Navigation – Plan du site
Les pouvoirs de la noblesse : définitions, moyens et clientèles

Noblesse et chevalerie dans l’Italie de la Renaissance (XVe-début XVIe siècle) : quelques éléments de réflexion

Guido Castelnuovo

Résumés

Comment pouvait-on définir, à la fin du Moyen Âge, le noble actif dans les cités italiennes ? En analysant des textes d’origine variée (dialogues humanistes, ordonnances législatives, analyses historiques), cette contribution entend réfléchir à ce que noblesse pouvait alors signifier dans un cadre géopolitique diversifié et mouvant. Les noblesses qui en émergent (tout comme la chevalerie, encore si souvent associée aux marqueurs nobiliaires) sont manifestement tiraillées entre un passé citadin et médiéval, de type volontiers communal, dont les cadres institutionnels et mémoriels demeurent bien vivants, et l’emprise, souvent plus récente, de modèles régionaux, princiers, voire royaux qui commencent à promouvoir une recomposition nobiliaire ouverte à l’Europe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nos rectius de nobilitate sentire videmur. Habentur enim nobiles orti antiqua stirpe, quorum maiore (...)

Nous, les Florentins, définissons au mieux la noblesse. Chez nous, en effet, les nobles sont les descendants d’anciens lignages, dont les ancêtres ont participé à l’administration de la respublica par le biais des offices urbains. Une partie de ces nobles s’adonne au commerce, une autre partie se complaît de son titre nobiliaire, ne fait absolument rien et se délecte de la chasse à courre et au vol1.

  • 2 Sur Poggio Bracciolini et son dialogue nobiliaire, voir au moins l’ample introduction de Davide Can (...)

1C’est ainsi que l’un des principaux humanistes italiens du XVe siècle, Poggio Bracciolini, choisit, en 1440 et dans un dialogue intitulé De vera nobilitate, de définir les principaux contours de la meilleure des noblesses2. Que nous suggèrent le lexique et les concepts employés dans ce bref éloge des noblesses florentines de la Renaissance ?

2Partons d’un constat partagé : ces noblesses – qu’elles soient florentines, toscanes ou, plus généralement, urbaines – sont alors au milieu du gué, tant d’un point de vue anthropologique que dans une perspective géopolitique. Elles sont manifestement tiraillées entre un passé citadin et médiéval, de type volontiers communal, dont les cadres institutionnels ainsi que les enjeux mémoriels demeurent bien vivants, et l’emprise, souvent plus récente, de modèles régionaux, princiers, voire royaux qui commencent à promouvoir une recomposition, partiellement inédite, des noblesses de la Péninsule.

  • 3 Je me permets de renvoyer à Guido CASTELNUOVO, « Les Humanistes et la question nobiliaire au milieu (...)

3Dans ce cadre mouvant, le bref tableau brossé par Bracciolini permet d’attirer l’attention sur plusieurs points importants, sachant que le Pogge insère son apologie de la bonne noblesse florentine dans un tableau nobiliaire bien plus vaste égrené par Niccolò Niccoli, l’un des deux protagonistes du dialogue qui joue, ici, le rôle de l’alter ego humaniste du Pogge. Se présentant comme le champion d’une lecture plurielle des noblesses du milieu du Quattrocento, Niccoli s’entretient dans le De vera nobilitate avec Laurent de Médicis le Vieux, défenseur, lui, d’une définition convenue de la noblesse de sang et d’héritage3.

  • 4 Voir Guido CASTELNUOVO, Être noble dans la cité. Les noblesses italiennes en quête d’identité (XIII(...)

4Un premier aspect mérite d’être souligné : il concerne l’ampleur géopolitique de ces réflexions. Au sein d’une production littéraire et juridique pluriséculaire sur ce que noblesse devait, ou du moins pouvait, signifier dans l’univers citadin italien, c’est bien l’une des toutes premières fois que les contours des mondes nobiliaires dépassent un cadre strictement urbain et éminemment communal. Cela n’avait, par exemple, guère été le cas du plus ancien traité juridique sur la noblesse dû, au milieu du XIVe siècle, à la plume du grand juriste Bartole de Sassoferrato : son horizon ne dépassait pas encore un périmètre allant de Florence à Milan, de Pérouse à Venise4. Dans le texte du Pogge, en revanche, ce sont d’abord les noblesses des différents états régionaux italiens (Naples et Rome, Venise et la Lombardie, Gênes et Florence) qui sont magistralement synthétisées, nous permettant de faire le lien entre les évolutions nobiliaires et les transformations politiques à l’œuvre dans la Péninsule à la veille de la paix de Lodi (1454). Qui plus est – et il s’agit à nouveau d’une première –, ces différentes noblesses régionales sont confrontées aux autres noblesses européennes, françaises et allemandes, anglaises et ibériques. La question nobiliaire se présente ainsi dans un cadre géopolitique bien plus large que celui qui avait animé la réflexion des intellectuels communaux du Moyen Âge classique.

5Pour quelles raisons Niccolò Niccoli considérerait-il les noblesses florentines comme les meilleures d’Italie ? À Florence, la noblesse serait à double face. L’on y découvre, tout d’abord, les descendants d’anciennes lignées, férus de politique, directement actifs dans le gouvernement de la respublica et s’adonnant au commerce ; l’on y rencontre également d’autres lignages, toujours anciens mais plus liés au contado, fiers de leur ancrage rural et de leur identité pleinement aristocratique. Contrairement aux élites de la cité qui, dans ces premières décennies du Quattrocento, comprennent tout à la fois les descendants des anciens magnats et les héritiers des élites populaires, les membres de ces parentèles privilégient clairement l’otium au negotium, les loisirs aristocratiques – comme la chasse – au commerce, aussi réputé soit-il.

  • 5 Voir supra, n. 3 ainsi que Luigi TUFANO, « Tristano Caracciolo e il suo “discorso” sulla nobiltà. I (...)

6Voilà pourquoi les nobles florentins doivent être portés au pinacle. Selon Poggio Bracciolini ce n’est qu’à Florence que toutes noblesses peuvent se retrouver et cohabiter sereinement. Ce panégyrique sans pareil lui vaudra, d’ailleurs, nombre de critiques outrées et de répliques cinglantes de la part de nombreux autres humanistes, chacun défendant hargneusement la supériorité de ses propres noblesses urbaines, qu’elles soient génoises, vénitiennes ou encore napolitaines5. Cela dit, au-delà de l’intérêt qu’il convient de porter aux réseaux de réception ainsi qu’aux réinterprétations – y compris florentines – des lectures nobiliaires du Pogge, c’est l’ensemble des marqueurs nobiliaires mis en exergue par Niccolò Niccoli dans son rapide – mais ô combien significatif – tour d’horizon italien qu’il importe, ici, de considérer. En effet, si les identités nobiliaires peuvent paraître changeantes d’une région à l’autre, la distinction principale correspondrait à la différenciation entre les nobles des villes et ceux des champs.

  • 6 POGGE, 16, p. 10-11 (Naples) et 19, p. 12 (Lombardie). Sur les noblesses milanaises et lombardes, v (...)

7Pour Niccoli – qui parle, ici, fondamentalement au nom du Pogge –, le noble citadin se reconnaît avant tout à certains marqueurs spécifiques : sa noblesse est clairement politique (il est un habitué des magistratures urbaines) ; elle est aussi, souvent, marchande, ce qui permet aux élites urbaines de continuer à jouer sur deux tableaux, en associant une identité aristocratique, de type social et familial, avec une réussite commerciale et financière. Le noble rural, lui, affiche sa singularité en refusant tout contact avec le monde du travail et de la marchandise (tout particulièrement à Naples ou en Lombardie6), en s’adonnant avec délectation à un otium de groupe, souvent incarné par son habileté de chasseur (à courre et au vol) et qui l’oppose régulièrement au negotium affairé des élites urbaines.

  • 7 Entre Rome et le Latium, les nobles « culture argrorum et rei rustice vacare, gregis atque armentor (...)

8Bien entendu, le Pogge présente en quelques traits une série d’esquisses régionales résolument idéalisées, autant de tableaux à peine ébauchés qui n’excluent pas, comme dans le cas romain, des rapprochements ponctuels ; les nobles du Latium sont ainsi décrits comme étant prêts à pratiquer un entreprenariat rural d’envergure7. Il n’empêche que, dans la bouche de Niccolò Niccoli, le binôme antagonique du noble citadin et du noble des champs s’impose à l’ensemble de la Péninsule. Celui-ci s’accompagne de quelques autres oppositions binaires, qui émergent comme autant de doublets constitutifs de toute noblesse. Le cas génois est particulièrement éloquent dans sa concision :

  • 8 « Negotiationi deduntur, presertim maritime, nobiles atque ignobiles, qui nulla alia re nisi origin (...)

Chez eux [À Gênes], aussi bien les nobles que les non-nobles s’adonnent au commerce, surtout s’il est maritime ; ils ne se distinguent les uns des autres que par leur origine. Certains de ces nobles génois vivent dans des châteaux perdus dans la montagne, [...], et se dédient au brigandage de grand chemin8.

9Entre Gênes et le reste de la Ligurie, la noblesse politique répond à la seigneurie châtelaine, la noblesse de la mer se mesure aux puissants lignages, le noble marchand fait face à l’aristocrate brigand.

10Au sein de ce cadre pluriel et fragmenté, les noblesses florentines seraient donc les ‘meilleures’ : seules, elles réussiraient à regrouper les différents marqueurs nobiliaires. En effet, la réussite du noble florentin se fonde sur l’association de plusieurs critères identitaires, de l’antiquité lignagère (la noblesse de sang) au savoir-faire politique (le jeu des offices), des aptitudes marchandes aux loisirs courtois.

  • 9 Daniela DE ROSA, « Poggio Bracciolini cancelliere della Repubblica di Firenze », Studi e Ricerche, (...)

11Que le Pogge, chancelier et chroniqueur officiel de Florence9, insiste à ce point sur la prééminence de sa propre noblesse urbaine n’est guère étonnant. Ce qui peut nous intriguer davantage, c’est son insistance à vouloir représenter sa noblesse florentine d’une manière aussi caléidoscopique. La question est d’importance : elle renvoie, en effet, à ce que nous pourrions définir comme ‘un passé qui ne passe pas’, même dans la Florence des premiers Médicis.

  • 10 La legislazione antimagnatizia a Firenze, éd. Silvia DIACCIATI et Andrea ZORZI, Rome : ISIME, 2013 (...)

12Ce passé, c’est avant tout l’héritage des communes italiennes, de ces dizaines de cités-états qui avaient connu, à partir des dernières décennies du XIIIe siècle, la montée en puissance, tant politique que sociale, du Popolo. Ces élites urbaines rénovées (grands marchands, banquiers, notaires, membres des Arts, juristes, professionnels), dépourvues d’une mémoire sûre de leur prééminence citadine ainsi que d’un ancrage rural assumé, entrent de plain-pied à partir des années 1250 dans le gouvernement de leur cité. Elles s’efforcent d’en exclure ceux que le lexique de l’époque qualifie de grandi (en italien) ou de magnates / magnats. Ces derniers sont les membres de parentèles, souvent d’origine aristocratique (la militia urbaine, qu’elle soit ancienne – d’origine consulaire, au XIIe siècle – ou plus récente), dont les comportements ostentatoires, presque indissociables de la superbe typique des nobles, sont considérés si arrogants qu’ils en deviennent dangereux pour le bien commun de la cité. C’est ainsi que les grandi et les magnats font l’objet d’ordonnances législatives à leur encontre (comme les ordonnances de justice de Florence en 1293-129510) ; ils peuvent dès lors non seulement être officiellement exclus des magistratures urbaines mais aussi exilés car trop ‘nobles’ et puissants.

13De là et ce, encore au XVe siècle dans une partie des cités italiennes (celles qui se régissent, officiellement, en républiques, par le biais de magistratures partagées et à temps), l’ambiguïté accrue de la notion de noblesse, que Bartole avait déjà mise en avant au milieu du Trecento. Si la définition de toute noblesse devient ambivalente, voire incertaine, les atours nobiliaires ne constituent plus nécessairement le modèle politique et anthropologique par excellence, ce qui signifierait que l’accès à la noblesse n’est plus toujours le but à atteindre pour réussir son ascension sociale dans un contexte citadin et communal.

14Voici le passé avec lequel Le Pogge doit composer ; voilà le passé que Poggio Bracciolini s’efforce de recomposer en proposant un modèle nobiliaire aux entrées multiples, susceptible d’intégrer tout type de supériorité : politique et sociale, urbaine et rurale, comportementale et imaginaire. Cette réécriture nobiliaire, florentine et italienne, laisse pourtant de côté certains marqueurs identitaires qui, ailleurs, apparaissent comme constitutifs des noblesses du Moyen Âge tardif : je pense à la chevalerie et à ses adoubements, je parle du Prince et de ses anoblissements.

  • 11 POGGE, 21, p. 12-13.
  • 12 POGGE, 20, p. 12 ; voir aussi 37, p. 18.
  • 13 POGGE, 22, p. 13.

15Ces absences concernent quasiment tous les portraits nobiliaires que Niccolò Niccoli dresse pour les états régionaux italiens. Elles sont d’autant plus significatives qu’elles ne s’appliquent plus dès lors que l’horizon s’ouvre à l’Europe. En outre, il est frappant de constater que, sous la plume du Pogge, l’équivalent européen de la supériorité des noblesses florentines ne se retrouve – et c’est encore une fois une première – ni en France (dont les nobles, bien trop ruraux, fuient comme la peste le commerce et la marchandise11), ni en Allemagne (dont la noblesse, châtelaine et rurale, est représentée par autant de rustres brigands aux mœurs presque sauvages12) ni, même, en Angleterre (malgré un apport royal conséquent ainsi que quelques aptitudes commerciales13), mais bien dans la péninsule ibérique. C’est là, en Hispania, que l’on retrouve la double noblesse chère à Bracciolini :

  • 14 « Hispania duplici nobilitate utitur. Nam et qui in suis civitatibus antiquo genere orti ceteris pr (...)

Double est la noblesse en Espagne. Le titre de noble est porté aussi bien par ceux qui, descendants d’anciennes lignées et pourvus de riches patrimoines, s’illustrent au sein de leurs cités que par ceux qui, habitant à la campagne, vivent de rentes rurales et embrassent un style de vie fastueux qui les distingue de tous les autres. Parmi les Espagnols, l’ordre équestre prend la première place au sein des hiérarchies nobiliaires14.

16De Florence à la péninsule ibérique les principaux marqueurs nobiliaires semblent se rejoindre. Nous y découvrons d’abord la corrélation entre le noble des champs et le noble des villes, la cité l’emportant à nouveau sur ses campagnes, ce qui n’était pas le cas des autres noblesses européennes que le Pogge fustigeait car trop rurales – donc grossières – et imparfaitement urbanisées. Voilà ensuite le modèle, classique et aristotélicien, de l’antiquité lignagère et des anciennes richesses qui associe sang et patrimoines dans un même tableau où tout noble héritier est aussi un puissant seigneur, voire un marchand influent. Enfin, signe et insigne d’une distinction ultime, voici le style de vie irréductible, gloire de tout noble, incarné par les fastes de la cour ou par la féérie de la chasse, à courre ou au vol.

  • 15 Sur la chevalerie dans la péninsule ibérique à la fin du Moyen Âge : Jesús RODRIGUEZ VELASCO, El De (...)

17Seuls deux marqueurs dissocient – mais avec quelle clarté ! – Florence et l’Hispania. D’une part, les aptitudes politiques (l’habitude à œuvrer pour la respublica) n’émergent pas au sud des Pyrénées ; d’autre part, le faîte des noblesses hispaniques se reconnaît à l’equester ordo. Or, si la chevalerie et les ordres de chevalerie sont à l’honneur entre Castille et Portugal15, cela n’est guère le cas à Florence où, selon le Pogge, les marqueurs chevaleresques de la noblesse sont inexistants.

18À partir de là, et comme annoncé, une rapide comparaison entre les deux tours d’horizon du Pogge – les états de la Péninsule et les nations de l’Europe – permet d’attirer l’attention sur deux éloquentes omissions dans le tableau nobiliaire italien : celle du Prince, avec ses anoblissements, et celle du chevalier, avec ses adoubements.

  • 16 POGGE, 20, p. 12.
  • 17 POGGE, 21, p. 13.
  • 18 POGGE, 22, p. 13.

19Niccolò Niccoli insiste sur les liens explicites et presque personnels entre les nobles et leurs princes uniquement lorsqu’il parle de l’Allemagne (dont une partie de la noblesse est liée aux princes et à leurs cours16), de la France (ses nobles peuvent être famulantes principibus17) ou de l’Angleterre, là où le prince peut anoblir (nobilitare) des roturiers s’étant illustrés à la guerre18. Il ne passe toutefois pas sous silence certaines caractéristiques, pleinement seigneuriales et courtoises, d’une partie des noblesses italiennes, aristocratiques et souvent de cour. En bon florentin, défenseur d’un pouvoir citadin et d’une idéologie politique qui continue officiellement à se présenter comme républicaine et communale, le Pogge fait mine de décrier les nobles napolitains et lombards. À Naples et à Milan, l’on se glorifierait trop d’une noblesse seigneuriale de sang et d’héritage. Bien qu’indirectement – dans le monologue de Niccolò, le mot « prince » n’apparaît jamais en lien avec l’Italie –, ces nobles-là seraient soupçonnés de préférer leurs liens princiers ou royaux à leurs destinées politiques et citadines.

  • 19 « Qui ob aliquod in orum rem publicam insigne facinus admissum [...] adsciscitur ad munia civitatis (...)

20Dans son tour d’horizon italien, le Pogge n’oublie pas de prendre acte des liens entre la noblesse et le Prince, comme cela avait déjà été clairement le cas, un siècle plus tôt, chez Bartole. Simplement, sa réflexion demeure en arrière-plan ; plutôt que du prince en chair et en os, c’est de l’autorité politique et de ses rapports avec la noblesse dont il est question. Au sein d’un tableau encore éminemment citadin, voilà qui peut renvoyer au Popolo ou aux magistratures communales autant qu’à un duc (à Milan) ou à un roi (à Naples). En Italie, donc, l’on ne distingue que l’ombre du Prince ; de là, d’ailleurs, un autre silence qui concerne les anoblissements. La difficulté n’est pas tellement de rendre compte des moyens et des modalités de l’ascension et de la réussite sociale (un sujet que le Pogge traite largement) mais plutôt de choisir comment présenter les limites vers le bas de toute noblesse. Convient-il ou non de parler de l’anoblissement ? Le faire voudrait dire réfléchir à la fois à qui aurait le droit d’anoblir (le prince, ses agents, les autorités de la cité), à qui est anobli et aux raisons pour lesquelles l’on anoblit. Or, Niccolò Niccoli – et par son biais le Pogge – préfère rester prudent. En traitant des noblesses italiennes dont la définition demeure plurielle et mouvante, de cité en cité et d’état à état, la question de l’anoblissement n’est pas de lecture facile ; elle n’est peut-être pas non plus essentielle, surtout lorsque l’on pense aux descendants des anciens magnats dont la place au cœur des élites politiques de la cité n’est pas encore assurée. Dans le doute, le silence est d’or. Au sein de ce répertoire italien, la seule exception concerne la noblesse vénitienne, clairement politique et de fonction. À Venise, en effet, tout individu « admis à des charges publiques », à savoir membre des grands conseils urbains, est ipso facto fait noble19. Politiques, citadins et fonctionnels, les anoblissements vénitiens ne sont ni individuels, ni princiers, ni même proprement nobiliaires. Voilà, très probablement, la raison de leur présence dans l’inventaire du De vera nobilitate, sachant que le lexique lié à l’anoblissement est encore extrêmement rare dans la documentation italienne (surtout citadine) du milieu du XVe siècle.

  • 20 POGGE, 16, p. 11 (Naples), 17, p. 11 (Venise).
  • 21 Jean-Claude MAIRE-VIGUEUR, Cavaliers et citoyens. Guerre et société dans l’Italie communale, XIIe-X (...)
  • 22 Voir le chef d’œuvre de Christiane KLAPISCH-ZUBER, Retour à la cité. Les magnats de Florence 1340-1 (...)
  • 23 Les festivités liées à cet adoubement sont l’objet des belles pages de Rosa Maria DESSÌ, Les Spectr (...)
  • 24 Anna MODIGLIANI, « L’addobbamento cavalleresco di Cola di Rienzo (con una postilla petrarchesca) », (...)
  • 25 G. CASTELNUOVO, op. cit., p. 303-324.
  • 26 Franco SACCHETTI, Il Trecentonovelle, éd. Valerio MARUCCI, Rome : Salerno, 1996, CLIII, 3, p. 488.
  • 27 Peter SPOSATO, « Chivalry in Late Medieval Tuscany : Historiography and New Perspectives », History (...)

21La nomenclature présentée par Niccolò Niccoli comporte une dernière absence de taille : le monde et les lexiques de la chevalerie. Inattendue, cette réticence ne correspond guère à ce que d’autres sources, y compris littéraires et polémiques, nous révèlent de la place de la chevalerie dans la pratique et l’imaginaire des élites du XVe siècle italien. Dans le monologue de Niccoli, en revanche, les seules mentions d’un equester ordo concernent Naples et Venise. Cela dit, dans les deux cas, la référence est accessoire et fondamentalement discursive20. Pour Poggio Bracciolini, la chevalerie ne semble pas constituer un indice essentiel dans la définition du noble italien et ce, à l’encontre d’une longue séquence historique et documentaire dont les origines remontent au moins à l’essor, au XIIe siècle, d’une militia citadine valant noblesse communale21. Dans les dernières décennies du Duecento, les marqueurs chevaleresques deviennent presque consubstantiels de la nouvelle identité magnatice : l’un des critères les plus utilisés pour définir le magnat communal est bien la présence d’un ou de plusieurs chevaliers au sein de sa parentèle22 ; dans le même temps, les principaux magistrats urbains – tels que les podestats – se doivent de devenir chevaliers avant d’entrer en charge. Si les cérémonies d’adoubement semblent, au XIVe siècle, demeurer relativement rares, leur rareté vaut « triomphes et magnificences », comme dans le cas de Sozzo Bandinelli, adoubé chevalier au cœur même de la cité siennoise le 25 décembre 132623, sans parler de la somptueuse cérémonie par laquelle Cola di Rienzo, nouveau tribun de Rome, est fait chevalier, le 1er août 1347, après s’être immergé dans le bassin du Latran où l’empereur Constantin avait, disait-on, été baptisé24. Nous pourrions ajouter bien d’autres témoignages, des prédicateurs dominicains haranguant les foules de Florence à l’aube du Trecento25 à l’ironie mordante d’un Franco Sacchetti assimilant, au crépuscule du siècle, la nouvelle chevalerie toscane à une sordide cacaleria26, pour souligner à quel point le prestige nobiliaire du preux chevalier est loin d’être remis en cause au cours du Trecento, et l’historiographie récente reprend d’ailleurs à nouveaux frais l’étude de la chevalerie citadine du bas Moyen Âge, tout particulièrement en Toscane27.

  • 28 Lo Statuto del Comune di Bologna dell’anno 1335, éd. Anna Laura TROMBETTI BUDRIESI, Rome : ISIME, 2 (...)
  • 29 Cf. G. CASTELNUOVO, op. cit., p. 318-319.
  • 30 Savoie : Laurent RIPART, « Du Cygne noir au Collier de Savoie : genèse d’un ordre monarchique de ch (...)
  • 31 Voir La disputa delle arti nel Quattrocento, éd. Eugenio GARIN, Florence : Vallecchi, 1947 ; Patric (...)
  • 32 Voir supra, n. 15, ainsi que Benjamin DERUELLE, De Papier, de fer et de sang. Chevaliers et chevale (...)
  • 33 Peter SPOSATO, « The Chivalrous Life of Buonaccorso Pitti, Honor-Violence and the Profession of Arm (...)

22Cette chevalerie, que les statuts bolonais de 1335 avaient qualifié de vrai « ornement de la cité »28, demeure bien vivante au cœur du XVe siècle italien. Que l’on pense, tout simplement, à la démultiplication des adoubements impériaux29 ou à la création des premiers ordres de chevalerie (de la Savoie à Naples)30, à la succession de fêtes courtoises – dans et hors des murs urbains – ou à l’essor de la disputa delle arti entre docteurs et médecins qui s’écharpent pour savoir laquelle des deux professions sera la plus adoubée et la plus noble31. Au cours du Quattrocento, le prestige et l’imaginaire de la chevalerie ne sont pas remis en question en Italie, pas plus que dans le reste de l’Europe renaissante32. Le tropisme chevaleresque garde ainsi, malgré les silences du Pogge, toute sa force d’attraction ; cette fascination peut même valoir invention d’une tradition que tout membre de l’élite urbaine entend s’approprier, y compris lorsque ses qualités sont avant tout politiques et marchandes, comme le rappellent, dans la première moitié du Quattrocento, les enjeux chevaleresques qui sous-tendent la Cronica autobiographique du Florentin Bonaccorso Pitti33.

23Il serait donc erroné de considérer les relectures et les interprétations du Pogge, intellectuel florentin par excellence, comme le reflet fidèle de l’ensemble des réalités nobiliaires italiennes. Cela étant, les marqueurs nobiliaires mis exergue dans le monologue de Niccolò Niccoli sont hautement significatifs, tout comme les indicateurs que l’humaniste tend, en revanche, à négliger.

24Ces pages nous parlent non seulement d’une noblesse plurielle, sans véritable plus petit dénominateur commun, mais surtout d’une noblesse qui demeure encore et avant tout urbaine. Les princes et les rois, leurs anoblissements et leurs adoubements, leurs cours et leurs officiers s’inscrivent, eux, en arrière-plan et ce, même si, au milieu du XVe siècle, la majorité des anciennes cités communales était gouvernée en seigneurie ou en principauté, qu’il s’agisse des Visconti, puis des Sforza, entre Milan et la Lombardie ou des Médicis, crypto-seigneurs florentins après 1434.

25Pour approfondir notre réflexion sur ces noblesses italiennes, encore fortement urbaines tout en n’étant plus communales, tournons-nous vers un deuxième type documentaire, plus officiel et législatif que littéraire et humaniste. Changeons aussi de ville en passant les Apennins, de Florence à Bologne.

  • 34 Sur la société politique bolonaise au milieu du XVe siècle : Angela DE BENEDICTIS, Repubblica per c (...)
  • 35 Voir G. CASTELNUOVO, op. cit., p. 225-278, qui approfondit ce dossier sur la législation somptuaire (...)
  • 36 « Optimates, nobiles atque ignobiles et universum populum Bononiae » [Maria Giuseppina MUZZARELLI ( (...)

26Au milieu du XVe siècle, Bologne, province des états pontificaux, est régie, avec des hauts et des bas, par une dynastie seigneuriale (les Bentivoglio) qui s’escrime à noyauter les institutions communales, elles-mêmes surveillées par des légats et vicaires généraux nommés par le Pape (ici le cardinal Bessarion)34. Dix ans après le texte du Pogge, les autorités de la cité bolonaise promulguent, en 1453, une nouvelle ordonnance somptuaire. Cette provisio, qui entend mettre à jour une législation dont les premières dispositions somptuaires remontent à la fin du XIIIe siècle35, concerne, comme l’indique son préambule, l’ensemble des citoyens de Bologne, classés en « optimates, nobles, non nobles et tout peuple de Bologne »36. Aussi brève qu’elle soit, cette énumération est encore une fois tout à fait significative. Le lexique employé pour définir et hiérarchiser la société bolonaise est en effet marqué par des nouveautés qui vont bien au-delà d’une morale vestimentaire.

  • 37 Cf. Angela DE BENEDICTIS, « Popular Government, Government of the Ottimati, and the Language of Pol (...)
  • 38 Cf. G. CASTELNUOVO, op. cit., p. 235-245.

27Commençons par les optimates37. Pour définir les élites politiques de la cité, seules susceptibles de contrôler le Reggimento urbain, ces ottimati prennent la place de l’ancien triptyque qui, dans les sources bolonaises comme ailleurs, avait été formé par « les grands », « les riches populaires » et « les docteurs »38. À l’instar de ce qui se passe à Florence depuis la première moitié du XVe siècle, le choix du terme ottimati – emprunté au lexique politique romain classique, aux évidentes références humanistes – est révélateur. Au milieu du Quattrocento bolonais, il interprète un moment clé de la transformation des représentations politiques urbaines. Ce que les optimates évoquent, c’est bien la fin des modèles idéologiques communaux qui s’étaient efforcés de faire coexister, dans la réalité comme dans l’imaginaire politique, une série de vrais clivages (les magnats face aux popolani ; les différentes lectures de ce que popolano pouvait signifier) avec une ample participation citoyenne dans la conduite de la cité. L’avènement des optimates renvoie à l’amorce d’une gouvernance oligarchique qui va de pair avec l’apparition d’un crypto-seigneur aux marqueurs parfois princiers : des prérogatives évidentes chez les Médicis florentins, des attributs juste esquissés auprès des Bentivoglio bolonais.

28Dans ce cadre, le lexique employé par le prologue de 1453 révèle au moins trois nouveautés : une rupture citoyenne entre les élites et le reste du popolo urbain ; l’unification de ces élites sous une même devise (oligarchie, ottimati) annonçant le patriciat des temps modernes ; le retour des identités nobiliaires au cœur de la cité.

  • 39 Anna Laura TROMBETTI BUDRIESI, « Gli statuti di Bologna e la normativa statutaria dell’Emilia Romag (...)

29En distinguant les optimates de l’universus populus, le texte introduit une séparation inédite au sein de la citoyenneté bolonaise. En effet, si la distinction entre magnats et populaires date de dernières décennies du XIIIe siècle (à Bologne, les premières ordonnances antimagnatices avaient été promulguées en 128839), ses polarités tendent ici à s’inverser. Du point de vue idéologique et culturel, le groupe privilégié est désormais celui des optimates qui recrute au-delà des descendants des anciens magnats ; le popolo, lui, tend d’une part à se fragmenter – ses élites intègrent l’univers des optimates – et, d’autre part, à être politiquement mis sur la touche.

  • 40 G. CASTELNUOVO, op. cit., p. 264.

30Placées sous la bannière des ottimati, les ordonnances de 1453 scellent le resserrement des élites bolonaises. La représentation de la société politique citadine s’en trouve profondément modifiée. Les maîtres mots de cette reconversion sont, comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, « l’homogénéité et le verrouillage »40. L’homogénéité découle de la fusion d’élites plurielles que l’on choisit maintenant de présenter sous une dénomination commune et positive : ce sont tous des optimates, à savoir les meilleurs, qu’ils descendent d’un lignage noble ou d’une parentèle chevaleresque, d’une maison magnatice ou d’une parentèle populaire. Or ce terme d’optimates / ottimati exclut autant qu’il inclut. Tous ceux qui ne sont pas reconnus comme tels sont écartés d’une société politique dont les contours se rétrécissent à vue d’œil. Repliée sur elle-même, l’élite citadine entend se présenter comme une oligarchie de gouvernement. Le temps du patriciat urbain est-il arrivé ?

  • 41 Marino BERENGO, L’Europa delle città, Turin : Einaudi, 1999.

31Catégorie historiographique plus que documentaire, du moins pendant le Quattrocento, le patriciat se définirait comme l’ensemble des élites de fonction ancrées dans la cité41. Avant même que d’être sociale, son identité serait pleinement politique ; elle convergerait autour du contrôle presque exclusif exercé par ses membres sur les offices et les magistratures de la cité. Dans un cadre encore foncièrement urbain et toujours éminemment politique, les ottimati se proposeraient-ils en ancêtres du patriciat ou de la noblesse civique, variante dominée – et fondamentalement italienne – du vrai noble de la Renaissance ? Au milieu du Quattrocento, à Bologne, nous n’en sommes, à mon sens, pas encore là. En effet, avant même de distinguer – ou de rapprocher – le patrice du noble, encore faudrait-il que le lexique nobiliaire apparaisse formellement dans la documentation officielle. Or, le texte de 1453 nous permet de mettre en exergue les débuts, rénovés, de l’utilisation d’une terminologie politique et citadine aux références clairement nobiliaires.

32Le prologue de l’ordonnance somptuaire sous-tend la primauté de la noblesse sur les autres groupes sociopolitiques de la cité. Ses optimates sont en premier lieu autant de nobles et de chevaliers que la suite de l’ordonnance détaille à l’envi. Les dérogations somptuaires concernent d’abord les promises, les épouses ou les filles de chevaliers, ceux-là même qui, chez le Pogge, n’apparaissaient guère en Italie ; les douces moitiés des doctores les accompagnent. Le processus d’aristocratisation se précise encore dans l’alinéa suivant qui concerne un troisième groupe d’exempts :

  • 42 « Nobilium qui a treginta annis citra vel non fecerunt aliquam artem manualem […] nisi quatuor arte (...)

Les nobles qui depuis environ trente ans n’ont participé à aucun art manuel [...], à l’exception des quatre Arts indiqués ci-dessous [notaires, chargeurs, drapiers, art de la soie], et qui, au cours de ces trente ans, ont compté, dans leur maisonnée, un chevalier ou un docteur [...]42.

  • 43 Statuti di Bologna dell'anno 1288…, op. cit., II, VI, 45, p. 34-36.
  • 44 Stanley CHOJNACKI, « La formazione della nobiltà dopo la Serrata », in : Girolamo ARNALDI, Giorgio (...)

33Ce passage est crucial, car il pose l’identité noble au cœur de la société politique bolonaise. D’emblée, ce sont les nobles en tant que tels qui sont dispensés de l’astreinte à la sobriété vestimentaire ; tout noble, même s’il n’est pas chevalier ou docteur, même s’il participe au monde des Arts et émarge auprès des populares, est séparé des autres catégories socioprofessionnelles ; sui generis, il a de droit de s’habiller mieux que ses concitoyens. Le lexique expressément nobiliaire fait ainsi son grand retour sur la scène législative de la cité. Ses principaux marqueurs demeurent conventionnels : il s’agit de la domus (maison / maisonnée), ainsi que d’une mémoire qui vaut réputation. Soulignons en passant que le rôle dévolu à la durée mémorielle est tout à fait significatif : c’est un indice de poids du blocage de l’ascenseur social en milieu urbain. Si l’on compare les trente ans de retrait par rapport au monde du travail manuel que la provvisio de 1453 demande pour assurer son statut nobiliaire aux dix-sept ans qui suffisaient pour affirmer la renommée publique des « nobles, chevaliers, magnats ou puissants » mis à l’index dans les ordinamenti antimagnatices bolonais de 128843 ou, encore plus nettement, aux trois années de participation aux organes du gouvernement citadin que la Serrata de 1297 prenait en compte pour définir l’appartenance au groupe dirigeant vénitien44, on s’aperçoit aussitôt que l’extension mémorielle renvoie à la fixation des contours d’une élite oligarchique à laquelle il devient toujours plus difficile d’accéder. La noblesse se révèle à nouveau sous les traits d’un statut prestigieux que l’on convoite mais auquel tout le monde n’a pas droit. De là l’essor d’un conflit jusqu’alors peu présent au sein de la société citadine italienne : la noblesse contre les professions, une opposition que Poggio Bracciolini avait, lui, préféré présenter sous la forme d’une association virtuellement positive, du moins dans le cas de ses « glorieuses » noblesses florentines.

  • 45 Voir Guido CASTELNUOVO, « Bons nobles, mauvais nobles, nobles marchands ? Réflexions autour des nob (...)

34Il est vrai que la distinction entre le noble – si possible orné des atours chevaleresques – et le marchand n’est pas, au milieu du Quattrocento, une nouveauté absolue45. Ce qui est sûr, c’est que, désormais, seuls les notables populaires et les élites des Arts – notaires et banquiers, drapiers et marchands lainiers – gardent le droit de s’agréger à la noblesse somptuaire. Encore perméables, les frontières de la noblesse tendent manifestement à se clore. Tous les autres citoyens populaires sont exclus d’une catégorie qui, s’appuyant sur son prestige social plus encore que sur son autorité politique, se présente comme un groupe soudé (y compris d’un point de vue idéologique) face au reste de la société citadine.

35Il n’empêche, à Bologne en 1453, tout comme à Florence une décennie plus tôt, le processus de sélection oligarchique qui sous-tend la stabilisation de cette élite nobiliaire est encore loin d’être entièrement achevé.

36Laissons passer quelques générations pour terminer par deux extraits dus aux plumes d’un binôme d’intellectuels et d’historiens d’exception, tous deux florentins, mais d’une Florence en passe de devenir le Grand-duché de Toscane et qui regarde par-delà ses murailles, vers l’Europe entière. Voici Machiavel, voilà Guichardin.

  • 46 Voir Franco ANGIOLINI, I cavalieri e il principe. L’Ordine di Santo Stefano e la società toscana di (...)

37Encore une fois, ces deux passages ne doivent pas être pris comme autant de vues d’ensemble. Machiavel et Guichardin se tournent ici, en chroniqueurs urbains, plus vers leur passé communal pétri d’un habitus citoyen que vers le futur de la noblesse florentine, un avenir façonné par les duels d’honneur ainsi que par l’essor des nobles du prince et de leurs ordres de chevalerie46. Ces lectures sont toutefois particulièrement significatives. Commençons par les noblesses machiavéliennes.

  • 47 « E per chiarire questo nome di gentiluomini quale e' sia, dico che gentiluomini sono chiamati quel (...)

Et pour préciser ce que signifie ce nom de gentilhomme, je dis que l’on appelle gentilshommes ceux qui vivent, oiseux, des abondantes rentes de leurs possessions [...]. Ceux-là sont pernicieux pour toute république et tout province, mais plus pernicieux encore sont ceux qui, en plus de ces richesses, détiennent des châteaux et possèdent des sujets qui leur obéissent. Ces deux types d’individus se retrouvent nombreux dans le royaume de Naples, dans la Terre de Rome, en Romagne et en Lombardie. Voilà pourquoi jamais ni la république ni aucun genre de vivre politique n’est jamais apparu en ces provinces. Car de telles générations d’hommes sont, en tout et pour tout, ennemies de toute civilité47.

38Dans ses Discours sur Tite-Live, Machiavel nous livre une interprétation des noblesses de la Péninsule qui, de prime abord, n’est pas sans rappeler celle de Niccolò Niccoli. Son Italie se décline toujours au pluriel, de la Lombardie au royaume napolitain, tout comme ses noblesses, qui oscillent entre une dimension politique citadine et un ancrage seigneurial rural. Simplement, à l’aube du XVIe siècle, la vraie noblesse – celle des titres, celle des gentilshommes – semble avoir changé de camp : elle est châtelaine, seigneuriale et, pour tout dire, princière, féodale, de cour. Les anciennes noblesses citadines, dont les membres avaient été pendant si longtemps les hérauts et les héros des gouvernements des républiques qui, seules, possédaient les aptitudes au vivere politico, sont maintenant sur la défensive, face au nouvel engouement pour les ‘vrais’ nobles, (titrés, chevaliers, officiers), autant d’ennemis de la civilité, pour ne pas dire de la civilisation.

39Une trentaine d’années plus tard, parallèlement au retour des Médicis dans la cité, François Guichardin en pas en reste, dans ses Cose fiorentine.

  • 48 « Non truovo che prima fussi distinctione alcuna della quale si cognoscessino e’ grandi dagl’altri, (...)

Je ne trouve pas qu’avant (les Ordonnances de justice de 1293-1295) il y eut de vraie distinction nous permettant de reconnaître et de distinguer les ‘grands’ des autres, car le gouvernement était commun à tous et qu’il n’y avait aucune loi qui les distinguât ; en outre, la seule distinction de la noblesse ou de la puissance n’est ni aussi évidente ni aussi sûre que cela, car elle peut facilement varier ou être considérée comme ambiguë. La conjoncture et l’exemple des autres cités d’Italie m’induisent toutefois à penser que l’on qualifia de nobles ou de grands ceux qui, depuis peu ou en qualité d’héritiers, avaient possédé des châteaux et détenu une juridiction dans le contado. Je ne sais pas non plus [...] s’il s’agissait uniquement de ceux qui apparaissaient comme trop puissants ou qui avaient l’habitude de vivre peu civilement avec les autres48.

40En réinterprétant les enjeux des célèbres Ordinamenti di giustizia florentins des années 1290, Guichardin insiste sur l’importance de l’association entre les évolutions politiques de la société communale et les transformations de l’identité noble dans la cité. L’élaboration de la catégorie magnatice, celle de ces citoyens nobles et puissants, honnis et bannis par les autorités urbaines car leurs comportements ostentatoires devenaient par trop dangereux pour le bien commun, continue d’être considérée, à plus de deux siècles de distance, comme le moment clé d’une vraie redéfinition des noblesses communales. Sur les pas de Bartole et du Pogge, Guicciardini pointe aussi l’ambiguïté de ces nobles communaux dont l’identité demeure fortement liée à leurs capacités de domination politique. Cela dit, en reprenant la mise en garde de Machiavel et en méditant sur son propre siècle, Guichardin insiste tout autant sur le rayonnement rénové de l’ancrage rural, castral, voire féodal de toute noblesse, un marqueur plus européen que citadin qui risque, maintenant, d’aller à l’encontre du vivere civile politique et citoyen.

  • 49 POGGE, 18, p. 12.
  • 50 Voir Guido CASTELNUOVO, « La Mémoire du statut : nobles et magnats entre littérature et chroniques  (...)

41De Machiavel à Guichardin, l’on continue de revendiquer la valeur des liens entre noblesse et politique. Cette insistance plonge ses racines dans le Moyen Âge communal et renvoie à l’importance acquise par la politique comme marqueur identitaire du noble citoyen. Le Pogge l’avait écrit : s’honorer de tous ces « ancêtres qui ont participé à l’administration de la respublica par le biais des offices urbains »49 assure la mémoire anoblissante des familles ayant occupé, souvent depuis le Duecento, nombre de magistratures urbaines. À partir de la fin du XVe siècle, les transformations sociopolitiques participent aussi à un saisissant retournement de situation par lequel les anciennes listes d’exclusion politique (comme les différents types de répertoires des magnats bannis) se transforment en un nouvel instrument d’inclusion nobiliaire soulignant les mérites de l’antiquité lignagère, du style de vie et de l’identité collective d’un groupe distinct du reste de la citoyenneté. Ces recueils, faisant mémoire, sont ainsi valorisés pour refonder la suprématie d’une noblesse au sein de laquelle les descendants des magnats du Duecento retrouvent toute leur place50.

  • 51 Sur les débats nobiliaires d’Ancien Régime, je renvoie au classique Claudio DONATI, L’idea di nobil (...)
  • 52 « Io stimo i patrizj e disprezzo i nobili » cité par Claudio DONATI, « Nobiltà e patriziati nell’it (...)

42Pendant toute l’époque moderne, voire au-delà, la relation presque fusionnelle entre attaches urbaines et aptitudes politiques continue de hanter les identités, souvent précaires, de ces nobles italiens dont l’ancrage citadin n’est jamais tout à fait oublié. Cette question devient lancinante surtout à partir du XVIe siècle, en lien avec la réappropriation de modèles nobiliaires européens. Face à des archétypes chevaleresques et courtois qui, rénovés, contribuent à réélaborer les contours imaginaires ainsi que l’identité culturelle et sociale des noblesses d’Ancien Régime, une incertitude presque permanente entoure à nouveau les définitions et les marqueurs des nobles urbains. Nous trouvons ici l’une des raisons de la reprise des débats sur la noblesse auprès des intellectuels, des érudits et des politiques de l’Italie moderne. Ces discussions produisent un nombre impressionnant de textes passionnés, qu’il s’agisse de pamphlets rébarbatifs ou de vrais chefs d’œuvres littéraires, du Forno overo de la nobiltà, œuvre mineure du Tasse, à l’inégalable Orlando furioso dû au génie de l’Arioste51. À l’aube du XIXe siècle, voici encore le cri du cœur de grand Ugo Foscolo qui, dans une lettre à Giambattista Giovio, clame haut et fort : « J’admire les patrices et je méprise les nobles »52. Foscolo avait-il raison ? Et, surtout, qu’entendait-il vraiment par là ?

Haut de page

Notes

1 Nos rectius de nobilitate sentire videmur. Habentur enim nobiles orti antiqua stirpe, quorum maiores functi officiis civitatis in rei publice administratione versati sint. Horum pars se ad mercaturam confert, pars titulo nobilium gaudens nulli exercitio dedita venatu et aucupio oblectatur : Poggio BRACCIOLINI, De vera nobilitate, éd. Davide CANFORA, Rome : Edizioni di storia e letteratura, 2002, 18, p. 12 (dorénavant = POGGE).

2 Sur Poggio Bracciolini et son dialogue nobiliaire, voir au moins l’ample introduction de Davide Canfora à son édition critique (POGGE, p. XI-LXXIV).

3 Je me permets de renvoyer à Guido CASTELNUOVO, « Les Humanistes et la question nobiliaire au milieu du XVe siècle : autour du De vera nobilitate de Poggio Bracciolini », Rives méditerranéennes, 32-33, 2009, p. 67-81, dans lequel j’ai présenté une partie des arguments repris à nouveaux frais dans ces pages, ainsi qu’à Claudio FINZI, « La polemica sulla nobiltà nell’Italia del Quattrocento », Cuadernos de Filología Clásica. Estudios Latinos, 30, 2010, p. 341-380, et à Ilaria PIERINI, « ‘La vera nobiltà’ di Carlo Marsuppini », Medioevo e Rinascimento, XXVIII, 2014, p. 63-94.

4 Voir Guido CASTELNUOVO, Être noble dans la cité. Les noblesses italiennes en quête d’identité (XIIIe-XVe siècle), Paris : Classiques Garnier, 2014, p. 371-398 ; Ferdinando Treggiari, « Doctoratus est dignitas. La lezione di Bartolo », Annali di storia delle università italiane, 18, 2014, p. 35-45.

5 Voir supra, n. 3 ainsi que Luigi TUFANO, « Tristano Caracciolo e il suo “discorso” sulla nobiltà. Il regis servitium nel Quattrocento napoletano », Reti Medievali Rivista, 14/1, 2013, p. 211-261 (https://doi.org/10.6092/1593-2214/384).

6 POGGE, 16, p. 10-11 (Naples) et 19, p. 12 (Lombardie). Sur les noblesses milanaises et lombardes, voir maintenant Federico DEL TREDICI, Un’altra nobiltà. Storie di (in)distinzione a Milano. Secoli XIV-XV, Milan : FrancoAngeli, 2017 ; sur la plus urbaine des noblesses napolitaines, à savoir la noblesse di seggio, en dernier Monica SANTANGELO, La nobiltà di Seggio napoletana e il riuso politico dell’Antico tra Quattro e Cinquecento, Naples : FedOAPress, 2019.

7 Entre Rome et le Latium, les nobles « culture argrorum et rei rustice vacare, gregis atque armentorum curam gerere, re pecuaria opes querere questum honestum et viro nobili dignum putant » (POGGE, 18, p. 12).

8 « Negotiationi deduntur, presertim maritime, nobiles atque ignobiles, qui nulla alia re nisi origine distinguntur. Sunt ex his quidam in castellis montanis dispersi, [...] itineribus infesti » (POGGE, 19, p. 12).

9 Daniela DE ROSA, « Poggio Bracciolini cancelliere della Repubblica di Firenze », Studi e Ricerche, 2, 1983, p. 217-250.

10 La legislazione antimagnatizia a Firenze, éd. Silvia DIACCIATI et Andrea ZORZI, Rome : ISIME, 2013 (Antiquitates, 36).

11 POGGE, 21, p. 12-13.

12 POGGE, 20, p. 12 ; voir aussi 37, p. 18.

13 POGGE, 22, p. 13.

14 « Hispania duplici nobilitate utitur. Nam et qui in suis civitatibus antiquo genere orti ceteris presunt divitiis prediti et qui in campis commorantes nutriuntur ex prediorum censu cum ornatiore quodam vivendi ritu, quo ceteri prestent, nobilium nomen tenent. Hos inter omnes equester ordo primum nobilitatis locum habet » (POGGE, 23, p. 13).

15 Sur la chevalerie dans la péninsule ibérique à la fin du Moyen Âge : Jesús RODRIGUEZ VELASCO, El Debate sobre la Caballería en el siglo XV : la Tratadistica Caballeresca Castellana en su marco Europeo, Valladolid : Junta de Castilla y Leon, 1996 ; Id., Ciudadanía, soberanía monarquica y caballería, Madrid : Akal, 2009 ; Miguel AGUIAR, Cavaleiros e Cavalaria. Ideologia, práticas e rituals aristocráticos em Portugal nos séculos XIV e XV, Lisbonne : Teodolito, 2018.

16 POGGE, 20, p. 12.

17 POGGE, 21, p. 13.

18 POGGE, 22, p. 13.

19 « Qui ob aliquod in orum rem publicam insigne facinus admissum [...] adsciscitur ad munia civitatis, nobilium numero adscribitur » (POGGE, 17, p. 11).

20 POGGE, 16, p. 11 (Naples), 17, p. 11 (Venise).

21 Jean-Claude MAIRE-VIGUEUR, Cavaliers et citoyens. Guerre et société dans l’Italie communale, XIIe-XIIIe siècles, Paris : Éditions de l’EHESS, 2003.

22 Voir le chef d’œuvre de Christiane KLAPISCH-ZUBER, Retour à la cité. Les magnats de Florence 1340-1440, Paris : Éditions de l’EHESS, 2006, ainsi que G. CASTELNUOVO, op. cit., part. p. 83-89, p. 293-302.

23 Les festivités liées à cet adoubement sont l’objet des belles pages de Rosa Maria DESSÌ, Les Spectres du Bon Gouvernement, Paris : PUF, 2017, p. 38-48.

24 Anna MODIGLIANI, « L’addobbamento cavalleresco di Cola di Rienzo (con una postilla petrarchesca) », in : Franco CARDINI, Irene GAGLIARDI et Giuseppe LIGATO (dir.), Cavalieri e città, Pise : Pacini, 2009, p. 91-105.

25 G. CASTELNUOVO, op. cit., p. 303-324.

26 Franco SACCHETTI, Il Trecentonovelle, éd. Valerio MARUCCI, Rome : Salerno, 1996, CLIII, 3, p. 488.

27 Peter SPOSATO, « Chivalry in Late Medieval Tuscany : Historiography and New Perspectives », History Compass, 16/7, 2018, p. 1-14 (https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/hic3.12458).

28 Lo Statuto del Comune di Bologna dell’anno 1335, éd. Anna Laura TROMBETTI BUDRIESI, Rome : ISIME, 2008 (Antiquitates, 28), I, IV, 104, p. 328-329.

29 Cf. G. CASTELNUOVO, op. cit., p. 318-319.

30 Savoie : Laurent RIPART, « Du Cygne noir au Collier de Savoie : genèse d’un ordre monarchique de chevalerie (mil. XIVe-début XVe s.) », in : Paola BIANCHI, Luisa GENTILE (dir.), L’affermarsi della corte sabauda, Torino : Zamorani, 2006, p. 93-113 ; Naples : Giuliana VITALE, « Monarchia e ordini cavallereschi nel Regno di Napoli in età angoina », in : Giovanna PETTI BALBI et Giovanni VITOLO (dir.), Linguaggi e pratiche del potere, Salerne : Laveglia, 2007, p. 269-346.

31 Voir La disputa delle arti nel Quattrocento, éd. Eugenio GARIN, Florence : Vallecchi, 1947 ; Patrick GILLI, La Noblesse du droit. Débats et controverses sur la culture juridique et le rôle des juristes dans l'Italie médiévale (XIIe-XVe siècle), Paris : Champion, 2003.

32 Voir supra, n. 15, ainsi que Benjamin DERUELLE, De Papier, de fer et de sang. Chevaliers et chevalerie à l’épreuve de la modernité (ca 1460-ca 1620), Paris : Publications de la Sorbonne, 2015.

33 Peter SPOSATO, « The Chivalrous Life of Buonaccorso Pitti, Honor-Violence and the Profession of Arms in Late Medieval Florence and Italy », Studies in Medieval and Renaissance History, 13, 2018, p. 141-176.

34 Sur la société politique bolonaise au milieu du XVe siècle : Angela DE BENEDICTIS, Repubblica per contratto. Bologna : una città europea nello Stato della Chiesa, Bologne : Il Mulino, 1995, p. 107-136 ; Tommaso DURANTI, « Libertas, Oligarchy, Papacy : Government in the Quattrocento », in : Sarah RUBIN BLANSHEI (éd.), A Companion to Medieval and Renaissance Bologna, Leiden/Boston : Brill, 2018, p. 260-288.

35 Voir G. CASTELNUOVO, op. cit., p. 225-278, qui approfondit ce dossier sur la législation somptuaire bolonaise.

36 « Optimates, nobiles atque ignobiles et universum populum Bononiae » [Maria Giuseppina MUZZARELLI (éd.), La legislazione suntuaria, secoli XIII-XVI, Emilia-Romagna, Rome : Pubblicazioni degli Archivi di Stato, 2002, p. 148-152, p. 148].

37 Cf. Angela DE BENEDICTIS, « Popular Government, Government of the Ottimati, and the Language of Politics », in : S. RUBIN BLANSHEI (éd.), op. cit., p. 289-309.

38 Cf. G. CASTELNUOVO, op. cit., p. 235-245.

39 Anna Laura TROMBETTI BUDRIESI, « Gli statuti di Bologna e la normativa statutaria dell’Emilia Romagna tra XII e XVI secolo », Mélanges de l’École française de Rome-Moyen Âge, 126-2, 2014 (URL : http://journals.openedition.org/mefrm/2396).

40 G. CASTELNUOVO, op. cit., p. 264.

41 Marino BERENGO, L’Europa delle città, Turin : Einaudi, 1999.

42 « Nobilium qui a treginta annis citra vel non fecerunt aliquam artem manualem […] nisi quatuor artes infrascriptas immediate dicendas et infra hoc tempus treginta annorum habuerunt in domo sua militem vel doctorem » [M. G. MUZZARELLI (éd.), op. cit., p. 150].

43 Statuti di Bologna dell'anno 1288…, op. cit., II, VI, 45, p. 34-36.

44 Stanley CHOJNACKI, « La formazione della nobiltà dopo la Serrata », in : Girolamo ARNALDI, Giorgio CRACCO et Alberto TENENTI (dir.), Storia di Venezia, III, La formazione dello stato patrizio, Rome : Istituto dell’Enciclopedia italiana, 1997, p. 664-707, p. 650.

45 Voir Guido CASTELNUOVO, « Bons nobles, mauvais nobles, nobles marchands ? Réflexions autour des noblesses italiennes en milieu communal », Cahiers de Recherches Médiévales, 13, 2006, p. 85-103.

46 Voir Franco ANGIOLINI, I cavalieri e il principe. L’Ordine di Santo Stefano e la società toscana di età moderna, Florence : Edifir, 1996 ; Jean BOUTIER, « Les Noblesses du Grand-duché », in : Jean BOUTIER, Sandro LANDI et Olivier ROUCHON (dir.), Florence et la Toscane, XIVe-XIXe siècle. Les dynamiques d’un État italien, Rennes : PUR, 2004, p. 265-285 ; Marcella AGLIETTI, « Patrizi, cavalieri e mercanti. Politiche di nobiltà tra Toscana e Spagna in età moderna », in : Marcella AGLIETTI (éd.), Istituzioni, potere e società. Le relazioni tra Spagna e Toscana per una storia mediterranea dell’Ordine dei Cavalieri di Santo Stefano, Pise : ETS, 2007, p. 339-377.

47 « E per chiarire questo nome di gentiluomini quale e' sia, dico che gentiluomini sono chiamati quelli che oziosi vivono delle rendite delle loro possessioni […]. Questi tali sono perniziosi in ogni republica ed in ogni provincia, ma più perniziosi sono quelli che, oltre alle predette fortune, comandano a castella, ed hanno sudditi che ubbidiscono a loro. Di queste due spezie di uomini ne sono pieni il regno di Napoli, Terra di Roma, la Romagna e la Lombardia. Di qui nasce che in quelle provincie non è mai surta alcuna republica né alcuno vivere politico; perché tali generazioni di uomini sono al tutto inimici d'ogni civilità » (Niccolò MACHIAVELLI, Discorsi sopra la prima decade di Tito Livio, éd. Corrado VIVANTI, Turin : Einaudi, 1983, I, 55, p. 190-191).

48 « Non truovo che prima fussi distinctione alcuna della quale si cognoscessino e’ grandi dagl’altri, perché el governo era commune a tucti, non vi era legge che gli distinguessi, et la distinctione sola della nobiltà o della potentia non è si manifesta o sì ferma che non si possi facilmente equivocare o variare. Ma la coniectura et lo exemplo delle altre cictà d’Italia mi induce a credere che quelli fussino chiamati nobili o grandi e’quali freschamente o loro o’ passati loro havessino havuto castella o iurisditione nel contado. Né so anchora se tucti questi tali fussino […] quelli solo che parevano di troppa potentia, o che erano soliti a vivere cogl’altri pocho civilmente » (Francesco GUICCIARDINI, Cose fiorentine, éd. Roberto RIDOLFI, Florence : Olschki, 1983, p. 30-31).

49 POGGE, 18, p. 12.

50 Voir Guido CASTELNUOVO, « La Mémoire du statut : nobles et magnats entre littérature et chroniques », in : Didier LETT (éd.), Les statuts vus de l’extérieur. Les références à la norme dans les sources de la pratique, actes du colloque international, Rome : EFR, juin 2016, sous presse.

51 Sur les débats nobiliaires d’Ancien Régime, je renvoie au classique Claudio DONATI, L’idea di nobiltà in Italia, secoli XIV-XVIII, Rome Bari : Laterza, 1995 complété par le récent Roberto BIZZOCCHI, « Culture e pratiche nobiliari nell’Italia moderna : un modello peculiare ? », in : Juan HERNÁNDEZ FRANCO, José A. GUILLÉN BERRENDERO et Santiago MARTÍNEZ HERNÁNDEZ (dir.), Nobilitas. Estudios sobre la nobleza y lo nobiliario en la Europa Moderna, Aranjuez (Madrid) : Doce Calles, 2014, p. 45-74.

52 « Io stimo i patrizj e disprezzo i nobili » cité par Claudio DONATI, « Nobiltà e patriziati nell’itinerario di ricerca di Marino Berengo », in : Giuseppe DEL TORRE (éd.), Tra Venezia e l’Europa. Gli itinerari di uno storico del Novecento: Marino Berengo, Padoue : Il Poligrafo, 2003, p. 45-56, citation à la p. 53.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guido Castelnuovo, « Noblesse et chevalerie dans l’Italie de la Renaissance (XVe-début XVIe siècle) : quelques éléments de réflexion », e-Spania [En ligne], 34 | octobre 2019, mis en ligne le 09 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/32772

Haut de page

Auteur

Guido Castelnuovo

Avignon Université
CIHAM UMR 5648

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals