Rome, en Espagne71, en Corse et en Sardaigne72. Il convient alors de reconnaître dans la stratégie de reconstruction de la maison Leca à la fin du xvie siècle la capacité de son discours à la fois social et politique, à savoir celle de s’insérer dans la noblesse ibérique du temps et dans ses débats. C’est effectivement en Espagne que le nom de Leca a pu se graver dans les armoriaux depuis celui d’Argote de Molina jusqu’à l’époque contemporaine73. Qu’ils aient été attachés ou non au lignage du comte Gian’Paolo di Leca, ces Corso-espagnols, par leur influence politique et financière, ont contribué à faire la mémoire des Leca en Corse, lesquels ont pu profiter autant que faire se peut de cette renommée jusqu’à la fin du xviiie siècle74.

Haut de page

Notes

1 Anton’Pietro FILIPPINI, Historia di Corsica, Tournon : Claudio Michaeli, 1594, p. 424.

2 « Toute l’histoire corse prouve que, dans l’île, les élites ne formèrent jamais une caste. Tout au long des siècles, des familles corses ont pu s’élever […]. En Corse, il n’y a jamais eu de société d’ordres. » (Michel VERGÉ-FRANCESCHI, Histoire de Corse, préface d’Emmanuel Le Roy Ladurie, 2 t., Paris : Éditions du Félin, 2007, t. 2, p. 374).

3 Lettre de Martio Colonna, le 16 mai 1583 à Mateo Vázquez : « Hora mi sento tanto più obligato a servirla quanto che la congiunctione del sangue et li meriti suoi m’astrengono. » (Instituto Valencia de Don Juan, conde duque de Olivares, E. 57, C 76).

4 Cette enquête est confiée à Juan Álvarez de Toledo et Andrés de Montoya en juillet 1561. Elle précède l’enquête de l’Audiencia de Séville et celle de l’Inquisition de Sardaigne en 1572 (Manuel Antonio DÍAZ GITO, « Dos cartas de Calvete de Estrella al secretario real Mateo Vázquez de Leca sobre su poema Corsica », Calamus renascens : revista de humanismo y tradición clásica, 7, 2006, p. 59-80 (p. 67).

5 « Nasce también de esto envidia en los competidores, persíguenle y danle mejor a conoscer. Y como no pueden dar color a su malicia […], y no pudiendo tocar a su vida, por ser exemplaríssima, ni en su capacidad por ser sufficientíssimo, ni en su entereça por ser en estremo fiel y punctual, acógense a lo más sensible y más probable donde ay enemigos mal intencionados, ponen nota en su limpieza » (Biblioteca Nacional de España, Origen y descendencia de la illustríssima casa de Lecca [désormais ODICL], MSS/9512, fol. 72-73).

6 Antonio Pérez et la princesse d’Éboli ne cessent de déclamer en ces termes contre cet « arráez que llegó de Argel disimulado » et ce « perro moro » (Gaspar MURO, La vida de la princesa de Eboli, Madrid : Librería de don Mariano Murillo, 1877, p. 77).

7 « Y quiso el rey aprobecharse de ella [la Inquisición] para que se entendiesse y averiguasse la verdad de su limpieza de que sus contrarios se aprobechaban. Probele esta plaza y encarga la diligencia que se ha de hazer en la probança. Al inquisidor general imbía orden a Cerdeña […] para que los inquisidores de allí con los que lo son en Córcega traten y la hagan aún con mayor rigor. » (BNE, ODICL, MSS/9512, fol. 72v°-73r°). Dans cette partie de l’œuvre où nous observons nombre de ratures et de réécritures, il est intéressant de relever les efforts de l’auteur pour prouver combien Philippe II est resté neutre dans cette affaire qui touchait son premier secrétaire. Cela va sans dire, la démarche vise à ne pas discréditer le bon verdict de l’enquête.

8 « La ciudad de Sevilla tiene declarado por acto en su ayuntamiento que quando el señor Mattheo Vázquez allí volviere se le vuelva la blanca de la carne como a caballero hijodalgo notorio. » (BNE, Linajes de España, MSS/3249, Casa de Leca, Fragmento de la illustríssima casa de Lecca, fol. 305v° ; Gonzalo ARGOTE DE MOLINA, Nobleza del Andaluzía, Séville : por F. Diaz, 1588, fol. 256v°-257).

9 « En lo que toca a la qualidad de linaje yo he satifecho abundentemente, y no ha quedado en olvido la información que hizo la Inquisición de Cerdeña embiando commisión a hazerla […] » (IDVJ, E. 57, C. 76). Ces propos écrits en 1579 découlent certainement du conflit entre les secrétaires Antonio Pérez et Mateo Vázquez en 1578, lorsque ce dernier, ayant accusé son collègue du meurtre d’Escobedo, subissait les calomnies d’Antonio Pérez et de la princesse d’Éboli.

10 Voir sur l’idée de noblesse à cette période l’ouvrage de José Antonio GUILLÉN BERRENDERO, La idea de nobleza en Castilla durante el reinado de Felipe II, Valladolid : Secretariado de Publicaciones e Intercambios Editoriales, 2007.

11 Juan de Arce DE OTÁLORA, De nobilitatis et immunitatis Hispaniæ causis (quas hidalguia appellant) deque regalium tributorum (quos pechos dicunt) iure, ordine, iudicio et excusatione summa, seu tractatus, Grenade : Sancho y Sebastián de Nebrija, 1553. « Vera nobilitas est virtus, et qualitas sanguini et animo inhaerens a maioribus derivata quae non potest a principe concendi », cité par José Antonio GUILLÉN BERRENDERO, « Interpretaciones del héroe clásico : la genealogía de la idea de noble/honrado y su desarrollo en la tratadística nobiliaria luso-castellana (1556-1640). Algunos ejemplos », ágora estudos clásicos em debate, 13, 2011, p. 117.

12 Juan Benito GUARDIOLA, Tratado de nobleza y de los títulos y dictados que oy día tienen los claros y varones ilustres de España, Madrid : por la viuda de Antonio Gómez, 1591.

13 « Siempre se hayan mejores entendimientos en los más nobles y de mejor sangre » (citation extraite de l’œuvre de Francisco de la Portilla dans J. A. GUILLÉN BERRENDERO, art. cit., p. 116).

14 BNE, ODICL, MSS/9512.

15 BNE, ODICL , MSS/9512, fol. 2r°.

16 J. A. GUILLÉN BERRENDERO, art. cit., p. 125.

17 Ugo Colonna est un personnage légendaire inventé par le notaire Corse Giovanni della Grossa dans les années centrales du xve siècle. Ce personnage d’origine romaine devient comte de Corse au ixe siècle après avoir reconquis pour le souverain pontife l’île qui était tombée entre les mains des Maures deux siècles plus tôt.

18 À la suite du décès d’Andrea Barrasi, Mateo Vázquez est impliqué dans le second mariage de sa sœur avec le secrétaire du Consejo de Aragón Jerónimo Gasol, en mai 1588. Il doit entre autres payer une dot de quatre mille ducats (Joaquín HAZAÑA DE LA RUA, Mateo Vázquez de Leca (1573-1649), Séville : Sobrinos de Izquierdo, 1918, p. 12 et 174-176).

19 Ibid., p. 6. La Real Cédula, du 12 mai 1574, à Aranjuez, confirme le privilège de la carena de las naves à Andrea Barrasi et Pablo Matthia. La Real Cédula, du 22 avril 1577 à Madrid, nomme Andrea Barrasi visitador des flottes et armadas des Indes (voir les documents retranscrits dans Ibid., p. 164-165).

20 À la mort de son père, survenue en 1578, le jeune Mateo Vázquez de Leca, fils d’Andrea Barrasi et de María, reçoit, par la Real Cédula, signée à San Lorenzo, le 23 mai 1578, le privilège de la Carena. Une autre le désigne en outre visitador de las flotas y armadas. Il s’agit en somme des charges qu’occupait Andrea Barrasi avant son décès (ibid., p. 10-11 et 167).

21 Au cours de nos recherches de doctorat, nous avons pu découvrir quatre manuscrits de ce texte : à l’Instituto Valencia de Don Juan (IVDJ), à la Biblioteca y archivo Francisco Zabálburu (Zabálburu), à la Biblioteca Nacional de España (BNE) et à la Real Academia de la Historia. Une lettre de Calvete de Estrella à Mateo Vázquez nous permet de désigner Furió Ceriol comme son auteur : « Era el otro fragmento de letra de Fadrique Furió Ceriol, y destos fragmentos […] yo no hago mucho caso y les doy poca fee quando no son de auctor antiguo y auténtico ». De plus, les manuscrits de la « version longue » de l’Histoire de Corse – que nous avons étudiés dans le cadre notre thèse – comprennent une reformulation du Fragmento qui est attribué au Valencien (Lucie ARRIGHI, Pouvoir et historiographie : les Histoires de Corse (xve-xvie siècles) entre France, Italie et Espagne, sous la direction de Georges Martin, Sorbonne Université, janvier 2019, p. 81 ; manuscrit Benelli, p. 263-264).

22 Lettre du 13 décembre 1585 (BNE, MSS/18630/6).

23 Lettre du 12 janvier 1584 (IVDJ, E 57, C 76).

24 Lettre du 27 octobre 1583 (IVDJ, E 57, C 76). Voir également les copies de l’attestation de Nicolas Cernovichio qui reconnaît les Leca comme faisant partie de son lignage (BNE, ODICL, MSS/9512, fol. 73 ; BNE, Fragmento, MSS/3253, fol. 303v°-304r°).

25 Nous avons retrouvé dans les papiers du secrétaire les lettres de Matio Colonna, Geronima Colonna, Antonio Colonna, Felice Colonna, la marquise de Caravaggio Costanza Colonna et Prospero Colonna (IVDJ, E 57, C 76). Mateo Vázquez a également fait part de sa généalogie à Marc’Antonio Colonna comme l’indique la lettre de Luís Vázquez au secrétaire, le 14 juin 1584 (Zabálburu, Altamira, Memoria, 137, GD. 1, D. 3).

26 Voir les propos de Calvete de Estrella dans la note 21.

27 BNE, ODICL, MSS/9512, fol. 33r°-63r°.

28 Lettre du 28 avril : « Vuestra Merced es de la patria. Aunque todos no podemos ser hermanos, ne deudos, basta ser deudos de deudos e tener Vuestra Merced el amistad que tenía con mi abuelo en Sevilla su madre de Vuestra Merced. » (IVDJ, E 57, C 76)

29 BNE, ODICL, MSS/9512, fol. 67v°.

30 Gonzalo Argote de Molina dans son armorial andalou consacre quelques pages à Mateo Vázquez (Gonzalo ARGOTE DE MOLINA, op. cit., p. 256-257, « De los linages de Italia que poblaron en el Andaluzía »), mais il omet les Corzo malgré les liens clientélaires qui les unissent à Mateo Vázquez et le soutien qu’ils ont apporté à ce dernier dans l’enquête sur ses origines en échange du soutien politique du secrétaire. C’est au xviie siècle que des pages leur sont exclusivement dédiées dans l’armorial d’Alonso López de Haro (Alonso LÓPEZ DE HARO, Nobiliario genealógico de los reyes y títulos de España, Madrid : por Luís Sánchez impressor real, 1622, p. 267-272, « Conde de Cantillana, su apellido, Vicentelo y Leca »).

31 Voir la note 28.

32 Lettre de Pedro Díaz Carillo de Quesada à Mateo Vázquez le 12 janvier (IVDJ, E. 57, C. 76).

33 Lettre de Lodovico di Leca à Mateo Vázquez de Leca, le 22 octobre 1583 : « Essendo nipote del illustrissimo signore conte Io’Paolo di Lecha, conte di Cinarcha. » (IVDJ, E 57, C 76)

34 Zabálburu, Memoria, 137, GD. 1, D. 24.

35 Mateo Vázquez reçoit cette lettre le 12 mars 1584.

36 Lettre de Lodovico di Leca à Mateo Vázquez, le 22 octobre 1583 : « […] nè restarò in perpetuo obligatissimo » (IVDJ, E. 57, C. 76) ; lettre du 12 août 1584 : « Mi fu gratissima in veder che Vostra Signoria s’è degnitata favorirme con essa e in haverme accettato nel numero de suoi servidori. » (Zabálburu, 137, GD. 1, D. 23)

37 Alors que les traitements en espagnol – , vos, Vuestra Merced, Vuestra Señoría, Vuestra Excelencia – respectent scrupuleusement le rang social de l’interlocuteur, les Italiens du temps influencés par la mode espagnole traduisent et usent du Vuestra Señoría alors que les Espagnols le réservent aux nobles titrés (Jacqueline BRUNET, « Un “langage colakeutiquement profane” ou l’influence de l’Espagne sur la troisième personne de politesse italienne », in : Centre de recherche sur la Renaissance italienne, Présence et influence de l’Espagne dans la culture italienne de la Renaissance, Abbeville : Paillart, 1978, p. 251-315 ; Id., « La troisième personne de politesse en italien : fait de langue, fait de culture » : https://cvc.cervantes.es/lengua/coloquio_paris/ponencias/pdf/cvc_brunet.pdf).

38 Lettre de Lodovico di Leca à Mateo Vázquez, le 22 octobre 1583, reçue le 12 mars 1584 avec la Memoria (IVDJ, E. 57, C. 76).

39 Il s’agit d’un document inédit que nous avons découvert dans les archives de la Zabálburu (Zabálburu, Memoria, 137, GD. 1, D. 24). Il s’intitule Memoria et retrace l’histoire de la famille à partir de la Cronica di Corsica de Marc’Antonio Ceccaldi. Grâce à d’autres documents conservés à l’Instituto Valencia de Don Juan nous avons pu attribuer le texte à Lodovico di Leca. Le détail de cette enquête que nous avons menée se trouve dans notre thèse de doctorat (L. ARRIGHI, op. cit., p. 68-85).

40 Voir la note 38.

41 Lettre de Mateo Vázquez, le 12 mars : « El camarero de su señor, que traxo el bonete roxo al señor cardenal de servicio y se llama Antonio María Peletta, me habló y dexó una memoria de un capitán Ludovico de Lecca que reside en Roma […]. Dessea [que] le favorezca yo para que sea accomodado en algún officio en esse reino o en otro de Italia, y porque yo no le conozco, querría que Vuestra Merced serviesse al señor don Quesada que se informasse bien de qué persona es éste y hiziesse a Vuestra Merced relación dello, y si por ella se entendiere que vale y meresce ser favorecido […] » (IVDJ, envío 57, caja 76)

42 « […] de las dos cosas que descontentan en los papeles que embié que dio el capitano Ludovico de Lecca digo que no hay que hacer caso […]. Ay en estas dos cosas la una que Vuestra Merced obtendrá de jure y la otra […], siendo Vuestra Merced quien es y su gravedad y valor, no hallará resistentia para qualquier desinio en el dicho capitán antes ama este hombre a Vuestra Merced de manera que de su sucesión y de su hacienda y muger y hija puede Vuestra Merced disponer a su arbitrio y mera voluntad y le servirá de instrumento para que Vuestra Merced consiga y halle todo lo que pretende y quisiere en esta sucesión desta gran casa. » (Zabálburu, 137, GD. 1, D. 26)

43 L’expression vient de la bulle pontificale de Boniface VIII en 1297 qui octroya en ces termes le « royaume de Corse et de Sardaigne » au roi Jacques II d’Aragon. Bien que cette terminologie soit abandonnée sous la domination de la République de Gênes, certains textes espagnols de l’époque tentent de maintenir avec insistance l’appellation de « royaume » à propos de l’île. C’est le cas dans la documentation de Mateo Vázquez. Ainsi, l’auteur du Fragmento et le licenciado Antolínez utilisent cette prétérition : « La isla de Córcega que como se sabe es un reíno » (Lettre du 23 juillet 1584, IVDJ, E. 57, C. 76 ; BNE, Casa de Lecca, Fragmento…, MSS/3249, fol. 305r°) ; G. ARGOTE DE MOLINA, op. cit., fol. 256v°-257r°.

44 Lettre de Quesada à Mateo Vázquez, le 10 septembre (IVDJ, E. 57, C. 76).

45 Nous entendons par Histoire de Corse la « version longue », parvenue sans titre, sur le passé de l’île des origines à 1464, conformément au genre historique de l’histoire adopté tout d’abord par Giovanni della Grossa et conformément au terme utilisé ensuite par Ceccaldi et Filippini, ses continuateurs, pour désigner le premier récit historique médiéval corse. En revanche, la compilation de Ceccaldi, lequel a abrégé le récit en lui offrant un meilleur ordre chronologique, porte le titre de Cronica di Corsica selon les mots de ses contemporains. Nous avons mené cette réflexion sur les titres des récits historiques corses des xve et xvie siècles dans notre thèse (L. ARRIGHI, op. cit., p. 25-34).

46 « […] dil ceppo legittimo et naturale […] » (Zabálburu, Memoria, 137, GD. 1, D. 24).

47 « Sempre Genovesi anno sempre puso et usurpato qual cosa in quella isola come in Capo Corso che la signoria Da Mare fu usurpata da un Genovese […], la usurporno quelli di casa Gentili […]. Poco a poco sonno andati usurpandosi la isola Genovesi […]. Se potrà vedere come Genovesi l’anno usurpata. » (Zabálburu, Memoria,137, GD. 1, D. 24)

48 « Questo fu secondo dice la Cronica di Corsica, dipoi che un papa genovese dede l’isula di Corsica in accomando alla Republica di Genova. In questo modo a poco a poco sonno andati usurpandosi la isola Genovesi » (Zabálburu, Memoria, 137, GD. 1, D. 24). Voici le passage extrait de l’Histoire de Corse sur lequel Lodovico appuie son argumentation : « Nicolao, naturale di Sarzana, terra sottoposta a la casa e famigla di Campofregoso […]. E il papa, considerando la antiqua amistà che lui e li suoi sempre havea havuto con la famigla di Campofregoso, dopo havere inteso li ambasciatori di Corsica che li richiedevano governatore, tacitamente senza dil re di Aragona ne nominare Gienovesi, fecie governatore di Corsica a Ludovico Fregoso. » (manuscrit Benelli, p. 536-537)

49 « Li Genovesi abrusciorno le case […] ed abrisciar[ono] tutta la villa perché erano tutti parentato e un sangue. » (Zabálburu, Memoria, 137, GD. 1, D. 24)

50 Voir la synthèse de ces pourparlers reformulés à partir des documents du cardinal Granvelle par René EMMANUELLI, Gênes et l’Espagne dans la guerre de Corse 1559-1569, Paris : Éditions A. et J. Picard et Cie, 1964, p. 19-20 ; Charles WEISS (éd.), Papiers d’État du cardinal Granvelle (1517-1586) d’après les manuscrits de la bibliothèque de Besançon, Paris : Imprimerie royale, 1844, t. 5.

51 « […] porque una de las cosas de mayor inconveniente y en que más pesadumbre se recibe aquí son las intercesiones que se hacen por muchas personas. Se advierte, como otras veces se ha scripto, que se eviten escusándose de scrivir ninguna carta en semejante materia, pues las ocupaciones de acá, ni el lugar, ni reputación, dan lugar a enpacharsse en semejantes negocios, y tanto más se debe guardar esto muy inviolablemente con los de Córcega. » (IVDJ, E. 71, C. 77)

52 Les seigneurs d’Istria et les seigneurs della Rocca sont combattus par les « verdaderos condes de Cinarca [les Leca] con ayuda de los genoveses » (BNE, ODICL, MSS/9512, fol. 19v°).

53 Au cours de nos recherches dans les fonds Altamira de la Zabálburu et Conde duque de Olivares de l’Instituto Valencia de don Juan nous avons découvert que Mateo Vázquez a été mis en contact avec Filippini grâce au docteur Quesada afin que l’Historia di Corsica soit dédiée au secrétaire (Lettre de Quesada le 10 septembre 1584, IVDJ, E. 57, C. 76 ; Zabálburu, 137, GD. 1, D. 26). Nous avons de surcroît découvert une lettre de Filippini adressée à Mateo Vázquez qui confirme ce projet (IVDJ, E. 57, C. 76 ; nous avons retranscrit cette lettre inédite dans notre thèse L. ARRIGHI, op. cit., p. 392-394)

54 « […] el amor que los vassallos tenían al nombre de Lecca que aún agora le tienen y desean como lo mostraron en el año de mill y quinientos y cinquenta y seis,[…] que los principales de la isla y aún el vulgo los vissitó y regaló con presentes. Y quando fueron los embaxadores de la isla al rey de Francia Enrrico Segundo que la posseía entonces, no sólo los vassallos de la casa de Lecca, pero toda la isla dio orden a los embaxadores que dexessen en su nombre al rey que le suplicava que restituyesse a los Leccas a sus estados que tiranamente los avían genoveses privado de ellos. » (BNE, ODICL, MSS/9512, fol. 27r°)

55 A. P. FILIPPINI, op. cit., p. 439-440.

56 Calvi est une cité génoise en Corse fondée au xiiie siècle. Les Corzo et les Mañara sont originaires de la ville.

57 Enriqueta VILA VILAR, Les Corzo et les Mañara. Les Corses de Séville dans le commerce des Indes, traduit de l’espagnol par Béatrice Castoriano, Ajaccio : Alain Piazzola, 2004, p. 167.

58 Lettre de Lodovico di Leca à Mateo Vázquez, le 22 octobre 1583 : « [ …] al grado dell’illustrissime sangue e nobiltà del qual io son nato, son povero getilhomo con il carico della moglie ed una figliolina femina et un nipote. Perché son certo anzi certissimo che Vostra Signoría favorisce a quelli che in sua mano si pone et confida. » (IVDJ, E. 57, C. 76)

59 « L’hidalgo misérable qui avait toutes les peines du monde à sauvegarder les apparences ne fut jamais proposé comme modèle de vertu, ne serait-ce parce que le fait d’avoir laissé dépérir son patrimoine était déjà répréhensible. » (Raphaël CARRASCO, Claudette DÉROZIER et Annie MOLINIÉ-BERTRAND, Histoire et civilisation de l’Espagne classique, Paris : Armand Colin, 2004, p. 161)

60 Voir les propos de Mateo Vázquez dans la note 41.

61 Lettre de Quesada à Mateo Vázquez, le 2 juillet 1584 : « Y cierto el capitán Ludovico tiene grande nobleça y junto con esto tiene agredesimo entendimiento y muy discreto que bien parece ser tan noble como es. Sólo tiene una falta, como e dicho en otra, ser pequeño de cuerpo y su pobreça le diminuye la persona. ¡Qué es compasión un hombre de tan grande calidad velle pobre ! » (IVDJ, E. 57, C. 76)

62 Lettre du docteur Pilo y Leca, le 6 septembre 1588 : « Me hallo el más confuso hombre del mundo, viendo una casa tan noble del todo caída, y con tanta pobresa, y que yo no la pueda ayudar […]. Por esso Vuestra Señoría, como cabeça della, con la primera occasión será servido ayudarme con su magestad para que pueda yo socorrer y ayudar a nuestra casa. » (IVDJ, E. 57, C. 76)

63 « Succedióle al conde Juan Paolo que todos los principales que le havían hecho señor quisieron serlo […] y como el conde no estaba bien con sus deudos […] » (BNE, ODICL, MSS/9512, fol. 24r°)

64 « El cardenal Ascanio Colonna nuestro pariente, me dixo que havía recebido respuesta de Vuestra Señoría y que en las occasiones se acordará de mí, lo mesmo Monseñor Quisada Agente de Vuestra Señoría y me mostró un capítulo. Agradesco a Vuestra Señoría tanto favor y merced. […] y querría hallarme ay presente para mejor poder le servir como soy obligado, y sé que para mi negocio no tengo menester de otros medios, pues es Vuestra Señoría bastantíssimo para más me ha parescido primero hazerlo encomendar a su magestad, al gran Duque di Florencia y al Señor Marc’Antonio Colonna, y el año passado, escrivió el cardenal Colonna a Vuestra Señoría, y al almirante de Castilla, al ayo del príncipe mi señor y al conde de Chinchón. Y la hermana de su señor y su nieto el cardenal Montalto escrivieron al presidente Cardenal de Toledo. Todo esto e hecho para que Vuestra Señoría me encomende à su magestad (como pariente) pues embió copias de las cartas de Carlo V y servicios de mi casa. » (IVDJ, E. 57, C. 76)

65 Lettre de Quesada : « En lo que toca a las casas desta familia illustrísima de Lecca en Roma y qualidades de la muger y hija del capitán Ludovico, y las demás cosas que en el particular se desean saber, va relatión de por sí a que me remito. »; « La hija del señor capitán a su muger se llama Camilla será de buen rostro […] y será bien dispuesta, que la madre es crecida aunque el capitán es mediano cuerpo, el qual et la signora Lucretia, su muger, besan a Vuestra Merced las manos y la niña ya sabe decir que tiene un tío en España y quiere ir a vello y que no quiere ir a Córcega porque comen allá queso y ella no lo come. » (Zabálburu, 137, GD. 1, D. 26 et D. 25). Lettre de F. Pilo y Leca : « Mi Señor, lo que más me preme es ver que en casa del capitán Ludovico, no ay sino mujeres y donzellas de casar, que sabe Vuestra Señoría quan peligrosas son, y que a nosotros sólo toca el collocarlas, y mirar por ellas y por nuestra honra, por ser Roma tan ocasionada. » (IVDJ, E. 57, C 76)

66 Lettre de Lucrezia di Leca à Mateo Vázquez, le 22 décembre 1584 (IVDJ, E. 57, C. 76).

67 « […] fra le altre grazie e privileggi concesse che tutti quei gentilhomini et principali che, inanti li tumulti passati di Corsica erano soliti di esser franchi et esenti dalle ordinarie et straordinarie taglie, che all’avenire siano per tali mantenuti e conservati […] tutti della casa illustre di Leca al presente commoranti in la villa di Arbori. » (Bibliothèque Fesch, fonds Paul Fontana, « Famille Leca. 1588. Copie (faite en 1787) d’un acte et d’une enquête établissant que la famille Leca d’Arbori avait été exemptée d’impôts par Gênes », Mss. 175, vol. 5 « Corse xvie, xviie, xviiie, xixe siècles »)

68 Les lettres que nous avons retrouvées sur le sujet des razzias et des captifs corses se trouvent à l’IVDJ, dans le fonds Conde duque de Olivares (IVDJ, E. 54, C. 70, t. 2). Elles datent de 1587 et concernent entre autres le notaire Joan Maris di Alessandro di Leca de Rovani – qui a dû quitter son hameau de Coggia à cause des Turcs –, Pier’Antonio di Leca du village de Renno – enlevé par les barbaresques à Paomia –, Domingo et Anton’Francesco di Leca du village de Renno, Antonio Canopulo et le comte de Chinchón – qui jouent un rôle dans la libération des captifs corses – etc.

69 Lettre de Joan Maris di Leca de Rovani, le 20 juin 1587 : « La infelicità et povertà di questa isola, come anche la molta alontananza, è causa che io non son stato comodo per venirla a visitare, servirla et riconoscerla per il molto splendore et honore che lei rende alla patria et in particolare alli suoi parenti, se ben poveri da bene et honorati, che Dio ne sia sempre laudato, il grado di parentella che io indegnamente tengo con Vostra Signoria illustrisima […] mi sono disabitato da Revani per le infloenza dè Turchi et habitava a Cogia della signoria di Lecha. » (IVDJ, E. 54, C. 70, t. 2). Les Corzo sont tout autant sollicités par les Corses et s’impliquent financièrement dans la région de Calvi, comme le révèle les testaments de Juan Antonio Vicentelo Corzo (E. VILA VILAR, op. cit., p. 203-248).

70 Juan Antonio Vicentelo Corzo fonde son premier majorat en 1569, le deuxième en 1583. Il est aussi seigneur de Cantillana, Brenes et Villaverde et titulaire de la charge de veinticuatro.

71 Juan Vicentelo de Leca, petit-fils de Juan Antonio Vicentelo Corzo, devient comte de Cantillana (E. VILA VILAR, op. cit., p. 124 ; A. LÓPEZ DE HARO, op. cit., p. 267-272).

72 Lettre de Juan de Leca, le 10 novembre 1583, au sujet des « fortificaciones, cargadores y poblaciones del reino de Cerdeña » (IVDJ, envío 57, caja 76).

73 Julio DE ATIENZA NAVAJAS, Nobiliario español : diccionario heráldico de apellidos españoles y de títulos nobiliarios, Madrid : Aguilar, S. A. de ediciones, 1954, n°332 « Lecca ».

74 Des Leca tentent de se faire reconnaître nobles par la monarchie française (Bibliothèque Fesch, fonds Paul Fontana, Mss. 175, vol. 5 ; Archives Départementales de Corse du Sud, fonds Paoli, n° 71, acte 15).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Arrighi, « La maison Leca de Corse : le pouvoir d’un nom dans l’Espagne du Siècle d’Or », e-Spania [En ligne], 34 | octobre 2019, mis en ligne le 09 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/32586 ; DOI : 10.4000/e-spania.32586

Haut de page

Auteur

Lucie Arrighi

Université de Corse (UMR LISA 6240)
Sorbonne Université (CLEA EA 4083)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals