Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Gregorio LOpez (éd.), Las Siete Partidas, Salamanque, 1555, fac-similé, Madrid, 1974.

1Ce dossier réunit les communications de trois journées d’études qui se sont déroulées à la Casa de Velázquez du 2 au 4 novembre 2017. Elles s’inscrivent dans le cadre du programme de recherches intitulé Medievalis Eurôpè normatis qui a pour objectif d’étudier les monuments normatifs médiévaux européens avec une approche pluridisciplinaire et comparatiste. En effet, la recherche française s’intéresse encore fort peu aux phénomènes transnationaux et à la circulation du droit. Or, ce domaine de recherche nécessite une démarche comparative qui se développe depuis peu et dont le programme Medievalis Eurôpè normatis se veut un moteur pour la période du Moyen Âge, une époque pour laquelle l’importance des relations juridiques entre les différents pays est encore trop souvent minorée. C’est en partant de ce postulat, et après le colloque intitulé « Autour des Assises de Jérusalem… », qu’a été organisée une seconde rencontre pluridisciplinaire réunissant des chercheurs internationaux pour travailler sur Las Siete Partidas1.

  • 2 Jean-François Berthelot, Pascal-Alexandre Tissot, Alphonse Béranger (éd. et trad.), Corps de droit (...)
  • 3 Les Constitutions de Melfi ordonnées par l’empereur Frédéric II pour son royaume de Sicile étaient (...)
  • 4 Seules les Constitutions de Melfi peuvent soutenir un semblant de comparaison.
  • 5 La comparaison entre Alfred le Grand et Alphonse X est d’autant plus intéressante que, dans les deu (...)
  • 6 En revanche, le rôle joué par l’œuvre d’Alphonse X dans les législations de certains États d’Amériq (...)

2Ce corpus normatif est un code unique de de droit civil dans l’Europe médiévale. Suivant le modèle du Corpus Iuris Civilis2, ce monument juridique est un vrai code, complet et systématique, organisé en livres, en titres et en lois, qui contraste formellement avec les autres grandes œuvres normatives de l’Europe du XIIIe siècle3. A ce titre, la particularité de ce code est d’avoir été ordonné en Castille par un pouvoir central « national » à une époque où les mêmes tentatives étaient politiquement impossibles dans les pays voisins4. En somme, la compilation d’Alphonse X, se place dans les pas du recueil des lois anglo-saxonnes d’Alfred le Grand (899)5, mais surtout dans ceux du Corpus Iuris Civilis de l’empereur Justinien (535) si l’on se réfère à l’influence du texte. En effet, Las Siete Partidas ont été la source du système normatif du royaume médiéval de Castille-León, de l’Espagne moderne et de tous les pays de langue espagnole colonisés par la métropole. Ainsi, ont-elles joué un rôle considérable lors de la création et de l’extension de l’empire colonial espagnol, que ce soit en Amérique latine ou aux Philippines6. Las Siete Partidas ont par ailleurs eu un profond impact sur les autres royaumes péninsulaires en raison de leur traduction en portugais, catalan et galicien.

  • 7 Le Liber iudicum était également conçu comme un vrai code de lois, organisé, systématique et comple (...)
  • 8 Galo SANCHEZ (éd.) Libro de los fueros de Castiella, Barcelona : Facultad de Derecho, 1924.
  • 9 Les fueros les plus importants de cette époque étaient ceux de Madrid, Zamora, Salamanque et Sepúlv (...)
  • 10 Les légistes apparurent en Castille et León dans la seconde moitié du XIIe siècle, et commencèrent (...)
  • 11 Le titre original de l’Espéculo devait être le Miroir de Lois ou Libro del fuero ou bien Libro del (...)
  • 12 Le Fuero real, composé de quatre livres, survit dans de nombreuses copies. C’est en réalité un code (...)

3La composition de Las Siete Partidas répondait à la nécessité d’uniformiser les lois des royaumes de Castille et León. En effet, la situation normative dans ces deux territoires lors de l’accession au trône d’Alphonse X était complexe. Tout d’abord, était encore en vigueur dans le royaume de León, le vieux Code wisigoth promulgué au VIIe siècle et connu sous le nom de Liber iudicum7. En parallèle, dans le royaume voisin de Castille, le droit coutumier avait tendance à prévaloir : il reposait sur la base des compilations des précédents judiciaires rendus par les juges qui avaient donné naissance aux collections de fazañas. Dès la fin du XIIe siècle, des juristes anonymes commencèrent à assembler le droit coutumier territorial de la Castille dans des traités à l’image du Libro de los fueros de Castiella8. Ces œuvres étaient essentiellement de nature privée, et la majorité d’entre elles ne furent jamais promulguées. Par ailleurs, sur le territoire de Castille et de León, étaient apparues des municipalités régies par des chartes qui contenaient les obligations légales de base à destination des habitants. Certains de ces fueros furent conçus par les municipalités elles-mêmes, et reçurent ensuite la sanction royale9. Face à la multiplication des lois et des normes, les rois prirent progressivement conscience de la nécessité de réaliser leur uniformisation. Cette tendance fut encouragée par le développement des études du droit romain et du droit canon au XIIe siècle qui formèrent des générations de juristes qui proposèrent leurs connaissances au service des royautés européennes10. C’est dans le but de mettre de l’ordre entre les différentes dispositions normatives de son royaume qu’Alphonse X de Castille s’attela à préparer un code uniforme de lois à vocation universelle. Trois grands textes furent alors composés : l’Espéculo11, le Fuero real12 et Las Siete Partidas composées entre 1256 et 1265, mais seulement promulguées au milieu du XIVe siècle.

  • 13 Aemilius Friedberg (éd.), Corpus Iuris Canonici, Graz : Akademische Druck-u. Verlagsanstalt, 1955.
  • 14 Mario Montorzi (éd.), Diritto feudale nel basso Medioevo. Materiali di lavoro e strumenti critici p (...)
  • 15 Fuero Juzgo en latin y castellano por la real academia española, Madrid, 1815.
  • 16 Jacqueline-Lise Genot-Bismuth (éd. et trad.), Disciplina clericalis, La discipline de clergie, Pari (...)
  • 17 Mechthild Crombach (éd.), Bocados de oro. Kritische Ausgabe des altspanischen Textes, Bonn : Romani (...)

4Comme son nom l’indique, Las Siete Partidas sont composées de sept parties, chacune d’entre elles étant subdivisée en titres et lois. Le prologue de chaque titre explique le thème dont il est question et le sujet spécifique discuté dans les lois qui suivent. Nous notons que, en l’honneur du roi Alphonse X, chacune des sept parties commence avec l’une des initiales de son nom pour former un acrostiche. Bien que le prologue de ce texte affirme que l’auteur de cette œuvre fut Alphonse X lui-même, personne ne met en doute que de nombreux juristes participèrent activement à son élaboration. Les noms les plus fréquemment cités sont ceux de Fernando Martínez de Zamora, Maestre Roldán, et bien évidemment Jacobo de las Leyes. Tous ces juristes manièrent un vaste répertoire de données juridiques diverses pour rédiger le nouveau code. Dans cet amas de connaissances, certaines sources sont cependant clairement identifiables : on y retrouve tout d’abord l’influence d’Accurse et d’Azon de Bologne, mais aussi des emprunts au Décret de Gratien, aux Décrétales de Grégoire IX13, et aux commentaires de certains canonistes comme Henri de Suse « Hostiensis » et Raymond de Peñafort. Par ailleurs, sur les questions relatives aux relations féodo-vassaliques, nous remarquons l’existence d’éléments spécifiques aux Libri feudorum lombards14. Ces juristes étaient également familiers avec le Fuero Juzgo15, les fueros municipaux, l’Espéculo et le Fuero real. À côté de ces sources juridiques, nous retrouvons également l’influence d’auteurs anciens comme : Aristote, Cicéron, Végèce, Boèce, mais surtout celle d’Isidore de Séville. Sont également mentionnés des passages de la Bible et des écrits patristiques. Parmi les sources spécifiques de la Segunda Parte, nous retrouvons la Disciplina clericalis16 de Pierre Alphonse, mais aussi des textes d’origine arabe connus sous le nom de Bocados de oro et Poridad de poridades17. Plus globalement, Las Siete Partidas combinent de manière fort originale des éléments de droit romain, de théologie et de philosophie qui ont accentué son caractère doctrinal.

5La démarche pluridisciplinaire, à la base de l’intention des organisateurs de la manifestation, invitait les participants à une approche comparatiste systématique pour étudier ce monument normatif sous trois perspectives : littéraires et philologiques, historiques et sociales, juridiques et politiques. Ce dossier, introduit par Stéphane Boisselier et Charles Garcia, qui dressent un panorama historique et linguistique de Las Siete Partidas, se termine par les conclusions de Denis Menjot, et tente de répondre aux trois volets précités.

6La première partie, composée de trois articles, débute par l’étude de José Antonio López Nevot qui s’intéresse aux éditions de Las Siete Partidas au XVIe siècle. L’auteur se propose d’examiner les éditions de ce texte à cette époque afin d’étudier la réception faite par le public contemporain. Partant de la critique de la première édition imprimée à l’initiative privée d’Alonso Díaz de Montalvo à Séville en 1491, d’autres juristes castillans suivirent une veine similaire jusqu’à l’édition de Gregorio López de Valenzuela. Cependant, il y avait déjà eu auparavant quelques tentatives moins connues qui méritent davantage d’éclaircissements, particulièrement l’édition de Lorenzo Galíndez de Carvajal, présentée comme un travail préparatoire destiné à être incorporé dans un futur recueil des lois du royaume, et celle de Francisco de Espinosa qui déclara vouloir épurer Las Siete Partidas avec sans doute l’intention d’éditer le texte. Contrairement à l’édition de Montalvo, celle de Gregorio López (Salamanque, 1555) a obtenu une reconnaissance officielle et a connu un prestige extraordinaire, non seulement dans la pratique judiciaire, mais aussi dans l’enseignement du droit. Ainsi, même si la fidélité de cette édition fut remise en question par les juristes des Lumières, elle devait néanmoins rester le texte de référence jusqu’au début du XIXe siècle.

7Ghislaine Fournès, de son côté, s’intéresse à l’une des sources arabes de Las Siete Partidas : les Bocados des oro. En effet, le livre d’Abu-e-Wafa' al-Mubashshir b. Fátik (1019-1097), le Mukhtár al-hilam wa-mahásin al-kali, fut traduit en castillan sur ordre d’Alphonse X le Sage, vraisemblablement entre 1260 et 1280. Outre le fait qu’il s’inscrit dans la veine sapientielle alors en plein essor, cet ouvrage, se caractérise par l’insistance à décrire les faits de personnages illustres et à rapporter leurs dits, sentences et apophtegmes. S’ils ne sont pas tous des gouvernants, tous les protagonistes s’attachent à préciser, notamment à travers la définition du savoir et son application, quelles doivent être les vertus, les valeurs et les actions du bon roi. L’auteur se propose de comparer la teneur politique des Bocados de oro à certaines lois de la Segunda Partida, rédigée à la même période, dans les mêmes ateliers, par les mêmes lettrés, et toujours sous la direction du Roi Sage. Si l’analyse comparée des deux textes révèle bien des similitudes entre certaines lois alphonsines et l’enseignement dispensé dans les Bocados, la proximité idéologique entre les deux textes, et donc l’influence des Bocados sur la Segunda Partida, semble être plutôt ponctuelle. En effet, les Bocados ne sont qu’une des nombreuses sources manipulées par les lettrés des ateliers royaux et le modèle politique défendu par la Segunda Partida n’a pas été élaboré en fonction des sources mais ont été bien mises au service d’un projet politique, ce qui suppose que les rédacteurs ont puisé avec une grande liberté dans les ouvrages à leur disposition, reprenant ou omettant, adaptant, infléchissant de manière significative certains points ou assertions.

8Irina Nanu, quant à elle, propose un groupe de fiches lexicales qui rend compte à la fois de la richesse idéologique du vocabulaire alphonsin et de la méthode suivie par les rédacteurs de Las Siete Partidas qui, au lieu d’introduire des néologismes, favorisent la revalorisation sémantique de mots déjà existants dans la langue. L’analyse du lexique éthique et politique, particulièrement présent dans la Segunda Partida, qui consacre un intense processus de réflexion linguistique et terminologique à la traduction castillane d’un vocabulaire éthique et politique d’origine aussi diverse que biblique, stoïco-patristique et aristotélicien, fournit également des informations précieuses sur la réception de la littérature classique, et surtout sur la réception de la pensée aristotélicienne en Castille au XIIIe siècle.

9La seconde partie du dossier tournée vers les perspectives historiques et sociales de Las Siete Partidas, débute par la contribution de Cybele Crossetti, Rodrigo Laham Cohen et Yuri Lenoarda Rosa Stelmach qui s’intéressent au phénomène de l’antijudaïsme au XIIIe siècle en Espagne. En effet, même si nous connaissons l’existence d’épisodes plus ou moins isolés d’antijudaïsme depuis la première croisade, la situation des communautés juives en Europe se dégrada massivement après la Peste noire. Pour autant, le XIIIe siècle aurait besoin d’une enquête plus poussée car ce phénomène constitue une étape décisive dans la généralisation de ce mouvement dans les différents royaumes médiévaux. Dans cette optique, les auteurs comparent les dispositions de Las Siete Partidas à d’autres textes normatifs européens de l’époque (droit royal, dispositions canoniques ou Chroniques…). En effet, ce phénomène ne peut être analysé que sur la base de l’étude de la relation entre écrivains et lecteurs (et auditeurs), entre texte et contexte, conçue comme une relation dynamique dans laquelle les textes sont non seulement des produits d’un contexte donné, mais aussi des producteurs de ce produit. Toutefois, il faut noter que les ces documents ne suffisent pas à expliquer les réactions et leurs décalages chronologiques dans les royaumes chrétiens médiévaux. Pour bien appréhender l’antijudaïsme, il faut également l’analyser dans une perspective sociale, en l’insérant dans des contextes spécifiques qui ont fait que les communautés juives médiévales furent peu à peu dégradées et appauvries.

10Francisco Ruiz Gómez, de son côté, étudie la notion d’appartenance dans Las Siete Partidas. Selon l’auteur, l’ordonnancement politique de la société présenté dans ce monument normatif est constitué de trois éléments structurants fondamentaux : le roi, le peuple et le royaume ou territoire qui leur appartiennent. Le roi, comme chef, et le peuple forment un même corps politique, tandis que le territoire devient un lien commun à tous les deux, en les enracinant et en définissant une zone d’action conjointe guidée par le principe de la recherche del pro communal de la tierra. Tout au long de Las Siete Partidas, nous trouvons la mention de rois de la terre, de gens de la terre et de la loi (fuero) de la terre. La terre apparaît comme la référence de base pour l'encadrement politique des gens et elle est présentée comme la mère des enfants du peuple, source de vie et de droit. Selon cette conception, le gouvernement du royaume devient une entreprise commune du roi et du peuple guidée par l'amour de la terre pour que tous puissent profiter de ses fruits. De la même façon, roi et peuple sont obligés de défendre leur terroir face aux ennemis extérieurs, et les délits les plus graves comme la trahison, sont punis de mort ou d’exil.

11Dans un troisième article, Myriam Greilsammer, dans une démarche résolument comparative, s’intéresse au rôle dévolu au mariage dans Las Siete Partidas et dans Le Livre au Roi, tous deux étant des textes législatifs précoces et issus d’une initiative royale. Ces deux traités instrumentalisent à leur manière le mariage en tant qu’outil de renforcement de l’autorité et du pouvoir des rois en le présentant à la fois comme un instrument de « domination masculine » et comme une opération décisive pour les intérêts socio-économiques des lignages que les royautés tentent d’usurper à leur avantage. Cette analyse atteste que, à travers le temps et l’espace, les deux textes assignent aux femmes un statut social d’objets d’échange définis conformément aux intérêts masculins, tout en contribuant à la reproduction du capital symbolique des hommes pour reprendre la terminologie de Pierre Bourdieu.

12La troisième partie des actes, qui a trait aux perspectives juridiques et politiques du texte alphonsin, débute avec l’étude de Guilhem Bartolloti sur la nomination de la tutrice dans Las Siete Partidas. Le roi Alphonse X dota son royaume d’un ensemble normatif de qualité en choisissant de s’appuyer sur une multiplicité de sources juridiques, dont le droit romain en grande partie. Parmi les champs les plus marqués par cette influence antique, le droit de la famille, au sein duquel figurait notamment l’organisation juridique de la tutelle et de la curatelle, est bien représenté dans la Sexta Partida. Nourri par les apports du droit postclassique, il ne devait plus s’éloigner des mécanismes du droit romain. Il s’avère intéressant de constater que la pénétration des règles romaines de la tutelle est presque totale dans le droit des Siete Partidas. Loin de s’en affranchir, ce code de lois y puise directement la matière nécessaire à la gestion de cas complexes. L’exemple de la tutelle des orphelins permet dès lors de dresser plusieurs constats. D’abord, il s’agit d’un office d’utilité publique pour l’accès duquel des conditions strictes furent édictées. Ensuite, l’étude de la désignation de la femme comme tutrice de ses propres enfants ou petits-enfants permet d’évaluer objectivement, et à titre incident, la place de la gent féminine dans la société médiévale hispanique, une place dévaluée en rapport avec la figure paternelle.

13L’article d’André Vitória aborde la question plutôt nébuleuse de l’hypothétique influence de Las Siete Partidas d’Alphonse X sur la législation royale et la pratique judiciaire au Portugal aux XIIIe et XIVe siècles, dans un contexte d’assimilation et de maîtrise progressive du ius commune romano-canonique et de mise en place de la justice du roi. Dans un premier temps, l’auteur concentre son travail sur les emprunts aux Siete Partidas que l’on peut déceler dans la législation royale portugaise et, dans une moindre mesure, dans les documents de la pratique judiciaire afin d’établir, autant que possible, la chronologie de ces emprunts, de relever les dissemblances entre le texte original et les emprunts et d’expliquer le sens vraisemblable de ces derniers, non seulement en fonction du processus de structuration de la justice royale et des tensions juridiques et politiques qui l’ont façonné, mais aussi en tenant compte du fait que législateurs et plaideurs cherchant des arguments juridiques faisaient le plus souvent référence aux sources classiques des droits savants, c’est-à-dire au corpus iuris civilis et au corpus iuris canonici avec leurs gloses. Cette approche permet de mieux mettre en relief l’influence des Partidas dans la composition des Ordenações Afonsinas au XVsiècle et, plus largement de mieux comprendre son rôle dans la transition entre les interactions créatives qui ont marqué l’expérience juridique de la période entre 1200-1350 et la cristallisation normative opérée vers le milieu du XVe siècle.

14Enfin Jérôme Devard analyse une tentative de transplantation juridique à travers l’exemple du concept de dépendance naturelle en confrontant une source juridique, Las Siete Partidas, avec une source fictionnelle, la chanson de geste de Girart de Roussillon. Le concept de naturalité imprègne tout le texte alphonsin. Ce concept apparaît à la fois comme une forme de seigneurie, comme une forme de l’obligation et comme une forme de la solidarité. La naturalité constitue avec le vasselage l’un des deux principaux régimes de la seigneurie et elle occupe la première place dans la hiérarchie des différents types de seigneurie. Cette primauté théorique ancienne ne s’applique pas facilement comme l’illustre le récit de El Cantar de Mio Cid qui cristallise un moment de confrontation tendue entre le modèle de seigneurie naturelle et celui de seigneurie contractuelle. À la même époque, de l’autre côté des Pyrénées se mettait progressivement en place le système de la monarchie féodale reposant uniquement sur les liens de vassalité et les traités féodaux puisque les coutumiers médiévaux contemporains semblent méconnaître le principe de seigneurie naturelle. Or, l’histoire de Girart de Roussillon, chanson de geste composée dans la seconde moitié du XIIe siècle, semble remettre en cause ce postulat. En effet, l’analyse de l’imbroglio des données textuelles sur le statut de la région du Roussillon confirme la présence du principe de la seigneurie naturelle dans le sud du royaume de France, mettant ainsi à jour l’existence d’un transplant juridique transfrontalier.

Haut de page

Notes

1 Gregorio LOpez (éd.), Las Siete Partidas, Salamanque, 1555, fac-similé, Madrid, 1974.

2 Jean-François Berthelot, Pascal-Alexandre Tissot, Alphonse Béranger (éd. et trad.), Corps de droit civil romain en latin et en Français, Metz : Behmer et Lamort, 1803-1810.

3 Les Constitutions de Melfi ordonnées par l’empereur Frédéric II pour son royaume de Sicile étaient substantiellement un code mais dont la portée était sans aucune mesure avec celle des Siete Partidas. Cf. A. Romano, D. Novarese (éd.), Friderici II, Liber Augustalis. Le costituzioni melfitane di Federico II di Svevia, Riproduzione ed edizione del codice Qq. H. 124 della Biblioteca Comunale di Palermo, Lavello 2001.De son côté, le traité de Legibus et Angliae consuetudinibus, attribué au juriste anglais Henri de Bracton, est une œuvre qui décrit les lois anglaises basées sur l’expérience des cours. Cf. Travers Twiss (éd.), Henry de Bracton, De Legibus et Consuetudinibus Angliae, Cambridge : Cambridge University Press, 2012 (rééd. 1879). De même, les Coutumes de Beauvaisis de Philippe de Beaumanoir sont une synthèse de la coutume applicable basée sur son savoir de juge royal dans la région du Beauvaisis. Cf. Amédée SALMON (éd.), Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, Paris : Picard, 1970.

4 Seules les Constitutions de Melfi peuvent soutenir un semblant de comparaison.

5 La comparaison entre Alfred le Grand et Alphonse X est d’autant plus intéressante que, dans les deux cas, le roi décide de la création d’un corpus normatif commun applicable pour tout un territoire faisant suite à une fusion ou une unification. Pour une édition des lois d’Alfred Le Grand, voir Félix Lieberman (éd.), Die Gesetze der Angelsachsen, Cambridge : Cambridge University Press, 2015 (rééd. 1903).

6 En revanche, le rôle joué par l’œuvre d’Alphonse X dans les législations de certains États d’Amérique du Nord à l’image du Texas et de la Californie est beaucoup plus méconnu quand bien même il soit avéré.

7 Le Liber iudicum était également conçu comme un vrai code de lois, organisé, systématique et complet, qui s’appliquait à tous les habitants du royaume wisigothique. Cf. Karl Zumer (éd.), Liber iudicorum, Leges Visigothorum, Hannovre et Leipzig, 1902, p. 33-456.

8 Galo SANCHEZ (éd.) Libro de los fueros de Castiella, Barcelona : Facultad de Derecho, 1924.

9 Les fueros les plus importants de cette époque étaient ceux de Madrid, Zamora, Salamanque et Sepúlveda. Ces fueros sont consultables à l’adresse électronique suivante : https://people.unil.ch/monicacastillolluch/, à l’exception de ceux de Madrid.

10 Les légistes apparurent en Castille et León dans la seconde moitié du XIIe siècle, et commencèrent probablement à enseigner le droit romain et le droit canon dans les Universités de Palencia et Salamanque, fondées respectivement par Alphonse VIII de Castille et Alphonse IX de León (1188-1230). Par ailleurs, le Pape Alexandre IV autorisa l’enseignement du droit civil à l’Université de Salamanque dès 1255. Plusieurs juristes qui travaillèrent en Espagne étaient d’origine italienne, y compris Giacomo de Giunti, communément appelé Jacobo de las Leyes qui joua un rôle majeur dans le développement de Las Siete Partidas.

11 Le titre original de l’Espéculo devait être le Miroir de Lois ou Libro del fuero ou bien Libro del espejo del derecho. Constatant la nécessité de surmonter la diversité des lois et d’introduire de la logique dans l’administration de la justice, le roi affirma fermement son droit de faire des lois pour accomplir son obligation de maintenir la paix, la justice et le droit. L’Espéculo est conçu comme un code devant être appliqué par la cour royale. Compris ainsi, il devait être utilisé comme un miroir par lequel toutes les autres lois devaient être jugées. Seul un manuscrit contenant le texte complet de l’Espéculo a été conservé ; et seuls cinq livres sur les sept hypothétiques nous sont connus. Chaque livre est divisé en titres, qui sont eux-mêmes subdivisés en lois individuelles. Le contenu des cinq livres est le suivant : le livre 1 parle de la loi en termes génériques, et le deuxième livre traite brièvement de la foi catholique. Le livre 3 concerne les devoirs du roi, le statut de la famille royale, la maison du roi et la garde des châteaux royaux, de la relation du roi avec ses vassaux, de l’organisation de l’armée et les règles de la guerre. Le livre 4 s’intéresse à l’administration de la justice et aux devoirs des juges et des avocats. Le livre 5 est consacré à la procédure juridique et à la procédure d’appel devant la cour royale. Les livres 6 et 7 devaient probablement traiter du statut des personnes, de la propriété, des contrats et du droit pénal. Voir « El Espéculo », Opúscolos legales del rey Don Alfonso el sabio por la real academia de la historia, t. 1, Madrid : La Imprenta Real, 1836.

12 Le Fuero real, composé de quatre livres, survit dans de nombreuses copies. C’est en réalité un code municipal octroyé aux villes de Castille et d’Estrémadure. Voir « El Fuero Real », Opúscolos legales del rey Don Alfonso el sabio por la real academia de la historia, t. 2, Madrid : La Imprenta Real, 1836.

13 Aemilius Friedberg (éd.), Corpus Iuris Canonici, Graz : Akademische Druck-u. Verlagsanstalt, 1955.

14 Mario Montorzi (éd.), Diritto feudale nel basso Medioevo. Materiali di lavoro e strumenti critici per l'esegesi della glossa ordinaria ai Libri feudorum, Giappichelli, 1991.

15 Fuero Juzgo en latin y castellano por la real academia española, Madrid, 1815.

16 Jacqueline-Lise Genot-Bismuth (éd. et trad.), Disciplina clericalis, La discipline de clergie, Paris : Pierre Téqui éditeur, 2001.

17 Mechthild Crombach (éd.), Bocados de oro. Kritische Ausgabe des altspanischen Textes, Bonn : Romanisches Seminar der Universität Bonn, 1971.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Devard, « Introduction », e-Spania [En ligne], 36 | juin 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/35024 ; DOI : https://doi.org/10.4000/e-spania.35024

Haut de page

Auteur

Jérôme Devard

Université d’Orléans – POLEN
Université de Poitiers – CESCM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals